[Mission] Quatre agents et un volcan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Mission] Quatre agents et un volcan

Message par Kentaro le 7/12/2013, 20:00

La sorcière de Braemar sût tout de suite qu'elle était attendue. Ce n'était pas grâce à un quelconque pouvoir, ni même à une solide intuition féminine, non. Ça tenait plutôt de la grande pancarte, qui jaillissait bien au-dessus de la foule, sur lequel était écrit « Miss Haylor, je suis là ! » avec une grande flèche rouge pointant vers le bas.
Vers le bas se trouvait un grand énergumène, blond, lunettes de soleil vissé sur le nez, vêtu d'un pantacourt à poches blanc crème, d'une chemise hawaïenne ocre, noir et jaune flashi, d'une paire de sandales et d'un collier de fleurs multicolores au cou. Hrungnir Thrudgelmir, agent de la RIP de son état.

Tractant sa valise d'une main et son minion démoniaque sous entrave de l'autre, Haylor se dirigea d'un pas vif vers le grand échalas.

« Bienvenue en Indonésie, miss Haylor, l'accueillit le Russe avec un grand sourire. Aloha !
_ C'est une blague ? Demanda Evangeline d'un ton sec.
_ Roooh, allez, c'est pour faire exotique. Je sais pas dire bienvenue en indonésien. C'est pas un crime de dire Aloha ailleurs qu'à Haïwaï, hein...
_ Mais qu'est-ce que c'est que cette pancarte ?
_ Pratique, n'est-ce-pas ? Se félicita Hrungnir. Je savais que vous n'auriez aucun mal à me repérer dans la foule, ainsi.
_ Vous êtes... ridicule, le tanna l'écossaise.
_ … réfléchit le russe. C'est les tongs, c'est ça ?
_ Les tongs ? Mais ça ne tourne pas rond dans votre tête ? Vous êtes habillé de façon aussi tape-à-l'oeil que ridicule et de mauvais goût, vous trimbalez une énorme pancarte qu'on voit à des kilomètres à la ronde...
_ La preuve qu'elle est réussie, donc.
_ Et vous portez des lunettes de soleil opaque en intérieur qui vous empêche de voir au-delà de deux mètres !
_ Comment vous savez juqu'où je vois ?
_ Vous n'avez remarqué ma présence qu'à deux mètres alors que personne n'ose s'approcher de vous.
_ Les lunettes de soleil, c'est cool, asséna Hrungnir d'un ton qui ne souffrait aucune contestation.
_ ça et le décalage horaire, ça va faire beaucoup à supporter...
_ Cela dit, je vous trouve drôlement mal placée pour critiquer, hein. Est-ce que je critique votre look ostentatoirement bling-bling, moi ?
_ Pardon ? Bling-bling ? S'étrangla l'écossaise.
_ Quoi d'autres, avec toutes ces chaînes clinquantes ?
_ Ces chaînes clinquantes sont nécessaires à mes activités.
_ Ho l'autre, hé, l'excuse ! Moi, au moins, j'assume mes choix vestimentaires, hein...
_ Cinq heures d'avions pour m'entendre dire ça... Je rêve.
_ Bon, allez, on va pas se bouffer le nez tout le séjour pour des peccadilles, décida brusquement Hrungnir. Je propose qu'on prenne cette histoire de code vestimentaire et de chaînes de mauvais goût et qu'on les mette dans un coffre qu'on ferme à clef et qu'on oublie tout ça pour repartir du bon pied. Ça marche ?
_ Chaînes de mauvais goût, ai-je bien entendu ?
_ Je viens de proposer qu'on qu'on en parle plus. C'est surtout ça qu'il fallait entendre, hein...
_ D'accord, mettons cela de côté pour le moment, capitula l'écossaise, peu désireuse de se crêper le chignon avec un collègue avant même d'être sortie de l'aéroport.
_ À la bonne heure ! Alors, vous avez fait bon voyage ? Demanda le Russe tout sourire.
_ Pas vraiment. En plus de l'accueil, s'entend. Nous avons eu de la chance, le nuage de cendres commence à perturber la navigation. À deux heures près, l'avion aurait probablement fait demi-tour. La cendre n'a pas arrêté de perturber les moteurs et de faire secouer l'appareil.
_ Mince, ç'a dut être rude. Et le petit boutd'chou, il va bien ? » Enchaîna Hrungnir en s'agenouillant devant le gamin.

Pour tomber nez-à-nez avec... la... chose. Le machin. Le pokémon attitré d'Haylor. Pocket Démon. Le Russe avait entendu parler du truc dans les différents rapports qu'il avait compulsé mais il s'était attendu à tout, sauf à ça.
Bigre ! Le machin avait trois yeux, tout de même.

« Heu... Beugua Hrungnir
_ On ne vous a rien dit à son propos ? S'enquit Haylor.
_ Il a même pas de bouche, lui souffla le Russe. Et il a trois yeux.
_ Vous pensez franchement que je ne m'en étais encore jamais rendu compte ? Soupira l'écossaise.
_ Beaaah, il ressemble à une momie. »

Hrungnir tendit la main et baissa complètement le chapeau du pokémon sur son visage pour le cacher.

« Ok, ça aussi, je vais le mettre dans le coffre, je crois... »

Le Russe se releva en bredouillant dans sa barbe, avant de sortir une montre à gousset de sa poche et de regarder l'heure. Son visage reprit sa contenance et il retrouva aussitôt sa bonhomie naturelle.

« Bien ! Bien, bien, bien, tout ça, c'est génial, mais il serait temps qu'on y aille !
_ Nous sommes en retard ? S'enquit Haylor.
_ Mmmh ? Aucune idée.
_ Vous venez de regarder l'heure.
_ Et alors ?
_ Vous le faites exprès ou c'est juste pour me fatiguer ?
_ Bon, écoutez, je ne suis ici que depuis une demi-heure, donc j'ai pas encore intégré le décalage horaire. Du coup, quand je regarde ma montre, je sais pas l'heure qu'il est ici.
_ La mission est si courte que ça que vous ne prenez pas le temps de régler pas votre montre ?
_ Impossible de faire autrement, c'est une montre qui ne se règle pas, se défendit Hrungnir.
_ Mais à quoi peut bien servir une montre qui n'est pas à l'heure ?
_ Dites, je vous demande, moi, à quoi sert un boutd'chou avec trois yeux ?
_ Cette particularité vous travaille davantage que l'absence de bouche, dis donc. D'accord, je vois... laissa tomber l'écossaise. Si vous avez eu le temps de bricoler votre pancarte pendant une demi-heure, puis-je espérer que vous vous êtes occupés des formalités ?
_ Bien évidemment ! Rétorqua Hrungnir d'un ton satisfait. Une voiture de location nous attend dehors.
_ Très bien. Prenez ma valise, on y va.
_ Heu... ça veut dire qu'elle pèse une tonne ?

*
* *

Le taxi se gara sur le parking de l'hôtel et Hrungnir s'occupa de décharger la valise d'Haylor et son propre baluchon pendant que sa collègue s'occupait de payer le chauffeur. Une fois son dût perçut, le taxi repartit en trombe, laissant les deux agents de la RIP en plan.

« Je persiste à penser que c'était de l'argent jeté par les fenêtres, objecta le Russe.
_ Je persiste à penser que c'était la solution la plus sûre, rétorqua Evangeline.
_ C'est ça, dites que je conduis de façon dangereuse, aussi !
_ Mais c'est exactement ce que je dis, assura Haylor.
_ Rooooh, mais ça craint rien : les gens font attentions ! Je peux foncer, ils se pousseront toujours.
_ Vous avez vraiment passé le permis ou bien vous l'avez gagné dans une pochette surprise ?
_ Je l'ai passé dans une base militaire, du premier coup, assura Hrungnir.
_ Pochette surprise, donc.
_ Bon, ok, il les distribuait à la chaîne du moment qu'on arrivait à démarrer le camion... Pis d'abord, je vous trouve mal placé pour critiquer. Parce que si l'un de nous deux avait aussi eu le permis, il aurait pu prendre ma place pour conduire.
_ Mes activités de sorcellerie ne me laissent guère le temps pour l'apprentissage de choses superflues, se défendit la sorcière.
_ N'empêche qu'on aurait évité de commencer à taper dans le budget de la mission. Je vous rappelle que c'est la crise, 'faut pas dilapider, la chapitra le Russe.
_ La RIP n'en est pas aux économies de bouts de chandelles, réfuta l'écossaise. Le principal, c'est que nous soyons arrivés à destination et c'est tout. Allons-y.
_ En plus, je conduits plus vite que pépé le taxi... »

Le trio gravit les marches du perron et traversa le hall d'entrée de l'hôtel. C'était un établissement de luxe, avec de la déco tape-à-l'oeil et de mauvais goût selon les standards du Russe. Les lieux étaient tenus par un extra-terrestre de va-savoir-où mais dans les petits papiers de la RIP. En échange de protections et de quelques menus services, lui-même assurait un soutien technique et logistique aux agents du coin.

« Franchement, quelle idée d'avoir fixé le lieux de rendez-vous des agents ici, fit Haylor.
_ C'était plus simple, vu que les deux autres étaient déjà présents, répondit Hrungnir. Leur dernière mission s'est passé dans le coin, du coup, le QG leur a octroyé une semaine de décompression dans cet hôtel, je cite, "aussi exotique que paradisiaque".
_ Ils ont recopié la description de la brochure publicitaire ?
_ ça m'en a tout l'air, convint le Russe.
_ Et puisque le QG vous a mis au parfum, qui devons-nous retrouver ici et dans quel but ? Demanda la sorcière.
_ On a une visioconférence dans vingt minutes, fit Hrungnir en jetant un coup d'oeil à sa montre. On nous y expliquera tout à ce moment-là. Ça nous laisse amplement le temps de nous regrouper.
_ Je croyais que votre montre n'était pas à l'heure.
_ Heureusement, l'homme a inventé le calcul mental. Une fois qu'on a intégré le décalage horaire, c'est facile. J'fais ça tout le temps... Excusez-moi, monsieur, héla Hrungnir. Je cherche le dénommé Sigurd Dogaku.
_ Oh, vous devez être les agents, je présume, fit l'extra-terrestre déguisé en humain à l'accueil.
_ Vous présumez bien, approuva  Haylor.
_ Monsieur Sigurd prend un bain de soleil près de la piscine, répondit le propriétaire.
_ Il se la coule douce au moment de partir en mission !?
_ Bah, soyez pas jalouse, nous aussi on aura le droit de se la couler douce ici après la mission.
_ Ce n'était pas de la jalousie.
_ Ben pourtant, moi je le suis, jaloux.
_ Restez concentré sur la mission, voulez-vous.
_ Gna gnagna gnagna... »

Tout à leur chicanerie, le trio traversa en vitesse l'hôtel pour débarquer dans la piscine, absolument vide à cette heure, si ce n'était un jeune homme blond qui se prélassait au soleil, béatement amorphe et étalé sur sa chaise longue. Une jeune femme d'origine asiatique, qui pataugeait dans la piscine, l'exhortait à grands cris pour qu'il bouge son popotin et la rejoigne, tentant de lui jeter de l'eau pour obtenir une réaction, mais en pure perte.
Sigurd Dogaku et Soon-Hak Ujiwaru se la coulaient effectivement douce, goûtant un repos bien mérité après leur éprouvante mission dans les profondeurs.

Hrungnir se glissa près de la chaise du Suédois. Si la manœuvre attira l'attention de la Coréenne, elle n'eût aucun effet sur le blondinet qui profitait du soleil, yeux fermé. Discret raclement de gorge de la part du Russe. Aucun effet.
Hrungnir envisagea un instant de pousser la chaise longue dans l'eau, puis se rappela à qui il avait à faire et reconsidéra l'idée : il n'avait pas envie de finir en viande hachée sur un malentendu. Il décida donc plutôt de se placer entre le soleil et le Dogaku, histoire de pourrir sa séance de bronzage.
Sans plus de résultat, monsieur était bien trop plongé dans sa somnolence insouciante.

Haylor décida donc de prendre les choses en main et claqua des doigts près de l'oreille du Suédois, ce qui eut pour effet de le réveiller en sursaut. Avant de re-sursauter en s'apercevant de qui se trouvait avec lui.

« Heu... beuh... hum... bredouilla Sigurd en tentant de reprendre contenance.
_ C'est ainsi que vous vous préparez pour votre mission, lâcha la sorcière de Braemar d'une voix acide.
_ Gné ? Mission ? Kézako ?
_ Calmez-vous, il est pas au courant, intervint Hrungnir. C'est moi qui ait son ordre de mission. D'ailleurs, il faudra que je vous le donne, faites-y moi penser.
_ Une mission ? Je repars déjà en mission ? S'étonna le Suédois. Maaaaais, attendez, j'en sors d'une et...
_ Et ça fait une semaine, délai administratif respecté, vous retournez dans les agents actifs, compléta le Russe.
_ Ben oui maieuh... J'ai même pas préparé mes affaires... Nan, mais c'est une blague, hein ?
_ Pas du tout. Mais rassurez-vous, c'est une mission classique, pas de gros matériels de prévu, ça sera une promenade de santé pour un type comme vous. Surtout avec l'équipe qui se prépare, affirma Hrungnir.
_ Heu... Un type comme moi ?
_ Ah oui, pas bête, je devrais peut-être faire les présentations, tiens... Donc Sigurd, je vous présente Evangeline Haylor, sorcière de Br...
_ Nous avons déjà eut l'occasion de faire connaissance, le coupa Haylor, peu désireuse de perdre du temps inutilement.
_ Haha ! S'enthousiasma Hrungnir, j'aurais du m'en douter. C'est un tout petit monde, le groupe des agents d'élites, pas vrai ?
_ Des agents d'élites ? Je ne dois pas être encore bien réveillé, parce que je suis complètement largué...
_ Ben c'est ce que vous êtes, tous les deux, nan ? D'ailleurs, c'est un grand honneur d'avoir la chance de travailler avec vous deux. Avec des monstres tels que vous, la mission va se dérouler comme sur des roulettes, c'est trop génial.
_ Un monstre ? Moi ?
_ Monsieur Thrul... Trug... … Hrungnir, pourriez-vous nous explicité en détail pour qui nous prenez-vous, vous voulez ?
_ Facile, acquiesça le Russe. Vous, vous êtes la fille qui a écrasé une momie pluri-millénaires lors de sa dernière mission.
_ Nous l'avons simplement rendormie, rectifia Haylor.
_ Oui, enfin, vous l'avez maîtrisé jusqu'à que ce qu'elle se rendorme.
_ C'est le guerrier anubite qui l'a maîtrisé.
_ D'accord, alors vous êtes la fille qui a retenue seule en face à face pendant des plombes une momie pluri-millénaire qui saccage les cités sur son temps de veille. Ce qui vous classe dans le haut du podium des bourrins de la RIP.
_ ça ne s'est pas tout à fait passé comme ça...
_ Et le maître de guerre Sigurd, ci-présent, est celui qui détient la première place de ce podium, avec à son actif l'oblitération totale d'un commando de Silurien sur-entrainé et sur-équipé, la mise hors service d'une IA maléfique qui entendait conquérir le monde avec ses hommes-poissons et le génocide d'une espèce intra-terrestre inconnue hostile à l'humanité. Et tout ça en 24 heures seulement et quasiment à lui tout seul. Kiefer Sutherland et Bruce Willis peuvent aller se recoucher, là.
_ Mais c'était pas moi, c'est la faute des Paladins qui...
_ Oui, je sais, j'ai lu le rapport. Mais je sais aussi lire entre les lignes. On ne me l'a fait pas, moi !
_ Beuh... Même absents, ils me causent encore des ennuis...
_ Bon, on parle, on parle, fit Hrungnir en jetant un coup d'oeil à sa montre, mais on va être en retard pour la visio. Et puis, notre quatrième et dernier partenaire nous attend sûrement en salle de conférence, ne le faisons pas attendre.
_ Hein !? Attendez, Soon' m'accompagne pas ?
_ Convalescence, délai administratif d'un mois, elle ne peut pas participer à une mission. Vous ne lisez jamais les règlements ?
_ Mais elle va parfaitement bien, se défendit Sigurd. On a utilisé... elle a... 'fin... Bref, elle est totalement remise !
_ Elle peut toujours écrire une lettre de protestation aux ressources humaines, mais je pense qu'on aura fini avant qu'ils répondent.
_ Et comment je lui explique ça, moi ? »

*
* *

« Et puisque vous semblez connaître tout sur tout le monde, qui est le quatrième agent ? Demanda Haylor pendant que le petit groupe se dirigeait vers la salle de conférence.
_ Je ne connais pas tout sur tout le monde, corrigea Hrungnir. Mais je me tiens au courant de tous les rapports de la RIP donc vos épopées respectives me sont passés dans les mains. J'ai beaucoup aimé « périls dans les profondeurs marines ».
_ Ben pas moi !
_ Pour vous répondre, j'ignore complètement qui est notre quatrième larron, mais je suis certain qu'il ne va pas tarder à jouer dans la même catégorie que vous.
_ Tiens donc ?
_ Je me suis laissé dire qu'elle manipulait un lance-grenade.
_ ça sent la mission subtil, ça...
_ Tant que ce n'est pas un croisé, y'a une chance de limité les dégâts.
_ Mais fin du suspens, nous y voilà »

Hrungnir poussa la double porte de la salle de conférence et se figea sur place.

« Heu... On a du se tromper de salle, lâcha le Russe tout penaud.
_ Salut, c'est vous les agents ? Fit l'énorme marmule qui attendait dans la salle.
_ C'est que... Je cherche une dénommée Love qui...
_ Y'a pas de Love ici. Moi, c'est Löwe, Tancred Löwe. Mais tous mes amis m'appelle « Tank ».
_ Qui est l'abruti qui a fais une faute de frappe !? Je m'attendais à...
_ à quoi ?
_ Ben pas à ça, en tout cas. »

Le quatuor pénétra dans la salle de conférence, tandis que Tank, un énorme machin avec des bras comme vos cuisses, aussi large que haut et vêtu d'une tenue militaire de marines laissant voir ses énormes muscles, s'avançait à leur rencontre, tendant la main.

« Question de hiérarchie, vous devriez plutôt saluer monsieur Dogaku en premier, tenta d'esquiver Hrungnir en voyant l'énorme paluche devant lui.
_ Bah, on s'en fiche, y'a pas de hiérarchie dans la RIP.
_ Oui, mais si quelqu'un doit se sacrifier pour se faire broyer la main, je préfère que ce ne soit pas moi.
_ Bwahahaha ! T'es un petit rigolo, toi, pas vrai ? Relax, je contrôle parfaitement ma force. »

Tank ponctua sa tirade d'un tape amicale sur l'épaule qui manqua de briser la clavicule du Russe, avant d'aller consciencieusement écraser la main du pauvre Suédois.
Pendant que les autres s'installaient autour de la table, Hrungnir lança le système de visio, essayant de ne pas penser à son épaule douloureuse. La communication s'établit et déboucha sur un écran noir.

« M'enfin, qu'est-ce qui se passe ? Grommela le Russe en regardant sa montre. C'est l'heure, ils devraient être là ! Pfff... Je déteste les gens qui ne respectent pas les horaires !
_ Ils doivent avoir un peu de retard, ça arrive, glissa Sigurd.
_ Oui, mais on perd du temps et j'aime pas ça ! Grrr !
_ Arrêtez de taper comme un sourd sur la télécommande, vous allez la casser.
_ Bien, puisque nous n'avons rien à faire, si nous en terminions, intervint Evangeline. Vous avez présenté tout le monde sauf vous.
_ Hé ! Vous avez commencé les présentations sans moi ? Se vexa Tank.
_ Nan, il jouait juste son monsieur je-sais-tout. Je vous ferai un résumé, si vous voulez.
_ Ben, y'a rien à dire, sur moi, fit Hrungnir. Ch'uis un agent tout à fait inoffensif, moi.
_ Menteur ! Clama Tank.
_ Hé ho, c'est qui qui parle, d'abord !
_ On m'a demandé de faire passer ça en même temps que mes armes. » Le coupa l'Américain.

L'ex-marine plaqua un poing américain à pointes sur la table et le fit glisser jusqu'au Russe. Le visage de ce dernier s'éclaira aussitôt à la vue de l'engin et il l'attrapa prestement avant de l'embrasser et de le ranger dans la poche intérieur de sa veste.

« Aaah, je me sentais tout nu, sans ustensile, avoua Hrungnir.
_ Inoffensif, hein, fit Haylor d'un air entendu.
_ Ben moi, au moins, je fais pas dans les armes de destruction massive, contrairement à vous autre.
_ C'était pas moi, c'était les Paladins !
_ Et sinon ? Une spécialité ? S'enquit la sorcière.
_ Pas la moindre, fit le Russe. Moi, je suis le type curieux qui pose des questions, regarde avec ses doigts, appuie sur les boutons, tire sur les leviers, déclenche les malédic... Ouais, non, ça je ne devrais peut-être pas en parler... Bref, c'est plus fort que moi, je suis le type qui farfouille partout et n'importe comment.
_ …
_ Sinon, j'ai une montre.
_ …
_ Pis je suis le beau gosse du groupe. Ça compte, aussi.
_ Pardon ? S'étonna Sigurd.
_ Ben quoi, soyons lucide, je suis le parfait équilibre entre ta belle gueule de maître de guerre...
_ Qui est l'imbécile qui m'a affublé d'un tel titre !
_ … et la carrure musculeuse de notre ami marine.
_ Parce que j'ai pas une belle gueule, peut-être ? Releva Löwe.
_ Heu... Joker, j'ai peur de m'en prendre une si je répond. Nan, mais vois les choses en face, Tank ! Tu es trop... pas assez... légèrement... … Nan, mais ça fiche vraiment la trouille quand tu fixes les gens comme ça, tu sais. Bon. Vous voulez une preuve irréfutable ? Très bien ! Miss Haylor est au-dessus de tout soupçon de partialité, demandons-lui donc qui est la gravure de mode du groupe !
_ Veuillez me laissez en dehors de ça.
_ Tatata, on ne se défile pas. Vas-y Tank, fais-y tes gros yeux, elle va céder !
_ Ecoutez, je ne... »

Heureusement pour elle, la sorcière de Braemar fut tirée de ce guêpier par la venue soudaine du propriétaire de l'hôtel.

« Excusez-moi de vous interrompre, mais j'ai reçu ce matin ce message à vous transmettre dès que vous serez tous réuni. »

L'extra-terrestre au parfait déguisement d'humain (sûrement un bouclier holographique alien de qualité) tendit un feuillet à Haylor, dont la prestance et l'aura d'autorité naturelle la plaçait forcément au statut de chef d'équipe aux yeux du quidam, avant de se retirer. L'écossaise parcourut un moment le papier avant de le poser devant elle.

« Messieurs...
_ Alors, alors, la gravure de mode est ?
_ Il n'y aura pas de visioconférence. L'éruption du volcan n'est pas naturelle, les scientifiques de la RIP sont formels. Par ailleurs, le nuage de cendre qu'il projette possède une aura éléctro-magnétique qui perturbe de plus en plus fortement les communications longues distances. Les organisations locales sont dépassées et ignorent complètement ce qui peut bien se passer, à nous d'enquêter là-bas. »
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Mission] Quatre agents et un volcan

Message par Seol le 10/12/2013, 23:03

Dès que le directeur de l'hôtel eut terminé sa phrase, il ressortit de la pièce, laissant les quatre agents seuls. Tank regarda tour à tour la jeune femme, le russe et le suédois.

- Bon, apparemment, on a notre objectif. Mais, puisque vous avez déjà fait les présentations, l'un d'entre vous aurait-il l'amabilité de faire un rattrapage? demanda Tank. Faites simple, j'aurais l'occaz' de voir vos compétences en temps et en heure.
- Non! Pas vous! Sinon, ça va être encore acadabrantesque et sans rapport avec la réalité, intervint la jeune femme en pointant du doigt le russe.

Le jeune homme qui s'apprêtait à prendre la parole se renfrogna...

- Moi, indiqua le jeune suédois, je m'appelle Sigurd Dogalu. Je sors tout juste d'une mission difficile et j'aurais bien souhaité resté encore un peu au repos. Mais, apparemment, Pad'Bol en a décidé autrement.
- Mais, attendez, ce n'est pas...
- Alors, moi, je m'appelle Evangeline T. Haylor. Pour faire court, je suis une spécialiste de tout ce qui n'est pas normal et qui vit au fond des océans.
- Et le petit bonhomme? demanda Tank.
- Un petit bonhomme dont je m'occupe et qui doit faire attention à ne pas s'exposer au soleil. Mais vous, vous êtes?

Tank vrilla son regard droit dans les yeux de la jeune femme.

- Je m'appelle Tancred Löwe, dit Tank. Si vous avez une question sur les armes, ou que vous en avez besoin d'une, vous venez me voir, indiqua le nouvel agent de la RIP en tapotant sa caisse d'arme.

*
*        *

- T'es sûr que t'auras besoin de tout ça? demanda le soldat Yates.
- J'en sais rien. Mais tu connais ma devise : "on est jamais...
- ... trop prudent", termina le soldat Yates. Mais quand-même...  Que tu prennes ta M249, ton Glock et ton couteau, je comprends. Que tu prennes tes options personnelles pour ta M249, toujours normal. Mais...
- Mais c'est pas tes oignons. Miss Black m'a bien dit que je pouvais prendre tout ce que je voulais, non?
- Si.
- Et bien c'est ce que je fais. Par contre, il va me falloir trois ou quatre valises.

*
*        *

- Trèèès bien, reprit Sigurd. Au moins, on saura à qui s'adresse le cas échéant.

Tank lui jeta un regard torve. Il n'était pas certain d'avoir apprécier le ton employé par le jeune suédois. Mais, le sergent préféra ne pas faire cas. Se brancher avec ses futurs coéquipiers dès les premières minutes n'était pas très recommandé.
Dès que le trio avait pénétré, l'œil expert du sergent les avait tout de suite jaugé. Ces trois-là, c'était des fouines, ça se voyait à leur physique. Et même si le russe se la jouait cool avec son poing américain, Tank était persuadé qu'il ne valait pas tripettes en pleine action, malgré sa carrure au dessus de la moyenne. La seule bonne nouvelle du jour, c'est que la mission qui leur avait été attribué ne semblait pas trop violente... A première vue, en tout cas.

- Je vous propose de nous rapprocher des organisations locales, afin que nous ayons un minimum d'information, continua Sigurd. Pas question d'y aller à l'aveuglette. Pad'Bol se ferait une joie de me pourrir.
- Cela me semble un minimum, confirma Evangeline.

Tank se contenta de hocher la tête. Il connaissait sa place : il ne représentait pas la tête de l'équipe. Il était uniquement là pour s'occuper des situations nécessitant une certaine persuasion, voire les diplomaties musclées. Aussi savait-il quand il devait se taire et écouter.
Quant-au jeune russe, il était littéralement en admiration devant Sigurd, buvant chacune de ses paroles. Apparemment, Hrungnir avait lu (ou cru lire) des choses biens intéressantes sur ce gringalet suédois.

- Il va nous falloir un véhicule pour nous rendre auprès.... enchaîna Evangeline, en regardant les quelques notes laissées par le directeur d'hôtel, de la Paranormal Liga Indonesia. Un certain Somadhiredja nous y attend. C'est le chef de l'antenne locale. Et il nous fournira toutes les informations dont nous aurons besoin.
- Vous voulez dire, les informations qu'ils ont à leur disposition, rectifia Sigurd. Enfin, ce sera toujours mieux que rien.
- Génial! Allez, en route!!! s'exclama Hrungnir.

Et avant que quiconque ait eu le temps de réagir, le jeune russe était sorti en trombe de la salle, laissant ses trois coéquipiers quelque peu interloqués. Tank attrapa l'une des poignées de sa malle et se dirigea vers la porte :

- En v'là un qui va être difficile à suivre, je sens.

Sigurd secoua la tête d'un air entendu, alors que Evangeline leva les yeux au ciel...


*
*        *

- Non, Tank. Tu ne peux pas prendre ça avec toi!
- Miss Black m'a dit de prendre ce que je voulais, Capitaine!
- Je sais bien ce qu'elle t'a dit, j'étais là. Je suis d'accord pour que tu partes avec du matos. Mais, tu ne prendras pas un M1 Abrams.
- Mais, Capitaine! Il me faut un véhicule!
- Sauf que tu ne prendras pas un char avec toi. Et avant que tu ne demandes pourquoi, tout simplement parce que ça manque de discrétion. Choisis autre chose!!
- Si vous insistez, Capitaine. Je vais me rabattre sur un Hummer H1.
- Sans poste de mitrailleuse?
- Sans poste de mitrailleuse, Capitaine. Vous êtes dur en affaire.
- Mais bien sûr, indiqua le capitaine en sortant de la pièce.
- T'es vache, Tank. Tu voulais dès le départ un H1.
- C'est vrai. Mais je connais le Capitaine depuis suffisamment longtemps pour savoir comment faire pour avoir ce que je veux. Si j'avais demandé dès le départ un H1, je serais reparti avec une jeep. C'est quand même moins cool, non?
- C'est pas faux. Mais, franchement t'abuses.
- T'inquiètes, le Capitaine n'est pas dupe. Il savait très bien ce que je cherchais à faire...


*
*        *

Lorsque Sigurd, Haylor et Tank arrivèrent dehors, ils purent observer Hrungnir qui cherchait un véhicule.

- On le laisse chercher encore un peu ou bien je lui dis que j'ai ma propre voiture.
- Je serais d'avis de le laisser mariner un peu... juste histoire de ne pas partir tout de suite en mission, proposa Sigurd.
- Nan, intervint la sorcière. C'est vrai que c'est tentant, mais je crois que nous avons du pain sur la planche. Il nous faut remonter toute l'île de Sumatra pour atteindre le volcan de Bur Ni Telong.
- Ok. Hé, le Russkof! Attrape!

Tank lança son trousseau de clés à l'interpellé qui attrapa adroitement l'objet et resta un moment à regarder Tank, puis les clés, puis Tank, puis...

- Le gros monstre noir sur ta droite... indiqua Tank.

Le regard de Hrungnir se porta à l'endroit indiqué et son visage s'illumina totalement. L'attention du jeune russe se reporta sur l'américain, formulant une requête muette.

- Ok... Tu conduis.

Aux cris que poussa Hrungnir, Tank se demanda s'il ne venait pas de faire une très grosse bêtise.

_________________
Hasta la Vista, Baby !!
Vivons pleinement ce jour, parce qu'hier n'est plus et que demain ne viendra peut-être jamais.
avatar
Seol
TERMINATOR/ Graphiste
TERMINATOR/ Graphiste

Messages : 1714
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Bretagne! Et j'en suis fier!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Mission] Quatre agents et un volcan

Message par Sonaka le 21/12/2013, 23:22

A peine une semaine pour se remettre de la précédente que déjà, une nouvelle mission lui tombait dessus. Sigurd avait du mal à y croire. Ils n'auraient pas pu envoyer ces satanés Paladins, plutôt?

Certes, Antarès devait faire l'objet d'un petit retrait chirurgical, mais ça ne l’aurait pu du tout empêché de le remplacer. Avec une histoire de volcan en éruption et de cendres paranormales, il suffisait de lui agiter sous le nez un complot satanique, ou un rituel de purification mené par des archanges, et l’affaire aurait été entendue, songea Dogaku.

Une pensée qui arracha un pouffement lugubre à son spectre. De sa voix écaillée et métallique, Pad’Bol lui glissa à l’oreille :


Tu ne devrais pas… hhhhh… chercher aussi loin.

Rhoo… nan, pitié. Un truc inquiétant que je devrais savoir ?

Hhhh hhh hhhh...


Aw. Ca serait dommage de me laisser plus de trois minutes pour réagir, hein ?

Mais bon. Au moins, cette affaire là ne commençait pas sur les chapeaux de roue. Il avait de longues heures de routes devant lui, pour profiter du temps et du paysage. Peut être même de la compagnie. Ce qu’il pouvait en avoir, au moins.

Il aurait bien aimé pouvoir discuter avec Haylor, assise à l’arrière avec lui. Mais il n’était pas trop à l’aise avec le petit protégé de la sorcière, installé entre eux deux.

Pas du tout à l’aise, en fait. Le petit être lourdement vêtu s’agitait occasionnellement, et avait l’air de s’intéresser de plus en plus à lui. Il était aussi le seul qui semblait apprécier la conduite de Hrungnir.

Le russe était sur son petit nuage, aux commandes d’un véhicule militaire à l’aspect suffisamment robuste pour que les autres conducteurs s’en tiennent à l’écart. Hrungnir fonçait à vive allure sur la route, avec une conduite assez déplorable pour agiter les trois autres.

Tancred n’avait pas l’air d’en souffrir. Soit parce qu’il était surentraîné, soit parce qu’il était installé sur l’autre siège avant.

Haylor et Dogaku, installés à l’arrière, sentaient leurs estomacs s’accrocher de son mieux au moindre virage. La créature de l’écossaise, sagement callé entre eux, avait pour sa part l’air d’apprécier le manège. A chaque secousse, il laissait échapper des « Yuk yuk ! »  énergiques, qui redoublaient d’intensité lorsque Hrungnir faisait des folies.

Et quand ça n’était pas le cas, il se contentait d’agir comme n’importe quel enfant turbulent durant un voyage. Par exemple en tapant du pied contre les sièges avant, s’efforcer d’attirer l’attention des autres passagers, ou encore en gratouillant inlassablement l’épaule droite de Dogaku.

-Euh… tu veux quelque chose, petit ?
-Ack !
-Héhé… ouais. Ce qui veut dire ?, adressa-t-il à l’anglaise.
-Que c’est l’heure de la sieste, marmonna cette dernière d’un air sombre. Désolée pour le dérangement. Allez, viens par là, toi…

Ce faisait, elle se pencha vers le petit monstre et ajusta trois des chaînes qui lui enserraient le cou. Une fois sa gorge soigneusement ligotée, miss Haylor commença à tirer férocement dessus, pour étrangler la bête. La créature gigota un peu, mais la laissa largement faire. Le nabot s’affaissa finalement, en se contentant de lâcher un ricanement étouffé pendant qu’elle achevait sa sombre besogne.

Intrigués par le bruit, Hrungnir et Tancred se retournèrent. Entre le suédois qui grimaçait comme s’il regardait un film d’horreur, et la jeune femme qui étouffait de son mieux les râles enjoués de son monstre, il y avait de quoi faire.

-Eh, regarde plutôt la route, toi.
-Attends, c’est pas tous les jours qu’on assiste à un dressage de grosse brutasse maléfique, nan mais.
-J’ai dis, la route, insista Tank en le retournant de force.
-Pffff, tropasdrôle. Dîtes, j’pourrais prendre des photos du gamin, après ? Photo souvenir, tout ça ?
-Certainement pas, répliqua Haylor.

Puis, voyant que Dogaku la regardait comme si elle venait de commettre un meurtre, avec des yeux grands comme des vitraux, elle s’expliqua. Sans trop savoir quoi dire, comme à chaque fois que son petit protégé la gênait, elle tenta une approche maladroite.

-Ne vous inquiétez pas. Je ne vais pas vous faire la même chose, plaisanta-t-elle.
-Euh… qui ça, moi ? Ha ha ha… bien sûr, non…

Il n’avait pas imaginé que la sorcière puisse avoir de l’humour. Et c’en était un qu’il n’appréciait pas le moins du monde. Il la voyait très bien essayer de l’étrangler, lui aussi. Et s’aplatit un peu plus contre la vitre pour s’en prémunir. Il ne voulait pas spécialement finir comme le pantin, désarticulé et oscillant passivement au rythme de la conduite de Hrungnir.

Elle du se rendre compte de l’effet qu’elle venait de produire, car elle estima utile de continuer.

-Galamoth n’est pas humain. Je l’ai juste engourdit. Jusqu’à ce que je lui desserve ses chaînes. Tout simplement. Je vous assure que tout va bien.
-…
-Considérez que ce que je viens de faire est parfaitement normal, s’il vous plait. Il s’agit d’un monstre. Un monstre particulièrement, extrêmement dangereux, qu’il faut contenir avec fermeté.
-Un monstre extrêmement dangereux.. ?, commença à s’inquiéter Sigurd.
-Non, non, non. Je le maîtrise parfaitement. Ne vous inquiétez pas. Vous ne risquez absolument rien. Ce que je cherche à vous dire, c’est que… ah.
-…
-Est-ce que vous pouvez arrêter de me regarder comme ça, s’il vous plait ? Je ne suis pas une folle, une psychopathe, ou une… je ne sais quoi.
-Non, non… sûrement pas…

Dogaku hocha la tête, l’air absolument pas convaincu. Un mauvais pressentiment qui fut renforcé par l’intervention de Hrungnir.

-N’empêche que t’as du courage, Sigurd. Juste à coté du monstre !
-Euh… le monstre ?
-Pas étonnant, venant du maître de guerre. La place la plus dangereuse !, reprit Hrungnir, admiratif.
-Vous n’avez pas idée, confirma Haylor, l’air maussade.
-Comment ça, vous n’avez pas idée !?
-Non, non : vous ne risquez rien, Sigurd. Je vous le répète.
-Bien sûr, qu’il ne risque rien !, s’exclama le russe. Après les commandos aliens, c’est pas l’une des pires terreurs océaniques qui va…
-La route, l’interrompit aussitôt Tancred en lui agrippant la joue pour le recentrer sur le virage qui s’annonçait.
-Mais ouais, chuis large. T’en fais pas.

Les trois passagers eurent un haut le cœur en voyant leur véhicule manquer de peu la rambarde qui les séparaient du décor. Avec un autre véhicule présent sur la route, ç’aurait été un carambolage assuré. Même avec ses entraves qui l’abrutissaient complètement, le petit être pouffa un « Uonk » d’excitation, comme s’il en demandait d’autres.

-Euh… arrêtez avec ça, s’il vous plait. Pis d’abord, j’aurais plus peur à la place de Tank, plaisanta Sigurd en ricanant pour changer de sujet. Faîtes gaffe, parait que c’est le siège maudit. Surtout quand le conducteur fonce dans le tas.
-Hein ? Meuhtropas ! Tout va bien.
-Bien sûr, s’amusa l’américain. La sorcière vient de dire exactement la même chose en ce qui concerne son petit monstre. Tout va bien.
-Et je suis encore moins rassuré, maintenant… ‘heureusement que Pad’Bol a rien signalé du tout, hein.
-Je crois qu’on va s’en arrêter là. Hrungnir, gare le véhicule.
-Hein ? Quoi ?
-Je vais prendre le volant, confirma Tank.

Les jérémiades du russe retentirent, et Hrungnir tenta même d’accélérer pour être sûr que personne ne lui prenne sa place. La circulation avait beau être clairsemée, les trois autres commencèrent à craindre pour leurs vies.

-Mais vous êtes fou !? Arrêtez-vous immédiatement !
-Meuh nan, c’est cool.
-Tout de suite, comme l’a dit la dame, insista Tank en se chargeant des commandes.
-Hééééé !

Seul Dogaku resta calme. D’après son spectre, ils ne risquaient réellement rien du tout. Mais Hrungnir était bien assez inconfortable pour qu’il décide de garder l’information pour lui.

-Pfff, trop pas juste. Rhooo, pis en plus c’est que des grandes lignes droites, maintenant. Vraiment, vous êtes que des…
-Allez, faut pas le prendre mal. Moi non plus, je ne conduis pas.
-Encore heureux, s’amusa Tank. La belle au bois dormant qui prend le volant ? Ca pourrait pas être pire que Russkof, cela dit.
-Russkof ?
-La belle au bois dorm
… eeeeh, comment vous savez ça, d’abord ?, protesta Dogaku.
-C’est votre copine, la brune. Elle nous a demandé de faire attention à vous en son absence.
-Brune… Soon ? Quand est-ce qu’elle vous a parlé ?
-Vous êtes parti vous changer. Après la piscine.
-Et elle vous a dit… ?
-Tout ce qu’il y a à savoir.

Tancred avait eu du mal à retenir l’ensemble des recommandations de la sud-coréenne, qui avait l’habitude de materner son compagnon quand ses petites crises de sommeil apparaissaient. Qu’à cela ne tienne, la jeune femme avait prit les devants en les rédigeant les instructions de base sur une petite feuille de calepin. Tank s’était contenté de l’enfoncer dans sa poche après en avoir survolé deux lignes : il n’avait pas la moindre envie de jouer aux baby-sitters, mais estimait que ça pourrait toujours servir.

-C’est bizarre, elle m’a rien dit du tout, à moi, remarqua Hrungnir.
-Je me demande bien pourquoi, ironisa l’écossaise, en arrachant un sourire à l’américain.
-S’pas juste, enfin ! Moi aussi, j’adorerais pouvoir couvrir les arrières de Sigurd Dogaku, le Maître de Guerre. Vous voir en pleine action, ça doit être vraiment…
-Rien du tout. Je fais vraiment rien du tout de particulier, hein.
-Ouais, ouais, c’est ça. Vous me direz ça après m’avoir parlé de votre arme secrète. L’Ange de la Mort.
-Le quoi ?
-Le célèbre Pad’Bol, continua Hrungnir comme s’il affirmait une évidence connue de tous. C’est comme si vous aviez pactisé avec un démon, non ? Bigre. Ca fait quel effet ?
-J’ai pas du tout pactisé avec… je ne suis absolument pas… rhoo… Tank, Haylor ? Vous pouvez dire quelque chose ?
-Je peux le museler, proposa le soldat avec un demi sourire.
-Moi aussi, lâcha plus sombrement la sorcière.
-Haha ! Avec vos chaînes ? Je m’en doutais ! En fait, c’est pas juste des chaînes de mauvais goût, elles ont des pouvoirs magiques, non ?

L’écossaise ferma péniblement les yeux en comprenant que le russe avait changé de cible, et s’intéressait maintenant à elle. Car quand il ne conduisait pas, Hrungnir se sentait obligé de parler, encore et encore, encore et encore. En guise d’exutoire, la miss s’imagina lui passer une de ses chaînes en travers de la gorge pour le forcer à se taire. Ca n’était pas bien compliqué : il était assis juste devant elle, et se laisserait probablement faire si elle le lui demandait, mine de rien.

Heureusement, son silence avait été suffisant pour que le russe s’en prenne maintenant à Tancred. Hrungnir s’efforçait maintenant de le convaincre de lui laisser le véhicule, une fois qu’ils auraient terminé la mission. Juste une semaine, demandait-il.

Il était tellement bruyant que la jeune femme commençait à avoir mal au crane. Les longues heures de route qu’ils avaient fait, et qu’ils avaient encore à faire ne l’aidaient en rien. Et alors qu’elle se massait délicatement le visage pour reprendre contenance, le suédois remarqua quelque chose.

-Euh… vous avez un truc qui dépasse… là. Votre bras.

Il avait parlé à voix basse, pour éviter que le russe ne l’entende. S’il avait vu la protubérance métallique qui dépassait de l’avant-bras de la sorcière, il l’aurait forcément inondée de questions, avait pensé Sigurd.

Avec la même expression que si elle se contentait de simplement remonter ses manches, l’anglaise pinça la chaîne en question et la déplaça vers son coude, en l’enfonçant méthodiquement dans ses chairs.

En voyant la tête de son coéquipier, elle afficha un petit sourire narquois.

-Waw. C’est… euh… euh… har har har…
-Répugnant ?, s’amusa-t-elle.
-… je cherchais quelque chose de plus sympa à dire, mais y’a de l’idée.
-Evidemment. Pas un mot à Hrungnir, s’il vous plait.
-Surtout pas.
Mais, euh… qu’est ce que c’est ?
-Ces chaînes ?, hésita l’écossaise. Il y a un peu de tout. Des glyphes, des talismans, des grigris… ce sont mes outils, si vous voulez.

Sigurd sentait qu’elle n’était pas très à l’aise avec le sujet. Peut être qu’elle n’assumait pas ses pouvoirs. Ou quelque chose comme ça.  

Heureusement pour elle, Tancred commençait à avoir sa dose de Hrungnir pour la journée. Et, plutôt que de l’avoir simplement envoyé balader, il l’avait redirigé sur l’un de ses coéquipiers.

-Hey, Sigurd. Tank vient de me faire remarquer un truc vachement pertinent.
-Ah…?, s’inquiéta le blondinet.
-Ouais.
-Et ?
-Votre copine, l’asiatique. Elle avait l’air sacrément inquiète, avant notre départ. Plus pour vous que pour le volcan, étrangement. Ca cache quelque chose, ça ?
-…
-…
-...
-Non?
-...
-…
-…
-C’est vrai qu’elle avait l’air… de beaucoup tenir à vous, renchérit Haylor, étrangement curieuse.
-Quoi, vous aussi vous vous y mettez !? Traître !
-Et pourquoi pas? Elle est venue me voir, moi aussi.

-Tout le monde s’ennuie, c’est ça ? C'est quoi ces histoires de ragots à la noix ? Quand est-ce qu’on arrive, pitié ?
-Longtemps.
-Naaaaan.

-Alors ? Alors ?
-Alors rien du tout.
-C'est-à-dire ?
-Rieeeeen.

avatar
Sonaka
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 709
Date d'inscription : 04/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Mission] Quatre agents et un volcan

Message par Kentaro le 30/12/2013, 00:55

« C'est ça, vas-y, dis que j'ai une conduite brutale, aussi, tant qu'on y est ! Grogna Tank.
_ Nan, nan, je voulais pas du tout dire ça, se défendit aussitôt Sigurd. Je disais juste que...
_ … Que t'as une conduite plutôt poussive, compléta aussitôt Hrungnir devant l'hésitation de son collègue.
_ Poussive !?
_ J'aurais peut-être dû dire pépère ?
_ Heu... nan, c'est pas non plus ce que je voulais dire, déclara le Suédois.
_ Confond pas poussive et prudente, bonhomme. Si je ne roule pas à tombeau ouvert, c'est parce que je fais attention à la route, moi, répliqua Tancred.
_ Oh genre ! La route ne va pas s'envoler parce que tu regardes ailleurs, tu sais, rigola le Russe.
_ Pas la route, le trafic, si tu préfères.
_ On est les plus gros, personne ne risquera la collision, va !
_ Non, mais moi, tout ce que je demandais, c'est un peu moins de zig-zag sur l'autoroute, revint à la charge le Suédois.
_ ça c'est fort ! C'est quand même pas ma faute si les gens qui se traînent avec leurs poubelles s'éparpillent sur toutes les voies. 'faut bien que je pense quand même.
_ Ch'uis d'accord avec Tank, le soutînt Hrungnir. Y'a quand même un sacré paquet de lambins qui polluent les routes, c'est pas facile.
_ Ce ne sont pas des lambins : ils respectent les limitations de vitesses, eux, intervint Haylor. Et faire partie de la RIP ne nous donne aucun passe-droit à ce sujet, dois-je vous le rappeler ?
_ Naaan, mais les compteurs ne donnent qu'une approximation sous-valuée de la vitesse réelle, rétorqua Tank. Si on doit pas dépasser la vitesse qu'ils indiquent, autant se mettre au cheval, on ira pas plus vite.
_ De toute façon, je n'ai jamais compris pourquoi les constructeurs insistent pour mettre ce fichu compteur. 'faut être vachement narcissique pour s'intéresser constamment à la vitesse à laquelle on va à chaque instant, quand même...
_ Mais je voulais juste... »

Un raclement de gorge très insistant – les deux tentatives précédentes s'étant révélées inaptes à attirer l'attention – retentit, ramenant l'attention du quatuor d'agents de la RIP au petit homme qui leur faisait face, à l'autre bout de la table, près du vidéoprojecteur. Zaqi Smith (son véritable nom de famille était tout bonnement imprononçable pour les occidentaux), le grand patron de la Société de Protection Mystique du Nord de l'Indonésie, les toisait d'un air fatigué. Et fatigué, il l'était réellement, en tant que big boss de la plus grosse organisation nationale du coin, confronté au plus grand défi de son histoire et visiblement complètement dépassé par les événements.

« Écoutez, je comprends que le voyage a du vous paraître long, mais si vous pouviez faire preuve d'attention juste quelques minutes... Maugréa le petit père dans un anglais parfait.
_ Veuillez excuser cette malheureuse digression, répondit Haylor. Nous vous écoutons.
_ Bien. Pour commencer, le plus simple est de vous renseigner sur ce avec quoi vous allez devoir traiter : les Naga. Il existe deux types majeurs de Naga : les Naga communs, que vous pouvez voir ici, sont les plus nombreux et sont au serpent ce que le centaure est au cheval. Une sorte d'hybride dont la partie supérieure est humaine. La partie humaine varie néanmoins en terme de paires de bras, celles-ci oscillant entre une, comme vous et moi, et trois. Plus un Naga a de paires de bras et plus sa caste est importante, socialement parlant.
_ Et pour les Naga non communs ?
_ Ceux-ci sont en quelques sortes nos dragons, par chez nous. Leurs formes varient énormément, leurs seuls points communs étant l'absence d'attributs humains et leurs apparences relativement serpentines. »

Zaqi appuya sur une touche et plusieurs images défilèrent sur l'écran de projections, montrant toutes sortes de monstres, plus grands que des maisons, et ressemblant tantôt à des sortes d'hydres, tantôt à des serpents, tantôt des choses encore plus grotesques.

« Ces bestioles tiennent sont surtout de gros animaux mythiques, contrairement aux Naga communs, mais elles sont peu nombreuses : vous ne devriez pas en rencontrer avec un peu chance.
_ Avec un peu chance ?
_ Elles maîtrisent toutes un ou plusieurs pouvoirs élémentaires. Ce ne serait pas de la tarte à affronter.
_ Heu... Attendez un instant, tilta Sigurd. Comment ça, affronter ? Ce sont ces bestioles qui sont à l'origine du volcan ?
_ La situation est plus compliquée que ça. Pour commencer, il faut que vous sachiez que nos spécialistes s'appuie essentiellement sur ces Naga mythiques pour tirer leur pouvoir. Par l'intermédiaire de prières, de rituels d'envoûtements, des pactes, ce genre de choses... Nous avons la capacité d'utiliser, à un niveau moindre, leurs aptitudes élémentaires. Un peu comme s'ils étaient nos esprits gardiens, en somme. C'est ce qui a fait de notre organisation la plus puissante et donc la plus influente du pays. Et c'est là qu'une partie du problème commence : nous avons perdu ces pouvoirs.
_ Comment ça ? Ils résistent à toutes vos méthodes de récupération de pouvoirs ? S'étonna Hrungnir.
_ On peut dire ça, avoua Zaqi.
_ Non, quelque chose ne va pas, rétorqua Haylor. Vous passez par différentes méthodes de liens, elles n'auraient pas pu être contournée toute en même temps. Qu'est-ce qui se passe ?
_ Nous l'ignorons et c'est l'un des pans du problème. Sans ces pouvoirs, nous sommes totalement inoffensifs. Pire : certaines factions plus extrémistes, qui emploient d'autres sources de pouvoirs, nous surclassent complètement, dorénavant. Ils ne vont pas être long à s'apercevoir que nous sommes sur la touche. Or ils n'ont jamais apprécié notre politique conciliante vis-à-vis des Naga. Je vous laisse imaginer ce qui pourrait se passer.
_ Laissez moins deviner... Des Paladins ? Donc notre objectif est de trouver pourquoi vos pouvoirs ne marchent plus ? Demanda Sigurd.
_ Hé bien, ça nous permettrait de pouvoir prendre la suite, à tout le moins.
_ Et à propos des obtentions de pouvoirs, quelles sont les règles de priorités ? Demanda Hrungnir.
_ Pardon ?
_ Il y a quelques mois, j'étais sur une autre mission de la RIP : un groupe de Démonistes était venu se plaindre d'abus de pouvoirs, pensant qu'ils avaient perdu leurs pouvoirs démoniaques à la suite d'une intervention de la RIP. Or comme ils se conformaient au traité d'Helsinki, il n'y avait aucune raison à ce que la RIP engage la moindre mesure de rétorsion contre eux.
_ Et quel est le rapport avec notre histoire ? Fit Tank qui n'aimait pas les détours inutiles dans les briefings.
_ J'y viens : ces démonistes obtenaient des pouvoirs démoniaques en pactisant avec les démons. Mais en fait, leurs pactes fonctionnaient toujours. Simplement, le démon utilisait tous ses pouvoirs à autre chose, qui était prioritaire en vertu de je-ne-sais-pas-quoi. Une fois qu'on l'a convaincu de laisse tomber cet autre chose, tout est rentré dans la normal.
_ Simple curiosité, c'était quoi cet autre chose ? Demanda Sigurd.
_ Ce démon et huit autres s'étaient mis en tête d'ouvrir un portail démoniaque permanent à Londre. Ça leur bouffait tous leurs pouvoirs, donc ils n'avaient plus rien à donner aux démonistes, tout simplement.
_ Donc les Naga-dragons utilisent leurs pouvoirs pour autre chose, d'envergure. Un lien avec le volcan ? Supposa Sigurd.
_ Aucune idée, mais j'ai hâte de le savoir ! S'enthousiasma le Russe. Roooh, des dragons qui réveillent des volcans, ça serait juste génial, vous ne trouvez pas ?
_ …
_ Vous ne trouvez pas ??
_ D'accord... Donc si je résume, on est en mission diplomatique chez les Naga pour savoir pourquoi les gros consacre leur pouvoir à autre chose, ce que c'est et comment y remédier. C'est bien ça ? Résuma le Suédois.
_ En fait, c'est plus compliqué que ça... fit Zaqi.
_ Ben tiens...
_ La mission ne sera pas tout à fait diplomatique, en fait. Les Naga sont actuellement farouchement hostiles, bien que nous ignorions pourquoi.
_ De mieux en mieux, soupira Tank. Donc on fait quoi ? On fonce dans le tas ?
_ Mais quelle idée ! Railla Sigurd.
_ Ben si c'était une mission d'infiltration discrète, on ne m'aurait pas intégré à la mission, signala le marine.
_ Ben, c'est-à-dire que... bredouilla Zaqi.
_ M'enfin, personne n'a lu mon CV ?? Bon, on en sait plus sur les forces ennemis en présence ? Maugréa Tank.
_ Oui. Les Naga sont pour le moment peu nombreux.
_ Pour le moment ? Tiqua Haylor.
_ La surpopulation des uns et des autres a conduit les humains et les Naga a une lutte sans pitié pour la possession de cette île, par le passé. Les Naga ont perdu cette guerre, mais nous ne les avons pas exterminé. Ils se sont installés dans les grottes et les souterrains au nord de l'île et, afin d'économiser les places et les ressources, la majeure partie d'entre eux se sont placés en stase. Et depuis ce temps, ils aménagent lentement mais sûrement leur territoire pour subvenir à leurs besoins. Mais d'après les derniers rapports, ils réveillent de plus en plus d'individus en stase.
_ Les mêmes que ceux qui ont perdu la guerre d'il y a belle lurette ? S'inquiéta Sigurd.
_ Oui.
_ D'où le revirement d'attitude à « farouchement hostile »... fit Tank.
_ Exact. Pour l'instant, les incidents sont peu nombreux et nous avons étouffés ces affaires, mais ça ne durera qu'un temps. Et lorsque cela éclatera au grand jour, je vous laisse imaginer la réaction des organisations radicales.
_ Bon, et à quel genre de résistance doit-on faire face, s'enquit le marine.
_ Théoriquement, les Naga sont d'excellents maîtres d'armes, que ce soit à l'épée courbe ou à la lance. Ils manient aussi très bien les arcs courts.
_ Théoriquement ?
_ Théoriquement.
_ Et dans la pratique ?
_ Ils ont obtenus des désintégrateurs.
_ Pardon !? Sursautèrent les agents de la RIP.
_ Ils ont des fusils qui projettent des faisceaux d'énergie qui réduisent les gens en poussière, explicita Zaqi.
_ Nan mais on sait très bien à quoi s'attendre quand on parle de désintégrateur, hein...
_ Mais comment ont-ils obtenus ça, demanda Sigurd. Je veux dire : ce n'est pas une technologie terrienne, ça !
_ Oui.
_ Et ils en étaient encore à l'épée et à l'arc peu auparavant ?
_ Oui.
_ C'est génial, nan ? Fit candidement Hrungnir.
_ Non. Enfin, c'est à vous de voir, c'est vous qui allez devoir composer avec.
_ Génial !
_ Nan mais y'a un truc qui cloche, revint à la charge le Suédois. Comment ont-ils passé un tel cap technologique en aussi peu de temps ? Il y a forcément une manipulation extérieure derrière ça.
_ Oui, mais nous ignorons laquelle.
_ J'ignore si ç'a un lien avec le volcan, mais je suppose qu'il faudrait vérifier ça aussi, grogna Tank. Juste pour voir, il est situé où, ce volcan, par rapport à leur territoire ?
_ Heu... c'est plus ou moins leur cœur.
_ C'est votre façon de bizuter les nouveaux venus, dans la RIP ?
_ Nan, c'est toujours comme ça, en fait...
_ Et c'est tout, concernant les mauvaises nouvelles ? S'enquit Sigurd.
_ Vous ne pourrez pas atteindre le volcan en passant par la surface, vous seriez bien trop facilement repéré. Il vous faudra vous engager dans leurs souterrains. Et évitez les patrouilles et les foyers de populations Naga.
_ Et je suppose que vous n'avez pas les plans des souterrains ?
_ … Non.
_ Super...
_ Mais on connaît quelques-unes de leurs entrées.
_ 'faut bien commencer quelque part » Soupira Sigurd.
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Mission] Quatre agents et un volcan

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum