Mission : escorte commerciale [Rang C] (accomplie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mission : escorte commerciale [Rang C] (accomplie)

Message par Takeshi Masumane le 24/3/2008, 13:08

Rang C : Mission d’escorte


Membres :
- Team Hakumei
- Takeo Hakumei, Gensou, Jounin
- Chiraku Mizu, Gensou, Genin
- Cacaunoy Marwais, Gensou, Genin
- Yozo Hamu, Gensou, Genin
- Akkurenaï Hakizito, Chikara, Genin
- Takeshi Masumane, Chikara, Genin

Détails de la mission :
Le patron d’une société financière et commerciale est venu à Gensou pour faire l’acquisition de minéraux rares, que l’on trouve principalement dans les grottes sous les chutes de Gensou, ainsi que des matériaux bruts, qui serviraient au développement du port d’Epolas, ville côtière de l’Est du Yuukan, non loin de la frontière avec Suiteki.
Mais le voyage de Genou à Epolas ne sera pas sans risques, aux vues de la cargaison acheminée.

Objectif :
Escorter le convoi jusqu’à Epolas.

Conditions de la mission :
Le convoi doit arriver dans les temps, sans perte de ressources, autant matérielles qu’humaines.
Pas d’opérations offensives, ou diverses tentatives d’espionnage industriel et/ou militaire.
Le temps du transport ne doit pas dépasser 3 jours (4 selon les normes syndicales).

Récompense :
Contrat d’exclusivité entre Gensou, la société Koueki et la ville d’Epolas.
Plus une récompense substantielle pour chacun des participants à la mission, représentant environ 2000 ryos/TTC, en fonction du travail fourni au cours de la mission.
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La mort de Misaki

Message par Takeshi Masumane le 24/3/2008, 13:12

*Pfff, déjà le matin ?*
J'ouvre un œil, puis l'autre. J'ai la langue pâteuse, et les membres endoloris. Mes pieds sont glacés, et mes mains. Mes mains.
*Putain c'est quoi ce délire ?*
Je porte des gants, et ceux-ci sont couverts de sang. Je suis tellement surpris que je tombe du lit.
*Bordel... Faut pas réveiller Misaki, elle doit pas me voir comme ça.*
Je relève la tête et la vois, elle, si douce, si délicieuse, mais si blême, dormir sereinement. Elle me tourne le dos mais je suis sur qu'elle sourit.
*Bon, vite on nettoie ça, et ni vu ni connu, je me recouche... Comment ça a pu m'arriver s't'histoire ?*
Pensif, je me dirige vers la salle de bain, pour me laver, mais arrivé devant le miroir, un frisson parcourt mon dos, et je me fige d'effroi.
*Que...*
En lieu et place de mon habituel pyjama de soie, je porte une tenue noire, surement conçue pour des missions d'infiltration et d'assassinat, la coupe fine et moulante.
Et ces vêtements, eux aussi sont maculés de sang.
En y regardant de plus près, j'ai également quelques traces rouges coagulées sur la visage. Je porte aussi mon bandeau de Chikara. Déstabilisé, je décide de retirer tout ces habits souillés, pour me laver. Je me détourne de la glace, et retire mes gants, puis la tenue noire.
Une fois nu, je retire le bandeau frontal, et tombe à la renverse, sous le coup d'une autre surprise.

*Mo... Mon... Mon œil... Il... Voit ?*
Je porte une main sur mon faciès balafré, et constate effectivement que j'ai de nouveau un globe oculaire dans l'orbite gauche.
D'un bond, je me remets debout pour observer tout cela de plus près. Et le miroir me renvoie l'image d'un jeune garçon, avec deux yeux, et une légère cicatrice persistante, sur le coté gauche du visage. Mais rien de comparable à mes blessures d'avant.
Quand à mon nouvel oeil, il est différent de celui d'origine. En effet, le droit est vert, et le gauche est bleu.

*Bleu... Bleu ? Mais j'ai les yeux verts ! C'est Misaki qui a les...*
Un pressentiment terrible s'empare de moi, et je me mets à courir dans la chambre, en direction du lit.
Arrivé à sa hauteur, je tire d'un coup le drap et hurle devant la vision macabre et diabolique qui s'offre à mes yeux.
La maisonnée s'agite, des gens montent les marches, alertés par mon cri déchirant.

*C'est pas possible... Non je fais un cauchemar, je fais un cauchemar ! Ça ne peut être réel !*
Takeshi - Ça ne peut être réel ! C'est pas possible !
Je recule sur les quatre membres, fesses à terre. Mon menton tremble, et les yeux me piquent. Un sentiment que j'avais oublié ressurgit en moi.
Le même que lorsque Idato est mort.
Le même que lorsque Todaki est mort.
Le même que lorsque Tsukaï est mort.
Le même. Et c'est au tour de Misaki de mourir.
Là, sous mes yeux, elle est morte. Son visage couvert de sang, les paupières ouvertes, mais seul l'œil droit est à sa place. la gauche n'y est plus. C'est moi qui l'ai.

*Non ! Ça peut pas être moi ! J'ai pas pu lui faire ça ! Jamais !*
Et pourtant les faits sont là, mais je ne me souviens de rien.
La porte s'ouvre à la volée, dans un craquement sinistre. Le verrou, fermé, explose.
S'ensuivent des hurlements et autres crises de larmes.

Plus tard dans la matinée, je me retrouve dans le salon, en compagnie de mon père et de celui de Misaki.
La tête entre les mains, j'entends son père hurler contre moi, jurer, et me maudire.
Le mien tente vainement de le calmer.

Kaneshiro - Comment ce garçon a-t-il put faire pareille chose ? Qu'il m'explique, ou je le tue de mes mains !
Ideshi - Voyons ! Kaneshiro ! Ne le blâmez pas, il nous a dit qu'il ne se souvenait de rien ! Calmez-vous...
Kaneshiro - Rhaaa ! Je me calme... Mais qu'il parle, bon sang ! Votre fils est-il devenu muet ?
Takeshi - Non, je réfléchi... Si vous arrêtiez de hurler, monsieur, peut-être pourrais-je trouver une explication...
Kaneshiro - Comment ? Quelle insolence ! C'est insensé !
Ideshi - Pardonnez-le, mais il est tout autant sous le choc que vous. Suivez moi dans l'autre pièce, voulez-vous ?
Kaneshiro - Bien... Quand à toi, jeune homme, sache que tu ne t'en sortiras pas impunément...
Ils sortent, et me laisse à mes démons. La culpabilité me ronge, car je suis persuadé que c'est moi qui ai fait ça, mais aucun souvenir ne me revient.
*Comment ? Jamais je n'aurais fait ça volontairement... On m'a donc forcé à le faire ? Jamais je n'aurais accepté. Alors comment ?*
Je me lève et traverse la maison d'un pas décidé.
*Dans la salle, avec tout ces livres, y aura forcement des informations sur ce qui m'est arrivé...*
Je marche au travers du jardin, puis rentre dans le pavillon du thé. Je passe la porte de la salle, et descends les marches. Une fois en bas, j'allume les torches, et comme d'habitude, une douleur fulgurante envahit mon épaule.
Je me plonge alors dans l'étude méthodique de tout les livres qui pourraient avoir un quelconque rapport avec un des évènements de cette nuit.
J'invoque donc quatre clones d'ombre pour m'aider dans mon investigation.


Toute la journée est donc vouée à l'étude de divers registres, manuscrits et autres ouvrages, le tout traitant de sujets tels que le chakra, les clones, les kamis, les superstitions locales, le genjutsu.
*Le Genjutsu... "Art ancestrale du ninja, lui permettant d'agir sur les sens de son adversaire, et ainsi troubler sa perception des choses."*
Ce sujet semble être très intéressant. Car malgré les quelques bases qu'on nous enseigne à l'académie, le genjutsu est souvent mal vu au sein de Chikara. Aussi, des ninjas spécialisés dans ce domaine sont rares dans la région.
*Les chikarates sont superstitieux et traditionalistes. Impossible de leur faire admettre les choses. Le genjutsu est employé massivement par toutes les autres puissances ninjas, et se priver de ce talent relève de l'idiotie...*
Visiblement, la source de connaissance fournie par les livres du clan ne contient que peu d'ouvrages traitant ce sujet. Aussi, je me décide à les lire tous, moi-même.
Une fois que mes clones ont rassemblés devant moi tous les livres parlant de genjutsu, je les fait disparaitre.
Puis une longue lecture s'ensuit, au terme de laquelle je m'attaque au dernier registre. Il s'agit d'une sorte de répertoire des diverses techniques de genjutsu les plus pratiquées, ainsi qu'un bref descriptif de chacune.
Sont ainsi notées toutes les infos nécessaires à la mise en pratique. Mais ce n'est pas mon domaine, et je ne m'y connais que trop peu. Ainsi, je décide de remettre cela à plus tard.

*Je dois aller voir mon père. Il pourras peut-être m'en dire plus, lui qui cotoit tant de ninjas d'élites... Il y en a forcément un, ne serait-ce qu'un seul, qui s'y connaît un peu en genjutsu... Allons-y !*
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

"Partir à Gensou"

Message par Takeshi Masumane le 24/3/2008, 13:17

Je remonte les marches quatre par quatre, et retourne dans la maison. Une fois dans la salle principale, deux ninjas des forces de maintien de l'ordre de Chikara sont présents.
*Ils sont là pour moi...*
Puis mon père entre dans la pièce, et salue chaleureusement les deux hommes.
Ideshi - Allons messieurs, comment vous portez-vous ? Votre femme va bien ? Et vous, vos enfants ?
Officier - Oui, ça va merci...
Officier - Euh, nous sommes là pour...
Takeshi - Moi.
Je m'avance vers eux, d'un pas ferme, les regardant droit dans les yeux. Mais mon père fait obstruction.
Ideshi - Voyons, messieurs, c'est une sale histoire, certes, mais je vous assure que nous réglons ça directement avec le père de la victime, qui ne portera pas plainte. Aussi, vous n'avez plus rien à faire ici, et je ne souhaite guère vous retenir plus longtemps... Vous pouvez disposer.
Officier - Bien ! Sieur Masumane ! Sieur Takeshi !
Il s'éloignent alors, au travers de l'allée principale, vers la porte de la propriété. Comme poussé par le vent, je les suis à grandes enjambées, puis les rattrape.
Takeshi - Excusez-moi, messieurs. Deux choses... L'une. Qu'est-ce que je risque ? Je veux dire, sur le plan judiciaire ?
Officier - La peine de mort, à n'en point douter...
*La peine de mort ? Fais chier !*
Takeshi - Voilà une chose de faite...
Mon regard se perd, scrutant pensivement l'horizon.
Officier - Et l'autre chose ?
Takeshi - Ah ! Euh... oui, pardon... L'un de vous s'y connaitrait-il en genjutsu ?
Officier - En genjutsu ? Non, pas moi... Et toi ?
Officier - Ben moi non plus... On en entend peu parler par ici, surtout après l'académie. Mais il me semble me rappeler que c'est la spécialité de Gensou, au même titre que le taijutsu pour Chikara...
Takeshi - Gensou ? Merci !
Je retourne vers la maison, riche de cette nouvelle information.

Takeshi - Père, avez-vous de bonnes connaissances en genjutsu ?
Il semble surpris par ma question, mais reprend vite une expression neutre, comme à son habitude.
Ideshi - Assez peu, en réalité... Je suis spécialisé comme tu le sais dans le ninjutsu, mais les illusions... Enfin, c'est bon pour ceux de Gensou !
Takeshi - En parlant de Gensou... Je souhaiterais y aller, maintenant que le tournoi est terminé... Pour faire quelques recherches à ce sujet.
Il à l'air perplexe, mais approuve.
Ideshi - Comme tu le souhaite... Malheureusement, je ne peux pas t'aider à y aller, et je ne puis déroger personne à ta sécurité personnelle... J'ai besoin de tous les hommes disponibles, car de nombreuses choses ont lieu en Yuukan, ces derniers temps, et tout cela requiert toute mon attention.
Takeshi - Soit... Je ne sais pas si les genins de Gensou sont déjà partis... Je vais aller en vitesse à la porte du village, pour vérifier !
Ideshi - Fais vite, on ne sait jamais...
Takeshi - Aussitôt dit, aussitôt fait ! Yuugiri !

Je réapparais à 50 mètres environ des portes du village. Quelques hommes se tiennent devant, pour contrôler les passages.
Je m'avance vers eux, pour m'informer.

Takeshi - Excusez-moi, messieurs ?
Un des gardes se retourne. Son visage est parcouru par une longue cicatrice, et il n'a plus un seul cheveu.
Garde - Bonjour, jeune homme. Que puis-je pour toi ?
Takeshi - Le groupe de genins de Gensou, ceux du tournoi... Il sont déjà partis ? J'aimerais partir avec eux...
Il me dévisage, passablement étonné.
*J'avais oublié... J'ai les yeux verrons. Il va falloir que je remette ce foutu bandeau... Sinon, on pourrait me poser des questions... Personne ne doit savoir !*
Garde - Et bien, je vais consulter le registre, et je te dis ça !
Takeshi - Merci bien...
Il fait demi-tour, et rentre dans le poste de surveillance.
Pendant ce temps, je malaxe mon chakra.

*Si jamais j'ai assez de temps avant leur départ, je vais pouvoir travailler un peu le genjutsu dans la salle...*
Il revient alors en trottinant.
Garde - Selon mes collègues, la délégation gensouarde est censée partir dans l'heure. Tu ferais mieux de les attendre ici...
Takeshi - Non merci... Moins d'une heure ? Ça me laisse assez de temps pour préparer mes affaires.
Garde - Tu es sur d'avoir le temps de rentrer chez toi ?
Je le regarde et lui souris. Puis je lance mon Yuugiri no Jutsu, et disparait.

Une fois arrivé chez moi.

*J'aurais bien aimé voir sa tête !*
Puis je me dirige vers ma chambre. Une fois en haut, je prends un petit sac en toile, un sac de voyage. Je mets dedans deux trois choses utiles. Je passe le sac à mon épaule, et redescends au rez-de-chaussée, puis retourne dans la salle du clan.

Une fois à l'intérieur, le même rituel qu'à l'accoutumée.

*Toujours cette satanée brûlure dans le dos... Et à chaque fois plus forte ! Si ça continue...*
Je m'avance vers la bibliothèque, et mets quelques livres, les plus intéressants, dans le sac.
*Je prends aussi une carte du Yuukan, ça peut servir !*
Ensuite, je fais le plein de potions, même un peu plus que d'habitude, et je suis fin prêt.
*Allez je remonte dire au-revoir à mon père, et je file. Je vais faire la route avec Kyuudan et les autres !*
Montant les marches à la volée, j'arrive bientôt en haut, et referme la porte.
Une fois à l'intérieur de la maison, je cherche mon père, il n'est pas là. Puis je croise une servante.

Takeshi - Dites-moi... Où est mon père ?
Femme - Masumane-sama est parti il y a quelques minutes... Visiblement en direction des portes du village, Takeshi-sama.
*Les portes ? Il doit tenter de retarder le groupe, ou de les convaincre de me prendre...*
Takeshi - Merci ! Je pars en voyage, prenez soin de vous !
Femme - Vous aussi, Takeshi-sama... Vous aussi !
Takeshi - Yuugiri !

Une fois de plus, je me retrouve à environ une cinquantaine de mètres des portes. Les gardes sont toujours là, mais mon père aussi. Et le groupe de Gensou également.
*Ils sont déjà là ? Bon, je remets le bandeau...*
Je sors le bandeau frontal de Chikara, que j'attache autour de ma tête, et le baisse sur l'oeil gauche, comme avant.
*Putain, ça fait chier... Pour une fois que j'y voyais clairement !*
Je marche alors dans leur direction. Mon père discute avec quelqu'un. Après quelques pas supplémentaire, je reconnais en cette personne un chuunin de Gensou.
Arrivé à leur niveau, certains genins me remarquent alors. Des chuchotements s'élèvent du groupe, mais je ne m'en formalise pas. Mon père se retourne en me voyant arriver.

Ideshi - Ah, te voici enfin ! Je me suis arrangé, ils t'emmènent avec eux !
Chuunin - Content de te voir, Takeshi-kun.
Il m'adresse un sourire, que je lui rends.
Chuunin - Dépêche-toi, on doit partir. Tu es prêt ?
Takeshi - Plus que jamais !
Chuunin - Alors on embarque ! Allez, les jeunes, on rentre à Gensou !
Genin - On rentre chez nous ! Yahou !
Un des responsables du groupe se retourne, le regard sombre.
Chuunin - Commencez pas à foutre le bordel ! Le premier qui se comporte aussi mal qu'à l'aller, je l'attache à un arbre et on repars sans lui !
Le calme s'installe alors, visiblement, les menaces du chuunin aux cheveux verts ont faits effet.
Je vois Kyuudan au milieu du groupe, et décide de le rejoindre.

Takeshi - Salut ! Ça va ? Je vais faire le voyage avec vous !
Yozo - Qu'est-ce que tu viens foutre à Gensou ?
Takeshi - Ben... Disons que je compte me renseigner sur deux, trois choses, et que c'est pas à Chikara que je vais trouver les infos...
Yozo - Si tu le dis... Enfin, bienvenue !
Je regarde les autres genins présents. J'en reconnais peu, sûrement les éliminés. Mais le visage de certains me sont familiers.
*Mei-Lynn Sabishii... Cacaunoy Marwais... Chiraku Mizu... J'espère que ça va bien se passer. Enfin, à moins d'un élan générale de nationalisme extrême, je risque pas grand chose... Surtout avec les deux chuunins... M'enfin on sait jamais !*
Au milieu du groupe de gensouards, je remarque une masse de cheveux rouges, longs, détachés et pendant le long des épaules d’une jeune fille.
*Akkurenaï…*
Je vais la voir, pour lui demander ce qu’elle fait ici.
Takeshi - Salut ! Alors, toi aussi, tu pars pour Gensou ?
Akkurenaï - Oui, j’ai besoin de prendre un peu de distance avec Chikara… Et puis le prochain examen Chuunin se déroulera là-bas, donc je prends de l’avance…
Elle me sourit.
Akkurenaï - Je me sens moins seule… Au milieu de tout ce vert, mes cheveux sont un peu flash…
Nous éclatons de rire à l’unisson, attirant l’attention des autres jeunes.
Et c'est ainsi que je me retrouve à partir pour Gensou, entouré de ninjas de ce même village.

*Courage, Takeshi !*


Dernière édition par Takeshi Masumane le 24/3/2008, 15:41, édité 1 fois
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Gensou

Message par Takeshi Masumane le 24/3/2008, 13:25

La nuit tombe sur la plaine, et le soleil se couche derrière nous, donnant au désert déjà lointain une teinte dorée. Nous continuons notre route vers l'est, pour l'instant sans incident, en direction de Gensou.
Chuunin - On s'arrête pour la nuit, les jeunes ! Préparez le campement !
La lueur orangée du soir se reflète sur ses cheveux verts, et leur donne un aspect lisse et pale.
*J'aime le soir, le crépuscule... Tout est sublimé... Toutes ces couleurs ! C'est magnifique !*
Je suis tiré de ma réflexion quand un des chuunins se dirige vers moi.
Chuunin - Alors Takeshi-kun ! Pourquoi fais-tu cette route à nos cotés ? Ton père n'a dit que peu de choses, si ce n'est que tu devais le faire, pour ton propre bien...
*Mon propre bien ?*
Takeshi - En fait, je dois me renseigner sur le genjutsu... J'ai besoin de réponse sur ce domaine, et de compétences...
Chuunin - Sans vouloir trop m'avancer, j'ai... Quelques bases... Enfin, dis voir ce qui te tracasse.
*Je peux lui faire confiance... J'espère !*
Takeshi - Pensez-vous que l'on puisse contrôler quelqu'un, juste en lui faisant subir un genjutsu ? Le forcer à faire des choses contre sa volonté ?
Il semble décontenancé par ma question.
Chuunin - Contrôler quelqu'un ? Ça me parait difficile, mais peut-être qu'à un certain niveau, c'est faisable... Pourquoi ?
Takeshi - Serait-il possible de lui faire ensuite oublier tout ce qu'il vient de faire suite à ce genjutsu ? De faire disparaitre ces souvenirs, ou les sceller, hors d'accès ?
Chuunin - Et bien... Pour tout te dire... De telles questions dépassent mon niveau de maîtrise... Mais si tu viens jusqu'à Gensou, tu auras sûrement tes réponses...
Je lui souris.
Takeshi - Merci ! Bon, je vais rejoindre les autres ! A plus tard !
Chuunin - Oui ! Passe une bonne nuit, on part tôt demain !

Yozo - Take ! Viens t'assoir !
Autour d'un feu de bois, se tiennent plusieurs genins. Parmi eux, Kyuudan, Cacaunoy et Chiraku.
Takeshi - J'arrive !
La discussion semble aller bon train. Les rires et les sourires sont nombreux, et tout le monde semble heureux.
Yozo - Bon, alors, qu'est-ce que tu fous avec nous ? Pourquoi tu veux aller à Gensou, toi, le chikarate ?
Takeshi - Moi ? Et toi, alors, Yozo ?
Il semble gêné, et j'insiste bien, sur le "Yozo".
*Kyuudan... Pourquoi renies-tu ton village ?*
Voyant le regard des autres tourné vers moi, je tente de me justifier.
Takeshi - Non c'est rien... Euh... Moi ? Ben j'ai toujours voulu découvrir ce village ! Et j'ai des recherches à faire. Alors j'espère que la bibliothèque de Gensou contiendra de quoi satisfaire mes attentes...
Cacaunoy - La bibliothèque ? Tous ces livres, moi, ça me dépasse... Je n'ai jamais tant appris que sur le terrain, au combat... D'ailleurs ce tournoi à été... Comment dire ?
Chiraku - Une réussite !
Cacaunoy - Je dirais plutôt une source d'inspiration !
Genin - J'ai bien aimé, moi aussi, même si j'ai pas pu continuer... La phase finale était époustouflante, même depuis les gradins...
Akkurenaï - Merci…
La jeune fille aux cheveux flamboyants s’avance vers nous et s’assoit à coté de moi.
Le reste de la soirée, la discussion continue, sur des sujets tels que le tournoi, les grades, l'examen chuunin, les techniques, et ensuite des blagues salaces fleurissent au coin des lèvres.
C'est l'heure que choisissent les filles pour aller dormir. Voyant que la majorité va se coucher, les chuunins décident qu'ils est temps que tout le monde s'y mette.

Chuunin - On se lève à l'aube, demain ! Alors ne trainez pas ! Encore une longue route, et on devrait arriver demain soir ou le lendemain matin... Bonne nuit, les petits !

La deuxième journée de marche se déroule normalement, sans anicroche..
Au soir, plutôt que de s'arrêter, alors qu'il ne reste que quelques heures de marches, les chuunins nous font avancer de nuit.
Entourés par des cris de loups affamés, et d'autres bêtes indéfinissables, nous marchons, dans l'obscurité quasi-totale, éclairé par certains des ninjas maitrisant le Katon, comme Akkurenaï.
Puis, j'entends au loin le bruit d'un fleuve, et ensuite d'une cascade.

Genin - On arrive...
Même en pleine nuit tout semble lumineux, la montagne énorme de laquelle s'écoule une gigantesque cascade, s'avère être en réalité l'entrée du village.
*Original !*
Une fois à l'intérieur, on nous laisse rentrer chez nous. N'ayant aucun pied à terre ici, j'ai le choix entre le QG, ou aller avec Kyuudan.
Yozo - Senna ne devrait pas refuser, je pense... Allez, amènes-toi !
Chuunin - Au revoir, Takeshi-kun !
Takeshi - Au revoir, Togiuro-san !
Je suis donc Kyuudan vers ce qui semble être la maison de celle chez qui il vit.
Une fois arrivés, nous entrons, mais il n'y a personne. Sur la table, un mot. Kyuudan le lit, et m'annonce la nouvelle.

Yozo - Elle est partie en mission pour le compte du Kage... Encore... Bon ben, tu peux prendre le canapé, si tu veux. Moi je suis crevé, je vais dormir...
Takeshi - Ça marche ! Bonne nuit...

Au petit matin, je me lève, encore fatigué, car j'ai peu dormi. Kyuudan n'est déjà plus dans son lit.
Je me décide alors, après un petit déjeuner complet, de partir visiter le village, en quête de la bibliothèque.
Dans la rue, les gens me regardent bizarrement, comme un étranger.

*Normal, je ne suis pas d'ici...*
Et ceux qui portent un bandeau de ninja, me regardent, eux, plus encore comme un ennemi.
*On va essayer de pas attirer l'attention.*
Après une petite heure de vadrouille, je trouve enfin le grand bâtiment tant attendu.
Je rentre à l'intérieur, et on me laisse m'asseoir et profiter des livres, malgré qu'on me surveille à longueur de temps.


Dernière édition par Takeshi Masumane le 24/3/2008, 15:44, édité 1 fois
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Des bouquins et une mission...

Message par Takeshi Masumane le 24/3/2008, 13:33

La journée s’avère longue et peu fructueuse, malgré que certains livres soient très intéressants. Malheureusement, lire tout ça prendrait des mois entiers. Et je ne pense pas rester à Gensou si longtemps. Quoique.
Au final, je comprends que j’ai réellement été victime d’un genjutsu, et il semble que l’on ai scellé mes souvenirs. Car il apparaît qu’il est clairement impossible de faire disparaître les souvenirs de l’esprit des gens.

*On a scellé ce qu’on veut me cacher… Qu’ai-je donc fais qui mérite telle punition ? Pourquoi moi ? Pourquoi suis-je un assassin, une marionnette entre les mains d’un homme dangereux… On m’utilise pour tuer ! Je dois découvrir qui c’est ! Peut-être qu’en libérant les souvenirs scellés, j’en saurais un peu plus.*
Je cherche donc des livres parlant d’une quelconque manière de briser des sceaux, mais concernant des sceaux intérieurs, il n’y a rien.
*C’est sans doute une technique interdite, ou de haut niveau… Ou alors j’ai juste mal cherché… Que faire ?*
Vieille femme - Excusez-moi ? Jeune homme ?
Je me retourne et me trouve face à une vieille femme, sûrement une documentaliste de la bibliothèque.
Takeshi - Oui ?
Vieille femme - Vous êtes bien Masumane Takeshi, de Chikara ?
Takeshi - En effet c’est bien moi…
Vieille femme - J’ai reçue un message à votre attention, venant d’un certain Yozo…
*Kyuudan ? Il me veut quoi ?*
Vieille femme - Tenez.
Elle me tend un bout de papier déchiré, et sur lequel est écrit à la hâte "Viens chez Senna de suite, on a du boulot !"
*C’est quoi cette histoire ? "On a du boulot" ?*
Takeshi - Merci de votre hospitalité ! A bientôt !
Je repars aussi vite que possible, direction la maison de Senna. Mais pas de télé transportation, pour ne pas éveiller l’attention.
*Déjà qu’au cœur de Gensou, un chikarate, borgne, habillé de façon très original, ça attire pas mal, alors si en plus je disparaît et réapparaît à tout bout de champ… Hé hé !*
Un long sourire illumine mon visage. Le reste du chemin passe assez vite, et je grimpe les marches quatre à quatre, pour enfin me trouver devant la porte.
Je frappe et Kyuu vient ouvrir.

Yozo - Te voilà enfin ! On s’fait une bière ?
Essoufflé par ma course, je reste abasourdi par sa question.
*Une bière ?*
Takeshi - Pourquoi m’as-tu demandé de rentrer "de suite" si y’a rien qui presse ?
Yozo - Oh, si, ça presse un peu, mais pas besoin de courir ! Il faut juste qu’on discute un peu, on a rendez-vous qu’à dix-neuf heures trente après tout…
Takeshi - Rendez-vous ? Où ça ?
Yozo - Au QG ! A peine posé que je reçois déjà un ordre de mission… Et mon intégration au village de Gensou, à titre officiel, n’a pas encore été prononcé… Je suis allé me renseigner à ce sujet, aujourd’hui, et on m’a dit que le Kage, seul habilité à ce genre de tâche, était parti précipitamment, en réponse à un appel au secours… Enfin, on m’a dit qu’il rentrerait sous peu…
Takeshi - En quoi tout ceci me concerne ?
Yozo - Ben, je sais pas…. Tu pourrais faire la mission avec moi ? Comme au bon vieux temps ?
Takeshi - Mais j’ai du travail moi ! Je dois travailler sur les livres de la bibliothèque ! Et ça va prendre un temps fou !
Yozo - Ça attendra ! Et puis une mission, pour des genins, ça peut pas être bien long ! Tiens.
Il me tend une bière, que je décapsule avidement. Je bois quelques gorgées.
*Punaise, que c’est bon !*
Yozo - Une bonne cuvée ! Enfin… Rien de comparable à celle des ma housards… Et puis leur raclette… Et le fameux jambon à raclette de Mahou… Je sens que je vais aller y faire un tour, à Mahou !
Je l’observe, tandis que, au fil de son monologue culinaire, il se met à baver.
Yozo - Enfin, je te laisse pas le choix ! Ce soir à dix-neuf heures trente, tu me suis ! Pour le reste, on verra bien !
Nous passons le temps qu’il nous reste à bavarder tranquillement, puis sonne dix-neuf heures.

Une fois devant le QG de Gensou, une immense bâtisse, nous rentrons à l’intérieur. Il y fait bon, et il n’y a aucun bruit. Tout est calme.

*Ça change de Chikara…*
Une fois à l’intérieur, Kyuudan se dirige vers la réception.
Yozo - Bonjour, mademoiselle ! On m’a convoqué pour une mission…
Jeune femme - Oui, attendez, je regarde le registre. Yozo Hamu, c’est ça ?
Yozo - Exactement !
Pendant que la réceptionniste cherche le deuxième nom de Kyuudan dans ses fichiers, je prends le temps de contempler cette grande infrastructure. Je me perd dans mes pensées, puis Kyuu revient vers moi.
Yozo - C’est bon, le rendez-vous est fixé dans la salle cent deux, au premier étage.
Nous montons les escaliers, jusqu’à arriver devant ladite salle. Je pousse la porte, et Kyuudan entre.
Ninja - Voici enfin le dernier ! Yozo Hamu !
Des voix s’élève de la salle pour l’accueillir, puis je pénètre dans la pièce à sa suite.
Ninja - Mais qui t’es toi ?
L’homme, assis sur un bureau, se lève d’un coup.
Ninja - Encore un chikarate ? Comme si elle, ça suffisait pas ! Yozo, c’est toi qui l’as amené ?
Yozo - C’est un très vieil ami ! Si mission il y a, j’aimerais qu’il en fasse partie !
Ninja - Pfff… Assieds-toi au fond, le bourrin… Et pas un mot, ou je te coupe la langue !
Je ravale ma colère, provoquée par toutes ces insultes. Je vais au fond de la salle, et me pose par terre. Le long du mur opposé, sont placées quatre chaises, et sur chacune d’elles, est assis un ninja. Et il s’avère que je connais chacun d’entre eux.
*Akkurenaï, Cacaunoy, Chiraku !*
Ils me sourient, et Kyuudan prend place sur le dernier siège.
Ninja - Bon, les jeunes, si je vous ai convoqués ici ce soir, c’est uniquement parce que vos nounous m’ont fait vos éloges !
Cacaunoy - Nos… Nounous ?
Ninja - Oui, enfin… Les chuunins qui devaient vous escorter à… Chikara…
Il insiste bien sur le nom de mon village, avec une petite pointe de mépris qui me fait enrager.
Ninja - Donc, je reprends… On m’a chargé de mener à bien une mission, et de prendre avec moi des genins, pour les former aux besoins des missions de plus haut niveau que celles auxquelles vous êtes habitués… Selon les dires de vos nounous, vous êtes le trio parfait pour ma mission ! Je ne m’étendrais pas plus sur les critères de sélection… Quant à toi, le chalumeau, sache qu’apprendre ta victoire m’a impressionné, et je compte donc tester tes soi-disant talents de championne… Surtout que l’autre finaliste fait partie de la mission !
Tout d’un coup, quelqu’un frappe à la porte.
Ninja - Parfaitement synchrone ! Entrez !
La porte s’ouvre, et trois hommes font leur entrée. L’un d’eux semble être un homme très riche, aux vues du costume et des bijoux qu’il arbore. Les deux hommes qui ferment la marche, quand à eux, sont bâtis en V, avec chacun une longue épée à sa ceinture, ainsi qu’un pistolet. C’est bien la première fois que j’en vois, autrement qu’en image.
Ninja - Je vous présente nos employeurs ! Monsieur que voici représente la société Koueki, et ces deux hommes sont ses gardes du corps.
Les deux gardes s’inclinent, en guise de salut, et les genins font de même. L’homme riche, lui, ne prend pas cette peine.
Employeur - Plutôt que de gaspiller ma salive, veuillez lire vos ordres de missions ! Tout y est noté !
Il tend alors aux genins une petite feuille de papier chacun, que ces derniers lisent attentivement.
Ninja - Bon, on le prend, lui ?
Le ninja de Gensou me désigne du doigt en s’adressant à l’homme riche.
Employeur - C’est qui ?
Ninja - Un jeune de Chikara, et c’est un de mes genins qui l’a ramené… Vous voulez qu’il participe ? Les commentaires qu’on m’en a fait montrent qu’il est pas si mauvais que ce que l’on pourrait attendre d’un de ces bourrins du désert…
Employeur - D’accord… Mais pas d’histoires ! Et je tiens à préciser que je déduirais sa paye des votre… Cela va sans dire !
Le ninja gensouard me regarde avec des yeux remplis de haine. Puis l’employeur me tend à mon tour un de ces ordres de mission.
Sur ce papier est écrit tout ce qu’il est bon de savoir pour mener à bien cette mission.

Rang C : Mission d’escorte commerciale

Membres :
Team Hakumei - Takeo Hakumei, Gensou, Jounin
- Chiraku Mizu, Gensou, Genin
- Cacaunoy Marwais, Gensou, Genin
- Yozo Hamu, Gensou, Genin
- Akkurenaï Hakizito, Chikara, Genin

Détails de la mission :
Le patron d’une société financière et commerciale est venu à Gensou pour faire l’acquisition de minéraux rares, que l’on trouve principalement dans les grottes sous les chutes de Gensou, ainsi que des matériaux bruts, qui serviraient au développement du port d’Epolas, ville côtière de l’Est du Yuukan, non loin de la frontière avec Suiteki.
Mais le voyage de Gensou à Epolas ne sera pas sans risques, aux vues de la cargaison acheminée.

Objectif :
Escorter le convoi jusqu’à Epolas.

Conditions de la mission :
Le convoi doit arriver dans les temps, sans perte de ressources, autant matérielles qu’humaines.
Pas d’opérations offensives, ou diverses tentatives d’espionnage industriel et/ou militaire.
Le temps du transport ne doit pas dépasser 3 jours (4 selon les normes syndicales).

Récompense :
Contrat d’exclusivité entre Gensou, la société Koueki et la ville d’Epolas.
Plus une récompense substantielle pour chacun des participants à la mission, représentant environ 2000 ryos/TTC, en fonction du travail fourni au cours de la mission.
Ninja - Comme vous l’aurez compris, le jounin chargé de vous encadrer, c’est moi ! Et autant que je vous préviennes de suite, mes attentes à votre égard sont énormes, et je n’ai aucun sens de l’humour !
Employeur - Maintenant que tout le monde est briefé, je repars… Départ à l’aube, dans deux jours !
L’homme riche s’en va donc, suivi de près par ses gardes du corps. Takeo se tourne donc vers moi.
Takeo - Quand à toi, sache que je hais viscéralement les chikarates !
Takeshi - Sans déconner !
Takeo - Je les exècre ! Donc toi aussi, je t’exècre, par la même occasion ! Au moindre faux pas, je te tue ! C’est bien clair ?
Malgré ma forte envie de séparer sa tête de son corps, il est jounin, et je n’ai aucune chance.
Takeshi - Oui, sempai…
Takeo - Je vois que tu apprends vite !
Un large sourire de satisfaction s’affiche alors sur son visage félin. Il se retourne ensuite vers les autres genins.
Takeo - Idem pour toi, demoiselle !
Akkurenaï se tasse un peu sur sa chaise, mal à l’aise.
Takeo - Bon ! Vous disposez donc de toute la journée de demain, pour faire ce que bon vous semblera ! Du reste, je m’en fous, tant que vous êtes tous présent au départ… Je vous brieferais plus en détail à ce moment là ! Sur ce, à lundi !
Il disparaît dans un nuage de fumée, mais rien de comparable à mon Yuugiri. Ca ressemble plus à un autre jutsu.
*Un clone ? Il nous a envoyé un clone ? Baka !*
Les autres se regardent alors, et s’approche de leurs nouveaux coéquipiers.
Yozo - Bon, ben voilà ! On va former la team Hakumei ! Tous les cinq !
Takeshi - Il a pas trop l’air de nous apprécier, le patron…
Akkurenaï - Sans parler du jounin !
Chiraku - Mais non, t’inquiètes ! Ca va bien se passer pour vous ! On va former un groupe soudé, au delà des limites que sont nos villages respectifs…
J‘échange un regard avec Akku, puis avec Kyuu.
Chiraku - Ca va dépoter, tout ça ! Un long voyage, à travers le Yuukan, en danger permanent ! Quelle excitation !
Takeshi - On verra quand on y sera…
Yozo - Pour fêter ça, je vous invites tous chez moi !
Takeshi - Chez toi ?
Yozo - Oui, enfin… Venez !
C’est ainsi que commence la soirée.
*Connaissant l’humeur de mon groupe et les tendances alcooliques se Kyuu, c’est pas près de finir. C’est la fête !*


Dernière édition par Takeshi Masumane le 24/3/2008, 15:45, édité 2 fois
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Sex 'n' Drugs 'n' Rock&Roll !

Message par Takeshi Masumane le 24/3/2008, 13:39

Aux alentours de quinze heures, je me réveille comme une fleur, affalé dans la baignoire.
*Putain de gueule de bois…*
Je me lève tant bien que mal, et fais le tour de l’appartement. Seul Kyuu est encore là, les autres sont repartis.
*Ils ont dû rentrer dans la soirée, et Kyuu et moi on s’est mis la tête… Dawa…Sig !*
Je prends mon crane entre les mains, et remarque que je ne porte pas mon bandeau.
*Fais chier, je l’ai mis où ?*
C’est ce moment précis que choisit mon coéquipier pour se réveiller. Mais il ne doit pas me voir comme ça. Je fais en vitesse un tour pour retrouver mon bandeau, et le vois qui pend, accroché à une fenêtre. Je l’attache vite fait autour de ma tête, et me retourne vers Kyuu.
Takeshi - Salut !
Yozo - Mal au crane…
*Il a pas l’air d’avoir récupéré…*
Yozo - Mal au bid…
Takeshi - Belle journée hein ?
Yozo - Fatigué…
Il a une voix rauque, d’outre-tombe. Il se laisse alors tomber sur le canapé, et recommence à dormir.
*Visiblement, il va passer la journée ici… Bon, je retourne à la bibliothèque.*

Après une petite demi-heure de marche, j’y arrive enfin. Comme la veille, je me pose sur une chaise et commence à feuilleter certains livres.
Ce n’est qu’au bout de trois heures que je tombe enfin sur un titre plus qu’intéressant.
Le titre, « Les sceaux et leur dérivés », ne paye pas de mine, mais en y regardant d’un peu plus près, je me rends compte qu’il y est question des sceaux d’armements, et de leur grande efficacité.

*J’avoue que ça m’a bien aidé, jusqu’à maintenant…*
Au fil de ma lecture, j’en apprends un peu plus sur les multiples utilisations de cette technique.
*C’est plus utile que ce que je croyais… On peut même y enfermer des jutsus, et des invocations… Les invocations…*
La partie la plus intéressante mais aussi la moins documentée du livre est celle traitant des invocations. J’y apprends que certains ninjas de bon niveau peuvent faire appel, lors d’un combat, à des animaux guerriers, capables de se battre aux cotés de leur maître.
Mais pour ce faire, il faut tout d’abord signer un contrat, avec son propre sang, signifiant ainsi qu’on ne pouvait invoquer que des animaux de la race avec laquelle on a passé un contrat.

*J’aimerais bien pouvoir invoquer des bestioles…*
A la suite, sont défini les différentes manières d’avoir recours à l’invocation, autant grâce à un parchemin, que grâce à un jutsu spécial. Il y est même décrit les signes à faire.
*Cool, je vais apprendre à invoquer ! Comme ça, même si j’ai pas signé de contrat, je serais prêt le jour où je le ferais !*
Je passe donc une petite heure à apprendre cette technique, de haut niveau visiblement.
Enfin, après avoir vérifié qu’il n’y a personne aux alentours, je passe à la pratique. J’effectue une série de signes, puis appose mes mains sur le sol.

*Cochon, chien, coq, singe, chèvre !*
Takeshi - Kuchiyose no jutsu !
Mais rien ne se produit.
*Normal, j’ai pas passé de contrat, et en plus faut se faire saigner pour que ça marche. Galère… Bon je continue… quitte à ne rien faire, ça m’entraîne à composer les signes, en plus c’est pas une combinaison facile…*
Je me remets en position, puis recommence. Même résultat.
*Même si je sais qu’il ne va rien se produire, c’est frustrant ! Bon, dernière fois, mais avec du sang, comme ça je serais rodé !*
Je me mords le doigt, et fais couler le sang le long de la paume de ma main droite.
*Cochon, chien, coq, singe, chèvre !*
Je rassemble une quantité raisonnable de chakra dans les mains, comme conseillé dans le livre, puis appose mes mains sur le sol, et là.
*Toujours rien ? Décevant !*
Pourtant, cette fois, un sceau s’est dessiné sur le sol, puis a disparut.
*J’ai presque cru avoir réussi cette fois ! Ce dessin sur le sol, et cette sensation dans les bras, c’est comme si ça avait marché… Mais rien… Y’a un truc qui va pas !*
Autour de moi, ameuté par le bruit, des gens me regarde, ébahis.
*Ils doivent penser que je suis fou ! Bon, il est l’heure…*
Effectivement, dix-neuf heures sonne, et je me dois de rentrer pour manger, et surtout vérifier si Kyuu est toujours en vie.
Je prends donc mes affaires et rentre tranquillement, par cette chaude journée à Gensou.


En chemin, je passe devant plusieurs commerces, vendant de tout. Des armes, des vivres, des habits, des cartes. Je fais donc le plein de divers outillages ninja, comme des makibishis, des sembons, des parchemins vierges, et d’autres explosifs, des fumigènes, entre autres. Puis je reprends le chemin, vers la maison de Kyuudan.

Une fois chez Kyuu, enfin, chez Senna, je me vautre comme une masse dans le canapé. Mais ce que je n’avais pas prévu, c’est que Kyuudan n’a pas bouger d’un centimètre de tout l’après-midi. Je me relève donc en sursaut, après m’être assis sur son lui.

Yozo - Bouge, gros tas !
Il parle d’une voix grave, la gorge prise. Chose surprenante, il a une tranche de jambon sur le visage.
*Qu’est-ce qu’il fout avec ça lui ?*
Soudain il ouvre grand la bouche et mord dans le jambon, avec tant d’envie qu’il fini par l’avaler en entier.
Yozo - Miam ! J’adore, j’en boufferais toute la journée…
Takeshi - Je te crois ! T’as dormi toute une journée avec une tranche de jambon sur la gueule !
Yozo - C’est qu’un détail ! Ce qui compte c’est que j’ai faim… Alors fais moi à manger, tu veux ? De la saucisse !
Et il se remet à baver.
*Ben la vache… Lui je saurais qu’il faut pas le faire boire… Passé la cinquantaine de bière, il est en mode zombie pour vingt quatre heures… Bon je vais faire à bouffer.*

Après un copieux repas, et une nuit fort bruyante, durant laquelle Kyuu, ne pouvant dormir, à fait des exercices physiques jusqu’à quatre heures, la soleil se lève à nouveau sur le village de la cascade.
Aux alentours de six heures, je sors de mon lit, et prends un petit-déjeuner rapide. Puis je m’habille en vitesse, et fini de me préparer. Je prends les objets achetés la veille, les classes par types, et les scelle par groupe dans des parchemins, assez vite, le tout sera donc à usage unique.
Une fois tout ceci terminé, je tente de réveiller Kyuu une fois de plus, mais sans succès.

*Un petit choc lui fera du bien.*
Takeshi - Akaden !
Je tends mes mains vers lui et l’électrocute, assez violemment pour le réveiller, mais pas trop quand même. D’un bond, il s’affale par terre. Puis se relève et me pointe le visage d’un doigt accusateur.
Yozo - Toi, tu perds rien pour attendre ! Pourquoi tu me réveille comme ça ?
Takeshi - Ben, euh… On est limite à la bourre…
Je pointe la fenêtre du doigt, par laquelle passe des rayons de lumière matinal.
Yozo - Bordel ! Mais on est à la bourre ! Vite ! Passe moi mes fringues.
Je me tourne et vois ses vêtements, par terre. Je me baisse alors pour les ramasser, mais hésite devant la trace qui les macule.
Yozo - Grouille !
Takeshi - Ben, je crois que t’as un peu trop bu… T’en a d’autres ?
Yozo - Merde… Euh… L’armoire.
Je pousse la porte de son vestibule, et surprise, que des habits féminins, y compris des sous-vêtements.
*En dentelles, évidemment… Et il ose se dire blasé ? Ah, le cochon !*
Mon regard se pose alors sur des fringues plus masculine.
*C’est sûrement ça…*
Je tire sur le treillis militaire, et fais tomber quelques habits avec. Et au milieu.
*Un fouet ?*
Takeshi - Euh…
Yozo - Range-ça, tu veux ? Ca te regarde pas ! Et dépêche-toi, putain, on va vraiment être à la dèche !
Takeshi - Attrape !
Une fois Kyuudan habillé, le sprint direction les portes du village commence.

Une fois arrivé, nous remarquons la présence de trois caravanes. Chacune est tirée par deux dodos géants, ou du moins quelque chose qui y ressemble, mais en plus svelte, avec un homme tenant les rennes.
Devant cette réunion de véhicules, se tiennent sept personnes. Nous approchons en vitesse, et nous nous excusons pour le retard.

Employeur - Et bien, ça c’est une bonne première impression, jeunes hommes ! Que ça ne se reproduise plus !
Takeo - Tu fais honneur à ton village de flemmards, et autres barbares compulsifs.
Je le regarde avec l’envie de faire mal.
Takeo - Alors, on me menace ? Je n’aime pas les gamins dans ton genre !
Sans même que je puisse réagir, il passe derrière moi, et me tient un kunai contre la nuque. Presque par reflexe, je me télé transporte derrière lui, mais il réagit encore plus vite, et se retourne, me plaçant un punch dans les côtes. Je m’étale de tout mon long par terre.
Takeo - On se rebelle ? Sache que tu n’es rien pour moi, rien !
Je tente de reprendre ma respiration, tout en me relevant. Une fois parvenu à ce résultat, je le défi du regard. Mais il m’ignore, et se retourne vers mes coéquipiers.
Takeo - Bon ! Soyez prêts, on part de suite !
Il prend la direction des portes, et va s’installer dans la caravane central, aux cotés de notre employeur. Les deux gardes du corps grimpent dans celle de tête. Quand à nous, nous devons faire la marche à pied.
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Début de la mission (enfin !^^)

Message par Takeshi Masumane le 24/3/2008, 14:05

Une fois dépassé la cascade, le convoi s’arrête.
Takeo - Bon les jeunes, on est partis pour trois jours de marche… Vu que j’ai pas envie de mémoriser vos faces, je vous ai apporté des fringues, disons… Remarquables, et différentiables.
D’un bond, il saute sur le véhicule de queue, et revient avec une valise.
Takeo - Bon, le leader sera Chiraku… Des questions ?
Chiraku - Moi ? Euh… Et vous ?
Takeo - Moi je suis là pour vous encadrer, et vous surveiller… C’est d’jà assez soulant, alors je vous laisse faire pour le reste. Je serais avec notre employeur dans la caravane centrale. Vous, vous vous démerdez comme vous le sentez. Je vous surveille, alors attention !
Puis il repart vers son transport. Je m’approche de la valise, pendant que Chiraku discute avec les autres pour établir un déploiement de protection approprié.
J’ouvre la mallette et à l’intérieur, cinq tenues.

*Putain, il veut qu’on porte ça ?*
Chiraku - Takeshi ! Y’a quoi là dedans ?
Takeshi - Rien ! Rien…
Un sourire machiavélique illumine mon visage.
La route commence, et l’on progresse à bonne allure. Moi, je tiens la valise du jounin sous le bras, tout en dessinant des sceaux sur des parchemins vierges.
Vers midi, le groupe fait une pause, dans une petite prairie, après être sorti du marécage gensouard.
J’en profite pour dessiner un plan de déploiement, histoire de le soumettre à Chiraku. Le repas est quelque-peu frugal, mais acceptable.
Une fois que tout le monde est réuni, je soumets mon plan à notre leader.

Takeshi - Chiraku… J’ai dessiné un plan pour t’aider. Je pense que la meilleur façon de se déployer autour du convoi, c’est comme ça, regarde.
Je lui tends la feuille sur laquelle j’ai griffonné le tout à la hâte.



Soudain, Takeo se rapproche et arrache la feuille des mains de Chiraku.
Takeo - Alors, petit ? Tu veux prendre la place du jeune Mizu ? Tu veux le brassard ? Très bien ! Démerde-toi !
Il repars, et nous hurle qu’il reste dix minutes avant qu’on ne reprenne la route. Je me détourne de lui, et reporte mon regard sur le groupe.
Chiraku me fusille des yeux.

Chiraku - Tu veux devenir le chef ? Toi, qui n’est même pas de Gensou ? Tu ose prétendre à ce titre ?
Takeshi - Non, mais si tu tiens tant à défendre ton poste, je suis prêt à te virer de ton trône à grand coups de pieds dans le c…
Akkurenaï - Stop ! Chiraku, laisse Takeshi tranquille ! Takeshi, ton plan est bon, et on va l’appliquer ! Et à partir de maintenant, plus d’ennuis !
Cacaunoy - Et c’est toi qui dit ça ?
Akkurenaï - Tu m’cherches, le bulldozer ?
Cacaunoy - Attends voir toi !
Yozo - Stop ! Bordel, on se calme !
Tout le monde se tourne vers Kyuudan.
Yozo - Takeshi, t’en a fais quoi des fringues que nous a filé Takeo ?
Takeshi - Ah, oui !
Je sors cinq bandes de tissu de ma poche, et les tends à mes coéquipiers.
Takeshi - Les tenues sont scellées là-dedans. Je vous ai donné à chacun celle qui vous ira le mieux ! Pour l’activer, il suffit d’insuffler du chakra dedans, et vos vêtements seront remplacés par ceux-là. Puis vous retirer le chakra des bandes pour y mettre fin.
Chiraku - Bon, on le fait tous ensembles… Vous êtes prêts ?
Les cinq genins - Activation !


Dernière édition par Takeshi Masumane le 24/3/2008, 14:14, édité 1 fois
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission : escorte commerciale [Rang C] (accomplie)

Message par Chiraku le 27/3/2008, 14:10

Cela faisait maintenant deux jours qu'il était de revenu à Gensou. A peine rentré, il était allé raconter le déroulement du tournoi à son grand-père, puis était rentré dans son doux foyer. Ses parents l'accueillirent avec une grande fête, qui se prolongea tard dans la nuit. Le lendemain matin, un Chunnin était venu le chercher pour lui annoncer qu'un certain Takeo Hakumei, Junnin de Gensou, l'avait convoquer au Qg. Une fois sur place, Il apprit qu'il allait partir en mission avec d'autres genins, et qu'ils avaient été convoqués immédiatement. A sa grande surprise, il put reconnaitre Yozo, Cacaunoy, Akkurenaï et Takeshi, les chirakiottes qui avait fait route avec eux. Ils s'étaient donc retrouvés à l'entrée du village, face à une caravane qu'il devaient escorter jusqu'à la ville portuaire d'Epolas. Takeo avait confié le commandement de la petite troupe à Chiraku, qui se sentant alors investit d'un mission, essaya de tout planifier. Alors que la troupe faisait une petite pause dans la plaine, les ennuies commencèrent.... Takeshi avait osé proposer un plan à Chiraku, qui soutenu par Takeo, rembarra sévèrement le pauvre Chirakiotte.

Chiraku - Tu veux devenir le chef ? Toi, qui n’est même pas de Gensou ? Tu ose prétendre à ce titre ?
Takeshi - Non, mais si tu tiens tant à défendre ton poste, je suis prêt à te virer de ton trône à grand coups de pieds dans le c…
Akkurenaï - Stop ! Chiraku, laisse Takeshi tranquille ! Takeshi, ton plan est bon, et on va l’appliquer ! Et à partir de maintenant, plus d’ennuis !
Cacaunoy - Et c’est toi qui dit ça ?
Akkurenaï - Tu m’cherches, le bulldozer ?
Cacaunoy - Attends voir toi !
Yozo - Stop ! Bordel, on se calme !
Tout le monde se tourne vers Kyuudan.
Yozo - Takeshi, t’en a fais quoi des fringues que nous a filé Takeo ?
Takeshi - Ah, oui !
Le chikaratte sortit cinq bandes de tissus de sa poche. Ils comportaient chacun une inscription de couleur : mizuiro, akai, ryoku, moiro, kiiro

Takeshi - Les tenues sont scellées là-dedans. Je vous ai donné à chacun celle qui vous ira le mieux ! Pour l’activer, il suffit d’insuffler du chakra dedans, et vos vêtements seront remplacés par ceux-là. Puis vous retirer le chakra des bandes pour y mettre fin.

Ils attachèrent les bandes à leurs poignets.


Chiraku - Bon, on le fait tous ensembles… Vous êtes prêts ?
Les cinq genins - Activation !



Ils se retrouvèrent affublés de costumes pour le moins.... douteux

Yozo - Powaaaa! Elles sont trop classent ces tenues !
Les trois autres - Ahhh !! Qu'est ce que c'est que ça ???
Akkurenaï - Je déteste le ROSE !
Chiraku et Cacaunoy - On est vraiment obligés de porter ça ??
Chiraku - Pas question que je porte ce casque, je vais étre tout decoiffé !!
Akkurenaï - J'aime paaaas les habits moulant !

Takeo sortit de sa charette, et vint admirer les Genin, vêtus de leur tuniques flambant neuves.

Takeo - Parfait ! Bon, comme je vous l'ai déjà dit, j'ai pas envie de me prendre la tête à apprendre vos noms, alors je vous interpelerais par le couleur de vos costumes.

Il effectua quelques pas de danse plutôt ridicules, et s'écria

Takeo - GO GO GO ! Gensou Ninja Team !

Les cinqs Genins - .......Guaaaah

Le convoie repris la route mais, mais pas avant que les genins aient prononcer "Dissipation", dès l'instant que Takeo fut rentré dans la caravane. Au bout de la première journée de marche, la route s'avéra abominablement calme, ce qui mit les nerf des Genins à rude épreuve....

Yozo - Pffouaaa mais on se fait chier dans cette mission !
Chiraku - Je ne te le fait pas dire.... Moi qui croyait qu'il y aurai de l'action....
Akkurenaï - Vous n'aviez pas cru qu'il confiraient une mission dangereuse à des genin ? Et puis pourquoi vous vous plaignez ? On va gagner de l'argent en ne faisant presque rien...
Cacaunoy - T'est bien une Chirakatte toi ... tous des flemmard écervellés... Tu me dégoute.
Akkurenaï - Quoi ?? Mais....
Takeshi - Vos gueules.... Regardez là-bas, il y a un village....

En effet, dans une vallée en contrebas, se profilaient quelques maison, entourés de champs immenses.

Yozo -Yata !On est arrivé ! On a réussi la mission !
Les cinqs Genin-....
Takeshi - Yozo, soyons sérieux, est-ce que ça ressemble a une ville portuaire ?
Yozo - A ouai tiens, pas tellement en fait....
ChirakuChuchotant - Mais comment un mec pareil à put arriver en finale du tournoi....
Yozo - Mouhaan en tout cas, ya des fermes, et dans les fermes, ya des cochon. Et la où il y a des cochons..... JAMBONNNN !

Le jeune Gensouhar se précipita sur le petit chemin menant au hameau, laissant l'assemblé des genins et des cochés preplèxes....
Il s'agissait en fait du village de Valtordu, situé dans la vallée de Gangre-fange. Il y avait un amas de purin sur le côté de la route, dans lequel était planté un panneau indiquant
aitranjé tu né pa le biunveunu

Chiraku - Ma foie, très pitoresque comme endroit....

Le Chef d'équipe sortit la tête de sa caravane, et s'adressa à ses genins.

Takeo - Bon les morveux, on va passer la nuit ici, chuis fatigué.
Takeshi - Fatigué ! Mais vous êtes dans ce foutu machin depuis le début de la mission !
Takeo - Toi le débile, c'est pas parce que tes parents son frères et soeurs que tu va nous faire chier...
Takeshi - QUOI !
Akkurenaï - Calme toi Takeshi ! Tu vois bien qu'il fait ça pour te pousser a bout !
Takeshi - Toi....*Regarde Takeo de son regard le plus hostile* Une fois cette mission terminée, je promet de te tuer....
Takeo - Encore faudrait-il le pouvoir mon grand... Allé, trève de bavardage, on vas chercher une auberge dans ce trou paumé !

Takeshi ravala sa haine, sous le regard accusateur de sa compagne Chikaratte. Le petit convoi repris sa route, et ils arrivèrent rapidement dans le petit "bourg", et les cochers purent mettre les Dodo dans la petite étable, de la seule auberge du village, au "poney dyslexique". C'était un petit bâtiment de pierres crasseuses, avec une seule porte en bois vermoulu et des fenêtres à la saleté impénétrable. Les cinqs Genins entrèrent, suivient de Takeo, le patron et sa suite.

Akkurenaï - Mais qu'est-ce que c'est saaaale !
Cacaunoy - Mais écoutez moi cette chochotte....
Chiraku - Euh, pour le coup Cacau, je suis plutôt d'accord avec Akku....

Un craquement sourd fit se retourné la petite assemblée massée dans le hall d'entré. Chiraku avait dégainé son sabre et Takeshi était en position, la main au dessus de ses sceaux, prêt à libérer ses armes.

Vieil Homme *Avec un fort accent du térroire* - Hola garçons ! Rangez-moi ça ! Vous allez... Oh mais vous êtes des Ninjas ! Vous êtes venus m'assassiner ! A moi !!!!
Takeo - Mais non, on est pas venus vous tuez... Vous seriez déja mort... Bref, vous avez des chambres digne de ce nom ou tout est dans un état aussi pitoyable que cette... pièce ?
Vieil Homme - Dit donc jeune homme, à qui croyez vous vous adresser ?? J'ai travailler toute ma vie et je ne tolèrerais pas que....
Takeo - Mais oui, on lui dira....
Vieil Homme - Ohhhh mais c'est incroyable ! Ils ne respectent rien ces Ninjas !

Takeo accompagna le Patron dans les étages, à la recherche d'un chambre moins crasseuse que les autres, laissant les Genins seuls dans la taverne, les gardes du corps ne lâchant jamais leur employeur d'une semelle...

Vieil Homme - Alors les jeunes, il est pas commode votre chef.... je vous serre quelque chose ?
Chiraku - On va prendre cinq verre de ce que vous avez de plus fort *Chuchotant*Au moins l'alcool aura tué les microbes...
Yozo - Vous avez du Jambon fumé ?
Vieil Homme - Bien sur mon ptit gars ! Jt'en ramène un tranche !
Yozo - Nan ramenez-moi carrément le jambon , c'est pour emporter *Large sourire*

Après s'êtrent restaurés quelque peut et avoir bû l'infâme tord-boyaux servit par le vieil homme, les cinq jeunes ninjas se dispérssenrent dans les chambres. Ils n'eurent aucun mal à trouver de la place étant donné que l'endroit était totalement vide.... Chiraku quitta ses camardes et s'affala sur un matelas mité, et s'endormit quasi-instantanément.
avatar
Chiraku
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 236
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 28
Localisation : BZH for ever

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission : escorte commerciale [Rang C] (accomplie)

Message par Cacaunoy MARWAIS le 1/4/2008, 19:58

Flash-Back
Chiraku : "Cacau..........Cacau !"
Il avait crié si bien que tout les genins et chuunins du voyage se retournèrent dans notre direction, je levais la téte pour voir que derrière Chiraku se trouvait l'entrée de Gensou, nous étions enfin arrivés dans notre village.
Rien n'avait changé, l'immense fleuve traversait toujours la cité sur toute sa longeur et toutes les rues semblaient débordées de vie.
Pour ma part je savais qu'à part le village une autre chose n'avait pas changé et restée immuable: mon père.
Chiraku : "A quoi peux-tu bien penser pour être autant dans les nuages. Cela ne te ressembles pas."
Cacaunoy : "A rien Baka, je suis juste un peu fatiguée, alors on se grouille ?!"
Il esquissa un sourire qui ressembalit d'ailleurs plus à un sourire de soulagement qu'autre chose.
Chiraku : "Allons-y."
Nous marchâmes encore une demi-heure avant de passer enfin les portes du village pour rentrer dans en son sein.
Chiraku : "Je crois que nos chemins se séparent le temps des retrouvailles avec nos familles."
Cacaunoy : "C'est ça, ne dis pas bonjour à ta famille de riches de ma part."
Chiraku : "Et ne dis surtout pas bonjour à ton pére de ma part !"
Lorsque je commencais à quitter le group de genins et à me diriger vers mon foyer, Chiraku m'interpela.
Chiraku : "Au moindre probléme avec ton père ,n'hésites surtout pas à venir chez moi !"
Pour toute réponse je leva ma main gauche pour lui faire un signe de mon troisiéme doigt.
Cacaunoy : "Arréte de la jouer assistante sociale, à demain !"
Il me fit un signe de la téte puis parti de son côté, nous étions de retour chez nous aprés cette longue période d'abscence à Chikara.
Oui, je suis de retour...
Je vais finir par croire que tu as peur de quelque chose, laisse moi deviner.......ton père ?
Je n'ai peur de personne, capito ?
Sauf de ton père, mon dieu dire que l'une de mes descendantes.....
De quoi tu parles là ?
Arrf, de toute manière tu risques de le savoire dans pas longtemps.
De toute façon nous somme arrivés.
Devant moi se trouvait la maison ou plutôt l'endroit où mon pére travaillait et vivait avec moi, rien n'avait changé il y avait toujours cette odeur de souffre et cette chaleur sorties de la forge et surtout cette crasse si caractéristique du Bas-Gensou, le quartier des pauvres et autres désenchantés de la vie.
J'ouvrais doucement pour voir qu'une silhouette était assise dans la cuisine, la personne se tourna vers moi puis d'un geste vif repoussa la chaise pour s'approcher de moi.
:Fin Flash-Back


Debout !
............
DEBOUT !
J'ouvris les yeux d'un coup, entendre quelqu'un vous crier dessus par la pensée est bien plus efficace que n'importe quel réveil.
Arrg, mon dieu d'ici un mois j'aurai fait un infarctus.
Evites d'employer des mots scientifiques dont tu ne comprends pas un dixième du sens.
Je commencais à me lever pour me rendre compte que Yoso sensé faire son quart de surveillance dormait profondément.
Et dire que ce bon à rien a été finaliste du tournoi.
Ne le sous-estimes pas, d'aprés le peu que j'ai vu de lui il appartient à la catégorie des latents.
Des latents ?
Ceux sont les ninjas qui ont la marge de progression la plus lente, ils évoluent pour ainsi dire à leur rythme.
Pfff, bon on commence ?
Oui comme d'habitude, 150 pompes, 30 minutes de gainage et 300 abdos.
C'est parti
Pendant les deux heures qui précédaient le levé du soleil et ainsi le réveil de mes compagnons de mission, j'exécutais mes habituels exercices dans la cour de l'hôtel où nous logions.
Depuis le début de cette mission d'escorte, je m'étais toujours arrangeée pour qu'aucune des personnes m'entourant n'est put me voir faire mes exercices matinaux.
Pourquoi ? Peut-être que le fait que des gens comme Akku, Chiraku, Take ou Yoso tous parmis les meilleurs genins de notre génération, me surprennent en plein entrainement acharné alors qu'eux ne font pas la moitié.
Ca doit être cela la différence entre les gens naturellement doués et ceux qui devaient travailler comme des forcenés pour essayer de ne pas se laisser distancer.
En terme biologique on nommerait ça la séléction naturelle, une sorte de fossé indélibile et infranchissable.
Encore 50 abdos et on aura fini, donc pas de relachement !
Je finis mes abdos avec plus de facilité que lors de ma premiére séance d'entrainement à Chikara, depuis je sentais mon corps devenir plus résistant, endurant et fort.
L'entrainement que me faisait subir "ma petite voix" portait ses fruits mais aux prix d'efforts répétés et douloureux, me faisant à chaque fois repousser un peu plus le slimites de mon corps.
La révéation lors de mon retour à Gensou me faisait énormement cogiter sur l'ensemble de ma vie et de mon futur, je m'allonga comme pour entrer en méditation et tout simplement pour récupérer.
C'est encore cette histoire qui te travaille ?
Pfff, je ne sais pas c'est comme si....
Te remettais toute ta vie en question, tu devrais te concentrais sur une seule chose.
L'entrainement, mais n'empéche que je pense pas mal à ça.


Flash-Back
Arriver sous un halo de lumiére le visage de l'individu apparut, c'était celui de mon pére les mêmes cheveux blancs et yeux gris que moi à croire que j'avais été crée pour être son égal féminin. Ses yeux comme d'habitudes étaient cernés par le travail phénoménale qu'une forge demandait, mais dans ceux-ci brillait une sorte de rage, en ébulition permanente j'avais compris trés jeune qu'en plus du physique j'avais hérité aussi de cette rage, avec le recul je me rendais compte que je tenais tout de mon pére comme si ma mére, morte à ma naissance, n'avait laissé aucune empreintes d'elle sur moi.
Père Marwais : "Alors ce tournoi ?"
Cacaunoy : "Je me suis fais virer dés le premier tour."
Père Marwais : "Tends ta main gauche vers moi."
Ma main gauche, sur sa paume se trouvait la marque qui me repellait ce que j'étais et ce que cela impliquait, cette marque était une cicatrice un blessure que mon propre père m'avait infligé.
Je tendis doucement ma main vers lui, il la pris par le poignet puis la tourna de telle façon que ma paume fut devant mes yeux.
Père Marwais : "Cela n'a servi à rien, tu es vraiment incapable de te montrer digne de la famille Marwais."
Cacaunoy : "Je m'entraine à nouveau style de Taijutsu avec ça le nom des Marwais sera reconnu dans tout le Yuukan."
Mon père relacha ma main comme plus enclain à l'écoute de la description de ce nouveau style.
Père Marwais : "Et quel ce style si fort ?"
Cacaunoy : "Le style Migite."
Une éternité se déroula aprés ma phrase, le temps s'était arrété et le silence fut roi aprés trente bonnes secondes mon pére pris la parole.
Père Marwais : "Alors finalement tu as finis par toi aussi prendre ce chemin."
Cacaunoy : "Quel chemin ?"
Il pris une chaise puis s'asseya dessus comme exténué par quelque chose.
Père Marwais : "Celui que ta mère avais choisis."
Cacaunoy : "Expliques moi ! Je connais tellement peu de choses sur maman."
Il inspira un grand coup, comme pour ce préparer à un examen oral.
Père Marwais : "Lorsque j'ai connu ta mère elle était une kunoichi trés célébre de Gensou, non pas pour ses capacités de ninja mais pour son nom de famille, Migite."
Mes bras m'en tombis, cette révélation me fit l'effet d'une bombe en plein visage tout commencait à s'expliquer.
Père Marwais : "Elle était parmi les chuunins les plus célébres de Gensou plus pour être la dernière descendante de la famille Migite que pour ses capacités de ninja puis un jour de mission peut aprés ta naissance un accident survenu, elle fut tuée par un des membres de son équipe."
Cacaunoy : "Qui ?"
Père Marwais : "Arai Sabishii."
:Fin Flash-Back


Yoso : "Pourquoi es-tu allongée par terre ?"
J'ouvris les yeux pour voir au-dessus de moi Yoso son visage penchait vers le mien.
Cacaunoy : "Argg enléve ton visage tu sens le jambon pas frais à dix kilométres !"
Chiraku et Take sortirent alors de leurs chambres respectives, visiblement fatigués par les kilomètres parcourus la veille.
Chiraku : "Du calme vous deux."
Takeshi : "Dépéchez-vous on ne devrait plus tarder à partir."
Les deux se lancèrent un regard acide, le combat des chefs était de retour et cela faisaient plus de deux semaines que ça durait.
Akkurenai : "Je suis préte mais il semblerait que Cacau n'est pas pris de douche vu la puanteur qu'elle dégage."
Cacaunoy : "Tu veux que je dégage mon sabre ?"
Yoso : "Quelqu'un veut un jambon ?"
Chiraku, Take, Akku et Cacau : "Non !"
Yoso: "Ara, vous étent tendus !"
Alors que chacun d'entre nous se préparait de son côté à partir, Takeo le jounin chargé de nous encadrer sorti la téte de sa caravane.
Takeo : "Grouillez-vous sinon on va être à la bourre !"
Notre employeur, un grand patron de Gensou, ainsi que ses gardes n'étaient jamais sortis de sa caravane préférant rester à l'intérieur.
Cacaunoy : "Si ce nabab pouvait lever ses grosses fesses et nous aider avec ses gorilles."
Je sentais une main se poser sur mon épaule, je levée mes yeux pour voir Chiraku.
Chiraku : "Que se passe-t-il en ce moment ?"
Cacaunoy : "Rien, j'en ai marre de cette ville de plouc."
Takeshi : "Alors vous deux on y vas ?"
En entendant l'ordre de Takeshi Chiraku grinça des dents, il était en permanence sur les nerfs depuis notre départ.
Cacaunoy : "Qui a le brassard ?"
Chiraku : "Moi."
Cacaunoy : "Alors qu'est ce qui ne vas pas ?"
Il éclata de rire comme si cela l'apaissait et lui permettait de décharger les batteries.
Nous quittâmes tous l'hôtel pour rejoindre les caravanes du Boss, puis la marche repris en direction d'une forêt plutôt dense.
Takeo : "Bien prenait chacun votre position dans le convoi, je vérifirer que tout se passe bien aprés ma sieste."
Akkurenai et Chiraku se placérent sur les cotés du convoi en retrait de son début, Takeshi et Yoso eux se glissérent dans la forêt derrière le convoi, quant à moi je me mis devant le convoi celui-çi avancant à mon rythme et en fonction des potentielles embuches travèrsées.
Radio : "Krrrch... ici Chiraku, tout le monde est en place ? Alors en avant au moindre problème signalait-le."
Allons-y.
D'un geste de la main je fis signe au convoi de d'avancer ainsi commenca notre petit périple en zone forestière.
Nous marchâmes pendant prés de trois heures sans qu'aucun accident ne survenu si bien que le monotonie s'installa.
Tu penses que j'ai étais excessive ?
Quand ? En général tu es toujours excessive mais c'est de famille.
J'ai mal réagis, il doit encore y penser.
Tu ne trouves pas qu'il se passe quelque chose de bizzare ?
J'arrétais de marcher pour prendre le temps d'analyser les alentours, il n'y avait aucun bruits d'animaux alors qu'au début de notre voyage ceux-çi étaient permanents.
Radio :"Krrrch....Cacau ici Takeshi tu as remarqué quelque chose car le convoi n'avance plus."
Radio : "Krrch.....Ici Cacau que tout le monde ferme sa gueule et se mettent en position de combat."
Radio : "Krrch....Ok, je suis préte, nous sommes préts Take et moi."
Je jettais un rapide coup d'oeil circulaire autour de moi avant de sortir mon sabre de son fourreau.
Ranges ça tout de suite ! Je t'es déja dit de ne te servir de ton katana qu'en cas critique.
Désolé, l'habitude.
Je remis mon arme dans son étui puis contracta l'ensemble de mes muscles me préparer à une attaque surprise.
Cacaunoy : "Qui que vous soyez, vous avez aproximativement dix secondes pour sortir de votre cachette avant que je m'énerve."
Aucune silhouette n'apparue mais le silence continuait de se faire plus pesant les secondes passants.
Radio : "Krrrch....ici Cacau il n'y a rien devant moi et vous ?"
Radio : "Krrrch....Rien des deux côtés ni à l'arrière."
Il se passe quelque chose de louche.
Je sentis la terre sous mes pieds se cracelait pour finalement se fendre, un poing émergea à vive allure de celle-çi pour finalement rencontré mon menton et le frapper de plein fouet. Je fus projetée quelques métres plus loin avec une lévre fendue à cause du choc
avatar
Cacaunoy MARWAIS
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 144
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 26
Localisation : Bordeaux, Le Sud Ouest, boutons les bretons hors du forum ! ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission : escorte commerciale [Rang C] (accomplie)

Message par Cacaunoy MARWAIS le 1/4/2008, 19:59

Falsh-Back:
Les bras m'en tombis, le tueur de ma mère n'était d'autre que le déserteur Arai Sabishii, le père de Mei-lynn.
Père Marwais : "Tout de suite aprés le meurtre de ta mère il déserta le village pour ne plus jamais revenir."
Cacaunoy Marwais : "Pourquoi ne m'avoir jamais rien dis, pourquoi m'avoir mentis pendant toutes ces années ?"
Il passa sa main droit sur ses yeux comme pour trouver la force nécessaire, en le voyant faire ce geste une nouvelle vision de lui m'apparut celle d'un homme brisé.
Père Marwais : "Ta mère était le dernière représentante de la grande lignée des Migite lorsque que tu naquis tu devais être le nouvel emblème des Migite aprés la mort de ta mère j'avais décidé de ne te faire porter que le nom Marwais et ainsi couper tout lien entre toi et la famille de ta mère."
Cacaunoy : "Je suis la dernière des Migite mais je ne suis qu'une..."
Père Marwais : "Une batarde, oui mais étant la dernière des Migite tu en es une forcement, si jamais tu décides de reprendre le nom de Migite personne ne t'empéchera de la faire."
A peine a-t-il eu le temps de finir sa phrase que mon poing s'écras sur sa joue et le fit tomber de sa chaise le faisant s'écrouler par terre.
Père Marwais : "Mais que ?"
Je l'aida à se relever en le prenant par le col puis une fois debout le secoua toujours par son col.
Cacaunoy : "Tu n'es pas mon père !"
Père Marwais : "Que se passe t'il ?"
Cacaunoy : "Mon père ne m'aurait jamais dit une chose pareille, me dire de prendre un autre nom que Marwais jamais mon père ne m'aurait dit ça !"
Il baissa la tète puis du coin de l'oeil je vis qu'il souriait puis quelques secondes aprés éclata de rire.
Père Marwais : "Reste une Marwais si tu le veux mais ce n'est pas en arrivant dernière d'un tournoi que tu servira à cette famille."
Je relacha son col puis partis en direction de la porte d'entrée mais sa main attrapa mon épaule m'empéchant de continuer.
Père Marwais : "Avant que tu ne partes, je sais qu'à partir de maintenant tu t'entraineras beaucoup plus au style Migite pour pouvoir tuer Arai mais ne dépasse pas les limites de ton corps."
Cacaunoy : "Je vais le tuer même si je dois pousser mon corps au summum de l'effort, je vais m'entrainer jusqu'à l'épuisement puis je le tuerai et le nom des Marwais
brillera plus haut que celui des Migite n'a jamais brillé."
Je me dégagea de son entreinte puis franchis le pas de la porte pour ensuite partir en direction du QG où j'avais étais convoquée.
Tu as compris ou partiellement maintenant ma présence dans ton esprit, le reste viendra au fur et à mesure.
Apprends moi tout sur le style Migite jusqu'à me tuer.
J'en avais l'intention aprés tu pourras t'occuper de Sabishii mais pas avant longtemps.
Qu'importe le temps, je le tuerai.
:Fin Flash-Back


Je me relevée aussitôt aprés avoir touchée le sol, un gout de sang s'infiltra dans ma bouche et je sentis une éraflure sur mon bras.
Inconnu : "Salut, apparement tu m'as marché dessus."
Radio : "Krrrch.....ici Chiraku, Cacau que se passe t'il ?"
Radio : "Krrrch....Je gére, a oui ici Cacau."
J'arracha la radio de mon oreille et la jeta par terre pour ne plus être dérangée.
Je porta mon regard sur l'individu me faisant face, un homme d'une trentaine d'années une musculature peu dévellopée et aucune arme sur lui.
Il s'est caché sous terre, un jutsu si c'est le cas c'est un ninja et le fait qu'il n'ai pas d'armes indiquerait l'utilisation exculsive de jutsu.
Inconnu : "Je m'appelle présente Kokazu, j'ai pour mission de vous tuer toi ainsi que l'ensemble du convoi."
C'est pas bon.
Merci pour l'info je crois ne pas être complétement débile non plus.
Non je crois que ce type est tout sauf un amateur.
Alors voyons de quoi est capable le professionnel.
Tout d'un coup je le vis effectuer des signes de ses deux mains, il utilisait un jutsu mais rien ne se passa aucun changements ne se fis.
Je couris en sa direction, arrivée à sa hauteur je m'apprétais à lui décrocher un violent coup de poing dans sa téte lorsque un champ éléctrique entoura son corps m'éléctrocutant et m'empéchant de le toucher. J'essayais de me relever mais mes membres étaient encore engourdis par l'éléctricité aprés un effort je réussis à me relever
puis je repartis aussitôt à l'assaut.
Le même scénario se fis, une fois à hauteur de son visage un champ éléctrique apparut et m'éléctrocuta puis s'ensuivit un douloureux effort pour me relever.
Je fis encore six tentatives lorsque lors de la dernière mon corps couvert de brulures dont certaines relevaient ma chair atteignit ses limites.
Kokazu : "Tu es béte ou quoi, pourquoi continuer à m'attaquer de face alors qu'à chaque fois tu te fais éléctrocuter ?"
Cacaunoy : "Pfff, si je ne suis pas capable de résister à ça comment pourrai-je devenir plus forte ?"
Sur ces mots, je me releva entrainant une vive douleur dans l'ensemble de mon corps, puis je refis la même tentative que depuis le début de cet affrontement à savoir un coup de poing en pleine face, j'arrivais à sa hauteur lorsque l'élécrticité réapparut mais au lieu de me foudroyer Kokazu s'écrasa par terre le corps à moitié brulé.
Il se tordait de douleur avec de multiples brulures sur l'ensemble de ses membres.
Chiraku : "Alors comme ça on a pas besoin d'aide ?"
Je me tournis vers ma gauche pour voir Chiraku apparaître de derrières des fougéres puis Take, Akku et Yoso sortirent eux aussi de leurs cachètes.
Akkurenai : "Tu as de la chance que Chiraku est lancé son jutsu sans ça je peut t'affirmer que tu ne serais qu'un tas de cendres."
Takeshi : "Comme tu ne répondais plus à la radio nous avons décidés de te rejoindre pour évaluer le probléme et agir au bon moment."
Yoso : "Tu devrais plus compter sur nous, aujourd'hui tu es passée prés de la mort."
J'éclata de rire me tirant ainsi un cri de douleur puis je me pencha pour ramasser ma radio et la remettre en place.
Chiraku : "Bien, Take peux-tu la soigner avant que l'on ne reprennent la route ?"
Takeshi hocha la téte puis commenca les soins quelques minutes plus tard et le convoi repris son chemin, les brulures étaient un peu moins voyante smais toujours présentes, avant de partir Takeshi me glissa quelques mots à l'oreille.
Takeshi : "La prochaine fois évites le travail en solo, aprés tout nous sommes une équipe."


COMBAT ENTRAIN D'ETRE REFAIT !
avatar
Cacaunoy MARWAIS
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 144
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 26
Localisation : Bordeaux, Le Sud Ouest, boutons les bretons hors du forum ! ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission : escorte commerciale [Rang C] (accomplie)

Message par Akkurenaï le 6/4/2008, 22:24

Bon maintenant qu’on était là, elle ne pouvait pas nous dire de nous enfuir ou de nous tirer de là. Cacau était devant le fait accompli, on était là pour l’aider et il fallait bien que l’on forme une team sans penser à nos origines et nos villages. Après tout il semblerait quand même qu’on doive se faire accepter par chacun des membres…

(Akku) Bon, on lui met la misère à ce gars ou bien ?
(Takeshi) Il va falloir quand même se méfier, on vient de rencontrer ce type, il faudrait d’abord voir ce qu’il a dans le ventre…

Le gars se releva et semblait assez menaçant.
Apparemment, il n’avait pas vraiment apprécié le fait d’être blessé et voulait certainement en découdre de manière plus intensive avec le groupe.


(Kokazu) Vous allez me le payer bande de morveux ! On ne me touche pas impunément !

L'homme sorti de sa poche une potion et commença à la boire d’un trait. La gourde semblait lui procurer un bien fou et ses blessures se refermaient lentement.

(Akku) Hein ? C’est quoi ca ?
(Yozo) Certainement une potion cataplasme qui concentre une forte énergie en chakra et qui lui permet de devenir plus fort ou de régénérer une partie de ces cellules abimées !

Tous les regards se tournèrent vers Kokazu qui souriait vers le groupe.

(Kokazu) Vous êtes des minables et je vais le prouver !

Kokazu sauta en l’air et forma un sceau inconnu et prononça quelques paroles assez discrètes. En l’air, ses yeux se mirent à briller et à étinceler…

(Kokazu) Prenez ca !

Une pluie de Lames tranchantes s’abattit sur le groupe, dans tous les sens.

(Chiraku) Attention !

De gestes souples en prouesses, chacun évita avec brio les lames qui s’écrasèrent dans la forêt et dans la poussière de la route.

(Yozo) Restez pas comme ca, répliquez, nom d’un chien ! Masaku no jutsu !

Une dague apparut dans la main de Yozo qui la lança avec force devant Kokazu, qui d’une légère pirouette l’évita et profita pour contre-attaquer :

(Kokazu) Et ca maintenant ?

Il posa ses deux mains au devant de lui, à plat et marmonna quelques paroles que le groupe ne put toujours pas entendre.

Mais la réponse fut toujours plus rapide que l’interrogation. Un vent se leva et tourbillonna devant les membres du groupe.


(Kokazu) Si vous ne voulez pas vous laisser emporter, accrochez vous aux arbres, moi, je vais soulever vos charrettes et les disperser dans les environs ! Tout sera détruit et déchiqueté ! Inutile de vous opposer à ce genre de techniques, vous n’avez pas le niveau…

(Takeo) Mais il va la fermer lui ?

Takeo sortit son katana et fendit les airs qui s’approchaient de la petite troupe.

(Takeo) Attaquez le de toute part en faisant attention de continuer à surveiller les chariots. Ce gars là peut avoir des complices !

(Akku) Ouais ! On va le battre maintenant !
(Yozo) On va essayer de faire ca, c’est bien pour la mission…
(Cacau) Allez tous ensemble on va le mettre en pièces cet imbécile !
(Chiraku) A l’assaut !!!!

Alors que le groupe se lançait à l’assaut de l’inconnu maintenant connu, ce dernier se désengagea du combat avec Takeo, et sauta sur la branche du dessus. Il en profita pour reprendre son souffle et son regard devenait de plus en plus sombre encore.

(Yozo) Il essaye de s’échapper !

L’homme fit un rictus et se retourna vers le groupe.

(Kokazu) N’importe quoi ! Je vais remplir ma mission !

(Akku) Il essaie simplement de faire son malin ! Apparemment il n’aime pas le combat au corps à corps !
(Takeo) On va essayer de l’avoir par le combat rapproché s’il n’aime pas ça ! Ceux qui peuvent le maintenir, essayez de le contenir pendant que ceux qui manient bien le corps à corps tentent de le toucher avec moi !

En avant !


Dernière édition par Akkurenaï le 7/4/2008, 21:38, édité 1 fois
avatar
Akkurenaï
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 32
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission : escorte commerciale [Rang C] (accomplie)

Message par Akkurenaï le 7/4/2008, 15:18

[Voix Off]

Le récit que nous allons décrire ici relate de l’énorme combat de la Team Hakumei pour protéger le convoi faisant route jusqu’à Epolas.
Evidemment, tous les membres de la Team sont concernés par cette mémorable attaque. Revenons donc à nos moutons…

La Team était donc correctement en route, lorsqu’un shinobi ennemi, répondant au nom de Kokazu, fit son apparition pour éliminer les membres de la dite-team et surtout pour réduire à néant les chances du convoi d’arriver en entier jusqu’à la ville souhaitée. Cacaunoy était seule face à Kokazu, mais la non réponse de celle-ci lors des transmissions des ordres a déclenceé un état d’alerte générale. Ses coéquipiers étaient donc arrivés sur le lieu, trouvant quelque peu effronté l’homme qui semblait vouloir faire la peau au marchand.

Néanmoins, les ordres étaient clairs ; il fallait le vaincre pour continuer la route tranquillement vers la ville. Hors celui-ci n’en démordait pas et semblait vouloir détruire le convoi avant tout. L’histoire reprend donc alors que le groupe allait attaquer de toute part l’assaillant…

[/fin Voix Off]


(Kokazu) N’importe quoi ! Je vais remplir ma mission !

(Akku) Il essaie simplement de faire son malin ! Apparemment il n’aime pas le combat au corps à corps !

(Takeo) On va essayer de l’avoir par le combat rapproché s’il n’aime pas ça ! Ceux qui peuvent le maintenir, essayez de le contenir pendant que ceux qui manient bien leur sabres, épées ou Katana tentent de le toucher avec moi !

En avant !

Les génins se précipitèrent sur l’ennemi, lorsque Takeo fit un geste de repli.

(Takeo) Stooooooooooop ! Vous faites quoi là ? Vous êtes nuls ou quoi ? Jamais tous ensemble, vous savez pas écouter et appliquer les ordres ?

Puisque vous êtes de telles mauviettes, notamment les Chikarates, je vais devoir distribuer les rôles. Vous êtes tellement passifs et empotés ! Bandes de mioches ! Et ca veut devenir prochainement Chuunin, c’est du n’importe quoi !

Yozo ! Attaque le avec tes flèches, et évite qu’il s’enfuit !
Takeshi ! Utilise tes techniques Futon pour le toucher si possible et n’y va pas mollo !
Cacau et Akku ! Avec moi toutes les deux pour l’attaquer de front !

En avant !

(Chiraku) Bah et moi alors ?

(Takeo) Bin, attaque le à distance puisque tu sembles préférer ce genre d’attaque. Et tu as comme mission de protéger Yozo et Takeshi. Concentre toi sur leur défense si jamais le gars s’en prend directement à eux ! C’est primordial ! Et si maintenant vos questions débiles à la Chikarate sont finies, on y va !

Le groupe se remit en position d’attaque, mais l’homme sourit une nouvelle fois et disparu avant que les coéquipiers arrivèrent à l’endroit où il était perché quelques secondes auparavant…

(Yozo) Qu’est ce que ca veut dire ?
(Takeshi) Il a disparu ???

Le Jounin s’agenouilla et se concentra pendant que les génins reprenaient de plus belle

(Akku) Il peut pas avoir disparu, il est trop nul comme gars !
(Cacau) qu’est ce que tu en sais ? Tu y connais un rayon sur les nulles toi ?
(Akku) Non, par contre sur les moches, il suffit d’ouvrir grand les yeux !
(Cacau) Je vais te…

Takeo se leva brusquement et pointa de l’index le convoi.

(Takeo) Il vient d’apparaitre devant le convoi, il nous attiré juste devant pour lui laisser le temps de poser des sceaux sur les chariots ! Dépêchez vous avant qu’il ne s’en prenne directement aux ressources ou aux charettes !

Alors que le groupe allait voler à la rescousse, Takeo, tout en se déplaçant, dit d’une voix grave :


(Takeo) Maintenant le premier qui se fout sur la gueule avec l’autre dans une telle situation, je le tue. N’importe lequel d’entre vous. Ce ne posera pas de problème. Ce sera même avec plaisir s’il vient d’un village voisin…
avatar
Akkurenaï
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 32
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission : escorte commerciale [Rang C] (accomplie)

Message par Takeshi Masumane le 14/4/2008, 18:39

*C'est sur... Vaut mieux pas s'engueuler, vu ce qu'on va devoir affronter... Ça va chier !*
Nous courons tous les cinq vers le convoi, armes aux clair. Les deux gardes du corps sortent de la première caravane.
Garde du corps - Que se passe-t-il ? C'est quoi ce bordel ?
Takeo - Éloignez vous des véhicules ! On est attaqué ! On s'en charge, mettez votre patron à l'abri !
Takeo a à peine fini de prononcer ces mots que notre employeur sort, et se met à courir vers les bosquets, escorté par ses deux gorilles.
Juste à temps, car c'est ce moment précis que choisi Kokazu pour faire exploser le véhicule central, où se trouvé l'homme d'affaires quelques secondes auparavant.
Dans une gerbe d'effets pyrotechniques, les morceaux de bois volent en tous sens, dispersés aux quatre vent. Une roue tombe droit vers nous, et presque sans y prêter attention, nous nous écartons légèrement.
Alors que nous approchons encore, nous voyons l'assassin en train d'apposer un sceau explosif sur le véhicule de tête.

*Merde, à ce rythme-là, il va tous les faire péter !*
Takeo - C'est dans cette charrette que sont les papiers administratifs ! Takeshi, va les chercher ! Yozo, tiens le à l'écart de la dernière avec tes flèches ! Akku, pareil avec ton Gokakyuu ! Les deux autres, vous me suivez, on l'attaque de front... Il est puissant, je vais devoir combattre avec vous ! Action !
Les cinq genins - Compris !
*Il m'a désigné pour aller chercher les papiers dans une charrette qui va exploser... Soit il est barge, soit il veut me tuer, soit je suis le seul capable de le faire si vite... Les trois !*
Takeshi - Yuugiri !
Je me retrouve alors dans le véhicule de tête. Pas très spacieux, mais suffisant, même pour deux armoires à glace. Je regarde tout autour et vois une mallette, puis un coffre.
*Putain c'est dans quoi ? Bon j'embarque les deux !*
Je tente de tirer sur le coffre pour l'emporter, mais il semble bien accroché. Je continue à tirer de toutes mes forces, mais rien. Impossible de la dégager.
Takeshi - Putain ! Tu va venir, saloperie ? Puisque c'est comme ça, Akaden !
J'envoie alors une grande vague d'éclairs pourpres, emplissant l'habitacle d'une lueur écarlate, et d'un air électrique. Puis je les concentre vers le coffre, et plus particulièrement vers la cloison derrière ce dernier. Faite de bois, elle éclate et prend feu, mais l'impact est suffisant pour libérer le coffre. En tirant un grand coup sec dessus, je peux enfin l'arracher au véhicule, et le tiens alors dans mes bras. Je saisi la mallette et la pose sur le coffre. Avec tout ça dans les bras, je suis prêt à partir.
Takeshi - Yuugiri !
Mais rien ne se passe.
*Putain ! Comment ? Je peux pas me barrer ?*
Je regarde autour de moi, et remarque que la porte est fermée. La seule issue, c'est le petit trou créé par mon jutsu. Donc ma technique de télétransportation ne peut fonctionner.
*Suffit d'ouvrir la porte.*
D'un geste, je donne un grand coup de pied dedans, mais au lieu de l'ouvrir à la volée, elle ne bouge pas d'un centimètre, et je me retrouve rejeté en arrière par l'impact. Ma tête heurte le bord, et je me retrouve sonné, au milieu d'une charrette en feu, prête à exploser, des tonnes de documents dans les bras. La situation est critique.

Je tends l'oreille, pour entendre un peu ce qu'il se passe au-dehors.

*Des bruits de combats, des explosions, des cris...*
Voix - Sempai, Takeshi est resté dans... le sauver... bloqué... barrière de chakra...
Voix - ... tard... rien pour lui... débrouille... reparlera...
*Enfoiré !*
Yozo - Takeshi !
Je l'entends distinctement, à croire qu'il est tout près.
Yozo - Ce connard d'assassin, il a apposé une barrière de chakra autour du véhicule ! Tu peux plus sortir ! Il faut que tu te protège, ça va sauter ! Takeo à essayé de retenir l'explosion de sceau, mais il peut plus tenir ! Survis !
*Merde, je peux plus sortir... Va falloir sortir les grands moyens !*
Takeshi - AAAAAAHHHHH !
Je pousse un long cri, libérant autant de chakra que possible autour de moi. J'entends alors parfaitement le bruit du parchemin se consumant, annonçant une explosion imminente.
Je hurle à nouveau, envoyant en tous sens des vagues discontinues de chakra. Puis d'un geste de la main gauche, je fais se resserrer tout se chakra autour de moi, m'enfermant ainsi dans une bulle de protection.

*Ça va pas suffire ! Je vais mettre toutes les chance de mon coté !*
Ma main gauche tendue devant moi, j'insuffle à cette bulle du Fuuton, créant alors un tourbillon à l'intérieur même de celle-ci.
*Ça va avoir du mal à rentrer, et les flammes seront dispersées...*
Je lève alors la main droite, et envoie plusieurs éclairs de Raiton rouge, les faisant tourbillonner à l'instar du vent.
*Les éclairs vont désintégrer tout ce qui pénétrera dans la sphère...*
Takeshi - Je pense que je suis prêt à encaiss...
Tout explose, un grand bruit, un vive lumière, puis plus rien.

Lorsque je me réveille, je suis étalé dans la poussière, un des deux gardes, au-dessus de moi, me regardant droit dans les yeux.

Garde du corps - Il se réveille !
Autour de moi, toujours le même vacarme incessant. Des cris, des combats, des explosions.
Je tente de me lever, lais je ressens alors une énorme douleur me traverser l'épaule droite, bien plus forte que d'habitude. Je retombe donc dans la poussière.
Le gorille se penche alors vers moi.

Garde du corps - Tiens bon, petit... Tu as risqué ta vie pour nos documents, et tous sont entiers. Merci, on t'en doit une !
Takeshi - Où est ce bâtard ? Que je le bute ?
Il lève la tête vers ma droite, et observe le combat.
Garde du corps - Toujours face à vos coéquipiers, ils ont du mal à s'en sortir, même avec l'aide de votre chef... Mais vous, vous ne devez pas bouger... Vous avez été sévèrement touché, alors ne bougez pas !
*Fais chier... Ma protection est pas au point... j'ai pas non plus vraiment eu le temps de la booster... Fais chier !*
J'effectue des signes avec mes mains endolories, puis me les apposes dessus. Une onde de chaleur envahit mon corps.
*Vive les jutsus de soin !*
Après quelques minutes de ce traitement, je me remets debout, sous le regard ébahi du garde.
Garde du corps - Vous les ninjas... Vous m'étonnerez toujours !
Takeshi - Tant mieux, on est là pour ça ! Faire ce que les autres ne font pas, réussir là où les autres échouent...
Je me retourne, et une explosion balaye la route, provoquant le soulèvement d'une grande masse poussiéreuse. On n'y voit pas à deux mètres.
Quand la poussière se dissipe un peu, j'aperçois Takeo et Cacaunoy toujours aux prises avec Kokazu. Les autres privilégiant le combat de soutien. Je tourne mon regard vers les bois, où se tiennent le patron et son autre garde.
Devant ces deux-là, se tient l'assassin, prêt à accomplir son méfait.

*Un clone ? Lequel ?*
Je regarde de nouveau vers le combat opposant mes équipiers à Kokazu.
*C'est lui le clone !*
Je cours donc vers les deux hommes, sans défenses face à un tel monstre. Le garde se pose alors en protection devant son patron, et dégaine son arme à feu.
Il arme, et tire deux coups. D'un geste, Kokazu invoque une barrière de chakra devant lui, arrêtant ainsi les balles, avant de les prendre de plein fouet.
Le gorille, stupéfait, décharge son arme. Mais rien ne passe, l'assassin toujours plus proche d'eux.

Takeshi - Yuugiri !
Alors que le garde du corps se jette au corps à corps, dans une tentative désespérée de diversion, j'apparais devant lui, pendant qu'il porte un coup à l'ennemi. Je prends son crochet en pleine tête, au niveau de la temps, et m'effondre par terre, sonné ne fois de plus, totalement désorienté.
*Abruti !*
Il s'excuse de son geste, mais il est trop tard pour lui. Kokazu l'attrape au col, et appose sa main sur le visage du pauvre homme.
Kakozu - Bonne nuit !
Il envoie alors une déferlante de vent, faisant exploser la tête du garde. Il le relâche alors, laissant tomber son cadavre parmi les feuilles, tapissant ainsi le parterre végétale avec son fluide corporel.
Le patron, tombant sur les fesses, recule à tâtons. Il a peur, et moi aussi. L'autre garde accourt dans notre direction, mais est vite repoussé par une déferlante, l'envoyant valser quelques mètres plus loin.
Il se rapproche du vieil homme, déterminé à le tuer.

Alors que Kokazu tend la main vers notre employeur, pour le tuer, je reprends mes esprits.

*Je dois le sauver !*
Takeshi - Yuugiri !
Je me retrouve donc entre les deux hommes. Kokazu semble surpris, mais passe bien vite à l'assaut. Je saisi la main du patron.
Takeshi - Yuugiri !
Nous voilà hors d'atteinte de l'assassin, quand celui-ci réapparaît juste devant nous.
Kakozu - Ne me sous-estime pas, gamin ! Je connais bien cette technique…
*Il connais bien… ma technique ?*
Je décide alors d'engager une poursuite entre lui et nous, pour donner le temps aux autres de venir nous aider.
Les télétransportations s'enchaînent, mais il n'est jamais loin. Au bout d'un moment craignant pour le sécurité du patron, je le laisse au milieu d'un bosquet, et disparaît à nouveau. Kokazu ne semble pas l'avoir remarqué, et continue à me poursuivre.
Après avoir traversé une certaine distance, je m'arrêtes dans une clairière, attendant l'assassin. Et celui-ci ne tarde pas à arriver.

Kakozu - Alors on tente de fuir ? Mais... Il est où le patron ?
Takeshi - Pas tout près ! Allez, c'est moi ton adversaire !
Voix - Et moi le tien !
Une voix s'élève de derrière moi, puis dans un souffle de vent, un ninja apparaît aux cotés de Kokazu.
Ninja - Laisse-le moi... Retourne tuer les autres !
Kakozu - Niark... Si tu veux, petit !
Et Kokazu disparaît dans un volute de fumée.
*C'était lui, le clone ? Merde ! Je me suis fais chier pour pas grand chose...*
Ninja - Alors, on refuse de mourir, jeune homme ?
Je tourne alors mon regard vers le nouvel arrivant, en position de combat, face à moi. Il a les cheveux noirs et longs, les yeux verts, le reste de son visage est caché par un bandeau. Il porte une tenue noire, avec des protection argentées.
Il porte dans son dos un arc, un carquois, et un sabre court.

Ninja - Et bien ? On refuse aussi de parler ?
Takeshi - Va te faire foutre ! Vous êtes qui d'abord ?
Ninja - Nous sommes les réprouvés...

*Si c'est lui mon adversaire, j'ai plus de chance... Il me semble moins fort que l'autre... Mais ça va quand même pas être facile...*
Takeshi - Les réprouvés ?
Ninja - Oui, nous sommes les exclus de la société ! Nous avons coupé tous les liens nous unissant à nos anciennes vies ! Nous sommes devenus les guerriers de l'ombre de la mort, les ninjas renégats, les ronins, les... Nous sommes ceux qui ne sont plus !
Un frisson parcourt mon échine, la peur et l'appréhension montant d'un cran.
*Je suis dans la merde, face à un barge pareil !*
Il s'élance vers moi.
Ninja - Trêve de bavardages ! L'heure de ta mort sonne dans le sablier des dieux !
Takeshi - On verra ça ! Enfoiré !
Il commence à frapper au corps à corps, enchaînant les attaques à une vitesse très soutenue. Mais j'ai une certaine facilité à contrer ses coups, comme si je les pressentaient, comme si je les connaissaient déjà.
Le fait que je pare tous ses assaut a l'air de l'irriter au plus haut point. Il doit être habitué à maîtriser ses adversaires dans ce domaine.
Il continue à frapper de toutes ses forces, mais rien ne passe. Il se bat de la même façon que moi, je peux donc prévoir ses actions. Puis vient mon tour d'attaquer, et là, la situation s'inverse.
Il contre tout, sans même se soucier de la puissance de mes coups. Il les repousse, tout simplement.
Nous nous écartons alors l'un de l'autre, comprenant que la situation n'évoluera pas ainsi.
Il prend son arc, et le bande, une flèches braquée vers moi.

*J'ai l'habitude maintenant, avec Kyuudan... Tire...*
Takeshi - Tire !
Il décoche alors sa flèche, celle-ci fusant droit vers moi.
Takeshi - Yuugiri !
Je me déplace instantanément d'un mètre à peine, c'est suffisant pour esquiver son tir.
Il semble surpris, et ouvre des grands yeux ébahis.

Ninja - Comment... comment tu fais ça ? Cette... technique ?
Je souris, heureux de l'effet produit par mon atout héréditaire principal.
Avant que l'ennemi ne reprenne ses esprits, je charge mes bras de chakra, puis relâche tout dans sa direction.

Takeshi - Akaden !
Une pluie d'éclairs pourpre s'abat alors sur lui, Mais il esquive d'une manière tout à fait inattendue.
Ninja - Yuugiri !
Il réapparaît derrière moi, en dégainant don sabre. Je me retourne alors, et tends le bras droit vers l'avant.
Takeshi - Libération, Takekaze !
Ninja - Takekaze ?
Sa surprise semble s'être décuplée avec mon attaque Raiton et la libération de mon sabre.
Il saute en retrait.

Ninja - Qui es-tu ?
Takeshi - Je suis Takeshi Masumane, du clan Masumane ! Et toi, quel est ton nom ?
Son regard s'assombrit alors, et il baisse la tête. Après quelques secondes de réflexions, il me regarde de nouveau.
Ninja - Je suis Idato Shintoki. Mais autrefois, on me nommait... Idato Masumane !
*Idato Masumane ?*
Idato - Yuugiri !
Il disparaît alors, me laissant seul, dans la tourmente d'une telle nouvelle.
*Idato... Mon frère...*


Dernière édition par Takeshi Masumane le 16/4/2008, 03:31, édité 1 fois
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission : escorte commerciale [Rang C] (accomplie)

Message par Takeshi Masumane le 16/4/2008, 03:29

Je tombe à genoux, dans l'herbe encore humide de la rosée du matin. Je me tiens la tête entre les mains, prêt à fondre en larmes.
*Idato... Pourquoi.... Pour moi, tu étais mort, et te voici.... En bandit... En réprouvé... Tu n'as pas été exclu de la société, tu en a disparu... Idato...*
Je frappe du poing le sol herbeux, assez fort pour laisser l'empreinte de ma main dans la terre.
*Je dois rejoindre les autres au plus vite !*
Takeshi - Yuugiri !
Je réapparais à genoux, au milieu des cendres d'un des véhicules. Des débris sont éparpillés sur toute la route.
Devant moi, allongé par terre, se tient le garde encore vivant. Mais visiblement, suite à la déferlante qu'il a subit, il est retombé sur un morceau de métal, et s'est empalé dessus. Son état semble critique.
Je regarde autour de moi, tout n'est qu'enfer et flamme. Le corps décapité du garde git sur le bas coté. De l'autre coté des véhicules éventrés, Kokazu tient tête à Takeo et Cacaunoy.
Plus loin, près de la dernière charrette, Chiraku, Akku et Kyuudan font face, contre mon frère. A quelques mètres, le patron gémit dans un fourré, convaincu de sa mort prochaine.
*C'est fini... Pour nous tous...*
Une larme coule de mon œil droit. Le gauche reste impassible.
*Misaki... Tu est toujours... en moi ? Tu ne m'a jamais quitté... Merci...*
Je soulève mon bandeau, ouvrant l'œil bleu, dérobé à celle que j'aimais.
*Que j'aimais? Non... Que j'aime... Misaki...*
Mais son œil refuse de pleurer.
*Je comprends... Tu refuses de perdre espoir... Tu as raison, je dois me battre, ne jamais renoncer... Merci !*
Je me relève, toisant mon frère du regard.
Takeshi - Yuugiri !
Je réapparais au cœur du corps à corps.
Takeshi - Kyuu, en soutien ! Les autres, allez aider Takeo et Cacau !
Chiraku - Mais... Il est bien trop puissant pour vous deux !
Takeshi - Je t'ai donné un ordre ! Ecoutes moi !

Chiraku hoche la tête, et se désengage, puis avec Akku, ils s'éloignent. Kyuudan, quant à lui, reste en retrait, et prépare son arc.
Yozo - Je peux pas tirer si tu restes aussi prêt ! Recules !
Takeshi - Non !
Je fonce sur Idato, et nous commençons à nous battre, une fois de plus.
Encore une fois, aucune attaque de passe, d'un coté comme de l'autre. Les coups s'enchainent, à l'identique des deux cotés.
Takeshi - Va aider les autres ! Je me charge de lui !
Yozo - Mais ! Tout seul, tu...
Idato - Hé, tu es bien présomptueux, petit frère...
Yozo - Petit frère ?
Takeshi - Kyuu, casses-toi !
Il se replie à son tour, me laissant donc seul face à mon frère. Face à mon destin.

Alors que le combat ne semble départager personne, nous sautons de concert, en retrait.
Idato - Tu penses sérieusement être de taille, Takeshi ?
Takeshi - Ta gueule ! Pourquoi as-tu disparu ? Deux années durant, j'ai cru à ta mort ! Et c'est maintenant que tu réapparais ? Pour nous tuer ?
Idato - Ce n'est pas si simple... J'ai renié mon village, car lui m'a abandonné...
Takeshi - Qui t'as abandonné ?
Idato - Todaki...
Le simple fait d'entendre son nom me glace le sang.
Takeshi - Que sais-tu de ce qu'il a ressenti, en partant ainsi... Il a perdu un bras, et chaque fois qu'il le regardait, il pleurait... Par dégout, pour ce qu'il a fait ! Tu ose dire qu'il t'a abandonné ? C'est toi, en ne revenant pas, en faisant croire à ta mort, qui nous a abandonné !
Idato - Tu ne peux... Comprendre mon choix, petit frère... Je suis désormais un paria, un assassin, un... Je suis ce que je suis, et tu ne peux rien y changer !
Takeshi - Au contraire ! Rentres au village avec moi ! Père serait si heureux...
Idato - Père... Non, je ne rentrerais pas... J'ai une mission à accomplir, et une fois cela fait, je rentrerais chez moi... Avec ma nouvelle famille.
Takeshi - Tu... Nous ne sommes plus rien à tes yeux ?
Idato se retourne, et observe le combat faisant rage plus loin.
Idato - Désolé, mon frère.
Il disparait, puis un cri suraigu envahit la vallée. Je me retourne, pour voir Idato en train d'exécuter notre employeur.
L'épée en travers de la gorge, son hurlement se mut en un gargouilli rauque, puis s'éteint. Il est mort.
*Pourquoi...*
Puis mon frère se téléporte à nouveau, et je me retourne alors vers le combat faisant rage, entre mes compagnons, et celui de mon frère.
Je sens un souffle d'air dans mon dos, et avant même que j'ai eu le temps de me retourner, je reçois un coup sec sur la nuque.
Mon énergie me quitte, et le sol se dérobe sous mes pieds. Avant que je heurte le sol, Idato me rattrape. Son bandeau tombé, je peux alors contempler son visage.
Idato - Pardonnes-moi...
Takeshi - Si tu reviens...
Il ferme les yeux, et pendant que je sombre dans le sommeil, il me murmure à l'oreille.
Idato - Quand tu seras prêt, viens me chercher. Alors, nous règlerons nos comptes...
Puis je tombe dans les bras de Morphée, d'un repos douloureux, qui n'en est pas un.
*Idato...*
Et plus rien.

Cacaunoy - Réveilles-toi ! C'est pas le moment de dormir.
Alors que je reprends peu à peu mes esprits, je sens une intense douleur au niveau de ma joue gauche.
Cacaunoy - Bouges-toi !
Je me relève difficilement, les muscles endoloris.
Cacaunoy - Parfait ! On va pouvoir repartir...
*Repartir ?*
Takeshi - Comment ça repartir ?
Cacaunoy - Ben oui, idiot, pour Gensou... On a plus rien à faire ici !
Takeshi - Mais, et la mission ? Et les trois hommes ? Et... Idato ?
Elle me regarde droit dans les yeux, comme étonnée par de telles questions.
Cacaunoy - La mission, un fiasco... Les trois hommes, tous morts... Et Idatruc, je sais pas qui c'est ?
Kyuudan s'approche alors de moi.
Yozo - C'était bien lui, n'est-ce pas ? Idato...
Takeshi - Oui...
Cacaunoy - Quelqu'un pourrait m'expliquer qui est ce Idato dont vous parlez ?
Je me tourne vers le reste du groupe. Puis commence à marcher vers Gensou.
De son coté, Kyuudan répond à Cacaunoy.
Yozo - C'est l'homme qui nous a attaqué, celui en noir...
Cacaunoy - Quoi, vous le connaissez ?
Yozo - C'est... C'était le frère de Takeshi...

Après une journée de marche, nous arrivons à proximité de Gensou. Durant tout ce chemin, je n'ai pas prononcé un seul mot, et personne ne m'a adressé la parole. Les relations entre nous tous vont désormais être plus tendues.
Sauf Kyuudan, qui comprend ce que je ressens.

Arrivés au village, nous nous séparons. Je rentre chez Kyuu, où Senna l'attend déjà. Takeo rentre au Qg annoncé la nouvelle, accompagné par Akkurenaï, logeant là-bas. Cacaunoy et Chiraku rentrent chez eux.
Takeo - Au fait les jeunes... Malgré tout ce qu'il s'est passé... Ne vous en tenez pas rigueur, et regardez de l'avant... Et autant continuer à bien vous entendre, car à mon avis, vous amenez sous peu à vous revoir...
Je le regarde, incrédule.
Takeo - Allez, au revoir, les mauvais !
C'est ainsi, sur ces paroles pleines de vérité, que la mission s'achève. Par un échec total.
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission : escorte commerciale [Rang C] (accomplie)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum