Arasu Gakure [RP]

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Takeshi Masumane le 25/2/2009, 04:55

Sortant un sabre d'un parchemin, Idato charge Kaen de front. Arrivé à un mètre de sa cible, il saute en avant, bras levés.
Composant une série de signes à une vitesse vertigineuse, Kaen exécute alors un jutsu.
Il lève le bras, et l'espace entre sa main et Idato explose. Une explosion énorme, venue de nulle part.
Repoussé avec force par la déflagration, Idato retombe lourdement sur le sol, alors que venu de derrière-moi, s'élance une sorte de dragon, comme ils sont décrient dans les contes, et peints sur les estampes.
A plusieurs dizaines de centimètres du sol, volant on ne sait comment, se mouvant tel un serpent, le dragon fonce sur Kaen. Ouvrant sa gueule, il crache une immense boule de feu, faisant crépiter l'air alentour.
A une quinzaine de mètres derrière le dragon, Mayuri se tient là. Il s'agit de son invocation. Et celle-ci semble d'un bon niveau.
Mais, tandis que je retourne mon regard vers le combat, je vois Kaen sauter de coté afin d'esquiver l'attaque du dragon. Mais tandis que l'homme est toujours en l'air, la bête modifie sa trajectoire et fonce directement sur lui. Pivotant sur lui-même, et préparant un jutsu en parallèle, il évite un coup de la mâchoire énorme du reptile, et appose sa main sur la base de sa crinière.
Il se réceptionne aisément, et attend la prochaine offensive de l'invocation. Mais surgit alors juste derrière lui une sorte de pantin fait de verre. Une attaque de Satsumi. La marionnette donne un coup d'estoc avec son bras en forme de pointe aiguisée. Kaen force un peu sur ses appuis, et se pose debout sur la pointe de métal, en équilibre.
Le poids de son corps fait pencher le pantin, qui flanche. Le ninja en profite pour recommencer la même attaque que sur le dragon, et une fois de plus, rien ne se produit.
Tandis qu'il éjecte la marionnette de verre d'un coup de pied, le dragon repasse à l'assaut. Le pantin de Satsumi se reprend immédiatement et fonce lui aussi. Pris en tenaille, Kaen tend ses bras vers les deux créatures, et claque des doigts.
Sans que rien ne puisse arriver pour l'empêcher, l'invocation et la marionnette explosent simultanément. Le dragon est réduit à l'état de fumée, et le pantin projette des éclats de verre dans toutes les directions.
Je saute à l'abri d'un rocher, mais Satsumi et Mayuri sont touchés. Idato est allongé, à couvert d'une bute, Katsuo a disparue, et Kaen s'est protégé derrière un mur en pierre.
Je reparait sur le champ de bataille, et analyse la situation.

*Idato s'est fait gicler, et les attaques de Satsumi et Mayuri se sont avérées inutiles. Quant à Katsuo, je sais pas où elle est... Ce mec est surpuissant.*
Tendant le bras en arrière, Kaen se saisit de quelque chose d'invisible.
Kaen - Tu pensais que je ne t'avais pas vu lancer ta technique sur ta copine ? C'est pas en tentant des diversions aussi bidons que vous m'aurez.
Je commence à peine à comprendre la situation, que Katsuo apparait, tenue au col par Kaen.
*C'est Mayuri qui l'a dissimulée dans un Genjutsu... Mais comment l'a-t-il vue ?*
Le Kounin lui donne alors un coup en plein visage, et compose à nouveau des signes. Il appose sa main sur sa poitrine.
Kaen - Belle paire, ma petite !
Et sans plus attendre, il lui envoie un coup de genou dans le plexus. Elle s'envole un peu plus loin.
Kaen - Et bien, les jeunes ? Vous n'avez rien de mieux ?
Tous se relèvent lentement, sauf Katsuo qui reste à terre, encore sous le choc.
Mayuri - Tu lui as fait quoi, sale bâtard ?
Kaen - Soit poli, mon garçon... Je lui ai juste fait subir exactement la même chose qu'à ton invocation...
Mayuri - Enfoiré... Katsuo, ça va ?

Elle ne répond pas, toujours dans les vapes. Idato, sorti de son couvert, se tient droit, en face de Kaen.
Idato - On va t'avoir... Allez, formation delta ! Takeshi, tu ne bouge pas ! Kage bunshin !
Il crée un clone, qui prend sans doute la place de Katsuo dans la formation. Les quatre s'élancent vers leur cible.

Suivant une formation en losange, avec Idato à l'avant, Satsumi à sa droite, Mayuri à sa gauche, et son clone sur ses talons, ils foncent sur Kaen. Le clone saute alors, et envoie une volée de projectiles sur le Kounin, tandis que Satsumi forme une prison faite de verre, avec un mur en moins, le tout derrière Kaen.
En se repliant pour éviter les Shurikens, le ninja saute directement dans la boite en verre. Une nouvelle paroi se forme, et le voilà prisonnier.
Mayuri compose des signes, et des piliers de roche viennent appuyer les parois, les faisant se resserrer. De plus en plus à l'étroit, Kaen observe la scène se dérouler autour de lui, sans avoir l'air vraiment inquiet. La roche utilisée par Mayuri s'étale alors sur toute la surface de la boite, et Kaen disparait.
Idato prépare une boule d'énergie, et Mayuri fait apparaitre un trou mince dans la paroi avant de la cage en pierre, imité par Satsumi qui perce le verre. Idato lance alors son jutsu destructeur dans ce petit trou, et la prison personnelle de Kaen vole en éclats sous l'impact de l'attaque d'Idato.


Satsumi - Il est mort ?
Idato - J'espère...

Je ressens du mouvement sur ma gauche, et je tourne la tête. La tête de Kaen surgit du rocher derrière lequel je m'étais protégé.
Kaen - Bouh !
Il sort sa main de la pierre, et la tend vers moi, directement devant mon visage.
Kaen - Bye bye !
Katsuo surgit alors devant moi, et saute. Anticipant l'attaque de Kaen, elle plonge pour se mettre entre nous, et donne un coup du plat de la main sur le torse du Kounin, qui dépasse à peine du rocher.
Néanmoins, l'attaque de Kaen à tout de même lieu, et l'air le séparant de nous s'embrase. Je suis projeté au loin, suivit par une gerbe de sang. Alors que je retombe lourdement sur le sol, je me retrouve recouvert de sang. Et aux vues de la douleur qui me traverse le coté gauche du corps, je crois un instant que c'est le mien.
Jusqu'à ce que je vois le corps meurtri de Katsuo, gisant non loin.

Mayuri - Katsuo !
Son cri résonne dans toute la vallée, et il s'élance vers elle. De loin, j'entends à peine le mots qu'elle prononce. Du sang s'écoule à flot de ses nombreuses blessures, comprenant un trou béant dans le thorax.
Relevant la tête du cadavre encore chaud de Katsuo, Mayuri hurle. Des larmes lui coulent le long des joues.
Je regarde alors Idato. Il s'inquiète pour moi, mais je lève mon pouce en l'air.

Takeshi - Ça va, t'inquiètes ! Katsuo lui a posé un sceau sur le torse, tu peux l'activer, et lui faire sauter la gueule !
Idato - Compris !


Toujours profondément sous le choc de la mort de celle qu'il aimait, Mayuri semble avoir oublié le monde qui l'entoure. Kaen, sortant de son rocher, s'avance lentement vers lui.
Kaen - C'est les risques du métier...
Idato, sans attendre, envoie une décharge électrique directement vers le sceau apposé par Katsuo.
Le Kounin, surpris, ne réagit pas, et sa cage thoracique explose, dans une gerbe de sang. Puis il explose en fumée.

Idato - Merde un clone ! Satsumi !
Se retournant vers sa fiancée, les yeux emplies de craintes, Idato tente de la prévenir de la menace, mais il est trop tard.
Kaen vient déjà de la frapper, au niveau du cœur.
Il la repousse ensuite d'un coup de poing en plein visage. Puis il s'avance lentement vers Idato.

Kaen - La première, elle s'est prise une bombe extérieure. Sauf que l'attaque qu'elle a subie n'était pas dû à ça... Tu comprends où je veux en venir ?
Une fois de plus, Idato se retourne, cette fois vers Mayuri.
Idato - Mayu, éloignes-toi !
Mais il est trop tard. Mayuri, prostré, serrant le corps sanguinolent de Katsuo contre lui, ne réagit plus. Et Kaen claque des doigts.

Sa tête se détache de son corps, dans un geyser de fluide rouge sombre. Les deux corps sont réduits en charpie, et Idato reste immobile, sous le coup de la frayeur.
Mais Kaen profite de cette inattention pour lancer un jutsu. Et soudain, un pilier de terre, pointu, surgit du sol, et fonce vers Idato, braqué droit vers son dos.

Takeshi - Merde, libération !
Malgré la douleur effroyable qui me traverse le corps, je sors mon sabre, sans pour autant pouvoir utiliser mon bras gauche.
Son poids est énorme, et je n'arrive pas à malaxer suffisamment le chakra pour le porter avec mon aisance habituelle.
Je parviens néanmoins à le lancer quelques mètres en avant, sur la trajectoire du jutsu de Kaen. Alors que le pilier de roche rencontre ma lame, il stoppe sa course folle, le chakra qui le compose et lui permet de se mouvoir s'étant dissipé.
Idato se retourne, et commence à reprendre ses esprits. Mais pas suffisamment, car Kaen se jette sur lui, et lui fait une clé de bras, et le forçant à poser genoux à terre.
Ainsi maitrisé, Idato ne bouge plus. Des larmes coulent le long de ses joues, comme Mayuri plus tôt, alors qu'il regarde Satsumi, inerte, le nez en sang.

Kaen - Alors, toujours envie de remplir ta mission ? Ou on arrête là pour aujourd'hui ?
Idato - Lâche-moi !
Kaen - Je ne lâcherais pas ton bras... Néanmoins, si tu veux vraiment aller la rejoindre, je peux te le faire exploser... Tu veux ?
Idato - Va te faire foutre, lâche-moi !
Kaen - C'est con, quand on pense que tout ça arrive parce qu'une salope a ouvert les cuisses, et l'a dit à son frère... Enfin, comme tu voudras.

Le Kounin pose alors sa main sur le bras d'Idato, au niveau du coude, tenant toujours le poignet avec l'autre main. provoquant une petite explosion au creux de sa paume, Kaen détache le bras droit du corps d'Idato.
Idato - Haaaarrrgh !
Le hurlement d'Idato résonne, identique à celui de Mayuri, dans toute la vallée.
Kaen - Va la rejoindre...
Il pousse Idato d'un coup de pied dans le dos, et mon frère se met à ramper vers Satsumi, le moignon sanglant laissant s'échapper un long filet de sang.
Kaen marche alors jusqu'à moi, et je recule péniblement, un bras paralysé, le reste du corps dans un piteux état.

Kaen - C'est bon, n'aie pas peur... J'ai promit à ton frère que rien ne t'arrivera... Bon, j'avoue m'être un peu emporté... J'en suis désolé...
Malgré ces paroles, il continue d'arborer un rictus infâme et machiavélique.
Idato se penche au-dessus de Satsumi, et tente d'écouter si son cœur bat. Je lève les yeux vers Kaen, une idée horrible me passant par la tête.

Takeshi - Non, elle va exploser comme Katsuo !
Kaen - Non... Je n'ai pas utilisé la même technique... Son cœur va juste imploser, quand le compte à rebours sera fini... C'est à dire que lorsque son cœur dépassera une certaine fréquence, ça fera boom... Enfin... Pour l'instant ça va, elle dort... Mais lorsqu'elle se réveillera, et qu'elle verra son mec dans cet état, elle va stresser, et voilà... Haaa, j'adore être méchant !
Takeshi - Tu es un monstre...
Kaen - Oui. Au fait, montres-moi tes blessures.

Je tente de reculer, mais je ne peux rien faire.
Kaen - Arrête de flipper, je vais rien te faire, je veux juste savoir ce que t'as.
Comprenant que je n'ai pas le choix, je me laisse faire. Il se penche sur moi, et observe. Il compose des signes, et une aura blanche entoure ses mains. Il les appose sur moi, et semble étonné.
Kaen - Ben merde, alors... La moitié de tes Tenketsus sont morts... T'as pris cher... Brulé au troisième degré sur une partie du corps, le bras en sale état, et tu ne pourras plus malaxer du chakra que difficilement... Ça va demander beaucoup de rééducation, et tu ne pourras pas redevenir très fort... Désolé... Bref, je file.
Idato - Satsumi !

Je tourne la tête vers mon frère. Visiblement elle vient de mourir.
Kaen - J'embarque ton frère, et je le dépose devant la porte du Boss Shintoki... Comme pour lui laisser un message. Toi, repars auprès des tiens. Peut-être qu'on se reverra un jour, en attendant, prends soin de toi. Tu m'es sympathique. Et j'aimerais bien savoir de quoi tu seras capable une fois remit. A plus !
Il va vers mon frère, et l'attrape par les cheveux. Il repars, en le trainant derrière lui.
Quant à moi, je commence à peine à digérer la nouvelle qu'il vient de m'annoncer. Si j'en crois ses dires, je ne peux plus malaxer de chakra correctement, et encore moins en utiliser beaucoup.
Je me relève difficilement. Je crache un peu de sang, et commence à déambuler sur le champ de bataille, où trois de mes amis ont trouvés la mort. Je marche dans plusieurs flaques de sang, ne me rendant pas compte de là où je vais. D'un œil vitreux, je regarde vers le sud, et entame une longue et rude marche.

Arrivé devant le bâtiment QG de Kodomo no Asu, je passe la porte. Siddharta se tient là, en train de s'entretenir avec plusieurs personnes. Ma vision se trouble, je perds mon équilibre. Avant que ma tête ne heurte le sol, je sens des bras m'attraper, et je glisse lentement vers un long sommeil.

*Merde...*
A la limite de l'inconscience, je tousse violemment, et du sang recouvre mon menton. J'ouvre une dernière fois les yeux, et Siddharta se tient là. Elle semble parler, voire hurler, mais je n'entend rien d'autre qu'une sorte de grésillement sourd.
*Je suis lamentable... Tout est à refaire... Katsuo... Mayuri... Satsumi... Désolé...*
Puis je m'évanouis, la douleur se faisant plus forte chaque seconde.
*Adieu les amis, on se reverra de l'autre coté...*
Autour de moi, le monde s'agite, chacun essayant de trouver une utilité.
*Je vous retrouverais lorsque je mourrais... En attendant, je compte vivre ! Vivre pour vous ! Attendez-moi ! Misaki, mon amour... Un jour, je viendrais... Mais ce jour n'est pas arrivé... Un jour... Un jour...*
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Makaya le 25/2/2009, 09:01

« Et meeeerde…Encore des connards qui veulent se faire taper dessus. Bon allez amenez-vous en vitesse, écartez les jambes et serrez les fesses. Je fais ça fissa, j’ai d’autres couilles à latter.
-Aaaah putain merde, c’est le malade touffu ! Barrez-vouuus !!
-Non mais c’est une blague ? Revenez-ici tout de suite, allez ! Rha et pis allez vous faire foutre…Tain mais c’est dingue ça, mais dans quel monde on vit. Un monde ou les racailles fuient devant mon illustre personne ? Scandaleux ! »


Je venais de sortir de chez Kitsune et je filais chez les Feng-Shi quand soudain, au détour d’une rue, je vis un groupe de jeunes armés de canifs et autres…qui s’enfuirent en me voyant ?! Bon finalement, ma réputation m’avait précédée et j’étais maintenant craint et redouté par les tocards locaux, ce qui avait du bon car je pourrais désormais circuler tranquillou dans les divers quartiers que j’avais purgé. En revanche c’était une autre paire de manches pour les quartiers inconnus qui ne connaissaient pas l’existence du « Malade Touffu » (il faudrait d’ailleurs que je les trouve et que je leur dise de changer mon surnom…  « Great Gourou », « Le pawain », « le… »
En face de moi, un autre groupe de jeunes me barra le passage et me tira de mes pensées (et je leur en voulait car Rémi savait que je songeais à des choses capitales. )
Mais alors que je me préparais à l'éventualité d’un combat, les quatre personnes s’écartèrent et me laissèrent passer avec un simulacre de révérence en murmurant « longue vie aux Icha-Icha ».

ALORS CA, C’ETAIT LA CLASSE !!

Et alors que je passais devant eux pour la troisième fois (et qu’à chaque fois j’avais droit à cette révérence servile qui me faisait plein de guili-guilis dans le ventre), je me souvins que j’avais autre chose à branler que de flatter mon égo…Je quitta alors mes quatre gus qui se fendirent d’une dernière courbette, mais toutefois un peu surpris qu’un Icha-Icha paraisse aussi mégalomane.
Et je traversais les rues en pensant au simple pouvoir qu’un vêtement (démodé qui plus est !) pouvais avoir…Il faudrait que je me fasse des badges à mon effigie…

Mais perdu dans mes pensées primordiales, je ne vis pas que j’étais arrivé chez les Feng-Shi et qu’un comité d’accueil m’attendait. Visiblement mon portrait avait tourné chez les tatoués (pourtant j’étais –un peu- moins repérable que lorsqu’ils me récupérèrent dans les montagnes alentours…Ça devait être la touffe.)
Composé de quelques types, tous armés, ils se jetèrent tous sur moi, visiblement dans l’espoir de me capturer. Trois types avancèrent, un resta en retrait et le dernier souffla dans une corne qui ne me dit rien…Enfin sur le coup, j’avais autre chose à foutre que de définir la tonalité de son instru.

Je saisis avec une main le premier gus au poignet, usa de son élan pour baisser son bras, pivoter sur son flanc et lui coller ma main sur la tête. Il plissa les yeux par réflexe mais fut surpris de voir que je ne venais pas de le frapper. Forcément, il ne s’attendait pas à ce que je lui grille la cervelle à coup de volts…
Puis je saisis le corps inanimé et le balança vers le second mec afin de le ralentir, me laissant ainsi le temps d’esquiver les coups du troisième qui s’excitait en faisant faire de grands moulinets à son kikoup. Pas de bol, son bras se retrouva entravé par un tentacule capillaire et il se retrouva rapidement désarmé, ledit kikoup à travers la gorge. Et enfin celui que j’avais ralenti arriva dans l’affrontement, en faisant tournoyer ses tonfas. Je sortis ma barre de fer afin de garder de la distance et vis derrière son épaule que le mec qui venait de souffler dans la corne venait de s’enfuir tandis que celui qui était resté en retrait armait un arc. Vu que j’usais de mon arme à deux mains, mes coups avaient forcément plus d’impact que ceux de Tonfa-guy, qui se retrouva avec un genou à terre sans peine. C’est à ce moment la que l’archer décocha sa flèche, qui traversa la distance en un éclair et qui se planta en plein dans ma tête. Je chus en arrière, terrassé, sous les yeux de mes deux opposants en vie. Les deux se rapprochèrent, encore surpris de cette victoire, vers mon corps sans vie…dont les deux bras se levèrent et qui les gratifièrent de deux raikens qui provoquèrent des spasmes, me permettant de me lever tranquillement afin de les achever. Celui au Tonfas périt en premier et l’archer me regarda arriver en tremblant, sous l’effet combiné de la peur et de l’électricité. Son seul mot fut « comment ? ».

« Ben en fait, j’avais pas envie de me rapprocher pour venir te buter parce que je suis un gros feignant. Alors j’ai simulé la mort en tombant à la renverse. Facile je sais.... Bon et il s’avère que t’as tiré dans mes cheveux. Donc bon je vais pas te faire un cours magistral sur le Kami mais grâce à ça, je suis la, prêt à te buter ! Mais j’aurais pas du en fait, regarde-moi ça, je suis tout sale derrière maintenant…Tu veux bien me dépoussiérer s’il te plait ? Si tu le fais, je t’épargne !
-Euuuh okay ! » dit l’homme en se levant prestement et en commençant à enlever la poussière que j’avais dans le dos. Merde alors, c’est vrai quoi, c’était un super costume qui m’octroyait des courbettes dans la rue, j’allais pas le salir dès le premier combat venu ho !
« Hey, insiste pas trop sur mon cul, c’est bon hein !!
-J’ai terminé. Je peux m’en aller maintenant ?
-Ouais bien sur ! Oh attend, t’oublie ça mec ! »

Je sortis alors sa flèche de mes cheveux, et je lui planta en travers de la gorge. Bon j’avais le fuyard à rattraper et…Bon ben en fait non. Devant moi, au bout de la rue, se tenait mon gars, avec une vingtaine de mecs tous armés et l’air pas très content. Pas content du tout même quand ils constatèrent qu’un touffu leur faisait de grands coucous de la main, au milieu des cadavres de leurs copains.


J’avais bien chopé le truc maintenant, en écrasant les petites frappes autour de mon quartier et c’est avec assurance que je m’élevai dans les airs, afin de préparer un DiscoKill no Kami (un peu plus petit que le précédent, afin que je puisse m’amuser plus longtemps…)Mais les Feng-Shi étaient mieux organisés et disposaient d’archers qui entreprirent de m’épingler en vol. Finalement je dus changer d’approche et m’emmitoufler totalement dans mes cheveux et me contentai de leur tomber dessus comme une masse, privé du plaisir extatique de donner des coups de tête ravageurs, tout en leur permettant d’entendre mes rires empreints de démence. Cependant je sus au bruit que je fis en tombant que j’avais réussi à en écraser au moins un. L'honneur était sauf.

Bon en revanche j’étais entouré d’une vingtaine de mecs que je localisai en faisant des meurtrières capillaires, constatant qu’ils s’étaient rapidement disposés tout autour de moi : dans la rue, sur les toits, derrière des poubelles…C’était autre chose d’attaquer un gang car ils étaient mieux organisés. Mais pas nécessairement plus forts.

Je sentis une rafale de flèche qui s’enfonça mollement dans mes cheveux, me tirant de ma réflexion…Bon allez, il fallait sortir de la…Les solutions variaient mais aucune ne me paraissaient valables :
-soit je roulais, sortant ainsi du cercle d’opposants mais je risquerais de tomber malade avec le tournis et de vomir, ce qui n’était pas digne du Gourou Icha-Icha.
-Je pouvais aussi annuler mon jutsu et foncer sur le premier mec à portée dans un Reecom Kick fulgurant mais c’était risqué et je risquais de me transformer en oursin avant, si les mecs étaient un tant soit peu doués.
-Ou alors je pouvais me substituer avec une des poubelles devant moi et derrière laquelle se cachait un mec, pouvant ainsi faire une pierre deux coups. Mais à cette idée, la tête de Ryosuke Sôma apparut devant mes yeux, avec un sourire mauvais, genre « Haha Mak’, tu deviens sournoooois ! ».

« NOOOOOON C’EST FAAUUUX !! REECOM KICK POWAAA !! »

Et je réduisis ma touffe, roula à toute vitesse afin d’éviter les flèches et ne toucha pas le sol sur trois mètres, grâce à un gracieux bond dopé au gyo, hurlant « TAKE THAT HERETIQUE !! » sur un pauvre mec qui se mangea mon genou électrifié en pleine gueule. Les voisins du gus se prirent des punchs monstrueux et velus (Kebukai powa! Désormais je pouvais aisément durcir et densifier mes poils de bras et de jambes et les faire pousser de façon à allonger artificiellement mes extrémités de deux mètres). Puis je pris la poubelle qui avait fait naître le doute chez moi, la souleva et assomma le mec caché derrière avec puis l’enfourna dedans. Et enfin je tendis la main derrière moi et une dizaine de raikens foudroya les cinq mecs armés qui fonçaient vers moi, armes au clair. Une fois ces gars-la neutralisés, je gravis le mur vertical afin de rejoindre les Feng-Shi placés sur le toit et qui troquèrent leurs arcs contre des armes blanches. Ce fut donc une bonne occasion pour ne pas me rouiller au maniement de la lance et c'est avec une facilité qui me troua littéralement le cul (mais pas comme je pouvais le faire avec un Sodomie-Goshi) que je désarmai tout le monde avant de les tuer proprement. Les derniers périrent étouffés sous un déluge capillaire qui les enserra. Ça avait été bien plus marrant que la première fois!

« Suivants ! QUOI, PERSONNE ? PUTAAAAIN MAIS Y’A PERSONNE QUI VAILLE LA PEINE ICI ? NON ? Ben tant mieux, j'pas que ça à foutre… »

Et je repartis sans demander mon reste, laissant derrière moi quelques corps inanimés et toujours à la recherche des dealeurs. Le colis contenant la drogue était toujours bien au chaud, la haut et sans aucune chance de me le faire piquer cependant je ne comptais pas le garder éternellement…Kitsune était peut-être très malin mais sur ce coup il ne s'était pas illustré, ne m'ayant donné aucune indication sinon la localisation approximative des mecs.
Je choisis la facilité à défaut du bon sens.
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Makaya le 25/2/2009, 09:01

« Bonjour, je suis bien chez le boss des Feng-shi ? C'est bien la demeure principale hein? C'est ce que m'ont dit les mecs que j'ai torturé sur la route en tout cas.
-Je…ALERTE, C’EST LA RACLURE NOIRE !
-Putain vous vous êtes passés le mot pour me donner des surnoms merdiques ou quoi ? Appelez moi dont…merde je n’ai pas fini de songer à un pseudo…contentez vous de Great Gou…
-CHOPPEZ-MOI CE CONNARD !! IL A BUTE LES NOTRES !!
-Nan mais gueulez pas comme ça, je me laisse faire, je me reeend !! Hey toi la, range ça, ça coupe ces conneries !
-Qu’est ce qui est arrivé à l’escouade qui est partie te chercher ? Ils étaient une vingtaine !
-Ben faut croire qu’ils avaient un cerveau pour vingt : je n’ai vu personne. Maintenant plutôt que de me postillonner dans la gueule, est-ce que je peux voir votre boss, j’ai des informations capitales à lui transmettre.
-Ah oui, du genre ?
-Sur les Icha-Icha. Vous voyez bien que je porte leurs attributs…euuh en réalité je suis un espion ! Ha-haaa ! »


Oui je sais, je n’étais absolument pas crédible et j’aurais été à la place de mon geôlier, je me serais ri au nez. Mais j’étais venu la un peu sur un coup de tête et je n’avais pas eu le temps de préparer un bobard valable et de supprimer mes tics de language genre mon « ha-haaa ! ». Et bien mon gardien me rit au nez (ce n’était d’ailleurs pas très sympa) et me déclara que j’avais surtout l’air con habillé comme aux siècles précédents et qu’il ne connaissait pas d’Icha-Icha (« aïe, ils n’étaient pas connus ici » pensais-je)
« Et les Kudan, vous connaissez les Kudan ? Je peux aussi vous filer des informations à leur sujet ! Je suis une source humaine!!
-T’arrêtes de te foutre de notre gueule ? Maintenant tu vas nous expliquer si t’as trouvé très drôle ta blague sur ton supposé esclavagisme. Ça nous a posé plein de problèmes tu sais, et les gars qui t’accompagnaient ont fini salement amochés, tout ça à cause de ton délire sur des champs de coton.
-Kitsune ? Ça vous dit rien ? Euuh…il se fait sucer tous les jours entre deux heures et quatre heures !! Il adore les plats au gingembre!! Je pense qu'il pèse 110kilos! C'est un expert dans le massage de cous de dindons!
-HEY TAIS-TOI! Une source tu dis? Mais t'es in-tais-toi-rissable! Nan mais franchement qu’est ce que tu me racontes, c’est qui ce mec ? Et qu’est ce que j’en ai à secouer qu’il se fasse pomper ? Répond bordel, c’est pas compliqué !! Alors je t'écoute, t'as quoi à dire? 
-Ta blague était merdique mec, même Fuzzy en fait des meilleures!»

Et merdeuuh…J’étais face à un mur insensible aux informations capitales que je pouvais lui transmettre pour finalement rencontrer le boss. Et en plus d'être face à un mur, j’étais dans une cave, attaché dans le dos et cerné par quatre armoires à glace. Bon fallait que je me sorte de ce trou…
Je fis une discrètement une dread dans mon dos qui sortit de mes cheveux un kunai, avec lequel je sectionnai mes liens. Puis je me le confia en mains propres et le lança sur un des mecs qui le reçut dans le bras (je n’avais jamais été doué pour le lancer…dire que je comptais lui enfoncer dans la gorge).
Un peu surpris, il retira l’arme de son bras musclé et se rua sur moi, imité par ses collègues. Je dus mon salut à la petite cave : en effet je fis un DiscoKill no Kami et la subite poussée de mes cheveux rendus solides, écrasa les belligérants contre les murs, les assommants par.la même occasion.

« HA-HAAA !! SOUVENEZ-VOUS DE CA, PROFANE ! C’EST LE CHATIMENT DU BLACK GOUROU QUI S’ABAT SUR TOI !! RETIENS BIEN CE NOM : LE BLACK GOUROU !! VOUS AVEZ ENTENDUS ? LE BLACK GOUROU ! » hurlais-je aux mecs groggy (je voulais être sur qu’ils retiennent bien mon titre hein) avant de sortir et de me retrouver dans le repaire des Feng-Shi.
A l’aide d’un genjutsu, je me confectionnai une apparence démoniaque afin de circuler tranquillement dans les couloirs à la recherche du boss, sur que les gens que je croiserais s'enfuiraient en beuglant : une toge aussi mal taillée que celle de Ryosuke, avec dans le dos un « j’aime le cassoulet », un bandeau « Iarwain Roxx » et comble de l’horreur : une coupe de cheveux proche de celle de Fuzzy.

Mais je ne pus pas faire dix mètres qu’une pelletée de mecs me tombèrent dessus, visiblement peu choqués par mon apparence (surprenant! moi j’aurais vu ça, j’aurais fait une syncope à coup sûr !!). Je fus donc contraint de changer d'apparence à nouveau et grandis virtuellement de deux mètres, ornai mon dos de deux énormes ailes de chauve-souris et me dotai de deux jambes de bouc…seul mon faciès de psychopathe fromagophile ne reçut aucun changement.

« AAAAAAH UN MONSTRE CHEVELU !!! IL EST HORRIBLE !! FUYEEEZ !!
-MON DIEU, IL EST TERRIFIANT, REGARDEZ MOI CE REGARD DE POSSEDE !!
-QUOI MA GUEULE ? QU’EST CE QU’ELLE A MA GUEUUULE ? ET JE NE SUIS PAS POSSEDE, JE SUIS LE BLACK GOUROUUU !!
-Le quoi ? Le blague roux ?
-Non, le black connard, je ne suis pas roux ho! Tu vois bien que je suis noir non? Et Gourou parce que je suis le Gourou du Raclétoisme, une religion qui érige la Raclette et le fromage comme dogmes et comme préceptes sacrés. Tu fais un mix des deux, ben c’est moi ! C’est clair ?
-Ouep…si on part du principe qu’il est normal que je parle avec un démon noir mangeur de fromage, ouep c’est parfaitement limpide…
-PARFAIT ! MAINTENANT HORS DE MON CHEMIN !! CHEF FENG-SHI OU ES-TU HERETIQUE? »

Je défonçai les portes au hasard, qui ouvraient sur des pièces vides jusqu'à…

« Putain mais c’est un sport national de se faire sucer dans son bureau en pleine après-midi ou quoi ?!
-Je…quoi mais...AAAAAAAAAAAH !!
-Hum..slurp…qu’est ce qui…KYAAAAAAAAAAAAA !
-VOS GUEULES PUTAIN ! Ah oui j'ai encore une apparence monstrueuse. »

Je retrouvais mon apparence normale, fit le tour du bureau et déclipsai la pute du chef et la balança en dehors la pièce tout en gueulant « rhabillez-vous ! ». Puis je m’assis face à lui et lui dit:
« Je suis le Black Gourou. Enfin retenez ce nom en attendant que j’en trouve un mieux ok? Je songeais aussi à…’Fin bref on s’en fout pour le moment. J'ai besoin de savoir un truc: y’a des dealeurs chez vous non ? 'Sont ou ? Tu réponds vite et bien, ou je t'émascule avec les dents et la jolie dame qui vient de partir n'aura plus aucune raison de venir te voir.
-Euuuh oui…ils travaillent avec les laborantins dans une maison à deux pâtés de maisons de la…voici l’adresse. Mais je reconnais votre profil…vous êtes celui qui a ravagé une de nos fermes ?
-C’est probable. Il est aussi possible que je sois celui qui ait latté une trentaine de paire de couillles depuis cet aprèm et que ces couilles soient sous votre responsabilité ! Bon écoutez, combien vous-êtes dans les Feng-shi ?
-Euuh c’est une information confidentielle qui… »

Aussitôt, je saisis son bras et le boss se retrouva pris dans une illusion ou j’étais visible partout: sur les sols, les murs et le plafond, souriant comme un damné. Des moi lui sortaient de sous la peau, en l’insultant, et partout ma présence était perceptible et l’homme résista peu à la pression Makayavélique et s'effondra en sanglotant:
« Han…non pitié Black Gourou…nous sommes cinquante-sept!
-Bien, rassemble tout le monde ici, immédiatement !! NE DISCUTE PAS MORTEL ! »

Aussitôt, le chef, docile car apeuré, toucha le tatouage qu’il avait au visage et celui-ci changea de couleur. Dans les dix minutes qui suivirent, je vis de plus en plus de gens se masser sous la fenêtre de son bureau. Pratique son truc !
« Bien maintenant, tu vas dire à tes hommes que je suis le nouveau chef et que s’ils discutent, je leur enfonce mon arme dans le cul ! Et précise bien que c’est douloureux hein !
-Mais je ne peux pas, il y’a tout un rituel chez les Feng-Shi ! La passation de pouvoir ne peut s’effectuer ainsi !
-Bon euuh…tu m’emmerdes la tu sais ? Alors dans ce cas, va à ta fenêtre et dis que les dealeurs se décalent des autres. Que le reste se masse bien comme il faut. »

Et tremblant de peur, il s’exécuta, donnant ses directives à ses hommes, qui se décalèrent. Une fois ceci fait, je me plaça à la fenêtre en maquillant mon apparence et sortit de mes cheveux le colis pour le balancer aux dealeurs. Puis je farfouilla de nouveau dans mes cheveux pour en sortir…UN MORCEAU DE FROMAGE AOC !!
Devant moi, une quantité d’hommes et de femmes surpris qui voyaient un mec chevelu aux cotés de leur chef, qui mettait dix ans à déglutir…pour finalement ouvrir sa bouche, de laquelle s’échappa un immense flot de FROMAGE LIQUIDE BABY !!

En bas s’éleva une foule de protestations à base de « aaah, mais c’est dégueuu, ça puue, ca coolle » auxquelles je répondis par un « TAISEZ-VOUS HERETIQUES, ET ADMIREZ LE JUGEMENT DIVIN DE LA RACLEEETTE ! ».
Hurlant ces paroles pleines de sens, je poussais le chef par la fenêtre qui alla s’écraser sur ses hommes, pataugeant dans une marre de fromage. Puis je retroussa ma manche et activa le sceau sur mon biceps qui permit à la ronde d’admirer « Shiroigoroshi », mon pourfendeur de cassoulet ! (et aussi mon biceps musculeux).
Et tel l’ange fermenté, je m’élançai dans les airs, bras écartés, le soleil dans mon dos, en plaçant ma spatule sous mes pieds comme un surfeur, et tombai ainsi sur les Feng-shi couverts de fromage. Mais à leur grande surprise, je ne m’écrasa pas sur eux comme une masse frisée mais me mis à léviter au dessus de la mare de fromage.

« ET OUEP BITCHES, JE SURFE SUR VOS TÊTES DE BLASPHEMATEURS !! ET JE VAIS VOUS EMPORTER DANS LE TOURBILLON FROMAGEEEER !! »

Aussitôt, je me mis à tourner dans le sens des aiguilles d’une montre, en agitant les bras comme un epileptique, dans le but de noyer la masse d’adversaires dans un flot dantesque, avec comme musique de fond mes braillements de prédicateur en transe.
Mais le fromage était trop liquide, ils n’était pas dans un espace clos et surtout je maîtrisais encore mal Shiroigoroshi pour ce genre de prouesses et ce fut donc un flop total, réussissant seulement à projeter des gouttelettes un peu partout. Alors je modifiai ma tactique de façon à faire bouillir le fromage, avec plus de succès cette fois. Je profitai donc de cette masse de fromage et de cobayes pour expérimenter de nouvelles techniques : je fis des pieux en fromage (trop mous), des sarcophages (succès!), des bites énormes (moui j'avais encore envie), rendit la matière extrêmement odorante (pratique pour les filatures) et finalement lassé, je finis par rendre la rendre solide, entravant totalement les membres des Feng-Shi pour tous les tuer tranquillement à coup de volts. Mais je songeais que je lévitais au dessus d'une étendue de fromage qui serait gaspillée si jamais je m'en allais une fois ma besogne achevée...Et c'est alors que vint ZE IDEA!


Si on y repensait, je lévitais au dessus de mon fromage dont la vertu première était qu'il était extrêmement liquide. Avec Shiroigoroshi, il me suffirait dans un premier temps d'agir dessus de façon à ce que le liquide reste uni et qu'il n'aille pas se répandre partout sur mon passage. Puis dans un second temps, de le diriger dans la direction voulue, tout en en continuant à surfer dessus et j'aurais ainsi un moyen de déplacement hyper stylé, qui susciterait la jalousie chez tous (et ça c'était vachement important dans l'élaboration d'une technique).

« HEY VOUS LES DEALEURS, Z'ETES JALOUX? 
-Ben euuh...On est surtout surpris parce que vous venez de cracher du fromage sur nos anciens collaborateurs, que vous avez taillés des bites de trois mètres de haut dans ledit fromage et que finalement vous venez de tuer nos patrons en lévitant sur cette substance. Donc à défaut d'être jaloux, on est graves sur le cul, en fait.
-Je vois et donc je considère que votre cas est une exception. Bien je vais aller me la péter, salut les glandus!
-Non non mais attendez, vous êtes qui la? Vous sortez de nul part, habillé n'importe comment, vous vomissez du lait fermenté et vous tuez tous les membres d'un clan de la même manière que vous allez faire vos courses. Et ce colis c'est quoi, et pourquoi nous avoir épargnés?
-Ah oui, je viens de la part de Kitsune des Kudan. Il m'a dit que vous étiez des agents doubles et que vous œuvriez pour démanteler les Feng-shi. Je vous assure votre fond de commerce avec ça et je viens de vous défaire de votre boulot de démantèlement. Ne suis-je pas adorable? Non! Ne suis-je pas charitable? Non! Qui suis-je alors?
-Le Black Gourou!
-BONNE REPONSE FIDELES!! MUHUHAHAHA!! »
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Makaya le 25/2/2009, 09:02

Et je partis à toute vitesse sur mon fidèle destrier lacté, laissant les dealeurs sur la touche, en compagnie d'un monceau de corps fleurant bon la campagne fermière.
Comme prévu, surfer en pleine rue, sous les yeux des passants médusés était grisant au possible et je filais tel un super héros vengeur en gratifiant les alentours de mon rire sibyllin...j'errais donc dans les rues, sans aucune idée de ma destination jusqu'au détour d'une rue, quelqu'un apparut dans mon champ de vision trop tardivement et se retrouva aspergé de fromage. Je me stoppais quelques mètres après et fis demi-tour, toujours sur ma vague, afin de m'excuser auprès du type. Il était vêtu de noir des pieds à la tête et n'avais pas l'air très content.

« C'est quoi ce bordel? Je marche tranquillement et voilà qu'un enculé m'asperge de merde liquide? T'es qui au juste connard pour oser m'arroser comme ça? » dit l'illustre inconnu qui était ma foi peu agréable.
-Je suis le Black Gourou et je zone dans les rues pour punir les grossiers personnages qui veulent se donner un style mystérieux en s'habillant tout en noir.
-Tu te fous de ma gueule? Toi-même t'as peint ta peau en noir!
-SHADDUP! C'EST MA COULEUR NATURELLE!!
-Ah. Pas de bol pour toi alors. Dans tous les cas, je ne tolère pas qu'on me souille de la sorte, Black Gourou. Tu vas donc t'en manger une!! Amène toi!
-Taggle sale émo! Retourne égorger des poulets, hors de mon chemin et va couper cette stupide mèche qui te barre le visage!
-Tu oses? Je vais t'émincer les testicules avec délectation!
-Ah? Moi j'émascule c'est marrant!
-...
-...
-Je t'aime bien en fait.
-Ouep moi aussi tout compte fait. Jte paye un verre?
-Carrément! Je m'appelle Taï!
-Makaya, enchanté! » dis-je en lui tendant la main. Il la prit et la serra franchement et cela me permit d'inspecter son poignet pour voir s'il se tailladait les veines ou pas. Il défit notre poigne en râlant, m'insultant copieusement puis nous commençâmes à parler sur le chemin, jusqu'au bar ou nous continuâmes de causer. Il prétendait être un ancien Juunin de Tsuchi et qu'il était venu ici pour développer son commerce de parchemin soniques. Quand on les descellait, une musique terrible s'en échappait et était sensé provoquer la douleur, la souffrance et autres sentiments merdiques auxquels je pris un malin plaisir à me moquer à gorge déployée. Il rétorqua en se plaçant à pouvoir me frapper sous la table pour taper mes boules et voyant la manœuvre, je fis de même. On n'apprenait pas à un vieux singe à faire des grimaces.

* DOUBLEBAM *

« Putain, t'as les boules renforcées au Gyo pour éviter ce genre de merdes?
-Mais toi aussi? C'est cooool! je t'apprécie de plus en plus...même si je considère que j'ai très certainement du inventer cette technique avant toi...
-Tu te fous de maggle Taï? Je faisais ça avant même que tu sois né! Tu sais que pour de telles calomnies, y'avait un temps ou on t'aurait pendu haut et court?
-C'est horrible...T'as un caractère aussi merdique que le mien Maka...Bon en réalité le mien est plus pourri que le tien bien sur. »
Et nous passâmes le restant de la journée à nous raconter à quel point on était plus un crevard que l'autre, quels coups de putes phénoménaux on avait fait et patati et patata...Il se défendait mais j'étais sans conteste bien pire! Notre confrontation verbale était entrecoupée de ce que nous branlions ici: en plus de son commerce foireux, il faisait partie des forces armées du Daijizoku Onibaku.
« Hey c'est mortel ça! Enfin j'occupe aussi une position d'enfer actuellement: je suis maquereau en chef chez les Icha-Icha...D'ailleurs je ne vais pas tarder à y aller, je leur ai concocté une chorégraphie du tonnerre qu'elles pourront faire pour le gala de promo que je compte bien organiser entre les différents regroupements prosti-institionnels d'Arasu. J'organiserais alors un grand festival au bord du lac! En aménageant un peu tout ça, on pourra inaugurer le « BIATCH BEACH ». Ça en jette hein?
-Putain je veux en être! Tu me présente à tes filles, dis?
-Okay, mais tu me présente a ton Daijizoku alors, donnant-donnant!
-Hum...je verrais ce que je peux faire. Je ne te promets rien, tout comme ton projet de parcapute qui n'est encore qu'une idée. Excellente je le reconnais, mais qu'une...
-MUHOUHAHA!! TU AS RECONNU TA FAIBLESSE!! MAKA: OUONE, TAÏ: ZEROOOOO!! Allez jme barre tocard, j'ai du coaching de catin sur le feu. Si tu me cherches, adresse toi à un Kudan ou un Icha. Ce fut un plaisir d'avoir fait la connaissance d'un mec qui m'arrive au bassin!! Pile à la bonne hauteur! »

Et avant qu'il ne déverse son flot d'insultes, je partis en surfant, bras écartés, dans une pose absolument pas naturelle digne d'un catalogue de sport; afin de rejoindre le baraquement des Icha pour mes cours du soir.
Mes nouvelles copines, que j'avais totalement ralliées à ma cause en très peu de temps me firent le récit de leur journée (« j'ai encore revu le mec qui m'a collé un troisième sein factice parce que ça le faisait fantasmer! Mais il le pose toujours sur mon front! »), nous mangeâmes un morceau et je me mis à leur parler de Biatch Beach avec un peu de retenue cependant car j'avais peur que l'idée ne leur plaise pas. Mais après mes timides explications, un court silence traversa la salle avant de se muer en un tonnerre de cris et d'acclamations! En réalité l'idée les enchantaient totalement: grâce à cela, elles pourraient montrer à la gente masculine machiste que les prostituées étaient une part importante de la population Araséenne, et qu'elle méritaient le respect. Par la même occasion, ce rassemblement souderait des liens plus forts entre les différentes corpora-putes d'Arasu et un jour, elles espéraient que cela hausserait leur statut social. Bref elles étaient carrément avec moi.

« Mais t'es un génie Maka! Et quel sens du slogan, un vrai publicitaire!
-Bon on organiserait ça comment?
-Il faudrait une équipe chargée de la communication: slogans accrocheurs, sensibilisation, diffusion...Il faut spammer tous les bordels et les maisons closes de la ville dans un premier temps pour rassembler les filles et dans un second temps, avertir le client de cet événement majeur! Puis il faudra une équipe pour préparer le terrain: on aura besoin de sable pour simuler une plage, de quoi faire des attractions, des loges...bref faut toute une infrastructure. Ensuite il nous faut un comité d'organisation, ou il faudra fédérer tous les syndicats pour décider du déroulement de l'évent et des alliances à faire. On peut être sur que des relous s'inviteront à la fête et saisiront l'occasion pour faire du kidnapping de masse donc faudra embaucher des gardes...Vous pensez que ça existe des eunuques ninjas?
-Je sais pas...Bon demain on s'arrange pour que tu rencontre la cheftaine du plus gros syndic de putes « Slut et Cie: nous faisons jouir et nous le faisons bien ». Cette fille est sensass et tu t'entendras super bien avec elle chui sure!
-Au poil les filles, vous gérez! Non non j'ai dit au poil, pas à poil!! Rho et pis si vous insistez hein...Bon maintenant on va faire votre planning et le plan de travail pour demain et ensuite on commencera à attaquer le projet BB!! Au boulot les filles! Bon Vulvina, tu ne veux plus être déguisée en policière sexy parce qu'un type a tenu à t'enfoncer dans un premier temps la matraque avant de t'assommer avec? Bon on va mettre Fuzzyna à la place, t'aime bien ce genre de trucs non? »

Et ainsi la nuit se déroula dans une ambiance de travail bon enfant et c'est tard que je pus enfin m'allonger sur mon plumard après avoir rangé mon dossier BB. Seulement la nuit fut courte car ce furent deux armoires à glace estampillées Kudan qui me sortirent sans ménagement du lit pour me balancer devant le bureau de Kitsune, duquel sortait Julia qui s'en alla avec un clin d'oeil pour ma personne endormie.

« C'EST QUOI CE PUTAIN DE BORDEL! JE TE DIS D'ALLER AIDER UN GROUPUSCULE QUI EST CHARGE DE DEMANTELER DISCRETEMENT LES FENG-SHI!! EN LIVRANT UN SIMPLE PUTAIN DE COLIS! ET TOI TU MASSACRES TOUT LE MONDE D'UN COUP! JE T'AI DEMANDE DE FAIRE ÇA?
-Pas que je sache en effet. En même temps vous avez été tellement évasif Kitsune-san...
-EVASIF? J'AI DIT: DONNE UN COLIS, RENTRE. C'EST BREF, CONCIS ET CLAIR! ET TOI TU T'ES PERMIS D'OUTREPASSER MES DIRECTIVES AVEC UNE PRISE D'INITIATIVE DESASTREUSE! TU NE POUVAIS PAS TE PERMETTRE DE TE LIMITER AUX ORDRES, HEIN?
-Bah désolé hein, je pensais que défoncer ainsi tous les Kudan vous rendrait service...
-SERVICE? MAIS TU N'AS PAS CONSCIENCE DE CE QUE TU VIENS DE DECLENCHER! PAR TA FAUTE UN SECTEUR D'ARASU EST SANS CONTROLE ET A LA MERCI DE N'IMPORTE QUI! TOUT UN STOCK DE MARCHANDISES A ETE PILLE DANS LA NUIT ET...POURQUOI TU SOURIS AINSI?
-Nan je songeais que si on mettait notre conversation sur papier, on aurait un chouette rendu entre vos vociférations et mon air calme...Bon plus sérieusement Kitsune-san, non je n'ai pas tellement réfléchi aux conséquences de mes actes et je souhaite me rattraper. Je file donc pour tenter de retrouver les principales marchandises sur place. Vos gorilles sur la route m'ont dit que des Kudan étaient déjà sur place mais je veux me rendre utile. Et si je réussis, vous financerez un projet qui m'est cher et qui vous sera très certainement profitable sur le court et long terme. Bon je file!
-Une dernière chose Makaya...Tu sais que je suis un maillon entre les divers Kozoku du coin et le Daijizoku Onibaku?
-C'possible ouais...
-Les Feng-Shi n'étaient pas sous l'influence des Onibaku et leur anéantissement leur est favorable et ainsi toi et moi gagnons des points à leurs yeux. Cependant on en perd aussi car le Daijizoku responsable des Feng-shi est très fâché. Nous risquons d'avoir de sévères retombées alors méfie-toi...Tu risques bien plus gros que moi. C'est pour ça que je te donne ça: c'est un laisser-passer qui te permettra de sortir d'Arasu sans problème, si jamais tu as des soucis ici.
-Ouais peut-être...Merci! Bon allez j'file! A plus! »

Et voilà qu'à peine tiré du lit, je me retrouvais empêtré dans une merde pas possible, en slobard sur le palier de Kitsune, devant une Julia hilare.
« Te voilà bien tôt à l'ouvrage, en général tu pointes ta frimousse dans l'après-midi...
-Tu as causé beaucoup de tracas à mon patron, il avait besoin d'un tranquillisant. Ça va tu ne te les gèle pas trop ainsi vêtu
-J'ai connu mieux, j'ai connu pire...Désolé j'ai pas le temps de prendre un verre avec toi, je dois filer sur les traces de mon carnage d'hier
-Pas grave, on se voit plus tard à la réunion avec les syndicats de prostituées! Allez bon courage Maka!
-Ouèch, bonne journée ma grande! » dis-je tout en me dirigeant vers un vestiaire appartenant aux Kudan dans lequel je pus prendre une douche et m'habiller convenablement avant de filer. Une fois dans la rue, je sortis de mon crane un énorme tupperware qui contenait une énorme quantité de fromage liquide. Je descellai Shiroigoroshi et ouvrit le couvercle et d'un mouvement de poignet je fis sortir ma monture de son écrin avant de m'élancer à toute vitesse vers l'enclave des Feng-Shi.


Qu'est ce que j'étais classe quand même...
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Makaya le 25/2/2009, 09:04

Une fois sur place, j'eus l'étrange impression que le quartier des Feng-Shi était devenu un vaste cadavre et que des tas de charognards avaient investis les lieux et s'acharnaient à prendre le maximum de choses récupérables. C'est qu'une fois face à mon « oeuvre » que je pus estimer les dégats dont j'étais responsable...Quelques mètres plus loin, je pus voir quelques Kudan qui s'efforçaient de récupérer le mobilier d'un laboratoire qui servait sans doute à faire de la drogue. Et soudain, les paroles de Kitsune me revinrent en mémoire « Un secteur d'Arasu est sans contrôle, à la merci de n'importe qui ». Donc cet endroit était comme un terrain vierge ou des colons se ruaient, imprégnés de la fièvre de la conquête. Mais c'était surtout la notion de sans contrôle qui m'interpellait. Théoriquement, cette zone était à personne maintenant donc tous les coups étaient permis non? Alors je fis un acte unique, peut-être fou, empreint d'une certaine foi, dans tous les cas une preuve incontestable de mon originalité: je fis cinq kage bunshins.

Dès qu'ils furent crées, j'usais de ma Sainte-Spatule pour transformer le fromage liquide qui me servait de destrier, en un fromage collant et séchant rapidement pour entraver mes cinq créations avant qu'elles n'aient le temps de se taper dessus et de n'être que des dépenses en chakra inutiles. Je rappelle que vu mon caractère, n'importe quel bunshin se retourne contre moi et cherche à devenir l'original (ce qui est stupide je vous le concède mais je vous avais bien dit que c'était lié à mon caractère). Je suis donc obligé de leur taper dessus quand ils m'attaquent et forcément ça les fait disparaître.
Ceux-ci s'avèreraient particulièrement utiles, d'autant plus que je les avais bien fournis en chakra. Ils étaient donc incapables de se déplacer et j'espérais bien qu'ils se tiendraient calmes en attendant mes explications.

« Salut les glandus!
-Salut l'glandu!
-Salut l'glandu!
-Salut l'glandu!
-Salut l'glandu!
-Salut l'glandu. Dès qu'on pourra bouger, on te pètera la gueule tu sais ça?
-Je suis au courant. Mais avant que vous ne tentiez de devenir Maka à la place de Maka, écoutez-moi. Je vous offre la possibilité de faire le ménage dans cette zone en pootrant toutes les personnes présentes sauf celles la bas, c'est des potes. Vous pouvez y aller franco hein, faites vous plaisir, je vous en prie!
-Pourquoi on ferait ça?
-Ben parce que je vous le demande, que je vous ai crées et que c'est fun, non?
-Ça te ferait plaisir?
-Euuh ben oui...
-Dans ce cas je refuse de participer » Et joignant le geste à la parole, il s'auto-explosa le crâne avec son poing, disparaissant dans un nuage de fumée. J'hallucinais grave la.
« PUTAIN MAIS CON DE CLONE! JE SUIS VRAIMENT DEBILE!! VOUS LES RESTANTS VOUS AVEZ INTERET A VOUS TENIR A CARREAU OU...
-Ou quoi? Tu vas nous frapper et nous détruire? Bieeen t'es malin Maka!! Intelligent comme résultat, sale brute que tu es. T'es vraiment con...
-Hey ta gueule hein, tu m'insultes pas. Pis réfléchis, tu t'insultes aussi, c'est toi le con.
-Va te faire foutre, t'es aussi con que moi. Et que lui. Et que lui. Et que lui.
-Je ne te permets pas de me parler sur ce ton, hérétique!
-Moi hérétique? Tu déconnes, je suis autant gourou du raclétoïsme que toi! Et que lui! Et que lui! Et que lui!
-Rhaaa mais fermez vos putain de gueules, vous êtes lourds à la fin! Vous avez quel age?
-19ans, comme toi.
-Et comme moi.
-Et comme moi.
-Ouais ben alors? Moi je ne suis pas un Iarwain comme vous...
-WOWOW ALORS ÇA, ÇA NE PASSE PAS!! RETIRE CE QUE TU VIENS DE DIRE OU JE DEMANDE A MAKAYA DE ME LIBERER ET JE TE RATISSE LA TRONCHE!!
-D'OU QUE JE SUIS UN IARWAIN! MAKAYA, PERMETS MOI DE FRAPPER MAKAYA!!
-MORT A NOUUUS!!
-Les gars, vous me rendez fou la...Vous voulez bien fermer ma putain de gueule et vous mettre à l'ouvrage?
-Okay, on se calme... »


J'eus un doute mais consentis tout de même à me libérer...Mes quatre répliques me faisaient face, puis d'un hochement de tête ils se séparèrent sur l'étendue devant nous en hurlant comme je l'aurais fait. Ils obéissaient? Je n'en revenais pas...Mais soudain l'un d'eux en écrasa un autre d'un coup de tête dopé au chakra. J'avais parlé trop vite...Je me frappai le front de la paume d'un air désespéré
« HAHA, ÇA T'APPRENDRA A ME TRAITER DE IARWAIN!!
-HAHA SALE DEBILE, C'EST MOI QUI VOUS AI INSULTES!!
-HAHA ON S'EN FOUT IL AVAIT UNE SALE GUEULE!
-WOWOW! JE M'INSULTE PAS COMME ÇA!! AU BOULOT PUTAAAAAIN!!
-Oui moi
-Oui moi
-Connard. ET VOILA MAKA A LE DERNIER MOT!!
-...
-Ta conscience de ta...notre connerie en disant ça?
-Taggle. »

Et enfin ils se dispersèrent et commencèrent à tabasser toutes les personnes présentes (visiblement ils avaient oubliés qu'il ne fallait pas cogner les Kudan et je dus les en empêcher de justesse) et enfouirent leurs possessions dans leurs cheveux. Bon je m'en tirais pas trop mal: sur cinq clones invoqués, il m'en restait trois. C'était un excellent score! Puis je repris mes esprits et me mis à mon tour à l'ouvrage, ne voulant pas me faire ridiculiser par moi-même et fonça à mon tour dans le tas en hurlant. Au bout de deux heures et après un renfort massif des Kudan, la zone fut vidée et toutes les possessions étaient à nous. Une heure sonnait quand nous rentrâmes, après avoir reçus une dépêche de Kitsune qui nous demandait de ne pas occuper la zone car elle était trop éloignée de notre aire d'influence et donc en garder le contrôle serait trop dur. Une fois arrivé au Kudan Palace, mes clones, les larbins et moi déballèrent notre butin et l'expression irritée de Kitsune disparut pour laisser place à de la franche satisfaction.
« Bon les gars, c'est du beau boulot. Apparemment Maka vous a bien aidés et a rattrapé sa connerie. C'est bien.
-Ouais enfin j'en ai fais plus que lui. Enfin que moi.
-C'est faux! J'en ai latté mille fois plus que nous!
-Oooh le sale menteuuur! Tu mérites un châtiment toi! Prend ça bachi-bouzouk!
-Hé les gars, je me fais honte la... »

Finalement, les trois répliques s'annihilèrent mutuellement sous le regard médusé de Kitsune et des larbins. Puis le supérieur les dispersa et il me convia dans son bureau.
« Bon, comme je l'ai dit plus tôt, je ne m'attendais pas à une telle réussite. Tu as provoqué un gros bordel mais tu as réussi à bien rattraper les dommages causés en faisant connaître et respecter le nom des Kudan dans cette partie la de la ville et en récupérant un max de biens. Je pense que nos supérieurs seront pleinement satisfaits. Je t'en ferais part. D'ici la, empoche ton salaire et tu peux disposer...
-Merci Kitsune-san! N'hésitez pas à de nouveau recourir à mes services à l'avenir!
-Ouais mais je sélectionnerais très précisément les taches et délimiterait très nettement ton travail. Allez va et rappelle Julia »

Je pris donc la coquette somme présente sur la table (8000 ryos) et sortit du bureau. Dans le hall, Julia était debout et visiblement m'attendait. Lorsqu'elle me vit, elle me fit signe de me taire et signifia de façon muette qu'elle était partie et qu'elle ne pourrait donc pas contenter Kitsune dans son office. J'avais compris le message et retournai dans le bureau pour annoncer la triste nouvelle à mon patron qui maugréa et me congédia de nouveau.

« Alors, pourquoi tu veux pas te faire les mâchoires sur Kitsune cette fois?
-Je t'ai dit qu'on se verrait pour la réunion avec la cheftaine non? Ben on a qu'à y aller ensemble! Je veux voir comment tu vas te débrouiller face à elle vois-tu. Pis c'est plus sympa ainsi non? »

Je lui donnai raison et lui emboitai le pas. Nous sortîmes du quartier des Kudan, traversâmes un quartier ou j'étais craint avant de nous enfoncer dans une partie d'Arasu que j'ignorais totalement: le centre.
Au fur et à mesure, je constatai que mes yeux ne m'avaient pas trompés alors que j'étais à demi à poil sur le mulet des Feng-shi, en haut de la cuvette qui contenait Arasu: plus on se rapprochait du centre, plus les rues étaient droites, propres et fréquentables. Mais mon guide m'informa qu'en réalité, le centre était bien plus gorgé de vice que la couronne extérieure et qu'il ne fallait pas se laisser abuser par les apparences. Et enfin nous arrivâmes à une immense maison close, ou nous étions visiblement attendus. On nous débarrassa de nos affaires (enfin pour ma part, je préférais tout stocker dans ma touffe). Et enfin nous fumes introduits dans une vaste salle aménagée et proprette: on avait sans conteste fait des efforts pour effacer l'odeur de sperme qui imprégnait la salle mais c'était tenace...Et il y'avait une odeur sous-jacente de sang. Puis après ces considérations matérielles et olfactives, je me dis « Putain chui le seul mec ici! Putain elles sont toutes graves canons! Ah non pas elle en fait. Ni elles d'ailleurs. Bon je fais quoi maintenant? »


Dernière édition par Makaya le 25/2/2009, 09:35, édité 1 fois
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Makaya le 25/2/2009, 09:06

Par chance, je fus traité comme un client de premier choix et on m'emmena sur une estrade ou siégeaient des femmes sublimes. L'intérêt des putes, c'est qu'il y'avait très peu de « radasses moisies avec les nibards qui tombent au niveau des genoux » et de « gamines énervantes avec le bassin qui craquèle quand on lime ». Bon y'en avait mais elles restaient dans des établissements spécialisés (comme « au casseur de croute » ou au « Petit minou » à Mahou, gérés par mon pote Murai, l'auteur des phrases ci-dessus). Et au milieu de ces canons, il y'avait...

« Waaw...
-Euuh Maka, ressaisis-toi! Sois digne! Ferme la bouche
-Mais cette nana...Elle est...
-C'est la cheftaine. Je ne pensais pas qu'elle te ferait autant d'effet...
-Justement...Y'a un truc qui colle pas rond avec elle... »

Je me sentais tout bizarre. D'un coté j'avais une folle envie d'arracher mes vêtements, de frapper mes poings contre ma poitrine et de prendre cette nana par la taille pour monter sur un toit en hurlant. Et d'un autre coté, j'avais un super mauvais pressentiment. Dans tous les cas je ne pouvais rester la, devant toutes ces nanas qui me jaugeaient, à laisser couler ce traître de filet de bave le long de ma bouche. Mais y'avait vraiment un truc qui clochait: à force de côtoyer des nanas, et au fil de mes pérégrinations sexuelles j'avais appris à me rendre compte qu'une femme aussi parfaite qu'elle n'existait pas: tout autour d'elle était fabuleux et fantastique: elle était incroyablement belle, la panthère qui se prélassait à ses pieds était allongée dans la position parfaite et soulignait encore plus sa grâce et ses lignes enchanteresses. Il y'avait de petits colibris qui volaient autour d'elle et les femmes à ses cotés étaient magnifiques mais ne semblaient être la que pour rehausser sa si charmante personne...

« PUTAIN, C'PAS NORMAL CA! KAI! »

Bon après cet éclat de voix (dont j'aurais pu me passer en fait, vu que tout le monde se demandait ce qui avait bien pu m'arriver), je me rendis compte que la panthère et les colibris s'étaient évaporés, que les nanas autour étaient moins belles que dans l'illusion et que...Nan en fait la nana principale restait d'enfer par contre. Et elle souriait d'un air mystérieux. Puis elle se leva et vint se placer juste en face de moi. Elle faisait une bonne tête de moins que moins et me regardait dans les yeux (qu'elle avait verts) en levant la tête, sans pour autant paraître décontenancée. Elle était très brune, avait quelques taches de rousseur malgré tout et en fait je m'en tapais de toutes ces caractéristiques physiques prises une par une. C'était elle que je voulais prendre en entier, tout court. Je crus que même sa voix me filais la gaule:
« Bonjour Makaya. Je suis la cheftaine de la principale corporation de prostituées Araséennes. Je me nomme Lilith.
-Euuh salut. Merci d'avoir bien voulu me rencontrer (putaAAAAIN ELLE ETAIT CANON!!)
-Contente de vous avoir parmi nous. Tous les échos sur vous sont excellents et bien que vous vous êtes immiscé dans notre communauté depuis peu, le fait de l'avoir fait avec douceur et humour nous touchent beaucoup. (Elle parlait encore et je la dévorais tout cru. Fallait que je cause absolument!)
-Ben écoutez, ravi de me trouver ici, je pense être carrément privilégié héhé. On peut s'assoir? (comme ça on aura moins l'impression que j'ai bourré mon futal de chaussettes).
-Tout à fait...Parlez nous de votre projet alors. »

Je sortis donc l'ébauche du dossier « BIATCH BEACH » et parla à voix forte afin de bien me faire entendre par l'assistance qui buvait mes paroles. Après avoir été très formel dans ma démarche en précisant bien les étapes obligatoires, je me resservis des arguments et des désirs que mes copines avaient formulés hier, en y ajoutant les honnêtes miens, ceux d'un mec qui reconnaissait avoir un appétit sexuel (en sa présence, je crus être que j'étais à la diète depuis des millénaires.) et donc présenta mon projet sous divers projets. Ça et la je pouvais distinguer divers expressions: désapprobation, amusement, vif et réel intérêt...Lilith elle se contentait de m'écouter avec attention en ponctuant mes dires par des « hum hum » QUI ME DONNAIENT ENVIE DE LA VIOLER SUR PLACE! Et plus j'y repensais, plus je me disais que j'étais en train de régresser au stade animal et qu'en cette circonstance, c'était peu normal et donc au fur et à mesure de mon exposé, je multipliai les Kai, ce qui me permettait de continuer mon exposé sereinement et en arrêtant les lap-suces dans mes paroles.

Puis je terminai et passai deux heures à répondre à tout un tas de questions sur tout un tas de sujets (« mais tu prévois une attraction: la grande roue du plaisir. Mais j'ai le vertige, pourrais-je être exemptée? / On est payées à l'heure, au client, à la journée? / Théoriquement on se couvre d'huile mais vu qu'on sera en plein air, on aura droit à de la crème solaire? / Je te trouve mignon, on se retrouve tout à l'heure dans ma chambre? » ). Ce fut la dernière question, car à ce moment Lilith se leva et mis fin à la conférence qui durait depuis plus de trois heures. Chacune disposerait de temps pour réfléchir et de toute façon, il était temps qu'elle retournent vaquer à leurs activités. La salle se vida donc progressivement, pendant qu'elle m'entrainait dans une arrière-salle pour parler calmement. Le geste discret de la main qu'elle fit a ses conseillères ne m'échappa pas et celles-ci ne nous suivirent pas. J'étais désormais seul avec elle et je ne savais pas si c'était mon cerveau, mon coeur ou mes couilles qui allaient exploser face à son regard. J'avais beau multiplier les Kai, elle était vachement douée et avant de retomber au niveau bestial je dus user de mon dernier atout dans ce genre de circonstances, que je n'utilisais que dans les cas les plus extrêmes. Et c'est tout tremblant, suant et rassemblant mes derniers lambeaux d'humanité que je saisis fermement mes cheveux et que je tirais avec la résolution de celui qui veut encore rester humain.
Comme prévu, ce fut radical et son genjutsu fut brisé net. Aussitôt je relâchai la pression de ma main honnie, comme si elle venait de toucher une substance dangereuse, et déploya mes tentacules capillaires autour des membres de Lilith, parvenant ainsi à l'immobiliser. J'achevais de la contrôler en collant ma paume sur son coeur. (Rhaaa elle avait la peau si parfaite et qui fleurait...Putain Maka ressaissis toi bordel)

« Bon ma grande, tu continues ça et je t'apprendrais les joies du défibrillateur. A quoi tu joues au juste? Tu m'invites chez toi pour me coller une laisse autour du cou et me promener à quatre pattes?
-On m'a dit ce matin « il faut absolument que tu rencontre Makaya, il est drôle, attentionné et à une super idée pour nous aider. » Seulement moi je n'ai aucune confiance dans les hommes donc je t'ai passé à l'épreuve et ce n'est pas terminé tu sais.
-C'est bien beau ton histoire de « gnagnagna tous les mecs sont des salauds! » mais moi je ne suis pas un homme...JE SUIS LE BLACK GOUROU! Investi des pouvoirs de la Sainte-Raclette, je suis supérieur à l'humanité et je te prierais donc de ne pas me foutre dans le même panier que les autres salauds auxquels tu penses.
-Tiens donc...Je suis tombé sur des mecs qui m'ont donné des tas de justifications diverses et vaseuses « Non mais moi je t'aime: je suis différent car je suis riche, fort, intelligent, romantique, bien doté... » et j'ai encore tellement d'exemples que je pourrais en faire un bouquin. Mais JAMAIS on m'avait sorti un truc pareil. Tu m'expliques? »


Alors moi fallait-pas me demander un truc pareil hein. Je me mis à lui faire un compte-rendu détaillé du Raclétoïsme, digne d'une thèse (j'avais déjà d'ailleurs commencé de traiter le sujet) qui dura environ trois heures, depuis mon dépucelage en la matière, jusqu'à mes passages successifs dans le paradis du Fromage. Je vidais mon sac car cela faisait une paye que je rêvais de trouver une auditrice qui avait l'air réellement intéressée par une part non imputable de ma vie.
Une fois mon récit terminée, elle se détendit et déclara d'un ton posé:
« En fait tu payes pas de mine comme ça, mais t'es un gros malade. [HRP: combien de fois IRL j'ai entendu ça...Et je pense que je risque d'entendre ça encore plein de fois /HRP]
-Hum ouais donc en fait t'en a eu rien à foutre de mon histoire...Je suis déçu...
-Fais pas la tronche mon grand, j'ai trouvé ça intéressant, bien raconté, drôle et totalement inattendu. Je ne pensais pas du tout qu'en t'amenant ici, j'aurais droit à un exposé ultra détaillé sur le fromage. En général quand je me retrouve seule à seul avec des mecs, ils me racontent des bobards pas possibles pour que je tombe dans leurs bras...Ton truc à l'air parfaitement l'air crédible à coté de ce que j'ai pu entendre. Et franchement, je pense pouvoir affirmer que tu m'as pas raconté ça pour me draguer.
-Mais c'est quoi ton problème à toi? T'as l'air d'avoir baisé tous les mecs de la terre et d'en retirer rien de positif.
-Ben euuuh..
-Hey je t'ai raconté ma vie, maintenant à ton tour et essaye pas de te défiler!
-Bien, si tu y tiens... »

Et Lilith me raconta que...
[Et la vous allez (re)lire l'histoire de Lilith parce que j'ai grave la flemme de la remanier ici]

Finalement nous nous endormîmes tous deux dans les fauteuils, fatigués, assoiffés (elle venait de m'avouer qu'elle avait pensé me tuer en entrant ici. Y'avait donc aucune raison qu'elle ramène à picoler) mais cependant tous deux contents de cette conversation. Après quelques heures de sommeil, je me réveillais et vis que face à moi Lilith était toujours assoupie. Elle était quand même vachement jolie, pensais-je alors que je me levais sans bruit. Je n'avais pas envie de me barrer comme un chacal, ce qui risquerait d'accentuer encore son aversion envers tout ce qui est masculin (je ne parlais même de ce qu'elle penserait si jamais je tentais de la peloter dans son sommeil). Mais je ne voulais pas non plus la réveiller pour lui signifier mon départ car dès qu'on me laissait réveiller une personne, mon gène Korove reprenait le dessus et je pourrissais les personnes comme jamais, en voyant mon père en image astrale en train de me faire des poses nice guy. Je contournais le problème en écrivant une note laissée sur mon siège et partit discrètement. Durant ma route vers la sortie, j'eus l'occasion de croiser de nombreuses femmes présentes durant la réunion et toutes parurent impressionnées de me voir (j'appris plus tard que c'est parce qu'elles m'imaginaient déjà mort, les couilles calées bien profondément dans le gosier, sort que Lilith reservait à la plupart des hommes ) mais cela ne m'empêcha de retrouver l'air frais.

Mais je constatai que j'étais grave paumé...Pas le choix, je dus me mettre à errer dans les rues d'Arasu en priant pour ne pas faire de mauvaise rencontres...
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Sarouh le 25/2/2009, 18:31

Sarouh se réveilla avant même le soleil. La cause était simple, on l’avait réveillé d’une gifle parfaitement ajusté. Surpris Le shinobi avait ouvert de grands yeux en voyant un homme plutôt corpulent, musclé, le crâne rasé et un regard malveillant continuellement affiché.
L’araséen en herbe réveilla plus délicatement sa copine tandis que l’homme sortait de la pièce puis, avec un concert de grognement, s’extirpa avec Nina de son lit.

Avec discrétions, ils se lavèrent et rejoignirent l’homme devant leur porte. Baillant et s’étirant, Sarouh et ses amis suivirent le type affectueusement renommée par Haruka crâne rasé jusqu'à un sentier en terre battue. Crâne rasé fît demi tour pour leur faire face.

Bakudan : Je suis Bakudan votre éducateur au fuinjutsu. Je sais que parmi vous deux seulement savent utiliser le chakra et un seul à un niveau supérieur à chuunin. Il va donc vous falloir ingérait une grande quantité d’information sur les fuinjutsu et les arts ninja. Et vous allez vous y mettre tout de suite. Après les présentations. Je veux savoir nom, prénom affinité si connue. Exécution !

Sarouh : Tsumyo Sarouh suiton fuuton.

Nina : Nina Akumaï Kinton.

Shiji: Shiji Shinzawaï inconnue.

Haruka: … Soakrad Haruka. Inconnue

Sarouh ne releva pas malgré qu’il sache la vérité: Haruka avait donné son pseudonyme à l’envers. Darkaos et Soakrad.

Bakudan : Bien les deux boulets qui connaissent par leurs affinités, venez là.

L’ordre de Bakudan fût exécuté sans grommeler, pour une fois.

Bakudan : Bien, je vais vous apprendre à utiliser le chakra et pour ça, va falloir apprendre la théorie. Donc… lisez moi ça ! *sortant un énorme livre

Les deux élèves restèrent interdits devant la taille de volume. En soupirant ils s’attelèrent à la tâche. L’éducateur revint à ses autres étudiants, les considérant d’un œil qui ne présageait rien de bon.

Bakudan : Battez moi !

Et il disparût. Sarouh comprît très vite l’exercice, à l’aide des applications de chakra, il fallait détecter, puis frapper Bakudan. Tout en sachant qu’il y avait une chance sur mille de toucher le juunin. Il confia son savoir à Nina, puis il utilisa du gyo pour améliorer sa vue. Elle devînt vite perçante comme celle d’un aigle, et il localisa au loin un point au loin, invisible a leurs pauvres facultés humaines.

Sarouh : je l’ai vu, il est là bas. Il n’a pas l’air de bouger, on y va !

Avec une assurance qu’il était loin de posséder, il entreprît un sprint vers Bakudan. Tout en désactivant son gyo visuel. En courant un souvenir lui revînt, au pire moment. Le souvenir de lui et la team Gomaki entrain de courir, luttant pour gagner une course…

Il évita de justesse une explosion devant lui en plongeant sur le côté. Mouvement apparemment anticipé car une note explosive l’accueillit. Utilisant du gyo il sauta en arrière, se mettant à l’abri d’une explosion qui l’aurait broyé.

Putain il plaisante pas. Vas falloir aller plus vite. Vais encore claquer plein de chakra, abusé !

Il regarda en arrière et aperçût Nina faisant un détour. Sarouh prît une décision plus rapide. Passer au dessus. Concentrant une dose de chakra énorme dans ses jambes il se propulsa vers les airs. Puis il commença à tomber.

Merde à cette hauteur j’vais m’exploser la gueule. Substitution !

Il pensa néanmoins à faire une illusion de lui toujours en train de chuter vers le sol. Puis il se substitua en espérant que cette illusion de bas niveau tromperait le juunin. Il avait tord. Une explosion de feu lui signala. Il continua à avancer vers l’éducateur qui souriait toujours. Nina avançait toujours vers lui.

Ils avaient inconsciemment encerclé le juunin. Et pourtant son sourire ne décroissait pas loin de là. Il s’accrût jusqu’à devenir démentiel.

Sarouh commença a douter qu’approcher le juunin était une bonne idée. Celui-ci s’empressa de confirmer ces impressions. A une vitesse démoniaque il fût sur Nina. La jeune Akumaï encore peu expérimenté dans les arts ninja ne pût se booster au gyo pour éviter le terrible coup de poing qui frappa sa ceinture abdominale.

Sarouh augmenta encore sa vitesse de course et envoya un genou au niveau de sa tempe évité avec facilité par le juunin. Sarouh avisa Nina assise à terre entrain d’essayer de reprendre son souffle en vain. A partir de là sa colère augmenta démesurément. Elle enfla jusqu’à devenir terrible, commandant chacun de ses actes.

Son souffle s’accéléra. Son cœur s’emballa encore plus, si c’était possible. Puisant dans ses dernières réserves de chakra il frappa inlassablement le juunin qui para/esquiva du mieux qu’il pût. Puis un atémis au niveau de l’estomac le contraignît à stopper sa furie.

Bakudan : je vous cache pas que j’ai vu mieux. Beaucoup mieux. Infiniment mieux. Mais on va changer ça. C’est pour ça qu’on est là. Vous allez me maîtrisez le gyo à la perfection ! Ensuite vous apprendrez à faire des sceaux mais l’apprentissage du gyo est essentiel ! toi !* se tournant vers Sarouh* Tu en as déjà une bonne maîtrise, tu vas pouvoir commencer ! Lis ça !

Et Bakudan lui lança un énorme volume venu de nulle part. Sarouh comprît que ce livre recélait tout les secrets tactiques imaginables des sceaux. Livre écrit par Bakudan lui-même…

Pendant deux mois Sarouh et sa bande s’entraînèrent sans relâche, puisant dans leurs ressources comme jamais. Un soir, quelqu’un lui tendît une lettre. Sarouh le reconnût c’est celui qui avait accepté de faire la correspondance entre lui et Tokri, au bon prix de trois mille ryos par mois. Tout excité le chuunin prît la lettre. S’enfermant dans la loge, l’ancien gensouard entreprît de lire la lettre de son ami. Il s’attendait à une réponse émotive voir excédé, mais pas à ce point…

Salut,

Je ne me permets pas de t'appeler ''l'ami''... je te rappelle que tu m'as trahi et rejoint l'ennemi. Ma mentalité vis à vis des briseurs de vies reste inchangés, elle s'est même renforcée. Pour moi, ils méritent tous la mort. Quand nous nous verrons, ne t'attends pas à un traitement de faveur. Si tu persistes dans ton erreur, je te tuerai, comme n'importe quel autre criminel...je te conseille donc de t'entraîner très sérieusement.
Sinon, il s'est passé pas mal de chose ici. Mutika a déserté, entraînant Izul avec lui, en laissant trois cadavres: Hika, Hiko et Kiame... ce dernier est mort dans mes bras.
En souvenir de notre amitié passé, je suis d'accord pour garder contact...mais cela ne changera rien à ce qu'il risque d'arriver si nous nous rencontrons...


Sarouh fût secoué d’un rire nerveux, alors que son monde s’écroulait. Il savait que Tokri lui en voulait à mort. Kiame était mort. Sarouh ne l’avait pas vraiment aimé, mais leurs rivalités les avaient rapprochés. Peut être Tokri voulait le faire souffrir à cause de ce qu’il avait subi. Peut être…

Mutika est un abruti ! Et il a amené Izul avec lui ce connard ! Putain si j’lui tombe dessus j’vais l’descendre…

C’est d’une humeur massacrante que le déserteur sortît de sa chambre. Il lui fallait réfléchir. Peut être valait il mieux qu’il ne lui réponde pas, ou au contraire répondre… Un abyme d’indécision venait de se creuser dans l’esprit tourmenté du gensouard. Enfin de l’ex-gensouard.

Sous la pluie le chuunin erra comme une âme en peine. Ces deux derniers mois, il avait appris comment créer un sceau explosif, améliorer son gyo tandis que Nina avait commencé à apprendre le gyo. Haruka et Shiji avaient saisis les bases du chakra et allaient découvrir leurs affinités respectives…

Sa décision fût prise il continuerait à entretenir une correspondance avec Tokri. Son véritable ami. Peu importe qu’il soit déserteur, le titre ne faisait pas une description de ce qu’il était. Il fût a nouveau secoué d’un rire nerveux. Il allait devoir rendre les coups. Changement d’objectif : détruire Mahou ET revoir Tokri, et s’expliquer avec lui une bonne fois pour toute…

Il devait maintenant rédiger une lettre d’excuse, certes inutile mais qui ferait au moins douter Tokri de son absolu de vengeance. Sarouh soupira. La vie était une bien méchante camarade de jeu…

Sarouh
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 949
Date d'inscription : 11/03/2008
Localisation : a arasu, c'est la mode:)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Siddharta le 28/2/2009, 12:46

Encore cet immense lac baigné par une lumière lumineuse et blanche avec les ténèbres entourant le cercle d’eau. Ce rêve commençait à se répéter encore et encore comme si tout cela présagait quelque chose, de là à dire si ce présage était positif ou non…
Des ronds commençaient à se former avec comme épicentre mes pieds, plus leurs nombres augmentait plus leurs tailles croissaient. Il y avait un silence pesant, uniquement rompu par ma propre respiration , par mes inspirations et expirations.
Puis il apparait, grand et imposant, ses yeux rouges capables de liquéfier sur place n’importe qui. Ses écailles formaient une sorte de dessin aborigène inspiré de ceux des peuples éloignés de ce monde. Sa langue faisant ma taille sifflait et se balançait en rythme des goutes de venin s’échappant de ci et là.

- Nâga. Que se passe-t-il ?
- Siddharta Maboroshi cent-cinquantième réincarnation de Bouddha, sage parmi les sages, Kâ et toi semblaient vivre en parfaite harmonie.


De l’œil je jette un regard à mon avant-bras gauche, là est tatoué sur ma chair la présence de Kâ de noir et de points rouges pour ses yeux.

- Il semblerait….
- Selon lui tu remplis tout les attributs d’un enfant dieu, il ne te reste plus qu’une chose pour obtenir mes pouvoirs.
- Qu’est-ce ?
- Renonce à la seule chose qui fait ton humanité : renonce à la vie.


Mourir ? C’était une blague douteuse ou mon ouïe avait baissé ? Si je meurs c’est fini, tout ce que j’ai construis est détruit.

- A toi de choisir Siddharta : continuais ainsi pour finir ronger par la folie des tes grandeurs sans pouvoir les réaliser ou mourir pour ressortir déesse parmi les insectes.
- ……………..
- Alors ? Quelle est ta réponse ?
- Fais-le.


C’était sortit tout seul, mais au plus profond de moi je savais que ce dieu d’écailles avait raison plus le temps passait plus je me trouvais en proie avec ma folie et moins je réalisais ce pourquoi j’avais cru tant d’années.
Je voyais Nâga ouvrir la bouche et dans une sorte de raclement deux perles de venin sortirent d’un coup à une vitesse telle que je ne vus rien avant de ressentir une douleur vive et forte.

- Arrrg

Je tombais par terre les mains sur les yeux rongés par le poison et brûlant de l’intérieur, je n’arrivais plus à percevoir la moindre lumière et aussi rapidement qu’elle était arrivée la douleur était partie.

- Bravo, décidemment tu es pleine de ressources.

Je ne voyais rien mais au bruit que je devinais Nâga bougeait et se rapprochait de moi.

- Comme tu peux t’en douter tu n’es pas morte, cependant tu viens de renoncer à l’unique source de force que tu possédais : tes pupilles dorées.
- Je je je suis aveugle ?
- Oui mais si tu trouves quelque chose que seul le bouddha premier à trouver alors tu auras la vue mais aussi toute la puissance du gardien du temps et divinité que je suis.
- Qu’est-ce que je dois trouver ?


Aucune réponse, aucun bruit.

- Nâga ! Nâga ! Qu’est-ce que c’est ?!
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………....
- Siddharta-sama ! Réveillez-vous ! Appelez Iarwain et vite !


On me secoue de droite à gauche, d’avant en arrière, je reconnais la voix de Abu aussi les mains tremblantes et transpirantes qui me tiennent doivent lui appartenir. Quelqu’un qui courir arrive.

- Que ce passe-t-il ?
- Je ne sais pas, elle dormait puis s’est mise à crier et lorsque je suis arrivée ses yeux saignés.


Mes yeux saignent, voila pourquoi même les yeux ouverts je ne vois que du noir encore et encore.

- Merde, bon qu’on m’apporte des compresses !
- Faites quelque chose !
- Où sont Takeshi et Chihousou ?
- Takeshi s’entrainent et Chihousou est parti remplir une mission sur ordre de Siddharta-sama.
- ………….. il y avait donc moins de surveillance
- Non Iarwain ce n’est pas possible j’ai veillé sur elle toute la nuit personne n’a pu attenter à sa vie.


Je sens quelque chose de froid sur mes paupières, non ça ne sert à rien je dois reprendre le contrôle maintenant.

- Enlevez-ça, et dites-moi plutôt si j’ai encore mes pupilles.
- ………………..
- Siddharta-sama, je je suis désolé mais….
- Alors finalement il a fait, je dois trouver ce dont-il parlait.
- Ecoute l’avis d’un médecin : tu dois aller à l’hôpital le plus proche ou tu ne passeras pas l’heure prochaine.
- Contentes-toi de me faire un bandage pour empêcher le sang de couler et retournes t’occuper de la formation de ta division.
- Après tout ce n’est pas ma vie qui est en jeu. Bonne chance Abu !


Une fois le bandage revêtu, je claque des doigts pour signifier de laisser Abu seul en ma présence.

- C’est l’œuvre de Nâga, j’ai renoncé à mes pupilles pour un pouvoir plus grand mais je dois trouver quelque chose que seul Bouddha à trouver et à part le nirvana je ne vois pas.
- Il pourrait s’agir d’autre chose.
- Justement part pour Gensou et rentre en contact avec un moine du nom de Mikaisa, il vit dans la forêt adjacente du village.
- Mais qui veillera sur vous ?
- Ne t’en fais pas et part sur le champ.


Les sons issus de ses pas résonnent dans la pièce et plus un bruit ne se fit entendre, tout était noir et silencieux.
La douleur revient, brièvement mais plus forte qu’auparavant me forçant à m’agripper la tête en m’enfonçant les doigts de la main. Soudainement le bruit de la porte se fit entendre, et des pas légers se firent entendre.

- Siddharta-sama .
- Faites venir Hakaima rapidement.


Une dizaine de minutes passèrent avant que l’élève du capitaine de la division des informations ne fit son apparition.

- Tes yeux….
- Ce n’est pas l’affaire du commun des mortels, Abu est parti donc ce sera à toi de veiller à ma sécurité mais surtout tu devras rester en permanence avec moi jusqu’à son retour.
- D’accord mais que dois-je faire à part jouer les gardes du corps ?
- Tu devras noter et me dire tout ce dont je parlerai lorsque je dormirais ou parlerais seule.
- D’accord…
- Bien laisse-moi maintenant.
- Je suis pas tenu de reste surveiller ?
- Pas quant je suis dans mes appartements au fait lorsque Takeshi et Chihousou seront rentrés convoque tout les capitaines pour le conseil
.

Au son de sa langue claquant dans son palet, l’idée de devoir être mon nouveau garde du corps ne lui plait guère ne lui plait guère. Hakaima quitte la me laissant de nouveau seule dans les ténèbres.

- Rien, il n’y a rien, rien juste le noir. Il faut de la lumière, lumière….. Kâ ?
- Ssss Oui ?
- Krrrr, tu es là encore là.
- Je suis à votre service ssssss.
- Tu arrives à la sentir ?
- Ssssss oui, je sens votre onde de folie s’agrandir de secondes en secondes, de minutes en minutes, d’heures en heures et de jours en jours depuis notre première rencontre.
- C’est si bon Krrr.


Mes dents grincent et sur mes lèvres se dessine un rictus plus machiavélique qu’à l’accoutume tandis que les ténèbres continuent de m’entourer de toute part. Et dans cet univers de rien je sens quelque chose me happait doucement et progressivement me rendant presque aussi noire que ce que je vois à présent : la folie.
Il faut que je le trouve, que je trouve ce que le premier des bouddhas à trouver, il faut le trouver avant que tout ne soit que folie en moi.

- Krrr trouver

Et de bouche se met à sortir un rire mêlé d’un cri dont l’écoute glacerait le sang de n’importe qui, le son provenant de ma bouche se répercute en écho et vient se répéter à l’infini dans ma noir vision tandis que la chose grandie encore et encore.
avatar
Siddharta
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 437
Date d'inscription : 12/04/2008
Localisation : Le Sud-Ouest et comme Seolchong => Fière de ça (couillons de cornemuses va ...) Anti-breton et crèpe

Voir le profil de l'utilisateur http://aureliavision.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Iarwain le 1/3/2009, 20:31

Nous étions arrivés sans trop de problèmes à Arasu, et Kodomo no Asu avait rapidement été doté d’une maison assez charmante. La première étape fut de récurer chaque pièce de la bâtisse, et de reorganiser quelque peu le jardin central. J’avais ensuite appris que j’étais devenu le responsable de la branche médicale et technologique de l’organisation. Mais ce qui m’avait le plus surpris, c’est quand j’avais entendu la voix de Takeshi qui venait de la pièce au-dessus de la mienne et qui chantait :Siffler en travaillant…

Je m’étais assez longuement interrogé sur la meilleure façon de recruter au moins un autre médecin et quelques personnes s’y connaissant assez bien dans le domaine technologique. Je ne savais même pas si pour cela il fallait ou non maîtriser des sceaux ou autre chose de bizarre que je ne connaissais pas.
De toute façon, il n’y avait pas de meilleure option que de trouver une bibliothèque s’il en existait une et de se renseigner lâ-bas sur d’éventuels emprunts ou même de voir des ouvrages intéressants.

Je partis donc rapidement vers le centre du village, supposant que toutes les institutions importantes s’y trouveraient. Sur ce point au moins, je n’avais pas tort…Je me renseignai rapidement et appris qu’il n’existait pas de lieu de culture public. De fait, chacun était libre de se créer une bibliothèque personnelle et privée composée de tout ce que les gens voulaient.

Mon idée était un échec. Et je n’en avais aucune autre. Bon réflechissons…Pour ce faire, j’allai m’asseoir sur un banc tordu, abîmé et sali, faisant attention à certaines tâches impossibles à identifier.

Je regardais la foule d’un air distrait, perdu dans mes pensées, quand une vieille femme trébucha, soit sur son propre pied, soit dans un nid-de-poule qu’elle n’avait pas vu. N’ayant rien de mieux à faire, je me redressai et allai l’aider à se relever. Elle m’adressa alors la parole :

« Merci, mon garcon ! Ce genre d’attitude est plutot rare ici… »
« Ce fut un plaisir. »


Je m’apprêtai à repartir quand la vieille femme attrapa mon coude.
« Faisons un bout de chemin ensemble, jeune homme. Par exemple, dites-moi comment vous vous appelez. » Me dit-elle avec un sourire édenté. Je lui jetai un regard suspicieux avant qu’elle n’ajoute que cela ne risquait rien. Bin voyons.
« Je m’appelle Iarwain. Pourquoi l’avais-je dit, finalement… ?
« Un nom qui résonne souvent dans les bordels d’Arasu… »
« Hein ? »
« Je disais, un nom qui résonne souvent dans les bordels d’Arasu ! »
[i]Hein ?

« Mais beaucoup de gens connaissent mon nom ? »
« Apparemment. »
« Y’a peut-être quelqu’un d’autre qui a le même nom que moi… »
« Vous avez déjà croisé beaucoup de gens avec le même prénom que vous, jeune homme ? »
« Personne. »
« Donc c’est sûrement vous. »
« Faut croire… »


Tout cela était etrange. Mais tout à coup, quelque chose d’encore plus étrange me vint à l’esprit…
« Attendez, vous avez dit dans les bordels ? »
« Et bien, oui. Pourquoi ? »
« Donc vous y allez ? »
« Et bien, à mon age, on fait comme on peut et… »
« A cet âge ? Mais c’est horrible, choquant, affreux ! »
« Oh, c’est bon, hein ! Bref, pour conclure, je vais vous rendre un service. Avez-vous besoin de quelque chose ? »
« Je suis é la recherche d’une personne maitrisant la médecine ninja ou bien ayant des connaissances importantes dans le domaine technologique… »
« Lews, mon onzième petit-fils, fera parfaitement l’affaire pour rembourser la dette que j’ai envers vous. Je vous l’enverrai dès demain matin. »
« Vous envoyez votre petit-fils pour payer vos dettes ? »
Et ben…
« Bien sûr, jeune homme. Et s’il ne se conduit pas bien, je l’accroche tout nu à la corde à linge…Avec les autres ! » Gloups…

Finalement, j’indiquai à la vieille femme le chemin du QG de Kodomo no Asu, puis me préparai à rentrer moi-même. En chemin, une pensée me vint. Laissez le destin vous guider, qu’elle disait, Siddharta. ‘Fallait bien croire que ça marchait rien qu’un peu, pas vrai ?
En fait, cette pensée me vint jusqu'à ce qu’une voix désagréable et horriblement bruyante crie mon nom. Je jetai un bref coup d’œil dans une rue transversale et vis une touffe me sauter dessus.

Le coup de pied me surprit et m’éjecta contre un mur aveugle.

« Je te retrouve enfin, sale traître ! Ma vengeance sera terrible ! »
« Makaya ? Mais que fais-tu là ? »

Il me suit ou quoi ? La poisse…Mon dépit dut se voir sur mon visage, car il ajouta :
« Tu ne t’y attendais pas, hein ? »
« Puis de quoi tu veux te venger ? »
« Tu te souviens de la mission à Yukita ? »
« Bien sur. »
« Et bien, c’est là-bas que ma quête de vengeance a commencé ! »
« Mais pourquoi ? »
« Tu m’as trahi et fait du mal ! »
« Ah bon ? Je ne m’en souviens plus…En fait, je suis sûr que non… »
« TU MENS, HERETIQUE ! IL EST TEMPS DE PAYER TON OUTRECUIDANCE ENVERS LE GRAND GOUROU DE LA RACLETTE SACREE ! »


Makaya Korove semblait prêt à en decoudre, et déjà les gens s’écartaient de l’endroit où nous nous trouvions. Une barre de fer surgit de sa touffe et il se précipita sur moi. En hurlant, évidemment. J’invoquai in extremis un cadavre de base qui encaissa un coup de taille puis un revers avant de déverser sur le sol ses entrailles putréfiées. L’odeur ne me gênait pas plus que ca, mais sous la surprise, Makaya recula de deux bonds et me toisa de toute sa hauteur. Soit au moins quinze centimetres de plus que moi.
« Des cadavres, Iarwain ? Si je m’attendais à ça… »
« On fait comme on peut. »
répondis-je.
« Ha ! T’es un sale necrophile ! J’aurais du me douter que tu cachais quelque chose ! »
« Boah, j’ai rien contre les cadavres, c’est pratique, pas bavard et on finit par s’habituer à l’odeur… »
« Je le savais ! T’es un nécrophile ! Moooooooooche pour toi ! »
« Je suis plutot du genre nécromancien, tu sais… »
« Hein ? Pareil ! Que des cadavres ! Je pourrais t’indiquer de bons bordels nécrophiles si tu veux… »
« Je suis nécromancien, et pas necrophile de la façon dont tu parles… »
« Peu importe ce que tu es, je vais te latter ! »
dit-il en pliant une jambe vers moi et en tendant un index accusateur dans ma direction.

Makaya avait l’air en forme. Je sortis un autre cadavre, gardant le troisième pour un cas dangereux, puis, dans la fumée, appliquai un Henge pour me transformer en macchabée. Avec un peu de chance, Makaya croirait que j’étais invisible.
Alors que nous avancions vers lui d’un pas chancelant, mes deux cadavres et moi, le Touffu se précipita sur nous pour nous taper. Bon, c’est pas comme si on pouvait s’attendre à autre chose de sa part, hein…

Tout en courant, de la foudre allongea son arme. J’avais le choix entre éviter à toute vitesse le coup et de me dévoiler, ou bien subir le choc en espérant ne pas trop en souffrir. Et une fraction de seconde pour me décider. Ne connaissant pas la puissance de son arme, j’essayai d’esquiver. Trop tard, naturellement. En un bond, il fut au milieu du triangle que je formai avec les deux cadavres, frappant de taille avec son arme. Je trébuchai vers l’arrière, sachant que j’étais repéré.

Le faisceau électrique me traversa les cuisses, et je chutai réellement. Pas de feinte, j’avais été touché. Aucun doute possible. Makaya allait se préparer pour un redoutable coup d’estoc quand je tentai de permuter avec un des cadavres. Bon, ils étaient équivalents à des objets, même si je n’en avais pas douté. Enfin, presque pas.
En même temps, je sortis mon troisième cadavre et me rendis invisible à la vue. J’aurais peut-être du perfectionner cette technique, mais il était trop tard maintenant pour y songer. Tous comme ces détails idiots qui me venaient à l’esprit, tels que le vieux costume de Makaya, chic malgré tout, ou bien les morceaux putréfiés de chairs sur sa barre de metal…

Mon adversaire décida de reculer quand le cercle commença a se refermer. Il fallait que je prenne l’avantage, pas le laisser continuer a me pousser sur la défensive. Jusqu'à maintenant, c’était clairement lui qui menait le combat.
D’ailleurs, une fois hors du cercle de mort(s) (haha…), il jeta negligemment son arme en l’air, la rattrapant avec ses cheveux. Je gardais un souvenir impérissable de la rencontre à Gensou avec l’autre, son oncle ou je-ne-savais-qui. Et aussi de sa traîtrise. Toujours être sur ses gardes…C’était fatigant. Bref, les trucs de poils, c’était super stressant et imprévisible.

Sur un bref contact étant censé passer pour accidentel, un zombi se hâta de toute sa vitesse d’escargot dans une autre direction, fuyant en partie le combat. Au pire, je me substituerai à lui en cas de danger. Une porte de secours et un stratagème à la fois…J’en étais encore à me questionner lequel je préfèrerais voir s’avérer, quand mon adversaire se mit à faire tourner sa lance de plus en plus vite, rajoutant un zeste de raiton. L’impact sera douleureuse.
Me mettant en contact avec les deux autres zombis simultanément, je redevins moi-même, espérant continuer à l’embrouiller. Bon, apparemment, il ne voyait qu’une réponse à ce genre de trucs…Sur un cri inarticulé, sa dread s’allongea pour nous frapper tous. Je plongeai par miracle sous le coup, tout en puisant allègrement dans mon sceau de chakra. Qui était plus un seau vide qu’autre chose…

Le sable du chakra filait dans le vent de l’affrontement et…Ca y était, je devenais comme Siddharta…Et je doutais que ça soit une bonne chose ! M’enfin…
Je sortis de ma sacoche qui bondissait à mes côtés sur mes cotes deux parchemins explosifs et les jetai sur les cadavres. J’en récupèrerai des nouveaux, aucun doute là-dessus. Si je survivais. Comment je pouvais penser à tout ça en plein combat ? J’écartai avec un geste de la main et un gromellement fictifs ces considérations purement inutiles et me concentrai à nouveau sur le combat.

« Arrête de te cacher derrière tes cadavres, espèce de…Iarwain ! »
A cette insulte, des cris aigus retentirent parmi ceux qui observaient le combat, des femmes de mauvaises vies des bordels et…C’est LUI qui serait la cause de ce dont la vieille m’a parlé ? Raaaah, mais quelle guigne…
Bon, on met le paquet maintenant ! Alors que les deux cadavres marqués d’un parchemin se rapprochaient de moi, le dernier avancait d’un air menaçant autant que faire se peut, quand on est un cadavre en putréfaction d’un mètre soixante qui devait déjà être aussi édenté que maintenant et qui avait un gros pif. Je sortis mon troll de la boîte à malice et lui donnait par un simple contact mon plan, puis je courus vers mon adversaire, mes mains brillant de raiton.


« Aha ! Tu manifestes enfin un peu de courage ! Viens te faire taper ! »
S’il croyait que ça se passerait comme ça…Ce qui était sur, c’est que moi je pensais pas que ça allait se passer comme ça allait se passer…Makaya rangea sa lance dans son cuir chevelu, et se mit vaguement en garde. Juste avant, j’avais pris soin d’absorber une de ces pillules de chakra que j’avais récupéré pendant la mission avec NarutoRudy, Ryosuke, Tyrande, Dragomight, ou un truc comme ça, et d’autres dont je ne me rappelais pas le prénom.

J’avais approximativement vingt minutes avant de m’écraser pathétiquement par terre. Le combat serait clos, d’ici-là…Enfin, j’espérais. Et j’espérais aussi être loin. Les combats font toujours des mécontents…Bref.
J’arrivais au contact de Makaya, à sa portée et non pas à la mienne. Un direct chevelu me cueillit à l’abdomen alors que j’en esquivais un autre qui visait mon menton. Il frappa mes muscles quasi-inexistant et l’air s’échappa de mes poumons. Du bout de mes doigts, je pus tout de même toucher le bras de mon adversaire, l’engourdissant probablement. Je me laissai tomber par terre et fis subir le même sort à ses jambes, avant de permuter avant le cadavre qui s’était éloigné précédemment. J’avais subi plusieurs autres coups pendant cette manœuvre. Celui-ci agrippa de toutes ses forces les jambes de Makaya, qui poussa un juron.
Simultanément, le troll lança de toutes ses forces les zombis chargés de parchemins explosifs sur mon adversaire. Alors, comme tous les ninnjas, je criais le nom de ma technique :
« Double Dead Missile ! »

Nom que personne, au passage, n’entendit à cause du bruit de l’explosion. Je pensai finalement avoir pu m’en sortir, et me préparai enfin à prendre la poudre d’escampette, quand la fumée se dispersant révéla une boule marron. De…cheveux ? Une main agitée de spasme en depassai vaguement. Deux de mes zombis avaient été pulvérisés et le troisième devait vraisemblablement être enfoncé dans cette touffe, avec de nombreux objets sans aucun doute possible bizarres.
Bon. Ca paraissait mal barre pour moi. Peut-etre qu’il avait plus de chakra, en face ? La boule capillaire se rétracta, la barre de métal jaillit à nouveau, et Makaya fonça vers moi boosté au chakra, sûrement. Forcément, qu’il avait encore du chakra…Il me restait plus qu’une arme possible…Vu que le troll, même s’il accourait en courant, arriverait trop tard…à moins que.. ?

Le temps manquait pour faire un truc potable. J’égratignai mon dernier parchemin en le sortant sans ménagement de ma sacoche. Je l’ouvris, évidemment, et injectai ce que je pouvais de chakra dedans. En en gardant encore un peu par-devers moi. Le dragon noir surgit du parchemin, bloquant toute la rue et abîmant passablement les bâtiments proches avec sa queue.
Mais le meilleur, c’était que Makaya, alors proche, avait été repoussé par la soudaine masse importante. Masse qui comptait bien pousser son avantage. Le dragon noir voulut donner un puissant coup de patte suivit d’une morsure, mais mon adversaire sauta sur un mur, puis courut vers moi. Le troll était à portée désormais. Au dernier moment, je me substituai, puis en profitai pour me soigner un coup vite fait. Le temps passai, mais il devait me rester un quart d’heure facile.

Makaya changea de direction dès qu’il vit le troll devant lui, mais le dragon était trop prêt. Alors qu’il allait se faire happer d’un coup de dent, le dragon s’immobilisa, à court de chakra. Et moi qui n’était pas loin de la rupture…Je reculai prudemment vers la bouillie de cadavre qui restait du temps de contact précédent, puis vit une main retenue au reste gigoter. Je la séparai de façon brouillonne du reste, et elle monta sur mon épaule. J’allais peut-être pouvoir utiliser ça aussi…
Dans le lointain, le troll s’écroula par terre. Makaya atterit à côté de moi, et me faucha les jambes. La petite main essaya bien de le gêner, mais elle se fit dégager et ne bougea plus. J’étais fini, et je perçus brièvement un trait gris et un sifflement avant d’être déconnecté automatiquement sous la force du coup qui m’atteignit à la tempe.
avatar
Iarwain
Lord of Santa
Lord of Santa

Messages : 2106
Date d'inscription : 09/03/2008
Localisation : Laponie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Sarouh le 3/3/2009, 18:16

Sarouh était assez content de lui. Il avait progressé rapidement dans le domaine des sceaux. Il était maintenant capable de faire un sceau explosif sans difficultés. Il était passé au cap supérieur : les sceaux de contenances. Sarouh avait eût un entretien assez long avec Bakudan sur les diverses utilisations des sceaux.

Son instructeur avait longuement expliqué que les sceaux pouvaient contenir n’importe quoi, ou presque. Il pouvait contenir de l’électricité comme il pouvait contenir un katana. Maitriser les sceaux est une option qui débouche sur la supra polyvalence. L’ex gensouard avait alors demandé instamment qu’il commence à apprendre les sceaux de contenances. Ce que Bakudan fît avec joie. Il se révéla vite que Sarouh était très doué.

Le chuunin fît le point sur les liens qu’il entretenait avec ses proches. Il essaya de prendre un œil parfaitement objectif. Il était lié pour la vie avec Nina, c’était certain. C’était un mauvais point car on pouvait l’atteindre à travers elle. Mais aussi un bon, car il pouvait s‘appuyer sur elle dans les moments difficiles. Bref aucun changement de ce côté.

Avec Haruka et Shiji, Sarouh était amis avec eux sans plus. Mais il s’attacher plus de jour en jour. Conclusion : il fallait que son entourage proche devienne fort, très fort. Sarouh soupira. Il n’aimait pas calculer les réactions des gens et prévoir tout leurs sentiments, voir forcé ceux voulu. Mais l’ambiance qu’offrait Arasu l’avait plus ou moins convertit de force à cette habitude.


Bon, il avait la journée de libre. Enfaîte Urli était venu en personne signalé qu’ils étaient en repos durant trois jours. Sarouh avait alors soupçonné qu’il avait intercepté les courriers que Tokri et lui s’envoyait. En effet la veille du jour de congé il avait reçu la réponse de Tokri.
Il avait remarqué avec bonheur qu’il ne le considérait plus comme une ordure de bas étage…


Lut,

Pour Mutika, hors de question! 'fin, tabasses le si ça te fait plaisir mais je me chargerai personnellement de son cas s'il persiste dans son erreur. Kiame a été transpercé par une lance de terre, une technique de Mutika ...Je te passe les détails.
J'ai réfléchi et j'ai de plus en plus de mal à croire que tu sois devenu une véritable ordure. Seulement, tu as assassiné deux chikarates et cela te rends en coupable, quelque soit tes raisons. Je tiendrais toutefois ma promesse et je fermerai les yeux sur ton crime tant que ta vengeance ne sera pas assouvie...
A ce sujet, tu n'as pas à détruire Mahou. Réfléchis un peu, penses tu vraiment qu'un village ENTIER aura détruit un petit clan ? Bien sûr que non, une personne (peut-être plusieurs?) sont responsable. Je suis prêt à mettre ma main à couper que tout cela a été fait dans l'anonymat. Ayant déserté, il te sera difficile de mener l'enquête. Je trouverai le coupable pour toi, tu te d'emmerderas pour le tuer... ensuite, prions pour que nous nous ne revoyions pas. Bien que je le répugne, je serai dans l'obligation de te tuer, en mémoire des deux gennins.


Fébrilement, Sarouh avait envoyé sa réponse. Il n’était pas obligé de détruire Mahou en entier mais jusqu'à ce que Tokri lui propose son aide, il n’avait pas d’autre solution. Dans sa réponse, le chuunin avait également demandait comment avancé l’entraînement de son ami. Il avait lui-même détaillé son propre quotidien.

Ceci fait, le chuunin avait employé les deux premiers jours à retrouver Mutika et Izul. Il les avait localisés le deuxième jour, après avoir visité la majorité des bordels, magasins d’armes, de restauration, de mercenaire, j’en passe et des meilleurs.

C’est dans un point de vente d’outils chirurgicale que Sarouh trouva son bonheur. En effet Izul s’y trouvait faisant des emplettes pour divers scalpels et seringue spécial. C’est en suivant la kunoïchi qu’il localisa la demeure de Mutika. Impatient, il était déjà rentré en contact avec un gang peu influent pour avoir de la bouffe et un studio.

L’araséen en herbe avait décidé d’attendre le lendemain, où il s’y rendrait équipé. Ce jour était arrivé. Sarouh installa son sabre dans son dos prît un parchemin contenant la majorité de ses shurikens et se prépara à affronter les deux gennins. Il savait Izul doué en genjutsu et Mutika en ninjutsu et taïjutsu. Ils formaient un duo de choc. Mais il n’était pas de taille à lutter contre lui.


Pas encore…

Une fois arrivée à la demeure du gennin, il s’avança tranquillement, en marchant jusqu'à sa porte, histoire de bien se montrer. Il tapa à la porte. Ce fût Mutika qui ouvra la porte

Mutika : Que…

Avant même d’avoir finit sa question, le poing de Sarouh heurta son visage en réponse. Sans qu’il n’ait le temps d’éviter, un deuxième coup le cueillit au plexus solaire. Mutika quitta le plancher des vaches pour heurter un mur avant de retomber à quatre pattes, plié. A ce moment Izul arriva.

Les deux gennins prirent enfin le temps d’observer celui qui les assaillait. Quand ils reconnurent Sarouh, ils furent stupéfiés. Izul reprît la première ses esprits.


Izul : Sarouh ? Qu’est tu fous là ? Pourquoi t’as frappé Mutika ?

Le chuunin partit d’un grand rire qui plongea encore plus dans la stupeur les deux gennins.

Sarouh : Le premier coup est de ma part. Le deuxième est pour Tokri. D’ailleurs, il veut te butter. Maintenant, expliquez pourquoi vous êtes parti de chikara ? Vengeance ? Orgueil ? Attrait pour le vice ?

L’ex gensouard connaissait déjà la réponse. Mais les mettre mal à l’aise leurs mettraient du plomb dans le crâne. Mutika finit par répondre avec sa fougue habituelle.

Mutika : Mais t’es vraiment con ou quoi ? Tu me frappe et après tu me demande des explications qui ne regarde que moi ?

Sarouh : Que toi ? Que fais-tu d’Izul ? Pourquoi es tu parti * se tournant vers Izul*? Suivre un amour mort dans l’œuf ?

Mutika : Ta gueule, tu veux bien ? T’es bien parti toi aussi, t’es aussi traître que nous !

Sarouh : Tokri sait pourquoi je suis parti. D’ailleurs vous aussi. Toi t’es parti par orgueil ! Par simple orgueil, même pas avec une once de dignité !

Mutika : * toisant dédaigneusement Sarouh* : Tu peux parler de dignité toi ! T’es pas parti plus dignement que nous ! Toi aussi tu as tués !

Sarouh : J’ai tué par obligation ! Après le gennin qui a voulu m’empêcher de partir est vivant ! Toi Kyame est mort !

Mutika Oui mais… Attends, comment tu sais ça ?

Sarouh : J’vous l’dirai peut être quand j’vous aurai lattés… Au passage je signale que j’y vais à fond. On s’bat dans la maison ou à l’extérieur ?

Sans attendre de réponse il se dirigea vers le jardin talonné par les gennins. Les pauvres étaient complètement abattus. Pour relancer leurs ardeurs au combat, Sarouh reprît d’un ton ironique.

Sarouh : Les pauvres petits ont peur du méchant Sarouh ? Ils n’assument pas leurs actes ? OH…

Mutika poussa un cri de rage et fonça sur Sarouh. Ce dernier l’attendait, un katana à la main. Il para tout les coups du gennin, qui s’enflammait plus à chaque échange. Sarouh jeta un bref regard vers Izul qui avait l’air désemparée. Elle n’avait pas l’air de savoir si elle devait intervenir.

Sarouh décida de continuer à saouler Mutika à cœur joie.


Sarouh : C’est tout ? Il te reste assez d’orgueil pour déserter alors que tu n’es que ça ?

Mutika : TAGUEULE !

Sarouh : Tu es trop faible pour pouvoir m’insulter.

Au comble de l’exaspération Mutika devenait plus sauvage dans des coups moins précis. Décidemment. Sarouh le désarma avec une facilité sidérante. Puis une boule d’eau le percuta. Titubant, il ne pût esquiver le poing du gennin enragé. C’est là que le chuunin commença à perdre pied. Il passa du calme le plus complet à l’énervement d’une bête sauvage.

Izul et Mutika constatèrent avec horreur l’énergie que Sarouh puisa dans sa rage. L’ex gensouard se souvenait par flash, du temps où il était encore à Chikara. Hors de lui, il lança deux kunaïs renforcés au fuuton vers Mutika qui les esquiva de peu. Les armes d’acier s’enfoncèrent profondément dans le sol, sous le regard médusé de la cible.

Cheveux bleus continua son assaut. Profitant de la mauvaise position de son adversaire, il l’envoya au loin à l’aide de son jutsu de vent : Fuuton, le souffle venteux !
Il s’envola pour mieux s’écraser à terre. Mais avant qu’il ne puisse se relever, Sarouh avait déjà plongé dans le noir Izul, qui trop inexpérimenté ne pût se défaire du genjutsu, et restait impuissante.

Le chuunin se clona, et fonça vers Mutika, qui trop lent, ne pût éviter un coup de genou amplifier par une dose de chakra démoniaque. Le gennin percuta à grande vitesse un mur de la maison. Mais Sarouh ne s’arrêta pas là. Izul prît un coup par le clone qui disparût révoquer par l’’ex gensouard, qui semblait avoir perdu la raison. Il prît Mutika à la gorge puis envoya au sol le gennin, assommé.

Avec un rire nerveux, le pseudo fou se dirigea en marchant vers Izul, désemparée. Cette dernière ne pût fuir, et rejoignît Mutika au sol, inconsciente comme son conjoint.. Sarouh les avait salement amochés. C’est à ce moment qu’il émergea de son sommeil sans rêve. Il s’était mis dans un état pas possible. Tous ses membres hurlaient à l’agonie la surconsommation de chakra. C’est également à ce moment qu’un rire éclata derrière Sarouh. Ce dernier, malgré la fatigue qui l’envahissait se tourna pour faire face à Bakudan.


Sarouh : Bakudan ? Qu’est ce que vous foutez là ?

Bakudan : Je voulais apprendre deux trois truc, notamment qui tu espionnais. Me demande si on ne pourrait pas le recruter, le jeune homme que t’a assommé. A deux ils se débrouillent bien. D’ailleurs, ils ont réussi à te toucher, avant que tu rentre en transe. D’ailleurs, cet état à l’air de t’enlever tout réflexe de conservation. Comment tu fait ?

Sarouh Je sais pas. C’est la première fois que ça m’arrive. Putain j’ai mal ! J’go me coucher, sinon demain je vais galérer à mort.

Bakudan : En plus c’est une séance décisive quant à la création de sceau de conservation.

Sarouh : J’y go. Je sens que le réveil va être difficile pour eux deux. Me semble que quelqu’un analyse nos courriers, pas toi ?

Bakudan : Normal, tout ce sait à Ulôh. Les grands du gang ont accès à toutes les informations nous concernant. Et j’men tape un peu enfaîte. Allez vas te coucher, sinon tes muscles seront inutilisables pendant une petite semaine.

Le chuunin prît donc la direction de sa loge dans le quartier d’habitation du gang. Cette journée avait était mouvementée, et ce n’est pas peu dire. Après avoir fait un sans faute à l’interrogatoire de ses amis, il se coucha, complètement crevé.

Le lendemain fût une journée difficile pour l’ex gensouard. Ses membres étaient fatigués, et lui faisaient bien sentir. En plus Bakudan fût sans pitié. Il le fit travailler d’arrache pieds. Il finit par réussir à faire un sceau capable de contenir un petit éclair. Très utile pour les diversions à moindre coût.

Durant cette même journée, Haruka et Shiji connurent leurs affinités. Haruka était katon et Shiji raiton. Ils allaient passés au gyo. Nina elle avait bientôt fini l’apprentissage du gyo et allait bientôt commencer les bases du fuinjutsu.

Il apparût Sarouh que eux quatre allaient constituer une troupe de choc, dont ils seraient le leader, plus tard.

Sarouh
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 949
Date d'inscription : 11/03/2008
Localisation : a arasu, c'est la mode:)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Makaya le 4/3/2009, 00:49

MOUHAHAH MERDE ALORS, QUELLE SURPRISE!!

Si quelqu'un m'avait dit « hey en sortant de la réunion du prosti-syndic, tu rencontreras Iarwain Fujibayashi ton vieux pote! Et tu lui meuleras la gueule» ben je lui aurais surement ri au nez avant de lui coller une trempe pour le plaisir!('Fin quoi que, sur le meulage facial, il aurait eu de toute façon raison).

Nan mais sérieux! Je marchais tranquillement, tout content d'avoir été adopté par la pute en chef quand au détour d'une des rues bien agencée du centre d'Arasu je vis ce gringalet au loin, l'air endormi, le dos courbé comme écrasé par une lassitude terrible. Inutile de préciser que..rho et pis si je vais préciser: mes yeux s'écarquillèrent en même temps qu'un large sourire se dessinait sur mon visage. Mes mains se joignirent l'air de dire « Cette journée est une totale réussite. Bon j'ai du arracher des augustes cheveux de ma toute aussi auguste tête mais putain une telle rencontre, c'est mor-tel et ça vaut bien cette mutilation!! ». Et pour parfaire le tout, je fis des vocalises (« Aaah Aaaah!! moort mooooort ») afin de bien préparer ma gorge au viril meuglement qui en sortirait et qui m'introduirait à mon très estimé et regretté Iarwain.


Ce brave Iarwain qui avait trempé dans l'ignoooble complot mené contre ma douce et sensible personne lors de cette mission débile à Yukita où ma noble toison fut pour la première fois de toute mon existence coupée. Ces ignobles fils de porcs puants le sureau s'étaient arrangés pour me raser, moi leur chef autoproclamé et qui à l'époque ne connaissant que très vaguement l'existence du Kami no Jutsu (ne faisant pas partie de la branche Korove qui en usait principalement). Mais mon connard de père avait eu un éclair de génie avant notre départ et m'avait confié un formidable parchemin me permettant d'user du Kami, avec lequel j'avais puni les infidèles: GTB avait eu son précieux saké souillé d'urine, la faute ayant été rejetée sur Gogeta qui fut rossé. Allen fut balancé contre une montagne et Fuzzy abandonné au milieu d'un camp de brigands. Restait Iarwain qui depuis n'avait toujours pas dûment expié son crime.
Le fait de le voir la tenait du miracle et avant de foncer sur lui en chantant la litanie de la haine légitime, j'adressai une prière à Remi Molette, qui l'avait mis sur mon chemin.


L'impact fut brutal et spectaculaire comme prévu mais ma tentative pour dialoguer avec le félon fut vaine: il niait catégoriquement les faits et après avoir étudié tous les schémas possibles à cette situation, il ne restait malheureusement que la violence pour régler notre différent. Il était regrettable d'en arriver la, mais Iarwain me contraignant à cette situation, il devrait donc assumer l'issue du combat.
Celui-ci commença cependant de façon inhabituelle: alors que j'allais assener le coup qui je l'espérais déclencherait son repentir et qui donc mettrait un terme à ce combat absurde, un mec avec une suuuper sale gueule apparut sur la trajectoire de mon arme et ce fut lui qui encaissa pour Iarwain. Seulement je ne pensais pas que mon coup lui ouvrirait l'estomac que ses entrailles se répandraient par terre...Et..OH MEN! Il REFOULAIT PUTAIN!
Finalement après avoir reculé sous le coup de la surprise et pour étudier le phénomène, ce gars la semblait tout indiqué pour danser la nuit en chantant « thrilleeer » avec d'autres potes putréfiés.

Le petit Iarwain avait bien changé depuis la dernière fois où son répertoire se limitait à vouloir paralyser mes membres et à se soigner en speed quand il échappait à ma vigilance. Monsieur maitrisait les cadavres, et il ne démentit pas durant un court échange verbal ou je lui démontrai par a+b qu'il était nécrophile.


Le combat continua alors en pleine rue, sous le regard de quelques personnes dont pas mal de filles de joie qui me lançaient des encouragements et qui me montraient leurs seins, comme les meilleures de groupies, dans le but de me galvaniser d'avantage...Et ça marchait! Si bien que je défis sans mal les danseurs morts qu'Iarwain invoquait, et ce sans trop me fouler. Il me mit cependant en difficulté en me refaisant le coup de la paralysie momentanée par contact cutané. Seulement ma maitrise du Raiton dépassant maintenant la sienne, son attaque n'eut alors que peu d'impact. Mais si je n'avais pas esquivé ses zombies kamikazes ce n'était pas parce que j'étais incapable de me mouvoir mais qu'une connerie de mort me tenait les jambes et que j'avais peur que si jamais je bougeai, ses bras se décrochent et souillent mon beau pantalon.
Un bouclier capillaire assura mon salut et je pus finalement m'extraire de cette débauche d'organes puants répandus sur le sol afin de retourner inculquer la (ma) vérité à mon vieux camarade Mahousard, mais après avoir invoqué un monstrueux troll pourrissant, je dus tout de même reconnaître qu'il m'impressionna en faisant apparaître dans une rue tranquille un dragon putrescent! Qui aurait pu me mettre en difficulté si Iarwain avait été un bon ninja avec une réelle réserve de chakra à son actif et qu'il n'était pas un vulgaire junkie obligé de se droguer à la pilule: au moment ou le dragon allait me gober, celui-ci s'effondra, me laissant quartier libre pour massacrer le gros troll afin de revenir sereinement vers Iarwain pour lui faire entrer dans le crâne la bonne version des faits d'un coup de barre bien senti.


Je jubilais: Iarwain était maintenant totalement à ma merci mais je ne pouvais en disposer de suite car la rue s'était transformée en un champ de bataille improvisé ou gisaient les cadavres pas frais d'un gros dragon qui avait ravagé plusieurs façades de maison, d'un troll décapité et d'une quantité considérable d'entrailles qui jonchaient le sol. Bref la merde: si cette scène s'était déroulée à Mahou, Iarwain aurait eu de gros problèmes et le déshonneur aurait été jeté sur ses (connards de) parents (qui avaient refusés de m'ouvrir une fois pour que je vienne dûment réveiller leur fiston). Ici à Arasu, il aurait certainement moins de problème mais je ne tenais pas spécialement à me barrer en trainant Iarwain assommé par la peau des fesses.

« Putain Iarwain tu seras relou jusqu'au bout hein...dans quelle merde tu me mets la? Tu peux pas combattre proprement non? Je t'ai connu plus méticuleux que ça et moins enclin à laisser trainer tes jouets derrière toi. Regarde moi ce bazar, comme ça fait négligé...Bon allez réveille toi, démerde toi pour ramasser tout ça et on se casse...Allez! »
Mais j'avais frappé bien fort et l'effet de sa pilule avait surement du l'épuiser. Lui dessiner sur la gueule, lui pincer les tétons, lui coller des torgnoles, faire mine de le sodo-goshiser (je me réservais ça pour plus tard, je tenais à ce qu'il puisse marcher pour le moment)...rien de tout ça ne fonctionnait et je dus me résigner à m'asseoir à coté de lui en attendant qu'il daigne bien se réveiller tout en priant pour que peu de monde passe par cette rue.

Et alors que je triturais une de mes mèches pour faire passer le temps, une prostituée s'approcha de nous et se présenta comme « Klara Organe » et je ne pus m'empêcher de lui faire remarquer qu'elle avait été surement attirée par toutes ces viscères sur le sol.
« Ce n'est pas très drôle Mak' le Mac...Mais ce que je viens de voir la, c'était impressionnant! Je n'avais encore jamais vu de combat de shinobis! Tout va à une telle vitesse!! Je suis encore sur le cul!
-Tant que ce n'est pas dedans...
-Haha...Bon et sérieusement, c'est Iarwain? Le vrai Iarwain? Celui dont le nom résonne comme une insulte terrible dans tous les bars d'Arasu maintenant? L'autre jour j'étais à « l'autostoppeur libidineux » et une fille a insultée une autre d'Iarwain...La seconde a failli tuer la première tellement elle s'est sentie insultée!!
-Han c'est du bon ça! Faudrait maintenant répandre cette insulte dans tout Arasu: il sera obligé de changer d'identité s'il veut avoir une existence normale. Sans ça, il est foutu...Mais oui c'est bien LE Iarwain...LE Iarwain qui fait sa grosse merde avachie contre un mur et me mettant dans la merde...pff regarde-moi ça, c'est lamentable.
-Je t'ai vu essayer de le ranimer sans succès...je peux essayer?
-Si tu veux ouep, moi j'ai épuisé mon répertoire. Tente ta chance ma grande! »

Et elle se rapprocha du corps inanimé lentement, lui soufflant dans l'oreille, posant sa main contre sa poitrine dont le soulèvement commença à s'intensifier. Je regardais la scène en rigolant intérieurement, trouvant très drôle le fait qu'Iarwain était en train de se faire tripoter dans son coma par une pute. Soudain il se réveilla brusquement quand elle glissa sa main dans son pantalon, écarquillant les yeux comme s'il venait de se réveiller d'un monstrueux cauchemar improbable. Lorsqu'il réalisa qu'il se trouvait nez-a-nez avec une parfaite inconnue qui le tripotait durant son inconscience, il émit un hurlement qui fit reculer Klara de stupeur (peu habituée à ce que l'on réagisse de la sorte à ses délicates attentions). Et quand il réalisa qu'il n'émergeai pas d'un cauchemar et que j'étais bien présent à ses cotés en train de me tordre de rire par terre en voyant sa mine terrifiée, il poussa un second hurlement tout en se levant, le jambes flageolantes, murmurant des « ce n'est pas possible, ce n'est pas possible » inarticulés.

« Eeeet si mec, c'est tout à fait possible! Pis t'es mal placé pour te demander ce qui est du ressort du réel vu que tu ranimes des morts! D'ailleurs Klara je te charge de rajouter la connotation « necrophile-necrophage » à l'insulte! Maintenant va te faire l'apôtre du Makayavélisme!
-C'est donc bien toi qui entache mon nom!! Mais c'est quoi ton problème? Tu me suis, tu me bastonnes en pleine rue, tu laisses mon corps à la merci de la première prostituée venue, tu...
-Hola du calme: je ne t'ai pas suivi, c'est Rémi Molette qui a fait en sorte que nos chemins se croisent afin que la justice soit rétablie et que...
-Rha et tu crois encore à ces inepties? T'es encore pire qu'avant! Fous-moi la paix et ne recroise plus jamais ma route!
-Sinon quoi? Tu vas t'évanouir tout rouge?! Laisse tomber Iarwain, je vais te coller et ma seule présence deviendra un calvaire.
-C'est déjà le cas tu sais...
-Trêve de parlotte pour le moment: regarde moi ce foutoir que t'as crée!! T'as cinq minutes pour me resceller tous tes copains désincarnés et on décolle ensuite.
-Je les récupère mais on va nulle part ensuite toi et moi.
-C'est cela...bon allez grouille toi Nomototoy.
-JE NE M'APPELLE PAS COMME ÇA! C'EST AUSSI TON INVENTION?
-Ah la je plaide non coupable. Chais plus ou j'ai entendu ça mais je ne suis pas responsable...mais qu'est ce que tu veux Iarwain, t'as une tête à étiquette: on a envie de te coller sur le front des surnoms pourris, des réputations merdiques, une pancarte signalant ta faiblesse, des pains... »

Iarwain n'avait pas pris la peine d'écouter tout mon récital et il partit pour récolter les morceaux épars. Seulement il ne devait plus avoir des masses de chakra, rendant le travail long et fastidieux. Et je n'avais nullement l'intention de passer mon temps ici.
« BON LAMBIN, TU TE MAGNES OUI OU MERDE!?
-Je suis tout seul a faire le sale boulot. Tu m'aiderais, on irait bien plus vite tu sais...
-C'est toi qui a tout dégueulassé alors t'assumes! Et tu me prend pour qui? Tu crois vraiment que je vais tripoter ces trucs moisis la?
-Ben je ne sais pas moi, fais des Kage bunshins pour m'aider! Mais si tu restes la à me brailler dessus, j'en ai pour une bonne demi-heure. »
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Makaya le 4/3/2009, 00:50

Des Kage Bunshins? Il ne semblait donc pas savoir mon problème concernant leur conception (lors de l'examen genin, l'examinateur m'avait mis la meilleure note dans la réalisation de la technique car mes clones étaient des répliques parfaites aussi bien sur le plan physique que sur mon caractère indiscipliné chronique). Cependant, ma récente « réussite » m'incitait à penser qu'à force, peut-être arriverais-je à m'auto-dompter. Et pendant qu'Iarwain me tournait le dos, accroupi en train de faire de petits pâtés morts, je fis cinq répliques Makayavéliques pour l'assister.
Mais à peine créées, je me rendis compte à leurs regards mauvais fixés sur moi que j'avais oublié de les entraver avec du fromage divin et qu'ils étaient en train de s'étirer ou de faire des vocalises. Ça se présentait mal...très mal.
« MORT A MAKAYA!!
-HEY LES MECS, REGARDEZ C'EST IARWAIN LA!!!
-HEIN?
-QUOI?
-OU SE TERRE T-IL?
-TU NE NOUS MENS PAS FELON?
-OUAIS OUAIS REGARDEZ C'EST IARWAIN! SUUUS!! DEFONCEZ LE LES GARS!! »

Et mes cinq répliques foncèrent derechef sur le pauvre Iarwain affaibli, qui s'était retourné en entendant nos hurlements et qui regardait actuellement l'une des personnes qu'il craignait le plus foncer sur lui, en cinq exemplaires. Il se frappa le front d'un air résigné.
Mais bon hein, je préférais que Iarwain se fasse défoncer plutôt que moi, j'étais pas fou non plus...


Point de vue des clones fonçant sur Iarwain

(Clone1) Haha, la Sainte Vengeance est avec nous! Je sens la force couler dans mes veines!! En avant mes moi vers le dénouement final et tant espéré!
(Clone2) Avec les intérêts, il va pleurer sa maman! L'enculé de sa grand-mère mangeuse de fruits de mer avariés!!
(Clone3) Bon alors JE l'attaque en premier! C'moi le plus mégalo parmi nous donc c'est à MOI que revient l'honneur de le frapper
(Clone4) Peut-être, mais c'est moi le plus casse-couilles! Tiens prend ça!! *pouf!*
(Clone5) Putain mais Makaya t'es trop con, pourquoi tu viens de détruire Makaya? Plus on est de fous plus on rit! On le bastonne et après on va se saouler la gueule tous ensemble!
(Clone1) Makaya est un hérétique! Il complote contre lui-même! Nous ne pouvons lui faire confiance! Que le courroux fromager s'abatte sur lui!!
(Clone4) Hey hey stop, je vous rappelle que notre but commun c'est quand même de supplanter l'original!
(Clone2) C'est vrai, faut péter la gueule à ce bâtard unitesticulaire! Allez demi-tour!
(Clone5) On peut pas faire ça après avoir défoncé Iarwain. C'est quand même une occasion en or, faut la saisir!
(Clone1) Bon arrêtons nous la fidèles et réfléchissons un instant...


Mais qu'est ce qu'ils branlent? C'pas compliqué non? Je leur dit d'aller frapper Iarwain, y'a pas à tergiverser la-dessus pendant dix ans putain!
« WOW, VOUS VOUS MAGNEZ LE CUL CONS DE CLONES! FRAPPEZ-MOI CET ICONOCLASTE!
-DEUX SECONDES MAN, ON REFLECHIT A UN TRUC!
-ET TU NOUS PARLE PAS COMME ÇA TROUDUC!
-Hey les gars, vous avez vu comment cette pute me reluque?
-Bon les enfants, on est sensé discuter de ce qu'on fait maintenant...et désolé de ne pas avoir fait de rime. »

De l'autre coté des clones qui se trouvaient entre nous, Iarwain se tenait debout, immobile l'air de se dire « Bon à quelle heure ils me cognent dessus, j'ai pas que ça à foutre... »

(Clone1) Bon mes frères nous sommes arrivés à un compromis valable: d'abord on tape Maka avec Iarwain puis on cogne Iarwain et enfin on se cogne entre nous pour savoir qui sera l'unique. Ça roule pour tout le monde?
(Clone5) Ouais, mais entre-temps on va faire la fête!
(Clone4) Et briser des bassins de grand-mères!
(Clone2) Ouais...HEY TOI IARWAIN DE MON CUL, AMENE TOI OU JE TE DEFONCE!

Iarwain s'approcha donc des quatre clones et se mêla au cercle, un peu hésitant. S'il fuyait, ils le rattraperaient et le tabasseraient; s'il refusait, ils le traineraient et le tabasseraient...Il n'avait pas trop le choix en fait.

(Iarwain) Hum oui?
(Clone5) Bien écoute, à notre signal, on va tous foncer sur Makaya et lui parcmètrer les fesses comme il se doit! Et toi tu nous aides!
(Clone2) On l'aurait bien fait sans toi, mais ce gros crétin de Makaya a buté Makaya. Alors tu le remplaces.
(Iarwain) Euuh ouais enfin ça me paraît tordu votre histoire tout de même...
(Clone1) TU NE DISCUTES PAS HERETIQUE OU NOUS TE JUGEONS ICI ET MAINTENANT POUR EXPIER TON CHÂTIMENT!
(Clone4) CASSE-COUILLES COMBO! GOGOGO!!
(Makaya) Hein, mais? Ooooh les bataards, ils peuvent crever la gueule ouverte pour que je les invoque de nouveau!!! Cassooos!!


Putain, de nouveau je nageais en plein délire: je m'étais allié avec mon ennemi héréditaire pour me buter. Ça devenait vraiment n'importe quoi...Je n'aurais jamais du invoquer ces vrais connards. Encore heureux qu'ils se soient encore un peu entre-annihilés mais ça sentait tout de même pas bon du tout: se faire ainsi courser dans la rue à la vue de tous par moi-même? Il ne fallait surtout pas que l'on me repère! Je fis donc un Henge afin de camoufler mon apparence, sous mes propres quolibets...Paye ta honte.

Bon point positif: le combat contre Iarwain ne m'avait pas du tout fatigué et j'étais encore en pleine forme, disposant encore de suffisamment de chakra bien qu'en avoir infusé une bonne partie dans les trous du cul congénitaux qui me suivaient était une grosse connerie. Mais je n'avais pas envie de m'affronter en quatre exemplaires sous le regard triomphant du toubib: je ne voulais pas voir cette infime lueur de satisfaction qui serait perceptible dans ses yeux cernés et cette petite crispation au coin de sa bouche qui évoquerait un sourire, pendant que je serais en train de m'auto-corriger. Tout mais pas ça.


Et je cogitais, je cogitais sur le ridicule de la situation quand soudain un filet tomba du ciel alors que je sautais d'un toit à l'autre! J'eus un réflexe salvateur en effectuant un DiscoKill no Kami qui prit le filet à ma place, puis résorba ma masse capillaire tout en ajoutant à ma collection d'objets ce beau filet neuf. Mais je n'eus pas le temps de me demander qui m'attaquait de la sorte car alors que j'atteignais le plancher des vaches pour aviser de la situation, celui-ci changea de configuration et deux bras boueux en sortirent et m'agrippèrent les jambes pour finalement me les enfoncer dans le sol.
N'ayant nullement envie de rester coincé la, je concentrai une grande quantité de chakra Raiton dans mes jambes pour supplanter le chakra Doton qui m'entravait. Ce fut une réussite et la terre s'effrita pour me permettre de dégager mes jambes et ainsi éviter de justesse la rafale de kunais qui me fonçait dessus. Le tir provenait d'une fenêtre en hauteur mais le filet n'avait pu être lancé de la, donc ils étaient au moins deux a vouloir me capturer: ils auraient voulu me tuer ils auraient procédés différemment.
Et alors que je m'apprêtais à m'élancer vers la fenêtre, un énorme coup me frappa dans le dos et me fit mordre la poussière. Je me relevai avec précautions pour voir qui était le lâche qui m'avait attaqué de la sorte dans le dos...
« HAHA PWNED MAKAYA! COMMENT T'AS PRIS CHER AVEC MON REECOM KICK!
-Nan mais stop, je suis déjà en train de me faire attaquer la, c'est vraiment pas le moment les connards!
-Ouaais ouais ils disent tous ça! Bon allez en piste, c'est la bataille de ta vie!!
-Hey mais vous étiez pas quatre tout à l'heure?
-Disons que l'un de nous à placé une remarque désobligeante. Nous avons été obligés de l'éliminer.
-Du genre?
-Une parole futile style « ouais mais si on tue Makaya afin de prendre sa place, nous ne serons plus alimentés en chakra et nous disparaitrons. Dans tous les cas nous sommes incapables de rester durablement ici. Si on est plus alimentés en chakra, si on reçoit un coup important, si on fomente l'un contre l'autre on ne pourra jamais espérer avoir une vraie existence ». Nous avons mis fin à ses troubles existentiels.
-Magnifique. Mais bon les gars je me fais vraiment attaquer, c'est pas des conneries! Regardez ces traces par terre: je suis la cible de shinobis!
-Toujours à te fourrer dans des situations pas possibles hein...tu t'es mis qui à dos cette fois-ci? La moitié de la ville?
-Taggle Iarwain! Et baisse toi!!! »

Ce qu'il fit, sentant que j'étais sérieux cette fois-ci. Aussitôt une seconde rafale de Kunais siffla et alla se ficher dans mon clone qui encadrait Iarwain, au cas ou il tenterait de fuir. Il disparut dans le « pof » du fumée attendu mais mes moi et moi regardions d'ou venait l'attaque. D'un regard, nous sûmes que notre différent était temporairement enterré et qu'il nous fallait neutraliser les attaquants de la maison car on attaquait pas le Gourou du Raclétoïsme impunément. C'était une petite maison entre le centre et la couronne externe...Si elle disparaissait, ça ne serait bien grave...

« MAKAYA?
-OUI MAKAYA?
-OUI MAKAYA?
-EN FORMATION POUR UN SUPADISCOKILL NO KAMI!!
-Oh putain... » fit Iarwain lorsqu'il nous vit se placer l'un à coté de l'autre et voyant que nos cheveux se mêlaient pour former une monstrueuse boule d'une taille gigantesque dotée d'une ombre mouvante totalement flippante. Et il poussa un autre juron quand nos trois têtes s'abaissèrent et que forcément le boulet capillaire écrasa la maison qui dissimulait les agresseurs...mais peut-être aussi d'autres personnes. « Mais il faut croire que cela t'importe peu, Makaya Korove » souffla le médecin.

Une épaisse fumée émergeait des décombres, peut-être avais-je touché quelque chose de dangeureux. Des ruines, les silhouettes de deux femmes et de trois hommes d'un certain age purent se distinguer et ils s'extirpèrent des ruines, voutés, toussant et totalement sous le choc (TU M'ETONNES MOUHAHA!!). Mais de la fumée sortit aussi une grande rafale d'armes de jet diverses qui fonçait sur moi...ET QUE MON CONNARD DE MOI PRIT A MA PLACE!
En effet, rapidement j'avais choppé sa manche et l'avait tiré de force devant moi. Puis je sortis prestement ma barre de fer de mes cheveux et la tendit vers la dernière réplique en lui faisant bien comprendre que s'il ne comptait pas aller fouiller les décombres pour moi, plus jamais il n'aurait une chance d'espérer prendre ma place. Plus jamais. Visiblement il pensait vraiment pouvoir me détrôner un jour car il s'avança prudemment dans la masse pour finalement être révoqué rapidement. J'appris lors de sa disparition qu'il venait de s'être fait taillader par une épée ou un truc dans le genre...
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Makaya le 4/3/2009, 00:50

« Iarwain amène toi, on monte sur un toit de cette grande maison la: y'a au moins un gus qui est Doton donc on ne va pas rester ici à attendre de se faire engluer. Avec cette fumée on voit rien, mais y'a pas de raison pour qu'ils nous voient en retour. T'es au moins capable de cette prodigieuse prouesse physique?
-Ouais ça va, lâche moi tu veux? » dit-il alors que nous escaladions la façade de la maison bâtie face à celle que je venais de détruire. D'ici, nous verrions immanquablement si ils tacheraient de s'enfuir autrement que par le sol.
« Bon et à part invoquer des morts, tu deviens quoi de beau?
-Tu plaisantes? On est en train de se faire attaquer, juste avant ça tu m'as assommé avec une barre de fer, tu as fait de mon prénom l'une des pires insultes du coin et je ne parle même pas de tes sales coups précédents...Et maintenant tu veux taper la discute l'air de rien ici? Pourquoi pas boire un verre tant que tu y es?
-Excellente idée, maintenant que tu le dis! » et je sortis de mes cheveux deux choppes et un tonnelet de saké. Je le servis...mais il refusa et je dus donc me sacrifier pour boire les deux.
-Bon alors, tu ne veux toujours pas me dire ce que tu branles dans le coin? T'as déserté pour quelle raison? On t'as choppé en train de déterrer des grand-mères au cimetière? On t'as vu entrer au « casseur de croûte » et pour éviter la honte, tu t'es barré?
-Le... « casseur de croûte? » c'est quoi ce machin? Et non dans tous les cas je n'ai rien fait de tel!
-Mais c'est LA boite nécrophiles à Mahou voyons! Ptain tu connais pas ça? Mais t'as été élevé chez les loups ou quoi? Et bon allez merde raconte pourquoi tu zones dans le coin!
-Une personne a des visées qui m'ont séduites alors j'ai décidé de la rallier et vu qu'elle venait ici, ben la suivant, j'ai aussi atterri ici. En gros.
-Ouais donc en plus d'être un faible, t'es un larbin quoi...en même temps ça va de pair hein...C'est qui cette fameuse personne? Y'a moyen que je la rencontre? Je meure d'envie de savoir qui t'exploite mec! J'aurais des tuyaux à lui filer pour qu'elle te rende la vie impossible!
-Je cesse de te parler.
-Mais moi je ne cesserais pas de te faire chier tu sais » dis-je en l'agrippant à la fois par le col et par une jambe. Plus grand, plus fort et plus fourni en chakra que lui, je n'avais eu aucun mal à le soulever et à faire mine de le balancer dans le vide. Et en forçant un peu, il même pourrait atterrir dans la maison en ruines et finir découpé!
« Hey nan oh lâche moi Makaya!! Arrête bordel! Déconne pas!!
-Alors dis moi ou je peux trouver cette personne ou tu finis haché en contrebas.
-T'oserais pas hein? Dis non s'il te plait...
-Je suis un crevard Iarwain tu le sais, depuis toujours et j'ai bien l'intention de continuer...Je n'aurais donc aucun remord à te balancer dans le vide. En revanche j'en éprouverais en sachant que ce n'est pas moi qui t'ait fait la peau mais des boulets qui se planquent dans de la fumée. Maaaais je survivrais rassure-toi...
-C'est bon pose moi, je vais te le dire!!!! Pose-moi!! Je t'emmènerais tout à l'heure!!
-Okay! Mais avant ça, faut buter ces mecs...
-Mais c'est qui? Qu'est ce que t'as encore fait?
-Beuh j'en sais rien moi...Mon patron m'a dit de me méfier car j'ai fait des trucs propices à irriter certaines personnes qui pourraient très bien envoyer des types m'interpeller de façon quelque peu brutale. Gageons que ce soient eux: si je les choppe, je finirai par savoir qui les emploie, si je les tue sans faire gaffe...Ben tant pis, y'en aura surement d'autres qui suivront!
-Pitié, ne m'entraine pas dans ta merde...
-Ben crois-moi je l'aurais bien fait, mais tu vas rester bien au chaud sur ce toit. Vu que t'es en dèche de chakra, t'es encore plus un poids que d'habitude...t'es un poids mort! MUHAHAHA! Bref, tu bouges pas ton cul d'ici et t'attend que je termine. Tu devrais me remercier ingrat, je te préserve!
-Et tu crois vraiment que je vais rester ici à te regarder buter des inconnus? Vu ce à quoi je viens d'assister, tu ne feras pas de Kage bunshin pour garder un oeil sur moi j'imagine...
-Alors pas un mot sur ça, il ne s'est RIEN passé okay? Tu parles, je t'émascule. Et sinon j'ai d'autres moyens pour te garder à l'œil...ou plutôt au nez. Admire ».

Je sortis de mes cheveux mon immense tupperware qui contenait du fromage AOC liquide et l'ouvrit sous les yeux révulsés d'Iarwain qui -il méritait de bruler pour cet ignoble affront- ne supportait pas le fromage. Puis je descellai Shiroigoroshi, sous son regard médusé (« ben quoi, t'as jamais vu une spatule à fromage divine ou quoi? ») et m'en servit pour changer la structure d'un fragment du liquide en un fromage terriblement odorant, que je mis généreusement dans les cheveux d'Iarwain qui se débattait, en chantant des psaumes.

« Rhaa mais cesse de gigoter, je te bénis!! Y'en a qui seraient prêts à tuer pour avoir ce privilège!
-Putain mais Makaya c'est quoi cette odeur? C'est infernal! J'ai limite envie de me scalper pour que ce truc ne me grille plus les sinus! Et crois-moi, je pense que pour certains, te tuer serait un privilège.
-Avec ça mon coco, t'es pas prêt de me faire faux bond! Allez je range mon fromage divin: ces misérables ne méritent pas que je l'use contre eux! Bon mon petit Iarwain, Tonton Maka va cogner du vilain et il revient tout de suite! Tu ne bouges pas hein!
-Je te hais, tu le sais ça? Tu sais que je te hais? »


Je bondis du toit avec un sourire pour m'enfoncer dans la fumée. Visiblement mes agresseurs ne voulaient nullement en sortir, alors fallait bien que je les en déloge...En entrant je vis qu'elle était provoquée en réalité par de nombreuses grenades fumigènes.
Afin d'éviter de tomber dans la première embuscade grossière, je fis trois répliques holographiques (j'étais pas assez con pour refaire des clones consistants ho!) et m'adossai contre un pan de mur. Répliques qui furent rapidement détruites...Cette situation était d'une galère: ces mecs campaient leurs positions pour une raison qui m'échappait mais cela me foutait dans une belle merde parce que j'avais horreur de ce genre de situation pas franches.
Afin d'y mettre un terme, je fis un filet capillaire tel que l'avais déjà utilisé contre Ryo mais cette fois ci en me servant du Kebukai, pour me roder. J'apposai ma main à plat sur le sol et fis pousser les poils de mes avant-bras de façon a ce qu'ils couvrent la surface enfumée. Ceux-ci étaient très fin et épars, donc indétectables. Puis il me suffisait d'y infuser le Ten afin d'être conscient de tout ce que mes poils touchaient...et je pus ainsi les identifier: quatre personnes dont la plus proche se tenait à seulement trois mètres de moi.

La limite de cette technique était que j'avais seulement conscience du contact mais que je ne pouvais pas « voir » ce qui était dans mon rayon d'action contrairement au Byogen/Byakugan ou au En. Mais c'était tout de même amplement suffisant car je fis s'agglutiner mes poils de bras afin de former une dread et que celle-ci enserre la jambe de mon agresseur le plus proche. Une fois ferré, je pus le tirer brusquement à moi tout en me rapprochant pour lui foncer dessus avec un lightning Reecom kick en plein foie. Dûment sonné et entravé, je n'eus aucun mal à le neutraliser avec une bonne décharge et passa au mec suivant que j'avais localisé comme étant à quelques mètres de la sur la gauche.
Mais il me trouva avant, sans doute alerté par le bruit et un immense pieu sortit de terre juste sous mes pieds. Je réussis cependant à ne pas finir épinglé car en reculant à la dernière seconde, le pieu me frôla et je pus l'agripper tandis qu'il s'élevait et m'en servit pour attaquer le ninja ennemi tête la première pour un redoutable TCBRPPFDC. De rapides enchainements au corps-à-corps suivirent ou je le surpassais sans mal grâce à mes séances avec Daten et surtout parce que j'usais de mes jambes, de mes bras et de trois punchs capillaires qui réussirent à l'acculer contre un mur, à défaire sa garde pour finalement me permettre de lui coller ma main sur le front afin de lui griller la cervelle. Il s'effondra mais moi aussi car de nombreuses armes de jet me criblèrent le dos et c'était très douloureux. Mon réflexe fut de me servir du corps de celui que j'avais foudroyé comme d'un bouclier et ce fut salvateur car il encaissa pour une moi une seconde rafale. Allongé sur le flanc, planqué derrière un cadavre, je pus ôter les armes avec mes cheveux mais la douleur persistait...

« Hey mec, deux secondes je demande une trêve!! Je me rends!
-Très bien fils de pute, lâche ce corps et les mains sur la tête enflure!
-Oui m'sieur!
-Bien, mon clan sera content d'avoir mis la main sur ta sale gueule. Tu nous auras bien emmerdés en niquant les Feng-Shi. Tu sors d'où pour ainsi foutre le bordel dans ce château de cartes qu'est Arasu? Qui t'emploie?
-D'une région de Suiteki nommée Tonkhu, et c'est le vénérable Tenkhul qui m'a dit de venir ici.
-TE FOUS PAS DE MA GUEULE!
-Ah ça ressemble au nom d'un autre dignitaire: le sacro-saint Thaggl.
-On va voir si tu vas continuer à faire le malin dans une cave insonorisée ou on te brisera lentement...Bon allez lève-toi: pas d'entourloupes ou je t'agrafe. Tu gardes tes mains sur la tête et tu sors de la sans te presser. Je suis juste derrière toi donc pas de faux bonds!! AKIRA AMENE TOI JE L'AI CHOPPE!!» et à ces mots le quatrième lascar se présenta. C'était le sabreur.


Bon point positif, je n'étais pas mort mais j'avais le dos qui me lançait. Heureusement que Iarwain était toubib et...qu'il ne servait à rien parce que sa pillule avait grillé son chakra. Mais quel naze celui-la j'vous jure. Mais le doux fumet qui provenait du toit d'en face m'informait qu'il était encore la et donc qu'il voyait certainement tout. Mais je doutais qu'il se décide à lancer à mon secours...Nous continuons à marcher dans la rue, laissant la maison en ruines derrière nous mais toujours aucune intervention Iarwainaise...Très bien...
« IARWAIN!! IARWAIN DESCEND DU TOIT ET VIENT M'AIDER!!
-Hein? Qui est ce Iarwain?
-UN REDOUTABLE NINJA QUI VA VOUS BOTTER LE CUL TAS D'HERETIQUES!
-Akira, va voir s'il raconte de la merde ».

Et le sabreur s'éclipsa pour aller fouiller les toits. On entendit alors un coup étouffé ponctué d'un «  je le hais! » et le dénomme Akira revint avec le corps inanimé d'Iarwain sur l'épaule.
« -Redoutable hein? Le seul truc effrayant chez lui, c'est son odeur.
-Parfait Akira, bon on l'emmène chez les Doken. On verra ce qu'ils comptent en faire...
-Les Doken? C'est qui?
-Le Kozoku qui supervisait les Feng-Shi. Et ils ne sont pas très contents...Mais ils seront ravis de savoir qu'on a enfin choppés le Black Gourou et son faiblard d'acolyte Iarwain. Allez avancez!! »

Et après un quart d'heure de marche dans les ruelles d'Arasu, nous finîmes dans une cave attendant le verdict.

« Bon et tu veux toujours pas me dire ou tu crèches exactement mon petit Iarwain?
-Tais-toi. Je t'en supplie tais-toi Makaya Korove...
-Oh je t'ai pas raconté mon Biatch Beach Project! Alors je vais convoquer tout un tas de putes pour....
-LAISSEZ MOI SORTIR JE VOUS EN PRIIIIIIIE!! »
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Invité le 8/3/2009, 13:53

Approcher doucement. Tout doucement. Ne pas faire bruit.
Insuffisant si le type en face est un shinobi.
Manque de bol, c'en est un, et il réagit. Miiyu a juste le temps de se baisser, une jambe brassa l'air au-dessus d'elle. La jeune fille roula sur le côté avant que la jambe ne redescende frapper le sol. Son adversaire était plus rapide qu'elle ne l'avait prévu. Qu'à cela ne tienne.

"Yamaneko Ryouritsu no Jutsu."

L’homme en face d’elle eut un mouvement de recul instinctif, ce qui permit à Miiyu de le détailler. D’environ vingt-cinq ans, plutôt grand et fin, le corps musclé et souple. Un sabre dans la main, qu’il avait dégainé en reculant, mais aussi, deux poignards cachés sous ses vêtements. L’un sur la cheville, l’autre sous son obi. A surveiller.

Le bref moment de recul passé, son adversaire se jeta à nouveau sur elle, sabre en avant. Miiyu para avec ses poignets, et se félicita intérieurement des deux protections qui s’y trouvaient et qui avait empêché la lame de les lui trancher. Cependant, l’homme était plus puissant qu’elle, et elle recula malgré elle sous l’impact. L’homme en profita pour sortir l’un de ses deux poignards pour attaquer avec sa seconde main, voulant profiter que les deux bras de Miiyu contenaient la lame de son sabre. Mais il n’y avait aucun effet de surprise dans son geste, et Miiyu eut le temps de s’écarter tout en saisissant à pleine main la lame de sa main droite, et frappa son adversaire de son autre main. Celui-ci fut surpris par les flammes qui jaillirent au moment de l’impact.

Miiyu relâcha ensuite son adversaire pour passer derrière lui, mais il suivit son mouvement et elle ne put le prendre à revers. Pas encore assez rapide.

"Kyoukenbyou."

Cette fois-ci, l’homme ne put suivre son mouvement : elle est bien plus rapide que lui, et sa technique compensait un peu l’écart de puissance entre eux. Elle pouvait à nouveau le mener. Un sourire naquit sur ses lèvres pendant qu’elle jouait avec son adversaire et ses deux poignards, le titillant de toutes parts, attendant le moment propice pour mettre fin au combat. Ce qui finit par arriver, lorsque sa gueule fut à portée de sa nuque. Sans réfléchir, se laissant aller à son instinct, Miiyu planta ses crocs dans sa proie. L’homme se débattant toujours, elle s’aida de ses bras pour lui briser la nuque. Il s’écroula sur le sol lorsque Miiyu rouvrit sa gueule et mit fin à sa technique de rage :

"Travail accompli, tu peux venir."

Une silhouette sortit de l’ombre et regarda Miiyu avec un regard d’écoeurement. La jeune fille reprit son apparence totalement humaine, cracha avec dégoût le sang qui lui emplissait la bouche avant d’essuyer le visage. Pendant que la seconde personne se penchait sur le cadavre, Miiyu entreprit de panser le plus gros de ses plaies, en l’occurrence celle de la paume de sa main droite.

"Bordel, Miiyu, t'aurais pas pu faire gaffe ??? L'est presque déjà complètement refroidi maintenant... c'est pas pratique pour moi.
-Actives-toi au lieu de ruminer.
-Ouais ben tu m'facilites pas la tâche, fillette."

Miiyu ne releva pas le terme dédaigneux : sa compagne n'attendait que ça pour pouvoir continuer à râler et à invectiver dans tous les sens. La jeune chuunin se contenta donc de garder le silence pendant que son acolyte arasuite se penchait sur le cadavre, ancienne cible de leur mission nocturne, dans le but de lui extirper plusieurs organes, à l'aide de toute une trousse à outils. C'était une shinobi d'une cinquantaine d'années, si l'on en croyait les dires, bien qu'en apparence -comme beaucoup de femmes ninjas trop coquettes- elle en paraissait trente. Spécialisée dans les organes à Arasu depuis de nombreuses années, elle avait recrutée Miiyu dès son arrivée pour remplacer son ex-homme main qui avait mystérieusement disparu lorsque la vieille avait appris qu'il possédait un dôjutsu. Pas dupe, Miiyu s'était bien gardé de révélé la vraie nature de son oeil gauche, et avait empoché le job : maintenant arrivée à Arasu, il lui fallait subvenir à ses besoins, tout le liquide qu'elle avait pu emporter ayant disparut dans les poches du guide Arasuite gourmand en ryos qui l'avait amené de Nebeoka jusqu'à Arasu même. Miiyu pensait donc à juste titre que tous les Arasuites étaient des pourris ou des arnaqueurs, voir les deux en même temps. Elle avait du beaucoup marchander pour obtenir un salaire digne de ce nom et le droit de garder tout ce qu'elle pouvait trouver sur les lieux de leurs "missions". L'objet des missions... prélever des organes, pour les revendre après. Ce qui signifiait bien entendu, que le donneur d'organes devait à un moment ou à un autre mourir : soit parce que les organes manquants ne lui permettaient pas d'en faire autrement, soit pour éviter les rancunes, tout simplement. Au début, Miiyu s'était refusé à un pareil travail. Tuer. Non, jamais. Dans un premier temps, elle n'avait pas voulu s'abaisser à ça. Mais elle avait cédé. Et cela s'avérait bien plus facile qu'elle ne l'avait pensé. Son "Kyoukenbyou" lui facilitait grandement la tâche, faisant déferler en elle toute la haine et la colère refoulées dont son adversaire faisait les frais. Il suffisait de penser à cet enfoiré de Kana, et ça allait tout seul. Et puis, ainsi elle ne perdait pas la main et gagnait de l'argent.

"Je vais faire un tour, voir si il n'y a rien de suspect... lâcha l'ex Mahousarde.
-C'est ça, c'est ça...
-T'en as encore pour longtemps ?
-La faute à qui ?!
-Je dois prendre ça pour un "oui", je suppose..."

Sans écouter le flot de vociférations qui s'écoulaient de la bouche de l'Arasuite, Miiyu quitta la pièce. Elle malaxa son chakra avant de se transformer une énième fois en semi-lynx, histoire de développer au maximum ses sens et percevoir ainsi le moindre bruit suspect. Rien à signaler dans la bâtisse. Pour plus de sûreté, Miiyu invoqua Akuma et l'envoya en tour de garde, avant de se mettre à chiner, dans l'espoir de trouver un ou deux trucs utiles, tels un coffret à bijoux, ou autres : le propriétaire des lieux n'en aurait plus besoin. Malheureusement, ses recherches furent peu fructueuses, et elle revint auprès de son employeur en n'ayant empoché rien d'autre qu'une vieille bourse contenant une petite somme de ryo. Rien de bien grandiose. . L'Arasuite avait fini son travail, et rangeait des bocaux de tailles diverses dans l'espèce de hotte en bois qu'elle transportait. Elle avait répandu une couverture sur le corps inanimé, au grande soulagement de Miiyu qui n'appréciait généralement guère le spectacle, même si elle en était l'auteur. Cependant, la couverture ne couvrait pas l'odeur. Miiyu plissa le nez.

"On rentre ?
-Ouais. J'ai rendez-vous pour refourguer ça à l'aube.
-Déjà ?
-Je prends les commandes avant de faire mon marché, si j'puis dire.
-Ow... ok.
-Reprends ta forme humaine, je n'm'habitue pas à cette tête-là."

Miiyu obéit docilement. A la moindre ruade, la vieille en profiterait pour lui rabaisser un peu plus son salaire.

"Bon... et puis on travaille en équipe, non ?
-Huu... oui ?
-Alors ce que tu trouves, tu peux le garder, mais après avoir partagé avec ta coéquipière, en l'occurrence, moi.
-Certes. A condition de trouver quelque chose.
-Prends-moi pour une bille. C'est pas des ryos que t'as trouvé par hasard dans la pièce d'à côté ?
-...
-J'les renifle à un kilomètre à la ronde, cherche pas et donne."

Cette fois-ci, Miiyu pesta avant d'obéir. Parfois, elle mourrait d'envie de faire rentrer son employeur dans le trafic, mais de l'autre côté du bocal. Les deux shinobis repartirent de la maison par la même voie qu'à l'allée, à savoir par les toits. A peine plus lentement, mais avec des précautions infinies concernant l'Arasuite et son précieux chargement. Au bout de quelques minutes de marche, Miiyu fut libérée par son acolyte qui lui promis de la tenir au courant des transactions effectuées. Bien que n'ayant absolument aucune confiance en l'Arasuite, Miiyu ne râla pas et bien au contraire se dépêcha de rentrer. Elle avait autre chose à faire. Et puis, elles se reverraient bien assez tôt, une autre nuit, pour une autre cible et alors elles pourront reparler argent. A peine arrivée à sa très modeste chambre, la chuunin s'affala au bureau pour reprendre la paperasse laissée là en début de soirée. Akuma se posta en face d'elle, l'air curieux.

"Qu'est-ce que tout ça ?
-Je suis retombée sur des feuilles qui étaient dans ma sacoche. Je ne sais pas si tu te souviens, c'était ma correspondance avec Seolcheon, quand j'étais à Chikara, pour le tournoi...
-Oui... ce qui a déclencher notre voyage à Gensou. Tu es nostalgique ?
-Pour quoi faire ? Non, il s'agit des données à propos des origines de mon clan. Je n'avais pas fourré mon nez dedans depuis un certain temps...
-A quoi bon ? Premièrement le clan a été réunit, l'assassin arrêté et ces recherches ne riment à rien. Deuxièmement, que tu l'acceptes ou non : ce n'est plus ton clan.
-Oh si. Premièrement, parce que je vais récupérer ma place au sein de Mahou. Deuxièmement, parce que je suis retombée sur plusieurs mentions concernant une technique clanique dite "ultime" -ça, ça reste à voir-, qui se trouverait dans deux parchemins. Ce qui m'intéresse pas mal, à dire vrai.
-... Et où se trouverait ces deux parchemins ?
-J'en sais rien, mais je sais où commencer à chercher.
-Ah oui ?
-Oui, c'est écrit noir sur blanc : mon clan tire ses origines du village de Koori. Et c'est quand il est parti de Koori pour rejoindre Mahou qu'on a perdu la trace du premier parchemin.
-Ca ne veut pas dire qu'il y est.
-Ca veut qu'il y a été. C'est au moins un début de piste.
-Ou pas.
-J'ai pas besoin de ton avis.
-Et le second parchemin alors ?
-Il a quitté Koori, puisqu'il a été emmené à Mahou. Mais après, le clan s'est scindé en trois, et il a pu très bien être emmené à Chikara, ou Gensou. Et je n'me sens pas de chercher aux quatre coins du pays...
-Concentre-toi sur Mahou, si tu veux mon avis.
-D'une part, je ne vois pas pourquoi. D'autre part : je rentre comment à Mahou ? J'suis recherchée, aux dernières nouvelles.
-Tu as des amis là-bas. Sinon, paies quelqu'un pour t'aider.
-Et pourquoi Mahou ?
-Parce que la branche principale se trouvait à Mahou et qu'aujourd'hui tout le clan s'y trouve. Si une des autres branches avaient du posséder ce parcho, elle ne l'aurait pas laissé en arrière en partant pour Mahou.
-A condition d'être au courant de l'existence de ce truc.
-Certes... mais : "c'est au moins un début de piste."
-"Ou pas". Je verrais. Je vais commencer par Koori, de toutes façons... en attendant de trouver un moyen de fouiller Mahou sans y mettre les pieds."

La jeune fille replia les divers feuillets devant elle pour les remettre dans sa sacoche, avant de s'allonger songeusement sur sa paillasse.

"Arasu était sympathique, mais on va partir d'ici vite-fait, Akuma. Le plus tôt possible."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Iarwain le 22/3/2009, 23:04

Ca y était. La pire situation imaginable humainement parlant, situation normalement classée impossible d’un point de vue statistique, l’événement qui pouvait ni ne devait se produire, était arrivé. J’étais enfermé avec Makaya Korove, psychopathe fou du village ninja Mahou, dans une cellule de quatre mètres carrés. Dans le noir. Et j’avais une espèce de frometon dégueu dans les cheveux…
Des choses comme ça, ça doit pas arriver, normalement…Makaya Korove, l’homme qui détruit les statistiques. Mais pourquoi avec moi ? Quelle poisse de le rencontrer comme ça dans Arasu, alors que je pensais être débarrassé de lui…En fait, j’y pensais même plus.

Au final, j’avais réussi à fuir mon village avant de me faire exécuter en place publique pour pratiques interdites. Bon, j’avais profité d’une perche tendue par un groupe de doux dingues qui voulaient restaurer la paix dans le monde, avec la justice et tout et tout.
Comme si c’était possible…Et puis, c’était pas comme si les gens voulait tout ça, la paix, la justice, le bien…
Autant de concepts tout à fait abstraits dont personne ne voudrait. Si la justice était absolue, on gagnerait quoi à être au-dessus des autres ? S’il y avait la paix, à quoi serviraient les ninjas ? Ils serviraient à rien, et y’en aurait surement qui feraient un peu la gueule, à l’idée de se voir jeter au rebut comme ça. C’est vrai quoi, la grande majorité des ninjas ne savent que se battre. Si y’avait la paix totale, ils finiraient tous mendiants, ou voleurs. Et avec la justice absolue, y’aurait plus de voleurs. Ou alors que des très costauds qui détruiraient alors le système pour revenir au précédent ; celui d’une apologie de la puissance…
Le pire, ça devait être le bien. Finalement, moi je suis gentil, et je me retrouve enfermé avec Makaya…Preuve éminente que y’a pas de justice en ce bas-monde…

Maintenant que j’y pense, j’en ai rien à faire de l’organisation de Siddharata. C’était juste un moyen comme un autre de se barrer quelque part où je ne serais plus limité par des règles qui m’auraient condamnées…
Bref, ma situation peut pas être pire, c’est déjà ça…Rectification. Elle peut être pire : que Makaya me parle…

« Bon et tu veux toujours pas me dire où tu crèches exactement mon petit Iarwain? »
« Tais-toi. Je t'en supplie tais-toi Makaya Korove... »
« Oh je t'ai pas raconté mon Biatch Beach Project! Alors je vais convoquer tout un tas de putes pour.... »
« LAISSEZ MOI SORTIR JE VOUS EN PRIIIIIIIE!! »
« Oublie ça, tu es coincé avec moi dans un cageot minable. » Avec un grand sourire…Comme si y’avait de quoi se réjouir…
« Au fait, c’est quoi cette merde dans mes cheveux ? »
« Du Saint Fromage offert par Rémi Molette à mon auguste personne, le Grand Black Gourou du Raclétoisme ! » Il est complètement fou…
« Ca te dirait pas d’être utile, à defaut d’être aimable ? »
« Que désirerais-tu ? »
« Sors-nous de là. Et sors ce truc jaune de mes cheveux ! »
« Cela ne me convient pas, vois-tu. Je me suis laissé sciemment capture par les autres kekos. »
« Hein ? Le pauvre, il est totalement déconnecté de la réalité… »
« Et je ne t’enèverais pas ce truc des cheveux. »
« Mais pourquoi ? »
« C’est le seul truc qui me garantisse que tu seras sage. » Avec un grand sourire tellement lumineux que même dans le noir…

« Bon, j’vais dormir. » lançai-je.
« Non, tu vas rester éveillé avec moi. Je vais maintenant te parler. Et si tu t’endors, je te saute dessus en criant. »
« Bon, vas-y, parle. »
« ……………………………………………………………………… »

A ce moment-là, Makaya me sauta dessus…
« Hé ! Mais j’dormais pas ! »
« C’était pour etre sur. »
J’y survivrai pas, aucune chance, j’y survivrai pas…
« Ho ! La-dedans, y’en a un qui monte ! » balança une voix de l’exterieur.
« Reste ici, mon brave Iarwain, je me charge de tout ! »
« C’est bien ce qui m’inquiète… »

Les minutes passèrent, dans le noir. Je profitai de l’occasion pour me reposer un peu, avant le retour du foldingue. Enfin, un brusque rectangle de lumière jaune apparut, m’éblouissant. Je fus dans l’incapacité de voir pendant quelques instants. Finalement, mes yeux se réhabituèrent à la lumière et je vis la forme de Makaya, avec un autre type :
« C’est bon, Iarwain, j’ai tout arrangé. »
« J’peux sortir ? » repondis-je avec espoir.
« Non. » lança celui qui devait monter la garde, tandis qu’un sourire cassant apparaissait sur l’odieuse face de Makaya Korove.
« Ah, m’en doutais. »
« Je disais donc que j’avais tout arrangé. J’ai pu convaincre le chef des Doken que j’avais plus de valeur en liberté, grace à mon Biatch Beach Project, dont tu n’as pu malheureusement saisir tout le génie. Je pars, mais comme les Doken se doutaient que tu avais beaucoup de valeur à mes yeux… »
« Peuh ! » lâchai-je.
« Oh oui, tu as beaucoup de valeur à mes yeux… » Sourire machiavelique. Au secours…
« Je disais donc que comme ils connaissent ce que tu représentes pour moi, ils vont te garder en otage, pendant que je mets en place mon BB Project. »
« Pourquoi moi ? »
« Mais, tout simplement, parce que tu es Iarwain ! »
« Sors-moi ce truc des cheveux, chui allergique aux produits laitiers, et je hais le fromage sous toutes ses formes ! Je sens déjà l’urticaire qui m’envahit le visage, ma langue qui va gonfler jusqu'à m’étouffer et… »
« Utilise tes talents de médecin pour te maintenir en vie, alors ! »
« J’ai plus de chakra. »
« Hum, tu voulais le faire crever entre nos pattes, Gourou ? » demanda d’un air menaçant le type à côté.
« Non, j’avais oublié ce petit détail… »

Sur ce, l’autre imbécile me retira cette merde des cheveux. Bon, c’était déjà ça de pris…Hum, en fait, c’était peut-être une raison suffisante à tous mes ennuis, effectivement…La porte se referma, et je me retrouvai à nouveau dans l’obscurité la plus complète. Tout était dit. Je suis Iarwain. Mon nom est attaché à une faiblesse carrément honteuse, et je passe mon temps à être la victime des autres…
Il serait peut-etre temps de changer cet état de fait. Par exemple, en devenant plus fort. Et quel autre moyen que la nécromancie pour cela ? Il faudra que je trouve le moyen de développer des jutsus plus puissants, et surtout plus efficaces.
C’est en reflechissant au fond du trou, à fond sur le probleme, que le sommeil qui me guettai déjà, me prit…

PS>>Makaya I love you pour m’avoir enfermé dans une pièce de 4 metres carres et, connaissant mon perso, le condamant a rester a l’interieur. C’etait cool, ce petit rp ou je ne fais strictement rien…Et dans lequel je ne peux d’ailleurs strictement rien faire, qui plus est.
avatar
Iarwain
Lord of Santa
Lord of Santa

Messages : 2106
Date d'inscription : 09/03/2008
Localisation : Laponie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Makaya le 25/3/2009, 04:37

Keitaro, je t'emmerde!! Hahahaha!

Ca y était. La meilleure situation imaginable humainement parlant, situation normalement classée impossible d’un point de vue statistique. L’événement qui pouvait et devait se produire, était arrivé: j’étais enfermé avec Iarwain Fujibayashi, médecin faiblard et effacé du village ninja Mahou, dans une cellule de quatre mètres carrés. Dans le noir. Et ladite cellule embaumait du doux parfum émanant de mon fromage, dont j'avais généreusement oint Iarwain.

J'étais donc dans cette cellule à la merci d'un gang nommé Doken. Mes informations diverses glanées ça et la au fil de mes conversations et de mes rencontres m'avaient permis de faire une petite fiche sur eux qui disait en gros « gang spécialisé dans la finance. Effectue souvent du mécénat et du sponsor. Assez important ». Une idée venait de germer dans mon esprit malade et la venue d'un second couteau qui exigeait que l'un de nous monte était une occasion en or. C'est une avec une réelle tristesse que je laissai Iarwain derrière moi...Qu'il allait s'ennuyer la, tout seul, dans cet endroit lugubre, sans personne à qui parler! Et sans ce régal lacté dans sa tignasse (le fourbe...j'étais sur qu'il avait feint l'allergie en usant de son blabla médical). Mais je crus entendre un soupir de soulagement quand je franchis la porte de la cave...il paierait pour cette infidélité.


Mais j'avais désormais d'autres chats à fouetter maintenant que j'étais libre. Ainsi escorté, je n'aurais aucun mal à fausser compagnie à mes kidnappeurs mais il fallait que je parle à un responsable afin que je ne me retrouve pas en cavale avec des tueurs à mes trousses. Et il fallait négocier pour qu'Iarwain reste en vie. Rester dans une cave, c'était une bien trop douce retraite...


Et finalement je fus mené au boss des Doken. A coté de lui se tenait...Kitsune! Mon gros boss était assis dans un gros fauteuil et sirotait un breuvage alcoolisé en me regardant arriver dans le bureau, l'air hyper surpris en voyant sa grosse frimousse. Il paraissait serein...

« Bonjour Makaya. Quoi de neuf?
-Rho ben plein de trucs Kitsune-san! J'ai retrouvé mon souffre-douleur héréditaire mais je suis dans un bureau avec un mec qui veut surement ma peau...et qui m'empêche de le martyriser comme il se doit. Et vous, qu'est ce que vous faites ici? J'ignorais que vous preniez le thé chez des rivaux.
-Mes informateurs m'ont appris que les Doken avaient mis la main sur toi et bien que nous ne dépendons pas du même Daijizoku, Fucho-san et moi-même avions des relations cordiales...jusqu'à ce que tu t'en mêles...J'ignorais que les Feng-Shi avaient été rachetés par les Doken avant que tu ne les anéantisse et donc que ceux-ci étaient très fâchés...Nous allons donc tenter de trouver un arrangement pour que tu restes en vie...mais aussi que tu répares le préjudice causé aux Doken.
-Je propose que le Juunin entre à mon service exclusif et aille raser les clans Sziget et Rossa...et qu'il s'acquitte de sa dette qui s'élève a plusieurs milliers de ryos. » dit l'homme longiligne et filiforme qui se tenait derrière un imposant bureau.
« Je refuse, Fucho-san. Makaya restera sous ma juridiction et les deux clans cités sont sous la responsabilités des Onibaku donc il est hors de question de les toucher, les Kudan étant eux-mêmes sous la leur.
-Mais je... »

S'ensuivit alors durant une dizaine de minutes un échange verbal musclé entre le gros Kitsune et son homologue des Doken, rachitique. Dans la salle, il y'avait les deux ninjas qui m'avaient capturés, une nana horriblement moche qui avait une hache dans le dos, une autre nana horriblement moche qui grattait le papier et un qui avait un air indéfinissable.
Il avait une tête commune, une coupe de cheveux commune, une attitude commune mais il avait quelque chose d'autre...un truc qui me rappelais un je-ne-sais-quoi de familier. Je me mis à humer l'air dans sa direction et les poils de mes bras s' hérissèrent...quand il vit que je le fixai, il se mit à suer à grosses gouttes émettant ainsi des phéromones qui me rappelaient celles de Iarwain, qui me rappelaient toutes les personnes que j'avais emmerdées parce qu'elles avaient la même odeur, la même caractéristique commune, la même fée qui était venue au dessus de leur berceau pour décréter « toi, tu es un faible et tu te feras emmerder par Makaya Korove car... »

« TU ES UN SOUMIS!! JE LE SENS!!
-Pardon? Qu'est ce qui te prend de nous interrompre ainsi, chien?
-Nous discutons de ton sort, si tu continues a prendre les choses à la légère, j'arrête de me démener pour te sauver la peau, Makaya. Rend la chose facile en ne beuglant pas des inepties durant la réunion!
-C'EST QUI CE MEC?? » hurlais-je en pointant du doigt la personne qui était devenue rouge. Il savait. Il savait que je savais sa nature. Et il savait que je savais que je devais le pourrir.
-Et bien il s'appelle Hikifune Taicho. C'est l'un de mes comptables. Il est apprenti.
-Parfait! Bon écoutez vous me saoulez à tergiverser des heures sur des trucs qui ne satisferont personne, moi le premier. Voilà ce que je vous propose: Kitsune tu me places sous la juridiction des Doken pendant un temps...En gros je ne t'appartiens plus pour une durée déterminée donc si je fais une connerie, les Doken me puniront comme bon leur semble. En contrepartie, ils financeront LE BIATCH BEACH BABY!
-Makaya...
-Nan nan chui sérieux la! Les Doken feront les sponsors privilégiés du projet. Ils me fileront du fric, que j'investirais dans la mise en place de l'évènement, qui sera dantesque! Et je les rembourserais ensuite, avec les intérêts bien sur, et une réputation de glorieux clan qui a permis la naissance de cet évènement fabuleux qu'est mon bijou, mon parcapute chéri, mon bébé: mon BB!
-Kitsune, c'est quoi cette histoire? Je veux d'un Juunin, d'un combattant! Et non un fanatique obsédé par des utopies abracadabrantes!
-Dans ce cas c'est totalement raté mon cher Fucho...En revanche, sache que bien que ce jeune homme soit dérangé, il faut reconnaître qu'il réussit généralement bien ce qu'on lui confie. Attention, je parle de réussite...je ne mentionne pas le chemin qui mène àcette réussite, qui lui est souvent hasardeux. Mais il m'a longuement parlé de ce projet, qui semble réalisable et qui pourrait avoir d'intéressantes retombées.
-Je me méfie: tu me confierais ainsi, sans broncher l'un des tes éléments les plus puissants, qui veut s'atteler à la création d'un projet révolutionnaire et novateur...C'est trop louche...Et tes dires sont trop chargés de sous-entendus...qu'est ce que ça implique au juste?
-La fin justifie les moyens non? Et ce que ça implique, si tu acceptes, c'est que tu auras un juunin à ta disposition qui fera en sorte d'auréoler ton clan de gloire...et qui fera aussi en sorte que la Malkavian appartienne aussi aux Kudan, vu que nous aurons contribués à cette gloire en vous confiant Makaya.
-Je...je demande à voir. Si ce que vous racontez est si profitable aux Doken, alors soit, je consentirais à te confier la Malkavian. D'ici la, je prends Makaya à l'essai...
-Makaya? Tu as ton mot à dire non?
-C'est quoi la Malkavian? Et je veux bien être pris à l'essai...seulement je ne sais pas le montant dont j'aurais besoin pour mener le BB à terme. Et qui pourrait mieux s'atteler à cette tache qu'un comptable? En gros je veux le matheux avec moi! Et ce n'est pas négociable! »


Le débat s'éternisa encore sur quelques minutes ou l'on m'expliqua que la Malkavian était une substance produite uniquement par un des laboratoires appartenant aux Doken et qui provoquait des orgasmes d'une puissance inouïe lors de l'inoculation. La drogue, difficile à produire, était très recherchée et coutait une fortune...qui serait profitable aux Kudan, qui aussi empêcheraient les Doken d'être en situation de monopole. Surtout que les Kudan avaient de nombreux laboratoires qui permettraient de la produire en grande quantité. Le jeu en valait la chandelle mais était risqué pour les Doken qui investiraient de grosses sommes d'argent dans le BB pour finalement un résultat imprévisible.
C'est pour cela que Fucho accepta de m'associer à un de ses comptables, qui verrait s'il était vraiment intéressant de me financer ou pas. Et donc il me confia Hikifune, qui était parfait parce qu'il ne connaissait pas l'état total des finances des Doken (donc si il se faisait capturer ou que je le torturais, il ne révèlerait rien de préjudiciable) et surtout parce que je voulais lui et personne d'autre. Il le fallait.

Pourquoi? Parce que Iarwain Fujibayashi avait réveillé, attisé et nourri mes instincts de chieur mais tant que mon projet ne serait pas accepté, Iarwain serait maintenu en captivité...et donc il fallait quelqu'un pour me nourrir. Et cet espèce de larbin saurait me restaurer, je le sentais.


Au terme de la conversation, Hikifune fut chargé de m'assister quand j'aurais besoin de n'importe quoi touchant au BB. Il devrait me suivre, émettre des avis, me freiner dans mon délire mégalomaniaque et estimer mon projet. De lui dépendrait la réussite de mon opération. Il fallait donc mettre les choses au clair avec lui. Pas en l'achetant ni en lui faisant de la lèche...Nooon, il fallait LE MENACER, QU'IL FASSE DANS SON FROC. Y'avait que ça qui fonctionnait!

« BON ALORS QUE LES CHOSES SOIENT CLAIRES: SI LE BB N'EST PAS ACCEPTE, TU ES MORT! SI LE BB RECOIT UN FINANCEMENT PARTIEL, TU ES MORT! ET SI TU REMETS MA DIVINE PAROLE EN DOUTE, TU ES?
-Mort?
-Non, émasculé seulement...Mais rassure-toi, je suis doué. Bon maintenant tu me suis et tu ne parles pas.
-Mais je suis chargé de...
-TAAAAGGLE!! TU VEUX MOURIR?
-...
-Bieeen, tu comprends vite. J'aime. Allez radine toi, dans un premier temps on va inspecter les lieux! »


Nous marchâmes donc durant une demi-heure (qui furent un réel calvaire pour mon jeune acolyte) avant de quitter l'enceinte d'Arasu et de nous diriger vers le bassin d'eau douce traitée qui alimentait la ville. Il était situé à environ un kilomètre de celle-ci et je l'avais choisi car c'était le seul point d'eau suffisamment grand pour accueillir ma fabuleuse entreprise. Seulement...


Dernière édition par Makaya le 25/3/2009, 19:43, édité 3 fois
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Makaya le 25/3/2009, 04:37

« Tain, mais ça ressemble à rien cette merde! Regarde-moi ce dépotoir! On se croirait dans le cerveau de Fuzzy: c'est sale, c'est malsain, ça a une couleur douteuse, l'odeur est suspecte et si ça pouvait porter des vêtements, ça serait surement hyper mal fringué! Rhaaa mais on ne peut installer les filles dans de telles conditions, elles vont chopper des saloperies rien qu'en respirant!
-Euuh excuse Maka, mais depuis quand un cerveau peut être habillé?
-DISCUTE PAS, LAQUAIS! NE REMETS PAS MA SAINTE PAROLE EN DOUTE, JE TE L'AI DIT!! Maintenant décris moi ce que tu vois avec précision ou je te flagelle! (comme j'aurais fait à Fuzzy...quoi que nan, il aurait certainement aimé.)
-Et bien nous avons un réservoir d'eau surveillé de forme rectangulaire d'environ cinquante mètres sur vingt. Il est relié par une quinzaine de canaux de tailles variables qui amènent l'eau des sources en provenance des autres zones de montagnes blanches, jusqu'ici. Tout le long des canaux et du bassin, il y'a de nombreux postes de gardes équipés, sans doute la pour prévenir d'éventuelles tentatives d'empoisonnement. Enfin au bout du grand bassin, il y'a une sorte de grande station d'épuration qui permet aussi la redistribution de l'eau, reliée à la ville.
-Bien. Excellent même. Mais tu as oublié quelque chose d'essentiel. Que dis-je, de primordial!
-Euuh j'avoue que je ne vois pas très bien...Qu'est ce que ça...
-MAIS CET ENDROIT EST CHIANT A MOURIR! Tu vois toi, des régiments de putes se trémousser au bord d'un bassin en pierre froide ou croupit des mètres cubes d'eau? Non! Et la, t'imagines des hordes de prostituées se vautrant dans la luxure sous le regard lubrique et envieux d'un vieux garde libidineux au pénis fripé?! Surtout pas malheureux! Et ici, j'espère que tu ne conçois que des pléthores de catins se roulent dans des hectolitres de...
-Depuis quand on a autant d'effectifs?
-JE T'AI DIT DE NE PAS REMETTRE EN CAUSE MA LUMINEUSE LOGHOREE! TU N'AS DONC AUCUNE EDUCATION? T'AS ETE ELEVE CHEZ LES LOUPS OU QUOI? Maintenant écoute: il faut réaménager ce bled!! Quitte à ce qu'elles aient du sable dans le vagin, mais je veux une plage ici-même! Et la une grande roue ou les nacelles auront la forme de testicules! Ici se dressera une attraction révolutionnaire: la tour de Nymphoman! Une construction de forme phallique de cent mètres de haut ou à chaque étage, un valeureux satyre devra satisfaire et honorer des MONCEAUX DE MAMELLES! ET LA ON RAJOUTERA CINQUANTE MILLE DIDJERIDOOS!!!
-Hein?
-Oui bon okay je me suis emporté avec les nacelles...Il vaut mieux qu'elles aient des formes de nibards et que les armatures aient une forme de bite. Rappelle moi, on a combien de budget encore?
-Tu dois avoir de quoi alimenter une baraque à frites.
-AAAAH C'EST BON ÇA! IL FAUDRA QUE NOS FILLES SOIENT AUSSI CHAUDES QUE...Une baraque à frites? Tu te fous de ma gueule la?
-Beeen...non. Vu que pour le moment on te prend pour un dingue, personne ne veut subventionner ton projet tu sais. Donc t'es le seul investisseur. Donc tu pourras te payer un stand. On peut rentrer?
-TAIS TOI INFIDELE! OU EST PASSE TA FOI EN MOI?
-Y'en a jamais eu tu sais...
-Oui oui je suis au courant...Bon première étape, il nous FAUT ce terrain: déjà je ne conçois pas d'appeler un festival « BEACH » si il doit se passer en plein milieu d'une montagne à la con. Et surtout pas si y'a aucune étendue d'eau pour faire genre. Comment on choppe ce terrain?
-Mais Makaya, tu ne l'auras jamais: il est hyper important pour l'ensemble de la ville, si bien qu'il est sous l'autorité directe d'Izanami.
-Ok...Elle crèche ou cette gonz'?
-Bon jme barre...je refuse de te suivre, t'es complètement fou. »

Finalement après lui avoir fait comprendre que continuer à m'épauler serait le mieux pour sa virilité, nous commençâmes le balisage théorique du lieu: Il fallait qu'une partie du bassin soit convertie en plage et donc il faudrait se démerder pour amener du sable dans ce trou. Une fois ceci fait, on pourrait commencer les choses sérieuses en passant à l'organisation du site, qui consisterait dans un premier temps à l'établissement d'une enceinte précise. De la, on installerai plusieurs attractions et animations:
-Des endroits pour se restaurer
-Des endroits pour se soulager (la vessie hein...je parlerais du reste soulageable plus bas)
-Des endroits ludiques qui encouragent le travail manuel
-Des endroits de pure dépravation
-Des endroits accueillant des animations uniques et inédites!
-Des endroits prônant mon génie incontesté et incontestable
-Des...


« COMMENT ÇA TU NE VEUX PAS QU'ON ERIGE UNE STATUE A MON EFFIGIE AU MILIEU DU PARC? COMMENT TU NE VEUX PAS QU'ON PAYE? NE SUIS-JE PAS UNE INCARNATION VIVANTE DE LA VIRILITE? UNE FOIS DE PLUS TU OSES METTRE MA PAROLE EN DOUTE! REGARDE DONC ÇA ET RECONNAIS TES LACUNES CONCERNANT MON AUGUSTE MOI! PREND ÇA DANS TA FACE ET DIS-MOI SI JE NE SUIS PAS APTE A FIGURER DANS MON OEUVRE!!
-NAAAAAAN REMONTE TON PANTALON PUTAAAAIN!!
-HA-HAAAA!! ALORS, DOIS-JE T'ASSOMER AVEC MON SCEPTRE PHALLIQUE POUR QUE TU ACCEPTES MON OMNIPRESENCE AU FESTIVAL?
-RANGE TA BITE, MERDE!!
-Je prends ça comme un oui alors. Bien, d'autres remarques?
-Rappelle-moi de ne plus jamais collaborer avec toi... »


Et après avoir finis de prévoir des plans pour le site, nous retournâmes en ville pour trouver des fonds autres que ceux que les Doken m'alloueraient hypothétiquement. J'avais une petite somme d'argent, gagnée auprès de Kitsune et de Gratz, le boss des Icha-Icha. Mais le syndicat putal n'avait pas encore décidé de débloquer les fonds pour financer ma grande entreprise et sans ça, plus d'autres sommes sur lesquels je ne cracherais pas non plus, je n'aurais aucune chance de voir mon projet abouti.


Nous marchions dans une ruelle de la couronne extérieure, moi en train de chercher un moyen désespéré pour gagner du fric, et mon larbin devait songer à un échappatoire à sa situation...Quand tout à coup, deux clochards s'approchèrent de nous, la main tendue, l'air misérable. Hikifune se tint derrière moi, tandis que je les regardais s'approcher, tout loqueteux qu'ils étaient...

« Bonjour messieurs...une petite pièce pour deux pauvres gens qu'Arasu n'a pas aidés s'il vous plait?
-Et pourquoi ça? Moi aussi j'ai besoin de fric alors j'ai aucune raison de vous en filer, vautours!
-Mais monsieur, nous sommes sans logement, sans ressources...vous ne pouvez pas être dans une pire situation que la notre! Je vous en prie!
-Et pourquoi pas? Vous savez, je me retrouve empêtré dans l'organisation d'un festival qui si ça se trouve va me couter un rein. Si jamais ça ne marche pas, je vais avoir des milliaaards de putes sur mon dos prêtes à l'écorcher, mortifiées par la déception. Et une fois mon dos dûment décortiqué, mes patrons vont m'éviscérer à leur tour. Alors excusez-moi, mais je ne sais pas si je suis plus mal loti que vous au final...
-Au moins vous savez vous avez un travail, une situation, des amis...Nous vous savez, nous n'avons jamais appris à lire ni à écrire et nous..
-MAIS VOS GUEULES PUTAIN! J'en ai marre de vous entendre vous plaindre! Voilà pourquoi personne ne vous donne rien: vous repassez toujours le même morceau de votre disque rayé, vos sempiternelles historiettes de miséreux, ça ne tient plus voyons! Et le lache derrière moi n'est pas mon ami. Bref, il faut trouver un autre-attrape couillon les gars! C'est la loi de l'offre et de la demande: vous voulez me vendre un truc, en l'occurrence un sentiment d'auto-satisfaction, genre « ha, j'ai fait une bonne action aujourd'hui! Grâce à moi, ce charclo aura de quoi manger aujourd'hui et donc il ne mourra de faim que dans trois jours ! ». Soit! Bon manque de pot, je n'ai pas de cœur donc ça ne marchera jamais avec moi, c'est comme ça hein, j'y peux rien. Maaais ce que j'essaie de vous dire, c'est que si l'offre reste la même, la demande va se lasser et se désintéressera du produit! Donc il faut innover, s'adapter aux fluctuations du marché! Vous n'êtes plus compétitifs les enfants!
-Et comment on fait ça? Nous ne sommes que de pauvres démunis...Qu'est ce que vous nous conseillez?
-Huum...vous avez de l'argent? Ah ben nan chui con...Bon écoutez voilà comment on va faire: je vais vous coacher. Grâce à moi, vous gagnerez du fric, seulement je veux la moitié de tout ce que vous toucherez! Et encore, je suis généreux, avec ce que vous laisse, vous aurez laaargement de quoi vous nourrir! Vous allez chercher vos copains pouilleux et vos copines manchots pour demain! Je les veux tous ici dès la première heure, et je vous exposerais mon plan! Maintenant barrez-vous, vous puez! »


Et les deux partirent, sous les yeux médusés d'Hikifune qui s'était tenu silencieux durant mon exposé et qui finalement se tourna vers moi, pour dire:
« Mais t'es vraiment odieux comme mec, tu sais ça?
-Ouaaais!! Bon allez radine toi, en parlant à ces tocards, j'ai eu une idée lumineuse pour compléter le financement. On va discuter de tout ça autour d'un verre! ».
Quelques minutes après, nous étions assis dans un bar. Hikifune paraissait choqué par la quantité de boissons que j'avais commandé, puis se remit et me demanda ce que je comptais faire avec ces clochards.
« Bon tu vois mec, quand tu te fais accoster par un clodo, ou que ce soit, t'entendras toujours le même refrain: « ouin-ouin j'ai froid, ouin-ouin j'ai faim, ouin-ouin je me suis fait violer par un ours en rut et maintenant je suis handicapé moteur »...Mais t'as envie de donner à des geignards pareils? QU'ILS CREVENT PUTAIN! Ils sont si prévisibles, si barbants...T'as envie d'écouter les histoires d'un mec qui passe son temps à se plaindre? Non! T'as déjà parlé avec Iarwain? Ce mec passe son temps à se lamenter, c'est pour ça que je l'éduque de la sorte! Mais c'est insupportable à la fin ! « ouin-ouin Makaya tu me suis, ouin-ouin Makaya tu m'entraines dans tes plans foireux, ouin-ouin Makaya tu fais de mon prénom une insulte ». Rhaaa mais je veux qu'ils me vendent du rêve!!
-Mais c'est pas plutôt le contraire? Enfin excuse-moi mais ton raisonnement est foireux la: il se plaint de toi donc tu l'éduques en le pourrissant selon toi...Mais pourquoi il se plaint de toi? Parce que tu le pourris. Enfin, c'est donc une boucle sans fin...j'veux dire...
-Hikifune...tu ne veux pas que je tape un scandale dans ce bar? Tu ne veux pas que je me remette à hurler que tu n'as pas le droit de me contredire? Tu ne veux pas que je ressortes mon...
-NON! Continue je t'en prie...
-Bien! En bref, il faut que ces gus aient des trucs intéressants à raconter, sinon on s'en tape complètement d'un truc perpétuellement rabâché aux oreilles depuis des lustres! On va donc faire des ces loqueteux des conteurs, des comédiens et des troubadours! On va donner un sens à leur pitoyable existence! Et ils nous rapporteront plein de thunes! GyHAhahHa!!
-Pendant un court instant, j'ai cru que tu faisais dans le social. Mais en fait non, tu restes toujours une raclure...
-Ouais! Bon donc le job la: toi tu écris des machins intéressants, des pièces, des trucs cool à dire. Je vérifierais derrière hein! Dis toi bien, quand on écoutera ces mecs parler, on aura envie de se dire « hum, ces gens la sont super, et si je leur confiai mon larre-feuille? ». Bon allez demerde toi, maintenant, t'as une fin de journée et une nuit pour me pondre un truc correct, sinon jte latte! Ad'tal!
-Nan mais attend tu vas ou la sans moi? Tu me laisses trimer seul sur ton idée aberrante pendant que tu vas faire quoi?
-Je vais organiser un colloque de Mac! Faut pas oublier que c'est bien beau d'avoir les putes dans la poche mais c'est pas elles qui ont tout le fric! Alors je m'en vais prévoir tout ça: avertir les filles qu'elles charment leur boss, de façon à ce qu'ils soient enclins à me rencontrer, à m'écouter et à remplir mes bourses! Allez t'as intérêt à me pondre un truc canon, sinon je t'empale! Tcho Hikifune, bon courage! »
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Makaya le 25/3/2009, 04:38

Bon finalement j'étais bien tombé avec ce romancier à deux balles, qui trimerait pour mes beaux yeux pendant que je me dirigeais vers le siège du Prosti-Syndic. Les portes s'ouvrirent en grand pour celui qui avait réussi à sortir vivant de l'office de Lilith et c'est un escadron de nymphettes qui me menèrent à celui-ci, allant jusqu'à m'ouvrir le bureau, découvrant une cheftaine toujours aussi resplendissante, en train de convoler avec trois hommes nus. Lorsqu'elle me vit, elle enroula un drap autour de ses formes enchanteresses et tendit son bras vers un fauteuil, m'incitant à m'asseoir. Les nymphettes refermèrent derrière elles, me laissant dans la pièce avec une nana quasiment à poil et trois types immobiles tout aussi vêtus.

« Yo Lilith! Euuh je ne te dérange pas? Il leur arrive quoi à ces gus?
-Des violeurs notoires...j'ai enfin réussi à mettre le grappin dessus alors ils payent maintenant le prix de leur forfaiture! Ils sont plongés dans un genjutsu qui leur donne des sensations inouïes...jusqu'à la petite mort, qui deviendra une réalité...QUAND J'AURAIS ARRACHE LEURS TESTICULES A MAINS NUES ET QUE JE LES AURAIS FOURREES DANS LEURS GOSIERS BEATS!! »

Décidément, cette fille me plaisait: elle parlait aussi d'un ton passionné et fanatisé, et usait à merveille de son organe vocal (des autres aussi j'imaginais) pour appuyer ses revendications...

« Bon et a part ça, qu'est ce qui t'amène Makaya? Et ce n'est pas la peine de les regarder comme ça hein...t'as jamais vu trois mecs dotés d'une très forte érection, en train de baver sous le coup de la jouissance que je leur procure virtuellement ou quoi?
-Euuh ben nan je regrette...mais maintenant oui, je te remercie de m'avoir fait découvrir ça...C'est un peu une sorte de dépucelage...Et je viens parce que j'ai besoin de causer aux maquereaux pour qu'ils me filent du fric pour le BB. Avoir la main d'oeuvre c'est bien, avoir les sponsors c'est mieux.
-Je vois...je ferais passer le mot et je te promet que d'ici une semaine, les macs les plus importants seront devant toi.
-Génial, tu gères! Bon ben je vais te laisser alors, t'as l'air très occupée...les émasculations toussa...
-Je finis ça et on va prendre un verre?
-Rha ça aurait été avec un grand plaisir mais je suis attendu...d'ici la bonne découillonade et au plaisir! Tcho! »

Et je partis juste au moment ou des hurlements inhumains se firent entendre, juste avant d'être noyés dans un gargouillis suspect...Nous étions en fin d'après-midi et j'avais encore du pain sur la planche: j'avais un nouveau projet pour me faire du fric, j'avais repéré le futur terrain, que j'irais revendiquer quand j'aurais des thunes...je pouvais maintenant songer à ma campagne de pub et je savais que mes chères filles de donneraient un coup de main non négligeable.


« Bon les filles, il nous faut une campagne de sensibilisation efficace, ciblée, poussée...des idées? Le BB ne sera pas pour tout de suite je vous préviens, mais il s'amorce tout doucement. Disons que c'est comme pour un bouquin: on a le scénario mais rien n'est encore écrit ou tout du moins quelques chapitres! Alors?
-Il faut faire des affiches et les placarder partout.
-Et mettre dessus une adresse pour des dons ou des demandes de sponsors!
-Des tracts.
-Et pourquoi pas recruter les jeunes dans la rue pour qu'ils en donnent? Ça leur donnerait du travail!
-La création d'un secrétariat BB pour toute recommandation ou réclamation.
-Des offres d'essai...enfin je veux dire il faut appâter le client...une mise en bouche! Voilà le mot que je cherchais!
-Il nous faudrait un label, histoire de montrer que nous sommes des pros et que le service sera donc de qualité?
-Un service commercial en plus.
-Hum comme quoi?
-Ben...créer un commerce parallèle qui soit différent du simple bar à putes tels qu'on le connait toutes! Justement au contraire, un service à domicile. Qu'est ce que vous en pensez? Makaya?
-Hum........Qui sait cuisiner ici? Qui sait faire des pizzas?
-Euuh un peu nous toutes, c'est pas très dur...
-Parfait! Nous allons créer un service annexe nommé...le hutte à Pizza! Non...PIZZA PUT! OUI! OUI JE SUIS GENIAL! QUELLE RECHERCHE STYLISTIQUE DANS CES DEUX MOTS!! Enfin en gros nous ferons un service de distribution de pizzas à domicile, celles-ci étant servies par vos soins! Le client payera le prix de la pizza, le prix du transport et ensuite le prix du service putal! Comme pour une pizza, chaque service sera facturé selon une grille tarifaire: genre le strip, tant de ryos la pipe, tant de ryos! Ça marchera forcément parce que tout le monde aime les pizzas et le sexe! Et une bonne partie des gens n'osent pas se déplacer au lupanar! Ici c'est le lupanar qui viendra à vous!
-Makaya tu es fabuleux!! Quel sens des affaires!
-Merci les filles...Bon donc vous êtes partantes? Bueno: alors il nous faut une cuisine, du matériel et une protection pour les filles quand elles se déplaceront à domicile! Bon je vais aller demander au boss qu'il finance tout ça. Avant ça on marque tout ça au propre pour ne pas être pris pour des branques... »

Et les deux heures qui suivirent furent dédiées à l'établissement de Pizza Put, un échelon pour atteindre le BB qui serait l'apogée de mon esprit malade. Au fur et à mesure nous précisâmes le projet, en rajoutant des subtilités qui flatteraient le client. Par exemple, il pourrait commander une « Pizza Awotienne, très épicée » qui lui serait servie par une prostituée d'Ame! Et enfin j'entrai triomphant dans le bureau de Gratz, en argumentant mon projet par moult moulinets avec mes bras et à grand renfort de jeux de mots moisis (« mais si chef, les pizzas doivent être de qualité: ainsi on les facturera plus cher et le client verra que la prise en main est bonne partout: sur le manche de la spatule à pizza aussi bien que sur son manche à lui! »). Finalement il accepta de financer une grosse partie du projet et m'alloua à mes filles et moi une maison non utilisée pour que je puisse y installer la cuisine, les denrées et une partie du bordel que je réserverais pour le BB. J'étais ravi, c'était parfait, j'étais génial. Une fois chez moi, je me mis à écrire quelques textes pour compléter ceux qu'Hikifune avait intérêt d'avoir fait et m'endormis du sommeil du juste.


Le lendemain, je me réveillais en sursaut, beuglant « MERDE J'AI ZAPPE LES CLODOS! PUTAIN ILS ONT PAS INTERET A CREVER DANS LE FROID! ». Mais par chance, quand j'arrivais sur le lieu, ils étaient tous la. A vue de nez, j'aurais bien qu'il y'avait une bonne cinquantaine de démunis qui se serraient les uns contre les autres pour lutter contre le vent, et qui maugréaient contre Hikifune qui avait bien du mal à les convaincre de rester. Quand il me vit, il poussa un soupir de soulagement.
« Putain t'étais passé ou? Ça fait une heure que je me les gèle ici en priant pour que tu te ramènes et que tu ne m'aie pas posé un lapin.
-J'étais dans mon plumard. Bon t'as fait ce que je t'ai demandé? Si non, je te jette au milieu de ces loques et nul doute que tu te succomberas face à la horde de poux qu'ils contiennent. Alors?
-Tiens...et maintenant demerde-toi, je te laisse faire... »

Il me tendit une vingtaine de feuilles qui arboraient une délicate écriture facilement lisible. C'était du bon boulot.
« Bien bonjour tout le monde! Alors je m'appelle Makaya, je suis juunin, gourou du raclétoisme et membre éminent des Kudan, des Doken et des Icha-Icha en tant que Mac en chef! Donc tentez pas de me blouser ou je vous défonce! Bien, je prend vos mines sinistres pour un oui. Sachez maintenant que je me permets de rajouter un autre titre à mon palmarès: le Charcloach! Je suis désormais celui qui vous maintiendra dans la misère!! Remerciez-moi!
-Quoi? Mais ce n'est pas ce qu'on nous a dit! Tu es un escroc! Nous voulons de l'argent! Nous voulons quitter cette situation!
-Et ben? Vous pouvez avoir de l'argent et avoir l'air miséreux! C'est la mon plan: vous devrez conserver une apparence miséreuse pour que mon plan fonctionne: personne n'acceptera de donner du fric à un type fringué comme moi, je me trompe? Non jamais. Alors le plan, c'est que je vais vous donner des rôles, des fonctions et des occupations qui vous rapporteront du fric, beaucoup de fric! Et vous me donnerez la moitié! Suis-je clair?
-Dis ce que tu attend de nous!
-Vous allez passer devant moi et je vais vous dire quoi faire et ou le faire. Une fois ceci fait, vous commencerez à super-mendier et vous verrez rapidement les gains affluer! Tous les deux soirs, vous viendrez me reverser votre pécule dans une maison du quartier des Icha-Icha qui comporte une grande pancarte ou une pin-up tient une pizza d'une façon que vous n'imagineriez même pas! Si vous ne le faites pas, je cesserais le coaching et vous redeviendrez TOUS des moins que rien et vous le resterez cette fois! Maintenant en piste! »
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Makaya le 25/3/2009, 04:38

Et assis sur le rebord d'une fenêtre aux cotés d'Hikifune, je me mis dans la peau d'un organisateur de casting. J'adorais.
« Bon t'es qui, pourquoi t'es la, qu'est ce que tu sais faire?
-Bonjour, je suis la car ma femme à pris tout mon argent avant de me faire jeter en prison. Et je sais faire de la guitare.
-Bien! Tu vas rejoindre le percussionniste sur poubelles, le joueur de kazoo et la chanteuse qui est tellement moche qu'elle n'a même pas pu devenir une pute. Et vous allez me faire un groupe! Vous vous appelerez …..« Tetanos squad »!! Voilà ton texte, c'est une chanson d'amour qui est de circonstance, débrouillez vous pour composer la musique:

« Tes yeux étaient comme une cascade
Qui traverse mon âme sage.
L'onde bleue des beaux printemps
Reflétait tes cheveux d'argent
Mais l'odeur de ton doux parfum
M'insupporte à un tel point...

Dis-moi salope, pourquoi je t'ai chop'?
T'es aussi hot, qu'une brosse à chiottes!
Tu sais que je suis chaud, quand j'vois le bas d'ton dos
Mais des meufs comme toi moi j'en nique à tire-larigot!

Et tu portais cette robe à fleurs
Qui va si bien avec ton cœur
Dans l'élan de nos ébats
Tu m'as sus..surrée tout bas
Que notre amour c'est pour la vie
Bien que mon constat aujourd'hui
C'est que t'es une...

Salope, pourquoi je t'ai chop'?
T'es aussi hot, qu'une brosse à chiottes!
Tu sais que je suis chaud, quand je vois le bas d'ton dos
Mais des meufs comme toi moi j'en nique à tire-larigot! »

Bon alllez suivants maintenant! T'es la pourquoi toi?
-Et bien j'étais une prostituée mais j'ai choppée une infection et maintenant plus personne ne veut de moi...je suis seule, malheureuse et...
-Okay, tu chanteras ça! ET JE VOUS AI DIT D'ARRETER DE VOUS PLAINDRE!!

« Tous les mois, je me fais avoir à chaque fois,
Je l'oublie c'est plus fort moi...
J'ai encore laissé mon tampoooon
Et ma chatte elle pue le planctooon!!
J'remarque pas, entre les pertes blanches et l'smegma
Le pus qui forme des amas...
C'est sensé être biodégradable
Mais l'odeur est désagréable.
J'ai encore laissé mon tampoooon!
J'vais avoir droit à une belle infectiooon! »

Allez suivant! T'es qui toi?
-Bonjour, je suis un médecin qui a été contraint de quitter mon hôpital parce que je pratiquais des expériences contraires à la déontologie. J'ai erré, poursuivi par les autorités, mais personne ne veut de moi ici: ma réputation m'a précédé...
-Voila un autre texte de circonstance! Tu me chanteras ça! Trouve toi des types pour t'accompagner et en avant la musique! Au passage Hikifune, je collerais tes textes à d'autres...ils sont très bien mais peu adaptés à la situation et aux personnes présentes. Bon le toubib, écoute:

« Mais qu’est-ce je vais bien pouvoir faire de cette infirmière
Qui me nargue, me regarde et oublie l’appétit
Sexuel, qu’ici on a tous pour elle
S’ils croient que je n’vois pas le soir quand tombent les blouses
On relâche la pression au milieu d’une partouze
Si seulement, si seulement je pouvais taillader dans la chair
Faire des colliers de pénis et des T-shirt d’ovaires

Dans cet hôpital on cultive l’anormal
On flingue le banal sans gilet pare balle
Dans cet hôpital ça sent la boucherie
Un steak de patient pour mon repas de midi
Dans cet hôpital on meurt parfois
Mais je vous jure que ce n’est pas moi
Dans cet hôpital on cultive l’anormal
Tend ton bras ça ne fera pas mal !

Mais pourquoi l’Etat me garde ici, ya pas de schizophrénie
Laissez aller mes envies
Je jonche de corps mon chemin
Laissez s’exprimer mon talent qui n’a pourtant rien de commun
Je fais des tableaux vivants avec poumons et reins »

Suivant!
-Bonjour, je m'appelle Ronsard et je suis un poète en manque d'inspiration, si bien que j'ai été chassé par mon seigneur et me voilà à patauger dans la fange!
-Bon ben voilà une magnifique occasion de foutre un de tes textes!! Hop, tu me déclareras ça et basta!
« Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au soleil,
A point perdu cette vêprée,
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vôtre pareil. »


Et la journée entière passa sur ce rebord de fenêtre, à distribuer des rôles et des localisations pour chacun et chacune, à l'aide d'une carte détaillée. L'avantage qu'avaient les clochards, c'est qu'ils pouvaient circuler quasiment n'importe ou, personne ne les emmerdait: ils étaient discrets, peu dangereux et ils refoulaient tellement qu'on ne les approchait pas. Alors en les envoyant quadriller la ville de manière stratégique et en établissant des roulements réguliers, toute la ville serait animée par ces sans-abris actifs!


Et c'est épuisé qu'Hikifune et moi rentrèrent dans un bar pour se désaltérer avant que je ne le laisse pour aller développer Pizza Put. Il avait fait un boulot admirable, en notant toutes les informations relatives à cette cinquantaine de clochards, afin qu'ils ne nous niquent pas. Et une fois au siège de PP, les choses sérieuses recommencèrent: commander toute la nourriture nécessaires à la confection des pizzas, les cartons, la cuisine, se charger de la pub...La nuit fut courte et le lendemain, une autre journée épuisante se profilait. Kitsune m'avait invité chez les Kudain et avait dit en clair qu'il ne comptait pas si facilement se débarrasser d'une recrue comme moi et qu'il continuerait à m'employer jusqu'à ce qu'on découvre notre combine. Il m'attendait donc pour me donner une mission, soit buter un rival devenu gênant. La mission était facile et les gorilles du type ne me posèrent aucun problème. De retour, Kitsune me dressa un bilan de la situation.

« Bien, je vais te mettre au courant de ce qui t'attend. Comme tu le sais, il y'a relativement peu de juunins dans Arasu et ceux-ci sont surveillés. Et un juunin comme toi qui officie dans la couronne extérieure, c'est rarissime crois-moi. Et quand je dis officier, je ne pèse pas mes mots: tu t'es mis à dos de nombreux gangs disséminés partout dans la ville car en général quand tu attaques un gang, tu attaques aussi son réseau. Mais ça tu as pu le constater par toi-même, avec les Doken qui ont lancés leurs chasseurs à tes trousses, n'est-ce pas?
-Ouep...ben jusqu'ici ça va, je m'en suis plutôt pas trop mal tiré.
-En effet...mais je tenais aussi à te mettre au courant du revers de cette situation: tu te fais aussi de nombreux alliés: ces missions que je t'envoie faire ne profitent pas qu'à moi, ces gains que tu permets d'effectuer, nombreux sont ceux pour qui c'est profitable. Donc attend toi à des attaques mais aussi à du soutien...qui ira grandissant si tu mènes à bien ton projet de parcapute! Des questions?
-Je pourrais avoir une avance financière?
-Hum...de combien? Je pourrais te rendre ce service car tu es imprévisible mais efficace.
-Environ 20000ryos. Pour le moment. J'en ai besoin pour me mettre les macs dans la poche, leur montrer que j'ai de l'argent et qu'il est sage de me rallier. Et puis je pourrais commencer ma campagne de pub ainsi...
-Bien...mais je serais le premier à être remboursé, compris?
-Okay! Merci Kitsune-san! Vous verrez, vous ne le regretterez pas, quand vous serez en haut de la grande roue du plaisir, en train de vous faire pomper à trente mètres du sol! »


Une fois l'argent remis, je partis au PP-QG pour finir de passer les commandes. D'ici quatre jours, cet endroit serait équipé d'une cuisine dernier cri, de centaines de cartons, de tenues spéciales pour les vendeuses à domicile et de structures propres à ramener plein de blé! Durant ces quatre jours, je multipliais les missions pour Kitsune pour gagner toujours plus de blé mais surtout je pus constater que coacher des clodos avait été une idée lumineuse: ceux-ci se pointèrent en masse les soirs, comme prévu, pour reverser leurs recettes sans rechigner: d'après eux, les passants appréciaient fortement que leur communauté se mette à animer les rues de la ville par des chansons, des pièces et des récits fabuleux, si bien qu'ils donnaient avec plaisir. La plupart des gens disposaient quand même de pas mal d'argent: il en fallait pour déménager ainsi et espérer prospérer dans ce milieu. Alors ils pouvaient bien se permettre de donner à ces clochards qui se démenaient pour égayer les rues. Je jubilai. Mais alors grave.

L'argent arrivait donc grace aux clodos et les sommes étaient coquettes. Quand à Pizza Put, les filles faisaient fonctionner le bouche-à-oreille (et le bouche-à-pipe) pour répandre la nouvelle. Et le cinquième jour, nous étions fin prêts à affronter...peu de commandes. Mais nous nous inquiétions peu de cela vu que c'était les tous débuts. J'avais embauché les clodos les plus costauds pour faire office de garde du corps, leur avait fourni un habit décent et ils escortaient les filles. Les autres avaient placardés des affiches partout...Il fallait laisser le temps faire...

Et le jour suivant, ce fut le colloque des Macs...Je sentais en entrant dans la pièce à l'atmosphère moite, que j'allais bien m'amuser...
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Chihousou le 9/4/2009, 00:00

Il avait finalement passé deux jours à Kyotetsuka afin de se rétablir tranquillement de ses blessures et observer les trois nouveaux, ou plutôt deux, de Kodomo, trois shinobis de Chikara, deux genins et un chuunin aux capacités inconnus. Mais ce qui avait fait que Chihousou n'était pas resté plus longtemps était surtout le fait qu'il ne pouvait s'empêcher de se foutre de la gueule du grand Takeshi, nouvellement surnommé la momie à cause des ces bandages partout sur le corps. Bref, chaque rencontre entre les deux chuunins donnaient lieu à diverses insultes de part et d'autres concernant l'état de santé et (surtout) la virilité supposée de l'un comme l'autre. Et puis, l'es-gensouard souhaitait en savoir plus sur l'état de santé de Siddharta qui apparemment avait perdu la vue peu après son départ et surtout il voulait savoir où en était l'entrainement de Kaerizaki, cela faisait après tout plusieurs semaines qu'il s'entrainait avec Hito et ses progrès avait intérêt à être fulgurant si le dresseur d'animaux souhaitait tant que ça recevoir son précieux parchemin.
C'était donc le fameux dresseur qui recevrait en premier la visite du Masaka...


_Yo! Comment va ce cher Chihousou? Tu as ce que je souhaitais ou bien dix milles ryos alors?
_J'ai ton parchemin foutu punk! Où en est l'entraînement de mon tigre?
_Ha...tu ne me le donneras pas sans savoir n'est ce pas? Bien, en fait sache que ton précieux Kae possède un potentiel exceptionnel...trop peut-être.
_Comment cela?
_Savez-vous pourquoi il existe des invocations et pourquoi tous les animaux ne possède pas de chakra? A vrai dire, il n'y a qu'une seule et unique explication, les animaux fonctionne de la même manière que les humains, tous ne sont pas capable de se servir du chakra et ceux qui le peuvent se réunissent, un peu comme les villages ninjas, ce sont les lieux où vivent les animaux que l'on peut invoquer.
Cependant, ce n'est pas que pour se regrouper que les animaux ont crée leurs lieux de vie actuels, je ne connais pas les véritables raisons mais je commence à croire que c'est pour ne pas avoir trop d'influence sur le monde que nous connaissons...
_Qu'est-ce qui te fais croire cela?
_Ils sont venus prendre Kae, il y a peu de temps. Mais ils m'ont remis ça en échange
, dit Hito en tendant un parchemin d'invocation à Chihousou.
_Qu'est-ce que c'est? lui demanda le chuunin en récupérant le bout de papier.
_Techniquement, un parchemin d'invocation mais très différent des parchemins normaux. Habituellement, on lie un pacte avec tout une espèce et en échange, on peut invoquer en fonction de la quantité de chakra et de notre niveau des animaux de plus en plus puissant. Celui-ci par contre ne te lie en aucun cas avec le clan des tigres, il te permet uniquement de faire appel à Kae quand tu le désire et comme son niveau n'est pas encore déterminé, le parchemin absorbera directement la quantité de chakra nécessaire à son invocation.
En clair tu n'as plus qu'à apprendre comment effectuer un "Kuchiyose no jutsu" et tu n'as même pas à t'inquiéter pour l'entrainement de ton félin, ils s'en chargeront.
_Je suppose que je n'ai pas le choix...
_A part si tu souhaites combattre une bande de tigre capable de t'écraser les os d'un coup de patte, non. Bon tu me files mon parcho?
_Ok...mais c'est quoi en fait ce parchemin bizarre? Sérieux, invoquer des poules? C'est pas un peu con?
_C'est un parchemin presque aussi rare que celui des salamandres des Maboroshi et puis ça en invoque tout plein d'un coup et ces sales bêtes adorent crever les yeux et émasculer les gens avec leurs serres ou bien éviscérer, je sais plus.
_Maintenant file-moi dix milles ryos...
_Hahahaha...
_...
_...tu te fous de ma gueule?
_C'était le prix pour la formation de Kae, je suppose donc que ce parchemin vaut autant et comme ce n'est pas toi qui t'occupes de son entraînement, tu me dois cette somme.
_Je m'en suis occuper...un peu...
_Je te propose alors un marché.

A vrai dire ce marché consista finalement à une donation de seulement cinq milles ryos de la part d'Hito et du dons d'informations sur ceux à qui le parchemin d'invocation des poules devrait actuellement appartenir. Cependant, après de nombreuses tractations dans chacun des deux camps, le prix baissa à un simple troc entre informations et parchemin, mais avant de parler Hito prit tout son temps comme pour mettre ses idées en place puis Chihousou remarque que les mains du dresseurs tremblaient très légèrement titillant sa curiosité sur ce dans quoi il s'apprêtait à plonger. Bizarrement, les couleurs chatoyantes dont étaient couvert son interlocuteur semblèrent se ternir et même son grand sourire disparut de sa tête d'iroquois...

_A vrai dire je sais pas grand chose sur eux...ils se font connaitre sous le nom de "Natsukashimu" et je sais pas grand chose de plus.
_Arrête de te foutre de ma gueule et envoie la sauce...
_Ok, ok...Comme je te l'ai dit je sais pas grand chose ou plutôt personne en connait beaucoup sur eux. Ce groupe à commencer à faire parler de lui il y a une dizaine d'années environ mais leurs actions se sont limitées à celles de collectionneurs d'objets rares et puissants comme ce parchemin. Cependant, certaines rumeurs disent qu'ils sont impliqués dans de nombreuses affaires de meurtres et d'enlévements auprès de clans possédant des capacités extrêmement rare et plus important encore, ce groupe serait constitué uniquement de déserteurs de rang A minimum.
_En bref, une belle bande de monstres dont on ne connait pas les intentions et tu m'as envoyé à leur rencontre...
_...
_ESPECE DE FOUTU BATARD DE MERDE!!!!!!!!!!!!!!Tu voulais que je crève, immonde fils de satan!!!!Je vais t'éclater! T'es d'une connerie à s'en taper les couilles sur le sol ma parole!!!!!
_Bon, j'avoue que c'était peut-être pas super sympa et un peu idiot de t'envoyer mais j'avais que toi sous la main, et puis t'es en vie non?
_...uniquement parce qu'ils ont décidé de me laisser vivre. Cet espèce de...de...il m'a laissé m'enfuir.
_T'es sérieux là? Si tu me dis leurs noms je pourrais peut-être en découvrir plus sur eux et ce sera gratuit.
_Washizu et Jonoko et ils ont parlé d'une certaine Prajna.
_Prajna...elle serait donc toujours en vie. Je vais essayer d'en apprendre le plus possible.

Une fois sa phrase terminée, Hito s'enferma dans un mutisme complet et le gensouard comprit que c'était le signal dé départ. Il récupéra donc le parchemin d'invocation de Kae et s'en alla vers le QG de Kodomo no Asu. Le trajet ne dura que peu de temps mais Chihousou put voir la différence entre le nombre de merdeux qui venaient les lui briser maintenant et celui, beaucoup moins important, de ceux qui osaient s'approcher de lui accompagné de son félin dont l'absence se faisait déjà sentir. Lorsqu'il arriva, le calme ambiant était presque oppressant, le grand bâtiment qui servait de lieu de vie de l'organisation semblait presque être mort mais le grand blond savait où il devait y avoir de la vie.
Un étage et presque un couloir complet plus tard, le voilà arrivé à la chambre de Siddharta, sur le chemin il eu une rapide discussion avec Hakaima et appris comment la Maboroshi avait perdu ses yeux, c'est à dire comme ça, en pleine nuit, sans blessures aucune ni attaque de quelque type que ce soit, autant dire que les raisons de cette cécité soudaine étaient pour le moins mystérieuses. Il appris aussi qu'Abu était absent et qu'il l'avait raté de peu aux alentours de Gensou.


_Y a rien de plus à me dire que je doive savoir? Demanda Chihousou à Hakaima.
_Tu veux que je te dise...je crois qu'elle est en train de péter un cable la Sid' et pas un petit et je sens que je vais devenir aussi fou qu'elle si je continue à rester à ses côtés tous le temps, soupira le néo-chuunin.
_A ce point là...bon je crois que je vais rester le moins longtemps possible, juste histoire de dire que je suis passé.
_Je comprend, au fait elle est où ta boule de poil?
_C'est une longue histoire...


Le grand blond prit donc son temps pour aller à la chambre du big boss de Kodomo no Asu, il ouvrit lentement la porte et remarqua l'obscurité ambiante, la jeune femme se tenait en position du lotus au centre de la pièce et semblait méditer. Elle remarqua cependant la présence de l'intrus.

_Hakaima?
_tutulututut...Perdu. Désolé de te ou vous...on se tutoie ou on se vouvoie au fait? décevoir mais c'est Chihousou.
_Ah...Chihousou, tu as finit avec ton tour à l'extérieur? Tu as récupérer toutes les informations qu'ont récupéré nos espions?
_Ouais, t'auras qu'à demander à Hak de te faire la lecture. Sinon, un truc de prévu pour la suite?
_Nos hommes de Chikara vont nous ramener une grosse quantité énorme de drogue totalement inédite et il faudrait que tu noie le marché avec.
_Bien, je dois avoir quelques informateurs capable de nous trouver de bon clients mais il faudrait que j'en sache plus sur les effets de cette drogue.
_Tu sauras tout ce qu'il y a à savoir et j'aimerais que tu ne quittes pas la ville durant quelques temps. C'est compris!?
_Ok, ok...de toute façon je n'ai pas de projets prévu à l'extérieur alors j'essaierais de ne pas faire un tour hors d'Arasu...


La discussion continua encore quelques temps afin que les deux anciens gensouards puissent mettre au point les modalités futurs concernant la vente de la drogue. Tout cela ne plaisait guère au chuunin de devenir un simple revendeur mais l'argent qu'il pourrait se faire sur cette vente ne pouvait être négligé, pour l'organisation mais surtout pour lui, après tout une rentrée d'argent ne pouvait faire de mal et il n'était pas vraiment dans un endroit où l'on se soucier de la provenance des ryos.
Il se serait bien mit tout de suite à la recherche de clients potentiel et pensait notamment que les contacts de Savina, ou plutôt ses "clients", pourraient certainement servir d'intermédiaire mais pour le moment et, une fois dans sa propre chambre, il se mit à réflechir aux différentes techniques pour pouvoir tirer le meilleur prix possible de la drogue mais il se rendit compte que ses pensées était encore occupées par "Natsukashimu", quel pouvait bien être le rapport entre cette organisation et son frère...
avatar
Chihousou
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 586
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Makaya le 25/4/2009, 14:37

Meeeerde, y'en avait du monde! Lilith m'avait pas grugée en m'annonçant entre deux émasculations qu'elle radinerait les rois et reines de la luxure...Je ne pensais pas qu'il y aurait tant de lascards et tant de nanas dans l'assemblée. Et dire que ces gens étaient la pour se faire taxer du blé par mes soins...Muhaha naïfs, j'viens bien vous blouser tas de pimps!

Je me tenais donc sur une estrade qui me permettait de dominer mais surtout d'admirer une bonne centaine d'individus très divers et qui représentaient les plus gros cheptels de putes et les plus gros établissements de plaisirs d'Arasu. J'avais la crème de la luxure sous les yeux et ceux-ci me lorgnaient d'une façon ma foi fort peu avenante...


« Bonjour à toutes et à tous! Je suis Makaya, je suis maquereau chez les Icha-Icha! » dis-je face à mon vaste auditoire. Aussitôt, je fus hué et des débris de nourritures fusèrent dans ma direction, le tout accompagné de « bouuh casse-toi, parvenu! T'es pas un des nôtres! Dégage minable! ».
Je restai impassible, attendant que la colère s'estompe, pour ajouter:
« Et chui aussi Juunin. Donc j'peux peter la gueule à n'importe lequel d'entre vous. Les nanas aussi dans la foulée, ça ne me pose au-cun problème de conscience...Bon maintenant vous fermez vos claque-merde et vous m'écoutez. Vous ne m'aimez pas? Moi non plus et c'est bien normal. On est dans un milieu concurrentiel et forcément faut marcher sur les autres pour se faire une place.
-Ouais et t'as commencé à marcher sur nos plate-bandes avec ton service de putes à domicile! Nous ne tolérons pas cette incartade notoire dans notre commerce et nous t'ordonnons d'arrêter!
-Au nom de tous les macs d'Arasu, sache qu'un novice arriviste et mal peigné comme toi est très mal perçu...D'après nos informateurs tu es arrivé il y'a à peine quelques semaines et tu te retrouves déjà à la tête d'un important cheptel réputé...tu as été adopté par le prosti-syndic alors que c'est le cas de presque aucun d'entre nous...
-D'autant plus que tes filles suivent un entrainement spécial et sont devenues championne sur le marché! » proféra un autre Mac qui déversait son fiel.
-VOGGLE! Ce n'est pas ma faute si vous êtes des tocards qui se contentent d'empocher le pactole! Si vous n'avez pas d'aussi bons résultats que moi, c'est parce que vous n'avez pas ça dans le sang! Parce que vous vous prétendez maquereaux alors que vous n'êtes que des sardines! C'est plus la jungle mais la mer ici, mais dans tous les cas la loi du plus fort prime et vous êtes sur le déclin si vous continuez à vous complaire dans votre situation sans innover! Cependant, dans ma grande mansuétude, je vous offre une occasion de vous refaire une jeunesse! »


Et sous les yeux ébahis de mon auditoire, je sortis de mes cheveux un panneau couvert de graphiques, de signes, de plans et de courbes; la sortie de ce panneau ponctué d'un « HERE COMES THE BIATCH BEACH!! »

Trois heures durant, j'exposais mon projet murement travaillé et étudié, en étayant mes démonstrations de chiffres, de faits concrets, de noms, de moi, de références et de larges promesses de profit. Les questions fusèrent (« Mais qu'en est-il des éventuelles filles qui tomberont enceinte? Elles seront toujours exploitées durant la grossesse pour assouvir des fantasmes rares et leurs enfants deviendront ensuite soit d'autres putes, dressées dès la petite enfance, soit des hommes de main parfaitement endoctrinés! Parfait! ») mais petit à petit, je réussis à convaincre les sceptiques et à rallier la majeure partie des macs présents sous ma coupelle pour finalement en arriver à cette conclusion:
« Il faut aller demander le terrain rattaché au bassin d'eau de la ville à Izanami. Sans ça, tous nos efforts seront vains. Vous trois, vous viendrez avec moi. Le reste, vous savez ce qui vous reste à faire. »


Ce qui restait à faire?
-Avertir tous leurs contacts à la fois dans le village mais aussi dans Nobeoka et dans les pègres propres à chaque villes et villages. Nous devions ramener un ma-xi-mum de monde.
-Commencer la construction des infrastructures et des attractions.
-Coacher les putes.

Ce qui me restait à faire?
-Prendre avec moi ces trois macs qui étaient parmi les plus importants de la ville.
-Faire en sorte qu'ils m'introduisent chez Izanami.
-Lui sortir mon baratin pour qu'elle nous cède le terrain.
-Rester en vie.


L'après-midi débutait lorsque nous sortîmes du bâtiment dédié à la réunion. Chacun et chacune se dispersa pour accomplir sa mission, les yeux illuminés par l'amour du travail bien fait. J'étais fier de cette étincelle que j'avais placé dans leurs yeux...Continuer et encourager le trafic d'êtres humains pour le bien de la Libido masculine avec un grand L...je pouvais réellement être fier de moi.

Et c'est donc le buste bombé que mes trois comparses et moi entrèrent dans le palais d'Izanami. Celui-ci se trouvait à une trotte du bâtiment et j'eus donc tout le loisir de découvrir et d'étudier le centre d'Arasu, bien plus riche, propre et louche que la couronne extérieure. Les architectes avaient bien fait leur boulot et avaient gérés question urbanisme: tout était bien pavé, signalé, propret et agencé. Dans cette partie de la ville, les gens avaient de plus l'air parfaitement normaux, contrairement aux junkies débraillés qu'on pouvait trouver dans la couronne. Cette charmante demoiselle la? Elle ressemblait à ma si aimable boulangère, qui me laissait toucher ses miches!
« Tu vois cette femme la, Makaya? Kimio Tagashi, criminelle de rang A. Elle mange le cerveau de ses victimes à la petite cuillère. »
Comme quoi hein...l'habit ne faisait pas le moine.


Et après cette visite rapide du centre, nous arrivâmes à une grande bâtisse très bien gardée. Garde que nous traversâmes sans mal, ayant bien pris soin de m'entourer de pontes de la pute. Le palace d'Izanami était une totale énigme: comment avait-elle bien pu bâtir un truc pareil au milieu de nul part? Mais je ne pus m'extasier longtemps car on me banda les yeux, prétextant que n'étant qu'un nouveau encore indigne de confiance, je ne pouvais voir tous les secrets que recelaient cette bicoque. Peu d'ailleurs en étaient dignes apparemment.
Je fus donc cagoulé, ne pouvant ni voir, ni entendre, ni sentir, me fiant uniquement à la main du garde qui me faisait passer par une multitude de couloirs, d'escaliers et de corridors pour finalement me mener devant...un plumard à baldaquin, rideaux tirés. Déception. Paraissait que la big boss était fort canon.


« Qu'est ce qui vous amène? » La voix qui dit cela sortit étouffée des lourds rideaux mais on la décelait suave et très bien maitrisée, si bien que chacun perçut une intonation différente. Mon voisin se crispa, comme s'il avait peur d'avoir dérangé. Le second se détendit, comme rassuré de n'avoir justement pas gêné. La troisième resta interdite. Pour ma part, je m'imaginais une indifférence quand à l'arrivée de ces trois connaissances dans son office, ponctué d'une pointe d'irritation quand à la venue d'un total étranger. J'avais à faire mes preuves, ce que confirmèrent mes trois collègues en me faisant un signe de la tête commun. Je m'avançais d'un pas.
« Bonjour puissante Izanami. Je me nomme Makaya, je travaille pour le gang des Icha-Icha et j'ai comme projet d'instaurer un événement culturel encore jamais vu dans votre cité. En tant que maquereau, moi-même, ces trois associés ainsi que la quasi-totalité des proxénètes importants et le prosti-syndic désirons installer un parc d'attraction dédié au sexe aux abords d'Arasu. Plus spécifiquement au bord du terrain d'eau douce qui fournit la ville. Ce terrain étant sous votre juridiction, nous voulions vous demander si nous pouvions l'exploiter.
« Qu'en pensez vous? » La question posée par la Kagette ne m'était visiblement pas adressée et c'est un des pontes qui s'avança à son tour pour énoncer son avis sincère quand à mon entreprise. Visiblement on ne mentait pas à Izanami. Une fois son opinion donnée, les deux autres aussi se prononcèrent en mon sens et puis ce fut le silence. Jusqu'à ce que cette mystérieuse voix résonne dans la salle en un:
« Je veux 10% des bénéfices. Et une place gratuite pour mon conseil et moi. Partez. »


Une fois dehors:
« HMMMMYEAAAH!! ON PEUT DORENAVANT SERIEUSEMENT S'Y METTRE!! ÇA GERE!! Au passage merci dudes, sans vos garanties, ça n'aurait pas été possible non plus. J'vous paye une bière!
-On veut surtout chacun 3%
-Hum...Soit. Mais juste vous. Autrement je ne pourrais ni rembourser, ni payer les putes et les macs et les frais du site.
-Tu comptais prendre combien? Il te reste seulement 81% vu les parts qu'Izanami-sama et nous nous octroyons.
-Vous bilez pas avec ça. Le plus important, ce n'est pas l'argent mais le fun! Allez on va boire maintenant! »


Les deux mois qui suivirent furent é-pui-sant. Je dus déléguer à balle, étant dans l'incapacité totale de tout faire (j'aurais pu...si seulement je n'étais pas dans l'incapacité totale de faire des clones). Et une fois les personnes auxquelles j'avais promis de fortes sommes d'argent eurent effectués les taches demandées, elles disparurent mystérieusement, m'empêchant alorsde leur donner la somme requise. Queeel dommage...
Bref, tout s'enchainait à un train d'enfer, le plus chiant étant de commander les attractions rapidement puis de les acheminer à travers les montagnes. Les meilleurs ateliers de montages se situaient pour la plupart dans les trois cités ninjas et construire 122 phallus métalliques de 3mètres de haut, ça passait difficilement inaperçu. Heureusement que nos liens avec les pègres nous permettaient de faire escorter ces convois par des ninjas qui ralliaient notre cause (et a qui on avait promis des consos gratuites. Hahaha, les débiles.)
Mais grace à l'argent que les Doken enfin séduits, mes potes pimps et moi investissaient, le travail se faisait vite et bien, si bien qu'en deux mois, toutes les attractions étaient prêtes a être installées dans un site parfaitement préparé et balisé. Hikifune m'avait magnifiquement assisté et il gérait à merveille ma nouvelle fortune: les clodos faisaient un travail admirable et en leur redonnant une activité, ils s'étaient eux-mêmes pris en main et donc concoctaient leurs propres chansons et pièces. L'un des morceaux fut même choisi pour devenir l'hymne d'un gang important à Arasu. Et donc plein de reconnaissance, ils aboulaient le flouze sans broncher.
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Makaya le 25/4/2009, 14:38

Quand à Pizza Put...Aaah Pizza Put...c'était un succès qui dépassait toutes mes espérances les plus folles. Je savais qu'il existait une foule de mecs coincés qui croupissaient chez eux en rêvant qu'une bombe sexuelle toque à leur porte...qui plus est en apportant une pizza! Pizza Put était la réalisation d'un rêve pour toute cette classe de timides gourmands et moi, je leur vendais du rêve. Du rêve que je vendais en quantité et à un bon prix. A tel point que les filles des Icha-Icha étaient pour la moitié employées pour PP et l'autre moitié avait acquis une telle réputation grâce aux super techniques que j'avais apprises auprès d'autres filles lors de mes pérégrinations qu'elles devinrent très demandées...Et une forte demande pour une offre réduite signifiait que je pouvais me permettre d'augmenter mes tarifs.

Et avec tout cet argent, dont une partie majeure était reversée pour le BB, je payais mes filles, mes installations, je remboursais les personnes qui m'avaient avancé et une fois tout ceci payé...
« Tu vas faire quoi avec tout ce pognon Maka? Pizza Put te rapporte une petite fortune perso et ta succursale à Nobeoka va dépoter du rat tricéphale!
-Hey, tu t'es rendu compte de ça Hikifune? A force de trainer avec moi, tu commences à adopter mon fabuleux langage!
-Et meeeerde...Bref Pizza Put est super rentable, tes clodos troubadours se démerdent honorablement et les missions que tu effectues pour Kitsune et ses potes arrondissent à merveille tes fins de mois. Très bonne idée ça au passage de continuer les missions à son compte et d'accepter de te prostituer pour lui auprès de ses camarades, et de demander une commission la dessus
-N'utilise pas le terme « prostituer » même si il est vrai que c'est un peu ça. Bref, je compte en premier lieu finir de rembourser mes dettes. Avec ça j'aurais l'esprit tranquille et les bons comptes font les bons amis. Ensuite je vais continuer d'investir dans le BB. Je suis en train de dresser un tableau précis de mes collègues maquereaux qui osent réellement se mouiller dans le projet et les autres qui trempent un orteil suspicieux. Ceux-la peuvent se brosser pour avoir un part du bénéfice que ça va rapporter. Et donc l'argent qui était initialement prévu pour eux me reviendra donc de façon légitime. Et crois-moi, ça en fait un paquet.
-Hum...Ça va quand même criser quand tu vas annoncer ça. D'ailleurs à quand estimes-tu le moment de cette confrontation? Jusqu'ici, tout le monde est dans l'effervescence due au travail mais dès que ça va causer implication et argent, ça va gueuler.
-En effet. Bah, on verra ça quand le BB commencera mon ptit Hikifune.
-Tu comptes ouvrir le parc quand?
-Ça fait deux mois que le projet est réellement lancé et dans un mois environ, il sera mené à terme et le BB pourra démarrer. Le matraquage publicitaire est une réussite, et je mise beaucoup sur la fève « Biatch Beach » qui donnera droit à une pipe gratuite dans nos tartes à la frangipane promotionnelles. Dans les trois cités ninjas, j'ai de très bons échos, les lupanars du coins étant limite retapissés par nos affiches. Ici, comme dans les villages alentours, il n'y a pas un seul mur qui n'ait son poster et il paraît que même des résidents de Nagame viendront pour l'occasion! Donc il devrait il y'avoir du monde...Concernant les attractions, elles sont en train d'être vérifiées et j'irais participer aux tests demain avec quelques copines pour voir si elles marchent bien. Esprit professionnel. Mais le client n'aura pas de toute une journée pour expérimenter le parc. Il ne le pourra pas physiquement...sauf s'il se drogue grâce aux pillules bleues que nous vendront un peu partout dans le parc, concoctées par nos laborantins! Enfin bref, on est dans un mois de peaufinage, les infrastructures étant globalement posées. Ce mois la, on va surtout coacher les filles...Et ça va pas être de la tarte car les trois quarts de ces nanas se contentent de jouer les trous gémissants mais le client veut plus que ça! J'ai donc sélectionné un bon nombre de mes filles pour m'assister et dans quelques jours j'organise un casting de mecs qui joueront les cobayes.
-Oui j'ai entendu parler de ça en ville...Si tu savais le nombre de mec qui espèrent être pris...j'ai vu deux mecs tirer mutuellement sur le pénis de l'autre pour augmenter à la fois leur taille et leurs chances d'être retenus.
-Haha, sans dec? Enfin bref, j'ai hâte, on touche au but, le coté matériel étant globalement achevé. Reste le coté humain à gérer: les putes (rholala, ça va être épuisant) et leurs macs (rholala, ça va être saoulant)
-Ouep...chui bien content que tu te tapes tout ça et que moi je reste tranquillement ici à gérer ta fortune...Je préfère rester posé, causer de problèmes à personne, me faire tout petit pendant que tu affrontes les ennuis.
-Pff, t'es un vrai Iarwain toi, c'pour ça que je t'aime bien!
-Iarwain? C'est qui?
-C'est un mec qui...QUI CROUPIT EN PRISON DEPUIS DEUX MOIS! MEEEERDE!!
-Wow Maka tu vas ou? »


Chiooootte!! J'avais to-ta-le-ment zappé le félon qui moisissait dans les geôles des Doken, laissé en garantie de ma bonne foi.
Tandis que je courrais vers leur QG, je me disais que je n'aurais pas grand mal à le faire libérer, ladite bonne foi s'étant admirablement infusée dans la myriade d'affiches du BB qui fleurissaient ça et la en ville. De plus, je fournissais à Fucho un somme d'argent plus que correcte pour garder son petit comptable. J'avais donc toute la légitimité nécessaire pour permettre à Iarwain de retrouver le grand air de la liberté. Que j'étais bon tout de même...
Bref après avoir défoncé la porte du rachitique Fucho, toujours sous la précipitation, je fis mon speech d'avocat et le thin boss concéda à libérer mon ex-camarade d'amour. Il se leva, les clés du cachot à la main en disant doucement « il n'intéressait même pas les autres prisonniers. En général ils aiment qu'on leur résiste un peu mais ton Iarwain à l'air tellement désabusé et flasque qu'ils ne lui sont même pas passé dessus. Il n'a même pas rentabilisé son séjour au trou ».


Lorsque la porte s'ouvrit, et que les rayons du jour éclairèrent le caveau sinistre qui sentait...un truc pas net; tous les prisonniers échappèrent au rai qui aurait attaqué leur peau vulnérable au soleil. Parmi la lie de la condition humaine qui rampait en fuyant la lumière, il y'en avait un qui n'était pas un gros baraqué aux jambes arquées. Il était plutôt jeune et...
« WAOW IARWAIN TU PIQUES! Deux mois au trou et monsieur à la barbe qui pousse! Bon c'est un duvet et t'as qu'un tiers de joue qui picote...mais c'est un début! Viens on va fêter ça dehors, en plus de ta libération mon pote! Je suis venu te sauver!
-Arrête de jouer les héros salvateurs, t'es responsable de mon cloisonnement.
-Rhoo arrête un peu de râler! T'es aigri aujourd'hui ou quoi?
-Je suis aigri depuis que je te connais. Je le suis encore plus depuis deux mois. Maintenant dégage de la, je ne veux plus jamais te revoir. » Il dit cela en se levant et en m'écartant de l'encadrure de la porte pour se frayer un passage dehors. Les autres présents tentèrent la même manœuvre mais mon poing levé recelant quelques éclairs les fit reculer. Je laissai Fucho refermer la porte pour filer le train à Iarwain.
« Bon alors comment ça va? Est-ce que...
-Je veux mes affaires, particulièrement mes parchemins d'invocation. Je veux aussi de l'argent. Et savoir ou je suis pour repartir au repaire de mes compagnons, ou tu n'iras pas »

Fucho, qui était juste derrière nous, accéda à sa première requête en nous emmenant à la réserve ou étaient consignés les affaires du Fujibayashi. Je sortis de mes cheveux une petite liasse de biffetons qui allèrent se loger dans la poche du pantalon nouvellement enfilé, sous le regard surpris de Iarwain.
« Oui je saaais, j'ai du fric et bien que je te haïsse et que je nourrisse secrètement l'idée de te voir crever sous un pont et sans un sou, je ne peux m'empêcher d'exhiber ainsi ma thune.
-...Je me casse. Et toi tu pars dans l'autre direction. Tu me dois au moins ça: tu me frappes en pleine rue, tu m'entraine avec toi dans tes problèmes de gangs et finalement tu fais en sorte que je sois enfermé...et tu m'oublie, pendant deux mois ou j'ai du jouer la loque pour ne pas finir...élargi. Alors s'il te plait, s'il te plait, fous moi la paix, lâche-moi. Definitivement.
-Je...tu...
-Bien, j'ai réussi à t'émouvoir...Donc j'y vais. Salut.
-Attend!
-Quoi Maka? Tu est rongé par le remord? Tu veux t'excuser? J'écoute alors.
-Tu...TU AS JOUE LA COMEDIE? TU AS FAIT LE SOUMISSIME POUR NE PAS FINIR DILATE? TU T'ES MOQUE DE CES PAUVRES PRISONNIERS ET TU AS BRISE L'IMAGE DE LA TAULE, ENTITE SODOMITE RECONNUE? TU AS DESHONNORE LA PRISON! FUCHO, IL FAUT LE REFOUTRE A L'OMBRE!! HEY REVIENS ICI!! »


Finalement le petit salaud m'avait échappé, devenant invisible au détour d'une rue. Mon filet capillaire ne put le localiser car absolument pas prévu pour ce genre de cas de figure et finalement Iarwain Fujibayashi s'évapora dans la nature. Je lancerais une chasse à l'homme en mettant sa tête à prix une fois tous mes soucis liés au BB résolus. Mais il ne s'en tirerait pas comme ça...Oooh nononon...


C'est donc la queue entre les jambes je rentrais à mon QG ou régnait l'effervescence habituelle, Pizza Put marchant à plein pot. Hijkifune n'avait pas bougé de sa place, le nez dans des papiers. Je lui dit la somme que j'avais donné à Iarwain pour qu'il l'incluse dans ses comptes, avant de m'affaler dans une chaise, anéanti par la fuite de mon jouet #1.


La lassitude dûe à la fuite d'Iarwain perdura dans le casting des mâles qui devaient jouer les cobayes pour mon coaching. Devant moi, une foule de mecs, dont certains...
« Kitsune? Mais qu'est ce que tu fous la?
-Merde c'est toi qui organise le casting hein...
-Ben je suis le chef du projet, c'est un peu normal non? Nan mais sérieux boss, c'est quoi le délire la? Tu sais que tu vas devoir te foutre à poil. Devant moi. Et astiquer Popaul pour esperer...
-Pistonne-moi.
-AAAAH NON! JE REFUSE! DEMANDE A UNE DES FILLES PRESENTES LA MAIS MOI JE NE...
-Par pistonne-moi je voulais dire épargne moi ces tests. Je suis ton boss, tu me dois bien ça Maka.
-Euuh...
-Si tu refuses, je te vire et te jète en pature à tous les gangs rivaux d'Arasu qui se feront une joie de...
-Okay okay! T'attendras dans la salle la, c'est celle des retenus. Félicitations!
-Bien, merci Maka. Tu comprends, j'ai une petite réticence à me deshabiller devant mes associés. Allez salut! » dit-il en se dirigeant vers ladite porte. J'aurais tant aimé lui répondre: « La première que je t'ai vu, t'avais ton froc baissé, le bidule dans la bouche de ta pute attitré. Et puis de toute façon tu vas devoir me montrer ta virilité quand même. »


Bref je me mis à table, avec trois copines à mes cotés. Une marrante avec un gros tatouage, un trans avait une barbe de trois jours (pour les excentriques. Et croyais moi on s'arrachait ses services), une petite vieille à lunettes qui faisait des merveilles une fois son dentier enlevé et moi je faisais le musicien funky avec une coupe de cheveux du tonerre.
« Bien, le casting du « A la recherche du nouveau queutard commence! Candidat, entrez!
-Bonjour je m'appelle...
-A poil. On s'en fout de vous, de qui vous venez et de ce que vous comptez faire. Vous n'etes pas que pour une partie précise de votre anatomie, le reste on s'en tape. Faudra faire passer le mot Andréa. Allez à poil mon garçon.
-Euuh très bien... »

Et la journée entière fut dédiée à mater des bites. Ponctué de belles surprises (« Oh, l'émotion...je n'ai pu retenir mes larmes...il y'avait une telle poésie dans cette testicule ballante! »), de choses très surprenantes (« c'est moi ou il avait trois glands? »), de crises de rires (« Mouhaha, monsieur vous reviendrez...ouh!..quand vous pourrez voir votre pénis! Ça sera déjà ça car nous on ne peut pas! ») et de débats houleux (« Mais si, il aurait été par-fait! Mais pas du tout ses poils étaient photogéniques! Mais non on s'en fout pas de...rho bande d'ignares, je vous méprise! Non je ne reviendrais pas!»)

Finalement, sur les 450 mâles recensés, 201 furent retenus pour copuler avec 234putes, toutes choisies parmi les cheptels des autres macs. Dans le lot il y'avait de tout: de la petite frappe au gros bonnet du commerce illégal, tous espérant que ça vire à la partouze générale. En mettant leurs phallus à mon service, j'avais tout le corps à mes ordres! Ce mec qui engrangeait plusieurs milliers de ryos par semaine car chef d'un gang très important...il se mettrait dans toutes les positions que je voudrais...MUHAHAHA!!!

Bref, deux jours après, le rassemblement eut lieu, les consignes furent données:
« Soldats, écoutez moi! Vous n'êtes que des bites! Que des bites! Vous ne vous enamoucherez pas d'une catin, vous ne lui ferez pas de câlins, pas de bisous et vous ne pousserez aucun couinement suspect! La seule chose que vous aurez le droit de faire, rester droit! En avant soldats, pointez fièrement votre étendard masculin pour perforer les rangs de l'ennemi!! »
De l'autre coté, mes filles exhortaient leurs camarades de la même manière (je déteignais invariablement sur les gens que je fréquentais souvent...):
« Préparez vous mes soeurs, à voir déferler sur vous des cohortes de soldats de l'armée de phallus!! Comme les Perses ont autrefois défait les spartiates, aujourd'hui ce sont les Bourses qui nous acculent! Mais nous resterons vaillantes et fortes alors que le ciel sera noir de leurs...
-Y'aura un noir dans le lot? Hummm j'adore!
-UN PEU DE CONCENTRATION! Maintenant, tenez vous prêtes pour l'assaut final...à mon commandement...SUS!! »

Et alors que mon homologue féminin baissait le bras, mes hommes ne fléchirent pas d'un pouce et se jetèrent sur ces succubes qu'ils se devaient d'exorciser!!
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Sarouh le 28/4/2009, 10:55

Sarouh en avait marre. Plus qu’assez. A l’origine le quatuor qu’il formait avec Nina, Shiji et Haruka avait était envoyé pour détruire une bande de gars endetté jusqu’au cou. Rien de bien compliqué en soit. La filature s’était bien passée et ils avaient découverts où était le repaire de des joueurs invétérés.

Ça s’était compliqué quand une dizaine de gars s’était amenés, armée de bâton métallique. Sarouh aurait pu les détruire en chargeant avec le reste de la bande maintenant, mais il avait attendu que les autres s’en aillent. Grave erreur. Lesdits autres frappèrent les joueurs et les emmenèrent.

Il avait donc le choix entre attaquer maintenant et peut être déclenché un conflit diplomatique entre Ulôh et le/les gangs des mecs qui avaient pris leurs cibles en otage, ou bien fuir et expliqué ce qui n’a pas marché. Il choisit d’attaquer. Si Ulôh avait ordonné d’attaquer les endettés, ils le feront, qu’importe les conditions, le boss de la bande des Quatre devait être au courant. S’il ne l’était pas, tant pis.

Il fît un signe à Nina, légèrement derrière lui et se dirigea vers Shiji et Haruka.

Sarouh : Bon, on va tous les casquer, mais pas d’insultes, d’indications sur notre appartenance à notre gang ni rien. Silence total. Si y’a de la casse ça sera au patron de gérer. Des objections ?

Personne n’en fît. Et ils chargèrent. Avec discrétion, rassurez-vous. Sarouh tua un des mecs armés d’une barre de fer sans qu’il n’ai eût le temps de l’apercevoir. Nina en tua un autre en lui tirant une flèche dans le coup. Et le combat continua dans l’anarchie la plus totale. Malgré leurs sous nombre, Sarouh et les autres dominaient clairement le combat.

En quelques minutes l’affaire fût réglée. La Bande des Quatre prit avec eux leur cible. Lesdites cibles étant pétrifiés de peur, le transport ne fût pas un problème.

Une fois arrivé au quartier général d’Ulôh, ils livrèrent le « colis » a l’intendant-geôlier-un –peu-tout-en-fait pour enfin bifurquer au lieu d’entraînement. Ulôh faisait partie d’une bande de gang réunis par un seul majeur et ce dernier avait désigné cet endroit pour que ça soit le centre de recrutement et d’entraînement. Officieusement, plusieurs dirigeants devaient passer pour inspecter l’endroit, mais bien peu s’y intéressait plus que de leur pognon.

Bakudan arriva au même moment.

Bakudan : Belle prise. Mais avez-vous pensé aux conséquences diplomatiques ?

Sarouh : Bien sur. Mais j’ai appliqué la loi d’Arasu : Ta gueule et obéis.

Bakudan : C’est pas faux les dirigeants aiment avoir des serviteurs qui ne les conteste pas systématiquement. Bref passons. Aujourd’hui on ne va pas s’entraîner comme d’habitude. Que diriez-vous d’un tournoi ?

Sarouh * hochant la tête*: Pour une fois que tu demande notre avis. Moi j’suis pas contre.

Bakudan : Let’s go ! Allez chercher de la bouffe pendant que je prépare les rounds.

La petite bande se dispersa, chacun partant chercher son repas préféré et une bouteille d’eau. Après une petite quinzaine de minutes, ils furent de retour, leurs repas en main. Bakudan quant à lui avait fini sa préparation. A la grande surprise de Sarouh et des autres, Bakudan s’était inclus dans le tournoi, avec deux autres personnes.

Bakudan : Bon les deux inconnus qui participeront a ce tournoi sont de niveau gennin. Ils testeront mieux votre niveau que moi. Moi je serai pour mettre en difficulté Sarouh, compris ?

Toute la bande Oss !

L’instructeur sourît et annonça le premier combat : Shiji contre Sezan. Ce dernier n’avait donné qu’un nom de code comme indication sur lui. Sarouh le détailla avec curiosité. Il était assez grand presque autant que le néo araséen. Blond et musculeux, il allait certainement privilégier le corps à corps. Aucun danger pour Shiji s’il fonçait comme une masse de muscle sans cerveaux.

Et c’est ce que le gennin fît sans considération pour l’écart qui devait les séparer au combat de contact. Le shinobi fût vite repoussé par la masse de muscle qu’était Shiji. D’un coup de poing au plexus, il força le shinobi à reculer de deux bon mètres. Il composa des signes et un éclair de foudre se dirigea telle une lance mortelle vers le gennin qui n’eût d’autres choix qu’encaisser.

L’éclair percuta le néo shinobi, engourdissant et brulant considérablement ses avant-bras, dont il s’était servit comme bouclier. Un coup de poing vînt percuter l’estomac du blondinet, qui en fût tout retourné. A un tel point qu’il dégobilla par terre. L’instructeur de la bande des Quatre considéra le combat comme clos, il expulsa le gennin avec une levée de terra, l’envoyant a l’extérieur de ring.

Bakudan : Deuxième combat ! Shark contre Notrek !

Ce dernier était strictement identique au premier. Et tout comme ce dernier il fonça au corps à corps. Shark, Alias Sarouh le réceptionna d’un bon coup de poing dans l’estomac. Il constata avec plaisir que son niveau au taïjutsu était tout de même supérieur à celui d’un gennin débutant. Partant en violemment en arrière, le blondinet n°2 fît des tranchés dans le sol avec ses talons. Il fonça à nouveau sur le chuunin, en se dédoublant sur le chemin.

Sarouh soupira. Il prît son sabre et attendît le contact, qui ne tarda pas à arriver. Il se substitua, en se dédoublant en même temps. Un clone apparût au moment où une pierre fût translatée.

Notrek n’était pas stupide et il avait comprit. Mais il chargea tout de même Sarouh bis lui-même accompagné de son double. Le clone les tenait sans difficulté a distance mais n’infligeait pas de dommages sérieux a son adversaire. La mort et la flemme dans l’âme, le chuunin se re-substitua à son clone. Il recouvrît sa lame de fuuton et explosa en quelques seconde ses adversaires. Le gennin allait s’en tirer mais avec jambe serait HS un moment.

Bakudan appela alors Nina et Haruka. Le seul combat digne d’intérêt.

Les deux protagonistes se mirent en place. Nina sortît son katana, laissant le temps à son adversaire de faire de même. Ils s’observèrent cherchant une faiblesse dans la garde de l’autre. Dés le signal de départ ils s’élancèrent l’un vers l’autre. Ils frappaient avec agressivité préconisant tout deux le style offensif. Après quelques passes soit disant d’échauffement, le combat s’intensifia. Bottes coup d’estoc et de tailles se multiplièrent.

L’un comme l’autre se voyant mis en échec au katana ils arrivèrent à la même conclusion : ninjutsu. Ils sautèrent pour se désengager. Sarouh regardait avec intérêt le combat, ils voulaient a tout prix connaître le niveau de ses alliés. Une boule de feu vînt percuter une salve de lame d’acier s‘annihilant l’un l’autre devenant un marasme d’acier fondu. Sarouh soupira. Ils étaient de niveau équivalent.

A force de ninjutsu ils s’affalèrent tout deux complètement épuisé. Bakudan prononça un match nul. Le sensei annonça ensuite son propre combat contre Sarouh. Le chuunin abandonna juste à la fin de son annonce, personne n’en fût surpris. Leurs instructeurs pouvaient avoir des pulsions sadiques très ennuyantes, notamment pour la cible.

Chacun mangea la nourriture qu’ils avaient amenés avant le combat, tandis que le tournoi se finissait sans surprise sur la victoire de Bakudan. La suite fût plus surprenante.

Bakudan : Bon j’vais vous laisser une semaine de quartier libre où vos ferez ce que vous voulez, vous branlerez rien de la semaine si ça vous fait plaisir, j’dois faire un truc important, ne me posez pas de question je dirai rien. Bon j’dégage les gens, a dans une semaine.

Et il disparut. Après ça le groupe se dispersa. Sarouh demande une … commission au bureau ayant cette fonction. Une femme revêche lui donna les données de la mission a réaliser.

Femme revêche : Un gang a découvert une drogue dite « miraculeuse » et la mise sur le marché, vous devez essayer de vous tailler une part du lion dedans, notamment en rencontrant leur chef. Voici le lieu de rendez vous.*elle pointa un endroit sur la carte d’Arasu* Vous vous y rendrez demain, à l’aube. Bon courage, c’est un gang émergent généralement orgueilleux et très dur en affaire.

Le jeune Tsumyo prît congé de la vieille femme, puis profita de la tombée de la nuit pour regarder les étoiles. Se souvenir était agréable et douloureux à la fois. Se souvenir…

Le lendemain, son contact habituel lui fila une lettre, qu’il lût en vitesse avant d’aller voir le porte parole du gang vendeur.

Me fais penser que la femme m’a même pas donné leur nom. Bref voyons ça…

Lut,

Ok, content pour toi et ta bande. Si c'est des mecs sympa, y'aura pas de problème je pense... Sinon, je viens de me casé, surprenant non? Niveau entraînement, je continu à m'entraîner au Fuuton( à l'heure ou je t'écris, je viens de maîtriser une nouvelle technique). Et pour Mutika, ne l'handicapes pas. Je veux qu'il soit en pleine possession de ses moyens quand je l'affronterai...


Il avait fait bref concis et clair, à son image. Dommage, il avait déjà cassé la gueule à Mutika. Il lui répondit brièvement, avant de partir à son rendez vous. Le soleil se levait à peine, l’air était donc frais et pur le sol légèrement humide, rappelant vaguement à Sarouh la météo de Gensou.

Lorsqu’il arriva il découvrit avec stupeur qui était son interlocuteur. C’était si improbable que LUI se trouve ici, dans un gang plus ou moins hostile. Effectivement son rival d’une mission, Chihousou se tenait, aussi impénétrable qu’a son habitude.

S’il était tombé sur plus malin que lui, on a du souci à se faire. Beaucoup de soucis.

Sarouh se reprît, et vînt saluer son ancien camarade, aussi impassible que lui.

Chihousou : C’est surprenant qu’il ait envoyé un gamin pour parler commerce.

Sarouh : Quel accueil. Non pas pour parler commerce mais intention.

Chihousou : Et si on s’en contrefoutais et qu’on voudrait chercher au plus offrant ?

Sarouh En vérité j’men fous. Complètement. Mais si tu trouve plus offrant j’vais encore me faire charrier à n’en plus finir. Qui t’emploie ?

Chihousou : Ca fait partie des infos que tu ne connaitra pas de ma bouche. Donc, notre discussion est close, nous allons au plus offrant ?

Sarouh : Je sais que vous êtes un gang émergeant, un sponsor, contre une ristourne, ça vous va ?

Chihousou : Aucune idée faut que je vois avec le boss si ça lui aurait plus. Mais bien que nous soyons arrivé depuis peu, on a déjà des effectifs donc tu connais déjà la réponse, c’est non. Aucune chance que tu viennes nous aider ?

Sarouh : Non plus. C’est moi ou ça tourne en guerre verbale ?

Chihousou : Ca ne tourne pas, c’en ait une.

Sarouh Et nous savons pertinemment qu’aucun de nous flanchera, alors, on fait quoi ?

Chihousou : J’en sais rien. On pourrait luter verbalement jusqu'à ce qu’un de nous cède. Mais ça serait long. Très. On peut clore la discussion et retourner bredouille. Alors, aucune de ces deux propositions n’étant satisfaisante, je privilégie le combat pour décider qui l’emporte, en cas de statut quo, on se reviendra chacun de notre coté dans nos gangs respectif, bredouille et hostile.

Sarouh : Aucune de tes solutions ne me plaisent. Tu veux juste qu’on se batte en faite ?

Chihousou Exactement, gamin. Bonne chance.

Et le Chihousou lui faisait face disparut dans un nuage de fumée. Pour plus de sécurité, le jeune chuunin fît un bon en arrière en se doutant que c’était dérisoire, et que sur la place encore vide où ils se trouvaient, lui et son ancien rival, il était en désavantage, car Chihousou avait l’initiative, et Sarouh ne connaissait pas sa localisation.

Deux volées de kunaïs s’élancèrent vers lui simultanément, de devant et derrière le jeune homme aux cheveux bleus. Coincés par la paroi à sa gauche, il bondit a droite. Mais à son grand dam ce mouvement était prévu et les kunaïs se rencontrant ricochèrent en une nouvelle direction, c'est-à-dire sa position actuelle. Sautant sur la droite, Sarouh ne put éviter le Masaka, qui arriva comme une fusée dans son dos, en lui appliquant un coup vicieux dans le dos.

Le jeune chuunin eût l’impression que son dos se fendait en deux. Il percuta violemment le sol. Se relevant avec difficulté, il se rendît compte que malgré le fait qu’il se soit positionné en infériorité dés le début du combat, l’ex gensouard avait au moins conforté Chihousou dans son idée de supériorité, pas totalement fausse, ne pût s’empêcher de déclarer son cerveau.

Il fallait le surprendre, le prendre au dépourvu. L’amener sur un terrain où il croyait être victorieux, et mettre le paquet. Le ninjutsu ayant été le seul domaine où il ne se sentait pas en infériorité face au Masaka, le choix de Sarouh fût vite fait. Le genjutsu. Ça allait être sa seule possibilité de victoire.

Le chuunin n’eût guère le loisir de s’étendre là-dessus que deux feuilles en papier, à vu de nez foncèrent sur lui. Par précaution, il les évita, sachant Chihousou fuuton, malgré le fait qu’il ne voyait guère un appel d’air manifeste, signe habituel d’une utilisation de chakra de l’affinité du vent. Bien lui en prît, les deux feuilles s’enfonçant dans la pierre derrière lui.

Sarouh : C’était pas du fuuton, n’est ce pas ?

Chihousou : Peut être bien. Ou pas.

Il lança cinq shurikens, mais comme leurs dispositions étaient basique, facile à éviter, le chuunin eût des soupçons. D’un souffle, il renvoya les projectiles à son lanceur, qui évita d’une roulade parfaitement calculé. Une étoile d’acier arriva à ses pieds, s’enfonçant dans le sol. Dessus, un sceau miniaturisé se mît à crépiter. A ce son de mauvais augure le Masaka recula d’un énorme bond en arrière. Le sceau explosa. Un éclair fendît la fumée qui émanait de l’explosion. Toujours grâce à son ouïe, Chihousou évita.

Sarouh avait une stratégie, il le sentait. Y restait à la mettre e place, sans éveiller l’attention de son adversaire, donc en évitant de mettre la puce à l’oreille à l’esprit analytique du grand blond.

Chihousou *sarcastique* C’est tout ? Tu me déçois, à notre duel dernier t’avait au moins réussi à me blesser.


Dernière édition par Sarouh le 8/5/2009, 00:08, édité 2 fois

Sarouh
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 949
Date d'inscription : 11/03/2008
Localisation : a arasu, c'est la mode:)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Sarouh le 28/4/2009, 10:56

Le bleu des cheveux se clona, et attaqua de front son adversaire, sans répondre à sa provocation. Chihousou l’y attendait de pied ferme. Les lames attachées aux phalanges de son adversaire percèrent un clone. Il évita une lame, fût éraflé par une autre et d’un large mouvement circulaire, fit disparaître les deux clones devant lui. Il n’en restait qu’un, juste à côté de Sarouh.

Ce dernier lança un kunaï, que le Masaka para sans difficulté. Son clone fonça sur la brèche qui s’était très légèrement ouvert dans sa garde, l’original partant un peu après lui. Le Masaka détruisit le clone et campa sur sa position pour intercepter le chuunin. Ledit chuunin frappa avec sa lame, en renforçant son bras au gyo. Son adversaire arrêta sa lame. Et pesta.

En effet, l’ex gensouard avait dissimulé un kunaï dans on autre main et avait profitait que Chihousou ait bloqué son coup avec les deux lames de ses poignets pour frappait maladroitement avec sa main non directrice dans un des bras de son adversaire. Les réflexes incroyables du blond réussirent à le préserver d’une blessure grave.

Là, Sarouh mît en place la deuxième phase de son plan. Un souffle de vent puissant sortît de sa bouche envoyant boulet plus loin son ennemi qui se redressa en vol. Il sortit trois kunaïs marqués d’un sceau d’explosion, en rendît un invisible et envoya le trio d’armes de jets sur Chihousou.

Comme la première fois, il anticipa, et sauta en arrière et se prépara en usant du gyo pour augmenter son ouïe et éviter des problèmes inconvenants, tel qu’une vilaine arme de jet. Pourtant, deux armes le touchèrent, de façon bénigne mais elles le touchèrent. Sarouh profita de sa distraction et, pendant que la fumée se dissipait, envoya son ennemi dans un genjutsu de terreur, mobilisant toute la force possible pour l’empêcher de s’en défaire.

To be continued.

Sarouh
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 949
Date d'inscription : 11/03/2008
Localisation : a arasu, c'est la mode:)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Chihousou le 2/5/2009, 17:08

Son coeur battait la chamade et ses oreilles bourdonnaient, dans son dos un mince filet de sueur froide coulait lentement alors que ses jambes semblaient sur le point de laisser tomber le poids de son corps à tout moment. Il était chancelant, son flanc légèrement ouvert par le kunai empli de chakra fuuton de son adversaire, une blessure qui aurait pu être bien plus grave si Chihousou n'avait pas réussi à se défaire du genjutsu ou s'il l'avait fait quelques secondes plus tard.
La surprise était de mise chez son adversaire qui ne s'attendait apparemment pas à ce que celui-ci réussisse à sortir de l'illusion, ces secondes d'hésitation permirent au jeune homme de se remettre de ses émotions, à ses jambes de retrouver une partie de leur solidité et surtout à son coeur de ralentir quelque peu. Peu à peu, son calme revint, ce qui lui permit de répondre à l'attaque au kunai de Sarouh, lui aussi remit de sa surprise, avec ses lames. Une attaque qui paraissait bien molle comparé à la créativité des précédentes, apparemment l'opposant du Masaka semblait avoir laissé passer sa chance et il paraissait s'en douter comme le montrait ses attaques désordonnées mais puissantes, comme celles d'un animal blessé.
Chihousou avait contré ce qui semblait être sa carte maîtresse et la fierté du shinobi l'empêchait de le laisser s'en sortir indemne mais le grand blond était bien décidé à montrer que le moment où il avait sous-estimé son adversaire était passé et que dorénavant il allait lui aussi sortir ses atouts majeurs.

Il se sépara de son opposant et en profitant pour se rendre invisible, il devait concentrer son chakra avant de préparer la suite, cette modification dans son flux de chakra lui rendant sa visibilité, il s'était éloigné du centre névralgique du combat alors que Sarouh le cherchait du regard. Ainsi, lorsqu'il réapparut, une aura bleu l'entourant, il était suffisamment loin pour que le garçon aux cheveux bleus ne puisse l'atteindre directement. le "Hymen no chakra" était lancé, une dizaine de bulles de chakra apparurent autour du Masaka, prête à l'emploi et ce fut un kunai qui dit en premier l'expérience de leurs capacités lorsqu'il fut dévié par l'explosion dut à la rencontre de deux d'entre elles.


_Maintenant que tu m'as montré tes progrès mon cher Sarouh, c'est à mon tour de te montrer que je n'ai pas stagné. Un petit conseil, évite de te faire toucher par l'une de ces bulles...


Au moment où ces mots franchirent sa bouche, deux bulles de chakra foncèrent vers l'autre chuunin et se rencontrèrent juste devant lui en créant une impressionnante explosion. Malheureusement pour Chihousou, Sarouh parvint à s'éloigner et put ainsi éviter d'être touché par la déflagration, un sourire se dessinait sur le visage du grand blond, cela n'aurait pas était drôle s'il avait était touché gravement dès le début.
Cependant, son adversaire ne comptait pas se laisser faire, après tout le Masaka était touché au flanc et la situation n'était en rien gravé dans le marbre. Ainsi, il créa trois clones pour contrer les bulles de chakra et avança inexorablement vers le grand blond et lorsqu'il arriva au corps à corps, il était intouché malgré le fait que ses clones furent détruits et comme Chihousou était ralentit par sa blessure au flanc, il fut le premier à attaquer.
Une fois de plus les kunais furent contrés par les griffes et les deux protagonistes se retouvèrent si proches que leurs visages pouvaient se toucher si l'un d'entre eux avançait la tête et ce fut le Kodomien qui s'en servi en donnant un coup de boule, écrasant au passage le nez de son opposant qui recula sous le coup de la douleur.
Profitant de l'acalmie, il envoya l'une de ses bulles à la rencontre du Tsumiyo qui fut touché de plein fouet, sous le coup de cette rencontrer il recula de quelques centimètres et se tâta le ventre pour vérifier la présence éventuelle d'une blessure grave.


_Ca ne m'a rien fait. C'était sensé faire quoi au juste? Apparemment il faut que tes bulles se touchent pour qu...
, Sarouh ne put finir sa phrase, du sang lui remontant dans la bouche.
_Dégâts internes, aucune trace à l'extérieur. Qui sait ce qui a était détruit dans ton corps.

Une blessure grave partout, égalité, balle au centre. Le flanc de Chihousou était sérieusement entaillé et laisser s'échapper beaucoup de sang, Sarouh avait sûrement des organes internes touchés et souffrait certainement d'une hémmoragie interne. Le combat approchait de son terme et le Masaka semblait avoir l'avantage.
Cependant de la même manière que son adversaire s'était servit du genjutsu pour le toucher, il souhaitait utiliser l'arme de son village d'origine pour prouver sa supériorité, foutu fierté masculine et puis d'une certaine manière, il n'avait aucune envie de le tuer.
Il disparut de nouveau et s'approcha de Sarouh en laissant un bushin là où il était sensé être, il se retrouva à portée de son opposant et lui donna un coup de poing afin de lui transmettre le chakra nécessaire pour un "ten'raku".


_C'est tout ce que tu peux faire, dit Sarouh en crachant du sang au sol, c'est décevant, je connais des genins qui frappent plus fort.
_Regarde ton bras au lieu de parler et admire mon jutsu...


Comme Savina quelques semaines plus tôt, l'ancien chuunin de Gensou, fit l'expérience de voir et de ressentir son bras se désagreger et un cri de douleur se fit entendre et s'éleva dans les airs. Chihousou fit comprendre à Sarouh que le combat était terminé et que cela faisait dorénavant deux à zéro pour le grand blond et que pour le commerce de drogue il devait encore voir avec le big boss mais qu'il conserverait en tête la proposition des Ulôh.
Une fois que le membre de KnA disparut, il se rendit compte que le jutsu qu'il disait avoir utilisé n'était au final qu'un genjutsu.


_Putain d'enfoiré de merde, tu m'as foutu les jetons avec tes conneries...

De son côté, Chihousou rentra bien vite au QG de Kodomo no Asu, après tout sa blessure pouvait être considéré comme inquiétante et il fut content ou plutôt rassuré de voir qu'Iarwain était de retour après sa disaparition de plusieurs semaines.


_Tiens t'es pas mort? Lui demanda le Masaka, qu'est-ce qui t'es arrivé?
_Je...je préfère pas en parler...
_Ok, tant que tu me soignes y a pas de soucis.
_Fais chier...je viens juste de rentrer, je suis crevé et tu m'files déjà du boulot? T'es chié comme gars quand même.
_Si t'es pas content fallait pas faire médecin.
avatar
Chihousou
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 586
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arasu Gakure [RP]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum