Gensou, village caché de la cascade [RP]

Page 6 sur 14 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 10 ... 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Kota le 19/6/2008, 00:00

J'étais retourné chez moi après une séance d'entraînement et une discussion avec Shakku, mon meilleur ami. J'étais motivé contrairement à ce matin où j'étais super déprimé. Alors que je rentrais chez moi, je vis mon père furax devant l'entrée. Je ne tardai pas à lui demander la raison de sa colère. Il m'a tout de suite envoyé promener. Je ne savais pas ce qui s'était passé mais il m'ordonna d'aller dans ma chambre et d'y rester. Ma mère me vit entrer, inquiète. Elle devait être aussi surprise que moi sur l'état de mon père. Normalement, il a toujours était calme, attentionné et réfléchi. Maintenant, il est furieux et je ne sais même pas pourquoi. Cette situation me laisser perplexe, seul dans ma chambre. J'obéissais, je n'ai pas l'habitude de m'embrouiller avec mon père car il me comprenait toujours. De longues minutes passèrent et l'agitation de papa n'a pas cessé. Rien ne troublait cette férocité. Tout à coup, j'entendis quelqu'un frapper à la porte. Alors, je suis descendu et je vis mon père ouvrir la porte à deux hommes. L'un d'eux était reconnaissable par sa touffe. Le pire arriva et mon père, au summum de sa colère ne s'est pas gêné:


Shokkun: C’est pour quoi ? J’espère que c’est un truc sérieux, on a pas idée de déranger les gens a une heure pareille..
???: Euuh Bonsoir monsieur. Désolé de vous déranger a une heure pareille mais nous cherchons la demeure des Mizu, nous sommes perdus et nous avons rendez vous la bas.
Shokkun: Désolé mais je ne vais pas dire ou se situe la demeure des nobles Mizu a un mec mal peigné vetu d’un immonde poncho certainement taillé dans ses rideaux de douche, accompagné par un hippie aux cheveux longs qui -ca se voit au premier coup d’œil- est un tire-au-flanc qui passe son temps avachi…Quel prestance a revoir, quel look misérable ! Les Mizu ne recevraient jamais des individus tels que vous ! Vous pouvez vous brosser avant que je ne vous dise quoi que ce soit ! Non jamais ! Meme sous la torture !!
???: Makaya, viens laisse tomber on s’en va…Makaya arrete de te masser le genou, on laisse tomber. Bonne soirée monsieur, au revoir !
??? C’est ca ! Barrez vous de chez moi mauvaise graine ! Kota qu’est ce que tu fais la !? Dans ta chambre tout de suite je ne veux pas que tu vois ce qui pervertit notre société ! Allez-vous-en !!
Moi: Mais...

Mon père claqua la porte, laissant les deux hommes avec la haine dans leurs coeur. De l'autre côté de la porte, ils gueulaient mais sans distinguer leur parole. Je suis remonté dans ma chambre mais après avoir demandé ce qu'il n'allait pas avec mon père. Il m'ignora et, une fois en haut, je restais immobile devant l'entrée de la pièce. Alors que j'empoignais la poignée de cette dernière, un bruit sourt se retentit ressemblant à des fracas. Des bruits de pas rapides suivirent. Alors que je m'approchais de la source de boucan. Je sentis une odeur de brûlé. Sentant un combat non-loin d'ici, je m'apprêtais à intervenir mais je me suis fait interrompre par le bruit sourd d'écroulement de murs. Ce bruit venait de la chambre de mes parents. D'autres sons se faisaient entendre tel la démolition d'une maison. J'entendis la voix de ma mère en difficulté. Je me suis donc dépêché d'intervenir. Alors que je dévalais les larges couloirs du premier étage, je vis l'homme à la touffe. Ma réaction fut rapide et dégainant mon kunaï, je me rouais sur lui. Enchaînent avec la seule et misérable technique que je maîtrise. L'intru avait l'air attendri par ma technique "Le souffle de braises" avant de l'esquiver dans facilité navrante sans griller ses cheveux. "Il se fout de moi ?" pensai-je avant de recevoir un "High Kick" en pleine face. Ne pouvant faire face à la force du coup, je me suis effondré, la dégaine deformé. Avant de fermer les yeux, je vis le mec me balancer dans l'une des fenêtres. Une fois mon corps au sol, il me cracha dessus depuis celle-ci. Je vis ma maison en ruine et puis ne voulant pas m'incliner, retournai au combat. Seulement, une chose atroce suivie sans que je vous raconte les détails. Soudain, le noir total...
J'ouvris les yeux. Constatant un problème d'articulation à la mâchoire et une matière étrange dans le dos ainsi qu'un derrière douloureux, j'observais le sinistre spectacle censé être ma maison. J'étais maudit, est-ce que ça serait lié directement ou indirectement à mon rêve? la prédiction?
Les corps de mes parents gisaient par terre et un dessin de l'afro couvrait le carnage. Serrant mes poings, la haine s'empara de moi. Une haine contre ces hommes, l'attitude inhabituelle de mon père et de ce foutu destin.

<< Je vais tous pét... Aïe ma bouche!>>

La seule chose que je pouvais faire était de me lever et de partir à la recherche de ces mecs.
Courant dans le village et demandant aux passants la localisation de la maison du clan Mizu,
Je cherchais du regard sans grands succès.Après m'être écrouler de douleur plusieurs fois une voix arrêta ma course folle et je me suis retourné pour voir une silhouette se tenant les bras croisés sur les toits:

Shakku: Et ben, je ne vois pas la raison de cette poursuite nocturne...
Moi: N'arrivant presque pas à parler Sh'kku, t'dor pa?
Shakku: Apparemment, tu cherches quelqu'un?
Moi: O'ai, j'cherche la m'zon du clan Mizu p'ur venger ma f'mille é ma m'zon
Shakku: T'y es passé toi-aussi, non?
Moi: Shi, moi auchi et ma machoire é p'té
Shakku: Ton père n'a rien fait ? C'était un jounin puissant, non?
Moi: Shi mé i a un pr'blème je n'chai pas pourquoi
Shakku: Tssss ! T'es ridicule,Kota ! Je m'occupe de lui si tu veux
Moi: i z'été deux é i se rende ché lé Mizu
Shakku: Hum...

Mon ami m'accompagna à la quête de ces vauriens. Avec un mec comme-lui, je peux être plus efficace. Il me guida en direction de la maison du clan des Mizu. Ils se faufilait entre les passants les mains dans les poches. Je le suivait, toujours à ce demander ce qui est arrivé à mon père. En courant, il me conseilla de passer par la cascade à cause de la "chose" qui s'était écoulé le long de mon dos. Trempé, je repris mon chemin. On s'arrêta près de notre destination mais Shakku me fit signe de se cacher. Sans comprendre la raison de sa prudence, j'obéis. J'inclinai légèrement la tête pour voir ce qui ce passait et je vis les deux hommes, non trois, qui étaient attachés. Il étaient menacés d'un katana par une personne. Shakku me dit que cette dernière était un Mizu puis demanda si je reconnaissais les fautifs.
Je lui informai du fait que j'en reconnaissais deux mais que je n'avais jamais vu le troisième.
Alors que l'affrontement allait se terminer, le mec à la touffe utilisa une technique étrange qui consistait à faire pousser ses cheveux et frapper avec. A ce moment-là, je compris la présence de trace de fouet sur moi. Le mizu se protégea avec une invocation tortue qui su défaire les attaques combinés des trois hommes. Ils ne se laissèrent pourtant pas abbatre et le mec qui portait apparemment un nom ressemblant à Makaque fit une brèche de la carapace de la tortue avec un concentré de cheveux et l'éclata. Il s'en serva aussi pour bloquer les multiples attaques du Mizu. Les trois hommes firent quelque choses que je ne vous racontent même pas puis le transportèrent nu dans un autre lieu. On suivait discrètement. Ils l'installèrent sur une chaise trouée et mirent une plante en dessous. Le touffu mit deux baffes pour le réveiller:

Makaque?:Bon, saches qu'un morceau de bambou peut grandir de 20 à 30 cm par jour quand il est jeune. Sachant que cette maison est abandonnée, si personne ne te retrouve, dans 3 jours tu auras 60 cm de bambou dans le cul, minimum ! Heureux ?
Haleine?:Dis donc, je connais un truc moi aussi, et si on découpait des lamelles de bambou et qu'on les plantait dans ses ongles...
Makaque?:*S'exécutant* Bonne idée bro' !
Haleine?:Mais attend ! Après on l'allume !
Makaque?:Ma famille Korove t' adorerait !


Dernière édition par Kota le 19/6/2008, 20:54, édité 1 fois
avatar
Kota
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 703
Date d'inscription : 12/05/2008
Age : 22
Localisation : Bazaka...Mais qu'est ce que je fous là, moi? O.O

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Kota le 19/6/2008, 00:00

Il n'ont pas attendu à agir et même que Makaque (enfin, je crois que c'est son prénom) le fouettait. Ce qui m'étonna c'etait qu'il parlait de raclette ou plutôt de Sainte-Raclette. Il assoma le Mizu puis s'en alla avec les deux autres. On attendait quelques moments avant de sortir de notre cachette. On réveilla la victime et le délivra tout en prenant soin de retirer les morceaux de bambou

Moi: Ca va? Rien de cass... Aïe ma mâchoire!
Shakku: Etes-vous en état de marcher?
Le Mizu: Qui êtes-vous?
Shakku: Mon nom est Shakku du clan Takiomi et cet idiot s'appelle Kota Dozaku, lui aussi a été victime de Makaya Korove et ses partenaires
Moi Maka...Quoi?
Shakku: Makaya est un shinobi de Mahou vénérant la "Sainte-Raclette", il est reconnaissable par sa touffe. Les deux autres me disent vaguement un truc mais sinon je ne peux rien te dire à leur sujet.
Le Mizu: Je vais les avoir
Moi: Ils te voulaient quoi?
Le Mizu: Une vieille histoire...

Aidant le Mizu à se redresser et le laissant s'habiller, moi et Shakku préparait un plan. Mon ami réfléchissait de manière calme mais moi je disais tout ce qui me passait par la tête:

Moi: Si on coupait les cheveux au touffu?
Shakku: Vu ses techniques capillaires, on aura du mal a les lui couper
Moi: On fouette les trois gars après les avoir immobiliser
Shakku: Tu ne risques pas de faire grand chose
Moi: On s'enfuit après avoir piqué leur argent grâce à tes techniques Fuuton
Shakku: On est pas assez rapide
Moi: 'Tain !
Shakku: J'ai trouvé quelque chose
Moi: Ah bon ?

Il m'expliqua les moindres détails de son idée, les analyses faits sur les adversaires, les stratégies à prendre...etc. Après cette longue explication, on se mit à la recherche du groupe. On ne mit pas longtemps à les trouver. Ils se baladaient comme si de rien n'était. Se faufilant furtivement, on s'approcha d'eux. Ils empruntèrent une petite ruelle déserte parfait pour ne pas avoir de problème. Je me suis dressé devant eux pour leur bloquer la route:

Makaya: C'est qui cet enfoiré ?
Haleine?: Ca ne serait pas le fils du mafieux?
Makaya: Ah ouais! Le fils de ce connard! Ton cul en redemande, c'est ça?
Moi: 'Tain, dans quelle bordel je me suis mis
Haleine?: Laissez-le moi, s'il nous fais chier alors moi aussi mais au premier sens du mot

A ce moment-là, sans rien comprendre, je me suis fais prendre un coup dans le ventre. Juste après, je me suis mis à le serrer très fort en gesticulant partout jusqu'à devenir rouge. Haleine (enfin, je crois que c'est son nom) souriait en me voyant. Seulement, je dégainai mon katana et me lançai à l'assaut. Surpris de ma guérison soudaine, il fit un bond en arrière, légèrement blessé. Au moins, le plan de Shakku a marché. Il m'avait déjà fait cette technique et je n'avais rien manger depuis. Si je n'ai rien dans mon estomac, cette technique est inefficace. Soudain, le troisième homme était arrivé par derrière,se préparant à m'attaquer. Sa vitesse était trop élevée pour que je puisse me retourner. Tout à coup, il fut emporté par de violents vents je me suis tourné vers la source constatant mon ami finissant de faire sa technique. Jusque-là, on s'en est sorti. Il s'approcha de moi. Passant à la suite du plan, j'utilisai ma technique "le souffle de braises". Cette fameuse technique de feu à peine capable de faire cuir un oeuf. A la vue de cette
boule (voir boulette) de feu, les trois hommes ne faisait que regarder sans inquiétude.

<<Fuuton! Kamikaze, le vent divin>>

Tel était les parole de Shakku avant qu'un vent amplifie mon attaque devenant un jet de flammes surpuissantes. Nos adversaires ne purent esquiver et prirent l'attaque de plein fouet. Celle-ci avait laissé une trainée de flammes fumantes le long de la ruelle. La fumée planait encore au point qu'on ne pouvait pas voir ne ennemi qui étaient à mon avis dans un sale état. Alors que la fumée se dissipait, à ma plus grande déception, je vis un bouclier de fromage qui se dressait en face, protégeant nos ennemis indemnes. Ca a foiré et c'est fini pour nous, trop faibles pour faire quoique ce soit. Tout à coup, une grosse tortue écrasa les autres. Sur le toit, se trouvait le Mizu, mal en point. On est sauvé.Mais la tortue éclata, je ne sais pas comment, laissant nos adversaires se dresser devant nous avec des dégâts trop superficielles. Le touffu nous proposa de rejoindre la cause de la Sainte-Raclette mais notre réponse fût négative. Il nous balança des spatules. Elle se plantaient dans les murs tellement elles étaient tranchantes. Soudain,à la grande surprise de Maka...Je-sais-plus-trop,l'une des spatules fût déviée et un homme se trouvait dans son dos avec une branche de sapin à la main enroulée d'un parchemin explosif. Il la lui enfonça dans le c** en trouant le pantalon, il s'écarta et la branche explosa. Le Korove n'a rien pu faire et a eu la pire de toute les tortures. Haleine attaqua l'homme mais il riposta en lui cramant l'entre-jambe. Le troisième intervient le touchant de plein fouet, seulement, il se substitua l'écrasant avec une pierre ainsi que les deux autres:

???: Et bien et bien, excuse-moi de t'avoir copié mais cette pierre n'est pas une pierre normale. En effet, elle et très sensible à l'eau. Elle devient sable en moins d'une semaine et mieux encore: après ça, il se solidifie aussi vite et donc vous serez enfouis non par 2 tonnes de sables mais dans la roche même. Vous aimez ce planning?
Makaya: .... ... ............ .. ... ...........(Non et je t'emmerde)
???: Oh mais c'est parfait ! En fait, ce n'était qu'une vengeance pour avoir détruit ma maison pendant mon absence. Rappelle-toi bien de Shokkun Dozaku !
Moi: Papa? Comment se fait-il que tu n'ai rien après ce que tu as subi
Shokun: Je t'expliquerai après. Bon, salut les gars! Je me rappellerai de venir vous voir dans une semaine. Vous autres, le noble Mizu y compris, direction hôpital avec le parchemin de téléportation !

Compte-rendu de cette vengeance: L'un a le derrière cramé, un autre des couilles grillés, le dernier s'en est bien tiré par rapport à eux même si les trois se sont fait écrasés et pour finir, on leur a piqué leur porte-monnaie de quoi réparer les dégâts de la maison.

Nous nous sommes retrouvés à l'hôpital si violemment que j'allais manquer de gerber. Les médecins étant très efficaces, les soins ont été rapides. Mon père ne fut pas soigner car il n'avait aucune blessures. Je ne comprenais pas comment car il y quelque temps à peine, il était mortellement blessé. J'attendais ses explications et se mit à parler:

Shokun: D'abord,mon fils, je m'excuse de mes prochaines paroles et mes actes.
Moi: Ouais, t'étais bizarre
Shakku Bizarre? que veux tu dire?
Moi: Bah, ta personnalité était inhabituelle, tu étais colérique et faible
Shokun: Il était peut-être aller un peu fort sur le conseil que je lui est donné
Moi: Hein?
Shokun: Rien, je parlais tout seul ! Bon, je t'explique:
Je devais partir mais pour ne pas t'inquiéter de cette première absence après la fin de ma carrière de ninja. Tu trouverais bizarre ce départ sans prévenir donc j'ai demandé à un gars de me remplacer pendant quelques instant en prenant mon apparence. Le truc, c'est qu'il a exagéré sur un de mes conseils et prit l'humeur de 'un mec sévère. Voilà pourquoi je n'ai rien, étant donner que c'était ce remplaçant qui a tout subi
Moi: C'est vrai que je te rechercherai si je m'étais rendu compte que tu étais parti mais pourquoi cela risque d'être dangereux?
Shokun: Un homme est revenu au village, plus précisément celui qui a prédit ton destin...
Moi: !!!

Un silence s'installa et régna en maître accompagné d'un atmosphère lourd. Seul mon ami Shakku ne laissait paraître aucune émotion par rapport à cette nouvelle. Ce mec qui avait fait la prédiction et détruit mon futur. Sans faire attention aux autres, je me lançai à la recherche de cette homme. Même mon père n'intervena pas. Je vais enfin pouvoir connaître les réponses à certaines questions...
avatar
Kota
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 703
Date d'inscription : 12/05/2008
Age : 22
Localisation : Bazaka...Mais qu'est ce que je fous là, moi? O.O

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Kazumi le 19/6/2008, 20:18

On était Samedi matin. Je n'avais presque pas dormi de la nuit, cette histoire, comme quoi Siddharta aurait vu Nâga en rêve m'avait tenu éveillé jusque là ; je ne savais si je devais y croire et encore moins ce que ça créerait au sein du clan... probablement une opposition. Bref, en tout cas, c'était aujourd'hui que devait m'entrainer Katsuhiko... Je le rejoignais dans le jardin autour du temple alors qu'il semblait méditer. il était assis en position du lotus, une main sur ses genoux. Tranquille. J'engageais la conversation, certain qu'il m'avait déjà repéré depuis une belle lurette :

- je te dérange ? (moi)
- Hein ?! Ah, Kazumi... Non c'est bon tu ne me déranges pas... tu viens pour l'entrainement n'est-ce pas ? (Katsuhiko)
- oui... (moi)
- Par quel type de Gengutsu veux tu commencer ? (Katsuhiko)
- Heu... je ne sais pas... (moi)
- hum, dans ce cas, commençon s par le Gengutsu de type Genchi. il est spécialement efficace pour déboussoler quelqu'un... ça te sera probablement très utile par la suite. Après nous verrons. Bref, commençons. Tu sais déjà à peu près comment faire, n'est-ce pas ? (Katsuhiko)
- Je connais la théorie, effectivement... mais sans plus... (moi)
- très bien... Tu vois cet arbre, près du mur ? (Katsuhiko)
- Oui... (moi)
_ eh bien tu vas t'éforcer de le faire courber ! (Katsuhiko)
- Bien mon frère... (moi)


J'exécutais rapidement quelques signes tout en malaxant mon chakra et je commençais à le diffuser dans mon entourage. Je restais ainsi pendant plusieurs minutes, incapable de faire courber ce vieil hêtre du moindre petit centimètre. Sentant que je risquais de trop forcer, je m'arrêtais pour recommencer une poignée de minutes plus tard. Après quelques essais infructueux, je réussissais à faire courber l'arbre, et pas de peu ! Plus de 65 centimètres de dérivation ! Katsuhiko paraissait enchanté ! Il me dit que c'était un excellant début et que lui, la première fois qu'il avait réussi n'avait réussi à décaler l'arbre de 40 centimètres seulement ! Je dois être plus fort que lui... Bref, il finit par partir et moi je restais toujours dans la même position, debout à quelques mètres de l'arbre et je répétais inlassablement la même opération avec des poses régulières pour ne pas tomber de fatigue. Je gagnais quelques centimètres à chaque essais et je gagnais aussi en rapidité. Alors qu'il m'avait fallu presque sept minutes de concentration la première fois, j'arrivais maintenant à courber l'arbre en trois, quatre minutes. Puis finalement, Katsuhiko réapparut :

- Alors, tu y arrives mieux ? (Katsuhiko)
- Ben j'arrive déjà à courber l'arbre de 70 centimètres... (moi)
- 70 centimètres !? En une seule journée ?! montre moi ça immédiatement ! (Katsuhiko)


Un peu surpris du ton qu'il avait pris, je faisais le signe du rat, malaxais mon chakra, me concentrais et relâchais mon chakra. Cette fois, je réussis à courber l'arbre de 80 centimètres ! Un exploit ! En ceci en 4 minutes seulement ! Katsuhiko paraissait abasourdi.

- Tu aurais eu les pupilles dorées, tu n'aurais pas fais mieux ! (Katsuhiko)
- A ce propos... (moi)


Katsuhiko rougit, comme pris en faute.

- hum.. Oui ? (Katsuhiko)
- Comment peut-on obtenir les pupilles dorées ? (moi)
- Sais tu au moins de quoi il s'agit ? (Katsuhiko)
- Bien sur. Je me suis documenté et j'ai trouvé un ouvrage à la bibliothèque intitulé "Les dons héréditaires de la famille Maboroshi" qui m'a beaucoup appris à vrai dire... (moi)
- Ce livre est encore en circulation ? Bref, si tu l'a lu, tu dois effectivement comprendre de quoi il s'agit... (Katsuhiko)
- Alors comment peut-on les éveiller, ces fameuses pupilles ?!(moi)
- Ne t'inquiètes pas, tu les auras même si visiblement, tu n'en aurais pas besoin... (Katsuhiko)
- Quand ? (moi)
- Pas tout de suite, c'est sûr ! Mais tu les auras... j'en parlerai à Kahei... (Katsuhiko)
- Parfait ! merci. Au fait, on peut maitriser le chakra à l'état pur ? (moi)
- Décidément, tu m'impressionnes ! Oui, on peut mais je ne compte pas aborder le sujet aujourd'hui... Je t'apprendrais si tu veux, mais pour le moment, concentrons nous sur le gengutsu. Puisqu'il semblerait que cette étape ne te pose aucun problème, nous allons passer directement à la suivante... Ça ne te déranges pas ? (Katsuhiko)
- Nullement ! (moi)
- Bien. On va donc passer au changement de couleur. Par exemple, tente de changer la couleur de l'herbe. En bleu, tiens


Je m'exécutais, malaxant mon chakra une énième fois et me concentrais sur un seul brin d'herbe. Il devint bleu du premier coup... mais j'eus plus de difficultés quand je voulus passer à une surface plus grande... Cela demandait beaucoup plus de concentration et bien plus de chakra... Je ne réussis pas du tout. En effet, il me semblait que je n'avais plus une goutte de chakra en moi... j'étais totalement vidé et épuisé en plus... Pas de bonnes conditions pour réussir. Finalement je ne réussis qu'à faire changer de couleur qu'une dizaine de brins d'herbes dont la moitié n'étaient pas vraiment très bleus... Voyant que je n"y arrivait pas et que j'étais épuisé, Katsuhiko m'arrêta en reportant cet exercice au lendemain.

- Laisses, Kazumi. Tu est vide de chakra. pas étonnant après ce que tu à fait... On retentera l'expérience demain. De même, je t'apprendrais à déformer plusieurs objets en même temps. (Katsuhiko)
- Bien mon frère. (moi)
- A demain. bonne soirée ! (Katsuhiko)
- merci, vous aussi mon frère ! (moi)


Katsuhiko partit vers la sortie du jardin, mais non pas ver le temple mais bien vers la ville. Dès qu'il fut hors de portée de mes yeux, je m'écroulais par terre et m'endormais aussi vite, épuisé par l'entrainement.
avatar
Kazumi
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 54
Date d'inscription : 08/06/2008
Age : 23
Localisation : C'est une bonne question !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Mei-Lynn Sabishii le 19/6/2008, 20:44

Lorsque je fus retournée chez moi, mon premier reflexe était de... m'affaler sur mon lit. Faire une mission hein? Bah... Pourquoi pas? Au moins, ça me permettait d'échapper: primo: à l'entrainement, deuxio: à la suraffection que me porte ma chère mère. Mais en même temps... Qui qui me disait que cette mission ne serait pas ennuyeuse? Personne... Au final y'avait de quoi réfléchir. Je me mis assise en tailleur mon lit, les mains sur les genoux, tête baissée, listant les bonnes raison pour que je la fasse, et celles pour que je ne la fasse pas.
Donc... Dans un premier temps, cela pourrait me permettre d'améliorer mes techniques- si jamais il y a de l'animation- et de sortis un peu en dehros du village. Et aussi faire connaissance avec Dragonight. Dans un second temps, rien ne me garantissait qu'il y aurait de l'action... Soudain, de grands cris vinrent bousculer mes pensées. Des cris semblables à ceux qu'on entend lors d'une dispute... Je glissai de mon lit et me dirigeai silencieusement vers la rampe d'escaliers qui menait au rez-de-chaussée. Il y avait ma mère et une personne dont j'ignorais le nom, mais qui avait comme un air de famille...


Inconnu: C'est notre dernier avertissement, Eiyo. Les ordres du clan sont clairs: vous devez l'amener, ou bien il nous faudra la prendre de force.
Eiyo, avec froideur: Tiens tiens... Pendant des années, vous nous avez ignorées comme si nous étions de parfaits inconnus, et maintenant vous vous apercevez de notre présence? Vous pensez vraiment que je laisserez des loqueteux comme vous s'en emparer?
Inconnu: C'est même fortement conseillé, Eiyo: réfléchis-y bien, sinon demain il se peut que ta misérable maison soit encore plus vide qu'avant...
Eiyo, d'un voix lente et glacée: Je ne la laisserai jamais entre vos mains. Tu m'as bien comprise? C'est ma fille, et ne compte pas parvenir à la toucher aussi rapidement.
Inconnu: Mais tu oublies une chose: nous savons à quoi elle ressemble, nous avons tout les renseignements nécessaires pour la reconnaitre. Tu es seule contre tous, comme toujours.
Eiyo: Elle a hérité bon nombre des talents de son père, plus que des miens même. Arai était un assassin, il l'est toujours d'ailleurs et...
Inconnu: Nous connaissons l'histoire, Eiyo. Il a trahi son village, tué ses compatriotes, voilà la vérité, ce n'est rien qu'un lâche, qui a peur de la justice.
Eiyo, avec un rire froid: Vous êtes mal placés pour dire ça, vous autres! Un kidnapping, même au sein du clan, ce n'est pas contraire à la justice?
Inconnnu Très bien. Comme vous voudrez. Tu ne mérite pas d'être une Sabishii.
Eiyo: Effectivement, je mérite bien mieux.

La personne ne dis rien, mais s'en alla quand même. Qu'est-ce qu'ils voulaient me faire? C'était qui se type? Bizarrement, je ne sentais ni mal à l'aise, ni apeurée, mais plutôt quelque chose du style du "je-m'en-fout"... Je décidai de retourner dans ma chambre, histoire de mieux méditer sur ce que je venais d'entendre. Ce type savait beaucoup de choses sur nous, mais qui était-ce? Finalement, faire cette mission ne serait pas de refus... Je pris mes affaires de peinture, parchemins, ma sacoche d'armes ninjas, enfilai ma veste Chunin et descendit comme si rien ne s'était passé quelques minutes plus tôt. Et en effet, lorsque je vis ma mère en train de faire une partie de cartes toute seule en chantonnant, comme à son habitude, je me demandai si tout cela n'était pas un rêve... Elle avait quand même de sacrés sautes d'humeur... Dix minutes avant elle était aussi froide qu'un glaçon, et là elle avait retrouvé son humeur habituelle. Je pris vite fait un Onigiri dans un plateau et l'enfournai avant de filer discrètement.

Eiyo, ne levant pas le nez de son jeu de cartes: Où vas-tu Mei-Lynn?
Mei-Lynn: Fo Fartfier Vgfénévral...
Eiyo: D'accord, mais fait attention à toi. Ah au fait, une amie voudrait que son fils fasse une mission; il est en ce moment même au QG, donc si tu veux qu'il participe à ta mission- car si tu vas là haut, c'est pour chercher une mission- tu peux toujours l'accepter. Tu le reconnaîtra: il a les yeux verts, cheveux blond, et il est assez grand.
Mei-Lynn: Bien, je verrai dans ce cas. A bientôt!

Je sortis en trombe de la maison. C'était moi ou l'ambiance était plus tendue qu'à l'ordinaire? Finalement il s'était bien passé quelque chose, et elle n'avait pas très envie d'en parler. J'aime pas trop ne pas être mise au courant de chose qui me concerne personnellement... De toute façon, je le saurai tôt ou tard. Pourquoi lors du chemin qui me menait au Quartier Général j'avais l'impression que l'on m'observait? Comme si quelqu'un me suivait discrètement, vérifiant chacun de mes faits et gestes... J'essayai d'ignorer cette sensation, et me mis à courir sans raison apparente. Arrivée à destination, cette sensation avait disparu. C'était pas plus mal. Bon, le bureau chargé des missions maintenant. Dragognight était tranquillement entrain d'éssayer d'amuser une femme ... mais sans succès apparent. J'allais le voir et lui parler de Rintaro, il m'indiqua ensuite un homme en face du tableau d'annonce des missions et allai le voir


Dragonight: Salut, c'est bien toi Rintaro ?
Jeune homme: Heu ... oui pourquoi ? Qui êtes-vous ?
Dragonight: On nous a envoyé pour que tu payes tes dettes, sors le fric !
Mei-Lynn: Ma mère -qui est une amie de la tienne- ma dit que tu cherchais une équipe pour participer à une mission.
Rintaro: C'est exact. Je suis Rintaro du clan Hayashi, puis-je avoir l'honneur de connaître vos noms ?
Dragonight: Dragonight de Mahou, file ton fric !
Mei-Lynn: Dragonight c'est pas marrant. Je suis Mei-lynn Sabishii récemment promue Chuunin.
Nous entrâmes ensuite dans le bureau, et comme j'étais Gensouarde, ce fut moi qui dû faire la demande de mission. La secrétaire eut comme à son habitude un léger rictus lorsqu'elle nous donna la feuille de renseignements. Quand j'eus fini ma lecture, je la montrai à Rintaro et Dragonight.

Fiche de Mission: Rang C


> Membres de la mission:

Mei-Lynn Sabishii, Chunin de Gensou
Rintaro Hayashi, Genin de Gensou
Drgonight, Chunin de Mahou


> Détails:

Depuis quelques temps, dans le village de Dokaima, on recense de plus en plus de disparition d'animaux de compagnie dans les familles. Actuellement personne n'a de piste sur ces disparitions, hormis le fait que ces animaux sont plus ou moins d'une grande valeur d'argent. La disparition la plus récente est celle d'un chien de haute race, appartenant à une riche famille de Dokaima.


> Objectif:

Mettre cette affaire au clair, et ramener tout les animaux à leur domicile, s'ils sont toujours vivants.


> Conditions de la mission:

- Eviter que cela ne s'ébruite trop, donc agir avec une certaine discrétion.
- Eviter la perte d'animaux, sans quoi la mission échouera.
- La mission devra durer 3 jour maximum

Secrétaire: Vous devrez vous rendre aux portes du village à sept heures très précises. Vous devrez vous débrouillez seuls pour aller- et trouver- Dokaima. Bonne chance...

Je n'aimais pas sa façon de dire "bonne chance", avec ce ton ironique... C'était une fin de matinée, nous avions donc largement le temps de nous préparer et de faire ce que nous avions à faire. Dragonight s'en alla pour chercher Ryosuke, me laissant seule avec Rintaro.

Mei-Lynn: Tu n'as rien à faire toi?
Rintaro: A vrai dire non... Ma mère m'a dit d'aller au Quartier Général pour prendre une mission, c'est tout, il est vrai que je suis assez grand pour me débrouiller seul.
Mei-Lynn: Oui un peu comme moi... Quoique... J'ai quelque chose d'important à faire. Désolée de te laisser en plan, mais ça presse!
Rintaro: Oh il n'y a aucun mal Mei-Lynn, j'ai été enchanté de faire ta connaissance.

Lorsque je passai la porte d'entrée, la bonne odeur de la cuisine de ma mère m'emplit les narines. Elle m'attendait pour commencer à déjeuner. Le repas se fit en silence, aucune de nous deux parvenant à trouver un bon sujet de conversation... Sauf un...

Mei-Lynn: Maman... Qui était cette personne ce matin? Qu'est-ce qu'elle me voulait?
Eiyo: ...
Mei-Lynn Maman... C'est moi qui suis concernée, j'ai le droit de savoir... Alors raconte moi...
Eiyo: Ils ont peur. Peur pour leur stupide fierté... Ils craignent que ne devienne comme ton père... Une nuke-nin.
Mei-Lynn: Bon, c'est déjà ça. Mais j'ai une autre question: qui a peur?
Eiyo: Les autres membres du clan bien sûr! Ecoute bien Mei...

<<Il y a presque 16 de cela, je me suis mariée avec Arai. Ce dernier avait accepté sans broncher de porter le nom du clan: "Sabishii". Nous étions ensemble depuis 4 ans, et nous nous étions mis d'accord sur ce mariage. Mais les autres membres du clan n'étaient pas d'accord. Ils le jugeait comme s'il s'agissait d'une répugnance. Jusque là, les femmes mariées du clan avaient toute eu des époux riches et issus de familles "honorables", elle étaient mariées sans porter un vrai amour à leur mari. Ton père était issu des bas-quartiers du villages, les quartiers considérés comme non recommandables. Quelques temps après, ton père quitta le village, me laissant seule et enceinte. Le chef du clan avait profité de l'occasion pour m'exclure de la demeure du clan, il disait que mon enfant ne serait qu'un bâtard, et que je n'étais qu'une trainée, sortit et mariée avec le premier venu. 4 ans que l'on était ensemble.. Et il osait me dire ça? Au final, il ne l'a pas fait: c'est moi qui suis partie de mon propre chef. J'en avais assez de cette vie. Si le clan était connu, c'est grâce à moi: je suis une Jounin bien expérimentée, je suis directrice de l'Académie ainsi que conseillère auprès du Gensoukage... Ils m'avaient obligée à fournir des photos et autres renseignements de toi, afin qu'ils puissent voir comment tu "évoluais"... Et maintenant que tu es passée Chunin, tu deviens plus forte, et selon eux, plus dangereuse: ils veulent te surveiller, regarder tes moindres faits et gestes... Mais je ne les laisserait pas faire, ça jamais.>>

Mei-Lynn: Et... Pour les missions?
Eiyo: C'est simple: vont user de je ne sais qu'elle technique pour garder un oeil sur toi, et ce à distance. Si jamais tu sors du village, la technique fera moins effet, et là ils se renseigneront comme ils le peuvent pour savoir où tu es, ce que tu fais...

Je serrai les poings. C'était ça mon clan? Je compris pourquoi ma mère disait qu'elle méritait mieux, maintenant... Donc maintenant, ils voulaient me garder comme un oiseau en cage? Et comme un oiseau en cage, s'ils me relchaient temporairement, je devrai être encore plus surveillée... Il fallait que j'échappe à tout prix à ce sort...

*Pensée: Mais si ils relâchent leur attention un temps soit peu, l'oiseau peut facilement s'échapper, et ne plus revenir dans sa prison. Ils ne m'auront pas, et ils ne m'auront jamais.*

Eiyo: Au fait... Comment trouves-tu Rintaro?
Mei-Lynn: Ben il a l'air sympa...
Eiyo: C'est tout?
Mei-Lynn: Que veux-tu que je dise d'autre?
Eiyo: Oh je ne sais pas.. Genre.. Si tu le trouve mignon?
Mei-Lynn, haussant les épaules: J'en sais rien, moi personnellement, il ne me fait rien.
*Pensée*: C'est fou à quel poitn elle peut changer: elle passe du sérieux à son attitude normale super facilement quand même...
avatar
Mei-Lynn Sabishii
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 1039
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 25
Localisation : Nobeoka, en train de ramper dans mon propos sang...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Siddharta le 19/6/2008, 21:17

L'excitation, il régnait une excitation non dissimulée parmi les membres de la branche principale et de la branche spirituelle. Ces derniers qui à l'ordinaire mettaient toujours un point d'honneur à ne point troubler le calme du temple par de futiles expressions et comportements, étaient aujourd'hui dans un état effervescent.
Avais-je pris la bonne décision en informant le conseil de la venue de Nâga dans mes songes ?
J'aimais à penser que oui, l'annonce de cette nouvelle allait créer des remous, mettre à mal l'impact des sceptiques sur ma position de réincarnation de Bouddha et enfin élargir mon aura sur le reste du clan.
Oui en rendant publique cette révélation spirituelle et en l'annonçant officiellement lors d'une réunion elle-même publique pour l'ensemble du clan j'allais avancer un peu plus vers ce pourquoi j'étais crée.
En attendant l'avènement de cette mission, j'avais devant moi une centaine si ce n'est plus de ninjas, moines et autres membres du conseil venus pour assister à mon premier discours.
J'été assise sous mon habituel cerisier dans la même position que lors de mes séances de médiation quotidiennes au détail prés qu'en face de ma personne se trouvait une foule frétillante d'impatience.
En l'absence de Abu, j'avais droit à deux gardes du corps engagés directement par Yamato, vous avez dis cadeau empoisonné ? Je pense aussi mais tant que je gardais pour moi la mission de Abu et ce qui en découlait je n'avais pas souci à me faire.
Voyant que certains trépignaient d'impatience et que d'autres semblaient perdre de l'intèret, je me décidais à prendre la parole.

- "Mes frères et sœurs appartenant tous au grand clan qu'est la famille Maboroshi."Dis-je calmement provoquant une vague de silence. "Hier soir m'est apparu en songe Nâga, gardien du temps et de l'espace, roi des serpents et protecteur de Bouddha. Celui-ci s'est exprimé en ces termes : Le temps est venu pour toi de rendre ce monde meilleur, ton éveil passera par l'accomplissement de cette mission,car tu es l'élue la personne la plus proche de dieu en ce monde."

Un silence de mort avait pris la foule, si le temple des Maboroshi avait été d'une propreté plutôt négligée il ne faisait aucun doute qu'en ce moment les mouches auraient fait un vacarme assourdissant.
Toujours sous les arcanes je pouvais distinguer le sourire narquois de Yamato et les regards perplexes de l'ensemble des membres du conseil et des haut gradés du clan.
Aussi afin de couper court à ce silence qui portait préjudice à mon aura et mon message je repris doucement la parole captant ainsi leur attention.

- "Je sais que bon nombre d'entre vous ne sont pas des croyants ou même de pratiquants assidus aussi je comprendrai tout à fait votre perplexité face à mes propos mais une chose est sure : Je rendrai ce monde meilleur que ce soit avec de l'aide ou sans car ainsi est ma destinée."

La foule recommença alors à s'agiter, les uns demandant l'avis des autres et les autres faisant part de leur avis aux uns.
Toute cette agitation commençait à me fatiguer au plus au point, le commun des mortels était tellement affligeant que cela me laissait toujours dans un état de fatigue intense.
Rapidement quelques uns semblaient avoir rejoins mon "côté" tandis que la grande majorité restait toujours indécise alors que certains membres du conseil dont Yamato essayer de prendre la parole des ce bazar sans doute pour contredire ou atténuer mes propos.
Mais à la vue de cette foule bruyante comme jamais cela était peine perdue, je me levais alors provoquant le mouvement une rangée de tète se retournant vers moi.

-"Je n'est pas bien dormie la nuit dernière aussi je vous prie de m'excuser de devoir vous laisser et vous fais pleine confiance tant à vos choix."Dis-je tout en leur faisant un signe de mes deux mains jointes.

Je repartie alors vers mes appartements non sans être accompagnée de mes gardes du corps et du bruit produit par l'ensemble du clan.
Une fois rendue devant la porte de ma chambre je prie congé de mon comité et y entra, sans avoir à utiliser mon En je me rendis compte d'une présence étrangère en ces lieux.

- "Très beau discours, je n'en attendait pas moins de ma fille."

Sous mes yeux se trouvait mon père biologique, Gecko Maboroshi chef Anbu et surtout grand rival de Kahei, il devait approcher de la cinquantaine voir moins à vrai dire les ninjas étaient de ces gens dont le corps semblait plus résistants à l'échéance fatale que représentait la vieillesse.
De lui je n'avais qu'une seul point commun : mes cheveux ainsi je ne connaissais pas une seule personne dans le clan ayant des cheveux plus foncés et plus brillants que ceux de mon paternel et moi-même.
Calmement je me posais sur un des fauteuils de bois éparpillaient un peu partout dans la pièce.

- "Mon cher père, que me vaut l'honneur de cette visite ? Vous qui détestez tant passer par l'aile de la branche spirituelle ?"Questionne-je un sourire serein quoique un brin narquois sur mes lèvres.

- "Je voulais juste te mettre en garde, Kahei et Yamato n'ont pas du tout aimé ton spectacle aussi à l'avenir évite de vouloir jouer un rôle trop grand pour une gamine de quinze printemps."Enchaina-il sans prendre la peine de me demander des choses futiles comme un père le ferait à la l'égard de sa fille mais après tout vivre séparés pendant plus de sept ans n'était pas sensé faire avancer les choses.

J'ouvris une des fenêtres de ma chambre donnant alors une vue sur un petit jardin intérieur au temple où une petite fontaine coulait, l'air pur entra dans la pièce.

- "De ta part suis-je sensée comprendre que je marche sur tes plates-bandes ? Quoiqu'il en soit je te serais grée de quitter ce lieux comme tu peux le voir je ne suis pas dans une forme olympique, l'évènement de la nuit dernière m'a prit beaucoup de forces."

Il partit alors vers la sortie mais au moment d'ouvrir la porte, il se retourna une dernière fois vers moi.

- "Même si tu dois t'en moquer je passerai ton bonjour et ton amour à ta mère ainsi qu'à ton frère lorsque il rentrera de mission."

Et il ferma ces portes me laissant enfin seule, je quittais mon fauteuil et me mis sur le lit croisa mes jambes et plaça mes mains en position et entreprie de méditer pour me ressourcer.
Tout semblait marcher, dans quelques temps le clan serait sans doute déchirer en deux et Yamato ainsi que Kahei seraient bien trop occupés à régler ce problème qu'à me surveiller pendant que Abu prêcherait mon but recrutant alors dans l'ensemble du Yuukan.
Le futur prenait forme, peu à peu il empruntait la route que je lui traçait pour finalement rejoindre la vision que j'avais de lui, avec l'apparition de Nâga j'en été maintenant sur: J'allais prendre en main l'avenir de ce monde.
avatar
Siddharta
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 437
Date d'inscription : 12/04/2008
Localisation : Le Sud-Ouest et comme Seolchong => Fière de ça (couillons de cornemuses va ...) Anti-breton et crèpe

Voir le profil de l'utilisateur http://aureliavision.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Invité le 20/6/2008, 20:33

A peine, sortie de sa chambre, la tête dans les nuages, Miiyu était tombée sur Kana. Celui-ci, assis nonchalamment devant sa porte dans un large kimono noir, avait attendu qu'une jeune femme du clan qui passait par là quitte le couloir pour faire disparaitre son sourire et laisser place à son vrai visage du moment. Un visage des plus furieux, qui fusillait Miiyu du regard.

Kana -Où est l'Akagi ?
Miiyu -J'en sais rien.

A nouveau, une main la saisit et la plaqua avec violence contre le mur avant que la jeune fille ne puisse la parer.

Kana -Il doit partir. Et le plus tôt sera le mieux.

La main relâcha sa pression, et Miiyu en profita pour la faire lâcher et l'écarter d'elle. Puis, la jeune kunoichi prit la direction de l'un des jardins sans répondre au juunin. Celui-ci ne la quitta cependant pas d'un semelle.

Miiyu -Tu as autre chose à me dire ou tu crains que je ne me fasse attaquer à l'intérieur même du domaine ?
Kana -Tu t'es entraînée avec cet Akagi.
Miiyu -Et je suis toujours vivante, là, t'es rassuré ?
Kana -Je ne veux plus que tu l'approches.
Miiyu -...
Kana -Je te l'ai dit, c'est moi qui t'entrainerais.
Miiyu -J'ai vu marqué ça nul par dans l'accord qu'on a passé.
Kana -Qui mieux que moi pourrais t'enseigner l'art des Akamoujuu ? Si tu veux progresser, tu dois passer par moi.
Miiyu -Ben tiens...

La jeune fille se retourna vers le juunin et croisa tranquillement les bras.

Miiyu -Et, Sensei, qu'as-tu à me proposer ?

Kana posa un doigt sur son propre front, souriant à nouveau.

Kana -Essaie juste de me toucher, pour voir...
Miiyu -Pour qui tu me prends ?

Aussitôt le jeune fille se mit en position et commença par attaquer de biais son adversaire, histoire de regarder un peu comment il allait réagir. Le juunin était très rapide, mais n'utilisa que peu de vitesse pour esquiver. Miiyu se transforma donc et recommença à attaquer, augmentant peu à peu sa propre vitesse, forçant Kana à augmenter la sienne. Mais la situation ne plaisait guère à la jeune fille : Kana ne se contentait que d'esquiver et n'attaquait jamais. Etant très rapide, Miiyu avait du mal à se rapprocher suffisamment de lui pour le frapper, malgré toutes les feintes qu'elle pouvait tenter. Elle décida donc de prendre Kana par surprise, et invoqua Akuma, afin de prendre le juunin par deux côtés à la fois. Kana sourit : visiblement; cela ne lui faisait pas grand chose. Mais il sentit une étrange présence au dernier moment et du esquiver au dernier moment un puissant coup de patte de la part de Dagoki, récemment invoqué lui aussi. Usant des ses invocations pour acculer Kana, la jeune fille espérait bien finir par le toucher. Un rire la fit se stopper soudainement. Kana cessa de rire et regarda avec intensité sa cadette. Puis sans plus cérémonie, il se transforma à son tour, de la même façon que Miiyu. Deux secondes plus tard, il se tenait derrière elle, tenant son bras droit en une clé de bras, ayant passé son propra bras sous le cou de la jeune fille, les griffes délicatement posé sur la peau de son cou.

Kana -C'est à ce niveau que tu dois arriver. Tu en es très loin.

Une certaine rage envahit la jeune fille. Plus elle côtoyait Kana, plus elle le haïssait. Et la manière d'être à ce moment du juunin à son égard l'excédait au plus au point. Kana relâcha lentement sa prise et recula de trois pas. Miiyu de son côté se laissa lentement envahir par une saine colère...

... et se réveilla avec une affreuse douleur lui parcourant tout le corps, notamment le crâne. Elle cligna plusieurs fois des yeux, essayant de distinguer où est-ce qu'elle se trouvait. Elle mit quelques minutes à comprendre qu'elle se trouvait dans sa propre chambre de Gensou. Un instant, elle s'était même demandé pourquoi elle ne se trouvait pas à Mahou. Elle sourit à cette stupide pensée, puis son sourire s'évanouit dès qu'elle aperçut Kana, visiblement à son chevet, en se redressant dans son lit.

Miiyu -Qu'est-ce que...
Kana -Désolé, Miiyu-Sama. J'ai peut-être frappé un peu fort.
Miiyu -Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Tu m'as assommée ?
Kana -Tu as visiblement perdu la raison. Tu ne répondais même plus à l'appel de ton nom. On aurait une bête sauvage. C'était... intéressant.
Miiyu -...
Kana -Tu n'as as l'air étonnée. C'est étrange que tu ne te souviennes de rien. Cela t'es déjà pourtant arrivé, non ? Lors de ton voyage vers Gensou... même une fois avant si je me rappelle bien. Tu ne te rappelles jamais de ce qui se passe ? Intéressant...

Miiyu ne répondit pas. Elle était encore en colère contre Kana, qui, visiblement, bien que tous deux ne se connaissent officiellement que depuis quelques jours, connaissait tout de sa vie. Mais en même temps, elle se demandait à quoi était du cet étrange état second dans lequel elle entrait parfois lors de ses combats. Qu'elle perde conscience de ses propres actes l'effrayait. Alors qu'elle se perdait dans ses pensées, imitées par Kana, la jeune fille sentit un grand calme s'emparer d'elle. Au même moment, une jeune fille de l'âge de Miiyu, entra dans la pièce avec un plateau. Elle était petite, au teint mat, vêtue d'un ample kimono blanc. Ses cheveux rouges étaient noués en un savant chignon à l'arrière de son crâne. Une aura paisible se dégageait étrangement d'elle.

Kana -Tiens, Miiyu-Sama, je te présente la soeur de Kiinaegi-Sama : Kiihana.

Miiyu salua la nouvelle arrivante d'un signe de tête. Celle-ci s'approcha du lit et commença à inspecter le visage de la shinobi comme si elle comptait y trouver un bleu ou une autre égratignure.

Kiihana -Je suis aussi venue prévenir que Kiinaegi compte vous voir ce soir même.

Kana hocha la tête et regarda la jeune fille sortir aussi rapidement qu'elle était rentrée. Puis il se leva et prit lui aussi la direction de la porte, lorsqu'il se tourna, avant de sortir, vers Miiyu, son visage se fit sérieux.

Kana -Je vais faire ce que tu m'as demandé. Normalement d'ici quelques jours nous serons en partance vers Mahou. Donc, tâche de bien faire comprendre à Kiinaegi qu'il n'a pas le choix.

Le jeune homme se détourna pour franchir le seuil de la porte, mais tourna encore une fois la tête vers Miiyu, tout sourire, un doigt posé sur son front.

Kana -Oh, et bravo. Tu as réussi à me toucher.

Puis il disparut du champs de vision de la jeune fille. Celle-ci se leva et se prépara rapidement, invoqua Akuma à ses côtés et prit la direction de la pièce où se trouvait habituellement Kiinaegi. C'était à elle de décider quand elle pouvait le voir. Laisser Kiinaegi décider ne serait-ce que de l'heure d'un rendez-vous, c'était lui céder. Et elle ne devait pas céder. Après avoir parcouru rapidement un long hall, la jeune fille déboucha dans une vaste pièce, dont les murs étaient recouverts de grandes tentures. Plusieurs étagères, garnies de nombreux livres poussiéreux pour la plupart, composaient la majorité du mobilier. A cela on pouvait ajouter une longue table en bois noir devant laquelle se tenait agenouillé Kiinaegi, visiblement plongé dans la lecture d'un manuscrit avant l'arrivée de la jeune fille. Il la dévisagea, visiblement déjà énervé par la présence de celle qui s'opposait à lui.

Kiinaegi -Je ne tolère aucun animal dans cette pièce.
Miiyu -Dommage. Moi je le tolère.
Kiinaegi -Mais tu n'es pas chez toi.

Miiyu passa un doigt distrait sur le bois de l'une des étagères, et feignit de s'intéresser à un gros recueil à couverture de cuir.

Miiyu -Non. Je ne suis pas vraiment chez moi, c'est vrai...
Kiinaegi -Tu deviens raisonnable.
Miiyu -... ma demeure principale se trouve à Mahou. Ceci n'est qu'une maison secondaire qui ne va pas tarder à être mise en vente.
Kiinaegi -Pardon ?
Miiyu -Ne soyez pas surpris. Avez-vous oublié ? J'ai décidé que le clan en entier devait se regrouper à Mahou. C'est de là qu'il vient à l'origine. Et nous n'avons plus assez d'influence et de membres pour recréer le réseaux dont nous nous vantions d'avoir à l'époque des guerres...
Kiinaegi -Les Akamoujuu resteront à Gensou.

Miiyu décrocha son regard du titre en lettre doré du livre qu'elle regardait pour le fixer dans celui du Gensouard. Kiinaegi cilla, visiblement encore peu habitué à regarder droit dans les yeux les yeux verrons de la Mahousarde. De son côté, Miiyu ne baissa pas les yeux, bien qu'elle eut préféré se trouver bien loin de cette bibliothèque. Mentalement, Akuma la rassurait dans sa conduite.

Miiyu -Qui vous a demandé votre avis ?
Kiinaegi -Personne ne te suivra.

C'était bien ce que Miiyu redoutait, bien que Kana lui ai assuré qu'il n'y aurait aucun problème de ce côté.

Miiyu -Ce n'est pas un problème. Il vous suivrons.
Kiinaegi -Oui. Et comme je reste ici...

Miiyu se força à sourire, se détourna à nouveau vers la bibliothèque, et, comme si elle n'avait plus rien à en tirer, se dérangea vers l'étagère voisine et recommença le même manège.

Miiyu -Kiihana... c'est votre soeur, n'est-ce pas ?
Kiinaegi -Quel rapport ?
Miiyu -Aucun. Vous la remercierez pour moi d'avoir pris soin de moi. Comment s'appelle votre épouse, déjà ?
Kiinaegi -Tomoe... mais...
Miiyu -Ah oui. Kana m'en a parlé. Et votre fils, Masami, c'est ça ?
Kiinaegi -Oui.

Miiyu attrappa un livre et l'ouvrit à une page au hasard, puis la parcouru du regard.

Miiyu -Ce serait tellement... dommage si il venait à leur arriver quelque chose.

Le livre tomba à terre. Le visage relevé, un kunai sous la gorge, Miiyu ne bronchait plus. Kiinaegi se tenait derrière elle, un mauvais rictus sur les lèvres.

Kiinaegi -Ce sont les mots de trop, jeune fille...

La pointe du kunai s'enfonça un peu plus dans la chair de Miiyu, laissant une traînée rouge descendre lentement. Puis, avant qu'elle n'ait le temps de réellement voir ce qui se passait, elle se retrouva déplacée de quelques mètres, derrière Kiinaegi. Un bras la tenait par les épaules. Miiyu remonta du regard le bras et découvrit un jeune homme, visiblement lui aussi du clan.

Kiinaegi -Nobu ?!
Nobu -Kiinaegi-Sama m'excusera. Mon frère Kana m'a demandé de protéger Miiyu-Sama pendant son absence.
Kiinaegi -Son absence ?
Nobu -Oui. De même, je viens vous prévenir que votre épouse, votre fils, demoiselle Kiihana et trois autres membres du clan sont partis avec lui.

Kiinaegi se tourna lentement vers Miiyu. Bien qu'un shinobi soit sensé ne jamais laisser transparaître ses émotions, son visage exprimait une haine violente à l'égard de la jeune fille.

Kiinaegi -Où sont-ils ?

Miiyu se dégagea des bras de Nobu, et s'avança, puis ramassa livre pour le fermer et le ranger à sa place initiale.

Miiyu -J'en sais trop rien...

Nobu haussa un sourcil. Le jeune homme semblait de nature plus expressive que son frère. Plus humain aurait été un bon adjectif aussi. Miiyu pensa à Kana, et afficha le même sourire agaçant que celui qu'elle avait l'habitude de voir sur le visage du juunin.

Miiyu -Sûrement en partance pour Mahou, non ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Invité le 20/6/2008, 20:37

(lire juste au-dessus avant, merci)

Miiyu sortit de la pièce et en ressentit une grande vague de soulagement. La pression, la tension palpable dans la pièce, elle venait de s'en débarrasser. Pour autant, la situation n'était pas non plus pour lui plaire : déjà à la base Kiinaegi ne la portait pas dans son coeur. Là, il ne louperait pas une occasion de l'écraser et de se débarrasser d'elle. La porte se rouvrit derrière elle et la jeune junoichi ne put s'empêcher de se retourner nerveusement, portant une main à la plaie de son cou.

Nobu -Relax, ce n'est que moi. Je ne me suis pas vraiment présenté, mais je suppose que tu l'avais compris : je m'appelle Nobu. Viens.

Le jeune homme attrapa la jeune fille par le bras pour l'entraîner dans le couloir.

Nobu -Pas la peine de rester par ici. Surtout qu'on ne devrait pas tarder à partir pour Mahou.
Miiyu -Kana t'as tout dit ?
Nobu -Oui. Il était plutôt obligé : il ne pouvait pas à la foi te protéger et emmener les autres en avance à Mahou. Je ne te connais pas beaucoup, mais je ne pensais pas que c'était ton truc, ce genre de chantage.
Miiyu -Mon truc, ça aurait été de décarrer de Gensou en vitesse sans me soucier de ce que j'y laissais. Mais c'était pas ce que Kana voulait.
Nobu -Mon frère a toujours obtenu ce qu'il désirait. Ca en fait quelqu'un de capricieux. Il vaut toujours mieux lui obéir.

Le jeune homme éclata de rire. Puis se reprit.

Nobu -Tu devrait prévenir ton ami.
Miiyu -De ?
Nobu -Nous devons partir le plus tôt possible. J'ai pensé dès demain.
Miiyu -Kiinaegi et les autres membres ne seront jamais prêts d'ici là.
Nobu -Ils nous rejoindrons par la suite. Nous on va rejoindre mon frère et les autres. Rien que tous les deux.

Il eut un sourire malicieux avant d'éclater à nouveau de rire.

Ishima -Je dérange ?

Le rire de Nobu laissa place à un sourire ravi bien que surpris.

Nobu -Excellent ! Là où on ne l'attend pas. Bon, et bien ce n'est pas de gaieté de coeur mais je vais vous laisser. N'oublie pas, Miiyu-chaaaaan : de-main !

Et le jeune homme tourna les talons et s'éloigna gaiement. Ishima s'approcha de Miiyu.

Ishima -C'est qui ?
Miiyu -Nobu. Le frère de Kana, et accessoirement mon nouveau garde du corps.

Un main passa sur le cou de la jeune fille, un doigt vint caresser la plaie qui s'y trouvait.

Ishima -Il fait mal son boulot. Qui t'as fait ça ?
Miiyu -C'est pas important. Dis, 'fallait que je te parle.
Ishima -Moi aussi.
Miiyu -C'est un peu précipité mais...
Ishima -Je repars pour Chikara demain avec Yusuke et ma nouvelle élève.
Miiyu -Que ?
Ishima -Mais puisque toi et ton ami Nobu semblez partir de Gensou demain aussi... on partira ensemble.

Miiyu sourit et se laissa enlacer par l'assassin et l'embrassa tendrement.



********************************************************


Nobu -Miiiiiiiyuuuu-Chaaaaaaaaaan !

Miiyu soupira. Finalement, Nobu n'était pas plus humain que son frère, il était juste plus gonflant... et très collant.

Nobu -Prête pour le départ ?
Miiyu -Je pense que je suis toujours prête depuis la dernière fois que tu m'as posé la question, Nobu. A savoir depuis il y a dix minutes...

Le jeune homme sourit.

Nobu -Et ils arrivent quand ?
Miiyu -Je t'ai dit que j'en savais rien...

La jeune fille réajusta son paquetage sur le dos de sa monture. Cela faisait quelques minutes qu'elle et Kana avait préparé leurs montures respectives et qu'ils attendaient maintenant Ishi, parti chercher Seshiru son élève et Yusuke. Comme l'avait craint la jeune fille, Nobu était du genre à ne pas tenir en place.

Nobu -Dis, et ...
Miiyu -Il arrive !

En effet, l'assassin arrivait, accompagné de l'éternel impassible qu'était Yusuke, et d'une jeune fille qui devait être Seshiru. Sur chacune de ses épaules piaillait un hamster : Ebichu et Mokona étaient de la partie, et commentaient joyeusement les moindres faits et gestes de chaque personne du groupe, avec la même bonne humeur que celle du garde du corps de Miiyu. Nobu pressa un peu tout le monde,et au bout de quelques minutes, tous se mirent en marche, plus ou moins dans la bonne humeur. La petite troupe ne tarda pas à rejoindre Kana et les quelques autres membres du clan qui l'accompagnaient à quelques kilomètres du village Gensouard, comme Miiyu et Kana l'avaient prévu : ils rentreraient ensemble à Mahou, Kiinaegi et les siens suivraient. A ce moment là, il y aurait sûrement un second entretien tendu avec Kiinaegi, mais cette fois, Kana serait aux côtés de Miiyu. Et cela rassurait à moitié la jeune fille, qui était loin d'avoir confiance pourtant en Kana.

Au bout de quelques kilomètres, la jeune fille dut avec tristesse se séparer d'Ishima et de ses compagnons dont la destination était Chikara et non Mahou. La fin du voyage lui parut étrangement fade, dans une atmosphère plutôt lourde malgré les tentatives de Nobu pour la faire sourire. Les nombreuses piques de Kana à l'attention de la jeune fille et de l'assassin n'arrangèrent en rien son humeur.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Iarwain le 21/6/2008, 16:06

Ca y était. Il faisait nuit. C’était ce qui arrivait quand on restait plongé trop longtemps dans des livres à la bibliothèque… Et je voyais à peine devant moi ! Mais j’avais tout de même appris de nombreuses choses sur la médecine de Gensou, notamment comment anesthésier les patients en vue d’une opération douleureuse. Et maintenant, il fallait rentrer à la maison, enfin la suite royale que Gensou nous avait offert pour la nuit en échange de ‘contribution à la célébrité et à la renommée du fameux village de l’Illusion’. Et pas pompeux pour un clou, le gratte-papier !

Je marchais donc rapidement dans l’air frais et humide du village, étant souvent honoré d’un regard en coin soupçonneux. D’ailleurs, je croisai un différent qui pouvait devenir une rixe assez facilement…Je compris rapidement la situation en captant quelques paroles des protagonistes par hasard, alors qu’un duo d’ivrogne s’arrêtait en titubant pour voir la baston.


(Femme mure) Dites, vous vous sentez bien, mon bon monsieur ? Nan mais vous gênez pas, à sauter sur ma fille comme ca…Vous cherchez quoi au juste ? Les bordels sont trop chers pour Môssieur ?
(Homme mur, d’une voix glaciale et cynique) C’est à vous de vous calmer et de calmer votre dévergondée de fille ! Je vous signale qu’elle a essayé de s’asseoir sur mes genoux alors que j’étais debout ! Hein, dis-lui, toi !
(Jeune fille) Et bien…J’ai trébuché et je suis tombée sur ce monsieur…
(Mere) Grmpf, pourquoi t’as dit ca ? J’aurais pu lui mettre un procès, histoire de rembourser les dettes de ton ivrogne de père ! Bon ça va pour cette fois, sale type, mais fais gaffe la prochaine fois, je te raterai pas !
(Homme) Mais bien sûr !

Et certaines personnes disent que Mahou est le pire village ? On a le pire phénomène, mais les autres sont pas mals non plus… Bon c’est cool de glander, de regarder les bastons dans les rues et tout, mais je tenais pas à finir courant nu dans Gensou, sans aucun souvenir de la soirée précédente, à cause d’une balade très arrosée dans un cabaret quelconque !
Alors que je me dépêchais de rentrer dans ma luxueuse suite, un bruit de voix venant d’une ruelle obscure m’interpella. Une d’entre elle me paraissait très connue, une autre m’évoqua peu de chose et la troisième, qui était également la plus bruyante, fit courir un frisson dans mon dos.

(???) On s’est fait pwned par le connard de gamin d’avant ! On dirait qu’il en a pas eu assez ! On va s’occuper de lui dès que ses copains seront…
(Allen) Et comment tu veux faire ?
(???) Nous allons lui faire connaître la Racl…
(Voix calme) On ferait mieux de d’abord s’occuper des autres que tu dois taper parce que le jour sera déjà levé que nous n’aurons pas commencé. Te connaissant, tu voudras pas partir et tu le tortureras…
(Iarwain, pensée) C’est quoi cette voix desagreable…qui veut faire souffrir, et ce ‘Racl’…Racloir ? Non…
(???) Il comprendra le concept de la Sainte Vengeance ! Et il souffrira…
(Voix calme) Laisse tomber, everybody got 2 suffer !
(Allen) Je crois pas qu’il connaisse, Ryo…
(???) Non, seuls les autres peuvent souffrir ! Moi…
(Iarwain, pensee) Ainsi la voix calme était Ryosuke…Pas étonnant que je l’ai pas reconnue ! Et la facon de l’autre de dire ‘Moi’…’Racl’…Classe genin 3…Oui c’est ça…
(???) Moi le grand Makaya, je ne tolèrerais pas une chose pareil, je vais le châtier, et lui il va got 2 suffer ! Il va comprendre la puissance des Korove !
(Iarwain, pensee) Makaya ? Et meeeeeerde…Cassos !

[i]Alors que je tentais de m’enfuir, je percutais malencontreusement un seau à gerbe qui traînait par la…
(Ryo) Entendu ?
(Iarwain) Ma dernière chance. Miaw...Miaw...
(Makaya) Y’a pas de chats à Gensou. Allen ?
(Allen) Un type, sous une cloche de chakra !
(Iarwain, pensee) Faut que je déguerpisse !

[i]Malheureusement, un tentacule m’attrapa la cheville. Alors que j’allais le trancher d’un kunai, faisant fi de mon invisiblité, je sentis une étrange pression sur mon bras, alors que le sourire de Ryo se dessinait dans l’ombre.

(Makaya) Mais c’est IARWAIN ! MON PETIT IARWAIN, JE SUIS SI CONTENT DE TE REVOIR !!!!
(Allen) Pourquoi il se souvient de son nom et pas du mien ?
(Makaya) Taggle Haleine Fetide! Bon Iarwain, tu tombes bien, je vais te demander un service.
(Iarwain) Non, je vais me coucher. Je suis très fatigué. *baille*…
(Ryosuke) Il nous sera pas tres utile…
(Makaya) Mais si ! Tu fais quoi avec ce lien de chakra, Ryosuxx ?
(Ryosuke) Faut qu’on parle de sa sœur…
(Makaya) Iarwain a une sœur ? Elle a quel âge ?
(Iarwain) J’ai pas de sœur…Par contre, la sœur de Xylo se souvient de toi…Un type qui a des penchants étranges pour son petit frère…
(Makaya) Euuuuuh…Donc Iarwain t’as le droit de venir nous aider puisque tu le voulais tant que ça. Approche que je te crayonne le visage…
(Iarwain) J’ai dit que je venais pas. A plus !
(Makaya) Tu nous aides ou alors je te ligote et te laisse sur les lieux du crime pour que quand les policiers te trouvent, ils aient un coupable tout désigné, un ptit Mahousard qui sera parfait pour le rôle de bouc émissaire…
(Iarwain) T’oserais pas !
(Ryosuke) Hum-hum…
(Iarwain, incredule) T’oserais ?
(Makaya, avec un grand sourire) D’ailleurs, si on avait pas besoin de toi, je le ferais immédiatement !
(Iarwain) Gloup…Bon, finissons-en alors.
(Makaya) D’abord faut que tu nous soignes, on a été blessé…
(Iarwain) Vous avez quoi ?
(Ryosuke) Moi ça va…
(Allen) J’ai les couilles cramées.
(Makaya) J’ai été victime d’un suppositoire rugueux et explosif…
(Iarwain) Allez crever !
(Makaya) On va mettre le plan B en application…
(Iarwain) Vous êtes pas en état de m’empêcher de partir…
(Makaya) Ryo peut le faire, lui…
(Iarwain) Je vous aide à vous battre. Pour le reste c’est mort…
(Makaya) Vraiment ?
(Iarwain) De toute facon, il fait trop noir, j’y vois rien !
(Allen) On peut aller sous le lampadaire la-bas…
(Iarwain) J’ai pas les outils…Et puis j’ai pas encore le niveau pour ça…
(Makaya) Tant pis…on se vengera sur les suivants…Tu sais où crèchent les Hyako ?
(Iarwain) Je suis passé devant en rentrant à l’hôtel. C’est par la. Au fait, pourquoi vous avez la gueule crayonnée en noir ?
(Makaya) Heureusement que tu m’y fait penser…Approche…
(Iarwain) Non pas ca ! C’est pas indélébile j’espère au moins…Aaaaaaaaaargh t’étais pas obligé d’appuyer aussi fort, espèce d’idiot ! (remarquez la qualité des insultes xD)
(Makaya) Désolé, je voulais être sûr que ton visage ne soit pas directement visible…Je ne me souciais que de ton bien après tout…
(Ryosuke) Le crois pas.
(Makaya) Mais ferme-la sale moine ! Tu veux qu’on refasse ce qui t’a valu cette démarche sexy ?
(Ryosuke) Pas vraiment, en fait…
(Iarwain et Allen) Il s’est passé quoi exactement ?
(Ryosuke) Demandez à Maka…Nan en fait, demandez pas…


Nous partîmes donc vers la demeure des Hyako, espérant trouver Tetsuka de son petit nom. Quelques instants plus tard, nous croisâmes un type qui avait une main dans son imperméable, un peu comme s’il portait un objet louche et peu recommandé, tout en lançant des regards soupçonneux autour de lui. D’ailleurs, ça devait être un tic.
(Makaya) Ha, le bouseux ! Il a marché dans de la merde !
(Homme) Zuuuut ! J’y peux rien, chui aveugle…
(Ryosuke) T’es un Hyako ? Pas trop triste d’être né comme ça ?
(Hyako) On s’y habitue…et puis c’est pas trop gênant au fond, on a des techniques pour y pallier, par exemple…Mais je parle trop. Que font trois types à la gueule crayonnée et un type qui s’est mis de la boue sur le visage ?
(Makaya) C’est de moi qu’tu parles ? De MOI ? Je vais te…
(Iarwain) Tu serais pas Tetsuka Hyako ?
(Allen) Calme-toi, Makaya, si c’est lui, tu pourras le latter, ne t’inquiète pas…Calme-toi…
(Tetsuka) Oui, c’est moi. Pourquoi ? Qui êtes-vous ?
(Makaya) Suuuuuuus a l’ennemi !

Il se jeta alors sur l’homme qui pensait qu’il s’était mis de la boue sur la tronche. Mais le Hyako était aux aguets. Il portait un colis suspect, et quatre personnes étranges l’accostaient en pleine nuit. Il esquiva donc le lattage surprise de Makaya d’un bond en arrière puis une nuée de corbeaux s’envola vers nous. Nous fûmes un bref moment aveuglés, et au retour de notre vue, nous étions encerclés par au moins une trentaine de Tetsuka Hyako, dont le cercle se resserrait petit à petit.
Finalement, nous nous retrouvâmes dos à dos, et d’un commun accord, nous chargeâmes les doubles. Ils étaient tous inconsistants. Une volée de kunai vint vers nous, mais sans point de depart. Pour finir, dans un nuage de fumée, une corneille à taille humaine apparut. Une invocation donc.

Et nous n’étions plus que trois. Enfin, Ryosuke avait créé un clone inconsistant et était parti en invisibilité pour retrouver le Hyako. Malheureusement, la traque n’aboutissait pas vraiment, puisque l’adversaire percevait le chakra de Ryo, alors que celui-ci ne savait rien. Il revint bredouille, incapable d’approcher la cible. Allen sentit alors un mouvement près du sol devant lui, avant que je ne prenne un coup du tranchant de la main dans le genou, me faisant tomber au sol, les mains crispées sur la zone endommagée.
Apparemment, notre adversaire utilisai une tactique d’élimination progressive des adversaires. Alors que tous guettaient le moindre mouvement venant du sol, la corneille, qui avait été oublié, chargea en tentant d’enlever Makaya en le saisissant par sa touffe. Celui-ci la fit grandir, au point presque d’absorber l’oiseau, puis serra, resserra et resserra, écrabouillant le corbeau sous la pression capillaire. L’invocation disparut dans un nuage de fumée.

Makaya sentit ensuite un mouvement invisible près de ses jambes, et sauta alors en l’air. Alors qu’il était en plein vol, une énorme bourrasque fuuton le percuta de plein fouet, l’éjectant contre le mur d’une bâtisse antique. Heureusement, le choc avait été amorti en partie par la touffe. Quant à moi, je me relevai, ayant soigné mon membre blessé. Allen se décida finalement à avoir de beaux yeux blancs, et nous indiqua la position de l’ennemi, vers lequel nous courâmes de concert. Celui-ci semblait surpris que nous sachions où exactement il se trouvait. Allen courait en tête, changeant de direction en fonction du Hyako.
Enfin, Tetsuka se décida à venir vraiment au corps à corps. Il esquiva le premier coup d’Allen, qui fit un mini-cratere dans le sol. Ensuite, la pointe cabossée de la lance de Makaya tenta de s’infiltrer entre ses côtes, mais l’Aveugle évita d’un bond en l’air. Ryosuke faillit alors lui faire une clé de bras en plein vol, mais il prit appui sur un mur pour s’éjecter hors de la mêlée. Vers moi, qui étais resté un peu en retrait.

J’évitai un coup de pied latéral qui visait mes côtes en me baissant. Pendant ce temps, les autres arrivaient. Cependant, il était quasi-impossible de surprendre le Hyako car ses techniques lui permettaient de sentir les gens autour de lui. Les genjutsus de Ryosuke étaient donc inutiles, et niveau taijutsu, il était tres rapide. Cependant, c’était notre seule chance. Aucun de nous ne valait grand-chose en ninjutsu.
Alors que je prenais un coup porté du plat de la main dans l’épaule, les trois autres arrivèrent simultanément. Makaya lanca ses cheveux en avant, surprenant presque Tetsuka qui fut obligé de sauter. L’etau se refermait, il ne pouvait s’appuyer nul part desormais. Allen bondit pour le frapper en plein vol, mais l’adversaire nous surprit une fois de plus en lançant une boule de vent vers le bas, ce qui le fit remonter juste au-dessus d’Allen. En même temps, la boule s’écrasai au sol, provoquant une onde de choc.

Cependant, Allen retomba sur les cheveux de Makaya, qui fit gonfler sa touffe, et ainsi faire monter le Tsyuuga en l’air. Tetsuka évita de justesse un dangereux coup de poing en se contorsionnant en plein vol, et fut intercepté juste avant que ses pieds ne touchent le sol par Ryosuke qui lui brisa le coude à toute allure. J’en profitai pour lui électrocuter les jambes, de sorte à ce que ses déplacements soient fortement diminués. Finalement, il se rendit.


(Makaya) Il est temps de passer à l’étape la plus intéressante…La torture !
(Allen) Super ! Je commence alors !
(Iarwain) Noooooon pas de torture !
(Makaya) Oooooh que si, il m’a insulté…Tu veux peut-être souffrir avec lui ?
(Iarwain) On a discuté avec Ryo…On va vous en empêcher, hein, Ryo ? *regarde derrière lui* AAAARGH MAIS T’ES OU ?
(Ryosuke, invisible) Je m’appelle Ryosuke. Arrêtez d’employer ce diminutif !
(Iarwain) Sale traître !
(Makaya) Et oui, c’est de Ryo qu’on parle !
(Ryosuke, visible) Suke !
(Allen) Bon, c’est parti pour les tortures…
(Iarwain) Non, c’est trop cruel !
(Makaya) On t’oblige pas à regarder, ChoupIarwain !
(Iarwain) C’etait quoi, ça ?
(Ryosuke) Un surnom débile. Comme ‘Ryo’ au lieu de Ryosuke.
(Allen) Mais tu vas nous lâcher avec ça, RyoSUKE ?
(Ryosuke) Maintenant oui.
(Makaya) Bien, alors occupons-nous de notre ami le Hyako. On va commencer par ma nouvelle technique favorite. Retournez-le.
(Allen) Oui.
(Makaya) Bien. Le temps de la Souffrance et de la Vengeance est arrivé. Il est temps pour toi de souffrir et pour moi de me venger. Sodomie ! Hein ? Ca rentre direct…Facilement…Et il a juste lâché un soupir d’apaisement…C’EST UN HOMO !
(Ryosuke) Pas de bol…
(Makaya, triste) Faut que je trouve autre chose…Je peux pas utiliser ma technique favorite…Je…
(Allen) Je peux m’occuper de lui si tu veux…
(Makaya) Non, c’est mon honneur qui est actuellement mis en jeu. Il faut que je trouve autre chose…
(Iarwain) Le jour ne va pas tarder à se lever…
(Allen) Menteur.
(Iarwain) Si on glande encore longtemps, on aura pas le temps de finir.
(Ryosuke) Et si on l’accrochait à poil et recouvert de boue sur un poteau au milieu de la place, avec un panneau ‘Hit me I’m SM’ ?
(Makaya) Nan c’est de la merde…Et mais j’ai une idée ! Et si on l’accrochait à poil et recouvert de boue sur un poteau au milieu de la place, avec un panneau ‘Hit me I’m SM’ ? Ouais allez, on fait ça !
(Ryosuke) C’est ce que j’ai dit…
(Allen) Ouais, super idée. Faisons ça ! Tu es vraiment génial, Maka.
(Ryosuke) Mais c’est mon idée…Pourquoi personne le reconnaît ?
(Iarwain) Oui, c’est ton idee, mais c’est pas si grave, au fond, Ryo…
(Ryosuke) Suke !!!

Après avoir fait ce que nous avions prévu, en plus de le baillonner, nous partîmes vers l’endroit où nous supposions que se trouvait le Maboroshi qu’il fallait cette-fois-ci combattre…
avatar
Iarwain
Lord of Santa
Lord of Santa

Messages : 2106
Date d'inscription : 09/03/2008
Localisation : Laponie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Kota le 22/6/2008, 02:21

J'enchaînais poursuite sur poursuite, je sentais mes forces me quitter peu à peu. La fin de la nuit approchait. La claire lumière de la Lune éclairait le village et laissait des reflets blancs sur les vagues de l'eau. Seul le bruit de la cascade se faisait entendre. Rien ne troublait cette nuit sauf moi à la recherche d'une personne. Cherchant partout, chaques recoins étaient éxaminés mais l'homme restait introuvable. Un sentiment de haine me gagnait, une colère pire que contre les gars surpuissants qui avaient détruit ma maison. Ma tête tournant de droite à gauche, fixant chaque mouvement et chaque courant d'air. La cascade m'empêchait d'entendre les sons pouvant être produit par celui que je cherche. Mon impatiente croissait, j'étais pris dans un vertige de haine. Alors que je scrutais le paysage, un chuchotement frolait mon oreille. Je sentis alors une présence derrière moi et une main cicatrisée se posa sur mon épaule. Je n'ai pas trop compris le chuchotements. Alors que je voulais me retourner, ma vue changea. Je voyais Gensou puis tout à coup, je me suis retrouvé dans une grotte. Une douleur me prit au bras. Le serrant très fort, je sentis quelque chose me monter jusqu'au coude. Mon regard se tourna vers celui-ci et je vis quelque chose d'effrayant. Une matière noir et sombre s'étendait sur tout son long. A la vue de cette horreur, j'hurlai. Le paysage de Gensou revint et je constatai, en sueur et avec le souffle court, que je serrais mon bras très fort. Je relevai les yeux et vis l'homme que je cherchais. Il me chuchota à l'oreille:

???: J'aime ce regard, rempli de peur
Moi: Qui êtes-vous et que me voulez-vous?
???: C'est toi qui me cherchais, as-tu oublié le pourquoi de cette recherche?
Moi: ...
???: Tu cherchais des réponses à tes questions
Moi; Que signif...
???: Je ne te répondrai pas, tu trouveras tout seul.
Moi: ...fie mon rêve ?
???:[/b} Est-ce un rêve, un cauchemar ou une vision ? Voilà ce que tu dois te dire
[b]Moi:
Ce n'est pas la question que je veux mais la réponse
???: C'est ton destin, à toi de le savoir. Si tu veux me parler alors cherche-moi dans ton esprit et tu me verras et cette fois-ci pose les bonnes questions...

Il enroula sa veste déchiré autour de lui avant de disparaître. Il dit une dernière chose: <<La vision que tu as eu tout à l'heure n'est rien d'autre qu'une pièce de puzzle s'assemblant à ce que tu appelles "rêve">>. A ce moment-là, l'étreinte que j'avais sur mon bras se serra. "Poser les bonnes questions" quelles sont les bonnes questions? Maintenant, je sens la menace approcher. Si je suis prisonnier de cet avenir alors je vais faire en sorte que ce soi lui qui change. Maintenant, comment faire ? Je dois devenir plus fort, beaucoup plus fort...

""Où suis-je ?

Je me suis retrouvé quelque part. Un lieu familier, plus net cette-fois. Je me souviens, c'est l'endroit où se déroulait mon cauchemar. Mais cette-fois, je ne rêve pas, c'est... autre chose. J'observais les environs que je distinguait distinctement. La forêt se tenait au loin et je me situais sur la montagne. Devant moi se dressait l'entrée d'une imposante grotte et un air glacial frissonant le long de mon corps. Devant celle-ci apparait l'homme de toute à l'heure. Son apparition fantôme vêtue de sa veste déchirée me fit flipper. Mon sursaut fut suivi d'une incompréhension à cette arrivée soudaine.

???: Tu te demandes ce que tu fais-là, non ? Je vais te le dire, je t'ai fait entrer dans ton esprit pour que tu revois ce que tu appelles "rêve"
Moi: Pourquoi ?
???: Afin que tu puisses chercher tes réponses seulement tu devras affronter la vérité
Moi: La vérité ? Que veux tu dire?
???: Tu ne connais pas la signification de ton rêve car tu ne sais pas quelle personne succombe
Moi: Qui est-ce ? A quoi succombe-t-elle ?
???: Si je t'ai emmenais ici c'est pour que tu le saches
Moi: Pourquoi ne pas me le dire ?
???: Saches, jeune ninja, que tu es bloqué entre deux murs : Le Passé et le Futur. Tu as déjà voyagé dans ton esprit pour connaître ton passé. Ce "rêve" est aussi un voyage dans ton esprit mais pour connaître le Futur. Au début, il est flou mais il se développe de plus en plus. Si tu veux avoir une réponse, cherches dedans.

L'homme disparaissa de la même façon qu'il est apparu. Me laissant la possibilité de passer et de pouvoir savoir la vérité. Je me précipitai dans la grotte et, voyant bien mieux qu'avant, se pressai sans faire attention aux pierres risquant de me faire trébucher. De longues minutes suivirent. Après la longue balade dans les labyrinthes de la grotte, je m'arrêta en apercevant quelqu'un. Je me souvenais que, effectivement, une personne se baladait dans la grotte et, après avoir pris quelque chose, un cri se faisait entendre brusquement. Ca s'arrêtait toujours à ce moment-là.
Je regardais pour savoir qui était cette personne et à ce moment-là, j'eu un choc. C'était moi ! C'est à ni rien comprendre. Je me voyais marcher et me stopper devant une table de pierre avec dessus un petit coffret. Je me vis ouvrir le coffret et en sortir une sacoche fermé par un noeud. Soupirant, le deuxième moi dénoue celle-ci et en sorta une sorte de perle sombre noire avec des motifs rouges. Tout à coup, il la lacha en criant. Alors je reconnus le cri et compris qui l'avait fait: c'était moi. Soudainement, je vis mon double empoigner son bras et je constata une marque noire monter des doigt jusqu'au coude. Ca s'arrêta, l'autre Kota était en sueur et son souffle reprit. Il lacha son bras, le fixa puis se baissa pour reprendre la perle pour la remettre dans sa poche. Il coura vers la sortie. Ma vision fut de plus en plus blanc avant dêtre dans un blanc complet..."


...elle revena sauf que j'étais retourné dans la vie réel. Le Soleil frolait l'horizon et la matinée venait de débuter. Effrondré sur les toits, j'étais seul. Je me suis levé avec une migraine à la tête.
Me dirigeant vers chez moi, je passais par la ruelle où devait se trouver la tortue avec les trois hommes écrasés dessous. Seulement, je vis la tortue géante retournée mais aucune traces des trois gars à l'exeption d'un tag les représantant sur le dessous de la carapace de l'animal. Ils avaient réussi à se dégager, incroyable ! Ils étaient vraiment très fort. Je repris ma direction mais je mde suis retrouvé devant un massacre de bois sensé être ma maison. Mes problèmes ne s'arrangaient pas apparemment. Je pense que je devrais aller à l'hôpital pendant quelques jours.
Après je m'entrainerai et je deviendrai fort...
avatar
Kota
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 703
Date d'inscription : 12/05/2008
Age : 22
Localisation : Bazaka...Mais qu'est ce que je fous là, moi? O.O

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Rintaro le 23/6/2008, 01:57

Bon ben voilà, sa allait être ma première mission. Depuis que mon maître d’arme était repartit dans son continent, et que j’avais était promu genin, c’était ma première mission. J’accompagnais deux chuunin, il fallait croire que se n’est pas avec mon niveau de combat que j’allais devoir briller mais avec l’enquête. Il est vrai que le chuunin de Mahou n’avait pas l’air du genre à résoudre et la chuunin de Gensou semblé assez lunatique … Heureusement qu’on dit qu’il ne faut pas se soucier des apparences.
Je rentrais chez moi pour me préparer au voyage, au début de la mission et en profitais pour demander quelques conseils à mes parents. Du moins à ma mère, mon père était en mission, dommage d’ailleurs il avait d’avantage d’expérience qu’elle.
J’allais la voir dans le salon, elle était recroqueviller dans un fauteuil entrain de lire un livre.


Rintaro : Salut maman de moi, comment vas-tu ?
Shiyoko : Tu m’as déjà posé la question se matin en te levant et ma réponse est toujours la même.
Rintaro : Quelle froideur dans ta réponse.
Shiyoko : Tu veux un câlin de ta chère mère pour te réconforter ?
Rintaro : Heu non merci sa ira.

Elle se mit à sourire et croisa ses jambes en tailleur puis posa son livre sur une petite table à côté de son fauteuil et me regarda.

Shiyoko : Que veux-tu ?
Rintaro : Je vais partir en mission avec une chuunin du village et un autre chuunin de Mahou, Mei-lynn et Dragonight.
Shiyoko : Vraiment ? C’est quoi comme mission ?
Rintaro : Mission de rang C, on doit enquêter le plus discrètement possible sur la disparition de plusieurs animaux.
Shiyoko : Je vois, tu as prévu de commencer par quoi dans l’enquête ?
Rintaro : … D’abord savoir quel est la valeur des bestiaux, à qui ils appartenaient pour voir s’il y a un lien quelconque entre les maîtres, connaître l’heure à laquelle ils se sont rendu compte de leur disparition puis noter le lieu sur une carte …
Shiyoko : Pour commencer sa serait bien oui. Tu as autre chose ?
Rintaro : Pas vraiment … non.
Shiyoko : Tu pourrais questionner l’entourage des victimes pour voir comment ils sont vus par exemple, et vice versa, voir comment les victimes voient leur entourage.
Rintaro : Aussi, je vais prendre un carnet pour noter tout ça, en plus j’aurai l’air d’un véritable enquêteur trop la classe.

Elle sourit de nouveau et reprit son livre en main pendant que je montais dans ma chambre. Une fois dans celle-ci, je commençai à faire l’inventaire de se qu’il me fallait pour le voyage pour ainsi voir se que j’aurais besoin d’emmener. Je devrais voyager léger et utile.
Plus tard, je redescendais et me dirigeais vers la porte d’un pas hâtif.


Rintaro : Je sors môman !
Shiyoko : D’accord mais tu seras là pour le dîner ? … Il est partit, tans pis …

Je pris la direction du cimetière, y pénétra et me dirigeai vers une tombe dont je connaissais l’emplacement par cœur. Une fois en face de celle-ci, je posai le genou gauche à terre, puis le droit. Je me mis assis sur mes talons et détacher ma rapière, en la gardant soigneusement dans son fourreau, pour la poser entre la pierre tombale et moi-même. De ma sacoche, je sortis de l’encens et de quoi l’allumer. Je le posai ensuite sur la pierre tombale et joignais mes mains paume contre paume. Ainsi, durant 600 secondes, je demeurai.
Une fois ma prière terminé, je me relevai en rangeant mes affaires. Je regardai la tombe et me mis à avoir un sourire en coin. Je mis une main dans une poche et appuya la paume de mon autre main sur ma rapière. Elle trouvait qu’ainsi j’avais la classe.


Rintaro : Repose en paix sœurette.

Ma sœur était morte quelques années plus tôt. Elle devait accompagner son sensei dans une banale mission de routine. Manque de chance pour eux, ils sont tombés sur des brigands dirigés par un nuke-nin. Le sensei était revenue avec le corps de ma sœur dans ses bras, et l’avait recouverte d’un drap blanc.
Durant une longue période, je suis rentré en dépression … c’est se qui fait que je suis encore genin à 17 ans. Se fut mon maître d’arme qui me fit sortir de cet état et me faisant me dévouer corps et âmes à mon objectif. Devenir un protecteur acharné de la justice, beaucoup trouver que se genre d’objectif était ridicule, qu’on voyait ça seulement dans les bisounours, mais se n’était que des types voulant se la jouer rebelle.
Je perdis soudainement l’équilibre et me rattrapa à un mur. Ma tête me faisait mal se qui m’obligea à faire une courte pause. Ses effets étaient dut à un entraînement avec mon père au genjutsu. Il m’apprenait à me servir du kai et voulait grimper un niveau au dessus, le problème fut le genjutsu qu’il me fit subir … il se révéla trop puissant et à laisser des séquelles au niveau de mon cerveau. Sa se produisait ainsi, mon cerveau, sans crier garde, se met soudainement en suractivité, sans qu’on ne sache trop comment, et pour éviter qu’il ne se surcharge, oublie certaines informations comme l’équilibre par exemple. J’avais déjà également perdu la vue, l’ouïe et l’odorat, mais j’avais également déjà eu un bras paralysé. Heureusement tout ça était passager et tout revenait à la normale au bout de quelques secondes.
Les effets étant passés, je repris mon chemin et aller faire des provisions. Il ne me fallut pas plus d’un quart d’heure pour trouver se que je cherchais et pouvais donc reprendre la direction de mon chez moi, diner et aller me coucher.

Le lendemain, je me levais assez tôt … En faite non ! J’étais super en retard ! J’avais rendez-vous à 10h devant les portes de gensou avec mon équipe ! Et il est 9h53 !
Je me levais d’un bond, sauter dans mes vêtements, prenais mon sac (que j’avais préparé la veille) et ma rapière au passage et descendit les escaliers quatre par quatre et m’enfiler un p’tit dèj en un temps records. Je me précipitai dehors et partit en direction du lieu de rendez-vous. Je courais à toute allure pour rattraper mon retard et au passage, manque de chance, je rentrai dans une femme qui fit tomber ses affaires. Je l’aidai rapidement à tout ramasser et repartais aussitôt en lui présentant hâtivement mes excuses. Quelques secondes plus tard, la malchance me poursuivait toujours ! FAIS CHIER ! Un gamin avait déboulé devant moi et je l’avais littéralement dégagé au passage. Il se mit à pleurer et je dus l’aider à se relever en lui expliquant rapidement deux trois petit truc sur le fait d’être un homme


Rintaro : Allons t’es un homme faut pas que tu pleures, montre que t’es un dur un vrai, t’es viril, t’es baraqué et puis tout Yeah !

Je repartis aussitôt, l’enfant lui avait arrêté de pleurer, sans doute à cause des tonnes de question qu’il devait se poser du genre, c’est qui se mec ? Qu’est-ce qu’il a ? Où suis-je ? Il a quoi à la ceinture ? Sa se mange ? Quel jour sommes-nous ? Pourquoi il a l’air presser ? Etc etc.
Heureusement pour moi, les portes du village apparaissaient enfin et je pus me rendre compte avec délectation … qu’ils n’étaient pas là


Rintaro : Merde, ils ne doivent pas m’avoir attendu, je comprends leur réaction, faut que je les rattrape !
Garde : Hé gamin, qu’est ce que tu racontes ?
Rintaro : Bonjour monsieur, j’avais rendez-vous à 10h ici avec deux chuunin, une jeune fille de gensou et un chuunin de mahou, ils doivent être partit sans moi
Garde : Ah ? Si tu l’dis … mais j’en doute
Rintaro : Comment ça ?
Garde : J’ai vue personne passer ressemblant à ta brève description, surtout qu’il est 9h07 et pas 10h
Rintaro : Que ? De quoi ?
Garde : T’es en avance d’une heure si tu préfères. Première mission en extérieure ?

Je m’étais recroqueviller dans un coin et une aura de dégout émanait de ma personne

Rintaro : Oui première mission, merci de m’avoir mis au courant pour l’heure
Garde (se mettant à rire) : Allons fait pas cette gueule ! C’est normal d’être nerveux pour sa première vraie mission, pas la peine d’être dégouté d’avoir raté une heure de sommeil en plus
Rintaro (se relevant) : Vous avez raison ! Je dois regarder les points positifs, je ne serais pas en retard comme ça !

Le garde avait légèrement sursauté en voyant mon visage. Dans mon affolement, il n’avait absolument pas remarqué mon visage de zombie. Mes yeux étaient rougis et j’avais des poches immenses en dessous. D’ailleurs c’est se qui me valut une douche froide du garde qui m’invita à prendre un café en attendant, sa lui faisait de la compagnie au moins.
avatar
Rintaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 84
Date d'inscription : 20/04/2008
Age : 27
Localisation : Je me suis encore perdu ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Takeshi Masumane le 25/6/2008, 16:42

[HRP] Replaçons tout d'abord ce post dans le bon cadre. Les évènements décrits ci-dessous ont lieu dans la journée qui suis l'examen chuunin... [/HRP]

*Putain, ma tête... J'aurais pas dû boire autant hier... Beurk...*
Je me redresse difficilement, mais ne parvient pas à me mettre sur mes deux jambes. Je pose mes fesses par terre, et me prends la tête entre les mains, sans pour autant ouvrir les yeux, ou faire attention à ce qui m'entoure.
Je commence tout juste à reprendre mes esprits, que je sens quelque chose heurter mes côtes.

Takeshi - Eh ! Qui c'est le bâtard qui me tape ?
J'ouvre lentement les yeux en levant la tête, et la lumière tamisée envahit mes yeux, me rendant rapidement une vision acceptable.
Takeshi - Mais t'es qui, toi ?
Devant moi, se tient un homme d'environ vingt ans, un paquet de feuilles reliées entre les mains, avec un regard assassin.
Autour de moins, le décor n'est pas moins particulier. Une grande salle, au sol grillagé, les murs couverts de reflets bleus. De l'eau s'écoule tranquillement sous la grille. Au plafond, une unique lampe à huile illumine la pièce.
Takeshi - Mais on est où là ? Et vous êtes qui d'abord ?
Jeune homme - Ta gueule, on t'attend dans l'arène...
Takeshi - Où ça ?
Soudain, il me saisit par le bras, et me traine jusqu'à une porte dérobée, au fond de la pièce. Il me relève d'un geste brusque, mais mes jambes ne souhaitent que se dérober sous mon poids.
Jeune homme - Bordel, pourquoi on m'a foutu un déchet pareil ?
Takeshi - Le déchet il t'emmerde ! Tu me laisse dormir, et après je te casse la gueule !
Jeune homme - Pfff... Mmh ! Allez, t'as intérêt à te réveiller, il a pas payé 1000 ryôs pour taper un cadavre.
Takeshi - "Il a pas..." Gné ?
La porte de fer s'ouvre à la volée, et la lumière du jour pénètre dans la salle obscur.
Voix - Bon, il est prêt ?
Jeune homme - On verra !
Je me sens décoller du sol, et la lumière aveuglante m'enserre. Puis le retour à la terre ferme se fait, mais assez durement. Je heurte le sol d'asphalte, et roule sur le dos. J'ouvre les yeux, pour me rendre compte que ce que je pensais être la lumière du soleil, n'est en fait que celle de puissants projecteurs. Leur pâle lueur m'éblouis, mais je commence à percevoir le décor alentour.
Je suis dans une sorte de gigantesque hangar, au centre d'une arène, dont les limites sont faites de barricades de fortune, avec des barres de fer, des bidons, et autres caisses de bois.
Homme chat - C'est toi le numéro quinze ?
Je me tourne vers celui qui a parlé. Il s'agit d'un homme d'environ quarante printemps, avec des oreilles de chat et une queue velue, qui se tient à dix mètres de moi, en position de combat.
Takeshi - Gné ? Numéro quinze ?
Homme chat - Eh ! C'est vraiment lui ? C'est juste un gamin bourré !
Voix - Oui, c'est lui... Si tu veux que tes 1000 ryôs servent à quelque chose, tues-le !

*Merde, ça sent l'embrouille ! Faut que je réagisse !*
Je me remets sur mes deux jambes, mais elles tremblent. Je fixe mon regard sur le quadragénaire, le fusillant du regard. Ses intentions sont malsaines, même meurtrières, ça se lit dans ses yeux.
*Ça va chier... Il va vouloir me buter, et je peux pas me battre dans cette état...*
Takeshi - Ecoute ! J'ai aucune idée de ce que je fais ici, ni comment j'y suis arrivé... Donc si tu pouvais m'expliquer avant de tuer, ce serait la moindre des choses !
Homme chat - Arbitre ! C'est qui ce gosse ? Je peux pas tuer un gamin, foi de matou, surtout s'il ne sait même pas pourquoi il est là !
Un rire sadique résonne dans le public, et une voix machiavélique répond.
Voix - Tu aurais déjà oublié ton contrat ? Un combat lancé ne peut être stoppé !
Homme chat - Mmh... Puisque c'est comme ça... Prépares-toi, gamin !
*Et galère !*
Je baisse le regard sur moi-même, et vois que je ne porte pas mes gants. Mon kimono pourpre est tout débraillé, et je ne porte aucune arme supplémentaire.
*Où sont mes gants ?*
Mais le temps n'est pas à la réflexion, et l'homme se jette à l'assaut. Il court vers moi, avec pour seule arme une paire de gantelets à griffes.
Homme chat - L'attaque vive du chat ! Miaou !
D'un bond, plutôt félin, il passe au-dessus de moi, puis se retourne à la réception, et se propulse sur moi, toutes griffes dehors.
Pour esquiver cette attaque, je fais un pas de coté, puis une roulade. Je me retrouve au bord de l'arène.
*Putain, j'ai des réflexes de merde ! Faut que je me réveilles... Mais com... Idée !*
Je concentre un peu de chakra dans ma main droite, puis transforme la nature de mon chakra en foudre. J'appose alors ma main sur mon torse, et envoie le jus.
La décharge me fait pousser un cri involontaire, et mes jambes tremblent à nouveau, puis je m'écroule à genou.
Homme chat - Eh, gamin ! T'as fait quoi là ?
Un sourire illumine mon visage. Un sourire mauvais. Je me redresse, une fois de plus, le yeux toujours clos. Je lève la tête vers lui, puis ouvre les paupières. Je le fixe dans les yeux, avec un sourire démoniaque.
Takeshi - Je suis prêt...
Homme chat - Mais t'es qui, bordel ! J'en ai les poils qui se dressent ! Miaou !
J'avance doucement vers lui.
Takeshi - Avant de te tuer, je veux savoir qui tu es...
Homme chat - Me tuer ? Tu t'y crois, petit... Tu n'es pas de taille face à la puissance de mes attaques "persiantes" !
Il prononce ces mots avec force, mais ne semble pas en croire un mot.
Takeshi - "Persiantes" ? "Perçantes" tu veux dire ?
Homme chat - Calembour ! Tu ne comprends pas mon humour de matou, tu mérites la mort, c'est décidé !
Takeshi - Niark ! C'est quoi ce barge ?

Il se met une nouvelle fois en position d'attaque, et charge.
Homme chat - La griffe ascendante ! Miaou !
Il fonce sur moi, puis se baisse, et décolle, une griffe en avant, vers ma tête. J'évite de justesse, surpris par sa vitesse. Alors qu'il est toujours en l'air, il hurle.
Homme chat - La griffe descendante ! Miaou !
Il plonge vers moi, mais j'esquive d'un saut en retrait. En touchant le sol, ses griffes d'aciers émettent un crissement insupportable. Il remarque mon grincement de dents, et sourit.
Homme chat - Le miaulement au clair de lune ! Miaou !
Il commence à tourner sur lui-même, accroupi, les griffes raclant le bitume. Un immonde son strident en sort, faisant vibrer mes dents et mes tympans. Je plaque mes mains sur mes oreilles, mais rien à faire. Je ne vois plus rien autour de moi. Je tente de reculer, et mes pieds se prennent dans quelque chose. Je tombe à la renverse, alors que le grincement s'arrête.
Je sens un rapide mouvement d'air passer juste devant mon visage, et j'envoie ma jambe au hasard. Elle rencontre un corps, dans un partie plutôt molle. Je roule sur moi-même, et me relève. Je reprends mes esprits, et devant moi, l'homme se tord de douleur, poussant des petits cris animal, se massant les parties.
Homme chat - T'es vraiment un chateux ! Je vais te foutre ton pâté, et te couper la queue ! J'en ai les moustaches qui frisent, tu m'as castré !
Il se relève tant bien que mal, alors que je concentre mon chakra dans mes jambes. J'ai tant besoin de force que de vitesse, et l'utilisation du Gyo pourrait me servir.
*Avoir passé des journées entières à potasser sur le chakra dans la bibliothèque de Gensou, ça n'aura pas servi à rien.*
Cette fois, c'est moi qui attaque le premier, profitant du fait qu'il est occupé à se masser là où j'ai frappé. Je saute, la jambe droite en avant, vers sa tête. Il se baisse, tel un chat, puis se projette vers le haut, les lames en avant.
Il passe tout près de moi, entaillant mon dos. Je me réceptionne, puis repars à l'assaut.
Les coups s'enchainent, je frappe du poing, il le bloque du gantelet, puis il riposte, et je bloque son poignet de la semelle. Il pivote, et tente un chassé, que j'évite en sautant, et j'envoie ma jambe droite rencontrer sa tête. Le coup l'atteint en plein visage. Il fait un vol plané jusqu'aux limites de l'arène, et atterri dans une caisse, qui vole en éclats.
Homme chat - Miaou !
Je cours vers lui, et me prépare à frapper, quand je remarque qu'il a une barre d'acier qui lui traverse la poitrine. Il a du sang qui coule à gros bouillons de sa bouche.
Homme chat - Merde, gamin, t'as gagné ! Bonne chance pour la suite, et que le grand félin te protège.
Je m'agenouille à ses cotés, et essaye de comprendre à quoi tout ça rime. Je lève le regard sur le public. Il exulte.
De nombreux applaudissements fusent, en l'air se décharge de toute la tension accumulée.
Puis un homme, roux, les cheveux en pétard, des tas de trucs sur le visage, se lève. Il est à un petit balcon improvisé, entouré par quatre personnes. Une jolie blonde, un Yakuza aux cheveux longs, un moustachu bizarre, et une fille aux cheveux blancs et au teint mat.
Il lève les mains, et le public se tait.
*Il doit être vachement respecté pour faire ça...*
Homme roux - Bravo, jeune homme, beau combat ! Je suis content, tu as su distraire mes associés. Tu restes donc le numéro quinze !Si tu as des questions, demandes à un de mes subordonnés, il seront ravi de te répondre.
Sur ces mots, il se retourne, et s'éloigne, disparaissant dans l'ombre. Ses quatre compagnons le suivent. Le public, composé d'une trentaine de personne, commence lui aussi à partir.
La porte par laquelle on m'a envoyé dans l'arène s'ouvre, et deux homme vêtus de noir en sortent.
Homme en noir - Gamin, ramènes-toi, faut qu'on cause...
Je tourne le regard, vers cet homme que j'ai tué, un homme dont je ne sais rien. Son sang coule à flot du trou béant qu'il à dans le torse. Et cette vision me ravi.
Je me retourne, et avance d'un pas décidé vers les deux hommes en noir.

[HRP] Le post n'est pas fini, mais j'actualiserais bientôt ^^ [/HRP]
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Tyrande le 25/6/2008, 22:19

Nous venions de finir cet examen et l'un des examinateur nous avait donnés rendez vous au bar car le kage payait la soirée. Mais avant d'aller au bar, j'allais retrouver Ryo et le remercier d'un baiser pour cette réussite. Il esquiva le baiser mais fut surpris par mon "sautdanslesbrassansprevenir" et on se retrouva par terre tout les deux. Chacun d'entre nous se releva et nous partîmes en direction du bar, moi accrochée à son bras et lui, ne disant rien comme d'habitude. En arrivant au bar, je restai un moment aux coté d'un Ryo qui ne semblait même pas s'apercevoir de ma présence.

C'est a ce moment là que je vis ce grand type qui semblait me faire des signes et comme nous étions dans un coin, je doutais fort que ce soit à quelqu'un derrière moi, je me levai donc en disant un simple "j'arrive" auquel Ryo ne réagit même pas. ce grand type ne parlait pas fort et me fit sortir afin que je puisse l'entendre.


- Bonsoir, je me présente, je m'appelle Abu.
- Je suis Tyrande
- Je n'ai pu m'empêcher de remarquer que vous ne sembliez pas vous amuser.
- Hmm...
- Est ce que ce serait indiscret de vous demander ne qui ne va pas?
- Et bien, c'est Ryo, il ne semble pas remarquer les sentiments que j'ai pour lui.
- C'est parce qu'il faut que vous fassiez quelque chose de grandiose, comme changer ce monde et le rendre à l'image de ce qu'il devrait être
- Comment ça?
- Et bien c'est simple, si vous êtes prêtes à le faire, dans peu de temps vous arriverons toute une série de "missions" grâces auxquelles vous pourrez le conquérir. le départ se fera lorsque les oisillons deviendront des aigles et à jamais auront mérités leurs bandeaux.
- Pardon?
- En clair ça ne devrait pas trop tarder.

Il m'expliqua rapidement que si je le désirais, je pouvais rencontrer l'investigatrice de cette idéologie. Pensant rapidement à la réaction de Ryo ce soir, j'acceptai et il me mena à travers diverses rues, évitant soigneusement les ruelles, ce que j'appréciais beaucoup. Nous arrivâmes finalement devant un domaine dans lequel il pénétra, m'invitant à le suivre. Après quelques mètres à peine, il s'arrêta devant une jeune fille, assise en lotus, occupée de méditer.

Quelques minutes plus tard, alors que nous attendions dans un silence de mort, la jeune fille ouvrit les yeux et s'adressa à Abu:


- Qui est ce?
- Une jeune fille que j'ai rencontrer dans un bar, elle vient de passer chuunin et elle accepte de nous aider pour améliorer son image aux yeux d'un jeune homme auquel elle tiens beaucoup. C'est bien cela mademoiselle?

Il s'était adressé à moi me surprenant légèrement et je mis un moment avant de répondre.

- En effet.
- Entendu, Abu tu peux nous laisser et continuer ta tâche.

Abu partit, me laissant seule avec cette jeune fille.

- Je me présente, je suis la réincarnation de Bouddha...
- Très honorée mais je préfère un prénom à un titre.
- J'allais y venir, je me nomme Siddharta.
- Je suis Tyrande.

La conversation avait mal commencée, elle m'avait prise de haut, me rappelant mon père, cependant elle sembla se calmer un peu après ma remarque, essayant juste de m'expliquer que ce n'était pas un simple titre mais je n'en crus pas un mot. Néanmoins, réincarnation de bouddha ou pas, cette femme était à la tête du groupe qui allait me permettre de conquérir Ryo et cela me suffisait comme raison pour la rejoindre. Je lui promis mon aide au moment de la création officielle du groupe et m'en retournais dans l'appart où nous logions.

L'appart nous avait été prêté par Gensou grâce à quelques arrangement avec Mahou. Enfin pour être précise, Mahou n'avait fait cela que pour les organisateurs. Et moi je m'étais incrustée dans l'apart de Ryo qui avait commencé par émettre des objections telles que "ce ne serait pas convenable" ou encore "il n'y a qu'un lit et pas de canapé". Cette dernière objection était entièrement vraie mais nullement un problème: on dormirait ensemble. Il avait finalement accepté que je dorme dans l'appart qui lui avait été alloué mais se tenait le plus loin possible de moi lorsque nous dormions...

L'appartement n'était pas très spacieux, aussi, n'avait-il pas le choix de dormir avec moi. En entrant dans l'appartement nous avions un couloir qui donnait sur trois portes, la première, à gauche donnait sur la salle de bain dans laquelle se trouvait aussi une cuvette de toilette. La deuxième, à droite, donnait sur la cuisine - salle à manger et enfin la dernière porte, en face de l'entrée donnait sur la chambre, qui, comparé au reste de l'appart semblait très spacieuse mais cela devait être du au fait que la seule armoire était encastrée dans le mur.

Arrivée à l'appart, je ne fis pas de scène et m'endormis aussi tôt. Le lendemain matin je me réveillais seule, Ryo ne semblait pas être rentré de la nuit... Bien que j'aurais voulu sortir de suite à sa recherche mais c'était un grand garçon, il ne tarderait surement pas. Je décidai donc d'aller prendre ma douche avant de lui préparer un petit déjeuner avec amour. J'entrai dans la salle de bain et me déshabillai puis la porte s'ouvrit brusquement, je me retournais et...

Il... Je... Euh... Ryo était rentré, il avait une véritable tête de déterré et il semblait super mal à l'aise, ce qui était tout à fait normal compte tenu que j'étais nue face à lui, ne sachant plus que faire et surtout je devais être rouge comme une tomate. J'entrai vivement dans la douche alors qu'il marmonnait un désolé avant de sortir. En sortant de la douche, Ryo entra dans la salle de bain pour en ressortir quelques minutes plus tard. Lorsqu'il revint, j'avais déjà commencé à lui préparer un petit déjeuner; en le lui servant je sentais mes joues s'enflammer...

...

Je m'étais occupée de Ryo toute la journée, il errait tel un zombie et avait autant de réaction que ce dernier. On s'était promenés toute la journée dans Gensou, il était si fatigué qu'il avait accepté de participer à un pic-nic et s'était même laissé embrasser sur la joue. La journée se terminant, nous décidions d'aller dormir, nous en avions bien besoin, mais lui plus que moi, il faut bien le dire. On se couchait alors dans le même lit et je profitai légèrement de la situation pour me coller à lui. Exténué, il s'était endormi peut être même avant d'être coucher complètement...


Le lendemain matin, à mon réveil, Ryo dormait toujours et, ne voulant pas le réveiller, et voulant surtout profiter de ce moment où je pouvais être toute contre lui sans qu'il ne souffle ou me repousse, je ne bougeais pas. Du moins jusqu'à ce que je voie cette bosse à la couverture. J'ôtai la couverture pour voir qu'est ce qui était à l'origine de cette bosse et c'est alors que je compris... La bosse venait de Ryosuke et bien que je ne la voyais pas directement il n'était pas dur de comprendre l'origine de cela. Heureuse, j'espérais alors que Ryo pensait fort à moi dans son rêve car l'origine était le rêve qui semblait particulier, et je restais à ses côtés jusqu'à son réveil...
avatar
Tyrande
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 275
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 28
Localisation : Perdue dans un monde de shinobis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Chiraku le 25/6/2008, 23:24

Depuis une semaines que Chiraku avait rencontré ses nouveaux Coéquipiers, il n'avais pas eu une seule journée à lui. C'est pourquoi il ne leur avait pas donné rendez-vous ce jour là. En effet, son entrainement à l'invocation stagnait, et il avait beau s'exercer quelques dizaines minutes tout les soir, avant de tomber épuisé, ce n'était largement pas suffisant. Il s'était donc levé ce matin là avec l'objectif d'apprendre un maximum d'invocation, grâce au premier Tome du livre des arcanes secrète du Kame Seikyuu.

Chiraku- Bon bon bon....Voyons si ce bouquin tient ses promesses.

Il s'était isolé dans le Dojo principal du château des Mizu. Il était six heure du matin et personne ne viendrait troubler son entrainement avant quelques heures...
Il se mit à genoux, et posa le livre sur le sol, devant lui. Il caressa la couverture de cuir. Elle ne semblait pas avoir été altéré, malgré son apparente ancienneté. Les gravures représentait un homme, un Mizu à en juger par ses tatouages, monté sur une tortue. Chiraku ouvrit le livre, sautant la préface, dont l'écriture alambiqué ne l'attirait pas le moins du monde.

Mhh... Tortue nourrice.... Tortue cuisinière....Tortue canapé.... Ah ! Voila, Kame Naminori.

Kame Naminori , La carapace Flottante : deux invocation différentes
-Kame Naminori Tsuchi : Invoque une Tortue de Terre capable de ce déplacer à grande vitesse sur terre. (Taille : de quoi transporter une personne)
-Kame Naminori Umi : Invoque une Tortue de Mer capable de se déplacer à grande vitesse sur un plan d'eau. (Taille : de quoi transporter une personne)

Chiraku- Une Tortue de course, ça me parait pas mal pour commencer. "C'est une invocation de base du Kame Seikyuu, elle requière peut de Chakra. Le signe d'invocation est : "Coq, Chien, Dragon."

Chiraku concentra son Chakra, joignit les main et commença l'incantation.

Kame Seikyuu, Kame Naminori Tsuchi !

...

Chiraku- Merde, encore une fois.

Kame Seikyuu, Kame Naminori Tsuchi !

Après une dizaine de minutes, une Tortue de la taille d'une table basse apparut.

Chiraku- Yeah !
???- *Bonjour à toi jeune Mizu.*
Chiraku- Hey mais tu parle dans ma tête !
???- *Oui, les Tortues de rang inférieurs comme moi, n'ont pas la possibilité de parler le langage des humains. Je m'appel Kame Kane.*
Chiraku- Kane.... Mppffff Mouhahahahaaaaa !
Kame Kane-* Ai-je dit quelque chose de Drôle ?*
Chiraku- Un des Genin dont je m'occupe en ce moment s'appel Kane.... Ahaha, il va être vert ! Euuh enfin c'est une expression quoi... Bon ! D'après ce que j'ai lu, tu est une Tortue de déplacement. On va faire un essai, qu'en dit tu ?
Kame Kane- *Tu m'a invoqué, je suis à tes ordres.*

Le Chunnin prit place sur le dos du reptile.

Kame Kane- *Je te conseil de t'assoir dans un premier temps...*
Chiraku- Mais non, t'inquiète pas pour moi va, fonce !

La Tortue partie à toute vitesse, mais pas Chiraku....qui fini sur le dos, après avoir eut l'impression de flotter en l'air quelques secondes...

Kame Kane- *Je t'avais prévenu...*
Chiraku- Ouai, ouai, c'est bon.... Bon, on rééssaye.

Il prit de nouveau place sur la carapace de Kame Kane, prenant bien soins de s'accrocher entre les écailles...

Ptin, cette Tortue va plus vite qu'un Dodo lancé à pleine vitesse... Trop cool....

Ils traversèrent le village endormit à toute vitesse, slalomant dans les rues étroites, accélérant dans les boulevard.
Il passèrent ainsi tout la journé à travailler sur l'équilibre, et à la fin de l'après-midi, Chiraku faisait totalement corps avec sa nouvelle monture.
Il alla se coucher avec le sentiment du devoirs accompli. Cependant, il comptait bien continuer sur ça lancée.
Ainsi, le lendemain matin, de retour dans le Dojo, Chiraku se remit à la lecture du livre du Kame Seiikyu.

Kame no Mizu Taihou , Le Canonnier aquatique : deux stades d'invocation
-Kame tan'juu : Invoque une Tortue de Mer Géante, spécialisée dans les Jutsus Aqueux ( 1.50m de haut sur 3m de large ) Sa carapace est recouverte de Symboles identiques aux tatouages Mizu.

Chiraku- Aahhh parfait... il est marqué que le deuxième stade est extrêmement puissant et difficile à invoquer/maitriser... On va se contenter du premier stade.... Les signes.... ah voilà : Coq, Cochon, Rat, Coq, Dragon, Coq, Chien. Moins facile que la première.

Chiraku s'exerça d'abord à enchainer parfaitement les signes. D'après le livre, cette invocation demandait pas mal de Chakra.

Cette invocation requière que l'utilisateur dispose de la moitié de sa réserve de Chakra, et l'invocation est d'autant plus puissante que la réserve de Chakra de l'invocateur est grande. Il est donc conseillé d'utiliser cette invocation en début de combat, au cas contraire nous ne garantissons pas son efficacité...

Après une matinée peut fructueuse d'essais en tout genres, Chiraku sentit que cette fois était la bonne.

Kame Seikyuu, Kame no Mizu Taihou!

Cette fois, une Tortue apparut. Elle correspondait bien à la description du livre, elle arrivait un peut en dessous des épaules de Chiraku, mais était deux fois plus large que haute. Sa carapace était gravé de Runes Mizus, dont Chiraku ignorait la signification, sauf quelques unes qu'il parvenait à déchiffrer, "Eau", "Pourvoir", "Suiton", "Shinobi".... Au grand étonnement de son invocateur, la Tortue prit la parole.

???- Je te salut, jeune Mizu. Je me nomme Kame Kofuu.
Chiraku- Mais....vous parlez ?
Kame Kofuu- En effet. Malgré mon Rang de Tortue mineure, je parle le langage des homme... En fait je sers la famille Mizu depuis tellement longtemps qu'il m'a été accordé de communiquer avec les humain autrement que par télépathie.
Chiraku- Mais alors vous avez connu mes ancêtre !
Kame Kofuu- Haha en effet, mais le dernier à m'avoir invoqué était ton grand Frère Hikaru. Un sacré Ninja, j'espère que tu suivra ses traces !
Chiraku- T'inquiète pas pour ça, on est du même sang ! Alors, qu'est-ce que tu sais faire ?
Kame Kofuu- Et bien en fait, je ne peut lancer des technique que si mon invocateur les maitrise. Je ne suis qu'une sort d'amplificateur, je reflète la puissance du ninja qui me contrôle. Il va donc falloir que l'on s'entraine un bon bout de temps ensemble. Parce que les aiguilles aqueuse, même amplifiée, ne sont pas d'une grande utilité dans un combat contre un Ninja puissant.
Chiraku- De nouvelles techniques... Parfait !
Kame Kofuu- Je te propose de commencer tout de suite. La technique de base qui combine la technique du Shinobi et la puissance de la tortue, se nomme Mizu Taihou. Cela consiste à concentrer le Chakra dans ton abdomen, et à le recracher par la bouche, sous forme d'eau.
Chiraku- C'est le même principe que les aiguilles aqueuses ?
Kame Kofuu- En ce qui concerne la condensation oui, mais il s'agit ici de concentrer le fluide en un jet de précision, à haute pression.
Chiraku- Je vois.
Kame Kofuu- C'est une technique de base, le seul signe est Chien. Vas-y !

Suiton, Mizu Taihou!

Un ridicule petit jet d'eau sortit de la bouche du Chunnin...

Kame Kofuu- Non, non, ce n'est pas ça, du doit inspirer en concentrant ton Chakra, et expirer lorsque tu lance la technique ! La respiration est très importante dans ce Jutsu. Essaye encore.

J'hallucine, je me fait engueuler par ma propre invocation....
Je te signal que j'entends tes pensés....

Il était déjà tard, il avait passé toute l'après midi a s'entrainer. Il prit une bonne inspiration, concentra son Chakra dans son abdomen, et incanta mentalement :

Suiton, Mizu Taihou!

Après des dizaine d'essais infructueux, un jet d'eau de dix centimètre de diamètre parcourut enfin la pièce et vint se fracasser contre le mur de pierre du Dojo, créant quelques petites lézardes.

Kame Kofuu- Voila qui est bien mieux ! Mais je propose que nous continuions notre entrainement demain, à l'extérieur.

Le lendemain matin,Chiraku se rendit donc dans le parc entourant le château Mizu, près de l'étang. Il tremblait d'excitation. Il invoqua sa nouvelle créature.

Kame Kofuu- Bien, maintenant que tu à compris le principe, il va falloir que tu apprenne à l'utiliser avec moi. Tu peut toujours l'utiliser seul, mais tu à bien vu que ta puissance laisse à désirer...

Saloperie bouffeuse de laitue....
Haeum !!

Kame Kofuu- Monte sur mon dos.

Chiraku s'exécuta, et lorsqu'il monta sur la Tortue, les runes s'illuminèrent d'un halo bleu.

Chiraku- Woaw....
Kame Kofuu- Maintenant, tu va effectuer l'incantation, mais tu doit seulement concentrer ton chakra sur l'écaille au centre de ma carapace, en posant ta main dessus. Et ne concentre pas trop de Chakra, c'est moi qui m'occupe de la puissance. Allons-y.

Suiton, Mizu no Kame Taihou!

A l'instant ou sa main entra en contact avec la matière rugueuse de la carapace, les Runes brillèrent plus intensément, et un puissant jet d'eau traversa l'étang, fracassant quelques arbres sur l'autre rive.

Chiraku- Alors ça, c'est vraiment trop cool....
Kame Kofuu- N'est-ce pas ? Et ce n'est qu'un début, tu ne peux même pas imaginer ce qu'on peut faire avec un peut d'entrainement !

Ils passèrent la journée à s'entrainer, perfectionnant sans cesse le timing, la dose de Chakra, la puissance, la précision.

GRRRRRR

Kame Kofuu- Qu'est-ce que c'est que ce bruit ?
Chiraku- Euh... je crois que c'est mon ventre.... il est déjà tard, et j'ai rien mangé depuis ce matin...
Kame Kofuu- Bien, je compte sur toi pour apprendre plus de technique avant de m'invoquer de nouveau. Dans le cas contraire, je ne te serais pas d'une grande utilité.
Chiraku- Très bien. A la prochaine !

Il était sept heure de l'après-midi, et après avoir manger un morceau et s'être désaltéré, Chiraku fit envoyé un message à "ses" Genin, pour leur indiquer le lieux et l'heure du rendez-vous le lendemain (qui était, une fois n'est pas coutume devant le temple des Maboroshis). Il décida ensuite d'aller se coucher.Le lendemain matin, il se leva au aurore, avant de rejoindre ses coéquipiers, afin de tenter une dernière invocation qu'il avait repéré comme étant de niveau "Débutant" dans le livre du Kame Seikyuu.

Kame Tate, Le Bouclier : trois stades d'invocation
-Kame Tate : Invoque une Tortue Terrestre couvrant l'utilisateur de sa carapace blindée (1.50m de haut sur 3m de large).

Voila qui pourrait être utile...[D'après le bouquin, le premier stade d'invocation possède une résistance assé faible, mais ça devrait suffire pour le moment...

Après avoir invoqué des Tortues depuis plusieurs jours, Chiraku commençait à prendre le coup de main. Ainsi, il n'eut aucun mal à invoquer le sus-nommé reptile.

Kame Seikyuu, Kame Tate!

Chiraku- Bonjour vénérable Tortue.
Kame Kyuu- *Bonjour à toi, noble membre de la famille Mizu ! D'après ce que j'ai entendu dire, tu travail dur pour maitriser le Kame Seikyuu. Sache que je suis une Tortue dite "inférieur", et que ma capacité à absorbé les chocs n'est pas phénoménale. Cependant, je te servirais du mieux que je pourrais.
Chiraku- Très bien. Je dois y allé, à plus tard ! Dissipation !

Il dissipa l'invocation, et se prépara rapidement avant d'aller rejoindre le reste de son équipe.

Voila une bonne chose de faite, je maitrise les bases du Kame Seikyuu, il ne me reste plus qu'à tester ces invocation en combat réel, ce qui est une autre paire de manche...

Il arriva au temple Maboroshi, ou Kane et Siddharta l'attendaient, comme à leur habitude.....


Dernière édition par Chiraku le 26/6/2008, 12:05, édité 1 fois
avatar
Chiraku
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 236
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 28
Localisation : BZH for ever

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Kota le 26/6/2008, 01:01

Quand j'y repense, ma vie a toujours était merveilleuse et normale. Rien ne la troublait et j'étais heureux. Je mettais fait des amis, des bons amis. Je m'entraînait avec mon père. Je parlais avec ma mère. Le déroulement de cette longue période qu'était ma vie était agréable. Mon rêve était de devenir un grand ninja et un grand chef de clan. Seulement, tout a basculé en un millième de seconde. Au moment où mes pensées s'agitèrent et formèrent le plus affreux des cauchemars. A partir de ce moment, tout empirait. D'abord, je fut harcelé chaque nuit par ce rêve étrange. Ensuite, j'appris que mon futur était aussi noir qu'un démon. Enfin, trois gars ont détruit ma maison. Si tel est mon destin alors je le rejette. Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi moi ? J'aimerais tant revenir dans le passé. Pour fuir le présent quelques secondes et encore plus le futur. Mes paupières se fermèrent, laissant mes souvenirs venir. Je pensais fort à Kinoa et à ce qu'elle aurait fait à ma place. Elle a une personnalité beaucoup plus solide et forte que la mienne depuis qu'on se connaît..
____________________________________________________________________________________________
"???: Ohhh, mais qui est ce beau garçon ? ne serait-ce pas le petit Kota par hasard?
Moi: Oui madame...
???: Que tu as grandis, mon garçon ! Tu as quel âge maintenant
Moi: 7 ans madame...
???: Tiens! Comme toi,chérie!
???: Appelle-moi par mon prénom!
???: Désolée Kinoa, j'avais oublié
Kinoa: Maman, ça devient très gênant
Yunika: Diona, votre fille est adorable
Diona: Je suis sûre que les enfants vont bien s'amuser ensemble

Les mères s'éloignèrent, laissant Kinoa et moi seuls. J'essayais de faire connaissance

Moi: Bonjour...euh... Kinoa, je suis ravi de te connaître
Kinoa: Pfff, mauviette!
Moi: !?
Kinoa: Je suis sûre que tu n'es même pas capable de battre une fille
Moi: Plus trop enchanté en fait...
Kinoa: C'est bien ce que je pensais, t'es une mauviette!
Moi: Je t'ai rien fait!
Kinoa: On fait un combat ici et sur-le-champs
Moi: Hein? Surtout pas! tu penses vraiment qu'on fait connaissance dans un combat?
Kinoa: J'en étais sûre t'es une mauviette!
Moi: Arrête avec ça ou j'appelle mes parents
Kinoa: Alors ? T'as peur d'une fille
Moi: Crotte alors! Pourquoi tu veux combattre?
Kinoa: Tu ne peux pas comprendre, fillette comme tu es!
Moi: Bon j'accepte, apparemment t'es pas une fille normale!
Kinoa: Approche !
Moi: Attends ! On peut sortir dehors?
Kinoa: Ouais ouais... si tu veux

Elle et moi sortîmes du domaine et j'essayais toujours de comprendre pourquoi elle voulais tant combattre. Je ne savais pas quoi faire car on m'avais appris à ne pas frapper les filles. Aussi, j'étais un boulet au combat et la seule technique que je maîtrisais était une boule de feu pas plus grande qu'une luciole. Après avoir trouvé un coin à l'écart, on se mit face à face. Ecartés par une distance d'environ deux mètres. On s'élança l'un contre l'autre...

______________________________________________________________________________

Kinoa: Bah alors Kota, grouille-toi, on va être en retard!
Moi: Toujours aussi douce à ce que je vois
Kinoa: Depuis que tu me connais, trois ans exactement, tu devrais savoir que j'ai toujours était comme ça
Shakku: Taisez-vous vous deux et dépêchez-vous sinon on va être en retard.
Moi: Je te signale Shakku que la première fois qu'on s'était vu, elle insistait pour qu'on fasse un combat
Shakku: Qui a gagné?
Kinoa: Héhé ! Very Happy
Moi: Devine... Neutral

______________________________________________________________________________

Kinoa: Shakku est parti...
Moi: Non, il a juste été promus genin, voilà tout
Kinoa: On ne le reverra plus ici
Moi: Non, mais on le reverra quand on sera promu à notre tour
Kinoa: C'est étrange...
Moi: Quoi?
Kinoa: Je ne sais pas pourquoi mais je ne suis pas peinée. Instinctivement, mon caractère m'empêche d'avoir ce genre d'émotions
Kota: Tu sais, ne pas pleurer à 12 ans pour ce genre de chose, c'est normal
Kinoa: Je ne parle pas de larmes mais de peine. Certaines émotions qu'on cachent et ben moi je les rejette.
Moi: C'est vrai, je suis triste de quitter Shakku
Kinoa: Quand ces émotions te seront incontrôlables, maîtrise-toi! d'accord?
Moi: ...


En fin de compte, Kinoa fut promu l'année d'après, à 13 ans. Ce jour-là, elle me fit promettre que je deviendrais fort et que jamais je ne serais abattu par les émotions. J'ai rompu cette promesse quand j'appris mon futur. Lorsque mon père me fit faire une promesse, elle me fit penser à elle et ça m'avait redonné espoir. A chaque fois que je suis dans une situation critique, je pense à elle ainsi qu'à Shakku. Je suis actuellement dans l'une de ces situations. Je ne laisserais pas tomber. J'en ai fait la promesse...
avatar
Kota
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 703
Date d'inscription : 12/05/2008
Age : 22
Localisation : Bazaka...Mais qu'est ce que je fous là, moi? O.O

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Ryosuke le 26/6/2008, 15:41

(Ryo) Et maintenant?
(Mak) Le prochain hérétique que notre sainte inquisition doit châtier s'appelle... Yukui Maboroshi.
(Allen) Mabo...? Un cousin de Shim'?
(Iarwain) On dirait bien...
(Ryo) C'est qui Shim'?
(Tous) Laisse tomber
(Allen) On fait quoi? Aller chez lui et le défoncer là bas? Je crois pas que ce soit une bonne idée.
(Mak) Pas faux... va falloir ruser pour cette fois. RYO!!
(Ryo) Hum?
(Mak) S'toi le sournois ici, trouves un truc. Et je veux que Iarwain serve d'appât.
(Iarwain) Pourquoi ça?
(Mak) Parce que c'est le rôle attribué aux inutiles. Et tu es inutile.
(Iarwain) Alors pourquoi chuis là?......... Non, ne répond pas finalement, veux pas savoir.

(Ryo) On va le chercher et on le ramène jusqu'ici? On a qu'à se faire passer pour des Anbu. Iarwain et moi on y va vous le chercher, on le ramène ici et vous lui tombez dessus depuis un toit. Ca vous va?
(Mak) Pourquoi pas...

Nous peaufinions alors un peu le plan, et Makaya nous donna quelques informations sur la topographie du village. Puis ensuite...

(Ryo) Bon... Iarwain?
(Iarwain) On y va.

Nous prenions donc l'apparence de deux anbu et nous dirigions vers le pseudo temple maboroshi (où aucun culte n'était rendu... s'pas un temple). N'empêche, quelle idée de construire un bâtiment sur une falaise derrière les bains... un beau panorama pour une belle bande de cochon. Faut pas s'étonner qu'ils ient un dojutsu après. D'ailleurs, maintenant que j'y pense je sais pas ce qu'il peuvent faire avec leurs yeux...

-Iarwain... t'as une idée de ce que peut faire ce type?
-Nan...
-Dommage, j'aimerais bien savoir sur quoi on va tomber.

Mon imagination débordante commençait déjà à imaginer le pire. Par le passé, j'avais déjà pu assister à quelques démonstrations pas très agréables au final. Ne serait-ce que ce type au sharingan sur lequel j'avais pas réussi à prendre le dessus malgré ma supériorité technique. Je passais brièvement ma main sur mon ventre qui tressayait rien qu'au souvenir de comment ça s'était terminé: un gros trou au niveau de l'estomac.

(Iarwain)Attend, si, j'ai déjà fait équipe avec un mabo en fait.
(Ryo) Ah... et donc?
-J'ai cru comprendre que ça renforçait les genjutsus... et que dans la famille, ils adoraient ça.
-Et t'es bon en genjutsu?
-Je te rappelles que c'est toi qui m'as appris le camouflage. Mais toi, t'es très bon en genjutsu non?

Il accompagna sa phrase d'un regard plein de confiance... si c'était sur moi qu'on comptait pour affronter les illusions, bah...on était condamnés.

(Ryo) Ben non justement. J'suis un peu au dessus de la moyenne mahousarde, mais vu que le niveau est ridicule je passe pour bon alors que c'est faible.
(Iarwain) Mais non, j'ai foi en toi. Tiens, nous y voilà. Tu y vas?

Je frappais tranquillement sur la porte pour signaler notre présence aux résidents. Après quelques minutes, un bonhomme en pyjama nous accueillit, surpris d'être dérangé en pleine nuit par deux guignols masqués communément appelés "anbu". D'une voix pâteuse, il nous demanda ce que l'on était venus faire ici, et que si l'on était encore venus chercher un certain Kahei Maboroshi, il était probablement au QG en train de faire une partie de carte avec le kage.

(Ryo) Une partie de cartes avec...?
(Iarwain) Les Maboroshi sont partout. Mais non, nous sommes venus chercher le dénommé Yukui Maboroshi.
-Et pourquoi donc?
(Ryo) Top secret. Disons juste que sa présence est requise pour une mission.
-J'vais vous le chercher et lui dire de se préparer.
(Iarwain) C'est pas nécessaire vous savez...
-Mais si, mais si...

Le bonhomme s'éloigna, nous laissant seuls Iarwain et moi.

(Iarwain) Ca aurait été plus facile s'il nous avait suivi en pyjama plutôt qu'en tenue de mission.
(Ryo) Bah, on fera avec... ça aurait été plus facile on avait pas croisé Makaya aujourd'hui.
(Iarwain) Pas seulement aujourd'hui... j'aurais préféré ne jamais croiser son chemin.
(Ryo) Pas faux...

Peu de temps après, ce fut un autre bonhomme qui se présenta à nous: tenue de chunin standard, portant deux sacoches à projectiles bien dodues, le chunin était plutôt bien bâtit et possédait -ôh, surprise- un katana accroché à sa ceinture, une arme noble, redoutable et absolument pas encombrante pour un sou. Dans son regard, je pouvais déceler une lueur que j'avais déjà aperçu dans celle de ce cher babouin orange: la lueur du ninja quasi-fanatisé prêt à tout pour accomplir héroïquement son devoir et sa sacro-sainte mission à travers vents et marées tout en sauvant la veuve et l'orphelin. Pauvre bonhomme, tu savais pas ce qu'il allait te tomber dessus. Nous nous mîmes aussitôt en route.

-Yukui Maboroshi. Qu'y a t'il?
(Iarwain) Nous avons reçu l'ordre de vous amener au QG pour que vous receviez une mission.
-Quel genre de mission? Assassinat? C'est ma spécialité vous savez.

Ah oui, j'avais failli oublier: le ninja sans peurs et sans reproches est aussi fier d'être spécialiste de l'assassinat, bien qu'il soit généralement doté de techniques bien bourrines qui, en plus d'ameuter tout le quartier quand on les emploie (ou rien qu'en hurlant le nom de ladite technique), laisse généralement suffisamment de traces pour que l'on puisse se demander si c'est un ninja ou un troupeau de rhinocéros qui est passé par là.

Moi, en train de stéréotyper les gens? Naaaan.

-Au fait, c'est quoi que vous avez comme masque? Un blaireau?
(Iarwain) Euh... oui, c'est bien ça sur mon masque.
-Dîtes, c'est normal que je ne sente rien?
(Iarwain) Oui, y'a rien à sentir. De quoi tu parles?
-Bah oui, vous êtes deux anbu et vous êtes donc très forts, mais vous ne dégagez aucune aura de puissance. Même moi j'en dégage.
(Iarwain) Bah...
(Ryo) Nous sommes spécialistes de l'infiltration. Et tu imagines bien que l'on doit apprendre à complètement nous dissimuler.
-Vrai?
(Iarwain) C'est exactement ce qu'Anbu-Koala a dit.
(Ryo) Koala?
-Remarque, Kahei Maboroshi le fait aussi par moment...
(Ryo) Bah, c'est normal que le premier boulet venu y arrive, suffit de s'entrainer...
-Euh... Kahei, le chef du plus important clan du village, être "le premier boulet venu". Vous êtes sûr que ça va? Pourtant tout le monde doit lui témoigner du respect.
(Ryo) Oups...

Un long silence gêné s'installa. Je venais apparemment de faire une gaffe que n'aurait jamais fait un habitant de gensou. Et compromettre par là même notre camouflage. Heureusement, Iarwain fit preuve d'un esprit d'initiative rare et l'histoire qu'il raconta était suffisamment impossible (et néanmoins basée sur des faits réels) pour que notre pigeon y croie.

(Iarwain) Faut pas lui en vouloir, il a quelques problèmes mentaux depuis une mission qui a mal tourné... tu n'imagines même pas ce que sont capables de faire aux prisonniers une bande de pirates sous l'effet d'aphrodisiaques. Et encore, il y a quelques semaines Anbu-Koala était incapable de marcher droit. Il n'arrêtait pas de gémir la nuit en répétant à voix basse "le black va me sodomiser".
-C'est... horrible.
(Ryo) Euh.... ouais.
-Vous avez pas eu trop de mal à vous réintégrer depuis?
(Ryo) Quelques petits problèmes de mémoire depuis, c'est tout.
-J'vais vous aider à refaire votre culture du village.

Pendant la suite du trajet, notre cher pigeon nous relata donc la fière histoire du village gensou, de sa fondation par un Maboroshi au reigne actuel du Kage vampire dont la seule présence me faisait frissonner la nuque. Je le coupais net pendant son incroyable exposé de l'histoire de son clan et ses spécificités pour m'adresser à Iarwain. Je crois qu'on s'était un peu paumés.

(Ryo) Anbu-Blaireau, tu sais où se trouvent Anbu-Touffu et Anbu-Chacal?
(Iarwain) Anbu-Chacal? Ah, tu parles d'Allen de chacal, correct?
(Ryo) Euh... si on veut.
-De qui vous parlez?
(Ryo) Deux... collègues on va dire. Ils sont allés chercher d'autres recrues pour cette mission.
(Iarwain) Ben ils devaient nous retrouver... euh... dans le coin?

Bon ok, on était paumés dans la ville. De mieux en mieux. Et l'autre boulet voulait pas lâcher le morceau.

-D'ailleurs c'est quoi cette mission au fait?
(Ryo) ........ désolé, on ne peut pas vous le dire.
-Pourquoi?
(Ryo) Eh bien, il ne faudrait pas que des oreilles indiscrètes nous surprennent.
-Ah, je vois. Très bien.

Il me fit un clin d'oeil empli de malice avant de retrouver le silence. J'arrivais pas à croire comment ce boulet arrivait à gober les âneries que je lui ressortais, mais j'allais pas me plaindre. Peut être ce gars là rêvait-il lui aussi de devenir anbu, ça serait vraiment pas le premier... et ça expliquerait l'admiration qu'il semblait nous porter.

(Iarwain) Et donc, qu'est ce qu'on fait à propos des deux autres? On continue sans eux?
(Ryo) Hors de question que je fasse ça sans Anbu-Touffu, c'est lui le.... responsable de cette affaire.
(Iarwain) Bon, bah on continue de chercher alors.

Nous déambulions dans les ruelles pendant une bonne dizaine de minutes, Iarwain et moi nous demandant où étaient passés les deux autres. On les avait pourtant laissés dans le coin... restait à trouver où. Où alors, ils s'étaient fait remarquer et étaient désormais en train de subir un interrogatoire... si c'était le cas, il était sûr que Iarwain et moi serions dénoncés dès la première seconde. Remarque, je me serais pas embêter pour dénoncer Makaya... les deux autres, j'pense pas. Notre pigeon avait retrouvé le silence, mais un tel changement de comportement ne me disait rien de bon. Et s'il comprenait ce qu'il se passait et nous attaquait? Trouve un truc Ryo... même un truc débile, tant que ça marche.

(Ryo) Bon, va falloir qu'on utilise le signal de ralliement.
-Quel signal?
(Iarwain) C'est vrai ça, quel signal?
(Ryo) Ecartez vous, ça sera pas beau à sentir.

Intrigués, ils reculèrent doucement, me laissant procéder à la technique à contrecoeur. Il doit y avoir beaucoup de raison pour lesquelles j'aime vraiment pas Makaya, et l'une des principales est incontestablement son amour pour le fromage, cet infect dérivé du lait pourri à l'odeur de chaussettes de randonné. En l'occurrence, c'est cette odeur de raclette que je répandais dans l'air, par l'intermédiaire d'un genjutsu. Je couvrais un assez large périmètre, espérant que le Korove serait assez près pour pouvoir la sentir - mais il m'avait déjà prouvé que son odorat était à la hauteur de son amour pour la raclette quand il s'agissait de fromage.

Je m'attendais à devoir rester planté là comme un débile pendant un bon moment... et pourtant, je fus rapidement assailli par un Makaya en rut, cherchant...

(Mak) D'OU VIENT CE DELICAT FUMET ??? OU EST MON TRESOR ???
(Ryo) C'est bon, tu peux me lâcher tu sais...
(Mak) Ah, toi. Z'êtiez passés où bande de noob? Et où est le colis?
(Ryo) Il est là.

Le "colis" était pris en sandwitch par Iarwain et d'Allen, en train de se demander qui était ce type qui venait de secouer dans tous les sens sa nouvelle idole, Anbu-Koala. Il ne fit cependant pas un mouvement lorsque Makaya s'approcha de lui.

(Mak) C'est bien toi Yukui Maboroshi?
-Oui oui...
(Mak) REEEEEEEECOOOOM KICK!!!!!!!!

Le bonhomme fit un magnifique vol plané en arrière, mais Makaya avait raté son coup dans le sens où Yukui avait reçu le coup dans le ventre au lieu de l'entrejambe. Il réussit à se réceptionner convenablement au sol et composa aussi tôt des signes de main: un dôme de terre l'entoura alors, le protégeant de nos attaques. Allen fonça alors dessus pour le faire sauter à coups de poings, mais fut aussi surpris que nous en passant à travers l'illusion. Le bonhomme s'était déplacé entre temps pour réapparaître un peu plus loin, dojutsu activé pour notre plus grand malheur.

-Eh, pourquoi vous ne faîtes rien les Anbu? Oh mais... vous utilisez un henge? Vous êtes pas de vrais anbu!

Ce truc voit à travers les illusions? Chouette alors, on va bien s'amuser. L'autre type utilisa alors du clonage pour nous attaquer, Makaya et Allen combattant les doubles pendant que Iarwain et moi tentions de le prendre à revers, nous déplaçant tous les deux sous couvert d'un genjutsu de camouflage. Mais il apparut rapidement que ce type perçait aussi ce type de genjutsu (c'est du moins ce que je devinais après avoir reçu quelques aiguilles sur le bras), et qu'il avait envoyé des mirages pour nous affronter. Allen utilisa alors son byakugan qui, d'après lui, permettait de voir les flux de chakra et blablabla...

Quoi qu'il en soit, il parvint sans problème à retrouver le bonhomme planqué à l'autre bout de la rue et à lui administrer une bonne correction. Pourtant, cela ne dura qu'un moment et Allen revint ensuite vers nous, un filet de bave perlant de ses lèvres et regardant Iarwain d'un air étrange. Makaya le ramena tout de même à la raison en lui administrant son remède miracle. Nous nous rassemblions alors en cercle, surveillant les environs tout en élaborant un plan.

(Mak) Bon ok les gars, on va faire simple. Ce type est un cousin de shim', il utilise aussi de très bonnes illusions de tafiolle. Mais haut les coeurs compagnons, nous sommes en groupe! Si l'un de nous semble être sous l'emprise d'un genjutsu, les autres le réveillent. Z'avez compris l'idée de tonton Mak les noobs?
(Allen) Evite le lattage pour le réveil...
(Mak) Tu veux qu'on te latte? Ok. D'autres commentaires?
(Ryo) Oui. Pourquoi ta touffe est en flamme? OURMF. Ah nan j'ai rien dit, y'a plus rien.
(Allen) Voilà, lui mettre une bonne droite dans la tête c'est déjà mieux.
(Iarwain) Sauf que si on se démolit mutuellement, ça va pas le faire... *BAMG*. Mais pourquoi?
(Mak) Tu étais sous l'emprise d'un genjutsu. Sisi, je t'assure. Ce n'est absolument pas par pure méchanceté... voyons Iarwain bro, pourquoi ce regard? OSERAIS-TU REMETTRE MA SAINTE PAROLE EN DOUTE VIL CHUNINUTILE?
(Ryo) Allen, l'énorme dragon doton là bas, c'est un vrai ou bien...?
(Allen) C'est un vrai. COURREEEEEZ!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Nous dévalions alors la rue en renversant tout sur notre passage, car de toute manière l'énorme coulée de terre qui nous suivait le ferait aussi -et avec nous. L'instant de panique passé, nous finîmes par nous dire que sauter sur un toit serait une meilleure solution que de courir comme des dératés dans le village. Nous cherchions alors Yukui du regard, le dojutsu d'Allen aidant beaucoup.


Dernière édition par Ryosuke le 26/6/2008, 15:50, édité 3 fois

Ryosuke
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2308
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Ryosuke le 26/6/2008, 15:43

Second post, pour le début c'est juste au dessus ^^

(Allen) Iarwain, cinq mètres derrière toi. Trop tard, il est déjà sous genjutsu... Mak', tu peux réveiller Iarwain si tu veux.
(Mak) Avec plaisir...
(Ryo) Mais pourquoi est-ce que ce type ne s'enfuit pas chercher du renfort? Il pourrait très bien... *BAMG*
(Mak) Pas besoin de lui donner des idées.
(Ryo) Euh.. si tu veux. Waow... c'est quoi encore ce truc?

Il utilisa une sorte de jutsu doton afin que du gravier recouvre le toit sur lequel nous étions. Le décor changea alors du tout au tout, laissant place à du noir. Du noir partout. Iarwain, Makaya et moi ne pouvions plus vraiment bouger, sous peine de nous vautrer sur la rocaille du sol et de finir douloureusement notre chute quelques mètres plus bas. Allen pouvait bien mieux se repérer que nous, et il repartit à l'attaque, fermement décidé à ne pas se refaire avoir comme tout à l'heure où il avait eu un moment d'inattention. Mes oreilles m'indiquèrent que Yukui avait dégainé son sabre et luttait contre Allen au corps à corps. Pendant ce temps, mes deux autres compagnons tentaient des Kai. Hors de question que je les aide, j'avais déjà grillé beaucoup trop de chakra jusque maintenant. Et vu mon niveau, ça serait inutile s'ils y arrivaient pas à deux. Au bout d'un moment, on pouvait entendre Allen jurer allègrement sur Yukui... de ce que je comprenais, ce dernier avait complètement coupé la vue d'Allen. Vision de chakra ou pas, quand y'a plus de vision bah... y'a plus de vision.

(Iarwain) Bon, on fait quoi Ryo?
(Ryo) Bah j'en sais rien moi....
(Mak) Ouais, c'est toi le spécialiste en genjutsu de sournois ici, BOUGE TOI LE FION!!!
(Ryo) Mais je vous dis que...
-Il y a un spécialiste en genjutsu ici? Qui est en mesure de se mesurer à moi?
(Iarwain&Mak) LUI!
(Ryo) Je vous hais...
(Iarwain) Tu vas y arriver, j'ai confiance en toi!

Sympa... presque autant que ce qui suivit: je me retrouvais non plus dans un amas de noir indiscernable, mais dans un décor de plaine. Avec en face de moi l'autre gus, katana en main et posture d'attaque.

(Ryo) Euh... hum?
-Comme tu dois t'en douter, je viens d'initier un combat psychique entre nous deux. Prêt? En garde!

Combat psychique... c'est quoi ce truc? Jamais vu ça moi! Attendez, si j'ai déjà lut rapidement un truc dessus...

Pas le temps de réfléchir, déjà le bonhomme se jetait sur moi de toutes ses forces. Vachement rapide le pépère, mais en fin de compte pas très costaud, il tentait de me submerger de coups pour finalement avoir une ouverture et finir le boulot. manque de pot pour lui, j'arrivais à éviter et dévier ses coups de lame et entamais ma petite analyse de son style pour ensuite mieux le poutrer. Etonnant qu'il soit passé au corps à corps alors qu'il nous dominait largement tout à l'heure. Je me demandais aussi ce qu'il se passait de là où on venait, et j'essayais de me souvenir ce que j'avais déjà lu sur les combats mentaux. Déjà, rien qu'au nom j'pouvais me douter que c'était une sorte de combat dans nos cerveaux qui faisaient une illusion. C'était référencé dans les genjutsus mentaux, ptêtre que je pouvais y faire quelque chose moi aussi? Enfin, j'avais beau pouvoir me battre contre lui en pensant à moitié à autre chose, je n'étais pas vraiment capable de me lancer dans des expériences de genjutsu tout en évitant de me faire découper. Je pus quand même remarquer au bout d'un moment que nous ne nous fatiguions pas le moins du monde bien que le combat se prolongeait: c'est beau le genjutsu. Si j'apprends à faire des trucs pareils ça sera tout beau tout bon. J'ignorais encore que si je ne me fatiguais pas, c'est parce que mon adversaire avait décidé que cela se passerait ainsi dans ce genjutsu.

Plus immédiatement, je profitais de cette absence de fatigue pour changer totalement de méthode, échangeant mes mouvements fluides, plutôt lents et calibrés au millimètre près, pour des acrobaties et des déplacements dans tous les axes de l'espace, style bien plus agressif, fatiguant et dangereux pour moi. Mais Yukui avait beaucoup de mal à tenir face à ma déferlante de coups (et avait certainement marre de me servir de marchepied pour que je lui passe par dessus pour la cinquième fois). Il battit en retraite pour se concentrer, et le décor changea à nouveau.

Arf, voilà autre chose. Maintenant nous étions tous deux plongés dans une énorme masse d'eau, je n'arrivais pas à distinguer le haut du bas ni même à savoir s'il y en avait. Instinctivement, je bloquais ma respiration et jetais des regards en tout sens, gagné par la panique. Mort par noyade, asphyxie? Même si c'était une illusion, j'étais pas très partant pour ça. De son coté, l'autre s'était préparé à venir à l'attaque, mais en me voyant gesticuler un peu n'importe comment s'était ravisé et me regardait maintenant un gros sourire de sadique aux lèvres. Lui il avait pas l'air d'avoir de problèmes pour respirer. Donc je pouvais aspirer de l'eau moi aussi... mais comment, dans l'estomac ou les poumons? Sachant que c'est un genjutsu, les deux sont possibles. Eh beh, même plongé dans le n'importe quoi je peux pas m'empêcher de penser. Voyons voir: l'air est normalement capté dans les poumons. OK, mais l'eau se dirige plutôt vers l'estomac que vers les poumons, sinon ça s'appelle communément une noyade. Malgré le manque d'air qui accroissait la panique, je finis quand même par remarquer que la pomme d'adam de l'autre type ne bougeait pas: s'il ne déglutissait pas, il respirait l'eau.

Manque de pot, c'était pas ça non plus. Je me débattais maintenant furieusement dans tous les sens, bien que la toute petite parcelle de ma conscience encore plus ou moins normale me disait que je ne faisais qu'aggraver les choses. Pas grave, puisque les trois quarts de mon cerveau, la partie qui est entrée en folie furieuse, était tellement obsédée par le manque d'air qu'elle décida d'en créer elle même. Je ne savais donc pas du tout comment je m'étais débrouillé pour y arriver, mais l'eau avait laissé place à l'air. Ok, j'étais pas du tout mauvais en ce qui consistait la qualité des genjutsus infligés, mais ça faisait pas tout. Ptêtre que c'est une histoire de volonté... ma volonté de pouvoir respirer était sans conteste plus forte que n'importe quoi (d'un autre coté, c'était normal).

Ainsi, Yukui et moi étions désormais en chute libre, tombant tous les deux à grande vitesse vers le grand rien du tout en dessous de nous. Toujours aussi sympa, décidément j'adorais vraiment cette petite excursion au pays des genjutsus. Nous tentions tous deux de maîtriser notre chute pour pouvoir continuer l'affrontement, mais en vain. Alors mon adversaire eut la magnifique idée de mettre un plancher sur lequel nous pouvions nous écraser. Pour une raison qui m'échappe, je fus le seul à être réduit en charpie sur des rochers acérés. Mon adversaire devait certainement avoir trouvé un moyen quelconque pour flotter en l'air ou je ne sais quoi (c'est un genjutsu), mais en tout cas j'étais sur qu'il était très satisfait de me voir ainsi réduit en pâtée pour chien. Ca avait beau être qu'une illusion, ça faisait mal. Et c'était pas fini.

Complètement dans les vapes, je chancelais, trébuchais et m'effondrais à nouveau sur les graviers bien réels, pour rouler le long du toit et finir lamentablement étendu sur le trottoir, les muscles trop douloureux pour faire le moindre geste. Au dessus, les autres avaient l'air de mieux se dépatouiller que moi, car le genjutsu "tout noir" avait été dissipé et Allen avait semble t'il recouvré la vue. Iarwain me rejoint assez rapidement et s'occupa de moi tout en prenant soin de ne pas glisser sur le résidu d'effet secondaires du genjutsu (également appelé vomi). Je fus bientôt remit sur pied et nous remontions sur les toit pour voir comment ça se passait.

Allen arrivait à tenir contre Yukui, mais Makaya semblait anéanti. Replié sur lui même, exposant son arrière train et sa touffe, il était certainement sous l'effet d'une illusion pas très agréable. D'un regard, je compris que Iarwain pensait à la même chose que moi: sans doute que le libérer en lui collant un bon coup dans l'arrière train était alléchant, mais on pouvait très bien le laisser mijoter encore un peu. Iarwain fini quand même par craquer et alla le sortir de là, lui déchargeant du raiton dans l'arrière train. Allen et l'autre en étaient désormais venu au corps à corps, mais Yukui était cette fois encore plus rapide que dans l'illusion. J'eus alors envie d'expérimenter un nouveau truc, vu qu'Allen se défendait parfaitement bien, et une minute plus tard, Yukui était complètement scotché au sol. Il ne put alors éviter les frappes d'Allen renforcées au chakra et fut rapidement mit hors combat. J'avais posé ma main sur le sol pour réaliser la manoeuvre, et Iarwain me demanda ce que j'avais fait alors que je me relevais.

(Ryo) A peu près la même chose que tu fais quand tu marches sur un mur ou au plafond. Juste que je l'ai fait sous son pied...

Avant que je puisse poursuivre les explication sur comment j'avais dirigé mon chakra sur cette surface, l'atmosphère changea du tout au tout et je fis rapidement volte face. Une étrange énergie émanait de Makaya, remit sur pied. Sa voix elle même en était altérée et, chose étrange, il parla d'une voix éthérée, presque calme. Sans vous détruire les tympans comme à son habitude.

(Mak) Je veux l'humilier... par Rémi Molette, je jure que je vais le traumatiser à vie.
(Allen) Autant que Iarwain?
(Mak) Plus que Iarwain.
(Iarwain) Pauvre bonhomme...
(Ryo) A ce point?
(Mak) Vous avez de la chance, insignifiants mortels. Vous allez pouvoir contempler dans toute sa splendeur le courroux divin du héraut du Comte de Comté. Admirez....

Ce fut... horrible. Et incroyable. En tout cas, je trouvais ça fantastique. Ok, très malsain, mais fantastique. Il lui rasa toute (vraiment toute) trace de pilosité en grillant méticuleusement les poils avec son raiton. Ses yeux, qui nous avaient causé pas mal de soucis, avaient étés nettoyés avec le reste d'alcool à 90° que j'avais utilisé plus tôt comme inflammable. Makaya l'avait ensuite plongé dans une fontaine et, après avoir contraint Iarwain à l'aider, à réinventé le défibrillateur. Et c'était pas tout...

Ryosuke
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2308
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Kota le 27/6/2008, 15:15

...Je sentais mes forces me quitter peu à peu à force de courir. La fin de la nuit approchait. La claire lumière de la Lune éclairait le village est laissant des reflets blancs sur les vagues de l'eau. Seul le bruit de la cascade se faisait entendre. Rien ne troublait cette nuit sauf moi à la recherche d'une personne. Cherchant partout, chaque recoins étaient examinés mais l'homme restait introuvable. Un sentiment de haine me gagnait, une colère pire que contre les gars surpuissants qui avaient détruit ma maison. Ma tête tournant de droite à
gauche, fixant chaque mouvement et chaque courant d'air. La cascade m'empêchait d'entendre les sons pouvant être produit par celui que je cherche. Mon impatiente croissait, j'étais pris dans un vertige de haine. Alors que je scrutais le paysage, un chuchotement frôlait mon oreille. Je sentis alors une présence derrière moi et une main cicatrisée se posa sur mon épaule. Je n'ai pas trop compris le chuchotements. Alors que je voulais me retourner, ma vue changea. Je voyais Gensou puis tout à coup, je me suis retrouvé dans une grotte. Une douleur me prit au bras. Le serrant très fort, je sentis quelque chose me monter jusqu'au coude. Mon regard se tourna vers celui-ci et je vis quelque chose d'effrayant. Une matière noir et sombre s'étendait sur tout son long. A la vue de cette horreur, j'hurlai. Le paysage de Gensou revint et je constatai, en sueur et avec le souffle court, que je serrais mon bras très fort. Je relevai les yeux et vis l'homme que je cherchais. Il me chuchota à l'oreille:

???: J'aime ce regard, rempli de peur
Moi: Qui êtes-vous et que me voulez-vous?
???: C'est toi qui me cherchais, as-tu oublié le pourquoi de cette recherche?
Moi: ...
???: Tu cherchais des réponses à tes questions
Moi; Que signif...
???: Mais je ne te répondrai pas, tu trouveras tout seul.
Moi: Mon rêve...
???: Est-ce un rêve, un cauchemar ou une vision ? Voilà ce que tu dois te dire
Moi: Ce n'est pas la question que je veux mais la réponse
???: C'est ton destin, à toi de le savoir. Si tu veux me parler alors cherche-moi dans ton esprit et tu me verras et cette fois-ci pose les bonnes questions...

Il enroula sa veste déchiré autour de lui avant de disparaître. Il dit une dernière chose: <<La vision que tu as eu tout à l'heure n'est rien d'autre qu'une pièce de puzzle s'assemblant à ce que tu appelles "rêve">>. A ce moment-là, l'étreinte que j'avais sur mon bras se serra. "Poser les bonnes questions" quelles sont les bonnes questions? Maintenant, je sens la menace approcher. Si je suis prisonnier de cet avenir alors je vais faire en sorte que ce soi lui qui change. Maintenant, comment faire ? Je dois devenir plus fort, beaucoup plus fort...

____________________________________________________________________________________________
Où suis-je ?

Je me suis retrouvé quelque part. Un lieu familier, plus net cette-fois. Je me souviens, c'est l'endroit où se déroulait mon cauchemar. Mais cette-fois, je ne rêve pas, c'est... autre chose. J'observais les environs que je distinguait distinctement. La forêt se tenait au loin et je me situais sur la montagne. Devant moi se dressait l'entrée d'une imposante grotte et un air glacial frissonnant le long de mon corps. Devant celle-ci apparait l'homme de toute à l'heure. Son apparition fantôme vêtue de sa veste déchirée me fit flipper. Mon sursaut fut suivi d'une incompréhension à cette arrivée soudaine.

???: Tu te demandes ce que tu fais-là, non ? Je vais te le dire, je t'ai fait entrer dans ton esprit pour que tu revois ce que tu appelles "rêve"
Moi: Pourquoi ?
???: Afin que tu puisses chercher tes réponses seulement tu devras affronter la vérité
Moi: La vérité ? Que veux tu dire?
???: Tu ne connais pas la signification de ton rêve car tu ne sais pas quelle personne succombe
Moi: Qui est-ce ? A quoi succombe-t-elle ?
???: Si je t'ai emmenais ici c'est pour que tu le saches
Moi: Pourquoi ne pas me le dire ?
???: Saches, jeune ninja, que tu es bloqué entre deux murs : Le Passé et le Futur. Tu as déjà voyagé dans ton esprit pour connaître ton passé. Ce "rêve" est aussi un voyage dans ton esprit mais pour connaître le Futur. Au début, il est flou mais il se développe de plus en plus. Si tu veux avoir une réponse, cherches dedans.

L'homme disparaissait de la même façon qu'il est apparu. Me laissant la possibilité de passer et de pouvoir savoir la vérité. Je me précipitai dans la grotte et, voyant bien mieux qu'avant, se pressai sans faire attention aux pierres risquant de me faire trébucher. De longues minutes suivirent. Après la longue balade dans les labyrinthes de la grotte, je m'arrêta en apercevant quelqu'un. Je me souvenais que, effectivement, une personne se baladait dans la grotte et, après avoir pris quelque chose, un cri se faisait entendre brusquement. Ca s'arrêtait toujours à ce moment-là.
Je regardais pour savoir qui était cette personne et à ce moment-là, j'eus un choc. C'était moi ! C'est à ni rien comprendre. Je me voyais marcher et me stopper devant une table de pierre avec dessus un petit coffret. Je me vis ouvrir le coffret et en sortir une sacoche fermé par un nœud. Soupirant, le deuxième moi dénoue celle-ci et en sorti une sorte de perle sombre noire avec des motifs rouges. Tout à coup, il la lâcha en criant. Alors je reconnus le cri et compris qui l'avait fait: c'était moi. Soudainement, je vis mon double empoigner son bras et je constata une marque noire monter des doigt jusqu'au coude. Ca s'arrêta, l'autre Kota était en sueur et son souffle reprit. Il lâcha son bras, le fixa puis se baissa pour reprendre la perle pour la remettre dans sa poche. Il courra vers la sortie avec un air inquiet. Ma vision fut de plus en plus blanc avant d'être dans un blanc complet...

____________________________________________________________________________________________


...elle revint sauf que j'étais retourné dans la vie réel. Le Soleil frôlait l'horizon et la matinée venait de débuter. Effondré sur les toits, j'étais seul. Je me suis levé avec une migraine à la tête.
Me dirigeant vers chez moi, je passais par la ruelle où devait se trouver la tortue avec les trois hommes écrasés dessous. Seulement, je vis la tortue géante retournée mais aucune traces des trois gars à l'exception d'un dessin les représentant sur le dessous de la carapace de l'animal. Ils avaient réussi à se dégager, incroyable ! Ils étaient vraiment très fort. J'espère qu'il ne vont pas revenir finir le travail. Je repris ma direction avant de me retrouvé devant un massacre de bois sensé être ma maison. Mes problèmes ne s'arrangeaient pas apparemment. Je pense que je devrais aller à l'hôpital pendant quelques jours.
Après je m'entrainerai et je deviendrai fort. C'est le destin que je veux et je l'aurai...
avatar
Kota
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 703
Date d'inscription : 12/05/2008
Age : 22
Localisation : Bazaka...Mais qu'est ce que je fous là, moi? O.O

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Invité le 30/6/2008, 13:25

Flash Back : Seize jours avant

Je me réveillai, les yeux caressés par les doux rayons du soleil. Ce n’est qu’après quelques minutes que je me rendis compte que j’étais couché dans la salle de repos. Je me levai rapidement et allai prendre une bonne douche à la rivière traversant le village.

Je pris ma serviette de bain, mes sandalettes, mes vêtements propres et tout le tralala et parti en vitesse pour arriver là-bas pendant qu’il n’y ait personne, car à cette période de l’année, la chaleur fait des ravages.

J’arrivai vers mon coin préféré, désert, d’où mon coin préféré et me déshabillai pour piquer une tête dans l’eau fraîche. Les remous me massaient le dos, et moi, je me frottai les bras et le torse au savon.

Pendant que je me savonnai abondement, je remarquai une présence... Les arbres aux alentours m’empêchaient de voir quoique ce soit, mais je le sentais bien, une présence forte, très puissante... Et une deuxième aussi... mais moins puissante.

Je sorti du bain et m’essuyai rapidement. Je mis mes vêtements propres, enfilai rapidement ma veste en oubliant de la fermer, et couru vers les deux présences. Plus je me rapprochai, plus des bruits, de plus en plus forts, se firent entendre. Des bruits d’explosions mêlées à des frottements de sabre.

En entendis ces bruits assourdissants, accompagnés de cris baignant dans la douleur, je m’approchai doucement, et me cachait derrière un pommier avec une certaine appréhension. Je me mis donc à observer la scène, un combat entre deux shinobis, remarquable à leur bandeau. Un était brun, vêtu d’un vêtement bleu et violet, maniant un grand katana, et l’autre, vêtu d’un vêtement marron et « saumon » se battant avec un petit kunai.

A un moment, l’homme au petit kunai prononça une parole, en jetant un objet dans les airs, et celui-ci se transforma en géant oiseau. Il sauta sur, et prit un peu d’altitude pour ne pas se faire toucher par les coups du bretteur. Il mit ses deux mains dans des sacs bizarres, attendit un peu, et ouvrit ses mains. Je fus extrêmement surpris de voir sortir un autre objet comme tout à l’heure, mais poussé par une sorte de... langue ! Une langue dans sa main ! Il envoya les deux objets qui semblaient être des oiseaux sur le ninja au katana, et arrivé à proximité, les oiseaux explosèrent.

L’homme devait connaître sa technique, car il avait profité de la fumée provoquée par l’explosion pour se faufiler derrière l’homme aux mains buccales. Il était en l’air, son bras armé, et son adversaire ne semblait pas l’avoir remarqué. Sans le vouloir, je lançai un petit cri d’étonnement, et les deux hommes tournèrent leur tête vers moi. En faisant ça, l’homme aux mains étranges avait remarqué que son ennemi se trouvait derrière, et avait mit sa main gauche en avant pour se protéger.

L’autre homme, sans scrupule, coupa nettement la main de son adversaire à partir de l’avant-bras, et lui donna un coup du plat du pied pour le faire tomber de l’oiseau. Le pauvre homme se retrouva par terre, et l’autre s’approchait en marchant lentement, faisant traîner la lame de son katana au sol provoquant un grincement hautement désagréable. Une fois près de l’homme à terre, déposa le bout de sa lame entre les deux yeux de celui-ci, et compta jusqu’à trois avant de lui enfoncer violement.

Savant que j’étais repéré depuis longtemps, je n’attendis pas le dernier souffle d’un des ninjas pour m’enfuir. Et au moment où j’allai courir de toute mes forces, je remarquai une chose bizarre sur le sol... Une main. Une langue pendait à l’extérieur, mais bougeait toujours à peu près. [Merde ! La main de l’homme au kunai !]

Je pris la main et couru avec, en la serrant fort pour ne pas qu’elle tombe. Je me dirigeai vers le village, tout en m’enfonçant dans les centaines de pommiers. J’allai bientôt arriver près de la rivière, et je semblai n’avoir personne derrière moi. Je me mis à marcher, et un senbon frôla mon oreille pour finalement aller se loger dans l’écorce d’un pommier.

Surpris, je me retournai et vis l’homme au katana sauter sur moi. Je tombai au sol, attendant ma mort venant, quand Dieu décida de m’épargner. Une pomme pas mure, donc très dure, tomba comme par magie sur le cou de mon assaillant, le troublant un peu et me ratant de peu. Sa lame était encastrée profondément dans le sol, et n’arrivai plus à sortir. Pendant qu’il essayait de récupérer son katana, je me remis à courir et dépassait la rivière pour finalement apercevoir les portes du village de Gensou, j’étais sauvé.

A peine les portes franchies, je m’effondrai à terre, reprenant mon souffle, puis me mit à marcher vers la demeure Maboroshi. J’avais toujours la main étrange en ma possession, et je vis arriver Ai et son petit frère Ash, celui que je promenai souvent. Elle vint vers moi, et fut d’abord surprise de me voir me balader avec une main dans ma main [Rolling Eyes] puis elle entama la conversation.

- Eh Kane, tu vas bien ? Oui ? J’aurai besoin que tu prennes Ash un petit moment, bien sur je ne te paye pas, sinon tu vas bien ?
- Euh j’ai pas trop le...
- Allez ! S’il te plait !
- Mais je dois absolument...
- T’es devenu très méchant Kane, tu me déçois beau...


Et à ce moment, elle tomba au sol, baignant dans une marre de sang. Je ne compris pas ce qui se passait, et regardai Ash. Le petit garçon criait au sol, regardant derrière moi, et j’eus à peine le temps de me retourner, que mon assaillant était déjà à mes côtés. [Il a osé rentré au village !]

Il avait son katana en main et allait trancher le petit Ash, ses cris devaient l’énerver. Dans un élan de courage et de folie, je plongeai vers lui et essayant de le protéger. Je posai ma main gauche sur son petit ventre, mais l’homme me la trancha en même temps que Ash.

J’ouvris les yeux et vis les deux corps inertes et ensanglantés par terre, à côté de moi. Puis je levai les yeux et vis le ninja, écrasant ma main au sol et posant son katana entre mes deux yeux. Je fermis les yeux très fort et tombai, sans le vouloir, dans un état léthargique...







Je me réveillai, une odeur étrange chatouillant mes narines. J’étais allongé sur un lit blanc, avec... environ 7 medecins autour de moi.

- Vous avez eu de la chance jeune homme ! On a réussi à vous sauver d’une hémorragie violente. On n’a pas pu vous remettre votre main gauche, écrasée, mais par chance, vous aviez une main gauche fraîchement coupée. Même si elle a l’air étrange, c’est mieux que de n’avoir qu’une seule main.

Je regardai ma main gauche, et remarquai des points de sutures au niveau de l’avant bras. Mais en regardant mieux, je vis la paume de ma main s’ouvrir et une langue sortir.

- AHHH ! C’EST QUOI CA ! [Je suis à l’hopital ?!!]
- Et bien, votre nouvelle main. Par contre, j’ai le regret de vous annoncer que les deux personnes se trouvant avec vous... Nous n’avons pas pu les sauver...
- ...
- Et vous avez une cicatrice en forme de croix sur le front, nous avons préféré la laisser car ça ne mettait pas votre vie en danger et nous n’avions pas votre autorisation pour l’enle...
- Laissez là. Ca suffira...Comment se fait-il que je sois en vie ?
- Et bien, nous vous avons trouvé dans une marre de sang dans les rues de Gensou, avec deux autres corps... Nous vous avons tous emmené, mais les autres étaient déjà morts.
- ... [Il m’a laissé en vie... Je le tuerai !] Je peux sortir à présent ?
- Vous venez de subir une greffe, vous n’êtes pas encore en état de sortir pour l’instant. Au cas où, nous avons bloqué les fenêtres et deux gardes surveilleront la chambre.
- ... Amenez moi à manger.
- Reposez vous, une infirmière vous amènera votre plateau repas.


Je regardai ma nouvelle main gauche, la langue sortant puis rentrant dans la paume. Je pris le miroir qui était le plus proche de moi, sur la table de chevet, et regardai la cicatrice, c’était une petite Croix du Christ.

Quelqu’un toqua à la porte et une jeune femme entra, avec mon repas en main. Elle le déposa sur la petite table au dessus de mes jambes et reparti... Cette scène se répéta une bonne quarantaine de fois, durant deux semaine, et au bout de ces 14 jours, je pu enfin sortir de l’hôpital.

J’entrai dans la bibliothèque et cherchai un livre sur les mains... Rien d’intéressant mis à part le livre « tatouages sur les mains » qui était beau à regarder. Puis je cherchai à langue... Rien d’intéressant, sauf le livre « la magie du French Kiss » qui était aussi beau à voir.

Où pourrais-je trouvais de la documentation sur ma main étrange... Explosion ! Je cherchai donc au rayon explosion, et trouvais trois livres : « L’explosion jusqu’à en couper le souffle », « Les créateurs du Big Bang » et « Pour ceux qui aiment les Boum’ ! ».

Le premier livre... pas très intéressant, mais le deuxième ! Pile poil ce que je recherchai ! Malheureusement, quand je l’ouvris, je vis que toutes les pages étaient déchirées. Je rentrai donc à la résidence Maboroshi, pour faire une petite sieste... Cela faisait Seize jours que ma vie avait changé.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Makaya le 30/6/2008, 14:52

« Il est mort ? » demanda Ryosuke, qui était resté totalement immobile durant mon état de transe extatique…
-« Il a pas intérêt, j’en ai pas terminé avec lui ! Ce sale pourceau puant le sureau ! Sors de la ! » M’ecriais-je en faisant sortir le corps inanimé de Yukui hors de la fontaine, en le tirant par les cheveux …. « Allen ? Encore vivant ? »
-« Hum…son flux de chakra est completement bouleversé…mais ca montre qu’il est encore vivant…Enfin apres ce qu’il vient de subir, je me demande si il pourra encore vivre comme avant »
-« Ca c’est pas notre affaire…Viens aide moi a l’empaler sur la statue »

A contrecoeur, mes camarades quelque peu écoeuré par la manœuvre, m’aidèrent a planter le maboroshi sur la statue qui surmontait la fontaine, montrant un ninja célèbre de Gensou, levant son épée vers le ciel…Désormais il pointait un Yukui vers le ciel.

-« N’empeche t’es redevenu normal…qu’est ce qui t’as pris ? C’est cette illusion qu’il t’a fait subir qui t’a mis dans un état pareil ? Ca consistait en quoi ? » Me questionna Iarwain
-« Je t’en pose des questions ? Bon allez on bouge on a encore deux gus a ruiner…Ryo tu déscotches ? Et bordel Iarwain arrete de chialer quand je te réponds durement, ca n’a jamais pris…» répondis-je
-« Hum ? Pardon j’étais en train de prendre conscience dans quelle merde je m’étais fourré…Les Mizu sont des gens influents…Le mec aux tortues ne va pas tarder a avertir la policeet le Maboroshi représente une partie de la puissance du village…qui est actuellement clairement affichée au milieu d’une place fréquentée du village…Ces mecs mis HS par nos soins…Enfin ca parait tendu de s’extraire de…Au fait tu as bien dit deux personnes a taper encore ? Je croyais qu’il nous en restait qu’un seul a aller voir !? » s’offusqua Ryosuke
-« A la base, bonze…oui. Mais tu crois vraiment que je vais laisser ce sale genin et son enfoiré de père et ses suppos explosifs, prendre l’avantage ? On cogne mon gus et cassos ensuitepour aller pootrer ce type »
-« Ouais mais la je ne marche plus, ce n’était pas ce qui était prévu…On est déjà dans une merde noire, on va pas s’emmerder a s’acharner sur le meme type…Surtout que je commence a etre fatigués…Je n’enchainerais pas deux combats comme ca » répondit calmement Ryosuke, imité de Iarwain et d’Allen qui eux aussi me signifièrent leur refus quand a mon désir de retourner taquiner Kota Dozaku.
-« Bon bon okay…Je verrais ca tout seul. En attendant il y’a toujours un mec a frapper…En revanche..Bon je vais vous expliquer en chemin » dis-je, entamant la marche, en ayant au préalable tagué les murs de la fontaine d’un « AVEC TOUT MON AMOUR, KIMARI »


C’était problématique…En voulant faire le Hyako, le Mizu et le Maboroshi d’abord, je n’avais pas gardé le meilleur pour la fin, mais simplement repoussé le problème a plus tard…Et la je n’avais plus le choix.
Je ne pouvais pas me résoudre a frapper un tonton. Bien que le connaissant très peu, j’étais cependant en correspondance avec son fils, Rakko. Bref toute une histoire de famille et bien que molester mes cousins ou mon père ne me causait AUCUN état d’ame…La je le sentais nettement moins…

Ainsi au fil du chemin, je baratinais mes compagnons d’infortune, leur disant que le dernier n’était pas un gros défi et que je souhaitais qu’ils s’en chargent car je voulais garder des forces pour retourner voir Kota. Après avoir tentés de les persuader gentiment, après avoir été intransigeant, après avoir meme feinté de les supplier (je n’allais quand meme pas m’abaisser devant ces mecs !) je me mis a les menacer, spécialement Iarwain…Et finalements ils accèptèrent, prétextant qu’ils seraient bien plus a l’aise a combattre, sans un Makaya de Damoclès prêt a foutre des coups a tout le monde.

Heureusement qu’il restait la violence pour dialoguer…


Ainsi après quelques déambulations et quelques pauses pour que Iarwain puisse soigner nos diverses blessures et éraflures, nous nous tînmes devant le seul « Manioc Shop » de Gensou, dont le propriétaire était le seul Korove résidant ici (maintenant que ma sœur avait quitté la villé) : Baiko Korove.
Et dont le nom, a mon plus grand malheur, était écrit très gros sous l’enseigne.

-« NON MAIS JE REVE ?! LE DERNIER TYPE QU’ON DOIT COGNER EST DE TA FAMILLE ? » s’écria Iarwain
-« Non mais je peux tout expliquer en fait » tentais je dégocier…
-« Tu t’es bien foutu de nous en fait Makaya ? Tu ne voulais pas te battre parce qu’il est de ta famille ! Putain dans quelle merde tu t’es fourré pour que tu sois amené a frapper ta propre famille ! » demanda Allen, l’air passablement énervé, sentant que finalement je l’avais entubé depuis l’episode avec la maison de Kota
-« Nan mais les mecs vous fachez pas comme ca ! Euuh…trouve un bon truc Makaya…Oh les gars revenez ! » lancais-je
-« Et pourquoi ? Tu nous as menti, tu nous embarqués dans une galère pas possible et maintenant tu veux qu’on fasse le sale boulot a ta place parce que tu n’oses pas cogner tonton sans tes bouche-trous ! Pauvre type va… » cracha Iarwain

Bon je comprends qu’il soit énervé mais ce n’est pas une raison pour me causer de la sorte

Je m’étais approché de lui, l’air désolé et lorsqu’il ouvrit la bouche afin de formuler un « Quoi ? », je profitai pour effecter mon Makaya-Waza, calant deux de mes doigts dans sa bouche, pivota sur moi-même, faisant une prise de Judo s’apparentant a un Tai-Otoshi et plaqua ainsi Iarwain au sol, qui se débattait, la joue meurtrie…Les deux autres restèrent sans bouger…J’entendis tout de meme Ryo murmurer pour lui-même « Va-t-il lui faire le coup de l’examen ? »

-« Bon écoutez moi..J’ai vraiment besoin de vous sur ce coup la…Oui meme de toi infâme personnage grossier qui ne peux s’exprimer et qui ne devrait pas essayer sinon c’est mon poing que je te colle dans la gorge. Je dois -faire- taper mon oncle, ne pouvant m’y résoudre… » commencais-je
-« Pourquoi au juste ? Pourquoi tu prends -et tu nous fais prendre- autant de risques….y’a forcément un enjeu a la clé et jusqu’ici tu as toujours esquivé la question » lanca Ryosuke
-« Pff très bien…Je vous ai parlé d’Arasu et compagnie…En réalité juste avant la finale de l’examen chuunin, le type « Kimari » m’a contacté et m’a dit que vu la tronche de la tache qu’il m’avait confié et si j’arrivais a la faire dans la nuit -car ces types devaient comprendre le message dans les plus brefs délais- qu’il me filerait un dossier contenant toutes les informations que j’avais besoin de savoir concernant Arasu : localisation, accès, personnes a contacter, passe-droits et somme conséquente de monnaie. Je veux ce dossier… »
-« Mé ourquwa tu we dé hinoaions ur Arasu » demanda Iarwain, surement tentant par la meme occasion de me signifier son agacement pour la délicate position dans laquelle il se trouvait.
-« Oui pourquoi ? Tu comptes deserter Mahou ? » me questionna Allen, l’air tout de meme inquiet.
-« Pour voir…changer…Je ne sais pas si ca débouchera sur une désertion mais d’après ce que j’ai entendu a ce sujet, ca pourrait etre l’eldorado pour moi la bas…Donc au moins voir, ne pas mourir con….Pas de commentaires perfides Ryo…Oh et excuse moi Iarwain ! » dis je otant mes doigts d’Iarwain qui se redressa en se massant la machoire.
-« Hum…Et on y gagne quoi la dedans ? » demanda Ryosuke
-« Et bien….apres le combat contre tonton, je devrais quitter la ville sans tarder donc Kimari sera au courant de la réussite de la mission, en revanche je n’aurais pas le dossier. Si vous vous demerdez pour avertir Kimari pour moi, de récuperer la chemise contenant mes infos et de me l’apporter….Je vous donne le droit de mater ce qu’il y’a dedans. Quand a l’argent…Kimari m’avait parlé de 10000 ryos si j’arrivais a tout faire dans les délais…prenez 3000 chacuns » leur proposais-je, tentant de les amadouer, prenant un air apitoyé.



Les trois me regardèrent d’un air impassible puis Iarwain prit la parole, me disant « okay, moi je marche, j’ai envie d’en savoir plus a ce sujet…en revanche arrete de prendre un air implorant, tes muscles faciaux ne sont pas habitués a cette expression et au lieu de passer pour un bébé, on dirait un vieux psychopathe qui va me trancher la jugulaire avec les dents »

Les deux autres hochèrent la tete et nous nous dirigèrent vers la porte du Manioc Shop. Durant la marche, Ryo brisa le silence en disant : « Tres bien, je m’occuperais de ca…transmets moi les coordonnées de ce type a contacter et je m’en occuperais, il est prévu que j’aille a Chikara sous peu avec Tyrande ». Je lui en fus très reconnaissant et lui fila les informations nécessaires pour contacter Kimari. Puis enfin nous arrivames sur une petite place faiblement éclairée ou se situait aux abords l’echoppe de mon oncle
Connaissant les talents de ninja de tonton Baiko, je savais que seulement deux d’entre nous suffiraient pour le défaire…Il avait pris du bide et se servait plus de son affinité Katon pour faire de la cuisine épicée (et son fameux manioc aux épices de Maldon ) que pour se battre. Allen et Iarwain furent désignés car étant plus frais que Ryo et moi qui avions au moins un combat de plus qu’eux au compteur : le notre.


Après un dernier soupir et un regard entendu, Ryo et moi nous séparâmes d’Allen et d’Iarwain qui frappèrent a la porte tandis que nous allâmes nous poster sur le toit. Après moult chocs a la porte de la boutique (je suspectais tonton de ne rien entendre, couvrant ses oreilles avec ses cheveux) enfin on entendit de nombreux jurons, un bruit de chute, des objets cassés… Une lumière s’alluma et enfin un imposant homme barbu se dessina dans l’encadrement de la porte. Du toit, nous ne voyions que des ombres mais nous entendîmes toute la conversation, se résumant a :
- Baiko Korove ?
-Oui ? Que viennent faire deux jeunes gens avec du crayon noir sur la tete a une heure pareille ?
-Euuh…Ben en fait c’est délicat comme requête…Voyez vous un Raton laveur est venu…

Sur le toit, je signifiais a Ryo mon agacement pour cet empoté d’Iarwain, qui ne pouvait pas attaquer directement tonton, toujours obligé de se répandre en palabres inutiles…Ryo lanca donc un discret fil de chakra afin de relier son crane et celui de Iarwain et lui souffler « Depeche toi ou Makaya te tombe dessus, il est en train de devenir fou la… »

A ces mots, Iarwain lanca un regard a Allen qui décocha aussitôt un gros coup de poing a tonton…Je ne pus m’empecher de pousser un « aie » plein d’empathie pour lui…

Des lors mes camarades reculèrent et prirent leurs marques sur la place qui se trouvait devant l’echoppe, laissant tonton les suivre-toujours en peignoir- car passablement énérvé de cet affront nocturne.

Visiblement tonton n’avait pas envie de s’emmerder dans une joute verbale : il composa quelques signes et deux serpents de flammes vinrent la rencontre de mes deux camarades. Iarwain se rendit invisible et le serpent qui lui était déstiné s’eteignit sans demander son reste. En revanche Allen eut a effectuer diverses figures, démontrant sa souplesse et sa vitesse afin d’eviter d’etre incinéré par les anneaux du serpent enflammé. Tout en faisant cela, il se débrouillait pour se rapprocher de plus en plus de son adversaire (qui avait un filet de bave séché au coin de la bouche) car son domaine de prédilection était le corps a corps. Mais mon oncle, n’ayant plus qu’un seul serpent a manier, donnait du fil a retordre a Allen qui peinait a s’approcher ?

C’est a ce moment que Iarwain se manifesta en apparaissant tout près de mon oncle et en insufflant de l’électricité de le bras de celui-ci. Surpris, il perdit le contrôle de son serpent de chakra, qui s’eteignit a son tour, laissant le champ a libre a Allen qui sprinta, effectua un grand saut afin de réduire la distance qui les séparait et pour couvrir Iarwain qui était pétrifié par le regard que Baiko Korove lui lancait. On aurait dit moi.
Une fois en l’air, il chargea son pied de Ko et fondit sur Baiko qui s’était détourné du médecin Mahousard. Voyant qu’un pied ayant manifestant l’air dangereux, lui foncait dessus, mon oncle lanca de grandes mèches vers Allen, qui s’enroulèrent autour de sa jambe. Puis une fois fixées, Baiko les pris dans ses grandes mains et les fis tourner autour de sa tete.

L’attaque éclair d’Allen avait échouée et celui-ci trouvait en train de tournoyer en l’air, emporté par la rotation que lui imposait tonton. Puis celui changea l’axe de rotation et se mis lui-même a tourner, accélerant le mouvement. Allen se trouva a faire du rase-mottes, toujours suspendu par une de ses jambes et…percuta Iarwain de plein fouet, qui cherchait a trouver la faille dans la folle lancée du Korove en robe de chambre (qui virevoltait au vent, laissant voir ses imposants attributs)
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Makaya le 30/6/2008, 14:53

A ce moment, mon oncle lacha Allen et tandis que Iarwain roulait sur le pavé, le chuunin mahousard s’ecrasa dans l’enseigne du restaurant, percant le « O » de « MANIOC », juste sous le toit. Ryo s’empressa d’aider Allen a se dépétrer de la pancarte et lui souhaita bonne chance pour la suite du combat. Puis il tourna la tete vers moi et s’inquieta…de l’air ravi que mon visage arborait.


En contrebas, Iarwain tentait de ne pas ceder aux assauts de tonton. Celui-ci faisait partie de la branche de mon clan qui ne s’était pas acclimatée a Mahou et par conséquent, il préférait largement user des jutsus capillaires que des jutsus affinitaires.
Il avait ainsi matérialisé des armes avec ses cheveux : Hallebardes, katanas, masses, boulets…et durci le tout avec un mélange de Gyo et de Zetsu, si je ne m’abusais. Et il abattait le tout sur Iarwain qui esquivait tant bien que mal, jusqu'à ce qu’il se prenne un coup de marteau chevelu qui l’envoya valser. Il se soigna a la va-vite et attendit la prochaine offensive…Ryo me demanda de quel coté j’etais, alors que je frappais dans mes mains…j’eus quelques difficultés a lui répondre…


Pendant ce temps, Allen revint dans la course, tentant une approche moins directe, afin d’éviter de se faire envoyer paitre. Alors que mon imposant oncle s’acharnait sur Iarwain qui finirait ACculé (ce qui n’était pas très agréable…) contre un mur si cela continuait ainsi, Allen ramassa une pierre et s’aidant de sa force et de son chakra, tira dans la jambe de celui-ci, qui s’effondra sous la douleur et la surprise.
Iarwain en profita pour reprendre l’initiative, dégainant un kunai, et menacant Baiko qui avait un genou a terre.

Sentant que la situation devenait tendue, pris en sandwich par un adversaire armé et un autre dont il ignorait encore globalement les capacités…Mon oncle fit une chose extraordinaire qui renversa le cours de la bataille a suivre.
Il se déshabilla, faisant tomber son peignoir au sol, laissant au passage, a tous le soin d’admirer sa puissante virilité.


-« Dis Makaya….Honnêtement les membres de ta famille, c’est quoi leur problème ? » me demanda Ryosuke, abasourdi
-« Laisse Béotien, tu ne peux comprendre….Admire plutot » Dis-je, m’attendant a un coup d’éclat de tonton
-« Admirer un homme légèrement bedonnant poilu et nu ? Non merci, je te laisse t’extasier… » Répondit-il


Retournant a la scène, je pus distinguer malgré l’obscurité, grace aux lampadaires qui bordaient la place, l’impressionnant pelage qui couvrait mon oncle. Il était sacrément velu quand meme !! Tout son corps était couvert d’une pilosité frisée ! Meme sur le dos et le dessus des pieds…Un vrai hobbit ! Mais…OH SAINTE RACLETTE !!!

A l’autre bout de la place, toute la pilosité qui couvrait mon oncle se mit a pousser de facon démesurée…De chaque parcelle de son corps émergea un flot intarissable de poils, forcant Allen et Iarwain -pourtant en position de force- a reculer de peur de finir noyés.
Puis au fur et a mesure que les poils poussaient, ils se modelaient, se solidifiaient, formaient des bras et des jambes jusqu'à a créer…

-« PUTAIN COMME CA ROXXE DU PONEY MORT !! TONTON A CREE UN BIBENDUM VELU !!! KYAAA !! » Hurlais-je « DEMIS ROUSSOS NO JUTSUUUU !! »
-« Mon dieu…mais c’est quoi cette famille et ces techniques absurdes..Rha et Makaya cesse de faire ta pseudo danse de la victoire! » s’écria Ryosuke

Désormais, entre Iarwain et Allen trônait un superbe géant toutenpoil avec mon tonton qui était caché a l’interieur. Le chef d’œuvre devait bien mesurer 7 metres de haut et paraissait pas très content

Sur la place, sans se démettre pour autant, Allen fonca sur le géant poilu et lui décocha un superbe coup de poing…qui s’enfonca dans les méandres de l’avatar de la pilosité…seulement il ne put retirer son poing de la masse grouillante et fut -malgré sa resistance héroique a une foule de poils divers qui l’enlacèrent progressivement- absorbé par le velu XXL, sous les yeux horrifiés d’Iarwain et de Ryo…qui me donna un coup de coude voyant que j’encourageais mon oncle depuis le toit.

Tant qu’il ne l’aide pas » Souffla Ryo.

Iarwain lui, durant la mégapoilisation se rendit de nouveau invisible, par précaution (ou par couardise selon mon opinion). Hairyuncle effectua alors une technique qui me sembla familière depuis peu : de ses pieds filèrent de très longs poils qui couvrirent la zone…Un filet de detection capillairehein ? J’avais usé de ce procédé contre Ryosuke et cela s’était avéré efficace. Ryo, aussi conscient de ce que Super Tonton était en train de faire, voulut quitter notre promontoire pour venir en aide a nos compagnons…Je le lui interdit

-« Je peux savoir pourquoi ? Tu vas laisser tes camarades se faire dévorer par un géant fait a base de fond de baignoires ? » demanda Ryo.
-« HEY ? C’EST DU POIL NOBLE, JE TE PERMETS PAS D’INSULTER LES TECHNIQUES DES KOROVE ? Est-ce que je me fous de ta gueule parce que tu fais partie d’une famille d’organisateurs de fetes barbantes, dont les seuls invités sont les organisateurs eux-mêmes soit des casse-couilles muets sectaires aux cheveux longs, ne se mêlant pas de leurs affaires et infoutus d’user d’affinités ? » Répliquais-je
-« Et bien…jusqu’ici non tu n’avais pas trop craché sur mon clan, mais tu viens de le faire de facon admirable… enfin souviens toi que ma presque victoire sur toi montre que je n’ai absolument pas besoin de savoir cracher une boule de feu pour te mettre a terre…Bref allons y » dit fermement Ryo

Décidemment ce mec avec son air hautain m’exaspérait au plus haut point…

-« Hum…non. Je vais te prouver la puissance du cuir chevelu, que mon oncle est un grand homme…ET CA SE VOIT HEIN ?…Bref burn in hell, je ne peux plus tolerer de voir ainsi mon oncle molesté par des béotiens… » lui lancais-je avant…de lui lancer un Lightning Reecom kick a bout portant, qu’il ne put esquiver, ne s’attendant absolument a ce revirement soudain. Il s’effondra, le souffle coupé et proféra un juron en me voyant dégringoler du toit et courir comme un dératé vers Tonton

Mais merde a la fin…j’etais en train du coté de ceux qui frittaient le mec aux techniques le plus cool de l’univers ? Bon okay c’était moi qui avait crée ce coté mais qu’importe…que Kimari et eux aillent se faire foutre !

« KOROVE BEST (or worst) FAMILY EVER !! »

Lorsque le bibendum velu me vit courir dans sa direction en hurlant des chants rituels Korove, il tendit son immense main (qui avait plus d’un poil dedans) afin que je puisse grimper desssus et de me poser sur son épaule, a proximité de son oreille, afin que je puisse lui expliquer la situation : ces types étaient envoyés par un dénommé Kimari et voulaient sa peau. J’étais la pour l’aider a les défaire (et aussi pour en apprendre plus sur le Kami no Jutsu…Dans le fond, Arasu m’intéressait plus que défendre un mec qui avait hébérgé ma conne de sœur durant des mois…Mais si j’avais l’occasion d’emmerder un peu mes collègues, de m’eclater et d’apprendre de nouvelles techs… ca serait super !!)

Mais maintenant que j’y pensais…ca serait hyper dur de les convaincre que j’avais fait ca pour les besoins de la mission et gnagnagna, afin qu’ils ne me fassent pas subir le meme sort qu’aux trois gus précédents…


Content de voir une nouvelle recrue, Baiko me confia la suite de son plan : débusquer ces deux horripilants individus qui se cachaient a l’aide d’un genjutsu, avec un raz de marée capillaire géant. Décidémment, tonton était plein de ressources…Mais il m’avoua aussi que ce géant capillaire était l’une des ses plus puissantes techniques et qu’il ne pourrait pas la maintenir éternellement. Mon aide tombait donc a pic pour qu’on puisse en finir rapidement car d’ici quelques minutes il serait a sec de chakra.

C’est a ce moment qu’Allen sortit de l’enchevêtrement poilu, a force d’arrachages successifs. Il paraissait épuisé après cette dure bataille contre cet univers hostile et qui avait une odeur indéfinissable (shampoing, déodorant et odeur de fesses). Mais a peine fut il dépétré qu’il dut bloquer mon second Lightning Reecom Kick.
Par reflexe, et surement a force de me voir, il s’était protégé le bas du ventre en me voyant dévaler HairyUncle a toute vitesse pour lui foncer dessus genou en avant. Il réussi a limiter les dégats mais recula tout de meme de plusieurs metres. Il se releva, plein d’incompréhension. Mais voyant cette lueur fanatique dans mes yeux et ce sourire sadique…Il ne chercha meme pas d’avantage d’explications et se mit en garde d’un air résigné.
J’y songeais, j’avais vu Allen a l’œuvre, j’avais combattu avec lui mais je ne l’avais jamais affronté…Je n’avais pas l’intention de (vraiment) lui faire du mal, ni de le ridiculiser (ou alors juste un peu) mais éprouver mes talents contre un as du taijutsu et faire chier mon monde.


Tout d’abord j’estimais qu’il était préférable que je garde de la distance entre lui et moi. Je fis donc sortir mon manche puant -surmonté d’un morceau de lame cabossé et puant- de mes cheveux et attaquai Allen qui se démenait pour esquiver (il était encore couvert de cheveux qui entravaient ses mouvements, les rendant beaucoup moins fluides). Soudain sentant une présence (un bruit de pas sur le pavé et quelqu’un qui malaxait du chakra) je déclenchai par précaution mon Ika no Kami, créant ainsi une multitude de longues dreads et me mis a tourner sur moi-même, balayant un certain périmètre. Allen prit ses distances mais…je réussis ainsi a toucher Iarwain ! Je tendis alors ma lance vers lui et fis déferler la foudre sur lui avec un Fujii Raiken qu’il encaissa tant bien que mal : son affinité Raiton et ses soins rapides l’aidant tout de meme grandement a réduire les dégats initiaux.


Occupé par Iarwain, je ne fis pas attention a Allen qui revint a la charge, prêt a me décocher une droite phénoménale. Mais Tonton velu veillait sur moi…Après s’etre pris un coup de pied de 2metres de large, tout en poils, Allen s’écrasa dans un large buisson aux abords du parc. Mais a notre grande surprise, ce ne fut pas l’heritier des Tsyuugas qui en sorti mais une homme (ou un femme…c’était difficile a définir) qui parut etre surpris d’etre reveillé de la sorte. Mais visiblement content de voir que son squattage dans les bois s’était averé payant, voyant qu’un jeune étranger était venu quérir ses services, il se mit a l’œuvre.
Alors qu’Allen comatait toujours, l’inconnu(e) des bois (que nous appelerons Ramon) ne perdit pas son temps, commencant a couvrir le couvrir de baisers, le tenant dans ses bras musclés a la peau bronzée et s’apprétant a le deshabiller.

Pendant ce temps, sur la place, Iarwain et moi -immobiles et incrédules- observions la scène sans bouger…lui avec un air horrifié et compatissant….moi avec un grand sourire et regrettant de ne pas pouvoir immortaliser la scène. Meme DemisRoussos s’était stoppé.

Mais au moment ou le pantalon d’Allen allait s’envoler, malheureusement ce dernier se reveilla et constata qu’il était aux mains d’un inconnu en train de le dessaper. Il effectua un Kai, certain d’etre pris dans une illusion loufoque.
Quand il se rendit compte que c’était bien réel…j’eus cru que le cri qu’il poussa allait réveiller tout Gensou…et ptet bien Mahou aussi…

Jamais je ne vis quelqu’un se rhabiller aussi vite. Au passage, éclater des couilles avec la première pierre qui me passait sous la main, je n’avais encore jamais vu, mais Allen maitrisait visiblement bien le geste.
Ramon s’écroula, prostré, alors qu’une fois encore un Allen manifestement revigoré foncait vers nous.


Je finis donc Iarwain qui était toujours au sol (scotché par ce qui avait failli arriver a Allen) d’un enchainement avec ma lance, avant de lui shooter dedans et de l’envoyer dans l’avatar de la pilosité afin qu’il le garde au chaud dans la masse de poils inidentifiables …Restait Ryo qui devait préparer un truc de sournois une fois encore. Mais pour le moment j’avais Allen qui revenait a la charge, l’air passablement énervé. Il tentait diverses passes que je contrais tant bien que mal avec le manche de ma lance ou en parant avec mes cheveux tentaculaires. Décidemment j’avais encore des efforts a faire coté Taijutsu car il me dominait clairement, et je dus mon salut aux prestations de Tonton qui empêchait Allen d’exercer tout son art, en tentant de le lacérer avec des tentacules capillaires…
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Makaya le 30/6/2008, 14:53

Et soudain le décor se mit a changer…Il y’avait des Iarwain, des Ryo, des Allen partout et…meme des Fuzzy et des Gogeta ! NAOOOON QUEL ETAIT CE DECOR DE CAUCHEMAR !!??
Et Super Tonton disparu !? Genjutsu environnemental ? Voila donc ce que ce mec préparait…Et subitement, toutes les illusions m’attaquèrent d’un coup. Sachant que seulement deux d’entre elles seraient réelles, je devais tout de meme rester méfiant…Il suffisait d’un coup bien placé et j’etais KO.


Le Ika no Kami ne me fut pas d’une grande aide : j’avais beau faire tournoyer mes cheveux afin de balayer le plus large périmetre possible, cela n’affecterait pas ces deux la. Mais je ne pouvais me résoudre a me laisser avoir par un Ryo qui aurait la meme tronche horripilante que Gogeta ou un Allen aussi mal coiffé que Fuzzy !! Il fallait que je me protège et que je sorte de la…

J’effectuai donc une technique qui remontait du temps de Tsukiyo et ou on devait « s’infiltrer » dans le secteur 5 en cassant tout sur notre passage. Cela consistait a entourer tout mon corps de cheveux puis usant du Gyo additionné au Zetsu, de former une boule dans laquelle j’etais pelotonné. Par economie de chakra et ne pouvant pas me fier a mes camarades comme a l’époque de Tsukiyo, je ne pus former une protection globale, dans la mesure ou je ne pouvais dépenser du chakra, qui serait utilisé a rendre la boule extremement solide en durcissant y compris les cheveux a l’interieur. Ces deux la étaient capables de me faire tomber n’importe quoi sur la tronche…Mais je pris tout de meme soin de durcir la couche externe et de tenter de rouler.

Les débuts étaient toujours difficiles, et j’etais comme un con a me trémousser dans ma boule, tentant de sortir de la zone d’influence de Ryo. Mais la couche de cheveux était telle que je ne voyais que dalle. Mais mes contorsions commencaient a payer et je sentais que je bougeais jusqu'à ca que je sente un énorme coup qui m’envoya bouler je ne savais ou…Je réussis tout de meme a hurler « PUTAIN ALLEN, JE NE SUIS PAS UN BALLON DE FOOT !! »

J’encaissai du mieux que je pouvais, mais totalement aveuglé par mes propres cheveux, je ne vis pas le mur contre lequel il m’envoyer valser. Mais le coté positif c’est que malgré ma tete qui tournait et mon envie de vomir autre chose que du fromage…j’etais sorti de la zone du genjutsu. Et soudain le mur contre lequel je m’appuyais s’effondra sur moi.

Il semblait qu’il y’avait quelqu’un de l’autre coté du mur, qui frappait dedans comme une brute. Des pans entiers du mur me tombèrent sur la gueule et je dus mon salut au durcissement total de ma boule capillaire qui néanmoins ne me protegea pas des débris qui me tombaient dessus. Une fois certain que d’avantage de mur ne tenterait pas de m’aplatir, j’annulai le jutsu histoire de voir ce qui se passait…
Totalement surpris, je constatai que j’etais coincé sous un pan de béton, dans l’incompréhension la plus totale : Allen était 5metres derrière moi et seul lui était connu pour peter des murs ainsi…Et derrière les décombres, se dessinant a travers la fumée des décombres, je vis...Ryosuke Sôma.

A vrai dire, Allen aussi avait l’air sur le cul.

-« Tu m’expliques Bonze ? » demandais-je, tentant de m’extraire de cette gangue de pierre
-« Chakra et toujours chakra, immonde gourou…Comme quoi le fait que je n’ai pas d’affinité compense largement tes trois affinités bidons… » déclara t’il, s’approchant lentement. « Je vais pouvoir prendre ma revanche sur toi, et compte sur moi pour t’empecher de vomir a nouveau ton infame substance collante »

Ouep je l’avais dans le cul la, mes deux bras étaient coincés sous un épais morceau de mur…Et j’etais
encadré par Allen et Ryo qui souriaient d’un air mauvais…Mais c’était sans compter Tonton qui une fois de plus vint a ma rescousse en balayant les ennemis d’un punch poilu. Il m’aida a m’extraire et…se mit a rapetisser !?

-« Bordel tonton tu nous fais quoi la ? le Hasselhoff no jutsu est indisociable de la victoire ! Faut que tu le refasses ! Et que tu m’apprennes a le faire !!»
-« Malheureusement je suis bientôt a court de chakra…c’est plus de mon age ce genre de galipettes, surtout a cet age…Mais on peut encore les battre mon neuveu…Le travail d’équipe, c’est la solution, tiens toi prêt ! » chuchota t-il

En diminuant de taille et en retrouvant des proportions poilues « normales », il avait aussi libéré Iarwain de son étreinte qui en sortit avec plein de cheveux sur la langue…Finalement nous étions cernés…


Mais Tonton était vraiment plein de ressources. Il me lanca des directives, alors que les trois mahousards s’approchaient d nous, l’air mauvais. Nous collâmes alors notre tete l’une contre l’autre, afin de meler nos cheveux. Avec une conséquente injonction de chakra, le tout se mit a pousser de facon dantesque.
Au final tronait sur nos tetes une monstrueuse boule de cheveux grouillante, de laquelle émérgeait de nombreux tentacules en forme de serpents, qui crachaient du feu ! Et en penchant la tete vers l’avant, malheureusement Ryosuke fut écrasé. Mais alors que tonton voulait réiterer l’opération contre chacun des membres, la super boule se réduisit et tous deux retrouvèrent notre volume de cheveux normal.

Plus de chakra…Durant l’opération j’avais totalement niqué mon oncle, lui laissant dépenser tout son chakra…Mais nous n’avions pas fait ca pour rien : Baiko serait ainsi facilement neutralisable et puis on avait fait du mal a Ryo qui finalement depuis le début de cette galère avait peu morflé.
Bref tonton fut donc forcé d’annuler son jutsu et posa un genou au sol. Je l’imitai… Puis je lui chuchotai un truc a l’oreille « Hey tonton, y’aurait pas moyen que tu me files des billes concernant le Kami no Jutsu, avant que ca ne sente trop le roussi pour nous ? » Celui-ci répondit en me demandant si je maitrisais le Jouhatsu Kushi no Kami, ce dont a quoi je répondis par l’affirmative. Aussitôt, il colla sa tete contre la mienne et je sentis un objet passer de ses cheveux vers les miens…Parfait, finalement je n’avais pas joué toute cette mascarade pour rien : j’avais bien ri et j’avais surement de nouvelles techniques contenues dans ce qu’il venait de me filer…Je consulterais ca plus tard, il fallait d’abord que je convainque Allen de ne pas tester son arcane caca sur moi…Après avoir discretement signifié a Ryo que je voulais avoir une entrevue privée avec lui, en lui montrant sa tete, la mienne et en mimant un fil, je pus lui faire croire que je souhaitais etre molesté après qu’ils aient assomés mon tonton.


Voulant certainement garder le meilleur pour la fin, Iarwain lui déchargea une quantité conséquente d’éléctricité sur la nuque et mon oncle, éreinté, s’effondra sur le sol…toujours a poil d’ailleurs.

-« Bon tu nous expliques ce revirement soudain ? » demanda Allen dont les yeux semblaient etre incandescents.
-« Facile ! Observez mon œuvre ! On l’a forcé a utiliser ses plus puissante techniques, il est totalement a sec de chakra…facile pour s’en débarasser ! Je vous ai permis de le finir rapidement ! » dis-je, certain qu’ils ne me croiraient pas
-« Tu déconnes ? On aurait tres bien pu réussir a le battre sans que tu nous attaque et qu’un trans se mette a me lecher ! » Explosa Allen « Y’en a marre de tes magouilles Makaya !! C’est quoi ton but au final ? Tu montes une équipe pour t’aider et finalement au dernier acte, tu te mets a frapper tout le monde…Et apres tu inventes une excuse bidon pour qu’on ne te fasse pas subir le meme sort qu’a tes précédentes victimes ? On va voir si l’élève a dépassé le maitre, approche »
-« Cherche pas Allen, t’es loin de pouvoir m’egaler…la preuve : Maka no Gaki ! »

Aussitôt, une myriade de petits moi se matérialisèrent sur le corps de mes camarades. C’était seulement des illusions mais elles étaient un concentré de désagréable. Mes rejetons leur bloquant la vue, cela me permit de m’enfuir sans demander mon reste. Seulement vu la quantité de chakra qui me restait, mon sort éffectué a la va-vite et leur Kai, ils eurent vite fait de se défaire de l’illusion et se mirent a me poursuivre.

-« DEGAGEZ HIPPIES ! FOUTEZ MOI LA PAIX !
-PAS AVANT QU’ON NE SE SOIT VENGES !! »

Putain les casse couilles…Il fallait que je me planque quelque part…n’importe ou mais si ces mecs me rattrapaient, j’étais fait…Allen avait beaucoup trop suivi mes enseignements..Je ne savais pas pourquoi il était autant énervé mais ce n’était pas bon…Ainsi, nous courrions sur les toits et dans les ruelles de Gensou, voyant qu’au loin le village n’allait pas tarder a se lever.
J’etais sur un toit, persuadé de les avoir semés et je scrutais les alentours…Puis Allen bondit sur le toit, ses yeux activés…Foutu Byakugan, avec ca il me serait difficile de le distancer. Je repartis donc dans ma course effrénée, suivi de -trop- près par Allen et un peu plus loin Iarwain et Ryo qui paraissaient un peu dépités de la tournure que prenait les événements…Puis soudain, j’entendis du bruit dans un appartement non loin. De l’activité a une heure pareille ? Tant mieux !

Je foncais vers la source du bruit et vis un appartement rempli de...jeunes ? Visiblement alcoolisés en plus ! Plus je me rapprochais et plus je pus en déduire sans mal qu’il s’agissait d’une fete…avec une partie des nouveaux chuunins et des genins de l’examen qui s’était déroulé quelques heures plus tot ? [HRP : Hum hum oui oui je sais….Faille temporelle FTW). Sans demander mon reste, je m’engouffrais dans une fenetre et tomba nez a nez…avec une nana completement bourrée, couverte de vomi. Charmant.

Mais je ne m’attardai pas sur elle, tentant de semer mes poursuivants qui eux aussi passèrent par la fenetre. Et eux aussi furent impressionnés par le décor : des jeunes gens en état d’ébriété partout, des centaines de cadavres de bouteilles d’alcool, des mares de vomi, des mégots partout…Une bonne chouille sympathique quoi…Je m’arretai et me retournai vers mes chers et dévoués amis, leur proposant une trêve pour le moment…Nous avions durement luttés cette nuit…Il était légitime qu’on s’amuse un peu avant de rejouer au chat. (En réalité, j’avais l’intention de leur bourrer la gueule et de leur coller une poufiasse bourrée dans les bras afin qu’ils m’oublient et que je puisse me tirer…non sans avoir tiré une poufiasse bourrée auparavant.)

Ils acceptèrent, eux aussi exténués. Tout en me gardant a l’œil, ils se détendirent : ces jeunes ninjas ne représentaient pas une menace. Ainsi nous passames deux heures dans ce lieu, a profiter. Ryosuke se désaltérait avec le jus d’orange qui servait a couper les divers alcools forts, Iarwain essayait tant bien que mal de se défaire de l’entreinte d’une inconnue qui visiblement avait réussi a se vomir dans les cheveux. Et Allen me collait toujours au train. Mais ayant opté pour la solution biture, il s’était fait pieger : j’avais organisé divers jeux a boire a une table et l’avait convié…Mais le pauvre ne tenait pas comme je pouvais tenir et il s’effondra tete la premiere contre la table apres deux tours de jeu.


Content de ne plus l’avoir sur le dos, je fis un tour du propriétaire et il s’averait que la maison appartenait a….Mr.Jambon ?? et que son pote a qui j’avais troué le derrière plus tot était aussi de la partie ? Guretto ! Mais alors que je cherchais les poutres de soutennement (pour me venger de l’affront que JambonMan m’avait fait durant l’examen chuunin), une brigade de police défonca la porte et déboula dans l’appartement. Aussitôt j’effectuai un Henge, imitant un quelconque gus éméché et m’ecroula au sol comme assomé par l’alcool. La police passa sur mon corps sans chercher a comprendre. Lorsque tous les hommes furent entrés, je rampai vers la porte, attendant le moment propice pour m’enfuir a la gensousarde.
A l’interieur, je vis Ryo aux abois, devenir immédiatement invisible, imité par Iarwain qui endormit sa prétendante d’une décharge. Allen, toujours la face collée contre la table, ne souleva pas de soupcons car ceux-ci ne purent pas voir son camouflage facial. La police déclara qu’elle cherchait un groupe de ninjas dissidents qui avaient attaqués plusieurs familles et ninjas de Gensou. Vu que cet endroit était un repère a ninjas, dont une partie composée de ninjas fraichement promus, ils pensaient avoir une piste, imaginant que certains, gagnés par l’euphorie auraient pu commettre de tels actes. Ils allaient donc proceder a une inspection méthodique de chacune des personnes ici…Par chance, ils inspectèrent d’abord les pieces a l’interieur et je pus ainsi m’enfuir sans mal, laissant mes camarades.

Je déambulais sur les toits, tout de meme legerement éméché, cherchant a m’enfuir de Gensou car ca sentait vraiment trop le roussi a mon gout désormais…Mais je me sentai suivi…Si tel était réellement le cas, autant affronter ce qui me collait au cul, qui ne fut autre que Ryosuke, suivi de près par Iarwain qui portait le corps inanimé d’Allen

-« Alors ? » demanda Ryo, incrédule « tu nous fausse compagnie ? » demanda Ryo.
Ils avaient réussi a passer entre les filets de la police avec ce boulet d’Allen ? Bien joué !
-« Ben….faut croire. J’ai fini ce que j’avais a faire ici…Je me barre merci les amis ! Ryo on se revoit a Chikara hein ?!» dis-je
-« Parce que tu crois vraiment que je vais aller voir ton malfrat après le bordel de cette nuit ? » répondit Ryo, incrédule
-« Parce que tu crois que je ne vais pas me gener pour aller avertir ton clan que leur jeune héritier a foutu le bordel dans Gensou alors que tes frangins n’aspirent qu’a la paix inter village ? » répliquai-je
-« Euuh si tu pouvais éviter, je suis un peu en froid avec mon clan actuellement donc… » glissa Ryo
-« Alors fais le job pour lequel tu t’es engagé et rejoins moi a Chikara. Je file les mecs…Merci pour le coup de pouce, c’était fun ! Ca faisait une paye que je ne m’étais pas éclaté ainsi ! Honnetement ! »
-« Je reve ? Tu t’es vraiment amusé ? » me questionna Iarwain
-« Ouais ouais franchement, comme un petit fou ! Bon allez je suis désolé mais je dois vraiment filer, je dois encore passer chez Kota » répondis-je
-« Tu crois vraiment qu’il est chez lui actuellement ? Qu’il dort sur des ruines fumantes ? » Dit Ryosuke d’un ton sarcastique
-« Non bien évidemment mais…Ouep nan il va etre galère a chercher. Bon je file…merci encore et…Pensez a enlever le noir que vous avez sur la gueule !! Tcho on se revoit…je ne sais pas quand ! »


Et je les laissa en plan, partant vers la muraille la plus proche. Finalement ce séjour a Gensou était un réel succès : j’avais récupéré du fromage AOC, tissé des liens avec la mafia locale qui avait des infos pour moi, poutré du malfrat de bas etage, poutré du genin, poutré Ryosuke et poutré du Gensousard…Et dans mes cheveux se cachait un parchemin recelant sans doute de pures techniques capillaires !! Et puis j’avais fait chier mes camarades (un peu)…nan nan, que du bon tonton !!

Je franchis la muraille sans mal, m’aidant du peu de chakra qu’il me restait pour adherer a celle-ci, et sortit sans mal du village, m’engouffrant dans le marais local…Direction la terre sainte : Chikara !!


Ryoshim-chan allait faire la gueule…
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Hakaima le 30/6/2008, 16:54

Le soleil était au zénith et baignait de ses rayons la grande place du village. J’étais toujours assis là, sous le grand cerisier, profitant de l’ombrage que m’offrait les imposantes ramures de ce dernier, peu de personne avait osé mettre le nez dehors préférant la fraicheur de leur domicile à la chaleur étouffante de cette journée d’été, mais l’absence de tumulte ne me dérangé pas au contraire c’était plutôt reposant. J’avais pas mal chômé ces deux dernières semaines, la température de l’air me dissuadant de tout effort :

« PFOUAAA…une petite pluie ne ferait pas de mal. » Pensais-je en regardant l’astre rougeoyant.

Je me levais et passais le bras sur mon front, la sueur commençant à perler sur ce dernier, il y avait maintenant plusieurs jours que je n’avais pas rendu visite à monsieur Inuzaka :

« Bon allez… vu que j’ai rien de prévu autant me débarrasser de ça maintenant » Dis-je, bien que ce ne soient pas totalement une corvée de rendre visite à son mentor.

Je me mis donc en route vers l’imposante demeure situé non loin de village. Je marchais lentement, privilégiant les ruelles ombragées, seul le clapotement de la rivière proche et le chant des insectes venaient troubler le calme de la cité, je me retrouvé bientôt à bonne distance de la place du village. Je marchais ainsi une quinzaine de minute, m’essuyant régulièrement le front imbibé de sueur :

« Haaaaa, j’en ai marre de cette chaleur… »

J’étais enfin arrivé devant le mur d’enceinte de la demeure de monsieur Inuzaka, un grand portail en bois sur lequel était gravé le Kanji « ombre » emprisonné d’un cercle noir, je poussais l’un des lourds battants de ce dernier qui donnait sur une allée ombragé de gravier blanc. Le bruit des gravillons sous mes pas m’accompagna jusqu'à la porte d’entré de la bâtisse.

Je donnais deux grand coup sur la porte qui semblèrent résonner à l’intérieur, quelque seconde plus tard la porte s’ouvrit à la volé, c’était monsieur Inuzaka, il se tenait devant moi le souffle court, de grosse goutte de transpiration sur son front :

« Hein quoi…qui….Ha ce n’est que toi mon garçon entre donc »

Il me prit par le col et m’entraina vers l’intérieur, à peine j’eu le temps de me faufiler derrière la porte qu’il la claqua fortement et avec une dextérité impressionnante ferma tout les verrous :

« Alors….tu….que viens tu faire ici ?? »
Me questionna t-il promptement.
« Heu…je suis simplement passé vous voir… »

Bien qu’il m’ait habitué à bien des excentricités, son comportement me semblait vraiment étrange, je ne saurais dire s’il s’agissait de crainte ou d’excitation, mais ce qui était sûr c’est qu’il n’était pas dans son état normal, ses yeux avait du mal à rester statique et scrutaient les moindres recoins de la pièce, parfois même il retournait violement sa tête comme si quelque chose allé surgir de derrière lui, son comportement commencé vraiment à me mettre mal a l’aise voir même à m’effrayais, je décidais donc d’entamais la conversation :

« Sacré chaleur vous ne trouvez pas ?? » parlais de la pluie et du beau temps était, à ma connaissance, un moyen sûr et efficace de se détourner d’une situation.

Il scruta, encore et encore, les alentours avant de poser (enfin) son regard sur moi, un regard exorbité et en proie à la folie :

« Oui ça c’est sûr ….une chaleur à en crever…Alors que veux tu ….fait vite…je dois…heu…je suis très occupé »


Je reculé d’un pas, par simple précaution, puis continuais la discussion :

« Les domestiques ne sont pas là, la maison semble bien vide… »
« Je les ai congédiés pour l’été…. J’avais …je voulais être seul pour…enfin ils ne sont plus là»


Je n’avais quasiment pas remarquais jusque là mais la maison était plongé dans la pénombre, toute les fenêtres avait été barricadé et seul quelque rayon de soleil, perçant l’encadrure, illuminait faiblement le grand hall habituellement chaleureux. Une ambiance lourde et oppressante s’en dégagé, j’avais l’impression de me sentir étouffer, lorsque la voie de monsieur Inuzaka m’interpella :

« Alors que fait tu ici.. »
« Je vous l’ai déjà dit je venais au nouvelles…. mais apparemment je tombe au mauvais moment »


Aucune expression n’apparu sur son visage à moitié plongé dans la pénombre, faisant ressortir le blanc de ses globes oculaires. Je me sentais menacé, mais le plus étrange et que ce sentiment de menace ne provenait pas de Mr Inuzaka.

Un silence oppressant, grandissant emplit la pièce, le temps était comme suspendu, j’étais là à contempler un Monsieur Inuzaka que je n’avais jusqu'alors jamais vu ainsi, quand à lui il restait toujours debout, hagard.

Il fallait que je me sorte de là ou j’allais étouffer, comme un claustrophobe dans boite en carton :

« Et bien je crois que je vais devoir y aller…..mon entrainem…. » Je m’interrompis à la vu d’une simple porte, une petite porte sous l’escalier qui était entrouverte, cette même porte qui autant que ma mémoire s’en souvienne était toujours restait fermé à double tour, je ne sais pas pourquoi mais cela me semblait vraiment louche…Je ne quittais pas des yeux la petite ouverture, Mr Inuzaka m’avait toujours répété qu’il ne s’agissait que d’un placard à balais mais à la voir entrouverte, ce soit disant placard à balais semblait être plutôt…..profond.

Soudain il y eu un déclic et Mr Inuzaka me prit par l’épaule pour me raccompagner vigoureusement vers la sortie, son étreinte étant anormalement forte, il me poussa dehors et je vis à la lumière du jour son visage, un visage pâle et livide :

« Ne t’inquiète pas …..mon garçon….tout vas bien pour ….moi…. » Un sourire se dessina tant bien que mal sur ce visage blafard, le genre de sourire que l’on force et qui ne semble jamais sincère.

Puis dans un claquement la porte se ferma, suivit du cliquetis des verrous, je restais là, mes pensée se remettant dans l’ordre, pourquoi ce regain soudain d’intérêt, j’avais l’impression que c’est au moment au j’avais entrevue cette porte que… mais peut être avais-je trop baigné dans cette ambiance, à tel point que j’en devenais paranoïaque.

Je secouer la tête et me retournais, marchand sur l’allée de gravier, j’avoue que tourner le dos à la porte d’entrée ne me plaisait guère, des frissons parcouraient ma colonne vertébrale et bien que l’heure indiquait 15h00, la chaleur semblait avoir disparu, des frissons parcourait mon corps, mes pensée embrumé par tant de mystère.

A peine j’eu passé le portail que je me mis à courir, comme pour semer ces mauvaises pensées, je courrais sous le soleil de plomb… sans direction, sans but, sans arrêter.

Je traversais à toutes allure le quartier commerçant, puis passais devant le quartier général, la sueur commençait à ruisselait sur mon visage et bien qu’à mon habitude cela m’aurais plutôt incommodé, cette sensation de chaleur ressentit dans tout mon corps me rassuré.

Je m’arrêtais enfin et me penchais en avant, mes poumons étaient douloureux et ma respiration forte, les goutte de sueur tombaient et s’écrasaient sur les pavés.
Lorsque j’eu enfin reprit mon souffle, je relevais la tête, je me retrouvais là ou ma journée avais commencé, sous le grand cerisier, je m’assis sur le banc et ferma les yeux, un léger courant d’air vint me rafraichir :

« Excusez-moi jeune homme….puis--je ? » Une vieille dame se tenais devant moi et me faisait signe qu’elle voulait s’asseoir.

« Heu ….oui, désolé »
« Quel chaleur….vous les jeunes passent encore mais nous les ancien, ce soleil aura notre peau »


Je souris par politesse, mais n’engagea pas pour autant la conversation :

«Dis moi tu es bien le petit protégé de Inuzaka-sama »

Je lui portais soudain une plus grande attention :

« Heu ….oui … »
« Il ne tari pas d’éloge sur toi tu sais, et comment se passent son voyage il ne devrait pas tarder à rentrer ?? »
« Hein…Quoi…son voyage, quel voyage »
« Comment ça il ne t’a pas mis au courant, il est partis pour affaire il y a trois jours de cela, enfin du moins cela fait trois jours que nous n’avons plus de nouvelles… »


Je me relevais d’un bon ce qui fit frémir la vielle dame, et cette désagréable sensation refis surface.

« Allons… mon garçon il ne faut pas te mettre dans des éta…. »


Je ne lui laissais pas le temps de finir sa phrase et me mis à courir en direction de la demeure de Mr Inuzaka, le souffle court avec cette désagréable impression qui me donnais la nausée.
avatar
Hakaima
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 566
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Kodomo no Asu...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Tetsuya Nomura le 1/7/2008, 15:26

Le lendemain du retour de la mission, je fis une grasse matinée... En effet, j'en avais marre de toute cette agitation et j'avais hâte de pouvoir me reposer un peu... J'avais totalement récupéré des combats contre Letz Shake, les Arasiens et Bearserk et me trouvais donc à nouveau en forme.

Je me levai donc et fis ma toilette matinale avant de récupérer le courrier glissé sous ma porte. Je me faisais à la sensation bizarre de voir mon propre corps de l'extérieur faire tous mes mouvements lors de la vie de tous les jours, même si cela m'arrivait des fois de mal jauger la distance et donc de passer à côté d'objets que je tentais d'attraper... cela n'avais pas grande incidence lorsque je voulais attraper une lettre ou une assiette... Mais un peu plus rageant lorsque je voulais me brosser les dents et me retrouvais à vider mon tube de dentifrice sur ma main...

Autre partie désagréable, les mouches n'avaient pas tendance à me regarder, même si elles acceptaient de me laisser voir à travers leurs yeux...

M'enfin, le courrier... Des publicités, encore des publicités, une lettre sans importance de Makaya avec une photo signée où il prenait une pause "bôgosse" comme il disait... Une lettre du Kage et une convocation du Kage... Je jette les pubs, hésite à jeter la lettre de Makaya mais finalement la met de côté puis j'ouvre le courrier du Kage.

Cette dernière était sans grande importance... Il me confirmait juste la nouvelle position de Letz Shake au sein du village en qualité de Jounin à la tête d'une équipe spéciale de Gensou, équipe composée de ses Boyz, tous Chuunins.

Je m'habillai donc et pris la route vers le bureau du Kage, laissant Urah dormir dans l'appartement. En chemin, je m'entrainai à passer d'un regard à un autre, tout en conservant une attitude habituelle, sans traits apparents de ma concentration extrême.
J'arrivais bien à me débrouiller dans cet exercice, avec l'habitude de voir le monde à travers les yeux d'Urah. En chemin, un écureuil vînt prêt de moi et me regarda tandis que je lui demandais si je pouvais lui emprunter ses yeux... Il accepta et vînt se jucher immédiatement sur mon épaule, me rappelant des souvenirs lointains, datant de l'époque où je résidais encore à Chikara.

J'arrivais alors devant le bureau du Kage, qui me fis entrer rapidement.


"Tetsuya, je vais être direct... Que fais cet écureuil sur votre épaule?" (Ryoshima Tremeres)

Sa question soudaine me pris totalement au dépourvu... c'était quoi cette question!!

"Pourquoi cette question?" (Tetsuya)

"Heu... oui... hem... Je ne vous ai pas fait venir pour ça mais j'ai plus l'habitude de votre loup..." (Ryoshima Tremeres)

"Urah..." (Tetsuya)

"Oui, Urah, plutôt qu'un écureuil!" (Ryoshima Tremeres)

"Navré mais Urah était fatigué! Dites... Des fois je me demande si il ne vous intéresse pas plus que moi..." (Tetsuya)

"Mais non! Hahahaha! Quelle idée!" (Ryoshima Tremeres)

Soudain il était devenu rouge, il se grattait la tête en se forçant à rire... Je le savais!

"Mais soyons sérieux Je vous ai fait venir ici pour vous donner votre nouvelle affectation!" (Ryoshima Tremeres)

"Nouvelle... affectation?" (Tetsuya)

"Oui! J'ai cru comprendre que vous vouliez rester au calme depuis la fin de Tsukiyo! Alors voici votre nouveau travail!" (Ryoshima Tremeres)

"Pourquoi je le sens mal..." (Tetsuya)


"Je vous nomme Sensei d'une équipe! Vous commanderez l'équipe Tooshi!" (Ryoshima Tremeres)

"Tooshi... comme dans 'investissement' ?" (Tetsuya)

"Non, bien sûr que non! Comme dans 'clairvoyance' bien sûr!" (Ryoshima Tremeres)

"... 'clairvoyance'... Vous vous foutez de moi..." (Tetsuya)

"Nonon, du tout!" (Ryoshima Tremeres)

"Vous nommez un aveugle à la tête d'une équipe se nommant 'clairvoyance'?" (Tetsuya)

"Mais... Vous m'aviez prouvé que vous voyiez bien! Je pensais que ce nom vous ferais plaisir!" (Ryoshima Tremeres)

"Je ne vois qu'à travers les yeux des animaux! Je ne vois pas vraiment de mes yeux!" (Tetsuya)

"Humm... Je vois..." (Ryoshima Tremeres)

"Bon, passons... Quand prends lieu cette nouvelle affectation?" (Tetsuya)

"Immédiatement! Les membres doivent s'être rejoins prêt du domaine Maboroshi!" (Ryoshima Tremeres)

"Maboroshi? Ne me dites pas que..." (Tetsuya)

"Vous vous occuperez de trois Genins et un Chuunin... Caladnei 'Sans nom', Kane Maboroshi et Siddharta Maboroshi sont les trois Genins. Le Chuunin se nomme Chiraku Mizu." (Ryoshima Tremeres)

"Maboroshi... proches de Shimaru?" (Tetsuya)

"Kane est un cousin de Shimaru... Quant à Siddharta... Elle n'est autre que sa petite sœur!" (Ryoshima Tremeres)

"LA PETITE SŒUR DE SHIM'? IL M'EN A JAMAIS PARLE!" (Tetsuya)

"Cela ne me regarde pas, ce sont des affaires de clan!" (Ryoshima Tremeres)

"Et ce Chiraku Mizu... Ce nom me dit quelque chose..." (Tetsuya)

"Oui! Il a passé l'examen Chuunin dont vous vous êtes occupés..." (Ryoshima Tremeres)

"Ouais... Je me souviens... Bon, le rendez-vous est à quelle heure?" (Tetsuya)

"Heu... Je ne sais pas... Chiraku était chef d'équipe provisoire en attendant qu'un Jounin soit disponible!" (Ryoshima Tremeres)

"Ok... Donc je vais là bas, je verrai bien si je les trouve! Merci Ryoshima-chaan!" (Tetsuya)

"... Je rêve ou Makaya commence à déteindre sur lui..." (Ryoshima Tremeres)

Je m'éloignais donc en sautillant de bonheur! Enfin une affectation simple, calme! Je récupérais au passage les dossiers sur les capacités de chacun et le feuilletais...

Siddharta Maboroshi était considéré au sein du clan comme la réincarnation de Buddha... Olala la galère! Elle avait dû être pourrie gâtée!

Kane Maboroshi a un bras capable de créer des explosifs et s'entraîne au Genjutsu... Je le sentais mal...

Caladnei avait 22 ans et était connue pour... son physique ravageur...

Enfin Chiraku Mizu... pas mauvais au maniement du Katana mais préfère les jutsus à moyenne et longue portée...

En bref, je n'avais aucunes capacités à transmettre, étant donné que mes futurs "élèves" n'utilisent que des techniques dans des domaines où je suis nul... Honnêtement, je le sentais mal!


"TU M’AS EU, RYOSHIMA-CHAAAAANNNNN!"
avatar
Tetsuya Nomura
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 483
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 29
Localisation : Breizh... Bientot...

Voir le profil de l'utilisateur http://www.rock-80s-90s.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Hakaima le 2/7/2008, 14:55

[HRP]Ce rp fait suite à celui-là [/HRP]

------------------------------------------------------------------------------------------

Je courais sans relâche, ignorant la fatigue, ignorant les pensées obscures qui se bousculaient dans ma tête. Je passais à toute allure devant la porte du village et gravissais le petit chemin qui menait à la demeure des Inuzaka, bientôt l’imposant portail se dessina en amont du sentier, arrivé a sa hauteur je sautais par-dessus.
L’allée de gravier blanc autrefois si accueillante avait soudain perdu de son charme, le jardin si verdoyant ne paraissait plus aussi paisible et aucun bruit ne se faisait entendre, je courus, faisant abstraction de cette effroyable décors, pour enfin arriver devant la porte d’entré de la demeure, j’eu un moment d’hésitation mais me décida enfin à l’ouvrir, la même sensation de lourdeur et d’anxiété vint me prendre à la gorge lorsque je m’engouffrais dans l’obscurité.

Le hall était toujours plongé dans la pénombre et je commençais à sentir monter en moi une terrible angoisse, je venais de me jeter les yeux fermés dans la gueule du loup, mais il était trop tard pour faire demi-tour, j’avançais à tâtons en attendant que mes yeux s’habitue à l’obscurité ce qui ne fut pas très long, l’épaisse obscurité laissa soudain apparaitre des formes et des contours me permettant de me mouvoir avec plus de facilité, parmi ces formes indistincte le grand escalier du hall se dessinais distinctement, ses dorure le faisant briller comme une bougie dans le noir.

Je le savais, il était juste en dessous, ce soit disant placard à balais, il fallait que j’en ais le cœur net, j’avançais avec prudence longeant le mur, tendant l’oreille pour déceler le moindre bruit suspect, un silence de mort régner dans la pièce, seul les tintements régulier de la pendule venaient s’ajouter à cette ambiance sordide, je continuais ainsi à longeais le mur en tâtonnant ce dernier lorsque, sous ma mains, je sentis la chaleur du bois, j’étais arrivé à sa hauteur, je me dressais devant la petite porte, sans bouger, plongé dans une intense réflexion, des frissons me parcourant l’échine.

Je déglutis puis tendit une main fébrile vers la poigner de porte, des images de ma dernières rencontre avec monsieur Inuzaka se bousculant dans ma tête, défilant à toutes allure comme ces flash back que l’on voit dans les films, je pris un grande inspiration et bascula la poigné.

La porte s’ouvris sans difficulté et un courant d’air frais vint secouer ma chevelure, je ne mettais pas trompé, ce placard n’était pas innocent, un escalier s’engouffrait dans les profondeurs de la bâtisse, je pris mon courage à deux mains et commença la descente, l’air était humide et plus d’une fois je faillis trébucher sur les marches de pierre, le colimaçon était plutôt étroit et je priais pour ne croiser personne au détour d’une courbe de ce dernier, je descendit ainsi cinq rampe avant de me retrouvé dans un couloir sombre, je n’y voyais plus rien désormais mis a part un petite lueur à une quinzaine de mètre de là, elle était mon seule point de repère alors j’entreprit de me dirigé en sa direction, j’avançais lentement tâtonnant les parois glacé, m’assurant qu’aucun trou sur le sol ne m’attendais, Ces quinze mètres furent les plus long à parcourir de toute ma vie, à raison d’un bon mètre par minute je parvint enfin à la petite lueur qui s’avérait être une serrure de porte, la lumière de la salle se trouvant derrière perçant au travers.

Je m’accroupis et collais mon œil sur cette dernière, la pièce se trouvant derrière semblait bien éclairer et des tapisseries pourpre recouvrait les murs, une salle circulaire, d’après ce que mon étroit chant de vision pouvait constater, elle semblait déserte aucun bruit, aucun chakra ne s’en dégageait.

Je restais là une minute ou deux vérifiant régulièrement que personne ne me prennent à revers avant de me décider enfin à entrer, je poussais avec précaution l’épaisse porte de bois, prenant garde à ne pas faire grincer les gons, j’entrouvris cette dernière et la lumière vive me fit froncé les paupières, en quelque seconde d’adaptation je m’aperçus que la pièce était effectivement circulaire et possédait une hauteur de plafond plutôt conséquente, les tapisseries pourpre arborés un symbole en leur centre , un symbole que je reconnus immédiatement n’étant autre que le symbole de mon clan, la salle était désespérément vide à l’exception d’un bureau et d’une chaise en son centre.

Mais pourquoi n’avais-je jamais eu connaissance de cette pièce, pourquoi Mr Inuzaka ne m’en avait-il jamais parlé :

« ARghhhh !!!! »

Ce bruit me fit sursauter, je fis volte face et empoigna la garde de mon katana, assis la derrière l’ouverture de la porte se trouvait Mr Inuzaka, prostré, je me pressais à ses coté sans réfléchir :

« Inuzaka-sama que faites vous ici… » Le questionnais-je dans la précipitation

Il posa sa main suer mon épaule et continua :

« Je……Arghh…..ne reste pas ici….aghhh »
« Mais que …. »


Je m’interrompis à la vision de la blessure qu’il avait au ventre, une épaisse entaille lui marqué le flanc et son sang coulait abondamment :

« Inuzaka-sama, que….qui vous à fait ça »
« Pas d’importance…..va t-en…vite »
« NON, je ne vous laisserez pas ici, pas dans votre état »


Je passais son bras autour de mes épaules et entrepris de le lever mais il se dégagea dans un grognement de douleur :

« Arghhh….idiot ….tu ne comprend dont rien….va t-en…ils sont encore ici…..fait vite… »
« Vous venez avec moi… »
« Arrête…ne t’inquiète pas du pauvre vieillard que je suis et sauve ta peau… »


De son bras qui ne faisait pas pression sur sa plaie il me repoussa en arrière :

« Allez…remue toi….Vat-en….Arghhh… »

Du sang irrupta de sa bouche, je ne pouvais me résigner à le laisser ici et je vis dans son regard qu’il déplorait mon entêtement, il sourit et une expression de bonheur se dessina sur son visage il me fixa imperturbable, je reconnu là le Mr Inuzaka que j’ais toujours connu et d’une voie calme, ataraxique il continua :

« Ecoute….Hakaima, tout ira bien pour moi…. je par l’esprit tranquille….je t’ai enseigné tout ce que je savais…je ne te suis plus d’aucune utilité….. Alors respecte ma dernière volonté et sauve toi….. »

J’étais perturbé par tant de quiétude dans sa voie, je le fixais une dernière fois, des larmes perlant sur mes paupières, je me relevais et essuyais mes yeux humides, il acquiesça de la tête.

Je pris un kunai dans ma sacoche et le déposa à ses coté, un sourire illumina son visage, et je lui tourné le dos sur cette dernière image avant de m’enfuir à toutes jambes sans prononcer la moindre parole, les mots parfois étant moins solennel que les actes.

Je parcouru le couloir à toutes vitesse avant de remonter quatre à quatre l’escalier, la porte se dessina et d’un coup d’épaule je la fis s’ouvrir à la volé, je me retrouvé dans le hall toujours obscur, n’arrêtant pas pour autant ma course effréné, je me dirigeais vers la porte d’entré, je n’étais plus qu’a quelque mètres lorsque une douleur vive au mollet me fit trébucher.

Je posais ma mains sur ce dernier et un liquide chaud m’interpella, un kunai m’avait frappé et le sang couler de la blessure, je regardais les alentour, effrayé tentant tant bien que mal de me relever lorsqu’un deuxième kunai sifflant dans l’air vint me toucher à la cuisse, ce qui m’extirpa un cri de douleur.

Mes yeux s’affolaient, cherchant l’auteur du lancé, j’étais pétrifié par la peur, mon rythme cardiaque en constante augmentation et des tremblements incontrôlés rendant hasardeux mes mouvement, lorsque j’entendis un nouveau sifflement j’eu à peine d’esquiver à l’aveuglette qu’un nouveau pic de douleur se fit sentir au niveau de mon omoplate. La douleur était très aigu et me contraint à stopper toute tentative de fuite, mon regard continuais de balayer les environs, la pénombre n’aidant pas à la tache.

Mais un rire s’éleva soudain, résonnant dans le hall, je tentais de localiser sa provenance, lorsque je les vis, en haut de l’escalier, tapis dans la pénombre deux silhouette, l’une était grande et rester debout immobile derrière la rambarde du premier étage tandis que l’autre qui semblait plus petite était agenouillé sur cette dernière, c’était de la seconde silhouette que provenait ce rire effroyable. Je les fixais, la distance nous séparant étant trop importante pour que je puisse les décrire précisément, j’usais de mes dernière force pour me relever tant bien que mal quittant une seconde du regard les deux assaillant. Lorsque mon regard se posa à nouveau sur le haut de l’escalier seul la plus grande des silhouette n’avait pas bougé et en une fraction de seconde je sentis une présence derrière moi, tout se passa en en rien de temps l’homme me saisit le un bras et je sentis la lame froide de son kunai sur ma gorge, a ce moment j’étais persuadé que s’en était finit pour moi, lorsque une voie rauque et puissante brisa le silence :

« Il suffit …. » Je sentis l’étreinte se relâcher et la plus petite des silhouettes vint se camper devant moi.

Bien qu’il soit le plus petit des deux il me dominé bien d’une tête et demie et son visage était recouvert d’un masque intégrale qui lui collait à la peau, il me scruta un instant puis le masque se mis à onduler, c’était très intriguant, je ne quittais pas des yeux ce spectacle à la fois fascinant et angoissant, les ondulations continuèrent et le masque pris peut à peut les trait de….mon propre visage. Les ondulations stoppèrent et je me retrouvais en face d’une copie conforme de mon visage :

« Cesse dont de t’amuser avec ce gamin… »Reprit la voix rauque
« HAhahahaha mais qu’allooooooooooons nous faire de luiiiiiiiiiiiii »

Je ne bougeai pas d’un pouce impuissant attendant mon courroux.

La silhouette la plus imposante bougea enfin, il descendit les escaliers lentement, et au fur et à mesure qu’il s’approchait je sentais ma fin arriver, il ne se trouvait qu’à une dizaine de mètre à peine, prenant soin de rester dans l’ombre, et soudain avant même que je n’ai pu m’en rendre compte un poing puissant vint s’écraser sur mon diaphragme, je m’écroulais les décors tourbillonnant autour de moi, je vis le visage flou de l’homme portant un bandeau sur le front, arborant un symbole que je ne connaissait pas, et ses dernière parole :

« Katon : Iki Senotakai Tatsu »

Des flammes rouge jaillirent et une chaleur insupportable emplis la pièce que les deux hommes quittèrent calmement.

J’allais donc finir ainsi, rôti dans la maison de mon mentor, il n’en était pas question, malgré la douleur et la fatigue je me trainais vers la porte d’entré, le brasier s’intensifiait et lorsque j’arrivais enfin à la hauteur de la porte je réunis les force qu’il me restait pour l’ouvrir avant de me laissais rouler à dehors à quelques mètre de là.

Le décor continua de tourner, je voyais par intermittence la maison en proie aux flammes, puis ne pouvant résister plus longtemps, je perdis connaissance.
avatar
Hakaima
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 566
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Kodomo no Asu...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Kezashi le 3/7/2008, 22:17

« Kowashi c’est bien ça ? L’esprit de mon frère jumeau est enfermé en moi et ce Gatonoa en est le responsable. Au moins mon frère peut continuer à vivre en moi.

Pourquoi est ce que je dis ça ? Ca ne me ressemble pas.

Voila maintenant que je me mets à ressentir de la compassion. Kowashi va finir par me changer du tout au tout. Si seulement je pouvais lui dire d’arrêter. Mais je ne peux même pas communiquer avec lui, sauf dans mes rêves. »


Kezashi arriva devant la façade du « No-Suiton Bar » d’apparence plutôt en bon état, il savait pourtant très bien ce qu’il l’attendait à l’intérieur. Le quartier pauvre de Gensou pourrissait de vieillard alcoolique.

Notre si belle ville de Gensou est tout comme cette façade, en surface de grande et jolie maison, une population heureuse et sereine. Seulement derrière tout ceci, un tiers des habitants volent pour manger et ne pourront jamais espérer posséder une maison sans le moindre trou où s’écoule des litres d’eau par temps de pluie.

Kezashi retira le bandeau de Gensou qu’il portait autour du cou. Il ne voulait pas attirer l’attention sur lui.


« Comment fait-elle pour travailler dans un endroit pareil ? »

Le Chuunin entra. Le bar était presque vide, à l’exception de deux hommes d’une trentaine d’année assis à une table au fond de la salle et deux vieillards accoudés au comptoir. Le patron dévisagea l’aveugle puis se remit à essuyer son verre. Kezashi avança lentement jusqu’au barman.

Patron : Je peux vous aider ?
Kezashi : Je cherche une certaine Evaline. Est-ce que vous savez où elle peut se cacher ? »
Patron : Connais pas.
Kezashi : Vous êtes sur ?
Patron : Certain.
Kezashi : Pourtant elle ne passe pas inaperçue. Des formes généreuses, une silhouette élégante, toujours bien coiffée.
Vieil homme : T’es sur patron ? Moi ça me dit quelque chose. Elle n’est pas serveuse d’habitude. Je me souviens pourtant avoir reluquer plus d’une fois son jolie popotin ou alors j’ai encore trop bu.
Patron : Ca doit être ça.

« Je ne vais tout de même pas employer la manière forte pour réussir à avoir des informations tout de même. »

Patron : Qu’est ce qu’un ninja de Gensou peut bien vouloir à une jeune fille comme elle ?
Vieil homme : Un ninja ? Ouahhhhh !! Tu nous payes une tournée ?
Kezashi : Evaline n’est pas une jeune fille comme les autres. Mais de toute façon vous ne la connaissez pas.
Vieil homme : Hey je t’ai demandé si tu nous payais un verre. Tu es sourd en plus d’être aveugle. Tiens un ninja aveugle. C’est pas trop dur pour le boulot ?
Patron : Tu vas arrêter s’il te plait.
Kezashi : Ce n’est rien. Laissez.
Vieil homme : Laisser ? Comment ça laisser ? Je ne vais me LAISSER insulter. Ninja ou pas ninja. Avec tout le pognon que tu gagnes tu peux au moins en faire profiter les autres et me payer un coup. Vous êtes tous les mêmes vous, l’ÉLITE de Gensou.

« Hum je crois savoir d’où Evaline tient son animosité pour les Ninjas. »

Le vieil homme attrapa le bras de Kezashi et le tira vers lui. Les deux hommes se retrouvèrent face à face.

Vieil homme : Oh ninja je te parle. Tu te crois supérieur parce que tu prétends défendre ce village ?

*Tremblement*

« Qu’est ce qu’il m’arrive ? Je ressens de la haine envers cet homme. J’ai envi de le tuer. »

*Tremblement*

Kezashi : Tu veux que je te tue vieillard ?

« Ce n’est pas moi qui ai dit ça ? Je perds le contrôle de mon corps, mes bras bougent tout seul. J’ai l’impression que je vais perdre connaissance. »

Et pourtant Kezashi semblait toujours comme animer. Il attrapa de son autre main le bras du vieillard et d’un rapide mouvement, il se retrouva derrière l’alcoolique, le bras dans le dos. Il saisit un kunaï et le glissa lentement sous le cou du vieil homme.

Kezashi : Le choix est simple vieillard. Soit tu présentes tes excuses, soit je te tue. Même si je n’ai qu’une seule envi. C’est de te tuer.

Le patron était habitué aux bastons dans son bar, mais pas à ce genre de situation. L’aveugle avait l’air déterminé et le vieillard complètement ivre pouvait très bien ne pas présenter ses excuses au risque de se faire tuer.

La porte du bar s’ouvrit. Evaline apparut. Le patron gueula à son attention.


Patron : EVALINE. Si tu connais ce ninja fait quelque chose, il va tuer ce vieil homme si ça continue.

Evaline : Kezashi ?

Le Chuunin lâcha son kunaï et recula. Il fut comme surpris par la scène.

Evaline : Sensei ? Que faites vous ?
Evaline (pensée) : La tension est énorme dans la pièce. J'ai déjà ressenti cette atmosphère tendu à Chikara.

Kezashi se dirigea vers Evaline. Il l’attrapa par le poignet et la fit sortir du bar sans dire un mot. Il tourna au bout de la ruelle. Ils étaient à présent seuls.

Evaline : Vous allez me dire ce qu’il se passe à la fin ? Et puis lâchez moi vous me faites mal Sensei.

Kezashi lâcha le poignet de la jeune femme et se laissa tomber au sol.

« Que m’arrive-t-il ? Le vieillard me faisait face et la seconde d’après j’étais dans son dos, le menaçant avec mon kunaï. Entre les deux : Rien. »

Evaline : A quoi pensez vous Kezashi-Sensei ?
Kezashi : A ce qu’il vient de se passer.
Evaline : Pourquoi vouliez vous tuer cet homme ?
Kezashi : Je n’en sais rien. Je ne le voulais pas et pourtant j’étais sur le point de le faire.
Evaline : Heureusement que je suis arrivé, vous êtes revenu à la raison.
Kezashi : C’est bien ça qui m’inquiète.
Evaline : Vous étiez comme…
Kezashi : Oui ?
Evaline : Pendant la finale du tournoi à Chikara.

« Impossible. J’ai eu une nouvelle crise ? Je pensais que ce n’était qu’un accident durant le tournoi. »

Kezashi : Je ne me souviens pas de la finale. C’est Izyroth qui m’a raconté cet épisode. Quand je me suis réveillé, j’étais à l’hôpital de Chikara. Le dernier souvenir que j’ai, c’est mon entrée dans l’arène pour le combat. Entre les deux c’est le trou noir.

Evaline : Durant votre crise vous n’avez pas la moindre conscience.
Kezashi : Tu peux dire « vos » crises maintenant.
Evaline : Vous savez d’où ça peut provenir ?
Kezashi : Hélas je pense que oui. C’est mon frère jumeau qui prend le contrôle de mon corps. Tu étais au courant de l’histoire ?
Evaline : Vaguement.

Kezashi raconta en détail ce qu’il savait. Il lui expliqua l’importance de ce qu’Evaline avait vu durant le combat contre Gatonoa. Ils leur fallaient à présent se rendre au QG pour en apprendre plus sur cette technique.
Cependant, une chose était certaine, il fallait vite trouver une solution pour résoudre ce problème de crise.

Kezashi et Evaline se dirigèrent vers leur destination. Durant le chemin, Evaline essaya de détendre l’atmosphère en parlant des progrès qu’elle faisait grâce à l’entraînement. Ils furent interrompus par la venue d’un corbeau de Kezashi. Celui-ci portait un message de son père.


Comme promis, tu peux dès maintenant accéder à bibliothèque du QG. J’ai cependant une mauvaise nouvelle. Quand j’ai informé le Kage que Gatonoa avait attenté à ta vie. Il était déjà au courant. Les hommes de Gatonoa que vous avez vaincu aux portes de Chikara ont été arrêté par la milice et interrogé. Ils ont finalement avoué travaillés pour Gatonoa. Leur mission était de t’exterminer ainsi qu’Evaline. Sous les ordres du Kage de Chikara, l’ANBU a tenté d’arrêter Gatonoa. Malheureusement il avait déjà quitté le village.

Kaiju’

Kezashi déchira le message. L’émotion montait en lui. Il semblait comme submergé par la nouvelle. Ses mains commençaient à trembler. Il serra ses poings.

Evaline : Sensei ? Ca va aller ?
Kezashi : Je vais le tuer. Peu importe quand je le ferais mais ce sera de mes propres mains qu’il mourra.

*Tremblement*

« Non ça recommence. Quelque chose m’envahit et grandit en moi. KOWASHI NON !! Mais pourquoi maintenant ? »

Evaline devenait de plus en plus inquiète. Le corbeau récemment arrivé semblait lui aussi troublé. Kezashi ne bougeait plus. Ses bras et sa tête semblaient sans vie.

« C’est quand j’ai appris la nouvelle pour Gatonoa que ça a commencé. Dès qu’une grande émotion m’envahit je perds le contrôle. Je dois garder mon calme. »

Trop tard. L’esprit de Kezashi laissa place à celui de son frère Kowashi. Le nouveau propriétaire du corps de Kezashi leva son bras et lança son poing vers Evaline. Surprise, elle le put éviter le coup et se le prit en plein visage.

Evaline : SENSEI ???
avatar
Kezashi
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1017
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur http://jdr-leval.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 14 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 10 ... 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum