Gensou, village caché de la cascade [RP]

Page 2 sur 14 Précédent  1, 2, 3 ... 8 ... 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Simbule le 7/4/2008, 01:28

. . . Je me trouvais à présent chez le riche marchand en compagnie du chuunin qui me demandait ce que j'avais fait entre hier soir et le moment ou il est venu me chercher. Je lui expliquais ce que j'avais déjà dit au marchand, c'est à dire que je ne m'en souvenais pas, je devais avoir bu beaucoup... Il m'avais fallu une heure pour lui faire comprendre que ce que je disais était la stricte vérité que le marchand avait acquiescé... Le chuunin repartait en promettant de trouver les voleurs et le marchand m'expliquait le problème, son fameux coffre avait été entièrement vidé durant la nuit. Le plus dur dans cette histoire avait été de mimer la surprise et de ne pas rire quand il m'avait dit qu'il trouvait cela hallucinant...

. . . Ce problème régler, il s'est levé et a servi deux verres de vin et m'en a tendu un que je ne pouvais qu'accepter... Nous avons donc passé la journée et la soirée à boire. Lui buvant normalement, moi faisant durer mes verres. Au final, il espérait que je reste passer la nuit avec lui mais, prétextant ne pas me sentir bien, je suis repartie et me suis rendue dans les égouts, pour voir mon parrain. En arrivant dans les égouts, je pouvais voir un nombre ahurissant d'enfants, réunis en une sorte de tas, qui attendaient quelque chose. Je m'y frayais un chemin lorsque j'ai entendu la voix de mon parrain s'élever et réclamer le silence. Avançant encore à travers la foule, je pouvait l'entendre parler de reconquête, de reconquête des cœurs des adultes pour être exacts.


. . . - Chers élèves, enfants, neveux et nièces, nous sommes à présents assez nombreux et riches pour remonter à la surface et tenter de nous faire adopter par les personnes qui ont déjà ou qui n'ont pas d'enfant. Nous allons jouer une carte à laquelle peut de personne sauront rester indifférents: la pitié. Remontons et restons dans la rue jusqu'à ce que nous soyons accueillis par des adultes.

. . . Un fracas d'applaudissement eut lieu et les enfants se mirent à courir dans tous les sens. Comprenant que mon parrain était occupé, je décidais de remettre cette visite de courtoisie à plus tard et je remontais à la surface et partit m'entrainer dans un coin tranquille. J'avais entendu parler d'un genjutsu qui ôtait toute douleur à son utilisateur pour une durée indéterminée, ou plus précisément, déterminée par l'utilisateur en personne. Je devais donc pour arriver à le maitriser apprendre à me servir de genjutsu sur moi même et pour couronner le tout, je ne savais faire que le genjutsu de sommeil. Je tentais donc de me servir de ce genjutsu sur moi même sans autre résultat qu'une profonde déception et, au bout d'une demi-journée d'essai, j'abandonnais l'idée de m'endormir toute seule et me rendis à la bibliothèque afin de trouver un jutsu qui pourrais me servir d'entrainement pour pratiquer les jutsus sur soi même.

. . . Je fouillais dans les différents livres les passages qui m'intéressaient... comment tuer par la pensée? ... pas pour moi... comment modifier les souvenirs d'une cible? ... intéressant mais pas pour ce que je veux faire... ah voila, après une heure de recherche un passage sur comment faire un genjutsu sur soi même. J'étudiais ce passage tout le restant de la journée et je suis ensuite allée dormir chez mon cher ami riche que j'allais bientôt devoir faire disparaitre, il commençait à se montrer bien trop entreprenant, bien que modifier ses souvenirs serait une solution des plus appréciable, il me faudra donc revenir dans la bibliothèque incessamment sous peu. En dormant je me ressassait les phrases que j'avais étudiées...

. . . Ma nuit s'était bien passée et je m'entrainais à présent sur ce nouveau genjutsu: altérer la vision de la cible, entrainement que je pouvais faire sur moi même, ayant bien compris la maitrise du chakra que je devais avoir. La journée passa et le résultat final ne fut que peu concluant: ma vue n'était altérée que sur les extrémité, rien de bien embêtant en cas de conflit donc..
avatar
Simbule
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 63
Date d'inscription : 14/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Han-Ryu le 9/4/2008, 15:01

….
Vieil homme : (Vanda ?) D’accord….

Han : C’est quoi se « D’accord ? » Il y a plus pourri comme nom il me semble non ?

Vieil homme : (le fils de Ryoichi ?...) Oui certes ! (En essayant de rattraper le coup sur ses pensées)Mais ce n’est pas la question ! Est tu près à avoir mon entraînement ?

Han : Oui je n’y vois aucun problème mais ils faut que ‘là haut’ ils soient d’accord pour que se soit vous qui m’entrainé. Et j’ai la flemme d’aller voir le Kage pour lui expliquer que vous m’avez accostez aux bain ! De plus je ne vous connais ni en noir ni en blanc… même pas votre nom.

Vieil homme : Ne t’inquiète pas pour ses choses superficiels j’irais moi-même expliquer le topo.

Han : Ha !!! Attendez vous vous appelez comment au passage ?

Vieil homme : Appelle moi sensei sa ira pour le moment.

Han : Sensei d’accord mais votre vrais nom ?

Vieil homme : TAIS TOI ! Et choisi se que tu veut manger !

Apres s’être rassasiés, Han et son nouveau sensei finir le repas par une courte et brève discussion.

Vieil homme : Bon nous sommes en retard pour notre entraînement ! Sa commence mal ! Très mal même ! Retrouve moi au pied de la cascade dans dix minutes !

Han : Dix… dix minutes mais c’est à l’autres bout de Gensou !

Han voulu lancer un regard à son maître mais il avait disparu subitement.

Han : QUOI !!!!(Il ma lâcher pour que je paie l’addition….)

Serveuse : Voici l’addition monsieur, passer payez au comptoir….

Han : Hein !!! 150 Ryo !!!! Je vais l’anéantir !!!!!!!!!

30 minutes plus tard, .près de la cascade……

Sensei : tu est en retard…..de25 minutes. Une performance pittoresque ! J’ai même eu le temps d’en parler au Kage de notre contrat !

Han : Taisez vous vieil avar ! J’ai bousiller toutes mes économies dans se repas ! Je voulais m’acheter de nouveaux kunai avec !

Seinsei : TAIS TOI !!!!! Je ne suis pas vieux je n’ais que 74 ans ! Et une petite contribution pour ton entraînement ne te fera pas de mal !

Han :…………………et l’entraînement au milieu de vos conneries sa donne quoi ? J’attends !

Sensei : Fort bien nous allons commencer .Mais je te préviens…..tu vas en chialer hmmm hmmm hmmm !

Han : On verra bien…..

BAFFFFF !!!!!!!! Une vague d’eau fut projeter sur la figure de Han à une vitesse incroyable.

Han : Aïe !!!!!! Sa fait mal….(avec les larmes aux yeux)

Sensei : Qu’est ce que je disais. Tu chiale !

Han : Sa va pas non !

Sensei : Bon le kage m’a accordé une année entière avec toi se qui ne fait pas très longtemps…..donc je vais t’apprendre la technique de matérialisation aqueuse…..bon c’est sur qu’à ton niveau tu ne pourra pas faire grand-chose mais se sera toujours sa de gagner pour plus tard .En fait les bases de cette technique sont les bases de la plupart des techniques que je vais t’apprendre et….

Han : On commence oui ou non ?!

Apres cette discussion le sensei discuta des types de techniques qu’il apprendra à Han mais aussi le type d’entraînement qu’il poursuivra pendent « cette année ». Han surpris, se demanda comment quelqu’un d’humain pouvais apprendre comme sa mais par son habitude
, son Sensei lui dit de se taire et d’écouter se qu’il avait à lui dire

Sensei : Si tu t’engages dans cette voie, tu ne pourras pas faire marche arrière. Je te donne une seule règle que tu dois suivre à la lettre. Durand certains entraînements, je t’ordonne de survivre et aussi d’apprendre en observant. Tout se que tu apprendra tu le saura toute ta vie et tu l’améliorera ; tu n’oubliera rien, tu perfectionnera. Voila la seule chose que tu devras respecter.

Han : Sa fait plus d’une chose sa….

Sensei : TAIS TOI !!!!ET ARRETE !!!!PREND UN PEU AU SERIEU SE QUE JE TE DIS !!!!

Han : Oui sensei !

Sensei :commençons l’entraînement…
avatar
Han-Ryu
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 19
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Sans aucun doute devant un ordinateur ou en train de dormir^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Mei-Lynn Sabishii le 13/4/2008, 23:42

Mei-Lynn: Tu m'auras pas heu! Je suis la femme ninja la plus rapide de tout le village! Même toi tu pourras pas me rattraper!
Eiyo: Et moi je suis celle qui est la plus féroce du Yuukan! Après t'avoir capturé, je te pendrai par les pieds!
Mei-Lynn *tirant la langue*:: Nananèreuu!!

On courait dans toute la maison, une vraie course poursuite entre moi et maman, bien décidée à me faire manger le déjeuner. C'était comme ça tous les jours! Et bien sûr, c'était toujours maman qui gagnait... Elle avait sûrement un secret. Après une dure bataille, remportée par Super-Eiyo, nous magions toutes deux un bon bol de ramen fait maison. Toutes deux? Bizarre...

Mei-Lynn: Maman?
Eiyo: Oui ma chérie?
Mei-Lynn: Il est où papa? Pourquoi il est pas là?
Eiyo: Il.. il est parti en mission... Ne t'en fais pas, il reviendra bientôt...

[i]Pourquoi elle étais inquiète alors? C'est vrai ça... D'habitude, elle pas comme ça, elle est plus joyeuse... Je savais que c'était porte malheur de se lever du pied gauche le matin. Finalement, le repas s'est fini dans un calme pas habituel... Je voyais bien que maman était inquiète, mais elle, elle le savait pas que je le savais. Enfin, c'est ce que je pensais, peut être qu'elle étais au courant...

Eiyo: Mei? Tu penses à quelque chose?
Mei-Lynn *songeuse*: Heu... Bah je sais pas en fait...

Elle se força à sourire. Décidément, je commençais à me sentir mal... C'était vraiment pas une journée comme les autres...
Après manger, ce fut une nouvelle course poursuite: maman voulait à tout prix me faire faire une sieste.

Eiyo *riant*: Ouh si tu vas y aller!
Mei-Lynn: Tu m'auras pas vivante! Nananère!

Mais cette fois, la victoire étais pour moi. C'est sous les rires et les cris qu'une personne frappa à la porte. On se dirigea vers l'entrée, et on tomba sur un jounin du village, l'air super inquiet. Voire même alarmé.

Jounin: Eiyo-san... Vous devez venir au Quartier Général de toute urgence... Il s'est passé quelque chose de grave...
Eiyo: Quoi donc? Ca concerne... Arai? Ne me dis pas que...
Jounin: Si. Il a quitté le village... Si vous voyez où je veux en venir. Il faut que vous veniez en parler avec maître Gensoukage, il voux expliquera tout.
Eiyo *prenant les mains de Mei*: Je dois partir, mais je reviendrai très vite, d'accord? Soit très sage.

Elle me serra vraiment très fort et m'embrassa de la même façon. Lorsque la porte se fut refermée, je me mis à courir dans ma chambre et me cachai sous les draps de mon lit, serrant Ashika, ma peluche-otarie, contre moi. J'avais vraiment très mal au ventre, et en plus je pleurais... Qu'est-ce qui s'était passé?


Je me trouvais dans une impasse du village, la nuit. J'étais poursuivie, poursuivie par une voix inconnue... Soudain, je ressentis une présence, venant du plus profond de moi-même, mais aussi de derrière moi...

Voix: Je te tiens...

Un éclair éclair d'argent siffla l'air...


Mei-Lynn: NON!

Je me relevai de mon lit, en sueur, la respiration encore saccadée. Un simple rêve... Mais il était si... réel...
Le jour de la trahison d'Arai... Même après toutes ces années, je m'en souvenais encore...
Le matin... Le soleil perçait à travers mes rideaux fermés, et ma chambre ne demandait sûrement qu'à recevoir la lumière matinale. En y resongeant, Eiyo était encore en mission... Quand à Izyroth, bien que nous faisions partie d'une équipe, avait sûrement ses propres obligations... Après m'être avalé un petit déjeuner quelque peu maigre- un simple bol de riz bouillis- je m'emparais de tout mon matériel de peinture, afin de m'entrainer, et devenir beaucoup plus forte. En plus, j'avais eu de rumeurs sur l'examen Chunin...
Ah le bruit de la cascade de Gensou... Cette chère mélodie m'avait manqué mine de rien... Tout le village m'avais manqué en fait... Arrivée à l'académie, je pris mon livre et consultai un nouveau chapitre.


Chapitre X: Les clones d'encre

Les clones d'encre son similaires aux clones aqueux, cela dit, ils sont plus difficiles à créer, notamment à cause de la quantité d'encre et de chakra nécessaires. Le chakra se mêlant à l'encre permet d'en multiplier la quantité. Mais plus la technique nécessitera d'encre, plus il faudra y mettre du chakra. Il en de même pour ces clones d'encre.
Pour commencer, faire une flaque d'encre circulaire, d'une envergure moyenne, et y concentrer le maximum de chakra. L'exercice n'est pas imple, car il requiert une quantité assez importante de chakra.


*Pensée*: Ok, c'est parti...
avatar
Mei-Lynn Sabishii
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 1039
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 25
Localisation : Nobeoka, en train de ramper dans mon propos sang...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Chihousou le 14/4/2008, 23:14

(____)« Je sens le froid qui m’entoure, je sens l’eau aussi, elle est tout autour de moi. Je n’ai plus d’air dans mes poumons, de l’air, vite, je me noie ! »

(Ariora) : Putain, j’y crois pas, obligé de te couler pour te réveiller.
(Chihousou) : Mais vous êtes cinglé ! *Se lève* J’ai bien failli me noyer !!!
(Ariora) : Tu est dans le bassin à l’arrière de ta maison, tes vêtements sont sur le bord. Tu crois que c’est une bonne idée de te lever ainsi ? *Souris*
(Chihousou) : *Deviens tout rouge et se remet dans l’eau* Et à part me foutre à poil dans une eau aussi froide que la glace qui vous sert de coeur, vous êtes là pourquoi ? Vous devriez pas être en mission ?
(Ariora) : Je suis rentré dans la nuit et je suis ici pour voir si t’avais bossé ou bien glandouiller pendant que j’étais pas là.
(Chihousou) : Mes sens marchent de nouveau comme avant si c’est ce que vous voulez savoir. J’ai pus atteindre de nouveau l’exaltation des sens, cependant j’ai pas retenté le coup pour le toucher parfait.
(Ariora) : C’est une bonne chose, le second niveau de perception doit se faire exclusivement quand des personnes de confiance sont à tes côtés. Sinon laisser son corps sans protection pendant plusieurs minutes serait bien trop dangereux. Mais maintenant que je suis ici, je vais t’entraîner à atteindre ce niveau plus facilement et puis si tu le contrôles mieux tu seras privé de ton corps moins longtemps.
(Chihousou) : Et on commence tout de suite ?
(Ariora) : Dès que tu te seras rhabillé, espèce d’exhibitionniste. C’est fou ces jeunes qui ne peuvent pas s’empêcher de se foutre à poil à la moindre occasion.
(Chihousou) : …
(Ariora) : Quoi ?
(Chihousou) : Sans commentaires.


(____)Après qu’il se soit séché et habillé, Ariora fit commencer à Chihousou une longue séance de méditation au cours de laquelle il devait essayer à bloquer ses sens un à un. Et elle ne lui mentit pas, ce n’était pas franchement une réussite.

(Ariora) : Vide ton esprit, essaie de visualiser ce que tu dois faire.
(Chihousou) : Et je fais ça comment ?
(Ariora) : Eh bien…d’abord assis-toi sur l’eau. L’esprit est plus facilement malléable quand il est fatigué et puis tu vas inconsciemment te concentrer sur ton flux de chakra, ça facilitera l’apaisement de ton cerveau et puis c’est connu l’eau ça calme.


(____)Et c’était vrai, l’eau le calmait légèrement mais pas suffisamment pour l’empêcher de penser aux derniers évènements, au carnet de Shigeru, à cette maison, à ses doutes sur sa propre vie…Mais, il tenta tout de même de bloquer certains de ses sens et c’est à sa plus grande joie qu’il réussit à empêcher son odorat de fonctionnait quelques secondes. Puis dans la lancée de cette réussite il réussit aussi à se défaire de sa vue sans fermer les yeux mais pas plus de quelques instants. Cependant, il n’arrivait toujours pas à bloquer son ouie, tout juste à la diminuer et le temps de blocage des sens ne dépassait pas la dizaine de secondes.

(Ariora) : Bon, je crois que ça suffira pour aujourd’hui. T’as fait pas mal de progrès mais ça risque d’être long avant que tu ne parviennes à maîtriser totalement le toucher parfait. Mais je suis confiante, d’ici quelques semaines tu devrais être capable de bloquer tes sens sans trop de problèmes et atteindre le second niveau de perception de temps en temps.
(Chihousou) : Et maintenant, qu’est ce qu’on fait ?
(Ariora) : Toi, je sais pas mais moi je dois aller faire mon rapport au Kage.


(____)Au moment où elle prononça cette phrase, un nuage de fumée éclata et elle disparut, laissant Chihousou en plan sur son eau. Et au lieu de partir pour faire quelque chose d’autre, il resta sur l’eau à réfléchir et à écouter les sons qui l’entouraient, ce qu’il n’avait plus fait depuis qu’il possédait cette maison. Durant plusieurs minutes donc, il écouta longuement sans réfléchir à quoi que soit, juste à s’émerveiller de la musique que produisait la nature : l’écoulement de l’eau dans son lit, le bruit du vent effleurant les feuilles, courant sur l’herbe, le chant des oiseaux…
Puis quelque chose brisa cette harmonie. La lointaine rumeur d’un bruit de pas parvint aux oreilles du jeune homme. Quelques minutes plus tard, un homme apparut devant lui. De taille et de corpulence moyenne mais avec des cheveux rouges coiffés façon ananas, Chihousou reconnut vite Kaze, le sensei de son meilleur ami et l’ami de son frère.


(Chihousou) : Que faites-vous ici ?
(Kaze) : Salut, sa va ? Bien et toi ? Toi aussi, tant mieux…Sérieux tu pourrais pas dire bonjour avant de poser ce genre de questions ?
(Chihousou) : …désolé.
(Kaze) : Bah, laisse tomber. De toute façon, je devrais savoir depuis le temps qu’on se connaît que la discussion c’est pas ton truc. Et puis de toute façon je suis pas là pour ça.
(Chihousou) : Et donc, je réitère ma question : Que faites-vous ici ?
(Kaze) : Ben, en fait…j’ai appris que t’avais « hérité » de la baraque de Shigeru alors je me suis dit que j’allais venir faire un tour pour retrouver ce bon vieux terrain d’entraînement.
(Chihousou) : Tu parles de la cave ?
(Kaze) : Exact, c’est grâce aux entraînements que j’ai suivi aux côtés de ton frère dans cette cave que je suis devenu chuunin puis jounin. Alors, on y va ?
(Chihousou) : Ouais…


(____)Ils allèrent donc ensemble vers la salle d’entraînement de la maison. Durant le court trajet, entre le jardin et la cave, Chihousou parla à Kaze de ce qu’il avait découvert dans cette maison : le carnet de Shigeru.
Et de fils en aiguilles, quand ils entrèrent là où ils souhaitaient aller, Chi’ arriva au moment où il lui demanda s’il avait une idée pour défaire le sceau présent sur le livre.

(Chihousou) : Qu’est-ce que vous en penser ?
(Kaze) : Cette salle est vraiment géniale. Et puis au moins on est sur que ton frère est parti de son plein gré. Regarde, là où il devrait y’avoir une faux et un arc, il y’a plus rien. Or, ces deux armes étaient les préférées de Shigeru. Même si je comprend pas pourquoi il manque aussi une lance.
(Chihousou) : Ah oui, j’avais pas remarqué…mais c’est pas ce que je vous ais demandé. Je voulais parler du carnet.
(Kaze) : …
(Chihousou) : Vous en avez pas la moindre idée ?
(Kaze) : Ouais, c’est ça. Tu sais Shigeru était un génie, ça m’étonnerais qu’il est protéger ses secrets assez simplement pour que je puisses les découvrir. Je pense que ces secrets sont gardés de manière que seul toi puisses es découvrir. Je crois que je ne te serais d’aucune utilité pour découvrir ce que renferme ce carnet. Cependant…
(Chihousou) : Cenpendant, quoi?
(Kaze) : Je crois, que je pourrais t’aider à te servir des techniques de ce livre.
(Chihousou) : Et comment ? Vous ne savez même pas ce qu’il y a dedans.
(Kaze) : T’as raison. Mais tu oublis que j’ai été l’équipier de ton frère. Et même s’il était doué pour tout ce qu’un ninja doit savoir faire, il y’a une chose qui le fascinait, l’art ultime du shinobi. C’est comme ça qu’il l’appelait…
(Chihousou) : Qu’il appelait quoi ?
(Kaze) : *Sourire* Le genjutsu bien sur, même si personnellement je préfère le nin. Il voyait réellement cela comme un art et je pense que la plupart des techniques que tu trouveras dans ce carnet seront du gen. Et donc, même si je ne suis un expert, je pourrais t’entraîner à l’art de l’illusion et autres envoie de chakra direct dans le cerveau. Alors, t’es ok ?


(____)Evidemment qu’il était d’accord. L’examen chuunin avançait à grand pas et il était loin de se sentir prêt à affronter toutes les épreuves que pourraient inventer les examinateurs. Cependant l’entraînement le rendit perplexe. Kaze se contentant de lui faire utiliser uniquement des illusions non mentales, sur des objets, sur lui-même, sur Kaze ou encore sur ce qui l’entourait. Il pensait maîtriser quasi-parfaitement ce style de genjutsu mais le résultat, bien qu’honorable ne le satisfit pas. Chihousou réussissait à se rendre invisible mais pour une durée très courte étant donné qu’il avait beaucoup de mal à renouveler la couche de chakra sur son corps, de plus il était incapable de cacher son odeur ou les sons émanant de ses gestes.
Ensuite, pour le nanika, les résultats furent beaucoup plus satisfaisant n’ayant aucun problèmes à faire disparaître un objet où l’une de ses armes et sur un périmètre plutôt étendu. Dans le domaine de l’illusion sur un autre individu le résultat bien que plutôt bon se révélât problématique car le jeune genin se devait de toucher Kaze pour pouvoir le faire disparaître car il avait énormément de problème à apposer une couche de chakra sur son sensei.
L’illusion environnementale fut, elle, un vrai fiasco, le jeune homme étant totalement incapable de changer les lieux qui l’entouraient, c’est pourquoi les résultats plus que probant du Mukei le surprirent lui comme le juunin car Chihousou réussit sans problème majeur à créer l’illusion, tour à tour, d’une bulle d’eau, d’une boule de feu tenant dans sa mains ainsi que des insectes grouillant sur le sol en nombre important.
Malgré cela, le genin se demandait pourquoi son sensei ne lui apprenait pas de genjutsu mentaux plutôt que ces tours de passe-passe et il ne se gêna pas de lui demander se qui mit Kaze dans un état de colère montante.


(Kaze) : Ces « tours de passe-passe » comme tu dis sont beaucoup plus utiles que tu ne le pense ! Ces « tours de passe-passe » offrent un avantage stratégique certain sur son adversaire. Imagine tu tombe sur un adversaire bien plus doué que toi en taijutsu ou en ninjutsu, ce qui t’arriveras tu peux me croire, et bien ces différentes catégories d’illusions pourront te permettre de prendre un avantage sur ton adversaire tout en économisant un quantité non négligeable de chakra.
(Chihousou) : Autant balancer un genjutsu mental très puissant et basta.
(Kaze) : Sauf qu’il faut du temps pour faire un genjutsu mental suffisamment puissant et que pendant ce temps ton adversaire t’auras découper trentre-six fois en morceau.
(Chihousou) : …
(Kaze) : T’as pas l’air convaincu.
(Chihousou) : Pas des masses, non.
(Kaze) : Bon, ok. Alors voila le topo, tu te bats contre un adversaire qui te domine au corps à corps, alors tu t’éloigne, tu lui balance des shurikens pour la forme, il les esquive. Ensuite t’envois une deuxième salve, sauf que tu as rendis un ou plusieurs shurikens invisibles, il décide de parer ceux qui arrivent et se prend les shurikens invisibles. A ce moment, comme il est surpris tu décides de créer un clone et tu te rends invisible en profitant de la surprise de ton adversaire. Après, tu te glisses lentement derrière lui pendant que ton clone occupe l’ennemi, tu prépares des kunais avec des notes explosives que tu rends invisible et tu les balances sur ton adversaire. Même s’il entend le bruits des kunais se plantant dans le sol, il ne peut esquiver l’explosion et se retrouve salement amoché. Félicitation, tu lui a détruit un bras ou une jambe et là, il peut être spécialiste de taijutsu, avec un membre en moins il fera plus le malin.
(Chihousou) : C’est un peu lâche d’attaquer par derrière…
(Kaze) : Si tu voulais de l’honneur et des combats à la loyal fallait devenir samouraï. Pigé ?
(Chihousou) : Ouais…Mais les genjutsus mentaux c’est quand même plus classe.
(Kaze) : Ben t’en feras quand tu seras capable de te servir correctement de tous les styles d’illusions non mentales. Et puis de toute façon, l’examen est trop proche pour que tu puisses être capable de devenir suffisamment fort dans le kankaku pour pouvoir rivaliser avec les autres genins. Tandis que pour le kuusou…Bon je repasserais demain pour t’entraîner et je le ferais aussi durant l’examen chuunin. Et puis penses aussi à t’exercer dans les autres domaines, le genjutsu ne fait pas tout.


(____)Et voila, Kaze était reparti et Chihousou se retrouver de nouveau seul. Heureusement, la journée avait passer sans qu’il s’en rende compte et il comprit finalement qu’il crevait de faim. Il n’avait pas mangé de toute la journée et était exténué. Il avait pensé pouvoir régler le problème du carnet aujourd’hui mais il ne regrettait cependant pas sa journée.
avatar
Chihousou
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 586
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Ishima le 16/4/2008, 02:08

Une pièce dont quatre murs blancs et où une unique fenêtre permettait les rayons du soleil d’y pénétrer. En face de celle-ci, se trouvait la porte d’entrée, beige, tout comme le contour de la fenêtre ainsi que les quelques rares meubles se trouvant dans la pièce.
Contre un mur, entre la porte et la fenêtre, se trouvait un lit dans lequel j'étais. Sa faisait plus d’une semaine que je me trouvais dans cet hôpital et sa commençait vraiment à m’énerver d’y être enfermer. En faite, j’en avais tellement marre que je m’étais levé, habillé, puis échappé par la fenêtre.
J’étais installer contre une cheminée, dans l’ombre, et avais invoquer mes hamster pour me tenir compagnies. Deux d’entre eux, dont Ebichu, se disputaient, Mokona était entrain de regardais la scène depuis mon épaule en balançant sa tête de droite à gauche. Un autre dormait sur ma tête, et le dernier était allongé sur le toit et picolé, c'était Hamtaro, l'hamster défoncé.
Le Soleil rayonné sur Gensou. La place, qui était visible de ma position, était remplis de monde qui allaient et venaient. J’observais tous ces mouvements de mon seul œil qui en était capable. L’autre ayant était crevé par Hasaki ,mais on m’en avait greffer un nouveau grâce à une généreuse donatrice qui c'était présenter aux médecins sous le pseudonyme de la "mère des lucioles". Pas très discret comme nom de code, elle aurait put trouver mieux.
Dans ma tête, plusieurs réflexions étaient en cours. La plus importante étant sur le faite que j’avais frôlé la mort durant le Zénith. C’était certes courant pour un shinobi mais cette fois, j’avais perdu un œil, un œil d’une grande valeur pour moi. Dans le clan Akagi, tout le monde avaient les mêmes yeux, car dans ces yeux, résider notre pouvoir. En perdant l’un des deux, ma capacité à contrôler la lumière s’en trouvait diminué. Pas en terme de puissance, non, j’aurais maintenant plus de mal à la contrôler, se qui signifie un apprentissage plus long et une consommation plus importante de chakra. Pour que je puisse user d’Hikari, il fallait que la couleur de mes iris soit visible. On m’avait certes greffé un nouvel œil, mais ce n’était pas celui que j’avais perdu.
Dans notre clan, perdre un combat est synonyme de honte, c’est la raison pour laquelle nous préférons tuer notre adversaire, à part si l’on souhaite l’humilier. Mon combat contre Hasaki, pour moi se fut une défaite.


« Ishima-sama, tous va bien ? » (Mokona)
« Arrête avec cette politesse » (Moi)
« Ishi-kun ! Sa va ? » (Mokona)
« Sa peut aller » (Moi)
« Dit, tu vas faire quoi à présent ? » (Mokona)
« J’en sais rien, sûrement rentrer chez moi et m’occuper des affaires de mon clan » (Moi)
« AVANT TU DOIS REPOSER TON CORPS CHAAAAH !! » (Ebichu)
« … » (Moi)
« CHAAAAAAH !!!! » (Ebichu)
« LA FERME !!!!! » (Moi)
« … Gomen » (Ebichu)
« T’es chiante quand tu t’y mes … » (Moi)
« Je sais ! Pour se faire pardonner Ebichu va cuisiner se soir ! » (Ebichu)
« Je vais au restaurant se soir tiens, tu viens avec moi Mokona ? » (Moi)
« Avec joie » (Mokona)
« CHAAAAaaaa …. » (Ebichu)

Je révoquai les Hamster sauf les deux parlant qui vinrent sur mes épaules, et m’apprêtai à partir lorsqu’une femme, apparemment venant de l’hôpital, m’interpella

« Ishima Akagi attendez ! » ( ???)
« Qu’est ce qu’il y a ? Si c’est pour que je retourne à l’hosto laissez tomber » (Moi)
« Je ne viens pas pour ça, c’est à propos du bandage à votre œil gauche, vous devez le garder environ une semaine le temps que votre organisme et votre chakra accepte la greffe » ( ???)
« Ok » (Ishima)
« Il faut aussi que vous évitiez de trop vous agitez, vos blessures ne sont pas encore toute guérit, vous devez vous reposez » ( ???)
« … » (Ishima)
« Vous inquiétez pas madame l’infirmière, Mokona va veillez sur Ishi-kun ! » (Mokona)
« Ebichu aussi ! » (Ebichu)
« … Vous devriez » ( ???)
« Vous êtes de Gensou et moi de Chikara » (Moi)
« … Je comprend se que vous voulez dire … » ( ???)
« Très bien, alors bonne journée » (Moi)
« Mais c’est mon devoir d’infirmière que » ( ???)

Trop tard j’étais partit. J’avançai en sautant de toit en toit à la recherche d’un endroit où dormir, un hôtel. Au bout d’un petit quart d’heure, je finis enfin par trouver se que je recherchai. Un bâtiment d’allure banal. Toit en tuile noire, mur de pierre, quelques poutres en bois, fallait juste vérifier l’isolation sonore et thermique.
À l’allure du bâtiment, il ne devait pas y avoir plus de cinq chambres, tant mieux s’il y en avait peu, en espérant qu’elles ne soient pas prises. Je rentrai dans le bâtiment et aller à l’accueil où un vieil homme dormait. Mokona sauta de mon épaule pour aller sur le comptoir


« Ohayougozaimasu Ojiisan » (Mokona) [Bonjour Vieux Monsieur]
« Zzz » (Vieil homme)
« Ojiisan ? » (Mokona)
« Il dort, attend je le réveille » (Ishima)
« HAAAAOUTCH ! À la guerre on en veut à ma vie ! Tous aux armes ! » (Vieil homme)
« … » (Moi)
« Tu y es peut être aller un peu fort Ishi-kun » (Mokona)
« ISHIMA EST UN BOURRIN UN ASSASSIN QUI N’A JAMAIS FAIT PREUVE DE SES TALENTS AU LIT ! IL N’A PAS DE REVUE COCHONNE CAR IL EST TROP TIMIDE POUR S’EN PROCURER ! IL A UNE PETITE ZEZETTE ET IL EST TRÈS COMPLEXER ! QUAND IL ÉTAIT PETIT IL C’EST PRIT PLEIN DE RÂTEAU ! C’EST LOIN D’ETRE UN SERIAL KISSEUR !!! » (Ebichu)
« Ebichu … pourquoi tu raconte tout ça ? » (Moi)
« J’en conclue que vous vous nommez Ishima jeune homme » (Vieil homme)
« Ouai mais ne vous faite pas d’idée sur ma personnalité, cet hamster raconte tout et n’importe quoi » (Moi)
« Ebichu dit la.. » (Ebichu)
« Ne finit même pas t’a phrase … » (Moi)
« …… Bonne aventure ! » (Ebichu)
« Vraiment ? Tu pourrais me lire la mienne d’aventure ? » (Vieil homme)
« Les services d’Ebichu ne sont pas gratuit ! » (Ebichu)
« Je vous loue une chambre et tu me lis l’avenir, sa te vas ? » (Vieil homme)
« Marché conclu ! » (Ebichu)
« Donc une chambre pour un jeune homme et deux hamsters, c’est ça ? » (Vieil homme)
« Je la sent mal cette histoire … C’est exact » (Moi)
« Très bien, suivez moi je vous conduit à votre chambre, sa tombe bien il y un jeune ninja venue pour l’examen chuunin qui devais partir ! » (Vieil homme)
« Pourtant l’examen n’a même pas encore commencer ? » (Moi)
« Et pourquoi vous prenez se fusil ? » (Mokona)

L’homme nous fit monter les escaliers et nous demanda d’attendre dans le couloir. Il pénétra dans la deuxième porte à droite. De suite après on entendit le vieil homme hurler et plusieurs coups de fusil, suivit par la sortie très hâtive d’un genin

« Et que je ne te revois plus sale jeune ! Je t’y est prit à espionner mes clientes dans leur chambre ! Sale petit voyeur va ! » (Vieil homme)
« Mais sa va pas Vieil homme, j’ai jamais fait ça ! » (Genin)
« Petit menteur ! Sale voyou ! » (Vieil homme)

L’homme d’un certain âge brandit sa carabine et tira plusieurs fois en direction du genin qui détala comme un lapin.
Dans le couloir, plusieurs personne était sortit et l’une d’entre elle vint discuter avec le vieil homme


« C’est donc lui qui nous espionner ? Je me disais bien qu’il y avait un petit voyeur en ces lieux ! » (Femme)
« Exact ma p’tite dame ! Heureusement que je l’ai démasquer, je suis plus tout jeune mais j’ai toujours l’énergie et la force de mes 20 ans vous savez ? » (Vieil homme)
« Wouha vous êtes incroyable Ojiisan » (Femme)
« Appelez moi l'étalon voyons » (Vieil homme)
« … » (Moi)
« Ha oui le nouveau client. Si vous voulez bien vous donnez la peine d’entré » (Vieil homme)

L’homme nous fit rentré dans la pièce, dans la quel se trouvaient encore les affaires du genin. Le vieil homme nous fit la visite. Cette chambre était composer d’une pièce et d’un balcon, voila la visite était finit.
Il s’en alla pour qu’on puisse s’installer tranquillement. Je regardai autour de moi pour voir les différents meubles ainsi que les affaires éparpiller. Ayant horreur du désordre, je retroussai mes manches et balançais les affaires du genin par-dessus le balcon


« Je me demande si se genin reviendra un jour à Gensou » (Mokona)
« J’en est strictement rien à foutre. La nuit va bientôt tomber, Ebichu fait le lit » (Moi)
« Oui chef ! » (Ebichu)

Ebichu s’exécutai pendant que Mokona faisait les poussières et que moi … je m’accoudai au balcon et regardai la vue qu’on avait, ainsi que le couché de soleil. Quelques minutes après, Ebichu avait finit de faire le lit et comme j’avais envie de me coucher tôt aujourd’hui, je m’y installai immédiatement

« Bonne nuit Ebichu et Mokona » (Moi)
« Bonne nuit Ishi-kun » (Mokona)
« BONNE NUIT ISHIMA ! » (Ebichu)
« La ferme et dors … » (Moi)

Soudain, des coups répétitif se firent entendre contre le mur

« P*t**n c’est quoi ça ? » (Moi)
« Mmmh il me semble qu’ils sont entrain de le faire à côté » (Ebichu)
« Fais chier … » (Moi)
« Mais il y a un problème » (Ebichu)
« Sa ouai, j’arrive pas à dormir » (Moi)
« Sa gêne Mokona également » (Mokona)
« Je m’en occupe ! » (Ebichu)

Ebichu sortit par le balcon et sauta directement sur celui du couple voisin pour arriver dans leur chambre. Heureusement qu'ils semblaient avoir finit

« Tu as aimé, Yoshiko ? » (Homme)
« O…Ouais… » (Femme)

Mais elle ne semblait pas convaincu

« Qu’est ce qu’il y a ? » (Homme)
« R…Rien … » (Femme)

Elle tentai de le rassurer avec un sourire, mais à se moment là, une voix se mit à raisonner dans la pièce. C’était Ebichu

« Tu essaies de jouir, mais n’arrives qu’à respirer difficilement. Tu n’arrives qu’à geindre de plaisir. Je suis ton sauveur sexuel ! Tu vas avoir un orgasme cette nuit ! » (Ebichu)
« C…C’est qui ?! » (Homme)

C’est alors qu’Ebichu fit son apparition par la fenêtre pour faire sa chorégraphie de présentation qui consister à reproduire les lettres de son prénom avec son corps

« E-B-I-C-H-U, Ebichuman! » (Ebichu)
« … » (Homme & Femme)
« Je connais votre problème » (Ebichu)
« T’es … t’es qui, toi ? » (Homme)
« TOI, tu n’as pas joui ce soir, n’est ce pas ?! » (Ebichu)
« QUOI ? Comment sais-tu ? » (Femme)
« T’as pas joui ?! Mais … t’avais dit que … » (Homme)
« Ne l’interprète pas mal, chéri … » (Femme)
« Ah ah ah … quelle piètre performance » (Ebichu)
« Elle a dit "piètre" ?! Yoshiko ! » (Homme)
« Désolée, chéri … » (Femme)
« L’amour est comme … mon camembert chéri » (Ebichu)
« C … Camembert ? » (Homme)
« Dans ma bouche, je pourrais lécher et ronger du camembert. Vous saisissez le sens de ceci ? » (Ebichu)
« Je sais ce que ça veut dire, mais comment l’interpréter … » (Homme)

Munit d’un gros feutre noir, Ebichu se mit à écrire "Minable" et "Idiot" sur le mur se qui eut pour effet à l’homme de se tenir la tête en criant. Ebichu reprit avec plein d’énergie

« Je viens de me rappeler qu’il était l’heure de manger du camembert ! » (Ebichu)
« Du camembert ? » (Homme & Femme)

Ebichu sortit un morceau de fromage dont ne sais où et se mit à le lécher, le sucer, et agiter sa langue dessus dans tous les sens

« Mordre, mâcher, lécher … Oh ce goût ! Oh, ce parfum. » (Ebichu)

C’est alors que l’homme eut une sorte de déclic, il se saisit à nouveau la tête en hurlant comme un posséder se qui eut pour conséquences, d'inquiéter sa femme

« Chéri ! » (Femme)

Ebichu continué de lécher son fromage, et l’homme continué d’hurler, lorsque tout d’un coup. Une lumière survint vers le bas de son abdomen. La femme surprise ouvrit grand les yeux et la bouche ne sachant se qui se passer

« OUH PITAIN DE MERDE ! JE SUIS PASSE EN MODE SUPER-PINE ! » (Homme)
« Chéri ! » (Femme)
« Voilà ! Maintenant tu n’as plus qu’à saisir tout ce désir bouillant en toi et déchirer la ch*tt* de ta femme ! » (Ebichu)
« Merci Ebichuman ! Yoshiko ! » (Homme)
« HOO Chéri ! » (Femme)
« Encore ! Encore ! » (Homme)
« Mmh, on dirait que tu vas jouir se soir, après tout » (Ebichu)

Pendant se temps du côté d’Ishi et Mokona

« Bon sang, saleté d’hamster, j’aurais dut m’en douter que sa se passerai comme ça » (Moi)
« Faut pas t’en vouloir, on sais jamais se qui peut se passer avec Ebichu » (Mokona)

C’est alors que des cri d’homme et de femme ainsi que de violent coup contre le mur et un lit qui grince se firent entendre

« Merci Ebichu, grâce à toi ils sont en rut maintenant ! Je vais m’occuper de ça moi-même ! » (Moi)
« Attend ! Faut que tu respectes leur intimité, attend au moins qu’ils aient finit » (Mokona)
« C’est mort ! Je veux dormir ! » (Moi)

Je pris le même chemin qu’Ebichu pour arriver dans la chambre où le couple était en pleine acte

« C’EST PAS FINIT SE BORDEL ?! » (Moi)

L’homme et la femme, plus que surpris, relevèrent la tête vers Ishi qui leur balança Ebichu au visage

« Hamster Kamikaze ! » (Moi)
« Ebichu ? » (Ebichu)

Ebichu explosa, calmant ainsi les ardeurs des deux protagonistes. Ishi repartit calmement dans sa chambre et pus enfin s’endormir dans le calme
avatar
Ishima
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 796
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Siddharta le 16/4/2008, 17:31

Une goutte, une goutte de pluie était tombée sur ma tète suivie quelques secondes aprés d'une dizaine puis d'une centaine pour arriver au final à un millier de gouttes de pluie s'écrasant sur le jardin du temple.
Nous étions pourtant au printemps à croire que l'hiver faisait de la résistance comme le prouvait cette averse, le phénoméne des saisons était tellement aléatoire qu'on pouvait se demander si il fallait vraiment donner des noms à chaque passage d'un climat à un autre pourquoi ne pas laisser la nature évoluée en paix sans chercher à expliquer son fonctionnement et autres inépties pseudo-scientifiques.
La pluie battait son plein tandis que je continuais ma méditation comme à mon habitude, le temps actuel rendait ma séance plus dure que les précédentes me forçant à passer outre le froid et l'humidité pour seulement me concentrer sur mon environnement, mon tout.
Il était amusant de constater qu'une simple averse pouvait faire fuir les moines de leur méditation pour rejoindre l'intérieur du temple et être ainsi bien au chaud loin de ce mini déluge, d'ailleurs quelqu'un venait d'entrer dans mon environnement.
Une démarche assurée, énergique se souciant peu de me déranger dans ma méditation, une seule personne en ces lieux se permettait ce genre de comportement.

Siddharta : "Abu, je t'es déja dis de ne pas m'interrompre dans mes scéances."

Il s'arréta instantanément comme stupéfé ou simplement amusé la nuance était grande, il reprit son chemin vers moi pour s'assoire toujours sous une pluie torentielle.

Abu : "Tu devrais arréter de méditer dans des conditions pareilles ! Si ta mère l'apprend tu peux dire adieu à ce temple."

J'arrétais un temps ma méditation pour me concentrer sur ce début de conversation qui semblait un peu plus intéressante que d'habitude.

Siddharta : "Combien de temps je ne l'est pas vue depuis la dernière fois ?"
Abu : "Cinq ans il me semble et plus de 7 ans pour ton frère."
Siddharta : "Autant dire que je ne les connais presque pas, dis moi est-ce moi ou je suis légérement en retard par rapport aux autres genins ?"

Il fronça un sourcil comme géné par cette réflexion si jamais Kahei ou encore mon père apprennaient que je n'avais pas le niveau des autres genins et n'étant bonne qu'à méditer, il allait en prendre pour son grade.

Abu : "A vrai dire à par les techniques de bases que tout les ninjas possèdent, tu n'as pas de technique de ninjutsu, de genjutsu et encore moins de taijutsu de plus nous n'avons ni travaillé ton affinité que tu n'as pas encore découverte ni tes pupilles. Avec le recul et en faisant le bilan de tout ceci on peut honnètement dire que tu es à la bourre."

Il éclata de rire, mais une pointe d'angoisse se faisait sentir, les sages et chefs de la famille risquaient d'être furieux si une des Maboroshi était juste capable de méditer.

Abu : "Je pense qu'à l'avenir nous devrions travailler sur le genjutsu et le ninjutsu car je te vois mal avec ton sari nous faire des pirouettes et autres techniques de taijutsu. Nous allons d'abord nous attaquer au Gen avec tes pupilles cela devraient aller assez vite de façon à ce que d'ici un ou deux mois tu es atteins la première phase."

Je ne l'écoutais qu'à moitié, la pluie avait cessée pour faire place à un soleil rayonnant comme jamais, la nature était aussi lunatique que les Hommes. Il me parlait des mes pupilles, je ne maitrisais même pas la pemière phase il était temps de m'y mettre.

Siddharta : "J'ai lu le livre que tu m'avais passé sur le Genjutsu, et je pense que dans un premier temps je travaillerrai sur le Genchi, l'environnement je verrais aprés pour les autres mais le Genchi me tente vraiment."

Abu : "Travailler sur l'environnement du genjutsu non-mental donc, tu devrais y arriver d'ici quelques semaines, avec ta grande expérience de la méditation ton esprit n'en est que renfocé d'où ta prédisposition certaine au genjutsu mais pour te protéger tu auras besoin d'un bonne technique en ninjutsu..............Attends j'ai une idée ! Voila comment nous allons procéder, tu apprendras le gen pour l'attaque et le nin te servira pour la défense !"

Cela impliquait que mes séances de méditation allaient être raccourcies pour pouvoir suivre cette "formation" le grand prètre allait se plaindre à Kahei avec sans aucun doute aucun résultat à la clé juste celui de renforcer le fossé séparant la branche principale avec le groupe spirituelle.

Siddharta : "Bien nous ferrons l'entrainement l'aprés-midi à intervalle journalier, avant tout chose il faudra que tu prévienne le grand prètre de ce changement de programme."

Abu : "Ouch ! Ca ne va pas lui plaire déja qu'il est fermement opposé à ton apprentissage des techniques ninjas si en plus cela commence à empiéter sur tes méditation...."

J'étais comme toujours prise entre deux feux celui de Kahei et Gecko et celui du grand prètre, decidemment être la potentiel reincarnation du bouddha n'était pas une position stable, n'étais-je donc qu'une simple marionnette ?

Siddharta : "Abu ? Qui suis-je ?"

Il sursauta en entendant ma question puis aprés s'être remis de sa demi-émotion posa sa main sur sa bouche comme à chaque fois qu'il réfléchissait intensément.

Abu : "Quand j'ai appris il ya deux ans de la bouche de Kahei que j'allais être ton tuteur j'ai cru que c'était une blague, déja lorsque tu es née et que le groupe spirituel t'avait reconnu comme la réincarnation du dieu bouddha tu étais presque considérée comme une semie-déesse par la moitié du clan. Avec le recul et le temps passé à tes côtés je me suis rendue compte qu'au déla de ça tu étais et tu es loin d'être l'égal du bouddha. Comme le montre nos sorties dans le village tu sembles trop loin du commun des mortels pour pouvoir atteindre l'éveil."

Pour me sortir une telle chose il avait du se faire violence, si jamais cette conversation arrivait aux oreilles du grand prètre il pouvait faire un adieux à son rôle de tuteur.
Mais malgré tout il avait raison, j'étais encore loin de l'éveil malgré tout le temps consacré à la méditation je ne l'avais pas atteint peut-être que me consacrer à l'art ninja m'aiderait dans ce sens.

Siddharta : "Bien et si nous commencions l'entrainement au genchi ?"

Abu : "Okay, d'abord exécutes les signes comme je te l'ai appris puis visualise le changement que tu voudrais opérer sur notre environnement."

Mécaniquement j'exécutais les signes du zodiaque pendant que j'essayais de visualiser un nouvel aspect pour le jardin du temple, oui une colline semmée de fleurs.
Une colline avec un immense arbre entouré d'une centaine de fleurs de toutes les couleurs, une vision du paradis.

Abu : "Bien maintenant essayes de rejeter cette vision par l'intermédiaire de tes yeux !"

Une colline.......j'étais en haut de la colline sous l'arbre ma vision avait pris forme pour investir et remodeler entiérement l'espace environnant, en bas de la colline se trouvait Abu les yeux grands ouverts comme émmerveillés par la beauté imaginaire qui l'entourait. D'un geste je rompais le signe de ma main et l'illusion s'évapora aussitôt pour laisser place à l'habituel jardin du temple.

Abu : "Pas mal mais pourquoi ne pas m'avoir fait l'illusion d'un champ de bataille ou autre chose dans ce genre qui serait plus utile lors d'un combat ?"

Siddharta : "Tu semblais énormément absorbé par le spectacle de ce genjutsu donc je suppose qu'il en est de même pour l'ensemble de l'espèce humaine ?"

Abu : "Pas faux, tu devrais t'axer sur ça des techniques de genjutsu basé sur le bouddhisme et de tout ce qui en découle, en attendant je dois y aller Kahei m'a demandé de le rejoindre ce soir."

Siddharta : "Bien, à demain donc."

Il quitta le temple non sans avoir fait un détour dans la salle du grand prètre pour lui signaler son départ, je décidais de de reprendre ma méditation non sans penser à mes futures illutions et autres technques ninja.
avatar
Siddharta
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 437
Date d'inscription : 12/04/2008
Localisation : Le Sud-Ouest et comme Seolchong => Fière de ça (couillons de cornemuses va ...) Anti-breton et crèpe

Voir le profil de l'utilisateur http://aureliavision.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Invité le 17/4/2008, 19:20

AkumaQu’est-ce que tu attends ?
MiiyuJe sais pas…
AkumaEt qu’est-ce que tu ne sais pas ?
MiiyuJe ne sais pas si c’était une bonne idée de venir ici… je le sens pas du tout en fin de compte...

La jeune fille se tenait devant l’immense porte de bois sculptée de la demeure Akamoujuu. Finalement, elle n’avait pas eu à mander son chemin aux passants : Akuma, avant d’être son frère adoptif puis un esprit enfermé dans un lynx, était un Gensouard. Et le fils de Kiira... Elle n’avait eu qu’à l’invoquer et le suivre à travers les ruelles, se fiant à ses souvenirs d’enfance, tout en le pressant pour arriver le plus vite possible à destination : elle attirait trop l’attention des passants à son goût. Mais maintenant qu’elle était arrivée devant cette porte, elle doutait.

MiiyuDis, ça te fait quelques choses d’être là ? D’ailleurs, pourquoi tu m’aides ? Si Kiira était ton père, tu devrais prendre son parti, et non le mien, non ?
Akuma -
MiiyuJe vois… on reprends les bonnes vieilles habitudes de ne pas me répondre…
AkumaKiira était bel et bien mon père. Mais…en m’envoyant à Mahou il y a une quinzaine d’année, il a décidé quel serait mon parti, je crois. Celui que je considère comme étant mon père est celui qui m’a élevé. Je considère ton père comme étant le mien. Et ta famille comme étant la mienne.
Miiyu –Arrête, j’vais pleurer…
Akuma La famille qui se trouve de l’autre côté de cette porte m’est presque aussi étrangère qu’à toi, depuis le temps.
MiiyuDonc tu n’es pas spécialement heureux de revenir ici, chez toi ?
AkumaMême si je l’étais, sous cette apparence, je ne suis rien moins qu’un lynx invoqué. Personne ne m’attends ni me reconnaîtra de l’autre côté. … Alors, tu rentres ou il faut que je te pousse ?
MiiyuCa va, ça va… on y va.

La jeune fille prit une inspiration puis poussa lentement la grande porte pour déboucher sur un jardin. En son centre se tenait un grand bassin surplombé d’une fontaine, représentant une chimère. Quelque soit le village, le symbole du clan était très présent au sein des demeures des Akamoujuu. L’endroit était très bien entretenu et la végétation, bien que dense, était placée de façon ordonnée. Près du bassin, un jeune homme, un peu plus vieux que Miiyu la dévisageait. Ses yeux bridés la parcouraient de haut en bas, et un sourire étrange était posé sur son visage. Ses cheveux rouges montraient sa très probable appartenance au clan, et ses pupilles vertes –comme celles d’Akuma- précisaient cette idée : c’était bien un Akamoujuu de Gensou. Bien qu’il ne semblait pas armé, Miiyu resta sur ses gardes. Si il était bien du clan, il n’avait pas vraiment besoin d’arme pour se battre.

Inconnu –Tiens, tiens... Que puis-je faire pour vous ?
Miiyu –Je voudrais parler à un dénommé… Kiira Akamoujuu.
Inconnu –Ca ne va pas être possible mais… si vous le désirez, je peux vous mener à son actuel remplaçant.
Miiyu –Remplaçant ? Hé bien…
AkumaSi Kiira n’est pas ici, son remplaçant ne peut être que son fils aîné.
MiiyuEt ?
AkumaIl s’agit de Kiinaegi. Accepte sa proposition.

Miiyu hocha la tête, puis emboîta le pas à son hôte, qui ne lui posa pas plus de question que ça quand à sa venue. Etrange personnage… Elle traversa le bâtiment à sa suite, toujours sur ses gardes. Son guide, pour sa part, sifflotait gaiement en déambulant dans les couloirs, visiblement insouciant de ce qu’aurait pu faire la jeune Mahousarde. Fait étrange pour la jeune fille, ils ne croisèrent personne.

Remarque… à Mahou nous n’étions que six à la base, et à Chikara quatre. Ils ne doivent pas être très nombreux ici non plus. Le clan a bien diminué…

Ils débouchèrent enfin dans un second jardin, après avoir traversé presque tout le bâtiment de part en part. Pareillement au premier jardin que Miiyu avait vu, l’eau, par l’intermédiaire de fontaines et d’un cours d’eau, était présente en grande quantité, de même que cette étrange végétation, qui n’avait vraiment pas grand-chose à voir avec celle de Mahou. Un homme et une jeune femme discutaient calmement, assis sur un banc. A la vue de Miiyu et de son guide, l’homme se leva et fit signe à la demoiselle qui l’accompagnait de les laisser. Son étrange sourire toujours aux lèvres, le guide prit la parole.

Guide –Kiinaegi-Sama, cette jeune fille demandait à parler à feu votre père. Puisque celui-ci n’est plus disponible, j’ai supposé que vous feriez l’affaire.
Kiinaegi –Qui est-ce ?
Guide –Les cheveux rouges, ajoutés au symbole de sa boucle d’oreille devraient vous aiguiller sur son identité, je pense. Pour le chef d’un clan d’espion, vous manquez singulièrement de sens de l’observation, Kiinagi-Sama… de même que notre charmante visiteuse manque de celui de la discrétion. Les valeurs du clan se perdent.
AkumaPas malin d’avoir gardé le symbole du clan sur ton oreille.
MiiyuJ’avais complètement oublié que j’avais ça…
Kiinaegi –Une jeune fille du clan ? Elle n’est pas de Gensou donc…
Miiyu –Je viens de Mahou.
Kiinaegi –Oh. Une Mahousarde. Une Akamouju de Mahou. Il y a donc eu des survivants…et leur chef vous a envoyé à notre rencontre. Bien. Nous sommes au courant de ce qui vous est arrivé. Et croyez bien que cela nous attriste, mais…
Miiyu –Si vous êtes réellement au courant, vous devriez savoir le pourquoi de ma visite, non ?
Kiinaegi –Kiira ?
Miiyu –J’aurais plutôt dit « la branche de Gensou ».
Kiinaegi –Il ne faut pas tous nous mettre dans le même sac, jeune fille. Ceux, dont mon père, qui auraient participé à ce…
Miiyu –Massacre.
Kiinaegi –Si vous voulez. Bref, ils ont tous été arrêtés ces deux derniers mois. Ces anbus de Mahou… hum… Cependant, -je ne cherche pas à semer la discorde entre nous mais- je ne vous cache pas que je ne crois pas une seule seconde mon père coupable de ce qui a pu arriver. Vous pourrez en informer celui qui vous envoie.
Miiyu –Je ne comprends pas…
Kiinaegi –Quel intérêt aurait eu mon père à faire cela ?
Miiyu –Allez savoir, l’envie d’avoir le pouvoir sur un stupide clan peut conduire certains imbéciles à n’importe quoi…
Kiinaegi –… Mon père, qui était loin d’être un imbécile, souhaitait réunir tout le clan dans un seul et même village –Gensou. Il souhaitait balayer une fois pour toutes ces histoires de branches principales, secondaires… il est vrai qu’il avait pour ambition de servir de… « guide », de chef, au clan. Mais jamais il n’aurait utilisé ce moyen pour arriver à ces fins. C’était quelqu’un de droit et d’honnête. Foncièrement bon. Personnellement j’y vois autre chose. Comprenez : les idées de mon père –surtout celle de devenir chef- pouvaient déranger. Lui mettre toute cette histoire sur le dos devait arranger le vrai responsable.
Miiyu –J’ai un peu de mal à vous suivre…Et qui serait ce responsable, selon vous ?
Kiinaegi –Je n’ai pas de nom précis. Mais… les anbus venaient de Mahou, après tout.
Miiyu –Mais seul Gensou n’a pas été touché par cette affaire.
Kiinaegi –Si on souhaitait reformer un vrai clan, en une seule branche, pour en avoir le pouvoir, il faudrait appartenir à la branche principale d’origine : Mahou. Cependant, il est évident que seule la branche de Gensou est intéressante à garder : dojutsu héréditaire, nombre des membres, richesses. C’est la seule branche qui a su rester proche des valeurs d’origine. Non, tout ceci profite beaucoup plus aujourd’hui à Mahou, et non à Gensou.
Miiyu –Et vas-y que j’me vante avec mon dojutsu et mes richesses… Je ne savais pas qu’on pouvait avoir un raisonnement aussi… idiot… à la base si le plan de votre père avait marché, aucun membre de Mahou n’aurait survécu. Idem pour Chikara, d’ailleurs.
Kiinaegi –Mais personne n’a survécu à Chikara.
Miiyu Que tu crois…
Kiinaegi -Pour moi, il est évident qu’on mon père obéissait à la branche principale et que celui à qui il obéissait s’est retourné ensuite contre lui, se débarrassant d’une personne gênante, récupérant le titre de chef de clan.
Miiyu –C’est quand même tiré par les cheveux, votre histoire. En arriver là pour être le pseudo-maître d’un petit clan…
Kiinaegi –Ce n’est qu’une théorie, mais je suis sûr de sa véracité.
Miiyu –Bah putain… j’suis pas sortie avec un crétin pareil… Et donc, Kiira a été arrêté ?
Guide –De manière quelque peu définitive. Il s’est donné la mort à l’arrivée des Anbus, si mes souvenirs sont bons. Ensuite tous les membres d’ici ont été interrogé, de façon plus ou moins poussée, et certains d’entre nous ont été arrêtés. Autant vous dire que vous n’êtes pas arrivée au bon moment.
KiinaegiAu fait, quel est votre nom, et qui vous envoie, jeune fille ?
Miiyu –Miiyu Akamoujuu, actuel chef de clan à Mahou des Akamoujuu. Venue ici par sa propre volonté. Celle à qui « profite » tout ça. La coupable, je suppose, selon vous.
Kiinaegi -…
Guide, appréciateur –Oooh. Intéressant. Mais vous étiez venue pour Kiira. Peut-être dans l’optique d’une vengeance ? Et puisqu’il est déjà mort, qu’allez vous faire, Miiyu-Sama ?
Miiyu –Lui, j’l’aime pas… Je suis venue mettre tout ça au clair, à la base. Quelque chose me dit que c’est pas gagné.
Kiinaegi –Je suis fatiguée. Kana, donne une chambre à cette… demoiselle, nous rediscuterons plus tard.
Guide/Kana –Bien, Kiinaegi-Sama.
Kiinaegi –Une dernière chose : je ne sais pas qu’est-ce que vous avez derrière la tête, mais quoiqu’il arrive, sachez qu’ici c’est moi qui commande, il n’y a pas de branche principale ou branche secondaire qui prime.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Invité le 17/4/2008, 19:22

Kana, sourire toujours aux lèvres, s’inclina légèrement devant son aîné –Miiyu ne s’en donna pas la peine- et sortit avec la demoiselle pour la guider à une chambre d’hôte. La jeune fille y entra, et s’allongea sur le lit en soupirant. Akuma vint se lover à ses côtés. Leur séjour à Gensou s’annonçait tout bonnement génial. Kiinaegi était un malade mental qui marchait sur le même chemin que feu son père.

MiiyuJ’suis sensée faire quoi, là, Akuma ?
Akuma -… te méfier de tout ceux qui vivent ici. La plupart doivent être fidèles à leur maître, et n’hésiteront pas à exécuter ses ordres, quelques qu’ils soient.
MiiyuAttends un peu, là… tu crois vraiment qu’ils vont tenter de me…
AkumaRien n’est sûr, mais je te demande de te méfier, c’est tout. Le principal obstacle à la montée de Kiinaegi en chef incontesté et légitime, pour le moment, c’est toi. Ensuite, ce sera le tour de Miina. Et là, il n’aura plus d’opposition.
MiiyuQuand est-ce que tout ça finira ? J’en ai juste ras-le-bol…
Akuma J’en sais rien… pour le moment… hé bien… en fait, je serais toi, je tenterais de devancer Kiinaegi.
MiiyuHein ?
AkumaRéfléchis deux secondes –si tu en es capable-. Mahou est la branche principale, autrement dit, il n’y a personne au-dessus de toi. Réunis tout le monde à Mahou et fais renaître les Akamoujuu.
MiiyuImpossible. Qui suivrait une gamine de dix-sept ans ?
AkumaQui t’as dit de leur laisser le choix ?

Miiyu ne répondit pas : pour elle, Akuma délirait complètement. La jeune fille se releva et prit la direction de la porte.

AkumaOu vas-tu ?
MiiyuMe changer les idées. Reste ici, toi.

La jeune fille ouvrit la porte…pour se retrouver nez-à-nez avec Kana, assis juste en face.

Kana –Tiens, Miiyu-Sama ! Vous sortez ?
Miiyu –Oui… et je sais pas pour quoi, mais je parie que tu vas m’accompagner…
Kana –Hé bien, je vais venir avec vous.
Miiyu –Et si je refuse ?
Kana –Ca ne sera pas suffisant. Mais si vous vous battez, peut-être…
Miiyu –C’est quoi son problème ? Non, ça ira. C’est Kiinaegi qui vous l’a demandé, c’est ça ?
Kana –Oui. J’ai pour « mission » de ne pas vous lâcher d’une semelle, de vous protéger en cas de problèmes…
Miiyu -… aussi de surveiller mes moindre faits et gestes.
Kana –Tout à fait. On y va ?

Miiyu soupira et emboîta le pas à son nouveau compagnon. Pour se changer les idées, y’avait mieux…

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Tetsuya Nomura le 19/4/2008, 23:22

Je me réveillai dans une chambre d'hôpital… J'en reconnaissais l'odeur… Cette odeur désagréable de médicament mêlée a celle du sang qui, malgré les précautions d'hygiène et les nettoyages intempestifs, demeurait. Je tentai de me relever, mais je n'y arrivai pas dans un premier temps.

"Tu as été sévèrement blessé, et ton corps était épuisé… Tu ne t'es pas encore remis du combat on dirais… Reste allongé." (Urah, pensée)

"Tu es la… comment es-tu rentré?" (Tetsuya, pensée)

"C'est simple, j'ai suivi l'équipe médicale depuis qu'ils sont rentrés au village avec toi! Il a suffit d'un geste affectif simulé pour qu'ils croient que j'étais ton animal." (Urah, pensée)

J'ai cru percevoir un trait de dégoût a la mention de ces mots : "ton animal"…

"Simulé? Comment ça?" (Tetsuya, pensée)

"J'ai du te lécher la main… Tu avais un sale goût de transpiration!" (Urah, pensée)

Je ne pus réprimer l'envie de rire… L'idée que mon mentor ait du me lécher la main était vraiment hilarante a mon goût et dans ces circonstances…

"Et sinon? Tu as des nouvelles?" (Tetsuya, pensée)

"L'humain que tu nomme Maes est déjà reparti… C'est tout. Les autres sont ou encore dans leur lit, ou bien ils ont été ramenés a leur village d'origine." (Urah, pensée)

"Bien… Merci pour tout." (Tetsuya)

Ces derniers mots furent prononcés a voix haute… Je ne sais pas pourquoi, mais je sentais l'envie de le dire de vive voix.

Je tentais alors de trouver le sommeil, mais ne réussi point. La cécité me pesait. Non pas par manque de mon acuité visuelle, mais surtout car mes autres sens étaient exacerbés, dont mon ouie, ce qui m'empêcha de m'endormir.

Quelques minutes plus tard, Shimaru vînt me rendre visite et nous discutâmes assez brièvement. J'eus tout de même le temps de lui avouer avoir gardé Uræus, le sabre d'Hasaki, afin de le garder en lieu sûr… Je ne tenta pas de lui expliquer que l'âme du sabre était d'une extrême puissance et qu'il serait sûrement capable de posséder un utilisateur trop faible, il n'aurait pas pût comprendre, n'ayant jamais vu ou ressenti la présence d'âmes dans les katanas.

Après son départ, je retentais de retrouver un sommeil paisible, avec succès…

Plus tard, d'autres Tsukiyotes vinrent me rendre visite, et tous étaient surpris que je fusse désormais aveugle… Alors qu'Ishima avait eu la possibilité de se faire greffer un autre œil, lui conférant a nouveau une vision de ses deux organes visuels.

Quelque jours plus tard vînt mon tour de sortir, malheureusement, je ne connaissait pas l'hôpital de Gensou aussi bien que celui de Chikara, ce qui me causa quelques bleus et autres chutes.

Je dus batailler afin de convaincre Urah de me servir de guide, ne voulant pas reprendre un entraînement rien que pour rentrer chez moi… Cela m'épuisait encore beaucoup de détecter les formes de vie animales dans mon entourage et de "toucher" leur âme afin de dialoguer avec eux et voir a travers leurs yeux…

Une fois rentré, je me reposais enfin dans un endroit calme, sans bruit…



"Courrier!" (Postier)

"Hmmm… J'arrive…" (Tetsuya)

Je me levai après un bon sommeil réparateur et me dirigeai vers la porte… Malheureusement, je me heurtais a une chaise, puis a une table… J'entendis alors Urah rigoler…

"Pourquoi tu te moques?" (Tetsuya, pensée)

"Parce que si tu tentais de toucher la conscience d'un animal, tu n'aurais pas ces problèmes!" (Urah, pensée)

"Pfff…" (Tetsuya)

Après quelques dizaines de secondes, j'arrivai enfin a la porte que j'ouvris, puis je tendis la main face a moi, attendant que le facteur dépose la lettre dans le creux de cette dernière, mais rien ne se produisit…

"Mmhhh… Ok… J'ai compris, je la glisse sous la porte!" (Postier)

"Mais que…" (Tetsuya)

"Le placard ne te donnera rien tu sais…" (Urah, pensée)

Puis il recommença a rigoler…

Je m'avoua vaincu et m'assis par terre, demandant a Urah de m'apporter la lettre, ce qu'il fît sans se faire prier, toujours en rigolant. Une fois dans ma main, je l'ouvris et lui demanda de la lire pour moi…

Apparemment, j'étais convoqué par le Kage… et… c'était tout!

M'attendant au pire, je m'habillais et fis ma toilette tant bien que mal, puis je parti en direction du bureau du Kage avec "Gatsu Wa Dai Mi", le tantô invisible et "Uræus". Je fus a nouveau guidé par Urah.

Une fois arrive dans le bureau, et après que le Kage m'ait invité a m'asseoir, j'entendis le frottement du papier contre le bureau.


"Lisez ça…" (Kage)

"Je… ne peux pas…" (Tetsuya)

"Vous ne pouvez en aucun cas savoir ce qui est écrit sur cette feuille?" (Kage)

Je compris immédiatement l'enjeu de ma réponse… Si je répondais par la négative, je serais considéré comme inapte au combat et ne serais plus utile au village en tant que ninja… Si je lui avouais pouvoir lire, je devrai expliquer comment et, peut être, finirait-il par apprendre qui était vraiment Urah… Or j'avais promis ne jamais divulguer le secret des loups… Après une réflexion très rapide, je pris ma décision.

"C'est écrit : Vous êtes mort… Qu'est-ce que?" (Tetsuya)

"Hahaha! Vous auriez vu votre tête! J'adore ça!" (Kage)

"Mhhh…" (Tetsuya)

"Hum hum… Oui, sérieusement… Je me moque de savoir comment vous l'avez lu sans même avoir tourné votre tête vers la feuille… Le but était de savoir si vous étiez toujours apte à être ninja… Mais vous l'avez deviné je pense…" (Kage)

"Oui monsieur…" (Tetsuya)

"Bref… J'ai quelques choses a vous dire… Tout d'abord, Tsukiyo a été dissoute et voila pourquoi… Nous sommes conscient que le Zenith n'a pas été intégralement détruit et qu'il sévit toujours, mais nous savons aussi qu'il ne sévit plus qu'en dehors de Yukaan pour le moment. Donc ceci n'es plus de notre ressort. Officiellement, la mission a été un succès." (Kage)

"Je comprends… Et pour Hasaki?" (Tetsuya)

"Nous n'avons pas pu l'interroger, il a été tué avant et les documents qu'il transportait furent dérobés. Bien entendu, cette information est secrète et vous devez ne la divulguer a personne. Seul les anciens de Tsukiyo, moi et les ANBU sont au courant." (Kage)

"Bien…" (Tetsuya)

"Enfin, vous avez été désigné comme organisateur et arbitre de l'examen Chuunin aux côtés de deux autres Chuunins de Mahou… Ryosuke et Dragonight." (Kage)

"Tres bien monsieur…" (Tetsuya)

"Vous voulez me dire quelque chose de plus?" (Kage)

"En effet… Je voulais vous montrer ces deux objets… (Tetsuya)

Je déposais alors sur le bureau du Kage les deux katanas récuprés lors de la mission…
Je lui expliquai tout sur le Katana à la lame invisible et sur mon intention de le confier aux scientifiques de Gensou, et sur Uræus, ainsi que sur mon intention de le cacher et les raisons.

J'avoue avoir été étonné de sa réponse…


"Ce sont des butins de guerre… Ils sont vôtres et vous pouvez en faire ce que vous voulez… Mais si votre choix est de placer ce katana quasi-invisible dans les mains des scientifiques de Gensou, je ne peux que vous encourager dans votre choix… Et pour Uræus, j'avoue ne pas être expert dans le maniement des sabres, donc je vous fais confiance…" (Kage)

"Merci monsieur…" (Tetsuya)

"C'est tout?" (Kage)

"Oui monsieur." (Tetsuya)

"Bien, vous pouvez y aller alors…" (Kage)

Je me retirai donc, toujours suivi par Urah, en laissant le katana/tantô sans âme aux mains du Kage afin qu'il le transmette aux scientifiques du village avec les instructions requises.

Je rentrai donc chez moi, après avoir caché Uræus dans un endroit dont je tairais le nom afin de m'entraîner a la perception par la faune… Yajuu no Shikaku comme il disait… Tout en attendant le début de l'examen Chuunin...
avatar
Tetsuya Nomura
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 483
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 29
Localisation : Breizh... Bientot...

Voir le profil de l'utilisateur http://www.rock-80s-90s.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Ishima le 20/4/2008, 20:45

Comme à mon habitude, je m’étais lever tôt, avais fait mon lit, le petit déjeuner, et m’étais habiller pour sortir immédiatement, en compagnie de Mokona.
J’avais rejoins les toits pour me déplaçai tranquillement, comme à mon habitude également. Je me rendais en premier dans un magasin d’arme où j’achetais deux Tanto de bonnes qualités et un Ninjatô, lui aussi d’assez bonne qualité. J’attachai les deux Tanto en biais dans le bas de mon dos, de tel manière à se que chacune de mes mains est accès à un Tanto, et j’accrochai le Ninjatô dans mon dos de tel manière à se que le pommeau soit accessible par-dessus mon épaule. Je n’aimais pas être armé comme ça, j’étais trop lourd, en mission je prendrai soit le Ninjatô soit les Tanto mais pas les deux.
Je rejoignit le plus haut toit de Gensou pour me délecter d’une vue sur toute la ville mais … Mokona trembler comme une feuille sur mon épaule et était agripper à mon cou, elle semblait terrifier et faisait même peine à voir.


« Sa va Mokona ? » (Moi)
« Mokona a le vertige d’ici, c’est haut » (Mokona)
« Ha ? Bah on va redescendre » (Moi)


Je regardai par où descendre lorsque entre deux toits, dans une rue, j’aperçus une charmante jeune fille aux cheveux flamboyant et au visage resplendissant. Deux pas derrière elle, un homme la suivait, comme elle, il avait les cheveux rouges.

« Ha tiens, une connaissance » (Moi)
« Qui ça ? » (Mokona)
« Accroche toi ! Tu le sauras bien assez tôt » (Moi)
« NOOOOooooooooon ! » (Mokona)


Je sautai du toit pour rejoindre directement celle que j’avais vue. La chute était longue et je commençai à me demander si sauter d’aussi haut était une bonne idée. Mokona était agrippé de toute ses forces, jusqu’au moment ou elle lâcha prise. Je la regardai prendre de la distance par rapport moi (elle est plus légère) et jurai intérieurement. Je préparai mon atterrissage en concentrant mon chakra dans mes jambes pour renforcer la solidité de mes os.
J’atterrissais violemment au sol et fut obliger de courber complètement mes membres pour atténuer le choc. Heureusement j’avais réussit à garder un visage blême et tendis ma main gauche pour réceptionner Mokona. Elle était allonger dans ma paume de main et je pouvais sentir son cœur battre à deux cent à l’heure, elle avait également poser l’une des ses pattes sur son torse. En face de nous, l’homme suivant la jeune fille l’avait attrapé par l’épaule pour la faire reculer. Il m’avait donc sentit arriver et semble apparemment protéger cette fille, testons.
Sans leur laisser le temps de régir, je passai à l’offensive. J’attaquai la fille au visage comme si je cherchai à la transpercer, mais l’homme m’attrapa le poignet pour littéralement bloquer l’attaque.


« Tu es donc bien là pour la protéger ? » (Moi)
« Très bonne déduction, mais tu aurais put me le demander, sa aurait était plus rapide » (???)
« Comment ça ? » (Moi)
« Ton attaque n’étais pas sincère, ton but étais de me tester, même si je n’avais pas bloquer ton coup, tu ne l’aurais pas toucher » (???)
« Bonne observation … » (Moi)
« Durant une seconde j’ai eus peur !!! » (Miiyu)
« Désolé, je voulais juste m’assurer » (Moi)
« Il y a des méthodes plus douce quand même » (Miiyu)
« Je sais, mais cette-là est plus amusante » (Moi)


L’homme me relâcha le poignet, Il avait des yeux bridés vert. Un Membre du clan Akamoujuu de la branche de Gensou ? Il avait également un sourire énervant ! Son attitude calme et souriante m’était exaspérante.

« Tu te baladais Miiyu ? » (Moi)
« Oui, je voulais me changer les idées … » (Miiyu)


Son regard, et le faite qu’elle est une sorte de garde du corps, n’annonçaient rien de bon

« T’es affaires ne se passe pas très bien apparemment, tu es en danger que tu es besoin d’un garde du corps ? » (Moi)
« C’est pas mon garde du corps, on me l’a coller sans demander mon avis » (Miiyu)
« Dit moi, comment » (???)
« Dit moi comment tu te nomme et je t’écouterai » (Moi)
« J’en oubliai les politesses, excusez moi. Je me nomme Kana » (Kana)
« Tu es un Akamoujuu de la branche de Gensou ? » (Moi)
« Oui, comment le savez-vous ? » (Kana)
« T’es cheveux rouge et t’es yeux vert » (Moi)
« Vous semblez bien renseigner » (Kana)
« Ouai un membre de mon clan avait eu pour mission de tuer l’un des vôtres » (Moi)
« Intéressant, et comment as-tu deviner que j’étais là pour protéger Miiyu-sama ? » (Kana)
« Vous êtes du même clan et tu restais constamment à environ deux pas derrière elle. Et surtout, tu m’as vue arriver, donc tu étais attentif à se qui se passe autour. C’est dur de trouver plus furtif que moi » (Moi)
« Que toi oui mais ton hamster » (Kana, toujours souriant)
« Gomen nasai » (Mokona)
« … bon pas grave » (Moi)
« La politesse voudrait que tu te présente à ton tour, si tu le veux bien » (Kana)
« Ishima Akagi » (Moi)
« Le chef du clan d’assassin de Chikara ? intéressant » (Kana)
« Que fais-tu ici Ishi ? Avec ... se bandage … sur ton œil gauche ? » (Miiyu)
« … Ho rien, on m’a crevé un œil durant une mission et l’hôpital le plus proche était celui de Gensou » (Moi)
« Rien que ça ? » (Miiyu)
« On m’en a greffé un nouveau, je dois garder le bandage environ une semaine » (Moi)
« J’ai rarement vue des yeux aussi beau que les tiens … » (Miiyu)


J’haussai les deux yeux devant la tête attristée de Miiyu. Son compliment m’étonné au plus haut point. Miiyu se mit à rougir après s’être rendu compte de se qu’elle avait dit. Elle chercha à changer de sujet, se qui m’amusai beaucoup

« C’était quoi ta mission ? » (Miiyu)
« Bouté une vilaine organisation hors de Yuukan » (Moi)
« Ha ? Et qui t’as fait ça ? » (Miiyu)
« Hasaki, l’un des meilleurs sabreur de Yuukan » (Moi)
« Tu l’as vaincu ? » (Miiyu)
« Non, je me suis fais défoncer, mais une équipe de chuunin la capturer après que mes coéquipiers et moi nous soyons effondré » (Moi)
« Il était si fort que ça ? » (Miiyu)
« Assez ouai, mais ne parlons pas du passé. Qu’est tu venue faire ici ? » (Moi)


Je me mis à côté d’elle et plaça ma main dans son dos pour la faire avancer. Kana restai en arrière, au moins une chose que j’appréciai chez lui

« Je suis venue régler quelques affaires de mon clan » (Miiyu)
« Je vois » (Moi)


Mokona grimpa sur l’épaule de Miiyu et commença à se présenter

« Je m’appel Mokona ! Ravi de faire ta connaissance ! Heu … c’est quoi ton nom déjà ? » (Mokona)
« Heu ... oui … Enchantée, moi c’est Miiyu » (Miiyu)
« Enchanté Miiyu-chan ! Si tu veux je veux bien être ton ami ! » (Mokona)
« Ha ? Merci, j’accepte avec joie » (Miiyu)


Miiyu se mit à sourire, un sourire qui me plaisait beaucoup. Je me retournai et vit Kana qui nous suivait toujours … et qui souriait aussi, mais son sourire à lui me plaisais beaucoup moins

« Tu sais je suis là pour la protéger maintenant, tu peux nous laisser … » (Moi)
« Désolé, mais on à confier sa protection à ma personne, je ne peux me retirer comme ça » (Kana)
« … » (Moi)


Je reportai mon regard devant moi, en avançant les mains dans les poches. Sa présence m’énerver, j’aurais aimer être avec Miiyu, seule à seul.
Un ventre se mit, sans prévenir, à gargouiller. Je me tournai vers Miiyu, qui se tourna vers moi. On s’interrogea du regard mais celui-ci descendit vite sur l’épaule de Miiyu et sur Mokona


« Gomen nasai, je commence à avoir faim » (Mokona)
« En même temps il est un peu plus de midi » (Moi)


Un autre ventre se mit à gargouiller et cette fois c’était Miiyu

« Désolé, mais je crois bien que moi aussi je commence à avoir faim» (Miiyu)
« Bon allez, je vous invite au resto mais avant. Mokona grimpe sur mon épaule » (Moi)


Mokona s’exécutai et je m’étirai les mains avant de rapidement exécutai plusieurs signes et faire apparaître Doki, mon Panda. Il envoya un puissant coup à la sauce soja en direction de Kana qui esquiva le coup en sautant en arrière.
J’attrapai la main de Miiyu, et en laissant derrière nous un nuage de fumé, me mit à courir en sautant sur un toit. Je sentais que Miiyu avait du mal à me suivre, elle n’était pas dans sa transformation en semi lynx après tout.
Je nous fient quitter les toits pour une ruelle étroite et sombre. Je courais droit devant avec la main de Miiyu dans la mienne, nous empruntâmes une ruelle à droite puis encore une fois à droite dans la quel je plaqua Miiyu contre un mur avant d’user d’un genjutsu de dissimulation sur nous deux et Mokona.
Kana passa par la ruelle perpendiculaire à la nôtre mais ne tourna pas au même endroit que nous, il continuai tout droit.
Nos deux corps étaient coller l’un contre l’autre, elle était douce et dégageait une odeur agréable. Qu’est ce qui m’arrivai ? À chaque fois que je la voyais, c’est limite si je ne m’extasier pas devant elle. Qu’elle est donc cette impression ?
Je m’écartai de Miiyu et lui tourner le dos. Je regardai à gauche puis à droite pour m’assurer que Kana était bien partit. Mon visage devint rouge, chose que je ne voulais montrer à la jeune chuunin de Mahou.


« On l’a semé apparemment, sa te dérange qu’on fasse un détour pour que je dépose mes armes ? » (Moi)
« Heu … non … » (Miiyu)
« Miiyu-chan n’a pas l’air très rassuré » (Mokona)


Je soupirai et remis les mains dans les poches en prenant la direction de l’hôtel où je dormais. Une fois arrivée, je fut appeler par le vieil homme

« Hé petit, quand est-ce que ton hamster va me prédire mon avenir ? » (Vieil homme)

J’invoquai Ebichu sans tarder et lui dit à l’oreille, avec un léger sourire

« Débrouille toi avec » (Moi)

Ebichu alla voir le vieil homme pendant que moi je montais en laissant Miiyu en bas en compagnie de Mokona. J’allais, sans trop tarder, ranger mes armes. Je ressortis aussi vite que j’étais rentrer et redescendit à l’accueil. Ebichu revint nous voir quelques minutes après et s’adressa étrangement à la jeune fille

« Miiyu-sama, le vieil homme aimerait te voir » (Ebichu)
« Qu’est ce qu’il me veut ? » (Miiyu)
« Pas grand-chose, pas grand-chose » (Ebichu)
« Pff, encore l’un de ces vieux pervers » (Miiyu)


Miiyu alla voir le vieil homme à contrecœur et j’en profitai pour étrangler Ebichu

« Avoue que tu lui a prédis la venue d’une jeune fille … » (Moi)
« D’accord ! D’accord ! Ebichu avoue ! » (Ebichu)

« Whooooo ! L’hamster avait donc dit vrai ? Une jeune fille est bien venue me voir ! » (Vieil homme)
« Mouais … » (Miiyu)
« Assis-toi donc que l’on bavarde un peu, tu habites encore chez t’es parents ? » (Vieil homme)
« Désolé vous êtes un peu trop âgé pour moi » (Miiyu)


Miiyu s’en retourna pour revenir vers moi, mais derrière, je voyais bien se que regardai le vieil homme. Tans pis si je perdais la chambre. Je lui balançai Ebichu en pleine face et la fit exploser. Je pris la main de Miiyu pour qu’elle me suive et que l’on sorte vite d’ici, je n’avais pas envie d’écouter les gueulardes du vieil homme.

Le soleil continuer d’éclairer Gensou, et en compagnie d’une charmante jeune fille, et de Mokona, j’avais prit une table dans un restaurant. Ont étaient sur une terrasse avec une belle vue sur la ville.


« Au faite, je t’es pas demander. Comment se passe t’as vie de Chuunin maintenant ? » (Moi)
« Plutôt bien, j’ai deux élèves, ils s’appellent Hyûma et Yassin mais ils sont resté à Chikara » (Miiyu)
« Ils sont resté à Chikara ? Ils ont pas peur eux … » (Moi)
« Tu n’y est pas, je vois pas pourquoi ils devraient s’inquiéter » (Miiyu)


Je souris en coin face à la boutade de Miiyu et elle me le rendit

« Au moins, ils ont la chance d’avoir une très jolie Sensei » (Moi)

Miiyu se mit à rougir en me répondant d’un merci très timide qui me fit sourire en coin à nouveau. La serveuse avait choisit se moment là pour venir passer commande

« Bonjour, vous avez choisit votre repas ? » (Serveuse)
« Non pas encore » (Moi)
« Très bien, je reviens vous voir » (Serveuse)


La serveuse s’en alla voir une autre table en attendant

« Alors, sa sera quoi pour toi ? » (Moi)
« Sa y est vous avez fait votre commande ? » (Serveuse)
« Encore vous ? On vient de vous dire non ! Laissez nous le temps de choisir … » (Moi)
« Très bien, très bien » (Serveuse)


La serveuse repartit

« Faisons vite notre choix avant qu’elle revienne » (Miiyu)
« Ouai, alors tu prends quoi ? » (Moi)
« Un peu de poivre Messieurs, Dames ? » (Serveur)
« … On a pas d’assiette et je te conseil de te casser avant que je m’énerve … » (Moi)
« Très bien Monsieur, si vous avez besoin vous n’avez cas faire signe » (Serveur)


Le serveur s’en alla à son tour

« Donc, il y a quoi comme plat ici ? » (Moi)
« Vous avez fait votre choix ? » (Serveuse)
« … » (Moi, agacer)


Miiyu semblait amuser de la scène, surtout de me voir m’énerver. Elle prit le menu et sélectionna rapidement un plat, je fis de même et commanda un steak accompagné de frite et d’haricot vert tout ça légèrement assaisonner par une sauce soja, Mokona, c’était une salade aux fruit de mer. La serveuse repartit avec sa commande

« Un peu plus et je commettais un meurtre » (Moi)
« J’ai vue ça » (Miiyu, souriante)
« Toi la ferme et vas voir ailleurs» (Moi)
« Bien Monsieur » (serveur)
« Première et dernière fois que je viens ici » (Moi)
« Pourquoi ? Moi je m’amuse bien » (Miiyu)
« Arrête de te moquais T-T » (Moi)
« Je te taquine. Comment se passe les affaires de ton clan ? » (Miiyu)
« En se moment y a pas vraiment d’affaires pour mon clan » (Moi)
« Comment ça ? » (Miiyu)
« Je suis le seule ninja actif de mon clan, mon oncle est à la retraite, en gros si je fais aucune mission, mon clan dort » (Moi)
« Ha je vois, sa doit être dur » (Miiyu)
« C’est chiant surtout. Comment se passe les tiennes d’affaires ? » (Moi)
« Pour mon clan ? J’essaie de résoudre un problème. Je soupçonne des gens de Gensou d’avoir organisé un assassinat contre les autres branches » (Miiyu)
« Vraiment ? » (Moi)
« Oui » (Miiyu)
« Tu sais c’est mon domaine, si je peux t’aider à élucider quelque chose … » (Moi)
« Merci c’est gentil » (Miiyu)
« Et sinon ? En dehors de ça ? » (Moi)
« Bah j’essaie de réunir mon clan en une unique branche, à Mahou » (Miiyu)
« Je vois, c’est sûr que diriger un clan ainsi c’est plus simple » (Moi)
« Sauf que le leader de la branche de Gensou lui veut réunir le clan ici » (Miiyu)
« C’est déjà plus compliqué » (Moi)
« Tiens au faite, tu as appris quelque chose sur le lien entre nos deux clan ? » (Miiyu)
« Ouai, Apparemment celui qui à fondé ton clan et celui qui à fondé le mien sont deux frères issus des mêmes parents » (Moi)
« Vraiment ? Comment as-tu trouvé ça ? » (Miiyu)
« Le nom de celui qui a fondé mon clan, se nomme Tisharu Akagi, mais avant il se nommer Tisharu Akamoujuu » (Moi)
« Akamoujuu ? Il faisait partit de mon clan avant alors, que c’est il passer ? » (Miiyu)
« Il l’a quittait. Il à préféré devenir un assassinat plutôt qu’être un espion » (Moi)
« Je vois » (Miiyu)


Nos plats furent servit et nous pûmes nous mettre à manger

« Itadakimasu » (Miiyu, Mokona & Moi)
avatar
Ishima
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 796
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Ishima le 20/4/2008, 20:46

« Au faite Miiyu, j’ai entendu parler d’un tournoi à Chikara » (Moi)
« Ha oui ! J’étais arbitre durant se tournoi et Yassin y a participer » (Miiyu)
« Il a gagnait ? » (Moi)
« Non » (Miiyu)
« D’accord » (Moi)
« Parle moi un peu de toi, tu me poses des questions mais quand il s’agit de toi tu te contente de vite survoler les sujets pour qu’on en revienne à un autre » (Miiyu)
« … Tu veux savoir quoi sur moi ? » (Moi)
« Qui es-tu ? » (Miiyu)
« Ishima Akagi » (Moi)
« C’est pas ça que je demande » (Miiyu)
« Que veux-tu savoir ? » (Moi)
« Quel est ton but dans la vie » (Miiyu)
« Mon but ? À vrai dire, moi-même je n’en sais rien » (Moi)
« Pourquoi ça ? » (Miiyu)
« Pour le moment mon objectif est de venger la mort de mon père, mais une fois cet objectif accompli, quel sera mon but ? Les titres ne m’intéresse guère » (Moi)
« Ne désires-tu pas faire refleurir ton clan ? » (Miiyu)
« Mon clan est déjà mort » (Moi)
« … » (Miiyu)
« T’as techniques de combat c’est améliorer ? » (Moi)
« Continuons à parler de toi, parlons de ton enfance » (Miiyu)
« Mon enfance ? Que dire à part que j’ai beaucoup changer … » (Moi)
« Tu as grandi, c’est normal que tu changes » (Miiyu)
« Pas dans se sens là, quand j’étais petit je ressentais des sentiments autre que la colère, la haine et la tristesse » (Moi)
« Alors pourquoi est-je réussit à apercevoir ton sourire ? » (Miiyu)
« … Disons que je ne les ressent plus comme avant … depuis la mort de mes pare.. » (Moi)
« T’as vie à l’air si triste … J’arrive pas à trouver un sujet te concernant dans lequel tu es heureux » (Miiyu)

« Ishi-kun est heureux quand il voit sa maman ! » (Mokona)
« Hein ? Je croyais que t’es parents étaient mort ? » (Miiyu)
« Mokona, la prochaine fois je n’aurais aucune hésitation à te tuer. Bon je suppose que je dois t’expliquer maintenant … » (Moi)
« Gomen nasai » (Mokona)
« Bon, ma mère se fait passer pour morte, mon oncle est en réalité un traître, c’est lui qui a commandité le massacre de mon clan. Ma mère, un Jounin qui enseigné à l’académie, et un autre Jounin sans grande réputation, ont survécu, mais ils ont étaient obliger de fuir pour pouvoir un jour venger tout ceux qui sont mort » (Moi)
« Ton oncle est un traître ? Je comprends pourquoi tu veux le tuer » (Miiyu)
« Mais avant, je dois découvrir son complice » (Moi)
« Si tu as besoin d’aide » (Miiyu)
« Non merci, cette affaire est très délicate et très dangereuse, je ne veux pas mettre t’as vie en danger » (Moi)
« Je suis une kunoichi, c’est mon quotidien de risquer ma vie » (Miiyu)
« Je sais, mais là cette histoire regarde mon clan » (Moi)
« Je comprends … » (Miiyu)


Le reste du repas se passa dans un calme pesant. Chacun chercher à rétablir la conversation mais heureusement, Mokona fut notre héro

« Miiyu-chan ton repas te plait ? » (Mokona)
« Oui c’est très bon, et le tiens ? » (Miiyu)
« Il est excellent, Mokona se régale ! Et toi Ishi-kun ? » (Mokona)
« Sa va … » (Moi)
« C’est si bon que ça ? » (Mokona)
« Hein ? » (Miiyu)
« Quand Ishi dit que sa va c’est que sa va bien plus que ça » (Mokona)
« Ha je vois, depuis le temps que tu es avec lui tu dois bien le connaître » (Miiyu)
« Mokona est le meilleur ami d’Ishi-kun » (Mokona)
« Alors pourquoi tu m’appel Ishi-kun et Yusuke m’appel simplement par mon prénom » (Moi)
« … Mokona n’est pas ton meilleur ami ? » (Mokona)
« … Je voulais dire par là que tu peux arrêter les suffixes » (Moi)
« Ishi tout seul sa fait bizarre, Mokona préfère Ishi-kun ! » (Mokona)
« … Comme tu veux » (Moi)
« Mokona, pourquoi tu aimes tant Ishima ? » (Miiyu)
« Il est très gentil avec moi. Tous le monde le dit sombre, avec un cœur de pierre, mais se n’est qu’une apparence, au fond il a un cœur d’or, c’est juste que son clan ont une vision différente de la mort que nous » (Mokona)
« Et c’est quoi cette vision ? » (Miiyu)
« Pour mon clan, la mort n’est qu’une transformation supplémentaire qui est naturel à la vie. Je sais pas se que toi tu en penses, mais beaucoup pense que la mort est la fin de la vie, hors pour les miens, la mort fait partit de la vie » (Moi)


Tout le reste du repas fut une discussion sur la façon de penser de chacun mais dériva bien vite sur un autre genre de conversation

« Si je te jure, il a fait une danse qu’il a appeler la tecktonick en plein milieu d’un combat. Quand je pense qu’on y risqué notre vie, je me dit que se Datenshi devait être cinglé » (Moi)
« J’imagine. Se mettre à danser une danse ridicule en plein combat » (Miiyu)


Le rire de Miiyu était ravissant, très mignon. J’adorais la voir sourire.
Le repas finit, on quittai le restaurant pour continuai notre ballade
avatar
Ishima
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 796
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par kyuudan le 21/4/2008, 00:15

[ Petit flashback avant l'examen car j'ai prit du retard mais le voilà enfin ^^ ]


Après une mission échouée, des hommes morts, nous étions rentrés à Gensou afin de nous préparer à l’examen chuunin qui approchait à grand pas. Le lendemain j’étais allé m’inscrire pour participer et essayé de devenir Chuunin. Senna m’avait donné rendez-vous chez elle. Elle avait quelque chose d’important à me dire.

A présent me voilà devant chez elle…Elle m’ouvre et me saute dans les bras. Ses baisers, ses câlins me manquaient, tout ceci me redonne de la force et me remonte mon moral à zéro dût à la mission.


Senna : Bon je sais que l’examen chuunin va commencer et je veux que mon chéri le réussisse, alors je vais te présenter mon sensei ! Il est un spécialiste du genjutsu sa peut t’être très utile…

Yozo : Bien mon cœur je te suis…

Senna ferme la porte et nous partons à la rencontre de ce fameux sensei. A près tout un peut d’entraînement ne me fera pas de mal ! Au fur et à mesure que nous marchons, nous nous éloignons du centre et arrivons en rase campagne, entouré dans notre totalité d’une forêt assez dense…Au loin j’aperçois une petite cabane en bois éclairé d’une bougie…

Senna : c’est là ! Vien !

Senna toc à la porte et un vieil homme d’au moins soixante ans fait son apparition.

Vieille homme : Ma petite Senna ! Que tu as grandi depuis le temps ! Sa fait plaisir de te revoir !

D’un coup il me fusille du regard d’un style provocateur. J’ai cru qu’il voulait me tuer…

Yozo : Bonsoir ! Je suis Yozo Hamu, le petit ami à votre élève et génin du village !

Je lui adresse un sourire mais celui-ci disparaît rapidement….Le vieil homme a disparu ! Un jutsu de téléportation ? Derrière moi !

En effet il est bien là ! Il m’envoie un coup de poing dans la figure que je bloque avec la pomme de ma main.


Yozo : Tu m’auras pas comme ça papie !

La pression de son poing devient vraiment douloureuse, il envoie du chakra dans ses mains, une énorme quantité de chakra que je ne puis supporter. Senna s’en aperçoit par les plissements de mes yeux, et la sueur qui coule de mon front. Tout à coup, un deuxième vieille homme apparaît dans mon dos courant à pleine vitesse.

*Un clone ? Fais chier ! Il est puissant cet enfoiré ! *

Le clone arrive droit sur moi et me transperce avec son poing avec une violence extrême mais un nuage de fumée se fait apparaître. J’apparais plus loin caché derrière un arbre. Je m’avance peu à peu vers l’homme ne lui adressant pas un regard, mains aux poches…

Vieille homme : J’accepte de l’entraîné ! Ce môme promet !

Yozo : Quoi ? Vous vous fouté de moi bordel ?! Vous m’avez testé ? J’en attendais pas moins d’un vieillard dans votre genre…

Senna : Vous avez vraiment pas changé Hakarazu sensei !

Ainsi il nous fait entrer dans sa vieille baraque et nous fait asseoir.

Hakarazu : Tu boiras bien quelque chose Yozo ? Un saké ?

Yozo : Avec plaisir !

Hakarazu me sert alors un saké assez corsé faut dire mais tellement détendant…Puis il commence la conversation.

Hakarazu : Alors Yozo, quelle sorte d’entraînement veut-tu faire ?

Je regarde Senna d’un air étonné…

Yozo : Eh bien !……euh………

Hakarazu : Ok je vais voir de quoi tu as besoin. Quel est ton affinité ?

Yozo : Raiton

Hakarazu : Bien…..Tes armes et tes techniques ?

Yozo : Eh bien j’ai un arc avec des flèches, kunai et autres équipements sinon niveau technique je puis invoquer des armes de raiton et tirer des flèches de foudre…

Hakarazu : Hum….C’est un bon début ! Si j’ai bien compris t’est plutôt un bourrin. Pour l’examen sa t’avantagera pas trop, je pense qu’il vaut mieux s’entraîner sur la distance et…

Il parle comme s’il avait fait sa toute sa vie…

Yozo : Et ?

Hakarazu : Du genjutsu…

Yozo : Du genjutsu ! C’est très puissant mais je ne connais absolument rien la dessus !

Hakarazu : C’est pas un problème. Je vais te l’apprendre avant le début de l’examen. Avec sa tu as de grande chance de monter très haut. Le but de cet entrainement sera de tromper l’adversaire c’est à dire que je vais t’apprendre à crée des formes semblable à des objets mais seulement remplit de chakra. Bien sur l’adversaire n’y verra que du feu et va croire que cette chose est réel mais elle le traversera…J’ai pensé à tes flèches de foudres ! Si tu crée avec ton chakra des fausses flèches, l’adversaire croit que tu en tireras une dizaine et donc à peut de chance de s’en sortir et à ce moment là tu placeras ta véritable flèche dans son angle mort et tu le tueras à tous les coups ! Tu peux bien sur le faire avec tout, pas obligé que sa soit une flèche…

Une goutte de sueur se met à couler et mes membres tremblent…

Yozo : Tuer ? Je ne veux pas tuer !

Hakarazu : Tu n’es pas obligé certes mais tu peux lui en placer une au bon endroit. Mais tout ceci va prendre du temps ! C’est surtout de faire apparaître les objets qui va être difficile !

Yozo : Ok je suis prêt !

Hakarazu : Bien ! On commence maintenant !

Moi et Hakarazu nous dirigions en plein milieu de la foret afin de commencer l’entraînement…Puis il s’arrête et se positionne en face de moi.

Hakarazu : Alors, le but sa sera de te faire apprendre un genjutsu non mental, le Mukei. Son but est de crée une illusion ou un hologramme juste avec du chakra. Tu t’imagine la forme de l’objet que tu veux avoir dans ta tête et tu l’imprime avec du chakra à l’extérieur de ton corps. Bien sur tu n’y mets que du chakra et pas ton affinité sinon ton genjutsu ne sera plus une illusion. Vais te montrer un exemple…

Hakarazu ferme les yeux et tient ses mains, plaquer l’une contre l’autre au niveau de son torse. Quelques secondes s’écoulent quand je vois apparaître dans ses mains, une lame enflammée gigantesque.

*Bordel qu’es qui fou avec une arme pareil ? *

Tout d’un coup, il apparaît face à moi et dirige sa lame dans ma direction, à la vertical et me traverse le corps…

*C’est quoi ce bordel ?? *

Hakarazu : C’est le genjutsu Mukei, tu crois que c’est une vrai lame mais en fait c’est simplement une illusion, il n’y a que du chakra à l’intérieur donc elle te traverse. C’est le but de ton entraînement.

Yozo : Mais les flammes c’était bien du Katon non ?

Hakarazu : Pas exactement. J’ai imité les formes que faisait le feu sur la lame, c’est une réplique parfaite la preuve tu y as cru jusqu’au dernier moment…

Yozo : C’est flippant !

Mes yeux se crispent et mon cœur bat vite…

Hakarazu sort de sa poche un feutre et me dessine un point de la paume de ma main. Il referme le bouchon, le range et s’assoit sur le sol.


Hakarazu : Assit toi ! Première chose ! Sort une flèche de ton carquois…

Je m’exécute rapidement et lui tends la flèche…

Hakarazu : Regarde la attentivement dans les moindres détails et imagine la dans ta tête. Une fois que tu l’auras bien dans ta tête, imprime la et fait la sortir avec du chakra et donne la lui forme de la flèche et n’oublie pas ! Le point que je t’ai fait te sert à concentrer le chakra à un point précis et pas le faire sortir sur toute ta main… Bonne chance.

Je prends la flèche dans mes mains et l’analyse attentivement. Bon alors le bout et en forme de triangle, l’arrière composer de légères plumes et le reste en bois. Quand j’y mets du raiton, la flèche est bleu sombre et des vagues de foudre survole la flèche. Oui c’est bon je la vois dans ma tête, il faut que je la fasse sortir avec du chakra seulement par le point noir que ma fait Hakarazu sensei !

Mes yeux fermés, concentré plus que jamais, je commence à exécuter le genjutsu…Du chakra sort du point dessiné sur ma main mais un objet de chakra sans aucune forme sort de celle-ci.


Yozo : Bordel de chiotte ! Sa ressemble plus à la gueule de Takeshi qu’autre chose !

Hakarazu me regarde d’un air étonné après avoir sortit le nom de Takeshi…

Hakarazu : C’est déjà pas mal, tu arrive à faire sortit un « truc » du point remplit de chakra. Le plus dur reste de lui donner forme…Aide toi d’un clone si tu veux ! Bon je reviens ce soir dans la nuit ! Tu as quelques heures pour le réussir, je sais que tu peux le faire, quelqu’un de ton niveau le ferait en 1 semaine mais toi je sais que tu peux le faire ! Allé ! A la bonne revoyure !

Il disparaît dans un nuage de fumée me laissant seul dans les bois. Les cris de Hibou me font frissonner mais le chant des cigales me soulage…

*Ok je peux le faire ! J’ai quelques heures pour réussir ! *

Yozo : Nimpo, kage bushin no jutsu !

Un clone apparaît à mes côtés et nous commençons l’entraînement…

21h30

Toujours rien, un gros pâté sort de ce foutus point et mon clone me sert vraiment à rien !

22h10

Mon chakra commence à prendre forme et une sorte de tube cylindrique sort de ma main…

Yozo : C’est vraiment à chier le genjutsu !

23h50

Yozo : J’en ai marre ! Je fais des flèches mais elle taille pas…A mais je sais pourquoi sensei a voulu que je prenne un clone ! Il peut me servir à donner forme à l’objet en déplacent le chakra présent dans l’air et donc lui donner une forme parfaite !

Après plusieurs essais, je sens petit à petit comme j’y arrive et ma flèche devient de plus en plus ressemblante…

00h00

Yozo : Yataaaaaaaaaaaaaaaa !!!! J’ai réussi !!!

Mon genjutsu Mukei a porté ses fruits et mes flèches de chakra est une réplique parfaite de mes véritables flèches de foudre…

Au loin j’entends des applaudissements, c’est Hakarazu…


Hakarazu : Bien joué Yozo ! Pile à l’heure je suis fière de toi !

Il s’approche près de moi et me marmonne quelques mots…

Hakarazu : Une chose qui peut être utile…Pour supprimer un genjutsu sur toi utilise le Kai intérieur ou extérieur…

Yozo : Bien sensei !

Après ses quelques mots je tombe dans ses bras, mort de fatigue…
Je me réveille, le soleil du matin m’éblouir le visage…C’est le grand jour, l’examen chuunin commence !
avatar
kyuudan
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 263
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu en mode [Mercenaire]

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par yan le 21/4/2008, 23:49

yan se dirigeait vers le centre du village, sac à dos sous le bras, il y revenait pour la première fois depuis plusieurs jours, en effet, il avait passé plusieurs jours dans la zone d’entraînement désaffectée qui lui servait de terrain d’entraînement dans le but d’un petit exercice de survie : il était donc resté seul, s’entraînant quand il ne cherchait pas de quoi manger. Maintenant la durée de l’exercice était expirée et il rentrait chez lui à la fois satisfait et un peu énervé. Satisfait car il s’était assez bien débrouillé et avait bien progressé mais aussi énervé car durant l’exercice, il avait dormi environ 3 fois moins qu’à l’accoutumée et, le sommeil revêtant une importance particulière pour lui, cela le rendait de mauvaise humeur

*aaah ! voilà le centre, encore quelques minutes et je retrouve mon matelas chéri ! tiens, il y a du monde sur la Place de la Fontaine, aujourd’hui*

en effet, la grande place était noire de monde, on ne voyait quasiment plus les marches du bas de la grande fontaine. Perplexe devant tant de monde, il s’arrêta pour observer la foule. Il s’aperçut qu’il y avait un nombre étrangement important d’étrangers à gensou, il repéra plusieurs individus à la peau bronzé et tanné par le soleil, habillés légèrement, ils semblait se les peler alors qu’il faisait pourtant très doux, ils observaient avec fascination les bassins, fontaines et autres canaux, d’autres badaient d’un air blasé, en cherchant les coins d’ombre, ils marchaient d’un pas léger et assuré. Yan en déduit que les premiers étaient des chikarates et les seconds des mahousards, c’était plutôt étonnant : il y avait toujours des touristes chikarates et mahousards mais pas autant, en plus ils ne ressemblaient pas à des touristes. Yan remarqua même à sa grande surprise qu’il y avait des ninjas chikarates : trois jeunes de son âge, peut-être un peu plus, arboraient fièrement leurs bandeaux frontaux à motif de sablier.

*qu’est ce qu’ils font là ces types ? y a pas un accord empêchant les ninjas chikarates de rentrer dans gensou qui existe ? je vais aller leur demander…*

il s’avança vers eux en vérifiant que ses sabres étaient à portée de main

*on sait jamais… avec ces bourrins…*

chikarate 1 l’interpellant- qu’est ce que tu veux, toi? Tu fait que nous observer depuis tout à l’heure
yan- vous êtes des ninjas de chikara ? comment ça se fait que vous vous baladiez comme ça chez nous, normalement il faut pas un laissez-passer ou un truc comme ça ?
chikarate 1- t’es de la police minus ? je te signales que nous sommes des genins en passe de devenir chuunin, cela signifie que je peux te couper la tête dans l’instant qui suit, alors dégage !

*alors là… incident diplomatique… j’étais venu sans agressivité avec juste un dose raisonnable de méfiance mais là c’est fini, il veut la castagne, il va l’avoir…*

yan en montrant son bandeau frontal accroché à l’intérieur de sa veste- je ne crois pas, non… moi aussi je suis ninja et j’attends les réponses à mes questions, dans le cas contraire, je devrais peut-être vous arrêter…
chikarate 2- tu sais bien ce qui se passe, non ?! on a parfaitement le droit d’être ici, crétin. Et tu penses sincèrement pouvoir nous battre tout les trois ??! j’aimerais bien savoir comment !
yan avec un sourire et un regard diabolique- ne me tente pas… tu risquerais de le regretter… enfin, pendant le bref laps de temps précédant ta mort…

*le plus grand chikarate, celui qui m’avait parlé en premier, me regardait avec un sourire, les deux autres me fixait d’un air un peu effrayés… conséquence directe de mon expression démente… l’effet obtenu était exactement celui voulu : une première impression donnée à l’adversaire est une arme que je maîtrise parfaitement bien… ça peut servir dans les combats de rue*

yan accentuant l’expression diabolique- voyez-vous, nous sommes entourés d’eau… et d’un simple signe de main je peux vous y noyer… or je doute que vous ayez appris à nager dans le désert chikarien…

*je plantais méchamment mon regard dans les yeux du premier chikarate en étirant mon sourire dément… héhé, et voilà : l’art de déstabiliser ses adversaires… ah, le plus grand a cessé de sourire, la menace ne lui plaît pas…*

chikarate 1- je te préviens tout de suite, si tu lève ne serait-ce qu’un petit doigt sur moi, je ne réponds pas de ce qui va arriver… de plus, on participe à l’examen, alors si tu nous attaques, tu vas…
yan- minute ! qu’est ce que tu as dit ? quel examen ?
chikarate 3- ben, l’examen chuunin, tiens ! ça fait 3 jours que ça ne parle que de ça, ici !
chikarate 1- quoi ? t’étais pas au courant ?! on est venu de partout pour y participer et toi dans ta propre ville, tu ne le savais pas ?!!
chikarate 3- la première épreuve est même déjà finie

au fur à mesure de ces nouvelles, le visage de yan se décomposa. Il avait eu l’intention de participer à l’examen et il s’était préparé dur pour ça, et à présent, à cause de cet exercice de survie, il l’avait loupé

chikarate 1- euuh… ça va ? t’as l’air bizarre…
yan- merde ! tout ça à cause de cet exercice de survie à la con ! mais pourquoi ne m’a-t-elle pas prévenu ?!!
chikarate 1- faut pas ce mettre dans ces états-là pour une fille, mon gars…
yan- je parle de ma senseï, crétin ! je devais participer à ce p*** de c*** d’exam, mais je ne connaissais pas la date et j’étais en entraînement depuis plusieurs jours, ma senseï aurait dû venir me le dire !!
chikarate 1- ah ouais, c’est moche… tu sais quoi, gensouard, je ne vois qu’une seule solution à ce problème : une virée au bar !
yan le regarde étonné puis sourit- ça, c’est une idée ! enfin quelqu’un qui sait vivre ! vous êtes pas si mauvais dans le fond… met une accolade au grand chikarate allons-y ! je connais un endroit où il fond des petits cocktails… mmh
chikarate 1- moi qui croyait que tous les gensouards étaient des coincés !
yan- et moi que les chikarates ne savaient pas s‘amuser !
avatar
yan
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 55
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 26
Localisation : la ville rose, en train de dessiner, d'écouter de la zic, de faire la fête, de jouer de la gratte, d

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Evaline le 22/4/2008, 15:59

Kezashi s’était arrêté la bibliothèque pour faire des recherches sur ce que Gotanoa lui avait infligé, quand a Iziroth et Myuu ils étaient chacun partis de leur cotés après avoir réussi a escorter Evaline et l’aveugle avec succès jusqu’aux portes de Gensou.

Evaline se retrouvait de nouveau seule, pour un temps. Elle quittait un village en effervescence pour retrouver le sien dans le même état. L’examen chuunin avait lieu ici, au
village de la cascade. Elle était arrivé un peu tard pour y participer et n’en avait d’ailleurs pas tellement l’envie. Etre la ninja la plus sexy du tournoi de Chikara ne lui donnerait pas de points pour passer chuunin pensait elle avec un sourire.

Kezashi lui avait demandé de retourner s’entraîner auprès de son ancien maître en attendant qu’il soit de nouveau apte à reprendre ses propres activités en pleine possession de ses moyens. C’est ainsi que la jeune femme se retrouvait devant le « no-suiton bar » préparée à subir les plaintes de son patron et les haleines aigres des clients… sans parler de leurs mains baladeuses. Elle fit un pas en avant et poussa la porte d’entrée.

-Bonjour tout lemonde !

La voix mélodieuse de la genin résonna dans la pièce vide. Vide excepté du vieil alcoolique visiblement endormi sur le comptoir. Le vieillard releva la tête, les yeux rougis par le sommeil.

-te revoilà ma belle ! Dis donc tu n’aurais pas pris un peu de poitrine toi encore ?

Evaline soupira, c’était reparti, comme d’habitude. A ce demander si le vieillard n’avait pas réussi a l’entraîner qu’a éviter ses mains et à répondre par de cinglantes réparties. Il la regardait toutefois en souriant visiblement heureux de la revoir, et elle ne pouvait pas affirmer non plus que de le retrouver la contrariait réellement.

-j’ai reçu un mot de la part du jeune blanc bec qui t’a emmené jusqu'à chikara…*un rot sonore ponctua sa phrase*…parait que t’as eu quelques problèmes sur le retour.

En effet la poursuite avait été compliquée et elle, ainsi que son sensei, y aurait laissé la vie sans le soutien de miiyu, Iziroth et Mey. Evaline hocha la tête pour toute réponse, attendant la suite.

-il m’a demandé de le relayer pour ton entraînement, me demandant de te faire acquérir plus de …possibilités. Le vieillard eut un rire grinçant. A croire qu’il a eu l’honneur de te voir utiliser une autre forme d’art ninja que le taijutsu.

Evaline ouvrit la bouche pour parler mais l’aveugle la coupa d’un geste de la main.

-tu passes à coté de l’examen chuunin, au vu du nombre de participants ce n’est peut être pas un mal pour toi.
*il déplia la lettre la relisant en marmonnant
*
genjutsu et meme…ninjutsu…tu commences aussi à utiliser le combat a distance…
*
il se remit a la fixé toute vapeur d’alcool ayant visiblement disparu de ses yeux*
finalement on pourra peut être tirer quelque chose de toi…

-Si c’est encore un de vos jeux de mots en dessous de la ceinture…

Evaline serrait les dents elle détestait être étudiée comme cela, ça la ramenait de nombreuses
années en arrière avant qu’elle ne quitte l’académie…et sa famille pour s’installer ici.

-Nan ma grande je suis on ne peut plus sérieux. Je vais suivre les conseils de ton nouveau sensei et t’entraîner pour t’offrir plus de possibilités. Selon ce que j’ai lu la
dedans ta maîtrise du genjutsu est loin d’être mauvaise… tu utilises même du haruka…et ça c’est pas rien.


La jolie jeune femme fronça les sourcils visiblement ne suivant plus le vieillard, elle re-potasserai ses vieux livres de l’académie pour ne pas passer pour une cruche et hocha la tête faisant semblant de comprendre.

-le problème est le temps de préparation et le coût en chakra…ta maîtrise de ce dernier n’est pas assez bonne, tu en gâches et ne parviens pas à le manipuler assez vite.
Pour cela tu vas devoir t’entraîner aux genjutsu non mentaux…notamment de type Mukei, comme le clonage de l’académie ou encore la substitution.

Eva hocha la tête tout en se recoiffant, le vieux avait raison si elle parvenait a enchaîner des genjutsus de ce type rapidement et en gâchant le moins de chakra possible elle parviendrait a mieux contrôler d autres illusions plus puissantes.

- et vous m’apprendrez un nouveau genjutsu vieillard ?

Il se contenta de sourire et de secouer négativement la tête avant de se racler la gorge et de viser avec précision un crachoir. Evaline visiblement déçue sauta par-dessus le bar, servant une bière légere à son vieux maître et un jus de fruit pour elle-même.

-Non ma jolie si tu parviens a mieux maîtriser ton chakra tu pourras développer tes propres genjutsu, après tout ils sont plus efficace si personne ne les connais n’est ce
pas ?

Les yeux d'un vert profond de la belle genin répondirent par l'affirmative alors qu'elle sirotait son verre. Le vieillard fit de même avec sa choppe puis la reposa soudainement, s’essuyant la bouche de sa manche déjà salie.

-Par contre le dit Kezashi parlait de nouvelles possibilités, hors pour l’instant je ne te parle que d’améliorer ta maîtrise du chakra. Etant donné que ton niveau de tajutsu
est tout à fait appréciable…je vais tenter de t’apprendre une nouvelle technique suiton.

Le vieillard ne put s’empêcher de grimacer devant l’ampleur de la tache. Comme Evaline ne put s’empêcher de s’étouffer avec son jus d’orange. Le ninjutsu, c’était trop bizarre. A la fois
cela paraissait aisé et pourtant elle n’y parvenait pas bien. Le chakra et les signes de façon séparé oui, le tout en même temps…et la matérialisation en plus…cela avait toujours fait ragé se sprofesseurs étant donné qu’a contrario sa maîtrise du genjutsu lui avait permis d’acquérir le grade de genin sans trop de problème.

-ton jutsu de création d’eau ou souzu mizu, peut être la base d’un réel jutsu d’attaque et d’un autre de défense. A toi de choisir le quel tu préfères travailler pour l’instant.

Le ninja alcoolique attendait une réponse, pendu aux lèvres pulpeuses de la jeune femme. Celle-ci leva les yeux réfléchissant, repensant a ses combats différents, a la poursuite dans la foret…ses yeux se fixèrent finalement dans ceux du vieillard, toujours aussi étonnement alerte.

-…défense…

-…bien. L’entraînement commence ce soir.
Le vieillard se ré-affala sur la table commençant déjà a ronfler.
Evaline commenca pour sa part a nettoyer le comptoi, aprés tout le "no-suiton bar" risquait d'avoir des clients au cours de cet examen chuunin. Les genins adorerait venir feter leur victoire ou noyer leur défaite dans un bar glauque de la ville.
avatar
Evaline
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 204
Date d'inscription : 14/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Ryosuke le 23/4/2008, 14:12

Vraiment trop humide... mais la bibliothèque de ce village était un véritable temple de la connaissance du genjutsu. J'ignore si les ninjas actuels du coin en sont friands, mais le bagage culturel, lui, est irréfutable. Dans cet énorme batiment où s'étalaient des milliers de livres, au moins le quart traitaient des illusions. Tellement important que de nombreux shinobis des autres villages, intéressés par cette matière, tentent d'accéder à ces connaissances. Et oui, j'en fais partie... j'ai pratiquement atteint ma limite au corps à corps, et je ne pourrais plus progresser en ninjutsu qu'en améliorant ma maîtrise du chakra. Autant faire d'une pierre deux coups et se pencher sur ce qui demande donc la plus grande précision dans la manipulation du chakra: le genjutsu. Pour l'instant, mon niveau est plutôt mauvais... doit bien y avoir des méthodes efficaces d'entrainement pour les genjutsus mentaux dans le coin, non?

Après pas mal de temps et les conseils donnés à contrecœur du gérant des lieux, je trouvais quelques possibilités:


-Essayer sur soi même. Ca je le fais déjà... mais c'est beaucoup plus facile de tripatouiller son propre cerveau. Du coup, quand j'essaie sur un autre, c'est pas du tout la même chose, et ça m'exerce encore moins à le faire à distance. Et je tiens pas spécialement à subir des illusions particulièrement douloureuses.
-Tenter sur un clone. Euh... je sais plus faire de clones. Et les bouquins disent que si l'illusion est assez puissante et/ou douloureuse pour plomber le clone, ça fait se répercute sur les autres dont le vrai bonhomme. En gros, même problème que précédemment...
-Se trouver un/des cobayes volontaires. Radical, mais allez vous trouver un débile profond pour accepter ça... surtout pour des machins vraiment horrible, vu que les petits ça peut passer. Remarque, je suis sûr que Tyrande accepterait jusqu'à un certain point... mais non, le ferais pas.
-Se trouver un/des cobayes pas volontaires. Oui et non... je me vois mal me balader et faire ça à tout bout de champ. Surtout que ça doit être considéré comme une agression ce genre de truc, et avoir des problèmes avec les représentants de l'ordre c'est pas génial. Et en situation de combat... j'aime pas l'idée de ce qui arrivera si ça foire.

Bref, rien de vraiment convaincant...
Evidemment, les ouvrages les plus intéressants sont distribués au compte goutte. Pas bon pour moi ça... et même pas la peine de tenter d'en subtiliser un: j'ai déjà trois groupes d'une quarantaine de personnes sur le dos, si en plus je me coltine un incident diplomatique... enfin, s'ils sont avares en genjutsu, y'aura bien un truc de sympa sur autre chose dans le coin. Autant demander à la bonne femme là bas... elle a beau avoir un air de rapace avec ses yeux perçants, sa fine bouche et son nez pointu... bah.

-Excusez moi... pourriez vous me conseiller? Je recherche un livre sur...
-Je vous ai déjà dit que c'était non: rien d'autre sur le genjutsu que ce que vous avez déjà.
-Ca j'ai compris... très bien compris vu l'insistance, dur de faire mieux... non, quelque chose sur les techniques de corps à corps. Alors?
-Précisez votre demande... taijutsu, kenjutsu? Autre chose encore, comme du juken ou une autre bizarrerie exotique? Si c'estça, pas besoin de...
-Ne parlez pas ainsi, le jûken est loin d'être une bizarerie!

C'est un jeune homme qui attendait derrière moi qui prit la parole. Je me décalais pour l'observer à la dérobée: le premier détail frappant chez lui, c'est la longe cicatrice verticale couleur lie-de-vin qui nait au dessus de son oeil gauche, pour se terminer sous sa bouche. L'autre, c'est le blanc de ses yeux. Cheveux noirs formant un petit catogan (queue de cheval pour les gars si vous préférez), et un plus grand que moi, ce qui n'est pas vraiment difficile. A sa ceinture, le symbole des ninjas de chikara. Comme vêtements, il porte un kimono blanc.

Sur son épaule droite, un emblème connu des habitants de chikara, dont j'étais. Ce type est un hyûga. Vu sa réponse, la vieille bibliothécaire desséchée semblait également le savoir. La conversation se poursuivit entre eux deux, et je ne compris pas tous les termes techniques...

-Certainement que vous y comprenez quelque chose vous... humrf, vous avez trouvé ce que vous voulez?
-Pas exactement. Il me faudrait un ouvrage sur la nature des genjutsu "chikai" et "haruka".
-Vous en avez déjà eu... quatre même.
-Je n'ai pas besoin de mode d'emploi ou de détails sur les possibilités techniques, mais de la forme qu'adopte le chakra, son trajet, etcetc...
-Eh bien donc... vous imaginez bien que ces informations sont réservées à...
-J'ai une autorisation du chef de l'anbu de ce village. Il vous faut autre chose?
-Bon, attendez moi là... argmbl...
-Vraiment pas coopérative cette vieille pie... oh, navré, je vous ai devancé. Veuillez m'excuser.

Tiens, il me parle... voyons il a une autorisation pour consulter des livres apparemment très surveillés. J'ai compris genjutsu, même si chikai et hakuma mattata ça me dit rien... ce gars est déjà en avance sur moi. Et il fait des recherches... il pourrait m'aider?

-Sans problème, vous au moins vous ne perdez pas de temps avec elle...
-Oh que si j'en perds... elle ne veut vraiment pas que j'avance dans mes recherches.
-Il faut une autorisation spéciale pour ces livres?
-Si vous saviez... j'ai dû batailler ferme pendant deux ans pour enfin pouvoir accéder à ces documents.
-............. Deux ans? Eh beh, je suis mal moi... à ce point?
-J''ai bien peur que oui... à chikara, ils n'ont pas voulu prêter attention à ma requête avant que je ne sois passé junin, ce qui n'était pas mauvais en fait: ici, je me serais fait rejetté directement. Il m'a fallut également participer à de nombreuses missions de coopération Chikara/Gensou.
-Bon... n'ai plus qu'à rentrer de là où je viens. Enfin, après cet examen chunin.
- Ah... oui, c'est sur qu'un simple genin a plus de chance de collecter des informations dans son propre village.
-Hum? Non, pas genin... chunin, je suis ici en tant qu'examinateur.
-Ah, autant pour moi, désolé.
-Mais je crois que ça n'augmente pas vraiment mes chances...
-Je crains malheureusement que oui... au fait, nous parlons et je ne me suis pas encore présenté: Niigata Hyûga. Comme vous avez pu le voir, je fais actuellement des recherches poussées sur les illusions.
-Ryosuke Soma. Enfin, Soma, je suppose... on va dire oui. Plus ici par curiosité qu'autre chose...

C'était vrai en fin de compte: le bouquin des moines de Yuki dont je m'étais servit pour apprendre le genjutsu était tellement vieux qu'il en devenait presque obsolète, du moins pour les termes techniques. Puisque j'étais à gensou, je m'étais dit autant en profiter. Mais c'était pas si facile, j'aurais de meilleures chances à mahou...
Ou au domaine Soma du coin. La configuration de notre clan est vraiment avantageuse. Cependant, un petit quelque chose me dit que ce n'est plus très possible pour moi d'y aller...

A ce moment là, la vieille revint en maugréant, un épais volume entre les mains. Niigata le prit et partit, après m'avoir salué.

-Ce fut un plaisir, mais je dois partir. Peut être nous reverrons nous, Ryosuke Soma.
-Peut être...
-Bon, à vous maintenant. Vous vous êtes décidés sur ce que vous voulez comme sujet?
-Hum?....... Ah oui... eh bien, quelque chose référençant les styles de combats à mains nues les plus courants. Pas seulement les plus courrants d'ailleurs en fait...
-Allez voir dans l'allée E, puis sur la rangée de droite, vous devriez trouver ce que vous voulez.
-Bien...

Effectivemment, j'avais cette fois de quoi satisfaire ma curiosité... d'un autre coté, pas bien difficile non plus, je ne connais aucun vrai style de combat. Le style "Suzaku" des Soma ne rentre pas vraiment dans cette catégorie... plus dans la psychologie appliquée. Premier livre qui me tombe sous la main: les deux taijutsu "spécialisés" les plus répandus, à savoir Nekoka et Migite. Voyons voir... le premier semble avoir une optique agile/rapide, le second à une approche pur bœuf. Je parcourus ce livre pendant une bonne quarantaine de minutes, sans voir le temps passer. Au final, j'en retenais pour le moment l'optique dans lesquels s'inscrivaient ces styles, et leurs méthodes d'entrainement privilégiées.

Ok... rien qu'en sachant ça, ça va grandement m'aider si je tombe sur un adversaire affilié à ces taijutsu. Le simple fait de savoir leur but, méthodes et habitudes m'épargne énormément de temps d'analyse. Du temps gagné pour le combat. Encore faut-il que le taijutsu du bonhomme soit inscrit sur son front... pas gagné.

Dans un autre livre (parmis deux-trois autres lus en diagonale), je trouvais un style assez marrant: le combattant concentrait énormément de chakra dans ses poings pour infliger des dommages pouvant être phénoménaux. Plus une méthode de frappe qu'un type de combat, car le résultat était vraiment bourrin. Les personnes ayant du mal à concentrer autant de chakra utilisaient des sceaux conduisant le chakra jusqu'aux membres... et d'autres carrément pour le stocker.

Stocker le chakra dans un sceau... c'est possible? Ouaip, Tyrande le fat. Et j'ai cru comprendre qu'ils avaient utilisés des parchemins à genjutsus pendant l'examen... cette histoire de Tousen. Hep... minute papillon...
Je restais un moment sans bouger, le cerveau bloqué sur ces idées:
"Sceau" + "Genjutsu" + "Je met trois plombes à en faire un"...

Ca me serait possible d'en stocker à l'avance? Et en plus ça m'économiserait du chakra... quoi que j'ignore si c'est gourmand ou pas ce genre de truc à utiliser. Et si c'est du genjutsu mental, ça doit forcément être dirigé vers la cible. Bref, si je fais ça, ce sera pas gagné pour autant. Mais j'y aurais un avantage.

Bon, reste juste à apprendre à utiliser le fuinjutsu. Ca tombe bien, parce que dans ma tête...

Fuinjutsu = Tyrande. Bah elle va être contente de servir à quelque chose pour une fois...

Ryosuke
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2308
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Evaline le 24/4/2008, 00:06

La journée était passée extrêmement rapidement. Des clients avaient afflué par vagues en attente du retour des genins entrain de passer leur première épreuve. Evaline avait entendu quelques noms qu’elle connaissait, pour certains des gensouhards, pour d’autres des adversaires croisés lors du tournoi de chikara.
Son vieux maître s’était enfin réveillé et faisait ses assouplissements dans un coin de la salle. Pour sa part elle frottait énergiquement le comptoir pour qu’il n’y reste aucune trace. Tache terminée, elle sauta par-dessus le bar pour rejoindre son mentor.

-alors vieillard on le fait cet entraînement ? Le patron va reprendre le boulot…

Elle désignait le comptoir du pouce une main sur la hanche

-bien bien bien ! Sortons en ce cas, ton affinité étant suiton nous allons rechercher
une grande quantité d’eau pour te faciliter la tache.


Chose aisée vu l’emplacement de la ville. Les bas quartiers possédaient même parfois des canaux à la place de rues plus normales et les non shinobis s’y déplaçaient alors en barque.

Le vieil homme s’arrêta au bord d’une mare entre les habitations et remplis ses poches de petits cailloux. Il s’installa alors agilement sur la barrière bordant la petite étendue d’eau.

-Va au milieux.

Evaline sauta par-dessus la rambarde en bois a son tour concentrant du chakra dans ses pieds, juste ce qu’il fallait pour pouvoir marcher sur l’eau, ça aussi elle savait faire. Un dosage constant et équilibré, une émission continue… elle marcha lentement jusqu’au milieu de la mare, accélérant peu a peu lorsqu’elle fut sur du dosage. Arrivé au centre elle se retourna pour faire face au sensei alcoolique déjà une bouteille a la main.

-bien maintenant tu vas utiliser ton souzou mizu.

La jeune femme haussa un sourcil, elle ne voyait pas d’entraînement là dedans. Elle recoiffa une mèche de cheveux derrière son oreille et croisa les bras tout en jetant un regard désapprobateur au vieillard. Celui-ci se contenta de la regarder sans rien dire buvant de temps en temps une gorgée de la bouteille chipée au « no-suiton bar ».
Au bout de 5 minutes de silence Evaline se décida d’obtempérer.

-Souzou mizu no jutsu !

Les signes furent enchaîné rapidement et l’eau produite en bien plus grande quantité que d’habitude, une partie sans doute puisée dans le milieu ambiant. Cependant et la jolie gennin le compris vite l’entraînement n’était pas la, ses pieds s’enfoncèrent dans l’eau, la déséquilibrant, elle entendit juste le rire entrecoupé d’une toux grasse du vieil homme avant de se retrouver complètement sous l’eau.
Elle remonta rapidement, visiblement contrariée, tant par l’idée de devoir se recoiffer que par le ricanement du vieux. Celui-ci d’ailleurs ne put s’empêcher de siffler voyant le tee-shirt trempé de la jeune femme laisser encore plus deviner ses formes.


-Allez recommence ma grande ! Je sens que je vais avoir de quoi me rincer la gorge et l’œil toute la soirée moi ! *il le va sa bouteille ne direction de la jeune femme*
Tu dois parvenir a doser ton chakra a la perfection, sans léser tes pieds, la vraie difficulté n’est pas ton jutsu tu l’auras compris… cet exercice est assez facile…

Cela n’empêcha pas Eva de prendre la tasse plusieurs fois cependant, mais en effet ce ne fut pas bien long, la nuit toutefois était tombée lorsque’ elle parvint enfin a garder une quantité de chakra toujours égale sous ses pieds et a lancer son souzou mizu no jutsu.

-bien on va s’arrêter la pour ce soir, nous reprendrons la suite demain ma jolie. Tu es encore plus pale que la lune et a mon avis ton chakra est épuisé.

Evaline se contenta d’hocher la tête ne pouvant s’empêcher de frissonner à cause du froid qui montait la nuit arrivée. Elle le sentait elle avait bel et bien vidé son chakra, pourtant son souzou mizu, jutsu de création d’eau, était une technique mineure. Il fallait parvenir maintenant à diminuer la quantité de chakra utilisé, à éviter les pertes. Ce serait pour elle la seconde étape pour tenter d’améliorer son ninjutsu et apprendre une nouvelle technique promise par le vieillard.

Arrivée au « no-suiton bar » celui-ci était plein, l’examen amenait énormément de monde. Elle crut reconnaître une tête ou deux mais trop fatiguée pour vérifier monta directement dans sa chambre ne relevant même pas les quelques sifflements appréciateurs que son passage déclancha. Elle s’endormit comme une masse, complètement épuisée.
avatar
Evaline
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 204
Date d'inscription : 14/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Makaya le 24/4/2008, 21:43

« Putain…Je suis ou la encore ? Et pourquoi je commence toujours mes phrases par putain… »

Le réveil fut extrêmement difficile. La lumière était aveuglante, il y’avait un vent glacial de merde et le type qui ronflait sur mon dos était extremement lourd, tout comme la table qu’il avait sur son dos a lui. Tandis que j’expulsais tout ca dans le caniveau le plus proche, j’avisais de la situation.

J’etais visiblement a Gensou. Dans la rue. Autour d’une demi-douzaine types totalement raides morts, jonchant au milieu d’un nombre impressionnant de cadavres de bouteilles d’alcools en tout genre. Autour de nous passait la population gensousarde, qui regardait cette scene de débauche d’un œil méfiant et méprisant, en hâtant le pas en voyant que l’un des dépravés se reveillait. On ne ressemblait pas a grand-chose en meme temps. Une fois de plus j’avais encore perdu presque tous mes fringues (dans un eclair de lucidité, j’avais visiblement songé a garder mon calecon. Pour une fois). Et les gus qui sciaient des buches a meme le sol n’avaient pas l’air tellement plus fins non plus : ils pataugaient dans du vomi seché, s’etaient renversés les bouteilles encore pleines sur eux si bien qu’ils puaient la biere rance, et ils affichaient tous d’importants hematomes. Dus a des coups de genoux.

Et ou était Kama le Hutt ?

Et la, le flash ! Le debut de la baston dans le boui-boui, tot dans la soirée, qui s’est continuée dehors apres que le patron nous ait foutus a la rue. Ensuite la course poursuite dans les rues de Gensou, qui s’etait achevée dans un autre bar que nous avons aussi mis a sac. De nouveau nous avons été explusés sans menagement et d’autres beuglants nocturnes vinrent elargir notre communauté premiere. Puis une mamie a ouvert sa fenetre en nous demandant d’arreter notre barouf nous avons alors saisis l’occasion pour nous engouffrer chez elle et aneantir son mobilier. Puis on est ressortis, et on est tous allés pisser sur le mur du batiment de la police (Je suis persuadé d’avoir gagné l’affinité Suiton vu la quantité de pisse que j’ai produite). Et pis y’en a un qui est tombé (maintenant que j’y pense il est peut etre mort…) On s’est alors arretés et finalement tous ensemble on s’est posés pour le restant de la nuit…il ne va pas sans dire que tous les evenements relatés ci-dessus se sont deroulés a grand renfort d’alcool volés ca et la, en pillant dans les bars et dans la cave de la grand-mère qui avait une vieille liqueur fantastique. Et apparement on a terminés la nuit ici a discuter autour d’un feu fait grace a des planches arrachées a un banc. Mais Kamashiro m’avait laché des la premiere explusion de bar en fait. J’avais donc passé la nuit dehors, a sillonner les coupe gorges seul, poursuivi par une horde de gensousard bourrés. Et aux trois quarts nu ?
Le sejour ici s’annoncait bien !


Je repris mes esprits, m’étira et alla me débarbouiller dans une fontaine non loin, sous les yeux horrifiés des gamins qui faisaient flotter des bateaux de bois dans le bassin. Puis une fois débarrassé de l’odeur, des traces d’alcool et de vomi séché, je farfouillais dans mes cheveux afin d’en sortir
-Mes sandales de rechange
-Mes fringues de rechange
-Mon poncho de rechange
-Ma lance qui était dans un piteux etat. Calcinée, tordue par endroits et surtout, cette odeur de merde…


Et la, le flash ! CSVSS4 !! Le Zenith !! les autistes compulsifs !! Ils etaient ou ?? Plus aucun souvenir, et ce n’était pas du aux quatre litres de biere et alcools divers et variés ingerés durant la nuit. Comment s’était terminé le combat ? Apparement bien vu que j’etais la, entier et retabli et que Gensou n’était pas aneanti par un numero de claquettes du Leviathan. Donc tout laissait a penser que les renforts etaient arrivés et qu’ils avaient fini par defaire LE machin. Tant mieux…Si un type avec une gueule de phoque ne venait pas me voir dans les deux minutes, c’est qu’on avait pas besoin de moi et que j’allais pouvoir filer un coup de jeune a ma lance. Si jamais ils savent manier les armes ici…Tarlouzes.

Soudain, alors que j’etais sur un toit d’un maison quelconque en train de scruter les environs, un type avec une tronche de macaque apparut face a moi. Son masque était typique, tout comme sa tenue d’Anbu de Gensou.
-« Et merde… » dis-je, dépité
-« Pardon ? » s’enquérit l’anbu
-« Nan nan, ce n’est pas contre vous, mais je savais que vous alliez venir et que vous seriez source d’emmerdes. Je n’ai encore rien fait et je sais deja que je suis surveille. Big Ryoshima is watching me »
-« Je ne sais pas si une entrevue avec le Gensoukage peut etre synonyme d’ennuis comme vous le laissez entendre, Mahousard. » rétorqua l’élite de Gensou
-« Muais…faut que j’aille le voir maintenant le Ryoshima ? Vous pourriez pas m’indiquer le chemin vers une bonne armurerie avant ? » lui demandais-je, plein d’espoir pour qu’il me lache la grappe.
-« Si vous ne voulez pas y aller par vous-même, je peux vous y trainer si vous voulez. Vous presentez une large surface a agripper. » dit il, avec une intonation amusée, que son masque ne pouvait dissimuler.
-« Vous aussi l’ami, mais au niveau de l’entrejambe. Bref allons y monkey man. Je vous suis camarade”

L’anbu pencha sa tete sur le coté, signe d’incomprehension, puis tourna les talons et s’elanca de facon agile et gracieuse vers le Quartier General de Gensou. Je le suivais d’assez loin…les membres egourdis par le reveil brutal, et l’alcool aidant, j’etais pas hyper performant des le matin comme ca. Nombreuses furent les fois ou il s’arreta sur l’un des toits de la ville, pour m’attendre…Il avait l’air depité meme sous son masque…
Mais enfin mon supplice cessa lorsque nous debarquames dans le bureau du Kage. Il était caché derriere une montagnes de paperasse, et il affichait quelques bandages. A coté de lui, je reconnus l’Anbu Iguane qui se tenait derriere son fauteuil, lui sussurant des mots a l’oreille. Puis lui et le singe s’eclipsèrent alors sans un bruit, nous laissant seuls Ryoshima et moi

- « Bonjour Makaya. Bien remis de tes blessures ? » me demanda le Kage d’un air jovial
-« Yo ! Ben…oui j’imagine. Meme si je ne me souviens plus en quoi j’ai été blessé. »
-« Nous avons preferés effacer certains details concernant le combat contre le Leviathan. Mes anbus et moi-même avons usés de techniques, dont nous aimerions que Mahou n’ait pas connaissance. Tu comprend, on garde tout de meme nos petits secrets…enfin sache que nous avons finalement défaits l’aberration de la chimère, et que votre contribution n’a pas été negligeable, surtout grace a ce fameux collier experimental du Zénith » m’informa Ryoshima
-« Okay cool. Je peux partir ? » dis-je, n’en ayant plus grand-chose a foutre maintenant…
-« Non. Dis moi tu aimes Gensou ? » dit il, sautant completement du coq a l’ane
-« Non. C’est un village bien trop humide, rempli de tarlouzes illusionnistes qui sont dirigés par…un homme de qualité cependant ! » dis-je, tentant de l’amadouer
-« Humpf…Moi je ne t’aime pas beaucoup Makaya le Mahousard. Ta reputation te precede et quelques uns de mes contacts a Chikara t’evoquent en de termes peu glorieux. Et le scandale de cette nuit ne fait que me conforter dans mes idées. Deux bars de détruits, un poste de police souillé, et de superbes moustaches sur la statue du premier GensouKage. Ah, et j’oubliais, ma maison ornée d’une bonne soixantaine de tags : « Ryoshima est une tarlouze »
- Je peux partir ? Nan parce que si vous m’avez convoqués pour me faire la morale, dites le clairement, que je ne demande pas l’autorisation pour me casser. Et…Je me souviens pas d’avoir tagué votre mai…ah quoi que maintenant que vous me le dites, ca me revient…
- Kss…Et visiblement, le Mahoukage ne t’apprecie pas trop non plus.Je ne parle meme pas de son adjoint qui m’a transmis une missive recemment, disant que tu etais un danger et que si je t’avais sous la main, il faudrait « t’enfermer, te latter les couilles et te raser. Et te reveiller tous les matins en te sautant violemment dessus »
- L’adjoint du…PUTAIN L’INFAME BATARD !! Enfin bref, pourquoi vous me racontez tout ca ? C’est un discours pré-enfermement ?
- Non…Bien qu’apparement tu attires les foudres de la hierarchie, force est de constater que ton implication dans Tsukiyo a été remarquée, et que Shimaru dans son rapport evoque des debuts tres difficiles, cependant bien rattrapés par la suite. A cela je rajoute ton…bon a ta mine je vois que tu te fous completement de ce que je raconte et que tu veux que j’en vienne au but. Je souhaite que tu deviennes Juunin…. Lache ce vase !
- Desolé, mais quand je suis content, faut que je pete un truc ! » dis-je, tenant un énorme vase orné au dessus de ma tête
-« Lache ce vase ou je suis les conseils de ton père. Bien…Le souci, c’est que j’en ai parlé au Mahoukage et lui refuse categoriquement. Si je l’ecoutais, il te referait passer genin. Mais ensuite il m’a dit qu’il se ravisait, car que tu sois genin equivaudrait a ce que tu restes tout le temps au village et ca il ne le supporterai pas, selon lui. J’ai donc reussi a le convaincre de te faire passer Juunin, mais plus tu seras loin de Mahou, mieux ca sera je pense. » Expliqua le Kage, calmement
-« Bah j’avais pas l’intention d’y retourner pour le moment vous savez. J’ai encore des trucs a faire a Chikara
- Le Chikage a dit qu’il declencherait une guerre contre Gensou si jamais tu t’aventurais dans le desert. Je te tue si tu fais ca. Je ne tiens pas a lacher un risque potentiel de guerre dans la nature. Cependant je t’autorise a rester un temps ici, mais tu devras partir ensuite. Avant que tu ais le temps de detruire quoi que ce soit.
- Dans ce cas, il vaut mieux que je parte des maintenant…Nan mais je plaisante, je me tiendrais a carreau. ‘Fin bref…qu’est ce qui me prouve que je suis Juunin alors ?
- Une attestation ecrite, une missive envoyée a tous les villages, je peux te faire faire un tatouage specifique et sinon, ta puissance fera foi. Et sinon voila ton nouveau bandeau…en accord avec la tradition Mahousarde.
- J’ai bien assez d’un tatouage sur mon avant bras gauche, et de la liste des personnes a eliminer sur mon bras droit. Filez-moi l’attestation, mon bandeau et laissez-moi raser des maisons pour tester ma puissance.
- …
- Rhoo je deconne. Bon ecoutez Ryoshim-chan, j’apprecie votre geste, ca me touche. Pour vous prouver ma gratitude, j’accepte d’entrainer le temps de mon sejour une de vos jeunes recrues » dis-je en tentant de rassurer le Kage
- « Je refuse. Je ne veux pas que tu traumatises la jeunesse Gensousarde
- Meuuh nan. Donnez moi juste la liste des genins potentiels d’etre entrainés, j’irais les voir a leur domicile »demandais-je a mon interlocuteur, jouant le tout pour le tout
- Tu me prends vraiment pour le dernier des abrutis ?
- Pas pour le dernier, vu que cette place est déjà occupée par Gogeta. Bon allez, faites un geste cool. Si je casse un truc, je vous autorise a m’enfermer !!
- Tres bien. Je te la donne…Ca me fera vraiment plaisir de t’entendre beugler a travers les barreaux de ta cellule
- Vous ne me faites absolument pas confiance hein ?
- Non.
- Et bien vous avez raison. Tcho !!
- Au revoir Makaya. Et ne m’appelle plus jamais Ryoshim-chan. »

A la porte se tenait l’anbu Iguane qui me tendit a contrecoeur l’attestation de mon passage au grade Juunin, ainsi que la liste des genins gensousards, specifiant leur age, leur sexe, leur clan…et leur adresse. Je fourrai le tout dans mes cheveux, surs qu’ils y seraient en securité, et sorti d’un pas un peu plus aguerri qu’a l’entrée dans le bureau, avec un dernier salut vers le Kage qui avait la tete profondément enfouie dans ses mains.

Une fois sorti, je dressai mentalement une liste de chose a faire. Soit :
-Récuperer des fringues de rechanges
-Me murger la gueule pour feter ma promotion
-Faire réparer ma lance
-Prévoir un plan pour fuir de Gensou lorsque j’aurais anéanti un nombre suffisamment de maisons ici
-Martyriser des Génins, détruire leurs barraques
-Mettre mon plan a execution
-Aller a Chikara pour déclencher une guerre
-Tuer Iarwain
-Me faire ventiler par des nymphes nues.

Donc dans un premier temps, il fallait me trouver une boutique de fringues…Il m’avait suffi de demander a un autochtone pour qu’enfin mon stock de vetements et d’affaires de rechanges soit remis a niveau. Tant qu’a faire, il me fallait aussi trouver une armurerie dès maintenant, pour réparer ma lance aromatisée au colon du Leviathan. Mais malgré mes pérégrinations dans le village de la cascade, impossible de trouver un armurier ou un forgeron quelconque. C’était navrant…Si bien que pour noyer ma profonde déception et ma haine envers ce village merdique, j’allais m’eponger dans un bar local. Et puis finalement ca suivait l’ordre de mes priorités.


En entrant j’eus le sentiment d’avoir inventé le mouvement perpetuel. Il y’avait a peine quelques heures j’etais dans un bar en train de m’imbiber avec des inconnus pour finir nu dans la rue ensuite. J’allais recommencer. Peut etre fallait il que je me désape dès maintenant…
Finalement, je decidai de rester habillé, de commander 4 verres d’alcools forts, de tirer une chaise et de venir m’asseoir a une table placée dans un coin obscur du bar, ou 3 types semblaient etre en proie a une vive agitation. Il me fallait bien trouver des poivrots dès le début pour commencer mon barathon. Mais a mon grand dam on incruste fut peu appreciée. Les 3 gus me dévisagèrent longuement, l’air de dire « casse-toi connard, tu déranges ». Devant mon grand sourire provocateur et les boissons que je leur avait tendues, ils rompirent cependant le silence. L’un d’eux jeta un regard en arrière, vers le patron qui lui fit un signe de tête, comme pour lui assurer que les boissons etaient sures. Alors le mec se retourna vers nous et prit l’un des verres, qu’il siffla de moitié, avant de le poser bruyamment sur la table. Les deux autres l’imitèrent et enfin ils se décidèrent a parler.

« Tu as bon gout, dit le premier. Ca faisait longtemps que je n’avais pas bu de bazooka grenadine
-Mon vomito orgeat n’est pas mal non plus. Cependant j’imagine que tu ne nous payes pas des coups a boire sans but particuler, shinobi ? » ajouta le second

Merde ! J’avais pourtant bien pris le soin de planquer mon unique attribut de ninja, soit mon nouveau bandeau. Pouvant tout dissimuler dans mes cheveux, je n’affichais pourtant rien qui soit susceptible de me faire reperer. Et pourtant…

« Vous etes doués les gars ! Vous m’avez vite grillé. Alors je suis forcé de m’incliner et de me présenter : Makaya, Shinobi itinérant.
-Itinérant hein… » Reprit le second homme, qui se trouvait face a moi, d’un air méfiant.

La tension dans cette arrière salle monta d’un cran. Ils savaient que j’etais un ninja et que je les baratinais avec mon air innocent. Mais bon, pas folle la guepe, j’allais pas leur dévoiler que j’etais un Juunin de Mahou…Alors tant qu’a faire, autant continuer a jouer le jeu.

« Et pourquoi t’es la au juste gamin ? » Demanda le premier homme, sur ma gauche, celui qui tournait le dos au comptoir.
-Je cherchais des types sympatiques, affables et aimables avec qui discuter, avec énormément de conversation. Vous m’aviez l’air tout a fait les hommes de la situation, alors je me suis permis de vous rejoindre pour taper un brin de discussion ! »


Dernière édition par Makaya le 25/4/2008, 02:19, édité 1 fois
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Makaya le 24/4/2008, 21:46

Putain ! Qui étaient ces types ?! J’avais été promu il y’avait a peine deux heures et ces mecs etaient déjà au courant. Je me sentais vraiment mal…Réalité ou Délires de mon esprit, j’avais l’impression d’etre pris dans un traquenard bien glauque, que les murs de la salle se refermaient sur moi et que j’allais etre impliqué dans une merde noire. Alors que j’étais juste venu pour faire mon branleur…
Je repris bon gré mal gré mon calme, et effaca l’expression troublée de mon visage pour retrouver mon habituel sourire goguenard.
« Alors ca y’est, on entre dans la cour des grands et on fait déjà dans ses couches ? Pas très sérieux pour quelqu’un qui a combattu le Léviathan…
-C’est quand même dommage au passage de ne pas avoir réussi a remettre la main sur les documents d’Hasaki hein ? » Souffla le deuxième homme a l’aspect patibulaire.
-« Bon temps mort les mecs, on ne joue plus la, vous etes qui au juste ? Et vous voulez quoi ? » demandais-je inquiet.


A ces mots, le premier homme me fit un grand sourire sarcastique, le second farfouilla dans ses poches pour finalement en sortir un bandeau de ninja frappé d’un symbole inconnu. Et enfin le troisième fit de même, mais dévoila un objet que je n’avais que trop vu au cours des dernières semaines : un bracelet serpent du Zénith. Ouvert ? Et afin de semer encore plus le doute dans mon esprit, il releva sa manche, me laissant apparaître un bras marqué par deux trous, fraichement cicatrisés, qui correspondaient aux crochets du bracelet serpent.
« Au fond, on devrait te remercier toi et tes potes. En tuant Hasaki, vous avez desactivés ces saloperies et donc on peut parler sans risque de se prendre si une giclée de venin. Puis ce n’etait pas tres seyant… » dit le premier
-« Haha, je me rappelle quand on me l’a posé, j’ai failli chialer comme une gonzesse et je me suis vidé des litres de pommades sur le bras pendant les jours qui ont suivis. » repondit le second
-« Une fois j’avais réussi a dire un mec, que je ne pouvais blairer, du mal du Zénith. L’alcool aidant, il avait balancé du dossier sur son sous-lieutenant, et il est mort a cause de son bracelet. C’etait vraiment de la connerie ! »

Je nageais en plein délire, dans l’ocean de la parfaite incompréhension, au milieu des poissons de l’absurde. J’etais en train de causer avec trois ex-Zénithiens, dans un boui-boui a Gensou. Et ils plaisantaient sur les bracelets du capitaine mort il y’a peu…
« Mais », reprit le second, « vous avez quand trop foutus le bordel. Certes on est libres maintenant, mais le Zenith nous fournissait un toit –que vous avez anéantis-, une rémunération, une protection, de la puissance et un but. En fait on devrait peut etre te tuer par vengeance nan ?
-Pas de bol les gars, c’est toujours les méchants qui perdent » dis-je sur le ton de la provocation
-« Parce que t’es un gentil toi ? »


Touché. C’est vrai ca…Au final est ce que j’étais un gentil ? Tsukiyo qui oeuvrait pour sauver le monde des méchants du Chooten Taiyo, je n’avais meme pas choisi d’y entrer. J’avais suivi car ca m’arrangeait : j’avais que ca a foutre sur le coup, y’avait du pays a voir et de la puissance en jeu. Yukita ? Ca m’avait arrangé de faire ca, car mon mégalomanisme allait etre assouvi et que j’allais bien rigoler.
Mais au fond, agissais-je pour le bien ? Pour un bien, sinon le mien ?
-« Je…je ne sais pas…Je ne pense pas en fait. L’homme est naturellement égoïste et rationnel…Je fais ce qui m’arrange. Le bien et le mal…ca dépend du point de vue…
-On s’en doutait » me répondis l’homme sur ma gauche apres avoir esquissé un sourire. « Un mec qui va a Chikara pour détruire des maisons parce que ca le fait rire, sans vraiment songer aux conséquences entre les villages, ne peut etre fondamentalement gentil.
-Jusque la, t’as été conditionné par ton village, te faisant croire que t’es un gentil, que ceux qui ne sont pas ninjas sont méchants, et que ceux qui ne sont pas de ton village sont méchants aussi, mais un peu moins. Ce n’est pas ta faute, c’est le système qui veut ca. Ainsi en te bardant d’idées les avantageant, les villages gardent leurs shinobis en s’assurant de leur fidélité. Ils sont donc convaincus qu’ils agissent pour LE bien, celui de leurs villages, de leurs familles…mais seul le bonheur personnel compte. Les autres ne sont qu’un supplément, un rajout. Une option. Mais seul, tu dois pouvoir assurer ton bien etre sans le soutien des autres, ou t’es rien. T’en penses quoi ?
-J’en pense…pareil. Mais au sujet de Chikara, vous avez encore beaucoup de dossier sur moi comme ca ? Vous allez me sortir de quel instrument je joue ? » les questionnais-je
-« Le trombone a coulisse
-AARGH !?
-Haha, c’est donc vraiment ca ? J’ai dit ca au pif je t’assure ! Fais pas cette tête la, Frisé ! »
-Humpf.. .’Fin bref les gars, vous faites quoi maintenant ?
-Toi d’abord. »
Je pris une gorgée de mon Tout-a-l’egout, et enchaina, plus détendu
-« Ben moi…euuh j’en sais rien en fait. Comme vous semblez si bien le savoir, Tsukiyo s’est dissout, je suis Juunin, mais je me tate. Pour le moment je zone a Gensou, je cherche un truc a faire, mais je ne pourrais pas rester eternellement…dans ce cas soit j’irais voir des gens, soit j’irais m’entrainer, soit j’irais faire des missions pour le compte de je ne sais pas qui. Enfin Mahou quoi…Alors et vous ?
-Nous ? Bah, on monte une petite affaire sympathique. Pas hyper légal, mais y’a de quoi se faire une renommée et pas mal de fric. Faut bien se reconvertir » dit le premier type
-« Et éteins les lumières dans tes yeux » dit le second
-« Ben attend voir Kimari, j’ai peut etre une idée. Frisé, va donc nous chercher encore a boire, j’ai le gosier sec a force de te mener en bateau. Reviens quand on t’appelle.


Je tirais donc ma chaise et me dirigea vers le comptoir, commandant de nouveau un plateau de quatre boissons. Puis je m’adossais au comptoir afin de siroter ma serpillère (pastis-tequila-malibu), le regard dans le vague…
Le grade juunin etait sensé incarner une grande responsabilité, ainsi qu’un grand pouvoir. Moi je me servais de ce pouvoir comme d’un manche, et de mes responsabilités pour…pour rien en fait. J’avais pas de but, pas de motivation sinon celle d’un Epicurien fou…Et ces mecs…ils semblaient en savoir un rayon sur moi alors que je peinais a leur tirer les vers du nez. Décidemment, il fallait arriver au dénouement de cette histoire…Mais une interjection venue du fond de la salle me tira de ma reflexion et je revins m’asseoir a leurs cotés, en distribuant les pintes.
-« Alors quoi de neuf ? » demandais-je
-« Ca dépend de toi…tu sais garder un secret ? » m’interrogea le premier homme
-« Qui sait… » repondis-je
-« Hum…on va voir ca, mais avant on va tester. Ptit combat psy okay ? Regarde-moi » dit alors l’homme qui me faisait face.


Le second homme me fixait intensément, et lorsque je croisa son regard, le decor changea subitement du tout au tout. Un immense désert s’etendait a perte de vue…Partout du sable, des dunes, de la rocaille, des os et encore du sable…Et une de ces chaleurs ! Le soleil etait abrutissant : la lumiere se réflichissait d’avantage, m’eblouissant d’avantage. Le vent etait brulant et charriait des grains qui me meurtrissaient en permanence. Et j’etais en sandales, ce qui m’offrait une protection toute relative quand a la chaleur qui émanait du sol. C’etait l’enfer.
Et toute cette nature hostile m’emplissait, m’écrasait, me dominait complètement. J’avais la sensation de n’etre qu’un insecte au milieu de toute cette étendue…J’etais faible, j’etais insignifiant. Je pouvais mourir, ca n’aurait pas d’importance…et de toute facon c’etait la seule alternative possible dans ce milieu.
Accablé, je posai un genou, puis une main sur le sol sur le sol brulant, finissant de m’achever. Au milieu de tout cet éblouissement, du a la reverberation, je n’avais pas vu l’ombre qui se rapprochait, ainsi que l’objet luisant qu’elle semblait tenir.

Et il faisait si chaud…

Tellement chaud que je creais une ombrelle capillaire en m’effondrant au sol, qui me recouvrit totalement, et qui empecha les rayons du soleil de passer, de meme que le coup de katana destiné a me trancher. L’attaque avait été entravée par cette masse capillaire dense, mais elle eut tout de meme le mérite de me faire recouvrer mes esprits.

J’etais sensé etre dans un rade moisi avec trois connards, et me voila dans un desert, cherchez l’erreur. Et tant qu’a faire, on m’attaquait a coup de sabre. Et cerise sur le gateau, il me semblait que le type avait causé de combat psy…
Mais j’avais d’autres chats a fouetter pour le moment. Aussitôt, mes cheveux qui bloquaient la lame commencèrent a s’enrouler autour de celle-ci, tel du lierre, grimpant inexorablement jusqu'à saisir la poignée et par la meme occasion la main du porteur. Puis grace a une manipulation de chakra devenue natuelle pour moi, je fis se meler mes cheveux, puis les fit durcir, afin de former des piquants effilés. Je sentis alors la prise sur la garde se relacher, et par la meme occasion la chaleur s’atténuer.

Putain d’illusionniste de mes deux…

Je me relevai alors, faisant reprendre a mes cheveux leur aspect premier, avec cependant un rajout notoire : une visière capillaire ! Ainsi protegé du soleil, je pus mieux apercevoir le type en face de moi. C’etait bien le mec du bar, qui me devisageait en grimacant, le bras bien amoché par mon attaque chevelue. Mais il se ressaisit, ferma les yeux et subitement la chaleur devint accablante. Il mettait le paquet pour m’achever et ma visière frontale en poils de moi etait totalement inefficace. Je tentai dans un éclair de lucidité un Kai d’intérieur, sans réel succès, sinon une tres courte diminution de la température. Rien de concret qui me permettrait de se sortir de cette situation…Il fallait que je réagisse sinon les carottes et le Makaya seraient cuits…Mon bronzage en feraient palir plus d’un, mais un body-builder mort perd en charme…

Alors je dus me résoudre a faire une chose totalement inconcevable jusqu’alors. A cette pensée, je maudis le genjutsuteux en face de moi, a me pousser ainsi dans mes derniers retranchements, a faire des actes honnis. Je réunis mes dernieres forces, et dut me résoudre a faire cet acte insensé…Je levai un bras, et songeai qu’il faudrait me flageller pour expier mon peché envers mon culte familial. Je me haissais alors que ma main tremblante saisissais fermement mes cheveux rendus secs et cassants a cause de cette chaleur. Je me detestais alors que fermement, j’effectuai le blasphème ultime, et que je tirais fermement sur mes mèches sacrées.

Le hurlement qui en résultat fit s’affaissait le décor. La douleur qui envahissait les moindres parcelles de mon organisme amplifiait encore mon cri et me fit sortir tant bien que mal (surtout mal en fait) de cette putain d’illusion. Le soleil devint froid, dispensant d’une lumiere blafarde, et enfin le sable se cristallisa et se brisa, mettant fin par la meme occasion a l’illusion.
-« ENCULE DE RECOMMENCE JAMAIS UN TRUC PAREIL OU JE TE TUE, C’EST CLAIR !? »


Dès le brutal retour a la réalité, j’avais brusquement bondi de ma chaise et grimpé sur la table pour saisir par le col l’homme en face de moi. Aussitôt ses deux comparses me firent gentillement me rasseoir, le poignard sous la gorge y étant pour quelque chose dans ma subite docilité. Une fois assurés que j’etais calmé, ils se tournèrent vers leur acolyte essouflé, qui reprenait ses esprits. Le silence etait lourd et l’ambiance tendue, car les deux la n’avaient pas été mélés a l’illusion et ignoraient tout de ce qui s’etait passé. Alors que nous etions restés immobiles quelques secondes, j’avais subitement empoigné leur ami en le menacant, alors que lui semblait troublé. Mais ce dernier les rassura, en prenant la parole :
-« Il..Il a encore a faire, sa maitrise du Genjutsu est passable. J’avoue que je ne m’attendais pas du tout a ce qu’il brise l’illusion, et encore moins de cette facon. Pourtant j’y avais mis le paquet…Mais il a réagi, il a réussi a sortir, et bien que je ne sache pas ce qu’il vaut en combat, il est okay pour moi en tout cas. » Dit l’illusionniste.
-« Hum…Alors soit. Revenons-en a nos moutons, Frisé. Et sans détours cette fois. Tu connais Arasu ? » me demanda le premier type
-« Jamais entendu parler » répondis-je.
-« Ca ne m’étonne pas. Tu connais un Murai ? »
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Makaya le 24/4/2008, 21:46

Murai etait un pote a Mahou. Il possedait plusieurs bordels dans la ville et si j’avais le corps de Bigboobs apres que je l’ai tuée, je le lui aurais filé, moyennant quelques pieces, et il aurait certainement su la recycler en la foutant dans une de ses boites nécrophiles.
« Oui, mais le rapport avec lui ?
-Et bien il fait toujours du trafic de corps. Mais il travaille pour Arasu maintenant, si bien qu’il gagne deux fois plus d’argent vu que maintenant il fournit tous les villages ninjas. Il a tres bien etendu son commerce… » M’informa le premier
-« Arretez de tourner autour du pot, le rapport avec moi c’est quoi ? Et cet Arasu dont vous parlez ?» dis-je, commencant a m’impatienter
-« Et bien tu connais un peu le milieu, t’as l’air assez fort, et pour le moment, les villages se méfient de toi, mais pas dans ce qu’on veut te faire faire. Ils te voient plutot comme un benet démolisseur, plutot que comme un kidnappeur d’enfants. Donc y’a moyen de faire quelque chose avec toi…tu serais d’accord ? »dit le second homme, en me fixant comme pour s’assurer qu’il ne faisait pas une grosse connerie.
-« Alors que toi et tes petits copains de Tsukiyo commenciez a foutre le bordel dans le Zénith, pendant ce temps une femme sortie d’on ne sait ou, suivie de quelques types puissants et influents a fondée Arasu, soit la nouvelle capitale du crime dans tout Shinnen, mais par la meme occasion, un village ninja pouvant rivaliser avec les autres parce qu’il est bourré de déserteurs, de brigands, de renégats, de commerçants de l’ombre, de prostituées… et de fossoyeurs. Le village est encore jeune, mais est en pleine expansion et ses tentacules s’etendent déjà sur les trois villages en paix. » commenca a m’expliquer le premier
-« L’expansion passe forcément par de menus pillages, vols, meurtres et enlevements, rancons…tu vois le genre. Mais t’offusque pas, tous les villages sont tous passés par la ! Bref, maintenant que le Zénith est fini, on s’est reconvertis et on travaille désormais pour Arasu. Actuellement on fait dans le kidnapping d’enfants, avec tout ce qui est faisable derrrière : rancons, trafic d’organes, reseaux pédophiles…si tu savais le nombre de vieux pervers qui sont capables de payer une fortune pour avoir un gamin en laisse qui se trémousserait dans une combinaison en cuir rose » enchaina le second
-« Hum je vois…ca me plait bien cette histoire, mais qu’est ce que je suis sensé faire la dedans ? » demandais-je
-« Pour le moment rien. Considère toi juste comme un des rares mecs au courant et que sous peu, on te donnera des directives…Prépare toi a faire des sales jobs, et de voir ta réputation entachée, mais bon, on a rien sans rien. Au final tu te feras des couilles en or ! »
-« Je préférerais qu’elles soient en fonte, ca m’eviterait les désagréments de Reecoms Kicks ennemis…Bon ecoutez les gars, faut que je réflechisse ici. On se donne rendez vous et vous me dites quoi faire ?
-« Ca marche Frisé, on saura comment te joindre, allez casse toi maintenant : on etait en pleine conversation avant que tu n’arrives, on aimerait la finir maintenant. » M’ordonna le premier homme
-« Ouep ca marche, salut les glandus…Au fait juste pour savoir, moi je m’appelle Makaya…et vous ? » Demandais-je
-« Kamiri » répondit le plus bavard des trois
-« Hirako » Ajouta l’Illusionniste
-« Saiko » Finit l’adepte du poignard


Je sortis donc de la salle sans me retourner et sans demander mon reste. Juste le temps d’un dernier regard entendu vers le barman lui signifiant que mes nouveaux amis restaient la et qu’ils paieraient toutes les consommations. De retour a l’air libre, j’avais un gros besoin de décompresser.

Fallait que je fasse chier quelqu’un….
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Invité le 26/4/2008, 19:06

Une fois leur repas terminé, Ishi et Miiyu continuèrent à se balader tranquillement dans les rues de Gensou, tout en se parlant de tout et de rien, de ce qu’il leur était arrivé depuis leur première rencontre. D’ordinaire plutôt méfiante, Miiyu se sentait à nouveau à l’aise, et même heureuse en présence du Chikarate. Au point d'avoir passé l'après-midi entière avec lui.

Ishi –Oui, l’examen chuunin IV se déroule en ce moment à Gensou.
Miiyu –Déjà ? J’ai l’impression que ça ne fait pas si longtemps que ça que j’y suis passée, moi…
Ishi –Pourtant ça fait un moment que l’on ne s’était pas vu. Aucun de tes élèves n’y participe alors ?
Miiyu –Non. Ils n’étaient pas près, je pense. … Dis, Ishi, tu…

Miiyu s’arrêta de parler au beau milieu de sa phrase. Son regard venait de croiser celui d’un passant qui se dirigeait vers eux. Ishi aussi semblait l’avoir repéré. Un passant aux cheveux rouges et aux yeux verts, avec un étrange sourire collé aux lèvres.

Ishi –Tiens, tu ne nous retrouves que maintenant… tu as mis le temps.
Kana –Oui, on peut dire que ça n’a pas été facile. Mais maintenant que je vous ai nouveau à porté de main, je peux assurer que je ne perdrais pas une nouvelle fois Miiyu-Sama.
Miiyu –Mais je n’ai pas besoin de protection ! Je suis assez grande pour me protéger toute seule !
Kana –Ce n’est pas vraiment à toi d’en décider. Cet Akagi pourrait de tuer sans même t’inquiéter une seule seconde.
Miiyu –Il n’est pas venu pour me tuer.
Kana –Qu’importe, je ne veux surtout pas savoir pour quoi il est venu. Ce que je voulais dire c’est que tu es bien trop faible pour te protéger toute seule, quoi que tu dises ou penses. Je crois qu’il est temps de rentrer, tu as tout le temps de te changer les idées, entre ton restaurant et…
Miiyu –Le restaur… tu nous as vu ?!
Kana –« Miiyu-Chan, ton repas te plaît ? » « Parle-moi de ton enfance. » Conversation intéressante, j’en ai appris un peu sur le clan Akagi et ses survivants. Ainsi nous serions liés, hein ? Etonnant. Mais intéressant.
Ishi -…
Kana –Mais ça n’est pas le sujet. Il est tard, maintenant. Rentrons, Miiyu-Sama.

Joignant le geste à la parole, Kana attrapa la jeune fille par le bras pour la faire avancer. Il fut arrêté par une main la maintenant à l’épaule.

Mokona –Yeah, vas-y Ishi-Kun !
Kana –Un problème ?
Ishi –Si elle n’a pas envie de rentrer, tu ne peux pas l’y forcer.

Les deux hommes se regardaient droits dans les yeux. Visiblement tout deux s’énervaient mutuellement, même si Kana arrivait à bien cacher cette sensation derrière son sourire. Miiyu ressentit tout de même une vague d’animosité émaner de son garde du corps. Un instant, elle eut peur que la situation ne dégénère en combat, aussi intervint-elle.

Miiyu –C’est bon ! Je rentre. Mais lâche-moi. Et laisse Ishi tranquille.
Kana –« Ishi » ? Ooh.

Miiyu baissa les yeux pour les faire se focaliser sur le sol. Elle aurait juste aimé que Kana ne les ait pas retrouvé.

Ishi –Bien. Je vais te raccompagner alors, Miiyu. Ca ne te dérange pas ?
MiiyuHein ? Ha, non, au contraire.

Kana plissa les yeux à cette annonce, mais n’y répondit pas. Ainsi les trois jeunes gens prirent la direction de la demeure de Kiinaegi dans un silence des plus pesant que Mokona tenta tant bien que mal de combler. Arrivés devant la grande porte de la maison du clan, Kana se tourna vers l’assassin.

Kana –Elle est arrivée chez elle. Tu es rassuré ? Maintenant tu peux retourner à ton hôtel…
Miiyu –Ha ! Mais ton hôtel Ishi !
Ishi–Quoi ?
Miiyu –Le vieil homme…
Mokona -Miiyu-Chan a raison, Ishi-Kun ! Le vieil homme ne voudra sûrement pas te revoir ! Ishi-Kun est trop impulsif !
Ishi –C’est pas grave, ça.
Kana –Il y a des hôtels un peu partout dans le coin. Je peux vous en indiquer, si c’est ce qui inquiète Miiyu-Sama…
Miiyu –Si tu veux… enfin… tu peux rester ici, non ?
Kana –Pardon ?
Ishi –Vraiment ? Je ne sais pas…
Miiyu –C’est comme tu veux… mais... comment dire... ça me ferait très plaisir.

Ishima haussa un sourcil et la jeune fille ne put s’empêcher de rougir en croisant son regard. Elle ne comprenait même pas vraiment pourquoi elle agissait ainsi. Mais elle ne mentait pas et souhaitait sincèrement que l’assassin reste un peu plus longtemps avec elle. A côté d’eux, le sourire de Kana avait, pour la première fois depuis sa rencontre avec Miiyu, disparut. Ce qui ne laissait pas forcément présagé que du bon…

Miiyu –Enfin… heu… c’est comme tu veux, si tu préfères aller à l’hôtel…
Kana –Miiyu-Sama… je ne voudrais pas…
Ishi –Et bien, c’est d’accord. Le temps d’aller récupérer une partie de mes affaires, et je reviens.
Miiyu–Merci.
Mokona –Ouaiiis ! Miiyu-Chan, tu dormiras avec moi ?
Ishi –Toi, fais gaffe ou je te révoque…

Tandis qu’Ishima s’en retournait à son hôtel récupérer les quelques affaires qu’il y avait laissé, Mokona juché sur son épaule, Kana fit rentrer Miiyu à l’intérieur du jardin, puis, une fois la porte fermée, la plaqua sans ménagement contre l’un des murs. Il semblait énervé, et un rictus avait pris la place de son sourire.

Kana –Qu’est-ce que tu crois ?
Miiyu –Hein ? Kana, qu’est-ce que…
Kana –Oublie-le, tu m’entends ? C’est pas le moment de penser au bonheur de ta petite personne.
Miiyu –De quoi tu parles ? Qu’est-ce qu’il se passe ?
Kana –Je ne le laisserais pas gâcher mes plans. Alors mieux vaut pour toi que tu l’oublies.

Puis le jeune la relâcha, et son sourire revint s’afficher sur son visage. Tout en se massant l’épaule et en maudissant sa propre faiblesse, Miiyu se décolla lentement de la paroi, son regard ne se détachant pas de son garde du corps. Ses pensées se résumaient à : ce type était un malade, elle n’aurait jamais du venir à Gensou, vivement qu’Ishi revienne. Oublier Ishi ? Mais pourquoi ? Gâcher ses plans ? De quoi voulait-il parler au juste ? Kana lui apparaissait comme de plus en plus étrange. Elle le regard partir s’asseoir sur le rebord de la fontaine au centre du jardin. Là où Miiyu l’avait vu la première fois.

Kana–Tu ne dois pas te laisser déconcentrer, tu sais.
Miiyu, se rapprochant du bassin -…
Kana –Tu te dois de ne penser qu’à la réunification du clan. A rien d’autres.
MiiyuAkuma, et maintenant lui. Ils se sont donnés le mot. Bordel, mais qu’est-ce qu’ils croient ? Attends un peu, là. Tu veux que je réunisse le clan ?
Kana –A Mahou. Oui.
Miiyu –Tu n’es pas… de quel côté es-tu ? Je croyais que tu étais le petit chien de Kiinaegi…
Kana, souriant de plus belle –Je suis mon propre maître. Et je suis du côté où je vois le plus intérêt. Pour le moment, c’est le tien. Alors ne me déçois pas, Miiyu.
Miiyu -… même si je tentais le coup, personne ne me suivrait. Personne ne me connaît ici.
Kana –La moitié des personnes qui vivent ici se moquent de qui dirige le clan du moment que celui-ci se porte bien. Que ce soit toi ou Kiinaegi, au fond… seul Kiinaegi et sa proche famille seront un obstacle pour toi.
Miiyu –Pourquoi, toi, tu me préfères à Kiinaegi ?
Kana -…
MiiyuCaractéristiques des hommes du clan : ne pas me répondre les trois quarts du temps... Et comment puis-je convaincre Kiinaegi de me suivre à Mahou, avec le reste du clan ?
Kana –Qui t’as demandé de le convaincre ? Il suffirait de s’en débarrasser… tu as assez de légitimité pour reprendre le flambeau sans difficulté aucune.
Miiyu –Je ne suis pas venue pour tuer. Enfin si, à la base. Mais pas Kiinaegi.Et puis de toute façon, non, je ne l'aurais pas fait ! Et si il suffisait de le tuer, tu pourrais très bien le faire, non ?
Kana –Avec plaisir. Mais moi, personne ne me suivra. Si tu ne veux pas le tuer, libre à toi de trouver un autre moyen.
Miiyu –De toutes façons, tu l’as dit toi-même : je suis trop faible pour attenter un tant soit peu à la vie de Kiinaegi…
Kana –Je peux t’apprendre à progresser.
Miiyu –Tout ça, c’est juste… complètement stupide.
Kana –Je ne te demande pas d’y réfléchir. Juste de le faire.
Miiyu –Non. Tu peux toujours courir.
Kana –Si tu ne le fais pas pour toi, fais-le pour ton clan. Et pour ta très chère petite sœur Miina… la pauvre petite, dans le coma, sans défense, seule et sans famille là-bas à Mahou… ah si, j’oubliais, il y a bien cette Chikarate qui a survécu et qui est venue vivre chez toi. Enfin bon, elle est aveugle et muette, et n’est jamais rentrée à l’académie : elle ne devrait être un très grand obstacle, elle non plus… si facile à balayer… enfin, leur situation dépend de toi.
Miiyu –Tu… ! Enfoiré, je t’interdis de les approcher ou de leur faire quoi que ce soit ! Et d’abords, comment sais-tu pour Reii ? Je croyais que vous la croyiez morte, ici…
Kana –C’est peut-être mon côté espion qui ressort, j’ai toujours été curieux de nature et j’aime vérifier les choses par moi-même… Ooh ! Notre ami Akagi est revenu ! Quelle rapidité !

Miiyu se retourna et s’aperçu effectivement que le Chikariote était revenu. Depuis combien de temps ? Elle l’ignorait. Mais elle supposait qu’il ne pouvait être là depuis très longtemps, auquel cas Kana l’aurait remarqué plus tôt. Bien qu’un peu confuse après cet entretien avec le juunin aux cheveux rouges, elle décida d’afficher un sourire pour ne laisser rien paraître de ce qu’elle ressentait vraiment.

Ishi–Je ne suis pas ton ami.
Kana –Et c’est tant mieux. Si vous voulez bien me suivre tous les deux, je vais vous mener à vos chambres…

Passant à côté de Miiyu, les yeux de Kana se plissèrent et la jeune fille put entendre un chuchotement effleurer ses oreilles.

Kana –Réfléchis bien… Miiyu-Sama.

Puis, sifflotant gaiement, il emmena Ishi et Miiyu à leurs chambres respectives, en face l’une de l’autre, dans l’aile du bâtiment où avaient été construites une dizaine de chambres d’hôtes. Laissant en plan le Chikarate et la Mahousarde, Kana repartit prétextant qu’il devait prévenir Kiinaegi de la présence d’un assassin dans la maison clanique. Miiyu rentra dans sa chambre, dans laquelle Akuma semblait l’attendre, assis sagement sur le lit. Ishi s’adossa à l’encadrement de la porte et dévisagea la chuunin un instant.

Ishi –Ca ne va pas.
Miiyu –Si, si…
Ishi –Ce n’était pas une question. … Tu veux m’en parler ?

Pour toute réponse, Miiyu s’assit sur le rebord de la fenêtre en passant une main nerveuse dans ses cheveux, les yeux obstinément fixés sur une des lattes du parquet du sol. Comme le silence durait, Ishi se décolla de l’encadrement de la porte pour prendre la direction de sa propre chambre et laisser la jeune fille tranquille. Il fut stoppé dans son mouvement par la voix de celle-ci.

Miiyu –Je sais plus trop où j’en suis, en fait…

Pendant qu’Ishi se rapprochait, elle entama le résumé de la discussion qu’elle avait eu avec Kana, omettant la partie où Kana l’avait plaquée contre le mur et ce qu’il lui avait dit à ce moment-là. L’assassin écouta en silence, debout face à elle. Puis, après une hésitation, il vint s’asseoir à ses côtés.

Ishi –Je te l’ai déjà proposé : si tu as besoin d’aide… surtout si c’est concernant Kiinaegi… je suis un assassin après tout. Je peux même m’occuper de ce… cher Kana.
Miiyu –Non. Il y a déjà eu bien assez de morts dans mon clan. Je n’en veux pas d’autres. Ni Kana, ni Kiinaegi, ni Reii, et encore moins Miina. Je dois trouver un autre moyen de régler ça… je regretterais presque d’être venue à Gensou… même si je suis heureuse de te revoir.

Elle se leva pour se laisser tomber sur son lit, auprès d'Akuma en soupirant. Après un court moment de silence, pendant lequel elle dévisagea l'assassin, songeuse, elle murmura :

Miiyu -Merci. Merci d'être resté. Je crois que t'es le seul ici à qui je peux faire confiance. C'est le comble, non ? Faire plus confiance à un assassin qu'aux propres membres de son clan...

Pour toute réponse, Ishima laissa échapper un sourire puis se releva pour prendre la direction de la sortie.

Miiyu -Dis, Ishi...
Ishi -Hum ?
Miiyu -Non... Bonne nuit.
Mokona
-Mokona va dormir avec Miiyu-Chan !!!
Ishi, rattrappant le hamster au vol -Je crois que non.
Mokona -Mais Miiyu-Chan avait dit que...
Ishi -Bonne nuit, Miiyu.

La porte se referma, laissant Miiyu à ses pensées.

Miiyu -Akuma, toi qui est de nature profondément mauvais et sadique...
Akuma -J'ai fait quoi pour mériter une telle accusation ?
Miiyu -... tu vois pas un moyen de faire marcher Kiinaegi ?
Akuma -Ca ne te plairait pas.
Miiyu -Dis toujours...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Makaya le 30/4/2008, 02:39

Ce fut un grand mec blond qui m'aida a me calmer les nerfs. Apres s'etre massé l'entrejambe et apres que sa voix ait retrouvée un ton normal, il se jeta sur moi avec une vélocité qui me surpris. Il commenca par des enchainements basiques au corps a corps, qui manquaient clairement de puissance. Je parai le tout sans mal, tout en gardant un œil sur ses yeux, que l’on voyaient a peine, encadrés par ses yeux et son grand foulard.
Soudain, je vis son regard changer et il s’eclipsa rapidement derriere moi. J’eus a peine le temps de me retourner que je vis qu’il était déjà dans les airs, m’abattant son pied au niveau de la nuque, avec un large coup horizontal.

Ca aurait pu etre une belle attaque si seulement il ne s’était pas retrouvé le pied coincé dans mes cheveux. Totalement entravé, il fut coupé dans son élan et se mit a trainer sur le sol, la tete en bas. Il fallait dire qu’il était particulièrement grand et qu’il avait l’air tres con ainsi pendu par un pied. Il voulut m’attaquer avec sa seconde jambe, que je saisis sans mal, en y appliquant une légère torsion au niveau de la cheville. Alors j’entendis un bruit étrange venant d’en bas. En baissant la tete, je vis mon infortuné adversaire armé de lames effilées qui sortaient de ses manches. Mais grand ou pas, il ne résisterait pas au TCBRPPFDC version mural.

Je le saisis fermement par les chevilles et avant qu’il ne me tranche les tendons des jambes, je m’étais déjà élancé dans une folle rotation qui le fit se décoller du sol. Mes cheveux s’étaient enroulés autour de ses chevilles afin que la force centrifuge ne le fasse pas s’envoler prématurément. Et enfin, j’avais acquis la vitesse suffisante. Et par trois fois, il percuta un mur a pleine vitesse. Il avait fort heureusement placé ses bras en croix autour de sa tete, si bien qu’il minimisa les dégats. De plus, j’avais bien tete le fait que Ryoshim-chan me surveillait, alors j’y allais tout de meme mollo.

Et enfin, au terme du dernier choc contre le mur, je lachais le tout et le pauvre inconnu alla se fracasser dans la porte d’une maison. Et avant que les proprios n’ouvrent en se demandant quelle était cette nouvelle mode qui était de s’éclater contre les portes, j’avais déjé filé, m’élancant sur un toit, et terriblement soulagé.

Ca, c’était fait.


Je continuai donc mon escapade sur les toits, en regardant fréquemment derrière moi si un mec masqué me suivait, avec une pancarte « T’ES GRILLE BWABWABWA !! ».
Mais ce fut un trouble d’une toute autre nature qui me forca a stopper mes deambulations toitesques. Un fumet d’une divine odeur, un arôme encore inconnu, une senteur…LACTEE ?

-« Bonjour monsieur, bienvenue a La meule de Gensou ! Que puis je faire pour…Oh mon dieu cette carte ? Veuillez me suivre, vite ! »
J’avais déboulé comme une furie dans son échoppe et avait collé ma carte de Saint-Sectariste sous le pif aviné du vendeur. Sans un mot de plus, il m’emmena dans l’arrière boutique, la ou il fabriquait son fromage

-« Bonjour saint homme. Cela faisait longtemps que j’attendais ce jour. Qu’un membre du Tres Haut Conseil du Fromage entre dans mon modeste magasin…c’est trop d’honneur » me dit le marchant, en s’inclinant.
-« Releve toi camarade, tu peux etre fier de toi : l’alléchant parfum qui s’echappe de ta boutique m’a irrésistiblement attiré. Pour cela, il faut etre un expert hors norme. Tu as tout mon respect. Je me nomme Makaya Korove, et je suis le Gourou du Racletoisme, élu selon la Sainte Spatule. Et toi qui es tu ? » Demandais-je, solennel.
-« Lou Pérac, artisan fromager de générations en générations. Je détiens le titre de la meilleure fourme depuis plus de vingt ans, et j’ai été élu pis d’Or l’année dernière pour mon Cantal » répondit-il, avec une pointe de fierté dans sa voix
-« Tres bien, j’ai affaire a quelqu’un du métier. Bien je te prie d’ecouter ma requête mon ami. Récemment, je me suis rendu pour la première fois au Paradis du Fromage et… »
-« MON DIEU C’EST FANTASTIQUE ! JE SENTAIS BIEN CETTE AURA ! Je..je suis confus…mon défunt père autrefois y a été convié, a la fin de sa vie, après une vie de labeur, et ses derniers mots ont été pour les moutons volants…Et vous, si jeune, vous vous etes rendu ? C’est incroyable…mais veuillez me pardonner, je vous ai interrompu » m’interrompit-il
-« Je vous en prie. Enfin voila, la bas le Sacro Saint Comte de Comté m’a donné un morceau de Maroilles Divin, et je suis depuis investi de nouveaux pouvoirs. Seulement ils ne s’activent que lorsque j’ingère du Fromage AOC (Absolutely Orgasmic Cheese ). Il m’en faut, et je sais que vous en avez, vos titres en témoignent. D’ailleurs je le sens d’ici. »
-« Oui en effet, suivez moi, j’ai tout ce qu’il vous faut… »

Il se dirigea vers le mur le plus au fond, tout en gloussant des : « du Maroilles Divin ? », « Rhoo le Comte de Comté...quelle chance ! ». Il déplaça alors une lourde meule, qui révéla la porte d’un coffre incrusté dans la roche, sur laquelle était apposée plusieurs sceaux. Un a un, il effectua les formules rituelles soit :
«Ô Divin Fromage,
Nourriture de tous ages
Laisse-moi t’humer
Laisse-moi t’ingérer
Que ta force m’emplisse
Que ton gout m’envahisse
Afin que sur toute la terre
Règne le Munster
Afin que dans l’océan et ses fonds
S’impose le Reblochon
Afin que jusque dans les étoiles
On puisse sentir le Maroilles »



Et enfin le coffre s’ouvrit et un fumet que seuls les initiés sont capables d’identifier vint a mes narines éxaltées. Le dénommé Lou Perac saisit plusieurs morceaux de ces bijoux et me les tendit, avec une petite révérence. J’acceptai volontiers son offrande, en la dissimulant parmi les autres trésors enfouis dans mes cheveux, tout en le bénissant. Ensuite, le solennel de la cérémonie passée, nous nous mimes a discuter de choses et d’autres devant un grand verre de lait et des tartines de fromage de chèvre. Pour l’occasion il avait fermé la boutique et tiré les volets et nous siégions tranquillement installés au milieu de sa boutique.
-« Alors mis a part ca, qu’est ce que vous amène a Gensou, Makaya-Sama ? » demanda Timidement Lou Perac
-« L’achèvement d’une mission, de la famille a voir et diverses affaires auxquelles je dois me fourrer. Et puis le tourisme…Je connais et je suis connu a Chikara…J’avais envie d’étendre ma notoriété a Gensou. C’est un joli village »

Mon interlocuteur me regardait avec des lueurs admiratives dans les yeux, sans penser une seule seconde qu’en réalité, je souhaitais ruiner son pitoyable village et le faire se consummer dans les flammes de la juste haine.

-« Oui en effet » répliqua le Fromager, « seulement dommage que la pègre soit si présente…Meme mon petit commerce de fromages est touché. Je dois verser une taxe a une des mafias du quartier, sous peine de me faire saccager mon magasin. C’est terrible et je ne sais comment faire pour me débarrasser de ce fléau. Pour la plupart, ce sont des jeunes ninjas qui sont employés par ces hommes sans scrupules. C’est suffisant pour liquider un homme placide comme moi. » se plaignit le commercant.
-« En échange de votre Fromage AOC, je pourrais éventuellement tenter de vous assurer une protection relative. Enfin qu’ils vous foutent la paix quoi…Ca vous dirait ou vous pensez que c’est trop risqué pour vous ? » Lui proposais-je
-« Ca serait vraiment gentil de votre part Makaya-Sama ! Je vous en serais tellement reconnaissant ! En plus vous pourriez tenter votre chance dès aujourd’hui, ils sont sensés me ranconner dans peu de… »

Il n’eut meme pas le temps de finir sa phrase qu’une voix retentit de l’autre coté de la porte. On pouvait entendre « SORS DE LA PERAC, ON SAIT QUE TU ES LA !! » suivi de coups lourds sur la porte.
Aussitôt, le commercant se hata et commenca a se diriger vers sa caisse, plein de dépit. Je le stoppai, lui disant simplement de ranger la table, les chaises et le repas, ainsi que de se mettre hors de vue des racketteurs. Une fois bien assuré que mon fournisseur était planqué derrière son comptoir, je tirai le rideau afin de laisser apparaitre un grand sourire aux apprentis ripoux qui se tenaient face a moi, de l’autre coté de la vitre. Sur le coup, ils parurent surpris de ne pas voir leur faible victime, mais l’effet de groupe les fit vite reprendre confiance en eux, voyant que je n’arborais aucun signe m’affiliant a la police de Gensou.

Ils étaient cinq, et devaient avoir dans les quatorze ans. Ils arboraient fierement leur bandeau de Gensou, preuve de leur grade Genin. Tout en déverouillant la porte et en sortant pour leur faire face, je ne pus m’empecher de penser « MUHAHAHA JE VAIS LES EXTERMINER CES PETITS MERDEUX ! »

-« Hey blaireau t’es qui toi ? Tu fous quoi chez le vieux qui pue ? » entama le premier
-« Je suis votre pire cauchemar bande d’infames gamins prépubères et totalement insignifiants. Je suis celui qui marquera au fer rouge vos misérables testicules et vous garderez un souvenir impérissable de moi, comme celui qui vous a fait garder pour le restant de votre pitoyable existence votre voix fluette et haut perchée. Je me nomme Makaya et je vais vous latter les couilles. »
-« Dans quelle langue du parle toi troud’balle ? Tu peux pas t’exprimer normalement ? » Répondit un autre insupportable gamin.
-« BLASPHEME ! CONNAIS LE CHATIMENT !! » Hurlais-je avant de lui placer un sévère Reecom Kick a bout portant.


L’horripilant mioche se prit mon genou en pleine poitrine et alla se fracasser, groggy, contre un mur derrière lui. Aussitôt, les quatre autres sortirent des kunais et des shurikens et commencèrent a me les lancer. Je les aspirais tous en penchant simplement la tete vers l’avant. Vu la force utilisée et la vitesse des projectiles, c’était encore réalisable de les incorporer a ma touffe. Ca aurait été un simple chuunin qui m’aurait lancé une pareille attaque de base, en penchant ma tete vers l’avant, j’aurais eu le crane betement fendu. Mais les jeunes délinquants virent avec effroi leurs armes disparaitre. L’un d’eux se ressaisit alors et me fonca dessus, les poings en avant. En un Sodé-Tsuri-Komi-Goshi, il se retrouva étalé au sol. Je sortis alors ma lance de mes méandres capillaires, et lui enfonca profondément le manche dans le posterieur, en vociférant « SODOMIE GOSHI », la tete rejetée en arrière, dans une expression signifiant un profond sadisme. Mais je dus freiner mes pulsions mégalosadiques pour esquiver d’un pas sur le coté la mignonne petite boule de feu qui m’était destinée. Je répliquai par une Raiken, en tendant mon bras vers l’attaquant, qui s’ecroula au sol, inerte.
Les deux derniers tentèrent en vain une attaque combinée, les deux voulant me coincer dans un genjutsu. Je vis des centaines de shurikens s’abattre sur moi, mais sachant qu’a leur niveau, ce n’était que de ridicules hologrammes sans consistance, je continuai a avancer vers eux, pourtant sensé etre transpercé de toutes parts. L’un deux annula son jutsu et m’attaqua au visage, en sautant. Je n’eus qu’a tendre mon poing vers son entrejambe qui m’était gentillement offerte et il s’effondra, prostré avec un fin filet de bave s’echappant de sa bouche. Ca lui apprendra a faire des attaques débiles, jambes écartées…

Et enfin, le dernier voyant tous ses camarades neutralisés, tenta de s’enfuir. Je lancais une mèche vers sa cheville et il s’etala au sol. Le temps de se relever, il était déjà enlacé dans de nombreux liens capillaires, qui l’enserrèrent et l’immobilisèrent. Je héla alors Lou Perac, qui sortit de sa boutique, en tremblant, mais avec un sourire qui illuminait son visage joufflu.
-« Bon, je m’arrange pour remonter jusqu'à leur boss et je vous promet qu’ils vous foutront la paix. Allez mon ami, j’ai d’autres couilles a fouetter, je vous laisse. Bonne continuation a vous, et j’espere que vous aussi un jour, vous pourrez voir le Paradis du Fromage ! » dis-je tout en m’éloignant.

Je laissais les quatre autres gamins assomés ca et la. En revanche, je trainai mon fardeau qui se débattait au possible mais n’arrivait pas a se defaire de mon etreinte…Tandis que je l’emmenais dans un coin sombre, je me disais que ma maitrise du Kami no Jutsu s’était grandement améliorée, alors que mon Raiton avait au final peu évolué en comparaison d’autres courbes de progression. J’avais une attaque supplémentaire, le Hessenrai, mais elle était encore incomplète. Mais le rapport avec ma tete n’était pas du tout le meme, et il m’était bien plus facile d’insufler Gyo, Ten ou Ren dans mes extremités capillaires que dans de l’électricité. Il faudrait que je continue dans cette voix, ca me plaisait bien plus, meme si en choisissant cette voix, je me rapprocherai plus de la famille d’Awanjo -plus portée sur le cuir chevelu- que des coutumes de la mienne, plus au courant des jutsus élémentaires. Quand au Chi-Zu, c’était une affinité tres spéciale…Au fond, je n’avais de réelle affinité que le Raiton, le Kami était une application complexe de chakra et de cheveux (comme un type qui entoure sa main de Ren) et j’avais globalement appris ce qui m’intéressait dans le Raiton. Comme savoir qu’a faible dose, c’était hyper désagrable…
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Makaya le 30/4/2008, 02:40

Nous etions -mon fardeau et moi- dans une ruelle sombre et du bout des doigts, je lui envoyais de petites décharges qui le firent se reveiller. Il était toujours emmêlé dans une masse chevelue et ne savait pas ou il était, si ce n’était dans un énorme temple a la gloire de la raclette, ou des nymphes magnifiques deambulaient, simplement vetues de fines lamelle de gruyere sur les parties délicates. Le pauvre genin était en plein dans mon genjutsu, et prenait la ruelle pour son tribunal Lacté. Je n’etais pas du tout doué en Genchi, et n’importe quel ninja un tantinet plus attentif aurait remarqué les innombrables défauts dans mon genjutsu : probleme de perspectives, de proportion, de textures…Mais je martyrisai un looser qui était plus soucieux de ce qu’un malade Afro allait lui faire au milieu de ce décor, que de déceler les énormes défauts de mon genjutsu.
-« QUI ES-TU » Vociferais-je d’une voix tonitruante
-« Yumichika Kanzaki, genin en 2eme année de Gensou ! Jevousensuppliedemefaitespasdemal ! »
-« LE MOMENT POUR TA PUNITION VIENDRA ! QUI T’EMPLOIE, TOI ET TES MISERABLES ACOLYTES, DONT J’AI EXTRAIT LE CŒUR A MAINS NUES AFIN DE LE MANGER ! »
-« Hein ? Non pitié je…Nobuo, c’est notre chef ! Pitié !»
-« CONDUIS-MOI À LUI ! NE DISCUTE PAS, CHIEN ! »

Ainsi, il s’executa en tremblant comme une feuille. Je le liberai de mon etreinte, laissant seulement « une laisse » au niveau de sa cheville, afin de l’empecher de disparaitre. Et il me mena a travers un dédale de maisons pour finalement s’arreter devant une belle maison. Il toqua quatre fois a la porte et un nabot boutonneux et suant ouvrit la porte d’un air méfiant…
-« BWAHAHA ! C’EST QUOI CA ? JE M’ATTENDAIS AU PARRAIN, J’AI A PEINE LE FILLEUIL ! » hurlais-je, la tete rejetée en arriere, en pointant du doigt « le chef »
-« Kanzaki, qui est ce type ? J’aime savoir le nom des gens que je tue… » murmura le nain d’une voix doucereuse…
-« Attention chef, il a éliminé le reste de la bande sans forcer ! Il dit qu’il est le Greatest Gourou Makaya, Champion de la Raclette Afro » répondit le larron survivant.
-« Bon c’est pas tout ca, mais j’ai pas que ca a foutre. Discutons a l’interieur tu veux bien ? » Dis-je, tout en relevant la jambe de mon bermuda.

Un Reecom kick plus tard, nous etions tranquillement installés dans un salon cossu. Visiblement, Nobuo était une terreur car il était en 4eme année a l’académie, et que son père travaillait avec le Gensoukage (apres l’avoir tabassé, il s’averait en réalité que son père était un gratte-papier dans un bureau, et que sa mère était entretenue par un homme plus riche…Décidemment, pauvre gosse, il n’avait vraiment rien pour lui…)
Puis au fur et a mesure des tabassages successifs et des divers tortures de mon cru (lattage de couilles, torsion de tétons, pincage de narines, poivre dans les yeux etc…) il avoua etre lui-même au service d’un gus nommé Fûda. Un type plus vieux et plus influent.

Apres avoir passé la nuit dans sa maison car son père passait ses nuits au bureau, tandis que sa mere était actuellement en plein épanouissement, je relachai le jeune Kanzaki, prenait en laisse le moche Nobuo, et brulait sa maison pour lui rendre service : Ses parents devraient se reconcilier pour refonder une famille. Et les ruines en seraient l’élément déclencheur….Une médaille devrait m’etre decernée pour services rendus a la communauté. Heureusement que ma modestie me l’interdisait.
Bref, apres quelques pérégrinations, j’arrivai chez le dénommé Fûda. Qui m’ammena a une Michiko. Qui elle-même m’introduisit chez un Kenshin, qui finalement me présenta a un Kimari.


Il avait entendu parler d’une rumeur comme quoi un parfait inconnu illuminé remontait progressivement les maillons de la mafia. En effet, tous les types que j’avais rencontrés étaient faibles a mon gout, bien qu’ils devenaient progressivement de plus en plus fort au fur et a mesure que je dénouais les nœuds de la corde du crime (c’est beau ce que je viens de dire…). Rien donc de tres difficiles…je ne m’evertuais pas en palabres pour arriver a mes fins : heureusement qu’il restait la violence. Comme l’avait dit un sage :
Il y’a deux facons de résoudre une situation enigmatique : la réflexion, ou la force.
Apres mûre réflexion, la plupart des barbares optent pour la force


Et au terme de toute cette violence gratuite, tellement jouissive et sans réelle intention derrière, j’avais retrouvé l’un de mes ex-Zenithiens du bar, qui m’attendait derrière la porte, les doigts formant déjà un signe, soit prêt a directement passer a l’offensive. Le pauvre Kenshin eut le malheur de me servir de bouclier humain et de se faire electrocuter par une boule de foudre. Puis, alors que le corps inanimé de son acolytr gisait sur le sol, Kimari, lorsqu’il me reconnut, l’enjamba et vint me serrer la main.
Il était seul dans cette piece qui ressemblait plus ou moins a une chambre, et il y’avait peu de risques de des renforts arrivent : tous ses pseudos gardes étaient en train de se tenir prostrés, gémissant avec une voix fluette dans les couloirs menant a cette pièce. Certainement conscient de cela, il me proposa cependant de m’asseoir et de prendre un verre.

-« Je ne pensais pas qu’on se reverrait si vite, Frisé. Tu avais vraiment envie de me revoir ? » Souffla Kimari
-« Oh oui, a tel point que je pensais tomber sur encore une autre lavette en ouvrant cette porte, alors que je découvre que le chef des tarlouzes, c’est l’amateur du Vomito Orgeat. Non honnetement c’est une surprise. » Me justifiais-je
-« Humpf…Bon ben tant qu’a faire, parlons affaires. Ici, tu n’est pas encore grillé. Les maisons que tu as cramées ? Je savais que c’était toi…A ma connaissance il n’y a qu’un seul type dans ce village capable de peter une maison en marquant sur la facade : « DANS L’CUL LULU ! ». Alors j’ai fait jouer de mes relations et t’es pas encore derrière les barreaux. Mais donnant donnant, je veux que tu me rendes un service…J’ai quelques types a tabasser…Des chuunins qui veulent se la jouer perso et d’une j’ai plus de types a envoyer, de deux je t’ai sous la main, pour te tester c’est niquel » M’expliqua t’il
-« Une fois de plus, j’y gagne quoi moi la dedans ? » demandais-je, sceptique…
-« 4000 ryos, une garantie que la police ne cherchera pas de suite a te mettre le grappin dessus et une position dans le processus ? »
-« Tope la, qui sont ces mecs ? »
-« Yukui Maboroshi, Tetsuka Hyako, Kikuchi Mizu et Baiko Korove »
-« Hein ? Korove t’as dit ? Si c’est bien ce dont a quoi je pense, ca va poser probleme…Enfin file toujours, j’aviserais… »
-« Tres bien…fais ca vite de préférence. Essaye de les enchainer rapidement, histoire qu’ils ne se barricadent pas. Allez bonne chance, et reviens me voir quand t’aura terminé.
-« Ca roule, allez salut l’glandu ! »

Je quittai la planque, avec les noms et les adresses de quatre types, visiblement chuunins, a aller frapper. Si je réussissais, j’allais faire un grand pas dans le réseau de Gensou…Et puis les Korove de Mahou n’en sauraient rien hein…

Selon le plan, la maison de ma cible la plus proche était celle des Hyako. Ca me disait quelque chose, mais impossible de me rappeler ou est ce que j’avais entendu ce nom…Enfin bref, je me dirigeai vers une imposante batisse entourée par de nombreux oiseaux. J’etais treeees loin d’etre doué en infiltration, espionnage et assassinat, mais je n’avais pas le choix. La nuit allait tomber et je devais faire vite. Je sautai par-dessus la muraille et commencait a chercher mon type…Ca allait etre bien casse couilles je le sentais…







PS : Précision> Je suis Nantais et je hais les ch’tis et leur putain de film qui génère des pénuries de Maroilles parce que des blaireaux fans de ce film de beaufs sont allés se ruiner les intestins a manger ce fromage qui pue la mort.
avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Invité le 30/4/2008, 19:29

- Kane ! Kane ! Kane ! Kane réveille toi !
- Hein ?!!!!!!! Dis-je en sursautant de mon lit feuillu. Où suis-je ? Mayu ?
- Tu ne te souviens même pas ? Hier soir vers 23 heures, tu es venu à la maison, tu as toqué puis tu t'es affalé devant la porte de la maison. Etant donné que nous n'avons pas de quatrième lit, nous t'avons mis dans l'amas de feuille, dit Mayu en souriant.
- Ah merci de m'avoir hébergé pour la soirée... Je pense que je vais me payer l'hotel à partir de ce soir.
- Non, pas question ! Mes parents m'ont dit que tu pouvais rester ici.
- Dans un lit de feuille mortes...
- C'est mieux que d'être avec ta famille ou que de payer un logement, non ?

J'approuvai d'un signe de la tête assez timide puis parti à la fontaine de la maison, à l'extérieur, prendre une douche. Après m'être habillé, je pénétrai dans la salle principale ou tout le monde m'attendait pour déjeuner.

- Fin prêt, dit mon oncle.
- Hai Ojisan.
- Subarashi, ima, tabemashô.
- Hai, domo.
- Itadakimasu.

Nous commençâmes à se nourrir du repas préparé par ma tante, quand Mayu me dit de la plus calme des manière...

- T'es déjà en retard de cinq minutes. La sonnerie a déjà retenti.
- Oui, merci... QUOI ?!

Je m'attelai de prendre mes affaires et me dirigeai en courant vers la porte d'entrée. Je sorti en trombe et parti rapidement à l'académie, car aujourd'hui était un jour très important, aujourd'hui était le jour de la remise des bandeaux frontaux et des diplômes. J'arrivai donc dans la classe avec 10 minutes de retard, et le professeur me regarda d'un air... plutôt intrigué.

- Kane, nous n'avons pas cours aujourd'hui, tu dois recevoir ton bandeau à la reception, non ?
- La reception ? AHHH LA RECEPTION !

Je reparti une nouvelle fois, descendis les escaliers par deux et ouvris d'une vivacité surprenante la porte de la réception, et à ce moment, honte fatale, je tombai devant plus de 200 regards, d'élèves comme de parents... Même mon oncle, ma tante et Mayu étaient déjà là... euh comment ils ont fait ? Bref, ils me regardaient tous, et l'annonceur prononça mon nom.

- Maboroshi... Va t'assoir.

J'entendis des voix chuchoter mon nom, ainsi que d'autres mots, dont le nom de mon père... mon père... il n'était même pas là... même si je ne m'attendais pas vraiment à ce qu'il vienne.

- Maboroshi ! Maboroshi ! Maboroshi ! Maboroshi ! MABOROSHI !
- Oui.
- Venez immédiatement.

Je m'approchai de l'annonceur, entrainé par tous ces rires moqueurs.

- Je vous nomme officiellement, Genin de cette promotion. Tout le village compte sur vous pour honorer votre nom, ainsi que celui du village.
- Merci de ce fabuleux présent, et que Dieu vous garde.

Nous nous étions entrainés toute la semaine à répéter ces phrases... Et franchement, ce prof, je voudrai bien que Dieu le lâche ! C'est un vrai enfoiré, il ne s'occupe même pas des élèves et de leurs problèmes, il ne fait que donner des punitions... Enfin bref, tout ça était terminé maintenant. Une heure plus tard, je me trouvai dans une charrue, tirée par des dodos.

- Ah, c'est comme ça que vous êtes venus...
- Oui nigaud, et si tu m'avais terminé ma phrase, tu aurais pu savoir que nous voulions t'amener, dit Mayu.
- * rire bête. *
- Et ne met surtout pas ton bandeau sur le front.
- Pourquoi ?
- Parce que ça fait super moche sur toi ! ^_^

La matinée se termina sur cette phrase de Mayu, qui fit rire toute la famille, enfin, mon oncle, ma tante, Mayu et moi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Hakaima le 30/4/2008, 21:09

Le matin était ensoleillé et la lumière percée à travers les rideaux de ma chambre comme une incitation à zapper ma grâce matinée.
Mais qu’a cela ne tienne j’avais pas mal chômé ces derniers temps et il fallait bien reprendre mon entraînement, je me levais d’un bon et me préparer à une dur journée de labeur.

Le village était en ébullition, pour cause l’examen chuunin était sur le point de débuter, les rues grouillaient de visage inconnu et dans tout les bars le sujet de discussions était le même, on ne parlait que de l’examens, l’on m’avait bien proposé d’y participé mais j’avais refusé car je ne me sentais vraiment pas apte a relever un tel défi et de toutes façon ce n’était que partie remise.
Me rendant sur le terrain de l’académie je pensais déjà au planning de ma journée, que pourrais-je bien essayer apprendre cette fois ci, une techniques suiton de base qui consistais a créer un clone aqueux ferait très bien l’affaire.
Décidément le soleil cognait vraiment très fort aujourd’hui, plutôt qu’une journée d’entraînement j’aurais bien occupé cette dernière à me prélasser prés de l’eau, mais il ne fallait pas que je me laisse distraire par ce genre de pensée, car comparait aux autres genins je me trouvé vraiment en dessous de leur compétence, j’avais entendu parlé d’un géant mahousard qui avait fait impression au tournoi inter-genin ainsi que d’une chikarate apparemment redoutable, raison de plus pour redoubler d’effort.

Perdu dans mes pensées je ne remarquais pas que j’avais déjà dépassé d’une bonne centaines de mètres le terrain de l’académie :

« Arf c’est tout moi ça toujours en train de rêvasser » pensais-je à hautes voix

Demi tours, et en moins de 5 minutes j’étais arrivé a destination, le terrain était comme à son habitude très peu fréquenté dans les périodes hors scolaire, moi-même étant étudiant je profité de la première occasion pour fuir l’académie :

« Qui aurais cru que je me retrouverai à squatter le terrain de l’académie pendant mon temps libre » je souris a cette pensée qui m’évoqué bien des souvenirs, en y repensant être étudiant c’était vraiment la planque.

Allez j’avais assez rêvasser, trois quart d’heure pour faire un trajet qui en temps normal ne prend qu’une vingtaines de minutes, l’on pouvait bien y voir là un aperçu de ma motivation.

Je frappais du poing le creux de ma main comme pour sonner le top départ de ma journée :

« Allez mon grand maintenant c’est partis » plein de pseudo enthousiasme je reprenais ainsi
la route de l’entraînement.

Alors pour commencer voyons un peu en quoi consiste cette technique. J’ouvris le livre et la technique de « Mizu Bunshin » n’avait pas l’air insurmontable, selon les conseils prodigués par le livre il fallait seulement se visualiser et projeter cette image sur un volume d’eau pour qu’ils en prennent ainsi la forme.

« Bof, sa m’a pas l’air d’un truc terrible » pensais-je d’un air réjoui

Je me concentré pour sentir mon flux de chakra et essayé de me visualiser et je lancer la techniques :

« Ninpô : Mizu bunshin »

Un volume d’eau s’éleva a coter de moi mais sa ne ressemblait pas du tout a un être humanoïdes, l’on aurait plutôt dit un gros tas de forme indéfinis, j’eu a peine le temps d’examiner mon essai qu’il se liquéfia sur le sol. De toutes manière je ne pensais pas réussir du premier coup, sa aurai était bien trop beau.

Le deuxième essais aurait peut être plus de réussite, je me concentré plus profondément visualisant mon aspect, je sentais mon chakra se concentré jusqu'à ce que je lance ma technique :

« Ninpô : Mizu bunshin »

Une nouvelle masse liquide se forma, un peu plus haute que la précédente mais qui n’avait toujours pas de forme définie, elle resta néanmoins nettement plus longtemps en suspension avant de se disloquer une nouvelle fois.
Je souris à la vue de cette tentative, bien que peu glorieuse les erreurs que j’avais commises lors de l’apprentissage de ma première techniques m’avait bien servies, car il y avait plusieurs similitudes dans l’apprentissage de ces techniques notamment au niveau du dosage de chakra et de l’équilibre à respecter, pour preuve j’avais commencé mon entraînement il y a avait plus de deux heures et je ne mettais pas éclabousser une seule fois, ce qui comparé a mon premier entraînement était un exploit.

« Allez !!!!!! Cette fois c’est la bonne …………..Ninpô : Mizu bunshin »

La masse se constitua assez rapidement mais la forme restais la même à la différence que deux ex-croissance, que l’on n’aurait pût assimiler à des bras était apparut sur les flanc de mon « tas », le point positif était que cette forme restait consistante et ne se liquéfia pas même au bout de deux minutes.

M’encourageant moi-même je contemplais avec une certaines satisfaction mon œuvre :

« Et bien, c’est plutôt pas mal tout ça allez on s’arrête pas sur une si bonne lancée »

Je dissipais ma techniques et aussitôt mon « tas » comme je l’aimé à le nommé ce liquéfia mais cette fois sur mes ordres ce qui eu pour effet de m’extirpais un sourire radieux.

Il était maintenant plus de midi et mon estomac réclamait, ce qui nuisait à ma concentration, je décidais donc de faire une petite pause, m’installant contre le tronc d’un arbre d’on l’ombrage en faisait un refuge plus que confortable, je sortis de mon sac un sandwich que j’avais confectionné en prévision d’un petit creux et me mis a réfléchir quand à l’apprentissage de ma technique.
J’avais plutôt bien réussit à formé un volume d’eau mais je n’arrivais pas à retranscrire mon aspect à travers lui, pourtant je me concentré vraiment sur mon image mais peut être cela n’était-il pas suffisant, mais bon pour l’instant j’étais plus concentré à combler ma faim qu’à réfléchir au « pourquoi du comment ma technique ne fonctionne pas ».

L’après midi s’annoncer encore plus chaude que la matinée, le soleil de midi était vraiment brûlant ce qui était rare en cette période de l’année. Après un bonne demi heure de pause, qui me fit le plus grand bien, je décidais de me concentrais un moment sur mon image avant de continuer, je visualiser les moindres facettes de mon aspect… j’étais plutôt beau gosse… mais je ne devais pas m’écarter de mon objectif… au bout de quelques minutes de concentration intense je relâchais ma technique :

« Ninpô : Mizu bunshin »

Une fois de plus un gros tas se forma à coté de moi mais pour une fois il était pourvu de quatre ex-croissances, deux imitant les bras et deux autres que l’on aurait pût qualifiées de jambes. Décidément je ne m’en sortais pas si mal que ça.

L’après midi ne fut qu’un long recommencement, sans cesse je m’évertuais à peaufiner ma technique, recommençant sans relâche les même signe, me focalisant sur mon image et a chaque essais quelque chose était modifié.

Le crépuscule recouvrit le village et j’étais toujours au même endroit :

« Allez cette fois je le sent bien… on se motive… Ninpô : Mizu bunshin »

Cette fois ci a mon grand enchantement se dressé a côté de moi non pas une masse informe mais bel et bien un clone de ma personne, il me ressemblait en tout point je l’inspectais de toutes parts pour voir si tout était parfait lorsqu’il me fixa de son regard livide :

« C’est bon t’as finit de me reluquer c’est que sa devient lourd là »

Même la voix était identiques, je restais scotché sur place impressionner par mon œuvre :

« Hahaha j’ai réussis » je sautais dans tout les sens fier de ma prestation
« On peut même dire que la copie dépasse l’original »

Cette tirade coupa mon euphorie :

« On ta causé a toi ……….la prochaine fois je te matérialise avec une gueule de travers sa te feras les pieds »
« Au moins la ressemblance n’en sera que plus flagrantes »
« Quoi…QUOI..Mais tu me cherche la allez viens là espèce d’enfo*** »


Finalement ma technique n‘était pas si parfaite, j’avais certes réussit a créer un clone a l’aspect identique mais il avait vraiment un caractère de m****

« Alors qu’est-ce que t’attend »
« Hahaha tu veut vraiment te prendre une raclé par ton propre clone …très bien allons-y »


Je me ruais sur mon clone et les coups de poing et de pied fusèrent, il était plutôt coriace mais au bout de plusieurs minutes de lutte acharnée mon poing vint s’écrasé dans la face de mon adversaire, il traversa la masse liquide et mon clone se disloqua par terre :

« Héhéhé alors c’est qui le patron »

Sur cette mésaventure je quittais le stade d’entraînement, le visage tuméfié (il m’avait pas louper l’enfoiré) me traînant, mort de fatigue, jusqu’au premier restau pour fêter ça autour d’un bon plat de ramen.
avatar
Hakaima
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 566
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Kodomo no Asu...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Invité le 1/5/2008, 00:52

La journée commençait bien, je m'étais levé tôt, j'avais pris un bon p'tit dej', le soleil brillait et le vent était doux et chaud. Je marchai en direction de la bibliothèque, puis entrai sans faire trop de bruits.

- Excusez moi madame la bibliothécaire...
- Je vous en pris, appelez-moi simplement Madame.
- Je voudrais savoir où trouver un bon ouvrage sur le Genjutsu et un autre sur les sceaux, et aussi, je voudrais savoir si on peut emprunter des livres.
- Et bien, je vous conseille "~ Le guide du Genjutsu ~" pour le Genjutsu, et " Tout sur les sceaux " pour les sceaux. Et non, l'emprunt est interdit, mais l'achat est autorisé...
- Pas d'emprunt ?!
- Moins fort ! Non, l'emprunt a été maintenant interdit à la suite de vols...

Je parti d'abord voir le fameux livre "~ Le guide du Genjutsu ~" et lis tout l'ouvrage, du début à la fin pour savoir quels type de Genjutsu développer... Lesquels me seraient les plus utiles...

Puis j'allai dans un nouveau rayon et pris le livre sur les sceaux. Ce livre était extrêmement bien présenté, avec des illustrations et des couleurs. Je retournai le livre et vu qu'il ne coûtait pas très cher, je me dirigeai donc vers le comptoir pour le payer.

Je donnai l'argent à la bibliothécaire et repartis chez mon oncle. J'entrai dans les maison et parti directement dans le local à feuilles mortes, me servant de chambre. Je regardai le livre de plus près, celui-ci décrivait exactement comme faire les sceaux...


Les sceaux : La réalisation.

Il y a plusieurs façons de réaliser un sceau, la plus ancienne étant l'écriture des kanjis sur des parchemins ou sur des surface pouvant contenir des écritures. De nos jours, les experts en ce domaine ont développés des techniques avancées pour ne pas perdre de temps dans l'écriture du kanjis sur le parchemin :
- Le parchemin déjà préparé, donc prêt à l'utilisation
- Le sceau sur un bout de chair de l'utilisateur
- De la peinture sanguine, de l'hémoglobine pure, à partir d'un saignement
- La poudre d'étoile

texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte
texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte
texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte
texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte
texte texte


° 4 : La poudre d'étoile :

La technique la plus avancée néanmoins la moins répandu reste la poudre d'étoile. Ce sont des petits résidus d'étoiles pouvant flotter dans l'air, et donc le kanji est directement appliqué dans l'air, d'où une plus grande vitesse d'action.
Question prix, certains vendeurs produisent cette poudre à un prix très réduit, mais encore faut-il trouver ces bons samaritains.

Pour activer un sceau à partir de la poudre d'étoile, il suffit de réaliser d'abord le kanji dans l'air avec la poudre, qui deviendra dès lors d'un bleu lumineux. Ensuite, il suffit simplement de donner une impulsion de chakra dans le sceau avec sa main.

- Parfait, il ne me reste plus qu'à trouver de la poudre d'étoile...

Je fonçai donc au commerce, avec l'espoir de trouver de la poudre d'étoile, mais dans chacun des magasins c'était...

- De la quoi ?! Ce existe ce truc ?

Ou...

- 10 000 ryos les 200 grammes.

Autant fuir en courant. J'étais désespéré, il faisait déjà sombre et je ne trouvai aucune poudre, ou aucune à un prix raisonnable, pour moi bien sur. Je pris alors un raccourci pour revenir à la maison... enfin un raccourci... ce que je pensais. C'était en faite qu'une ruelle sombre.

- Allez, dépêchez vous les mecs ! Après ce vol, à nous Arasu !
- ??

J'entendis une voix, suivie de bruits sourds venant de l'autre côté du mur. Je regardai ce qu'il se passait par un petit trou et je vis des brigands dévalisant une boutique, celle vendant la poudre d'étoile à 10 000 les 200 grammes.

Je vis alors environ 20 gros bidons de poudre d'étoile, allant dans une charrette voilée d'un tissu noir. J'escaladai discrètement la muraille, profitant du noir et du moment où trois des quatre hommes étaient à l'intérieur. J'arrivai derrière l'homme restant et frappai son point léthargique situé au niveau du cou, puis pris deux bidons ainsi qu'un "diable" qui gisait à côté du camion, pour transporter les bidons.

Je rentrai à toute vitesse chez mon oncle avec la marchandise volée et disposai les deux bidons dans le local, en passant par le jardin et contemplai la poudre.


- Subarashi...

A l'intérieur, il y avait de la poudre et un petit... euh... on va dire "cale-poudre" pouvant être accroché à une lanière et pouvant soutenir environ 500 gramme de poudre. Je l'accrochai à mon blouson et insérai la marchandise, puis essayai le tout.

- Ahhh, c'est pas de la poudre ce truc, c'est limite visqueux... Ou c'est peut-être du à la transpiration... J'espère au moins que ça marche.

Je parti dans le jardin et creusai toute la nuit pour enterrer les deux bidons d'or bleu.

Le lendemain, j'étais boueux et crasseux, je puais tellement qu'on me reniflait à 500 mètres, et j'avais à peine dormi que je fis une grasse mat' de 24 heures supplémentaires...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 14 Précédent  1, 2, 3 ... 8 ... 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum