Gensou, village caché de la cascade [RP]

Page 13 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Keiryuu le 28/3/2010, 21:40

*Imaginez une musique délicate et agréable à l'oreille...*

Tous les matins, une musique tendre et douce me tire du sommeil... Sans doute trop douce pour réussir à me réveiller tous les matins à l'heure, mais je m'égare pour l'instant. Quelle n'est donc pas ma surprise lorsque ce matin, j'aperçois dans l'embrasure de la fenêtre cette tête de gland de Fuusetsu, qui m'a agréablement prévenu à l'aide d'une casserole doucement caressée par une cuillère métallique qu'il avait jeté une jolie douzaine de fumigènes dans ma chambre. Les petites boules roulaient toujours par terre (tout s'est joué en seulement quelques secondes).


-Pauvre type.

BAOUM.

Bon, je ne vous dis pas que les fumigènes viennent d'exploser, vous l'avez sûrement déviné par vous-même. Mes narines me préviennent de la présence dans l'air de traces d'oignon et de poivre. *Roh l'enfoiré...* Pendant que je crache mes poumons et pleure toutes les larmes de mon corps, je maudis ce cousin qui m'a pourtant prévenu qu'il m'en ferait baver. Peu importe, je me vengerais. En temps voulu. Soit. Bref. Enfin bon. Peu importe.

Une fois la fumée dissipée et l'avoir poursuivi à travers tout le quartier une poêle en main, nous réussissons à stabiliser la situation.


-"J'ÉTAIS OBLIGÉ !
-NAN !!!
-SI !!!
-T'AURAIS PU LE FAIRE GENTIMENT !!!
-NAN !!!
-MOI JE TE DIS QUE SI !!!
-TU TE SERAIS PAS LEVÉE SINON !!!
-QU'EST-CE QUE T'EN SAIS ?!?!
-PARCE QUE T'ES QU'UNE FEIGNANTE !!!
-MÊME PAS VRAI !!!
-TU DORS JUSQU'A 11 HEURES QUAND TU LE PEUX !!!
-ET ALORS !!!
-C'EST PAS COMME CA QUE TU RÉUSSIRAS L'EXAMEN !!!
-JE M'EN FOUS JE VEUX DORMIR MOI !!!
-DE TOUTE FACON C'EST TROP TARD !!!
-JE M'EN FOUS !!!
-TU ES LEVÉE DONC AUTANT REPRENDRE L'ENTRAÎNEMENT !!!
-MOUAIS C'EST PAS FAUX !!!
-TU VOIS QUAND TU VEUX !!!
-MAIS LA PROCHAINE FOIS JE TE TRUCIDE C'EST CLAIR ?!?!
-HAHA ESSAYE UN PEU !!!

En fait le ton vient de revenir à la normale, sauf qu'on crie toujours aussi fort qu'au début. Sans doute l'habitude... Après des années de confrontation permanente, il est normal de s'accoutumer, après tout.

-BON !!! DONC JE FAIS QUOI ?!
-D'abord t'arrête de hurler s'il te plaît.
-Ha oui, désolé. Bref...
-Cette fois on va sortir un peu prendre l'air.
-On est déjà dehors, en fait...
-Rah mais ferme ton clapet un peu, je sais ce que je dis.
-C'est ce qu'on dit...
-On va quitter le "nid familial", un peu.
-C'est à dire...
-Tu vas t'entraîner autre part, un peu ; c'est bien de changer non ?
-Mouais... *Ton vraiment pas convaincu...*
-Bon va t'habiller déjà.

C'pas faux. Dans l'enchaînement d'actions qui avait précédé, la précipitation m'avait empêchée de prendre le temps de m'habiller. Je suis à l'heure actuelle dans le jardin, en nuisette, et pieds nus dans la rosée du matin.

-ATCHAAA !!!
-Ha.
-La ferme. C'est encore de ta faute tout ça.

Sur ces mots, je lui en colle une dernière -par surprise, mais je réussis quand même, c'est ça l'important- et pars m'habiller. Dix minutes après, j'enfile ma longue écharpe, et... Gargl. Celle-ci m'étrangle violemment. Tout en étant tirée vers l'extérieur de la pièce, je saisis un vase que je m'empresse de jeter par-dessus mon épaule. Mon agresseur me lâche et se carapate avant que j'ai le temps de l'identifier. Enfin bon, pas la peine de faire tout un pataquès pour suggérer une agression venue d'un inconnu, vous savez très bien qui c'est. Je le retrouve 30 secondes plus tard en bas, et nous partons vers l'entrée du village, là où s'écoule la grande cascade. Une grande rivière alimente celle-ci avant d'aller se disperser dans les marais environnants, et finalement se jeter dans la mer. S'écoulant depuis les montagnes enneigées au nord, elle traverse le village de part en part, et nous la longeons actuellement.

-Pourquoi on va par là ?
-Il y a de nombreux terrains d'entraînement le long de la rivère, mais il faut s'éloigner du centre-ville.
-Ha ouais, normal. A cause des habitations.
-Effectivement. Ce serait dommage d'inonder tout un pâté de maison parce qu'on a un peu forcé sur la dose de chakra.
-Ouais, bah en tout cas ce serait pas moi qui causerait des trucs pareils.
-Bien sûr, mais y'a en toujours qui essayent de péter plus haut que leur cul.

Nous arrivons enfin dans quelques "jardins", où l'herbe a remplacé les pavés et le sol nu, comme ailleurs. Mais pas un bosquet, pas une fleur... Triste. En même temps, il y aurait peu de chances qu'une quelconque plante puisse pousser sur un terrain aussi utilisé.

-Bon, tout d'abord je voudrais vérifier quelque chose. Approche-toi du bord.

Intriguée, je m'éxécute. Il tend alors son bras devant lui et l'eau se met à se mouvoir, puis s'élève jusqu'à former une sphère gigantesque, d'environ 5 mètres de diamètre. Fuusetsu m'impressionnera toujours... Il semble si détendu, comme s'il faisait ça aussi facilement que s'il laçait ses chaussures. La boule s'approche soudain de moi, comme si elle voulait m'engloutir. Je recule instinctivement.

-Hé mais fais gaffe !
-Nan nan, vas-y, rentre dedans.
-QUOI ? T'es pas sérieux là ?
-Si. Vas-y, c'est pas long, je souhaite juste vérifier un truc.
-Bon ok. Ca sent le plan foireux...

Je m'approche de la masse informe, puis plonge un bras dans le liquide. C'est froid, et je ne peux réprimer un frisson.

-Attends 2 secondes... Voilà.

Après qu'il ait éxécuté quelques signes avec sa main libre, je sens l'eau se réchauffer subitement. La température du liquide devient plus qu'agréable, et je ne peux résister à l'attrait de pénétrer d'un seul coup dans ce bon bain chaud. Une fois dans la bulle, ma vision et mon audition se troublent, et je ne distingue plus ce qui se passe aux alentours. C'est en revanche un vrai plaisir. La chaleur autour de moi est si agréable... J'effectue alors quelques gestes de brasse pour ressortir au sommet de la sphère, dans le but de reprendre ma respiration et m'adresser à Fuusetsu, un sourire me remontant jusqu'aux oreilles.

-Tu peux faire remuer l'eau pour faire un spa ?
-Tch... J'ai pas que ça à faire...
-Hey, je t'ai rendu service en faisant ton truc, tu peux bien m'accorder ça.
-... Sale gosse pourrie-gâtée...

Effectuant quelques gestes avec ses bras, ma bulle se met alors à remuer dans tous les sens et ces remous me massent agréablement. Ha, quel bonheur... Moi, manipulatrice ? Nooooon...

Et bien évidemment, comme toute bonne chose, le plaisir ne peut pas durer. La sphère stoppe son mouvement, puis l'eau redevient peu à peu froide, glaciale, avant de s'effondrer violemment, m'envoyant rencontrer le sol sans ménagement, et je me retrouve à plat ventre sur le sol trempé. Cet évènement n'étant pas prévu dans le contrat, je me vois dans l'obligation de me venger, une nouvelle fois. Rassemblant à terre une petite boule d'eau, je me retourne et l'expédie droit dans sa sale face. Que je loupe. En fait non. Je m'aperçois que la sphère d'eau que je viens de propulser vient de gifler de plein fouet une jeune fille juste à côté de Fuusetsu, en plein visage. Mais qu'est-ce qu'elle faisait là aussi cette cruche ? C'est elle qui l'a déconcentré, m'envoyant au sol ?


-Raaah... Sale petite peste, mais tu sors d'où toi ?!
-Mais... qu'est-ce que ?

Et elle se jette sur moi. J'ai juste le temps de me relever, et de précipitemment trébucher jusqu'au bord de l'eau et de me plonger de nouveau dans l'eau -trop- fraîche. Je m'accroche à quelques pierres bordant le lit de la rivière pour ne pas être emportée par le courant. Je relève la tête pour la voir me chercher du regard dans l'eau. Du moins c'est que je pense voir, puisque ma vue est plutôt brouillé là-dedans. Je distingue alors une voix étouffée et inidentifiable, puis une autre. Et encore une autre, trois différentes apparemment. Puis elle s'écarte. Je remonte alors à la surface, c'est-à-dire de quelques diazines de centimètres seulement. Je me demande pourquoi elle m'a poursuivie dans l'eau. Enfin bon, tant mieux pour moi après tout, hein. J'émerge enfin, et reprend ma respiration, haletante, avant de me tirer péniblement hors de l'eau. Elle se retourne avant d'essayer de me foncer de nouveau dessus. Mais à peine a-t'elle esquissé le geste d'un épais et haut mur d'eau nous sépare.

-S'il vous plaît, mademoiselle, j'aimerais que vous évitiez de vous attaquer à ma cousine. J'aimerais qu'elle rentre à la maison en un seul morceau.
-Mais elle est venue d'où ? Je regardais juste le beau jeune homme ici présent, quand je me suis pris une volée venue de nulle part.
- *soupir de Fuusetsu* Inutile que je vous explique, s'il vous plaît calmez-vous.
-Hmpf... Ca va pas se finir comme ça.

Elle me tourne alors le dos après avoir remit une de ses mèches rouges derrière son oreille d'un geste vif de la main. Un homme à côté, portant un bandeau sur ses yeux, se penche vers mon cousin.

-Excusez-moi. Vous semblez être un habile manipulateur du Suiton, j'aimerais vous demander un service.
-Lequel ?
-Cette jeune fille ici présente possède la même affinité, mais elle ne sait pas vraiment s'en servir... Pourriez-vous lui enseigner ?
-Et bien... J'ai déjà une élève, comme vous le voyez...
-Je peux m'occuper d'elle pendant un petit moment si vous le voulez bien, et elle aussi. Nous pourrions ainsi échanger nos élèves.
-Heu, mouais...
-Réfléchissez, il ne peut y avoir que du bon.

Fuusetsu me jette alors un regard en biais, interrogateur. Je hausse les épaules en guise de seule réponse.

-Laissez-moi juste finir un petit entraînement. Je n'en ai pas pour longtemps. Keiryuu, viens ici.

Je me lève, et m'approche de lui, passant à côté de l'autre fille, qui me fusille du regard.

-Bon, je vais juste te montrer la base d'une technique, que tu développeras par la suite toute seule. Tu verras, c'est pas difficile, t'as pas besoin de grand-chose.
-C'est quoi ?
-Une technique défensive. Ca consiste juste à créer un bouclier avec de l'eau. Vas-y, attaque-moi.

Je recule d'un bon pas, avant de lui asséner un coup de poing. D'un simple revers de la main, il me stoppe net en matérialisant un énorme bouclier devant lui, de deux mètres de haut sur un de large.

-Waouw.

Comme d'habitude, je frétille d'impatience de voir ce qu'il sait faire, espérant pouvoir un jour faire pareil.

-La seule difficulté, c'est d'aplatir la masse d'eau que tu contrôles, et de la répartir équitablement sur toute la surface. Et de maintenir un minimum de solidité. Sinon c'est plus un bouclier...
-Ouais, ok, je m'occuperais de ça ce soir.

Je prends quand même le temps de voir ce que ça pourrait donner. Rassemblant une petite quandtité d'eau sous forme de boule, je lui fais prendre l'apparence d'un petit disque. Absolument pas utile en combat bien sûr, mais au moins je vois ce que ça peut donner maintenant. Puis je me retourne vers les deux inconnus.

-Bonjour... Vous êtes ?
-Je m'appelle Hykao Kezashi. Et voici mon amie, Naïades Evaline, me répond le type bizarre d'un ton neutre. Je me demande pourquoi il porte ce truc sur son visage...
-Dites, monsieur, pourquoi vous avez un bandeau sur les yeux ?
-Je suis aveugle. Et range ce doigt, je vois très bien ce que tu fais quand même.

Haouw. Grillée. Il vient pourant de me dire qu'il est aveugle... il se fout de moi celui-là ?

-Bon, Keiryuu, je te laisse aux soins de cet homme, d'accord ?
-... ouais, ok. Dites, monsieur, on fait quoi, alors ?
avatar
Keiryuu
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 69
Date d'inscription : 18/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Earl Grey le 28/3/2010, 23:46

Alors cela se passait dans une zone d’entrainement, au milieu de ce que l’on pourrait nommer "forêt" s’il y avait plus d’arbres, se trouvait une aire dégagée de toute végétation. Tout ce qu’il y avait, c’était ce sol entièrement gris à cause des innombrables pierres qui la composait. Franchement, j’aurais préféré que les arbres soient tout proches, ou carrément que tout ceci se déroule en pleine foret. Dans ce coin, y’a aucun endroit ou se dissimuler, mes projectiles seront trop visibles par ce temps dégagé. Et comme si ca suffisait pas, les deux ont l’air pas mal forts au corps a corps, alors je ne veux pas me risquer a ce genre de combat.
Truc de fou comme j’ai pas envie de combattre. Je ne savais même pas que j’allais être intégré dans une équipe, aujourd’hui.
Si je le savais, je serais resté chez moi.
Mais je vais pas m’apitoyer sur mon sort, j’ai pas vraiment le temps. J’ai raté mon petit assaut surprise, je n’allais pas pouvoir en finir rapidement. Et eux, ils s’approchaient. Et je n’avais plus aucun tour en réserve. Et je ne veux pas me salir a cause de ce type que est censé être mon sensei. Je regarde rapidement en sa direction; il est adossé a l’ombre d’un arbre, et est immobile.
Mon Dieu, je crois qu’il dort. Ou il est peut être mort. Je soupçonne que cet homme soit un mort vivant. La pâleur à des limites, quoi.
Mon regard se reposa sur mes deux coéquipiers.

Je veux pas me salir. Vous le voulez, vous?
Apparemment oui. Ils s’approchaient de moi. Crétins.
J’espère quand même qu’ils ne se sont pas alliés, ca pourrait finir mal pour moi.

Alors je me retournai et pris mes jambes a mon cou. Si je devais combattre, autant mettre le plus de chances de mon coté. Et ils me suivirent, c’était peut être mon jour de chance. J’ai bien dit peut-être.
A partir de l’entrée des la foret(je les attirai par là, oui), je laissai des parchemins a chaque 5 pas, il me fallait absolument les séparer dans un premier temps.
Boom. Boom. Boom.
Avec un magnifique jeu de jambes, je me retournes pour voir si ces explosions avaient fait de quelconques dégâts. Et au lieu de voir avec enchantement les deux types morts sur l’herbe qui commençait a flamber, je vis deux senbons de chakra passer devant moi. Et surtout, je sentis trois autres senbons se planter sur mon épaule. Apparemment, j’avais évité quelques aiguilles. Mais dans tout les cas il m’avait visé sciemment à l’épaule. S’il avait fait ça, était-ce pour voir quel niveau j’avais?
Je croisai son regard l’espace d’un instant. C’était Izaya, armée de ses deux poignards. Mais les aiguilles ne venaient pas de la, l’autre type était en haut, vu l’angle de son tir, il était caché derrière un arbre.Eux deux contre moi. Situation délicate. Elle était en garde, prête a tout assaut venant de moi. Bien, j’allais commencer.

« Dites moi, ca vous dérange pas de vous entre-tuer sur l’ordre d’un type aussi louche que lui? J’veux dire… Il en a rien a faire de nous, je suis sur qu’il n’hésitera pas à nous lâcher lorsqu’il aura assez d’argent pour se payer son loyer. Alors je vous propose de trouver une autre solution, c'est pas un truc très mignon ça, la bagarre. Au lieu de se taper dessus comme des gros méchants pas beau, je suis sur qu'on peut trouver des truc plus intelligents! On est des grands, après tout. »

Le tout dit avec un air qui, pour moi, est extrêmement convaincant: L'air de l'enfant innocent qui se sent offensé par d'étranges types. Cet air permet de dissimuler mes arrières pensés. C’est cool, ça.
avatar
Earl Grey
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 27
Date d'inscription : 27/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Yukitutso le 29/3/2010, 18:19

-Ahhhhhhhh...

Il était neuf heures du matin, j'avais vraiment bien dormis aujourd'hui. Je sortis de mon lit doucement et m'étirai. Il faisait beau dehors... Ca promettait d'être une merveilleuse journée !
Après avoir pris ma douche et m'être habillé, je descendis et allai faire un tour en ville. J'avais un p'tit creux et, une fois mon estomac remplit, je me mis en route. Je voulais aller au temple pour voir si ils avaient réussi à me trouver un sensei. Je traversai à pied le petit lac qui entourait le batiment et entrai. J'enlevai mes chaussures comme la dernière fois et confiai mes armes aux moines gardiens. Une fois à l'intèrieur, je me dirigeai vers l'acceuil et demandai.
-Pardon monsieur, j'ai hier déposé un formulaire d'inscription pour obtenir un sensei et j'aimerais savoir si l'on m'en a trouver un.
Dans le grandes occasions je savais être polis avec les adultes, mais alors vraiment quand j'en avais besoin, hein !
-Comment t'appelle-tu mon petit ?
Ne pas tuer ce moine... mon petit, hou...hou...se calmer... Il ne pensait pas à mal... Prendre sa voix mielleuse...
-Yukitutso Kobayakawa monsieur.
J'ai réussi, j'ai finis ma phrase et on est pas entrain de se battre alors qu'il a OSE m'appeller petit, peut-être suis-je en progrès ?
-Yukitutso Kobayakawa... Yukitutso Kobayakawa... Yukitutso Kobayakawa...
C'est bon on a compris, abrège le bouhdiste !
-Ah, Voilà !
Pas trop tôt !
-Eh bien oui, nous t'avons assigné un sensei, tu as rendez-vous avec lui aux terrain d'entrainement n°7 cet après-midi à quatorze heures.
-Merci beaucoup !
Vieux ch'noc !

Après avoir quitté le temple, je passai par une superette puis rentrai chez moi. Je déposai les courses près de la porte et allai à la cuisine. Il y avait vraiment du bouleau... Je commençai par enlever les battants des placards qui étaient en trop mauvais état, les transformant ainsi en étagères puis testai les appareils. Le four était mort, le frigo marchait à peu près, je manquai de m'électrocuter avec la machine à café mais là ou j'eu peurt d'y passer, ce fut pour le gaz. Je me routrouvai devant la machine et je voyai très bien comment elle marchait. Mais si jamais elle était aussi dégradée que le reste de l'appartement, c'en était fini du quartier...
Il fallait faire un choix ! C'était de la bouffe froide ou la mort de centaine de personnes. Avec mon esprit rationnel et implaquablement logique, le calcul fut vite fait :
Je ne pouvais pas manger froid toute ma vie. C'est avec cette idée en tête que j'allumai le gaz et que
Boum !!!
La machine à café qui avait eu un court-circuit tout à l'heure venait d'exploser. Le gaz par contre s'était allumer sans aucun problème.
Je jettai tout ce qui ne fonctionnait pas par la fenêtre et défis le papier-peint des murs qui était en trop mauvais état. Restait un problème, la poussière. Elle était en encore plus grande quantité que dans les autres pièces mais heureusement, même problème, même solution. Je fis donc la technique de la prison aqueuse et enfermai toute la poussière dedans avant de faire exploser ma bulle dehors.
Maintenant que la cuisine était à peu près correcte, j'allai chercher mes courses et les entreposai sur les étagères sauf celles qu'il fallait conserver que je mis au frigo.
Ceci fait je me rendis compte qu'il était déjà tard et eu le plaisir de me faire à manger DANS MA PROPRE CUISINE.


Il était quatorze heures moins dix lorsque j'arrivai au terrain d'entrainement n°7. Je m'assis, dos contre un arbre et attendis. Il fesait chaud et c'était très agréable. Je songeai à mes parents, à ce que devait être leur vie maintenant qu'ils s'étaient débarassés du seul enfant qu'ils avaient à charge. Le gouvernement était vraiment nul ! Personne n'avait remarqué que Yukitutso avait disparu du quartier des artisants. Personne ne s'était douté que l'enfant qui faisait ses courses, qui allait au temple, au quartier général ou à l'agence immobilère des sushis machin truc n'allait pas rentrer dormir chez ses parents comme un gosse bien sage le soir. Pffffffffffff... Sont nuls ! Toute façon je...
-Bonjour Yukitutso.
Putain ! Un mec était devant moi ! Depuis combien de temps ?! Et dire que je l'avais pas remarquer alors que je suis un ninja, c'est trop la honte ! Il m'a appellé comment déjà ? Ah oui, Yukitutso... Mais c'est mon prénom ça !
-Que, quoi ! Comment savez-vous que...
-La politesse veut que l'on réponde bonjour à quelqun qui vous le souhaite.
-Bonjour,c'est ça, c'est ça... Qui êtes vous ?
-Pardon ?
-J'ai dit qui êtes vous. Pffffffff... Soit il est sourd, soit il m'entend.
-Je crois que mes oreilles sont en bonnes états, merci de vous inquéter de ma santé.
Oh la boulette ! Faisons comme si de rien n'était et reprenons la conversation.
-Pourrais-je savoir à qui ai-je affaire ?
Oh oui ! Avec le ton mielleux, trop fort !
-Je m'appelle Shyiwen Seijhu et je suis votre maitre. Mais appellez-moi Shyiwen-sensei.
-Tu peux toujours courrir Shy'.
Il me donna alors un coup de poing comme je n'en avais jamais reçu. Un truc que votre menton acceuille contre son gré et qui vous envoi à une dizaine de mètres.
-Quand tu seras capable de me faire ça tu seras en mesure de m'appeller comme tu veux. En attendant c'est moi qui t'envoie au tapis et je t'ordonne de m'appeller Shyiwen-sensei.
Ce type m'avait pris en traitre, il me prennait pour un gosse et me donnait des ordres, bref, tout ce qu'il faut pour me mettre hors de moi. Mais le problème quand je suis hors de moi c'est que je me contrôle plus, et quand je me contrôle plus je m'attire souvent des ennuis.
Je fonçai sur mon adversaire et voulus lui faire goûter mes Ninjas Shukos mais il ne m'en laissa pas l'occasion. Me calmant petit à petit, je me rendis compte que je ne vaincrai pas sans mon ninjutsu. Je courrai donc vers le lac qui était un peu plus loin pendant qu'il me regardait avec amusement. Je plaquai mes mains contre l'eau et y insulfai une grande quantité de chakra.
-La déferlante d'eau !!!
Une grande quantité d'eau propulser à plus de cinquante kilomètres/heure sortit du petit lac et fonça sur l'ennemis.
Il resta stoïque et, au dernier moment leva la main. L'eau s'arrêtta comme si elle avait obéit à je ne sais quels ordres divins puis repartis en sens inverse deux fois plus rapidement. Je m'attendais à être balayé par cette attaque mais l'eau ralentit peu de temps avant l'impacte. Je fus comme avalé par la technique et me retrouvai prisonnier dans une espèce de bulle. Je retîns mon soufle et sortis un Kunaï, rien à faire la bulle était élastique. Cette technique ressemblait étrangement à ma prison aqueuse mais en beaucoup plus puissant. Je m'acharnais avec de fois plus d'effort sur la bulle qui ne céda pas. A bout de force, j'allai craquer quand la technique s'arrêtta. Je n'étais plus au même endroit que tout à l'heure, la bulle m'avait transporter au dessus du lac. J'eus a peine le temps de remplir mes poumons d'air avant de retourner dans l'eau. Shy' regardait anxieusement la rive, se demandant si il avait tué son jeune élève.
-J'y suis peut-être aller un peu fort, non pas qu'il ne l'avait pas chercher mais quand même. Je me demande si j'arriverais à faire passer ça pour un accident au Q.G. ? Bah, ce serait pas la première fois que j'échappe à la "justice". Se retournant pour aller chercher ses affaires, il ne sentit pas la présence furtive qui se glissait entre les arbres.
-AYAAAAAAAAAAAAAH
Gachant tout l'effet de surprise dont je disposais, je sautai de ma branche et m'abattis lourdement sur lui.
-Pouf !
C'était un clone ! Je me doutais bien qu'un mec qui parle tout seul c'est louche ! Remarque moi aussi je parle tout seul, mais dans ma tête.
-Pas mal petit, une apnée de une minute trente et un jutsu suiton de puissance intéressante.
Il m'énerve, il m'énerve, il m'énerve !!!
Je lui fonçai dessus et il parut surpris de cette attaque directe, mais, se ravisant au dernier moment, l'évita.
Parfais, il s'est retourné vers mon clone !
Bondissant de ma cachette, je lui sautai dessus et l'agrippai au cou.
-CREVEEEEEEEEEEEEEEEEE !
Pour toute réponse il m'agrippa un bras et me balança contre mon clone qui explosa.
-Tu n'a pas l'air très intelligent. Au cas où tu ne l'aurais pas remarqué tu es nul en taïjutsu. me dit-il en souriant.
-C'est ce qu'on va voire ! KAGE BUSHIN NO JUTSU !!!
Sept clones apparurent et nous fonçâmes tout les huit sur l'adversaire. Il était très doué, très souple, très fort et ne manquait surement pas d'expérience mais j'étais rageux et nous étions beaucoup plus. Après cinq minutes de gesticulation, de combat au corps à corps, d'esquive et de coups portés dans le vide il commença à fatigué.
Voyant un changement de rythme je lui portai un poing directe à l'estomac. Lui, souriant, m'attrappa le bras et, prenant appui sur moi, donna un formidable coup de pied rotatif à mes clones qui se dissipèrent.
Ne me laissant pas le temps de répliquer, il me poussa contre un arbre et m'ensaucissona avec des fils ultra solide.
-Enlève-moi ça salop !
Il ressera les fils, me déchirant les chairs.
-AAAAAAAAAAh !!!
-Appelle-moi Shyiwen-sensei et peut-être que t'enlèverai ça.
-Vieux con...
Il tira encore et les fils s'enfoncèrent encore plus, coupant certains capillaires.
-Si tu ne montre pas tout de suite un peu plus de respect je déchire tes muscles.
-Si tu ose faire ça Shy' j'arrêtte cet entrainement et je pars, on se reverra samedi à dix heure pour aller à Bazaka.
-Je déteste les gens qui sont aussi sûr d'eux.
Il ressera de nouveau les fils en acier, ceux-ci s'enfoncèrent, me meurtrissant encore plus et sectionnant plusieurs muscles. Je hurlai de douleur et puis
-Pouf !
Il regarda étonné les fils tomber sur le sol puis souris.
-Mais j'adore ceux qui ont du cran...
avatar
Yukitutso
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 435
Date d'inscription : 26/11/2009
Localisation : à gensou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Yukitutso le 30/3/2010, 17:08

-Pffffffffffffff...
Sauvé ! J'avais échapé à ce dingue et en plus je lui avait foutu un vent. Le seul problème c'est que demain il va me tuer... Réfléchissont. Alors :
Les plans foireux de Yukitutso Kobayakawa. Résultats non garantis


1 Le GIGN
(Le Groupe d'Intervention des Gentils Ninjas (GIGN) est une unité d'élite des chunins de Gensou spécialisée dans les opérations de contre-terrorisme et de libération d'otages. Sa devise est « Sauver des vies au mépris de la sienne ».
Le GIGN est basé au QG de Gensou, son centre d'instruction et d'entraînement se situant au camp de Koori à Heiki ; pour participer à la sélection, il faut déjà être un ninja et avoir moins de 32 ans.
Depuis la fin des grandes Guerres Ninja, une profonde réorganisation a eu lieu. Le « nouveau » GIGN regroupe sous le même nom l'intégralité des hommes de l'ancien GSIGN[1]) Bon, après cette petite explication, je me rends compte que c'est pas une si bonne idée.

2 Ne pas venir
Tout simplement impensable !!! J'ai choisi d'être un ninja et abandonner ne fait pas partie de mon nîndo !

3 Demander de l'aide
A qui ? Je ne connais aucun ninja !

4 Demander un autre sensei au temple.
Trop tard, je pars demain et j'ai déjà fais tous les préparatifs. En plus, si je tarde à partir je risque d'arriver en retard à Bazaka.

5 Me faire passer pour un chunin et partir à l'aube
1m 60 et zéro poils (autour de la bouche en tout cas) ça va être dur ! En plus, ils sont vraiment nuls si ils ne vérifient pas.

6 Aller me plaindre
-A un artisant/commerçant/civil, ils ne peuvent rien faire.
-A un genin, il s'en fiche.
-A un chunin, il n'a pas le temps.
-A un jonin, c'est peut-être un ami du timbré.
-Au kage, qu'est-ce que je suis en train de boire là ? Ah oui rien, c'est mon état normal j'oubliais...
De toute façon je préfère affronter mes problèmes plutôt que de les fuirs.

7 Aller me pendre
Si, si, je vous assure c'est mon état normal ! Mais non ! Puisque je vous dit que je ne bois pas, je suis mineur !

8 Sortir pas un autre endroit que la porte
Si aucun ennemis n'a jamais réussis à entrer, je vois pas comment je pourrais sortir.

9 Aller lui présenter mes excuses
Ahahahahaha !!! Je savais pas que j'étais un comique moi !

10 Y aller, faire comme si de rien était et avisé
Pourquoi se casser la tête avec ses problèmes quand on peut les ignorés ! Après relecture, je me rends compte que c'est de loin la solution la plus mature et celle qui est la plus logique aussi. Même si le GIGN était très bien trouvé également.


Je m'endormis sur cette drôle de liste d'idées pour sombrer dans le monde des rêves, là où la tranquilité et la plénitude sont maitresses des lieux...
avatar
Yukitutso
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 435
Date d'inscription : 26/11/2009
Localisation : à gensou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Izaya Kiddo le 1/4/2010, 18:51

- « Bon. Le dernier debout aura mon mérite. Le premier étalé par terre comme un moins que rien, sera roué de coups de pieds. Et sera l’esclave de ses coéquipiers. Pas de moi, vu que sur ce plan, vous l’êtes déjà tous. Maintenant, tapez vous dessus comme des grands. Armes autorisées, Jutsus autorisés. Évitez de vous tuer, tout de même, c’est chiant à remplir la paperasse sur les accidents au sein du village. »

... Au moins on savait à quoi s'attendre. Sans plus attendre le vieux s'en alla pour se poser contre un arbre, voyant qu'Izaya continuait de le suivre du regard sans prêter attention aux autres, il lui fit signe de se retourner. Bon conseil ceci dit, car les deux autre avaient déjà dégainé et comme leur armement le laissait croire, ils avaient tous des lames courtes, comme elle.
Son regard croisa celui du brun qui la fixait un peu trop à son goût. Genre lui allait faire d'elle son esclave, sérieusement il comptait vraiment écouter le vieux croulant?
Son attaque répondait d'elle même, à peine avait elle dégainé qu'il l'attaqua, elle riposta directement après avoir esquivé, plus par reflex qu'autre chose. Il esquiva à son tour et ils furent tout deux stoppés dans leur affrontement par une explosion. Le souffle décoiffa totalement Izaya qui s'était fait projetée par la puissance de l'explosion. Ce type ne jouait pas. Resserrant son sa prise sur ses couteaux elle se releva pour partir à la poursuite du gars aux cheveux verts dans la forêt, le brun à ses cotés.
Après quelques foulées il se trouvèrent à la lisière de celle ci et d'autres détonation retentirent, une simple erreur de timing. Encore quelques secondes et ils bouffaient les pissenlits par la racine ou un truc du genre. Ce type était à enfermer.
Le binôme s'avança de nouveau et ils entrèrent dans la forêt, l'autre sauta et avança de branche en branche tandis qu'Izaya continua la poursuite au sol.
Impossible de voir aux alentours avec cette fumée, elle aurait mieux fait de suivre l'autre gars en hauteur, décidément. Une fois sortie de la purée de pois elle était en face du gars au cheveux verts, ce dernier avait l'épaule en sang, un coup de l'autre sûrement.
Redoutant une quelconque attaque de ce dernier elle se mit en garde, le fusillant du regard.

« Dites moi, ca vous dérange pas de vous entre-tuer sur ... »

Oui, bien sûr sa phrase ne s'arrêtait pas là, mais c'était à peu près tout ce qu'Izaya avait noté sur le coup de l'excitation, elle répondit sans plus attendre, complètement hallucinée.

« Nous entre-tuer? Mais c'est toi qui est COM-PLE-T'MENT DINGUE à nous balancer des foutus trucs explosifs sur la gueule ! »

Bien décidée d'en découdre avec le responsable de ce décoiffage de folie, elle envoya ses deux couteaux vers le responsable en question pour directement se saisir de ses deux autres armes, mais son attaque fut interceptée en vol par le prof, qui venait d'atterrir en face du dealer en herbe.

« On va s'arrêter là pour le moment ... Il se tourna vers cheveux verts et le regarda un moment avant de lui parler. J'espère que c'était du bluff ou on va mal s'entendre tous les deux. Il insista bien du regard derrière ses lunettes avant de se tourner vers Izaya tout en envoya ses deux couteaux à ses pieds, dans le sol. Jeez ... 'Savent pas s'arrêter les jeunes de nos jours ... 'Moi non plus ceci dit. Car je suis jeune. Pensa-t'il. Bref, après cette petite introduction je peux déjà vous dire que vous avez strictement rien compris à ce qu'on a pu vous balancer pendant votre séjour à l'académie. D'un coté, l'autre avait raison, vous formez une équipe, les combats entre vous sont à éviter ... Mais mon loyer se porte bien par contre. Autre sale regard. Donc, afin de renforcer cet esprit d'équipe entre vous, j'ai prit la liberté de vous inscrire à une mission qui consiste en ... En ... Le regard dans le vide, penseur. On verra sur place, un bon ninja doit savoir faire face à l'inconnu. Rattrapage mémorable, il n'en était pas peu fier à vrai dire. Allons-y. »

Il se dirigea ensuite vers le village, mais avant même qu'il ai pu faire quelques pas le brun l'interpela.

« Et cette histoire d'esclave?
- De quoi? »

Le vieux s'était retournée, à sa tête on pouvait vraiment voir qu'il ne savait pas de quoi parlait le jeune garçon.
Il est vraiment con pensa les genin à l'unissons, mais Izaya elle s'était exprimée tout haut, pas assez fort cependant pour qu'il entende clairement ce qu'elle venait de dire, ce fut donc un discret « Mèkilékon » qui s'échappa de sa bouche.

« Ha, tu parles enfin.
- Un problème peut être?
- Ma foi ... Non. »

Il posa ensuite sa main sur la tête d'Izaya dans un « pof » suivit d'un vague regard strange avant de reprendre la route, laissant la jeune genin totalement déconcertée par cette affront. Pourquoi tant de haine? ...
Elle resta immobile quelques instants avant de suivre la joyeuse compagnie vers de nouvelles aventures palpitantes.
Pendant le voyages il effectuèrent de brèves présentation, voyant enthousiasme général provoqué par cette demande Izaya se lança.

« Je suis Izaya Kiddo, j'ai seize ans. C'est à peu près tout ...Le grand blessé suivit le mouvement. ( après bref examen du cas, il s'avérait que ce n'était que superficiel )
- Earl Grey. Je tiens a préciser que je suis pas un Junkie contrairement a ce qu'on peut penser. Mes cheveux, c'est pas de la teinture. J'ai dix-sept' et des broutilles. Vint ensuite le tour du brun ténébreux.
- Je m'appelle Haoru Naku, seize ans aussi et j'aime pas trop les types aux cheveux verts, teints ou non. »

Ooookay, la couleur était annoncée ( vert? ), la suite se déroula entre les deux jeunes hommes de bonnes compagnies tandis qu'Izaya et le pseudo-prof prenait un peu d'avance sur l'heureux couple.

« Dis-moi, dis-moi ... Tout à l'heure, quand j'ai intercepté ton attaque, tu l'as dévié au dernier moment non?
- ...
- ... Non?
- Vous savez où on va?
- Je ... Oui, pourquoi cette question?
- Vous aviez oublié le mot " Genin " tout à l'heure.
- Je ... C'était pour vois si vous suiviez.
- Of Corse. »

Les pensées de l'un et de l'autre pouvaient se résumer à “ Sale gosse sale gosse sale gosse ” tandis que l'autre répondait intérieurement “ Sale con sale con sale con ” Après un bref instant passé dans un silence relatif Ernest se retourna, s'adressant aux membres de l'équipe.

« On y est. Vous allez donc -
- Bûcheroner. »

Des rondins d'une taille respectables était empilés près d'une vielle maison de style ancien, elle se trouvait près des murs d'enceintes qui ceinturaient Gensou. Ernest se tourna vers Izaya, marqua une pose et reprit.

« Bûcheroner oui. Vous avez jusqu'à ... Il sortit rapidement un papier de son imper, le relu rapidement et le jeta en arrière. Ce dernier prit feu avant même d'avoir touché le sol. 2oh45, après, il serra trop tard. Sur ce, j'y v-
- Ah vous voilà ! Une vielle femme à la voix chevrotante suivit de son déambulateur et de son chats aux allures de vieux débris venaient de sortir de la maison. Vision d'horreur. Vous êtes en retard, cela fait bien vingt minutes que je vous attend !
- Je suis désolé, nous allons nous y me-
- Vous, venez avec moi.
- Je ... Moi? Dit Ernest tout en pointant son doigt vers sa poitrine.
- Oui, vous le beau jeune homme ... Quand aux autres, les haches sont près du bois. Allez, entrez.
- Mais je ...
- J'insiste, venez. Il semblait aussi réjouis par cette invitation que si on lui avait ordonné de se couper un bras sur le champ. Mais il s'exécuta en grand soumis et entra dans la maison, laissant les supers membres de l'équipe onze seuls au monde. La vielle femme le suivit du regard avec un œil ... Oh mon Dieu, lubrique? Avant de foudroyer les " jeunes " du regard. Au boulot ! Et elle s'en retourna dans la maison. Le chat resta à l'extérieur, toisant les membres de l'équipe et veillant au grain. Une pause, personne ne prit la parole.
- Bon ... »
avatar
Izaya Kiddo
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 17
Date d'inscription : 01/03/2010
Localisation : Reichenbach.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Haoru Naku le 1/4/2010, 20:24

- Bon …
- Naaan, nan, il va … tout de même pas se taper la vieille, si ?

Deux regards se collèrent aux lèvres d’Haoru. Comment pouvait-il sortir de telles conneries ? Il ne parle pas souvent, mais quand il l’ouvre, il dit … incompréhensible comme mec. Une quinte de toux, celle d’Izaya, permit à cette « discussion » de continuer.

- Je sais pas vous, mais j’aime pas son regard, à lui, fit Haoru en pointant du menton la bête surement enragée qui les surveillait. J’aime pas les chats, en fait.

Qu’est-ce qu’on s’en fout de tes goûts …

- T’aime pas beaucoup de chose en fait. T’es genre un grand dépressif ?

- Je cite « On est les enfants oubliés de l’histoire mes amis, on n’a pas de but ni de vraie place ; on n’a pas de grande guerre, pas de grande dépression. Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression, c’est nos vies. » En gros, tout ça explique que mis à part le vert, et les chats, je ne déteste rien de particulier. Ah, bûcheroner j’aime pas, non plus.

- Mais qu’est-ce que tu …

Putain oui, il était vraiment taré ce gosse.

- Pour le coup de bûcheroner, on est deux.
- Trois souffla la jeune fille qui, légèrement, vraiment légèrement, était ignorée.
- Génial, on s’entend déjà supaiiiiir bien, on va pouvoir …
- Glander …
- Tous ensembles …
- Comme des grands.

Ils étaient faits pour former une team.

- Je propose que l’on trouve un gosse, et qu’on lui fasse croire qu’il aura une sucette si avec sa bande de rats, il nous aide – hahaha – à couper du bois. Faut juste trouver le pigeon parfait.

Quatre yeux lourds de sous-entendus fixèrent le Genin Brun. On y lisait très clairement, le seul gosse ici, c’est toi. Tellement clairement qu’Haoru leva son majeur dans la direction de ses camarades.

- J’ai faim.

Cette fois, c’était Izaya qui avait parlé.

- J’suis en man…
- … que ?
- J’suis pas un junkie, merde. Je disais … j’suis en … mandibule.
- Quoi ?
- J’ai faaaaaiiiiiim.
- Roh, ferme la un peu toi.
- Oh, le Gothique va vite se calmer hein ?
- …
- …

Décidément … Haoru reprit :

- Bon, vu que l’exquise demoiselle haute de trois pommes va nous les briser …
- … pendant encore longtemps …
- Autant aller voir dans la baraque de la vieille …
- Si elle a à bouffer.

Izaya ne voulait plus qu’une chose, étrangler le pauvre fou qui avait osé faire une remarque sur sa … sa … particularité physique qui selon elle avait un charme qui vous sautait aux yeux si justement, yeux vous aviez.
Pourtant, pas de boucherie. L’estomac est bien plus important que … que tout.
La mission allait devenir intéressante. Tout ça allait se changer en infiltration. Mais … le chat veillait, les souris ne pouvaient danser.

- Dès qu’on va bouger, le chat va nous bouffer.
- Arrête avec on chat, c’pas un monstre.
- Tu ne sais pas ce que la colère d’un chat peut engendrer … cheveux verts.

Faut dire que les chats étaient presque devenus une phobie pour Haoru. Poussée par ses gargouillements, la jeune fille reprit.

- On le rend fou avec une pelote de laine.
- Ou un joint.
- …
- …
- Humour humour les gens.
- Donc, une pelote de laine.
- Bonne idée, mais qui est assez taré pour avoir une boule de laine sur lui ?
- Pas moi.
- …

Naaan … Poisson d’Avril ? Chaud la psychopathe qui se trimballe avec ce genre de truc sur elle. Pas un mot de plus, juste un joli lancer direct dans la gueule du chat qui comme prévu, choppa son nouveaux jouet entre ses griffes et le dépeça. Quel spectacle gratifiant de voir cette satanée bête s’enrouler d’elle-même dans du fil. Chat devint saucisson ligoté. De l’art je vous dis, de l’art.
Earl, Izaya, et Haoru s’avancèrent vers la petite maisonnette de la vieille dame. Haoru fit juste un léger détour pour ne pas passer trop près du chat. Amusé de voir l’abruti brun qui flippait devant le félin, Earl prit la parole.

- Une première personne va faire diversion à la porte, et les deux autres, vont rentrer par la cheminée en grimpant sur le toit. Père Noël Style.
- Moi.
- Moi.

Sale gosse et Naine voulaient donc avoir le rôle d’acrobates. Sauf que, selon Haoru, ça clochait.

- Déconne pas … Izaya, c’est ça. Va falloir une échelle pour que tu montes sur le toit, et on a pas le temps.

C’en était trop. Se moquer de sa taille aussi impunément, non, personne ne s’en sortait sans séquelles. Faaaaalcon, PUUUUNNNCH. Dans les roubignoles. Bah oui, elle avait la bonne taille pour ne pas devoir se baisser pour viser l’entre-jambe. Autant dire qu’Haoru, n’a pu éviter. Il restera donc KO pendant les deux prochaines années, au moins.

- Vicieux, ce coup là.
- Toi … ne dis rien avant de subir le même sort que ce pauvre débile.

Elle jouait cartes sur table.
avatar
Haoru Naku
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 181
Date d'inscription : 05/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Earl Grey le 1/4/2010, 23:26

D'accord.
D'accord... D'accord.
D'accord, mais je n'en pense pas moins. Bien sûr, ça, je le dis dans ma tête, j'ai envie d'une descendance. Tant que l'herbe pousse sur la terre, les cheveux verts doivent subsister. Mihailov m'a l'air d'un type un peu distrait, mais je suis sur qu'il à les capacités pour pouvoir repérer mes petits amis de travail. Alors je la regarde, et dis uniquement qu'ils peuvent commencer leur "mission d'infiltration".
Je met ma main a couper qu'ils vont se faire avoir comme des... Je trouve plus le mot. Mais en tout cas, ils vont se faire passer un savon mémorable. Je veux bien voir ça.
Haoru est déja en haut. Rapide ce type, et il se remet vite de ses blessures. Même graves. Izaya, quant à elle... Ca va être un peu plus difficile. Alors, en parfait gentleman, je proposes;

- Vraiment, je pense que t'auras besoin d'aide.

-Oui, oui... Je sais.

Alors elle prends un fin rondin de bois, puis met un pied sur ceci pour s'aider à monter. Elle a de l'équilibre, cette dame. Elle escalada aussi rapidement la bâtisse, sous les yeux d'Haoru. Pendant qu'elle faisait ceci, j'ai perçu dans le regard d'Haoru un air moqueur et narquois... Je me demande si Izaya l'avais aussi remarqué (peu probable), ou si mon cerveau encore sonné par tout ce qui se passait en cette journée, me jouait des tours... (Ca, c'est déja plus plausible.)
Enfin, ce n'est pas le sujet.
Lorsque les deux meilleurs amis du monde furent hors de vue, je décidai de m'asseoir sur l'herbe, juste a côté de la porte. Au moins, je serais sur de ne pas rater les remontrances. Et bien sur, je ne surveille rien du tout, mon but, c'est de tout faire foirer. Si elle avait faim, elle n'avait qu'a bouffer le chat. Je l'ai bien fait une fois, moi. (J'étais pas dans mon état normal, mais bon...)
En regardant le ciel, je me demandes ce que foutais Izaya avec une pelote de laine (Oui, j'aime bien me poser ce genre de questions, ca peut être révélateur quelques fois). Autant dire que toute sorte de scénarios me passèrent en tête, mais je ne vous en dirai pas plus. (Utilisez votre imagination, nom de Dieu.).
Un gros "pouf" me fait sortir de mes saugrenus fantasmes, et me fait sursauter. Le spectacle commence, je ne raterais ça pour rien au monde. Pour l'occasion, je sors de ma poche un petit paquet de cacahuètes que je m'empresse d'ouvrir (en l'éclatant par le haut). Petit pouf.

- Mais putain, t'es tarée ma parole! Qu'es qui te prends tout d'un coup!?

Ca, c'est Haoru qui crie. Il gueule surement sur Izaya. Elle a tout fait foiré, peut être avait elle comprise que c'était impossible de ne pas se faire repérer par un Junin. Bien fait pour ta face, Haoru. C'est pas que je t'apprécie pas, mais j'ai comme l'impression que ton dégout du vert provient de la coloration de mes cheveux. Possible, possible...
Crunch crunch. Mais c'est pas fini. Ou pas.
Autant le cri, d'Haoru je l'ai bien entendu, autant là... J'ai strictement rien compris de tout ce qui se tramait. Rooh nan.
Ah si! Mihailov qui gueule un bon coup, et ordonne à tout le monde (sauf la vieille bique) de sortir. Il dit également qu'il a quelques mots a leur dire, mais que tout ceci se réglera à l'extérieur, dans notre QG. QG? Alors il s'excuse vraiment pour tout ce qui vient de se passer, et dis à la dame qu'il devra pour aujourd'hui s'en aller, et que l'équipe ne reviendra plus l'embêter pour bien longtemps.
Un bruit de chaine. Beaucoup de chaines. Des ceintures qui s'enlèvent. Trois ou quatre. Et les trois ninjas sortent, dans un silence de mort. J'en profites pour regarder par la porte entr'ouverte, et je vois la madame en peignoir en train de saluer ceux qui s'en allaient. A la prochaine fois!
Mon dieu.
Je m'empresse de les rejoindre pour voir ce qu'il en est.
avatar
Earl Grey
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 27
Date d'inscription : 27/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Evaline le 2/4/2010, 12:27

SUITE DE: http://laplume-rp.1fr1.net/village-de-gensou-f7/gensou-village-cache-de-la-cascade-rp-t32-300.htm#34765

Evaline regardait les deux ninjas aux cheveux argenté manipuler l'élément liquide. Aucune doute ils sont de la même famille ces deux la. Kezashi attendait patiemment à coté d'elle, visualisant sans doute les manipulations de chakra bien différemment. « Tiens voit il les couleurs? » Le suiton est sans aucun doute l'élément le plus beau lorsqu'il est manipulé, du vert au bleu, toutes les teintes y passaient. « et ce beau gosse a l'air particulièrement agile de ses mains pour le façonner. »

-Dis, Hykao, pourquoi tiens tu à cet échange?

-Ce gars, Fuusetsu, est un chuunin qui manie le suiton excellemment bien. Vu ton niveau de ninjutsu...cela ne pourrait que te ... faire du bien. Toutefois ce n'est pas vraiment ce que j'avais en tête. Tu veux toujours participer à l'examen n'est ce pas?

Pas besoin de réponse à ça ils avaient déjà eu la discussion de toute façon. « Ouah la rapidité de ce bouclier aqueux! Le mien est immobile et deux fois moins grand. Et vu la différence de vitesse je ne peux l'utiliser que pour bloquer des attaques a distance. »
-pas mal hein? Evaline opina. Fuusetsu était dans ma promo genin, nous sommes passé chuunin en même temps. C'est ainsi que je l'ai rencontré. Bien, je ne pourrais t'accompagner moi même à Bazaka, et je suppose que cette jeune damoiselle va aussi tenter l'examen. Tu les accompagneras sur le chemin. De plus tu connais la route aussi je ne pense pas qu'ils y verront d'inconvénients.
-Oui pas mal...
-je parlais de son nin.
-Bien sur, tu ne vois pas le reste de la même façon que moi.
...

La jeune genin se tourna vers Kezashi une fois que le beau gosse eut finit de lui montrer ses talents et qu'elle eut tenté une pale copie de son bouclier aqueux.

-Bonjour... Vous êtes ?
-Je m'appelle Hykao Kezashi. Et voici mon élevé, Naïades Evaline, lui répondit l'aveugle d'un ton neutre.
-Dites, monsieur, pourquoi vous avez un bandeau sur les yeux ?
-Je suis aveugle. Et range ce doigt, je vois très bien ce que tu fais quand même. Ils se font tous avoir!

-Bon, Keiryuu, je te laisse aux soins de cet homme, d'accord ?
-... ouais, ok. Dites, monsieur, on fait quoi, alors ?
...

Evaline s'approcha du ninja aux cheveux d'argent pur, dédaignant la jeune genin qui l'avait éclaboussé. Une jolie jeune fille ceci dit, aux gouts vestimentaires tout à fait respectables, il n'y avait rien à redire la dessus. « Un peu jeune peut être, 15 ou 16 ans? » Lui par contre arborait fièrement son insigne de chunin, les bras croisé en la regardant s'approcher. Un calme apparant que seul les gars sur d'eux parviennent à garder en toute circonstance. La jeune femme remit une mèche de cheveux teinte derrière son oreille et lui fit son sourire « à fendre un roc ».

-Donc vous pouvez m'entrainer au ninjutsu hein? Je dois avouer que vous avez l'air de gérer en zone humide. Ah bah voilà il blanchit!Trop mignon.
-Oui je suis un adepte du suiton miss Naïades. J'aimerai tout d'abord que vous me montriez, te mets pas a bégayer par contre..., enfin voir ce que vous savez faire.
-Je sais faire ce que vous avez fait tout à l'heure, le bouclier aqueux. Le seul truc c'est que je ne parvient absolument pas à le matérialiser aussi rapidement. Du coup je ne l'utilise que pour bloquer les attaques à distance.
-Voyons ça...

Fuusetsu fit apparaître un fouet dans sa dextre qu'il envoya claquer sans hésitation en direction d'Evaline, celle ci bondit sur le coté tout en dégainant un kunai qu'elle projeta vers le beau chuunin. La surprise figea un instant son visage, mais d'un mouvement éclair il fit revenir son fouet aqueux pour saisir l'arme en plein vol. A deux dizaines de centimètres seulement de son épaule.
-pourquoi t'as fait ça?
-Appel moi Evaline, pas miss Naïades... Le chuunin passa sa main dans ses cheveux en haussant les épaules. Après tout elle lui avait été présenté par son nom.
Et surtout ne me considère pas comme une gamine, ça fait un bout de temps que je ne m'entraine plus avec des poupées de paille. Puis un fouet comme ça c'est un peu intime quand même.
-Soit...

Les choses reprirent plus calmement. Fuusetsu épiant chaque signes de la jeune femme, sa façon qu'elle avait de manier le ninjutsu, son répertoire limité de techniques suiton. A chaque conseil qu'il lui prodiguait, celle ci tentait de le suivre mais elle ne parvenait toujours pas à lier avec aisance le flux de chakra, pourtant contrôlé, avec l'élément aqueux. C'était à s'en arracher les cheveux, surtout pour le chunin, au vu du manque d'entrain que mettait la jolie demoiselle dans cet entrainement.
-Bien Evaline, le problème n'est...
-Dis, tu comptes prendre combien de temps avant de m'inviter à diner?
Fuusetsu se malaxa les tempes avant de regarder en direction de Kezashi Hykao et de sa cousine, en pleine conversation un peu plus loin, le long de la rivière. Cela lui permettait au moins d'éviter le regard, ou peut être le sourire en coin, ou peut être autre de chose de si désarmant qu'avait la genin.
-Ta maitrise du ninjutsu est nulle. A quoi t'as entrainé le chunin Hykao?
-Je maitrise la taijutsu relativement bien, et le genjutsu par certain coté. Et toi cheveux d'anges, tentes tu toujours de rester aussi sérieux?
-Je t'invites si tu réussis l'examen.
-Soit j'irais avec toi et ton élève si tu comptes l'accompagner à Bazaka. Je pourrais ainsi veiller sur ta promesse.
-Mais...
Un haussement des jolies épaules de la jolie jeune femme le fit taire. Ça se tenait, il n'y aurait peut être pas de grand convoi en partance de Gensou et si elle connaissait réellement la route cela simplifierait les choses. Et au vu de son air assuré ce devait être le cas.
-Dites, votre jeune amie s'est elle déjà battue?
-C'est ma cousine en fait. Je suis sur qu'elle est douée il lui suffirait juste de ... je ne sais pas... elle a du talent. Peut etre que de changer de cadre...

L'approche de l'aveugle et de keiryuu coupa la conversation. Kezashi demanda avec son habituel tonalité semblant dénuée de toute émotion comment se débrouillait Eva. La réponse fut nette de la part de Fuusetsu.
-Elle est naze.
Ouai bon ça on le savait déjà hein... pourquoi elle à un sourire moqueur celle la? Elle veut que je lui fasse bouffer ses dents? Kezashi opina, sans un sourire, comme d'habitude. Et s'assit, croisant ses jambes sous lui. Les autres firent de même, fermant le cercle et partagèrent un frugal casse croute pendant que Hykao leur expliquait ce qu'il avait en tête.
avatar
Evaline
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 204
Date d'inscription : 14/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Izaya Kiddo le 2/4/2010, 18:20

- Vraiment, je pense que t'auras besoin d'aide.
-Oui, oui... Je sais.

Son royaume pour mesurer quelques centimètres de plus. Mais qu'importe, il fallait se concentrer sur l'objectif à présent, la nourriture.
Sûrement poussé par un intérêt personnel, Haoru s'était lui aussi lancé dans cette entreprise pour le moins risqué, allait-il devenir un rival dans cette aventure? La suite nous le dira.
Que l'autre crevard reste dehors, y'en aura plus pour elle.

Sur le toit now. Rien à dire, discrétion parfaite. Aucun mouvement brusque, inutiles, de vrais pros. Père Noel style qu'il avait dit? De toute manière c'était ridicule comme entrée et ... Attend un peu ... Qui dit cheminé dit salon. Et les " personnes d'âge avancé " risquaient d'être dans le salon ... Quoi qu'avec le regard qu'elle lui avait lancé, y'avait plus de chances qu'ils soient dans la chambre à l'heure qu'il est. Oh mon dieu, Gomorrhe, sort de cet esprit si pur.
Haoru la sortit de ces pensées si ... Troublantes, lui indiquant un puits de lumière sur le toit. Parfait. Approche silencieuse du point de contrôle, puis un petit coup d'œil histoire de ne pas débarquer dans la sale de bain au moment fatidique par exemple eeeeeeeettt non, il s'agissait de la cuisine, du pur génie.
La partie délicate à présent.
Ouverture de la trappe, ils s'y mirent à deux, Haoru d'un coté, Izaya de l'autre. Trois, deux, un, on soulève et miracle, aucun grincement. Izaya entra en première, en tant que chef autoproclamée de cette mission à haut risque, c'était à elle d'être en première ligne. Check up droite/gauche, R.A.S, le reste pouvait suivre. Elle lui fit un signe de la main et il suivit le mouvement.
Investigation et donc dispersion. Usant de leurs qualités physique respectives, Haoru s'occupa des placards en hauteur tandis qu'Izaya s'occupait des ... Tiroirs. Oui, on met plein de nourriture dans les tiroirs. 'fin à hauteur d'homme, la répartition des taches au sein d'une équipe, tout bonnement essentiel. Un simple eyes contact avait suffit pour que le plan se mette en place de lui même, si ce n'est pas vonderful tout ça ? ...
Quelque chose de doux, ronronnant et tout câlin vint tirer Izaya de ses recherches qui devenaient de plus en plus frénétiques ( à croire que la vielle ne se nourrissait que d'huile de foie de morue ) c'était un chat. Un chat si ... mignon qu'elle ne put s'empêcher de le prendre dans ses bras pour le gratifier de quelques caresses. A cet instant même elle se souvint du regard peu appréciable que lui avait lancé Haoru au moment ou elle avait sortit sa pelote de laine, il en avait même rajouté une couche au moment de grimper sur le toit ... Non, vraiment, ce n'était pas tolérable. Mais pire encore, il n'aimait pas les chats, et comme tout le monde le sait bien, les gens qui haïssent les chats seront réincarnés en souris. Cette perspective tira un vague sourire à Izaya, mais ce n'était pas suffisant, attendre sa mort pour qu'il y ai un quelconque châtiment n'était pas assez ... Rapide et fun à son goût.
Elle laissa exploser ( intérieurement ) un ricanement diabolique tandis que son sourire s'élargissait. L'air d'un démon tout droit sortit des entrailles de l'enfer. Oopas.
Le chat toujours sagement lové dans ses bras, elle se tourna vers le jeune homme.

« Haoru ... Pas de réponse. Haoru ... Toujours rien. HAORU !
- Quoi? »

Un simple lancé, calculé, une parabole parfaite, le chat n'avait pas eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait qu'il se trouvait accroché par les griffes au torse d'Haoru. Il tenta fébrilement de virer le représentant félin qui ne se fit pas prier.

« Mais putain, t'es tarée ma parole ! Qu'est-ce qui te prends tout d'un coup !? »

Rien que pour voir sa tête ça valait le coup. Il eu pour toute réponse le large sourire d'Izaya et les rires qu'elle tentait vainement de réprimer, dos appuyé contre le plan de travail. La suite se passa rapidement. Tel un diable de sa boîte, Ernest entra en trombe dans la cuisine, suivit de très près par la vieille femme, le prof hurla, fou de rage, sans même capter ce qu'il se passait.

« ... DEHORS ! RADIÉS ! VOUS SERREZ RADIÉS !
- Ce ne sont que des enfants voyons ... Ça ne fait rien, vous prendrez bien un thé? Ne lâchant pas le morceau la vielle femme ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin.
- Non, ce comportement est inadmissible, INADMISSIBLE JE VOUS DIS ! Sortez à présent, plus vite que ça. AU QG POUR LE RAPPORT ! »

Il articula un discret " Fuyez " tandis qu'il les repoussait à l'extérieur. Ils avancèrent ainsi jusque dans l'entrée, où finalement, la femme ayant décidé de passer au choses sérieuses plaqua Ernest contre un mur. Une femme de poigne, décidément ... La vibration fit tomber une boite d'une étagère. Sous le choc le contenu se rependit aux pieds des deux genin, exposant à ces yeux innocents une masse de chaînes et d'appareil de cuir et de latex, et toutes sortes d'objets non descriptibles dans ce texte. If you know what I mean.
Un silence lourd, si lourd qu'il en était presque palpable, pendant lequel tous les yeux se tournèrent vers la femme.

« Eh bien ... On s'ennuie pas ici. »

Haoru ... Il fallait vouer un culte à ce type, si ce n'était pas déjà fait. Izaya elle se contenta d'un facepalm alors qu'un sourire nerveux se dessinait sur son visage. La femme regarda horrifiée la boîte éventrée avant de revenir vers Ernest.

« Je ... Je sais vraiment pas d'où ça vient, sûrement une mauvaise blague de mon neveu ou-
- Un humour piquant ! Dit le brun, s'étant penché au dessus de la masse hétéroclite il tenait un collier de chien à piques dans les mains. Ça tournait au pathétique. Ayant reprit sa constance, Ernest continua, calmement.
- Je pense que nous allons y aller à présent. »

Se dégageant lentement de l'étreinte il sortit finalement de la maison, suivant les genin, il fit signe à Earl de les rejoindre tandis qu'il se dirigeaient à grand pas vers le QG. La vieille tenta un « A la prochaine fois » et Ernest accéléra le pas, indiquant à l'équipe d'en faire de même.
Un vague récit et un bout de chemin plus tard il se trouvèrent devant le QG, à attendre que le prof ai finit de faire son rapport. Il sortit au bout de quelques minutes, quelques documents en main.

« Si jamais on vous pose des question la dessus, la vieille ne se souvenait pas avoir demandé de l'aide, ça vaut mieux pour tous le monde. »

Bien le rapport falsifié?
avatar
Izaya Kiddo
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 17
Date d'inscription : 01/03/2010
Localisation : Reichenbach.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Taki le 3/4/2010, 20:03

…ces personnes m’intriguent énormément.

L’après-midi passé, vient le soir et la nuit qui tombe trop tôt à mon goût. Mon père est en mission avec mon frère et ma mère est parti avec ma sœur et ne reviendra pas avant deux ou trois jours, seul mon grand-père qui habite dans la maison d’à côté. Je serai donc seul. Je prend mon casse dalle avec rapidité pour ne pas trop glander et je monte tout en haut dans le bureau de mon père. Il ne verrouille jamais sa porte, c’est une mauvaise habitude. Je rentre dans son bureau, contrairement à sa chambre, ici c’est très ranger. Jouant au fouineur, je commence par fouiller dans ces dossiers mais je ne comprend pas ce qui y est marqué, on dirait une autre langue, je réussi juste à lire un mot : “da da”. Je range le tout comme je l’avait pris. Puis, je regarde son courrier, je trouve une lettre, la seule à ne pas être encore ouverte. Ne réfléchissant même pas que mon père pourrait s’en rende compte, je l’ouvre le plus proprement, la lettre est courte mais je ne crois pas qu’il aurait fallu qu’elle soit longue pour dire ce qu’il y a écrit :


Akeno, tu le sais, le moment approche comme tu nous l’avais promis. Un refus pourrait entrainer de graves
conséquences ? Trop longtemps, nous sommes restés cachés pour ne pas attirer l’attention sur nous. Et si tu as oublié ce qu’était ta promesse : tu dois nous donner tes fils. Le temps que je te laisse est trop long à mon goût : un an et demi. Passé ce délai, je viendrai moi-même les chercher. J’espère au moins que tu les auras bien former. A bientôt, mon disciple.


Quelques minutes plus tard, je n’est toujours pas décollé mon nez de la lettre. Mon père avait fait, il y a longtemps un contrat avec un homme, non des hommes. Dans lequel il doit nous offrir à des personnes que seul lui doit connaitre. Je reste dubitatif, deux évènements étranges en une seule journée. Je laisse tomber la lettre par terre. Le lendemain, quand j’aurai les idées plus claires, j’irai voir mon grand-père, il saura probablement m’expliquer. En attendant, pour essayer de me faire passer les idées. Je trouve quatre rouleaux de parchemin assez conséquents. Et un très gros livre d’au moins mille pages et dont la moitié est utilisé mais pas le reste. Tout est écrit à la main.

Je redescend par les escaliers en pierre gravé. Je crois entendre du bruit dehors, je regarde donc par une fenêtre mais c’est juste un hibou qui est dans un grand chêne plus loin. Je m’installe à la table d’en bas, qui est également la plus grande. Je dépose les quatre rouleaux sur la table avec le livre et commence à dérouler celui qui semble le plus vieux. Ce que je lis en premier est :


Répertoire des techniques de Akeno Nomono :

Je comprend assez rapidement qu’il s’agit des techniques que chacun des membres de sexe masculin a écrit sur des rouleaux leurs techniques à partir du grade chuunin probablement. Donc les autres doivent appartenir à mon père, à mon oncle et à mon frère.

Les premières techniques inscrites sont des techniques de ninjutsu, de style katon, pas étonnant d’un côté, je regarde tout ce qu’il y a en dessous, il y a une bonne trentaine de technique. Et en dessous, il y a des techniques de raiton, j’en apprend décidemment beaucoup de chose en une seule journée. Il y a un petit paquet de technique également. Je les lis entièrement, ce qui me prend pas mal de temps. Et au final il y a des techniques de taijutsu, ninjtsu ninpô, genjutsu non mental et kenjutsu. En fait mon père n’est pas celui que je pense qu’il est… Ayant en avoir appris en une journée, je retourne dans le bureau de mon père et les replace là où je les avais pris. Je vais dans ma chambre car je suis crevé mais avant d’atteindre ma chambre je m’endors.

Le lendemain, je me réveille et mon père n’est pas encore rentré. Je me dépêche de me remettre d’attaque et je remet le parchemin prit le jour précédent à la même que je l’avais trouvé mais je garde le reste. Je sors pour prendre l’air et réviser mes techniques, quand j’aperçois le gars qui m’avait demandé de l’aider à combattre les zigotos d’hier. Il accourt vers moi en me disant qu’il me remercier, qu’il fera tout ce que je veux. Mais pour l’instant, je n’ai besoin de rien, je le congédie pris soudain d’aller au Quartier Général pour me faire attribuer une mission. Je m’y dirige mais sans me presser. J’y arrive au bout de plus de quarante minutes alors qu’en moyenne il ne faut qu’un quart d’heure. Je vais voir l’un des subordonné du gensoukage pour qu’il m’attribut une mission :

Rang : D

But : Attendre les marchands qui ont été escortés jusqu’ici par des ninjas de rang supérieur et leur montré l’emplacement de leurs caravanes.

Récompense :
500 ryôs.

Et bah voilà, une mission simple pour faire passer le temps. Je me dirige au pas de course à l’entrée de la porte. Je me place sur le côté où l’eau coule dans une harmonie radieuse. Je vois enfin les charrettes sur le côté mais, les personnes dessus sont blessés et je ne vois aucune trace des ninjas qui les escortaient. Je pousse un cri horrifié et appelle à l’aide, deux ninjas arrivent et me demande ce qui se passe, je ne trouve pas la force de parler, je leur montre juste les charrettes. Les ayant aperçues, ils demandent de l’aide et il ne reste plus personnes pour garder la porte alors dans un acte de solidarité, je reste et j’attend quand j’aperçois une dernière charrette identique à celles qui étaient arrivées l’heure précédente, et comme la nuit se couche, je vais les aider à arriver jusqu’au village.

J’arrive à la charrette, et j’essaye de relever le conducteur blessé lui aussi mais ma main passe à travers de la charrette et du conducteur et je comprend tout de suite : un sort de genjutsu. Je regarde la porte et voie six personnes qui entrent dans le village, au moins l’un d’eux est un ninja pour pouvoir faire du genjutsu. Je cours vers eux en sortant l’un de mes sabres et en criant. Ils se retournent et me voient arriver, chacun sort une arme sauf un qui est devant, je porte un coup circulaire au premier qui tombe à terre, en prenant appuie sur celui qui est tombé à terre j’atterris sur le second en lui enfonçant mon sabre dans la clavicule, deux arrivent derrière moi, je sors mon deuxième sabre et donne en même temps deux coups de sabre arrière mais je tape dans le vide, je regarde en l’air, j’ai à peine le temps d’esquiver qu’ils sont déjà par terre leur arme planté dans le sol. Je leur donne un coup de pied circulaire et les envoie tomber un peu plus loin. Il en reste encore trois, dont deux deux qui en protège un. J’essaye de les contourner mais ils tournent également autour d’une personne ayant un capuche noire et des yeux brillants et sombre à la fois. Je cours en zigzag pour les troubler, parade l’attaque de l’un et leur enfonce mes sabres sous les aisselles. Je me dirige vers le dernier, j’essaye de l’embrocher mais sa main sort un couteau qui ressemble plus à un stiletto et pare avec aisance mon attaque, je tente quelques attaques rapides ainsi que mon Hayasameiji no jutsu qu’il a esquivé, ce qui m’étonne c’est qu’il ne chercha pas à m’attaquer. Puis, je tente des attaques doubles basiques et connues de tous et qui sont sans succès. Je le regarde et je cherche à m’approcher doucement de lui. Puis soudain il disparais comme par magie et réapparait derrière moi, je lui donne un coup, mais je passe à travers. Je prend léger coup dans le dos et je tombe sur le ventre en lâchant mes armes et me retrouve par la même occasion dans un désert aride avec des dizaines de monstres tout autour de moi, je ne capte pas tout de suite que c’est un genjutsu, et l’un des monstre me blesse. Je n’ai plus d’armes ne peux plus me défendre, j’esquive alors toutes les attaques qui me sont portés et j’arrive à sauter derrière les monstres et je vois le gars qui voulait que je le combatte avec un kunaï qu’il voulait m’offrir si je remportait la victoire. Il met ensuite une capuche et je reconnais également la personne que je combattais à l’instant avant d’être dans ce genjutsu. Je comprend que je viens de la combattre pour la troisième fois.

Je ne sais pas combien de temps je suis resté dans ce genjutsu, mais ce qui est sûr, c’est que lorsque je me suis repris, il avait disparu avec ses amis.

Je vais voir le maitre gensoukage pour lui expliquer ce qui s’est passé en oubliant évidemment de dire que je l’ai combattu plusieurs fois. Il me congédie (et je touche pas l’argent qui m’est dû, mais d’un côté je n’ai pas vraiment rempli ma mission) et me dit de rentrer chez moi. Et à mon retour, mon père est là avec ma sœur et ma mère, ils me demandent pourquoi je suis rentré si tard. Je leur explique en quelques phrases ce qui s’est passé. On passe à table, je mange comme cinq et monte pour consulter les rouleaux et le livre pris dans le bureau de mon père qui entre d’ailleurs et voit ce que je suis en train de lire. Il ne fait aucun commentaire, moi je reste pétrifié et m’attend à recevoir la correction du siècle, mais il ne dit rien, prend juste les rouleaux et le livre va les remettre dans son bureau. Et moi, je reste avec des tas de questions et d’ambiguïté.

Taki
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 52
Date d'inscription : 18/06/2009
Localisation : Où ça des carottes ?!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Haoru Naku le 4/4/2010, 00:54

« Bon, pour le premier entraînement, on va commencer par la maîtrise du Ten. »

Cet entraînement se déroulait deux jours après l’échec de leur première mission. A vrai dire, on ne pouvait réellement appeler cette expérience une mission. Car d’après la paperasse … Jamais la vieille dame n’avait demandé de l’aide pour ses rondins de bois. Donc, le dossier des trois Genins n’était – pas encore – souillé par un énorme trait rouge indiquant ce qu’il indiquait.

- Maîtrise qui consiste à extérioriser son chakra sous la forme d’une couche qui sert à telle ou telle chose. Merci je sais faire ça, j’ai appris mes cours. On passe à l’étape suivante ?

Ah, Haoru savait faire ça, mais les deux autres, d’après la gueule qu’ils tiraient et qui exprimait beaucoup de mauvaises choses à l’égard de leur gentil camarade brun, non, il ne savait pas faire ce truc. Ou alors, ils n’avaient jamais essayé. Mwahahaha les meeeerdes.

- Bon, tu nous montre tes supers-pouvoirs, puis tu vas jouer avec un caillou. Pendant ce temps je m’occupe de tes camarades. Et pendant qu’ils se font chier sur le Ten, avec toi, j’attaque le Ren.

Okay. Faisons ça avec un peu de style.
Haoru tendit son bras devant lui, et, alors qu’un sourire narquois lui montait aux lèvres, son chakra se concentra sur sa main droite. Quelques secondes après, une couche mauve était en place sur sa main.

- Voilà. Et après ça, je peux changer mon chakra pur en Raiton.

Les actes suivirent la parole. Le mauve se changea en blanc. Et de ce blanc jaillissait quelques étincèles. Une douce brise caressait la nuque du jeune garçon. Quelques mèches de cheveux brunes se soulevèrent suite à cette même brise. Puis la petite manipulation s’arrêta. Yeah, la classe.

- Ca suffit ?
- C’est pas mal.
- Si ce débile réussit, ça ne peut qu’être horriblement simple.
- Trois doses qu’en trente secondes je fais pareil.

Haoru alla s’assoir à l’ombre de l’arbre planté au milieu du camp d’entraînement. Il savait user du Ten depuis déjà quelques mois. Il aimait passer quelques journées à la bibliothèque pour apprendre deux trois trucs. Mais selon son humeur … il pouvait très bien passer cette même journée couché sur l’herbe, sous les nuages, à ne rien foutre. Il avait donc apprit seul, avec un livre. Et deux heures furent bien assez. Il était assez doué pour le Ninjutsu, mais ça ne changeait rien au fait que ça puait la facilité, cette phase du chakra. Alors pourquoi parier quoi que ce soit pour quelque chose d’aussi basique ? Même avec un QI inférieur à 80, maîtriser le Ten ne devrait pas durer plus de trois petites heures pour Cheveux vert et Estomac. Merde … Naine ou Estomac ? Fallait lui trouver un surnom fixe à celle-là. Donc, trois heures, bien assez pour une sieste. Il s’endormit. Et après une bonne centaine d’heure, il fut réveillé par Mihailov alias le grand barbu. Trois minutes en fait. A new record.
- Bon, Monsieur le très fort en Ninjutsu, on commence ?
- Et les autres ?
- J’ai juste donné deux-trois conseils. Pendant qu’ils bossent, les explications sont maintenant pour toi. Pour le Ren, donc.
- Sorte d’aura qui permet de former plus de chakra que d’habitude.
- C’est ça. Tu sais faire, aussi ?
- Aucune idée. Explications pour faire ceci ?
- Je ne sais absolument pas comment te faire comprendre ce truc, en fait.
- Donc, tu te trouves devant moi pour quoi au juste ?
- … C’est mon job de faire croire aux gosses que je leur donne de l’importance en surveillant leurs progrès. Pour en revenir au Ren, celui-ci sert simplement à former le plus de chakra possible avec son énergie. C'est-à-dire que, je forme du chakra naturellement, mais avec l’utilisation du Ren, avec la même énergie, je forme plus de chakra. Cependant, sans une bonne connaissance du Ten, le Ren ne sert à rien. Le Ten permettant de « retenir » le chakra, est essentiel pour que le chakra formé par le Ren ne soit pas gaspillé.
- Euh … doucement, je m’embrouille.
- Bon, démerde toi, donc.
- Mais je fais comment ?
- Bah … tu formes du chakra, le plus possible. C’est pas compliqué.
- Euuh … ouais, d’accord. Mais … ouais nan rien.

Haoru était toujours assis. Et il ne comptait pas se lever pour l’exercice. Ses paupières se fermèrent, délicatement. Sa respiration se fit plus régulière, plus bruyante également. Il méditait.
Et peu à peu, son chakra de couleur mauve émanait de son être. L’aura dansait autour de lui. Finalement, il rouvrit les yeux, se releva, sourire aux lèvres. Quelques minutes de précieuse concentration, et le tour était joué.

- C’est simple ton …
- Fais gaffe à ne pas y aller en mode bourrin. Sinon tu vas te vider de ton énergie.

C’est ce qui ce passait, en fait. Il tituba et chuta. Ah, non. Mihailov le rattrapa au dernier moment et lui colla une gifle. Qui déchira sa mère sa race d’après le claquement plus que sonore qui en résultat. Et qui sortit, évidemment, Haoru de son mini sommeil. Cinq secondes. A new record ! Dans la même journée, déjà deux records, amazing j’ai envie de dire.

- Putain … de merde. Ca fait foutrement … mal.
- Tu n’écoutes pas. Je t’ai dis de faire attention.
- Un peu trop tard ton attention …
- Bon, repose-toi un peu le temps de récupérer un peu d’énergie.
- T’as … euh, vous n’avez pas un truc pour me remonter un peu ?
- Moi j’ai quelque chose.

C’était Earl qui, déconcentré par la claque, s’était intéressé à son coéquipier. De sa sacoche, il sortit une touffe d’herbes rougeâtres. Avec une tasse, et un paquet d’allumettes. Ah okay, il est cuistot lui ?

- Je ne toucherais pas à ta drogue.
- C’est de … faut que je lui trouve un nom. Rouge Bull ... ou Red Taureau. Ca sonne bien. Fin bref, avec ça, t’as la pêche. Tu récupères bien plus rapidement ton chakra, faut juste éviter une sur-dose.
- Jamais de la vie je ne te ferais confiance.

Bah, tant pis pour sa gueule alors. Earl lui propose, comme ça, par pure bonté – ou alors c’est un foutu piège – une herbe qui soit disant serait très bien venue, mais lui, n’accepte pas.

- Fais pas chier, tu te fais ça en infusion, et t’arrêtes de parler, ça nous déconcentre souffla Cheveux verts en posant tout son attirail à coté d’Haoru.
avatar
Haoru Naku
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 181
Date d'inscription : 05/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Earl Grey le 4/4/2010, 22:44

"Je ne te le répéterais plus. Fermes ta putain de gueule, Izaya." (Désolé pour le langage cru, mais il ne pouvait pas retenir ses paroles.)

"Tu viens de le répéter ..."

Ouais, ouais... Là par contre, ça commence à devenir vraiment agaçant, pour ne pas dire plus. Suite a cette remarque pleine d'esprit, Earl essaya un troisième fois de se concentrer pour pouvoir méditer.
Il en déduit qu'il fallait d'abord ceci pour faire cela. Mihailov n'était pas très pédagogue. Au début, Earl savait de quelle façon il fallait s'entrainer pour maitriser le Ten; dans les bibliothèques, il ne lit pas seulement des livres de botaniques, voyez vous. Mais son illustre sensei barbe blanche à réussi à complètement l'embrouiller, alors qu'il avait une connaissance théorique assez solide en matière de Ten.
Ceci explique cela. Et ceci expliquait également la sale gueule qu'Izaya tirait. A peine Mihailov avait-il fini son petit discours perturbateur qu'il s'en alla à la rencontre d'Haoru, pour lui "apprendre" un autre truc. Et elle voulait en placer une, mais il s'en foutait. J'espère pour elle qu'elle a fait un peu de théorie ailleurs, sinon, elle est mal vraiment mal barrée... [Je passe en narrateur à la premier personne ==>Grey]

"T'as compris un truc...?"

Mais putain, pourquoi à t'il voulu être sensei ce type? Si seulement c'était voulu, d'ailleurs...

"Oui. Il explique très bien d'ailleurs, le barbu."

"Super alors. Si tu as si bien compris cette chose, tu pourrais prendre exemple sur notre illustre... Sensei, et m'expliquer ce que tu as compris!"

J'acquiesce et dit a Izaya d'attendre que je réussisse à le faire, mais je lui montre bien via mon expression que ça va être assez délicat. Tu vas attendre, petite...
Je m'assoit en tailleur et je fermes lentement mes paupières, déja lourdes a cause de cette misérable journée; je me ferais bien un Red Taureau, moi...
Méditation. Concentrez vous. Vous êtes assis sur l'herbe. Vous êtes donc en pleine nature. Vos mains s'appuient sur la pelouse, agréable au toucher. L'air alors, dans son infime grâce, décide d'effleurer tout votre être. Les parfums printaniers vous chatouillent les narines; le vent est taquin aujourd'hui, et il a décidé de vous amener ce mariage d'arômes. La palette de sons qui vous entoure est nature, vous êtes nature, la nature est nature.

"Bon alors... C'est quand que t'as fini?"

Ca, ce n'est pas nature... Et quand je suis en pleine méditation, même une voix féminine devient alors un infâme vacarme (yô, la rime). J'ouvre une paupière, lève l'iris, et la regarde d'un œil lui faisant expressément comprendre qu'elle est en train de me faire chier, là. Tiens, pour la première fois, j'étais dans une position qui la permettait d'être plus grande que moi. Je lui aurais volontiers fait la remarque, mais pour -encore une fois-, un raison de descendance, je me suis abstenu. Néanmoins, cette idée me fit sourire, et c'est avec mes épaules plus sereines que je me remis à ma méditation. Quelque chose me dis, un pressentiment certainement, que mon attitude cool & relax ne ravissait pas Izaya... Lorsque je me plonge dans ces méditations (assez spéciales, je le concède), je n'ai plus vraiment la notion de temps. Donc je ne sais pas vraiment combien de temps elle à pu attendre. Ca n'empêche pas que...

"Aïe un peu de patience, je sais que mes méditations peuvent être très longues... Mais tu ne fais qu'allonger le temps d'attente en m'interpellant ainsi."

Bon... Déjà, si vous voulez vous remettre dans l'ambiance, relisez mes trois lignes précédentes concernant la méditation. Puis, ajoutez à cela un:

"Mais ca fait si longtemps que tu restes immobile... Et il n'y a toujours pas la moindre once de chakra qui émane de toi. T'es sûr de savoir ce que tu fais?"

C'est la phrase qui brise ma concentration, pour la seconde fois. Alors j'ouvre les deux yeux, la fixe, et dis d'un faux air irrité:

"Oui, j'en suis sûr. Et... Merde, j'y étais presque arrivé, tu vas devoir encore attendre des dizaines de minutes avant de pourvoir commencer à t'entrainer.
Je te conseillerais donc de te taire."

Ca l'intimideras, peut être. Ce qui est sur, c'est que ce que je venais de dire était totalement... Faux. Mihailov m'avait vraiment, mais alors vraiment... Embrouillé, emmêlé, troublé. Tellement embrouillé que j'étais en train de faire de la méditation made by Earl Grey, sans trop savoir pourquoi je faisais ça. Peut être attendais-je l'illumination, ou un truc comme ça. Alors, je lève la tête et m'apprête a lui re-demander de ne pas déranger lorsque je remarque qu'un large sourire était peint sur son visage. Cela lui donnait un air presque machiavélique qui pouvait vraiment être effrayant. Intimidée? C'est ce qu'elle devait être, je ne voyais pas vraiment ce qui était réjouissant dans tout ça... Eye contact, elle perd son sourire et soupire:

"Oui, oui... Je vais prendre sur moi, et attendre. Mais s'il te plait, ne tarde pas."

Toujours assis en tailleur, en plein soleil, je médite pour la troisième fois. Lisez la description de la méditation.
Maintenant, lisez le début du texte.

[...]

Quatrième et dernier essai, là, si j'y arrive pas je laisse tomber. Maintenant je sais pourquoi je médite, outre le fait de calmer mes pressentes envies de meurtre. Sur le livre, il y avait un passage qui disais qu'il fallait méditer pour pouvoir maitriser le Ten, tout simplement. Avant de me replonger dans les sombres tréfonds de mon esprit allégrement névrosé, je dis à l'intention du machin dérangeant se trouvant devant moi.

"Tu sais... J'ai... Ce n'est pas moi qui attends les bras croisé comme un crétin."

"Oh. Ne t'en fais pas pour moi, je suis très patiente. Je pourrais attendre jusqu'a la prochaine aube."

Mes nerfs étaient apparemment mis a rude épreuve. Je laissai planer un lourd silence, avant de me remettre à ma sale besogne. J'espérai secrètement ne plus entendre résonner volume x5 sa fichue voix dans mon esprit.
Mon souhait s'est réalisé. Super, je me doutais que c'était mon jour de chance. Mais à la place de sa voix, c'est un gigantesque "Boom" qui me renversa. Super, super, super... Je me lèves, et, alors que j'allais placer un bon coup -de gueule-, elle me coupe dans mon élan en pointant de l'index les deux autres qui s'éclataient avec l'utilisation du "Ren":

"Ah, c'est bien dommage. Mihailov m'a dévancé sur ce coup là."

Suite à ça, elle fait un sourires des plus charmants. Charmant. Je grimace, et puis me tourne vers Haoru. Je l'observe. Apparemment, il est sonné. Il a également fichtrement mal, ça c'est lui qui le dit. Il ajoute qu'il aurait besoin d'un remontant. Automatiquement, je met ma main derrière mon dis et la fourre dans ma sacoche. Je cherche un peu, puis m'arrête sur une feuille en particulier (oui, je les reconnais au toucher), je la sort, et prend également une petite tasse et un paquet d'allumettes. Puis je vais à son encontre, en ignorant Izaya.
[...]

"Fais pas chier, tu te fais ça en infusion, et t’arrêtes de parler, ça nous déconcentre . »

« … »

« Dis moi…Ca fait combien de temps qu’on s’entraine là? »

« Un quart d‘heure ou un peu plus, il me semble… Et pourquoi t’es le seul a méditer? Elle attends quoi pour s’y mettre Izaya? »

Eh bien elle attends normal que je réussisse mon truc, ou peut être qu’elle attends que je me rendes compte que ca va être impossible pour aujourd’hui, ou encore que je pète un plomb car j’ai l’impression que ca fait des heures que je travailles, et que, au moment ou je pense réussir a maitriser mon Ten sa voix me sort violemment de mon sommeil. C’est un peu de tout ça, en fait.

« Le déluge. Elle attends le déluge. »

Précision: Après une très forte consommation d’herbes made by Earl Grey, le patient peut être sujet a plusieurs troubles de natures aussi diverses. Dans ceux-ci on peut citer: Troubles du sommeil, fatigue soudaine, hallucinations, rêves lucides […] narcolepsie.
Seconde précision, j’ai consommé je-ne-sais-quelle substance qui trainait dans un coin perdu de ma chambre, Fabre m’avait prévenu « C’est pas très sage de prendre des choses louches comme ça le matin, surtout que t’as entrainement… » Mais je l’avais pas écouté, bien sur. Faut dire que ça n’avait pas fait effet juste en avoir pris, mais c’est bien dans mon sang… Et ça doit m’empêcher de me concentrer correctement, en plus de me faire perdre la perception du temps. Mes phases de méditations m’avaient l’air bien plus longues que ça, pourtant. Je me tourne vers Mihailov, et lui dis;

« Désolé, mais je ne pourrais pas m’entrainer à la maitrise du Ten. J’ai comme un problème de… Concentration. Une bonne nuit de sommeil, et ça passera. »

Plus jamais, plus jamais. Il vaut mieux que je ne prennes pas du retard sur les autres. Au moins, maintenant, je comprends mieux pourquoi Izaya se marrait tant. Elle avait remarqué que je n’avais plus une bonne perception du temps, et le reste, je pense que c’était juste pour m’emmerder. Ca m’apprendra a ne pas écouter le paternel, tiens.

« Je ne te demandes même pas la raison de ce « manque de concentration » .  Bref, appelle Izaya, on va faire une pause, et je vais en profiter pour vous dire un truc. »

Alors je l’interpelle a voix haute, puis dis tout doucement à l’intention d’Haoru.

« Bois. Tu ne le regretteras pas. »
avatar
Earl Grey
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 27
Date d'inscription : 27/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Izaya Kiddo le 5/4/2010, 19:34

Problème de concentration, sensibilité au sons banals accrue ... « Mais je ne suis pas un Junkie ! »
On lui dira.

Répondant au charmant appel de son coéquipier, Izaya se rapprocha du groupe avant de se ranger aux cotés de ses camarades. Haoru fixait le contenu rougeâtre d'une tasse, l'air pas vraiment convaincu. Ayant sortit un porte document d'une de ses poches intérieurs.

« Bon, comme vous le savez sûrement, le passage de grade se déroule dans peu de temps. Vous allez y participer, ça peut faire un bon avant goût de ce qui vous attend à l'avenir. ... Je ne m'attend pas à ce que vous en ressortiez Chûnin, surtout après ce que j'ai vu là ... Enfin, quoi qu'il en soit, tenez. Il distribua les quelques papiers aux membres de l'équipe qui se mirent à faire une lecture rapide de ce dernier. Haoru s'exprima en premier.
- C'est quoi cette décharge ?
- ... Mensurations ?
- L.I.N.K. ? Silence. On pouvait lire sur le document la mention “ Id de l'équipe : 11 - L.I.N.K. ” Tous les regards se tournèrent vers le Prof.
- Je ... J'aimais bien, pas vous ? Dit comme ça, ce nom ressemblait plus au nom d'une troupe de cirque qu'autre chose, ce qui semblait de circonstance vu les deux freak qu'elle se coltinait. Cette pensée lui arracha un sourire alors qu'elle acquiesçait. De toute manière avec un prénom comme “ Ernest ”, il était clair qu'on ne pouvait hériter d'une disposition particulière pour donner des noms cools.
- Enfin bon. L'épreuve se déroule à Bazaka, un village minier à une semaine au Nord d'ici. N'oubliez pas ce document ou l'inscription ne pourra pas être validée. Il jeta un coup d'œil à Haoru, remarquant que le contenu de la tasse n'était plus et il se tourna vers Earl et Izaya. A nous, donc. ... Izaya, montre nous ce que tu sais faire. »

Mwahahahaha. Calmons-nous.
Retenant un large sourire tout ce qu'il y a de plus narquois et moqueur, elle se mit en place, adoptant une position simple à visualiser, debout les mains le long du corps. Les épaules détendues, la tête droite il fallait s'imaginer un filin qui tire le haut du crâne. A partir de là, visualiser le flux de chakra s'écoulant comme une rivière, calme et -

« AT-CHAAH »

Uh.
Ouvrant les yeux elle se tourna vers l'auteur de cet odieux stratagème, qui n'était bien sûr, nul autre que Grey. Ils restèrent immobiles s'affrontant par le regard. C'était peine perdue, il le savait bien. Dans son état actuel il n'était pas en mesure de tenir la route comme il se doit. Sérieusement, arrêtes, tu te fatigue pour rien, tu te fais du mal même ... Leurs regards redoublaient d'intensité, aucun clignement d'un coté comme de l'autre, il allait forcement lâché prise avant elle, il le devait. Ah, premier signe de faiblesse, c'est bien, continue ainsi tu -

« C'est pas bientôt fini ? »

Sauvé par Mihailov, honteux. Mais cela ne faisait que retarder l'échéance.
Elle adopta son attitude précédente, se détendant doucement. Le point important dans cet exercice était la visualisation, et ça, Mihailov s'était bien gardé d'en faire part. Si elle le savait, c'est simplement que depuis son entrée à l'académie elle n'avait d'autre choix que de bûcher comme c'est pas possible pour sortir de cet enfer le plus rapidement possible. S'imaginer recouvert d'une fine couche de chakra et ... et c'est tout. Ouvrant les yeux elle regarda Ernest, pas peu fière de sa performance.

« Pourquoi ne pas avoir dis plus tôt que tu savais le faire ?
- Vous ne l'avez pas demandé. Et rien que pour le plaisir de se foutre de la gueule de Grey. Après tout ce qu'elle avait fait pour le pourrir lors de ses maigres efforts elle y arrivait sans grande difficulté. Magnifique.
- C'est ... Vrai oui. Appliqué comme tu l'as fais, sur tout le corps, le Ten constitue la garde de base, avec ça vous devriez pouvoir encaisser plus de coups avant de faiblir. Il est donc vital que vous sachiez l'utiliser convenablement, et donc rapidement. En mission tu n'as pas le temps de te concentrer comme tu viens de le faire, il faut que ce soit automatique, que cela devienne aussi naturel que le fait de respirer. »

Gros blanc. Okay, cool tout ça, super même ... Mais on fait quoi maintenant ? Se doutant de la question qui rongeait les deux préposés à l'étude du Ten il leur fit signe de continuer tandis qu'il intimait à Haoru de le suivre un peu plus loin.

« Ce serrait peut être plus malin de te faire travailler le Zetsu pour commencer .. Ou en tout cas, ce serrait moins dangereux.
- Pourquoi ne pas avoir commencé par là alors ?
- ...
- ...
- Donc, le Zetsu. Il vaut mieux que tu t'attèle à ça plutôt que de reprendre le Ren. Le Zetsu te permettras de récupérer un peu, en plus de " l'infusion " de Earl. ... Il s'agit de l'inverse du Ren, au lieu d'extérioriser ton chakra tu va le contenir à l'intérieur.
- Je sais tout ça ...
- ... Je repasse tout à l'heure. »
avatar
Izaya Kiddo
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 17
Date d'inscription : 01/03/2010
Localisation : Reichenbach.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Haoru Naku le 7/4/2010, 22:01

Oh. Izaya savait comment utiliser le Ten. Avec un bon niveau en plus. Elle recouvrait son corps entièrement. Ah ouais …
Ce qu’Haoru ne savait pas, c’est que ce qu’il avait fait lui-même, recouvrir une partie de son corps, sa main, c’était la forme nommée Gyo, une forme d’un niveau plus élevé que le Ten & le Zetsu. En fait, c’était un mélange de ces deux formes.
Et donc, en y réfléchissant. Le Zetsu, et le Ten, il les maîtrisait.
Rah, je m’embrouille.
Ernest n’avait rien dit, ce fourbe. Il était pourtant au courant. Mais, si on leur disait tout à ces gamins, ils avanceraient un peu trop rapidement, ils prendraient la grosse tête pour finalement ne plus progresser. Tortue Géniale pensait la même chose pour Sangoku et Krilin, c’est pour quoi il participa aux Tournois des Arts Martiaux de …. Arf. Arrêtons-nous ici.

Bla bla bla le Ten une défense que l’on devait utiliser par réflexe bla bla bla. Et désormais, il ne parle qu’à Haoru.

-Ce serait peut être plus malin de te faire travailler le Zetsu pour commencer. Ou en tout cas, ce serait moins dangereux.
- Pourquoi ne pas avoir commencé par là alors ?
- ...
- ...
- Donc, le Zetsu. Il vaut mieux que tu t'attèles à ça plutôt que de reprendre le Ren. Le Zetsu te permettra de récupérer un peu, en plus de " l'infusion " d’Earl. ... Il s'agit de l'inverse du Ren, au lieu d'extérioriser ton chakra tu vas le contenir à l'intérieur.
- Je sais tout ça ...
- ... Je repasse tout à l'heure.

Vraiment débile ce prof barbu. Bref, contenir le chakra à l’intérieur … bah, assez simple non ? Suffisait de – ouais bon d’accord, c’parail avec le Ren – savoir doser pour faire durer la chose.
Et hop on grimpe à l’arbre juste derrière, et sur une branche, on s’assoit en tailleurs. On repart en mode méditation. Manipuler le chakra, doucement, calmement. Ne pas déverser cette énergie par vagues. La laisser aller à travers nous. En nous. Paix, concentration. Voilà, comme ça. Le chakra afflue mais … le Ten, utilise le Ten. Calmer le tout. Le tout, le tout. Raah, mais c’est compliqué le tout. Une main, deux mains, trois mains même. C’est facile, mais tout un corps c’est autre chose. Garder le contrôle, garder le contrôle.

Et non, raté. Le chakra retourne dans les méridiens. On recommence.

~

Meeeerde. Encore.

~

Cette fois c’est la bonne.

~

Le sifflement d’une petite pierre perturba le silence – Izaya et Grey ne se disputaient plus, il l’avait légèrement fermé après avoir vu la démonstration de la Naine. Le fait qu’elle l’avait fait chié pendant qu’il tentait de se concentrer lui avait bien foutu les boules, mais pourtant, il ne fit aucun commentaire.
Et malgré la pierre qui percuta le front d’Haoru, aucun cri de rage, aucune insulte, rien. Le silence. Le brun se concentrait. Et la pierre n’avait eu comme effet que de faire apparaître une certaine … lassitude auprès des Genins encore « conscients. »
Puis une énorme motte de terre entra en contact avec l’épaule d’Haoru. Tir plutôt puissant. Qui fit disparaître l’équilibre du Naku. Et de trois mètres, il tomba et s’écrasa. Ce n’est qu’après le choc que sa concentration fut balayée.

- Je vais les tuer, tous autant qu’ils sont, ces abrutis, je vais les tuer… Haoru parlait pour lui-même, à voix haute.
- Mais non mais non, Haoru. Tu n’as rien sentis, n’est-ce pas ? questionna Ernest.
- Trois mètres c’est haut putain, je suis peut être un ninja mais … merde quoi, regarde Izaya, si tu la fait tomber de trois mètres, c’est comme une chute de l’Everest !

Ne t’emporte pas petit, tu vas encore te prendre un méga coup dans les balls signé la demoiselle Kiddo.
-Réponds à ma question, crétin.
-TROIS mètres, tu comprends ? TROIS METRES. Normal que … je n’ai …pourquoi je n’ai pas eu …
-Le Zetsu permet de minimiser les dégâts que subit ton corps.
-Oh, cool.
-Bon, t’es débile mais tu comprends assez bien tout ce qui touche au Chakra. Donc, maintenant, le Ten.
-C’est toi le débile, qu’est-ce que j’ai fais tout à l’heure ?

Bon. Ce gamin parlait bien trop mal. Fallait lui apprendre à respecter ses ainés.

-Monsieur je-suis-trop-fort, ce que t’as fait tout à l’heure … c’était de la merde.

Bah oui, si on lui sortait qu’il avait utilisé le Gyo et non le Ten … l’idiot serait encore plus fier et donc plus difficile à ramener sur terre.

-Ce qu’a fait Izaya, ça, c’est du Ten.

Pourquoi parler avec ce grand barbu, autant lui montrer tout de suite que le Ten, c’est de la rigolade.
Pas de méditation ni rien sur ce coup là. On fait apparaître le chakra sur tout le corps et on le … le … stocke. Il ne doit pas s’évanouir. Il ne doit pas … merde.

-En pratiquant le Zetsu, tu as utilisé le Ten. Tu dois faire exactement la même chose. Mais cette fois, à l’extérieur du corps.
-Ouais ouais ouais. D’accord. Donc normalement je sais le faire. C’juste que … bon, je vais faire un tour. Je reviens.

Au bout d’un moment, tous ces trucs de formes qui s’emboîtent pour en former d’autres et qui se divisent pour … rah. Ya pas plus chiant. Je me demande même comment vous faites, lecteurs – si vous existez – pour ne pas avoir foutu le camp plus tôt.
Tout ce foutoir … oui, ça sert, surtout que l’examen chunin approche et s’il ne veut pas se taper la honte, Haoru devait bosser pour au moins passer les premières épreuves.
Le jeune garçon s’en alla vers l’Est. Vers la maison. Ses parents étaient commerçants, normal que sa baraque se trouvait dans le quartier qui leur était consacré. Le trajet qui n’avait rien de spécial ne dura que quelques minutes. Il se trouva donc devant la porte de sa demeure assez rapidement. Ou plutôt la porte du magasin de vêtements qu’il traversa rapidement en saluant d’un geste de la main sa mère et son père occupés avec des clients. Haoru prit la porte du fond et se retrouva dans le petit jardin qui séparait son habitation et le commerce de ses parents. C’est ici qu’il bossait ses techniques, habituellement. Il rêvait du jour où ce petit espace vert ne suffirait plus pour contenir ses jutsus de la mort qui tueraient. Mais ce jour n’était pas encore arrivé.

~

Couché sur son lit, Haoru réfléchissait. Dans sa main se trouvait un livre nommé « Le Chakra » tout simplement. Lui qui voulait se retirer tout ça de la tête pour quelques heures … l’envie d’apprendre et de défoncer du genin à l’exam était plus forte. Et ça payait. Il venait de réussir ce qu’avait fait Izaya. Mais là, l’envie d’apprendre était partie. Elle allait et venait, comme ça.

« Bon, demain … Tout ce qui est Zetsu de niveau supérieur. Et là, avant de s’endormir, on va retourner voir les deux … trois autres. »

Quoique … sincèrement … il commence à être tard. Et personne ne m’attends à coup sûr. Autant … dormir.
avatar
Haoru Naku
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 181
Date d'inscription : 05/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Kezashi le 8/4/2010, 17:20

Kezashi s'assit, croisant ses jambes sous lui. Les autres firent de même, fermant le cercle et partagèrent un frugal casse croûte pendant que l'Hykao leur expliquait ce qu'il avait en tête.

- L'examen débute dans deux semaines. Avec une semaine de voyage, ils ne vous restent plus beaucoup de temps pour vous préparer. Keiryuu tu as un bon niveau en ninjutsu. Tu maîtrises bien ton chakra mais il ne faut pas oublier que tes jutsus ne t'aideront pas dans tous les cas. Pour le temps qu'il reste, tu travailleras seule ton suiton. Avoir plus de technique ne te servira pas, il faut les approfondir.

La jeune fille accepta les conseils d'un hochement de tête.

- Quand à toi Evaline. Si on écoute Fuusetsu, le ninjutsu n'est vraiment pas ton fort et je ne pense qu'en sept jours tu puisses progresser suffisamment.
- Sept jours ou sept cent ne changeront rien, coupa le chuunin aux cheveux d'argent. Il faut qu'elle oublie définitivement le ninjutsu.
- Donc tu devrais travailler des exercices de base du Taijutsu avant ton départ.
- Si j'ai le temps pourquoi pas, réfléchis Evaline. Faut que je cherche des vêtements pour l'examen. Il va y avoir du monde, de beaux examinateurs.
- Oublie l'idée de charmer les examinateurs, ça ne marchera pas.
- M'en fiche, j'essaierai quand même, bouda la jeune fille.
- Bref. A Bazaka, vous serez seule. Ni Fuusetsu, ni moi, ne seront là pour vous aider s'il y a un problème. Donc nous allons travailler ce point si Fuusetsu est d'accord avec moi.
- Je suis d'accord. L'examen ne sera pas facile, autant les y préparer.
- Très bien. Allons au quartier général. Pendant que je préparerai l'entraînement avec Fuusetsu. Vous vous inscrirez à l'examen.

Le groupe quitta la rivière et se dirigea vers le village. Pendant le chemin de retour, Kezashi et Fuusetsu marchaient en tête du peloton pour discuter tranquillement du futur entraînement. A l'arrière, les deux jeunes femmes progressaient cote à cote sans se dire un seul mot. Une certaine tension s'était installée entre elles. Jalousie? Compétition?

Arrivé au QG, Evaline et Keiryuu abandonnèrent leurs Sensei et se présentèrent au secrétariat. Elles remplirent chacune leur tour le formulaire d'inscription.

- Voila.

Spoiler:
evaline a écrit:
Nom:Naïades
Prénom :Evaline
Age:18
Village d'origine :Gensou
Grade/profession de la mère : Péripatéticienne Chuunin. (pas sur
désolée)
Grade/profession du père : Géniteur.
Mensurations (pour candidats féminins): celles dont vous rêvez.

Je, soussigné M./Mme./Mlle Naïades Evaline, reconnais être pleinement consciente/inconscient des risques de l'évènement et certifie, en mon nom et celui de ma famille, à ne pas engager de poursuites envers les examinateurs, les officiers d'encadrements et le pays organisateur de l'examen en cas de blessure et/ou de mort.
Signature du candidat :
Eva


- Tenez.

Spoiler:
Keiryuu a écrit:Nom : Suimen
Prénom : Keiryuu
Age : 15 ans
Village d'origine : Gensou
Grade/profession de la mère : Ex-genin/mère au foyer
Grade/profession du père : Ex-chuunin/ingénieur hydraulique
Mensurations (pour candidats féminins) : Je ne me prononce pas, navrée.


Je, soussigné M./Mme./Mlle Suimen Keiryuu, reconnais être pleinement conscient(e)/inconscient(e) des risques de l'évènement et certifie, en mon nom et celui de ma famille, à ne pas engager de poursuites envers les examinateurs, les officiers d'encadrements et le pays organisateur de l'examen en cas de blessure et/ou de mort.
Signature du candidat :
Suimen Keiryuu

Pendant ce temps, Kezashi et Fuusetsu se rendaient au bureau des réservations.

- Tu penses pas que c'est un peu trop long deux jours? demande le chuunin à son confrère aveugle.
- De toute façon, nous allons les surveiller... Enfin de loin.
- Kezashi!!!

Fuusetsu se retourna et aperçut un jounin tout souriant.

- Kezashi je dois te parler, ordonna Mentaro, le supérieur de l'aveugle.
- Tu peux t'occuper des réservations tout seul? demanda le jeune Hykao.
- Bien sur! Tu me prends pour qui?

Kezashi suivit son mentor jusqu'à son bureau.

- J'ai une mission pour toi.
- J'ai déjà une mission. Vous vous souvenez?
- Oui mais celle ci est un peu plus... secrète dirons nous.
- Je vous écoute.
- Le Gensoukage te demande de surveiller les délégations de Chikara et de Mahou quand tu seras à Bazaka. Tu sais que nous sommes en paix et on est jamais assez prudent. Donc ce n'est pas le moment de relâcher notre attention. Examine leurs moindres faits et gestes de façon discrète bien entendu.
- Très bien.
- On m'a aussi demandé de te dire que Gensou a besoin de nouvelle recrue Chuunin et en grand nombre si possible. Tu vois ce que je veux dire?
- Je pense avoir compris.
- Et bien voila tu peux disposer.

Kezashi salua Mentaro et tourna les talons. Comme il ne distinguait pas les auras de Fuusetsu, Evaline et Keiryuu, il sortit directement du bâtiment. Sa jeune élève questionnait d'une drôle de façon son nouveau Sensei dans l'espoir d'en apprendre un peu plus sur l'entraînement à venir.

- Où allons nous maintenant? demanda le jeune Genin.
- Je vous ai dit que vous verrez quand on sera arrivé, hurla presque Fuusetsu.

Sans un mot, Kezashi prit pour direction la sortie du village suivit instantanément des trois autres. Evaline remarque la présence de trois corbeaux planant dans les cieux. L'aveugle préparait un sale coup, elle en était sur.
Après une dizaine de minutes, le groupe s'arrêta devant une étrange forêt barricadé d'un grand mur de béton. Fuusetsu sortit un trousseau de clés de sa poche et ouvrit un petit portail. On pouvait distinguer au dessus une pancarte où était inscrit:

"Accès interdit; Terrain d'entraînement n°18"

- Que nous réserves-tu l'aveugle? Questionna Evaline.
- Donnez nous tous les accessoires que vous avez sur vous, ordonna le Sensei comme seule réponse. Nourriture, eau, armes et parchemin.

Sans trop comprendre, les deux jeunes femmes s'exécutèrent et déposèrent au sol leur équipement. Fuusetsu reprit.

- Vous allez entrer dans cette forêt. Il est 14h. Nous viendrons vous rechercher dans 48h. L'entraînement est simple, vous devez survivre deux jours et deux nuits sans rien. Vous découvrirez par vous même ce que la forêt vous réserve.
- Dernière indication : ce lieu d'entraînement est conçu pour inhiber toute utilisation de Chakra. Vous ne pourrez donc pas réaliser de jutsu. Seules vos capacités pures vous seront utiles. Bonne chance.

_________________
Fiche
avatar
Kezashi
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1017
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 30

Voir le profil de l'utilisateur http://jdr-leval.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Haoru Naku le 12/4/2010, 23:05

Ouh Yeah, je suis un putain de génie trop génial qui roxx’ grave sa mère la guedin. Dieu que c’est bon de savoir que mes adversaires vont s’en prendre plein le derrière.
Ca, c’est ce que pense Haoru après sa petite journée passée dans son petit coin jardin derrière le magasin de ses vieux. Que l’on va rigoler lorsqu’il va tomber contre Mr.Connard-qui-va-le-défoncer-avec-une-sandalette-les-doigts-de-pieds-dans-le-nez.

Clic clac boom retour vers le … passé. Flashback. Qui va durer peu de temps en fait, c’est pour … le style.

Haoru n’avait aucun rendez-vous avec sa team, ce jour là. Il avait toooooute la journée pour lui. Et qu’a fait ce flemmard –bientôt légendaire ? Il a bossé son ninjutsu. Une seule raison. Juste une. En foutre plein la vue à cette tarlouze d’Izaya. Ouais car en foutre plein la vue à ce looser d’Earl … aucun intérêt. Bon, va pour se la péter devant Ernest, aussi.
Doooonc … ça me fout bien les boules de devoir raconter l’entrainement. Surtout que je suis vraiment … comment dire, vraiment un sous-homme pour écrire ce genre de trucs. Donc donc donc … j’écris quoi ? Bah, la journée n’avait aucun intérêt si on enlève l’entraînement. Je vais raconter de quelle manière a bouffé Haoru ? Ou alors comment il s’est réveillé peut-être. Merde, j’en sais rien.

En gros, Haoru a attaqué le Zetsu In, ce qui a … selon lui, plutôt bien fonctionné. Ouais parce personne n’était là pour lui dire s’il masquait effectivement son chakra. Puis vint le … Shu. Qu’il abandonna après deux essais. Qu’est-ce qu’on peut s’en foutre de renforcer un objet. Selon Haoru, bien sûr. Donc il s’est remit au Ren qui, après une demi-heure se résultat en un franc succès. Beaucoup plus simple que le Zetsu, tout de même.
Après ça … aux alentours de 14 heures, il entama une sieste. Qui se termina à 18 heures. Dormir sous le soleil de Gensou, ya rien de mieux pour récupérer.
Confiant, il essaya le En. Le truc le plus utile à son humble avis. Et … on réessayera dans une dizaine d’années. C’est … un autre monde ce truc. Le Kô … devint un mot tabou, tout simplement. C’est pour les supers-saïyens ça.

Rien d’incroyable donc, mais bon, un adolescent se satisfait facilement.

Finalement, il s’essaya au style spiderman. Genre la création de fils de chakra. Why not. Sa faculté pour le ninjutsu lui permettait de faire des progrès non négligeables en peu de temps, alors les fils de chakra … le lendemain ça serait réglé. Ou le surlendemain. Ou le … Nan nan, le surlendemain ça serait bon.

Mais bon, le ninjutsu, c’est bien joli, mais … Le Genjutsu restait le grand fantasme d’Haoru. Les shinobis qui maîtrisaient cet art étaient tout ce qu’il y a de plus cool. Des véritables Warriors. Sa soirée fut donc consacrée aux livres sur la spécialité de Gensou, l’illusion..

La journée s’était déroulée rapidement, en fait. La nuit aussi, d’ailleurs. Elle fut … courte. Non non, aucune amante pour le Genin, juste … juste un putain de chat – RAAAAH, POURQUOI EUX ? - qui hurlait à la mort.

-Merde … obligé il est là pour me bouffer lui, on s’barre.

Quelle chochotte … rapide. Le miaulement de la bête avait légèrement boosté Haoru qui en moins de 5 secondes était habillé. Dix secondes pour se retrouver sur le toit de sa maison, vingt pour être sur celui des bains publics Quoique ... faut pas déconner. Vingt-cinq seconde ça me semble correct.
Et alors qu’il tentait de se rendormir, le soleil le défigura de ses griffes acérées. Griffes … Bizarrement, le soleil émettait un … ronronnement. Griffes, ronronnements. Si vous n’avez pas deviner, c’est que vous êtes de vrais attardés. Un … RAT, bien évidemment. ‘Fin … un chat, c’est la même chose. Haoru hurla, bien sûr. Hurla à s’en « Casser la voooooooix » pour au moins trente ans. Puis, lorsque tout le pays fut réveillé, il resta immobile, couché sur le toit. Finalement, le chat avait « juste » posé ses pattes sur son visage et … et … Dieu que c’était dur. Il s’était lové sur le torse du genin. Que faire ? Hurler une deuxième fois, pleurer, se trancher la langue avec les dents pour tenter un suicide. Ou alors … attendre.

Ce fut … long. Ces minutes furent plus longue que toute l’existence d’Haoru précédant cette scène. Toujours d’après son point de vue. Avec de vrais chiffres, ça donne tout de même trente minutes d’horreur. Il allait devenir fou. Heureusement que le Chat avait un estomac. Celui-ci sauva Haoru. Un pigeon ou je ne sais quel oiseau du même genre s’était aventuré sur le toit. A trois mètres des deux nouveaux compagnons. En plus de se faire bouffer, Haoru allait crever dans la fiente. Trop, trop cool comme mort. Vif, le chat – noir, avec une tache blanche ressemblant étrangement à une croix sous l’œil droit – bondit sur sa proie qui en deux temps trois mouvements, fut exécutée. Petit Homme brun s’était presque pissé dessus. Et … il effectua une roulade sur le coté et … et chuta. De quelques mètres tout de même. Le Genin s’écrasa sur une branche d’arbre. Pour finalement retomber. Sur un buisson, cette fois.

-Putaiiiiin de … mais pourquoi ces bestioles me … haïssent-elles ?

Le chat était noir, il portait la poisse. Ca devait être ça. Et là boule de poils réapparut gracieusement devant Haoru qui, difficilement, s’était relevé.

-Nan… nan, laisse moi tranquille, je t’ai rien fait.

« Suis-moi. »
Naaan, nan. Haoru s’est cogné la tête et doit dormir profondément. C’est un rêve n’est-ce … non ?
« Dépêche toi petit. »
Ouais, voilà, je rêve. Et ce chat ne me parle pas. Il … s’adresse à Izaya. Qui n’est pas là. Merde, « petit » ne pouvait être destiné qu’à ma coéquipière. Que je ne reverrais que dans quelques jours d’après la récente visite d’Ernest. Dans 5 jours, rendez-vous à l’aube devant les portes du village. Le départ pour Bazaka. L’exam. C’est ce qu’il avait dit.

-Que veux-tu, démon ?
-Tant de haine envers ma race …
-Je … parle avec un chat. Je m’casse, sinon mon examen je vais le passer à l’hôpital psychiatrique.
-Bon, d’après le Grand Manitou, je dois te suivre. Jusqu’à la fin de ton périple.
-Le Grand Matouquoi ? Je … Putain. J’me tire.

Pas de grosses blessures avant Bazaka, surtout à la tête, surtout à la ….

« Ne t’inquiète pas petit, dès je tu rates ton examen, je m’en vais. Du moins, je crois. »


Un chat ne parle pas. Un chat ne … invocation. Bah … oui, quel idiot. Cette bestiole était une invo… non. Une invocation parle réellement, ça communique pas par télépathie. Donc c’est bien un rêve. Tiens, tu m’entends là, immonde créature ? Alors ? Aloooooors ?
Voilà, aucune réaction. Il continue juste de me suivre …

- T’es qu’une foutue illusion. Un connard s’amuse avec un genjutsu. Tu n’es ni réel, ni une invocation, ni un chat qui parle.
- Je suis donc je epsne, ou l’inverse.Jje te parle sans ouvrir la gueule, bien, mais cela exclue-t-il une quelconque possibilité sur mon existence, réelle je l’entends ?
- NON.
- Nous sommes bien d’accord.

Maison. Maiiison. Dormir. Le soleil est debout, mais le cerveau ne suit pas. Donc, direction le lit.

~

Le chat était toujours là. Même après la sieste/Nui…jour de sommeil. Putaiiin.
avatar
Haoru Naku
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 181
Date d'inscription : 05/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Earl Grey le 13/4/2010, 18:30

L’ENTRAINEMENT DE CHOC:
Made in:
Earl Grey

Le sensei de l'équipe L.I.N.K donna à là-dite équipe de un repos d'une semaine. Au cours de celui-ci, les genins devront -normalement- s'entrainer avec acharnement pour pouvoir tout tuer lors de l'éxamen Chunnin.

Jour premier.
-1-

Bon, vu que je SUIS un ninja GENTIL, INTERRESSE ET EFFICACE ET ATTENTIONE ET SERIEUX, eh bien, mon premier jour de mon entrainement de choc, je le passe dans ma chambre. Evidemment, je lis, comme tout ninja SERIEUX. Une clope au bec (juste du tabac), en caleçon (fait chaud ces temps-ci…) et toujours en me grattouillant les cheveux (je devrais penser a les nettoyer, d'ailleurs). Je décrirais pas -physiquement- Earl avachi sur son lit devant sa lecture, les lectrices en seraient folles. Par contre, si vous le désirez, je peux vous parler de sa lecture. Vous le voulez? Okay.
Je baille. La plupart du temps, lorsque je baille en lisant, c’est mauvais signe. C’est mauvais signe. Cet ouvrage est tout simplement minable, en plus d’être complètement soporifique. Une dernière page. Si celle-ci est ennuyante, le truc passe par la fenêtre. Tout droit vers la tête du charlatan qui m’a vendu cette merde (je peux voir sa boutique par sa fenêtre… Formidable.)
J’enroule la partie droite. Je déroule la partie gauche. Je vois. Une femme à moitié nue criant car un type pervers avait pénétré dans les bains publics.
Fan service. Risible. Ca me dégoute. Putain. C’est destiné à un public de pervers primaires qui aiment l’action. Pas moi, donc. Pourtant, sur le rouleau, c’était bien marqué « SEINEN ».
Rooh. Tant pis. Je l’envoie.
Oui, oui. Je lisais un Emaki, vous vous attendiez a quoi, sérieux?
J’ai juste a me redresser, et je suis déjà au rebord de la fenêtre. Super de l’avoir juste a coté du lit. Le vendeur sors de son toit pour balayer l’avant du magasin. Bien. J’ouvre la fenêtre, j’ai qu’a viser le truc qui brille; son crane rasé reflétant le soleil.
Aucun vent, le projectile ne devrait pas broncher. Bon séjour à l’hosto, baby. Je prends une inspiration, et prends l’élan nécessaire avec mon bras, de la même manière que si je lançais une lance.

- ARRÊTE TOI TOUT DE SUITE!

Réflexe. Je laisse glisser le long de ma main le rouleau, qui tombe alors sur le matelas sans aucun bruit.
Et, je rejoints mes deux mains en m’étirant comme un chat, sous les yeux des passants attirés par le cri du Padre. Puis je baille, et eux reprennent leur activité normal. Dieu que j’aime mes réflexes. Je referme la fenêtre apparemment serein, me retourne, puis descend du lit pour faire face à Fabre.

-Qu’es-ce qu’il te prend?
Je devrais acheter des rideaux.

-Que viens tu de faire …?

Ce type est aveugle, ma parole.
-Je voulais renvoyer ce torchon au vendeur. Y’a une opération spéciale qui se nomme « satisfait ou…

-Avant ça, idiot!

-Je lisais le-dit torchon.

-Ah…

Il fixe le rouleau, et regarde le titre. « BLITCHE ». Un grand « ouf » de soulagement s’échappe de sa bouche. Et il me tends un livre. Je balance un coup d’œil. « Les réseaux de circulations de chakra ». Titre assez explicite. Poids, environ 5 kilos. J’ai pu le soupeser lorsqu’il me l’a mis entre mes mains. Me dites pas que je vais devoir…

- Bien. Très bien. Ne lis surtout pas le livre que t’as emprunté à la bibliothèque, celui qui parle des différents utilisations du chakra.

- Mais, c…

- Dis moi, lorsque t'achètes un de tes jeux... "Plaztation", tu lis le petit livret fourni? |Je réponds par la négative, il attendait ça, donc continua sur un air totalement convaincu| -Eh bien là, c'est la même chose! T'es grand maintenant, tu dois pouvoir te débrouiller seul!

Et suite a ça, il s’en va en claquant la porte. T'as la classe, Fabre ... Tu viens comme ça me dicter ce que j'ai à faire, et après tu te barres sans aucunes explications.
Fais chier.
Mais du coup, au moins, j'ai mon excuse au cas ou on me demande pourquoi je ne sais toujours pas utiliser mon chakra avec efficacité. "Mon père ne voulais pas!"
M'ouais, moyen...
Enfin, quoiqu'il en soit, je pris mon gros sac à dos noir (celui prévu pour les loooongs voyages), et le remplis de tout ce qui pouvais être susceptible de m'être utile. Malgré tout, il fallait que je m'entraine; et quel meilleur endroit que les montagnes vertes pour celà? Je m'habille, met mon sac sur mon dos, l'ajuste pour ne pas être gêné, serre ma saccoche, vérifie que mon arsenal est complet.
Et je m'en vais, sans prévenir Fabre. Évidemment, je suis accompagné d'un Junin.
avatar
Earl Grey
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 27
Date d'inscription : 27/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Izaya Kiddo le 14/4/2010, 15:07

- Quatrième Kata. Le petit dragon approche sa proie ... Et avec sa queue, il frappe !!

Le coup partit en direction du ventre d'Izaya qui, couchée sur son lit, endormie comme une masse, ne risquait pas de pouvoir esquiver ce coup digne du plus grand maître du Taijutsu. Mais une fois la cible touchée, au lieu d'entendre un cris de rage suivit de diverses insultes désobligeantes, Izaya disparût dans un nuage de fumée alors que le tome I de " L'encyclopédie du Chakra et de Arts Ninjas " fonçait à toute allure vers l'arrière du crâne du pauvre fou qui avait osé interrompre Izaya dans son illustre sieste digestive.

- Tu fais bien trop de bruit ...
- Ma ... Ma petite fille devient grande ... Dit le pater. La voix emplie d'émotion, on aurait pu le croire au bord des larmes.
- Kuh-wah? Grimaçant. De quoi parlait-il encore? ... Vouté au dessus du lit il était impossible pour Izaya de voir ce dont il parlait.
- C'est un ... VOYAGE SCOLAIRE !!! Dit-il tout en se retournant brusquement, arborant le document d'inscription au passage de grade comme si il s'agissait d'une coupe. CAY MERVEILLEUX !! Tu vas découvrir les joies des voyages scolaires ! Que de souvenirs, c'est l'occasion rêvé pour faire de nouvelles rencontres et surtout de ... De ... Oh mon Dieu ... Je ... Non, c'est impossible ... Alors que jusqu'ici il irradiait la joie et la bonne humeur, peu à peu son visage se décomposait pour laisser place à une expression bien plus sérieuse.
Je ... On verra ça plus tard. Mira est dans la cuisine elle t'attends. »

Encore sous le coup de son réveil en catastrophe elle laissa son père partir sans donner plus d'explication quand à son comportement ... Qui, au final, n'était pas si strange comparé à ce qu'elle voyait d'habitude. Elle suivit son père dans le salon pour enfin arriver dans la cuisine, sur le chemin elle salua Oncle Otto, son préféré, ainsi qu'Oncle Frigo, Oncle Placito et enfin Oncle In Fine, les plus présents. Même si son père était fils unique, elle l'a toujours vu accompagné d'une ribambelle d'oncles. Elle a fait une liste une fois, arrivée à quarante, elle a déclaré forfait. Même si comme ça ces noms peuvent tirer un sourire amusé, il suffit d'avoir un de ces types en face de vous pour vous couper l'envie de rire. Et tous ces types travaillaient sous les ordre de son père qu'elle traitait comme un sous-homme. Ça ne devient évident qu'en voyant les oncles marcher sur la pointe des pieds en sa présence, ou les gens se figer en entendant son nom, ou le remue-ménage immédiat que qu'engendre la moindre de ses requêtes. C'est seulement dans ces moments là qu'elle se rend compte que le gars qu'elle appelle papa est à la tête d'une organisation criminelle qui fonctionne par la violence et l'intimidation.
Voyant qu'elle était de trop dans cet amalgame de testostérone elle accéléra le pas pour retrouver Mira.
Mira était ... La seule présence féminine dans cette maison, en plus d'Izaya. Son père l'avait engagé quand à ses sept ans, Izaya avait trouvé un tupperware où se mélangeaient lasagnes et phalanges. Une fixette sur les tupperware et quelques consultations chez le psy' plus tard, Mira était engagée. Depuis elle s'occupe de tout ce qui est repas ou même nettoyage.

Finalement elle prit le dejeuner en s'en alla dans sa chambre, le temps était au bachotage, l'examen était dans pas longtemps.
Ernst était passé il y a deux jours de ça, il serrait absent le temps d'une mission, donc quartier libre jusqu'au départ. Pour Izaya comme pour les autres, c'était la dernière ligne droite.
Pour une fois, touché par la grâce divine ou on ne sait quelle truc obscur, son père était intervenu dans son entraînement, histoire de lui ouvrir les yeux sur un truc sympa que lui offrait son pouvoir.
Théoriquement, elle avait capté le truc, en application aussi, elle en était plutôt contente d'ailleurs, le seul truc était de pouvoir gérer ça en situation de combat. Il s'agissait de détecter les modifications dans les champs magnétiques causés par les signaux nerveux. Oui oui, le truc hyper subtil, facile à gérer quand le sang tambourine à vos tempes le rythme effréné qu'a décidé d'adopter votre palpitant le temps d'un combat.
Si elle maîtrisait cette technique en deux jours, c'est tout simplement parce qu'elle avait déjà planché dessus depuis quelques temps, poussée par les actions d'un certain Erik Magnus Lehnsherr dans ses petites cases, elle ne pouvait ignorer une telle utilisation de son pouvoir, bien proche du sien pour ne pas dire similaire.
Mais même après cet entraînement " acharné " elle ne pouvait envisager d'utiliser ce pouvoir en combat, en plus de demander une trop grande concentration, il fallait être à l'affut du moindre changement détecté. Pas utilisable pour le moment.

Miamage effectué, il était près de deux heures de l'aprèm. Un truc lui avait sauté aux yeux lors de son affrontement éclair contre Earl et Haoru, elle manquait cruellement de force offensive.
Le temps lui manquait pour commencer l'élaboration d'une technique, il fallait donc se tourner vers une arme. Choix tout aussi esthétique que pratique, il ne fallait pas faire cela à la légère.
Alors que son esprit vagabondait en recherche d'un objet digne d'elle, Izaya fut sujette à une véritable épiphanie. La réponse était si évidente qu'elle ne voyait pas pourquoi elle avait perdu du temps à ergoter sur la question.
Revigorée par cette illumination elle sortit en coup de vent pour retrouver son cher compagnon d'arme.
avatar
Izaya Kiddo
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 17
Date d'inscription : 01/03/2010
Localisation : Reichenbach.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Evaline le 15/4/2010, 00:14

Evaline et Keiryuu échangèrent un regard avant de se retourner comme une seule vers l'aveugle qui, les bras croisés, attendaient qu'elles passent la porte du site d'entrainement. La première commença a exprimer ses récriminations a propos de baby-sitting et la seconde assenait la stupidité d'une telle chose pour une utilisatrice du ninjutsu.

-Les filles le chunin c'est moi. L'aveugle leur indiqua nonchalamment la porte. Fuusetsu le cousin de la jeune demoiselle aux cheveux argentés approuvait.
-Keza, te fous pas de moi cette petite ne manie que le ninjutsu, si on tombe sur un monstre on fait quoi?
-suis pas petite...et oui je fais quoi? C'est quoi l'intérêt de s'entrainer si je ne peux même pas le faire?
-Mesdemoiselles, le chuunin Hykao a sans doute de bonnes raisons de vous proposer cette épreuve. Ne débattez pas s'il vous plait.

Devant le regard insistant de son cousin surdoué, Keiryuu finit par s'incliner. Evaline, haussant les épaules et marmonnant toutes les insultes qui lui passaient par la tête, suivit donc la jeune utilisatrice du suiton. Les grandes portes du terrain d'entrainement numéro 18 se refermèrent derrière elles. Les deux genin échangèrent encore un regard puis avancèrent cote à cote dans l'épaisse fôret cerclée de mur, une forte odeur de mousse et de moisissures planait dans l'air. Un brouillard peu engageant semblait stagner entre les troncs épais et tordus des arbres anciens.

...

-48 heures à tenir?
Evaline replaça une de ses mèches teinte derrière l'oreille d'un geste nonchalant. Un léger hochement de tête pour seule réponse alors qu'elle fixait sa compagne. Bon autant faire connaissance hein... Elle sourit, c'était pas vraiment du babysitting après tout, même si c'était une fillette il n'y avait que 3 ou 4 ans d'écart entre elles.
-On s'installe la? Eva désigna un arbre tordu à la première branche à quelques mètres du sol. La jeune femme fléchit ses jambes galbées et se propulsa, c'est légèrement pâle qu'elle se retrouva au sol, sans avoir décollé de plus d'un bon mètre cinquante.
-Pas de chakra... Argh cette petite a plus de mémoire que moi!
-Bon je te fais la courte échelle et on va réfléchir à tout cas.
Evaline propulsa sans peine la légère genin vers la branche qui s'y réceptionna habilement. Puis elle la rejoignit sans tarder en grimpant sur le tronc. Faut pas déconner, sans chakra c'est galère, certes, mais un entrainement de ninja c'est pas que ça.
Les présentations furent faites rapidement: Keiryuu, 15 ans, membre du clan Suimen, le visuel était bien plus intéressant finalement que le passé ou le présent. L'examen chuunin? Ben la familia lui avait proposé alors pourquoi pas...Evaline, 19 ans depuis peu, l'examen chuunin? Ben c'est l'occasion de s'amuser...nan c'est faux, l'aveugle l'avait piégé en lui faisant miroiter le droit de terroriser des genins. Puis les trucs plus privé autant les garder pour soi, soit!

-Bon pas d'armes pas de chakra, tu t'en sors en taijutsu kei? Dénégation...et merde. Maniement des armes? Non plus ok...t'es bien proportionnée pourtant, et vu ta réception tu ne manques ni d'agilité ni d'équilibre.
-Oui mais j'aime pas ça. J'ai toujours préféré le ninjutsu.
-Ben écoute on a du temps à tuer alors si tu le souhaites nous pouvons nous entrainer un peu?
La jeune fille haussa les épaules, clairement ça ne plaisait ni à l'une ni à l'autre d'être paumée ici, privées de chakra, d'armes et de nourriture. Un soupir commun leur fit à chacune esquisser un sourire.
-Toute façon je compte t'accompagner à Bazaka autant faire le trajet ensemble. J'ai suivi un entrainement assez intensif au mont Fuji, on fera le même pour le trajet. Même si t'aimes pas le corps à corps, ça t'aidera je pense.
-Ben c'est pas mon...Evaline se redressa sans attendre et sauta au sol deux mètres plus bas. Une réception souple et comme d'habitude un rien féline. Key descendit à son tour, sans trop de problèmes.
-Bon on va bouffer, une idée?
-Doit bien y avoir des animaux ou des plantes...
-Ben écoute, tu chasses, cueilles, et je fais la cuisine. Après on s'entraine.
-T'as remarqué Eva?
La jeune femme opina. Elle avait entendu les quelques croassements, elles étaient surveillées après tout. Hélas pas que par les corbeaux de l'aveugles, autrement ceux ci seraient resté silencieux dans leur rôle d'espion noir. Il y avait donc des prédateurs, aucun doute. Le désavantage: risquer de se faire blesser, ou pire. L'avantage, trouver de la bouffe sur le dit prédateur en cas de survie.

La genin aux cheveux argenté fit signe à son ainée de la suivre, elle avait aperçu une petite clairière un peu plus loin. Quitte à être suivie, au moins voir d'où viendrait l'attaque ne serait pas un désavantage. Les deux femmes prirent donc position au centre de l'espace dégagé, aux aguets, épiant le moindre mouvement dans les fougères, le moindre bruit suspect. C'est lors de tels moments que l'on se rend compte qu'une foret servant de terrain d'entrainement pour ninja est emplie des dits bruits suspects. Les arbres s'écartèrent enfin devant un monstre de la taille d'un ours. Dressé sur ses pattes arrières, ses membres étrangement couverts de plumes et avec des griffes de la longueur d'un poignard de chasse. Toutefois son torse effilé, taillé pour la chasse, démentait toute lenteur. Ses yeux jaunâtres luisaient au dessus d'un bec puissant et cranté et c'est un crissement horrible qui s'en échappa lorsqu'il se retrouva enfin face à ses proies.

-Kei...démerde toi mais cherche un moyen de tuer ce truc, la, j'ai pas d'idées...
La jeune femme courut à la rencontre du monstre, coupant sa course d'un plongeon, les deux pieds en avant, en plein torse. Assez fort pour le faire tituber et laisser le temps, après un rapide rétablissement, d'éviter un méchant coups de patte. Keiryuu s'affairait à chercher comment aider sa compagne. Même sans chakra le monstre ne pourrait pas la toucher facilement, toutefois: l'une se fatiguait à éviter et à frapper le plus fort possible tandis que l'autre, bien que grognant de dépit, n'attendait qu'une chose, que sa première proie flanche et que ses griffes l'atteignent enfin. Alors elle le remarqua: les poings et les jambes d'Evaline étaient couverts de coupures, les étranges plumes du monstre sur ses bras et son corps lui faisaient comme une armure solide. La seule partie non protégée étaient le ventre, seul endroit couvert d'une simple toison brune. Les fougères, une pierre tranchante et une branche solide feraient le reste, il fallait juste que la jolie brune tienne le coup encore quelques secondes.

Dépêche toi, dépêche toi. Une roulade en arrière pour se désengager, lui tourner autour. L'allonge du monstre était le danger. Si celui ci avait eu une science quelconque du combat, la jeune femme le savait, son sang maculerait déjà les longues griffes. Elle entendait des bruits aux abords de la clairière, pas le temps de jeter un coup d'œil, ni d'essuyer la sueur sur son front. A gauche. Et merde. Le prédateur ne s'y fit pas prendre trois fois, les deux pattes s'abattirent en même temps, seul l'une d'entre elle fut esquivée. Accompagne le. Plus facile à dire, toujours. Se laisser couler autour de l'attaque, être portée plus que frappée par le coup. La garde protégeait les cotes, seul le bras gauche de la genin aurait un ecchymose, cela n'empêchait par contre pas les griffes de se rabattre dans le dos, déchirant le teeshirt moulant et laissant 4 trainées sanglantes. Une toupie puis une roue écarta l'agile combattante blessée du monstre dont les yeux semblaient pétiller de satisfaction. Il sentait sa proie se fatiguer. Il sentait son odeur mêlée de sueur et de sang, de peur même. Il n'évita pas la pierre que Keiryuu lui envoya en pleine figure.
Celle ci hurla, s'agitant devant un tas de fougère pour attirer son attention, avec succès. Le monstre hésita tournant son bec avide de gouter la chaire d'abord vers Evaline, essoufflée qui très lentement continuait de reculer. La seconde pierre qui l'atteignit à la tempe le fit de nouveau hurler de rage et le décida. Il délaissa la blessée et chargea celle qui lui envoyait ces agaçants projectiles. Keiryuu s'accroupit et plongea au dernier instant en arrière, en plein dans le tas d'épaisses fougères. La course du monstre ne décrut pas il était presque sur elle l'entourant quasiment des ses avants bras couverts de plumes tranchantes. Il ne pouvait pas se douter du piège. L'épaisse branche, gauchement taillée à coups de silex était calée entre deux racines, la genin accroupie la tenait fermement calée sous son bras, visant le ventre non protégé du monstre.

-EVAAAAAA! Un puissant feulement accompagna l'appel apeuré. Evaline courut aussi vite que possible à la suite du monstre qui s'était projeté dans les fougères pour attraper la jeune membre du clan Suimen. Elle laissa presque échapper un gloussement en découvrant rassurée le spectacle. L'inertie, plus que la pointe taillée à la va vite avait fait son effet. Le prédateur s'était empalé directement ne pouvant éviter le piège caché par la végétation. Encore quelques tressautements et il cessa de bouger alors que keiryuu se débattait sous son poids. C'est couverte de sang et d'entrailles qu'elle sortit enfin de sous le tas de viande et futur repas, aidé par une Evaline dépenaillée, suante mais toutefois souriante.
-Bien joué, comme promis, je fais la cuisine...par contre si tu pouvais faire quelque chose pour ça...

Son pouce désignait son dos, maintenant ensanglanté, les griffes longues et tranchantes du monstres avait aussi bien fait leur offices que de véritables lames. Au moins elles seraient armé pour passer cette première nuit et la journée suivante.
avatar
Evaline
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 204
Date d'inscription : 14/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Evaline le 17/4/2010, 13:51

Keiryuu avait appliqué les premiers soins avec ce qu'elle avait sous la main pour éviter toute infection. Evaline avait arraché les griffes du monstre pour les utiliser comme coutelas. Découper des quartiers de viande fut ainsi plus facile. Faisant fi du danger les deux jeunes femmes choisirent de faire un petit feu avec du bois clair pour éviter au maximum la fumée. Pas très bon mais bien nourrissant, tel était le constat final. C'est donc le ventre plein que les jeunes femmes virent le soleil se coucher, perchées qu'elles étaient en haut d'une branche. La nuit fut assez courte, les bruits nocturnes étant peu rassurant les damoiselles firent tour de garde quelques heures chacune, veillant ainsi l'une sur l'autre. Au petit matin, descendu de leur perchoir, elles cherchèrent un point d'eau pour permettre quelques ablutions non nécessaires mais au combien rafraichissantes!

-Voila plus qu'une journée et une nuit. J'y pense on doit arriver quand à Bazaka?
Evaline se rinçait les cheveux, elle venait tout juste de sortir du ruisseau ou elle avait barboté une bonne demi heure, nue et sans pudeur, devant sa jeune compagne. Elle haussa ses épaules et enfila sa jupe courte et son teeshirt déchiré avant de lasser ses bottes aux semelles assez épaisses pour lui faire gagne quelques centimètres. Ainsi rhabillée elle fixa de nouveau la jeune fille aux cheveux d'argent. Ces deux fines cicatrices sous les yeux assombrissaient très légèrement son regard d'émeraude, comme un maquillage naturel.
-Tu as peur Keiryuu?
-Chai pas trop.
-Tant mieux, avoir peur c'est chiant, ne pas avoir peur, aussi. Pourquoi je dis des trucs stupides comme ça moi...
-T'es pas ma mère. Ok ça c'est fait. Eva se releva et après quelques génuflexions et étirements se mit en garde. Keyriuu se leva avec une moue boudeuse. Pas de petit déjeuné, son ventre gargouillait.
-Bon chose promise chose due, on va s'entrainer au taijutsu. Moi j'en ai besoin pour pas m'ennuyer. Toi...ben tu vas apprendre à éviter.
-Nan mais j'ai pas env...ça ça va te couper. Un premier coups de pieds fouetté de la jambe droite esquivé par Kei, la jambe se bloque instantanément en l'air pour repartir dans l'autre sens, pour frapper du talon. La jeune Suimen est cette fois ci obligé de bloquer du bras droit grimaçant sous le choc. Evaline rabaissa sa jambe et croisa ses bras jaugeant la jeune fille.
-Non! Tu ne bloques pas. Tu esquives. Tu es une fille, donc en général moins musclée que la plus part des shinobis masculins.
-Mais j'utilise le ninjutsu.
-Pas mon problème ça.
Keiryuu se frotta le nez contre son épaule tout en se massant l'épaule. C'était peut être chiant mais ici sans chakra...elle se sentait effectivement un peu dépassée. Evaline lui sourit.
-Ouai, je ne te parlais que des muscles jusque la mais ajoute le chakra a cette attaque et ton bras était brisé. Sais tu utiliser ton ninjutsu avec une seule main? Moi non. Mais comme ton cousin l'a dit suis assez nul pour matérialiser le chakra et le lier aux éléments.
-J'ai pu voir. Ah j'aime bien cette petite! Evaline se remit en garde. Et attaqua cette fois d'un enchainement de base mélant coups de poings et frappes aux jambes. Un kion simple et visiblement connu de kei. Celle ci avait un bon jeu de jambe, reculant, esquivant sur la gauche ou la droite au bon moment. Oui elle était agile et habile, elle aurait pu manier un taijutsu assez intéressant si elle y avait trouvé un quelconque intérêt. Evaline accéléra légèrement, appuyant plus ses attaques pour chercher la première limite de Keiryuu. La voilà. Coups de pied sauté doublé, gauche droite, gauche évité, droite en plein estomac, repoussa la plus jeune des deux genins contre un tronc d'arbre avec un bruit sourd.
-allez relève toi, dis toi que c'est juste une illusion, a peine une sensation...
-Ça fait un peu mal quand même pour une illusion.
-Bien première chose l'esquive, quand ce n'est pas possible, et ça arrive hélas assez souvent, le tout est de ne pas avoir mal.
-mouai...j'ai fait l'académie aussi hein...
-Et combien de vrais combats? La tu vas croiser des gamins de mahou et de chikara et ils rigoleront pas. Si t'as plus de chakra et eux non plus faudra bien finir le combat. Et eux ne tomberont pas avec des pierres.

L'entrainement continua toute la matinée au déplaisir de Keiryuu. L'une révisait ses attaques de base, l'autre devait s'entrainer à esquiver ou a glisser le long des attaques, à accompagner les frappes qu'elle ne pouvait éviter. Selon Eva cela pouvait permettre d'éviter de perdre l'usage d'un bras ou d'une jambe, ou même de devoir courir avec des côtes qui se baladaient dans le ventre. La longue ablution du midi mit fin à la session. Evaline massa même le dos endolori de la genin qui ne put s'empêcher de gémir de plaisir sous les doigts fins de son bourreau. Elles ravalèrent un morceau de viande fumé, qu'elles avaient stocké dans une grande feuille liée avec des herbes grimpante pour en faire une sorte de sac transportable. L'après midi fut bien plus calme même si elle durent à deux reprises courir et fuir deux autres prédateurs, dont un de la même race que celui qu'elles avaient du tuer la veille.

-Bon je sais que tu n'en veux vraiment pas mais j'ai encore des conseils pour le combat au corps a corps.
-Soit. Yeah elle m'écoute!
-Donc on répète. Moins musclée mais rapide et agile. Tu bases sur l'esquive ou l'accompagnement des coups adverses. Toutefois il se peut que personne ne puisse te venir en aide. Cette défense de base, surtout l'accompagnement te permet de placer des projections, ça donne le temps de prendre de la distance.

Et voilà c'était reparti, entrainement aux projections, bien plus drôle pour Kei qui cette fois ne prenait pas de coups. Pendant une heure, répétition de base, que faire face à un coups de poings, à un coups de pieds. Une attaque circulaire, haute, basse, une directe, doit on lié un fauchage, est ce possible ou vaut il mieux esquiver? Bref assez marrant, même pour quelqu'un détestant cela. Surtout qu'Eva comme Keiryuu ne manquaient ni d'humour ni de repartie. Au final les deux jeunes femmes finirent harassée mais souriantes cette seconde journée au terrain d'entrainement numéro 18. La seconde nuit fut semblable à la première mais cette fois les sons nocturnes ne les inquiétèrent pas, tant la fatigue les guettaient. Elles dormirent encore chacune leur tour sous la surveillance de l'autre, armée des griffes du monstre. Le lendemain, aux aurores, les portes s'ouvrirent devant les deux jeunes femmes. Fuusetsu les y attendait accompagné d'un autre homme, des cheveux blonds coiffés en brosses, des vêtements amples et un visage fin et souriant. L'instructeur du clan Hykao: Chaki.

-Tiens, qu'est ce que tu fais la face de fouine?
-Ravi moi aussi de te retrouver Evaline, oui vraiment ravi.
Il salua Keiryuu à son tour et expliqua sa présence ici. Kezashi ne pouvant les accompagner il lui avait demander de le remplacer. Il les accompagnerait donc avec Fuusetsu, deux chuunins n'étant pas de trop pour assurer aux deux damoiselles une escorte digne de ce nom. Le problème n'étant pas les risques communs qu'il supposait que les deux jeunes femmes pouvaient sans peine éviter, mais plutôt les risques de provocations d'autres bandes de genins issu des autres villages.
-On en a pas besoin, si ils nous...bref on leur cassera le nez.
-Vous n'avez pas le choix. De toute façon tu pourras parler a Fuusetsu plutôt qu'a moi, cela nous fera à chacun des vacances.
-Hummm, soit!
Deux jours dans la foret ne lui avait pas fait perdre son sourire ni son regard enjôleur qui fit frémir les deux chuunin et soupirer keiryuu de dépit.
Chaki donna un sac à la plus agée des deux ninjas, et Fuusetsu fit de même pour sa cousine.
-Nous nous sommes permis de préparer vos sacs, vous avez vos armes, de la nourriture, de l'eau et des vêtements. Nous partons immédiatement immédiatement pour l'examen.
Evaline fouilla son sac. Et releva la tête, les yeux noirs de colère.
-Non, on part pas sans mon mascara! Suis sur que t'as fait exprès face de fouine!
avatar
Evaline
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 204
Date d'inscription : 14/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Kaa le 6/5/2010, 22:22

Durant la période qui suivi sa promotion au grade de Genin, Kaa profita de cette "liberté" nouvellement acquise pour s'entraîner. Du moins espérait-il. Il dû très vite déchanter, enchaînant mission sur mission. Et quelle mission ! Mission d'aides aux personnes âgés, de construction, de coupe de bois ... 'fin, essentiellement inintéressante. Pourtant, lorsqu'il appris, au détour d'une conversation entre Genin plus âgé, qu'il pouvait refuser des missions, Kaa fut envahi d'une immense joie. À compter de ce jour, il ne fit plus qu’une ou deux missions par quinzaine de jour, ce qui lui permit de s'entraîner ardemment, mais aussi de méditer de longues heures. Chemin faisant, il réussit donc à développer son premier Genjutsu qu'il nomma Bon'yari (Flou étourdi).

Son amie, Patchouli de son surnom, l'accompagnait régulièrement dans ses entraînements. Naturellement douée pour le Ninjutsu, elle aimait grandement le Kenjutsu et maîtrisait quasiment toutes les armes, avec une préférence pour la naginata qu’elle maniait avec excellence. Ils avaient donc choisi de s'entraîner ensemble, car leur opposition leur permettait de former un duo efficace pour trouver les défauts de l'autre, mais aussi car ils s'entendaient à merveille. Nous les retrouvons donc, en pleine séance d'entraînements.



Kaa s'était bandé les yeux et bouché les oreilles avec de la cire. Il avait étendu une sphère de Chakra autour de lui. Son objectif était de détecter les diverses attaques de Patchouli, de les éviter, cela va de soi, et aussi, avec un peu de chance, de la trouver et de la toucher. La sphère faisait un peu moins d'un mètre de diamètre, ce qui rendait l'affaire complexe. Pourtant, Kaa ne pouvait l'étendre plus amplement, sous peine de la rendre inefficace.

Cela faisant maintenant une bonne dizaine de minutes qu'il la maintenait active, et de grosses gouttes de sueur perlaient sur son front. Un bon nombre de shuriken et de kunai jonchait le sol et les arbres. Ils avaient choisi un petit bosquet, ce qui rendait l'exercice d'autant plus complexe. Une longue trace de sang ornait son épaule.

Un trouble. Dans le dos. Je me baisse, me retourne. Un gros scarabée. Merde.

Le kunai lui frôle la tête et s'enfonce dans la terre avec un son mat.

Où est-elle ? Il faut que je me calme. Que je reprenne mes esprits. Assieds-toi et médite.

Il s'assied par terre. Position du lotus. Un shuriken le frôle.

Inspiration. Expiration. Apaisement. Circulation du Chakra. Je le sens. Il est là. Fluide. Parfait. J'aime cette sensation. Un picotement dans la nuque. Un léger frisson dans le bas du dos.

Kaa s'élève légèrement au dessus du sol. Une série de note explosive lui bloque le chemin vers l'ouest.

Tant pis.

Une idée lui vient. Il se déplace lentement vers cette zone, puis se repose au sol. Le Chakra glisse et s'étend. Sirupeux. Il palpe les notes.

Elles sont parfaites. Comme toujours. Pas moyen d'en déclencher une. Quoique ... Si ! Ici. Une erreur.

Un nouveau trouble. Il le remarque trop tard. Le kunai se plante dans sa cuisse.

Et merde ! Il faut que je me concentre plus.

Une flopée de shuriken déboule dans son champ d'action.

Plus le temps d'esquiver.

Il fait exploser les notes et se rue après l'explosion. Une forme humaine apparaît dans son cercle.

Pas le temps de savoir si c'est la vrai.

Il lui saute dessus et lui fait une clef de bras. Le clone se dissipe. Une lance lui fonce dessus. Il esquive de justesse.

Putain de piège. Focus Kaa Focus !

Il se cache derrière un arbre. Retire son Chakra. Respire un coup. Mauvaise idée. À l'instant même où il remet son Chakra en place, il découvre qu'une vague lui arrive dessus. Aucune issue possible. Si ce n'est grimper dans l'arbre.

Pas l'choix ...

Il s'exécute. La vague s'écrase contre l'arbre. Kaa se trouve en haut. Il n'est pas à l'aise. À cause de ses oreilles bouchées, il a quelque problème d'équilibre qu'il essaie de combler avec sa sphère. Il s'assied sur une branche et réfléchi à une manière de trouver Patchouli avant qu'il ne soit à cour de Chakra.
Peu à peu, une idée germe dans sa tête. Il la prend, la regarde en face, la retourne, l'étoffe, la fait danser. Et la voici fin prête !
Kaa se lève et se met bien en vue, histoire que son amie le repère. Il n'a pas longtemps à attendre pour recevoir une poignée de shuriken. Ils viennent de devant lui. Au nord. Il commence alors son manège.
Ayant sorti du fil de sa toge, il le déroule tout en tournant autour du point d'où venait les Shurikens. La manœuvre étant complexe et dangereuse, il est obligé de réduire la taille de sa sphère, ce qui rend sa progression et sa survie périlleuse.
Une fois le premier tour fini, il descend vers les branches basses des arbres et recommence son manège. Celui-ci s'avère plus fatiguant pour Kaa. En effet, Patchouli, ne comprenant pas bien le manège de Kaa, a décidé d'intensifier sa cadence de tire. Plusieurs fois, Kaa fut blessé aux bras et aux jambes, tout en réussissant à préserver sa vitesse.

Plusieurs minutes se sont écoulées depuis le début du manège de Kaa, et il est maintenant proche de sa limite. Toute fois, il a terminé. Ses fils forment un immense chapiteau autour de l'endroit où doit se trouver Patchouli. Il regrimpe à la cime des arbres.

Maintenant, quoiqu'elle fasse, je le sentirai. Elle est prise au piège. J'ai encore une chance de l'avoir.

Il attache plusieurs de ses tresses aux fils, puis il s'assied, et insuffle peu à peu son chakra, d'abord dans ses cheveux, et ensuite dans les fils. De cette manière, il est comme une araignée au milieu de sa toile. Il sent et "voit" tout ce qui se passe à quelques centimètres de ses fils.

Elle est là. Je la sens.

Kaa a préparé son Genjutsu depuis presque le début de l'entraînement. Grâce à son faible coût en chakra, il a pu le maintenir prêt jusqu'à maintenant.

"Bon'yari"

Patchouli se fige, concentré sur une image visible d'elle seule. Kaa lui tombe dessus et, d'un puissant coup de pied, l'envoi au tapis. Il se rue sur elle mais elle se relève, prête à combattre. Kaa a trop attendu pour lancer son Justu et les effets en sont diminués. Ils arrêtèrent donc le combat. Celui-ci se soldant par un match nul. Kaa enleva donc son bandeau et ses bouchons de cire.

- Je résiste de mieux en mieux à ton Genjutsu, commenta-elle. Il va falloir que tu en développes d'autres si tu veux pouvoir me battre avant d'être épuisé.

- Tu as raison. Je vais commencer à y réfléchir.

Puis il s'effondra, épuisé et vidé d'une immense partie de son Chakra.

Kaa
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 55
Date d'inscription : 21/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Kaa le 15/5/2010, 00:20

3 jours s'étaient écoulés depuis son entraînement avec Patchouli. Aujourd’hui, Kaa avait décidé d’aller flâner dans le centre ville de Gensou. Il quitta donc les quartiers ouest, en début d’après-midi. Il marchait au hasard, la tête levée vers le ciel, à regarder les nuages. Manière imprudente s’il en est, que de se promener ainsi dans une ville bondée. Et ce qui devait arriver arriva. Il percuta de plein fouet une jeune personne qui courait, les bras chargés de nombreux rouleaux. Kaa recula légèrement, surpris par le choc, alors que le jeune enfant s’écroula, en laissant tomber son chargement.


- Aoutch ! ( Transporteur de rouleau )
- Tu vas bien petit ? s’enquit Kaa à l’égard du gamin affalé de tout son long sur le sol.
- Aaaaah ! Mes rouleaux ! Il faut que je les ramasse. Vite vite vite, ils vont se salir sinon ! Et mon maître me punira !
- Hey, petit, ne t’en fais pas, ils sont là tes rouleaux, regardes !
( Kaa, tout confus et penaud )
- Oh, non non non non non non non ! Ils sont tous sales, regardes !


Et en effet, les beaux rouleaux immaculés étaient maintenant tachés en maints endroits. Enfin, tachés ... Disons que la terre c’était légèrement déposée dessus. Un coup de balai et il n’y paraîtra plus. Rassuré, Kaa épousseta les rouleaux et les redonna à l’enfant.


- Et voilà, ils sont tous propres maintenant ! ( Kaa, orné d’un gigantesque sourire d’idiot )
- ... Il y en à un qui est tout écorné ...
- Baaaaah ! C’est pas grave, ton maître ne savait pas le nombre exact de parchemin ?! Si ? Et merde ...
- Accompagnes-moi, tu expliqueras au maître à ma place.
- Heu ... C’est que, j’ai autre chose à faire moi !



Et sans attendre la réponse de Kaa, l’enfant partit d’un bon pas. Kaa supposa donc que ce n’était pas une question, et qu’il valait mieux pour lui suivre l’enfant. Un pressentiment probablement.
Fort de ce pressentiment, Kaa se mit à courir afin de rattraper le gamin, qui avait déjà une bonne longueur d’avance.

Au bout d’une marche, qui relevait plus du marathon, vu la vivacité et la rapidité de l’enfant, celui-ci s’arrêta devant une vieille porte en chêne usée par les années. De l’eau d’une couleur indéfinissable coulait dans le caniveau et teignait le bas des murs de cette couleur, indéfinissable.
L’enfant frappa à la porte, puis entra, faisant signe à Kaa de le suivre. Ils pénétrèrent donc dans une petite cour, disposant pour seule décoration d’un cerisier au moins deux fois centenaire, d’un vase en terre cuite haut comme la moitié d’un homme, ainsi que d’un petit bassin rempli d’eau. C’est ce que supposait Kaa, puisqu’il ne la voyait pas, le bassin étant recouvert de lentilles d’eau.


- C’est toi Tarki ? murmura une voix de stentor, qui fit tout de même vibrer doucement les lentilles.
- Oui maître.
- Tu as les rouleaux ?
- Oui, mais j’ai eu un petit problème.
- Quoi ?!
- Un shinobi m’a percuté en pleine course, alors qu’il regardait le ciel.
- Un shinobi qui regardait le ciel ? Il avait pris quoi comme pilule celui-là ?
se renfrogna la voix.
- Je n'avais rien pris Monsieur, je regardais juste les nuages passé, s’expliqua Kaa, en suivant le dénommé Tarki, qui pénétrait à l’intérieur de la petite maison.
- Et comment te nommes tu, jeune shinobi ?
- Je me prénomme Kaa Fushiton. Je suis le fils de ...
- Ouais ouais, c’est bon, ton nom me suffit. Les rouleaux ont-ils été abîmés ?
(Le maître )
- Juste un, légèrement écorné. ( Tarki )
- Bien. Tu seras tout de même puni Tarki, je t'avais dis de faire très attention !
- Mais, Maître ...
- Suffit ! J’ai dis.
- Si je puis me permettre, tenta Kaa, mais ce n’est pas du tout de sa faute. C’est moi qui ne regardais pas où j’allais.
- Tu veux écoper de la punition à sa place ?
- Je n’ai pas dis ça tout de même,
essaya de placer Kaa, sentant le mauvais coup lui tomber dessus.
- Tu me l’as pourtant fait comprendre. Très bien. Suis-moi.


Le maître emmena Kaa dans une petite pièce, à l’arrière de la maison. Elle était remplie de parchemins et de poussière. Mais surtout de poussière.


- Nettoie. Tu as une heure.


Puis le maître repartit, laissant Kaa seul et surpris, face à ce qui semblait être la plus grande quantité de poussière jamais amassée dans une si petite pièce. Il s’attela donc à la tache.

Deux heures plus tard, il sortit de la pièce, harassé et en sueur. La poussière n’était pas juste innombrable. Elle était aussi et surtout sale et collante. C’était l’un des entraînements les plus dur qu’il avait du faire depuis son entrée à l’académie. Ou presque.
Il alla donc voir le maître, dans la pièce d’à côté. Il était en train d’écrire au pinceau et à l’encre noir sur un parchemin ramener par Tarki. Le voyant fortement concentré, Kaa ne dit rien, et attendit qu’il ait fini son art, tout en l’observant. Le maître agissait avec une certaine lenteur, mais ses gestes étaient gracieux et légers. Petit à petit, l’immense Kanji prenait forme, sous les yeux ébahis de Kaa. Brusquement, Kaa prit conscience d’une perturbation autour de lui. Elle était là depuis le début, mais il ne l’avait pas remarqué. Il ferma donc les yeux, et chercha d’où provenait cette émanation de chakra. Elle venait du ...

Du maître ?!!!

Surpris, et pensant tout d’abord s’être trompé, Kaa approfondit et confirma son impression. Le maître injectait du chakra dans son encre.

Évidement. Que je suis stupide. Il dessine un sceau. Un sceau ?! Serait-il un Shinobi lui-aussi ?

Le maître leva son pinceau, et regarda Kaa, coupant court à sa réflexion.


- Eh bien, tu as fini Kaa ?
- Heu ... Oui oui, j’ai fini.
- Bien.



Un étrange silence s’installa. Période durant laquelle le maître observait attentivement Kaa, qui paraissait tout troublé.


- Tu as remarqué n’est-ce pas ?
- Le sceau ?
- Oui ! Le sceau que je dessinais sur cette feuille. Ou plutôt, que j’apposais.
- Vous êtes un shinobi ?
- Je fus un shinobi, il y a bien longtemps. Mais aujourd’hui, je ne fais que dessiner certains sceaux, que me commandent différentes personnes, pour des usages plus ou moins ménagers.



Kaa resta bouche bée. Un shinobi qui vendait des sceaux. Il aura tout vu.
Le maître se leva, et alla dans une cour, derrière la maison. Elle était similaire à la première, à ceci près qu’elle devait en mesurer le double et que le cerisier était un pommier.


- Montre moi ce que tu sais faire petit.
- Pardon ?
- Tu es un shinobi non ? Alors montre moi ce que tu sais faire.



Le maître fit alors apparaître un Kage Bunshin. Ou du moins c’est ce que croyait Kaa. Car lorsqu’il reçut une droite de celui-ci, il se retrouva contre le mur, légèrement sonné, et surtout surpris qu’un clone puisse le frapper. Il sortit de sa réflexion lorsque le clone se rua sur lui, prêt à l’écraser une nouvelle fois contre le mur. Par pur réflexe, Kaa se baissa, et se glissa entre les jambes de son adversaire, afin de se retrouver derrière lui.

Pas le temps de préparer un Genjutsu. Et ce n’est même pas sur qu’un Genjutsu marche contre un clone. Fais chier tiens.

Il esquiva de justesse un coup de coude qui lui rasa la joue. D’un bond, il prit du recul et se mit en position de combat. Le Clone se retourna et le jaugea l’espace d’un instant. Puis, il se rua sur lui, les deux poings en avant. D’un coup de pied bien placé, Kaa dévia l’attaque, et lui décocha une droite en plein dans le thorax, que le clone accompagna magistralement. Il enchaîna par un coup de genou gauche au niveau de l’aine, suivi d’un crochet, lui aussi du gauche. Cette fois, le clone ne put qu’esquiver le crochet. Chose illogique s’il en est. D’un bon, celui-ci recula, en composant quelques mudras.

Ah non ! Pas de ninjutsu ! Faut pas déconner non plus ! J’vais galérer moi là !

Les protestations internes de Kaa furent parfaitement inutiles, car une boule d’eau de la grosseur d’une pastèque lui fonça dessus. Rapidement suivi par une dizaine d’autres. Kaa les esquiva sans trop de souci, sauf une, qu’il se prit de plein fouet. Il se retrouva donc à terre, la bouche pleine d’eau, crachant et pestant. À peine eut-il le temps de relever la tête que le clone était sur lui, un kunai entre les mains, prêt à le transpercer. Prestement, Kaa se releva et esquiva l’attaque. D’une projection bien senti, il envoya son adversaire au loin, celui-ci retombant miraculeusement (ou pas) sur ses pieds.
À nouveau, le clone exécuta quelques mudras. Kaa eut alors une idée.
Il avait déjà testé auparavant d’arrêter les menus armes de jets de Patouchli en densifiant son chakra et en le rendant poisseux au possible. Il fit donc de même, projetant son chakra face à lui, tout en le densifiant au maximum. Cela aurait pu avoir l’effet désiré, si la technique employée par le Clone avait été la même que précédemment. Hors, ce n’était pas la même. Cette fois, c’était une lance de chakra Raiton qui se dirigeait droit sur Kaa. Or, son Chakra était loin d’être assez épais pour arrêter une lance. Encore moins booster au Raiton. Il n’eut donc d’autre choix que d’esquiver une nouvelle fois. Agacé par la pseudo-dominance de son adversaire, Kaa sortit un fil auquel il y ajouta son chakra. Poisseux à souhait évidemment. Lorsque son adversaire arriva au contact, il jeta un bout du fil sur celui-ci, qui s’y colla bien entendu. Puis, esquivant et ripostant, il déposa l’autre bout du fil dans le bassin. Ceci étant fait, il s’éloigna à nouveau de son adversaire, tout en restant proche du bassin. À nouveau, les mudras de son adversaire.

Une chance sur trois. Suiton, Raiton, ou Bonus.

La lance fonça droit sur lui. Il esquiva, et elle atterrit dans le bassin. Par un effet de retour à l’envoyeur, le Clone fut électrocuté, via le fil qui le reliait à l’eau. Le combat était fini.


- Pas mal. Tu as suffisamment galérer pour devoir réfléchir. J’avais pas trop mal jaugé ta puissance petit. Rentrons maintenant. ( Maître )


Quelque peu essoufflé par son combat, Kaa ne pipa mot devant le pseudo-compliment du vieil homme.
Ils s'assirent dans la pièce où avait travaillé le maître précédemment. Kaa s’assit, alors que Tarki, sortant d’on ne sait où, arriva, avec un théière et des tasses (et des petits biscuits. Faut pas déconner non plus). Ils prirent donc le thé.
Kaa prit la parole le premier.


- Pourquoi vouloir me tester ? Et qui êtes-vous ?
- Hum. Chaque question à sa réponse. Tout d’abord, la première. Je voulais te tester, pour savoir ce que tu valais. Logique non ? énonça calmement et avec un grand sourire le vieil homme. Plus sérieusement, j’ai entendu parler de ton père, et je voulais voir ce que tu savais faire de ton chakra. J’en suis plutôt satisfait, même si l’aperçu fut bref. Quand à ta deuxième question, je peux te dire que je suis un ermite. Vivant en ville. Je trouve que ça me correspond plutôt pas mal. Tu ne trouves pas ?
( s’adressant à Tarki )
- On peut dire ça, répondit amusé l’enfant (qui, au passage, devait avoir dans les douze, treize ans )
- Mais encore ? ( Kaa )
- Un shinobi retraité, qui n’ayant pas envie de faire comme tous les autres gugusses de shinobi retraité, a choisi d’ermiter en ville. ça te va ? répliqua l’homme avec un sourire narquois.
- Moui, ça ira.
- Bien. Abrégeons les présentations. Tu m'appelleras Shinouin , et à partir d’aujourd’hui, j’ai décidé de t’entraîner un peu.
- Puis-je en connaître la raison ?
demanda Kaa, trouvant la remarque quelque peu suspecte.
- T’es la seule tronche qui me revient depuis un bail. Et puis c’est tout. Je daigne t’enseigner mon art, alors t’acceptes et tu fermes ta gueule.
- Nan mais oh, tu te prends pour dieu ou ...?!
s’exclama Kaa, qui n’eut pas le temps de finir.
- Pas tout à fait, mais presque oui. Trêve de plaisanterie. J’ai beaucoup aimé ta manière de détruire mon clone, et, en plus du fait que ta tronche me revient, j’ai décidé de t’enseigner.
- ... D’accord, j’accepte.
- Parfait ! Reviens me voir quand tu auras besoin de savoir quelque chose. Ou juste si tu as envie de me voir.
- Vous, vous, vous ne me dites rien maintenant ? Aucun conseil ? Rien ?
- Hum ... Si. Ta maîtrise du chakra est mauvaise. Travailles-là.



S’étranglant presque, Kaa ne répondit pas. Il était à moitié hors de lui, tout en étant blasé par l’attitude de Shinouin. Le chakra était ce qu’il maîtrisait le mieux. Kaa était sidéré, mais, au vu de son combat de tout à l’heure, dans laquelle le facteur chance avait été son plus grand allié, il sortit en se jurant de maîtriser à la perfection son chakra.

Kaa
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 55
Date d'inscription : 21/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par ANBU Gensou le 16/5/2010, 04:04

Masque de Chat


"Hé, le Chat, tu vas faire ton rapport ?"
"Oui. On m’attends au QG." (Chat)
"Tu viens à peine de rentrer, et le jour se lève à peine, ils seront bien plus content de te voir en début de matinée, ou même en début d’après-midi. Viens boire un coup, repose toi, et puis tu iras."
"Merci, mais non, je dois faire mon rapport, et on m’attends." (Chat)
"Viens au moins boire un verre !"
"Non Loutre. Mais je retiens l’invitation, merci. Disons ce soir, 19 heures ?" (Chat)
"Au Carriome, à 19 heures. T’as intérêt à être là." (Loutre)
"J’y serais." (Chat)

J’inspirais un grand coup. Sacré Loutre. Ou plutôt sacré Ketsu. Toujours prêt à faire la fête et à boire un coup. Mais l’un des plus redoutables illusionnistes du village.
L’air était humide, et quelques embruns me parvenaient, portés par le vent. Normal, je n’étais loin de l’entrée, et l’eau de la cascade qui cachait l’entrée du village humidifiait constamment les environs, on se faisait souvent mouiller un peu en arrivant. L’air était frais du coup, mais je m’en fichais. J’étais chez moi.

Le sourire aux lèvres, je m’enfonçais dans le village, appréciant le moindre détail de mon trajet. Là, une échoppe vendant divers petits snacks, comme des hot-dogs, des saucisses sur des bâtonnets, ou des bols de soupes ouvrait, ici, des enfants courraient en riant en allant à l’école pendant qu’une autre maussade, y allait en traînant les pieds. Un chat pourchassait un oiseau, sans succès. Quelques villageois me saluèrent de la tête, et je leur rendis leurs salut d’un vague signe de la main.

Je me serais bien arrêté dans un bar oui. Ou alors je serais bien allé à la serre, voire comment poussait les plantes exotiques, et pour gouter à quelques fruits venant d’ailleurs, au goût acidulé. L’ananas me tentait bien. La bibliothèque m’attirait aussi, la lecture était reposante. Et puis, j’aurais aimé enlever ce masque, et reprendre quelques temps ma vie normale. Voir des gens. Discuter. Rendre visite à ma compagne, en lui amenant un petit présent. Passer une nuit torride ou deux avant d’être rappelé.

Mais ce serait pour une autre fois, j’avais des nouvelles ennuyeuses, je devais les porter au plus vite. J’allais donc au QG, déçu de ne pas pouvoir me reposer un peu, mais qui sait, une fois mon rapport fait. Et puis, le trajet était agréable. Gens plaisant, ville plaisante, soleil, quelques nuages au loin pour décorer le ciel. Des maisons se fondant dans la grisaille du plateau, mais élégamment décorés de gravures pour ravir l’œil, des fleurs sur le chemin ou dans des petits jardinets. Oui, vraiment, ça aurait pu être pire. J’aurais pu habiter à Chikara par exemple…

Je frémis à l’idée horrible de vivre dans un désert ou le mot « verdure » était synonyme de moisissure, mais j’étais arrivé à destination, et je ne pus pousser l’horreur et la petite pointe de mépris qui commençait à m’amuser plus loin. Je dénigrerais Chikara et Mahou une autre fois, tant pis. Direction le bureau du Kage pour l’instant. Je frappais puis entrais.


"Ryoshima-sama, je suis rentré." (Chat)
"Bonjour Chat. Attends un instant je te prie." (Kage)

Le Kage discutait avec Ichiro Chirakakku et Kahei Maboroshi. Je constatais avec surprise que ce dernier avait une petite cicatrice sur le lobe de l’oreille droite. Elle semblait dater un peu, au moins un mois ou deux, mais je ne l’avais jamais remarqué. Quand s’était-il fait ça ? Et qui avait pu le faire ?

"Bien. Ichiro, il faut mettre ça au point. Je vous reverrais tout à l’heure pour entendre vos progrès. Kahei, resté s’il vous plaît." (Kage)

Une façon plus ou moins poli de congédier Ichiro Chirakakku. Ne pas lui demander de rester… Ma foi, il ne connaissait pas mon identité, contrairement à Kahei et Ryoshima-sama… Il s’inclina et partit.

"C’est bon Ryoma, tu peux enlever ton masque." (Kage)
"Bien, Kage-sama." (Chat-Ryoma)
"Comment s’est déroulée ta mission ?" (Kahei)
"Plutôt bien." (Chat-Ryoma)

Plongeant la main dans mon uniforme, j’atteignis une poche camouflée, invisible de l’extérieur et difficile à trouver en tâtonnant, et en ressortis un kriss. Lame, manche, garde, toute l’arme était d’un gris qui scintillait d’un curieux éclat bleutée à la lumière.

"Cette lame sera reconnu par tous les hommes d’Howel, et son porteur se verra accordé libre passage jusqu’à lui en tant que messager. Ces armes sont rares, ils en ont trouvés il y a longtemps dans le nord, et ils s’en servent comme témoin. Qu’il nous en ai confié une est la preuve qu’il nous font confiance, et un grand privilège. Toutefois, ça implique aussi des responsabilités. Ils seraient plus que furieux que nous la perdions." (Chat-Ryoma)
"Un Kriss ? Etant donné la corpulence des hommes d’Howel, je m’attendais à un symbole plus massif, ou alors à un ornement." (Kahei)
"Hé bien, cette étrange couleur est quasi-impossible à imiter, ça rend donc facile la tâche de déterminer la différence entre un espion et un messager. De plus, des kriss ne leur servirait à rien, à part peut-être couper le pain, à cause, comme vous l’avez souligné, de leur corpulence et de leur habitudes de combat." (Chat-Ryoma)
"Bien, il nous font donc confiance. Mais sinon ? Les négociations ont avancés ?" (Kage)
"J’ai bien peur que non Ryoshima-sama. Howel semble peu enclin à vouloir s’impliquer loin de sa base d’opération, et ses hommes sont tout à fait d’accord avec lui sur ce point. La situation actuelle semble leur plaire. Je crains que ce n’ai été une perte de temps si nous cherchions des alliés. Mais au moins, ils sont nos amis. Ou quelque chose du genre. On ne sait jamais trop avec les pirates." (Chat-Ryoma)
"Bien. Tu conseilles donc de stopper les négociations ?" (Kage)
"Ne pas se montrer trop insistant, tout en ne stoppant pas complètement non plus. On verra bien ce qu’il en ressort. Mais ne pas envoyer des gens indispensables non plus, les chances de les voir changer d’avis sont faibles." (Chat-Ryoma)
"Bon. Nous devons donc trouver autre chose. La rivière est sécurisée ?" (Kahei)
"Oui. Une flotte qui remonterait la rivière n’arriverait même pas aux environs du marais, pas de souci de ce côté. Nos ennuis seraient plus une attaque combinée." (Kage)
"Il va falloir trouver d’autres candidats. Mais on les avait tous classés comme dangereux, donc…" (Kahei)
"Il faudra sans doute avoir recours à une diplomatie plus classique." (Kahei)
"Oui. C’est probable… Enfin. Bon travail en tout cas Ryoma, obtenir ce kriss est un magnifique exploit." (Kage)
"Merci, Ryoshima-sama." (Chat-Ryoma)
"Ah, sinon, as-tu reçu mon message en venant ?" (Kage)
"Bien sur. J’ai mené mon enquête. Les chunnins Oshiro Chirakakku et Kazei Tachiro ont été vus pour la dernière fois au sud-est de Gensou, pour une mission de routine, puis ils ont complètement disparus. Aucune trace d’eux. Ceux envoyés les chercher pensaient à une désertion mais…" (Chat-Ryoma)
"Mais ?" (Kage)
"J’ai capturé un déserteur mineur de Mahou. Il m’a avoué que la veille du jour ou on a remarqué la disparition, un homme qui se fait appeler « l’Agitateur » et qui cause des problèmes à Mahou se trouvait près de cette position." (Chat-Ryoma)
"C’est bien maigre. Mais ça nous pousse à conclure qu’ils ont rejoint sa cause ou sont morts n’est-ce pas ?" (Kahei)
"Monsieur, je ne crois pas un seul instant que Oshiro Chirakakku ait pu trahir. De plus, ce type pose problème à Mahou depuis plusieurs jours, profitant de l’examen chunnin à Bazaka, sans que personne ne l’intercepte. On peut y voir de la chance, mais c’est curieux, on entend très facilement parler de lui et de ses objectifs, mais on ne sait pas son vrai nom, on ne connaît jamais sa position, et même en période d’examen, Mahou aurait déjà du l’arrêter. Il y a quand même des chunnins qui passent de temps en temps dans cette région." (Chat-Ryoma)
"Il serait donc plus qu’il ne paraît." (Kahei)
"Monsieur, en deux jours, je n’ai obtenu aucun renseignement sur son nom ou sa localisation. C’est la première fois que cela m’arrive. C’est à un expert en désinformation auquel nous avons affaire, et il me semble plausible que lui et ses hommes puisse neutraliser deux chunnins." (Chat-Ryoma)
"Très bien. Merci pour votre compte-rendu Ryoma." (Kage)
"Ryoshima-sama." (Chat-Ryoma)

Je sortis, laissant les deux plus importants chefs du village palabrer. Mais (presque) malgré moi, je restais près de la porte et entendis la suite de la conversation.

"C’est ennuyeux." (Kahei)
"Oui. S’il a raison, ce serait dangereux. Et s’il a tort et qu’ils ont désertés, ce serait pire encore." (Kage)
"Sans doute… mais je pense qu’il a raison." (Kahei)
"Vous l’aimez bien n’est-ce pas ? C’est vrai que c’est un homme de valeur." (Kage)
"Un de mes meilleurs agents…" (Kahei)

je sentis la fierté m’envahir, et je faillis en oublier de surveiller la suite de la conversation.

"… rarement trompé, et son sens de l’observation est extraordinaire. Pour rassembler des informations, il est peut-être le meilleur. C’est d’ailleurs pour ça qu’on l’avait envoyé voir Edward Howel, afin qu’il détermine leur puissance et s’ils comptaient réellement traiter sans fourberie." (Kahei)
"Une grosse déception de ce côté. Tous ces mois de tractations pour rien…" (Kage)
"On ne peut gagner à tous les coups." (Kahei)
"Et oui…" (Kage)
"Que comptez-vous faire pour cet homme ?" (Kahei)
"Envoyer une mission. Il faut savoir si nos hommes sont morts ou ont désertés. Et si ce type est une menace, il faut l’éliminer. Qui est disponible ?" (Kage)
"Je regarde ça… Hmmm… Pas grand monde j’en ai peur. Le plus rapide serait sans doute de la proposer comme mission libre. En mettant un grade un peu haut on découragera les genins trop enthousiastes, mais on aura l’occasion ainsi de tester la valeur de quelques ninjas de niveau moyen." (Kahei)
"Nous risquons de perdre du monde." (Kage)
"Je ne pense pas. Ce type se bat contre des civils, mais fait tout pour que les trois villages le sous-estime. Sinon, il n’aurait pas fait disparaître les cadavres. Si beaucoup de gens partent à ses trousses, il les évitera. Mais on aura sans doute des infos en attaquant ceux qui le suivent." (Kahei)
" « Fait disparaître les cadavres ». Vous pensez donc vous aussi que la désertion est peu plausible ?" (Kage)
"Honnêtement, oui. Mais mon travail consiste à envisager toute les possibilités." (Kahei)
"C’est un sale travail." (Kage)
"Plus que vous ne le croyez, Ryoshima, plus que vous ne le croyez… Et maintenant, avec votre permission…" (Kahei)
"Allez-y Kahei. Et bonne journée." (Kage)

Je me dépêchais de filer avant que mon supérieur ne sorte. Je partis ensuite chez moi, et me reposais un moment. Enfin tranquille, enfin posé. Un verre de cocktail à ma droite, un livre à ma gauche, et un oreiller confortable prêt à m’accueillir, que demander de plus ?
Une compagnie féminine ou une mission qui aurait mieux réussie, peut-être. Mais j’avais fait tout mon possible. Je sombrais donc dans un sommeil réparateur entre deux lignes de mon roman.

Le réveil fut rude. Je m’étais rappelé pendant mon rêve que j’avais rendez-vous avec Ketsu au Carriome à 19 heures ! Heureusement, j’avais le temps d’y aller tranquillement, je n’aurais pas aimé me presser, et encore moins être en retard. Sur le chemin, j’essayais de me rappeler les bribes de mon voyage onirique. J’étais sur d’une chose, un chevalier hurlait « Vous ne me prendrez jamais vivant » pendant que je nageais dans une cascade en remontant à la verticale comme un saumon. D’ailleurs, j’avais des écailles et une nageoire à la place des jambes. Je me jurais de ne jamais parler de ce rêve à un psychanalyste, et je pris la direction du bar ou je devais retrouver Ketsu. La nuit tombeait, et les échoppes s’illuminaient de lampions et de petites lanternes, ou de bougies odorantes. Je me déplaçais dans les vapeurs d’encens, de citronnelle et de carryme. L’odeur du foyer. Le sourire aux lèvres, j’arrivais dans la rue centrale ou des petites lueurs brillaient de tout côté, rendant l’endroit féériques.

Vraiment, j’adorais Gensou. Pas comme Chikara ou la nuit, tout est sombre. Ou Mahou et leur foutu quartier rouge tellement vulgaire. Ils ne peuvent pas faire ça discrètement merde ? Aucune fierté ces types. C’est vrai quoi. Chikara, c’était des gros bourrins, obéissants au doigt et à l’œil. Et au couvre-feu aussi. Ou était l’intelligence là dedans ? Et Mahou, Ils vivent au milieu d’une forêt et décident que l’élément le plus intéressant à manipuler c’est le feu. Bravo champions ! Et en plus, ils s’obstinent à construire les monuments et bâtiments en pierre et en bois précieux, au lieu d’utiliser l’argent pour développer la ville. Bravo champions !

J’appréciais donc la balade, au milieu des loupiottes lançant des ombres aux formes curieuses au gré du mouvement des passants, et pensant en toute objectivité à quel point c’était bien d’être Gensouard. Je vis alors un panneau d’information, comme celui devant le Kage. J’y jetais un œil distrait, puis m’arrêtais pour le scruter un instant.


Tableau des missions a écrit:
Mission d’investigation-élimination
~Rang B~

Objectif :Enquêter sur un homme se faisant appelé « l’Agitateur » ayant été aperçu aux abords de Mahou et causant du grabuge et sur son entourage. S’il a effectivement tué les chunnins Oshiro Chirakakku et Kazei Tachiro, l’éliminer.

Catégorie: Investigation (recherche d’information) et Elimination (seulement s’il a causé du tort à Gensou).
Rang: B (recommandé aux chunnins confirmés et aux jounins).
Zone: Environ à 120km au nord de Mahou.
Paiement: 20000 ryos (frais et nourriture compris).


Seulement s’il a causé du tort à Gensou hein ? Sinon, qu’il continue à pourrir la vie de Mahou. C’était plutôt de bons ordres. J’arrivais finalement au Carriome, prêt à faire la fête, et oublier mon identité pendant quelques heures !
avatar
ANBU Gensou
Forces Spéciales
Forces Spéciales

Messages : 2
Date d'inscription : 29/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Nozomi le 18/5/2010, 21:15

Ce fut les larmes aux yeux que Nozomi reçut son bandeau. Elle l’avait tellement désirée, elle voyait son rêve se réaliser, cela lui semblait être le plus beau jour de sa vie. C’était la première vraie chose qu’elle accomplissait dans sa vie et sûrement pas la dernière.


Son nouveau statut de Genin eut pour Nozomi l’effet d’un électrochoc. Pendant que son ancien formateur faisait un discours des plus ennuyeux sur le potentiel de sa promotion, elle prit plein de bonnes décisions. Rien que le fait de pouvoir enfin dire « ancien » formateur lui donnait le sourire aux lèvres. Ce n’était pas la première fois qu’elle formulait de telles décisions, mais cette fois elle se servirait de son bandeau, tel un rappel des choses qu’elle voulait accomplir pour ne plus se laisser dominer par ses envies et pulsions. Ces décisions étaient :

- s’entraîner tous les jours (pas de durée déterminée, bon plus de 5 minutes, évidemment)

- effectuer beaucoup de missions pour pouvoir s’améliorer (et ainsi gagner de l’argent, il fallait qu‘elle se refasse une garde robe qui serait en harmonie avec son nouveau statut)

- et le plus important de tout : ne plus sortir avec un garçon, ne même plus regarder un garçon ou penser à lui autrement que comme un ami potentiel. Petit problème actuel : Nozomi sortait avec un garçon des plus gentils depuis 2 semaines. Mais elle était décidée à rompre avec lui à la fin de ce discours des plus mortels. D’ailleurs ce discours était peut-être une nouvelle manière de tester la résistance des tous nouveaux diplômés?


De toute façon, quel que soit le sujet du discours, quand il dépassait les 5 minutes, Nozomi n’arrivait plus à suivre et finissait par se perdre dans les méandres de son imagination qui était, il faut bien l’avoué plutôt vaste.


Ce discours finit par prendre fin à son plus grand plaisir mais aussi à son plus grand stress car elle ne devait pas flancher. Même si elle ne sortait avec lui que depuis 2 semaines, elle s’était attachée. Elle se fit violence et s’avança d’un pas décidé vers lui. Il l’attendait près de l’estrade avec un grand sourire. C’était ce sourire qu’il lui avait fait chavirer le cœur la première fois qu’ils s’étaient vu. Nozomi connaissait que trop bien ses propres faiblesses, elle risquait de craquer facilement donc elle n’allait pas faire dans la dentelle. Se retrouvant face à face, il essaya de l’embrasser mais elle l’évita à son plus grand étonnement car c‘était bien la première fois qu‘elle lui mettait un vent. Elle le regarda droit dans les yeux et lui dit d’un ton décidé « c’est fini, ça n'a aucun rapport avec toi mais on reste amis » puis lui sourit.


Il n’eut même pas le temps de prononcer un seul mot qu’elle se dirigeait déjà vers sa famille. Essayant d’oublier que le garçon qu’elle venait de quitter aurait put être l’homme de sa vie… Ah elle ne devait plus penser à de telles choses! Elle consacrerait son temps à s’améliorer et plus à ne pensait qu’à des garçons qui finissaient par lui briser le cœur. Elle rejoignit sa famille et fâce à leurs grands sourires, elle oublia la tristesse qui commencé à l’envahir. Elle se concentra sur l’instant présent et sur ceux qui se trouvaient en fâce d’elle. Sa grand-mère la serra dans ses bras, sa mère avait par contre plus de réticence à l’idée de voir sa fille ninja mais elle avait finit par se faire à l’idée.


Le soir même, ses meilleures amies non ninja voulurent fêter sa réussite et lui laissèrent le choix de l’endroit. Ne voulant prendre aucuns risques et ainsi ne rencontrer aucun garçon elle décida d’opter pour un bar qui proposait une soirée exclusivement filles. Elle ne s’était pas vraiment renseignée sur le thème de la soirée mais c’était interdit aux hommes, ce qui était exactement ce dont elle avait besoin.


Ce bar se situé dans la périphérie de Gensou et c’était la première fois que les filles y allaient, un nouvel endroit pour le début d’une nouvelle vie. En plus, l’idée « exclusivement fille » lui semblait être le meilleur moyen de commencer tout cela. Nozomi décida qu’étant la seule ninja du groupe, ce serait à elle de les y conduire, ce qui donna plus d'une heure de marche supplémentaire, dut aux « raccourcis » de Nozomi. Ses amies remirent en doute sont nouveau statut tout en rigolant, car un ninja sans le sens de l’orientation n’était pas très utile. Mais elle ne prêta pas attention aux railleries de ses amies car elle était maintenant Genin, quoi que ses amies puissent dire, à son plus grand bonheur.


Après plus d’un détour elles finirent par se retrouver devant une femme très musclée qui se tenait devant une porte, on aurait presque put douter qu’elle était une femme ou peut-être ne l’avait elle pas toujours était. Cette idée l’amusa mais en même temps elle se jura de ne jamais forcer sur la muscu pour ne pas devenir ainsi. Le culturisme n’étant pas trop le truc de Nozomi, elle c’était plutôt le style Kawai. Cette femme se tenait devant une porte d’un noir de jais qui ne laissait entrevoir aucune lumière ni aucun son. Peut-être qu’elle s’était encore trompée et ne se trouvait pas au bon endroit. Les soirées spécial filles étaient en général très bruyantes. La femme les regarda d’un de ces regard qui vous donne l’impression que la personne en question peut tout voir, à en vous donnez des frissons dans le dos. Ses lèvres commencèrent à s’entrouvrir et un seul mot en sortit « entrez », ce n’était pas vraiment la voix à laquelle elle s’attendait. Ca cassait un peu le mythe de la peur, cette petite voie fluide presque cristalline.


Elles avancèrent dans un long couloir assez sombre et débouchèrent enfin dans une pièce très lumineuse et très bruyante. Nozomi dut plisser les yeux pour pouvoir s’habituer à autant de luminosité. La pièce était remplie de femmes de tout âge, la plus âgée semblait plus vieille que sa propre grand-mère. C’était une grande pièce très colorée, un bar très imposant en chêne massif occupé une grande partie de la pièce, des tables était disposées un peu partout mais la plupart étaient déjà prises. Lorsque le groupe d’amies virent une table libre, elles y sautèrent littéralement dessus.


Lorsqu’elles s’assirent, une charmante serveuse vint prendre leurs commandes. Toutes commandèrent des boissons alcoolisés car aucune carte d’identité ne leurs avaient été demandé, à leur plus grand plaisir. Cette soirée allait sûrement être inoubliable. Elles furent rapidement servit malgré le nombre assez impressionnant de femmes. Tout semblait bien organisé, mais une pensée lui traversa l’esprit : « Qu’est-ce qui pouvait donner à autant de femmes envie de venir dans une soirée spéciale filles? » A part elle, elle ne pensait pas que toutes les personnes ici présentes avaient fait le vœu d’abstinence. En général, quand on sort dans un bar, c’est pour faire des rencontres, enfin bon fallait pas qu’elle prenne ses propres habitudes comme généralités.


Alors qu’elle venait de recommander une deuxième tournée de verres, une jeune femme monta sur le bar, habillée assez légèrement et très belle. Elle ne semblait pourtant pas en état d’ébriété alors pourquoi venait elle de monter sur le bar? Des murmures commencèrent à s’élever dans l’assemblée. Nozomi ne comprenait pas grand-chose dans tout ce chaos, seul certains mots tel que « enfin » ou « ça commence »…


La jeune femme sur le bar siffla un bout coup pour calmer tout ce chahut qui rappelait étrangement un élevage de poules tellement que ça caquetait dans tous les sens. Tout le monde se tut comme si elle allait annoncer quelque chose des plus essentiels. Elle se mit donc à parler dès que le calme total fut :


_ Mesdames et mesdemoiselles j’ai l’insigne honneur de pouvoir annoncer l'ouverture de la soirée spécial filles!!! Bon, je ne me lancerais pas dans des blablas inutiles car je sais ce que vous voulez toutes, et c’est du bel homme!!! Des cris dans l’assemblée se firent entendre tel en approbation aux paroles qu’elle venait de prononcer.


La jeune femme descendit du bar pour être remplacée par 7 hommes des plus musclés. Ils portaient tous des tenues très, mais alors très moulantes. Lorsqu’ils furent tous installés aux quatre coins du bar, la musique commença et ce fut tout en même temps qu’ils se retournèrent pour faire face à cet assemblée de femmes, tout en dansant. UNE SOIREE CHIPUNDEL!!! Elle n’arrivait pas y croire, comment n’avait elle pas fait pour comprendre! A la vue de tous ses hommes, ses propres amies se mirent à crier et se levèrent pour aller les voir de plus près. Même ses amies n’avaient aucun scrupule à la lâcher, elles connaissaient pourtant ses faiblesses. D’ailleurs elles ne l’avaient pas cru lorsqu’elle leur avait annoncé ses nouvelles décisions, prétextant que ce n’était pas la première fois qu’elle les prenait et qu’elle ne mettrait pas longtemps à craquer. Mais bon, elles ne faisaient rien pour l’aider. Elle se sentait totalement abandonnée par ses propres amies.


Elle décida de prendre cette soirée comme un test et ainsi en y résistant elle pourrait prouver à ses amies qu’elle était bien décidée à changer! Elle se retrouva l’une des dernières à rester assise à sa table, toutes les femmes préféraient aller se rapprocher un maximum de ces hommes. Même une veille dame d’un âge très avancé se trémoussait comme une simple gamine devant un jouet. Voulant oublier tous ses hommes, elle commanda des boissons mais ce n’était pas forcément la bonne solution. Rapidement, elle vit les murs se mettre à tourner. Elle mit bien 15min à comprendre que c’était les effets de l’alcool, son cerveau était au ralenti. Elle ne savait pas si elle devait mettre ça sur le compte de l’alcool mais elle avait vraiment l’impression que l’un des chipundels la regardait elle en particulier. En plus il était exactement son type de garçon. Elle essaya de se convaincre que c’était son imagination mais elle ne pouvait le quitter des yeux.



Alors qu’elle somnolait sur sa chaise depuis bien trente minutes et que la soirée était déjà bien avancée, elle se leva d’un bon. L’énergie semblait lui être revenu tel une nouvelle détermination, mais à quoi? Elle se dirigea droit vers le bar d’un pas décidé, regardant ce beau jeune homme qui, elle en était sûre maintenant, ne la quittait pas des yeux. Au début elle resta face au bar comme si elle avait bugée, le dévisageant de la plus impolie des façons. Puis dans un élan de folie elle monta sur le bar avec assez de difficulté puisque plus d’une fois elle prit appuis sur des personnes qu’elle ne connaissait absolument pas et qui la dévisagait, soit d’un air amusé, soit d’un air agacé, certains les deux à la fois.


Après beaucoup d’efforts, elle finit par arriver sur le bar et ce fut avec aussi beaucoup de difficultés qu’elle se redressa. Il lui semblait que la pièce s’était mis à tourner. Ce fut une idée des plus folle qui traversa son esprit embrumé par l’alcool : et si ce n’était pas l’alcool mais un genjutsu, peut-être que ces chipundels étaient en fait des ninjas qui avait eut vent de sa nouvelle décision et voulaient la faire flancher. Bon tout ça était bien farfelu mais Nozomi avait l’alcool mauvais et avait tendance à devenir une vraie hystérique. Tout en titubant, elle s’avança vers celui qu’elle voyait comme son ennemi, celui qui ne l’avait, d’après elle, pas quitté des yeux. Arrivé à son niveau après avoir contourné deux beaux jeunes hommes, elle trébucha sans aucune raison, vue qu’aucun obstacle ne se dressait devant elle. Il la rattrapa avec un grand sourire.

_ Est-ce que ça va mademoiselle?

_ Ne te fout pas de moi! Dit elle en se redressant en essayant de rassembler le reste de fierté qu’elle avait. Je sais que c’est toi qui m’as fait tomber! J’ai vu que tu ne me quittais pas des yeux!! Ce n’est pas parce que tu es beau que je n’aie pas compris ce que tu voulais faire. Je ne flancherais pas même devant un beau gosse comme toi.

_ Tu me trouves beau à ce point? Dit-il, flatté par tous ces compliments maladroits, un petit sourire au coin des lèvres, presque amusé.

_ Je suis une Genin et ma vie ne sera consacrée qu’à cela. Et je n’ai pas à me justifier devant toi!! Elle commençait à se mettre a crier.


_ Oh une ninja, tu n’en as pas vraiment l’aspect…


Tout le monde regardait leur échange, Nozomi ne semblait pas s’être rendu compte, qu’à part la musique, il n’y avait plus aucun bruit. Même les chipundels avaient arrêté de danser.


_ Quoi, tu m’insultes maintenant? Tu veux te battre? Elle s’avança un peu plus en titubant. Je sais me battre, fais gaffe à ta belle gueule! Elle leva les poings avec un regard de menace.

_ Je ne me bats pas contre les filles, d’autant plus quand elles sont très mignonnes. Il lui fit un clin d’œil et un grand sourire, il devait sûrement avoir peur de la petite furie et voulait calmer le jeu.


Ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Elle s’élança dans une tentative d’attaque mais il l’évita juste en pivotant et elle s’étala sur le bar. Se relevant tant bien que mal, elle lui fit de nouveau face. La colère se voyait même dans ses yeux, elle était devenue incontrôlable et même ses amies ne pourraient l’arrêter...c’est d’ailleurs pour cela qu’elles n’intervenaient pas.



_ Je ne me laisserais pas battre aussi facilement! Je n’ai pas eu ce bandeau pour rien. Elle le tendit pour approuver ses propres paroles.

_ Je ne remets pas ton statut de ninja en question, je pense juste que tu as trop bu. Je ne me battrais pas contre toi. Il leva les mains.

_ Tu crois pouvoir me battre sans tes mains!?! Tu me connais mal!


Elle s’élança à nouveau sur lui mais cette fois il ne l’évita pas elle se heurta de plein fouet contre son torse musclé. Il l’enveloppa de ses bras.


_ Calme toi, tu risques de te faire mal.

_ Lâche moi!! Hurla-t-elle.


Il la serra plus fort


_ Pas tant que tu ne te seras pas calmé!


Elle se débâtit du mieux qu’elle put mais ces muscles ce n’était pas juste de la déco, il avait forcé sur la gonflette lui. Tout en se gesticulant dans tous les sens, elle sentit son parfum, qui était des plus enivrants, un mélange de jasmin, de lilas et d’autre chose. Elle criait et se débattait comme une folle. N’arrivant toujours pas à se sortir de cette étreinte forcée, elle abandonna. Tout le monde les regardaient et sûrement l’enviait mais elle n’en avait pas conscience en cet instant, pour elle tout cela n’était qu’une ruse de son ennemi. Il y a à peine un jour elle aurait tué pour être prise dans les bras d’un si bel homme, là elle réfléchissait à un moyen de le mettre KO le plus rapidement possible. Prenant tout geste de gentillesse pour une attaque, elle déformait tout ce qu’il pouvait dire ou faire.

Ressentant qu’elle avait arrêté de se débattre, il relâcha son étreinte ce qui fut une grosse erreur. Elle prit un pas de recul pour pouvoir mieux préparer son attaque. Elle le regarda avec un vrai regard de furie, si ses yeux avait pu tuer, il serait mort sur le coup. Sa respiration était haletante et des tremblements secouaient ses mains. Elle approcha ses mains l'une contre l'autre au niveau de sa poitrine et des flux d'énergie, qui ressemblaient à de l'éléctricité, tentaient de se rejoindre pour former une boule d'énergie, avec une lueur au milieu. Elle semblait totalement incontrôlable mais personne n’envisageait que ce qui se passait pouvait se révéler dangereux. Les spasmes devinrent de plus en plus violent au fur et à mesure que la lumière au centre de la boule d'énergie grandissait. La colère l’empêchait de réaliser le danger de ce qu’elle faisait. La puissance de cette technique était bien trop forte et Nozomi bien trop faible pour pouvoir donner quelque chose de bon. La lumière devint une vrai brûlure pour Nozomi, ne sachant pas vraiment ce qu’elle faisait elle voulut arrêter mais au moment d’ouvrir les mains ce fut une réelle implosion qui ce produisit. Tout vola en éclat. Nozomi et tous les chipundels volèrent littéralement pour aller s’écraser contre les différents murs de la pièce.


Après avoir heurté violemment le mur, ce qui lui coupa au passage la respiration, Nozomi s’écroula de tout son poids sur le sol dur et froid. Elle essaya de regarder autour d’elle pour voir ce qui s’était passé. Sous le choc elle ne se souvenait plus de grand-chose. Elle avait perdu sûrement conscience un certain temps car le silence avait été rompu, de nombreuses personne semblaient s’affairer un peu partout dans la pièce. Elle n’arrivait pas à réunir ses esprits pour comprendre ce qui se passé. Elle se sentait tellement épuisée, comme vidée de toute son énergie.

_ Est-ce que ça va mademoiselle? Elle reprend conscience!


Elle avait l’impression que des étoiles dansaient devant ses yeux et un bruit sourd résonnait dans ses oreilles. Repoussant toute les mains qui voulait la soutenir elle tenta par elle-même de se relever, pour sauver le semblant de fierté qui pouvait lui rester. A peine a mi hauteur elle retomba lourdement sur ses fesses. Elle avait les jambons en coton. Un homme arriva et la prit dans ses bras malgré ses prostrations pour l’asseoir sur une des dernières chaises qui tenait encore debout. Les étoiles commencèrent a disparaître et pu constater avec honte que c’était le chipundel qu’elle avait agressé.

Il lui tendit un verre d’eau et elle se rendit compte qu’elle mourrait de soif. Après l’avoir descendu d’une traite comme elle l’avait fait précédemment avec les boissons alcoolisées elle se mit à parler, avec une voix roque qui lui était étrangère, s’étonnant elle-même. Elle leva la tête vers celui qu’elle considérait comme son plus bel ennemi.


_ Je m’avoue vaincu, tu n’as d’égal à ta force que ta beauté. Un bon ninja doit savoir aussi s’avouer vaincu. Tu es un de mes plus grands ennemis maintenant, sache que c’est un grand honneur. Elle se remit à tanguer et il l’a soutenu.

_ Ça veut dire que l’on fait la paix?

_ Pour l’instant oui, je ne suis pas en état de poursuivre notre combat, tu es encore trop fort pour moi, mais un jour je te battrai.


Il rigola et lui fit un grand sourire. Elle finit par regarder autour d’elle et constata avec effrois les dégâts occasionnés. Elle allait devoir rembourser. Ses parent pourraient sûrement lui avancer l’argent mais après une telle bêtise… Elle entendait déjà sa mère « ma fille, comment as-tu porté une telle honte à notre famille?!!! Maintenant tu es Genin, c’est contre ma volonté alors je te prierais d’assumer tes responsabilités. Tu rembourseras tous les dégâts que tu as causé jusqu’au dernier centime… ». Il va donc falloir qu’elle abandonne l’idée de renouvellement de garde robe pour assumer ses bêtises.


Ses amies la ramenèrent chez elle après s‘être excusé une bonne centaine de fois pour la gêne occasionnée par Nozomi. Le chemin du retour fut des plus chaotique mais elles finirent par arrivé à retrouver le chemin du retour. D’ailleurs elles mirent près de trente minutes de moins qu’à l’aller alors qu’elles se traînaient un vrai boulet. Elles la déposèrent sur son lit, heureusement qu’elle avait ses propres clé et qu’elles ne firent pas trop de bruit car si les parents de Nozomi avaient vu l’état dans lequel elle rentrait, elle pouvait être sur de ne plus la voir pendant des semaines.

Ce fut la lumière du soleil qui eut raison de sa nuit, enfin plutôt de sa journée vu l’heure qu’elle vit au réveil : 14h. Un mal de crâne lui donnant l’impression qu’on martelait son cerveau avec un objet dur et bruyant fut la première chose qui lui sauta à l’esprit. Ne sachant plus comment elle était rentrée ni ce qui c’était passé, elle essaya de rassembler ses esprits pour reconstituer sa soirée. Elle se souvint de la remise des bandeaux, ses bonnes décisions, puis la soirée entre filles… Là, ça commençait à devenir dur de se souvenir. Elle constata avec étonnement qu’elle était toujours habillée sous sa couette et elle sentait fortement l’alcool. Des images de la soirée commencèrent à lui revenir. Au bout de 10min elle avait enfin compris ce qui s’était passé et sentit le rouge lui monter aux joues, elle s’était ridiculisée devant tant de monde.

Essayant de se rassurer, elle décida d’aller prendre une bonne douche, ça lui permettrait peut-être de mieux comprendre cette soirée. En autant ses vêtements imbibés d’alcool, un papier tomba de sa poche, en le lisant elle n’en cru pas ses yeux.

|Pour la plus belle des ninjas, si tu veux qu’on se revoie pas problème, je m’appelle Seishin, je travail au bar comme serveur, en plus de chipundel.
Bisous, ton plus bel ennemi

C’était le chipundel qu’elle avait agressé. Il ne semblait pas lui en tenir rigueur vu le mot. Elle n’arrivait pas à croire qu’un mec comme lui s’intéressait à elle, tout ça parce qu’elle avait voulut ne pas craquer. En temps normal, elle n’aurait pas eut une telle chance. Bon en temps normal elle ne ce serait pas comporté comme ça en soirée. Elle regarda le mot avec tristesse puis le déchira. Elle ne voulait pas craquer mais là elle était déjà presque prête à faire une entorse à son nouveau régime sans mecs. Elle était bien décidée à ne pas craqué quelque soit les beau gosses que le destin lui mettrait sur la route! C'était une ninja avant tout...et fallait bien commencer à s'y mettre un jour!
avatar
Nozomi
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 11
Date d'inscription : 22/01/2010
Age : 28
Localisation : Sud de la France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Kaa le 18/5/2010, 22:16

En se réveillant ce matin, Kaa n’avait qu’une idée en tête. “Maîtriser son chakra”. Depuis que Shinouin avait critiqué sa maîtrise du chakra, il en faisait une obsession. Il se leva donc à l’aube, et partit, à jeun, sur les hauteurs surplombant Gensou. La brume peinait à se dissiper sous les premiers rayons blafards du soleil qui pointait timidement son nez. Il trouva un arbre isolé, et s’y adossa, face au marécage, prêt à travailler son chakra.

Il commença par ne rien faire. Ou plutôt, par se concentrer sur son bas-ventre. L’endroit d’où provenait son chakra. Il se concentra ainsi pendant de longues minutes, en essayant juste de “sentir” le chakra émaner de cet endroit.
Satisfait de sa concentration, Kaa se mit donc à le malaxer, petit à petit, en y ajoutant un peu plus à chaque minute qui passait. Puis, ayant malaxé une quantité suffisamment importante, il se mit à le faire circuler dans son corps.

Après plus d’une heure de malaxage et de circulation intensive, Kaa n’était toujours pas satisfait. Quelque chose clochait. Il ne s’en était jamais vraiment rendu compte auparavant, mais il y avait un problème. Il maîtrisait son chakra, le malaxage était bon, l’équilibre aussi. De plus, il circulait partout sans aucune gêne. Et pourtant, Kaa sentait au fond de lui que quelque chose n’allait pas. C’était infime, presque imperceptible, mais tout de même là. Comme l’impression que son chakra était un corps étranger. Comme un vêtement taillé à la perfection ne fera jamais parti de son corps, son chakra n’était qu’un objet. Proche et familier, certes, mais il ne l’avait pas intégré. Il ne l’avait pas parfaitement ressenti le traverser.
Il s’attela donc à la tâche de “sentir” le chakra, et non pas de le “maîtriser”. Il commença par le rendre plus fluide et maniable que jamais, en accentuant son malaxage, afin d’avoir le chakra le plus parfait possible. Ceci lui prit de longues heures avant d'atteindre la texture voulue. Mais il y parvint. Il avait “entre les mains” le chakra auquel il aspirait. Sans défaut, sans aspérité, plus fluide que de l’eau, plus étirable que le caoutchouc, plus parfait que Dieu. Ou presque. Kaa était donc satisfait. Il n’obtiendrait pas mieux à son stade.
Il se mit donc à faire circuler le chakra dans, mais aussi autour de tout son corps.

Ses cheveux volaient aux vents et le soleil était au zénith. Un écureuil, habitant de l’arbre, descendit observer Kaa. Ne le voyant pas bouger, l’écureuil descendit sur sa tête et se mit à grignoter une noisette. Le cri d’un aigle dans le ciel le fit déguerpir au bout de quelques instants.

Le chakra circulait. Il sentait chaque poil chaque souffle de vent sur sa peau. Il sentait chaque palpitation de son coeur, chaque mouvement du sang qui circulait dans ses veines. Il se força encore, à ressentir plus en profondeur. Il descendit au fond de lui jusqu’à pouvoir caresser chaque cellule indépendamment. Brusquement une idée lui vient en tête. Il avait exploré toutes les parcelles de son corps, tant externe que interne. Toutes, sauf son cerveau. Le siège de l’âme. Il n’avait pas encore osé s’y aventurer. Il réfléchit de longues minutes, puis, sentant que c’était le moment, il fit circuler son chakra à l’intérieur de sa boite crânienne. Il tourna autour de son cerveau, caressant chaque circonvolution de son chakra. Puis il l’y engagea.
Ce fut à ce moment que Kaa comprit vraiment ce que voulait dire ressentir. Au moment même où il inséra du chakra dans son cerveau, en pénétrant au plus profond de ses chairs, qu’il ne fit plus qu’un avec le chakra. Il ne ressentait plus grâce au chakra désormais. Il était le chakra. Il venait de franchir l’infime barrière de la conscience, de l’appartenance à son corps, et de la libération de son esprit. Il était le chakra. C’était lui qui se promenait dans les circonvolutions de son cerveau. C’était lui qui dansait entre les poils de son avant bras. C’était lui qui discutait avec ses globules rouges. Kaa était empli d’une immense joie. Il avait compris les dires de Shinouin. Il ne maîtrisait aucunement son chakra avant. Où du moins le maîtrisait-il au sens commun du terme. Shinouin lui avait fait comprendre que le chakra n’était pas comme un shuriken ou un katana. Le chakra faisait partie intégrante du Shinobi. Kaa était son chakra. Comme il était son corps.
Il s’amusa alors pendant de longues heures à se promener sur lui même. C’était étrange et jouissif à la fois. Un mélange de sentiment bizarre, qui mettait Kaa dans un état d’excitation tel qu’il n’en avait jamais connu.

Le soleil se couchait sur Gensou. La brume revenait lentement prendre possession des marais et des alentours du village. Le vol d’un corbeau complétait cet harmonieux tableau. L’écureuil, qui avait stocké ses provisions toute l’après-midi rentra dans son arbre, et partit se coucher, jetant un dernier regard étonné à la forme immobile au pied de son arbre.

Bah, il n’a pas bougé de la journée, il ne bougera probablement pas de la nuit. ( Écureuil )

L’excitation était passée maintenant, mais Kaa profitait toujours de cette nouvelle sensation. Il y était désormais plus ou moins habitué, et connaissait son corps mieux que jamais. Il retourna à nouveau dans son cerveau, afin de creuser chaque recoin de celui-ci. Il souleva chaque pli, chaque grain de poussière, se perdit maintes et maintes fois dans ce labyrinthe sinueux, cherchant “quelque chose”. De l’extérieur (pour un oeil capable de voir le chakra se perdre dans un cerveau), on aurait dit que Kaa vagabondait. Et c’était exactement ce qu’il faisait. Il fouillait son cerveau. Il y cherchait l'impalpable. L’immatériel. L’idée. Les rêves.
Au bout de plusieurs heures d’une fouille intense, Kaa n’avait toujours rien trouvé. Il ne s’attendait d’ailleurs pas à trouver quelque chose. Mais il cherchait tout de même, par plaisir.
Soudain, une lueur attira son oeil. Il était quelque part au milieu de son cerveau. Entre les deux hémisphères. Il ne l’avait jamais remarqué cette lumière. Mais elle l’attira. Comme un papillon qui viendrait se brûler les ailes sur une bougie, Kaa fut aspiré par cette lumière.
Il se retrouva dans l’autre hémisphère. Il l’avait pourtant déjà visité de nombreuses fois, mais il ne l’avait jamais vu sous cette forme. C’était comme un rêve irréel. Des phrases volaient de-ci de-là, le ciel était d’une couleur changeante, représentant parfois un tableau, parfois une image. Tout ce qu’il y voyait lui semblait à la fois familier et inconnu.

- Où suis-je ? se demanda Kaa
- Tu es dans ta tête. Tu es dans l’imagination. Tu viens me chercher.
- Qui es-tu ? Qui parle ?
- Je suis ton inconscient. Je suis toi. Je suis tes émotions, tes souvenirs, tes rêves et tes désirs, je suis ce que tu voudrais être, je suis ta création.
- J’ai l’impression d’être dans un rêve.
- Tu es dans ton hémisphère gauche. Dans l’inconscience, dans l’art et la beauté, dans la folie et les sentiments. Suis-moi. Je serais ton guide.

Kaa suivit donc cette voix.
L’imagination fut longue à traverser. Elle était immense et emplis de choses étranges et amusantes. Parfois effrayantes, parfois touchantes, elles paraissaient pourtant toutes réelles.
Puis ils pénétrèrent dans autre chose. Au premier abord, seule la texture et le goût de l’air furent modifiés. Mais peu à peu, il vit des souvenirs. Il se vit, petit enfant, son père le tenant dans ses bras, sa mère à coté. Il vit ainsi toute sa vie défilée. Tous les souvenirs qu’il en avait plutôt. Qu’il en ait conscience dans le réel ou non, tout était là, sous ses yeux.
Ensuite, il pénétra dans l’émotion. A ce moment même, Kaa fut pris de trouble, il suffoqua et dut s'arrêter pour essayer de respirer.

- Tu viens de percevoir une infime partie de tout ce que tu as ressenti durant ta courte vie.
- C’est le début de l'épreuve.
- Quelle ... Quelle épreuve ?


La voix ne répondit pas, et Kaa s’enfonça dans ses sensations. Chaque pas était de plus en plus pesant. Une foule d’émotion le transperçait de toute part, se bousculant dans sa tête. Elles voulaient toutes lui faire quelque chose de contradictoire. Il était transpercé de toute pars. Il tomba à genoux, essayant de résister, puis s’effondra au sol.

Lève-toi. Ou meurs. La voix résonna. Puissante. Impérieuse.

Kaa resta de longues minutes allongé sur le sol, à se battre contre toutes ses sensations. Puis, ayant eu une fraction de seconde de repos, il trouva la solution. Il arrêta de lutter, se laissant envahir. Le choc ne durant qu’une seconde, mais il devait le marquer à jamais. Il fut quelque peu sonné, mais, finalement, se releva. Il n’avait pas vaincu les émotions. Il avait fait mieux. Il les avait acceptés. Intégrés. C’était comme le chakra. Elles faisaient partis de lui désormais.

Continuons.

Kaa suivit la direction de la voix, marchant à la fois dans le désert, la forêt, le fond de mer et le haut du ciel. C’était pour le moins déroutant, mais fasse à ce qu’il venait de vivre, il n’y faisait pas particulièrement attention.
Soudainement, l’air se densifia, près à exploser. Et c’est ce qu’il fit. L’air explosa, des rires résonnèrent de toutes pars dans la tête de Kaa. Il devenait fou, s’entendant parler à une centaine d’endroit différent, voyant l’invisible et oubliant le “réel”.

La folie. Je suis dans la folie.

À nouveau Kaa essaya de lutter. Mais c’était impossible. La folie était la plus forte. Alors il se laissa envahir. Tout ce déroula parfaitement. Jusqu’à ce que la folie rencontre les émotions précédemment intégrer.
Ce fut pire que tout. D’extérieur, Kaa était impassible. Mais à l’intérieur, il s’y livrait une lutte sans merci. La Raison guidait la majorité des émotions contre la Folie. Mais celle-ci était forte et avait réussi à rallier quelques émotions parmi les plus puissantes. Le combat aurait été sans fin, si une émotion ne s’était pas distinguée. C’était l’innocence, accompagné de l’envie saine. Elles étaient sous les ordres de la Raison, mais s’approchant avec de grands yeux ébahis et aimables, elles surprirent la folie. Elle fut adoucie par ces deux sentiments si charmeur. Elle les prit donc sous son aile et se calma. La folie était en partie vaincue. Mais celle-ci devait se déchaîner quelque fois encore. Mais c’est une autre histoire.
Kaa retrouva donc une paix relative à l’intérieur, et put donc continuer sa marche.
Il arriva à la fin. Au pays des rêves. Tout ce qui l’avait traversé précédemment y était. L’imagination, les souvenirs, les émotions. Tout était là.
Alors, la voix se matérialisa.

Bonjour Kaa. Je suis toi. Tu le sais. À nous deux nous formons l’âme. A ces mots, son double tendit la main et effleura la main de Kaa. Une forme informe et trouble se “matérialisa”. Kaa n’avait jamais rien vu de tel. C’était la beauté à l’état pur. Son double reprit.
Ceci est notre âme. Nous pourrons là toucher un jour. Mais pour cela, nous devons nous unir. Or, tu n’es pas encore capable de cet exploit. Et moi non plus. Il va donc falloir travailler ardemment. Reviens me voir de temps en temps.
Puis tout disparut, et Kaa ouvrit les yeux. Il était de retour. Dans le réel. Par pur réflexe, il se toucha le crâne. Il n’avait pas rêvé. Il le savait.
Il regarda autour de lui. L’aube pointait son nez. Kaa était affamé et épuisé. Il s’effondra sur le sol. Inconscient.

Kaa
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 55
Date d'inscription : 21/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 13 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum