Gensou, village caché de la cascade [RP]

Page 3 sur 14 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 8 ... 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Ryosuke le 1/5/2008, 17:06

[Rien à voir avec l'exam ^^... z'êtes pas obligés de lire]

-Ryo?
-Oui?
-Oui?
-Navré, pas vous Mr le kage, l'autre. Veuillez me suivre s'il vous plait.
-Bon, eh bien considérons notre entrevue terminée. Vous pouvez disposer.
-Très bien...

Sauvé! J'étais actuellement dans le bureau du Kage, qui m'avait demandé un compte rendu des résultats de la première épreuve. Bon, le chunin m'avait appelé " l'autre ", mais si on considère que c'était un kage en face de moi et que j'avais pas envie de me retrouver coincé avec ce vampire, ça passait relativement bien dans mon orgueil. Nous sortions donc du bureau pour nous retrouver dans un grand couloir bien peuplé.

-Hum... c'est pour?
-Une personne cherche désespérément à vous voir. On avait beau lui dire que vous étiez avec le Kage, elle n'a rien voulu entendre et s'est mise à piquer une crise. Sacré caractère d'ailleurs, elle nous a fait un beau caprice en hurlant comme un furie...

Boum... mon coeur oublia quelques battements sous le choc, et je ralentis fortement ma marche. Des Soma qui m'avaient retrouvé? Non, ils ne pouvaient pas être au courant si rapidement que je me sois moi même exilé... calme, calme Ryo.

-Euh... je suis censé connaître cette personne?
-Ces personnes en fait. Il y en a trois, deux hommes et une femme... toutes trois ninjas. Deux de gensou, et une de mahou.

J'aimais pas ça du tout... une de mahou. Ca voudrait dire qu'ils avaient carrément envoyé quelqu'un pour moi? Si vite? Pas possible, je n'étais vraiment pas quelqu'un d'important, plutôt un insecte... trois personnes pour un insecte, ça faisait plutôt beaucoup.
Je songeais sérieusement à filer en douce, d'ailleurs trouver un prétexte quelconque ne poserait pas vraiment de problème, genre "j'ai oublié quelque chose, attendez je reviens". Après ça, il m'aurait suffit de m'éclipser discrètement en passant par ailleurs. Pourtant, j'avais beau y penser, je me laissais docilement conduire. Par curiosité? Non, autre chose. Nous arrivâmes à l'accueil trop rapidement à mon gout. Cependant, pas de Soma de mahou dans le groupe de trois personnes qui attendait patiemment. Du moins pour les deux hommes... la femme, elle, affichait une mine résignée, avec quelques restes de colère.

Premier constat, je ne savais pas qui ils étaient. Eux par contre, ils se levèrent à mon approche et vinrent directement dans ma direction: ils savaient qui j'étais. Un des types pris aussitôt la parole.

-Bonjour. Nous avons quelques questions à vous poser, Ryosuke Soma, si vous voulez bien nous suivre. Ce ne sera pas très long.
-Eh bien... à quel propos?
-Vous verrez bien... mais nous pouvons pas traiter de ça en public.
-Pourquoi pas ici?

J'aimais pas vraiment ça... j'avoue que ces derniers temps j'étais plutôt parano, mais ça pouvait quand même sentir le trou à problèmes ces personnes. Bon, ils ont rien à voir avec les Soma... j'ai fait quoi qui puisse m'attirer des problèmes ici? Normalement rien. Le deuxième homme intervint à son tour, d'un air catégorique.

-Nous cherchons une personne, et vous pourriez peut être nous aider.

Bon, ok. Vu le ton qu'il avait adopté, un refus serait très mal perçu. Mon regard se posa brièvement sur le grand sabre de la femme qui devait taper dans le mètre cinquante, vraiment pas commode. Ses paroles non plus.

-Bon, alors tu te ramènes oui? On a pas toute la journée nous!

Bon, qu'est ce qui m'attend encore... arf. Bon, si ça devient bizarre je me tire aussitôt, sans soucis.

-Très bien... puisque je n'ai pas le choix.

Nous sortîmes du bâtiment et traversâmes le village jusqu'à une des nombreuses fontaines du coin. Endroit relativement peuplé avec un bar à terrasse, des mioches qui jouaient en courant dans tous les sens et de simples passants, ce qui me mit en confiance. On exécute pas les gens en public... 'fin techniquement, si on peut. Mais ça apporte des problèmes... sauf si on a une autorisation particulière.

-Je pense que nous serons tranquille pour discuter ici... Kita?
-Personne, c'est bon.
(Ryo) Je peux savoir ce que vous me voulez alors? Qui c'est que vous cherchez?
-Ta gueule, c'est nous qui posons les questions!
-Toi tu te tais, sinon on va encore avoir des emmerdes comme la dernière fois!
-Bah c'est bon, s'pas de ma faute si l'autre débile s'est mit à paniquer...

Vraiment sympa cette fille... un mélange de bonté et de douceur complètement dénué d'agressivité. Et ses deux copains qui la tiennent en laisse...

(Ryo) Mouais, si vous voulez... donc?
-Veuillez nous excusez, mais nous préférons que les autorités ne se melent pas de nos problèmes. Je me présente, Kita Maboroshi. Bien que vous ne soyez pas d'ici, vous avez certainement entendu ce nom, n'est ce pas?
-Hum... c'est le nom d'un Kage je pense...
-Entre autre, notre clan est peut être le plus important du village. Vous comprenez donc que cela ferait mauvais effet si on apprenait que quelqu'un nous avait dérobé un livre contenant des secrets de notre clan.
-Et qu'est ce que je viens faire dans cette histoire?
-Diverses personnes affirment vous avoir vu avec la personne que l'on soupçonne récemment. L'individu recherché se nomme Niigata Hyuga.
-Hum... oui, j'ai eu brièvement affaire à lui. Mais contrairement à ce que vous sembler penser, je ne sais absolument pas où il peut se trouver. Désolé...
-Bien, merci tout de même... il va nous falloir poursuivre nos recherches.

L'étrange trio s'éloigna alors, me laissant moi et mes pensées. Niigata... c'est vrai qu'il semblait faire des recherches plutôt poussées. Cet homme serait allé jusqu'à dérober des bouquins spécialisés de ce genre? Il cherchait du genjutsu l'autre jour... voyons, si je me souviens bien, c'est un Maboroshi qui a fichu le bazar à l'examen... avec tout un paquet de genjutsus. Ca m'étonnerait pas que ce livre concerne les illusions alors. M'enfin, ce n'était pas mon problème après tout. Je me mis en route de l'académie, où allait bientôt se terminer la seconde épreuve. Je m'arrêtais cependant en chemin devant un bar, et surtout devant une affiche placardée sur le mur.

Quelques jours après l'examen aurait lieu une sorte de petit tournoi d'exhibition à l'arène du village. Enfin, tournoi... plus précisément des petits combats dont les protagonistes se seraient mis d'accord sur les lieux. Apparemment, plusieurs écoles de taijutsu avaient décidé de se rassembler pour faire leur pub de manière agréable, sous forme de combats pour tous les niveaux et tous les spectateurs, du néophyte à l'expert (même s'ils devaient surtout espérer de futurs élèves...). D'après l'affiche, ces combats devraient exclusivement se faire par les arts martiaux, soit sans armes et ninjutsu/genjutsu. Le chakra y était accepté "dans une certaine mesure, à la discrétion des combattants". Ca pourrait m'être agréable de m'y présenter tiens... et utile.

[HRP quelques heures plus tard: scusez, avais zappé de préciser... le bonhomme qui m'a causé n'est pas un maboroshi, mais ça mon perso l'ignore... ]

Ryosuke
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2308
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Invité le 2/5/2008, 16:22

Je me levai dans un état pitoyable, crasseux et boueux. Je parti directement prendre une bonne douche mis de nouveaux vêtements tout propre. Je mis la poudre d’étoile sur ma veste et parti au terrain d’entraînement sans réveiller les autres. Une fois arrivé, je déposai mon sac d’armes au sol et commençai l’entraînement.

Je trempai mon index et mon majeur dans la poudre, et dessinai les hiraganas こていする [kotei suru] entourés d’un cercle puis je visualisai la matérialisation de mon sceau et donnai une grande impulsion de chakra.

Un petit fil de soie en sorti, mais tomba en poussière deux secondes plus tard.


- Au moins, un fil s’est matérialisé… Le truc serait encore d’en faire une bonne vingtaine.

Je recommençai une autre fois l’expérience, et cette fois-ci, rien ne vint.

- Oh ? J’ai dû faire une erreur.

Je refis l’opération, mais rien ne sorti.

- Ce n’est pas possible…

Je refis une nouvelle fois l’opération et un fil toujours de soie se matérialisa et tint quelques secondes de plus que le premier.

- Iku !

Je refis une bonne vingtaine de fois, mais ma limite était un fil… Je n’étais décidément pas doué pour les sceaux.

- Kane ! Que fais-tu là ?
- Oh mon oncle ! Et bien je m’entraîne aux sceaux, celui d’immobilisation par fils.
- Ah je vois… Je ne suis pas très doué en sceaux car pour moi ce n’est pas tellement pratique, mais par contre, le genjutsu, je suis un as’.
- Hontôni ?
- Ha…
- Vous pourriez m’apprendre un peu plus tard, pour que je développe au mieux les pupilles dorées ?
- Bien sur, mais pas tout de suite. Si tu viens me redemander dans deux ou trois semaines, alors ce sera bon.
- Merci ! Mais… vous ne connaîtriez personne qui excelle en sceaux par hasard ?
- Eh bien, cette personne n’excelle pas, mais ta mère dans le temps n’était pas si mauvaise que ça.
- Ah…
- Ou sinon il y a Shinzaburo, un de mes employés à l’écurie, c’est un assez bon utilisateur de sceaux par fils…
- Très bien, rétorquai-j, j’irai le voir dans l’après-midi.
- D’accord, à tout à l’heure dans ce cas.

Mon oncle parti à l’écurie, pendant que je repris le livre sur les sceaux. J’identifiai chaque mot, en essayant de bien comprendre le sens des phrases, au cas où je m’étais trompé sur un point.

A 12:00, je parti à la maison, où Mayu avait déjà préparé un bon repas, elle voulait devenir cuisinière au restaurant le plus prestigieux de Gensou… Mais le gérant lui avait dit que son niveau était bon, mais pas assez pour faire partie de son équipe de cuisinier. J’engloutis tout rapidement et parti voir Shinzaburo. Je regardai les employés, en espérant repérer rapidement l’homme que je cherchai, surtout que je ne savais pas à quoi il ressemblait…


- C’est toi Kane ?
- Oui, et je suppose que vous êtes Shinzaburo, non ?
- Exact. Le boss m’a prévenu que tu viendrais me voir… Allons au terrain libre de l’écurie.
- Le terrain libre ?
- Là où l’on peut emmener les bêtes en balades.

Nous partîmes donc au « terrain libre » et commençâmes l’entraînement.

- Prends ton parchemin, nous allons commencer.
- J’ai de la poudre d’étoile.
- Ah bon…

Il me montra les gestes à exécuter pour le sceau d’immobilisation et fit sortir de son parchemin au moins une cinquantaine de fils, attrapant un toutes les branches et le tronc d’un arbre simultanément.

J’essayai de faire pareil, mais un seul fil, de soie évidemment sorti et se désintégra dans la seconde qui suivit.


- J’ai trouvé l’erreur, c’est le cercle que tu fais autour des hiraganas... Le cercle que tu as vu dans ma technique est en réalité de petites écritures, et donc le cercle que tu dessines volontairement est compté comme un hiragana, ce qui fausse le tout. Essayes sans le cercle.
- Hai Sensei... Kotei Suru !, dis-je en exécutant les dires de Shinzaburo

Sept fils de fer sortirent en même temps du sceau et trois seulement attrapèrent les branches.

- Par contre, la précision ce n’est pas encore ça, affirma Shinzaburo-sensei en riant.
- Ouais... J’ai encore du boulot.

Je m’entrainai le reste de l’après-midi, tout seul, Shinzaburo était reparti travailler. Puis vers 19:30, je rentrai à la maison, comme tout les jours. C’était plutôt un bon début pour les sceaux, mais il me reste encore beaucoup de choses à apprendre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Invité le 2/5/2008, 16:22

J’étais maintenant Genin à part entier, je n’étais plus obliger d’aller à l’académie, et pour être franc, ça me convenait. Ce matin là, je partis au QG pour rentrer dans une équipe ninja, et à l’accueil attendait une jeune femme, qui avait l’air de s’ennuyer. Elle était brune, les cheveux lui arrivant au niveau de l’omoplate. Les cheveux étaient une des choses que je regardai chez les gens, mais la première chose que j’essayai de voir, était les yeux, surtout chez les filles. En l’occurrence, la jeune femme avait les yeux verts clairs, et ceci semblaient se diriger vers le ciel.

- Vous vous ennuyez, n’est-ce pas mademoiselle ?
- Vous êtes ?
- Ah euh, Maboroshi Kane, fils de...
- Vous voulez ?
- Euh, je veux simplement rentrer dans une équipe car...
- Les équipes disponibles sont... très peu nombreuses, mais si je peux vous conseillez, il y a une équipe en cours de formation, regroupant déjà Mizu Chiraku et Maboroshi Siddharta.
- [Siddharta ? Mais c’est ma cousine !] Je prends !
- Très bien, je vous inscris... ... ... ... Voilà, c’est fait, autre chose ?
- Et bien, une mission ne me serait pas de refus, car en réalité j’en...
- Parfait ! Vous voulez une mission ? J’en ai une ! Gardez mon petit frère très difficile à calmer pendant la journée s’il vous plait, car je fais un peu de bénévolat mais ma mère m’a obliger à le prendre.
- Et bien, j’accepte mais que faut il que je...
- Parfait ! Il est dans la salle d’à côté, je vous y emmène.

La ravissante demoiselle m’accompagne dans une salle où, au sol se tenait devant mes yeux un petit enfant dans un landau.

- Il est encore très jeune, donc soyez très doux avec lui, d’accord Mr Maboroshi ?
- Evidemment, j’adore les enfants !
- Super ! Au faite, il s’appelle Ash...
- ...
- Allez donc le promener.
- Bien sur.

Je pris l’enfant qui devait avoir deux ans environ, et l’emmenai dehors, faire une petite balade dans le parc. Il dormait à point fermé, aucun bruit sortait de ses toutes petites lèvres le peu de cheveux qu’il avait sur la tête retombai sur son front. Un petit zéphyr lui caressa les joues et...

- OUIIIIIIIN !!!!!
- Oh non, pas ça...

L’enfant se mit à crier horriblement fort, et de simples caresses ou chants de comptines ne le calmaient pas, au contraire, aggravaient le cas. Je lui fis faire le « poutoum poutoum la marche du cheval » sur mes genoux, rien à faire, il criait toujours. Je lui donnai à manger, et de la qualité en plus, des chips « Lays », mais à peine avalé, il recracha tout sur une vieille dame passant tranquillement. C’était devenu un vrai démon. C’est alors qu’une idée me vint, enfin, me vint au nez... Une extrême puanteur atteignit mes douces narines. Je couru derrière les buisson, lui enlevai sa couche et le jetai dans la faune.

- AH ! Qui m’a jeté de la merde ?
- ...

Je pris quelques feuillages et lui essuyai le derrière de tout ce « popo » qui lui était resté collé. Pendant que l’enfant riait maintenant aux éclats, me voyant dans la merde [jeu de mot Wink], je le rhabillai rapidement et fuyais avant que le mec ayant reçu les excréments du petit.
J’arrivai finalement au coin jeu, où se trouvait toute sorte de jeux pour enfants, et je laissai donc Ash s’amuser tranquillement avec les garçons de son âge, tout en le surveillant bien sur. Mais Dieu, qui avait une dent contre moi ce jour là, envoya trois magnifiques créatures sur le terrain, déambulant devant moi... Je ne pus m’empêcher de regarder, puis quand je revins à mes esprits, Ash avait évidemment disparu, coup classique.


- Ash !!! Où es-tu ?!!! Réponds moi !!!!
- Si vous cherchez un petit enfant aux yeux verts, alors je peux vous aider, dit une vieille femme. La dernière fois que je l’ai vu, il se dirigeait vers le terrain d’entraînement.
- Merci, j’ai eu chaud... AHHH Le terrain d’entraînement avec les kunais et les shurikens !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Je parti en courant vers le terrain d’entraînement, et en arrivant, je le vis marcher à travers le terrain, esquivant involontairement les kunais. Tout allait bien, jusqu’à ce qu’un kunai se vint dangereusement s’approcher de Ash.

- Kuso ! こていする

Six fils viennent arrêter le kunai, s’enroulant partout autour de celui-ci. Mais après amples observations, le kunai ne se dirigeait pas vers Ash...

- Eh enfoiré ! Mon kunai !!! Il allait dedans en plus !!!
- Euh, il n’allait peut-être pas sur l’enfant, mais il ne rentrait pas non plus au milieu de la cible, faut pas abuser petit...
- Qui est-ce que tu traites de petit !!!!!

Je pris Ash, puis le ramenai au QG, et en entrant, je vis la jeune demoiselle de tout à l’heure, entrain de mettre son blouson.

- Voilà votre frère.
- Ah merci, je partais justement vous voir pour le reprendre. Alors, pas trop pénible ?
- [Oh mon dieu, entre les kunais et les merdes...] Non, votre frère est adorable... très... adorable...
- Cool alors, vous pourrez donc le reprendre une autre fois !
- Ah ça n... * Je vis les yeux magnifiques de cette jeune femme... *... Et bien oui... dis-je de façon hypnotisée.
- Parfait, au revoir.
- Et ma paye ?
- Votre paye était le plaisir de prendre mon frère, jeune homme, dit elle en riant.

Je riais aussi... mais une fois qu’elle fut partie, je constatai que je n’avais toujours pas été payé.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Cacaunoy MARWAIS le 3/5/2008, 20:25

Flash-Back :

Cacaunoy : "J'arrive toujours pas à y croire ! Comment on a put faire une telle daube ?!"

Nous étions arrivés à Gensou depuis une petite demi-heure, deux jours avant nous avions lamentablement foirer notre mission au cours duquel un incident c'était produit concernant Takeshi.

Chiraku : "On s'en fiche ça été une expérience instructive le reste est secondaire."

Cacaunoy : "Quoi ?! On vient de paumer 2 000 ryos dans la nature et toi tu trouves ça constructif !"

Chiraku : "L'argent ne fait pas le bonheur sauf quand on n'en a pas......"

Son hésitation à continuer sur sa lancée montrait bien à quel point il tenait à ne pas me vexer en me rappelant ma situation modeste, c'était un comportement que seuls les véritables amis pouvaient avoir....oui Chiraku était mon ami et même mon meilleur ami.

Cacaunoy : "C'est bon pas la peine de continuer j'ai saisi le fond de ta pensée, en attendant mon père ne va vraiment pas être content d'apprendre cette mauvaise nouvelle."

Il s'arréta d'un coup, fouilla ses poches et en sortit une lettre froissée qu'il regarda avec attention quand son regard s'illumina.

Chiraku : "Mais oui ! Dans trois jours c'est l'examen chuunin, il faut absolument qu'on y participe pour pouvoir enfin devenir des chuunins."

Cacaunoy : "Tu pourras devenir chuunin......Je n'y participerai pas."

Chiraku : "C'est une blague ?! Est-ce encore cette voix qui t'as mis en tète cette idée idiote ?"

Il va finir par me vexer ce gamin, dis-lui que la vérité.

Cacaunoy : "Je vais m'entrainer pendant toute la durée de l'examen et aprés bien sur, si je veux remplir mon objectif je n'ai pas de temps à perdre avec un examen je dois à tout prix devenir plus forte et ce n'est pas le titre de chuunin qui m'y aidera."

Chiraku : "Tu me caches quelque chose, quel est cet objectif ?"

Cacaunoy : "Je vais faire payer Arai Sabishii pour le meurtre de ma mère, mon pére me l'a avoué un peu avant notre départ pour la mission."

Et aprés j'anéantirai à jamais la lignée des Sabishii, Mei-lynn comprise.

Je vis que nous nous rapprochions de mon quartier et Chiraku avec son nom de famille n'avait pas intéret à trainer dans le secteur le plus mal-famé de Gensou, nous nous quittâmes non sans une dernière tentative de Chiraku pour me convaincre de participier à l'examen mais cela se solda par un échec.
Aprés quelques minutes de marche la forge et notre maison me fîrent face, la journée de travail devait être finie car aucun bruit ne se faisait entendre du côté de la forge je rentra donc à la maison pensant y retrouver mon père.

Cacaunoy : "Papa ! Je suis rentrée !"

Aucune réponse, aucune ame qui vive, la maison était comme déserte. Je fis rapidement le tour pour m'assurer que mon père n'avait pas été victime d'un accident l'empéchant de parler ou de se manifester, la maison était belle et bien vide.

On a cas en profiter pour aller s'entrainer en attendant son retour comme ça ce ne sera pas du temps de perdu à attendre inutilement.

Oui allons-y il doit avoir eu un empéchement.

Mais au moment ou je passais la porte pour quitter la maison je sentis quelque chose de frois semblable à du métal dans mon ventre.

Merde ton père est là finalement !

Je levais les yeux pour voir le visage de mon père puis les abaissa pour voir dans ses mains un couteau dont la lame était enfoncée dans mon ventre. La figure de mon paternel semblait tordu par un immense sourire, un sourire de fou sortant de l'asile et exprimant un bonheur malsain.

Cacaunoy : "Bordel, à quoi tu joues Papa ?"

Père Marwais : "Je t'ai menti et je m'en veut."

Cacaunoy : "Arrgg et du coup tu me poignardes ?!"

Il se pencha vers mon oreille pour mes souffler quelque chose.

Père Marwais : "C'est moi qui est tué ta mère."

Fin flash back
avatar
Cacaunoy MARWAIS
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 144
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 26
Localisation : Bordeaux, Le Sud Ouest, boutons les bretons hors du forum ! ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Invité le 4/5/2008, 00:38

Huit heures et vingt-quatre minutes... J’étais déjà sur le terrain d’entraînement pour m’exercer aux sceaux.

- こていする

Dix fils sortirent du sceau et six d’entre eux attrapèrent les branches d’un arbre pendant environ 9 secondes.

- こていする

Sept fils sortirent du sceau, mais ils attrapèrent tous les branches d’un arbre.

- こていする

Douze fils sortirent cette fois-ci, et neuf attrapèrent les branches d’un chêne.

- C’est trop dur !

Je recommençai une dizaine de fois, puis m’assis au sol pour respirer un bon coup. En reprenant mes forces, j’ouvris une fois de plus le livre de sceaux au chapitre « Sceaux divers. » et regardai le peu de techniques qui étaient expliquées.

- Tiens, celle-là n’est pas si mal... AH ! Trois ans d’apprentissage ! Pas question ! ... ... ... ... Deux semaines d’apprentissage ? La technique du... repérage ? Ca sert à rien c’truc. ‘Fin bon, ça peut ne m’être que bénéfique. Bon il faut que je visualise un endroit que j’ai déjà vu...

Je regardai comment faire, et me mis au travail. Je concentrai mon chakra, le stabilisai puis fis le sceau avec la poudre d’étoile.

- こうす

Un mince filet de chakra sortit du sceau et alla à l’endroit que je visualisai, un arbre à une dizaine de mètres de moi. Je décidai de recommencer, mais le fil se faisait de plus en plus petit, et de moins en moins intense. Intrigué, je jetai un coup d’œil à l’ouvrage et vis un petit écriteau tout en bas en tout petit...

Dans les premières utilisations, le fil n’ira pas très loin et sera très difficile à percevoir, mais au fil des utilisations, vous pourrez créer un fil long et le distinguer facilement... normalement.

Je m’étalai au sol, signe de fatigue et attendis quelques minutes face contre terre. Au moment où je m’efforçai de me relever pour continuer l’entraînement, j’entendis une voix féminine prononcer mon nom, et je ne cache pas que le fait d’entendre ceci me fit plaisir, même si l’identité de la personne m’étais encore inconnue.

- Mr Maboroshi, Mr Maboroshi
- Oui, qui m’appelle ?
- Euh excusez moi de vous déranger, mais c’est encore moi...
- Uh...
- La fille de l’accueil, la grande sœur de Ash !
- Ah oui, bien sur que je me rappelle ! ... Que me fait l’honneur ?
- Et bien... pourriez vous garder Ash pendant une heure ou deux ?
- Bien sur, et vous pouvez me tutoyer...
- Ah, mais comme vous me vouvoyez aussi, donc je me disais...
- Et appelles moi Kane.
- Très bien, moi c’est Ai
- D’accord, donc à tout à l’heure Ai.

Je pris Ash, avec le sourire bien sur, et me reculai lentement en regardant Ai... Et une fois qu’elle fut partie...

- Ahhhh, qu’est-ce qui m’a pris d’accepter ?!
- OUIIIIINN !!!
- Et voilà...

Je mis mon nez dans le derrière de Ash, mais je ne senti rien d’anormal, il n’avait pas fait ses besoins. Je le berçai lentement, non plus, il pleurait toujours. Je lui fis des grimaces, et il pleura encore plus fort, tout en me mettant des baffes. Que pouvait-il lui arriver cette fois-ci ? Je pris alors une sucette à la cerise de mon sac d’entraînement, et la dirigea vers ma bouche, mais celle-ci disparue et se retrouva dans la bouche de Ash, enfin calmé : il avait donc faim.

Puis en regardant Ash dans les yeux, une idée me vint. Je le posai au sol, fermai les yeux cinq secondes, puis les rouvris et comme par magie, il n’était plus là.


- J’en étais sur...

Je fis le sceau du repérage et un faible fil de chakra en sorti, se dirigea vers le côté des cibles pour le lancer de kunai.

- Oh merde !

Je couru en cette direction, et le vis entrain de marcher devant les cibles, esquivant encore involontairement les kunais.

- Mais il est pas possible ce gosse !

Je me hâtai de le récupérer, et puis reparti, sans toucher un seul kunai cette fois-ci, mais à cet instant, la sucette du petit tomba...

- Oh mais dégages toi ! Ta vieille sucette a dévié mon kunai !
- C’est encore toi morveux ?
- C’est à moi que tu dis ça ? Regarde ton épaule bouffon !

Il n’avait pas tord, Ash avait recouvert mon épaule de morve épaisse et verdâtre... dégueu. Je pris un mouchoir, essuyai le tout vite fais, puis me remit en marche. Finalement, j’avais trouvé un job’ pour Ash : testeur de technique. Avec son talent de disparaître en moins de cinq secondes, c’était plutôt pratique...

- Kane !!!
- Oh Ai, tu vas bien ?
- Oui, je viens récupérer Ash... Il n’a pas été trop chiant ?
- Non, c’est toujours un plaisir de le prendre. [Faut bien mentir dans la vie...]
- Ah bah tant mieux, je te l’apporterai quand j’en aurai besoin alors.
- Et ma paye ?
- C’était pas dans le contrat, me dit elle, toujours avec un ton humoristique.

Elle partit... je me trouvai dans un état euphorique, mais quand elle disparue de mon champ de vision...

- Putain ma paye !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Hakaima le 4/5/2008, 12:56

Il était de ces journée ou un mortel ennuie s’emparée de moi, pourtant le ciel était radieux et plus d’un genin aurait profité d’un tel ensoleillement pour aller se promener prés de l’eau ou mettre à profit leur entraînement, mais pas moi… en tout cas pas aujourd’hui.
Mon dernier entraînement m’avait épuisé et je ne me sentais pas la motivation à le reprendre aujourd’hui, je décidais alors de me rendre au quartier général histoire de me faire quelques ryos en essayant de décroché une mission facile.

Je me dirigé vers la porte ou le tumulte extérieur se faisait sentir, lorsque j’ouvris cette dernière le brouhaha me fit l’effet d’une claque, les gens allaient et venaient de toutes parts, les rues étaient bondées, l’on aurait dit que tout le village c’était donné rendez-vous devant ma porte.

Je pris mon courage à deux mains et me ruais dans la mêlé, me laissant ballotter au rythme des passage, j’arrivais enfin à m’extirper de cette masse pour rejoindre un coin plus tranquille de la ville (habitait le quartier commerçant n’est pas toujours chose facile). Je décidais donc de prendre le chemin de l’académie, certes plus long, pour rejoindre le quartier général mais sûrement moins agitait. Au fils du chemin, je repensais à toutes sortes de choses sans grand intérêt (l’esprit travaille quand on s’ennuie), la route vers le quartier général était bordée d’arbre et l’on entendait le murmure de l’eau à proximité, avec ce soleil de plomb qui annonçait le belle saison, je me demandais bien pourquoi j’étais d’humeur aussi maussade.

Quelques minutes plus tard j’arrivais enfin à destination, je poussais la grande porte du quartier général et me retrouvais bientôt dans l’imposant hall d’entré (il faut bien marquer le visiteur), je m’approchais du bureau d’administration et patientais là quelque instant avant qu’une vieille secrétaire daigne me consulter :

« C’est pour quoi ? »
« Bonjour Madame j’aurai aimé savoir si vous n’auriez pas une mission à me confier »


Elle consulta son registre et sans même me regarder elle continua :

« J’en ai bien une… »
« Haaaa merci et en quoi consiste t’elle »


De son air de dédain elle reprit :

« Il s’agit d’escorter un vieil homme riche qui a reçu des menaces de mort de la part d’éminent assassins jusqu'à chikara……Sa vous tentes ?! »


Je déglutis à l’annonce de la nouvelle :

« Heu… sa fait un peu beaucoup pour un genin vous ne trouvez pas »[/b]

Elle daigna poser son regard sur moi et repris son annonce :

[b]« Argh de nos jours ces genin tous des tapettes… »


Je laissais couler cette remarque déplacée (le genin tapette lui aurait bien collé son poing dans la figure pour lui montrer de quel bois il se chauffait) :

« Donc j’en conclu que vous n’avais rien pour moi ?? »

Elle me tourna le dos et s’enfuit par une porte de service :

« Vieille carne …. » lançais-je avant de quitter le hall d’entrer.

Le destin avait décidé qu’aujourd’hui ne serait pas ma journée, je sortais du quartier général et me redirigeais vers le village pour essayer d’y dénicher quelques futile occupation.
Il était a présent prés de 13h00 et les rues c’était peu à peu désengorgées, le gens préférant se réunir autour d’un bon repas plutôt que de rester dehors sous un soleil accablant avec pour seul compagnon le tumulte de la ville.
Je traînais mon ennuie, jamais un matinée ne m’avait parue si longue, flânant sans but dans les ruelles du village.
Je repensais au mon entrevue au quartier général avec cette vieille mégère ; quand une voie interrompit ma réflexion :

« Excusez moi jeune homme » une vieille dame se tenait devant moi, elle devait être d’un age très avancée, en témoigné la courbure de son dos.

« Oui …je peut vous aider » pour la première fois de la journée l’on aurait pût déceler un brin d’enthousiasme dans ma voie.

La vieille dame semblait ravie qu’un jeunes genin daigne lui porter attention :

« Vous êtes bien aimable mon garçon, j’aurai besoin que quelqu’un m’aide. Les mauvaises herbes on envahies mon potager et mes articulation me font un mal de chien….Auriez vous l’amabilité de vous en occupez pour moi ?? Bien sûr contre rémunération cela va de soit. »


Je pris un temps de réflexion, mais de toutes façon il n’y avait rien d’autre à faire alors pourquoi ne pas s’occuper de cette besogne bien que je ne m’imaginé pas être incombé de tel tache étant genin.

« Bien sûr madame, j’en serais ravi »
« Merci bien mon garçon, suivez –moi »


Nous marchâmes ainsi en direction d’une vieille maison dont l’aspect donné l’impression d’être inhabité :

« Voila nous y sommes, le potager se trouve derrière la maison je vous laisse vous en occuper, venais me voir lorsque vous aurez finit »


Puis en disparu derrière la pittoresque porte qui lui servait d’entrer. Je me dirigeais donc, comme indiqué, derrière la demeure et là mon enthousiasme fut balayé par la vue du potager.

Des herbes aussi grandes que moi avaient totalement recouvert le terrain et m’aventurer dans cette jungle ne me disait rien qui aille, mais qu’à cela ne tienne j’avais donné ma parole il fallait que je la respecte.
C’est alors que j’eu une idée, ma technique de clone aqueux serait parfaite en tel situation, je m’exerçais donc :

« Ninpô : Mizu bunshin »

Mon clone apparu à côté de moi et me fixa du regard :

« Allez au travail, on va s’arracher tout sa »

Je me ruais dans cette toundra et me mis a la tâche aidé de mon clone, si tout allais bien en deux ou trois heures le travail serait accomplie mais c’était sans compter sur la fainéantise de mon clone, au bout d’une heure environ je décidais de constater l’avancé des travaux et à ma grande stupeur mon clone c’était affalait sur la terrasse de la vieille dame, et sirotait tranquillement un jus de fruit, fou de rage, je m’approcher de lui :

« Mais depuis combien de temps t’es là a rien faire !! »
« Bin… depuis environ une heure »
« Et c’est quoi ça »


Je désignais du doigt le verre de jus de fruit que tenait tranquillement ce dernier :

« Tu vois pas c’est un jus de fruit….elle te l’as emmenais y a pas cinq minutes mais vu que tu répondais pas je me suis chargé de t’en débarrasser »

Il but il longue gorgée à la fin de sa phrase qui n’avait pour but que de me narguer :

« Alors tu m’as regardais bosser depuis tout ce temps »
« T’as tout compris »
« Espèce d’enf**** »


Je ne finis pas ma phrase, me revenant en mémoire les conséquences qu’avait eu notre dernier accrochage, je préférais aujourd’hui emprunter la voie diplomatique :

« Tu me sers vraiment à rien…..mais comment j’ai pu louper à ce point ma technique….tu vas te remuer maintenant OUI !!!!!!! »
« Du calme !!!!! C’est bon j’ai compris pas besoin de crier »


A ma grande surprise il se leva, posa son verre et s’exécuta, je ne sus quoi dire à part un minable :

« Heuuuu…..bin….merci…. »

Une heure plus tard le travail était terminé, j’étais exténué et je m’approchais de mon clone :

« On a fait du bon boulot »
« Ouais c’est sa cause toujours »


Je souris et dissipa ma technique, mon clone se liquéfia sur le sol et je me mis a penser a voix basse :

« Finalement ma technique n’est pas si mauvaise héhéhé »

Mais je fut une nouvelle fois interrompu par la vieille dame qui venait de faire son apparition :

« Hoooooooo …je vois que vous avez terminés c’est bien »

J’essuyais la transpiration que perlait sur mon front et m’approchais de la vieille dame :

« Finis en temps et en heure »
« Je te remercie mon garçon et en guise de paye voici tout se que je peut te donner… »


Elle me tendit une mince liasse de ryos, mais je lui fis « Non » de la tête :

« Gardez-les »

Elle sembla un peu perturber par ma réaction :

« Mais tout travail mérite salaire… »
« Oui je sais, mais j’ai eu une autre forme de rémunération aujourd’hui (il me vint a l’esprit mes progrès dans la technique de mizu bunshin) »
« Si tu le dit mon garçon en tout cas je te remercie … »


La journée n’avait au final pas était si ennuyeuse, je regagnais le quartier commerçant ou l’agitation était revenue.

J’avais au final de cette journée qui avait si mal commencée un sourire radieux comme quoi, même quand on crois que tout est contre nous un rien peut tout faire basculer.
avatar
Hakaima
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 566
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Kodomo no Asu...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Siddharta le 9/5/2008, 11:05

Un éclair, un éclair s'était fait entendre non-loin du temple résonnant de tout son fracas sur Gensou, puis le calme revenu quelques minutes aprés ce coup de tonnerre.
Selon de vieilles anecdotes, lorsque un seul éclair se faisait entendre dans une nuit c'était la prédilection d'un grand changement survenant le jour d'aprés.
Il était plutôt surprenant de voir à quel point le commun des mortels était attaché à ses traditions et autres reliques de son passé, en parlant de passé la famille Maboroshi était en partie prisonnère de celui-çi par l'intermédiaire du conseil.
Le conseil est composé d'une dizaine de personnes pour la plupart des anciens ayant connu la moitié de l'histoire de Gensou, ces mêmes personnes sont chargés de la bonne cohésion du clan Maboroshi et jouent ainsi le rôle d'arbitres de la famille.
La personnalité dominante du conseil est le grand prètre, il est nommé ainsi car ayant consacré plus de temps au dieu bouddha qu'à l'art ninja ses frères et soeurs l'avaient surnommé "Grand prètre", il était pour ainsi dire un monstre d'autorité, en aucun cas il ne cédait sur un point et ne changeait que trés rarement d'avis dirigeant ainsi d'un poigne de fer la branche spirituelle de la famille et faisant figure de leader du conseil.
Le grand prètre était la représentation à lui seul du passé, le passé empéchant à la famille d'évoluer et d'envisager un futur différent.
J'étais toujours allongé sur mon lit lorsque des bruits de pas se fîrent entendre à quelques mètres de ma chambre, à en juger par la rapidité de ces derniers la personne devait être soit préssée.
Le bruit se rapprochant de ma chambre, puis dans un fracas un moine ouvrit ma porte le souffle sacadé et le front luisant de transpiration.

- Sidharta-sama, le conseil souhaite s'entretenir avec vous ! Dit-il tout en essayant de retrouver son souffle.

Je quitta alors mon lit pour me rendre dans un pièce secondaire faisant office de salle de bain, aprés avoir mis mon sari je retournais à l'endroit où se trouvait le moine.

- J'y vais de ce pas, au fait la prochaine fois que vous devez me faire parvenir une nouvelle éviter de courir comme vous l'avais fait.

- Oui Siddharta-sama, veuillez m'escuser. Tout en s'inclinant devant moi.

Sans un mot je quittais ma chambre pour rejoindre l'aile ouest du temple, l'endroit où le conseil se réunissait lors de ses scéances, tout le batiement était désert il fallait avouer qu'il ne devait pas être plus de six heures du matin l'ensemble du clan devait encore dormir à poings fermés.
Arrivée devant la porte je toqua deux fois à celle-çi avant qu'un garde vient m'ouvrir me faisant ainsi apparaitre aux yeux des dix sages du clan, tous assis autour d'une table en forme demi-circulaire leurs visages vieux et fatigués me regardaient avec attention puis celui du milieux se leva et pris la parole.

- Bien le bonjour Siddharta nous sommes sincérement désolés de t'avoir fait venir à une heure si matinale. Annonca-t-il d'un air naturel.

Cet homme était le grand prètre, cette façon de ne m'appeler sans le suffixe de "sama" dénotait soit une jalousie à mon intention ou tout simplement son envie de démontrer sa puissance à n'en appelant la réincarnation de Bouddha que par son simple prénom.

- Il n'y a aucun probléme conseiller, que me vaut l'honneur de cette convocation ?

D'un geste, il pria tout les conseillers de se lever puis commenca à m'expliquer le pourquoi de me présence en ces lieux :

- Il a été décidé en accord avec Kahei et le conseil, que vous allaient entrer dans une équipe du village mais avant toutes choses nous voudrions voir l'étendu de vos progrés."

Voila donc pourquoi Abu tenait temps à augementer mon entrainement, il savait que j'allais devoir passer cet examen de la part du conseil mais le plus surprenant été mon intégration dans une équipe avec l'accord commun de Kahei et du conseil, ils avaient réussis à s'entendre mais par quel miracle ou moyen ?

- Par quoi dois-je commencer ? demande ai-je.

- Montre nous une de tes techniques personnelles, cela devrait suffire à nous donner un avis.Répondit le grand prètre un sourire avenant sur son visage.

De mes deux mains je commencais à exécuter, mes yeux fermés, rapidement les différents signes permettant la réalisation de nimporte quel jutsu puis j''ouvris mes yeux accédant ainsi à la première phase de mes pupilles.

- La colline de Bouddha. Annonnce ai-je.

Et la colline apparue, parsemée de milliers de fleurs et d'un cerisier en son sommet, j'étais sous le cerisier tandis que l'ensemble des membres du conseil se trouvait en bas me regardant avec des yeux ébahis.
Un vent soufflait faisant ainsi frémir les fleurs créeant un effet de planitude à cet endroit, chaque conseiller semblait s'être appaisé à par un.......le grand prètre.
D'un signe de tète il me fit signe de mettre un terme à l'illusion ce qui je fis en rompant le signe nous ramenant à la salle de départ, chaque personne essayait sur son siège de se remettre de ce "voyage" pour reporter son attention sur le grand prètre.

- Trés intérèssant tu sembles comme ton frère dotée d'un certain don pour le Genjutsu mais quand est-t-il de ton Ninjutsu d'aprés Abu il semblerait que tu n'es pas encore commencè le travail de ce côté-là.

Sans aucune autre forme de cérémonie il sortit une petite feuille de son carnet et ordonna à un des gardes de me la passer, de consistance semblable à une feuille dite normal celle-çi était issue d'un arbre spécial permettant de découvrir par son intermédiaire l'affinité propre à chacun d'entre nous et j'allais découvrir la mienne.
Une fois dans mes mains je fis passer mon chakra dans cette dernière qui aprés quelques secondes de désagrégea en mille morceaux comme des de petit copeaux de bois.

- L'affinité Doton, c'est la deuxième fois que quelqu'un du clan la détient. Annonca le grand prètre d'une voix neutre. Il va falloir que tu confirme la régle vis à vis de ce phénomène puisque le deuxième détenteur du Doton est Kahei.

Des murmures se fîrent entendre parmis les conseillers l'agitation commencait à gagner de la place mais d'un regard le grand prètre calma tout ce petit monde pour reprendre la parole.

- Nous allons te laisser rejoindre tes appartements de plus nous ferrons passer à Abu l'ordre de commencer ton aprentissage au Ninjutsu.

- Bien. Dis-je d'une voix posée. Une dernière chose avant que je ne quitte cette pièce.

- Oui ? Questionna-t-il.

-Ne me tutoyaient plus à l'avenir conseiller Yamato-sama.

Un silence de mort s'installa, et sans aucun bruit inutile je quittais la salle pour rejoindre ma chambre aprés quelques mètres j'entendais un sorte de grognement venant de la pièce des conseillers, Yamato devait fulminer de rage.
Oui le passé était ancré au plus profond de l'inconscient humain, chacun de ses geste est dicté par son passé, chacune de ses pensés est dictée par son passé et le clan Maboroshi est dirigé par le passé.
Il était temps que cela change sans quoi je n'arriverai jamais à m'affranchir de tout ceci et à atteindre l'éveil, l'air du changement allait bientôt souffler sur la famille Maboroshi.
avatar
Siddharta
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 437
Date d'inscription : 12/04/2008
Localisation : Le Sud-Ouest et comme Seolchong => Fière de ça (couillons de cornemuses va ...) Anti-breton et crèpe

Voir le profil de l'utilisateur http://aureliavision.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Hakaima le 9/5/2008, 11:07

Et rebelote encore une journée qui commence, j’entamais mon éternel rituel matinal qui consistais à traînais tentes minutes avant de me lever, suivis d’un temps incalculable passé dans la salle de bains à essayer de coiffer mes épis (souvent conclué par un échec) pour enfin finir ma transe devant un bon bol de chocolat au lait, mais aujourd’hui une chose terrible se déroula.
En effet, n’ayant effectué depuis un bon bout de temps aucune mission, je me retrouvais irrémédiablement fauché, et qui dit fauché dit pas de chocolat au lait (là est la chose terrible). Mais qu’est-ce qui m’avait pris de refuser l’argent de cette vieille dame, souvent mes relans de bonté finissait par me porter préjudice.
Je n’avais pas le choix il fallait bien que je renfloue mes compte, je zappais donc, une fois de plus, la case petit déjeuner (ce qui avait pour effet de me rendre un peu grognon je dois l’avouer), je me préparais donc pour une nouvelle visite à ce chère quartier général en espérant cette fois-ci y trouver mon bonheur.
En moins de temps qu’il faut pour le dire, je m’étais habillé et m’apprêtais à rencontrer l’éternel cohue que l’on rencontrais habituellement dans le quartier commerçant, j’ouvris donc la porte et à mon grand étonnement les rues, d’habitude noires de monde, étaient aujourd’hui calmes et silencieuses, nombres de commerces n’avaient pas ouvert et seuls les bars, restaurants arboraient une pancarte bienvenue.
Je souris à la vue d’un tel spectacle, pour une fois je n’aurais pas à me battre pour rejoindre le quartier général, je m’avançais donc d’un pas serein, gravant dans ma mémoire l’image de moi, seul au milieu de la rue déserte, quels étrangeté de voir mon quartier non siégé par une horde de client bien décidée à dépenser jusqu’à leur dernier ryos.
La journée s’annonçait radieuse, le soleil brillait dans le ciel et seul quelques nuages semblaient vouloir le déranger dans son règne.
C’était une vrai promenade de jouvence, mais je ne devais pas m’attardais plus longtemps, il était bientôt dix heures du matin et si je ne me pressais pas toutes les missions disponibles seraient attribuées au premier arrivant.
Je sortis donc du quartier commerçant et emprunta la route la plus directe vers le Quartier général, encore une fois j’arpentais cette somptueuse route bordée d’arbre accompagné du murmure de l’eau qui nous escortait jusqu’au QG.

« Haaaa…. enfin arrivé » pensais-je à haute voie

Je poussais l’imposante porte et m’approchais du bureau :

« Heu…. Bonjour il y a quelqu’un ?! »

La même secrétaire qui m’avait consulté la dernière fois se tourna vers moi :

« Encore vous, décidément vous n’avez rien a faire de vos journée ou quoi » lança t-elle de sa voie criarde.
« Figurez-vous que non…Sinon je ne serais pas là » lui répondais-je avec un grand sourire pour masquer mon envie de lui flanquer mon poing entre les deux yeux
« Bon …. Je suppose que vous recherchez encore une mission ?! »
« Exactement »


Elle consulta son registre et continua :

« Bon j’ai du choix aujourd’hui »
« Parfait …. »
« Alors nous avons….. Déboucher les WC de l’académie, ramasser les déjections canines dans le grand parc, changer les couches sales à la maternité de l’hôpital….et je crois que c’est tout »


Elle sembla cacher quelque chose sur son registre et me fixa comme pour attendre ma réponse :

« Alors vous avez choisis ?! »
« Heuu… je pourrais jeter un coup d’œil a votre registre ?!
« Non …c’est interdit …. Seul le personnel habileté y à droit… »
« S’il vous plait juste un petit coup d’œil … »
« Bon très bien…. j’ai aussi ça »
elle relus la dernière ligne sur son registre
« Mission : balader le chien de Mr. Hinoto »
« Je prends !! » dis-je sans attendre


Elle eu un petit sourire en coin et me tendit mon ordre de mission :

« Voila…. »
« Merci beaucoup »


Je quittais donc le quartier général :

« Quel vieille pie celle-là, elle aurait bien aimé me voir déboucher les chiottes » pensais-je

Je me saisis de mon ordre de mission et le lut avec précautions :

Ordre de mission : Nous recherchons genin motivé pour s’occuper de notre chien, une bonne endurance et un excès d’amour sont requis, si vous n’aimez pas les animaux passer votre chemin.

« J’te jure y’en a vraiment qui sont a côté de la plaque…regarde moi ça endurance et excès d’amour ….n’importe quoi … »
Disais-je à hautes voie à la fin de ma lecture

N’ayant pas une particulière sympathie pour les animaux en général, je prenais vraiment cette mission comme une corvée.
Je me dirigée donc vers les quartier bourgeois de la ville, comme indiqué sur mon ordre de mission.
Je me retrouvée bientôt devant une imposante maison de style Shinden, je poussais le portique et me retrouvé dans un somptueux jardin, plus je m’approché de la porte plus les odeurs et les couleurs de ce paradis végétal enivré mes sens. Ne me laissant pas distraire par mon environnement, je filais droit vers l’entré et tapa sur la porte, une charmante servante m’ouvris la porte et me questionna :

« Bonjour monsieur, vous venez sûrement pour le travail ? »

Je lui souris et repris :

« Bonjour mademoiselle …En effet je viens de la part du QG »
« Attendez là je vous prie »


Quelques minutes plus tard elle réapparut et reprit :

« Monsieur Hinoto me dit de vous dires que son chien vous attend derrière la maison »
« Très bien je vous remercie… »


Je lui souris et me dirigé vers l’endroit indiqué, là une laisse pour chien traînais sur le sol, je la saisis et remonta au fil de la laisse pour trouver l’animal, elle mené droit à une grande niche ou la laisse disparaissait dans la pénombre de cette dernière :

« Allez viens… » Je tirais sur la laisse et j’eu l’impression qu’elle était accroché à un rocher.
« Ouhaaaaa….mais c’est pas possible…..allez viens …..Bichon debout…..aussi quel idée d’appeler un chien bichon… »

Soudain un forte respiration s’éleva de la niche et un chien de la taille d’un ours bondit hors de cette dernière et se rua sur moi, pris de panique je bondi sur le coter, mais trop tard il me plaqua au sol et son énorme langue baveuse nettoya les moindres recoins de mon visage.

« Haaaaaa……saloperie……..lâche moi » Criais –je en me débattant pour me libérer de l’étreinte de bichon.

Après une lutte acharnée et au prix d’un effort inhumain pour me dégager, je me relevais en sursaut et pointa du doigt l’imposant animal :

« Bon écoute moi bien !!! Si tu veux que tout se passe bien t’as interrer à coopérer c’est compris ! »

J’eu pour seule réponse un puissant aboiement. Les règles du jeu exposées j’enroulais la laisse autour de mon bras et sortis de la demeure, cela marquait le début de ma mission.

Je devais garder ce « machin » pendant deux heures, rien de bien impossible si tout se déroulé bien mais c’était sans compter sur ma chance légendaire.
Alors que nous étions sur le chemin du quartier commerçant, un bruit vint à mes oreilles, le genre de bruit que je priais pour ne pas entendre :

« MIAAHOOUUUUUUUUUUUUU ……… »

Un chat apparu au beau milieu du chemin, me fixant tout en miaulant, je lui fit signe de dégager mais il était trop tard, le molosse bondit en avant m’entraînant avec lui (quelle idée d’enrouler la laisse autour de mon bras).
Il me traîna sur des dizaines de mètres avant de perdre de vue sa cible, mais mon calvaire ne faisait que commencer, dans sa folle cavalcade nous étions parvenu jusqu’au quartier commerçant ou une délicieuse odeur de viande grillé chatouilla mes narines et je m’écriais :

« OH…OH !!!!!!! »

Le chien lui aussi avait reniflé l’odeur et en une fraction de seconde il reprit sa charge en direction du restaurant d’où provenait la délicieuse odeur, reversant quelques tables au passage qui ne manquèrent pas de finir leur course sur ma tête. Il en fut ainsi pendant d’interminables minutes, plus précisément jusqu’au moment ou la bête daigna s’arrêter.
Nous nous retrouvâmes prés de la rivière ou bichon dégustait la viande qu’il venait de subtiliser, j’en profitais pour me reposer, j’étais en piteux état, jamais ne n’aurais cru en acceptant cette mission que je finirais ainsi, d’un coup je compris ce que signifiais « une bonne endurance » sur l’ordre de mission.
1h30 était déjà passé et il était temps de rendre ce fardeau à son propriétaire, je reprit donc le chemin en sens inverse guettant chaque coin de rue pour vérifier si aucun félin ou cuisto ne traînais dans les parages, le retour se passa sans encombre sûrement à cause du coup de barre d’après mangé qui devait aussi s’appliquer au animaux à ma plus grande joie.
Nous arrivâmes bientôt chez monsieur Hinoto qui m’attendait à l’entrer de sa demeure :

« Haaaa….vous voila enfin, tout c’est bien passait j’espère »

Pour éviter de me lancer dans d’interminable récit j’acquiesçait de la tête :

« Vous savez mon garçon vous êtes le premier, qui ne me le ramène pas au bout de vingt minutes…..Bravo puis-je connaître votre nom ? »
« Horoshi ……Horoshi Hakaima monsieur »
« Et bien Horoshi Hakaima je te félicite, je saurais qui appeler la prochaine fois que bichon aura envie de se dégourdir les pattes »


Je souris, le genre de sourire qui dissimulait la crainte et l’exaspération, il me sera la main et nous nous quittâmes ainsi sans regret de ma part.

Le retour au quartier général fut fastidieux, mais seul la motivation de toucher ma paye me tenait encore debout.
J’ouvris avec peine la grande porte et me traîna jusqu’au bureau ou la vieille dame m’attendait :

« J’ai accomplit ma mission ……envoyer les ryos » ma conversation se limitais maintenant à quelques mots.

Elle me regarda d’un air satisfait (quelle sadique) puis me tendit une enveloppe :

« Voila votre rémunération »

Je me saisit de l’enveloppe et quitta le QG sans prendre le soin de saluer cette vieille sorcière.

Arriver chez moi j’ouvris l’enveloppe qui contenait un bon paquet de ryos, ce qui me remit un peu de baumes au cœur, mais une bonne nouvelle n’arrive pas seule, parfois même, elle est accompagnée d’une mauvaise, en relevant mon courrier je reçu la note des frais du restaurant me conseillant de rembourser les tables cassées sous peine de (écrit en petites lignes en bas de la lettre).... pétage de tronche.

Finalement, soustraction étant faites, j’avais tout juste de quoi m’acheter du chocolat pour le lendemain finalement tout n’allait pas si mal.
avatar
Hakaima
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 566
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Kodomo no Asu...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Kazuo le 12/5/2008, 14:32

Le lendemain de l’obtention de mon bandeau, j’allai voir mon grand-père. Cet ancien membre des ANBU est mon mentor, même s’il a 80 ans il n’est pas a prendre a la légère.
-Oh, bonjour Kazuo, ça … Hé ! Tu as un bandeau ?
-Oui … hé hé
-Mais c’est une mascarade ! Quelqu’un de ton niveau ne peut être genin ! De mon temps, on t’aurait fait parcourir une forêt remplie de pièges et de ninjas assoiffés de sang prêt à tout pour te prendre un parchemin qui te faisait passer à l’étape suivante
-Pff … tu peux pas être un grand-père normal et me féliciter pour ma promotion ?
-Mais c’est ce que j’allais faire. Au fait, vu que tu es légalement un ninja, je pense que j’ai un rouleau qui t’intéresse.
-Fais moi voir ça !

Je suivis mon grand-père dans son bureau, dans lesquels des centaines de rouleaux et livres étaient entreposés, à côté de son bureau. Il cherchait des rouleaux intitulés :
Techniques Fuuton de base et Invocations, les pratiquer et les utiliser
Je brûlais d’impatience à l’idée d’apprendre une nouvelle technique, d’autant plus qu’après mon apprentissage du Kamataichi en demi-teinte, je comptais vraiment apprendre une technique et la connaître sur le bout des doigts.
Il trouva le chapitre consacré à la technique Fuuton Reppushou.

-Suis moi, me dit-il après avoir trouvé l’autre volume qui l’intéressait
Arrivé dans l’arrière-cour, il fit un enchaînement de signe très rapide et pointa son bras sur
une branche porteuse de l’arbre, qui tomba après avoir reçu la rafale de vent
-Wow, c’est assez puissant
-Oui, mais cette technique est plutôt utilisée pour le soutien ou pour attirer un ennemi dans un piège lorsqu’on doit rester caché. C’est bon aussi en combat singulier, mais préfères-y une technique tranchante genre Kamataichi.
-Mmm, je vois…
Après une courte introduction sur la technique, nous nous saluâmes
-Allez, au revoir.
-Oui, et n’oublies pas de faire circuler le chakra entre tes paumes, de le concentrer et, au bon moment, de faire les signes.
-D’accord, je retendrai l’astuce.
Après avoir déjeuné et déposé les livres chez moi, je m’entraînai un peu, en relisant la notice
Maîtriser le Reppushou
Cette technique est simple a utiliser mais requiert une maîtrise parfaite.
Le secret réside dans le chakra qui traverse les mains. Il doit être malaxé puis passer entre les mains, qui doivent être parfaitement symétrique. En accélérant cette opération, vous obtiendrez une meilleure vitesse d’exécution, c’est pour cela que ce geste doit être répété des centaines de fois pour pouvoir être ensuite effectué en une fraction de seconde.

-Ok, je peux le faire !

Je commençai à malaxer mon chakra. Je le fis passer à travers mon bras puis entre mes deux paumes, le chakra passait juste entre les lignes de ma main. Je pouvais le voir et le sentir !
Après cette mise en bouche, je m’étirai et soufflai, la nuit allait être longue.


-D’accord, on a des missions de travail dans les champs, si tu veux arracher des algues tout un après-midi pour 30 ryos de l’heure, ou si taper sur du fer t’amuse, un forgeron a besoin d’assistants .
-Bon, va pour la cueillette des algues.
Le chargé aux missions me donna un document auquel j’apposai ma signature.
-Oooooh ! Sabishii ? J’ai aussi un truc parfaitement dans tes cordes.
Du boulot au centre de recherche, ça te tente ? Tu devras …
-Pas la peine de m’en dire plus, je prends le boulot .
-Parfait ! Je te modifie le formulaire. Tu dois te présenter sur ton lieu de travail aujourd’hui à 14 heures, donc dans exactement … Cinq minutes.

Il eut a peine le temps de déposer mon ordre de mission sur une pile de papiers que j’étais déjà parti.

J’entrai dans le bâtiment, et je m’enregistrai à l’accueil ou l’on me donna un badge d’invité et où la réceptionniste murmura un discret « pigeon », enfin pas assez pour mon oreille.
Je compris pourquoi elle m’avait dit ça lorsqu’elle m’expliqua clairement la nature de ma tâche

-D’accord, donc tu devras nettoyer la salle 21, celle ou on teste les explosifs et les fumigènes.
-En gros je me suis fait baiser par le chargé aux missions. Oui, c’est pour ça que la mission a eu lieu juste après qu’il m’ait inscrit . L’enflure !
-Exactement, mais je te prie d’utiliser un langage moins fleuri en ma présence. Et tu risquerais de l’avoir encore plus mauvaise si ta mère connaissais l’étendue de ton vocabulaire.
En tout cas, je te souhaite bien du plaisir .
Elle me tendit un balai, un tampon à récurer et un seau et me planta devant la salle 21, qui avait la particularité d’être bordélique(normal chez les créatifs) , recouverte d’un pellicule de poussière.
Mon après-midi allait être aussi pourri que l'odeur qui régnait dans cette salle .
avatar
Kazuo
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 87
Date d'inscription : 04/05/2008
Localisation : Sur une toile

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Chiraku le 12/5/2008, 14:53

Enfin, Chiraku avait obtenu son grade de Chunnin ! Après maintes et maintes épreuves plus tordues les unes que les autres, après maintes humiliation, c'était enfin la consécration ! L'heure était à la fête dans l'arène de Gensou, et les nouveaux Promus étaient dans un état de fébrilité extrème. Yozo sautait partout, Takeshi tremblait comme un épileptique, Mei-Lynn dansait d'une façon très étrange, en remuant les bras un peut partout, Bref, c'était l'hystérie générale. Comme si cela ne suffisait pas, un espèce de Freak afro en slip panthère entama une macarena, bientôt suivi par la foule en délire, sous le regard exaspéré du Gensoukage...

???- Je suis Mr. Korove ! Love me, tous chez Shimaru ! Qui m'aime me suive !

La foule en transe suivie l'étrange personnage, et personne ne prêta attention au dénommé Shimaru, qui protestait à grande voix, et aidé par le Kage, essayaient de neutraliser la populace en folie.

Après une nuit de Beuverie, de Luxure et de débauche, Chiraku rentra chez lui, avec un mal de crâne terrible, et une intense douleur dans les testicules, dont il n'avait aucune idée de l'origine....

Chiraku- ....Et ben, chui pas fâché que ce soit fini.

Il monta mollement l'escalier, et tomba de sommeil.

Rève a écrit:
Chiraku- Humm mademoiselle, vous avez une jolie paire de.... D'yeux Guahhaha

Jeune fille dénudé- hihihii

???- Chiraku !

Chiraku- Gné ? Qui êtes-vous ?

Cacaunoy- C'est moi ! Tu m'a oublié ?

Chiraku- .... Cacau....

Chiraku- Cacau !

Il se leva d'un bon, et ouvrit la fenêtre. C'était déjà le soir.... Il n'avait pas pensé à sa coéquipière depuis le début de l'examen, et il se sentait coupable de l'avoir abandonné.... lui son seul véritable ami. Il s'habilla en vitesse, saisi son Katana et se précipita vers les bas quartiers de Gensou, ou se trouvait la forge des Marwais.

Pas un bruit.... ça ne me dit rien qui vaille....

En entrant, une odeur de mort flottait dans la pièce. Deux corps gisait sur le sol. Chiraku réprima une forte envie de vomir, et s'approcha des cadavres. L'un d'eux était le corps sans vie de Cacaunoy. Une plaie béante parcourait son abdomen, et son visage affichait une terrible expression de vengeance. Chiraku détourna le regard, et cette fois-ci, il rependit sa bile sur le sol de la forge. Le deuxième cadavre était celui du père de Cacau. Il avait la tête explosé, et Chiraku ne le reconnu qu'à ses vêtements. Devant tant d'horreur, Chiraku sortit en courant dans les rues humides de Gensou. Plus il courait, plus il avait la sensation que les ténèbres l'attirait. Il força l'allure. Il était dans un tel état de choque, qu'il ne pleurait même pas. Il ressentait seulement un profond sentiment d'injustice.

Pourquoi.... pourquoi elle... mais qu'est-ce qui c'est passé....pourquoi je n'était pas là...

Il se retrouva devant le QG. Devait-il alerter les autorités du village ? Non, Cacaunoy n'aurait pas aimer que le nom de sa famille soit souillé...
Après une longue réflexion, il rebroussa chemin. Il enveloppa les deux cadavres dans la nappe qui couvrait la modeste table de la forge. Il déposa les corps dans le feu, et attendit qu'il aient fini de se consumer. Au petit matin, il ne restait plus aucune trace de la famille Marwais. Il pris un morceau de bois, et mit le feu à la forge.

Un simple accident... un Terrible incendie, voila comment sont mort le forgeron et sa fille.....

Chiraku passa une grande partie de la mâtiné à se morfondre sur le rocher surplombant la cascade. Il se rappela alors d'un phrase que sont grand-père lui avait dit lors de leurs séjours dans les plaines. Il était question de devoir du Shinobi, d'attachement, de mort. Les paroles du vieux sage tournaient en boucle dans l'esprit du jeune homme, tant et si bien que sur le coup de midi, il s'était résigné.
Il rentra chez lui, et trouva ses parents morts d'inquiétudes. Après quelques explications foireuses et une joie feinte d'avoir été promu, tout rentra dans l'ordre.

Les jours se déroulaient sans faits marquants, et Chiraku était d'humeur morose. Une semaine après les tragiques événements, un Chunnin vint apporter une missive au palais des Mizu, ou Mizu-sama tentait d'apprendre à son petit fils les arcanes du répertoire Suiton du Clan.

Chunnin- Chiraku Mizu ? Vous êtes attendu par le Kage et Yamato Maboroshi, Près de la cascade. C'est urgent.

Pourquoi un membre de la famille Maboroshi.... Oh non ! Je vais surement me faire taper sur les doigts à cause de la sauterie avec cet affreux afro...

C'est un peut honteux que Chiraku se presenta devant les deux hommes. Yamato Maboroshi était un viel homme, et il était difficile de croire qu'il représentait un clan aussi puissant.

Yamato- Bonjours jeune homme. Je suis Yamato Maboroshi, Grand prêtre du Clan.*
Chiraku- Haheum... enchanté... vous savez, pour la...
Kage- Chiraku, tu a récemment été promus Chunnin, et au vu de ton dossiers, tu a été choisi par le Clan Maboroshi pour t'entraîner avec deux jeunes genin de leurs clan. Voici des fiches récapitulatives.

Code:

_ Nom /Prénom : Maboroshi/Siddharta
_ Clan/Famille : Clan Maboroshi
_ Âge : 15 ans
_Affinité : Doton
_Information complémentaire : Présent un réel talent pour le Genjutsu.

Chiraku- Mais je suis très mauvais en Genjutsu et ...
Yamato- Nous voulons justement qu'elle développe un peut plus les autres aspects de ce qui fait un Ninja. Vous verrez c'est un jeune fille un peut particulière...
Kage- Le deuxième Genin est Kane Maboroshi :

Code:

_ Nom /Prénom : Maboroshi/Kane
_ Clan/Famille : Clan Maboroshi
_ Âge : 15 ans
_Affinité : n.c.
_Information complémentaire : Cas très intéressant, il s'oriente vers la maitrise des sceaux. A vous de l'initier au Ninjustu et aux armes blanches.

Chiraku- Mais....
Kage- Ne t'inquiète pas, tu sera à la hauteur. Ton dossier a bien été étudié, et je suis sur que tu t'en sortira à merveille. Il faudra juste que tu t'en occupe en attendant le Junnin qui, à terme, sera le chef de votre équipe. Tu sera leur nounou en quelque sorte !
Chiraku- Mais ils sont à peine plus jeune que moi !
Yamato- Mais tu a infiniment plus d'expérience qu'eux. Quoiqu'il en soit, la décision est prise. Je t'enverrais ces deux Genins ici même, demain matin à l'aube. Sur ce, Chiraku, Kage....

Le vieil homme s'éclipsa, laissant Chiraku seul avec le Kage. Ils restèrent silencieux un bon moment.

Chiraku- Vous savez, je ne suis pas sur d'être à la hauteur... en ce moment je suis asse déprimé et....
Kage- Oui je suis au courant pour ta partenaire... Des junnins sont en train de déterminer s'il s'agit d'un accident ou d'un acte criminel... Quoi qu'il en soit, tu ne doit plus penser au passé, concentre toi sur le présent... et l'avenir ! Ces jeunes gens comptent sur toi pour les faire progresser, à toi de t'en montrer digne !
Chiraku- Oui, je pense que vous avez raison... Je vais me lancer a corps perdu dans la mission que l'on m'a confier !
Kage- Voila une sage décision ! Allé, va, il me semble que Mizu-sama t'attend pour continuer votre petit entrainement !
Chiraku- Aurevoir, et merci pour tout !

C'est avec une ardeur renouvelé et de nouvelles perspectives que Chiraku se remit à la tache. En effet, depuis une semaine, son grand père tentait de lui faire assimiler le principe de l'invocation. L'invocation, élément majeur du ninjutsu des Mizu, permettait à l'utilisateur de commander aux.... Tortues.


Dernière édition par Chiraku le 12/5/2008, 22:15, édité 1 fois
avatar
Chiraku
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 236
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 28
Localisation : BZH for ever

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Mei-Lynn Sabishii le 12/5/2008, 16:07

Chunin... J'étais parvenue à obtenir le grade Chunin... Bon, Ca n'allait pas sans dire que cet exam' n'était pas de tout repos... Traverser un marais puant, répondre à un questionnaire plus que stupide, le tout habillés d'un style vestimentaire douteux, dans une salle avec pour lumière une boule disco, et de la musique à fond et enfin mes fameux combats, dont celui où il fallait "fighter" un examinateur... Encore heureuse d'être passée, parce que refaire un truc aussi sadique...
Après nous avoir donné une veste Chunin, je retournai chez moi, cela dit sans le sourire, n'arrivant pas à exprimer cette joie, joie qui par ailleur bouillonaot en moi. Il fallait que je le dise à Evaline, Izyroth et Kezashi... Mais en premier, il fallait affronter une nouvelle épreuve: la joie de ma mère. Pour comparer, la traversée du marais, c'était jouer à cache-cache ninja, le questionnaire, une interro sur le vocabulaire du ninja, et les combats du chi-fu-mi.

*Pensée*: Bon, tu y es ma grande...

J'inspirai un bon coup et entrai. Après une rapide analyse, je vis que ma mère rassemblait rapidement des papiers, préparant sûrement à sortir. Je m'approchai quelque peu timidement, attendant la sentence maternelle tomber sur moi.


Mei-Lynn: Hum... 'Jour m'man...
Eiyo: Meiiii! Alors cet exam...

Elle avait vu ma veste Chunin. Toujours aussi timidement, je la tendis, pour lui montrer que c'était bien réel. Comme je le redoutais, ma mère lâche ses papier et se précipita sur moi. Avant que même que je ne pus faire un geste, elle m'enlaça contre elle, m'étouffant presque totalement.

Eiyo: Mei-Lynn chériiiiiiie!! Tu peux pas savoir à quel point je suis si fière de toi!
Mei-Lynn: Erps... Si j'ai pas claqué dans les épreuves précédentes, je vais mourir étouffée...
Eiyo: Ah oui les épreuves! Tu sais quoi? Je vais déposer ces papiers au Quartier Général, et nous allons ensuite fêter ça avec les autres!
Mei-Lynn: Heu... Si tu veux...
Eiyo: Et fais moi penser à te prendre un randez-vous chez le coiffeur.
Mei-Lynn *éberluée*: Chez qui? Hé attend!

Je rêvais ou elle avait dit "coiffeur"? Bon d'accord, avec mon mètre soixante-dix, les cheveux tombant jusqu'au bas du dos, le tout attaché en couettes, peut être que ce n'était plus d'actualité, mais moi je m'aimais bien comme ça... Mais peut être qu'un changement de coiffure et de style vestimentaire ne serait pas si mal après tout...
Après une marche d'une bonne dizaine de minutes, nous arrivions au Quartier Général, et nous nous dirigions vers... Le bureau du Kage? Déjà revenu à ses affaires, juste après l'annonce des résultat? Et ben... il perd pas son temps... Une fois devant la porte, ma mère frappa.


Voix: Entrez!
Eiyo *entrant et s'inclinant légèrement*: GensouKage-sama, voici les papiers demandés.
Kage: Eiyo-san! Merci, justement j'étais sur le point de partir. Ce qu'il peut être fatiguant ce Korove... Et je vous ai déjà dit- et répété- que vous pouviez m'appeler par mon prénom, j'ai l'impression d'être un vieux...
Eiyo: J'y penserai... Ryoshima-sama... Je vous souhaite une bonne soirée... Et bonne chance apparemment...
Kage: Je vais en avoir besoin...

Korove? C'était pas le nom du type qui avait remplacé l'examinateur aveugle lors des combats contre ces derniers? Enfin bref, après cette rapide visite, ma mère et moi nous nous dirigions vers le bar le plus bruyant des Commerces...
En y entrant, une forte odeur d'alcool me prit à la gorge. L'animation semblait à son paroxysme. Certaines personnes étaient ivres mortes, tantôt dormant sur une table, tantôt vautrées sur le plancher du bar. D'autres se bagarraient, comme ce fou furieux d'Erol, en pleine "dispute" avec un ivrogne qui réussissait à éviter les coups de poings, de pieds, et de kunai avec une chance incroyable. On pouvait aussi apercevoir d'autres danser comme des possédés, dont un noir avec une touffe proéminente faire tout et surtout n'importe quoi.
Sinon d'autres clients buvaient tranquillement un sake ou une bière au comptoir, certains reluquant le décolleté d'une serveuse. D'autre rigolant tout simplement entre deux gorgées.


Mei-Lynn: Wohw...
Eiyo *criant presque*: Alors ça te plait pas? Maintenant on va fêter ta promotion au rang de Chunin!! Garçon, deux saké! Vient Mei-Lynn, on va chercher une table!
*Pensée*: Bah ma grande... On va pas s'ennuyer... Je le sens bien...

Après avoir trouvé une table parmi ce fouillis, j'essayais de chercher quelques participants de l'examen. Parmi eux je voyais Tyrande s'engueuler avec Ryosuke, Takeshi complètement saoul sur les genoux de Yoso, lui aussi bien remplit d'alcool, Erol toujours dans son combat contre l'ivrogne, celui-ci ayant réussi à faire un coquart à l'oeil droit du nouveau-promu, et enfin un certain Chiraku en train de grimper dans les étages, accompagné d'une fille.
De plus, une forte musique ce faisait entendre, d'un rythme... Assez entrainant d'ailleurs... Le saké fut servi, et ma mère vida sa bouteille d'un trait, moi n'osant toucher à l'alcool. D'ailleurs, elle remarqua bien vite mon abstention.


Eiyo *rigolant*: Allez Mei-Lynn!! Lâche-toi, on passe qu'une seule fois Chunin, et puis ça permettra de voir si ma fille adorée est une fêtarde!
Mei-Lynn *étonnée*: Non merci...
Jeune Ninja, complètement ivre: Hahaha... La nulle...!

Avant même qu'il n'ai pu le remarquer, le garçon se retrouvait encastré dans une table, avec un bel oeil au beurre noir en prime. Lorsque je me retournai vers ma mère... elle était effondrée de rire. L'alcool l'avait sûrement gagnée aussi...

Eiyo: Tu vois Mei! Bon, je reconnais que c'était pas très sympa mais... Lâche toi, allez, bois moi ce saké!
Mei-Lynn *déglutissant*: J'vais le regretter mais bon...

Je pris la petite bouteille et la vida d'un trait. Bon sang, c'était fort! Je toussai avec force, étant surprise de ne pas vomir. Mais l'arrière goût n'était pas mauvais... Je me sentais... Bien. Etrangement bien. Prenant mon courage à deux mains, je me dirigeai vers la petite scène de danse, et m'entrepris de danser d'une manière à bouger mes bras et mes jambes, en faisant des angles complexes. J'ajoutai à cela un mouvement circulaire du bassin, en faisant un enchainement bien régulier. Le type afro à la grosse touffe s'approcha de moi, en gueulant.

Touffu: SALE HERETIIIIIQUE!!! ARRETE CETTE DANS DE FEMMELETTE TOUT DE SUIIIIIIITE!!
Mei-Lynn *voix rêveuse*: Tu serais pas le type qui a combattu pendant l'examen? Le Korove?
Makaya: OUAIS C'EST MOI!! Je suis le grand, le beau, le fort, le célèbre MAKAYA KOROVE!! Et toi et ta danse de mec féminisé, je vais t'envoyer faire popo avec MA danse et MON Reecom Kick!

Il s'entreprit de danser d'une manière bizarre, avec des gestes bien enchainés. Moi, d'une manière de somnambule, je me mis également à danser, mais à ma propre manière. Enervé, il me balança un coup de pieds en gueulant "RECOOM KIIIIIICK!!!". Ma mère rattrapa au vol, tout en riant auc éclats. J'avais eu pile temps de me mettre en garde. Rapide pour une aussi grosse touffe de cheveux... Moi même je me mis à rire, me plongeant pleinement dans cette soirée.... Et dans le monde des rêves.
Lorsque je me réveillais, avec un mal de crâne impossible, je me trouvais dans mon lit, en sous-vêtements.

*Pensée*: Ouhaaaaaa... Je suis pas prête de refaire un truc pareil...

Je me mis à chercher mes vêtements des yeux -ou plutôt essayer, ma vision étant vachement brouillée. Ma mère entra alors dans ma chambre, en pleine forme, comparé à moi.


Eiyo: Allez jeune fille! On s'habille! On a un rancart avec le coiffeur!!
*Pensée*: Et m....
avatar
Mei-Lynn Sabishii
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 1039
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 25
Localisation : Nobeoka, en train de ramper dans mon propos sang...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Hakaima le 12/5/2008, 18:59

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas …

Je me levais en cette matinée maussade, le ciel était chargée de gris ce qui reflétais bien mon humeur du jour, en effet il y a des matin ou la bonne humeur n’est pas au rendez-vous.
Je traînais des pied pour descendre jusqu'à la cuisine, là je passais un temps interminable à essayer de retrouver un minimum d’enthousiasme mais rien n’y faisait, je resté figée dans une expression grisâtre :

« Mais bordel, j’suis borderline ou quoi ……. » M’écriais-je comme pour expulser cette désagréable sensation.

Le martèlement des gouttes de pluie sur les tuiles résonnait dans toute la maison tandis que je jetais un coup d’œil vers l’extérieur, les rues se désemplissaient au fur et à mesure que la pluie s’intensifiait. L’examen venait de se terminer et bientôt le village retrouvera sa quiétude habituelle, loin du tumulte qu’un tel événement occasionnait.

Je restais là à contempler les ruelles jusqu'à ce qu’un tonnerre, qui fit trembler tout les murs de la maison, viennent me sortir de ma méditation.
La rues principales du quartier commerçant était désormais quasi déserte, je regardais sans intérêt les va et viens incessant des derniers commerçants remballant à la hâte leur marchandise surpris par une pluie si soudaine.

En quelques minutes les rues furent délestées de tout leur occupant et je décidais de m’asseoir un instant sur le palier de ma porte pour profiter du spectacle rare d’une ville fantôme, lorsque j’ouvris la porte le bruit de l’eau frappant le sol produisait un son qui sonna comme une berceuse à mes oreilles, le ciel était bien bas et la brume commençait à recouvrir le toit des maison.

Je contemplais silencieux le spectacle tout en m’asseyant sur le palier de la porte, le bruit de la rue n’était plus, seul la puissance de l’orage faisait autorité.
Je perdis mon regard dans l’épais brouillard me laissant vagabondé au gré de mes pensées, je me remémorais mes jours passés a l’académie, mes discussions avec Mr Inuzaka, en fin de compte je m’ennuyé ferme…

Je restais là à ruminer mon ennuis lorsque que je vis à travers la brume une silhouette courir à toute allure dans ma direction, j’eu a peine le temps de me demander ce qu’il venait de ce passer qu’une kunoichi se tenait à côté de moi :

« Brouuuuuhaaaaaaaaaa…………….mais c’est qui fait un temps de me*** dans ce pays » déblatta t-elle sans même me porter attention.

Je ne l’avais jusque là jamais aperçu dans le village, sûrement devait-elle être une participante à l’examen, elle portait des vêtements en haillon ponctués à leur base d’énorme bottes, des long cheveux violet ruisselant tombaient sur son visage (sûrement l’œuvre de la pluie), elle se tourna vers moi et dit d’un air surpris :

« Qu’est-ce qu t’as à me regarder comme ça !!!!! »


Je restais un moment étourdis par sa réaction puis je répondis :

« Heuuu…. Bin….c’est plutôt à moi de te demandais qu’est-ce que tu fou devant chez moi ?! »
« Bin sa se voit pas j’me met à l’abri… c’est qui caille ici »


Décidemment cette fille parlé comme un vrai mec malgré ses apparences, elle me regarda et reprit :

« Et toi qu’est-ce tu fou là »
« Bin …..j’crois te l’avoir dit… j’habite ici »


En plus de ça elle ne m’écouter même pas :

« Et tu n’es pas du village… je me trompe ? » questionnais-je plutôt maladroitement
« ….habiter dans un pays aussi humide…non…très peu pour moi »
« Tu as donc venu passé l’examen chuunin »
« Ouais et en plus je l’ai réussit … »


Qui aurait cru que cette fille qui devait avoir mon âge, peut être moins, était déjà chuunin. Encore un paramètre qui me rappelait que je devais vraiment être à la traîne par rapport aux autre :

« Hééé ben bravo….il parait qu’en plus cette année il était plutôt sadique »
« Bin ouais…. mais bon l’important c’est le résultat …. »


Elle sembla me portait un peu plus d’attention à la suite du début de discussions que nous avions eu :

« Et toi…tu est chuunin ? » me questionna t-elle
« Malheureusement non……je suis un genin depuis peu »


Elle éclata de rire et me regarda :

« Hahaha t’es un marrant toi allez trêve de plaisa…. »
« …Je te dis que je suis encore genin »
lui répondais-je un peu vexé par sa réaction
« Ha bon …désolé je ne voulais pas me moquer…. »
« Arf c’est pas grave tu pouvais pas savoir … »


Elle scruta le ciel comme pour essayer d’y déceler un rayon de soleil :

« La pluie…la pluie….vous en avez jamais marre …. »
« Bin tu sais on en fait vite une habitude et tu est de quel village ?! »
« Chikara …. »
répondit-elle sans quitter le ciel du regard

Puis elle se retourna et regarda fixement la porte :

« Horoshi Hakaima…. Hein…..plutôt banal comme nom … » pointant sur doigt vers l’inscription gravé sur la porte
« Merci sa fait toujours plaisir et le tiens c’est ?.. »

Elle ne répondit pas …

Le ciel c’était soudain éclairci et le soleil avait réussit à percer les nuages par endroit et l’ambiance, auparavant étouffer sous les rumeurs de la pluie, était désormais calme et paisible :

« Haaaaa…….enfin c’était pas trop tôt » déclara t-elle en voyant le soleil reprendre ses droits

Je restais là à regarder le spectacle, lorsqu’elle quitta le seuil de ma porte, se tournant vers moi et en disant:

« Bin merci pour ce brin de discussion et surtout pour un coin sec …..Au fait moi c’est Seshiru…Seshiru Kitai…. Peut être à une prochaine fois on sait jamais …»

Puis elle disparu aussi vite qu’elle était apparu.

Je me retrouvé seul sur mon palier cette petite discussion, aussi futile fut t-elle, m’avais au moins permis de faire disparaître mon humeur maussade comme on dit :

« Du moment que le bonheur, c'est de vivre, on doit le trouver aussi bien dans la douleur que dans le plaisir et parfois jusque dans l'ennui. »
avatar
Hakaima
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 566
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Kodomo no Asu...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Ryûkki le 12/5/2008, 20:51

Je sortais de la salle d’un air dépité. Je n’avais aucun remords, j’avais décidé de stopper l’examen ici. Ce questionnaire était farfelu, je n’avais même pas réussis à trouver une explication rationnelle. De toute façon je n’étais pas prêt. Il fallait que j’approfondisse mon répertoire de technique. Je retrouvais Keira aux portes du village. C’était la fin de journée et il était perché sur un arbre les yeux fixé sur le ciel bleu indigo. J’en pouvais plus, c’était moral. Je savais que j’aurais pu aller loin dans cet examen mais bon… Je devais rentrer vite au village et reprendre l’entrainement. Je m’approchais de Keira, et…

Ryûkki : J’abandonne… Tu sais j’me sens pas prêt. J’aimerais apprendre de nouvelles techniques et peaufiner les bases.

Keira : C’est plutôt bien réfléchis je trouve. Tu veux voyager de nuit ou ne préfères tu pas rester la nuit.

Ryûkki : Je suis impatient de rentrer, faisons vite.

Keira : Comme tu veux, cela ne me pose aucun problème.

C’est comme ça que nous quittions le village de Gensou. On entendait encore le bruit de la cascade derrière nous. Pendant près de trois heures de marche, on avait atteint la forêt. On s’enfonçait dedans sans prendre le temps de faire une pause. Il faisait très sombre, et Keira sortit une lampe de poche afin de se repérer dans ce massif forestier. Après quelques minutes…

Ryûkki : Cette source de lumière est elle vraiment une bonne idée, sensei ?

Keira : Non pas vraiment tu as raison, mais en temps normale j’aurais dressé un campement afin de passer la nuit et ne pas être forcer de traverser la forêt avec toi en pleine nuit…

Le temps passait et nous continuons à avancer. Pendant un moment, j’me sentais observer. Peut être n’étais ce qu’une impression ? Mais au fil du temps, j’me sentais vraiment mal, quelqu’un nous scrutait bel et bien dans l’obscurité. Juste avant d’en faire part à Keira…

Keira (chuchotant) : Oui, je sais… J’le sens aussi.

Ryûkki (faisant de même) : Que pourrions nous faire ?

Keira (chuchotant toujours) : Toi rien pour l’instant…

Keira alluma quatre torches et les lança par deux de chaque coté. Il ma lança…

Keira : Scrute-le Coté Droit !!

Je tournais machinalement la tête vers le coté droit et j’aperçu trois personnes. J’en fis part à Keira et lui en duit qu’il y avait six assaillants. Le combat était engagé, et j’eu de la chance, seulement deux personnes s’étaient dirigées vers moi. Je matérialisais un clone…

« Raiton, Bunshin no Jutsu !! » , un clone apparut à mes cotés. Il se lançait sur le premier ennemi qui lui faisait face et lui infligea une série de coup de poing avant de s’accrocher à son buste et d’exploser. L’explosion m’avait surpris car jusqu’à maintenant, elle n’avait jamais blessé. L’homme avait reçut une décharge qui devait surement être puissante car il tomba au sol et convulsa. Je m’apprêtais à attaquer mon adversaire quand celui-ci se trouvait déjà derrière moi. Je pris un violent coup de pied circulaire dans les côtes et fut propulsé contre un arbre. J’étais vachement sonné mais je réussis à ma relever. A peine sur pieds, il me renvoyait en l’air de plus belle. Je restais bloqué dans les branches et je pouvais contempler le combat de la haut car Keira avait jeté d’autres torches par terre pour voir ses ennemis. Ils étaient au nombre de cinq vu que j’en avais battu qu’un seul. Keira était entouré. Je le vis se mordre le pouce enchainer quatre signe que je ne pouvais pas distinguer de là où j’étais posté. Il frappa le sol et cria…

« Kuchiyose No Jutsu » , un seau se forma sur le sol et se dissipa. Un énorme Lion apparut… enfin nan pas un lion un Tigre, ou alors peut être bien les deux ! Il était grand et majestueux. Il était dressé là, devant deux adversaire. Il leur décocha un grand coup de patte qui coupa littéralement l’un d’eux, et mis un coup de crocs au second. Keira lui se débrouillait très bien, il se battait contre les trois autres à l’aide d’un kunaï et d’un clone. La branche sur laquelle je tenais ne semblait pas trop apprécier mes 70kg. En un éclair j’me retrouvais par terre avec un sérieux mal de crane. Je levais les yeux vers le combat et un de ces imbéciles venait en courant vers moi, je dégainais mon sabre et quitta mon adversaire des yeux. Je contemplais l’invocation de Keira. Elle venait de prendre une forme surprenante. Mon adversaire ralentit sa course, et se retourna à son tour, alors, il vit le lion-tigre former de sable noir, un sable bien spécial. Je ressentais son magnétisme… Ouais, c’étais ça, il était formé de Kinton. Incroyable, il était fait de fer noir, mais en une fraction de seconde il fonça sur le dernier assaillant et tournoyait autour de lui formant ainsi un tourbillon. Après quelques secondes, il reprit une forme normale. Sa proie avait disparut, il ne restait…rien. Keira s’avançait vers moi et me demandais comment j’me sentais. Malheureusement, je ne pus répondre car je perdis connaissance…
avatar
Ryûkki
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 62
Date d'inscription : 11/03/2008
Age : 27
Localisation : ...

Voir le profil de l'utilisateur http://www.Shinobi.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par erol le 12/5/2008, 21:15

* Alors comme ça j’étais passé Chuunin ? Voila quelque chose de cool. Je pouvais faire des missions encore plus dangereuse. Faut dire aussi, j’en avais bavé avec les épreuves. En plus, on avait fait une épreuve de plus que convenu avec ce salaud d’examinateur à la con. Bref, j’étais Chuunin. Tous les promus étaient en train de rigoler aux éclats et à chanter. Il parlait tous d’aller à la taverne, tandis que ceux qui avaient raté menaçaient de se suicider.

Première chose que je devais faire, c’était d’annoncer la bonne nouvelle à Kirin. Je sortis donc de l’arène et ne fis pas 10 mètres qu’une branche d’arbre sortit de nulle part et commença à m’étrangler. Kirin apparut dans un éclat de fumée.
*


-(Kirin)- Alors ?

-(Erol s’étouffant)- J’suis Chuunin …


* L’étreinte de l’arbre s’arrêta net. *


-(Kirin)- Je sais pas si j’dois te féliciter …

-(Erol)- Ca serait bizarre venant de toi.

-(Kirin)- Ouais c’est vrai … En tout cas, j’espère que tu t’es amélioré pour ton prochain d’entraînement parce que tu vas en baver !

-(Erol)- Encore ? Rho la la !

-(Kirin)- Hun hun hun … Mais bon aujourd’hui, je te laisses ! On va même fêter ça ! Viens à la taverne …

-(Erol)- C’est que …

-(Kirin criant)- SINON JE TE TUE ! TU N’AIMERAIS PAS RESTER CHUUNIN UN PEU PLUS LONGTEMPS ??

-(Erol)- Si si la taverne c’est super !


* Nous allâmes donc à la taverne. Là, c’était le chaos total. Pratiquement tout les nouveaux promus y étaient. Je rentrai dans la pièce et alla à une table vide. Kirin gueula quelque chose au serveur et ce dernier nous apporta 2 bouteilles de saké. *

-(Kirin)- A ta santé ! Et à ta promotion en tant que Chuunin de Chikara.

-(Erol)- Euh … C’est du saké ?

-(Kirin)- Ouais …

-(Erol)- Euh … Et bien, c’est que … Comment dire … J’en ai jamais bu !

-(Kirin)- Ben ça sera une toute première … Bois !


* C’est à ce moment là que je fus sauvé par le gong. Un vieil ivrogne renversa une bouteille de saké sur mes chaussures. *


-(Erol)- Bordel ! Ta la nostalgie des saisons ? Tu veux des marrons ? J’vais te tuer ! Rhaaaaa !!


* Je lui mis un coup de poing qu’il esquiva en tombant par terre. Je sortis un kunai et le frappai de tous les côtés avec mes poings, pieds, kunais … Mais il n’arrêtait pas d’esquiver en tombant, glissant, rotant … À un moment, je lui mis un coup de poing à la tête qu’il se prit. Il bascula sur le côté et fit tomber une table. Une bouteille saké qui était à l’opposer de la table, valsa en l’air vers ma tête. Je ne pu esquiver et me prit le bouteille de saké dans l’œil droit. J’étais très en colère. J’hurlai et sautai sur l’ivrogne qui lâcha une bouteille de saké qui s’éclata sur la tête d’un gros gars immense. Ce dernier se retourna et frappa son voisin croyant avoir à faire à une mauvaise blague. C’est ainsi que commença une baston générale. Après avoir finis d’étrangler l’ivrogne qui s’était évanoui à cause de l’alcool, je me levai et me prit un coup de poing de la part d’un gars qui passait. *


-(Erol)- Mais j’vais tous vous buter !

-(Kirin)- J’suis avec toi mais avant …


* Kirin sauta sur moi et me força à avaler tout le contenu de ma bouteille de saké. Une fois avoir avaler le contenu, je tituba un petit peu. *


-(Erol titubant)- Z’est partit … Hic … Mon kiki ! Ha ha !


* Je sautai sur le premier venu. Un grand type chauve avec un ruban rose sur l’œil. Je lui arrachai le ruban avec mes dents et commençai à arracher ses cheveux inexistants. Je le pris par la nuque, et l’envoya valser contre une table. Je regardai un peu la salle avec mon œil gauche, l’œil droit ayant un coquard. Enfin, mon œil gauche ne voyant pas très bien non plus l’alcool me faisait voir flou. Je pu quand même apercevoir Une chose étrange que j’avais déjà vu quelque part. Une sorte de rond géant sortant d’une tête. Un oreiller ? *


-(Erol titubant)- Aller z’ou ! Au dodo ! Hic !


* Je mis ma tête contre cette boule et m’endormis. Mon sommeil dura environ 5 secondes puis fut éjecté sur une table. Là, je pu voir Meil-lynn avec sa mère en train de boire du saké. Mei était ivre morte dans les bras de sa mère et cette dernière finissait les bouteilles de saké qu’elle n’avait pas encore touché. Je fus lever en l’air et là j’aperçu ce mec bizarre qui avait combattu à la place de l’autre aveugle. Je remarquai que ce que j’avais prit pour un oreiller était en fait sa touffe. Il avait l’air en colère … Pourquoi ? *


-(Makaya)- J'ai envie de répéter que ces mots ... RECOOM KICK !


* Je me pris un coup de genou dans le menton et fus éjecté contre le mur de la taverne. Je me frottai le menton et rigolai. Je me levai et marchai sur la piste de dance. *


-(Erol titubant)- Staying alive ! staying alive ! Ah Ah Ah Ah staying aliiiiiive ! Hic …


* Je montais sur une table et commençai à chanter et danser. Cette danse dura une bonne trentaine de minute. Une fois finit, je rejoignais mon senseï qui était au dessus de plein de corps évanoui. Ce dernier alla vers moi et me tendit une bouteille en me montrant la sortie. Nous sortîmes dehors et j’avalai le contenu de la bouteille une seconde fois. *


-(Erol titubant)- Bon … Hic … On fait quoi ? La nuit n’est pas … Hic … Finit …

-(Kirin)- Nan … J’ai ma petite idée en tête … Hun hun hun …
avatar
erol
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 176
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 24
Localisation : Tu n'entends pas le bruit de pas derrière toi ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par yan le 15/5/2008, 17:23

une silhouette marchait lentement dans la rue principale du petit quartier des Brumes dit « quartier des fantômes » en raison de l’atmosphère lugubre qui y régnait de jour comme de nuit. Ce quartier était le moins sûr et le plus mal-famé de la ville, une faune des moins fréquentable et des plus dangereuse s’y trouvait et les bagarres, meurtres et règlement de compte y était monnaie courante et le soir il était déconseillé de s’y promener seul. Hors, ce soir-là, yan s’avançait lentement dans cette rue souillée sans prendre de précaution de prudence élémentaire, et pour cause : il sortait d’un bar du quartier et avait l’esprit embué par l’alcool. Mais, au contraire de ses habitudes, il était encore assez lucide car il savait qu’il était presque suscidaire de ne pas être du tout en possession de ses moyens en ces lieux. Alors qu’il avançait péniblement, il tourna brusquement dans une ruelle, se plaqua contre le mur et empoigna une bouteille vide qui traînait. Des pas pressés retentirent au coin de la ruelle et une silhouette surgit du coin de la rue et fut grandement surpris de se retrouver nez à nez avec une bouteille qui arrivait à toute vitesse en direction du nez susnommé. La bouteille de verre éclata à son contact en émettant un craquement de mauvais augure et la silhouette tomba en arrière. Avant même qu’elle ne touche le sol, yan avait sorti de l’intérieur de sa veste deux coutelas dentelés - armes préférés des racketteurs des rues – et fit face aux trois autres personnes qui débouchait du coin. L’un d’entre eux s’avança vers yan, frappa trois fois son torse avec le poing et tendit ce dernier vers lui. Yan baissa ses armes et vint taper le poing tendu avec le sien

yan- ça faisait longtemps, Jen… presque trois ans, non ?
jen- exact. Trois ans que je n’avais pas revu ta tête de sale gosse arrogant, ça me manquait presque…

le dénommé Jen sortit de l’ombre et sourit à yan. Il avait à peu près une vingtaine d’années et était grand et musculeux, ses longs cheveux noirs était noué en catogan et une longue cicatrice barrait son visage de la joue jusqu’à la tempe. Il portait des habits sombres et en mauvais état, par contre, contrastant avec ses habits noirs et gris, une ribambelle d’armes accrochée à sa taille reflétait la lumière de la lune dans tous les sens. Pour toute ceinture, il avait 3 grosses cordes qui lui faisaient le tour de la taille, auxquelles pendaient une multitude de petits couteaux, une matraque, une chaîne qui pendait le long de sa cuisse, un coutelas, une petite arbalète, un long bâton d’environ 80cm avec une poigné creusée qui servait généralement pour les passage à tabac, une tige de fer terminée par un crochet et deux poings américains. Le tout cliquetait à sa ceinture et donnait la bizarre impression qu’il portait une jupe faite de ferraille mais personne de se serait risqué à le lui faire remarquer…

yan- on dirait que tu porte une jupe en ferraille, autrefois tu te souciais plus de la discrétion que de l’armement, aurais-tu changé de point de vue ?
jen- toi tu n’as pas changé, toujours aussi arrogant, par contre tu as grandi et forci, tu n’es plus le petit gamin que j’ai connu, qui volait à l’étalage et faisaient les poches des touristes…
yan- en effet, mais tu n’es pas venu me parler du bon vieux temps, si ? sinon pourquoi serais-tu venu accompagné et en me suivant avec « discrétion » ?
jen- tu as raison, je voulais te parler de quelque chose d’important, et en même temps te faire une proposition : as-tu déjà entendu parler d’Arasu ?
acolyte 1- JEN !! c’est un ninja ! tu n’aurais pas dû !
jen- silence ! yan est un vieux camarade, je sais ce que je fais…
yan- je n’ai jamais entendu ce nom jusqu’à aujourd’hui, c’est quoi ?

jen le dévisagea longuement puis soupira

jen- bien, je vais te le dire : c’est un nouveau village ninja en quelque sorte.
yan incrédule- hein ? rien que ça ? on le saurait depuis longtemps, il me semble
jen- que tu crois, les hautes autorités ninja essaie d’étouffer l’affaire mais ça va finir par éclater au grand jour… Arasu est un village ninja d’un genre nouveau : uniquement composé de bandits, de tueurs, de voyous, de ninjas déserteurs… en bref, c’est un village de la pègre : une possibilité pour le monde criminel de devenir plus puissant, de rivaliser avec les villages ninja, tu te rends compte, yan ?
yan- ouais… mais pourquoi tu me dis ça ? je suis un ninja sous l’autorité du QG, tu te souviens ?
jen- balivernes ! tu n’as jamais été sous l’autorité de personne que je sache, ni sous celle de tes parents, ni sous celle de l’académie ninja, même pas sous la mienne ou celle du Chef, alors ne viens pas me raconter n’importe quoi
yan- admettons… et quelle est la proposition dont tu parlais ?
jen- le Chef a décidé de mettre la création d’Arasu à profit, il veut y installer une branche mafieuse importante, il à déjà commencé à infiltrer des hommes à lui dans certain gangs d’Arasu, le but étant d’en prendre le contrôle : pour ça, il va y envoyer quelques uns de ses ninja, tu vois où je veux en venir ?
yan- je crois que oui, il a besoin de nouveaux ninja pour envoyer à Arasu, histoire de ne pas se départir de trop de ninja ici, c’est ça ? donc il a pensé qu’un genin comme moi, sans clan, sans équipe, avec un passé de délinquant serait plus facile à engager ; et coup de bol, son ancien compère sévit dans un petit gang sous son contrôle, alors pif paf, on le fait comme qui dirait monter en grade, et on t’envoie me voir. Tout est si simple.
jen- ouais c’est un peu ça… alors qu’en penses tu ? tu pourrais gagner de l’argent beaucoup plus facilement qu’en étant ninja : un petit rançonnage par là, un petit tabassage par ci… et le tour est joué !

sous le regard confiant de jen, yan pensait profondément : c’était vrai qu’il n’avais aucune réelle attache à Gensou, ni de loyauté particulière envers le village, et pourtant l’offre ne l’enthousiasmait pas plus que ça, il y a 2 ans encore, à sa sortie de l’académie, il aurait sans doute sauter sur l’offre mais maintenant quelque chose l’en empêchait et il était en train de le réaliser : son train de vie ici lui plaisait et il ne voulait pas en changer. C’est donc souriant qu’il releva la tête pour regarder son ancien camarade dans les yeux

yan- désolé, vieux. Mais ça ne m’intéresse pas
jen- pardon ?! mais, pourquoi ? tu serais devenu loyal et dévoué a la mort au village comme ces lobotomisés de ninja ? je te pensais au-dessus de ça, tu… tu ne peut pas refuser !
yan- ce n’est pas du nationalisme borné, c’est juste que ma vie d’aujourd’hui me plaît comme elle est je viens à peine de le réaliser, donc c’est non
jen- définitif ?
yan- on ne peut plus définitif

un des acolytes de jen fit deux pas en avant, pour venir se placer à ses cotés, yan raffermit sa prise sur ses deux coutelas qu’il n’avait pas lâché depuis le début de l’entretien. L’acolyte en question tendit sa main vers jen qui y fit tomber quelque pièce de mauvaise grâce

jen- je viens de perdre 10 ryos à cause de toi, yan, j’avais parié sur une décision positive de ta part
yan- désolé, mon vieux. Maintenant que cette discussion est finie, ça te dérange si je te laisse là pour rentrer chez moi…?
jen- ça ne va pas être si facile…

*et voilà, c’était inévitable, la mafia n’aime pas les réponses négatives, il faut avoir quelque chose en contre partie… et je n’ai absolument rien…à part ma vie*

jen- tu comprends que cette information, Arasu et tout ça, était plutôt confidentielle, on a pris un gros risque en t’en parlant, on voudrait pas que ça s’ébruite et le lieutenant Akeda a dit qu’ils étaient près à tout pour la garder secrète…

Akeda, qui se faisait appeler lieutenant était le gros caïd de la partie ouest du quartier des Roseaux, ancien lieu d’habitation de yan, en fait, il était le sous-fifre de Zeus (parrain du crime gensouhard) dans ce morceau de la ville. C’était une grande gueule un peu bourrine qui ne devait qu’à la chance le fait d’être toujours en liberté tant sa discrétion et sa subtilité étaient faibles, yan avait déjà eu des problème avec lui dans son passé

jen-… il a précisé que Zeus était prêt à envoyer Kad pour s’assurer de ton silence si le besoin s’en ressentait…
yan en palissant- hein ?! Kad ?! a ce point ?!!

Kad était un des ninja que Zeus avait sous ses ordres, avec la particularité d’agir à découvert, au contraire des autres qui travaillait pour la mafia dans l’anonymat et jouaient en fait un double jeu. Kad était un ancien juunin qui avait était suspendu de ses fonctions et humilié par ses supérieur pour cause de mauvaise conduite, il avait par la suite démissionné, s’était fait engagé par Zeus et avait mené des actions criminelles au grand jour devenant ainsi un des renégats les plus recherchés par la police de Gensou, Zeus s’en servait pour effrayer les plus réticents ; un visage craint et connu faisant généralement plus peur qu’une menace de ninjas inconnus

jen- il nous faut donc l’assurance que tu tiendras ta langue… peux-tu jurer sur ton honneur que tu garderas le secret ?
yan en le regardant de travers- dis donc, ce n’est pas parce que j’ai refusé l’offre que c’est une raison pour m’insulter ! je n’ai pas encore un sens de l’honneur, tout de même ! je te jure plutôt sur ma vie que je ne dirais rien, ça te va comme ça ?
jen en souriant- moi ça me va… mais on va te demander quelques petites choses pour garantir ta parole… rien de bien méchant, quelque petits services ne compromettant pas ta carrière de ninja… on te contactera, on risque de se revoir plus tôt que prévu… allez vous autres, on y va !

les acolytes de jen commencèrent à partir en traînant derrière eux le corps encore inanimé de leur troisième camarade. Yan frappa 3 fois son torse et tendit son point à jen qui répondit au salut en tapant le point tendu. Alors il s’éloigna à la suite de ses acolytes et finit par disparaître dans la pénombre nocturne pendant que yan rangeait ses armes en se demandant dans quel pétrin il s’était encore fourré. Comme l’aube pointait à l’horizon, il décida de rentrer chez lui par les toits, plus fatiguant mais plus sûr que les ruelles… quoique dans ce quartier où le crime imprégnait la moindre molécule d’air, même les tuiles semblait prête à vous racketter
avatar
yan
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 55
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 26
Localisation : la ville rose, en train de dessiner, d'écouter de la zic, de faire la fête, de jouer de la gratte, d

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Mei-Lynn Sabishii le 16/5/2008, 12:17

La sentance devait arriver, c'était catégorique. Nous nous approchions de plus en plus de la demeure du tortionnaire, que dis-je, du meurtrier; celui allait massacrer mes longs cheveux, qui ont mis si longtemps à pousser... Monde cruel quand tu nous tiens...

Eiyo: Rho mais fais pas cette tête ma chérie! Une ptite coupe de cheveux ne te fera pas de mal!
Pensée: Ben voyons... C'est pas toi qui va te faire couper les tifs de plus de la moitié de leur taille...
Eiyo: Et tu sais, avoir une belle coupe de cheveux, peux faire très bonne impression! A mon avis-et ça j'en suis certaine- ça te rendra plus mature et adulte!
Pensée: Parce que je l'étais pas avant?
Eiyo: Ah on y est! Et change cet ait abattu! C'est quand même pas la mort, non?
Pensée: Bah si.

[i]Lorsque nous entrâmes dans le petit salon, quasiment désert hormis un client qui attendait son tour et une vieille dame qui se faisait des frisettes violettes, une grande apréhension me prit. Me faire couper les cheveux, d'accord, mais si jamais la coiffeuse me foirait ma coupe....


Eiyo: Bonjour! Je viens pour le rendez-vous!
Coiffeur: Bonjour. Moi'selle Sabishii c'est ça? Veuillez vous installer ici... Quelle genre de coupe désirez-vous?

Avant même que je n'ouvre la bouche, ma mère avait déjà pris la parole. Elle avait même pensée à choisir une coupe de cheveux pour moi! Bah après tout... Il vallait mieux que ce soit elle qui choisisse, parce que moi... J'aurai fini avec une coupe digne de la deuxieme épreuve de l'examen...
Une fois la demande faite et lavage de crâne aussi, l'homme s'empara de ciseaux, et commença son oeuvre. Je fermai les yeux pour ne pas voir ça.
Nous ressortîmes du salon une bonne heure plus tard, désespérée pour moi-bien que je n'arrivais pas le montrer sous mon air de fille-ailleurs, et un air d'enthousiasme débordant pour ma mère.


Eiyo: Allons Mei-Lynn! Ne dis pas que ça ne te plait pas, c'est pas vrai!
Mei-Lynn: Regarde moi ça... Il m'a pratiquement rendue chauve!
Eiyo: T'éxagère quand même...

Exagérer? Avant ce maudis rendez-vous, mes cheveux noirs séparés en deucx couettes tombantes m'arrivaient jusqu'au bas du dos. Maintenant, ils m'arrivent à peine au niveau des épaules... D'après le coiffeur, vu que quand il eut fini sa torture, j'avais refuser d'ouvrir les yeux.

Eiyo: Quand même... Je dis que tu exagères, parce que tu n'a pas vu ta coupe, c'est tout! Tiens, regarde!

Elle me tira le bras à l'arracher pour m'emmener vers une vitrine remplie de... miroirs. Tiens il y avait un vendeur de miroirs ici? Je m'observai pendant 5 minutes, d'abord mon air de fille-tristounette-qui-semble-ailleurs, puis ensuite l'oeuvre du coiffeur.
Mon dieu...
Mes cheveux étaient passés de très longs à très courts. Le côté droit était balayé, et seules une grosse mèche restait à l'arrière de ma tête. Pour courroner le tout, il m'avait fait une autre mèche sur le côté droit. Je m'attendait à pire... Finalement, il ne m'avait pas foiré...


Eiyo: Bon, c'est pas tout ça, mais moi j'ai pas mal de truc à faire... Donner des papiers au Quartier Général, régler deux-trois choses à l'Académie...
Mei-Lynn: HEIN?! Et... je fais quoi moi en attendant?
Eiyo: T'entrainer ou faire une mission! Tu peux aussi faire des magasins... Ce ne sont pas les occasions qui manquent!

Et elle me laissa là, en plan. J'y repensais... J'étais devenue Chunin, donc peut-être que j'allais avoir des missions moins... casse-pieds, en pesant mes mots.
Je suivis le même chemin qu'avait fait ma mère, pour aller au Quartier Général. Arrivée à destination, je me dirigeai vers le bureau des missions.


Secrétaire: Une mission Chunin, hein? Vous avez été très recemment promue, donc je ne peux pas vous donner de missions très importantes... ou bien des missions de Rang D, mais moins barbantes que d'attraper un chat un promener un chien...
Mei-Lynn: Et qu'avez-vous à me proposer?
Secrétaire *sortant une feuille*: Surveiller les étudiants de l'académie. Leur professeur qui leur enseigne le Genjutsu est malade.
Mei-Lynn: Donc si j'accepte ça, il faut que leur fasse un cours sur le Genjutsu?
Secrétaire: Non non non! Juste les surveiller. Sinon j'ai toujours une autre mission, où là il faut aider la gérante des bains du village à acceuillir les clients. Son unique employée a trouvé le moyen de se défiler pour ne pas travailler...
Mei-Lynn: Je prend celle-là.

Je pris la fiche de mission ou tout était inscrit, lorsque je levai mes yeux vers le jeune femme, elle eut un sourire en coin... Sadique va... Ou plutôt, sadique envers les Genins...

Gérante: Ah mademoiselle! Vous avez fait vite! Et vous tombez à pic en plus, aujourd'hui c'est la folie! Il y a bien trop de client pour que je m'en occupe seule... Je parle surtout des arnaqueurs et espions pervers...

Rectification: pas sadique envers les Genins, mais avec tout le monde... Voilà pourquoi elle avait sourit: pour me dire que je vais en baver...
Dans un premier temps, il aura fallu que j'acceuille les gens. Pas très compliqué en soi, leur dire bonjour, encaisser les ryos et tout ça... CHose pas très difficile, sauf le moment ou un type m'avait refilé de la fausse monnaie... Il ne s'est plus montré depuis qu'il a trouvé une souris dans son maillot de bain.
Après deux heures de "bonjour et bienvenue aux Bains de Gensou!" et d'encaissement d'argent, je devais faire la surveillance. C'est ainsi que depuis une demi-heure, j'arpentais les petites allées, vérifiant si tout le monde-surtout les hommes- se tenaient tranquille. Je vis alors une chose étrange: des pas se dessinaient tous seuls dans les petites flaques d'eau, dans le côté femmes...


Mei-Lynn: Ninpô, envol de plumes noires!

Un oiseau noir s'envola de mon parchemin dans une détonnation et de la fumée blanche, pour se diriger vers les étranges pas. Ma bête percuta de plein une forme invisible-qui poussa un cri de peur et tomba à l'eau, sous les hurlements surpris des filles. Une personne-un garçon d'a peine une douzaine d'années en ressortit. Il fut chassé à coups de cris et de bacs à eau. Bon, ça c'était fait.
Ma troisième tâche était de plier les serviettes. Une tâche simple, mais interminable... Je mis bien plus d'une heure à tout faire correctement. Quatrième corvée et dernière corvée: nettoyer les bains après la fermeture. Une tâche difficile, mais comme les serviettes de bain, tout aussi interminable.
A la fin de la journée, mon dos penchait sous les courbatures.


Gérante: Merci beaucoup jeune fille, vous m'avez bien aidée, et pour cela, voici votre récompense. Et surtout, revenez quand vous voulez!

Le plus tard possible, donc. Mais ce pactole! Je n'en demandais pas tant, mais enfin bon... Vu la peine et le travail que j'y ai mis... Lorsque je revins voir Mlle Sadique, elle ne retint pas un regard surpris lorsque je lui tendis ma fiche de mission. Ceci je revins chez moi, et m'affalait sur min lit.

Mei-Lynn: Si ça c'est une mission simple, j'imagine même pas ce que ça va donner pour une mission plus compliquée...

Et demain, après avoir bien récupéré, un nouvel entrainement commencera. Au programme, le Sumi Bunshin à amélioer, optimiser la maitrise de mes technique d'armes et d'animaux, et peut être tenter une nouvelle technique dans mon livre. Comme aujourd'hui, j'allais pas m'ennuyer on dirait...
avatar
Mei-Lynn Sabishii
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 1039
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 25
Localisation : Nobeoka, en train de ramper dans mon propos sang...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Chihousou le 16/5/2008, 20:38

Désormais il était chuunin. Cette nouvelle le laissait quelque peu…rien en faite. C’était peut-être à cause du je m’en foutisme des examinateur ou au fait qu’il était occupé à éviter le jounin de Mahou à touffe qui lui avait dégommé les parties en ville peu avant l’examen.
Heureusement, le mahousard semblait avoir oublié Chihousou et l’idée de faire de la purée de noix…sur lui en tout cas.

De toute façon, au cours de l’annonce des résultats, la seule chose qui l’avait intéressée était l’état de santé de son précédent adversaire. Cette Seshiru… il lui avait enfoncé ses griffes dans le ventre, près de vingt centimètres d’acier et le tout sans la moindre hésitation. Elle aurait certainement fait la même chose à sa place mais ça ne l’aidait pas. Sentir le sang de la chikarate couler le long de sa main, sentir sa vie s’enfuir et sa respiration ralentir avant qu’elle ne tombe dans l’inconscience l’avait terrifié. Pas par peur qu’elle meurt mais car sur le moment il n’avait absolument rien ressentit. Quand il avait sentit ses lames déchirer la chair et rentrer dans le corps de la jeune ça ne lui avait absolument rien fait…

Rien, à part un sentiment de satisfaction et d’accomplissement pour avoir terrasser l’ennemie…et il avait hâte de ressentir de nouveau cette sensation qui s’accompagnait du plaisir de la victoire…

Il était dehors, dans l’eau froide derrière sa maison, il n’avait pas fait la fête avec les autres promus. Il essayait juste de faire partir les sentiments contradictoires qu’il ressentait et oublier pour se laisser aller dans la douce méditation dont il avait besoin.

Il s’assit donc sur la rivière, comme à son habitude, et tenta de se calmer en se remémorant tout ce qu’il avait vécu au cours de cet examen. Son rythme cardiaque se ralentit, sa respiration se fit plus lent et moins saccadée, son esprit recouvrait son intégrité et ses sentiments de rangeaient bien gentiment au loin dans son subconscient.

Il resta longtemps assit en tailleur à méditer. Il faisait nuit et le jeune homme écoutait les bruits nocturnes de la faune gensouardes, une légère brise se leva et vint lécher le visage de Chihousou et agiter les feuilles des arbres derrière lui. Il se surprit à entendre les jeux amoureux d’un couple d’écureuils, durant la troisième épreuve il avait été privé de son ouïe et depuis il se délectait à recouvrer ce monde si bruyant qui l’entourait. Chaque son, chaque changement léger des ondes sonores qui l’entourait lui semblait être comme des orages provoquant un boucan monstre et il adorait ça.

Continuant sa méditation, il s’amusa à ressentir le flux de chakra dans son corps, à le concentrer dans certaines zones et notamment ses oreilles pour avoir un ouie encore plus fine qu’auparavant ou bien sur son odorat. Avoir un odorat sur développé, quelle étrange sensation, tellement plus subtil que la vue, tellement différent de l’ouïe, unique et rafraîchissant.

Chihousou passa finalement une bonne partie de la nuit à méditer et se remémorer les moments marquants de cet examen chuunin. Puis quand les premières lueurs du jour arrivèrent et qu'il s’en rendit compte, il décida de rentrer pour prendre un repos bien mérité. Cependant quelque chose le dérangeait, il lui semblait oublier un détail important mais il n’aurait su dire quoi.

Une fois dans sa chambre, il vit le carnet de son frère sur sa table de chevet et regarda le sceau qui le couvrait et qui lui refusait la lecture des secrets que contenait le livre. Et quand ses yeux rencontrèrent le sceau, il eut comme un déclic et se rappela le moment où un genin de Mahou, un certain Hisoka, avec qui il combattait avait invoquait un ours lors de leur combat face à un examinateur. Lorsqu’il avait invoqué sa boule de poile un étrange sceau s’était formé au sol et il ressemblé étrangement ç celui sur son carnet. Il fallait qu’il vérifie cela.

Malgré le fait que le soleil ne faisait qu’entamer sa course dans le ciel, le jeune Masaka décida de se diriger vers la bibliothèque. Les rues, encore sombres, commençaient à s’éveiller, quelques marchands étaient en train d’installer leurs étales mais le néo chuunin ne les regardait même pas. Seul la bibliothèque et ses étagères pleines de livres étaient présentes dans son esprit. Quand il arriva devant l’imposant bâtiment, les portes s’ouvraient tout juste et il se faufila juste derrière la documentaliste. Il allait s’élançait dans les allées quand il pris conscience de quelque chose.


-Euh, madame, où se trouvent les ouvrages parlant des invocations ? Demanda-t-il timidement à la masse imposante gardant son bureau.
-Tain, ces jeunes qui respectent plus rien, bande de petits cons, même pas un ptit bonjour…
-Pardon, je vous prie de m’excuser mais je n’ai pas entendu votre réponse. Pourriez-vous répété vieille peau qui crois que je suis sourd ?
- Quatrième rangée à gauche en partant d’ici, petit fumeur de chichon irrespectueux.
-Je vous remercie madame dont les effluves de pieds émanent de votre cavité bucale.
-De rien, petit con.


Il s’en alla donc dans cette allée en percevant dans son dos les fulminations de la réceptionniste. Il chercha ensuite un livre parlant des sceaux d’invocation. Une fois qu’il eut trouvé, l’objet de son bonheur, un livre, de quelques centaines de pages, intitulé « Invocations et sceaux spéciaux ».
Chihousou s’installa dans un coin tranquille de la bibliothèque, ce qui n’était pas trop dur vu l’heure matinale, et commença sa lecture. Les mots parcouraient son esprit comme des troncs traverse un fleuve, difficilement. La fatigue accumulée depuis le début de l‘examen en plus de sa nuit commençait à se faire ressentir sur son organisme. Il avait de plus en plus de mal à assimiler les informations présentes sous ses yeux et finit par s’assoupir.

Il se réveilla plus tard, sans savoir combien de temps il avait dormit. Dehors, le soleil s’approchait de son zénith et toute la bibliothèque était envahit par une douce lumière et par une horde de genins venus réviser leurs futurs examens. Son estomac lui indiqua, que peu importe l’heure, il était temps de manger. Le jeune homme voulut protester mais face à son ventre son cerveau perdu la bataille et il se décida à fermer le livre encore ouvert et posé sur ses jambes en lotus.
Cependant il remarqua qu’il n’avait pas lu la page sur laquelle était ouvert le livre, il ne se rappelait même plus d’un seul mot de celle-ci. Il lança un coup d’œil plus poussé sur ce qui était marqué et se rendit compte que c’était exactement ce pourquoi il était venu.

La page portait pour titre « Sceaux de protection sur un objet inanimé », le texte, beaucoup trop long pour ce qu’il racontait, expliquait que les sceaux sur des objets inanimés servaient à cacher des informations dont seul l’utilisation correcte du sceau permettait de révéler les informations. De plus de nombreuses manières peuvent permettre de faire ces sceaux et que la façon de les faire influençait grandement la façon de les utiliser.
Chihousou passa de nombreux passages pour finalement se retrouver devant une imitation presque parfaite du sceau présent sur le carnet : un sceau dont la principale particularité était qu’il était utilisé comme une invocation.
Le jeune homme rechercha donc rapidement dans un autre livre la façon de faire une invocation. Il inscrivit tout les détails sur un bout de papier et sortit à toute vitesse de la bibliothèque. Le Masaka souhaitait tenter l’expérience tout de suite mais son estomac criait famine et il rongeât donc son frein pendant qu’il rassasié son ventre puis se dirigeât vers le terrain d’entraînement de l’académie.

Presque personne sur le terrain. Il pensa que c’était tant mieux et relut son bout de papier tout en sortant le carnet de Shigeru.

« Apparemment je dois verser une goutte de sang puis faire les signes et ensuite je dois prononcer ce qui ressemble à une invocation. Ca devrait pas être trop dur… »

Le chuunin posa alors le carnet au sol et s’entailla un doigt à l’aide d’un kunai, après avoir essayé de se mordre avant de se rendre compte de la difficulté du geste, puis enchaînât une suite de gestes compliqué. La tâche s’avérât plus ardue que prévu et alors qu’il allait enfin réussir quelqu’un l’interpella.


-Salut toi. T’étais pas à l’examen chuunin ?

Chihousou se retourna pour voir un grand type, presque autant que lui, les yeux, les cheveux bruns et à l’air plus jeune. Il voulut d’abord lui demander de se barrer fissa avant de décider de répondre pour savoir ce que lui voulait l’inconnu.

-Effectivement. On se connaît ?
-Euh, non…c’est juste que je l’ai passé moi aussi et que…
-Je m’en fous, tu me déranges.
-Mais, je voulais te proposer un petit combat d’entrainement. Je m’appelle Sarouh et je suis passé chuunin tout juste d’après les examinateurs, alors je voulais me mesurer à un autre participant pour voir mon niveau. Accepte, s’il te plaît.


D’abord peu enclin à accepter, Chi’ décida d’accepter la proposition du mec bizarre qui lui faisait en se disant que plus vite il en finirait plus vite il pourrait reprendre là où il en était.

Les deux néo-chuunin se firent donc face, prêt à entamer le combat. Les deux adversaires s’observaient, plus pour ne pas être le premier à attaquer que pour étudier une éventuelle faille chez l’autre. Finalement, Chihousou prit l’initiative et tenta un enchaînement de Masaka. Il se jeta à toute vitesse sur son adversaire puis se déporta d’un coup de pied au sol sur la droite avant de passer derrière celui-ci. Il se jeta alors en l’air et asséna un violent coup de talon à la nuque de son adversaire. Sarouh ne dut qu’a un réflexe de ne pas être touché de plein fouet par l’attaque. Effectivement, il se retourna au dernier instant et encaissa le coup au niveau de la mâchoire.

Chihousou se rattrapa au sol en un roulé-boulé et observa son adversaire. Celui-ci se tenait le visage et du sang s’écoulait de sa bouche. Cependant il ne paraissait pas gêner et exécuta quelques gestes puis une lance d’eau apparut dans sa main avant de la lancer sur Chihousou. Facile à esquiver, le Masaka n’envisagea même pas une autre attaque au moment où il esquiva la lance. Puis il sentit une pression sur son bras et avant de voir quoi que ce soit il fut plongé dans le noir.


-Alors je suis bon ou pas ?
-T’y crois pas trop gamin…


Au moment où il sa phrase, Chihousou entendit des pas sur sa droite à moins de deux mètres et exécuta quelques signes avant de lancer Fûton Shippuu Kireru no Jutsu. Au cri de douleur et de stupeur de son adversaire, il comprit que celui-ci ne s’attendait pas à se faire attaquer. En plus l’illusion était apparemment mentale puisqu’elle disparut et qu’il put voir Sarouh au sol, son habit était déchiré au niveau de l’abdomen lui-même recouvert d’éraflures.

-Tu ne m’auras pas en m’enlevant la vue. Passons maintenant aux choses sérieuses.
avatar
Chihousou
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 586
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Sarouh le 16/5/2008, 21:45

Sarouh était passer chuunin, a son grand étonnement d’ailleurs. Il était ni heureux, ni mécontent, mais seulement surpris, le fait qu’il passe au stade suivant lui avait paru aberrant, mais il est passé quand même. Après que toute la promotion soit parti en direction d’une maison, pour faire la fête, qui promettait d’être arrosé d’ailleurs ; il reparti en direction de son domicile. Une fois arrivé devant chez l²i, il décida, d’être le plus discret possible pour éviter…

Takaneiki *criant* t’es passé ? T’es passé ? T’es passé ? Raconte !

Ça… trop tard…
Elle avait l’air d’une petite fille qui voulait ses cadeaux d’anniversaires.


C’est la qu’il fit l’erreur…
SarouhOui je suis passer, laisse moi…

Il n’eût jamais l’occasion d’aller plus loin que sa mère lui sauta au coup, les yeux brillant.

Sarouh Tu m’étouffe haaaaaaaaaaaaaaaa

Il cria devant l’horreur qui l’attendait. Sa mère courrait a toute vitesse en le tenant par la main et en criant a tout le voisinage :

-Mon fils est passé chuunin!! D’une voix amplifier par le chakra.

Cauchemar… Quoi que cauchemar, c’est trop faible pour exprimer sa honte. Une FOIS SA mère essoufflés ils décidèrent de rentrer au domicile familial plus calmement. Une fois sur place, le jeune garçon vu son père et se résigna au cris a la course poursuite avec les voisins pour tapage diurne qui allait immanquablement arriver. Il attendit, le choc,mais rien.

Naniki : alors comment sa c’est passez mon grand ?

Sarouhi adressant un regard de reconnaissance* je suis passer, mais j’étais trop en dessous des autres, je suis passer avec mention limite. se retourna et dit a sa mère le regard brillant, au bord des larmes*j’aurai jamais le niveau, j’aurai du être fier d’être passer chuunin, mais j’apprend seulement que je suis très en dessous des autres, je ne pourrai jamais améliorer l’état du clan le détériorer sa c’est possible, je n’ai rien ! Tout les autres ont un super dojutsu un clan riche influent avec des techniques héréditaires génial, mais moi j’ai que ma volonté…

Naniki Tu sais je suis passer par la, j’étais d’une timidité maladive moins fort que les autres mais regarde la vie autrement ! Tu es passer chuunin, c’est ton anniversaire, et en plus tu as des parents qui t’aiment ! C’est ce qui compte, peu importe l’équipement ou le nombre de technique, seul l’homme qui les utilise a de la valeur.

Tout le monde se taisais, Sarouh regardait le sol, et méditer au réponses de son père. Effectivement vu comme sa, ça changer tout !

Naniki *d’un ton de consolation*c’est pas grave tu sais, en plus t’a 15 ans aujourd’hui t’es chuunin, tu devrais te réjouir et puis… je t’apprendrais une nouvelle technique si tu veux !

Sarouh Ouais, sinon, qu’est-ce qu’on attend pour fêter ma promotion !en plus mon anniversaire, j’exige le double de cadeaux !

Naniki A la bonne heure !

L’ambiance était revenu a la fête au sein de la famille. Après une nuit légèrement arrosé, une petite distribution de cadeaux eût lieu, une bourse de cinq cents ryos, une pierre bizarre, et une épée a double lame.

SarouhC’est fantastique ! Mais a quoi sert la pierre ? [i]*retourne la pierre dans ses mains, intrigué*


Naniki c’est une pierre a aiguiser. Utile pour le katana a double lame.

Sarouh : Bah je suis pas adepte du katana enfait…Je prendrais des cours après demain, la jme couche et demain je glande !

Naniki si tu le veux, après le cours de katana viens me voir !

Sarouh ne répondit pas, il alla se coucha, sans prendre la peine d’enlever ses vêtement, lessiver. Le lendemain il passa la matinée a glander, jusqu’a ce qu’une personne retint son attention, alors qu’il traîner près de l’académie. C’était une personne un petit peu plus grande que Sarouh, qui avait l’air un peu plus vieux, concentrer sur ce qui semblait être un journal.
Sarouh, surpassant sa timidité maladive :

Sarouh Salut toi. T’étais pas à l’examen chuunin ?

??? Effectivement. On se connaît ?

Sarouh Euh, non…c’est juste que je l’ai passé moi aussi et que…

??? : Je m’en fous, tu me déranges.

C’est mal parti …

Sarouh*essayant de lutter contre le sang qui montait a ses joues Mais, je voulais te proposer un petit combat d’entraînement. Je m’appelle Sarouh et je suis passé chuunin tout juste d’après les examinateurs, alors je voulais me mesurer à un autre participant pour voir mon niveau. Accepte, s’il te plaît.

Il accepta avec une mauvaise grâce évidente. Les deux chuunins se jugèrent un moment, ne se décidant pas à passer aux combats.

Soudain son adversaire le chargea, se jeta à toute vitesse sur Sarouh puis se déporta d’un coup de pied au sol sur la droite avant de passer derrière celui-ci. Sarouh ne put éviter la charge et fut envoyer rouler bouler a terre la mâchoire enflé et en sang.
Il se releva un plan en tête et un léger sourire aux lèvres

la lance aqueuse

Pour une fois le jutsu était réussi. Toute l’eau a proximité s’accumula et avec la pression fonça de façon a ce qu’il soit tellement simple a esquiver…

Sarouh enchaîna selon son plan : Nuit noir !
Le genjutsu atteint son jeune adversaire, sans qu’il s’y attende apparemment.

Sarouh : Alors je suis bon ou pas ?

??? : T’y crois pas trop gamin

Sarouh se lança vers la gauche près à l’envoyer contre un mur a proximité, mais c’est lui qui fut envoyé plus loin par une lame de vent. Il cria. Un cri de stupeur et de douleur mélangés.
Il était couvert d’éraflure sa casaque bleu était déchirer de partout.

??? passons aux choses sérieuses.

Sarouh si tu veux….

je suis dans la merde la, non seulement il a pas utilisé trop de chakra, j’ai utilisé le triple, et il a rien ! rrrrrrrrrrraaaaa !!! C’est mauvais ça !

Sarouh perdit son sang froid et fit une erreur inacceptable pour un ninja : il chargea son adversaire au taïjutsu. Il lutta quelques minutes mettant toute sa rage dans ses coups.

Son adversaire était toujours aussi imperturbable. Soudain le grand gars qui lui servez d’adversaire feinta a droite avec son kunaï, la garde de Sarouh suivi l’attaque, ce qui se révéla être une erreur. La feinte avait complètement démuni Sarouh contre le coup de pied qui lui tortura les cotes. Il valsa deux mètres plus loin, un goût de sang dans la bouche. Sarouh essaya de se relever, en vain, la douleur le refit tomber.

Dans un acte de désespoir complet il rassembla tout son chakra et fit la plus grosse lance aqueuse qu’il avait jamais faite à ce jour. L’énorme lance fusa sur son adversaire qui ne pût éviter l’impact complètement, mais grâce a un prodigieux réflexe la lance explosa sur la jambe de l’inconnu qui souffris en silence a la place le ventre, plus précisément l’estomac.

??? pff j’ai pas que sa a faire, j’y vais, t’es pas trop nul, j’ai vu pire

Sarouh ha… quel est ton nom ?

ChihousouJe m’appelle Chihousou, Chihousou Masaka, aller,j’te laisse, je serais toi j’irai a un hôpital…

Il partit avec un carnet sous le bras. Sarouh se releva avec difficulté, et en s’appuyant sur le mur il sortit et pris la direction de son domicile. Le voyant arriver en (très ?) mauvais état, il demanda a Takaneiki de lui donner plusieurs onguent, au nom très diverses que je ne citerai pas. Après l’application de toutes les pommades, herbes en tout genre, son père le déposa en douceur sur un lit

Naniki Je savais pas que glander était si douloureux, raconte comment tu t’es fait sa

Sarouh lui raconta l’affrontement avec force de grimace de douleurs, lorsqu’il changer de position.

Naniki : Je vois, tu as gâché ton chakra, tu as paniqué, et tu t’es fait avoir en beauté… Vas falloir être plus calme durant un combat sinon tu n’as pas fini. Avec el cours de sabre de demain tu postulera pour une équipe. Ne pose pas de question.

Sarouh si tu veux. Moi je dors, il est tard. Au revoir !

Naniki Au revoir mon fils.

Le lendemain matin, Sarouh se leva prit un petit déj’ s’habilla de la semptiternel casaque bleu et du pantalon blanc (gris^^) ample.

Puis il sortit du domicile, et s’assît devant le muret à coter du jardin. Cet endroit le calmé. Il constata avec allégresse que toute la douleur avait disparu, il lui restait seulement une légère ecchymose a la mâchoire, rien de pénible. Après une demi-heure à garder les yeux dans le vide, il partît en direction de l’académie avec son sabre a double tranchant.
Après deux heures éprouvantes a faire des passes d’armes et a apprendre les diverses garde possible, Il se rendit au QG avec l'intention de postuler dans une équipe.

Une fois sur place, il vit un vieux secrétaire mince et chauve.

Sarouh C’est pour poser ma candidature, pour pouvoir rentrer dans une équipe.

Secrétaire : Nom ? Prénom ? Age ? Grade ?

Sarouh Tsumyo, Sarouh, 15 ans depuis hier, chuunin !

Secrétaire *griffonnant sur un bout de papier* C’est bon, votre candidature et prise, partez maintenant !

Sarouh Ok au revoir

Il sortit du Q.G l’esprit rêveur, se demandant sur qui il aller tombez, et comment sa allez se passer avec l’argent dépasser par ses parent pour pouvoir lui faire un cadeaux…
Une larme coula…


Dernière édition par Sarouh le 17/5/2008, 13:59, édité 4 fois (Raison : ptit pb de balise)

Sarouh
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 949
Date d'inscription : 11/03/2008
Localisation : a arasu, c'est la mode:)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par kyuudan le 17/5/2008, 02:12

Les résultats de l’examen étaient annoncés et je suis promu chuunin ! Après tant d’émotions je décide d’aller me coucher et de penser à tête reposé demain…Le soleil levant du matin caresse mon visage encore endormit. Je me lève sans me presser et me sert un petit déjeuner copieux avec ma chère Senna. Impressionnant, en peut de temps que j’étais à Gensou, je suis à présent au même grade qu’elle c’est fou. En enfilant mes vêtements je sentais qu’il manqué quelque chose, un truc qui donnerais du piments aux prochaines soirées…Une fête ! Je décide alors aidé de Senna d’écrire une bonne cinquantaine d’affichettes avec marqué :

Fête organisé ce soir pour le passage au grade chuunin de certains !

Venez nombreux ! Entrée libre et tout est permis !

Sa sentais la grosse fête avec du gros n’importe quoi…J’adore ça ! Après tout pourquoi s’emmerder ! Je décide alors d’allé chercher quelques vivres pour la soirée histoire de pas rester affamé et assoiffé, même si assoiffé sa risque pas ! Me voila en direction du marché du dimanche, toujours bondé de foule. Impossible d’y mettre un pied. Je réussi quand même à acheter quelques beignets de crevettes, sushi, brochettes de viande et niveau boissons, saké et autres digestifs assez corsés ! Sur le chemin je croise Takeshi, on comment à taper la cosette.

Takeshi : Yosh kyuu ! Alors c’est super t’est chuunin comme moi faut fêter ça !

Yozo : Oué et bien justement j’organise une fête ce soir ! Sa va être le gros bordel t’as qu’à venir !

Takeshi : Yeah ! Y aura de la meuf ? Du bédo ? De l’alcool ?

Je le regarde d’un air compréhensif…

Yozo : Mais oui t’en fait pas ! Tout les jeunes du village on pourra même plus mettre les pieds dans la piaule !

Takeshi : Yataaa !!!

Sur ce cris de joie je le vois partir en courant, la démarche curviligne…Il a bu ou quoi ? Il me surprendra toujours…Je reprend ma route vers la maison remplit de marchandises. Certains que je ne connaissait même pas me félicités pour mon examen, d’autres foulait des renseignements pour la soirée…Enfin bref finalement pas une journée de repos !

18h00

Le petit monde commence déjà à arrivé et j’ai même pas installé la bouffe. Au bout d’un moment, j’arrivais même plus à marcher tellement il y avait de monde, je décide de lancer la soirée…
En passant entre des jambes ou au coin des murs je parvient à sortir à l’extérieur. Je monte sur le toit et commence à taper dessus avec des gros bâtons. Les genou étonnés sortent tous a part certaines déjà défoncés qui arrivait plus à marcher…Tout le monde me fixait étonné de mes actes. Je prend alors un air sérieux et détendu à la fois…Au loin je vois Takeshi draguer des jeunes kunoichi.


Yozo : Hum…Bonsoir à tous et à toutes et bienvenue à ma grande fête pour célébrer la monter en grade de certains génin !

J’attrape non loin de moi un vieux 45 tour du grenier que je me suis jamais servit d’ailleurs. C’est l’occas rêvé ! Je regarde les Disc avec le nom des chanteurs. « Mike brants, shela, carlos… » Connais pas, on a qu’à mettre du….Et la je vois un Cd « année disco ». C’est quoi ce truc ?? Allé on va le mettre ! Un son assez bizarre et émit par le tourne disc et les gens en bas me regarde, effaré et surpris d’une telle musique. Il n’avait jamais entendu ça au paravent mais sa leur plaisait bien j’en voyait certains danser…Ils avaient un pantalon on aurait dit des pattes d’éléphant, et avec des coupes assez effrayantes…

Yozo : Que la fête commence !!!!!!
[i] Un cris d’éxitation retentit et tout le monde se met à danser…Sûrement la plus grosse fête de Gensou. Au beau milieu de la soirée les états étaient partagés. Certains parfaitement net, discutait sur des bords de mur ou dansaient, d’autres carrément défoncés se roulait par terre de joie et criaient des trucs bizarres. Plus loin je vois Takeshi, en train de snifer un truc pas très net. De sa position il me voit et s’approche mais continue sa route après m’avoir regardé.


Takeshi : Défois jme dit ! Faudrait que j’arrête de parler tout seul !

Je le regarde d’un air étonné partir vers un autre groupe de filles…Certains nouveaux chuunins carrément déchirés s’amusait à jouer à saute mouton, certains même jouaient à celui qui pouvait marcher le plus droit possible…Enfin du gros n’importe quoi.

5h00

Plus d’alcool, tout séché ! Il reste des morceaux de beignets par terre qui viennent d’être dégobillé par un individu mais plus rien. Y m’on tout bouffer les enfoirés ! La soirée était pas encore fini mais les trois quarts dormaient ou étaient malade… Je décide de prendre l’air pour fumer un petit coup. J’attise la flamme sortant des allumettes et consume peu à peu le tabac me faisant voir de travers…C’était si bon ! Tout paraissait si paisible et reposer. Un œil disait merde à l’autre avec les substances illicites respiré…Quelques chose paraissait pas net dans le décor, au loin je voyait un homme de grande taille avec une sorte de moumoute de mouton…Sa existe pas chui bête ! Qui pourrait être assez con pour avoir une touf pareil…C’est là que mes yeux se crispa, je venait de réalisé, c’est pas un rêve se type je l’ai déjà vu quelque part et il a pas l’air de vraiment m’apprécier…C’est lui, le grand touffu noir qui voulait cramer ma piaule !
avatar
kyuudan
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 263
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu en mode [Mercenaire]

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Siddharta le 17/5/2008, 16:47

Des bruits, des bruits de pas mélés à ceux de paroles créant ainsi un trouble dans le calme regnant au sein du jardin et par ce fait troublant ma concentration. S'approchant à quelques mètres de moi je put distinctement reconnaitre la présence de Abu ainsi qu'une autre personne de sexe masculin et d'un age plus jeune d'un physique plutôt élancé. Toujours dans la position dite du Lotus, les yeux fermés je ne cessais point la scéance puis d'une voix ferme interpela Abu et son mistéreux invité

- Je t'ai dit cent fois de ne pas m'interrompre lors de mes méditations, de plus je ne veux la présence de quelconque étranger en ce lieu.

Le temps d'arrét marqué par les deux hommes signifiait leur surprise et leur désapointement, puis celui ayant la plus haut niveau d'énergie spirituelle poussa un rire sonore avant de s'asseoir en face de moi quelques secondes aprés la deuxième personne fit de même avec toutefois une légére hésitation.

- Gomen Siddharta, je voulais te montrer Kane il fera partit de la même équipe que toi et c'est aussi ton cousin.Dit Abu d'une voix forte.

J'ouvris les yeux pour voir à quoi pouvait ressembler un cousin dont je n'avais nulle connaissance, d'une taille plutôt grande pour son age sa téte était marquée par des cheveux bruns sortant de l'ordinaire mais surtout une espéce de cicatrice semblait prendre tout son torce malgré le peu que je pouvais voir gracé à son t-shirt blanc.
Le jeune homme nommé Kane ma regardait avec perplexité un semblant de sourire forcé sur ses lèvres.

- Le conseil et Kahei ont pris la décision de mettre Kane dans la même équipe que la tienne afin de veiller à ta sécurité et éviter le risque d'un accident. Continua-Abu tout désignant Kane du doigt.

Le conseil était bien prévenant à mon égard mais pourquoi ne pas confier cette mission au sensei de cette équipe ? Avec du recul il était logique de confier cette mission à quelqu'un du clan qui depuis sa plus tendre enfance à était éduqué dans un cadre où ma personne était mise constament en avant sous la dénommination de "réincarnation de Bouddha". Oui il fallait mieux quelqu'un de cet acabit capable de sacrifier sa vie au nom du clan et du conseil pour moi.

- Je suis trés honoré de vous rencontrer Siddharta-sama, je vous protégerez coûte que coûte au péril de ma vie s'il le faut !

Abu apposa sa main sur l'épaule lui signifiant de se relever puis lui donna une tape amicale.

- T'emballes pas jeunot t'es que genin !

- Abu laisse nous seuls Kane et moi. Dis-je d'une voix douce.

Sans une autre remarque ou protestations Abu rentra à l'intérieur du temple me laissant moi te mon cousin seul au milieux du jardin zen sous le grand cerisier. Kane semblait distrait ou simplement surpris la frontière était tellement mince entre ces deux sentiments.

- Sais-tu qui je suis ? Lui demandais-je.

- Ma mère me racontait toujours avant de me coucher l'histoire d'une petit fille du même age que moi qui avait été choisie par Bouddha lui-même pour guider le clan Maboroshi et mon père rajoutait à la fin qu'il était du devoir des autres membres de tout donner pour elle comme le conseil et Kahei le demandaient.

Il avait dût faire appel à ses souvenirs et s'était contenter de décrire ceux qui lui revenaient en premier, maintenant il se grattait le menton de sa main droit ce geste signifiait la géne qu'il avait à raconter ces bribes de mémoires. Voyant Abu revenir à grands pas vers nous je décidais d'aller directement au but avec Kane.

- Je vais te poser deux conditions concernant directement ta mission, es-tu prét à les accepter ?

Il réfléchit un petit moment mais d'un air décidé il approuva d'un signe de tête je continua donc sur ma lancée.

- Premièrement ne m'interromps jamais lors d'une de mes méditations je répugne devoir les interrompre pour quelconque personne et deuxièmement je te permet de me tutoyer tout en conservant la dénommination de "Siddharta-sama" lorsque tu me parles. Et n'oublies jamais une chose à partir de maintenant tu as l'une des charges les plus lourdes du clan si tu l'accomplis tu pourras te venger de je ne sais quelle personne.

Kane ingurgitait la masse d'informations et lorsque il arriva à la fin se bouche s'ouvrit tellement qu'un nid d'abeilles aurait put y être déposé il commencait à s'énerver, mais avant qu'il est eu dit un seul mot Abu arriva et lui fit signe de quitter les lieux en le raccompagnant.
Aprés le départ des deux hommes je repris ma méditation là où elle s'était arrétée à savoir la position du lotus, mon en se réinstalla sur l'ensemble de l'espace pour me permettre de ne faire plus qu'un avec mon environnement et ainsi continuer à ressentir l'énergie spirituelle du cosmos. Si j'en croyais les dernière informations du conseil j'avais un long entrainement au ninjutsu de prévu le lendemain, il fallait donc profiter de ces derniers moments d'appaisement.
Mes pensées s'égarèrent sur Kane, j'avais ressenti cette haine intérieure, cette envie de vengeance et de puissance et une chose était sure cela allait me servir dans le futur changement que j'allais effécuter au sein du clan mais d'abord il devait être formater de telle façon à en faire un Abu de subsitution.
Un vent frais se leva et vient foutter doucement mon visage, les vieilles feuilles du cerisier fûrent emportées au loin de laissant rien autour de celui-çi Yamato et le conseil étaient ses feuilles et j'étais le vent, le vent du changement.
avatar
Siddharta
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 437
Date d'inscription : 12/04/2008
Localisation : Le Sud-Ouest et comme Seolchong => Fière de ça (couillons de cornemuses va ...) Anti-breton et crèpe

Voir le profil de l'utilisateur http://aureliavision.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Invité le 17/5/2008, 17:47

Je venai à peine de me réveiller que Mayu entra dans ma chambre, et me cria violemment…

- KAAAANEE !!!!! Aujourd’hui est un jour spécial pour toi !! Le vieux sage a demandé à te parler à précisément midi pile.
- Laisse moi dormir !

Je lui lançai mon oreiller et me remis sous la couette. Vingt minutes plus tard, je fis la préparation habituelle… donc douche, habillage, p’tit dej’, brossage de dents… Puis parti faire un tour dehors : Il me restait trois heures avant d’aller voir le vieux sage Maboroshi.

Je voulais une nouvelle arme, avec laquelle je pourrai me battre plus facilement, car parer des coups de katana à mains nues… Bref, je me dirigeai donc vers les commerces. Là-bas, il y avait foule, comme toujours. Après une grande inspiration, je me lançai dans cette jungle urbaine, avec l’espoir de ne pas trop me perdre.


- Maïs chaud ! Maïs chaud ! Maïs chaud !!!
- Marrons chaud, marrons chaud marrons chaud !!!
- Eh petit, tu veux un foulard ? Ou un bandeau ? Ou même un foulard-bandeau ?
- Eh eh eh, petit, viens ici. Tu vois les bracelets, c’est de la vrai de vrai or, je t’en vend un à 2 ryos.

Tous les vendeurs à la sauvette étaient de sortie. Ils se ruaient tous sur une personne, la harcelant pour la forcer à acheter, mais, ils m’avaient tellement fait flipper avec leurs dents acérées que j’étais parti en courant… enfin ce n’était pas vraiment de la peur biensur… les Maboroshi ont jamais peur… hum hum, Bref², j’avais finalement passé le rideau de vendeurs médiocre pour aller au coin des vendeurs d’armes. Je n’avais jamais réellement pris le temps d’observer cette partie des commerces.

Je franchis le seuil de la boutique « Une arme en cache une autre… d’arme » [:roll :] et je vis alors, des katanas avec des chaînes, des nunchakus avec des chaînes, des chaînes avec des chaînes, et même, des senbons avec des chaînes !!!!! C’était sûrement l’endroit que je cherchai. Je regardai avec grande attention toute la panoplie en réserve, mais, restai bloqué sur une arme en particulier : un bâton en carbone, forme cylindrée, couleur gris clair fantôme, une sorte d’éclair gravé sur le haut de l’arme, 1m40 de long… Magnifique.


- Excusez moi monsieur, cette arme est à combien ?
- Elle n’est pas à vendre.
- Hein ? Comment ça pas à vendre ?
- Il se trouve que cette arme ne m’appartient pas… elle appartient à… Cronos
- Cronos ?!
- Moins fort !
- Oups, pardon. Qui est ce Cronos ?
- En tant venu tu comprendras...
- Cronos… Hmm… Alors dans la mythologie, Cronos est le Roi des Titans…
- Cela n’a pas de rapport.
- … Et le père de Zeus.
- …
- Donc il y a aussi un Zeus dans le coup… Vendez moi l’arme, j’en paierai le pris fort.
- Pas question, prenez plutôt cette arme, qui est en tout point identique, mis à part la gravure.
- Mouais… La gravure rajoutait un peu de style quand même… [J’ai déjà vu cette gravure…]

Il déposa l’arme sur le comptoir, et se baissa en dessous de celui-ci pour prendre le manuel d’instruction qui allait avec, pendant ce temps, j’échangeai les deux armes rapidement… je sentais bien que je me mettais dans la grosse merde. Il se releva, avec le manuel, et me le donna d’une main, récupérant mon argent de l’autre. Et d’un coup d’œil, il regarda brièvement le haut du bâton, vérifiant si c’était le bon.

- Voilà, c’est parfait, merci jeune homme, me dit-il.
- Merci à vous monsieur, rétorquai-je avec un grand sourire. [Heureusement qu’il a regardé le bas du bâton]

Je marchai tranquillement, remontant l’allée des commerces quand j’entendis…

- Reviens ici voleur !!!!! REVIENS !
- Oh merde, le vendeur…

C’est dans ces situations que j’aimerai connaître le henge… Je courai donc vers les vendeurs à la sauvette, et ils vinrent tous sur moi, me bloquant le passage.

- Maïs chaud ! Maïs chaud !!
- Attendez tous ! L’homme qui vient en courant a envie de maïs, de marrons, de foulards et surtout d’or !
- Oh… Ike !!!!!!!!!

Ils se ruèrent tous sur lui, me créant un chemin net et sans obstacle. Pendant que je m’enfuyais en courant, mon poursuivant se faisait harceler, et dans tout ce brouhaha, je ne perçu qu’un seul mot du vendeur : ARASU !!!!!!!!!!!!!!! Ce mot, je l’avais aussi entendu quand j’avais volé les barils de poudre d’étoile… et sur ces barils étaient gravés des éclairs… Mais qui est ce Cronos, ou Zeus ? Vu que la foudre représente Zeus, mais aucun signe ne représente Cronos, alors c’était une métaphore du vendeur… mais mieux vaut exclure aucun indice…

- AH MERDE ! LE RENDEZ VOUS DU VIEUX SAGE !!!!!!!!!!!!!!!!!!

------------------------------------------->

Je courai vivement vers le temple de la partie spirituelle du Clan, et arrivai finalement devant une grande propriété, derrière une gigantesque porte. Je fus à peine arrivé que l’on m’ouvra la porte.

- C’est bien, vous êtes à l’heure Monsieur Maboroshi.
- Appelez moi Kane, je vous prie.
- Très bien monsieur Kane, je suis Abu, et je vais vous conduire à la personne que vous devez rencontrer.
- Maboroshi Kahei ?
- Non, Maboroshi Siddharta-sama
- Ma cousine ?
- Euh oui, mais je vais vous briffer en avançant.
- D’accord Abu.

Nous nous dirigeâmes vers la chambre de Siddharta, longeant le jardin, tout en parlant.

- En faite, Siddharta-sama ne se rappelle pas de son passé avant son arrivée ici.
- Donc elle ne se rappelle pas de moi, c’est ça ?
- Exact. Mais en vérité, nous n’avons rien fait pour arranger les choses, nous lui avons toujours dit qu’elle avait toujours été ici…
- Je ne comprends pas pourquoi, mais je ne vais pas vous cacher que vos raisons m’importe peu…
- Très bien. Dans ce cas, passons à la suite. Si elle vous pose des questions, vous pouvez dire que vous êtes son cousin, mais en aucun cas que vous l’avez déjà vu auparavant. Vous serez une sorte de garde, vous devrez la protéger.
- Pas de problème, mais je vous préviens, je ne vénèrerai pas ma cousine sous prétexte que…
- Nous allons nous approcher, c’est ici.

Nous nous rapprochâmes d’une silhouette et vîmes Siddharta dans la position du lotus.

- Je t'ai dis cent fois de ne pas m'interrompre lors de mes méditations, de plus je ne veux la présence de quelconque étranger en ce lieu.

Elle avait drôlement changé… Elle avait… ce que je qualifierai d’arrogance. Abu ne répondit pas de suite, puis s’approcha d’elle en se baissant, et fini par s’asseoir. Le voyant faire, je fis de même, en retirant préalablement mon bâton de mon dos. Ils parlèrent un peu, mais je m’efforçai de ne pas écouter… les histoires de moines me barbent. Je remarquai à un moment qu’Abu me pointait du doigt, je me levai donc et m’approchai d’elle. Toujours en la fixant, je m’accroupis devant elle, ma tête devant la sienne et je la fixai, yeux dans les yeux.

Abu parti sous la demande de Siddharta, puis nous nous mîmes à discuter quelques peu et sans pouvoir me contrôler, je laissai percevoir un sourire, dû à la joie de revoir ma cousine. Mais elle répondit à ce sourire avec une liste d’instruction.


- Premièrement ne m'interromps jamais lors d'une de mes méditations je répugne devoir les interrompre pour quelconque personne et deuxièmement je te permet de me tutoyer tout en conservant la dénommination de "Siddharta-sama" lorsque tu me parles. Et n'oublies jamais une chose à partir de maintenant tu as l'une des charges les plus lourdes du clan si tu l'accomplis tu pourras te venger de je ne sais quelle personne.

Je sentais déjà la fureur monter en moi, et j’allai bientôt lui gueuler dessus quand Abu revint et me stoppa d’un signe de la main, et se leva pour me raccompagner à l’extérieur. Je pris mon bâton, puis nous parlâmes en retournant à la porte du temple.

- Pourquoi m’avoir choisi moi ?
- Et bien c’est sur que un genin n’est pas un chiox judicieux. Normalement, ça aurait du être Kensaku…
- Le père de Mayu ?
- Exact, mais celui-ci nous a dit qu’il était très occupé et qu’il attendait la livraison d’un griffon sauvage dans quelques semaines. Il nous a par la suite recommandé de te prendre car tu étais un bon élément, et surtout que tu avais un potentiel encore plus grand que ton frère Sanzo.
- Encore lui cet espèce de…
- Nous voilà arrivé à la sortie, à demain monsieur Kane.
- Au revoir Abu.

Je retournai donc à la maison de Mayu pour manger un bon déjeuner, car mon ventre commençait à crier famine.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Invité le 17/5/2008, 17:50

Je sorti de la maison de Mayu après le déjeuner, puis je partis tester au terrain d’entraînement ma nouvelle arme, que je nommerai à partir de maintenant « Hypnos ». J’allai devant un des pantins d’entraînement, et commençai à réaliser divers enchaînements. Le bâton était assez léger du au matériaux dans lequel il avait été conçu, et avait l’air très résistant. Je maîtrisai assez bien mon arme, c’était facile étant donné qu’elle était légère et qu’elle ne coupait pas. Pendant que je m’entraînai à manier Hypnos, un jeune garçon, d’environ 2 ans de moins que moi, vint vers moi et pointa son katana sous mon cou.

- Un défi ? Dis-je
- Tu te la pètes trop avec ton bâton pourri, alors je vais te faire la leçon, me répondit calmement le garçon

Je balayai d’un coup sec son katana avec Hypnos, puis s’en suivit le combat. Il lança une triple attaque frontale, classique, trois coup verticaux, je parais le tout maintenant mon arme à l’horizontale. Trois bruits sourds s’échappaient de mon arme [ce qui veut dire que l’arme n’est pas creuse à l’intérieur], puis je ripostai en donnant un coup d’estoc, que mon adversaire contra difficilement.

- Un petit coup de ce genre te donne du mal ? Ton arme n’est pas trop lourde pour toi ?
- Je t’en pose des questions ? Continuons.

On dirait qu’il supportait un peu mieux le poids de l’arme l’espace de quelques secondes, et me fit un magnifique enchaînement de six coups au total… Mais il était toujours trop lent, donc je percevais ses mouvements bien avant qu’ils m’atteignent. J’armai ensuite mon prochain coup, tout en tournant sur moi-même, et décochai une frappe en plein dans sa tête. Le garçon tomba à la renverse, puis se releva avec beaucoup de mal.

- On ferait mieux d’arrêter là, tu ne crois pas ? Dis-je au jeune homme
- Continuons, je peux encore gagner.
- …

Je commençai à partir tranquillement.

- Où vas-tu ? Je veux encore combattre !
- Pas moi, j’en ai pas envie.

Je parti donc à l’écurie de mon oncle, lui fis un briefe coucou puis allai voir Shinzaburo. Je lui serrai la main et lui montrai Hypnos, et à sa vue, il fut surpris, et en colère à la fois.

- Kane, qui t’a vendu ceci ?
- Et bien… Euh…
- Suis moi.

Il parti d’abord dans les vestiaire, prendre sa grosse épée géante, puis il m’emmena dans la foret de l’écurie. Quand nous fûmes bien à l’abris des regards, il me fixa.

- Tout d’abord, quand j’ai vu que tu avais la poudre d’étoile, avec le porte-poudre, j’ai commencé à me poser quelques questions, mais en me montrant le bâton d’un des subordonnés direct de Zeus, j’ai compris que tu voulais nous doubler.
- Pardon ?
- Fais pas l’innocent ! Tu voles Zeus pour monter à Arasu, c’est ça ? Mais tu te goures mon pote, c’est le mauvais chemin à suivre pour rejoindre les meilleurs !
- Zeus… Et ça fait quoi si je vole Zeus, après tout, c’est pas vraiment comme si il était important…
- Mais t’es taré toi ! Tu parles de Zeus qui contrôle toutes les actions frauduleuses de Gensou, en passant des petits vols au cartel de la drogue !
- C’est donc ça… Zeus c’est une sorte de Big boss ?
- Tu savais pas ? Me dit-il en riant. Trêve de plaisanteries, maintenant tu vas payer de ta vie pour tes vols, et je monterai enfin à Arasu.
- …

Il me donna un violent coup frontal, rien à voir avec le petit garçon de tout à l’heure. Sans même réfléchir, je me mis de côté, sans prendre le risque de parer. Sauf que il rééleva un peu son épée et la déplaça de côté, me balançant contre un arbre.

Je me relevai tant bien que mal, une branche m’avait amoché le flanc gauche. Pendant que j’essayai de me stabiliser, il activa un sceau préalablement fait, et 9 pics sortirent de son parchemin, fonçant à pleine vitesse sur moi. Ni une ni deux, je fis une acrobatie en m’aidant de l’arbre derrière moi et de Hypnos, esquivant ainsi 5 pics, et quant aux 4 autres, je les déviai avec mon bâton, puis courai vers Shin’ro. Arrivé à lui, je glissai au sol pour esquiver son coup d’épée et passai entre ses jambes, pour finir dans son dos. Je me relevai rapidement, puis lui donnai un violent coup dans la jambe droite, le derrière du genou plus précisément, le forçant à mettre un genou au sol. Mais il riposta rapidement, en me donnant un coup de poing dans le visage, me faisant voltiger aux alentours.

On se relevait presque simultanément, et en grande difficulté. Je frottai ma joue tout en réfléchissant, et en examinant la situation.
[Alors… Il est balèze, et fort, mais très lent, il faut donc jouer sur ça. Ensuite, son épée est lourde, c’est sûrement pour ceci qu’il ne tente pas de grands déplacements depuis le début du match. Enfin, quand il abat son arme et qu’elle touche le sol, il a 3 secondes de vulnérabilité… Ca y est, j’ai trouvé comment faire !]

Je le fixai toujours, puis fonçai rapidement à son encontre. Il essaya un coup en diagonale, que j’esquivai en m’inclinant légèrement vers le côté opposé, puis je poussai avec le plat de mon bien la lame, histoire d’énerver son détenteur. Ca marcha, Shin’ro leva son épée dans les airs, et l’abaissa violemment sur moi. Je me décalai un peu, mais honnêtement, je savais que je ne pourrai pas le rejoindre en trois secondes sans finir comme au début du match, collé contre un arbre.

L’épée se coinça au sol, et à ce moment ma stratégie se déroulait parfaitement. Je sautai sur le dos de l’épée géante, assez large pour m’offrir de l’équilibre, et courai vers Shin’ro. Au fur et à mesure, l’épée s’enfonçai sous mon poids, pendant que je m’approchai, et quand je fus assez proche, je sautai dans les airs et décochai un puissant coup dans son cou, et Shinzaburo tomba au sol, raid mort.

Je parti en suite chez moi, vérifiant que personne n’était là, et pris une douche, essuyant tout le sang sur mon corps et mes habits.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Hayamaru le 18/5/2008, 20:03

Je déambulais dans les rues de Gensou avec mon titre de Chuunin en poche, enfin heureux. Enfin, non. Je n'avais rien ressenti de spécial, à part une légère satisfaction au moment de l'annonce des résultats. J'avais vendu ma veste chuunin au premier marchand venu, n'en ayant que faire. Pas besoin de porter ces trucs ridicules, non mais ho...
Je décidais alors de faire un peu de shopping, histoire de me faire plaisir et de me récompenser moi-même. Je renouvella tous mes kunais et shakens usagés, sauf mon géant. Une caisse de matériel sous le bras (quelques réserves, au cas où), je continuais de regarder tous les magasins se présentant à moi, sauf les boutiques de fringues. Je passa devant ce qui ressemblait à une librairie. Il y avait beaucoup de livres, mais aussi plusieurs objets bizzares. Je pénétrais donc à l'intérieur de “Emprisonnement et ninjutsus obscurs”. Le nom me faisait un peu flipper... Il me semblait que ça avait rapport avec les sceaux. C'est une pratique qui m'intéressait, mais ça ne servait pas à grand-chose en combat.

Vendeur – Bonjour, jeune ami ! Vous me semblez être un jeune effronté qui n'est pas assez intelligent pour apprendre l'art des sceaux, n'est-ce pas ?

J'essayait de me maîtriser, ce qui était très difficile...

Moi – Une volée de shakens dans ta face, ça t'irait comme réponse ?
Vendeur – Hô ! Un manieur de shakens ! Quelle surprise !
Moi – Je vois rien de surprenant. Tous les ninjas les maîtrisent... -__-
Vendeur – Je sais. Veux-tu leur être supérieur dans ce domaine si commun ?
Moi – Vous m'intéressez, là... Mais vous ne vendez pas d'armes. Qu'est-ce que vous me proposez, alors ?

Il retroussa une de ses manches pour me montrer un parchemin fixé à son poignet. Il y avait un kanji dessus. (剣) “Épée”

Moi – C'est quoi, ç...

En un minuscule nuage de fumée, une dizaine de shakens apparaissèrent dans sa main.

Moi – Waw ! Trop fort ! Je les veux !
Vendeur – C'est 2000 ryos.
Moi – Gloups... C'est cher...
Vendeur – Mais ça ce vaut !

Il me tendit sa main. Je sortis mon porte-monnaie et en vida le contenu dans sa main. Il ne restait plus que quelques malheureuses petites pièces.
Je ressortis un quart d'heure plus tard avec un petit coffret contenant deux exemplaires de ces parchemins qui me seraient forts utiles. Je me remémorrais les conditions que m'avais apprises le type.

L'utilisation n'est pas illimitée, mais tu peux sceller autant de shakens que tu veux dedans, et les utiliser quand tu veux. Tu peux ainsi en transporter plus et les utiliser plus vite Voici un rouleau qui t'apprendras à sceller puis à libérer tes armes.

Je rentrai à l'hôtel pour annoncer ma promotion à Harue.Je rentre dans la chambre apparement vide et referme la porte... Une main sortie de nulle part me chope par le col, me retourne et me plaque au mur.

Harue – Alors, tu l'as ? Je t'ai vu te battre, et tu as perdu. Je suis sûre que tu n'est pas sélectionné !
Moi – Lâche-moi. Je suis chuunin, maintenant. Tu n'as plus le droit de me chier dessus !

Elle me lâche enfin.

Harue – Holala... Je suis déçue. Mais bon, je te rappelle que j'ai un grade de plus que toi.
Moi – Je m'en fous. Je serais bientôt Jounin. Et là, tu verras ce que c'est de se faire dépasser par son élève.
Harue – Bon, en attendant, je vais te récompenser en t'apprenant une nouvelle technique. J'espère que tu as gagné en vitesse, sinon tu n'y arriveras jamais !
Moi – On va voir ça... En route !!!

Nous nous dirigeâmes vers le terrain d'entraînement, qui était assez peuplé. J'avais au préalable scellé quelques shakens dans mes nouveaux parchemins, sans qu'elle me voie.

Harue – Bon, on y est. Maintenant, la démonstration. Passe-moi ton wakizashi.
Moi – Pourquoi t'as besoin d'en avoir deux ?
Harue – Je suis capable de faire ça avec un seul sabre, mais toi tu en as deux. C'est plus facile pour toi, si je le fais dans les meilleures conditions, non ?
Je ne lui répondis rien et dégaina mon petit sabre que je lui envoya.
Harue – Bien, maintenant attaque-moi. A distance, sinon tu risque de te faire blesser.

Je souris. C'était l'occasion rêvée... Je tendis légèrement le bras gauche devant moi, passa ma main droite sur mon poignet, en injectant du chakra dans le petit parchemin. Cinq shakens apparurent dans ma main. Je les lança en une volée sur Harue, qui parut surprise. Elle prit appui sur ses jambes et sauta en arrière, à 1 mètre de hauteur, et là commença la démonstration. Elle envoya son bras droit loin dans son dos, et son bras gauche devant elle. Puis, violement, elle se mis à tourner sur elle-même, provoquant un toubillon d'argent et de rouge. Tous mes projectiles furent déviés dans des directions différentes. Alors c'est ça ?! Cette nouvelle technique ?! Formidable... Elle venait d'éxecuter une technique de défense quasi-imparable.

Harueme relançant mon sabre – A ton tour, maintenant.
Moi – Quoi ?! C'est une blague ?! Dites-moi au moins coment faire !
Harue – Ha oui, c'est vrai, je suis distraite. C'est assez simple. Pour commencer, essaye de prendre de l'élan en courant, de sauter en l'air, puis de tourner sur toi-même. Il te faut une vitesse très élevée. C'est pourquoi il te faut courir avant. Maintenant, vas-y. Entraîne-toi à exécuter Tsurugi no Tatsumaki. Je vais t'observer à tes débuts.

Je m'élança sur toute la longueur du terrain, manquant de bousculer d'autres pratiquants au passage, tous les 5 mètres.
Le terrain faisait environ 20 mètres de long. Presque arrivé au bout, je me propulsa en l'air et me mit à tourner sur moi-même, mais sans grand succès. Je n'avais pas assez de vitesse. Je retourna à l'autre bout du terrain et recommenca, toujours sans succès. Trois essais plus tard, j'étais passablement énervé de mes échecs. Je retourna une fois encore au bout du terrain, et cette fois je concentra une quantité de chakra suffisante pour environ doubler ma vitesse. Je m'apprêtais à m'élancer, quand j'entendis Harue me parler.

Harue – Je m'aperçois que tu n'étais pas prêt, mais que tu as quand même réussis à palier à ton manque de vitesse. Je pars après t'avoir regardé une dernière fois.

Je m'élança à toute vitesse. J'allais beaucoup plus vite et j'arrivais au bout bien plus rapidement. J'empoigna fermement mes sabres et m'élança en tourbillonant. Oui ! C'est bien mieux ! Très vite, je ne voyais plus rien. Je ferma les yeux pour éviter de vomir tellement ça me donnais mal à la tête. Je ne tint pas plus de 2 secondes et je m'arrêta de tourner, en commençant à retomber. C'est alors que je vis que je fonçais droit sur quelqu'un et ce, à pleine vitesse. Je voyais tout encore assez flou, et je l'entendit crier. Dans un élan de désespoir ( c'est pour le style ! Very Happy ), je mis mes sabres devant moi, et je les planta dans le sol, à ma droite avant de pousser de toutes mes forces. Je rasa la personne de quelques centimètres avant de glisser sur le sol, en soulevant une traînée de poussière, et de m'écraser viollement contre le grillage qui entourait le terrain d'entraînement.
Au moment où je rouvris les yeux, je vis une mèche rouge devant mes yeux. Harue m'aida à me relever et à m'asseoir. J'avais mal presque partout... Je la vis se retourner. Elle revint devant moi

Harue – Tu as maîtrisé la base de cette technique. Entraîne-toi à la faire mieux, plus rapidement, et à tenir plus longtemps. Sans utiliser de chakra avant, tu ne peux pas le faire. C'est dommage, mais tu t'en sortiras quand même ! Bon, je vous laisse faire connaissance...
Moi – Hein ? Mais de quoi tu parles ? Attends !

Elle me fit un clin d'oeil et disparut dans un nuage de fumée blanche. Quand celle-ci se dissipa, j'essaya de distinguer la personne qui se trouvait derrière. Je reconnus dans la lumière du soleil la personne que j'avais failli frapper de plein fouet. Une fille. Elle se rapprocha, et je pus mieux la distinguer. J'étais sûre de l'avoir vue durant l'examen. Elle s'agenouilla pour se mettre à ma hauteur, en revoyant des mèches violettes dans son dos.

Jeune fille – Tu sais faire des trucs incroyable avec un sabre. Tu veux bien m'apprendre ?
Moi – Moi ? Heu... Ok, si tu veux...
Jeune fille – Tu t'appelles comment ?
Moi – Hayamaru. Daihoshi Hayamaru. Apelle-moi Haya. Et toi ?
Jeune fille – Seshiru. Kitai Seshiru.
avatar
Hayamaru
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2069
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 24
Localisation : Entre ciel et mer

Voir le profil de l'utilisateur http://laplume-rp.1fr1.net/fiches-validees-f16/valide-daihoshi-h

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Kota le 18/5/2008, 23:54

. Ahhh! Se lever le matin, le coeur rempli de joie en sachant que j'étais genin, rien ne pouvait me faire plus plaisir. Le ciel était toujours aussi beau et vaste que la veille. Le teint orange du de cette étendue céleste était toujours aussi merveilleux. Je me pressais d'enfiler mes vêtements puis me rendis dans le jardin. Une fois arriver, j'ai été stoppé par mon père. Il savait que j'étais venu m'entraîner et m'a donc interdit de m'entraîner davantage en me rappelant le comas de la dernière fois. Il me conseilla de faire des missions. Son idée n'était pas idiot alors je me suis dirigé vers le QG. C'est un bâtiment énorme qui reçoit un bon nombre de shinobis. Je réclamai une mission à un chuunin. Ce dernier sortit une liste de mission [rang D] puis me proposa l'une d'elle. Elle consistait à remplacer le facteur qui est en séjour à l'hôpital après une grosse chute à vélo. Je l'acceptai puis retournai à l'extérieur du quartier général. Pendant de longues heures, je fis le tour du village pour distribuer des lettres. C'était épuisant! En fin de compte je gagnai une petite somme d'argent.

. Ce n'était que le début de l'après-midi. J'étais donc parti pour une autre mission. Il fallait jouer avec un gamin. Alors, que je me dirigeais vers le lieu où je devait me rendre. Je fus attaqué un ninja. Ils était genin, tout comme moi, mais était plus âgé. La raison de cette agression était le fait qu'il voulait se défouler. Pas le choix, ma fierté m'empêchait de fuir, je devais combattre. C'est genre de garçons qui s'attaquent aux plus jeunes ou plus faibles que soi sans aucune loyauté. Il dégaina un katana et le son du fer me mit en alerte. Il fonça sur moi sans que je me sois mis en garde. Je fis un mouvement de recul tout en sortant mon kunaï. Il fit un coup vertical, la lame de son katana fut paré par mon arme. Ensuite, je l'ai repoussé, mais revenant à la charge, il refit un coup mais cette fois en tentant de me décapiter. Je me suis baissé pour l'esquiver, alors je vis une ouverture. Toujours accroupi, je le frappa au menton avec le pied puis un tour sur moi-même suivi d'une balayette. Mon adversaire se retrouva à terre, le m'approchai de lui. Tout à coup, je vis un shuriken filer près de mon oreille gauche. Je me suis retourné pour voir l'origine de cette attaque. A ma grande surprise, c'était une armée de clones qui se dressait devant moi. Ils étaient identiques à mon agresseur. Ils se ruèrent sur moi sans me laisser le temps de comprendre. Ils m'encerclèrent, katana à la main. Je dégainai mon kunaï sans avoir remarqué mon adversaire profitant des clones pour fuir. L'un d'eux se jeta pour moi, je lui est planté mon arme sur la poitrine. Il disparut dans un nuage blanc. Les autres font de même. Une lame me frôla le visage, je balançai mon kunaï vers celui qui porta l'attaque. En même temps, je fis un coup de pied arrière pour éliminer un clone derrière mon dos. Ensuite, je frappai avec le coude le visage de l'un d'eux. Alors que le nombre de fumées blanches se multipliait, les clones étaient toujours autant. Je pus attraper le bras de l'un d'eux, je le fis tournoyer autour de moi, balayant tous les clones se trouvant à ma portée. Après que les clones se soient écartés pour ne pas se faire toucher. Je balançai dans une masse de clones celui que je faisait tourner. Malheureusement, ils ont pu le rattraper sans qu'ils ne se soient blessés. Mais ils n'avaient pas remarqué le parchemin explosif que je lui avait mis sur le bras. Il explosa, emportant les autres grâce au souffle de l'explosion. La totalité des clones disparaissait dans des fumées blanches. A mon grand désespoir, je n'avais pas pu coincer le vrai mais j'avais réussi à venir à bout de tout ses clones même si leur quotient intellectuelle rivalise difficilement avec celle d'une cuillère à soupe.

. J'allais oublier ma mission! J'ai piqué un sprint en direction d'une grande maison. Je me demandais si ma vie de ninja sera comme ça, une succession de combats inutiles. J'en ai bien peur. Mais ce n'était pas grave car être un ninja, c'est combattre avec un but.
avatar
Kota
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 703
Date d'inscription : 12/05/2008
Age : 22
Localisation : Bazaka...Mais qu'est ce que je fous là, moi? O.O

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par erol le 20/5/2008, 21:16

-(Erol)- Connard ! Salaud ! Enfoiré de senseï de mes couilles !

-(Kirin)- Mais oui, mais oui !

* La journée commençait bien.
Premièrement je m’étais levé, bizarrement à l’hôpital, avec 3 côtes cassées, 1 bras cassé, une entorse à la cheville et de multiples bleus par-ci par-là.
Deuxièmement j’avais une gueule de bois pas possible. Tout pour plaire. Je sortais le l’hôpital le bras dans le plâtres et avec une béquille.
*

-(Erol)- Qu’est-ce que tu m’as encore fait faire ?

-(Kirin)- Tu te souviens vraiment de rien ?

-(Erol)- Bordel … Mais nan !

-(Kirin)- Pourtant toi aussi t’as réussis à me taper …

-(Erol)- Hein … Ah c’est pour ça que toi aussi t’as un œil au beur noir et que tu as des bleus …

-(Kirin)- Bon approche tu vas t’en souvenir …

* Il s’approcha de moi et posa sa mains sur mon front … *

FLASH BACK


-(Erol titubant)- Bon … Hic … On fait quoi ? La nuit n’est pas … Hic … Finit …

-(Kirin)- Nan … J’ai ma petite idée en tête … Hun hun hun …

* Kirin fit un sourire sadique et me mit un coup de poing en plein dans la tête. Je valsais de l’autre côté de la rue. Je me relevai avec difficulté et tituba en sa direction. *

-(Erol titubant)-AÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏËEEEEUH !! Ca fait mal bordel !

-(Kirin)- On va s’battre toute la nuit ! Ha ha ha !

* Kirin prit trois bouteilles de saké qu’il avait dans sa sacoche et les bu d’un trait. Ses joues devinrent rouges dans les secondes qui suivaient et il boita encore plus que moi. *

-(Kirin titubant)- Moi aussi j’suis comme toi ha ha !! A l’attaque !

-(Erol titubant)- Yaha !

* Je fonçai sur lui et tombai deux mètres plus loin … Ca semblait bien partit. *


FIN FASH BACK

* Je rouvris les yeux et revins à la réalité. *

-(Erol)- Enfoiré ! Connard ! Salaud !

-(Kirin)- Raaah mais t’es chiant toi !

-(Erol)- Tu m’as fait combattre, t’as vu dans quelle état j’étais ? Nan mais t’as vu ? Prends ça !

* Je levai mon poing gauche et tombai tout de suite par terre en hurlant de douleur. *

-(Kirin)- Bon p’tit rigolo, on reprends l’entraînement dès que t’es rétabli, c'est-à-dire dans 3 jours ! En attendant, retire cette putain de béquille ça m’énerve.

* Alors que je venais de réussir à me remettre debout à peu près correctement, il donna un coup de pied dans ma béquille et la fit s’envoler 5 mètre plus loin. Malgré ma performance pour essayer de rester droit et ne pas tomber, je m’écrasai au sol lamentablement. Kirin me mis un coup de pied dans le ventre et me sourit. Il disparu dans un éclat de fumée en disant un petit « A+ » très affectueux.

Je me mis à ramper jusqu’à ma béquille et m’appuya dessus pour me remettre debout. Celle-ci se cassa en deux dès que je mis un peu de mon poids. Hé merde salaud de senseï. J’utilisai mes plus grandes ressources pour me mettre debout tout seul. Je mis 5 bonnes minutes à trouver l’équilibre pour marcher et encore, je mettais 30 secondes pour faire 3 mètres. Je rentrai au QG de Gensou, allai dans une sale vide réservé au Genin participant à l’exam’ et m’asseyais dans un coin.
*

-(Erol pensé)- Bordel, il caille dans ce village merdique … Y’a personne à taper et les boutiques d’armes sont merdiques … J’vais devoir rester 3 jours à rien foutre … Raaah, ça va m’énerver …

* Je passai donc 3 jours pittoresque : Je me levais, mangeais, regardais le mur, mangeais, regardais le mur, mangeais, regardais le mur et dormais … passionnant.
Enfin le troisième, je pus rétablis et pu marcher vite et courir sans avoir mal.

Je sortis donc du QG, content d’être rétablis, et vis Kirin qui m’attendait. Je m’approchai de lui et me préparai à un assaut de sa part.
*

-(Kirin)- Bon t’es rétablis la chochotte ? Parce que un entraînement t’attend !

-(Erol)- J’vais apprendre quoi ?

-(Kirin)- T’as technique là pour reconstituer tes clones de terre … Tu l’as pas encore tout à fait maîtrisé ?!

-(Erol)- Comment tu sais pour cette technique ?

-(Kirin)- J’suis pas ton senseï pour rien …

-(Erol)- …. C’est quoi cette connerie ? Enfin bref, sinon j’la maîtrise mais je sais pas la placer dans un combat …

-(Kirin)- Ouais autant dire qu’elle te sert à rien ? Bon bah suis moi, on va au terrain.

* Kirin commença à courir rapidement et je fis de même. Nous arrivâmes au terrain en quelques minutes. Il y avait beaucoup de monde là-bas, ça me rappelait le tournoi des Genins. Kirin poussa deux, trois Genin qui s’entraînait et nous fit un peu de place. Il m’ordonna de créer mes clones de terre et je m’exécutai tout de suite. Ayant bien assimilé cette technique, 4 clones identiques apparurent. Je regardai Kirin qui souriait. Il disparut et réapparut juste contre moi en train de prendre Devil dans mon dos. Il re-disparut et là, des bras, jambes et autre partit du corps de mes clones se coupèrent et volèrent en l’air comme part magie. Kirin réapparut dans un éclat de fumée et me regardai en souriant. Il avait même remit mon sabre dans son fourreau. *

-(Kirin)- Maintenant t’es Chuunin, plus question que je retiennes ma vitesse.

-(Erol)- … Ok, et maintenant je fais quoi ?

-(Kirin)- C’est simple, j’vais t’attaquer, pas de toutes mes forces bien sûrs, et tu vas essayer de placer ta technique.

-(Erol)- Très bien.

* Je commençai à faire les signes mais Kirin fonça sur moi en sortant un kunai. Je sautai en l’air et recommençai à faire les gestes pour la technique. Kirin sauta rapidement et me mit un coup de pied qui me fit foncer sur le sol. J’annulai la technique que j’étais en train de faire et concentrai du chakra dans mes pieds pour ne pas m’écraser dans le sol. Une fois pieds à terre, je sautai sur le côté en refaisant les signes. Je posai mes mains par terre et commençai à concentrer mon chakra dans le sol. Kirin était encore en l’air, donc je n’avais rien à craindre pour qu’il me dérange. Je pouvais faire ma technique en toute tranquillité. *

-(Erol)- Kyuug…

-(Kirin)- N’y pense même pas.

* Un clone que Kirin avait créé peu de temps avant qu’il saute en l’air alors que je ne m’en étais pas aperçu apparut. Il m’attrapa mes deux poignets avec une seule main et me leva en l’air. Le vrai Kirin retomba sur le sol et profita que j’étais immobile pour me mettre un coup de pied sur le côté qui m’éjectai contre le mur. *

-(Kirin)- Tu te souciais trop de moi et donc tu ne faisais pas ta technique assez rapidement … Tu devrais penser qu’à une chose : faire ta technique.

-(Erol crachant du sang)- La ferme.

* Je me levai et pris quelques kunais dans ma sacoche. Je lançai ses derniers et commençai les signes incantatoires. Kirin et son clone rigolèrent et parèrent tout les kunais avec l’un des leur. Sauf que les deux dernier kunais jeter était accroché à une note explosive qu’il n’avait pas vu. Je posai mes mains par terre sans me soucier de Kirin et de l’explosion. Je malaxai mon chakra dans le sol. *

-(Erol)- Kyuugou !

* Des morceaux de terre se reformèrent et les bras, jambes manquant à mes clones réapparurent. Ces derniers s’approchèrent de moi. Le fumée causer avec les kunais explosifs se dissipa et je pu voir Kirin sous une couche de chakra l’ayant protégé. *

-(Erol)- Alors ?

-(Kirin)- Bien joué … On reprendra l’entraînement plus tard, j’ai des trucs à faire …

-(Erol)- Hein, mais je …

* Il ne me laissa pas le temps de finir qu’il disparut dans un éclat de fumée. Quel salaud, il devait m’aider pour mon entraînement et il me laissait en plan. Je me défoulai pendant 5 minutes en affrontent mes clones de terre. Au moins comme ça, je ne tuais personne. *
avatar
erol
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 176
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 24
Localisation : Tu n'entends pas le bruit de pas derrière toi ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 14 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 8 ... 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum