[Gensou] Vandokou Seikiai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Gensou] Vandokou Seikiai

Message par Vandokou Seikiai le 24/2/2009, 20:00

Nom : Seikïai
Prénom : Vandokou

Clan : Seikiai

Age : 17

Apparence :

Vandokou a une bonne ossature, d’un gabarit d’1m81 pour 75 kilos environ. Il a un corps robuste sans être bodybuildé. De visage, Vandokou a un air plutôt sérieux, sévère. Il ne paraît en rien amical avec un look plutôt sauvage, puisque des cheveux en pagaille arrivant jusqu’aux épaules laissent apparaître sur eux quelques rubans blancs et anneaux et sont recouverts d'un bandana. Ses yeux de couleur noir profond et son teint légèrement bronzé ne montrent aucune tendresse, et les bleus qui parcourent son torses sont là pour le prouver. Ces derniers sont apparents puisque Vandokou ne porte rien sur le torse mis à part des lacets qui ceinturent ses biceps et poignets et un collier orné d'une médaille accompagné d’un autre plus long portant un museau de crocodile taillé dans le bois.
Un pantacourt noir lui donne une certaine aisance de mouvement au niveau des jambes, et sa ceinture un peu tombante lui permet d’accrocher son couteau de chasse et deux trois herbes. Comme tout sauvage qui se respecte, Vandokou reste pied nu.



Psychologie :


Belliqueuse. Vandokou est un jeune révolté qui ne sait pas se tenir. Eduqué au couteau, il a toujours été d’un tempérament mauvais, en proie à la violence. Il est acariâtre. D’un cœur ardent, il n’a jusque là jamais réellement fait preuve de compassion, il a toujours rejeté les amitiés trop douces qui s’offraient à lui avec les coups de poing. Il vit dans un monde noir et y gagne un air grincheux, c’est quelqu’un de très associable. Il est cependant très attaché à son alligator qu’il utilise comme monture et qui a grandi à ses côtés. Parfois, il lui arrive de pleurer en silence et dans le plus grand secret, considérant le monde et lui-même comme trop cruels mais ne désirant pas le changer, avec le désir profond de s’endurcir jusqu’à ce que mort s’en suive. Il ne craint d’ailleurs pas cette fin qui effraie tant le monde, il est toujours aux devants des combats qui s’offrent à lui, s’opposant sans hésitation à plus fort ou plus nombreux que lui. Il est, faut-il avouer, inconscient du dangers.

Projets :
En ces temps, Vandokou souhaite se faire une place dans la tribu. Son ambition sera par la suite de se parfaire dans son nindô et de protéger les siens. Mais avant cela, il doit apprendre.

Biographie :

Vandokou est né d’une mère morte à cause de lui et d’un père vertueux au possible, il a donc été forgé à l’image que son paternel désirait voir. Il a toujours eu une rivalité avec le fils du chef, tout comme son père a eu une rivalité avec le chef durant son enfance. Le jeune Hogai a bénéficié d’une douceur qui a toujours rendu Vandokou furieux, lui qui, de part le comportement quelque peu rebelle de son géniteur, fut en partie rejeté par la tribu et soumis à une discipline de fer. Vandokou et son père ont toujours vécu en étant un peu à part du groupe, sans jamais être infidèle à la tribu.
Le jeune ninja a bénéficié d’une formation individuelle d’un père qui l’a toujours poussé au bout de l’effort, ce qui explique une certaine expérience. Depuis son plus jeune âge, Vandokou a donc eu la chance et la malchance de s’opposer à de longues reprises à un Chuunin confirmé qui a fait de lui un véritable guerrier.
Il est aussi, à l’âge de 8 ans, parvenu à trouver son compagnon crocodilien : Heiji, surnommé le « croque-doigt », en raison de l’annuaire que son père a manqué de perdre lorsqu’il avait approché ce dernier trop du museau du petit. Vandokou dû braver les fureurs d’une mère écaillée et imposante plus que protectrice pour son petit, et cela faillît lui coûter la vie. Vandokou et son compagnon agissent dorénavant comme en symbiose, ils sont d’une complicité unique même s’ils ne combattent pas ensemble, Vandokou jugeant que lui seul privilégie de cet avantage et refusant toute aide extérieure à lui-même.
Le jeune ninja aurait pu, vers l’âge de 14 ans, avoir une douce amante, mais il remplaça celle-ci par une réputation de bagarreur farouche : en effet, refusant les avances de la jeune demoiselle de son âge, il la frappa jusqu’à lui briser le nez. Depuis ce jour lui et son père sont encore plus reclus de la tribu et vivent quasiment seuls ; et les deux s’entendant plutôt mal, c’est un peu à chacun son sous.
Seulement il semblerait qu’aujourd’hui Vandokou intéressent ses frères, car une rumeur court comme quoi les membres de la tribu jugeraient son comportement non naturel, trop forgé par l’éducation de son père. Vandokou essaie au mieux de profiter de ce changement de mentalité pour s’intégrer au groupe.


Résumé des aventures :

Après avoir réussi l'épreuve pour devenir un homme, Vandokou dû tout d'abord quitter la tribu pour rejoindre le village afin qu'il y soit formé. Sans être chassé, ce fut un peu comme un rejet des siens.
Arrivé à l'endroit en question, il dû marchander avec un garde pour permettre à Heiji d'entrer dans l'enceinte. Il y parvins, mais non sans quelques règles à suivre.
Puis il rencontra un gamin ayant remarqué l'animal. Ce dernier, un petit énergumène tout à fait déplaisant pour le sauvage, car intelligent et beau parleur à la fois.
Suite à quoi il fit enfin parti d'une équipe.



Affinité : Suiton exclusivement

Armes :
Un couteau de chasse seulement, il privilégie le combat à main nue.

Caractéristiques (pour un Genin):
Taijutsu : 5/10
Ninjutsu : 2/10
Genjutsu : 8/10
Sceaux : 0/10


Fiche Technique :

Tout d'abord, une petite description s'impose.
Vandokou attache une importance primordiale au terrain qui l'entoure. Son Genjutsu s'applique sur un environnement qu'il crée, donc ce dernier est crucial. L'idéal pour Vandokou est de combattre sur un lac : sa technique de la flaque est alors beaucoup plus difficile à repérer et consomme moins de chakra, tout en étant plus efficace et plus grande. En bref, combattre un Seikiai sur un lac relève du suicide, car c'est un aller simple vers leur Genjutsu.
Seulement, tout n'est pas aquatique. C'est pourquoi Vandokou doit parfois créer sa flaque. Lorsque celle-ci est, Vandokou utilise son Taijutsu pour obliger l'ennemi à aller sur le piège. Son couteau n'est là que pour faire croire qu'il l'utilise souvent, c'est un subterfuge, car en réalité le personnage est plus spécialisé dans les projections, tout simplement pour faire tomber son adversaire dans la flaque.
La grande force de Vandokou est donc dans l'illusion, plus précisément du style Genchi, et le Taijutsu n'est là que pour la rendre plus efficace. Aussi, il faut savoir qu'il est très robuste, pour cause de l'entraînement très violent que subissent les jeunes Seikiai.
En revanche, le ninjutsu de Vandokou est pour ainsi dire minable. Il ne peut que contrôler certains filets d'eau. Ne parlons pas des sceaux...


_Taijutsu :
-Aucune technique, une bonne maîtrise tout simplement. Très brutal dans son style, il n'hésite pas à sortir son couteau pour l'affront.


_Ninjutsu :
- Pas vraiment de technique si ce n’est la maîtrise de l’eau.


_Genjutsu :


« Naku doushokubutsu, Cris de faune » : (Bien maîtrisée)
Vandokou peut effectuer des cris d’animaux de toutes sortes, et en apposant son couteau dans un arbre par exemple, il peut les faire résonner sur ce dernier en y insufflant du chakra. La technique consiste à faire croire à la victime qu’elle entourée par la faune, et donc à la faire douter.

« Kosui no yorozu kin'shin', Flaque des 1 000 châtiments » : (Bien maîtrisée)
Style : Kuusou
Catégorie : Genjutsu non mental, Genchi
Fonctionnement : Préalablement, il est nécessaire de faire apparaître une flaque d'eau, ce qui nécessite d'être d'affinité Suiton. Puis, on applique le Genjutsu sur cette nouvelle flaque, ce qui explique pourquoi c'est une illusion Genchi, Genjutsu qui s'applique sur l'environnement pour piéger la cible. Au moindre contact donc, l'adversaire est victime de l'illusion.
Lorsque la victime marche dans cette flaque ou la touche, elle se croit dans un océan (dans lequel elle ne peut respirer). La flaque est plus ou moins grande selon le niveau du lanceur (généralement, les plus grandes font moins de 5 mètres, tout en sachant qu'une flaque standarde, du niveau Genin, doit faire 1 mètre), et plusieurs technique dérivent de cette dernière. Créer plusieurs flaques demanda une grande quantité de chakra. L'adversaire reste prisonnier de l'illusion tant que l'utilisateur a du chakra à revendre.

« Doshaburi kuchisaki, Pluie de mâchoires » : (Mal maîtrisée)
Nécessite la réussite de la flaque.
Une multitude de crocodiles, caïmans, alligators ou gavials arrivent et attaquent la victime prisonnière de l'océan illusoire. (Vandokou ne peut en créer que deux maximum.)


Dernière édition par Vandokou Seikiai le 21/5/2009, 19:02, édité 17 fois
avatar
Vandokou Seikiai
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 13
Date d'inscription : 24/02/2009
Age : 26
Localisation : Aux alentours de Gensou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Gensou] Vandokou Seikiai

Message par Hayamaru le 24/2/2009, 20:06

Bienvenue ! ^^

Bon, ta fiche est bien, mais tu me sembles tout de même un petit peu puissant. Tu maîtrises 3 Genjutsus, une affinité, cumulé avec un bon Taijutsu.

Révise toi un peu à la baisse (un tout petit peu). ^^
avatar
Hayamaru
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2069
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 23
Localisation : Entre ciel et mer

Voir le profil de l'utilisateur http://laplume-rp.1fr1.net/fiches-validees-f16/valide-daihoshi-h

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Gensou] Vandokou Seikiai

Message par Vandokou Seikiai le 24/2/2009, 20:31

Clan :

Le clan Seikiai est plutôt récent, étant âgé d’à peine trois générations. Son fondateur, Zenshin Seikiai, était connu pour sa maîtrise exceptionnelle de l’affinité Suiton et pour les Genjutsus qui s’y associaient, notamment pour la technique de « L’abysse des doléances », qui, d’après les rumeurs, feraient entendre des cris de plainte de baleines avant que la victime ne se croit entraînée dans les profondeurs de l’Océan pour y être "broyée", disent ceux qui ont pu la tester avec l'utilisateur. Ce clan est entre autre pactisé avec les invocations des espèces crocodiliennes, animal qu’ils n’hésitent pas à élever.
Les Seikiai sont réputés pour leur humeur belliqueuse et tempérée pour certain, sage et sereine pour d’autres. Il s’agît d’une petite tribu vivant aux alentours du village, toujours non loin de la cascade de Gensou qui pour elle est synonyme de refuge. A l’origine un peuple nomade, ce clan a du mal à rester en place, c’est pourquoi il est encore mal intégré au village, même s’il en fait parti. Ils vivent dans les grottes ou dans de grande tentes et s’habillent plutôt sauvagement. On dénonce parfois leurs méthodes un peu barbares pour former les nouvelles recrues, mais certaines familles n’hésitent pas à envoyer leurs enfants car ils forment de bons guerriers.
Sa spécialité concerne une technique simple mais efficace, celle de la « Flaque des 1 000 châtiments ». Ses membres sont réputés pour leur terrible efficacité dans les traques, que ce soit pour tuer ou retrouver, puisqu'ils connaissent très bien la géographie autour du village.


Catalogue RP

Etre un homme
Les enfants du village
Le membre ennemi


Dernière édition par Vandokou Seikiai le 21/5/2009, 18:49, édité 2 fois
avatar
Vandokou Seikiai
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 13
Date d'inscription : 24/02/2009
Age : 26
Localisation : Aux alentours de Gensou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Gensou] Vandokou Seikiai

Message par Ryosuke le 24/2/2009, 21:30

Sauf si t'es un multi hein...

Quand tu dis que ton suiton te fais manipuler des courants d'eau, ça veut dire que tu déplaces les rivières? Développe un tantinet stp ~~

Pour tes deux derniers genjutsu c'est pas facile de juger, l'idéal serait que tu développes sur les tenants et aboutissants... zyeute la fiche de Hyûma dernier du nom pour voir la version idéale des descriptions ^^

Ryosuke
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2308
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Gensou] Vandokou Seikiai

Message par Vandokou Seikiai le 24/2/2009, 21:46

Euuh les courants d'eau non c'est pas les rivières, c'est... ben l'eau quoi xD. Bien sûr, en faible quantité comme je suis Genin.
Les deux derniers Genjutsus c'est simple : s'il marche dans la flotte, il est dans mon illusion. Là, je peux faire apparaître deux crocos max qui attaquent la cible, et si elle arrive à s'en débarrasser ben mon illusion ne sert plus à rien. Durée : autant que le chakra et la patience de mon perso le permettent. C'est mon seul jutsu offensif... s'il vous plaît... *Se met à genou en pleurnichant.*
A part ça... déjà percé à jour pour le multi...snif...


Dernière édition par Vandokou Seikiai le 27/2/2009, 19:42, édité 1 fois
avatar
Vandokou Seikiai
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 13
Date d'inscription : 24/02/2009
Age : 26
Localisation : Aux alentours de Gensou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Gensou] Vandokou Seikiai

Message par Hayamaru le 25/2/2009, 00:31

Tu a écrit:A part ça... déjà percé à jour pour le multi...snif...
Ha, pour ça, Ryo a l'oeil. Sur l'adresse IP surtout... Rolling Eyes

Et sinon... T'es qui ? xD
avatar
Hayamaru
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2069
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 23
Localisation : Entre ciel et mer

Voir le profil de l'utilisateur http://laplume-rp.1fr1.net/fiches-validees-f16/valide-daihoshi-h

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Gensou] Vandokou Seikiai

Message par Kiai le 25/2/2009, 01:31

Shimaru peut-être... Nan. Peut-être?

Nan, quand Shim' fait un multi il me demande expressément de ne pas le divulguer xD
avatar
Kiai
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 202
Date d'inscription : 13/01/2009
Age : 22
Localisation : Kebec

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Gensou] Vandokou Seikiai

Message par Vandokou Seikiai le 26/2/2009, 18:51

Avec mon avatar, si vous trouvez pas... (je ne veux pas critiquer votre capacité d'analyse xD)
Bon sinon, voilà mon post RP, régalez-vous^^.


Post RP




Etre un homme.


Chef du village – Ton fils est fin prêt à passer les épreuves pour prouver ses valeurs guerrières.
Père – Qu’il en soit ainsi.

La terrible épreuve du « crocomikaze », voilà à quoi j’étais confronté. La règle était simple : traverser le marais des alligators et en ramener un sur la berge opposée. Si je le faisais, je pourrais tenter de passer l’examen Genin et ainsi je pourrais être considéré comme un homme. C’était l’ultime épreuve pour chacun des disciples, et dès que nous y parvenions nous y octroyions le respect qui nous était dû.
C’est autour d’un feu, pendant la nuit, que les adultes discutaient de notre devenir. Les trois disciples qui allaient concourir le lendemain, Hogai, le fils du chef, Suromo, un fils de ninja vivant du village, et moi-même n’avions pas encore l’autorisation de participer au conseil, nous étions derrière ceux qui s’occupaient de notre formation, en train, en silence, d’aiguiser un couteau ou de recoudre une plaie pour Suromo. Nous étions encore des lèche-bottes, nous ne pouvions qu’écouter les paroles de nos aïeuls.


Chef du village – Mon fils reprendra les rennes après moi, il a le mental d’un leader. Ton fils, Bunjiro, lui ce sera un gardien, et il sera de ceux qui seront aux devants des missions que nous confiera Gensou. Suromo, lui, retournera auprès des siens mais restera le lien entre le village et notre tribu.
Père – Mon fils, un gardien ? Impossible, son cœur ne le laisse pas tenir en place !
Vieux sage – Il apprendra, Bunjiro.
Chef du village – Attendez vieux sage, il a raison, Vandokou n’est pas fait pour surveiller. Que peut-on faire de lui alors ?
Père – Exécuter des missions sera son unique voie.
Genpaku – Nous avons assez de guerriers pour se charger des missions !
Père – Mon fils est le meilleur combattant parmi tous nos disciples, il lui faut des défis de taille !
Vieux sage – On ne peut juger la force future du jeune caïman selon le nombre de dents qu’il possède, tout comme on ne peut juger la beauté d’une fleur alors qu’elle n’a encore qu’une pétale. On ne sait pas si ton fils sera le meilleur une fois à l’âge adulte.
Père – Mais !…
Genpaku – Fis ! Ecoute le vieux sage, ses conseils valent mieux que ta fureur.
Chef du village – Vandokou doit apprendre à devenir patient. Il doit devenir complètement autonome si tu veux qu’il soit tel que tu le désire. Tu veux un fils face aux plus grands dangers, alors il lui faut vivre difficilement. Donc nous allons l’envoyer au village et il vivra comme un vrai ninja, il se débrouillera seul.
Père – Tu veux que mon fils nous abandonne ?!
Vieux sage – C’est un choix judicieux, rien de mieux pour devenir un homme.
Père – C’est auprès de nous qu’il doit apprendre !
Chef du village – Tu sous-estime la puissance du village ! Ton fils pourrait là-bas recueillir une éducation exceptionnelle à laquelle nous n’avons pas accès.
Père – Et qu’en est-il de nos coutumes, de nos mœurs, de notre vertu ?!
Genpaku – Tu ne nous y prendra pas, surtout toi ! Tu bafoue l’honneur comme l’alligator se réjouit de la mort de sa proie !
Chef du village – Bunjiro, imagine un peu ce que pourrait nous apporter ton fils. Il est l’un des seuls ici à ne pas avoir d’amis, de proches réels. Et puis, même s’il apprend auprès du village, rien n’empêche qu’il puisse continuer de nous rendre visite.
Vieux sage – C’est ce qu’on appelle placer l’espoir en quelqu’un. Ton fils pourrait réaliser de grandes choses, et l’on y apprendrai beaucoup. Il n’est pas comme tous ces jeunes qui ont besoin de respecter les traditions fraternelles de notre tribu, il est d’un caractère aux aventures, et ce voyage régalerait ses pulsions d’action.

Je sentais mon cœur palpiter d’angoisse. J’avais comme le pressentiment d’une solitude future, et une sensation d’insécurité commençait à envahir mon cœur. J’étais le nombril du conseil, je ne pouvais qu’écouter ce qui paraissait être une sentence. Bientôt, frustré d’entendre tant de fois mon nom comme si j’étais anormal, je quittai la tente du conseil en courant. Le rêve serait mon meilleur refuge, j’avais peur de les attaquer par colère.


Le lendemain, aux aurores, je fus réveillé à coup de savates par mon père qui me fixait avec une attitude hargneuse. Alors que je commençai à ouvrir les yeux, je commençai à sentir de plus en plus de douleur : à mesure que je me levai, ses coups de pieds devenaient plus puissants, plus nerveux. Il y avait dans son expression je ne sais quoi d’autoritaire, de froid, presque d’effrayé. Une raideur inhabituelle montrait un stress évident, je comprenais que quelque chose n’allait pas. Le conseil… Il me regardait tel un despote, et je me sentais tyrannisé par ce géniteur infâme. Bientôt sa voix s’éleva, et ses mots résonnèrent dans ma tête comme des gongs :


Père – Il est l’heure pour toi de passer l’épreuve. Si tu réussis, je ne veux plus de toi ici.

Il me chassa de notre tente et resta dedans, probablement à se morfondre sur lui-même. Je le haïssais bien qu’il m’adora.
J’allais rejoindre le vieux sage pour entendre ses précieux conseils. J’étais dans le trouble, je n’avais jamais, jusque là, mis un pied dans un village, je n’étais pas habitué à ce qui m’arrivait et le comportement de mon père m’avait quelque peu chamboulé. Apeuré par l’inconnu, par la foule, je songeais que lui avait probablement vécu le même genre de situation, et mon instinct guidait mes pas vers la grotte où il résidait pendant la saison. J’avais besoin d’être rassuré :


Vieux sage – Tu es tout comme un jeune gavial sortant de son œuf et découvrant le monde, et ta mère te pousse déjà à aller dans les eaux noires et profondes. Ne t’inquiète pas, c’est dans tes gênes de savoir nager. Vas, j’entend les chants de la tribu, la cérémonie avant l’épreuve commence.
Vandokou – Merci.

Les mots de cet homme étaient toujours plein d’un sens qui m’encourageait, il savait me remonter le moral. Oui, il pouvait être bref tellement son éloquence était sage, et c’était pour dire probablement la seule personne en qui je faisais réellement confiance. Bien que ma tribu fut plus précieuse qu’un cœur, je détestai la plupart de ses membres, et je ne savais quels fils, quelles cordes m’empêchaient de me détacher d’elle. C’était tout comme un jeune caïman adorateur d’un père qui voulait le dévorer.

Intrépide et envieux, je courais jusqu’à rejoindre le point de rendez-vous, et à peine arrivé je voyais déjà les crocodiles s’agiter dans la rivière. Tout autour les membres de la tribu frappaient l’eau avec des bâtons pour les agiter, occasionnant un désordre et une agitation qui favorisaient en moi cette pression contre le thorax. Un regard noir vers Hogai, un autre vers les spécimens nous éclaboussant. Je m’accroupissais pour plonger un doigt dans cette eau glaciale. Puis ma main vînt s’emparer d’un petit échantillon que je portai à ma bouche, puis que je recrachai au dessus de ma tête. C’était un signal pour montrer que j’étai prêt, je voulais en finir rapidement. Les gouttelettes retombant sur mon corps, j’entendis le son du gong de départ, l’adrénaline montée à bloc.
Rapidement une main dans mon dos me poussa dans le chahut, et j’eus le réflexe de plonger pour éviter une gueule pleine de crocs dévastateurs. Là je me retrouvai au centre du chaos, une dizaine de crocodiles nageaient dans toutes les directions, effrayés par le raffut de la surface. Et dès qu’ils voyaient un homme, la peur leur donnait faim.

Deux me chargèrent au même instant, et c’est en saisissant leurs mâchoires inférieures -tout en prenant soin de placer mes doigts du côté où rien ne pourrait les arracher- que j’évitai de finir éventré par leurs gueules. Cependant, la charge des spécimens fut tellement oppressante qu’ils m’emmenèrent percuter la paroi de la berge, m’écrasant petit à petit contre celle-ci et tentant, au passage, de m’emmener vers les tréfonds pour me noyer. Mêlée à la fatigue, l’incapacité de respirer commençait en effet à m’étouffer, et les deux crocodiles étaient trop puissants pour que je puisse les repousser. J’étais dans une impasse : soit je risquai de me faire croquer en m’échappant, soit j’attendais qu’ils se cassent au risque de me noyer. La première solution me semblait plus judicieuse, et en conséquence je remontai leurs mâchoires pour passer sous leur museau, et me dépêchai de nager pour remonter vers la surface. Par dessus mon épaule, j’apercevais les deux crocos revenant à la charge, et donc je me précipitai encore plus énergiquement pour regagner le plus vite possible l’air. Mais alors que ma tête allait franchir le seuil de surface, un gavial venant de côté vînt refermer ses terribles canines sur mon corps, et j’aurais fini comme déjeuner si je n’avais pas eu le réflexe habituel d’empêcher ses mâchoire de se renfermer complètement sur moi. Je sentis ses crocs s’enfoncer dans ma chair, la presser et faire apparaître un zeste rougeâtre, saveur pour cet effrayant prédateur. Rien de mieux pour exciter davantage la bête, et c’est en remarquant la pression plus forte que je comprenais la passion plus dévorante de mon nouvel adversaire. Il ne fallait pas que je reste là, je ne pouvais résister à la force exercée sur moi pour me broyer. Rapidement je passais mes jambes dans la gueule du gavial et je lui donnai un coup de pied dans le fond de la gorge, chose qu’il ne put apprécier et supporter. Bouleversé par l’attaque, l’animal n’eût d’autre choix que de choisir la sécurité en relâchant son étreinte. Mais alors qu’il fuyait, j’eus l’idée, bien qu’à bout de souffle, de saisir sa queue quand il se retournait pour profiter de sa vitesse, sa fuite étant tournée vers la rivé d’arrivée.
L’animal fut d’un apport plus que bénéfique, miraculeux aurais-je pu dire. Nonobstant les quelques égratignures qu’il m’avait causé, c’était une aide non négligeable. Bientôt je le lâchai, me sentant tomber dans l’inconscience sous le manque d’air, et donc je relâchai mon taxi pour reprendre surface.
C’était comme revivre : l’air, tellement manquant, était plus savoureux que le meilleur des alcools. Cette gorgée d’énergie m’apportait une sensation d’extase, et j’étais à nouveau d’attaque, tout comme mes agresseurs. Je nageais pour me rapprocher de la berge, et à quelques mètres d’elle j’eus la chance de voir arriver une gueule affamé tentant de me gober. Mes pieds dans sa face, ses dents dans sa gorge, il fut désarçonné pour mon fulgurant écrasement. A forcerie, il fut comme quelque peu assommé par le coup, ce dont je profitai pour l’emmener sur la berge. Parvenant enfin à gagner cette dernière, l’animal se reprît soudainement de son état d’étourdi alors que je me trouvai sous son abdomen. Immédiatement il décala sa tête pour tenter de me croquer, attrapant avec férocité mon bras qui aurait été arraché sans l’intervention d’un adulte. Outre ce petit incident, j’avais réussi l’épreuve.

Je fus soulevé par mon sauveteur qui cria ma victoire, comme si j’étais un trophée. Je me dégageai de lui pour me remettre sur pied, rejetant sa présence. Paradoxalement, bien qu’heureux d’avoir brillé dans cette épreuve, il ne me fallait pas commencer à apprécier des individus que j’allais quitter. Silencieux, je sortais quelques herbes de ma sacoche avant de m’asseoir silencieusement contre un arbre, à l’ombre d’un Soleil frappant qui, au fond, aurait été bien amical de réchauffé l’eau glacée. Une fois installé, je commençai à apposer les herbes sur mes plaies avant de les maintenir par de petites bandes que je sortais d’une autre sacoche. Dans notre tribu, tout guerrier se soignait avec les moyens du bord.
Alors que tout le monde chantait mes louanges, un bruit de crachement d’eau se fît entendre : Suromo était prêt, le gong, qui ressemblait plus à un couvercle qu’à un gong, retentissait. Lui fut moi audacieux que moi-même mais plus malin : parvenant à marcher sur l’eau, il profita de cette atout pour traverser la rivière à vitesse éclair. Un des crocos avec qui j’avais eu un sordide tête à tête jaillît de l’eau pour faire sa boucherie mais se retrouva bientôt avec les deux mâchoires déboîtées, Suromo le traînant derrière lui en arrivant sur la rive d’arrivée. Oui, j’avais été minable à côté de lui, mais moi c’était plus excitant. A mon instar, lui se jeta dans les bras de celui qui s’était occupé jusqu’ici de le former et fut l’objet de nombreux cris de joie.
Après une petite minute festive, tous les regards se tournèrent vers Hogai, ce misérable fils à papa. Il n’était pas non plus effrayé par la traversée de la rivière mais semblait en pleine réflexion. C’était évident, lui allait la jouer stratégique.
Les bâtons virent refrapper l’eau pour agiter de nouveau les prédateurs, et le nom du futur chef fut celui que toutes les bouches chantèrent. Je me disais alors qu’il aurait été cool que je laisse une petit flaque en plein milieu de la rivière, il aurait trimé pour en réchapper…

D’un coup il se lança. En fait, en observant plus attentivement la scène, je remarquai qu’il avait attendu que certains crocos bougent pour pouvoir passer l’épreuve sans trop de séquelles et avec de fortes chances de réussir. Quelle lavette, à cause de lui j’étais le seul à avoir foncé dans le tas comme un bourrin. Quoi de mieux pour renforcer cette petite impression de solitude ?
Mon cœur eut un élan d’espoir lorsque je le vis couler, probablement la cheville croquée par une bête l’entraînant dans le fond des courants. C’était tout de même terrible la manière dont nos petits crocos agissaient, ils avaient cette manie de noyer leur proie en les saisissant si fermement qu’elles ne pouvaient remonter à la surface et en les déchiquetant, surtout lorsque la victime se trouvait au beau milieu d’un énorme gueule bien féroce. C’était très difficile d’en réchapper, et pour le moment le cas d’Hogai en était la preuve. Toute la tribu était silencieuse, le pauvre ne remontait plus à la surface depuis plus de trois minutes, et certains commençaient déjà à pleurnicher en le croyant mort. Personnellement, je ne lui donnais pas plus de 10 secondes avant de le considérer pour déjeuner crocodilien. Le cœur palpitant de sadisme, je commençai à approcher de la rive pour tenter de voir le fond des eaux. Tout ce que l’on pouvait remarquer, c’était cette espèce de boue due à l’agitation de la rivière causée par les adultes mêlé à du sang, le mien notamment, mais peut-être aussi celui de ce minable.

Les 10 secondes passèrent, et toutes les têtes se baissèrent. Il était mort, c’était cool, j’étais content.
Tous faisaient une prière pour son âme pendant que moi je leur tournai le dos pour aller m’allonger près du centre de la tribu. C’est là que la cérémonie pour les victorieux se déroulerait, et l’on y gagnerait le titre qui nous était dû. Quelques minutes plus tard, le reste des membres de la tribu arriva, et j’aurais voulu me pendre au bout d’une corde lorsque je les remarquait tout souriant, portant Hogai ! Le salaud était, aux bords de la mort, parvenu à rejoindre la surface avec l’alligator le plus gros de la rivière dans les bras. En plus d’avoir arraché la victoire à la mort, il m’avait arraché la joie de sa disparition.




Toute l’après-midi fut destinée à un magnifique festin que je ne pouvais savourer, la gorge trop pleine d’un sentiment haineux. Et le soir… Le soir, mes bagages étaient faits.


Dernière édition par Vandokou Seikiai le 21/5/2009, 18:40, édité 1 fois
avatar
Vandokou Seikiai
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 13
Date d'inscription : 24/02/2009
Age : 26
Localisation : Aux alentours de Gensou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Gensou] Vandokou Seikiai

Message par Hayamaru le 26/2/2009, 20:03

Ce style d'écriture et de dessin (avatar)...

JE SAIS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

C'est toi, Delze !

Gniahahaha, j't'ai grillé !!!
avatar
Hayamaru
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2069
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 23
Localisation : Entre ciel et mer

Voir le profil de l'utilisateur http://laplume-rp.1fr1.net/fiches-validees-f16/valide-daihoshi-h

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Gensou] Vandokou Seikiai

Message par Delzebuth le 26/2/2009, 21:33

Zut, j'pensais être bien caché xD
avatar
Delzebuth
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 530
Date d'inscription : 11/08/2008
Age : 26
Localisation : Chikara

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Gensou] Vandokou Seikiai

Message par Itagachi Yodasu le 27/2/2009, 03:31

Moi je l'ai reconnu illico presto avec son image perso scratch disons que c'était pas bien difficile!!
avatar
Itagachi Yodasu
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 110
Date d'inscription : 05/01/2009
Age : 22
Localisation : Kébec, là ou le fleuve ce... merde c'est quoi déjà...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Gensou] Vandokou Seikiai

Message par Vandokou Seikiai le 27/2/2009, 13:09

Et sans, vous pensiez que c'était moi? Bref sinon quelqu'un pour valider^^?
avatar
Vandokou Seikiai
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 13
Date d'inscription : 24/02/2009
Age : 26
Localisation : Aux alentours de Gensou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Gensou] Vandokou Seikiai

Message par Ryosuke le 27/2/2009, 17:22

Excellent post Rp malgré ma flemme monstre qui m'a fait abandonner en plein milieu... mais j'ai vraiment accroché le début. A part ça:


Les deux derniers Genjutsus c'est simple : s'il marche dans la flotte, il est dans mon illusion. Là, je peux faire apparaître deux crocos max qui attaquent la cible, et si elle arrive à s'en débarrasser ben mon illusion ne sert plus à rien, sauf à le bloquer dans la réalité

Ca m'a l'air un tantinet dévastateur là... tu marches dans cette innocente flaque d'eau et hop, tu bouges plus dans le monde réel? Très sournois, j'aime ^^, mais je préférerais que tu me contredises xD

Au fait, je vais éditer le topic de règle sur les fiches pour bien faire savoir aux postulants qu'il est inutile de mp les admin (moi en particulier T_T?) pour qu'ils passent voir votre fiche. Ca n'entraine que des réactions désagréables (j'ai envoyé une perle à Sarouh (t'inquiètes je passe sur ta fiche ce soir ^^)) ou une envie de faire perdre encore plus de temps.

Et puis... quand on voit à quoi certains s'abaissent par mp... désolant non xD?

DelzeV2 a écrit:Ô merveilleux Ryo ! Ô toi sublime primate, le plus éloquent et adoré des foules ! Je n'écris ce MP que pour chanter tes louanges, un hymne à ta toute puissance devrait être chanté chaque matin par toute la population ! Tu n'imagine même pas à quel point tu attise mon admiration envers tes systèmes dégradés, face de babouin ! Dis-moi de mourir pour toi, je me tuerai à la tâche pour ce magnifique ordre sacré que tu m'adresseras ! Et si tu daigne porter ta divine attention sur le misérable que je suis, je serais ravi d'être validé xD !

Ryosuke
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2308
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Gensou] Vandokou Seikiai

Message par Vandokou Seikiai le 27/2/2009, 19:46

Ryosuke.Exe a écrit:Excellent post Rp ... j'ai vraiment accroché le début.

Normal...

Ca m'a l'air un tantinet dévastateur là... tu marches dans cette innocente flaque d'eau et hop, tu bouges plus dans le monde réel? Très sournois, j'aime ^^, mais je préférerais que tu me contredises xD

Bon d'accord, je te contredis xD. Voilà qui est édité.

Au fait, je vais éditer le topic de règle sur les fiches pour bien faire savoir aux postulants qu'il est inutile de mp les admin (moi en particulier T_T?) pour qu'ils passent voir votre fiche. Ca n'entraine que des réactions désagréables (j'ai envoyé une perle à Sarouh (t'inquiètes je passe sur ta fiche ce soir ^^)) ou une envie de faire perdre encore plus de temps.

Belle initiative (je le fais juste à temps xD).

Et puis... quand on voit à quoi certains s'abaissent par mp... désolant non xD?

DelzeV2 a écrit:Ô merveilleux Ryo ! Ô toi sublime primate, le plus éloquent et adoré des foules ! Je n'écris ce MP que pour chanter tes louanges, un hymne à ta toute puissance devrait être chanté chaque matin par toute la population ! Tu n'imagine même pas à quel point tu attise mon admiration envers tes systèmes dégradés, face de babouin ! Dis-moi de mourir pour toi, je me tuerai à la tâche pour ce magnifique ordre sacré que tu m'adresseras ! Et si tu daigne porter ta divine attention sur le misérable que je suis, je serais ravi d'être validé xD !

Ben t'as pas aimé? Moi je trouve ça plutôt pas mal xD
avatar
Vandokou Seikiai
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 13
Date d'inscription : 24/02/2009
Age : 26
Localisation : Aux alentours de Gensou

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Gensou] Vandokou Seikiai

Message par Ryosuke le 27/2/2009, 22:41

Bon, je vais faire confiance à partir de là même si tu devrais préciser davantage tes genjutsu... validé.

Ryosuke
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2308
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Gensou] Vandokou Seikiai

Message par Keitaro le 27/2/2009, 23:07

Moi je le savais des que j'ai vu l'avatar ... C'était clair Very Happy
Moi je le savais dès que j'ai vu l'IP ... C'était limpide xD
avatar
Keitaro
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1444
Date d'inscription : 03/10/2008
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Gensou] Vandokou Seikiai

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum