Mission Makayavélique [Mahou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mission Makayavélique [Mahou]

Message par Allen' le 16/5/2009, 15:37

Ordre de mission Mahousard 1, rang C a écrit:
  • Objectif : Un riche entrepreneur de Nobeoka a passé une commande dans un de nos ateliers et désire la voir arriver le plus rapidement possible et en parfait état. Vu la somme investie en rapport au niveau de la mission, nous envoyons deux unités pour assurer la sécurité du convoi et en profitons pour former nos genins
  • Durée : Une semaine (le temps du trajet Mahou-Nobeoka)
  • Informations : L'entrepreneur, du nom de "Makelmac" se trouvera dans une batisse nommée "Pidzaput" et appréhendera la cargaison avant de vous payer si il est satisfait. Autrement, il ne vous paiera pas le complément convenu. Dans tous les cas, vous devrez rentrer ensuite.
  • La cargaison: Un convoi composé de 3 carrioles transportant une dizaine de boites hermétiques lourdes, à protéger à tout prix.
  • Dangers: Les habituels groupes de brigands et d'animaux sauvages en maraude qui peuplent le Yuukan. Qui vu les effectifs déployés ne devraient pas poser trop de problèmes.
  • Responsable de la mission : Ryosuke Soma, Allen Tsyuuga [juunin]
  • Membres de l'équipe : Jackie Takahara [chunin], Tyrande Ysera [chunin], Narutorudy Namikaze [chunin], Kentaro Satokira [genin], Kaede Hakodate [genin], Yassin Shinnen [Genin], Haruhisa Genko [genin], Yan Raizaki [Genin].
avatar
Allen'
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 415
Date d'inscription : 08/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Mahou]

Message par Allen' le 20/5/2009, 15:13

« Encore une semaine de calme plat, je commence à en avoir marre ! »

Je n'ai rien fait pendant plus d'un mois et ma bourse s'est bien dégonflée suite à un grand nombre de sorties ! En gros il me faut du pognon, du flouze, du fric, de l'oseille ! Et donc, quoi de mieux qu'une petite mission pour ça ?
Je prenais mes cliques et mes claques (c'est à dire pas grand chose) et partais en direction du QG dans l'espoir d'y trouver une bonne mission tranquille et bien payée. Sur place, je m'adressai à une charmante hôtesse et je croisais un visage familier... Des fringues de moine, un mec plutôt palot et bien frêle, mais bien sûr, c'était le type qui se transmutait avec les rochers : Ryosuke !

« Hey salut Ryosuke, tu es à la recherche d'une mission toi aussi ? (Allen)
- Ouais, il se trouve que le village trouve que je n'en fais pas assez, alors me voilà ... Bon, attraper un alligator, non, trouver le dentier perdu de Grand-Mère non merci, réparer un toit, je ne suis pas charpentier...
- Si tu veux, j'en ai une pas mal là , une mission d'escorte . (Allen) »


En lisant toute la liste cela semblait être la seule mission pepere mais bien payée.

« Ah ouais et on escorte qui , un mec célèbre ?
- Euh, je suis désolé mais ça concerne deux ou trois babioles à acheminer jusqu'à un village nommé Nobeoka, ça te dis pas ? (Allen)
- Et bien, le problème c'est que maintenant que je suis Jounin le village tient à me mettre des « responsabilités plus importantes » enfin, tu vois le genre, s'occuper d'une équipe faire des grosses missions ... Que des trucs chiants au plus au point en fait !
- Inscris toi avec moi à celle ci, ils ont besoin d'un grand effectif en raison de la taille et du nombre d'objets, puis y'a pas mal de genin alors le QG ne devrait rien dire ! (Allen)
- Ca marche mais juste une information, c'est quoi les objets qu'on doit transporter ? (Ryo)
- C'est secret ... Donc c'est pas marqué sur la fiche, mais on s'en fout, c'est tranquille et regarde le prix de la course !
- Bon ça marche alors, et on part ? (Ryo)
- Après demain matin, de bonne heure !
- Bon, alors inscrivez nous, moi c'est Ryosuke Soma.
- Et Allen Tsyuuga. »

Nous prenions une copie de l'ordre de mission et de l'itinéraire à suivre puis nous nous séparions. Je rentrais chez moi puis étudiais l'ordre de mission avec attention :

Ordre de mission Mahousard 1, rang C a écrit:
  • Objectif : Un riche entrepreneur de Nobeoka a passé une commande dans un de nos ateliers et désire la voir arriver le plus rapidement possible et en parfait état. Vu la somme investie en rapport au niveau de la mission, nous envoyons deux unités pour assurer la sécurité du convoi et en profitons pour former nos genins
  • Durée : Une semaine (le temps du trajet Mahou-Nobeoka)
  • Informations : L'entrepreneur, du nom de "Makelmac" se trouvera dans une batisse nommée "Pidzaput" et appréhendera la cargaison avant de vous payer si il est satisfait. Autrement, il ne vous paiera pas le complément convenu. Dans tous les cas, vous devrez rentrer ensuite.
  • La cargaison: Un convoi composé de 3 carrioles transportant une dizaine de boites hermétiques lourdes, à protéger à tout prix.
  • Dangers: Les habituels groupes de brigands et d'animaux sauvages en maraude qui peuplent le Yuukan. Qui vu les effectifs déployés ne devraient pas poser trop de problèmes.



Bon d'accord, quelques points me semblaient étrange comme le nom de l'entrepreneur qui me semblait familier ou bien le nom de la baraque où nous devions déposer les colis enfin bon. Il y avait pas mal de gens que je connaissais, dont Ryosuke, Jackie Takahara me disait quelque chose sans savoir quoi...
Un flash.
Fuzzy ! Fuzzy faisait partie de la mission ! Super ! Il y avait aussi NarutoRudy, le petit genin que je martyrisais juste après être devenu chuunin, il était chuunin maintenant alors !?!

Repensant au temps passé, j'en profitais pour sortir de ma malle des expéditions passées un parchemin datant de ma collaboration avec Yuugen. Celui ci contenait un bardas pas possible j'y avais pourtant repéré un objet qui m'attirais : une arme.

Mon style de combat n'était que du taijutsu agrémenté de mon byakugan et mon contrôle du chakra pur : un ensemble tout à fait Hyûuga. Mais je cherchais depuis quelque temps un moyen de m'en éloigner et créer mon propre style. J'avais volé de nombreux objets pendant que je crapahutais à la recherche du secret Maboroshi et la plupart se trouvaient dans ce parchemin. J'esperais grâce à ceci me débrouiller pour trouver quelque chose d'original.

J'utlisais le sceau et voyais apparaître une énorme malle : et ouais, ça c'est la classe ! Les malles russes, un peu comme des poupées russes en forme de malles !
Je l'ouvrais et voyais un petit lézard s'échapper ! Il était encore vivant après tout ce temps ? Ce lézard provenait d'un beateau pirate et semblait venir d'îles lointaines. Je l'avais gardé car après renseignement il secrétait un poison assez puissant. Je le rattrapais puis le remettait dans la malle en prenant bien soin de fermer le sac qui le contenait. Comme tout butin qui se valait j'avais choppé un katana plutôt classe mais l'arme me dérangeait, elle ne convenait pas à ma manière de me battre et puis était tellement ordinaire de nos jours...

Il y avait aussi un tanto qui lui pouvait me servir lors d'infiltration. Des fleurs, des plantes moisies, 3 boucles d'oreilles et un monocles, un double collier, un petit globe, un autre coupé en deux, une broche à cheveux, des bottes étranges « Bottes de 6 lieues » la copie des bottes de 7 lieues ne permettant pas de se télétransporter mais seulement de sauter vaguement plus haut : une arnaque, et qui irait se balader avec ça aux pieds sérieusement ?
Ce gadjet convenait à mon style de combat mais je ne tenais pas à voir mes adversaires me mettre plein de sang dessus et il était plutôt fragile. Je prenais les deux moitiés de l'autre globe et les assemblaient. Comme à son habitude il commençait par prendre une teinte rosée puis des « filaments » apparaissaient et montraient un chemin à suivre. Je l'avais suivi une fois et il menait tout simplement à un resto en pleins Mahou, quels naïfs ces pirates... Pourquoi est ce que j'avais pas encore jeté toutes ses merdes moi ?

L'arme se trouvait juste là : un sabre.
D'accord, je viens juste de dire que les sabres et katanas ça craignait, mais celui ci était différent ! (ça aussi, tout le monde le dis !) C'était un tout petit sabre, à peine plus grand qu'un tanto (environ 30 cm). Il était mal équilibré au premier abord mais après réflexion je compris : il fallait le tenir à l'envers ! Quand on prend un Katana , la lame est du coté du pouce et bien là elle est du coté de l'auriculaire !
De plus, la lame était vraiment étrange. Elle était épaisse et formait une courbe partant vers l'avant, comme un espèce de glaive dont la lame serait plus recourbée. Cette arme paraissait usée par le temps et en mauvais état mais quelque chose m'attirait lorsque je la voyais et elle portait l'inscription : « KenOreru », littéralement « Briseur d'Epées ». Et ne semblait pas mériter cette appellation aux vues du grand nombre fissures qu'elle arborait mais j'étais tout de même allé la faire retailler la semaine dernière chez le forgeron qui m'a dit qu'elle venait d'un autre continent. (Ce qui ne m'apprend rien puisque je l'ai dérobée à des pirates...) Ce katana-tanto me serait utile si je rencontrais des sabreurs, je ne me battrais plus à mains nus et cette épée était crée de manière à essayer de contrer les sabres enfin, selon son nom. Je décidai finalement de l'emporter pour l'escorte, histoire de m'habituer à sa présence.


Le surlendemain matin, j'étais préparé et je descendis aux portes du village pour retrouver le convoi. Tout le monde était déjà là.

« - Ryosuke Soma ? (Allen)
- Ouais, j'suis là !
- Jackie Takahara ?
- Ici !
- Tyrande Ysera, Narutorudy Namikaze, Kentaro Satokira ?
- C'est bon on est tous là !
- Kaede Hakodate , Yassin Shinnen, Haruhisa Genko et Yan Raizaki ?
- Présents ! »

Une fois l'appel terminé il fallait embrayer assez vite pour être tranquilles. J'avais réfléchi en tentant de faire des équipes équilibrées mais je ne connaissais malheureusement pas tout le monde j'annonçais donc :
« Bonjour, j'aimerais que chaque personne ici présente vienne me voir pour que je puisse recueillir les informations nécessaires à la création des équipes ! »

Les genins vinrent un part un, puis les chuunins. Après une bonne petite heure j'annonçais triomphalement :

« Voici les deux équipes :

Team 1
-Ryosuke Soma, Chef d'équipe
-Tyrande Ysera
-Narutorudy Namikaze
-Yan Raizaki
-Yassin Shinnen

Team 2
-Allen Tsuuga , Chef d'équipe
-Jackie Takahara
-Kentaro Satokira
-Kaede Hakodate
-Haruhisa Genko

Il n'y a pas de discussions possibles et vous devez vous rendre auprès de votre convoi dès maintenant, nous nous mettons en route, la Team 2 prend la tête, j'ouvrirai le chemin. »

Nous nous rendîmes donc dans les quartiers mal famés de Mahou. Non loin d'un bloc d'entrepôts se trouvait le hangar contenant la marchandise. Des énormes boîtes en bois remplissaient une bonne partie de la salle. Nous poussions un soupir et commencions à ranger les boîtes sur les chariots qui faisaient office de remorque jusqu'à Nobeoka. Ces boîtes pesaient vraiment lourd et ça semblait assez emmerdant pour la suite. Toutefois en bons shinobis nous les installions et prenions la route jusqu'à l'entrée du village.
Ryosuke définit le plan de marche : la team 2 devant ,et oui le byakugan ça a ses avantages et ses inconvénients, je suis plus puissant mais je dois prendre plus de risques ! La team 1 à sa suite, à environ 100 m : en cas d'embuscades ils auraient le temps de réagir.
Les gens se placèrent sans déranger personne. Tout le monde fit connaissance de plus, Kentaro et Kaede semblaient dejà se connaître. Nous démarrions bientôt direction : NOBEOKA !

Le premier jour se passa normalement, quelques séances d'entrainements entre nous, un bon déjeuner et une journée de marche. Nous prîmes connaissance de nos équipes respectives et organisions les tour de garde pour la nuit. Le lendemain, Ryosuke vint me prévenir que quelques genins commençaient à approcher les boîtes dans l'espoir de les ouvrir et en découvrir le contenu. Ryosuke vu des ombres s'éloigner des caisses gigantesques mais heureusement, aucunes traces d'ouvertures des boîtes. Vers midi, une ombre semblait s'approcher des boîtes. Je me faufilais doucement, tournais derrière le chariot, sans bruit. Pendant ce temps là, NarutoRudy lui prenait l'autre coté. Il était juste là, adossé contre la caisse ! Je bondissais et découvrit : Haruhisa !

« Qu'est ce que tu fous là ? (NR)
- Ben en fait vous allez rire mais ... (Haruhisa)
- Interdiction d'ouvrir les boîtes ! Tu veux nous faire perdre la mission et notre argent ? (Allen)
- Ben en fait c'est un pari entre les genins on doit réussir à découvrir ce qu'il y a dans les boîtes et on aura gagné mais dites rien aux autres, vous devez pas savoir ! »

Super voilà que les genins se mettaient à faire les insubordonnés...



[A Faire]





Le dernier jour avant l'arrivée à Nobeoka se levait quand soudain, un aigle piqua vers mon équipe, à grande vitesse ! Il sortit de nulle part et atterris majestuesement. L'oiseau portait à la patte un document portant le cachet de Mahou. Je l'attrapais et l'ouvrit. Mes yeux se posèrent avec effroi sur la lettre et j'ordonnais de s'arrêter et d'ouvrir les boîtes.
Dans celles ci se trouvaient des repliques conformes de Makaya, l'homme avec qui j'avais passé mon examen Chuunin, l'homme avec qui j'avais saccagé Gensou ! Fuzzy me regarda, interloqué, que faisaient ces statues ici ? La seconde équipe ne mit pas longtemps à nous rejoindre et Ryosuke lut la lettre de Mahou avant de pousser un long sifflement.

« Bon, écoutez tous, on a un petit changement ! (Allen)
- Qui devrait plaire à tous ceux qui se sentent ennuyés par ce voyage ! (Ryo)
- Nous avons reçu un contre ordre du QG, il se trouve que nous transportons des statues pour un ninja de Mahou que nous n'avons pas aperçu depuis des mois et qui semblerait se terrer à Nobeoka. Son nom c'est Makaya Korove que la plupart d'entre vous doit connaître ou avoir déjà entendu parler... Nous devons le ramener à tout prix et vivant ! Des questions ?
- On fait quoi des statues ? (Yassin)
- Ah ouais, je n'avais pas pensé à ça... (Allen)
- Je pense qu'on devrait les garder pour avoir un alibi pour rentrer à Nobeoka puis les détruire devant ses yeux pour le voir souffrir, gémir de voir sa propre « divine » personne détruite devant ses yeux ! (Fuzzy)
- Je pense qu'on va accepter à l'unanimité ce plan ! (Allen) »
Tenez voici l'ordre de mission :




Ordre de mission Mahousard 2, rang A a écrit:
  • Objectif : Ramener vivant le juunin mahousard Makaya Korove, disparu depuis trop longtemps et dont la localisation inquiète grandement le QG.
  • Durée : Indéterminée.
  • Informations : N'a pas mis les pieds à Mahou depuis plusieurs mois. A passé du temps à Gensou ou il a finalement fini dans leur BingoBook, donc forcément recherché. Gensou ne doit pas mettre la main dessus et il doit être ramené pour qu'il informe le QG sur sa présence dans cette région douteuse.
  • Description du sujet : Jeune homme de couleur noir, mesurant 1m84, possédant une masse capillaire imposante. Porte généralement une tenue vestimentaire très voyante. Connu d'une bonne partie des ninjas en mission.
  • Signe particulier : Ego surdimensionné, irascible, énervant, irrespectueux. Voue une adoration pathologique au fromage.
  • Récompense :
    1. Reconnaissance éternelle de la famille Korove pour avoir ramener le fils prodigue à la maison.
    2. Haine éternelle de Makaya Korove pour l'avoir ramener au bercail.
    3. Argent
    4. Reconnaissance du QG pour avoir ramené un disparu important.

  • Responsable de la mission : Ryosuke Soma, Allen Tsuuga [juunins]
  • Membres de l'équipe : Jackie Takahara [chunin], Tyrande Ysera [chunin], Narutorudy Namikaze [chunin], Kentaro Satokira [genin], Kaede Hakodate [genin], Yassin Shinnen [Genin], Haruhisa Genko [genin] Yan Raizaki [Genin].
avatar
Allen'
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 415
Date d'inscription : 08/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Mahou]

Message par Kentaro le 21/5/2009, 14:21

Cela faisait déjà près de deux jours et demi que le convoi avait quitté Mahou, et déjà une sorte de routine s’était plus ou moins installée : manger, faire un peu de route, s’engueuler avec Kaede, manger, faire un peu de route, s’entraîner un chouïa, manger, s’engueuler encore un peu avec Kaede puis dormir. Bref, la belle vie, en somme.

C’est pourquoi je fus bien étonné lorsqu’à quelques heures de notre prochain bivouac, l’irascible nièce du Kage vint à s’approcher pour marcher un moment à côté.

« Qu’est-ce qu’il se passe ? T’as fini par t’engueuler avec Allen ?
_ Pour quelle raison on s’engueulerait ?
_ Parce qu’il commande la mission et pas toi ?
_ Y’a forcément eu une erreur au Qg ! C’était à moi de la diriger, cette mission !
_ Donc tu t’es belle et bien engueuler avec Allen.
_ Pourquoi faire ? Tout va bientôt rentrer dans l’ordre.
_ Gné ?
_ Je vais reprendre les rênes de MA mission.
_ Bonne chance. Il est Junin et t’es toujours étudiante.
_ Pardon ?! J’suis une genin pro, je te rappelle, triple buse !
_ C’est ça… Et moi, j’suis chunin.
_ Un peu de respect ! J’te rappelle que je suis la nièce du Kage ! Et d’ailleurs, je te réquisitionne !
_ Non mais ça va pas la tête ?! Que dalle, j’suis déjà pris par une mission, des fois que ça t’aurait échappé. »

Kaede se renfrogna mais ne dit rien. Bizarre, ça ne lui ressemblait pas, ça. Mais je fus bien vite rassuré lorsqu’elle jeta des regards à droite et à gauche avec un air de conspiratrice : elle avait juste une autre idée derrière la tête. Ce qui me fut confirmé lorsqu’elle m’adressa la parole un ton plus bas.

« J’ai besoin de ton aide, Kentaro. »

Alors celle-là, c’était la meilleur ! Madame "je-vous-suis-tous-supérieure-bande-de-nuls" avait besoin d’un coup de main. C’était tellement hilarant que je ne pus m’empêcher d’en rire, ce qui me valu un coup de coude dans les côtes.

« Mais boucle-là, abruti ! Tu vas me faire repérer ! Me morigéna-t-elle en se frottant son coude douloureux. C’est important, j’ai besoin que tu me files un coup de main !
_ Je dois devenir sourd : j’ai pas bien entendu… tu peux répéter ?
_ Sourd, je ne sais pas, mais unijambiste, sûrement ! » Vociféra-t-elle en me broyant les doigts de pied.

Après que j’eusse sauté à cloche-pied dans tous les sens en poussant d’innombrables jurons et en maudissant Kaede de tous les noms, puis que nous fûmes rappelés à l’ordre par Jackie d’abord, qui nous avertît qu‘on allait attirer les brigands à faire autant de bruit, puis par Allen lui-même parce qu’on avait déjà pris l’habitude de ne pas écouter Jackie, nous pûmes reprendre notre petite discussion.

« Bon, pourquoi t’as besoin de mon aide ?
_ C’est pourtant évident : si je remplies cette mission avec succès, je récolterai tout les lauriers et le Qg me passera Junin.
_ Sauf que c’est Allen qui dirige la mission, donc c’est à lui qu’iront les lauriers.
_ Justement, c’est là que tu interviens !
_ Heu…
_ Fous-le sur la touche !
_ Heeuuuu…
_ Quoi ? Tu désobéirais à la nièce du Kage ?
_ Admettons hypothétiquement qu’effectivement, je t’obéisse…
_ Pourquoi "hypothétiquement" ?
_ Admettons tout aussi hypothétiquement que je sois capable de poutrer un junin surentraîné et constamment sur ses gardes.
_ C’est sûr que doué comme t’es, tu vas forcément merder…
_ Toujours est-il qu’ensuite, c’est Ryo qui prend le commandement. Et qu’après lui, il y a Jackie, Tyrande et NarutoRudy.
_ T’as décidé de me gonfler, aujourd’hui, ou quoi ?
_ Faudrait décimer la moitié de l’équipe avant que tu n’es la moindre chance de la diriger.
_ C’est pour ça que j’ai besoin de ton aide, imbécile !
_ Même si on s’y mettait à tous les genins, on aurait aucune chance…
_ Je sais bien que vous êtes tous des incapables : mais t’as bien un truc dans ta grosse boîboîte qui peut nous servir, nan ?
_ Ma grosse boîboîte ? … Ma trousse à pharmacie !? Elle ne doit être utilisé que pour soigner les gens, pas les envoyer ad patres, voyons !
_ Roooh, c’est bon, on va pas les tuer, non plus, sinon on deviendrait des déserteurs… Je te demande juste de les mettre momentanément hors service, le temps qu’on mette un peu de distance entre nous et eux.
_ Et qu’est-ce qui te fait croire que j’ai la moindre envie de t’aider ?
_ Hé bien, si je deviens Junin, selon le rapport que je fournirai au Qg, vous pouvez fort bien tous passer chunin.
_ M’en fout !
_ J’aurais assez d’influence pour te faire intégrer le conseil d’administration de l’hôpital.
_ …
_ Alors ?
_ Ok, je marche ! »

Tout en continuant de marcher, je fis passer ma trousse à pharmacie - j’ten ficherai, moi, des "grosses boîboîtes" - devant moi, l’ouvris et commençai à farfouiller dedans à la recherche DU produit miracle. Pendant que Kaede servait un boniment de sa composition à Jackie, qui se demandait ce qui se passait, comme quoi elle avait mal aux pieds, ce qui était tout à fait crédible puisqu’elle ne manquait pas de s’en plaindre depuis deux jours pour que quelqu’un la porte, et qu’elle voulait que je lui refile un truc.

Après quelques minutes, j’avais un petit échantillon de trucs intéressants que je lui proposai.

« Alors, on a ça.
_ C’est quoi ?
_ Du somnifère. Un bonne dose chacun et on sera tranquille pour quelques heures. Par contre, on peut lutter contre la léthargie par l’adrénaline, en se faisant mal.
_ Laisse tomber, y’en aura forcément un qui y pensera.
_ Sinon, j’ai ça : de l’opium. On les drogue, et on a la paix quelques temps.
_ Pas question ! Et si y’en a un qui perd la boule et m’agresse ? Vous ferez quoi ?
_ Ben, rien, en ce qui me concerne.
_ J’ai pas confiance. Autre chose !
_ Des seringues anesthésiantes ?
_ Nan, faut s’occuper de tous en même temps, si on les laisse réagir, c’est foutu.
_ Laxatifs ?
_ … ça dure combien de temps ?
_ ça dépend de la dose. Mais ils sont puissant, donc on peut tabler sur une heure ou deux, selon la dose ingérée.
_ Génial ! Je prends !
_ Heu… Et comment tu comptes le leur faire ingérer ?
_ T’occupes. Mange juste ce qu’on te donne, ce midi.
_ Houlà… »

Le convoi progressa pendant encore une petite heure, jusqu’à ce qu’Allen trouve un site qui lui convenait pour faire une pause. Le repas se passa sans incident et puisque nous avancions bon train, Allen et Ryo proposèrent de retarder un peu l’heure du départ pour qu’on puisse s’entraîner un peu.

Je fus tiré de ma sieste digestive - ‘fin, une profonde méditation pour mieux bosser ma manipulation du chakra interne, je veux dire - par une Kaede surexcitée.

« Ça y est ! Ça y est ! J’le crois pas, ça marche !!
_ Dis tout de suite que t’avais pas confiance, aussi… » Grommelai-je.

Mais Kaede ne releva pas et parti d’un pas leste vers les chariots, en rameutant les autres genins à grands cris. Puis elle grimpa sur l’un des chariots et pris une pose d’oratrice, prête à haranguer la foule… Mais fut grillée par Yan, qui m’interpella dès qu’il me vit.

« Kentaro ! Dépêche-toi, les gradés t’appellent ! Ils ont comme qui dirait de légers soucis digestifs et…
_ Et qu’est-ce qu’ils veulent que j’y fasse, répondis-je hargneusement.
_ Ben… C’est toi le médecin, non ?
_ Ah merde… Bon, ben je…
_ Silence dans les rangs ! Fulmina Kaede.
_ Mais y’a les gradés qui… Tenta d’expliquer Yan.
_ … Qui ne sont plus en état de prendre la moindre décision, compléta la jeune fille, par conséquent, en tant que nièce du Kage, je prends le commandement !
_ Quoi ? S’exclama Yassin.
_ C’est bon, on va pas s’attarder plus longtemps sur mon illustre ascendance qui me confère de plein droit tout les pouvoirs et fera de moi la futur dirigeante de Mahou.
_ Dans tes rêves, ne pus-je m’empêcher de lâcher.
_ Toujours est-il que maintenant que nous avons évincé les gradés… Continua la donzelle sans se démonter.
_ Hein ?! C’est de votre faute ce qui arrive ?! S’exclama Yan.
_ Ouais, j’ai obligé Haruhisa a les empoisonner ce midi avec un médoc de Kentaro, expliqua Kaede.
_ Mais c’est une conspiration ! S'exclama Yan. Je devrais…
_ Ecoute le bleu, on t’a pas demandé ton avis, grommela Yassin.
_ Le bleu ? Releva l’intéressé.
_ T’as jamais participé à un examen chunin, t’as pas notre expérience, alors tu la boucles et t’apprends.
_ En même temps, je vois pas ce que je pourrai avoir à apprendre de types qui se sont plantés à… hum… Nan, ben disons que j’ai rien dit, se ravisa Yan devant quatre regards hostiles.
_ Au fait, vous leur avez donné quoi, aux gradés, pour les mettre sur la touche ? Demanda Yassin.
_ Des laxatifs puissants, répondit Kaede. D’ailleurs, on a combien de temps devant nous, Kentaro ?
_ Ch’ai pas… Vous leur avez administré quelle dose ?
_ Toute la boîte, avoua Haruhisa.
_ Pardon !?
_ J’ai pris tous les comprimés, j’les ai réduit en poudre et j’en tapissé le fond des assiettes des gradés.
_ Bon sang ! J’avais dit de faire gaffe : ce sont des médicaments, on ne joue pas avec !!
_ C’est bon, c’est pas bien dangereux, minimisa Kaede.
_ Nan, ils peuvent juste souffrir d’une sévère déshydratation, potentiellement mortelle, c’est tout…
_ Ce sont des chunins, ils crèveront pas pour si peu… fit remarquer Yassin.
_ Ouais, approuva Kaede, donc ça nous laisse combien de temps ?
_ Des types normaux seraient immobilisés pour au moins six heures… Eux, j’dirai deux, peut-être trois heures.
_ Très bien, alors voilà ce qu’on va faire, commença Kaede. On met le maximum de distance entre eux et nous pendant ce temps là, on livre les caisses à Nobeoka sans leur aide, et on revient triomphant à Mahou, couvert d’ors et de gloire ! Je suis récompensé en personne par le Kage qui me passe Junin et j’use de mon influence pour vous récompenser. Personne n’y voit d’objection ?
_ Ben…
_ Ok, alors on y va ! »
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Mahou]

Message par Invité le 22/5/2009, 12:34

-Ok, on y va !

Kaede jeta un coup d’œil aux alentours, avant de déverser ses instructions.

-Ok, il y a trois chariots et on est cinq. C’est pas compliqué, on va faire deux, deux et un.
-Qui va être seul ? s’informa Yan
-Moi. Toi tu vas avec Kentaro, et Yassin et Haruhisa vous vous occupez du troisième chariot.
-Pourquoi tu prends un chariot à toi toute seule ? objecta Yassin
-Parce que c’est moi qui décide, tout simplement. Bon, on perd pas notre temps en discussion inutile, les mecs ! Tout le monde dans son chariot !


Plus ou moins rapidement, les garçons se dirigèrent vers leur chariot. Kaede s’orienta de même vers le sien avant de se stopper net en face de l’abomination qui servait à tirer le véhicule. Oui, ce gros machin en plumes, vous savez, là…

-C’est une malédiction…

Un Dodo. Encore un de ces gros trucs immondes et complètement abruti dont elle avait fait les frais dans sa dernière mission… mission où elle avait du ramener deux Dodos à un éleveur, et où le premier s’était enfui en la piétinant sauvagement, et où le second avait servi de repas à Isasu et elle-même alors qu’ils s’étaient égarés dans la forêt… non, pas bon le Dodo. Hors de question qu’elle se retrouve seule avec cette chose.

-Kentaro-Chaaaaan ?

Ronchonnement de l’intéressé, bien tenté, d’un coup, de faire partir son propre Dodo au galop.

-Quoi encore ?
-Finalement on change les plans. Viens par ici avec le Bleu. On va prendre que deux chariots.
-Hein ?! Mais pourquoi ?
-T’occupes, j’t’expliquerais plus tard.


Ou pas. La genin se doutait que « ne pas supporter les Dodos au point de ne pas rester seule avec, et croire que laisser un autre genin qu’elle seul avec un chariot soit un risque pour qu’il se la joue perso pour tenter de s’accaparer sa gloire » soit une excuse acceptable par le pseudo-médecin pour faire deux chariots de trois et deux personnes.

-Et la marchandise ? Si on laisse un chariot avec les boites, on aura pas rempli toutes les conditions de la mission.
-Pas faux. C’est pour ça que toi et le Bleu allez décharger le premier chariot pour remplir le second.
-On va perdre du temps.
-Non, vous êtes des shinobis, vous allez faire ça plus rapidement que la moyenne.
-C’est super lourd.
-Yassin et Haruhisa vont venir vous aider.
-Le Dodo va pas supporter une telle charge.
-Je m’en fiche pas mal.


Perdant ainsi une bonne demi-heure, les cinq genins (enfin, surtout quatre) transvasèrent les boîtes d’un chariot à l’autre, puis les deux véhicules commencèrent à s’éloigner aussi rapidement que les Dodos le permettaient du campement. S’en suivit une course de chars entre les deux et demi conducteurs, à savoir Kentaro -soutenu par (les cris de) Kaede- et Haruhisa, au bout de laquelle les deux carrioles se perdirent de vues, l’équipe KYK (Kaede-Yan-Kentaro) se faisant distancer par l’équipe HY (Haruhisa-Yassin), à cause de la surcharge de leur véhicule.

-C’est malin, ils vont arriver avant nous à Nebeoka, ça s’trouve… grommela Kentaro
-T’as qu’à faire avancer plus vite ce stupide animal.
-Il peut pas. Il est déjà à bout, après ce sprint…
-C’était pas malin malin aussi, de le faire courir comme ça.
-C’est pas moi qui ai crié « le dernier à Nebeoka est une tarlouze » !
-C’était dans la feu de l’action, fallait pas écouter.
-Ouais, ben en attendant on va faire une pause, histoire qu’elle se repose, la bestiole.
-Non, non, non ! On continue ! Kentaro !
-Désolé, dans le feu de l’action, j’écoute pas.
-Crétin.


Les trois genins descendirent donc du chariot, et Yan et Kentaro détachèrent le Dodos pour l’attacher un peu plus loin, un peu plus libre. Pendant ce temps, Kaede était montée à l’arrière du véhicule, et posait un regard songeur sur les boîtes.

Sa passerelle vers la gloire ! Ce qu’elle méritait, au fond. Pour avoir guidé cette équipe de bras-cassés de genins jusqu’à Nebeoka, pour avoir amener toutes la marchandises en bonne état jusqu’au client, et revenir la tête haute au QG, pour la gloire Mahou et surtout la sienne, elle serait rapidement promue. Le paternel serait éblouit et cesserait de lui coller des missions minables, au contraire, il l’appellerait pour toutes les missions délicates, genre diplomatie, ce pour quoi elle était persuadée d’être douée. Et pis, Tonton serait tellement épaté qu’il lui céderait sa place de Kage et prendrait sa retraite. Ouais. Son avenir était presque écrit sur ces boîtes en bois, finalement.

-Hé Kaede !

La jeune fille soupira. Allons bon. Le Pseudo-Médecin et le Bleu se rappelaient à son bon souvenir, et venaient de monter avec elle dans le chariot. Tout deux regardaient aussi les boîtes en bois. Sauf qu’ils n’y avaient que peu d’avenir pour eux, avait décidé Kaede. Yan prit alors la parole. Ce qui fit presque sursauter Kaede, tellement il avait bien joué le rôle du plant de bambou jusque-là. Droit mais flexible, inexpressif et silencieux.

-On pourrait ouvrir les boîtes et gagner le pari.
-Hé, pas con ! s’exclama Kentaro en se penchant pour essayer de forcer l’une des boîtes.
-PAS TOUCHE !


La donzelle attrapa le premier truc qu’elle avait sous la main pour frapper le genin. Heureusement, la hache à couper le bois était plus loin que la louche du déjeuner. Bien que n’ayant eu aucunement mal, Kentaro recula, surpris.

-Pourquoi ?

Ca ne ressemblait pas à Kaede, ça, de son point de vue.

-Parce que c’est moi qui commande.

Argument d’autorité. Le truc à admettre même si il est complètement absurde.

-Et pis dans l’ordre de mission, il est dit qu’il ne faut pas ouvrir ces boîtes. Donc j’ordonne qu’on ne les ouvre pas.
-Le pouvoir rendrait honnête ? Ca serait bien la première fois. C’est quoi la vraie raison ?


C’est vrai, quoi. Une Kaede honnête, ça devenait flippant.

-Si on les ouvre, ça compromettra ma carrière, c’est tout.
-Ah.


Il était presque rassuré.

-Mais ça concerne ni Yan, ni moi, ça. On est deux contre une, donc on va ouvrir cette boîte !

Cette fois-ci, c’est la hache qui atteint le plancher où se trouvait deux secondes auparavant Kentaro.

-Mais t’es complètement folle ?!
-Je suis la nièce du Kage, et ça vaut au moins deux minables petits genins sans pedigree. Maintenant, on descend de là, on rattache le ziozio et on repart. On va prendre du retard.
-Que dalle, j’ouvre ce coffre !
-PAS TOUCHE !


Bruit sourd. Echange de regards désespérés. La hache venait de se planter dans le bois de l’un des coffres.

-Merdemerdemerdemerde ! Ils vont savoir qu’on a voulu y toucher !
-Si tu savais manier une hache, ça serait pas arrivé.
-Genre ! Tout ça c’est de ta faute Kentaro ! J’le dirais que t’as voulu l’ouvrir et que je t’en ai empêché !
-Haha ! Et pourquoi ils te croiraient ?
-Parce que je suis la nièce du Kage.
-…
-J’ai une idée !
-Aïe.
-A Nebeoka, on fera décharger la marchandise par les larbins du client, et on les accusera à notre place.
-Ils vont vérifier la marchandise avant de la décharger.
-On va le cacher tout au fond. Aide-moi. Yan-Chaaaaaan ?
-… Oui ?
-Tu peux t’occuper du Dodo pendant ce temps ?
-Pas de soucis.


Pendant que Kentaro et Kaede s’évertuaient à pousser le coffre abîmé derrière les autres, Yan sortit de la cariole… pour y revenir trente seconde à peine après.

-Dites, c’est normal qu’il n’y ait plus qu’une corde abîmée là où on avait attaché le Dodo ?


Dernière édition par Kaede le 22/5/2009, 18:03, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Mahou]

Message par Jackie Takahara le 22/5/2009, 16:01

Le jour de la mission, je me réveillai peu après l'aube. Je mangeai quelques biscottes, pris le temps de me préparer un peu de thé et le bus tranquillement. Puis je regroupai mes outils de shinobi (deux kunais, une dizaine de shurikens, et surtout mon arc et la trentaine de flèches dans leur carquois), quelques vivres, et partis pour les portes du village, où nous devions nous retrouver avec les autres. Là, je retrouvai de vieilles connaissances : Ryosuke, toujours aussi sobre ; Allen, toujours aussi... oui, sobre également ; NarutoRudy, lui toujours aussi enthousiaste que la veille ; et Tyrande, qui, elle, avait l'air... changée, même si je ne la connaissais pas plus que cela. Et une tripotée de Genins, l'air pour certains sûr d'eux, pour d'autres inquiet... Cela méritait d'être une mission pépère malgré tout.

Après avoir fait l'appel et les menues présentations, l'équipe (enfin les deux équipes) récupéra les trois chariots remplis de quelques lourdes caisses de bois, et le départ fut lancé. La première journée se passa sans incident particulier ; je fis la connaissance des trois Genins de l'équipe qu'Allen dirigeait : il y avait cette Kaede, la nièce du Kage, une fille qui comme ça ne payait pas de mine, mais qui était assez sure d'elle... trop, même ; il y avait également Kentaro, membre d'une famille de médecins, un peu sur les nerfs, mais peut-être était-ce dû au côtoiement de la sus-nommée Kaede... ; le dernier Genin était un apprenti bretteur du nom d'Haruhisa, qui me rappela un peu NarutoRudy en certains points... Gérer cette fine équipe avec Allen ne serait finalement pas de la tarte, mais les deux ninjas expérimentés devraient s'en sortir...

La premier journée passa sans incident notable ; tout le monde trottinait autour des chariots dans une ambiance assez sereine, et les pauses étaient l'occasion d'entraînements conviviaux et de menus échanges.
Le deuxième jour, comme on aurait pu s'y attendre, les Genins commencèrent à vouloir ouvrir la boîte. Je les comprenais, car moi-même j'étais plus que curieux au sujet de ce mystérieux entrepreneur... Mais enfin, les ordres étaient clairs! Le premier à être pris sur le fait fut Haruhisa, et apparemment il y avait une sorte de pari entre les Genins pour ouvrir la caisse le plus rapidement possible... Ces jeunes, j'vous jure... Par sécurité, je glissai une idée à l'oreille d'Allen une idée, qu'il approuva d'un signe de tête. Je passai discrètement derrière la première caisse d'une des carrioles, lançai un Kuchiyose no jutsu en posant ma main dans un petit trou sur le côté de la caisse, et une de mes taupes s'introduit dans la grande boîte de bois. Au moins, si jamais un Genin réussissait à entrouvrir une des boîtes, il verrait sa main, voire d'autres parties de son anatomie, grignotée, et cela le dissuaderait de continuer... Je réitérai avec la première caisse des deux autres chariots et repris mon poste en tête de convoi. La suite de la journée fut sans histoire, mais le lendemain...

Ce fameux troisième jour de voyage, la matinée se passa sans encombre, mais la suite fut... foireuse. A peine une heure après le repas, alors que nous allions annoncer le départ, mes entrailles commencèrent à me faire un mal de chien! La douleur se fit de plus en plus intense, jusqu'à m'essouffler. Mais qu'est-ce qui m'arrivait?! Au bout de quelques minutes, la douleur fut suivie d'une autre sensation... Pas beaucoup plus réjouissante. Mes intestins, comme pour protester contre ce flot de douleur, se préparaient à expulser avec perte et fracas la majorité de leur contenu, sans préavis et sans possibilité de retour en arrière. Je fonçai m'isoler derrière un arbre, jetai mon kimono le plus loin possible et baissai mon slip juste à temps pour libérer... à ce stade-là, on ne peut plus parler d'étrons ; je libérai donc... un flot nourri de bouillasse peu définissable à la vue, mais par contre bien reconnaissable à son odeur. Mais bordel, d'où est-ce que je pouvais bien tenir cette chiasse soudaine et diabolique?! Mes réflexions furent interrompues par un cri que j'entendis à quelques dizaines de mètres. Je l'avais entendu juste avant le départ, donc je le reconnus immédiatement : NarutoRudy avait hurlé. Je jetai un œil derrière le tronc qui m'abritait, poussai ma vue du mieux que je le pus à l'aide de mon chakra, et distinguai NR qui se tordait de douleur, à peu près dans le même état vestimentaire et dans la même position que moi, à savoir accroupi, les mains contre le bas-ventre. Dans le même temps, je pus voir, à peu près cent mètres plus loin, Allen qui se retenait lui aussi de hurler, et supposai que nos autres camarades étaient dans le même état. Mais qu'est-ce qui se passait?!

Pendant vingt bonnes minutes encore, nos entrailles lâchèrent leur ignoble bouillie foireuse, et je pensais que ça durerait vraiment longtemps. Durant ce temps, nous avions eu la bonne idée de brancher nos radios et de faire l'état des lieux : Ryosuke et Tyrande avaient subi le même sort que nous trois, mais les Genins ne répondaient pas... Etrange. Leur était-il arrivé quelque chose? A l'aide du Byogen, Allen jeta un œil aux carrioles et... nous transmit qu'apparemment, les Genins allaient très bien, et qu'ils se préparaient à partir avec la cargaison, Kaede à leur tête!! Non, ils ne pouvaient pas... Noooooon... N... « Bah si! » , dit NarutoRudy. Et nous dûmes tous les cinq nous rendre à l'évidence : nous avions été drogués aux laxatifs au cours du repas... Quelle déchéance! Quelle manière pitoyable de se faire avoir! Et nous sommes sensés être Chuunins et Jounins!... Cette fois, ce fut mon tube digestif qui interrompit mes réflexions. Une nouvelle vague... bah une vague de merde, disons-le, cette vague imposa sa sortie, et je dus me plier une nouvelle fois sous l'assaut. Bon, celui-ci était plus difficile à passer, mais au moins, je serais tranquille pour un moment. Et d'un coup... une nouvelle idée! Je pris des feuilles du marronnier derrière lequel j'avais trouvé refuge (comme quoi j'avais été inspiré) et essuyai la plus grande partie de l'immondice qui recouvrait mon postérieur. Puis je remis rapidement mon slip et trottinai avec précaution(pour ne pas déclencher de spasme musculaire foireux) en direction d'Allen. Une fois à sa hauteur, je m'accroupis une nouvelle fois et lui dis d'une voix... bah poussive :


« Vite, Allen! Utilise ton Jûken! Sur le bide, bloque mes Tenketsus et les tiens! »


Il me regarda d'abord quelques secondes d'un air ahuri, comme si la diarrhée mobilisait trop son esprit pour lui accorder réflexion. Puis il se ressaisit, mobilisa sa concentration, accumula du chakra dans ses yeux et ses mains et... me mit un grand coup dans le ventre! Je partis an arrière et tombai sur le cul, qui était déjà endolori (ce qui n'arrangea pas les choses...). J'avais toujours aussi mal au bide, sans doute à cause du coup donné par Allen, mais... Apparemment, la diarrhée avait été stoppée. Normal, puisque mes organes étaient paralysés, donc mon transit était totalement interrompu... Voyant que cela marchait sur moi, et pour que sa propre torture cesse, Allen reconnut non sans regret qu'il lui faudrait faire pareil. Il lâcha une dernière salve de bol alimentaire précoce, comme un dernier tour d'honneur pour un sportif à la retraite, puis mobilisa de nouveau son Byakugan et son Jûken, qu'il s'infligea dans une grimace de douleur. Après cinq minutes de récupération, nous étions tous deux un peu sonnés par cet épisode... peu commun, et assez douloureux dans l'ensemble, mais nous allions mieux. Rapidement, nous fîmes le tour de nos trois compagnons, les requinquant par le Jûken, en commençant par Tyrande car elle mettrait sans doute plus de temps à se remettre... Mais chacun eut sa dose de chakra by Tsyuuga.com

Nous étions tous en état de marcher environ une heure et demi après le début de... des hostilités ; encore peu frais, nous partîmes pour le lieu où nous avions laissé les carrioles au petit trot, Allen devant. Il ne vit pas la marchandise à proximité, même à l'aide de son Byakugan. Ils devaient être partis depuis un bail...


« Mais qu'ils sont cons, ces Genins! Franchement, qu'est-ce qui leur passe par le crâne?!... , commençai-je.

- Bah la réponse est dans la question. Ils sont cons, donc forcément, ce qui leur passe par le crâne... , rétorqua avec justesse Tyrande.

- Eh bien, dans tous les cas, ce doit être le médoc qui nous a drogués, sans doute pendant le repas : soit ce matin, soit ce midi. , reprit NarutoRudy.

- Après, la question de leurs intentions... , se demanda Ryosuke.

- Emmerder le monde? , proposai-je.

- Ca se tient. , approuva Tyrande.

- Faire leurs intéressants? Faire la plus grosse connerie possible pour la mission la plus lointaine possible? , suggérai-je de nouveau.

- Je crois qu'on a compris le truc... , m'interrompit Allen. Je pense que cette mission leur est montée à la tête, et qu'ils veulent l'accomplir tous seuls. Tout-à-l'heure, j'ai vu Kaede qui prenait la tête du groupe, elle doit être à l'origine de tout ça...

- Peut-être est-ce pour la gloire? L'argent?
, dit Tyrande.

- Ou juste pour nous emmerder... , dis-je une nouvelle fois.

- Marrant, tu parles de nous emmerder alors qu'on s'est vraiment foutu sur nous plein de m... Hum désolé, mon Fufu. , commença NR.

- Bon, en tout cas, il faut les retrouver avant qu'ils ne fassent une connerie de plus qui serait celle de trop! Mettons-nous en chasse! , décida Ryosuke.

- OUI! TOUT DE SUITE! , répondit tout le groupe en coeur.

- A l'attaque, mes amis! Après la chiasse, lançons la chasse! » , osa Ryosuke.
avatar
Jackie Takahara
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 242
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 28

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Mahou]

Message par Haruhisa le 23/5/2009, 13:17

Mais pourquoi j'obéis aux ordres de Kaede ? Cette question existentielle vint me trotter dans la tête alors que nous recherchions un dodo fugitif, tout en étant poursuivi par une horde du chuchu et de juju enragés , nous étions dans la merde (au moins autant qu'eux). Déjà que j'avais empoisonné mes supérieurs :


Kaede venait de me tirer derrière la caravane et ce planta juste devant moi :

-Haruhisa Genko !
-Dis-moi, tu es obligée de me crier dans les oreilles comme ça ?
-J'ai besoin de toi ! Et étant ta supérieure hiérarchique , tu dois m'obéir !
-Désolé mais je suis de corvée de cuisine donc je n'ai pas le temps de jouer à la baby-sitter; de plus tu n'ai pas ma supérieur hiérarchique !
-Écoute moi bien ! Sois heureux que je m'adresse à toi pour cette mission : tout le monde n'a pas la chance d'être au service de la nièce du kage !
-Je laisse cette chance à d'autre... en plus j'ai la tambouille à préparer.
-C'est justement parce que tu es à la cuisine que j'ai besoin de toi!
-...

Elle sorti de sa poche une petite boite contenant des pilules bleu et rouges puis me la tendit.

-C'est des laxatifs: tu vas en mettre dans les assiettes des chefs et comme ça tout le succès de la mission nous reviendra !
-Je refuse, je lui tourna le dos et fis mine de partir.
-Pardon ? Tu sais tous ce que tu pourrais tirer de ça ?
-Non et je m'en fiche.
-Tu pourrais passer chunin !
-Je passerais chuchu bien assez tôt ...
-Bon , tu m'oblige à utiliser la manière forte.

J'explosais littéralement de rire à ces mots.

-Tu vas utiliser la manière forte ?
-Si tu n'acceptes pas de m'aider, je crie !
-Et alors ?
-Je dirais que tu as essayé d'abuser de moi !
-Comme-ci ils allaient te croire...
-Tu tiens vraiment à vérifier ?

Je poussais un long soupir et prenant la fameuse boite, je la fourra dans ma poche puis me tournant vers elle ,conclut la discutions :

-Je te préviens si ça tourne mal , je te balance illico presto, ok ?
-Si tu me balance, t'es un homme mort...

C'est en soupirant que je joint ma cuisine improvisé et que je commença à préparer ce qui risquait d'être le repas le plus horrible de (feux) nos chefs bien aimés. Au menus (comme depuis deux jours ) boulettes de riz, soupe de miso et sauté de porc surgelés (evidamment transporté dans un plastique refroidissant pas hermétique dedans ce qui vous laisse imaginer l'état de la viande...)
après deux trois coup d'œil pour voir si personne ne rodait dans le coin je sortis la boite de laxatifs et commença à réduire en poudre la boite de capsules.

-Haruhisa !

Je sursautais d'un coup et je me retournais d'un coup en planquant dans la poche de mon tablier la boite de médicament et vis avec horreur NarutoRuddy qui était planté juste derrière moi .

-Alors comment ça va ?
-Heu b...bien merci ...mais qu'es ce que tu fais la ?
-Ben rien mais j'ai sentis une odeur pas désagréable et je me suis dis que je pourrais venir taxer un ou deux truc à grignoter...
-Si l'odeur n'était pas désagréable ça ne devais pas venir d'ici...mais si tu veux un truc c'est dans ce gros sac la-bas, sers toi.
-Merci !

J'attendis patiemment que le chunin ai trouvé son bonheur mais il ne sembla pas pressé de quitter la pseudo-cuisine alors que la boite était toujours la poche de mon tablier. Ma pose suspecte du lui paraitre étrange vu qu'il vint tourner autour de moi.

-Qu'es ce que tu caches comme ça ? Ça va pas ?
-Si, si pas de problème je t'assure...
-Mais qu'es ce que tu cache là ?

Sans que j'eus le temps de réagir , le chunin s'était emparé de la boite de laxatif et la regardais étonné. Je déglutis un grand coup puis attendant un allé simple en cour martiale j'échafaudai déjà un plan d'évasion avec une prise d'otage de la nièce du kage qui ne serai pas retrouvé en un seul morceau...seulement seul le rire tonitruant de Narutoruddy vint brisé le silence.

-Ne t'en fais pas : je ne le dirai à personne ! Ça peut arriver ce genre de problème , il faut juste faire le nécessaire !
-O...ou..oui , c'est ça !

Je ne croyais pas : il pensait vraiment que ces laxatifs m'étaient destiné ? Ce gars était encore plus naïf que moi ! J'attendis tranquillement qu'il parte puis vérifiant que ce n'était pas un piège (voulait il me prendre sur le fait ?) puis versa la poudre dans le bol de mes bien aimés supérieurs...
dans la course entre les chariots nous devançâmes rapidement celui de kaede à cause de son sur poids et après une petite demi-heure de course nous nous arrêtâmes pour faire souffler notre monture. tout un coup un dodo passa devant nous à toute vitesse et je rigola un bon coup avec Yassin en pensant à l'imbécile qui avait laissé échapper sa monture. notre rire fut interrompue par l'arrivée (à pied) de Yan et Kentaro qui semblaient tout essoufflé.

-Rattrape le dodo, me dit ce dernier avec le peu de souffle qui lui restait.
-Quoi ?
-On l'a laissé s'échapper...
-Et même que kaede m'a frappé! renchérit Yan.
-Va y avec yassin et yan.
-Pourquoi moi ?
-Parce que tu cours vite...
-Et tu vas faire quoi toi ?
-Je vais prendre votre dodo et rejoindre kaede afin de ramener le chariot jusqu'ici.
-...
-Bon ça marche ? tu voudrais quand même pas qu' ILS nous rattrapent ?
-C'est pas comme si j'avais le choix ... si les chefs me rattrapent je suis mort.

Nous partîmes donc à la recherche du fugitif, heureusement les traces étaient visibles et nous permirent de suivre l'animal sans trop de difficultés. Les traces nous quittèrent rapidement le chemin pour s'enfoncer dans une foret epaisse qui nous ralentit énormément. Nous continuâmes néanmoins à courir le plus rapidement possible pendant une dizaine de minutes mais la même conclusion s'imposa dans nos esprits: le dodo courait plus vite que nous... Yan fut le premier à prendre la parole alors que l'anxiété gagnait nos visages :

-On n'arrivera pas à le rattraper à ce rythme là...
-Alors tu suggères qu'on s'arrête peut être ? Et tu vas te charger d'expliquer ça à Kaede aussi ? Lança rageusement Yassin.
-Il a raison, nous devons le retrouver sinon nous ne pourrons livrer toute la cargaison, renchéris-je.
-Attention les traces bifurquent !

En effet nous débouchâmes sur une vaste clairière bordé d'arbre et...rempli de dodo ! En effet une cinquantaine de dodos devaient être rassemblés là, il s'agissait visiblement d'un élevage comme nous l'indiquaient les colliers à grelots des oiseaux gras se prélassant tranquillement dans les hautes herbes.

-Hé ben dis donc ... on a trop de la chance ! S'exclama Yassin.
-Pardon ? Demanda Yan .
-On n'a plus qu'a se servir ! M'exclamais-je.
-Mais ils sont pas à nous !
-Pas grave : on leur laisse le notre à la place !

Ainsi Yassin et moi nous préparâmes à attraper le dodo le plus proche quand nous fumes interrompu
par un cri venant de notre gauche :

-Ne touchez pas à cet animal bande de vermine !

C'est alors qu'une dizaine d'éleveurs sortirent de leurs cachettes, fourches à la main, ils étaient également accompagné par... trois ninjas de mahou ! Il s'(agissait apparemment de genins mais vu la distance entre mahou et ici, leur sensei ne devait pas être loin; ce qui déséquilibrerait encore un peu plus la balance en cas de combat.

-A nous tenons enfin nos voleurs! S'exclama l'un d'entre eux.
-Je crois qu'on est dans la mer..,chuchota Yan.
-Oui je sais, le coupais-je.
avatar
Haruhisa
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 718
Date d'inscription : 01/09/2008
Age : 24
Localisation : je suis trop fort en camouflage !! mouhahaha !!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Mahou]

Message par Ryosuke le 23/5/2009, 22:23

Une chance que je m'étais inspiré de Mak' et de Tyrande pour bidouiller mes toges avec des sceaux de stockage, histoire de n'avoir ni besace ni encombrement quand je crapahutai dans le Yuukan. Sans quoi, mon postérieur n'aurait pas connu l'éternelle douceur du papier le plus adulé en ce bas monde, mais bien la caresse d'un végétal ressemblant un peu trop aux orties pour être un candidat engageant.

Certes, ce n'est pas le genre de réflexions que le commun des ninjas se pose spontanément entre deux missions exaltantes. Mais quand vous passez une heure et demie à écouter vos entrailles vidanger l'équivalent diarrhéique de cinq tartes aux pruneaux, vous ne pouvez qu'être infiniment reconnaissant envers votre tendre maman qui a eu la fantastique idée de glisser à votre insu du papier dans votre sac de camping. Reconnaissance qui se meut rapidement en résolution: la prochaine fois, j'embarque des WC.

C'est sur cette brillante conclusion que je récitai du tac au tac un vers, qui avait probablement été porté à ma connaissance par le célèbre Poète Pervers.

-A l'attaque, mes amis! Après la chiasse, lançons la chasse...
(Chapitre 2, 4ème Verset)

Et c'est ainsi que notre compagnie se mit en route, dans la joie et la bonne odeur... pour s'arrêter deux secondes plus tard suite à une remarque pertinente du moine.

-Et on va où? Je veux bien croire qu'ils soient partis à No Kakao... Bonobo... Nobotruk, mais ils auraient tout aussi bien pu se tromper de chemin, se perdre ou même faire sauter les caisses.
-Sauter les caisses?
souleva Jacky.
-Oublie ça
, corrigea un Ryo quelque peu hanté par le souvenir des performances pyrotechniques et culinaires de certains genin.

-On n'a qu'à suivre les traces du conv
... commença Allen, pour rapidement se rendre compte que notre petite route était trop bien entretenue pour que le convoi y laisse des traces.
-Vous croyez qu'ils auraient pu faire machine arrière sans même s'en rendre compte?
-Naaaan: ils ne sont pas si cons
... objecta NR.
-...
-Ils ont bien réussi à tous nous pigeonner
, poursuivit-il en hochant la tête. 'Tain, qu'est ce qu'on va faire? Vous imaginez qu'on perde la cargaison à cause d'une poignée de genin? Mais on va être la risée du village bon sang! Vaincus par leurs propres genin!
-Peut être même que l'on passera à la postérité, un peu comme l'histoire de ce kunin dont les fesses n'ont pas survécu à l'assaut d'une colonie de taupes
, envisagea Fufu.
-C'est quoi ça?
-Eh bien, mon cher Allen... une petite histoire qu'un sensei m'a racontée.

-Hey, concentrez-vous. Personne n'a pensé à utiliser un sceau de balise sur les chariots pour pouvoir les retrouver, ou quelque chose du genre?
-Un quoi?
-Oubliez... des tanks, c'est bien les mecs ça...


Décidément, c'était une belle brochette de ninjas que l'on formait là. Laissant les autres décider de la marche à suivre, je m'isolais du coté du chariot pour réfléchir au calme, assis à l'endroit où reposait il y a quelques heures la large caisse de bois et d'acier. Étrange qu'ils n'en n'aient prit que deux sur les trois, même si tout portait à croire qu'ils avaient transbordé la cargaison sur une autre charrette.
Dans ce cas, pourquoi n'avoir pas aussi embarqué l'énorme volatile pelucheux qui me dévisageait d'un air ahuri depuis deux minutes? Vu qu'un convoi avait vu sa cargaison doubler, ils auraient du y atteler un autre animal... c'est tout du moins ce que voulait me faire savoir le principal concerné qui errait tranquillement dans le coin, d'une manière que je ne pourrais pas vous retranscrire. Ainsi:

[Insérez l'onomatopée représentant le cri du dodo]

-Hum?


Ou alors, la bestiole avait tout simplement faim. Ca expliquerait pourquoi elle commençait à brouter un pan de ma manche. Oui, ça devait être ça: après que quelques secousses lui aient fait comprendre que ni mes vêtements ni mes cheveux n'étaient comestibles, la bestiole se mit à humer l'air aux alentours puis me fit comprendre par diverses plaintes stridentes et quelques coups de bec que ses graines se trouvaient dans un gros sac casé sur le chariot. Surtout occupé à essuyer la bave de mes cheveux, je lançais négligemment ses friandises à terre. Ce qui ne suffit apparemment pas à l'énorme pigeon jaune qui lorgnait déjà mes cheveux d'un air avide.

-Encore faim? Dommage pour toi, y'a plus rien ici... quoi que... dis moi gros dodo: tu pourrais trouver les autres convois?


Étant donné que la volaille s'était déjà désintéressé de moi pour jouer avec la corde qu'elle avait au cou, je pouvais considérer cela comme une réponse négative. Mais après, y'a toujours moyen de pousser la chose un peu plus loin, juste histoire de voir.

-Tu sais, ceux qui transportent les caisses? Y parait qu'on transporte juste quelque chose d'important comme un stock de diamants ou des armes, mais si tu veux mon avis c'est plutôt une cargaison de graines digne du Valhalla des Dodos. Intéressé?


[Insérez l'onomatopée représentant le cri jouissif du dodo prêt à faire bombance]

-Tant mieux, poursuivais-je. Tout ce qu'il te faut faire, c'est retrouver les autres dodos. Tu dois bien avoir un odorat affuté ou un instinct surdéveloppé ou je ne sais quoi pour faire ça...

Pour toute réponse, il se contenta de se coller à moi pour mieux m'écraser de tout son poids. Sûrement une façon de se montrer affectif chez les boules de plumes... ou d'étouffer les idiots qui se croient capable de pigeonner un dodo. Toujours est-il que seule l'intervention d'Allen me sauva d'une mort risible mais inévitable. Z'en ont pas l'air, mais c'est lourd comme bestiole.

Finalement, les autres se rallièrent à mon projet sans faire trop de difficultés, plus grâce aux multiples preuves de détermination de la peluche (et quelques flagorneries adressées à NR et Tyrande) qu'à mes arguments qui étaient loin d'être Hyûmawesome.
Il faut dire qu'un étrange changement s'était opéré sur l'animal: d'adorable créature sortant tout droit d'un conte pour mioches, il s'était transformé en véritable engin de traque capable de rivaliser à lui seul avec une meute de chien de chasse surentrainés. Il suffisait de voir la façon dont ses plumes s'étaient hérissées, ou encore la subtile lueur enflammée qui était apparue dans son regard.

Ou alors, je me fais des idées. Quoi qu'il en soit, l'animal nous fit poursuivre la route vers Noboako... Noadkoko... Nobotruk, tout en prenant soin de nous indiquer au fur et à mesure les divers indices montrant que l'on allait dans la bonne direction: quelques déjections de ses collègues de bât, les restes des casse croûtes d'Haruhisa (genin malpropres en plus d'inutiles) et divers objets que Kentaro et Kaede s'étaient très certainement balancés à la figure. A en juger par la composition du groupe, la poursuite allait rapidement être pliée en vitesse. Mais c'était sans compter sur la fatigue générale des ex-diarrhéiques et encore moins avec la présence de certains ninjas un peu faiblichons.

-On fait une pause.
-Déjà?
-Ou alors tu me portes NR.
-Ouais, bon... profitons-en plutôt pour boire. Entre la chiasse et ce soleil de plomb...

-Au fait, je me demandais...
hésita Allen... qu'est ce qu'on fait une fois qu'on les retrouve?
-On leur passe le savon de leur vie et on continue, je suppose?
proposa NR.
-J'y ai pensé, mais... mes entrailles ne se satisferont pas de si peu. Il en faut plus...
-On les pourrit à mort jusqu'à ce qu'ils nous supplient d'arrêter... et on continue!
surenchérit une Tyrande inhabituellement agressive.
-Ca me tente bien, ouais. Mais après, on risque d'avoir des emmerdes avec le QG.
-D'un coté, faut les traumatiser pour qu'ils ne recommencent plus, au moins le temps de la mission. De l'autre, un excès nous retombera dessus sous forme de sentence ou de chantage, et les braquer contre nous empirera la suite
, résumais-je sans considérer l'aspect vindicatif de la chose. L'idéal serait qu'ils soient surpassés par les évènements sans que cela ne nous implique...
-Donc on les laisse vagabonder en attendant qu'ils reviennent vers nous en pleurant?
-Trop long et trop risqué pour la cargaison...
-... mais on peut les pourrir incognito sans qu'ils sachent que c'est nous.
-C'est ce à quoi j'allais venir
, confirmais-je à Pan Pan,
-Ou bien l'on pourrait faire... autre chose, ajouta Jackie d'un air mystérieux.
-Ca, c'est le regard d'un Fuzzy que je connais bien. Toi, t'as une idée derrière la tête.
-Allen, grand fou va... tu me connais si bien que ça? Eh bien, en fait...


Et c'est ainsi que les conspirateurs se rassemblèrent en petit comité, élaborant leur vengeance sous le regard nonchalant d'un dodo de chasse qui se demandait s'il ne ferait pas mieux de poursuivre la traque en solo.

Ryosuke
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2308
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Mahou]

Message par Kentaro le 24/5/2009, 16:31

Et voilà… On relâche sa garde cinq minute et tout par en sucette. Tout ça parce qu’un foutu dodo avait trouvé le moyen de boustifailler sa fichue corde et qu’on avait pas été foutu de le rattraper ! Après une course-poursuite éreintante, j’avais laissé la tâche à Yassin, Haruhisa et au Bleu de le ramener pendant que moi-même prenait notre dernier dodo et filait rejoindre Kaede pour ramener l’autre chariot près du premier… Sauf qu’il n’y avait plus aucune trace du chariot, de sa cargaison, de ma boîte à pharmacie et de cette petite peste de Kaede.

Y’a des jours, comme ça, où on se dit qu’on aurait peut-être mieux fait de rester couché…

Après avoir rejeter la possibilité de laisser tomber la mission pour rentrer à Mahou puis avoir tourné et retourné le problème dans ma tête, deux évidences m’apparurent : Premièrement, Kaede n’avait pas pu déplacer le chariot toute seule. C’est donc que quelqu’un d’autre l’avait fait. Deuxièmement, mon petit doigt me soufflait que qui que ce soit qui ait déplacé le chariot (brigands, grosse bébête, junin fâché tout rouge…), Kaede, elle, devait très bien se porter. C’est comme la mauvaise herbe, y’a jamais moyen de s’en débarrasser… Et comme vraisemblablement, elle tenait tant que ça à la réussite de sa mission, elle devait toujours se trouver non loin dudit chariot. Je la retrouve, je retrouve tout.

Heureusement, ce n’était pas la première fois que j’avais à faire avec Kaede. Je connaissais donc le moyen infaillible pour la retrouver.

D’un coup de Gokan Henshitsu, j’altérai au maximum de mes capacités mon odorat. Doté d’un pif digne du meilleur limier, je me mis à humer l’air autour de moi à grands inspirations, tentant de dissocier des différentes odeurs de l’environnement celle caractéristique de Kaede. Après quelques minutes d’effort, je fus récompensé. Elle était parti par là !

… Et aussi par là.

Ben voui… Même les meilleurs limiers ont leurs limites. J’étais parfaitement infoutu de déterminer qu’elles étaient les effluves les plus fraîches. Hors comme elle était ressorti d’ici par un autre chemin que celui par lequel elle y était venu, j’avais une chance sur deux de me planter…

J’en choisis donc une au pif et me décidai à la suivre. Remontant sur le dodo, je l’orientai vers la direction à suivre et parti donc au triple galop : à cette vitesse, j’aurai retrouvé Kaede en un rien de temps !

Penché sur le côté, la tête à une cinquantaine du sol, je ne sus jamais ce qui se passa. Toujours est-il qu’en pleine course, le dodo décida de sauter. Oh, je sais ce que vous allez dire : un ninja émérite comme moi, doté d’un sens de l’équilibre hors norme, aucun soucis que je me vautre, non ? Hé bien non… Parce que ce saut me mis inopinément au même niveau qu’un belle branche basse, que je ne manquai pas de me manger en pleine poire. Stupide Volatile !

Ma tête étant la plus dure, c’est la branche qui se retrouva pulvérisé, tandis que je perdais l’équilibre et retombai lourdement en arrière. Quand au dodo… Le dodo continua sur une vingtaine de mètres avant de s’arrêter et de me regarder bizarrement, l’air de dire… Bon Ok, je sais qu’un dodo n’est pas capable de penser, mais j’aurais juré qu’il était en train de se foutre de ma gueule !

Pestant à grands bruits contre ces forêts mal entretenues pleines d’arbres partout, je me relevai en grommelant et époussetant mes vêtements, avant de repartir en direction du futur repas de ce soir pour reprendre ma folle chevauchée.

Le dodo décida de reculer.

Je m’arrêtai.

Le dodo se remit à brouter.

« Toi, mon pote, on va pas être copain ! »

Me mettant à siffloter d’un air innocent et dégagé, je me mis à flâner de droite à gauche, sans plus de réaction du bestiau. Je tentai un pas en avant, qui fut aussitôt suivit par un pas en arrière de cet abruti de piaf…

« Hé ho ! Si tu veux pas finir en méchoui, je te conseille de ne pas me foutre en rogne ! »

Oui, je sais, menacer un piaf est d’autant plus idiot qu’il ne peut bien évidemment pas comprendre ce qu’on lui dit. Pour preuve que le dodo ne réagit absolument pas. Ou alors, il savait pertinemment qu’un méchoui se fait avec de la viande d’agneaux ou de moutons et ne se sentait pas le moins du monde concerné.

Très bien ! Dans ce cas, j’allais le prendre par surprise, nom de nom !

Aussitôt dit, aussitôt fait, je le chargeai donc. Et le dodo fit bien évidemment demi-tour avant de se carapater à toute berzingue. Saloperie de Ziozio !

Vous avez déjà essayer de faire la course avec un dodo ? Non ? Hé bien moi, si, c’était d’ailleurs la deuxième fois de la journée. Mais si courser un dodo épuisé est de l’ordre du possible - Bon, ok, on l’a pas rattrapé… Mais il ne nous a pas semé, non plus ! - il en va tout autrement pour un dodo frais comme un gardon. Après moins de dix secondes de course, il devint évident que j’allais me faire distancer par la volaille en fuite.

Je fis donc la seule chose qui vint à l’esprit sur le moment : sans ralentir, je ramassai un caillasse et la balançai sur le crâne du dodo, qui vacilla avant de s’effondrer net.

Mwahahaha ! Bien fait pour sa gueule ! Quand on me cherche, on me trouve !

Je pus donc le rattraper sans plus de soucis, avant de m’apercevoir de ma lourde erreur : un piaf avec une commotion cérébrale met un certain temps à se réveiller. Temps pendant lequel il est bien entendu impossible de le chevaucher, ni même de le faire marcher. J’aurais eu ma boîte à pharmacie, une seringue d’adrénaline et on en parlait plus… Sauf qu’elle était restée avec le chariot disparu… Tsss, c’est vraiment pas mon jour, hein…

Et vu que notre premier dodo s’était déjà fait la malle, je ne pouvais décemment pas l’abandonner au beau milieu de nulle part, ou on aurait plus rien pour tirer les chariots. De mieux en mieux, quoi…

Râlant et pestant, refusant d’attendre que le piaf se réveille, je dus me rendre à l’évidence : il allait falloir que je le traîne derrière moi… Il n’y avait plus qu’à espérer que Kaede ne soit pas trop loin.

Quelques minutes plus tard, tandis qu’en nage et soufflant comme une locomotive, je traînais par un patte l’énorme chapon qui aurait du me servir de monture, ce fut Kaede qui surgit d’un fourré.

« Kentaro ? Qu’est-ce que tu fiches là ? Et pourquoi tu portes le dodo ? Ça ne devrait pas être l’inverse ? Hé ! Mais il saigne !
_ Moi aussi, j'te signale...
_ Ouais, mais le dodo me sera plus utile...
_ Aha, très drôle… Qu’est-ce qui s’est passé ? Où est le chariot ?
_ Le chariot ? Quel chariot ?
_ Ben le nôtre ! Avec la cargaison !
_ Pourquoi ? Il lui ai arrivé quelque chose de grave ?
_ Il n’est plus là, c’est assez grave pour toi ?
_ Plus là !?
_ Oui, plus là. Je suis arrivé dans la clairière et il n’y avait plus rien !
_ … »

Ça, ça lui avait cloué le bec. Tout ne se passait pas comme prévu et visibl…

« Pauv’cloche ! Normal que t’ais rien vu, je lui ai appliqué des sceaux d’invisibilités pour pas que le premier crétin venu m’le choure pendant que je m’absentais ! Preuve que j’ai eu raison, au passage. Rhalala, t’es vraiment pas malin, toi… »

Par miracle, je n’avais pas de bûche ni d’autres objets contondants du même genre à porter de main.

« Bon, au moins t’as rattrapé le dodo. Je commençai à me demander s’il n’allait pas falloir que je le fasse moi-même, poursuivit la nièce du Kage.
_ C’est pour ça que tu es parti dans la direction opposée ?
_ Kek’chose à redire à mon sens inné de l’orientation ?
_ Non, c’est celui de Yassin et Haruhisa. On les a croisé en poursuivant le dodo. Ils ont pris le relais, avec l’aide du Bleu.
_ Attends, attends, attends… Qui poursuit le dodo ?
_ Ben… Yan, Haruhisa et Yassin…
_ Ok, alors qui garde le chariot ?
_ Ben…
_ Absolument fan-tas-ti-que. T’as laissé les deux chariot sans surveillance, les trois autres boulets sont à perpètes et t’as démoli notre unique dodo.
_ Je suis pour rien pour le premier chariot…
_ Nan, nan, je critique pas tes prises d’initiatives, hein… Je me borne à constater le résultat, c’est tout.
_ Parce que tu te crois plus futée, peut-être ?!
_ Parfaitement, et je le prouve ! Je reprends les rênes du commandement, maintenant. Finis les conneries ! On retourne à notre chariot !
_ …
_ C’est dans quelle direction, déjà ?
_ Oh non, je ne voudrais pas provoquer une énième connerie en prenant une initiative, tu sais…
_ Crétin. »
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Mahou]

Message par Yassin le 24/5/2009, 19:06

Je n'aurais jamais cru un seul moment que j'aurais préféré être condamné plutôt que de croupir ici. La situation qui se présentait à nous était on-ne-peut-plus médiocre. Une dizaine de paysans, accompagnés de Genins qui n'avait franchement pas l'air de vouloir nous faire déguster un plat local. En fait, on pourrait affirmer, à leurs regards remplis de satisfaction, que le plat local, c'était nous. On était les proies, ils étaient les chasseurs.

Et le pire sans doute, c'était tous les dodos qui formaient un cercle autour de nous, comme si ils nous accusaient. Moi qui était le plus mature du groupe, celui qui était le plus apte à prendre des décisions sages et adaptées à la situation... Mais là...

- Bande de merdeux, on vous mets la pâté comme on veut, c'est pas avec vos bouts de ferraille rouillé que vous allez nous égratiner ! Et encore moins nous effleurer ! J'ai pas raison les gars ?!
-...
- Les gars ?


Le comble, c'était de provoquer un groupe d'une douzaine de personnes armés jusqu'au dents, seul. Je balayais du regard les alentours. J'étais dans un grand moment de solitude. Haruhisa et le Bleu avaient disparus. Mais je persistais... Quitte à s'enfoncer, autant creuser profond.

- Hé les merdeux ! Admirez notre Genjutsu ! Mes deux équipiers sont désormais invisibles ! Vous faites moins les malins hein ? Rendez-vous sans encombre et nous vous épargnerons.


Mes adversaires commençaient à courir vers moi, fourche en l'air, en gueulant un cri de guerre incompréhensible...du patois sûrement. Ils étaient à une vingtaine de mètres dorénavant...

- N'approchez pas... car...Car j'ai placé des parchemins explosifs dans le périmètre !

Mais ils ne m'écoutaient plus, ils continuaient leurs folles courses. De toute façon, je n'avais aucun parchemin sur moi, seulement quelques kunaïs. Et pourquoi ne pas avoir fuit ? Je me le demande encore. J'avais sorti un des kunaïs non pas pour combattre mais...

- STOP ! Je détiens un de vos dodos en otage. Un pas de plus et il finit à l'abattoir.

Je voyais la situation au ralenti. Ils s'étaient stoppés net. J'apercevais enfin la lumière au bout du tunnel. Le dodo que je tenais entre mes bras était mon ticket de sortie.

- Hasta la vista les bouseux !


Néanmoins, quelle fût ma surprise lorsque le dodotage me mit un coup de patte arrière m'expulsant violemment vers ses congénères. Et ils se mirent à me fixer bizarrement, avant de se liguer contre moi avec leurs becs tranchants. Je me faisais picorer - ou mordre selon les blessures - brutalement, et j'essayais tant bien que mal de me débattre. J'étais vraiment à deux doigts de pleurer, couché sur le sol, recroquevillé, les dodos me "tabassaient" par solidarité envers l'ex-otage. Pourquoi moi ?

Et un souvenir me revint à la surface. Dans ma tendre enfance, j'avais feuilleté un livre décrivant l'anatomie des vertébrés et en l'occurrence les dodos. J'avais la solution pour me sortir de ce merdier. Je ramassai mon kunaï sous les coups répétés des oiseaux terrestres. Je me relevais tel un colosse et je mis un magistral coup de pied au derrière d'un dodo mâle, certainement un des plus puissants du troupeau. S'en suivit un autre coup de kunaï au derrière d'un autre mâle assez robuste.

La panique avait gagné tout le troupeau grâce à l'effet domino. Les dodos s'entrechoquaient, c'était la cohue. Dès lors, les éleveurs portaient toute leur attention à recouvrir le calme à leurs chères têtes blondes.

- Yassin, t'as détruit mon Henge !


Je tournais la tête et aperçevais Yan recouvrant peu à peu sa forme initiale sous chocs répétés du troupeau. Quant à Haruhisa, il dût se résoudre à tomber du ventre de sa monture où il ne pouvait plus accrocher. Ils me rejoignirent, le regard accablant.

- Alors, c'était là où vous étiez cachés...
rétorquais-je.
- Je me cachais pas, je réfléchissais à un plan, affirma Yan.
- On est pas bourrin comme toi, ajouta Haruhisa.
- Ah oui, et vous attendiez quoi pour venir à ma rescousse ? demandais-je avec un ton accusateur.
- Et pourquoi tu ne t'es pas transformé en dodo, c'est...il constata le chaos autour...c'était l'endroit rêvé pour passer inaperçu, questionna Yan.
- Euh...balbutiai-je tout en fuyant du regard et me grattant le derrière inconsciemment, gêné.

Je ne voulais pas reconnaître que je ne savais absolument pas utiliser le Henge pour ne pas casser l'image du Genin pro...

- Me dis pas que tu ne sais pas utiliser le Henge, reprit Yan.
- Ben faut croire que si... avouais-je.
- Et après c'est moi qu'on appelle le Bleu.
- Je n'utilise jamais ces techniques de... tarlouze, ripostais-je.
- On voit où ça t'as mené hein.
- Ben quoi, on est sortis d'affaire, non ? assurai-je.
- Mouais, n'empêche qu'avec la zizanie que t'as crée, on est pas prêt d'attraper un dodo de si tôt...renchérit Yan.
- Et qui est l'idiot qui a perdu son dodo pour qu'on se retrouve à en voler un ?! lançais-je.
- Je crois qu'on a un léger soucis... chuchota Haruhisa.
- Et qui est le soi-disant genin pro qui est responsable de toute cette panique ?
- Les amis, on a un problème... dit Haruhisa, l'air inquiet.
- Quoi ?! criai-je en coeur avec Yan.

Tandis qu'un spectacle ahurissant de dodos en furie entouré d'éleveurs affolés se passait derrière nous, Haruhisa ne fit que pointer le doigt devant nous. En effet, un trio de Genins nous faisaient face, satisfait.

- Yan, ça te dirait pas de te transformer en un crétin incapable Genin, c'est l'endroit rêvé pour passer incognito...déclarais-je, le regard fixe envers nos ennemis, un léger sourire de défi.
avatar
Yassin
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 415
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 99
Localisation : Ha Ha Ha...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Mahou]

Message par Yan Raïzaki le 28/5/2009, 19:54

Regardant les trois genins qui s’approchaient d’eux, un léger sourire aux lèvres, an fît un bref topo.

*Alors, le boulet à ma gauche soit disant genin pro à défié des éleveurs de dodo et s’est bien fait bourriné. Nous avons besoin d’un chariot que nous avons perdu, ainsi que sa monture. Devant nous trois genin s’avançait vers nous avec un léger sourire aux lèvres. En plus de ça, leur sensei devait être dans le coin. Ô joie.*

Lorsque les genin a l’air peu avenant furent à porté de voix, notre soit disant genin pro qui méritait d’être décoré pour sa bêtise cria :


« Hé les tapettes qu’est ce vous nous voulez ?
-Haru ?
-Qu’est ce qui a le Bleu ?
-On le laisse crever ici tout seul, non ?
- Je ne suis pas contre mais…
- COMMENT OSEZ-VOUS COMPLOTER CONTRE VOTRE PREDECESSEUR ? HONTE A VOUS ! »

Et le genin commença a poursuivre ses « coéquipiers » avec une force renouvelé.

*Au moins pendant qu’il nous courra après, il n’attaquera pas les genins et on aura la paix.*

Ce plan à défaut d’être parfait aurait pût marcher. Aurait pût car les mecs de devant ne l’entendez pas de cette oreille. Une salve de shurikens enflammés nous fonça dessus. Avec une synchronisation parfaite, les trois genins s’agenouillèrent, laissant filer les projectiles aux dessus d’eux.

Yan invoqua son arc de glace et tira contre le type qui était katon, et courut dans le sens opposé, sachant que leur sensei pouvait débouler à tout moment. Il fût suivi par Haruhisa. Yassin lui était pris le temps de les insulter copieusement, avant de les rejoindre, en courant assez vite.

Malheureusement, les fermiers que notre cher compatriote avait inconsciemment provoqués n’étaient pas non plus disposés à nous laisser partir. Ayant vu l’effet d’un test de rodéo sur un dodo qui ne le voulait pas, Yan tenta autre chose. Il fonça vers les fermiers et, alors qu’il était presque à portée de frappe, il se substitua au pauvre Yassin qui percuta violemment les fermiers. Profitant de la stupeur des pauvres éleveurs, il re-permuta avec le-nul-en-genjutsu attitré, ce qui lui permit de partir dans la direction opposé.

Le jeune genin évita de peu une fourche et rattrapa ses alliés. Après une longue course poursuite où ils étaient bombardé d’arme de jets très diverses, qui allait d’un shuriken enflammé à une hache de bucheron qu’un fermier avait récupéré on ne sait où, ils finirent par semé leurs poursuivants.


« On était venu pourquoi au départ ? Demanda Yan
-Pour.. Pour…Euh..
-Pour ramener un dodo, lâcha Yassin après un coup d’œil meurtrier à Haruhisa.
-Alors on peut m’expliquer pourquoi on n’a encore rien ?
-Parce que notre cher genin pro a tout fait foiré, étant donné son tact digne d’une oie enragé.
-Exactement. Ne proteste pas, rajouta « le Bleu » voyant Yassin près de se rebiffé. On y retourne. Avec un certain sens de la stratégie cette fois…
-On pourrait très bien se tirer, non ?
-D’accord mais t’affronte les Junin en colère et les coups en traitre de Kaede seul. »

C’est ainsi que les genins essayèrent de trouver un arbre assez haut pour qu’ils puissent voler subrepticement un dodo, n’importe lequel, ils feraient tous l’affaire. Une fois en hauteur, ils s’aperçurent que ni les genins ni les éleveurs, n’avaient bougé. Conclusion : il fallait passer par derrière.

Après cette conclusion, inévitablement…


« Qui y va ? Le bleu ?
-Je te signale que toi aussi t’es une bouse. Haru, tu t’y mets ?
-non c’est mort, vas y toi, a deux contre un, t’a pas le choix.
-Et merdeuhhh »

Il prit donc la forme d’un dodo et me mît a trotté l’air de rien, vers l’arrière de la maison. Malheureusement…

« Alors, mon petit, tu t’es égaré ? »

*Ô joie, un fermier a vu un dodo égaré et est venu le consoler. Bon les autres regardent ailleurs donc… »

D’un bref coup de poing il envoya ce bon monsieur au pays du coma, avant de partir loin d’ici pour être loin lorsque l’on apercevrait sa subite disparition. Une fois hors de vue d’un éventuel ennemi, il lui restait une difficulté et de taille : la capture d’un dodo. A la vue de ces tas de têtes blondes avec un bec et une lueur sauvage et stupide dans les yeux, la flemme le prît dans ses bras, sans le lâcher.

* un dodo qui a une aiguille planté dans le fessier coure tout droit, non ? Donc si j’en plante plusieurs on en choppera un. Je m’aime, ou pas.*

Avec son kunaï, et la même lueur stupide que celle qui brillait dans les yeux de ces stupides animales, il piqua les imposants postérieurs de plusieurs dodo sauvage, qui créèrent une panique généralisée. L’ensemble du troupeau déferla comme une marée dans la forêt faisant fuir leurs éleveurs. Grâce à sa finesse d’esprit, Yan réussi a en choppé un qui semblait un peu plus lent que les autres.

Le dodo s’arrêta comme s’il reconnaissait son maître. Ca devait être l’oiseau qu’ils avaient au départ. Les deux autres genins le rejoignirent et après un tonnerre de « Putain t’a réussi » et de « Haha j’vous avais bien dit que je vous lattai ! » Le petit groupe fît partir le groupe vers la forêt avant que Yassin ne fît une remarque intéressante :


« Euh… Vous savez ou sont Kaede et Kentaro ? »

Un silence quasi religieux lui répondit. Les yeux du genin pro passèrent de leurs dodo à Yan, avant de se baladé sur Haruhisa, pour revenir à Yan.

Tout d’un coup le dodo se mît à ruer, sautant en essayant de faire tomber les genins qui le chevauchaient, avant de partir tout droit dans la forêt dans un sprint qui écrasait tout sur son passage.

*Et merdeee*
avatar
Yan Raïzaki
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 128
Date d'inscription : 25/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Mahou]

Message par Invité le 30/5/2009, 14:45

-Bon, t’avance oui, Kentaro ?!
-J’voudrais bien t’y voir ! Viens m’aider on avancera plus vite !
-Que dalle ! C’est toi qui as pourri le dodo, c’est toi qui te le coltines !
-Ouais, c’est ça… de toutes façons, c’est pas ta force de mouche atrophiée qui m’aurait aidé.


Kentaro se baissa afin d’éviter la pierre qui lui parvint en réponse. Kaede jura et pressa le pas. Pourquoi elle était tombée sur cet abruti ?! De toutes façons, elle était entourée de genins incompétents. Comment arriver à Nobeoka dans ces conditions ?! Le Bleu n’était pas foutu de surveiller un Dodo. Larbins n°1 et 2 s’étaient stupidement éloignés avec leur chariot. Le Pseudo-médecin avait assommé l’autre Dodo. Résultat : une « équipe » disséminé aux quatre coins de la forêt, et sur les deux Dodos du convois, l’un s’était échappé –mais elle espérait bien que les trois autres aient réussi à le rattraper- et l’autre était dans les pommes. Et les gradés, dans tous ça, même pas capable de relever le niveau, puisqu’ils ne les avaient toujours pas retrouvé. Non, pas un pour relever l’autre. Kaede pesta à nouveau.

Bon, heureusement, Kentaro savait parfois se montrer utile. Il avait un bien meilleur sens de l’orientation que l’albinos, et elle pouvait donc compter sur lui pour retrouver le chariot invisible. Le seul hic, c’est qu’ils allaient y passer l’après-midi vu que le Dodo pesait son poids, et que, si au début du trajet Kentaro n’éprouvait pas trop de difficulté à mouvoir l‘imposante carcasse, il peinait de plus en plus. Fallait avouer que slalomer entre les arbres avec un poulet géant en guise de sac de voyage, c’était pas évident. Kentaro s’arrêta soudain et déposant le Dodo par terre.

-Marre ! On fait une pause, je peux plus avancer moi !
-Ha, mais c’est pas vrai ! On y est presque, normalement ! Fais un effort !
-Non, non, non et non ! Je veux bien continuer que si tu portes la bestiole.


Autrement dit, la pause était de rigueur. Kaede réfléchit un instant à un compromis puis se décida :

-J’ai une idée.
-Encore ? Et merde.
-On laisse le Dodo K.O ici, parce que de toutes manières, il bougera pas, et on va au campement. Normalement, le Bleu et les Larbins seront de retour et…
-Les Larbins ?
-Hum… excuse-moi, je reprends : normalement, Yan ainsi que Yassin et Haruhisa seront de retour et…
-Attends attends, là. Tu les appelles comme ça ? Et j’peux savoir c’est quoi mon p’tit surnom à moi ?
-Kentaro-Chaaaan ?
-…
-Bref, on s’en fout pour le moment. Les trois gus seront au campement, nous on les rejoint. Moi et genre le Bleu on reste au campement pour surveiller les deux chariots –parce que normalement, ils seront revenus avec un chariot et un Dodo- tandis que toi, Yassin et Haruhisa revenez ici pour transporter le Dodo. A trois, ça sera plus facile. On se regroupe après, on attend que le Dodo se réveille, et on reprend la route vers Nobeoka.
-…
-Quoi ?
-Moi aussi tu m’appelles le Larbin, c’est ça, hein ?
-Ah, mais tu vas pas revenir là-dessus ! Obéis donc ! Allez !
-Ou alors, je vois un synonyme, genre l’Esclave, non ? Toi alors ! Tu mériterais que…
-KENTARO !
-Quoi encore ?!
-T’as écouté ce que j’ai dit au moins ?
-Ouais. Ca a pas l’air trop foireux, mais… et si le Dodo se réveille ?
-On va l’attacher.
-La belle affaire. Tu te souviens du dernier Dodo qu’on a attaché à un arbre ?
-Vous savez pas faire les nœuds. On va prendre un truc plus solide, faire un nœud plus compliqué, et dans le doute, tu vas lui retaper sur la caboche.


Aussitôt dit, aussitôt fait, et les deux genins quittèrent le Dodo comateux attaché à un arbre pour rejoindre le campement. Campement où ils arrivèrent moins d’un quart d’heure plus tard, se déplaçant carrément plus vite sans l’oiseau géant.

-Raaah mais c’est pas vrai ! Quelle bande de bons à rien !

En effet, pas de trace ni de Yan, ni de Yassin, ni de Haruhisa et donc encore moins du second chariot et du second Dodo. Bon. Au moins, le premier était toujours là, toujours plein. Kaede brisa son sceau et le fit redevenir visible.

-On a plus qu’à les attendre, fit Kentaro en s’asseyant, le dos en appuis contre le bas du chariot.
-Mouais.


Afin de passer le temps -et d’en gagner-, les deux genins allumèrent un feu et commencèrent à faire chauffer dans une marmite une mixture à l’apparence douteuse –MAIS OU EST HARUHISA QUAND ON A BESOIN DE LUI ?- qui servirait de repas du soir. Alors que Kentaro rajoutait des herbes diverses, des cris se firent entendre. Aussitôt, les deux genins se relevèrent, prêts à agir. C’est-à-dire que Kentaro était en position de combat et que Kaede avait déjà appliqué un sceau d’invisibilité sur la bâche chariot et un autre sur elle-même. Le bruit se rapprochait rapidement.

Et la Chose Hurlante déboula sur le petit bivouac. Qu’elle traversa en ligne droite, bousculant le petit foyer et renversant la marmite. Elle fut à peine ralentie par un choc invisible, qui eut pour seule conséquence l’apparition d’une Kaede piétinée dans l’herbe, et continua sa route, toujours aussi bruyamment. Elle finit cependant par être déviée par Kentaro, et percuta plutôt violemment un second obstacle invisible. Sauf que cette fois-ci, c’est la Chose Hurlante qui du s’avouer vaincue face au solide bois invisible de la carriole. Cependant même immobile, elle continua à hurler quelques secondes.

Kaede releva la tête douloureusement pour regarder la Chose. Qui se trouvait être en fait un amas de genins sur un Dodo assommé. Près d’une carriole redevenue visible, à cause d’un sceau d’invisibilité détruit. Faut dire que le petit foyer bousculé avait un peu débordé sur la bâche du chariot, et que celle-ci brûlait joyeusement. Kaede laissa retomber sa tête.

***


-Kaede ? Hé, Kaede, réveille-toi !
-Moins fort, Yassin, tu vas finir par la réveiller.
-C’est le but.
-Est-ce bien raisonnable ?
-Bon sang, elle ouvre pas les yeux… Kentaro, t’es sûre qu’elle a rien de cassé ?
-Non, ça va. Juste quelques ecchymoses, j’te dis.
-On pourrait l’abandonner là ?
-Non, ça ne se fait pas.
-En plus, si jamais elle se réveillait, j’ose pas imaginer la vengeance…
-De toutes façons, on abandonne pas ses coéquipiers comme ça.
-Les gradés pourraient nous en vouloir.
-Pas sûr.
-Mouais… Kaede ? Kaede ?
-Vos gueules bande d’abruti…
-Ah, elle nous revient.
-Ô joie…


Kaede rouvrit les yeux. Les quatre autres genins étaient penchés au-dessus d’elle. Une forte odeur de brûlé planait encore dans l’air. Elle se redressa d’un coup, au grand dam du crâne de Yassin qui percuta le sien, et retomba aussitôt allongée sur le sol, les deux mains contre le front.

-Waaaaaïe !
-Doucement,
intima Kentaro. Tu t’es faites piétiner par un Dodo, tu te rappelles ?
-Huu… ouais. Mais… le chariot ! Il brûlait !
-Ouais, ouais, t’inquiète, tout va bien, on l’a éteint,
fit Haruhisa
-On a eu du mal, mais on l’a fait.
-Les coffres ?
-Pas de soucis. De fait, la moitié de la bâche a crâmé, mais le chariot n’a presque rien, et les coffres non plus.


La genin se releva plus doucement, et Yassin recula de deux pas. Elle jeta un coup d’œil à l’ensemble de la clairière. Un chariot sans bâche et sans Dodo. Un second chariot avec bâche et Dodo. Haruhisa suivit le regard de la jeune fille.

-Ouais, avec le Dodo, on a été récupéré l’autre chariot et on l’a ramené ici.
-Et l’autre Dodo, vous n’êtes pas allé le chercher ?
-Ben si.


Nouveau coup d’œil à la clairière.

-J’le vois pas.
-Il est pas là.
-C’est-à-dire ?
-Il était plus là où on l’avait laissé.
-VOUS L’AVEZ LAISSE S’ENFUIR ?
-Non. Il s’est fait bouffé. On avait pas pensé aux prédateurs. On a trouvé que des restes.
-Du coup on a à manger pour ce soir !
-Ta gueule, Haru.


Kaede pesta à nouveau, ce qui rassura ses coéquipiers sur sa santé, sans les rassurer sur le déroulement de la suite des événements. Kaede récapitula. Ils étaient enfin tous à nouveau réunis. Cinq genins. Deux chariots. Un Dodo. Toutes les caisses. Quelle équipe de bras-cassé quand même ! Ca devenait un challenge de réussir cette damnée mission. Ce qu’il ne fallait pas faire pour devenir Kage !

-Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? s’enquit Yan
-On mange ? émit Haruhisa

Kaede se leva, l’air déterminé.

-Non.
-Hein ?
-‘Fin si, mais après on reprend la route.
-C’est impossible, tu vois bien.
-Bien sûr que si. On va décharger les caisses du chariot pour les mettre dans l’autre chariot.
-Attends attends, TOUTES les caisses dans le MEME chariot ? T’es pas un peu folle ?
-C’est faisable. On avancera un peu plus lentement, c’est tout.
-Mais le Dodo supportera pas !
-Mais si, puisque vous allez pousser derrière et il tirera devant.


Mines désespérées des quatre garçons.

-Allez, pensez à la gloire qui nous attend. C’est mon poste de Kage qui est en jeu, et donc vos places dans l’élite de Mahou.
-Ouais mais…
-Et toi, dans tout ça, d’ailleurs ?
demanda Kentaro
-Moi ? Ben je vais dans le chariot.
-Et pourquoi tu nous aiderais pas à pousser le chariot ?
-Tu rigoles ? Quel médecin tu fais ! J’suis pas en état, j’suis encore sous le choc de mon accident avec le Dodo.


Plusieurs protestations. Allons, elle allait peut-être avoir fort à faire pour les contraindre à obéir sur ce coup… heu… pour les convaincre du bien-fondé de cette idée.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Mahou]

Message par Tyrande le 2/6/2009, 00:09

Entrainement, entrainement, entrainement, level up, level up, level up, entrainement, entrainement, entrainement, level up, level up, level up, entrainement, entrainement, entrainement, level up, level up, level up, entrainement, entrainement, entrainement, level up, level up, level up, entrainement, entrainement, entrainement, level up, level up, level up, entrainement, entrainement, entrainement, level up, level up, level up, entrainement, entrainement, entrainement, level up, level up, level up, entrainement, entrainement, entrainement, level up, level up, level up, entrainement, entrainement, entrainement...

...
......
......... Rien, plus rien ne semblait ressortir de mes entrainements. J'avais tenter d'améliorer et de contrôler la technique permettant d'entrer dans les arbres et j'y suis parvenue. D'ailleurs, en maitrisant cette technique, j'ai découvert et maitrisé d'autres facettes intéressantes. Je suis à présent capable d'entrer et de contrôler l'arbre mais, dans cette situation, mon âme se rapporche de cette de l'arbre à un tel point que toute douleur ressentie par l'arbre est ressentie par mon âme, je vous laisse imaginer ce qu'il pourrait arriver si l'arbre venait à être couper en deux... Entrer dans l'arbre ouvre d'autres possibilités: combien de ninjas comptent sur un camouflage qui se rapproche du milieu naturel dans lequel ils opèrent? Moi j'ai là le meilleur camouflage possible, personne ne peut dire que je suis un faux ou même une espionne puisqu'il s'agit d'un véritable arbre. Les arbres sont également des passerelles permettant, à certaines conditions, de voyager de l'un à l'autre. Il m'était également possible de transcender mes sens: un arbre vit, donc il voit, entend, ressent, le tout à sa manière. En suivant cette idée, il m'est donc possible de remplacer mon ouïe par ce qui lui permet d'entendre et c'est la même chose pour tous les autres sens. La perception du monde est différente et assez difficile a analysé mais cela permet de continuer à glaner des informations sur ce qui nous entoure.

Je ne me sert quasiment plus de mon arc malgré les capacités que j'ai développé avec lui, je me consacre essentiellement aux sceaux. J'avais déjà quelques sceaux comme le sceau explosif ou le sceau permettant de trouver le nord. J'en ai développé quelques nouveaux comme un sceaux qui augmente le poids du membre sur lequel il est fait. Ce sceau existe en deux version, une version rapide qui fait doubler, et une version longue qui quadruple.Un autre sceau aussi, excessivement difficile à réaliser sur une cible mouvante, permet de bloquer le chakra, comme si les pores de la peau empêchaient le chakra de sortir. J'ai bien essayé de déchiffrer le parchemin que j'étais parvenue à prendre au grand méchant qui était protégé par des formes de nous assez particulières mais rien n'y faisait, je ne parvenait pas à contrôler l'énorme dose excessive de chakra insérée dans ce parchemin et donc je ne parvenait pas à le refaire même légèrement. Je doutais même d'y arriver un jour mais tant que le parchemin existerait, rien ne m'empêcherait de l'étudier et d'essayer.

En dehors des sceaux et de la maitrise de la technique de l'arbre, j'avais découvert les bases d'une technique qui m'intéressait au plus haut point. Il s'agissait de parvenir à se dédoubler en plusieurs morceaux. Chaque morceaux devait contenir une partie du créateur. J'avais longuement étudier la méthode et l'avais finalement mise en application. J'avais sortit six morceaux de mon âme par le biais de cette technique très longue à préparer puisqu'il fallait déjà deux heures pour morceler l'âme et en extraire six morceaux. J'avais choisi de sortir l'amour, la haine, le bonheur, la tristesse et les deux derniers morceaux, je n'avais découvert leur utilité et leur réelle valeur qu'en les sortant de moi. Il s'agissait de la peur et du fanatisme. Ce que cela donne en Tyrande? Et bien je pense que le plus simple est encore de vous faire une démonstration...


T. originale: Je n'aurais jamais cru réussir cette technique.
T. bonheur: Mais tu as réussi, félicitation.
T. haine: Mais tais toi ! Elle n'a réussi que par chance, sa nullité me fait honte.
T. tristesse: Bouhouhou! Ça me rend triste ce que tu dis!
T. amour: Mais attends, je t'aime moi.
T. fanatique: Ce qu'il te faut c'est de l'entrainement jusqu'à ce que le pouvoir te sorte par les oreilles.
T. peur: Ça me fait peur ce que tu dis là.

Bref, à peine convoquées, les Tyrandes se retrouvaient dispersées et occupées de s'engueuler. La fanatique s'était mise en tête de nous faire suer de la puissance, la peur s'était recroquevillée sur elle même, la haine et le bonheur s'engueulaient sur leur façon de voir les choses. La tristesse courrait en pleurant, tandis que l'amoureuse courrait après en tentant de la consoler. Quel bordel c'était... Pourquoi n'ai je pas annulé toute la technique et changer les sentiments pour en trouver quelques uns qui sauraient travailler ensemble? Tout simplement parce que le gros défaut de cette technique est qu'essai il n'y a pas, les morceaux pris sont définitivement ceux qui seront utilisés pour la technique. Je me suis donc attelée à calmer tout ce monde et je commençais à leur expliquer ce que j'attendais d'eux quand:

T. fanatique et T. haine: Ouais on la connait l'histoire, tu crois qu'on sort d'où? On est pas tes bébés, on est tes clones sauf que je suis bien plus forte que toi.

Une heure après, elles disparurent. La technique était finie, le temps était écoulé. Le silence qui régnait à leur disparition était reposant. Jade, le chat, vint se lover sur mes genoux pendant que je profitais de ce silence.

T. originale: Et bien, je me demande si tu es réellement la sœur de ce fou furieux.

J'ai passé bien des journées à essayer de trouver un terrain d'entente pour tous mes clones mais rien n'y a fait jusqu'à maintenant. Et voila que je me suis faite embarquée dans une mission qui tourne mal avec des graines de déserteurs m'ayant infligé la pire honte de toutes les missions réalisées jusqu'à maintenant. Des foutus genins qui nous ont refilé une diarrhée énorme en pleine forêt pour nous voler la cargaison que nous devions escorter. Je ne vous expliquerai même pas la difficulté d'être bien camouflée, bien à l'abri des regards alors qu'une diarrhée est aux portes de notre corps mais il le fallait bien, je n'allais pas faire ça devant les autres non plus... J'étais en colère, en colère contre moi même de m'être faite avoir si facilement mais en colère contre eux aussi qui n'ont visiblement aucun respect de l'autorité, ni même du fait que nous soyons du même village en œuvrant pour la même chose normalement. Nous les pourchassions à l'aide d'un dodo jusqu'au moment où nous dûmes faire une pause pendant laquelle nous mettions au point un plan d'attaque.

Le plan décidé, nous nous sommes remis en route mais le dodo a eu un problème pour suivre leur trace. J'étais la seule a avoir une chance de trouver leur trace plus que par simple hasard. Donc je proposa d'attendre cinq petites minutes que j'entre en communion avec les arbres qu'ils m'en disent d'avantage. Vous auriez du voir la tête des quatre hommes, ils avaient du me prendre pour une folle. Toutefois ils acquiescèrent et je me mis au travail. Quelques minutes plus tard je revint leur dire ce que m'avait apprit l'arbre.


Tyrande: Ils se sont séparer ici à cause d'une créature à deux pattes comme celles d'un oiseau, surement un dodo. quatre d'entre eux sont partit dans la même direction, un autre est parti seul dans cette direction puis a été rattrapé par un des trois qui a refait ce chemin...
Ryo: On a pas besoin d'un historique, juste la dernière direction.
Tyrande: C'est juste... ils sont partit par là.

Et voila, je reprenais ma place suite à cette gaffe. Une foulée rapide malgré les râles de Ryo calmés par des "retiens tout pour quand on les retrouvera" et nous arrivions à une espèce de clairière qui n'était pas énormément plus éloignée que le point où j'étais entrée en communication avec l'arbre. Tout le monde prépara la suite à sa façon, je fus la seule à attendre que l'on me prépare. D'un seul coups, les genins se retrouvèrent encerclés par une troupe assez conséquente (NR était de la partie, cela s'en ressentait) de faux déserteurs accompagnés de deux civils. leur capture fut aisée car les deux jounins avaient prit le rôle de déserteurs pour mettre leur puissance de frappe de notre côté. Ils furent donc maitrisés très rapidement. Je m'étais faite buchinée en femme d'un genre bien différent au mien, je forçais sur ma voix pour ne pas créer de problème de reconnaissance.

Fuzzy déguisé en civil: Qu'avons nous là?
Tyrande déguisée en civil: Cinq ninjas aussi faibles que bons à vendre ainsi qu'un chariot surchargé et un dodo épuisé.
NR déguisé en responsable des déserteurs: Que devons nous faire d'eux?
Allen: Je suggère de leur faire tirer le chariot à la place de ce dodo, cela leur renforcera leur musculature et les occupera tout en permettant au dodo de se reposer.
Fuzzy: Quelle bonne idée nous avons eu de vous payer au pourcentage de nos gains. Vous m'épaterez toujours, faites donc cela mais d'abord nous allons nous poser là pour manger. Ils jeuneront, ce ne leur sera pas préjudiciable.
Tyrande: Attachez les assez solidement pour qu'ils ne s'échappent pas. Toute fuite sera une perte de salaire, rappelez vous en.
Ryo: Bien madame.

Je prépara alors un repas correct, l'idée avait bien germé de nous vengé en leur faisant subir ce qu'ils nous avaient fait, mais nous n'en avions pas les moyens et puis notre méthode était bien meilleure. Le repas était excellent et je pus constater avec plaisir qu'ils n'avaient pas encore manger: ils bavaient...
avatar
Tyrande
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 275
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 28
Localisation : Perdue dans un monde de shinobis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Mahou]

Message par Haruhisa le 3/6/2009, 15:00

Nous avancions lentement, très lentement, trop lentement. Notre chariot contenant les dix caisses de la livraisons et Kaede (cette dernière semblait peser, du moins psychologiquement, plus lourd que toutes les caisses réunies). Yan, Yassin Kentaro et moi marchions à côté du chariot roussis par nos précédents exploits, et nous étions obligés de le pousser dès que une légère pente se faisait sentir.
L'après-midi venait de commencer et le soleil tapant était aussi désagréable que les plaintes incessantes de notre pseudo chef de groupe Madame-Je-Suis-la-Nièce-Du-Kage-Bande-De-Blaireaux. Nous venions de sortir de la forêt mahousarde ( a moins que ce ne soit une foret quelconque mais il ne faut pas contredire notre chef adulée) et les chemins serpentaient à travers la campagne grouillant d'activités : de nombreux paysans s'occupaient de leur champs et nous faisions profil bas Yan, Yassin et moi devant les éleveurs accompagnant leurs troupeaux sans que kaede comprenne ce qui la mit en rogne:

-Mais qu'est ce que vous foutez à la fin ?
-Rien, rien...
-Alors pourquoi vous planquez des qu'un dodo approche la caravane?
- Sans doute une allergie...

Après deux heures de marche lente et interminable nous décidâmes de faire une pose malgré les protestations stridentes de Kaede. Nous tombâmes tous dans l'herbe. Puis après avoir profité des quelques instants de silence que nous accorda Kaede (elle devait surement boudée) Yassin demanda :

-Dis Haru' tu veux pas préparer un casse-croûte, j'ai la dalle !
-Si tout de suite. Répondis-je en écoutant mon propre estomac.

Je me dirigeai vers le chariot puis après m'être hissé à l'arrière de notre véhicule à ciel ouvert je commençais à chercher de quoi prépare des amuses gueules pour les morfales amorphes ce trouvant derrière moi. Cependant quand je réapparu avec un air mi furax mi déboussolé et tous comprirent rapidement que la caisse de provision avait été laissé dans l'autre chariot. Kaede en tant que pseudo-chef mena son enquête pour rapidement arrivé à cette conclusion :

-Kentaro !! c'est de ta faute : c'est toi qui a déchargé la caisse de provision !
-Mais c'était toi qui dit m'a de le faire, j'ai même protesté mais tu a faillis péter un câble !
-Et en plus tu accuses ton chef ! Tu seras doublement puni pour cela !

Pendant que les deux excités se querellaient bêtement nous nous décidâmes à partir sans plus attendre afin d'atteindre la bourgade la plus proche afin de refaire des provisions avec les porte-feuille de Kentaro.
Nous roulâmes (surtout Kaede) pendant environ une petite heure et après un pseudo raccourci que nous obligea à prendre notre chef vénérée et un incident mineur (sur ce même raccourci) :

souvenir à oublier

nous avancions sur le pseudo raccourci de Kaede en écartant les nombreux feuillages qui bloquaient notre progression (lente) et nous arrivâmes à ce qui semblait un semblant de chemin et nous soufflâmes tous un coup quand Yassin poussa un crie d'exclamation :

-Y a un mec mort là bas !
-Vous croyez qu'il est vraiment mort ?
-On pourrait lui faire les poches...
-Ça me semble louche...
-Hé regardez le mec mort à bougé ! M'exclamai-je.
-Oui c'est un piège ! Je suis sur que ses potes nous attendent !
-Mais nous on est pas bête et grâce à mon plan génial on va exploser ces voleurs ! Dit Kaede en y joignant son rire machiavélique .

Son plan ne consistait ni plus ni moins qu'a s'approcher en faisant comme si de rien n'était et de planter le gars et ensuite de se farcir les autres ennemis.

-Si avec ça je ne deviens pas kage !

Nous nous approchâmes donc discrètement du pseudo-mort et d'un coup nous dégainâmes tous nos armes et rossèrent le pauvre type dont on voyait à peine le visage sous les bleus et autres ecchymose puis nous nous mimes en cercle avec Kaede au centre. De longue minutes s'écoulèrent sans que les brigands-fantômes ne daignent sortir de leurs cachettes.

-Vous croyez qu'il ont peur ?
-En plus le bandit était déguisé en fermier, c'est vraiment vicieux...
-C'était peu être un vrai fermier qui faisait la sieste...
-Impossible c'était un bandit...
-Qu'est ce qui te le dit ?
-Mon instinct féminin...
-Et un type de plus pouvant remercier l'instinct féminin de Kaede...

Nous repartîmes après que kentaro ait prodigué un minimum de soin au fermier toujours inconscient et quelques excuses que nous obligeâmes kaede à murmurer (sans doute digne d'une mission de rang S).

Après cette petite écartade nous arrivâmes aux porte d'un petit village fortifié.

-Bon pas de gaffes ok ? Dit Kaede.
-C'est toi qui dis cela ?
-Ta gueule Haru...
La porte était gardée par deux hommes, vraisemblablement des ex bandits reconvertis vu leurs tête de l'emploi, comme leurs manières rustres (ils ne s'inclinèrent même pas devant Kaede ) ...

-Bonjour messieurs les gardes, nous voudrions nous ravitailler dans votre sympathique bourgade...
-T'as entendu ça Roger, ils trouvent notre bourgade sympathique.
-Ça vous pose un problème? En plus c'est quoi ce nom Roger ?
-Quoi mon nom ? Bon c'est pas tout mais on vous connait vous autres les ninjas : avec vos effets pyrotechnique et autre, vous foutez le bordel dans la taverne et tout...bon disons cinq cent ryôs et on en parle plus ...
-Quoi ?! C'est du vol !
-C'est comme ça !
-D'abord je peux vous éventrer avec ça ! Dis-je en dédaignant mon sabre.
-Eh le chevelu on a dix copains derrière cette porte !
-M'en fous !
-Haru range cette épée !
-Non !
-Au secours on nous attaque !!

Après une bataille sanglante mais de courte durée, une fuite prouvant une extrême sagesse et quelques blessures et un blâme concernant ma diplomatie, notre groupe toujours affamé avec pour seule monture un dodo arasé nous continuâmes notre périple (encore plus lentement qu'avant) vers Neo-truc .
Nous atteignîmes une autre forêt nous nous décidâmes de nous arrêter dans une petite clairière pour préparer notre bivouac. Nous étions en train de monter notre camp (avec un seule tente pour cinq qui était uniquement réservée à Kaede, qui nous obligea à dormir à la belle étoile (non c'est pas le nom d'une auberge))C'est alors que mes souvenirs devinrent confus : je me rappel vaguement d'une attaque, il me semble que c'était nos jojos préférés. Si je devais décrire cette attaque en trois mots je dirais : rapide, violente et sadique...

nous reprîmes connaissance quelques heures plus tard et c'est alors que l'enfer commença...
avatar
Haruhisa
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 718
Date d'inscription : 01/09/2008
Age : 24
Localisation : je suis trop fort en camouflage !! mouhahaha !!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Mahou]

Message par Jackie Takahara le 5/6/2009, 12:23

Désolé tout le monde (surtout Tyty >_<) mais je ne peux résister à l'envie de vous faire partager ce que j'avais écrit pour la poursuite xD

petit flashback de poursuite a écrit:La chasse avait duré une journée entière et, après un bref repos durant la nuit, avait été reprise dès le lendemain. Les traces du convoi restaient introuvables sur la route qui devait être empruntée, ce qui laissait supposer que les Genins avaient légèrement dévié pour ne pas être retrouvés. Et même le dodo nous avait paumés à travers la cambrousse, jusqu'à...


« Un élevage de dodos!! , s'exclama Ryosuke.

- J'avais dit que c'était une idée nase... , dis-je d'un air abattu. Bon, de deux choses l'une : soit ce dodo est vraiment bête au point de ne pas pouvoir distinguer ses congénères les uns des autres, soit... Ces petits diables ont abandonné l'un des dodos ici, et ce sont eux qui sont idiots.

- Ce qui veut dire qu'on se rapproche d'eux!
, dit NarutoRudy.

- Malgré tout, je ne les vois toujours pas au Byakugan... Et je préfère ne pas le garder tout le temps activé, pour économiser mon chakra, juste au cas où. , dit Allen.

- Je pense que ce dodo est aussi capable qu'un autre de distinguer les siens. , dit Tyrande. Ils sont donc passés par ici, et au vu des dodos blessés, ils n'ont pas du faire beaucoup de bien. »


Effectivement, dans l'étable visible depuis la limite des pâturages où s'épanouissaient les dodos, on voyait plusieurs fermiers affairés à soigner... à peu près autant de volatiles que ceux qui étaient à l'extérieur, soit une trentaine. Des shinobis discutaient ferme en regardant dans notre direction d'un air peu confiant. Nous vînmes à eux en marchant tranquillement, tenant notre dodo par la bride.


« Bonjour! , commença Ryosuke. Nous sommes à la recherche de cinq Genins de notre village. Les auriez-vous par hasard vus?

- Alors ils sont à vous, ces sales mômes?!
, dit un des éleveurs avec une fureur difficilement contrôlée. Trois gosses du village de la Magie ont débarqué hier en plein milieu de notre pré et se sont mis à vouloir capturer une de nos bêtes! Nous avons voulu les chasser, mais ils ont blessé tous nos oiseaux, et ont même combattu les ninjas que nous avions engagés!!

- Allen, retiens-moi ou je fais un malheur, je te prie...
, dis-je avec affliction.

- Soyez sûr que leurs agissements seront sévèrement punis, monsieur. , continua le Moine en s'inclinant poliment. Avec toutes nos excuses pour les désagréments que ces apprentis déserteurs ont pu vous causer.

- Vous n'allez pas partir comme ça?!
, reprit le paysan, pas calmé par les excuses de Ryo. Vous allez devoir payer pour les dégâts qu'ils ont faits! Vous vous arrangerez avec eux ensuite, mais nous voulons obtenir remboursement! »


Après de dures négociations avec les éleveurs, un prix de 3000 ryos fut convenu.

« Bon, je pense que nous nous rembourserons auprès des trois ch... des Genins incriminés? , suggérai-je. Tout le monde est d'accord avec moi?

- Oui. Si on les retrouve un jour!
, dit Ryosuke.

- Et si on les attendait à Nobokawa? Puisqu'ils sont trop chargés pour aller rapidement et qu'ils veulent remplir la mission... , suggérai-je.

- Mon rival adoré, ce serait bien mais... Enfin, ce ne sont que des Genins! Et s'ils se perdaient? S'ils se trouvaient capturés par des brigands? Ils pourraient même se faire tuer! , répondit NarutoRudy.

- Je ne vois pas où est le problème.

- …

- Bon d'accord, j'ai rien dit. J'avais oublié la cargaison.

- Quoiqu'il en soit, il nous faut toujours les retrouver...
, dit Allen. Quelqu'un sait où est le dodo?

- En train de se goinfrer...
, répondit Ryosuke. Il m'a brouté (dans les deux sens du terme d'ailleurs) jusqu'à ce que je lui donne la bouffe que je lui avais promise, ce qui fait que j'ai dû retourner en acheter chez l'éleveur... qui m'a fait payer au prix fort sa meilleure nourriture pour dodos, et maintenant il est en train de se gaver et on ne peut plus rien en tirer.

- Et bien entendu personne n'a mis de traceur sur la cargaison...
, se navra Tyrande. Bon, je parie que je vais devoir tous nous tirer d'affaire. »


Tyrande bondit sur un arbre, se concentra quelques instants, comme l'écoutant, puis nous fit signe de la suivre. NR lança rapidement un multiclonage, ses clones prirent sur leur dos le dodo et nous suivîmes ainsi notre collègue, espérant enfin retomber sur la cargaison et son lot de Genins. Après une heure de course, nous fîmes une pause et tînmes conseil sur ce que nous ferions en les retrouvant.


« Personnellement, je me permettrai sans doute de les baffer chacun leur tour, avec double dose s'il manque quoi que ce soit. , prévins-je l'assemblée avant de taxer une boulette de riz à NR.

- Je pense qu'il faudra être prudents. , dit Tyrande avec plus de sérieux. Ils avaient apparemment tout planifié pour se débarrasser de nous : Kaede a l'air d'être imaginative, et parfois même un peu parano sur les bords... Voir des pièges autour de la cargaison ne m'étonnerait donc pas.

- Tyrande a raison
, approuva Allen. Pour les pièges, je pourrai m'en occuper avec Ryo et, justement, Tyrande, et nous sécuriserons la zone autour de l'emplacement des chariots. Auparavant, nous nous serons assurés que toute la cargaison est là, et, si les Genins sont présents, nous les immobiliserons. S'ils ne sont pas encore là... Nous nous réunirons tous et nous observerons, le temps également de décider quelle leçon nous leur donnerons.

- Est-ce vraiment nécessaire de... leur donner une leçon?
, dit Ryosuke. Oui, d'accord, ils ont fait des conneries. Mais enfin, ça arrive à tout le monde! Ce ne sont que des Genins, encore une fois!

- Si nous ne faisons rien, qui te dit qu'ils ne recommenceront pas juste après?
, dis-je avec une pointe d'agacement. Et s'ils recommencent, comment peux-tu être sûr que nous les retrouverons, que la cargaison ne sera pas détériorée? (si elle ne l'est pas déjà...) Pour le bien de la mission, nous devons leur faire comprendre à quel point ce qu'ils ont fait peut avoir de graves conséquences...

- Je suis d'accord avec mon Fufu rival préféré!

- Et puis bon... Nous n'allons pas non plus les fouetter ou les frapper, hein (même si ce n'est pas l'envie qui m'en manque). Simplement, nous sommes leurs supérieurs hiérarchiques, surtout vous, Ryo et Allen. Nous devons tenir ce rôle.
, finis-je.

- Bon... Tant que nous ne sommes pas des tortionnaires... , reprit Ryo

- Fort bien. Puisque tout le monde est d'accord et semble avoir fini de manger, en chasse! » , conclut Allen.


Guidés par Tyrande, qui ne s'arrêtait que de temps en temps pour confirmer son chemin auprès d'un chêne sur la route, nous chassions avec une ferveur retrouvée, et au bout d'une heure et demi...


« Je les vois! , dit Allen. Un chariot à huit cent mètres au nord,droit devant, tracté par un des dodos et... nooooooon!

Qu'est-ce qu'il y a?
, demandai-je.

- Il n'y a qu'un seul chariot avec un seul dodo et... et quatre Genins qui poussent! dit-il sans lui-même y croire.

- ILS ONT PAUME UN AUTRE DODO?! cria NarutoRudy. Mais c'est pas vrai! Remarquez, s'ils poussent, c'est qu'ils doivent avoir toute la cargaison dans le chariot...

Maintenant, plus rien ne pourra m'étonner d'eux...
, dit Tyrande, aussi affligée que nous tous. C'est peut-être pour ça qu'ils voulaient voler un dodo chez l'éleveur.

- Comme quoi, les limites de la connerie sont tous les jours repoussées...
, dis-je en hochant la tête d'un air navré.

- On va jouer à un jeu... Laisse-moi deviner le nom du Genin qui ne tracte pas et qui doit, je pense, être installée dans le chariot?... , proposa Ryosuke. Kaaaaa...

- Bingo! Et c'est un moine qui gagne un filet garni avec un bazooka et une tringle à rideaux!
, répondit Allen. C'est Kaede dans la carriole, qui sirote un coktail et... et je pense qu'elle bronze...

- On est en train de toucher le fond.
, dit NarutoRudy avec un sourire malicieux. Ça devrait te plaire, mon Fufu, de toucher le fond. Comme ça, avec tes taupes tu peux commencer à creuser...

- Hahaha... Très drôle. T'en as d'autres, des comme ça?

- Bon, au lieu de dire des conneries, si on se mettait à leur allure? Comme ça, on les suivra jusqu'à la nuit, et là nous pourrons intervenir une fois qu'ils seront immobilisés?
, proposa Allen. En plus, vu l'allure à laquelle ils vont, ça nous permettra de nous reposer... »


Tout le monde tomba d'accord, et nous marchâmes, libérant notre oiseau de l'emprise des NR. Là, la discussion s'orienta de nouveau sur ce que nous pourrions faire à leur (r)encontre.


« Déjà, je pense que nous sommes tous d'accord pour leur faire payer pécuniairement tout ce qui tient de l'éleveur... , commençai-je. Mais ce ne sera pas suffisant. Toute torture physique (enfin presque toute...) étant inacceptable, il nous faut trouver un moyen de leur faire peur, presque de les traumatiser, pour être sûrs qu'ils nous écouteront ensuite.

- Tu me rappelles quelqu'un, mon bon Fufu.
, dit NR. A un moindre degré, mais tu me rappelles...

- Je sais! Nous pourrions passer pour des brigands, les kidnapper pour exiger une rançon, et ensuite l'un de nous quitterait son déguisement, les libérerait et nous reviendrions tous sous notre vraie forme, comme si rien n'était!...
, proposa Ryosuke.

- Des brigands? Ça me paraît louche que des brigands ne se baladent qu'à cinq, et il faut que ce soit réaliste, il faut qu'ils y croient, pour que ça les touche vraiment. , répondit Allen. Des Nuke-nin, ça me paraît déjà mieux...

- Pas bête. Maintenant, il faut savoir qui se déguisera...
, dit Tyrande. Pour ma part, je ne maîtrise pas le Henge, donc...

- Je ne suis pas une lumière en genjutsu non plus.
, ajoutai-je.

- Pour le déguisement, je pense que je peux appliquer un Henge sur vous deux. , nous rassura Ryo. Par contre, comme je ne peux pas le maintenir, vous ne devrez pas combattre : ça déstabiliserait le jutsu. Vous serez donc deux civils, nos commanditaires pour l'attaque de cette cargaison.

- Oui, bonne idée.
, confirma NR. Bon maintenant, réfléchissons à notre transformation... Car je vais avoir du boulot si je dois transformer chacun de mes clones! »
avatar
Jackie Takahara
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 242
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 28

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Mahou]

Message par Jackie Takahara le 5/6/2009, 13:58

Et nous nous étions déguisés comme convenu. Notre tactique avait été simple : immobiliser les Genins en envoyant d'abord Ryosuke et Allen, les deux Jounins, puis leur ôter toute velléité de rébellion en les écrasant sous le nombre. Pour cela, nous nous étions tous déguisés par un Henge, y compris, donc, les nombreux clones de NarutoRudy ; nous n'avions toutefois pas fait notre maximum de ce côté-là, car nous avions laissé trois clones de notre ami en compagnie du dodo restant, pour le surveiller... Par ailleurs, nous n'avions pas choisi des canons de beauté comme modèles (exceptés Tyrande et moi, les civils), ce qui ajoutait à la crainte qu'inspirait notre bande. Le plus réussi était sans nul doute Allen, en Nuke-nin de Chikara, couvert de balafres sur tout le visage et portant un grand manteau couleur grenat assorti au bandeau chikariote, lui aussi balafré ; ce bandeau était même posé sur ses yeux. Après une brève présentation du type d'individus que nous incarnions, les Genins furent ligotés pendant que nous prenions dans nos bardas de quoi manger. Heureusement que nous avions tous eu la bonne idée de prendre nos affaires avec nos vivres, car il était certain que les cinq zigotos avaient laissé tout ce qui n'étaient pas les caisses pour la mission dans les autres carrioles, y compris la nourriture... La première torture psychologique pour... nos compatriotes fut, à leur réveil en plein milieu de la nuit, de nous voir manger face à eux, car apparemment ils étaient affamés. Je jetai un regard noir au cuisinier et au doc de la bande, car c'étaient eux qui nous avaient drogués, du moins on savait qu'ils étaient complices... La plupart de nos prisonniers se tenaient à carreaux car ils n'étaient pas dans la meilleure des postures. Je dis bien la plupart...


« Vous ne savez pas à quoi vous vous exposez, sales traîtres! Je suis la nièce du Mahoukage! Vous allez le payer très cher!! »


Au moins, Kaede avait le mérite de ne pas avoir froid aux yeux... Mais cette fille était vraiment désespérante! Et dire qu'il nous faudrait la former... Je m'approchai d'elle, et elle devait très sûrement être impressionnée par le déguisement que j'avais demandé à Ryo! Et comment aurait-il pu en être autrement?... J'avais été transformé en un grand homme roux, à la barbe parfaitement taillée, rousse également, vêtu d'une chemise entrouverte laissant saillir ses pectoraux puissants, d'une veste sur laquelle était plantée une magnifique étoile en argent, signe certain d'autorité, ainsi que d'un chapeau noir, donnant un air mystérieux et supérieur à mon personnage. Ma classe ultime n'avait d'égal que la force suprême qui émanait de tout mon être [hrp : j'arrête là la description, ça m'excite...], et ce fut dans la peau de ce demi-Dieu que je me penchai vers Kaede pour lui parler d'une voix calme et douce.


« Oooooooooooooh! Quelle bonne surprise! A propos de payer très cher, je suis certain que tonton Kage sera ravi de payer une belle rançon pour récupérer sa nièce la petite idiote! A moins que tu ne cherches à nous berner... »


Je fis un signe de tête à l'un des clones de NarutoRudy, qui n'était pas le moins moche d'ailleurs... Il avait la peau grise, comme à cause d'une maladie terrible et inconnue, et portait un kimono lacéré comme par une multitude de sabres. Ce tas de boue s'approcha lentement de Kaede, sortit une dague bien entendu effilée comme un rasoir, sortit également une langue grise comme sa peau et grande comme ma main, et passa sa lame sous la gorge de l'Aristocrate. Il lui susurra, d'une voix qu'on sentait éraillée même sans l'entendre, quelques mots à l'oreille de la prisonnière avant de lui lécher l'oreille. Bien qu'elle ne dît rien, Kaede avait comme pâli, et me regardait d'un air suspiscieux, voire inquiet.


« Hé là! , nous interrompit Kentaro. Bande de lâches! Vous attaquer ainsi à une jeune fille sans défense! Vous mériteriez que je vous botte les fesses! Ou que je vous renvoie à l'académie refaire votre éducation!

- Tais-toi, misérable vermisseau!
, répondit aussitôt... Kaede??? Je n'ai absolument pas besoin d'être défendue, et puis je suis plus forte que toi!

- Comment ça, plus forte que moi?!
, rétorqua le Valeureux. Je te rappelle qu'on est tous les deux Genins, et qu'accessoirement j'ai quatre ans de plus que toi!

- Rien à secouer! Je suis le chef ici, et je te dis de te taire alors tu vas le faire!

- Comment ça, je vais me taire?! Pas question! Et puis je te signale que si je suis intervenu c'est pour que l'autre lépreux ne t'égorge pas! Tu pourrais au moins être reconnaissante, sale ingrate!

- Mais puisque je te dis que tu ne sers à rien! Incapable! D'ailleurs, tu t'es fait maîtriser encore plus rapidement que moi!

- Forcément, j'étais dehors à me les geler tandis que toi t'étais bien confortable dans NOTRE tente! Alors c'est sûr, le temps que MADAME émerge, on était déjà tous attachés!

- Et la galanterie, t'en fais quoi?! Même pas capable de laisser sa tente à une jeune fille! Et tu dis à ces charognards de retourner faire leur éducation?! Foutage de gueule!! C'est toi qui dois retourner à la crèche!

- Mocheté!

- Nullard! »



Et cela continua pendant bien deux minutes encore. Si c'était une tactique pour déstabiliser leurs ravisseurs eh bien... C'était réussi! Par contre si ce n'en était pas une... Il y avait de quoi être doublement navré. Une... comment le dire poliment? Une femme de très forte corpulence, maquillée comme la belle-sœur du Kage (c'est-à-dire sans retenue et par des couleurs trop criardes), vêtue d'amples vêtements de couleur mauve qui faisaient ressortir ses formes elles aussi amples, Ryo, donc, (puisqu'il s'agissait de lui en dondon) interrompit le flot d'insultes, de la superbe voix de ténor qu'il avait choisie.


« OH LES MOMES! Vous avez fini?! , hurla-t-elle avant d'envoyer une mandale dans la tronche de Kentaro. Tiens, t'es content qu'on s'attaque plutôt à toi, maintenant?! […] Bon, puisque vous avez l'air d'avoir de l'énergie à revendre, vous allez continuer à faire ce que vous faisiez quand on vous observait! Ce chariot est trop chargé pour ce seul dodo, alors vous allez l'aider à le pousser! […] Oui, toi aussi, Mademoiselle-la-nièce-du-Kagay! »


Kentaro était tout juste en train de se relever de la taloche infligée par Henriette du Mans (un nom qui allait plutôt bien à Ryosuke en ce moment...), mais il fut le premier à être redressé avec force, et dont les liens furent momentanément détachés de l'essieu de la carriole pour être renoués autour du harnais du dodo, qui avait été bien nourri avec le peu de restes de notre autre volatile... (quels goinfres ces oiseaux...) Il fut fait de même avec les quatre autres Genins, qui se rebellèrent quelque peu, prenant exemple sur Kentaro. Et surtout, quand ils furent positionnés... ils ne bougèrent pas, ce qui était compréhensible. Il n'était pas question de les frapper plus, mais Tyrande eut une excellente idée pour les faire avancer. En grande blonde pulpeuse, vêtue d'une magnifique robe orangée, elle détonait clairement avec le reste du groupe! Sa voix claire ne contrastait pas avec son physique, même si elle (la voix) était plus forte que ce qu'on aurait pu penser.


« C'est mimi! Vous êtes des têtes de mule, hein? Mais, vous savez, ce chariot arrivera à notre QG d'une façon ou d'une autre. Et si vous ne tirez pas, je laisserai... Henriette , dit-elle en désignant la Miss Saindoux. tirer la marchandise à votre place, et vous serez attachés à l'arrière et balaierez le sol avec vos petites têtes de piaf! Donc si vous voulez goûter du rocher... Continuez comme ça, mes amours! »


Elle termina sa tirade sur un grand sourire à l'adresse des Genins, puis se retourna pour venir nous parler, à Allen, NR (l'original, déguisé en grand scientifique, vêtu donc d'une immense blouse blanche, avec un air toujours malsain sur le visage) et moi. Ry... Henriette gardait un œil sur les prisonniers et faisait mine de se préparer à tracter les caisses. Nous parlions bas, mais suffisamment fort pour être sûrs que les cinq garnements pouvaient nous entendre.


« Alors, qu'est-ce qu'on en fait, maintenant, Norisu-san? , me demanda Tyrande. Le premier rebelle et celui à la peau mate m'ont l'air forts, on pourrait les revendre comme esclaves. Par contre, la fille et les deux autres...

- Je ne sais pas...
, répondis-je d'un air navré. En plus, la fille a l'air un peu agitée pour faire partie du harem du boss, même si elle a pile l'âge qu'il préfère... Il faudra revoir ça en arrivant sur Tsuchi, si le voyage lui a mis un peu de plomb dans la cervelle.

- Je pourrais les prendre pour mes.. MES EXPER!!! mes expériences, bien sûûûûûûûr...
, dit NarutoRudy de sa plus belle voix de chtarbé. Cela fait bien longtemps que je n'ai pas... PAAAAAAAAAAS PAPAPAPAPAS eu de sujets aussi jeuuuuuunes!

- Je te rappelle que leurs organes ne sont pas encore tous développés à cet âge-là...
, dit Allen d'une voix d'outre-tombe. Attends qu'ils grandissent un peu, tu pourras en tirer plus de pièces détachées... »


Notre discussion s'orienta ensuite sur des sujets légers, comme la taille d'un foie suivant l'âge et l'alimentation d'un cobaye, l'évolution des appétits charnels du boss ou bien la prise en masse musculaire des esclaves au cours de la poussée d'un chariot de près d'une tonne... Nous nous retournâmes rapidement lorsqu'Henriette nous appela pour nous faire signe que les Genins, malgré leur air horrifié, se préparaient à pousser le chariot. Yassin avait apparemment été le premier à se relever! Un sourire mesquin se dessina sur nos visages quand nous entendîmes un petit « Allen-san... Jackie-san... » venir d'un des jeunes ninjas. Ce devait être mon imagination qui me faisait croire que c'était Kaede... Le signal du départ fut donné, et les Genins partirent au même moment que le dodo. Les clones de NR menèrent également, à quelques centaines de mètres de nous, le second dodo. La nuit touchait à son terme, et le soleil à l'horizon annonçait déjà une belle, donc chaude, journée... Sans qu'ils le sachent (vu qu'ils étaient attachés tout au devant du convoi et que la masse d'Henriette leur empêchait tout regard en arrière), un des clones de NarutoRudy et moi aidions les Genins en poussant la carriole par l'arrière. Et heureusement que nous le faisions, car ils étaient exténués à la fin de la matinée! Il fallait dire que nous tenions un rythme de marche assez forcé... J'étais moi-même en sueur, et le jutsu de transformation s'était même dissipé lorsque j'avais glissé sur une pierre! Henriette s'était alors précipitée à mon secours pour réactiver la technique non sans un regard noir du style « T'as failli tout faire foirer! ».

Nous fîmes une pause vers midi afin de nous restaurer (ainsi que le dodo) et de nous reposer. Les Genins n'étaient attachés que d'une main, et pouvaient donc pleinement profiter du divin repas que nous leur offrions, à base de...
avatar
Jackie Takahara
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 242
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 28

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Mahou]

Message par Jackie Takahara le 5/6/2009, 13:58

« VOUS NE NOUS DONNEZ QUE DE LA BOUFFE POUR DODO?! , hurla Haruhisa.

- OH SI TU VEUX JOUER A CELUI QUI CRIE LE PLUS FORT, CA VA MAL FINIR, SALE MIOCHE! , répondit élégamment Henriette en menaçant ledit mioche d'une baffe.

- Ne vous en faites pas, mes petits... , rassura Tyrande, avec encore une fois un grand sourire. La nourriture pour dodos est faite à base de pissenlit et de pousse de soja séchés. C'est très nourrissant, même si... ce n'est pas du meilleur goût.

- Et puis nous n'avons trouvé que ça à manger sur votre chariot...
, ajoutai-je Enfin dessous. Peu importe... Nous n'allions pas partager notre nourriture, 'faut pas rêver! Allez, mangez ou vous repartirez le ventre vide! »


Les shinobis débutants mangèrent tant bien que mal leurs granules, et le goinfre à plumes à leur côté finit les restes... Puis le convoi repartit avec un entrain TRES modéré, même du côté des « tortionnaires ». Il était vraiment temps que cela se termine. Comme nous n'étions plus qu'à une journée de marche de Nobeoka, il fut convenu discrètement que l'intervention de nos originaux se ferait le lendemain à l'aube. Le reste de la journée se passa sans aucun événement particulier, excepté que Kaede fut la première à lâcher, rapidement suivie par le Bl... Yan (même dans cette situation ils l'appelaient le Bleu!...). Il fallait rapidement mettre fin à ça, ils devaient avoir compris... Tyrande fit signe de s'arrêter pour la nuit, car en effet le soleil commençait déjà à se coucher. Le même menu que le midi fut servi aux Genins, tandis que nous soupions de nos propres réserves, notamment de râmen et de viande de bœuf séchée. Puis un feu de camp fut allumé et les prisonniers s'endormirent rapidement, de même que Tyrande, Henriette et la moitié des clones de NR (plus l'original apparemment). Heureusement que nous avions crevés les Genins à la tâche, sinon ils auraient vu les jutsus de transformation qui se dissipaient! Enfin, peu importait... Mes deux compagnons et moi discutâmes quelque peu sur la préparation pour la fin de la mission, et sur ce que nous ferions ensuite. J'avais toujours cette mauvaise intuition au sujet de notre commanditaire, mais je n'en fis pas part à mes camarades ninjas. Puis vint le temps de la relève, et nus partîmes dormir à notre tour.

Nous fûmes réveillés silencieusement par Ryo, pour nous signifier qu'il était temps de libérer nos apprentis. Le plan, discuté fut mis en place rapidement car il avait été discuté par NR, Tyrande et Ryosuke durant la nuit. Allen et moi acquiesçâmes, chacun rétablit pour la dernière fois son Henge, et le plan fut lancé quand les premières lueurs du jour apparurent. NR se concentra quelques secondes, et d'un coup, à peine une minute plus tard, deux des clones de notre ami apparurent, un Rasengan dans la main! Ils attaquèrent Allen, qui fut envoyé valdinguer dans le bosquet le plus proche, hors de la vue de tous. Là, le Tsyuuga perdit son apparence de déserteur et surgit lui aussi, après avoir récupéré du jutsu de NarutoRudy. Il fut assailli par les clones encore sous forme de déserteur, et les envoya bouler à l'aide... du tourbillon divin! Voir le Kaiten à l'œuvre me fit un léger pincement au cœur, mais ce n'était pas le moment d'être nostalgique. Je regardai Tyrande et lui fis signe d'un hochement de tête... qu'il nous fallait fuir! Discrètement, mais suffisamment peu pour être vus par les Genins, nous prîmes la fuite par un sous-bois, puis nous retrouvâmes notre apparence et je fonçai sans attendre au cœur de la mêlée, laissa Tyrande bouche bée.

Pendant ce temps, les clones de NarutoRudy sous leur vraie apparence s'étaient multipliés et se concentraient autour du seul ennemi encore présent : Henriette! Elle distribuait les grandes baffes d'une énorme main (qui semblait avoir doublé de volume... ah non elle avait VRAIMENT énormément grossi! Quel jutsu de brute!...), balayant les clones de mon rival. Ceux-ci se rassemblèrent, préparant le combo de taijutsu de NR que je connaissais bien... Je souris et bondis dans le dos de la Gras-Double. NR lança son combo, soulevant Henriette du sol avec plusieurs coups de pied de ses clones. Il voulut conclure, mais je l'en empêchai en sautant moi-même à hauteur de notre Ryo préférée! Il ne fallait pas qu'il retrouve son apparence près des Genins, aussi, au lieu (comme c'était l'habitude de NR) de l'abattre au sol, je lançai un grand coup de pied circulaire et l'envoyai voler à vingt bons mètres, derrière un gros chêne. Je retombai au sol, les clones de NarutoRudy se dissipèrent et... le combat (enfin le simulacre de combat) était terminé!

Tyrande nous avait rejoints pile pour voir Henriette être satellisée, hocha la tête d'un air navré, puis, tous les quatre, nous allâmes libérer les Genins de leur emprise. Ceux-ci étaient... bizarres.


« Eh bien! Ce n'est pas trop tôt! C'est comme ça que vous protégez l'illustre nièce du Kage?! Vous serez châtiés, incapables! , nous engueula Kaede.

- Mais tu vas arrêter, oui?! Ils nous ont sauvés! Sois leur reconnaissante, au moins! , rétorqua Yassin.

- Jamais de la vie! C'est normal, c'est leur rôle de nous protéger, surtout moi! , reprit-elle, pas perturbée le moins du monde.

- Merci, les amis! , dit Yan pour changer de sujet. Nous croyions que c'était fini! Mais qu'est-ce qui vous est arrivé? Et où est Ryosuke?

- Ryo? Il est en train de garder le dodo avec un des clones de NarutoRudy...
répondis-je. Il doit être placé sur un haut poste d'observation, pour regarder comment on s'en sortait.

- Ou alors il est invisible, planqué quelque part, vu que je ne le vois pas.
, ajouta Allen.

- Je ne suis pas un planqué! répondit l'intéressé en surgissant de derrière un arbre.

- Bah t'es pas venu avec nous, quand même... répondit NR.

- Ce n'était pas nécessaire, vous vous en êtes très bien sortis. Il était clair qu'ils n'étaient pas très puissants...

- Peu importe, c'est la fête, on a retrouvés nos Genins adorés!! »
, dis-je avec une ironie tellement bien maîtrisée...


Les cinq Genins furent détachés et nous remercièrent par de chaudes accolades (sauf bien sûr Kaede, qui se contenta d'un petit « merci » du bout des lèvres). Le petit déjeuner fut pris dans une bonne ambiance, et notre nourriture fut cette fois partagée. Entre temps, le dernier clone de NR avait ramené le dodo supplémentaire par la bride, ce qui réjouit les Genins vu qu'ils n'auraient plus à pousser la carriole... Quoique. Hum... Après ces joyeuses retrouvailles, un thème un peu plus pointu fut abordé.


« Sinon, dites-nous... , dit innocemment Ryosuke. Comment ça se fait qu'on ait eu une chiasse d'enfer et que, par hasard, pile au même moment, vous soyiez partis avec la cargaison?...

- Bah... Nous avons été kidnappés juste quand vous êtes partis débourrer.
, se justifia Yan.

- Ahein... Donc l'éleveur que nous avons croisé et qui a eu la visite de trois Genins de Mahou?... , demanda Tyrande à son tour.

- On avait réussi à s'échapper, avec Yan et Haruhisa , reprit Yassin. On est tombés sur l'élevage et ensuite on a été repris.

- D'accord... Et les brigands ont laissé derrière eux deux des trois chariots, pour charger le dernier, et ainsi aller plus lentement?
demandai-je.

Ils l'ont fait exprès! Ils voulaient faire de nous des esclaves dès le début, c'est évident! , affirma Kaede d'une mauvaise foi, elle aussi évidente.

- Trèèèèèèèèèès bien. Mais dites-moi aussi... , demanda posément Allen. VOUS VOUS FOUTRIEZ PAS UN PEU DE NOS GUEULES PAR HASARD?! »


Juste après avoir hurlé, mon camarade Jônin avait activé son Byakugan, et les regardait désormais avec l'Œil Blanc.


« Vous foutes pas de nous! , reprit-il. Je t'ai vue, Kaede, haranguer ta troupe de bras cassés quand nous étions pliés par la chiasse! Kentaro et Haruhisa avaient parfaitement la capacité de nous droguer! Et tu es arrogante depuis le début du voyage!!

- Pour commencer
, dis-je avec un large sourire. vous allez nous rembourser pour les frais que nous avons eus chez l'éleveur. Oui, il nous a ordonné de le payer, et nous l'avons fait! […] ARRÊTEZ DE POUFFER, LES GAMINS! […] Cela vous fera 3000 ryôs, soit 600 chacun...

HEIN?!
hurlèrent-ils en chœur.

- Oui, oui. , confirma NR. Sans oublier que vous devrez rembourser le QG pour les chariots et les dodos perdus...

En tout cas, moi, je ne paie pas.
, dit Kaede.

- Ça va pas la tête?! , la contredit Kentaro. Tu nous laisserais payer alors que tout est ta faute?! Tu mériterais de tout payer toute seule, pseudo-chef à la manque!

- Tu oses, mécréant?! Moi qui ai tout fait pour te tirer de la masse populassière! Ingrat! La prochaine fois, tu ne feras que balayer le tapis rouge qui me servira à accéder au titre de Kage, tandis que les autres seront promus Jounins!

- Continue de rêver! Et tu vas faire quoi, pour accéder au titre de Kage? Tu vas droguer tes concurrents avec des laxatifs? Ou tu vas tellement leur gueuler dessus qu'ils en auront marre de te faire face?!

- Pecquenot!

- Merdeuse!


[…]

- Et ça recommence... , dit discrètement Ryo.

- J'vous jure, ils sont irrattrapables, ces deux-là... , acquiesça NR.

- Bon, je vais les arrêter, sinon on est encore là la semaine prochaine. , prévins-je. OH! C'EST FINI, VOS ENGUEULADES?! […] Merci bien. Vous allez tous payer, sinon on vous fait tracter le chariot à la place des dodos, c'est clair? […] Même pas une seule objection? […] Fort bien. Nous nous arrangerons à Nobeoka : déjà vous paierez les vivre, et nous aviserons ensuite. »


Le second dodo fut attelé auprès du premier, et notre marche vers Nobeoka se poursuivit. Nous n'avions pas repris notre avancée depuis une demi-heure, qu'un aigle vint à notre rencontre. Allen ouvrit la lettre, la lut et ordonna, le visage horrifié, que les boîtes fussent ouvertes, ce qui fut fait dans la minute.
[cf. post Allen]

L'ordre de mission nous demandait de chercher Makaya. Il semblait que « Makelmac » et lui n'étaient qu'une seule et même personne! C'était donc de là que venait mon intuition depuis le début de cette mission pourrave!...


« Bon, moi, je rentre à Mahou. , avisai-je mes compagnons. Qui me suit?

- Moi!
, répondit Allen. Je refuse d'avoir affaire à ce sinistre individu, surtout vu la semaine merdique qu'on a passée...

- Non mais je déconnais... NON ALLEN JE NE RETOURNE PAS VRAIMENT AU VILLAGE, REVIENS!!

- Franchement, il ne manquait plus que ça...
, dit Ryosuke.

- Pourquoi? , demanda Haruhisa. C'est qui, ce Makayak?

- Tu... Tu ne connais pas mon sempaaaaaaaiiiiiii?!
, dit NR, une flamme brillant dans ses yeux.

- Tu ne perds pas grand chose, Haruhisa... , le rassurai-je. Le mot qui le résume le mieux serait mon avis...

- Infréquentable
, proposa Ryosuke.

- J'allais dire chiant.

- Le problème, c'est que refuser une mission de rang A... Ça le fait pas, quoi.
, nous prévint Yassin.

- Effectivement... , accepta Allen avec abattement. Bon, bah... Je suppose qu'on doit juste continuer notre mission? Bah c'est reparti... »


Et notre convoi reprit sa route, l'air abattu. La suite de la journée fut angoissante, des images de Makaya riant diaboliquement trottant dans mon esprit... Ces cauchemars se poursuivirent le reste de la journée, ainsi que durant la nuit. Je dormis très mal, et apparemment mes deux amis Jônins aussi, car ils n'étaient pas très vaillants à leur réveil. NarutoRudy n'avait pas non plus beaucoup dormi, mais lui était excité comme une puce! Seule Tyrande, parmi les gradés, restait calme à l'évocation de notre nouvelle mission. Elle faisait son devoir et ne semblait pas perturbée par un individu tel que Makaya, ce qui devait être le comportement que nous devions tous tenir.
La fin du voyage ne dura que la moitié de la matinée suivante, et ce fut sous un soleil encore croissant, en grande partie caché par les montagnes blanches, que nous vîmes pour la première fois cette petite ville...


« Messieurs, Mesdemoiselles! , nous annonça solennellement Allen. Bienvenue à Nobeoka, terme de notre mission! »
avatar
Jackie Takahara
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 242
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 28

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Mahou]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum