Mission Makayavélique [Gensou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mission Makayavélique [Gensou]

Message par Shimaru le 21/5/2009, 16:10

Rang : B
Objectif : Ramener le fauteur de troubles notoire Makaya Korove, Juunin de Mahou qui a semé le désordre dans notre cité et qui s'est enfui, échappant a la justice de Kage-Sama.
Durée : indéterminée.
Informations : Un de nos espions l'a reconnu à Nobeoka, apparemment en charge d'un bâtiment nommé "Pizza Put". Tâchez de vous renseigner et ramenez vivant le sujet, mais agissez discrètement.
Intérêt: Mission qui servira à appréhender la capacité à diriger de Shimaru Maboroshi, pour éventuellement envisager sa promotion au poste de Kounin. Et apprendra aux genins présents les risques d'une mission de cette envergure.
Récompense : Cette mission est confiée par le village, la récompense sera donc fixée par le Kage au retour de l'équipe.

  • Responsable de la mission : Shimaru Maboroshi (Juunin)
  • Membres de l'équipe : Mei-Lynn Sabishii [chunin], Izyroth Kudôra [chunin], Kota Dozaku [genin], Ax Takami [Genin], Itagachi Yodasu [Genin], Kiai [Genin], Hakai Tsubasa (darktrunks)[genin]
avatar
Shimaru
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 1246
Date d'inscription : 05/03/2008
Age : 25
Localisation : Gensou

Voir le profil de l'utilisateur http://laplume-rp.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Gensou]

Message par Shimaru le 21/5/2009, 19:12

Deux mois… cela faisait deux mois à présent que j’avais complètement stoppé mes activités avec Yuugen, deux mois que Kamashiro et Allen étaient retournés à Mahou. Bearserk et Jinbei, quant à eux, avaient repris leurs activités habituelles au sein du village, cela ne m’empêchant toutefois pas de les revoir de temps à autres. En effet, l’enquête était au point mort et il était inutile de continuer sur cette lancée... du moins pour le moment. Moi-même qui pourtant étais décidé à réaliser mon projet, je n’avais plus grande motivation. Ceci dit, je gardais espoir.

J’avais donc laissé ce plan en suspens, et tout comme mes anciens collaborateurs, je repris la routine du travail. Enfin du travail, c’est un bien grand mot. A vrai dire, je me contentais d’un peu d’entrainement quotidien et de beaucoup de siestes. Et les missions ? Le revenu… ou plutôt dirais-je, la richesse de ma famille me permettait de vivre très convenablement et confortablement sans avoir à me casser le cul en mission, pour au final pas grand-chose me direz-vous. Après tout, pourquoi se crever à bosser quant on a déjà tout ce que l’on veut ?

Je l’ai toujours dis, nous arrivons dans une ère que je pourrais qualifier de "compliquée". Les mentalités des gens changent, le monde aussi, notre existence est désormais comparable à une usine dont nous sommes les esclaves (mal payés qui plus est). Etre obligé de faire comme les autres, être obligé de travailler, c’est ce qu’est la vie aujourd’hui. Pourtant, le seul moyen de vivre, c’est de se préserver… mais il faut faire un choix. Mais dès fois, bah… il se trouve qu’on n’a pas vraiment le choix, malheureusement.

Bref, je venais de me lever, il était un peu plus de Neuf heures passées. Comme à mon habitude, je pris une douche, me rasait en vitesse, m’habillait fin vu la chaleur qui s’annonçait, et quittait la maison afin d’aller déjeuner tranquillement en ville, dans un petit bar du coin bien accueillant et surtout calme. Peu après être arrivé là-bas, un shinobi que je connaissais déjà de vue se présenta à moi, un papier à la main… visiblement une convocation.


« - Bonjour… Shimaru ? (Shinobi)

- Euh salut… oui c’est bien moi. *baille* (Shimaru)

- Bien. J’ai une convocation à vous faire passer, de la part du Kage. (Shinobi)

- Ah… merci. (Shimaru)

- De rien. Et ne tardez pas, c’est urgent apparemment ! (Shinobi)

- Urgent ? Qu’est-ce qui peut être urgent ? (Shimaru)

- J’en sais rien, je n’suis pas tenu au courant des raisons quand cela est urgent. (Shinobi) »

Puis l’homme s’en alla. Ah… ça faisait longtemps que je n’avais pas été convoqué auprès de notre chef bien aimé. D’ailleurs est-ce peut-être pour ça que ce dernier souhaitait me voir ? Quoi qu’il soit, étant donné que cela semblait quand même un peu urgent, je me dépêchais de finir mon croissant, puis rentrais en vitesse chez moi afin de m’habiller en uniforme du village. Sans perdre de temps, je fonçai de nouveau en ville, cette fois-ci en direction du Quartier Général. Quelques minutes plus tard, j’arrivais devant le bâtiment.

Après avoir ouvert le grillage, j’entrais dans l’enceinte du Quartier Général. Après avoir du prendre deux-trois escaliers et quelques portes, je parvins donc devant la porte du bureau de Ryoshima-sama. Je frappai. J’entendis de suite après un "vous pouvez entrer", ce que je fis. C’est après avoir salué le Kage (et tout le bla-bla-bla habituel) et m’être correctement posé sur une chaise que l’homme prit la parole. Qu’est-ce qu’il me voulait celui-là… ?


« - Sinon… pourquoi me demandez-vous ? (Shimaru)

- Oui, venons-en aux faits. Shimaru, je t’ai convoqué pour une mission. Une mission certes peu difficile à priori, mais demandant pourtant beaucoup de responsabilités. (Ryoshima)

- … ? (Shimaru)

- Je sais que depuis quelques temps déjà tu ne participes plus à l’avancée du village. Cela ne te fera donc pas de mal. De plus je t’ai demandé toi parce que tout simplement, tu es le plus apte à accomplir cette mission. (Ryoshima)

- Un rapport avec le Zénith ? (Shimaru)

- Non… enfin pas tout à fait. Tu te souviens de Makaya n’est-ce pas ? (Ryoshima)

- Oui, pourquoi ? (Shimaru)

- Il se trouve que nous avons retrouvés ses traces. L’un des mes hommes l’aurait apparemment aperçu au village de Nobeoka. C’est tout ce que nous savons. Tu dois t’en douter n’est-ce pas ? Ta mission est de le retrouver et de le ramener ici, à Gensou. (Ryoshima)

- Putain ce mec est chiant… bref, y’a un truc que j’ai pas compris. Pourquoi vous dites que cette mission demande beaucoup de responsabilités ? (Shimaru)

- J’allais y venir. En réalité, cette mission à deux buts : premièrement, il s’agit d’une formation. Tu ne choisiras pas ton équipe, elle est déjà choisie. Nous avons sélectionnés cinq Genins et deux Chunnins qui vont t’accompagner pendant la mission, tu seras bien évidement le chef d’équipe. Cette formation devra apprendre aux Genins les risques d'une mission de cette envergure. Quant aux Chuunins ils sont là pour t’observer et constater ce qu’est réellement le rôle d’un Jounin. (Ryoshima)

- Euh… ouais… (Shimaru)

- Pour finir, cette mission te permettra éventuellement d’envisager une promotion au poste de Kounin. (Ryoshima)

- En gros cette mission est à moitié un test… (Shimaru)

- Oui. En elle-même elle n’est pas très vitale, pourtant le fait que tu ais sous la responsabilités sept personnes, bien moins fortes que les anciens membres de Tsukiyo, de suite elle en devient plus délicate. (Ryoshima) »

Arg j’aime pas ça. Mais c’est pour la bonne cause… si jamais je gère bien mon équipe et que je ramène Makaya sans accro, j’ai des chances de passer Kounin. J’ai toujours aimé le pouvoir, alors je ne peux refuser une telle mission. D’ailleurs cela m’aiderait énormément pour réaliser mes projets, plus tard. Bref, un peu avant de quitter le bureau, Ryoshima-sama me confia que mon équipe m’attendait déjà au sein même du Quartier Général, au deuxième étage, plus précisément en salle 214. Sans plus attendre, j’y courrai.

Arrivé devant la porte, je l’ouvris et pénétrais dans la pièce ou sept personnes m’attendaient… je leur montrai à chacun l’avis de mission.


Rang : B
Objectif : Ramener le fauteur de troubles notoire Makaya Korove, Juunin de Mahou qui a semé le désordre dans notre cité et qui s'est enfui, échappant a la justice de Kage-Sama.
Durée : indéterminée.
Informations : Un de nos espions l'a reconnu à Nobeoka, apparemment en charge d'un bâtiment nommé "Pizza Put". Tâchez de vous renseigner et ramenez vivant le sujet, mais agissez discrètement.
Intérêt: Mission qui servira à appréhender la capacité à diriger de Shimaru Maboroshi, pour éventuellement envisager sa promotion au poste de Kounin. Et apprendra aux genins présents les risques d'une mission de cette envergure.
Récompense : Cette mission est confiée par le village, la récompense sera donc fixée par le Kage au retour de l'équipe.

  • Responsable de la mission : Shimaru Maboroshi (Juunin)
  • Membres de l'équipe : Mei-Lynn Sabishii [chunin], Izyroth Kudôra [chunin], Kota Dozaku [genin], Ax Takami [Genin], Itagachi Yodasu [Genin], Kiai [Genin], Hakai Tsubasa (darktrunks)[genin]

« - Bonjour à tous ! Je ne sais pas encore qui vous êtes ni ce dont vous êtes capables, toutefois je sais que nous partons dans deux heures. Je vous donne donc rendez-vous dans deux heures aux portes du village, sans fautes. Nous ferons connaissance plus tard. (Shimaru) »
avatar
Shimaru
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 1246
Date d'inscription : 05/03/2008
Age : 25
Localisation : Gensou

Voir le profil de l'utilisateur http://laplume-rp.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Gensou]

Message par Izyroth le 24/5/2009, 15:27

A l’heure du rendez-vous fixé par Shimaru, tout le monde était là sauf une personne :

Shimaru : Mei-Lynn Sabishii ?

*Silence*

Nous devions être huit. Mais nous nous retrouvions à sept à attendre aux portes du village. Shimaru, décidé à partir au complet, décida d’attendre encore une heure. Celui-ci en profita pour nous mettre au courant de la composition de l’équipe : Shimaru avancerait en premier, suivi des genins puis de moi-même pour fermer la marche. Il fit part des étapes du voyage qui devait durer six jours précisément, et donna de nombreux conseils pour réagir à une attaque pendant le voyage, par des brigands entre autres.
L’inventaire se faisait sous les consignes du juunin :


Shimaru : Bon, alors, est-ce que vous avez bien tous votre équipement ?
Izyroth : Mais bien sûr qu’on a notre équipement !
Shimaru : Est-ce que vous avez à manger…
Izyroth : Mais ouais, on a pris à manger !
Shimaru : De quoi boire…
Izyroth : Mais bien sûr qu’on a de la boisson !
Shimaru : Est-ce que vous avez vos armes…
Izyroth : Mais bien sûr qu’on a nos armes !
Shimaru : Mais tu vas la fermer ouais ? !

Nous finissions enfin cette attente par des présentations plus détaillées que les fiches militaires du quartier général. Mei-Lynn n’était toujours pas là. Les missions, ça ne se déroule jamais comme prévue, c’est connu. Mais la perte d’un membre de l’équipe dès le départ de la mission était plutôt hors du commun, celle-ci se révélait introuvable.

Etant assez étroite sur le timing, l’équipe partit ensuite sans tarder, vers deux heures de l’après-midi. Rien de très surprenant aux alentours de Gensou : des chasseurs armés revenant d’une chasse fructueuse, des villageois, voyageurs, et évidemment, ces éternels marchands ambulants arnaqueurs vendant toutes sortes de babioles…

Nous en étions à deux jours de marche. La nuit tombait lorsque nous arrivions au pied des Montagnes vertes, ce qui était parfait. Nous ne pouvions plus dormir à la belle étoile. La faune des alentours était très dense. Les Montagnes vertes grouillaient de villages. Nous pourrions donc certainement trouver un endroit où dormir. Justement, un groupe de bâtisses aux toits de bois se tenait plus haut sur le chemin. Une de ces maisons se détachait des autres de par l'inscription figurant sur sa façade principale : "Auberge du dernier soupir".


Shimaru : Charmant...

L'intérieur était aussi chaleureux que l'extérieur : trois tables de bois alignées devant un comptoir, vers lequel pendaient quatre boules de cuivre, faisant sûrement office de sonnette. Derrière s'entassaient couverts, marmites et autres ustensiles. Enfin, une cheminée massive, où était accrochée un arc de chêne et son carquois rempli de flèches. Un feu y brûlait, constituant la seule source de lumière de la pièce.
Ensemble lugubre, en soi.
Shimaru tapa d'un coup sec de la main sur les boules. Un homme et une femme de corpulences moyennes, accompagnés d'un gros chien, apparurent de la pièce voisine.


Shimaru : C'est pour dormir, simplement. Une nuit. On est sept.
L'homme : C'est possible...
Shimaru : A quel prix ?
L'homme : 150 000.
L'équipe, blasée : Vous rigolez ?!
La femme : Pas une pièce de moins.
Itagachi : Mais c'est pire que de l'arnaque !
L'homme : Comme vous voudrez, mais le prochain village est à plus de deux heures de marche, dans les montagnes. Et personne ici ne vous laissera dormir chez eux à part nous.

Faute de chance, nous étions tombés chez les plus grands arnaqueurs de la région... Gensou payait les frais de missions, mais leur prix était plus qu'abusé.
Nous devions donc nous résigner à bivouaquer en organisant des tours de garde, au risque de se faire réveillé par un buffle enragé... Au moins, ça nous économiserait un repas pour la matinée.
Je commençais le premier mon tour de garde. Rien à signaler. La nuit fut calme et nous pûmes dormir sans se faire réveiller par une bête indésirable. Une seule imprudente avait osé :


Kiai : Euh... Je l'ai vu rôder et s'approcher un peu trop près alors...
Shimaru : J'aime pas le loup...

La traversée des Montagnes vertes se fit elle aussi sans encombres. La contemplation du paysage du Yuukan depuis ces hauts sommets diluait l'ennui de la marche. Nous maintenions l'entraînement, toujours et encore. Notamment celui du travail en équipe et de la cohésion sous les conseils d'un Shimaru expérimenté dans la matière.
Justement, quelqu'un vint se présenter pour compléter l'entraînement d'un genin.


Brigand : Halte ! Donnez-moi tout votre argent ou je vous égorge !

L'homme devait faire 1m70 / 75 environ. Silhouette mince. Il était vétu de bottes et de jambière de cuir. Une cotte de maille sans doute trop lourde pour lui protégeait son torse. Une capuche en patchwork dissimulait son visage mais laissait tout de même entrevoir sa bouche.
Deux lames pendaient à sa ceinture.


Shimaru : Euh...
Brigand : Vous refusez ?! Vous voulez mourir aujourd'hui ?
Shimaru : Tu te fous de notre gueule c'est ça ?
Brigand : Allez, ne jouez pas les héros... Evitez le carnage... Je suis très fort et vous ne pourrez pas faire grand chose contre moi !
Kota : Sans blague...
Shimaru : Bon... qui veut s'occuper de ce rigolo ?
Ax : Moi.
Brigand : Non sans rire vous feriez mieux d'abandonner maintenant. En plus... j'ai deux épées !

Mais ces menaces ne suffirent pas à éteindre la folle envie d'Ax de lui botter le cul. Chose dont il ne se priva pas : l'homme l'attaqua le premier et commença par un enchaînement de coup avec l'un de ses sabres. Privé de ce don de l'ambidextrie, le deuxième sabre ne lui servait apparament qu'à intimider ses victimes. Ax para sans difficulté ses attaques. Le voleur attaqua donc avec encore plus de férocité et de rapidité, sans toutefois penser à se protéger.

Shimaru : Il s'essoufle vite...
Izyroth : Je parie qu'il tiendra pas plus de cinq secondes encore.

En effet, à bout de souffle, le rythme de ses attaques ralentit. La cotte de maille lui pesait lourd sur les épaules et le limitait en mouvement. Ax en profita pour lui décrocher un coup de pied retourné. L'adversaire, sous le choc et entraîné par son pesant plastron, tomba au sol, humilié.

Ax : Tu m'as soûlé.



La fin de la journée fut tranquille. Nous pouvions enfin apercevoir l'étendue des plaines de l'autre côté des montagnes. Plus loin se trouvait notre objectif : Noboeka.
avatar
Izyroth
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 95
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Gensou]

Message par Ax-kun le 27/5/2009, 23:09

Ce combat fut plutôt simple mais Izyroth vint me féliciter.
« Bon ok, il était nazouille mais bon t’as assuré pour un petit nouveau.
-Hum, si tu le dis »
Je ne sais pas pourquoi, un petit sourire se peint sur mon visage. A vrai dire, il est rare que je sois félicité et je ne sais pas comment réagir.
La marche continue et je reste dans mon coin comme toujours, sans parler à personne tandis que je vois les autres rigoler. Certains, comme Kiai, en firent de même au départ mais se joignirent vite à l’ambiance du groupe. Moi, je reste seul, comme toujours, comme ma destinée semble l’avoir décidé, implacablement.
Je n’ai pas idée du temps qui passe mais je m’ennuie, nous ne rencontrons ni bêtes, ni brigands…rien qui puisse me faire changer les idées.
Vers la fin de notre deuxième journée, pendant que tout le monde rigole ensemble en racontant des anecdotes sur leurs vies, je m’approche de Shimaru qui semble perturbé.
« Quelque chose ne va pas ?
-Vois tu, ca fait deux jours que l’on marche et nous devrions logiquement être plus proche des montagnes et le temps devrait être plus humide, ce qui n’est pas le cas.
-T’as pas de carte ?
-Si mais j’ai jamais vraiment réussi à m’en servir, j’agis à l’instinct. Alors je l'ai jeté.
-T’es sérieux là ? Dis-je d’un air effaré.
-Ben ouais. Me répond t-il, tout fier. Et je ne me suis jamais perdu jusque là. Bon je commence à sentir un peu de vent, on doit s’approcher et on a été plus lent que prévu voilà tout. »
En effet, une heure après nous sommes arrivés…aux côtes du Yuukan.
« Qu’est ce que c’est que cette blague ? S’étonne Izyroth.
-Vous êtes sur que c’est par là, ca m’en a pas tout l’air ? Continue Tsubasa.
-Ne vous inquiétez pas, avec son instinct, il va nous amener à bon port… »
La réaction en cœur fût immédiate :
« Ou pas ! »
Shimaru tente de calmer la situation :
« C’est bon, ça va, j’ai juste commis une petite erreur. Au moins on sait qu’on est dans les côtes.
-Sauf que c’est grand les côtes, banane, nargue Izyroth.
-Vu ce qu’on a marché, on doit bien être vers le sud.
-Donc on est au Nord.
-Même en invoquant des oiseaux, je ne pourrais pas vous préciser clairement où l’on est, desolé,s’excuse Itagachi. »
Nous tournons dos aux côtes afin d’atterrir de nouveau sur les plaines.
« C’est pas à ce rythme là qu’on va l’avoir, le Makaya. »
C’est encore et toujours Izyroth qui veut pourrir Shimaru.
« Vous imaginez, là on pourrait être en train de dormir. D’ailleurs, on devrait dormir. Ah mais nan, on ne peut pas, on doit rattraper le temps per…
-TU VAS ARRETER DE ME LES BRISER UN JOUR ? »
Iziroth a un fou rire qui énerve Shimaru apparemment.
« Bon, où il où l’homme-chien ? Crie t-il.
-Je suis là et j’suis pas un homme-chien.
-Si tu veux, je m’en tape. Tu peux pas aller voir des Dodos pour savoir s’ils ne veulent pas nous amener le plus proche de Nobeoka ?
-Tu veux que je demande à des animaux sauvages de nous rendre un service ? demande Itagachi, étonné.
-C’est bien, t’as des oreilles, mais tu as aussi une bouche alors sers t-en et va ! »
Itagachi s’avance prudemment vers les dodos qui s’agitent lorsqu’ils l’aperçoivent. Il doit y en avoir dans la dizaine.
« Bon ok, on les démonte, puis on les apprivoise ; ordonne Izyroth. A mon commandement….CHARGEZ !!! »
Je cours en direction d’un dodo qui me parait assez faible et sors mon katana. Je le lève pour attaquer à la tête mais depuis que j’ai perdu l’usage de mon bras droit, je ne maitrise plus mon sabre et je sais à peine me servir de ma main gauche. La bête est donc plus rapide que moi et me frappe au ventre d’un coup de bec. Le choc me fait tomber et un autre dodo accroche ses griffes sur mon bras gauche, mon seul bras valide. Celui qui m’a fait tomber s’approche et je ferme les yeux pour ne pas voir ce qu’il va me faire.
« Katon, le souffle de braises »
Une petite boule de flammes fait s’enfuir les deux dodos qui m’attaquaient et je remercie Kota de son aide.
« Bof c’est rien. On va les avoir ces bestioles. Il va bien ton bras ?
-Je pense que oui. »
Je retourne au combat et aperçois que les deux dodos qui m’ont attaqué (je les reconnais car ils ont eu les bouts des ailes brulés) ont été mis hors jeu par Shimaru, qui affronte trois autres, plus gros, plus coriaces : des dodos géants. J’attrape mon sabre fort et du sang commence à couler de mon bras par les trous fait par les griffes. J’ignore cette douleur et court frapper une des créatures qui m’envoie dégager d’un coup d’aile. Shimaru s’énerve après moi :
« Tu n’as rien à faire contre lui, va aider Iziroth qu’il vienne m’aider à les terminer. »
Je m’exécute et remarque sur le sol le cadavre d’un dodo décapité. A ses côtés se trouve Hakai Tsubasa, essoufflé, son gant de griffes à la main, esquissant un sourire, avant de tomber sur les fesses, les jambes lourdes.
Iziroth a déjà combattu un dodo et affronte un second. Je m’empresse d’arriver discrètement derrière pour planter le dos de la créature mais ma main tremblante me fait seulement entailler le dodo. Celui ci se retourne, furibond et Izyroth en profite pour l’enfermer :
« Kan'goku hone no jutsu »
Le dodo tente de s’échapper de la prison d’os mais il se rétracte rapidement. Je préviens Izy d’aller aider Shimaru et celui me demande d’arrêter de combattre et de veiller à ce que ce dodo ne s’enfuit pas.
Je regarde tout autour de moi pour analyser la situation : Kota et Kiai s’entraide pour abattre un dodo, l’un l’étranglant, l’autre lui mettant des coups de poing à la tête afin de le mettre hors d’état de nuire ; Itagachi, privé de son loup pour cette mission, est à terre, sonné, du sang coule de sa tête ; Hakai est toujours sur les fesses, le regard dans le vague et Izyroth et Shimaru affronte un dodo géant.
Les deux Genins finirent par assommer le dodo et assistent au combat des deux plus gradés sans avoir le droit d’intervenir par ordre du chef. Le combat est plus simple que prévu. En effet, il n’en restait que deux et chacun en prend un.
Shimaru invoque sa salamandre Daibun qui refuse de combattre une créature aussi minable, selon lui.
« C’est pas sérieux çà, tu crois vraiment que je vais gaspiller mon temps pour cette chose ?
- Ecoute-moi bien, tu vas le battre rapidement et je te jure que si j’ai gaspillé mon chakra inutilement, je t’étrangle.
-Alors tu devras m’étrangler, moi je me casse ! »
La salamandre commence à partir avant de se retourner vers Shimaru.
« Bon allez je le bas rapidement pour me dégourdir les jambes. »
Son visage devient sérieux et il finit rapidement le combat sans se prendre le moindre coup. A croire que l’ennemi était vraiment ridicule. Shimaru lui sourit et lui donne la permission de s’en aller, ce qu’il fit. »
Le combat d’Izyroth est déjà terminé, le Dodo géant mit à terre.

Le combat ne fut pas long mais les blessures sont nombreuses dans la troupe. Izyroth soigne les blessures mineures tandis que Kiai applique les soins de premiers secours. Hakai a de nouveau les deux pieds sur terre et peut se relever tandis qu’Itagachi doit attendre quelques heures. On décide alors de poser notre campement ici, attachant les deux dodos qui restent à un arbre, se servant de lianes comme cordes.
Pendant que Kiai soigne mon bras gauche, il décide de nous appeler la « team des bras cassés ». Chacun se décide alors de choisir un nom pour l’équipe.
« Pourquoi pas l’équipe Gensou, directement ? propose Kota.
-Trop banal, je préfère « Itagachi & Co », lance le blessé avant de rigoler.
-La bande des « pourfendeurs de dodos », je propose.
-T’en as battu aucun, Ax, me dit Izyroth avant de rigoler, accompagné d’Itagachi. Moi j’ai mieux « la bande des perdus ».
-Moi j’ai encore mieux, propose Shimaru qui semble embêté par la discussion. La team « Taggle Izy ou je t’éclate » ou encore « la bande des fuckin’ boulets ».
-J’aime bien le dernier, dis-je.
-Moi aussi, déclare Kota avec un grand sourire.
-C’est pas très classe mais j’aime bien, ajoute Kiai.
-Je pense que c’est clair alors, on a notre nom de team trouvé par notre chef ; Izyroth s’éclaircit la voix et annonce à voix haute ; nous sommes désormais la « bande des fuckin’ boulets » !!! »
Nous nous exclamons tandis que Shimaru nous regarde d’un air « vous êtes pas sérieux, là ? ».
Ce dernier décide de prendre le premier tour de garde. Je dois prendre le dernier.
Il ne se passe rien de la nuit et mon ennui, mêlé aux efforts produits durant la journée, m’endort en plein tour de garde. Je me réveille vers 7h, le camp toujours endormi, aucun danger en vue. Les premiers rayons de soleil, timides, traversent le ciel et mon appétit se lève. Je cherche le sac où nous avons rejoint toutes nos provisions. Si ma mémoire est bonne, c’est Kota qui l’avait en dernier. Je trouve le sac à l’intérieur d’une des tentes mais il est troué de partout. Des plumes trainant par ci par là. Inquiet, je me précipite en dehors, craignant le pire.
Mes craintes sont confirmées et les Dodos ont réussi à s’échapper, prenant toute la nourriture avec eux. Je réveille mes compagnons de route qui s’agitèrent dans tout les sens, sauf Izyroth qui reste cool même dans cette situation.
« Tu es vraiment un membre des fuckin’ boulets. »
Kota est effondré au sol, démoralisé.
« Pourquoi nous arrive t-il que des malheurs ? D’abord on se perd, ensuite on se fait attaquer et maintenant on a plus de nourriture. On est fichus. »
Il a réellement l’air atterré par la situation. Moi je me sens mal à l’aise. C’est à ce moment là que Shimaru sort un parchemin de ses affaires.
« Le Kage m’a confié un parchemin téléportant au cas où on aurait besoin de renfort. Il me suffit donc de lui demander de la nourriture ainsi que des soins afin de nous sortir de l’embarras. Malheureusement je n’en ai que trois et j’espérais les garder pour une meilleure occasion.
-Si on pouvait avoir un Chunnin en plus, ca serait pas mal, propose Izyroth, je sens qu’on va avoir du boulot.
-Ok, je note… Je ne peux pas préciser où l’on est mais je relate brièvement notre aventure pour expliquer qu’il devra trouver un moyen de nous le faire parvenir.
-Signe la bande des fuckin’ boulets, rigole Itagachi.
-Non, ca fait naze.
-Mais on l’est. »
Lorsque Shimaru finit d’écrire son message, celui-ci disparait en fumée et nous attendons les renforts à notre base de campement. Ce n’est qu’un jour après que les secours arrivent : un loup et deux lézards-tatoo. A en voir le visage d’Itagachi, ces bestioles lui appartiennent. A la tête de ces animaux se tient un shinobi…ou plutôt une kunoichi que je connais, celle qui me donna mon premier baiser, celle qui a accepté de m’apprendre à maitriser mon épée avec mon affinité Fuuton : Mei-Lynn Sabishii en personne.
« Désolé du retard les mecs, j’ai eu un imprévu. Mais bon vous ne pouvez pas vous plaindre car je viens avec plein de bouffe et de soins pour vous. J’ai appris que vous étiez parti de l’autre côté de Nobeoka et ce loup m’a permit de retrouver votre trace.
-Bien joué Yaroo, chuchote Itagachi à son loup en lui caressant la fourrure.
-Et ces animaux situés derrière moi vont nous permettre d’aller beaucoup plus vite pour rejoindre Nobeoka. Des questions ?
-Oui, c’est par où Nobeoka ? demande Shimaru.
-Ben, au Sud Ouest.
-Ca on le sait, mais par rapport à là où on est?
-Je te rappelle que vous étiez perdus et que seul ce loup pouvait vous rejoindre, je n’ai donc aucune idée de là où on est.
-Donc en gros on est toujours perdu.
-Il semble.
-Bienvenue dans la bande des fuckin’ boulets, Mei, dit Izyroth en lui tapant dans le dos. »
Moi, depuis l’arrivée de Mei, je n’arrête pas de repenser à notre baiser et je ne suis plus concentré sur notre mission. Je ne peux détourner mon regard d’elle.
Izyroth, d’humeur joyeuse, sourit et annonce en montant à la branche d’un arbre.
« Ecoutez moi tous les boulets ! Puisque nous avons des moyens de transports modernes et plus rapides mais que nous ne savons pas où nous sommes, nous irons un peu n'importe où et nous verrons bien si on trouve un village ou des shinobis qui pourraient nous aider à retrouver notre chemin. Vous êtes d’accord ?
-NON, lancèrent on en cœur.
-Tant pis pour vous les Fuckin’ Boulets. En avant, youhou ! »
avatar
Ax-kun
Obsédé du zizi sexuel
Obsédé du zizi sexuel

Messages : 1050
Date d'inscription : 23/09/2008
Age : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Une merde pas possible...

Message par Kiai le 31/5/2009, 20:29

L’arrivée d’une dénommée Mei-Lynn, accompagnée de lézards-tatoo et de Yaroo, eut un effet...inattendu.

J’étais surtout très content qu’elle ait apporté de quoi bouffer pendant le voyage. Si l’on aurait continué sans la sacrée nourriture kidnappée par ces malfrats de dodos, je crois bien que le cannibalisme (Kota sûrement...) aurait été au rendez-vous...du moins! Le problème de nourriture étant réglé par l’intermédiaire du parchemin de Shimaru, néanmoins, nous étions encore et hélas perdus dans le Yuukan. Et le Yuukan, j’espérais que ce n’étais pas aussi grand qu’on le disait... Du moins, le clan Yodasu nous avait fourni une paire de montures reptiliennes, ce qui était mieux que rien, même si ne n’appréciais pas les reptiles.

Loin du groupe, j’observais la scène d’un œil attentif. Tous se réjouissaient de l’arrivée de provision et surtout de l’arrivée du dernier membre de l’équipe. Néanmoins, la jolie fille ne nous avait rien apporté de bon pour nous démerder, à part la direction de Nobeoka. Malgré cela, nous ne sachions pas notre orientation géographique et nous étions encore perdus.

Du coin de l’œil, j’observai Ax-kun, un membre de l’équipe qui semblait, comme moi, d’avantage dans son coin que moi. Mais à l’instant même, quelque chose chez lui ne clochait pas. Il semblait totalement hypnotisé par Mei-Lynn, dont, admettrais-je, était d’une prestance peu commune. Ax ne bougeait pas d’un poil, sous le choc de quelque chose...ou quelqu’un. Mei-Lynn s’avança à travers les autres personnes, sans jeter un regard au genin immobile. Le cri taquinant d’Izyoth me fit tressaillir, le même cri qui visait le pauvre Ax.

-Non, mais un peu de retenu! Tu bandes sur la première fille que tu vois ou quoi! Dit Izyroth avec un ton narquois.

L’attention des gens se retourna sur le malheureux Ax. La honte... À sa place, je me serai tranché la gorge sur-le-champ. Une autre remarque fusa...

-Dis...Tes boutons sont résistants, j’espère, car là, on a un GROS problème! Lança sarcastiquement Hakai.

-Que...Quoi?? Balbutia Ax-kun. Oh merde...

Le rouge lui monta aux joues et quelques rires fusèrent de part et d’autre. Mei-Lynn, remarquant la cause du tohu-bohu, se précipita vers Ax. Entendant ce qu’elle dit, je m’attendais à une réaction...beaucoup moins amicale.

-T’es vraiment pas croyable toi...bon, allez, on se casse, il commence à faire froid ici et c’est sûrement pour ça qu’il a la gaule, dit elle à Ax, puis en se retournant vers la meute.

-T’as beau être les renforts, je reste le chef et toi la retardataire, donc tu n’as pas à donner d’ordre, dit Shimaru.

-Ah, bon ok...On reste ici alors, dit-elle

Tout le monde se tut pendant un instant.

-Bon aller on se casse! Et le dernier qui bouge, je le trucide, dit le chef.

Visiblement, Shimaru n’aimait pas se faire remonter les bretelles par plus bas que lui.

M’approchant du groupe qui allait pour s’en aller, je fis part d’un commentaire...

-Et, tout le monde! Où est-ce qu’on va comme ça? Rappelez-vous qu’on est PERDU!

-À la chiasse, c’est vrai...dit Izyroth et plusieurs autres.

Alors, réalisant, la bande s’amasse en un rond plutôt ovale, cherchant une solution au problème.

-Bon, qu’est-ce qu’on mijote pour nous démerder? Procède Mei-Lynn.

-Bien, je pourrais peut-être invoquer des zio-zio pour nous donner notre position? Suggéra Itagachi.

-Comment ils feraient pour nous situer s’ils ne savent pas où nous sommes? Dit Ax.

- Euh...Je n’en sais rien, ils ont une intuition de moineau? Raconte Itagachi. Peut-être qu’on pourrait observer la mousse d’un arbre pour savoir où est le nord? J’ai entendu dire que la mousse poussait toujours au nord!

-Est-ce que tu vois un putain d’arbre dans les parages, l’homme-chien? Dit Ax.

-... se tut Itagachi.

-Bon, bien si vous n’avez pas d’idée pour nous situer maintenant, on a qu’à attendre le coucher du soleil pour déterminer l’ouest, on aura juste a bivouaquer jusqu’au matin, proposais-je.

-Bien, j’aurais choisit autre chose pour avancer plus vite, mais on n’a pas le choix. Campons ici jusqu’au matin, dit Shimaru, puis on repartira le plus vite possible sur le dos des gros lézards téléportés.

-D’accord! Lâchèrent tous les membres en chœur, d'airs approbateurs et désapprobateurs.

La décision semblait déplaire à certains, d’autres semblaient satisfaits. Pour le moment, nous installerions un campement provisoire avant le crépuscule pour nous reposer jusqu’au matin. Au moins, la meute des Fuckin’Boulets pourrait se reposer pendant un lapse de temps.

La nuit passa rapidement sans octroyer le rétablissement tant attendu. J’avais observé la veille la position du soleil et j’étais dès maintenant sûre de notre position. Malheureusement, j’avais constaté que nous avions avancé au contraire de Nobeoka...

Petit à petit, l’équipe se réveilla aux premières lueurs du matin. Nous ne tardâmes pas à assembler le campement et mettre le tout sur les épaules des gros lézards. Du moins, ne servaient-ils pas à quelques choses ces reptiles? À mon réveil, je constatais que le ciel était empli d’énorme nuage gris, sûrement plein de gouttelettes d’eau. Malgré la tonne d’équipement emporté, nous n’avions guère prévu les parapluies...

Et en direction du Sud-Ouest, la pluie nous prit par surprise, du moins...

-Bordel! Nous voilà trempés avec nos bottes de caoutchouc qui font «squish squish!», se plaignit Hakai.

-Continuez d’avancer, on trouvera peut-être un brin de soleil pour nous sécher. Dit Shimaru pour ranimer la troupe.

La troupe, trempée jusqu’aux os, avança à travers le Yuukan, maintenant démoralisée par la pluie.

2 jours plus tard

Une malédiction semblait peser sur nos épaules : Nous n’étions certes plus perdu, mais la pluie perdurait où est-ce que nous allions. Et à cause de cela, j’eus attrapé un gros rhume comme certains aussi. À chaque pas, nous enfoncions notre pied dans la bourbe fraîche et nous étions, pour ainsi dire, crottés jusqu’aux oreilles, façon de parler. Après deux jours de marche, des ampoules sur les pieds, nous décidâmes de nous arrêter.

-Arrêtons-nous pour la nuit, proposa Shimaru, et établissons un campement provisoire.

-Ici, dans la boue? Dit Itagachi.

Shimaru acquiesça. Où est-ce que l’on pouvait camper à part que dans la boue!

M’approchant d’Ax, je lui soufflai quelques mots :

-As-tu remarqué? Murmurais-je.

-Quoi? Dit Ax, méfiant.

-Depuis plusieurs jours, la pluie rend le terrain boueux. J’ai observé des pas dans la boue beaucoup plus en avant de nous.

-Et alors? Dit-il, sceptique.

-C’étaient des empreintes de sandale, non de nos bottes. Des gens autres que nous sont passés par ici, dis-je.

-Hum...Étrange. Ça pourrait être que des simples voyageurs! Dit Ax.

-Des voyageurs dans la boue? Pas très commode pour voyager, surtout par ici, ce n’est même pas une route.

-Que veux-tu insinuer?

-Simplement qu’il y a des gens qui n’ont pas affaires dans les parages.

-C’est inquiétant, admettrais-je, dit Ax. Je vais en faire part à Shimaru. Pourquoi tu ne lui as pas dit avant moi?

-Car je voulais l’avis d’autrui avant de me lancer, dis-je.

Nous conclûmes notre conversation par un signe de tête approbateur, puis il me devança pour rejoindre le Maboroshi. J’installai mes affaires pour la nuit, alors une voile d’obscurité naturelle vint entourer l’ensemble du campement. Shimaru, prenant connaissance du «problème», assigna deux personnes à chaque tour de garde au lieu d’un. La surveillance était alors accrue, mais on nous réveilla deux fois cette nuit-là.... Plus loin, dans les arbres, des paires d’œil nous épiaient sous notre nez...

L’aurore se montrant le bout du nez, nous décollâmes. Les gens de l’équipe avaient été avertis et nous étions à l’aguet. En chemin, je me doutais que quelque chose ne tournait pas rond dans les parages.

-Ax, murmurais-je à lui.

-Qui a-t-il? Encore une de tes aliénations? Dit-il.

-Non, mais je trouve qu’il fait étrangement silencieux.

-C’est tout-à-fait normal.

-Non, c’est ça le problème. Nous sommes entourés d’arbres et il n’y a pas un bruit de moineaux. Je trouve cela inquiétant...dis-je.

-Ça n’empêche pas que je me fous complètement des piafs environnant! Dit-il.

Il ne semblait pas avoir passé une bonne nuit avec tous ces tours de garde... Il me devança, ne voulant plus prêter attention à mes remarques qu’il jugeait insignifiante, mais du coin de l’œil, j’observais Itagachi qui semblait tout aussi préoccupé par le silence. Le silence avant la tempête...

Et soudain, un kunai munit d’un parchemin explosif vint se loger entre la meute, à plein le sol.

-Bordel de merde! Vagit Ax!

L’explosion retentit, éparpillant le groupe tout entier. J’avais sauté sur Itagachi pour le protéger de l’explosion et nous étions maintenant sur le sol. La poussière masquait désormais la scène.

Lorsque la poussière retomba, nous découvrîmes enfin les responsables de la sombre mascarade. Plus loin du groupe, trois personnes, une femme et deux hommes, nous dardaient du regard avec un sourire narquois. Ils semblaient arborer...des bandeaux de déserteur.

Je les entendis nous parler à voix haute alors que je toussotais.

-Tiens, tiens, tiens... Voilà des petits moucherons de Gensouards! Ricana la femme.

Les hommes affichèrent un sourire sans dire un mot. Décidemment, elle semblait le chef du groupe et la plus vicieuse des trois.

-Il ne sera pas très difficile d’écraser ces faiblards de Gensouards, hein les gars! Dit la femme d’un air narquois.

-Qu’est-ce que vous nous voulez? dit Shimaru, même si la raison semblait évidente.

-Vous êtes si nuls que nous vous traquerions depuis des jours! Nous voulons simplement vous empêcher de mettre la main sur notre cher Makaya Korove, qui nous a gracieusement botté le derrière pour vous ÉLIMINER. Nous étions sensés recevoir des renforts, mais il semble que trois chuunins suffiront pour écraser une bande de nullissimes! Répondit-elle sarcastiquement en dégainant une serpe étrangement parsemée de cramoisi...

(HRP: Une petite musique pour mieux rentrer dans l'atmosphère... Écouter en lisant. http://www.deezer.com/track/100508 )

Shimaru se retourna vers nous et envoya une série d’ordre.

-Merde... Je dois envoyer un message au kage pour l’informer qu'on a un petit contre-temps... Itagachi!

-Oui, chef!

-Vas préparer un des lézards pour l’envoyer à Gensou!

-J’y vais à toutes jambes! Dit l’homme-chien.

-Pour l’instant, dit Shimaru, je vais crée un clone d’eau pour vous aider à combattre pendant que j’irai envoyer un message au kage. Attention, ce sont des chuunins, pas des gennins, et ils ont plus d'expériences que vous en matière de combat.

Nous acquiesçâmes, réalisant le rude combat qui nous attendait. Shimaru exécuta quelques signes, puis un clone aqueux se forma à partir d’une marre à proximité. Les utilisateurs du suiton seraient sûrement avantagés...et les utilisateurs du katon désavantagés, comme moi d’ailleurs.

Ax, moi, Hakai, Mei-Lynn, Izyroth, Kota et le pseudo-Shimaru nous empressâmes de nous préparer au dur combat qui nous attendait...

Hakai prépara ses griffes rétractables, Mei-Lynn déroula un parchemin et sembla dessiner quelque chose, Izyroth sortit un trousseau de kunai et de shuriken, Kota se prépara à lancer un jutsu, Ax dégaina son sabre de sa main gauche avec une petite lueur d’excitation dans ses yeux rouges, puis j’exécutai quelques signes pour invoquer deux Kage Bunshin. Un, c’est bien, mais deux, c’est mieux.

Mes deux clones apparurent. De la bouche de Kota jaillit une petite boule de feu qui se précipita sur les trois chuunins. Les trois chuunins échangèrent un regard narquois, puis ils évitèrent aisément la boule de feu qui alla disparaître dans une flaque d’eau boueuse.

-Kota, ton Katon n’aura pas beaucoup d’impact en raison de la pluie, dis-je.

-Effectivement, dit Kota.

Mei-Lynn termina son dessin d’encre, puis elle exécuta quelques signes, alors les corbeaux qu’elle eut dessinés prirent vie et s’envolèrent pour piquer vers un des chuunins. Ils étaient plutôt petits, mais supérieurs en nombre. Le chuunin qu’elle visa rejoignit ses mains en plusieurs signes et une vague de vent surgit des ses entrailles, fonçant sur les misérables corbeaux qui se retrouvèrent alors sur le sol mouillé. L’encre qui les composait se dilata dans l’eau boueuse et ils disparurent.

-Merde... Mes dessins sont inefficaces avec cette putain de mouillasse... proféra Mei-Lynn.

-Il est inutile d’attaquer seul les chuunins, dit Ax. Faisons trois équipes pour chaque chunnin : J’irais avec Mei-Lynn, Kiai avec Izy, Kota avec Hakai et le clone de Shimaru.

-Pourquoi je serais avec toi, le mioche? Para Mei-Lynn.

-Euh...Pour des forces équilibrées! Dit Ax avec un argument bidon.

J’acquiesçai. Le combat serait ardu et nous devrions unir nos forces plus que jamais pour vaincre ces chuunins déserteurs. Un bon exemple de travail d’équipe nous attendait...du moins!
avatar
Kiai
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 202
Date d'inscription : 13/01/2009
Age : 22
Localisation : Kebec

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Gensou]

Message par Ax-kun le 11/6/2009, 18:07

On se retrouve donc dispatché en plusieurs groupes. Je suis avec Mei-Lynn et nous affrontons un grand type assez grand. Je ne sais pas si il est musclé ou pas car son pull ample cache bien son ventre. Tout de même, il est très allongé de partout : une longue tête, de longues jambes, de grands bras et même un long sourire peint sur sa face. Il a des yeux d’un gris clair perçant qui contrastent bien avec sa chevelure noire de jais. Il s’élance vers nous tel un guépard, il est rapide le saloupiaud, presque autant qu’Usain Shinobolt, le shinobi le plus rapide que je connaisse. Il sort deux kunais qu’il lance dans notre direction. Avec la pluie, aucun de nous ne l’avait vu venir et nous nous le prenons dans le bras pour moi, dans le thorax pour Mei. Il se remet à courir, il est impossible à suivre à cause de sa vitesse et de la pluie qui ne cesse d’augmenter. Je ne peux rien faire, je suis bien trop faible pour le suivre. Mei aussi semble perdue mais elle tente de le cacher.
« Ax ! Ne lui montre pas que t… »
Elle ne peut finir sa phrase car notre adversaire l’acène de coups de pieds dans la tête. Je cours en sa direction mais le temps d’arriver il est déjà trop tard, notre adversaire était parti en courant. Il n’a rien fait d’extraordinaire depuis le début mais il est déjà coriace. J’agrippe mon sabre mais hésite à le sortir, je tremble énormément. Le rire de notre adversaire sort de partout, amplifié par la pluie qui ne cesse de redouble d’intensité. J’attrape Mei pour savoir si elle va bien, du sang coule de sa bouche mais ce n’est pas trop grave. Par contre, elle semble assez énervée, court en avant et sort un parchemin et son pinceau. La pluie trempe le parchemin qui rend le dessin baveux, Mei me crie de courir sans arrêt et j’obéis. Elle en fait de même. Son rire cesse alors et il semble nous chercher car il on commence alors à entendre ses mouvements : il me poursuit. Je tente de me cacher quelque part rapidement mais je sens sa respiration juste derrière moi
« Fuuton ! Sen’puu no Jutsu ! »
Je me sens alors pris dans un tourbillon d’air qui me plaque contre un arbre. Le vent qui me frappe se fait de plus en plus fort…le vent…oui, le vent…pas la pluie !
Je me relève mais me prend aussitôt un coup de genou dans le ventre. Je recule d’un pas et en profite pour mieux me lancer en avant afin de rejoindre Mei. Je lui demande s’il lui reste suffisamment d’encre pour une nouvelle attaque et si elle était assez douée pour être rapide et efficace en dessin.
« Tu me prend pour qui, je te fais un dessin potable en 5 secondes. Mais avec cette pluie, je ne risque pas d’aller bien loin. T’as une solution ?
-Si je te demande çà, c’est que j’en ai une. Par contre il va falloir que tu te colles à moi. Mais vraiment très très proche.
-Ok. »
Je concentre mon chakra pour lancer un vent latéral de niveau 1 pour écarter la pluie et en même temps que attaquer l’ennemi. Les conditions pour dessiner sont peut-être mauvaises vu le vent provoqué par ma technique mais Mei arrive à invoquer Karasu, le corbeau, qui suit le chemin de vent laissé par mon attaque pour atteindre directement notre adversaire. Celui-ci sort alors une chaîne pour le découper, ma tactique a raté. Mais c’est sans prévoir que ma jolie compagnonne a aussi suivi le chemin de vent après m’avoir volé rapidement mon sabre pour attaquer l’adversaire par derrière. Ce dernier fait alors tourner son arme pour attraper le sabre des mains et briser la pointe avant de l’attraper et de la tendre vers Mei. Celle-ci esquive mais se fait alors attraper par la chaîne, elle est prisonnière et l’ennemi n’a qu’à la planter pour en finir avec elle. Je me précipite vers elle et concentre mon chakra au maximum pour réussir un coup que je maitrise assez mal.
« Vent latéral de niveau 2 ! »
On aurait di qu’un rayon de vent avait traversé la pluie et frappé la main de celui qui allait tuer Mei, lui faisant lâcher la partie de mon sabre qu’il tient entre ses mains. Je cours dans sa direction et lui donne un grand coup de poing au visage, le plaque au sol et le défonce à coup de poing, mon poing gauche est alors meurtrier sous le sang qui coule à flot de sa bouche, il semble avoir perdu toutes ses dents, on aurait qu’il crierait de douleur si il le pouvait, mais je ne m’arrête pas, je veux faire du mal à celui qui a voulu toucher à celle que j’aime. Cette dernière tente de se libérer de ses chaînes mais n’y arrive pas, elles sont très bien serrées et on ne peut s’en défaire seul. J’entends qu’elle me crie quelque chose mais la rage et le bruit de la pluie m’empêche de comprendre. Je rate alors un coup qui attend le sol et mon adversaire en profite pour me mettre un puissant coup de tête et me sonner pendant quelques secondes, de précieuses secondes qui lui permettent de se relever et m’attaquer à son tour, m’écrasant la tête avec son pied avant d’attraper mes cheveux avec sa main et de me relever la tête. Il rigole encore mais c’est du sang qui sort de sa bouche et coule sur ma tête déjà blessée. Il me frappe alors la tête contre le sol plusieurs fois et se relève, hilare, son regard perçant me faisant peur, je crois même m’être uriné dessus. Il relève alors son pied pour m’écraser la tête.
« Mizu No Siphon »
C’était la voix de Shimaru. Je n’arrive pas à comprendre ce qui se passe mais mon adversaire semble avoir été emporté par quelque chose de très puissant. Je le vois s’envoler au ralenti pour s’écraser contre un arbre et tombé au sol, inconscient.
« On ne peut pas vous laisser seul contre un Chunnin, c’est incroyable çà »
Il m’aide à me relever et libère Mei-Lynn des chaînes, je vérifie que je ne me suis pas pisser dessus…non c’est bon, c’était de la pluie, rien de grave. Shimaru nous apprend qu’on s’était éloigné du reste du groupe et qu’on devait vite les retrouver. Tout le monde a fini son combat. En partant, je remarque au sol, là où j’ai frappé sans relâche mon adversaire avec mon poing gauche que quelque chose traîne. Il s’agit une carte du Yuukan, indiquant tout le chemin qu’ils ont parcouru depuis leur village (que je ne connaissais pas...il est écrit en dessous, sur la legende que ce village se nomme Arasu) à l’aide de croix. Nous pouvons alors nous repérer et rejoindre rapidement Nobeoka. En réalité nous n’étions pas trop loin du village où nous devions nous rendre. Une fois le groupe rejoint, nous recevons tous des soins d’urgence : apparemment, tout les ennemis étaient forts pour de simples Chunnins. Je présente alors la carte à mes compagnons de route et nous montons à dos de Lézards-tatoo pour ne plus perdre de temps. Mei se met derrière moi et me susurre à l’oreille un doux « merci ». Malgré cela, je ne peux oublier que j’ai failli mourir.
Nous discutons sur le chemin de comment chacun s'est débarrassé de son adversaire. Apparement, les autres ont agi en combinant leurs pouvoirs :
-Kiai aurait utilisé son affinité Katon pour créer un brouillard avec la fumée quis'en dégageait à cause de la pluie, tandis qu'Izyroth en profita pour l'attaquer avec un Haretsu Hone No Jutsu. L'autre Chunnin réussit à s'en libérer et se mit à attaquer Kiai car l'impossibilité de maitriser le Katon à pleine puissance à cause de l'eau lui donnait un désavantage certain. C'est alors qu'Izy vint l'aider en se mettant devant lui, armure d'os au corps. L'adversaire tenta quand même un coup de poing mais s main se bloqua entre 2 os. Kiai en profita pour enchainer sa technique de Taijutsu "Ippatsu aomukeni chuushin" et Izyroth put l'enfermer tranquillement dans une prison d'os.
-Dans l'autre combat, celui opposant la chef de la bande face à Kota, Hakai et Shimaru, la victoire fut plus compliquée à atteindre. Kota provoqua l'adversaire en balançant des comètes de Katon qui s'évanouissaient avant même d'atteindre la jeune femme et disant que cela serait suffisant pour son niveau et qu'elle ne méritait pas de connaître son vra potentiel. Celle ci utilisa alors un Genjutsu pour que les paroles de Kota ne veulent plus rien dire et qu'il perde toute concentration, ce qui lui permit de foncer vers lui afin de le tuer sans prendre attention à Hakai qui se lança contre elle avec deux clones pour faire avec l'un d'eux un "Double Kick" pendant que l'autre clone attrape la Chunnin, ceci permettant au clone aqueux de Shimaru d'utiliser ses aiguilles aqueuses qui transpersa la Chunnin de toutes parts avec le clone d'Hakai Tsubasa. Une jolie combinaison, somme toute. Le clone de Shimaru disparu à cause de la grande dépense de chakra. La Chunnin transpercées de partout disparut et réapparut alors en pleine forme : elle avait utilisé un autre Genjutsu pour leur faire croire sa présence, un clone aurai disparu et cacher sa ruse. Elle se précipita alors cers eux et planta un Kunai dans le ventre de Tsubasa avant de lui en planter d'autre un peu partout pour qu'il perde beaucoup de sang. Kota vint à son secours mais celle ci sauta en arrière pour se retrouver rapidement dans son dos en voulant lui trancher la gorge avec le même Kunai mais une javeline se planta dans le bras de l'adversaire qui eut à peine le temps de reculer pour voir sa gorge arrachée par un loup qui semblait sauvage : le loup d'Itagachi. Pendant ce temps là, le maître de la bête fonça vers Hakai, évanoui après avoir perdu trop de sang, pour lui attribuer ls soins d'urgence.
Le soir arrive rapidement et je profite de la nuit pour m’entraîner un maximum, voulant à tout prix maitriser mon bras gauche pour pouvoir mettre à mal un adversaire. J’utilise un arbre comme mannequin et lance plusieurs coups en sa direction. Je dois me rendre à l’évidence, malgré mon corps robuste et ma force, je ne peux vivre que de mon Taijutsu sans mon bras droit. Je dois alors améliorer mon Ninjutsu. Cette nuit, la pluie s’est arrêtée et j’en profite pour malaxer mon chakra tranquillement et le faire passer dans tout mon corps, puis dans ma main gauche afin de lancer un vent latéral de niveau 1 vers l’arbre que je frappais quelques minutes avant. Résultat : seuls les buissons bougent, et encore. Je suis en pénurie d’énergie et il est 4h du matin. Je m’écroule au sol et m’endort sur l’herbe.
C’est le loup d’Itagachi qui me réveille en me léchant. Voyant que je ne me lève pas, celui-ci se sert de moi comme urinoir et se libère de sa vessie sur mes vêtements. Je me lève alors énervé en insultant l’animal de tous les noms. Kiai sort alors du campement et explose de rire. Je boude et cherche le point d’eau le plus proche. Je me rappelle en avoir vu un pas si loin, à dix minutes à dos de lézard. Malheureusement, mon odeur les fait tous fuir et je mets une bonne demi-heure à pied pour rejoindre le petit lac qu’on avait vu la veille, savon à la main. Je lave mes vêtements et en profite pour me laver moi-même un peu. Je fis le chemin du retour en sentant la bonne odeur de propre et en caleçon. Je me suis fait traiter d’exhibitionniste par Iziroth et, quoi que je dise, il ne voulait pas me croire.
On repart alors en direction de Nobeoka. Ce n’est qu’en milieu d’après-midi qu’on les vit alors : les portes du village. Angoissé de par la réputation de ce village, je range la carte dans ma poche et fait par de mes peurs à mon compagnon de lézard, Izy, qui rigole et dit qu’on n’a pas le choix avant de lancer à voix haute.
« Et maintenant la devise des Fuckin’boulets ! Makaka à Nobeoka…
-ON VA TE FAIRE LA FIESTA !!! »
avatar
Ax-kun
Obsédé du zizi sexuel
Obsédé du zizi sexuel

Messages : 1050
Date d'inscription : 23/09/2008
Age : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mission Makayavélique [Gensou]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum