[Mahou] Shizuka Ayame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Mahou] Shizuka Ayame

Message par Shizuka le 8/1/2010, 03:23

Nom : Ayame
Prénom : Shizuka
Age : 16 Ans

Grade : Genin
Village : Mahou



Détails physiques : Shizuka est une jeune fille de taille moyenne (environ 1m64 pour 45 kilos), aux yeux marrons et aux cheveux châtains, plutôt long. Elle les attache sur le côté afin qu'ils ne gênent pas en mission et les laisse libre dans le dos. Elle a un petit tatouage d'un oiseau qui prend son envol sur l'épaule gauche. Elle n'est pas très musclé mais a l'habitude de courir et de tirer à l'arc, la passion de sa famille. Elle a des doigts très fins, et joue souvent du piano.

Caractère : Shizuka est très sensible, et déteste voir des gens ou des animaux mourir. Ce trait de caractère a failli l'a faire rayer de l'académie. Elle aime beaucoup jouer du piano et faire du tir à l'arc, ses deux passions. Elle est assez ouverte et aime bien parler aux gens, même si elle trouve que les garçons sont un peu envahissants dernièrement. Maligne, elle aime bien faire des farces et faire tourner en bourrique ses proches. Elle est complètement naïve et se fait souvent rouler, ce qu'elle remarque souvent après coup, étant très logique mais très peu instinctive. Elle a aussi un bon sens de l'orientation.
En cas de danger, Shizuka va d'abord chercher à se protéger, et donc à s'éloigner de sa cible, pour pouvoir tirer. Elle a tendance à un peu paniquer. Si elle est en position de chasseur, elle essayeras au contraire de se rapprocher de sa "proie" pour l'abattre sans souffrance.

Biographie : Shizuka est née dans une modeste famille de chasseur de Mahou. Son père troque la viande et la peau des animaux de la forêt contre d'autres objets essentiels. Sa famille subsiste donc sans vraiment manquer de grand chose, mais en étant tout de même plutôt pauvre. Comme son grand frère, Kenji, elle a vite appris à se servir d'un arc sous l'égide de son père et à traquer le gibier (dès l'âge de 12 ans). Elle a l'habitude des longues courses en forêt et sait parfaitement se servir de son petit arc, taillé par son grand frère dans un jeune orme.

Alia, une de ses amies de l'académie l'invita un jour chez elle ou il y avait un piano, et Shizuka put ainsi découvrir ce formidable instrument. Elle en réclama un à ses parents, mais qui furent bien en mal pour lui offrir. Elle en joue donc depuis deux ans régulièrement chez son amie, et à suivie quelques petits cours en même temps qu'elle.

Projet pour l’avenir : Principalement être riche pour s'acheter un piano et ne jamais manquer de ce qu'elle a envie. Secondairement, découvrir de nouveaux animaux sauvages et faire un grand bestiaire des animaux existants.

Affinités : Katon

Techniques Katon : Aucune pour le moment.

Taijutsu : Shizuka à une bonne endurance, et court rapidement et silencieusement, du fait de ses nombreuses chasses au petit jour avec son père et son frère. En revanche, elle a une frappe ridicule, et n'attaque pas au corps-à-corps, qu'elle cherche à éviter à tout prix, sauf pour achever sa proie. Elle ne connaît donc aucune technique de taijutsu. Elle est rapide et a de très bons réflexes, mais préfère s'embusquer et attendre une ouverture que se fier à cela.

Ninjutsu : Shizuka connaît les techniques de base, comme la substitution ou les clones inconsistants. Elle sait faire les Kage Bushin mais ils lui coûte trop de chakra. Sa réserve est en effet assez faible.

Genjutsu : Shizuka connaît la théorie du Genjutsu, et sait correctement dissiper un genjutsu qui a été appliqué sur quelqu'un d'autre, mais beaucoup moins bien sur elle-même. Elle ne sait pas en lancer, mais c'est une voie qui la tente afin de cacher son odeur ou d'éventuels sons lors de traques dans la forêt.

Armes : Elle n'aime pas l'équipement de base, et ne l'emporte donc pas. Elle a juste son arc avec un carquois d'une vingtaine de flèches, un Tantô au cas ou quelqu'un ne s'approche trop près et un kit de premier secours. Elle ne sait se servir que de ces deux armes, n'ayant jamais vu l'utilité d'apprendre à manier les autres.

Son Tantô lui sert surtout à achever un ennemi ou à se défendre au cas ou il parviendrait au corps à corps. Elle a appris à frapper aux zones tuant d'un seul coup: la gorge, la trachée, les yeux ou encore la nuque.

Son arc est sa véritable arme, elle l'a constamment avec elle. Elle est rapide et peux tirer jusqu'au six flèches à la minute sans perdre de précision. Au delà, elle risquerait de manquer sa cible. Elle compte pour certains d'avoir sa cible si elle est à moins de 20 mètres, et avoir de très bonnes chances si elle est à moins de 50. AU delà, cela devient plus aléatoire, à cause du vent, de la réaction de la cible, et d'autres facteurs...


Post-RP :

L’aube effleurait à peine, le soleil dessinant un pâle disque au loin, et les feuilles des arbres projetait des ombres changeantes et bruissantes au gré du vent. Shizuka courrait. Elle courrait pour suivre son frère, Kenji, dont elle apercevait tout juste le dos, devant elle, et son père, encore plus en avant. Elle respirait comme on le lui avait appris, inhalant profondément avec le nez, et exhalant par la bouche, mais malgré tout, elle manquait de souffle, et avait l’impression d’avoir les poumons en feu. Elle fatiguait, et cela se remarquait à la sueur qui commençait à couler le long de son dos et de son front. Silencieusement, afin de ne pas perdre son souffle, elle maudit sa famille pour l’entraîner là-dedans… Heureusement, il y avait un peu d’air, qui la rafraîchissait…

Ils avaient fait un détour pour aller jusqu’au point d’eau, afin d’arriver avec le vent dans le nez, indétectable par l’odeur. Restait le bruit… Justement, le mouvement ralenti, et elle se rapprocha de son frère, puis ce dernier s’arrêta, près de son père, et elle les rejoignit.

- « Nous ne sommes plus très loin. A partir de maintenant, il ne faut plus faire un bruit. » lui dit alors son père. Elle acquiesça d’un mouvement de la tête.
- « Lorsque je te ferais signe, il faudra t’accroupir, sinon, ils nous verront. » lui glissa Kenji à l’oreille. Puis ils étaient repartis.

Avec un soupir, elle suivit. Lentement, elle marchait à présent, faisant attention de poser le pied sur de la terre meuble ou des racines au sol, évitant les feuilles ou les racines déterrés, qui pourraient traduire son approche par un infime bruit. Elle devait aussi surveiller qu’elle ne touche pas les buissons ni les arbres en passant. Avec fierté, elle constate qu’elle y arrivait sans mal. L’approche continua, et Shizuka se sentait de plus en plus excité. Elle n’avait jamais vu de cerf vivant, seulement des morts ramenés par son père. Ils avaient une certaine beauté, mais rien de semblable avec ce qu’elles s’attendaient à voir. Les animaux sauvages étaient toujours beaux, et les cervidés étaient si gracieux…

Soudain, elle se retrouva face à Kenji, qui, mimant l’ordre universel pour le silence, l’index levé devant les lèvres, lui intima le silence complet. Son père était allongé derrière des buissons, légèrement couché sur le côté afin de pouvoir tendre son arc. Lorsque le vent faisait bruire les feuilles, il écartait gentiment de la main quelques branches afin de dégager un passage pour sa flèche, et avoir une meilleure vue. Kenji et Shizuka se couchèrent aussi et prirent leurs arcs, essayant de voir tant bien que mal à travers les broussailles et de les écarter comme leur père faisait.

Alors, elle les vit. Un petit groupe de cerfs buvait tranquillement au bord de la source. Trois avaient des bois, dont deux surveillaient les alentours. Il y avait aussi des biches et des jeunes, et Shizuka se sentit émerveillés par leur beauté. La source était entourée de plusieurs rochers, ainsi, la forêt se retirait à son abord, formant une clairière naturelle ou tout ennemi se verrait aussitôt. Mais avec la vitesse d’une flèche…

- « Préparez-vous. Ne visez pas les jeunes. Essayez de repérer au contraire les plus âgés. Je vais tirer un mâle, donc viser tous deux une femelle. » avertit son père.
- « On doit tirer le même animal ? C’est pas drôle… » répliqua aussitôt Kenji en boudant.
- « Oui, viser le même, deux c’est déjà bien suffisant à rapporter, et ce serait une très bonne prise. Il est inutile de tuer un animal pour le laisser pourrir… »

Shizuka se concerta avec son frère, puis ils visèrent une des biches, qui se tenait au bord de l’eau, ayant manifestement déjà bu. Ils tendirent leurs arcs et attendirent le moment propice, les animaux ne semblait pas se méfier…
Shizuka bougea alors. Un mouvement infime, afin de rectifier sa balance et pouvoir viser au mieux. Mais ce fut suffisant pour qu’une branche sous elle, craque. Aussitôt, les cerfs se tournèrent vers eux. Scrutant les buissons. Puis ils partirent, bondissant. Les flèches volèrent instantanément, mais se fracassèrent sur les rochers. A toute allure, son père se redressa, encocha une nouvelle flèche, et l’envoya sur le mâle le plus proche, le dernier à s’enfuir, qui fut pris en plein milieu d’un saut. Il s’effondra dans les buissons à l’opposé de leurs positions.

Shizuka se précipita alors, mais son frère et son père était déjà sur place. Délicatement, son père maîtrisa l’animal blesser en l’empêchant de ruer, puis dégaina son couteau, et l’enfonça soigneusement sous la gorge, abrégeant les souffrances du cerf tout en abîmant le moins possible la fourrure afin de la revendre. La flèche avait fait suffisamment de dégâts… Shizuka avait les larmes aux yeux en voyant l’animal mort, si beau un instant auparavant…

- « Je suis désolé, j’ai fait du bruit… » s’excusa-t-elle…
- « C’est l’apprentissage qui rentre… » répondit son père, occuper à ligoter à des branches le cerf afin de le transporter facilement au village.
- « Pas la peine de pleurer pour ça. » se moqua gentiment Kenji.
- « Ce n’est pas pour ça… C’est… Enfin, je suis désolée, mais… » bredouilla Shizuka.
- « Mais tu est triste de voir un animal tuée, n’est-ce pas ? » lui demanda son père d’une voix douce.

Elle répondit que oui, la voix brisée par son chagrin, et en ayant un peu honte.

- « Shizuka… Nous avons besoin de manger pour survivre, et le village entier ne peu se satisfaire d’un régime à base de plantes et de racines. D’ailleurs, les plantes sont sans doute aussi vivantes que les animaux, alors à moins que nous n’apprenions à manger des cailloux, nous devons tuer pour vivre. Il n’y a pas de mal à ça, ni de honte à avoir. Les animaux comprennent cela. Mais il est vrai que c’est triste. Ce qui compte vraiment, c’est de ne pas tuer sans raison. Si l’on doit tuer, c’est pour survivre… » l’admonesta gentiment son père.

Shizuka acquiesça d’un signe de tête, les yeux toujours embuée, puis repartit avec son père et son frère. Oui, c’était nécessaire, mais les cerfs étaient si pleins de vie, si alertes, et puis… Sur le chemin du retour, elle se jura de ne tuer que lorsque ce serait nécessaire, et si possible, sans souffrance. Il allait falloir qu’elle apprenne à manier un petit couteau…


Dernière édition par Shizuka le 8/1/2010, 17:29, édité 1 fois
avatar
Shizuka
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 20
Date d'inscription : 08/01/2010
Age : 24
Localisation : Lège

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum