[Arasu] Takeshi Masumane

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Saison 6 : Examen Chuunin (Partie 3)

Message par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 18:57

Deuxième épreuve
Je suis assis dans une salle de l'académie de Gensou, habillé d'une drôle de façon, plus que ridicule.
Une boule avec de multiples petits miroirs renvoie une lumière dans toute la salle, sous forme de petits points, mais on n'y voit quand même presque rien. Et pour agrémenter le tout, une musique parfaitement hors-contexte fait office de fond sonore.

*Putain, mais où je suis tombé ? C'est quoi ces tarés ?*
Mon regard se porte vers le mur opposé, où se tiennent les examinateurs. Dragonight, et Mia, la sadique.
*C'est une vraie barge... Mais ils ont quoi nos vêtements bordel ? Deux fois qu'on nous les retirent ! Me les suis achetés pour l'occaz, et je dois les laisser au placard !*
Je reporte mon attention sur ma feuille, plongée dans l'obscurité.
*Bon... Comment je fais moi ? Je sais même pas ce que c'est, ces foutus questions, et j'y vois quedal !*
Je regarde autour de moi, pour voir comment les autres s'y prennent. Chacun y va de sa petite méthode, soit il se fixent au plafond, soit ils se foutent sous la lumière, et bien d'autres choses.
Je vois enfin Kyuu, qui tient sa dague de foudre.

*Pas con, Léon !*
Takeshi - Akaden !
Autour de ma main gauche, des petits éclairs rouges se forment. Mais il arrive alors quelque chose que je n'avais pas prévu.
Les éclairs ainsi formés commencent à prendre un peu d'ampleur, et certains se mettent à marquer mes vêtements.

*Cool, je vais pouvoir leur niquer leur tenue ! Oh mais... Putain ma feuille !*
En effet, alors que je ne prête attention qu'à mon accoutrement, des éclairs touchent ma feuille, et y mettent feu, ou la crame d'un coup.
Je dissipe mon jutsu, et éteins ma feuille.
Une fois le coup de chaud passé, je relance mon jutsu, mais en tentant de garder un peu plus le contrôle.


1-
Génial, la première épreuve. Réfléchissez bien et
cherchez. Après tout vous n’êtes pas si mauvais. Non ? Désolé de
l’apprendre mais voilà la ce que je vous demande :
Supposons que
la première image soit bonne. Est-ce que la deuxième serait elle aussi
bonne ? Réponse : Peut-être que oui. Et la quatrième ? Non bien sur.
Très bien.
Voilà. Et maintenant la suite. Nous demandons à ce que vous trouviez Ingals Morell. Et en option son compagnon Uriel Xenon.

2-

26-17-12-4-3-4-9-4-19-4-13-5-14-17-12-4-3-4-19-14-8-11-4

3-
L'anaconda
vert se distingue du boa par son museau couvert de boucliers plutôt que
de petites écailles. Il est en général de couleur marron-olive foncé,
avec deux rangées de grandes taches noires alternant sur le dessus du
corps et de petites taches en forme d'œil de couleur blanche sur les
côtés. Le dessous est blanchâtre, tacheté de noir. Le milieu dans
lequel vit l'anaconda est à la fois arboricole et aquatique, et
celui-ci est actif principalement la nuit. Il repose immergé dans
l'eau, avec seulement une petite partie de la tête au-dessus de la
surface, guettant la moindre proie convenable. Il peut également
s'enrouler sur les branches d'un arbre au-dessus de l'eau. Sur terre,
l'anaconda peut se déplacer en conservant son corps droit, suivant un
parcours rectiligne. Grâce à de puissants muscles ventraux, l'animal
prend appui sur les écailles dirigées vers l'arrière et en contact avec
le sol, ce qui lui permet de pousser son corps en avant. Mais il ne
peut pas rester longtemps sur terre, car sa peau se recouvre de tiques.
Les yeux et les narines de l'anaconda sont positionnés sur le dessus de
la tête, lui permettant de respirer et de voir sa proie alors que son
corps volumineux demeure immergé sous la surface. L'anaconda est un
serpent constricteur et non venimeux. Cependant, il a des dents et des
mâchoires puissantes qu'il utilise pour s'agripper à sa proie qu'il
entraîne sous l'eau pour la noyer. Il se nourrit principalement de gros
rongeurs, de tapirs, capibaras, cervidés, pécaris, poissons, tortues,
oiseaux, moutons, chiens et de reptiles aquatiques comme les caïmans.
L'anaconda craint par dessus tous les objets pointus Il a été relevé
des attaques sur des jaguars et des humains, cependant cela reste rare.
Les jeunes anacondas se nourrissent de souris, rats, poulets,
grenouilles et poissons. Les anacondas ont mauvaise réputation auprès
des habitants des zones où ils vivent ; ceux-ci les considèrent comme
des mangeurs d'homme. Cependant, le plus souvent, si un anaconda sent
la présence d'un humain dans sa zone, il fuira dans la direction
opposée. Les morts d'hommes causées par les anacondas sont plutôt
rares. Les anacondas ont pour prédateurs les jaguars, les gros caïmans
et les autres anacondas. Un anaconda blessé peut aussi être la proie
des piranhas. L'anaconda se tapit habituellement dans des marécages ou
sur les berges des rivières. Il attend en embuscade qu'une proie vienne
s'abreuver. Alors, il la mord avec ses dents acérées, la saisit avec
ses mâchoires puissantes et l'entraîne sous l'eau. La victime se noie
alors ou est étouffée par les muscles de l'anaconda. Il serre à chaque
fois un peu plus fort lorsque sa victime expire, afin qu'elle ne puisse
inspirer que de plus en plus difficilement. La victime étouffe
rapidement. Alors, l'anaconda l'avale la tête la première. Il peut
avaler une proie bien plus grande que la taille de sa bouche car sa
mâchoire peut se désarticuler et est reliée de façon lâche au crâne.
Pendant que le serpent avale, ses muscles ont des contractions par
vagues qui écrasent la proie, l'entraînent encore plus en avant. Toutes
les espèces de serpent dans le monde ont des dents, mais l'anaconda
n'utilise pas ses dents pour mâcher, ses dents sont orientées vers
l'arrière de sa gueule et en se débattant, la victime ne fait
qu'aggraver sa blessure. Il se sert de ses dents comme des crampons
pour faire avancer la proie dans l'œsophage. Il digère ses proies grâce
à de puissants sucs digestifs. Il lui faut six heures d'efforts pour
arriver à avaler une proie aussi grosse qu'un capybara. L'anaconda
somnole ensuite pendant quatre ou cinq jours pour digérer voire
plusieurs semaines selon l'importance de la proie. Il est d'ailleurs
très vulnérable pendant cette période. De plus, ce serpent est capable
de jeûner pendant deux ans. Il fait partie des serpents primitifs, donc
ne possèdent pas de venin. Il utilise sa masse et sa puissance pour
maîtriser sa victime. Ainsi, être mordu par un anaconda est douloureux
mais n'est pas mortel en soi. Chez les anacondas, le mâle attire la
femelle (qui est plus grosse que le mâle) en émettant des cris sonores.
On pense également que la femelle diffuse dans l'air des substances
chimiques pour attirer des partenaires. Une sorte de ballet nuptial se
déroule sous l'eau. Les femelles peuvent avoir une douzaine de
partenaires. Pour caresser sa partenaire, le mâle dispose d'un organe
sexuel, vestige des membres postérieurs des lézards, ses ancêtres.
Comme presque tous les boas, l'anaconda est vivipare. Chaque portée
comporte de dix à quinze petits qui mesurent entre soixante et
quatre-vingt-dix centimètres. Aussitôt nés, les serpenteaux ne peuvent
compter que sur eux-mêmes. Comme pour la plupart des reptiles, peu
d'entre eux atteindront l'âge adulte car leurs prédateurs sont nombreux
: caïmans, piranhas, ocelots, jaguars, pumas...

Qu'avez-vous retenu de ce texte ?

4-
A 15h20 de l’après-midi, vous venez de terminer votre déjeuner et marchez
dans la rue. Vous vous arrêtez devant un bar où vous rencontrez Shimaru
qui parle à Kamashiro. Vous prenez à boire et sortez. Arrivez en face
de la librairie « mille-feuilles » vous trouvez NarutoRudy qui lorgne
sur mon nouveau livre de blagues. Vous passez et vous arrivez face à
l’hôpital d’où Makaya sort. Celui-ci vous salue.
Un détail dans ce paragraphe devrait vous mettre la puce à l’oreille pour remarquer que
vous êtes dans un genjutsu. Mais lequel ?

5-
Il se trouve que dans le monastère de Yuki se trouvent des portes. Ces portes s’ouvrent
vers des mondes différents du notre. Un monde peuplé de barbare et de
magiciens aux pouvoirs étranges.
Expliquez ce phénomène par un raisonnement rationnel et logique.

6-
Pouvez-vous dessiner un cercle avec un point en son centre sans lever votre crayon de la feuille ?
Si oui, comment ?
Si non, pourquoi ?

7-
Vous
êtes sur un arbre, en prenant en compte qu’il est 14h, que la chaleur
est accablante mais qu’une légère brise souffle et que l’ennemi passe
sous l’arbre qu’il n’a pas remarquer votre présence que la distance qui
vous sépare de votre adversaire est de 5mètres que ce dernier mesure
1m77 et que l’angle est de 55°. Que faites-vous ?

8-
Les faits :

1. Il y a 5 villages ninjas de noms différents.
2. Dans chaque village vit un Kage arborant une tenue de couleur différente.
3. Chacun des 5 Kage possède une affinité bien précise, une arme bien précise, et une invocation bien précise.

1. Le Kage Vert vit à Chikara.
2. Le Kage Violet Manie un katana
3. Le Kage Bleu est affinité Suiton.
4. Ame est situé à l’ouest de Mahou.
5. Le Kage de Ame est affinité Futon.
6. Le Kage qui à une Lance comme arme à des Salamandres comme invocation.
7. Le Kage de Gensou à une Hallebarde comme arme.
8. Le Kage qui vit dans le village du centre est affinité Doton.
9. Le Kage Rouge habite le quatrième village.
10. Le Kage qui à une Faucille comme arme vit à côté de celui qui à des Ours comme invocation
11. Le Kage qui à un Loup comme invocation est le voisin de celui qui à une wakisashi comme arme.
12. Le Kage qui à un Katana comme arme est affinité Katon.
13. Le Kage Jaune à un Arc comme arme.
14. Le Kage Rouge vit à côté du village de Koori.
15. Le Kage qui à une Faucille comme arme à un voisin qui est affinité Raiton.


La question : qui à l’invocation des aigles ?

Information : si vous ne savez pas, ne répondez pas au hasard. Toute
triche est interdire (dire la réponse aux copains et tout) et des
sanctions comme la disqualification définitive seront prise en cas de
triche. ^^

9-
Datenshi, Ardanel, Shimaru, Tetsuya et Maka sont Jounin.

Ardanel est le plus intelligent.
Makaya sait faire chier les autres et les déconcentrer.
Shimaru à un niveau de Genjutsu supérieur à tous ceux des autres.
Datenshi est la victime principale de Makaya.
Tetsuya est très redoutable au corps à corps, surtout au sabre.
Ardanel possède un Dojoutsu permettant de bloquer tout Genjutsu.
Shimaru ne craint pas les attaques physiques au corps à corps.
Makaya est fort au combat à longue distance.
Datenshi est le plus abusé de tous au corps à corps.
Tetsuya est imperturbable.

Faites un ordre des puissances du plus fort au plus faible avec explication.
10-
Conclure.


Bonus :
Qui est apparu avant l’œuf ou la poule et pourquoi ?
Cette question est soudainement venu à l’esprit d’un moine exorciste
mal-aimé qui malgré ses heures de méditation à échouer à trouver une
réponse qui tienne la route…

Ps : Si vous ne vous sentez pas capable de répondre à la totalité de ce questionnaire libre à vous d’abandonner.


*Bon, à première vue, c'est pas gagné... Je suis même passablement dans la merde, avec les parties cramées... Bon je m'y mets !*

Après au moins deux heures d'épreuves, je tiens ma copie à bout de bras, devant moi. Un grand sourire illumine mon visage.
L'examinatrice sadique semble le remarquer.

Mia - Alors petit, fier de toi ?
Mon sourire s'efface immédiatement.
Takeshi - Ça dépend... J'ai des raisons d'être fier, si jamais je suis sûr d'avoir rien de juste, et que je sens que je vais me vautrer, et rater cette épreuve, tout comme la troisième ? J'ai des raisons d'être fier, en sachant pertinemment que ma copie vaut pas un clou, et que nos chers examinateurs sadiques vont pouvoir se marrer, voire même la foutre dans le prochain "Les perles de l'exam" ? J'ai des rais... Enfin, voilà quoi... Tout ça pour dire, mon sourire était ironique, et je compte vous rendre cette copie, car malgré qu'elle soit foireuse, c'est le mieux que je puisse faire...
Sur ce discours enflammé, sans avoir repris mon souffle, au bord de l'agonie, je me lève, et porte ma feuille à Dragonight.
Mia - Next !
Je quitte la salle sans un mot de plus, car je sais que j'en ai déjà bien trop dit.
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 6 : Examen Chuunin (Partie 4)

Message par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 19:04

Troisième épreuve
Kyuudan, n'ayant aucune réponse de son compagnon, commence à s'inquiéter, et il bande à nouveau son arc.
Yozo - Putain, Chichi, réponds ! Il a pas pût t'avoir comme ça !
De mon coté je jette la flèche ensanglanté dans l'eau. En entendant ce petit bruit, Kyuu se raidit, et dirige son arc vers l'étendue aqueuse.
*Bon, sans la vision, il lui reste encore l'odorat, l'ouïe, et le toucher... Mais avec mes poids, difficile de me mouvoir sans bruits. Comment faire, ils ont interdits de les enlever...*
Puis une fabuleuse idée me vient. Je décide immédiatement de la mettre en pratique, et joins mes mains au-dessus de ma tête.
Takeshi - Yuugiri !
Je réapparais derrière Kyuu, et en utilisant le poids de mes bras, abats mes poings lestés vers son crane.
Dans un fabuleux réflexe, il se retourne et saute en retrait, décochant un trait dans l'élan.

Yozo - Enfoiré ! Tu m'auras pas comme ça !
Plus aucun bruit ne lui parvient, il s'inquiète à nouveau.
Yozo - Take ? T'es où ? Putain, arrêtes tu me fais peur...

Je me relève, les mains marquées par l'impact sur la pierre, car je n'ai pas réussi à arrêter mon geste.
Une longue entaille sanguinolente cours le long de ma joue gauche, et remonte jusqu'au dessus de mon oreille.
Mon bandeau frontal, coupé, glisse le long de mes cheveux, emportant quelques mèches avec lui.
Mes cheveux pendent le long de mon visage. Encore mouillé, ils collent sur mes paupières, et rendent ma vision trouble.
J'ouvre l'œil gauche, et personne ne peux le voir. Chiraku est tombé dans les bras de Morphée, et Kyuu n'y voit rien.
Je réfléchis à la meilleure solution pour l'approcher, et c'est sans conteste mon jutsu héréditaire la clef.

*Néanmoins, il m'entends lorsque j'arrive. Donc je dois détourner son attention. Aux vues de ma réserve de chakra, je pourrais en faire que trois... Et après, c'est comme Chiraku... Dans les vapes ! Mais je suis seul, donc je ne peux pas... A cause des poids, je ne peux pas soulever Kanazuchi, et Uchiageru restera scellé. Takekaze est tout ce qu'il me reste.*
Mes mains se baladent sur mon Kimono, à la recherche d'une chose que j'aurais oublié.
Et la découverte prend la forme d'un tube emplit de liquide, un liquide malodorant.

*Ma dose d'anti-venin ! Depuis cette putain de morsure, je dois toujours l'avoir sur moi, au cas où ça enfle de nouveau...*
Mais c'est peut-être ma seule chance, car cet assaut peut très bien me faire finir ce combat.
*J'espère pas avoir de crise pendant le combat... Je tente le coup !*
Plaçant ma dose d'antidote dans les mains, et le joignant perpendiculairement à mon buste, les bras tendus, je commence à tourner sur moi-même, utilisant le poids de mes bottes et de ma ceinture pour ne pas tomber. La force centrifuge exercée par les poids attachés à mes poignées me permets de tourner à toute vitesse, avec force.
Au bout de dix seconde à tourner ainsi, je lâche l'ampoule qui file vers Kyuudan. Elle retombe juste derrière lui, et éclate par-terre. Il se retourne, et moi je compose rapidement les signes.

Takeshi - Yuugiri !

Je refais surface juste dans son dos, toujours en train de tourner. La rotation fait beaucoup de bruit, et en m'entendant, il se retourne à nouveau, mais il est trop tard, moi-même je ne peux me stopper.
Mes poings et poids joints viennent le percuter au niveau du torse. Alors qu'un tel choc aurait dû lui briser une côte ou deux, il se passe une chose à laquelle je ne m'attendais pas du tout.
Son corps éclate, dans un petit nuage de fumée, mais je rencontre tout de même une résistance.

*J'ai touché quoi ?*
Emporté par mon élan, je ne vois pas ce que j'ai eu, mais je comprends bien vite qu'il s'agit d'un rondin de bois, à cause des échardes qui bien vite recouvrent mon corps.
Surpris, je relâche la contraction de mes jambes, et tombe au sol, la tête la première.

Les bras pleins d'épines boisées, le visage en sang, les cheveux et les habits trempés, l'épaule meurtrie, la tête qui tourne.
Voilà à quoi à servi mon attaque.
Cherchant à récupérer mes esprits, je secoue la tête, fouettant l'air de mes mèches longues et humides.
Une fois que le monde ne semble plus fuir ma vision, je jette un regard sur l'arène.
Non loin, Chiraku est encore évanoui, surement par manque de chakra.

*Je ne suis pas loin de son état...*
Il a les pieds dans l'eau, le reste du corps dans la boue de la berge.
De l'autre coté, il y a les arbres. Kyuudan est assis sur une branche, toujours aux aguets.
Et moi, couché au centre de l'arène, la réserve de chakra dans le rouge, marqué par le combat, je ne sais plus quoi faire.

Takeshi - Bordel de merde... Ça fait mal !
Je me relève tant bien que mal, les membres endoloris. Non sans un gémissement de douleur, je retire les bras de mes manches, pour laisser retomber le haut de mon Kimono le long de mes jambes, tenu par mon Obi.
Je constate les dégâts.

*Mes bras risquent de piquer si on me frappe, avec tout ça planté dedans... Mon épaule est pas mal entaillée, mais la flèche ne s'est pas cassé à l'intérieur, ça ira... Mon visage... La coupure à l'air net et peu profonde, je vais pas m'alarmer.*
Posant les yeux par terre, je vois mon bandeau, le tissu tranché, la plaque de métal réfléchissant la lumière. Au prix de quelques efforts, je parviens à le ramasser.
Mais je ne pourrais en aucun cas le remettre.

*Si les gens me voient, ils vont me poser des questions... Pleins de Genins savent que je suis borgne, surtout Chiraku et Kyuu... Putain comment leur dire que j'ai à nouveau deux yeux...*
Mais pour l'instant, l'heure n'est pas à cette réflexion. Je suis au milieu d'une arène, pour gagner mon grade de Chuunin.
Seul contre deux adversaires, un est dans les vapes, et l'autre est aveuglé.

*Je peux le faire.*

Je fais en sorte de marcher à bonne allure, sans pour autant faire autant de bruit qu'un dragon qui charge, même si je n'en suis pas loin.
Je me rapproche des arbres, où Kyuudan à élu résidence.
Il m'entend, et délaissant son arc, fait apparaitre deux dagues de foudre. Il saute de sa branche, et me fait face.
Encore quelques mètres, et je serais sur lui.

Takeshi - Libération Takekaze !
Mon sabre apparait dans ma main, et je commence à ralentir l'allure.
Kyuu, comprenant ma démarche, fait disparaitre une de ses lames, et transforme l'autre en un sabre fait d'éclairs bleutés.
La lumière intense produite par son arme semble lui permettre de deviner des formes.

Yozo - Alors... Comme au tournoi, hein ?
Takeshi - Exact...
Laissant du chakra s'échapper de ma main droite,des petits éclairs rouges parcourent ma lame. Malgré la taux critique de chakra qu'il me reste, je pousse l'intensité au maximum, pour que Kyuu puisse deviner mon sabre.
Nous sommes tout deux fin prêts, et le duel s'engage.

Comme au tournoi, un combat foudroyant au sabre m'oppose à Kyuu. Je porte un coup rapide d'estoc, malgré mes poids, qu'il sent venir plus qu'il ne le voit, et il saute de coté pour éviter l'assaut. A son tour, sa lame fend l'air, laissant dans son sillage une onde bleutée.
Je me penche en arrière, pour esquiver, et me retrouve avec le buste parallèle au sol.
D'un mouvement du bassin, je tente de me relever, mais entrainé par le poids de ma ceinture et de mes poignets, je tombe en arrière.
Profitant de l'occasion, Kyuu lance sa lame vers moi, et fait une longue fissure dans le sol, après que j'ai fais une roulade pour me relever.
Une fois debout, je tente à nouveau de lui porter un coup, mais il réussi à tout éviter ou parer.
Ses attaques aussi se font plus pressantes, et le duel s'intensifie.

Alors que rien ne semble pouvoir faire sortir le match de l'impasse, Kyuu évite mon sabre, et me porte un coup de coude dans la hanche. Déséquilibré, je tombe entre deux rochers.
Comprenant que je ne m'en sortirais pas, je cherche à me relever au plus vite, mais mon adversaire ne m'en laisse pas le temps. Il abat son sabre électrique sur moi, sans me laisser la moindre chance de m'en sortir.
Puisant dans le peu de chakra qu'il me reste, je joins mes mains en vitesse et fais des signes.

Takeshi - Yuugiri !
Une seconde plus tard, j'aurais fini en presse-livre. Heureusement, je m'en sors à temps. Mais le fait d'avoir lancé ma technique sans réelle concentration me fait apparaitre au-dessus de l'eau. Mon poids, ajouté à celui des entraves lestées, je tombe avec force, dans une grande gerbe d'eau.
Avec toute la volonté du monde, je ne peux lutter contre tout ce poids qui m'entraine vers le fond.
Si personne ne vient me sauver, je vais me noyer.

*Merde, j'ai pratiquement plus de chakra, et les deux glandus sont pas en état de venir me sauver...*
Alors que je commence à m'enfoncer dans la vase, à à peine un mètre sous l'eau, je commence à avoir peur, car je n'ai plus d'air, et je sens la vie me quitter lentement.
*Pourquoi personne ne vient me chercher ? Ils croient que j'ai de l'air ? Que j'ai la force de remonter ? Que j'ai assez de chakra pour m'en sortir ? J'ai tellement fais le malin devant eux, ils doivent me prendre pour plus fort que je ne le suis... Ils en attendent trop de moi... Et moi, faible, je meurs seul, comme un con !*
Je ferme les yeux, acceptant mon destin, mais une main se referme sur mon bras, et je suis tiré de l'eau.

Une fois à la surface, je recrache toute l'eau de mes poumons, ce qui doit représenter un petit litre au moins. Encore plus mouillé, amoché, crevé que tout à l'heure, je m'allonge. Non loin, quelqu'un respire à pleins poumons lui aussi, visiblement épuisé par un effort intense.
Je pivote sur moi-même, et me retrouve nez-à-nez avec Chiraku, trempé.
Il fixe mon œil gauche, stupéfait de voir un borgne, les yeux ouverts et verrons.

Chiraku - C'est quoi ça ?
Takeshi - Je t'expliquerais plus tard, c'est une longue histoire...
Chiraku - Y a intérêt que tu m'explique...
J'entends quelqu'un s'approcher, et me tourne vers lui.
Il s'agit d'un Chuunin, ou d'un Juunin.

Examinateur - Alors les jeunes... On est à bout ? On veut arrêter ? Parce que j'en connais un qui à l'air en forme !
Chiraku et moi, nous nous retournons, et voyons Kyuu en train de s'étirer, prêt à se battre à nouveau.
Chiraku - Quel con, ce Yozo... Jamais fatigué !
Takeshi - Clair...
Examinateur - Alors ?
Le ton de cet homme se fait plus pressant, comme si sa question était sérieuse.
Takeshi - Non, mais ça va pas ? J'ai pas traversé un marais à la con, en maillot, et répondu à un questionnaire débile, déguisé pour le carnaval, tout ça pour arrêter maintenant !
Je me tourne vers Chiraku, et celui-ci me regarde dans les yeux. Puis il acquiesce, et nous nous relevons.
Examinateur - Très bien... Que le combat continue !
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 7 : Les bas-fonds de Gensou (Partie 1)

Message par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 19:07

Le tournoi clandestin
*Putain, ma tête... J'aurais pas dû boire autant hier... Beurk...*
Je me redresse difficilement, mais ne parvient pas à me mettre sur mes deux jambes. Je pose mes fesses par terre, et me prends la tête entre les mains, sans pour autant ouvrir les yeux, ou faire attention à ce qui m'entoure.
Je commence tout juste à reprendre mes esprits, que je sens quelque chose heurter mes côtes.

Takeshi - Eh ! Qui c'est le bâtard qui me tape ?
J'ouvre lentement les yeux en levant la tête, et la lumière tamisée envahit mes yeux, me rendant rapidement une vision acceptable.
Takeshi - Mais t'es qui, toi ?
Devant moi, se tient un homme d'environ vingt ans, un paquet de feuilles reliées entre les mains, avec un regard assassin.
Autour de moins, le décor n'est pas moins particulier. Une grande salle, au sol grillagé, les murs couverts de reflets bleus. De l'eau s'écoule tranquillement sous la grille. Au plafond, une unique lampe à huile illumine la pièce.
Takeshi - Mais on est où là ? Et vous êtes qui d'abord ?
Jeune homme - Ta gueule, on t'attend dans l'arène...
Takeshi - Où ça ?
Soudain, il me saisit par le bras, et me traine jusqu'à une porte dérobée, au fond de la pièce. Il me relève d'un geste brusque, mais mes jambes ne souhaitent que se dérober sous mon poids.
Jeune homme - Bordel, pourquoi on m'a foutu un déchet pareil ?
Takeshi - Le déchet il t'emmerde ! Tu me laisse dormir, et après je te casse la gueule !
Jeune homme - Pfff... Mmh ! Allez, t'as intérêt à te réveiller, il a pas payé 1000 ryôs pour taper un cadavre.
Takeshi - "Il a pas..." Gné ?
La porte de fer s'ouvre à la volée, et la lumière du jour pénètre dans la salle obscur.
Voix - Bon, il est prêt ?
Jeune homme - On verra !
Je me sens décoller du sol, et la lumière aveuglante m'enserre. Puis le retour à la terre ferme se fait, mais assez durement. Je heurte le sol d'asphalte, et roule sur le dos. J'ouvre les yeux, pour me rendre compte que ce que je pensais être la lumière du soleil, n'est en fait que celle de puissants projecteurs. Leur pâle lueur m'éblouis, mais je commence à percevoir le décor alentour.
Je suis dans une sorte de gigantesque hangar, au centre d'une arène, dont les limites sont faites de barricades de fortune, avec des barres de fer, des bidons, et autres caisses de bois.
Homme chat - C'est toi le numéro quinze ?
Je me tourne vers celui qui a parlé. Il s'agit d'un homme d'environ quarante printemps, avec des oreilles de chat et une queue velue, qui se tient à dix mètres de moi, en position de combat.
Takeshi - Gné ? Numéro quinze ?
Homme chat - Eh ! C'est vraiment lui ? C'est juste un gamin bourré !
Voix - Oui, c'est lui... Si tu veux que tes 1000 ryôs servent à quelque chose, tues-le !

*Merde, ça sent l'embrouille ! Faut que je réagisse !*
Je me remets sur mes deux jambes, mais elles tremblent. Je fixe mon regard sur le quadragénaire, le fusillant du regard. Ses intentions sont malsaines, même meurtrières, ça se lit dans ses yeux.
*Ça va chier... Il va vouloir me buter, et je peux pas me battre dans cette état...*
Takeshi - Ecoute ! J'ai aucune idée de ce que je fais ici, ni comment j'y suis arrivé... Donc si tu pouvais m'expliquer avant de tuer, ce serait la moindre des choses !
Homme chat - Arbitre ! C'est qui ce gosse ? Je peux pas tuer un gamin, foi de matou, surtout s'il ne sait même pas pourquoi il est là !
Un rire sadique résonne dans le public, et une voix machiavélique répond.
Voix - Tu aurais déjà oublié ton contrat ? Un combat lancé ne peut être stoppé !
Homme chat - Mmh... Puisque c'est comme ça... Prépares-toi, gamin !
*Et galère !*
Je baisse le regard sur moi-même, et vois que je ne porte pas mes gants. Mon kimono pourpre est tout débraillé, et je ne porte aucune arme supplémentaire.
*Où sont mes gants ?*
Mais le temps n'est pas à la réflexion, et l'homme se jette à l'assaut. Il court vers moi, avec pour seule arme une paire de gantelets à griffes.
Homme chat - L'attaque vive du chat ! Miaou !
D'un bond, plutôt félin, il passe au-dessus de moi, puis se retourne à la réception, et se propulse sur moi, toutes griffes dehors.
Pour esquiver cette attaque, je fais un pas de coté, puis une roulade. Je me retrouve au bord de l'arène.
*Putain, j'ai des réflexes de merde ! Faut que je me réveilles... Mais com... Idée !*
Je concentre un peu de chakra dans ma main droite, puis transforme la nature de mon chakra en foudre. J'appose alors ma main sur mon torse, et envoie le jus.
La décharge me fait pousser un cri involontaire, et mes jambes tremblent à nouveau, puis je m'écroule à genou.
Homme chat - Eh, gamin ! T'as fait quoi là ?
Un sourire illumine mon visage. Un sourire mauvais. Je me redresse, une fois de plus, le yeux toujours clos. Je lève la tête vers lui, puis ouvre les paupières. Je le fixe dans les yeux, avec un sourire démoniaque.
Takeshi - Je suis prêt...
Homme chat - Mais t'es qui, bordel ! J'en ai les poils qui se dressent ! Miaou !
J'avance doucement vers lui.
Takeshi - Avant de te tuer, je veux savoir qui tu es...
Homme chat - Me tuer ? Tu t'y crois, petit... Tu n'es pas de taille face à la puissance de mes attaques "persiantes" !
Il prononce ces mots avec force, mais ne semble pas en croire un mot.
Takeshi - "Persiantes" ? "Perçantes" tu veux dire ?
Homme chat - Calembour ! Tu ne comprends pas mon humour de matou, tu mérites la mort, c'est décidé !
Takeshi - Niark ! C'est quoi ce barge ?

Il se met une nouvelle fois en position d'attaque, et charge.
Homme chat - La griffe ascendante ! Miaou !
Il fonce sur moi, puis se baisse, et décolle, une griffe en avant, vers ma tête. J'évite de justesse, surpris par sa vitesse. Alors qu'il est toujours en l'air, il hurle.
Homme chat - La griffe descendante ! Miaou !
Il plonge vers moi, mais j'esquive d'un saut en retrait. En touchant le sol, ses griffes d'aciers émettent un crissement insupportable. Il remarque mon grincement de dents, et sourit.
Homme chat - Le miaulement au clair de lune ! Miaou !
Il commence à tourner sur lui-même, accroupi, les griffes raclant le bitume. Un immonde son strident en sort, faisant vibrer mes dents et mes tympans. Je plaque mes mains sur mes oreilles, mais rien à faire. Je ne vois plus rien autour de moi. Je tente de reculer, et mes pieds se prennent dans quelque chose. Je tombe à la renverse, alors que le grincement s'arrête.
Je sens un rapide mouvement d'air passer juste devant mon visage, et j'envoie ma jambe au hasard. Elle rencontre un corps, dans un partie plutôt molle. Je roule sur moi-même, et me relève. Je reprends mes esprits, et devant moi, l'homme se tord de douleur, poussant des petits cris animal, se massant les parties.
Homme chat - T'es vraiment un chateux ! Je vais te foutre ton pâté, et te couper la queue ! J'en ai les moustaches qui frisent, tu m'as castré !
Il se relève tant bien que mal, alors que je concentre mon chakra dans mes jambes. J'ai tant besoin de force que de vitesse, et l'utilisation du Gyo pourrait me servir.
*Avoir passé des journées entières à potasser sur le chakra dans la bibliothèque de Gensou, ça n'aura pas servi à rien.*
Cette fois, c'est moi qui attaque le premier, profitant du fait qu'il est occupé à se masser là où j'ai frappé. Je saute, la jambe droite en avant, vers sa tête. Il se baisse, tel un chat, puis se projette vers le haut, les lames en avant.
Il passe tout près de moi, entaillant mon dos. Je me réceptionne, puis repars à l'assaut.
Les coups s'enchainent, je frappe du poing, il le bloque du gantelet, puis il riposte, et je bloque son poignet de la semelle. Il pivote, et tente un chassé, que j'évite en sautant, et j'envoie ma jambe droite rencontrer sa tête. Le coup l'atteint en plein visage. Il fait un vol plané jusqu'aux limites de l'arène, et atterri dans une caisse, qui vole en éclats.
Homme chat - Miaou !
Je cours vers lui, et me prépare à frapper, quand je remarque qu'il a une barre d'acier qui lui traverse la poitrine. Il a du sang qui coule à gros bouillons de sa bouche.
Homme chat - Merde, gamin, t'as gagné ! Bonne chance pour la suite, et que le grand félin te protège.
Je m'agenouille à ses cotés, et essaye de comprendre à quoi tout ça rime. Je lève le regard sur le public. Il exulte.
De nombreux applaudissements fusent, en l'air se décharge de toute la tension accumulée.
Puis un homme, roux, les cheveux en pétard, des tas de trucs sur le visage, se lève. Il est à un petit balcon improvisé, entouré par quatre personnes. Une jolie blonde, un Yakuza aux cheveux longs, un moustachu bizarre, et une fille aux cheveux blancs et au teint mat.
Il lève les mains, et le public se tait.
*Il doit être vachement respecté pour faire ça...*
Homme roux - Bravo, jeune homme, beau combat ! Je suis content, tu as su distraire mes associés. Tu restes donc le numéro quinze !Si tu as des questions, demandes à un de mes subordonnés, il seront ravi de te répondre.
Sur ces mots, il se retourne, et s'éloigne, disparaissant dans l'ombre. Ses quatre compagnons le suivent. Le public, composé d'une trentaine de personne, commence lui aussi à partir.
La porte par laquelle on m'a envoyé dans l'arène s'ouvre, et deux homme vêtus de noir en sortent.
Homme en noir - Gamin, ramènes-toi, faut qu'on cause...
[i]Je tourne le regard, vers cet homme que j'ai tué, un homme dont je ne sais rien. Son sang coule à flot du trou béant qu'il à dans le torse. Et cette vision me ravi.
Je me retourne, et avance d'un pas décidé vers les deux hommes en noir.
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 7 : Les bas-fonds de Gensou (Partie 2)

Message par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 19:09

Les règles du tournoi
Je passe l'encadrement de la porte de fer, et me retrouve face aux deux hommes vêtus de noir.
Ils me regardent d'un œil prudent, faisant attention au moindre de mes mouvements.

*Je dois faire peur, avec mes fringues massacrées, du sang un peu partout, et un regard de meurtrier..*
Homme en noir 1 - Beau combat, les patrons avaient l'air content...
Homme en noir 2- Ouais, tu devrais venir plus souvent...
Préférant couper court à la discussion, persuadé qu'ils allaient continuer à raconter leur vie, je prends la parole.
Takeshi- Bon, qu'est-ce que je fous là ? C'est quoi ce bordel ? J'étais pénard, en train de draguer des jeunes minettes, et je me réveille ici... Pour servir de bête de foire... Pourquoi ?!
Ils se jettent un regard surpris, puis se mettent à discuter en chuchotant.
Homme en noir 1- Attends, il sait pas pourquoi il est là ? Mais... Il a signé le contrat, non ?
Homme en noir 2- Oui, mais quand on nous l'a amené, ils ont dit qu'il était pas très frais, et qu'il allait surement pas se rappeler...
Takeshi- Me rappeler de quoi ?
Homme en noir 1- Merde, il nous entend !
Ils font volte-face, en me toisent du regard.
Homme en noir 1- Bon, pour faire simple, hier soir, tu étais beurré jusqu'à l'os, et tu as signé un contrat...
Homme en noir 2- Ce contrat !
Il sort d'un poche intérieur de sa veste une liasse de feuilles.
Homme en noir 2- Et il stipule... Que tu t'engage à participer au grand tournoi des bas-fonds de Gensou...
*Le tournoi des... Et merde... Et où étaient ces bâtards qui me servaient de potes... Kyuu, putain, t'abuses !*
Takeshi- OK, je pige, mais ça consiste en quoi ?

Après une bonne heure d'explications détaillées, de rires sadiques, et de cris de colère, je comprends réellement l'étendue de la merde dans laquelle je suis.
Takeshi- Donc au final, je suis bloqué à vie dans ce jeu à la con... Du moins jusqu'à ma mort...
Homme en noir 1- Qui risque d'arriver plus vite que prévu ! Héhé !
Takeshi- Toi, ta gueule !
Homme en noir 2- Hé, gamin ! Pour qui tu te prends ? C'est pas parce que t'as battu un vieux débile que tu peux tout te permettre...
Homme en noir 1- Si tu fais trop chier, on peut très bien te buter, et faire comme si tu été mort des suites de tes blessures...
Takeshi- Niark, vous voulez essayer ?
Je les regarde tour à tour dans les yeux, ce qui semble les dissuader.
Homme en noir 1- Mais le public t'aime bien, tu sais donner du spectacle... Donc on te garde.
Takeshi- OK, mais vous avez pas répondu... Je peux pas sortir de ce jeu autrement ?
Homme en noir 2- Non.
Homme en noir 1- Même si y'en a un qui a obtenu remise de peine...
Homme en noir 2- Un autre gamin dans ton genre. Il s'est inscrit sans savoir en quoi consistait le tournoi... Le boss lui a promit que s'il arrivait à la première place, il pourrait partir...
Homme en noir 2- Mais je ne pense pas qu'il refasse une telle concession...
*Bordel, je suis dans un truc de fou... Je vais devoir tuer tous ceux qui voudront m'affronter...*
Takeshi- Combien pour défier le 15° ?
Homme en noir 1- Ben, les p'tits nouveaux devront nous filer 1.000 ryôs pour te tabasser...
Homme en noir 2- C'est pas beaucoup, donc t'auras pleins d'adversaires... Tu devras venir souvent...
Takeshi- Sauf que j'ai pas que ça à foutre... Combien me faut pour défier le 14° ?
Homme en noir 1- C'est proportionnel... Il te faudra 2.000 pour affronter le 14, puis 3.000 pour le 13, et ainsi de suite...
*Si je monte de quelques places, je serais moins demandé... Donc plus de tranquillité...*
Takeshi- OK, je me casse... Je reviendrais bientôt avec 5.000 ryôs... Comment je saurais si quelqu'un paie les 1.000 ryôs pour me défier ?
Homme en noir 1- On t'appelera !
Takeshi- Dac... Bon, j'y vais... Mais au fait, c'est où la sortie ?
Se prennant la tête à deux mains, l'un des deux hommes me désigne ensuite le mur opposé à la porte de fer, et l'autre ouvre une porte dérobée.
Takeshi- Merci...
Je franchi cette porte, et me retourne une dernière fois vers les deux hommes en noir.
Takeshi - C'est quoi le nom du jeune qui à eu le droit de sortir du jeu ?
Homme en noir 2- Taisen... Akira Taisen...

Je sors enfin des quartiers chauds du village, après avoir été assailli par une dizaine de clodos, et avoir subi plusieurs agression de la part de ces charmants détrousseurs de seconde zone.
*Je m'en sors pas trop mal... Une bouteille de saké piquée aux clochards, 230 ryôs volés aux voleurs, et j'ai même eu un sabre... Trop la classe, les bas-fonds... Le supermarché de Gensou !*
Je décide donc de me rendre dans le quartier marchand, pour utiliser le peu d'argent que j'ai.

Une fois sur place, je choisi d'abord d'aller manger un peu.
*Ensuite je me prendrais de nouvelles fringues, et p'tet que je me ferais une nouvelle coupe... Ces cheveux longs commencent à me les briser... Et après, je chercherais des infos sur ce Taisen, et sur mes gants... Pour un peu qu'il sache quoi faire, celui qui les a se ferra vite remarquer... Des armes pareilles, ça passe pas inaperçu... J'espère...*

Takeshi - Ah... Ca fait du bien... J'aurais dû me les faire raccourcir y a longtemps...
Les cheveux courts, un long kimono sobre, fait de noir et de blanc, et un long sabre à la ceinture, je me tiens seul au milieu de la rue. Le ciel commence à s'obscurcir, et les villageois rentre peu à peu chez eux.
Mais pour moi, le travail ne fait que commencer.

*Bon, maintenant que je suis présentable, sappé, nourri... Je vais pouvoir entamer mes investigations.*
Je regarde le sabre à ma ceinture, un katana pris à un détrousseur des bas-fonds. Une arme de qualité entre de telles mains, de quoi être dégouté par la société.
*Bon, faisons l'inventaire de ce que j'ai... Un sabre, mes jutsus héréditaires, et c'est tout... En plus il ne me reste que 36 ryôs, pas de quoi faire la fête...*
Je passe une main dans mes cheveux, pas encore habitué à cette nouvelle coupe. Puis je la fais glisser sur mon visage, et devant mes yeux. Et une pensée me vient.
*L'oeil des Koojamya... L'oeil de Misaki... Si je me souviens bien, cette famille possède un Dôjutsu, mais Misaki ne l'avait pas activé... Misaki...*
En repensant à mon amour perdu, les larmes me montent aux yeux, ou plutôt à l'oeil droit.
Takeshi - Je te vengerais ! Mais d'abord, je dois trouver mon frère. Et je le ramènerais, ou je le tuerais. Pas d'alternative.
Je décide alors, pour être bien préparé, de retourner à la bibliothèque de Gensou. Pour être sûr.

Une fois sur place, je vais consulter le registre, où sont recensé tous les livres que l'on peut trouver ici.

*Bon, j'ai pleins de trucs à chercher... Un bouquin sur les Dôjutsu, un autre sur le chakra, et ptet même un qui m'aiderait à augmenter ma puissance. Je dois être prêt pour affronter Idato.*

Après quelques heures de recherche, me voici assis à une table, dans un coin du bâtiment, avec plusieurs livres devant moi, certains ouverts, d'autres cornés, avec une bonne douzaine de marque-page dans chacun.
Je me penche depuis déjà une heure sur ce livre, dans lequel est établie la liste la plus complête des Dôjutsu reconnus. Ceux de Mahou et de Chikara sont largement décris, pour que les Gensouards puissent mieux connaitre les amis qui pourraient ne plus en être un jour prochain.

*Section Chikara; Familles Nobles; K; Koojamya ! Trouvé !*
Je parcours rapidement du regard les lignes décrivant le Keikangan, l'attribut héréditaire de la famille de Misaki.
*... Keikangan... sert à surveiller un endroit où l'on est pas... signes... petit sceau circulaire... Lorsque on ouvre l'œil, il est devenu rouge, et voit à travers le sceau... Mais... C'est super !*
Déjà, des idées d'utilisation de ladite technique me venaient à l'esprit.
*Trop cool, mais... Je ne sais pas quels sont les signes... Essayons de se souvenir... Quand Misaki s'entrainait, toute seule, elle faisait quoi ?*
Je parcours ma mémoire, puis les signes me reviennent.
*Cochon, tigre, lièvre, drag... Non, rat... puis dragon, et enfin... Serpent !*
J'exécute alors ces signes, puis appose mon index et mon majeur droits sur ma pupille gauche fermée, me concentre, puis pose les doigts en question sur la table. Une forme bizarre se dessine à ce même endroit, puis disparait.
*C'est ça... Mais je vais devoir m'entrainer dur ! Passons, j'ai pas le temps, ça va bientôt fermer...*

J'entame ensuite l'étude méticuleuse de plusieurs ouvrages sur la puissance et les capacités de combat. Il m'est très vite apparu que les drogues de combat étaient très utile, autant pour se soigner que pour améliorer ses compétences, booster son adrénaline, et autres.
*J'ai tout un stock de potions et de diverses subsances, mais tout ça se trouve à Chikara... Merde... En plus, je me suis jamais vraiment intéressé... Il faut que je planche sur ces bouquins. La section "médecine" regorge d'informations utiles, et je pense que je vais y revenir bientôt, pour en apprendre un peu plus. En attendant, c'est l'heure, faut que j'aille glaner des infos...*
Sur cette pensée, je repose les livres à leur place, et sors de la bibliothèque.
La nuit s'annonce longue.

Takeshi - Bon, pour commencer, je dois retrouver Kyuu. Direction sa baraque.


Dernière édition par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 19:11, édité 1 fois
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 7 : Les bas-fonds de Gensou (Partie 3)

Message par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 19:10

Takekaze retrouvé
Le cri d'un hibou, le souffle du vent par-dessus les bâtisses, la lune flamboyante, illuminant les tuiles d'un blanc d'une pureté sans pareil.
J'aiguise mes sens, grâce à ma maitrise du Gyo.
J'entends un hibou, à plusieurs kilomètres de là. Je sens le souffle du vent sur ma peau, sans qu'aucune feuille ne bouge. Mes yeux perçoivent la moindre nuance dans les teintes du paysage urbain. Et la lumière se reflétant sur les toits vient donner à mon visage un aspect pâle et austère.
Voici maintenant deux mois, depuis mon accession au rang de Chuunin. Et je n'ai toujours pas mis un pied en dehors de Gensou.

*Enfin... Enfin, je l'ai retrouvé !*
Dans un bruissement d'étoffe, je saute en contre-bas, et retombe tel un félin sur le sol terreux de la ruelle. Je me redresse, réajustant le grand kimono noir dans sa ceinture.
*Ce devrait être par là...*
J'avance, m'enfonçant chaque seconde plus avant dans ce dédale. Sans un bruit, je longe les murs, chacun plus sale que le précédent. Sur mon passage, une fine couche de poussière s'élève, voletant quelques secondes, pour finalement recouvrir mes traces.
*Si ce que m'a dit l'autre poivrot est vrai, c'est le hangar 18...*
Autour de moi, se dresse d'immenses bâtiments très resserrés, autrefois des hangars à provisions et à armement, aujourd'hui transformés en lieux de rencontre pour trafiquants.
Puis je vois enfin une grande porte d'acier, et un énorme chiffre "18", mal peint, à sa surface.

*C'est ici...Restons prudent.*
Je commence à faire le tour du lieu désaffecté, prenant note de chaque détails.
*Le rendez-vous devrait avoir lieu par ici, vers 23h... Je vais devoir me planquer et attendre. Mais avant ça...*
Je regarde sur toute la surface du mur, se transformant plus haut en une immense baie vitrée opaque, parcourue de nombreux trous et autres fissures. Un de ces trous attire mon regard, et je compose des signes.
Takeshi - Yuugiri...
Une seconde plus tard, je me retrouve à l'intérieur, dans la pénombre. Seuls quelques rares rayons de lune passent, traçant dans l'air immobile des stries de poussière illuminée.
Il règne ici une chaleur étouffante, car bien que la saison chaude arrive à son terme dans cette région, le hangar est semblable à une serre de culture. Les rayons du soleil entrent mais ne ressortent pas. Déjà, une goutte de sueur perle sur mon front.
J'observe les alentours, améliorant mon acuité visuelle grâce au Gyo.

*J'ai bien fait de passer tout mon temps libre à la bibliothèque... Même si je n'en ai pas eu beaucoup...*
En effet, lors des deux derniers mois, mon planning s'était divisé en trois sections. Le tournoi clandestin, la bibliothèque, et surtout les recherches. Les recherches de mon sabre disparu, et d'infos sur Arasu et mon frère.
Mais ce soir, il n'est pas question d'Arasu, ni même d'Idato. Il est question de mon sabre, Takekaze.

Il y a trois jours, j'ai trouvé un mec éméché, dans un bar des bas-fonds. Il travaille pour la mafia gensouarde, et en tant que collègue, il s'est ouvert. Puis il a abordé le sujet d'un rendez-vous clandestin, dans le but de troquer un colis en partance pour Arasu. Et le précieux chargement étant fait d'armes en tout genre, dont certaines pièces de première qualité, je m'y suis intéressé.
Connaissant aussi bien que moi les règles du milieu, il a refusé de me donner de plus amples informations. N'insistant pas, je lui ai proposé d'aller poursuivre la nuit dans un bordel de la mafia. Ni une, ni deux, il m'a suivi, le sourire aux lèvres.
Et c'est là que son calvaire à commencé.

Repérant un coin élevé et bien sombre, je saute, puis utilise mon chakra pour coller mes pieds sur la surface vitrée. Une fois accroché à la poutre d'acier, je regarde vers le bas.

*Parfait, on voit tout d'ici !*
Je compose des signes, puis appose deux de mes doigts consécutivement sur ma paupière gauche et la poutre. Un petit sceau sombre se forme alors, et je me laisse retomber. Une immense vague de poussière se soulève lorsque je touche le sol.
C'est alors que j'entends des bruits. Des voix.

Brigand 1 - Putain, chef, il est où ? Ça fait 15 minutes qu'il devrait être là...
Chef - On s'en fout, on est assez de quatre. Et puis comme ça, on se partage sa part. Bon, les acheteurs vont arriver, ne perdons pas de temps. Mikona, amène le chargement !
Brigande - Bien reçu !
Surpris, je plonge derrière un tas de caisses, recouvertes d'une bâche. Et la grande porte s'ouvre.

Brigand 1 - Merde, y fait chaud ici... Personne a un truc à boire ?
Brigand 2 - Ta gueule ! On est ici pour affaires, pas pour l'apéro... Et puis si ça marche comme prévu, on aura assez de pognon pour sortir de la misère, et se payer tout l'alcool et les femmes qu'on voudra !
Brigand 1 - Mais... Et Maru ? On le laisse dans la merde ?
Chef - T'inquiètes pas pour lui, c'est un grand garçon...
Un sourire sincère, plein de bonheur, se dessine sur mon visage, à l'écoute de ces mots.
*C'était...*
Brigand 1 - Bon, ils arrivent quand ? Je veux mon fric.
Brigande - Patience les mecs ! On se tait et on attend !
Brigand 2 - Bien dit !

Durant les 25 minutes qui suivent, aucun ne prononçe un mot, et mis-à-part quelques raclements de gorge étouffés et autres éternuements dûs à la poussière, le hangar reste plongé dans le silence. Et enfin, la porte s'ouvre à nouveau.
Plusieurs personnes entrent, tous armés, et l'un porte une petite mallette de cuir.

Chef - Bienvenue, amis marchands ! Tout l'honneur est pour moi !
Mafieux - Trêve de blabla ! Où est ma marchandise ?
Chef - Ah ! Un client pressé ? Mikona !
Brigande - Tout de suite !
Un craquement sourd retenti, comme celui d'une planche de bois qu'on brise avec un pied de biche.
Brigande - Et le voilà !
Mafieux - Karanu, va voir.
Homme de main 1 - OK, patron !
Le dénommé Karanu s'avance, et vérifie le contenu de la caisse.
Homme de main 1 - C'est bon, et en plus y a vraiment des trucs bien...
Mafieux - Tu as fait du bon boulot, petit... Voilà ton paiement.
Il lui lance la mallette, que le chef des brigands attrape au vol. Mais immédiatement, tandis que ce dernier l'ouvre, Karanu et les deux autres mafieux se jettent à couvert. Soudain, la mallette s'embrase dans les mains de l'homme, qui est alors soufflé par une explosion. Les trois autres, non loin de lui, subissent aussi les effets de la déflagration, et sont projetés contre les parois du hangar.
Le bâtiment en question se met à vibrer sous la force de l'onde de choc, les parois vitrées se fissurant plus encore.
Une fois la fumée dissipée, il ne reste plus trace du chef, sauf peut-être ce qui semble être ses sandales, collées au sol par une fine couche de chair fondue.

Un rire rauque et gutturale s'élève dans la caisse de résonance que forme le hangar. Un des trois hommes, celui qui semble les diriger, se relève.
Il n'est pas vêtu différemment des deux autres, mais a une mine plus sombre, un visage avec plus de vécu.

Mafieux - Paix à leur âme. Bon, il n'y a plus de témoin direct, mais des gens ont dû entendre l'explosion... On chope les armes et on se casse.
Homme de main 1 - Regardez celle-là, chef !
Karanu, de nouveau penché sur la caisse d'armes, en saisit une et la montre à son patron. Il la sort du fourreau, et fait passer la lame sous un rayon de lune. L'immense salle semble soudain briller de mille feux.
Mafieux - Splendide, je ne regrette pas de les avoir déniché, ces cinq zigs...
Homme de main 1 - Mais patron, ils étaient que quatre !
Mafieux - Quoi, t'es sûr ? Merde ! Fouillez le bâtiment, il doit être là !
*Mmmh... Je crois qu'il est temps de sortir...*
Takeshi - Pas besoin de me chercher ! Je suis là !

Mafieux - T'es qui toi ? T'es pas de la bande ?
Takeshi - Non.
Homme de main 1 - Tu bosses pour qui ?
Takeshi - Je bosse pour moi, sous couvert d'un groupe de délinquants organisé... D'autres questions ?
Homme de main 2 - T'es qui ?
Takeshi - Désolé, mais cette info se paye... Très cher...
Un long silence pesant s'ensuit.
Mafieux - Des menaces ? A mon encontre ? Tu fais un grave erreur...
Takeshi - Hé hé... Tout ce que je veux, c'est le sabre que tient ton gorille. Rendez-le moi et vous pourrez partir tranquilles avec le reste.
Un expression amusée se dessine sur le visage des trois hommes.
Mafieux - Très drôle, gamin, mais j'ai pas le temps. Alors tu remballe ton arrogance, si tu veux pas crever. Je suis patient mais y a des limites...
Homme de main 1 - Patron, je peux utiliser cette lame pour le tuer ? S'il la veut, je vais lui rendre, mais à ma manière...
Mafieux - Mmmh... Vas-y ! Après tout, il m'a insulté.
Homme de main 1 - Chouette !
Karanu, derrière moi, s'avance, sabre au clair. Mais je ne bouge pas, toujours dos à mon adversaire.
Puis il s'élance. Il abat son arme d'un coup, fendant l'air. Mais il ne tranche que de l'air. Je suis déjà derrière lui, en position neutre.
Il jure, puis frappe à nouveau, en pivotant. Mais je bouge bien plus vite que lui, et d'une main, je lui attrape le poignet droit, son coup se stoppant net. De l'autre main, j'exerce une forte pression sur ses parties génitales. Il gémit de douleur, n'osant plus bouger. Il me crache au visage.

Takeshi - Grave erreur !
D'un geste, je m'empare du sabre tant recherché, et le fait pivoter, tirant d'un même coup de l'autre main. Une seconde plus tard, il est allongé par terre, les deux mains sur son entrejambe, plein de sang.
Je relâche ma prise sur ses testicules dégoulinant de fluide vital, et les laisse retomber au sol. En retombant, ils produisent un son des plus immondes.

Homme de main 2 - Bâtard !
Je plonge de coté, évitant le tir du mafieux, puis fait une roulade. Quand je me relève, le deuxième homme de main fonce sur moi, et envoie le tranchant de sa lame vers ma tête.
*Trop tard pour autre chose !*
Takeshi - Akaden !
Une myriade de petits éclairs pourpres surgissent de mon corps, partant en tout sens. L'homme est stoppé en pleine course, et fait un vol plané à l'opposé, heurtant un mur, tout en produisant un craquement des plus reconnaissables.
Le mafieux tente alors de s'enfuir, mais je me retrouve vite fait entre la porte et lui.

Mafieux - AAAHHH ! Laisse moi ! Je ne veux pas mourir !
Il commence à pleurer, s'agenouillant.
Mafieux - Tiens voilà mon argent, c'est tout ce que j'ai sur moi ! Laisse-moi vivre, pitié !
Takeshi - Chez les ninjas, il n'y a guère de place pour la pitié...
Mafieux - Ninjas ? Tu es un...
Il n'a pas le temps de finir sa phrase, que déjà, d'un revers de main, je lui tranche la tête.
Takeshi - J'étais un ninja... Je ne suis plus que l'ombre de moi-même... Takeshi Masumane, emporte ce nom dans la mort, et dis le à tous ceux que tu croisera dans l'abime des enfers...
Je me baisse, et ramasse la bourse de soie qu'il me tendait. Puis je compose des signes avec les mains, et mon œil gauche vire du rouge au bleu. Le sceau n'est plus actif.
Je sors enfin du hangar désaffecté, et pose un regard sur ma lame. Takekaze, enfin dans mes mains. Ça fait si longtemps.
Je relève les yeux, et vois au loin apparaitre les ombres de la police gensouarde. Il ne faut pas trainer.

*J'ai eu ce que je voulais...*
Tournant le dos à ce lieu, je m'élance en direction des toits de Gensou.
*Mon refuge... Mon domaine... Mon empire...*
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 7 : Les bas-fonds de Gensou (Partie 4)

Message par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 19:13

La chute continue
Le ciel, d'un bleu azuré, surplombe le village caché de Gensou. Au sein de ce village, peuplé de gens paisibles et sans histoires, se trouve un autre monde. Dans ce monde, vivent parmi les plus grands criminels de l'Histoire.
Les bas-quartiers de Gensou, l'une des zones les plus dangereuses au monde, pour qui ne serait pas mal intentionné. La bonne société fait tout ce qu'elle peut pour éviter d'avoir à faire avec les rebuts qui peuplent ces bas-fonds.
Malgré tout, il arrive que des gens, censés être des nobles éminents, des véritables exemples vivants, tombent dans la disgrâce et succombent au vice.
Tel est le cas de Takeshi Masumane.

Le décor est sordide, la lumière glauque. Le peu de rayons traversant la grande baie vitrée ne fait que rajouter à l'aspect miteux du hangar, sans pour autant réellement l'éclairer.
Le bruit résonne en s'amplifiant, dans cet espace clos et vaste. Les cris des gens venus assister au combat bourdonnent dans cette atmosphère morbide. Les plus grands maitres du crime sont présents, et souhaitent en avoir pour leur argent, quelque soit le vainqueur.
Le combat pour la neuvième place n'est certainement pas le plus apprécié, mais le niveau y est déjà intéressant. Au centre de l'arène, se tiennent deux personnes.
L'un, les traits tirés, mais l'œil vif, fixe son adversaire. Il brandit une longue lance en acier au bout de laquelle se trouve une énorme lame de hache. Des cheveux bruns et humides collés au visage, il respire vite. Ses mains se crispent sur le manche de sa lance, moites. Il a les jambes arquées, fléchies en position défensive.
En face de lui, un jeune homme, l'air souriant et satisfait, lui tourne le dos. Debout, une main tenant une cigarette et faisant des aller-retours vers sa bouche, et l'autre sur le manche de son sabre, il semble prendre plaisir à cette situation d'attente pesante. Il semble ressentir toute la tension affluer de son ennemi, et envahir son corps comme une jouissance sans nom.
Et ce jeune homme, c'est moi.

Derrière moi, un bruit de pas, une course. J'ouvre mon œil gauche, d'une vive couleur rouge sang. La trajectoire de mon adversaire m'apparais alors clairement. Il fonce à pleine vitesse, faisant de grandes et gauches enjambées. L'arme qu'il brandit, bien trop lourde pour lui, traine dans son sillage.
Une fois à distance, il freine sa course, et pousse sur les muscles saillants de ses bras, envoyant le poids de son corps dans son attaque.
De mon bras gauche, je jette ma cigarette en l'air, et du droit, je dégaine Takekaze. Je pivote alors, présentant mon visage à l'ennemi. Ma lame vient rencontrer la sienne, et la collision des deux armes provoque une légère onde de choc, faisant flotter quelques instants les plis de mon kimono noir.
Tirant su le manche de sa lance, il ramène la lame arquée vers lui, et s'en saisi grâce à une poignée à l'arrière de celle-ci. Faisant glisser son autre main sur le manche, il appuie sur un mécanisme caché et saute en arrière. En plein vol, il détache le manche de la lame, et envoie le javelot dans ma direction. Je fais un bond de coté pour l'éviter, et il se plante dans le sol, droit comme un piquet.
L'autre homme retombe au sol, la lame dans la main comme un prolongement du bras. Sans attendre, il repasse à l'assaut.

En pleine course, il sort une chaine de sa manche, et l'accroche à la lame. Pendant ce temps, je fais un tour sur moi-même, et donne un coup de pied dans la cigarette en train de retomber. Cette dernière va s'écraser directement dans la tête de mon adversaire, lui faisant perdre l'équilibre. Avant de tomber, il tourne sur son axe, et m'envoie la lame droit vers l'abdomen.
D'un pas de coté, je l'esquive, mas il tire sur la chaine, la dirigeant alors vers ma tête. Mais je l'ai vue. Je me baisse, et l'arme repars vers lui. Il se relève et saute, puis se réceptionne juste derrière moi. D'un geste, il arrache la lance du sol, et m'attaque à nouveau. Je pars ses coups, mais son arme a bien plus d'allonge que la mienne. De plus, il a plus de possibilités d'attaque, faisant à loisir glisser sa prise sur le manche.

*Je n'ai pas encore utilisé de chakra durant ce tournoi, et je ne sais pas comment vont réagir les gens d'ici. Mais je n'ai guère le choix, je suis en mauvaise posture...*
Takeshi - Yuugiri !

Laissant mon ennemi sabrer l'air à l'endroit où je me tenais une fraction de seconde auparavant, je me retrouve alors à plusieurs mètres du sol, et je concentre mon chakra dans mes mains, le faisant courir le long de ma lame. Takekaze se retrouve alors entouré d'une aura blanchâtre, montrant l'association avec l'affinité Fuuton.
Pendant que je retombe, j'exécute une série de grands mouvements du corps, décrivant du bras des arcs de mort.
Des lames de chakra, effilées comme des rasoirs, fusent vers mon ennemi. Il les évite tant bien que mal, subissant néanmoins quelques blessures plus ou moins grave.
Lorsque je retouche le sol, et cesse mes attaques, il se tient encore debout, face à moi, les deux mains fermement agrippées au manche de sa lance.
Je souris, et entame la course finale vers lui, lame au clair.
Alors que je ne suis plus qu'à quelques mètres de lui, il tire sur la chaine, et la l'énorme lame se dirige vers mon dos. Mais une fois de plus, grâce à mon Dôjutsu, je la vois arriver.
Sachant très bien que la même technique ne marchera pas deux fois, je ne cherche pas à l'éviter. Je pivote dans ma course, et assène un violent coup dessus. Takekaze, plus affuté que Kusanagi lui-même, traverse le métal et tranche la lame de mauvaise facture en deux.
Sans pour autant perdre mon élan, et profitant de la surprise causée à mon adversaire, je concentre de nouveau mon chakra, et mon sabre passe de l'éclat blanchâtre à la vive lueur d'un rouge éclatant. Je me retourne de nouveau, et malgré que mon adversaire tienne sa garde, mon bras décris un ample et rapide mouvement ascendant.
L'homme est à la fois découpé et foudroyé.
Les deux parties de son corps se séparent, calcinées, et retombent au sol dans un bruit immonde.

Le public exulte, et moi, je brandis mon sabre, fier de ma victoire.

*Distrayant...*

Homme - Jeune homme ! Attends-moi, j'ai à te parler !
Je tourne vers l'homme qui m'a appelé, et le regarde s'approcher. Son visage est couvert de cicatrices, il a des cheveux longs et plaqués en arrière. Il est vêtu d'un costard, mais reste décontracté. De plus, il porte un sabre à sa ceinture.
*Le profil type du Yakuza !*
Homme - Beau combat ! Tu es un...
Takeshi - Qui êtes-vous ?
Son visage se gratifie d'un simili de sourire, la pale copie de celui d'un homme heureux et maladroit.
Homme - Rho, pardon, je ne me suis même pas présenté ! Par ici, on m'appelle "Thunder" !
Takeshi - Vous me voulez quoi ?
Une fois de plus, il fait une moue des plus horribles.
Thunder - Ah, bien sur... Mon maître m'envoie te dire qu'il a apprécié ta prestation, et son épouse plus encore. Elle pourrait même souhaiter te rencontrer...
Takeshi - Et qui est ton maitre ?
Cette fois, son visage devient totalement neutre, aux limites de l'effrayant.
Thunder - Zeus, grand chef du vice et du crime à Gensou.
*Zeus ?*
Mon visage trahi ma surprise.
Thunder - Etonné ? Pourtant, en montrant que tu es un ninja, tu devais t'attendre à être le sujet de conversation numéro un ! Les seuls à maitriser le chakra dans cette compétition sont déjà bien classés.. De plus j'ai entendu dire que tu avais été pris dans ce tournoi sans être réellement d'accord... Mon maitre peut te faire sortir de tout ça.. A une condition..
Takeshi - Laquelle ?
Thunder - Parfait... Tu sembles intrigué, maintenant, je vais te présenter celui qui te donneras tes directives... Gauthier !
Un autre homme surgit dans le couloir, grossièrement vêtu d'un kimono de piètre qualité.
*Il n'est pas d'ici... Avec un nom et un look pareil, surement un étranger...*
Gauthier - Arigato ! Watashi wa Delacour Gauthier !
Takeshi - Euh...
Thunder - Ecoute, Gaut' ! Mille fois que je te dis de pas parler français ici, personne comprend ! Parle japonais merde !
Gauthier - Oui, ben sur... Pa'donnè-ma, messeur...
Les mots sortant de sa bouche sont déjà durs à comprendre, mais son accent est insupportable.
Thunder - Cet homme te donnera toutes les infos nécessaires à la mission que Zeus te confie.
Takeshi - D'accord...
Je considère du regard l'étranger. Il a lui aussi une sorte de sourire béat écœurant sur le visage, mais le sien semble sincère.
Gauthier - Pa'fé ! Suvé moi, je va pri...
Je suis alors cet homme bizarre, claudiquant, et à l'aspect misérable. Je me laisse aller à la réflexion.
*Zeus... Les rencontrer ? Lui et sa femme ? Sortir de ce tournoi ? P'tain, va falloir que je fasse quoi pour tout ça... Ça pue la mission foireuse !*
Nous débouchons dans une ruelle sombre, puis continuons vers le centre du village.
Une fois dans l'avenue principale, nous nous dirigeons vers la porte du village. Nous arrivons donc sur les lieux, et j'entends déjà le bruit de la cascade.
Gauthier - Bon, déè gens font a''ivé... Tu tois lè acceuilli' comme il se tois. Cé déè gens te Chika'a... Tu tois lè su'veillé, et t'assu'é de leu' p'otection... Ne lè lache pa t'une semelle... T'acco'd ?
Takeshi - Euh, oui mais...
Lorsque je me tourne vers lui, il a disparu. Un mot vite griffonné flotte encore dans les airs. Je men saisis, et le lis.
Tu au'as t'aut'es inst'uctions plus ta'd...
Siné Gauthier
Takeshi - C'est quoi cette merde ?
Je me tourne donc vers la cascade, et sors du village. Au loin, apparaissent plusieurs personnes. Un groupe de deux ninjas, visiblement.

Takeshi - Salut ! C'est vous que je dois accueillir ?
Ils se regardent l'un l'autre, puis l'adulte me répond.
Homme - Et bien... Je cherche un certain Masumane Takeshi...
Takeshi - C'est moi.
Homme - Parfait ! Je me présente, Tanekawa Shikamaru, Jounin de Chikara. Et voici un Genin qui me sert d'élève et d'escorte, Tameiki Keitaro.
Takeshi - Pourquoi venez-vous à Gensou ?
Shikamaru - Le conseil du village m'a mandater pour vous faire part de quelque chose d'important... Connaitriez-vous un petit bar tranquille où nous pourrions discuter ?
Takeshi - Suivez-moi...
*Merde, le conseil du village... Qu'est-ce qu'ils me veulent ?*


Dernière édition par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 19:26, édité 1 fois
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 7 : Les bas-fonds de Gensou (Partie 5)

Message par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 19:14

Le départ
Après quelques minutes de marches, animées par les questions du jeune Genin sur le village caché de la cascade, nous entrons dans les bas-quartiers. L'air y est nauséabond et oppressant, l'atmosphère se fait lourde et menaçante.
Le jeune Keitaro ne pose plus de questions, maintenant. Il a peur.
Nous croisons de nombreuses personnes, couvertes pour la plupart de cicatrices et vêtus de guenilles. Ils ont tous l'air de sortir des cachots de Gensou, et empestent la crasse et l'alcool.
Puis nous arrivons devant un bar fringuant, portant l'enseigne "La Taverne du Dodo qui Tousse", en lettres lumineuses et rouges. Je fais signe aux deux Chikarates d'entrer, tout en adressant un signe de tête au videur.
A l'intérieur, l'air est doux et respirable, chargé de senteurs exotiques. Le long du mur du fond, siège un comptoir garni de bouteilles en tout genre, et une serveuse pulpeuse en fait tournoyer plusieurs entre ses longs doigts fins.
A droite et à gauche, des rangées de fauteuils rembourrés plus que confortables, sur lesquels des hommes de tout âge rongent leur frein. En effet, au centre de la salle, se trouve une piste de danse, sur laquelle trois jeunes femmes splendides se trémoussent dans le plus simple appareil.

Shikamaru - Détourne le regard, Keitaro, cet endroit... N'est pas pour toi...
Bien à l'inverse des conseils de son sensei, le jeune Genin ouvre de grands yeux, analysant le moindre mouvement des trois fessiers.
Shikamaru - Keitaro !
Revenant à la réalité, Keitaro regarde son sensei en face.
Keitaro - Pardonnez-moi, sensei ! Mais... Vous transpirez ?
En effet, le Jounin de Chikara a des gouttes qui perlent sur son front. Il semble encore plus attiré par la vision lubrique que son élève, et a l'air de faire tous les efforts du monde pour résister à l'envie de se jeter sur la piste.
Je me retourne alors vers eux.

Takeshi - Chers amis de Chikara, bienvenue chez moi... Tout ce que vous voyez ici est à moi.
Ils sont tous les deux bouche bée.
Shikamaru - Eh bien, on peut dire que vous avez réussi dans vos affaires... Ces filles donnent le tournis, à se déhancher comme ça... Comment faites-vous pour résister à la tentation, à les côtoyer toute la journée ?
Souriant, je compose le signe du Yuugiri.
Surprenant l'assemblée, y compris mes comparses chikarates, je me retrouve sur la scène, et, saisissant l'une des danseuses par la taille, l'embrasse avec fougue. Les deux autres se mettent à danser autour de nous, d'une façon très érotique.
Relâchant la danseuse, je me retéléporte devant le Jounin.

Takeshi - Le meilleur moyen de résister à la tentation, c'est d'y succomber... Maintenant, suivez-moi.
*L'effet recherché à marché, ce Shikamaru est désormais impressionné. On va voir ce qu'il me veut maintenant !*

Après avoir passé une porte dérobée, et monté un escalier en colimaçon, nous débouchons dans mon bureau. L'un de ses murs est une grande baie vitrée, donnant sur la salle principale.
Je leur fais signe de prendre place dans un long sofa, adjacent à mon bureau, et je prends à mon tour place sur une chaise recouverte de cuir noir.

Takeshi - Alors, mon cher Shikamaru, que me vaut cette visite ? Je me doute bien que vous n'avez pas fais tout ce chemin juste pour mes beaux yeux.
Shikamaru - Effectivement... Les membres du conseil m'ont envoyé pour vous faire part de leur mécontentement.
Takeshi - Leur mécontentement, hein ? Pourquoi seraient-ils mécontents ?
Shikamaru - Ils ont eu vent de vos activités, et veulent que vous rentriez immédiatement au village, pour y être interrogé.
Je souris.
Takeshi - Et pourquoi rentrerais-je ? Je suis très bien à Gensou !
Shikamaru - Votre oncle vous somme de revenir, et si vous obtempérez, il s'assurera que vous serez bien traité. De plus, il souhaiterais que, en gage de bonne volonté, vous soyez examinateur lors du prochain examen de passage, qui aura lieu à Chikara.
Takeshi - Et si je refuses ?
L'expression du Jounin change tout à coup, et devient plus sombre.
Shikamaru - Ma mission est de vous ramener, par la force s'il le faut.
Takeshi - Je vois... Alors mon oncle tient tant que ça à ma présence ?
Le Jounin redevient souriant.
Shikamaru - Oui, et il s'attendait à cette attitude. Il a donc quelques arguments à faire valoir. Premièrement, vous serez examinateur. Deuxièmement, votre casier sera vidé. Troisièmement, vous pourrez peut-être viser une promotion prochaine. Quatrièmement, il s'engage à augmenter vos acquis, personnellement. Et enfin, il vous donneras de nouvelles informations concernant un certain Idato.
*Idato ?*
Mon visage affiche alors une expression de surprise, puis je me ressaisis.
Takeshi - Et en contrepartie ?
Shikamaru - Vous rentrez au village, vous abandonnez toute action illicite, vous prenez en charge une équipe de Genin, et vous devenez examinateur lors du prochain examen...
Takeshi - Si je refuses, vous devrez me faire du mal, et me ramener par la force, c'est ça ?
Shikamaru - Oui.
Takeshi - Donc vous me menacez ?
Shikamaru - Oui.
Nous nous levons de concert, alors que le Genin, assistant à la scène, médusé, n'ose bouger.
Shikamaru - Veuillez vous rasseoir !
Takeshi - Non !
Shikamaru - Dans ce cas...
Il bondit vers moi, et je me téléporte derrière le Genin, sortant mon sabre, et le plaçant sous sa gorge.
Takeshi - Pas de bêtise, ou ton jeune protégé passera de vie à trépas !
Shikamaru - Je vois que ces quelques mois à Gensou ont fait de vous une bien mauvaise personne. Je me refuse à vous confier un de mes élèves !
Takeshi et Keitaro - Gné ?
Shikamaru - Oui, si vous obtempérez, ce jeune garçon fera partie de votre équipe.
Takeshi - Quoi ?
Keitaro - Vous me laisseriez sous les ordres de ce fou ?
Shikamaru - Le conseil en a décidé ainsi...

Plusieurs heures plus tard, à l'extérieur du village de Gensou.
Les deux chikarates sont sortis du village, et attendent le troisième ninja, qui fera le voyage de retour avec eux.

Keitaro - C'est quoi qui l'a fait changé d'avis ?
Shikamaru - Je ne sais pas, mais un des arguments du vieux Masumane a du lui paraitre suffisamment intéressant pour qu'il choisisse de rentrer.
Keitaro - Et il arrive quand ?
Shikamaru - Bientôt... Le milieu dans lequel il était ne laisse pas partir comme ça ses membres... Il possède surement de nombreuses infos dangereuses... Il devra être discret quant à son départ.
J'apparais alors face à eux.
Shikamaru - Bon, on y va ?
Takeshi - C'est parti !
Keitaro - Au fait, mon entrainement ?
Shikamaru - On en reparle au retour !
Keitaro - Pfff, d'accord...
Soudain, Shikamaru et moi entendons un bruit, et nous nous raidissons, prêts à tout.
Keitaro - Ben quoi ? Qu'est-ce que...
Shikamaru - A terre !
Le Jounin saute, emportant son élève au sol. Quant à moi, je me téléporte loin en retrait. Des salves de shurikens passent au-dessus de leur tête.
Elles semblent venir de plusieurs points à la fois. D'un regard, le Jounin et moi-même nous assignons les cibles. Je fonce alors en courant vers un des cinq points de tir. Une fois un fourré traversé, je tombe face à face avec un Chuunin de Gensou. A son épaule, le symbole du clan Chirakakku.

*Merde, un flic !*
Je sors mon sabre, et tranche ma cible en deux. Celui éclate en fumée.
*Un clone ?*
Je me redirige alors vers le Genin, toujours cloué au sol, et crie à l'attention de Shikamaru.
Takeshi - Des clones !
Shikamaru - Je sais.
Il se redresse, derrière moi.
Shikamaru - Je les ai eu... Mais l'original semble camoufler son chakra.
Keitaro - Euh, c'est juste une idée, ou on y voit de moins en moins ?
Obnubilés par le combat, nous n'avons pas vu la brume qui commence à envahir le paysage.
Takeshi - De la brume ?
Le Jounin s'approche d'une de ces vagues brumeuses, et la touche. Il se recule aussitôt.
Shikamaru - Pas de la brume... De la vapeur... La technique héréditaire du clan Chirakakku...
Takeshi - C'est bien eux... Ils doivent en avoir après moi... Keitaro, reste couché, ça va chier...
Keitaro - Et merde...

Je fais deux clones, et le Jounin fait de même, puis nous nous élançons tous dans des directions différentes.
Lorsque je traverse ces vagues de vapeur, elles me brulent la peau. Je concentre alors mon chakra, afin de créer une fine couche par-dessus ma peau. Ça réduit la violence des brulures, mais le fait est que nous sommes toujours prisonniers de cette cage mouvante.
Je me recule d'un bond, ayant une idée pour contourner le problème.
Je concentre mon chakra dans la lame de Takekaze, et envoie plusieurs vagues de Fuuton. Celles-ci laissent de larges entaille dans la barrière aqueuse.

*Super !*
Je reconcentre un maximum de chakra dans Takekaze, puis m'élance en l'air. Une fois à une dizaine de mètres, je lance mon attaque. Pendant que je tourne en l'air, j'envoie de nombreuses vagues de Fuuton, découpant la barrière.
Takeshi - Vous le voyez ?
Clones de Takeshi - Non !
Clones de Shikamaru - Toujours pas !
Shikamaru - Non, essaye encore !
Je retombe au sol, fatigué.
Takeshi - C'est pas gratuit en chakra ce truc... Peut pas le refaire comme ça...
Keitaro - Euh, Sempai ?
Takeshi - Quoi ?
Keitaro - Je crois l'avoir vu...
Takeshi - Où ?
Il me désigne une direction, face à moi.
Je relance mon attaque vers cet endroit, et les feuillages d'un grand arbre apparaissent clairement. Sur une branche, le ninja de Gensou.

Takeshi - Yuugiri !
Je réapparais sur une autre branche de cet arbre, et il saute alors pour éviter mes attaques de sabre.
Retombant au centre du dôme de vapeur, il est alors très vulnérable.
Shikamaru, ayant suivi l'action, se jette sur lui. Le corps à corps est rapide, et le Gensouard finit inconscient.


Takeshi - Bon on se casse... On a du affronté un seul Chuunin des Chirakakku, mais si le reste du clan débarque, je ne donne pas cher de notre peau...
Shikamaru - Ouais, on y va.
Et c'est ainsi, après ce rapide combat, que nous faisons route, rapidement, vers Chikara.
Je regarde une dernière fois en arrière, vers ce village qui m'a tant donné. Ce village dans lequel mes plus grands fantasmes furent assouvis.

*Adieu, Gensou !*


Dernière édition par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 19:27, édité 1 fois
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 8 : Retour à Chikara (Partie 1)

Message par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 19:19

Retour au domaine des Masumane
Au petit matin, alors qu'une légère brise se met à souffler entre les dunes, le village caché de Chikara se dessine enfin à l'horizon.
Au coté du Jounin chikarate, et le jeune Genin sur le dos, je m'approche des portes du village. Et un sentiment d'appréhension me prend soudain.

*Ça fait si longtemps que je suis parti... Quelques mois à peine, mais j'ai l'impression qu'une vie entière s'est écoulée.*
Nous parcourons les derniers kilomètres, et déjà, l'expression d'un sentiment néfaste à mon égard se fait sentir.
*Des gens ne veulent pas de mon retour... Et je les comprends... Mais qu'il aillent se faire foutre, mon oncle m'a fait quérir, le conseil m'a fait quérir, et je compte bien remplir leurs conditions, si eux en font de même...*

Nous voici face aux grandes portes de pierre sombre, l'entrée de mon village natal.[/i]
Shikamaru - Holà ! Qu'on nous ouvre !
Un cri se fait entendre, et lesdites portes commencent à bouger. Nous nous engouffrons dans le passage, et arrivons dans la grand rue de Chikara. De nombreux marchands tiennent des étales dans la rue, d'autres, plus riche, attendent les clients, au frais, dans leur boutique. Plusieurs centaines de personnes, de tous les genres, se pressent et s'émerveillent, montrent du doigt et s'amusent.
*Tous ces gens, si innocents... Mais que serait le monde des shinobis, sans personnes pour leur rappeler que le monde n'est pas fait que de mort et de sang.*
Takeshi - On va le poser à l'hosto ?
Shikamaru - Ouais, faisons-ça... Je sais plus où il habite de toute façon.

Sur le chemin de l'hôpital, je croise plusieurs vielles connaissances, des gens de l'académie, ou encore des personnes ayant assisté au tournoi Genin, et qui m'ont reconnu.
*Rien n'a changé, Chikara est toujours identique à l'image que j'en ai gardé... Mais la guerre fait rage au dehors, et il faudra bien que tout cela change...*
Une fois devant le bâtiment en question, je confie le garçon aux soins du personnel, et repars, accompagnant Shikamaru sur un moment.
Shikamaru - Tu sais, ce gosse n'est pas mauvais... Il a mal prit le fait que je te transfert le rôle de sensei, mais il s'y fera...
Takeshi - Ce n'est pas lui qui me tracasse... Je sais comment agir avec les gamins...
Shikamaru - Il n'a que deux ans de moins que toi...
Takeshi - Bref, on s'est compris... Il y a plus important.
Shikamaru - Certes, tu devrais passer par chez toi, je pense que ton oncle y sera. Il est bien plus à même que moi de t'expliquer la situation...
Takeshi - Reçu... Allez, à la revoyure !
Shikamaru - Bye !
Nous nous séparons, et je prends direction sud-est, vers les quartiers résidentiels, et la demeure du clan Masumane.

Domestique - Regardez, c'est Takeshi-dono ! Bon retour à vous, Masumane- sama !
Domestique - Bienvenue chez vous, Masumane-dono !
Domestique - Monseigneur, vous nous avez manqué !
Takeshi - Merci pour votre accueil... Savez-vous où je pourrais trouver mon oncle, par hasard ?
Domestique - Le seigneur Idehiro est avec votre père, dans le pavillon du thé.
Takeshi - Merci.
*Le pavillon du thé... Comme le destin peut se montrer ironique parfois...*

Takeshi - Faites prévenir mon père de ma présence, je souhaiterais m'entretenir avec lui et mon oncle.
Domestique - Bien, monseigneur !
Je regarde autour de moi, la maison de mon enfance est toujours la même. Il y fait bon vivre, l'air y est doux et calme, apaisant.
Le jardin, empli des fleurs de saison, s'étend devant moi, se parant de tous ses atours pour combler mes sens. J'ôte mes sandales, et foule de mes pieds nus l'herbe tendre et humide.Je fais glisser mes mains sur les branches, les feuilles et les pétales. Chaque sensation est une délectation pour mes sens en éveil.
Mais soudain, m'arrachant avec force à la beauté de ce jardin, une puissante aura, chargée de force et de colère, se dresse derrière moi.
Je me retourne, pour faire face à mon père. A ses cotés, mon oncle.
Mon père s'avance, d'un pas décidé, et il lève la main sur moi. Je lève le bras gauche pour parer, mais sans avoir le temps de réagir, je sens une forte pression autour de mon poignet, et une énorme douleur dans l'abdomen.
En une fraction de seconde, mon père s'est saisi de mon bras, et m'a décoché un violent coup sous les côtes.
Je m'effondre au sol, à genoux, une main sur l'herbe, l'autre sur le ventre. Des puissants haut-le-cœur envahissent mon corps, mais je les réprime tant bien que mal.

Ideshi - Tu ose revenir en cette demeure après avoir déshonoré le nom des Masumane ? Comment ?
Takeshi - Père... On m'a dit que mon oncle avait des informations sur Idato, j'ai voulu en savoir plus... J'espérais que le marché que je conclus avec lui me préserverai de vos foudres... Je me suis visiblement trompé...
Ideshi - C'est vrai, tu t'es fourvoyé... Soit, tu cherche clémence et repentir... Je suis assez magnanime pour te les accorder, à une condition.
Takeshi - Laquelle ?
Ideshi - Ramène moi Idato, mort ou vif !

Ideshi - Sers-toi donc, mon fils, et profite de l'air frais du matin. Car pour cet après-midi, je pressens une forte chaleur.
Takeshi - Oui, père...
Je saisi la théière, et verse un peu du breuvage chaud dans ma tasse. Une légère fumée s'en échappe. Je bois doucement, souffrant encore du coup asséné par mon père.
Idehiro - Je ne pensais pas que tu rentrerais si tôt, mais je savais que tu reviendrais...
Takeshi - Je m'étais engagé dans une voie sans issue, et vous avez su me convaincre de rebrousser chemin. Je vous en suis gré.
Ideshi - Et je suppose que tu t'es amélioré ? Tu ne nous es tout de même pas revenu aussi faible qu'à ton départ ?
L'insulte me fais tressaillir, et mon père joue là-dessus, il cherche à tester mes nerfs.
Takeshi - Bien sûr...
Ideshi - Il ne m'a guère semblé tout à l'heure. Nous allons te faire passer une série de tests, avant que tu ne remplisse la mission que nous te confions.
Takeshi - Bien... Et en quoi consiste cette mission ?
Idehiro - Comme l'homme que nous avons envoyé te quérir à du te dire, bientôt aura lieu un nouvel examen de sélection pour le passage au rang de Chuunin. Symboliquement, faisant partie de la dernière promotion, il serait bon que tu fasse partie des examinateurs.
Takeshi - Connait-on déjà les deux autres ?
Idehiro - Il semblerait qu'il s'agisse de deux Chuunins de Mahou. Mais je n'en sais pas plus...
Ideshi - Tu devras te rendre en l'ai compagnie à Koori, pour porter un message.
Takeshi - Je ne suis pas un coursier ! Pourquoi moi ?
Idehiro - C'est un signe de bonne volonté que nous faisons envers Koori... Le village des glaces pourrait être un précieux allié dans le futur, et nous voulons qu'il participent à l'examen, en gage de bonne volonté.
Takeshi - Bon, je comprends... Je dois partir quand ?
Ideshi - Dans trois jours, mais d'abord, tu dois convaincre le conseil de ta bonne volonté.
Takeshi - Compris...
Ideshi - Bon, passons aux choses sérieuses... Je veux connaitre ta puissance...
Il fait coulisser la porte, et appelle un domestique.
Ideshi - Va chercher le docteur Kamayashi, j'ai besoin de lui... Dis-lui de prendre son nouvel appareil...
*Un appareil ?*

Nous sommes entrés tous trois dans une immense salle, un Dojo surement, et nous nous sommes mis en position de méditation, afin de malaxer notre chakra.
*Visiblement, je vais devoir me battre...*
[i]Quelques minutes plus tard, entre un personnage pour le moins singulier, suivi par un jeune homme discret.
Le vieil homme est vêtu d'une blouse blanche, avec des petites lunettes rondes, et des cheveux fuyants. L'air distrait, il s'avance, portant une valise de bonne taille.

Ideshi - Vous voici enfin ! Testez mon fils je vous prie.
Kamayashi - Votre fils ? Certes, certes...
Il ouvre sa valise et en sort tout un attirail de câbles, de machins électroniques, et autres. En gros, un sacré foutoir.
Quelques instants après, il me fait signe de prendre place à coté de lui, et de placer des capteurs sur mon corps. Je m'exécute, et une fois le douzième en place, il ouvre enfin la bouche.

Kamayashi - Maintenant, concentrez bien votre chakra, malaxez-le bien, faites le circuler dans tout votre corps, et une fois que vous vous sentez au plus haut de votre puissance, relâchez tout d'un coup !
Takeshi - Gné ?
Kamayashi - Essayez !
Ne comprenant rien aux instructions du vieux fou, mais conscient que ni mon père ni mon oncle n'avaient bronché, je fais ce qu'il me demande.

La concentration intense à laquelle je me soumets mon corps est difficile à maintenir, mais je tiens bon, hors de question de paraitre faible devant mon père.
Au bout d'un moment, je ne ressens plus rien.

*C'est donc à ça que sert la méditation ? Mon corps a atteint une nouvelle dimension...*
Distrait par cette nouvelle conscience de moi-même, je relâche ma concentration. Mon chakra retourne immédiatement dans ses cavités, et je retrouve les sensations de mon corps. La douleur, la pesanteur, la gêne.
Kamayashi - Intéressant...
Ideshi - Alors, docteur Kamayashi ?
Autour de moi, c'est l'agitation. Mes deux parents vont se tenir derrière la machine, et semble observer attentivement quelque chose.
Ideshi - 4800 doukiri ? Mais c'est le niveau d'un Jounin confirmé !
Kamayashi - Il faut croire que votre fils est hors-normes... Pour ce qui est de mon paiement...
Ideshi - Certes, une si bonne nouvelle se paye comptant !
Le jeune homme, jusque là immobile et muet, s'avance.
Elève en médecine - Permettez-moi d'émettre une certaine appréhension... Je ne pense pas que votre machine soit efficace, maitre...
Kamayashi - Comment oses-tu ?
Elève en médecine - Et bien, je suis en stage depuis peu avec vous, et je dois avouer que vos méthodes me semble douteuses... Je possède sur moi un parchemin d'estimation des doukiris, certifiés efficace à 100% par les services de santé chikarates.
Kamayashi - Si vous êtes si malin, faites ! Impudent !
Elève en médecine - Permettez, sieur Masumane...
Takeshi - Je vous en prie ! Mais au fait, à quoi ça sert, les doukiris ?
Elève en médecine - C'est une unité de mesure de la puissance intérieure d'un ninja. Ainsi, nous pouvons connaitre votre niveau instantanément...
Takeshi - Et ça marche ?
Il jette un regard sur le vieux fou, et sourit.
Elève en médecine - En général, oui...
Une fois le parchemin enroulé autour de mon bras, il se met à changer de couleur en son centre, et je sens une forte chaleur à cet endroit. Puis le parchemin affiche un nombre.
Elève en médecine - 3300 ? C'est très bien, rares sont ceux de votre age et de votre grade à posséder un tel niveau...
Ideshi - C'est bien mon fils...

Le lendemain, je me rends au QG, afin de recevoir mon ordre de mission, de me confronter au conseil du village, et de rencontrer mes deux futurs acolytes, ces deux fameux mahousards.
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 8 : Retour à Chikara (Partie 2)

Message par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 19:21

Trois examinateurs
Ma famille a décidé de me faire suivre un entrainement rigoureux, avant que je ne parte pour Koori. Mais plus chiant encore, je vais devoir répondre de mes actes à Gensou devant le conseil du village.
Marchant dans les rues du village, les bras ballants, clope au bec, je me dirige vers le QG de Chikara.
Une fois devant, j'ouvre la porte, et pénètre dans cet immense bâtiment. A l'accueil, toujours la même demoiselle que la dernière fois.

Réceptionniste - Bonjour, Takeshi-sama, le conseil vous attend, salle 14 !
Takeshi - Merci...
Je monte les marches, sans me presser, car je ne suis guère motivé à l'idée de m'expliquer avec tous ces vieux chnocs, mon oncle y compris.
Mais lorsque je passe la porte de la salle 14, je suis étonné. Au lieu de me retrouver face à un conciliabule de vieillards croulants, j'ai sous les yeux une douzaine de personne, de tous les ages. Certains semble avoir à peine vingt ans, et d'autres quatre fois plus.

* Merde alors... Le chef de l'académie, le chef de la police, le représentant des marchands... Ch'uis dans la merde...*
Voix d'homme - Bienvenue, jeune homme. Prends place, je te prie.
Celui qui a parlé vient de sortir de derrière un mur, et s'assoit dans un grand fauteuil, au milieu des autres. C'est le Kage de Chikara, Kenji Kuroda.
*Le Kage en personne ? Vache...*

Takeshi - Mais non, je vous assures, jamais je n'ai voulu être mêlé à tout ça, mais...
Zenko Nomiko - Mais quoi ?
Takeshi - Mais... Les choses se sont faites ainsi... Je reste un Shinobi de Chikara avant tout et...
Zeshin Eino - Et ?
Takeshi - Je ferais tout mon possible pour vous le prouver !
Kenji Kuroda - Bien, c'est ce que je voulais entendre.
Après une bonne heure de discussion, le Kage ouvre la bouche pour la première fois.
Kenji Kuroda - Tu jures allégeance à la bannière de Chikara, et tu obéiras à mes ordres jusque dans la mort, même à l'encontre de tes principes ?
Takeshi - Jamais je ne faillirais à mes principes, mais je jure de porter sur mes épaules tout le village s'il le faut, puisse cela m'absoudre des méfaits que j'ai commis.
Kenji Kuroda - Parfait... As-tu coupé tes liens avec la mafia de Gensou ?
Takeshi - Non, je suis parti sans rien dire...
Kanemori Oseka - C'est une infamie, il travaille peut-être pour eux maintenant, et il est devant nous, il pourrait nous tuer, ou nous espionner ! Nous devrions le répudier !
Takeshi - Jamais je ne...
Kenji Kuroda - Silence !
Sa voix est grave, et violente, la colère et le mépris se lisent dans ses yeux.
Kenji Kuroda - Le jeune Takeshi ne tenterais jamais de s'en prendre à nous, n'est-ce pas ?
Son regard, foudroyant, me fait trembler, l'aura de puissance qu'il dégage fait vibrer les murs, et je me jette à genoux devant les hommes du conseil.
Takeshi - Je suis un Shinobi de Chikara !

Reprenant haleine, enfin sorti de cette salle, et descendant les marches, je tombe nez-à-nez avec deux jeunes ninjas, arborant le bandeau de Mahou. Et soudain, le paroles de mon oncle me reviennent.
Takeshi - Excusez-moi, vous ne seriez pas les deux Chuunins de Mahou censés devenir examinateur lors du prochain examen ?
Ils me regardent longuement, et le jeune homme, qui semble plus jeune que moi, prend la parole.
Iarwain - Serais-tu Masumane Takeshi ?
*C'est eux !*
Takeshi - Lui-même !
Iarwain - Enchanté ! Je me présente, Fujibayashi Iarwain, et voici...
Tyrande - Ysera Tyrande...
Takeshi - Alors nous sommes donc ceux qui décideront de l'avenir de nombreux jeunes ninjas, avec dans nos mains le pouvoir de briser des espoirs, voire même des vies ?
Ils se regardent de nouveau, dubitatifs.
Iarwain - Ouais, on peut le voir comme ça...
La jeune demoiselle se penche vers son comparse, et lui murmure quelque chose à l'oreille.
Tyrande - C'est qui ce mec ?
Iarwain - Aucune idée, mais il est bizarre... M'enfin, essaye de l'apprécier, on va devoir le supporter un moment...
Tyrande - Mouaif...
Takeshi - Bon, on a rendez-vous quelque part ?
Tyrande - Ouais, salle 14, le conseil va nous expliquer en quoi consiste notre mission.
* Salle 14 ? Le conseil ? Encore ? Noooooooooo...*
Takeshi - oooooooooooon !
Iarwain - Ça va ?
Takeshi - Non, sig, bon, on y va ?
Tandis que je me retourne pour aller de nouveau dans la salle 14, les deux mahousards se jettent des regards interrogés, surpris de croiser un mec aussi bizarre.
Iarwain - Bof, il est pas pire que le touffu...
Tyrande - Clair...
Takeshi - Gné ?
Iarwain - Non non, rien !

Hideo Kawada - Encore lui ?
Masato Nagao - A quoi rime tout ceci, Kuroda-dono ?
Kenji Kuroda - Masumane-sama et moi-même avons décidés d'offrir à ce jeune homme de se racheter. Et quelle meilleure manière ?
Ishii Nekoka - Révoltant...
Je m'effondre sur une chaise, la même que précédemment, imité par les deux Chuunins, et nous attendons les instructions du conseil.
Razan Eino - Bien, vous trois, avez été désignés pour remplir une mission de la plus haute importance. Prochainement, l'examen de sélection des Chuunins aura lieu, et nous voudrions inviter un quatrième village, afin de souder nos liens politiques et commerciaux...
Juzo Ogawa - Et militaires !
Razan Eino - Oui... Donc vous trois, vous allez partir pour le Nord, et la région de Heiki. Là-bas, se trouve le village de Koori. Vous leur transmettrez notre invitation. Ensuite, vous reviendrez, et préparerez l'examen. Croyez-moi, c'est du boulot !
Un long silence plane, jusqu'à ce que Tyrande prenne la parole.
Tyrande - Vous nous envoyez je sais pas où dans le nord pour porter un message ? Pourquoi pas un coursier, ou un oiseau messager ?
Razan Eino - Nous ne sommes pas en très bon termes avec les villages extérieurs au Yuukan. Et nous avons pensé que leur envoyer les trois examinateurs pour les inviter serait une bonne solution.
Kenji Kuroda - Vous serez bien évidemment escortés, mais vous devez y aller tous les trois...

Une fois à l'extérieur du bâtiment, nous entamons une discussion concernant la suite des évènements.
Iarwain - Bon, on part dans trois jours, on fait quoi en attendant ?
Tyrande - Aucune idée...
Takeshi - Moi, j'ai juré à mon père de m'entrainer durant ce laps de temps... Donc j'y vais. On se retrouve ici-même, dans trois jours, à l'aube ?
Tyrande - Ça marche.
Iarwain - Allez, bye Takeshi-kun !
Takeshi - Salut !
Je m'éloigne donc, prenant la direction du domaine.
*Bon, ils ont l'air sympas, mais ça change rien au bordel... On va devoir se taper la route jusqu'à Koori... Va faire froid !*
Soudain, un bruissement, un coup de vent, et un homme apparait devant moi.
Homme louche - Masumane Takeshi ?
Takeshi - Oui ?
Homme louche - Je viens porter la parole de Zeus. Le seigneur du vice est très contrarié de votre départ. Et il m'a sommé de vous ramener au village de Gensou, par la force s'il le faut. Quelqu'un a payé pour vous affronter.
Takeshi - Mais c'est fini oui ? J'en ai marre de me faire balloter de village en village... J'arrête ce jeu débile, je veux pas crever pour la mafia de Gensou.
Homme louche - Ce n'est pas un jeu... C'est un tournoi à mort, et seule la mort pourra t'en délivrer...
Takeshi - Ainsi soit-il...

Je m'élance vers lui, dégainant Takekaze.
*Quitte à être poursuivi nuit et jour, autant prendre la décision maintenant. Je me battrais ! Si je retourne participer à ce tournoi, je mourrais, et si je vis ma vie, je mourrais, c'est indéniable. Telle est la voie du ninja ! Alors autant vivre le plus libre possible !*
Takeshi - Jamais je ne retournerais à Gensou !
Homme louche - Compris !
Il sort de son dos une paire de nunchakus, et commence à les faire tournoyer devant lui.
Je me téléporte derrière lui, mais il s'y attend. Il pivote sur lui-même, et m'envoie un nunchaku vers la tête. Je me baisse à temps, mais son pied suivait, et me percute l'épaule gauche avec violence. Je fais un roulé-boulé et me redresse.

*J'ai l'épaule démise, mais je peux encore tenir mon sabre. par contre, c'est mort pour le jutsus. On y va !*
Une fois de plus, j'élance vers lui, mais cette fois, je tente un coup d'estoc. Il fait alors s'enrouler la chaine d'une de ses armes autour de ma lame, et la dévie. Entrainé par l'élan, je lâche Takekaze, et fais une autre roulade. Lorsque je me relève, il m'envoie un kunai.
Je saute de coté pour esquiver, et il en profite pour foncer sur moi. Je tente une nouvelle fois d'éviter, mais il est déjà sur moi.
Je reçois un coup de poing en plein visage, tombant à la renverse.

Homme louche - Alors, jeune con, on se croyait le meilleur ? Raté ! Meurs !
Il brandit mon sabre au-dessus de sa tête, mais un bruit léger et sourd retentit, et il se retourne. Je peux alors voir une flèche plantée dans son dos.
Homme louche - Merde ! Euark...
Il crache un peu de sang, et lâche Takekaze. Puis il s'enfuit, disparaissant au coin de la rue.
Iarwain - Takeshi-kun, ça va ?
Tyrande - Tu n'as rien ?
Iarwain et Tyrande s'approchent en courant.
Iarwain - C'était qui ?
Tyrande - Il te voulait quoi ?
Takeshi - Je vous expliquerais... Putain ça fait mal !
Iarwain - Montre...
J'ai l'arcade sourcilière qui pisse le sang, et le bras qui pendouille. Iarwain exécute quelques signes, et lance un jutsu de soin pour cicatriser mon arcade. Pendant ce temps, Tyrande range son arc, et saisi mon bras.
Tyrande - Désolée...
Takeshi - De quoi ?
Je ne tarde pas à comprendre. Elle fait un mouvement brusque des mains, et mon bras se remboite dans mon épaule, non sans me causer une souffrance horrible.
Takeshi - Putain ! Merde, ça fait un mal de chien !
Tyrande - Ryo, lui, il ne serait pas plaint comme une fillette... Lui...
Takeshi - Ouais ben ça va...
Et nous reprenons le chemin ensemble, en rigolant.
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 9 : Koori (Partie 1)

Message par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 19:24

Départ pour Heiki
Iarwain - Bon, qu'est-ce qu'ils foutent ?
Nous sommes tous les trois devant la grande porte du village, le désert s'étendant au-dehors à perte de vue.
Takeshi - P'tain, c'est des super-ninjas, ils devraient pas avoir le droit d'être à la bourre...
Alors que nous perdons patience, nous apercevons un shinobi de Chikara en train de courir vers nous. Visiblement, il est pressé.
Ninja - C'est bien vous les examinateurs ?
Iarwain - Ouais...
Tyrande - Pourquoi ?
Ninja - L'escorte qui vous a été assignée par le conseil du village vient d'être réquisitionnée ailleurs, après que nous ayons reçu des informations concernant Arasu...
*Arasu ?*
Takeshi - Quelles infos ?
Ninja - Je ne peux rien vous dire, mais le Kage vous interdit de partir sans escorte. Vous allez devoir reporter votre voyage...
Takeshi - Quoi ?
Iarwain - Ça m'arrange... Aller jusqu'à Koori, c'est long...
Tyrande - J'aurais bien aimé voir du paysage....
*C'est quoi cette embrouille ?*
Takeshi - Eh oh ! J'ai signé pour ce job moi ! Je veux aller là-bas, il faut que je rencontre des gens d'ailleurs, si je veux m'améliorer...
Iarwain - Ben toi, t'as l'air motivé pour aller là-bas...
Takeshi - Ouais !
Tyrande - Et tu comptes vraiment y aller sans les Jounin ?
Takeshi - Ouais !
Iarwain - Juste nous trois ?
Takeshi - Ouais !
Tyrande - Jusqu'à Koori ?
Takeshi - Ouais !
Iarwain et Tyrande - Et merde...

Ideshi - Takeshi, au niveau des informations concernant ton frère... Nous ne les avons pas...
Takeshi - Quoi ? Mais...
Ideshi - Laisse moi finir... Si ton oncle t'a proposé comme examinateur, c'est pour que tu puisse aller à Koori... J'ai un ami là-bas, qui s'occupe de glaner des informations sur Arasu. Il sait surement quelque chose sur Idato...
Takeshi - Donc je dois aller là-bas si je veux en savoir plus sur mon frère ?
Ideshi - Oui...

Iarwain - Donc on part, même sans escorte ? Mais tu sais que c'est super dangereux ?
Takeshi - Oui, mais si ça peut nous permettre d'éviter une guerre, autant prendre le risque, non ?
Tyrande - Certes, mais... Oh, et puis zut, on y va...
Iarwain - Bon, ben j'ai pas trop le choix...
Takeshi - Allez, c'est parti !
Et tous les trois, nous nous engageons sur la route de Koori.
Takeshi - Direction plein nord !

Ideshi - Takeshi... Ton entrainement commence...
Takeshi - Oui, mais en trois jours à peine...
Ideshi - Tu te dois de pouvoir t'améliorer, peu importe que tu manques de temps !
Takeshi - D'accord... Par quoi on commence...
Ideshi - Plutôt que d'apprendre des techniques que tu ne sauras maitriser en si peu de temps, tu va améliorer tes acquis. Tu as utilisé le sabre que je t'ai offert, et tu sais bien t'en servir je suppose...
Je regarde alors Takekaze, et le dégaine. Le tenant devant moi, je relève les yeux vers mon père.
Ideshi - Tu sais y insuffler ton chakra affinitaire ?
Takeshi - Oui, le Fuuton et le Raiton...
Ideshi - Bien... Mais sais-tu que cette arme a plusieurs formes ?
Takeshi - Plusieurs formes ?
Ideshi - Oui, donnes-le moi.
Je tends le sabre à mon père, qui s'en saisi, et détache le tissu entourant la garde. Il le déroule, révélant alors deux sceaux, chacun inscrit sur une des deux longues bandes de tissu. Celles-ci, attaché au bas du katana, sont véritablement très longues, et pendent jusqu'au sol.
Ideshi - Voici Takekaze tel qu'il devrait être. Les deux tissus, le rouge comme le noir, représentent chacun une des formes de ce sabre.
Takeshi - Je ne comprends pas bien.
Ideshi - Regarde.
Il compose des signes avec ses mains.
Ideshi - Libération !
Apposant sa main sur le sceau du tissu rouge, il envoie du chakra, activant ainsi le sceau.
Le soleil, à son zénith, éclaire le désert avec force et violence. Le sable, d'un aspect blanc et brillant, renvoie les rayons vers nos visages, nous fatiguant vite.
Tyrande - Il fait super chaud !
Iarwain - Ouais, à ce rythme, on va crever...
Takeshi - Héhé... Pas habitué au désert ? Je comprends...
Iarwain - Pour toi, c'est facile, t'as toujours vécu ici...
Tyrande - Moi aussi... Enfin presque... Pauvre Iarwain, tu va pas nous claquer entre les mains quand même ?
Iarwain - Non, mais... Je vais fondre...

Ideshi - Je ne sais pas si tu as fait la déduction par toi même... Nous les ninjas, dans nos gênes, possédons des allèles. Celles-ci définissent les affinités que nous pouvons maitriser. Dans ton cas, tes gènes, comme tous ceux de notre famille, produisent des allèles anti-Suiton, anti-Katon et anti-Doton.
Takeshi - Ouais, on nous en a vaguement parlé à l'académie.
Ideshi - Sauf que, lors, par exemple, d'une implantation, celle-ci peut posséder des allèles différentes... Vois-tu où je veux en venir ?
Takeshi - Non... Ah ! Si !
Ideshi - Tu possède désormais la capacité de maitriser le Suiton...

Iarwain - J'en peux plus de ce désert ! On sort quand ?
Takeshi - Bientôt... Encore une heure de route, je pense... Nous passerons le nuit dans une des auberges qui bordent la route du nord...
Tyrande - Enfin, on va pouvoir se reposer au frais...
Iarwain - Ça nous fera du bien...
Takeshi - Si mes souvenirs sont bons, il devrait une zone thermale non loin, au nord-ouest... On n'auras qu'à aller là-bas, histoire de se détendre... Qu'en dites vous ?
Iarwain et Tyrande- Que du bien !

Ideshi - Maintenant que tu sais quoi faire lors de ton temps libre, entre la maitrise du Suiton, et l'entrainement à la lance, puis aux dagues, je vais t'apprendre quelque chose.
Takeshi - Une technique ?
Ideshi - Oui... Pour l'instant, tes capacités se bornent surtout à une approche du combat basée sur la défense, via Akaden, et l'esquive, via Yuugiri.
Takeshi - Il me manque de la puissance offensive ?
Ideshi - Oui.
Takeshi - Mais... Grâce à Takekaze, je peux attaquer à distance.
Ideshi - Tes lames de vent sont faciles à éviter, et peu puissantes. Je vais t'apprendre un jutsu dévastateur... Mais je pense que tu ne pourras le maitriser que dans très longtemps. J'ai mis un certain temps pour le maitriser.
Takeshi - Enseignez-le moi, père !
Ideshi - C'est un jutsu de haut niveau, se déclinant sous trois formes. Asashi, Nishibi et Haretsu no Yozora.

Takeshi - Enfin, la station thermale !
Iarwain - Je commence à dormir debout moi...
Tyrande - Ben, faut dire qu'on approche de minuit...
Iarwain - C'est pour ça qu'il fait froid ?
Takeshi - Surement... La coupure entre le jour dans le désert et la nuit dans les plaines, c'est violent.
Nous continuons à marcher quelques minutes, puis nous pénétrons dans l'enceinte de la station. Nous nous dirigeons rapidement vers l'accueil.
Takeshi - Deux chambres, s'il vous plait. Pour une nuit. Et nous souhaiterions profiter de vos sources thermales, ainsi que de votre service de massage.
Réceptionniste - Très bien... Attendez, je vérifie mes registres... Euh, nous ne disposons plus que d'une seul chambre, j'en suis navrée...
Tyrande - On repars !
Takeshi - Mais non, on a pas fait tout ce chemin pour s'arrêter ici !
Tyrande - Je ne dors pas dans le même lit que vous !
Réceptionniste - Mais... Il y a deux lits et un canapé dans cette chambre, ne vous en faites pas...
Iarwain - On sait que tu restera fidèle à Ryo, t'inquiètes...
Takeshi - Et puis, tu nous prends pour qui ?
Tyrande - Mouaif... On la prend !

Ideshi - Mon fils, je t'ai appris tout ce qu'il fallait... A toi de faire honneur à la famille, et de devenir le meilleur guerrier du clan Masumane, n'oublie que je compte sur toi pour prendre ma place.
Takeshi - Oui père, je serais digne de votre confiance !
En sortant du Dojo, je me dirige alors vers la salle d'entrainement du clan, dont on m'a confié la clé il y a de cela quelques temps déjà.
Descendant les marches humides et dures, dans l'obscurité, juste éclairé par la lueur de mon sabre chargé de chakra, j'arrive enfin dans cette immense salle.
Je me dirige vers son centre, et retrouve l'autel de pierre.

*Ça va piquer, une fois de plus.*
J'insère la clef dans une serrure prévue à cet effet, dans l'autel, puis appose mes mains sur les sceaux, de part et d'autre de la pierre.
J'insuffle le Fuuton dans ma main gauche, et le Raiton dans la droite. Puis une pointe de pierre surgit, et prélève un peu de mon sang, laissant une petite entaille dans la peau de mon ventre.
Je ressens à nouveau une immense douleur dans l'épaule droite, et tombe lourdement sur le sol. Autour de moi, les torches s'enflamment, illuminant la pièce.

Iarwain - Ah, c'est bon !
Takeshi - Clair...
Tous deux en tenue d'Adam, nous nous prélassons dans l'eau chaude de la source. Autour de nous, plusieurs autres hommes, surtout des vieux, profitent eux aussi de la source thermale.
Takeshi - Au fait, Tyrande, elle est où ?
Iarwain - De l'autre coté, chez les femmes, à tous les coups... Va falloir lui filer un des lits, cette nuit...
Takeshi - Ouais, je prendrais le canapé, c'est bon... Par contre... C'est pas que ça m'intéresse, mais ça m'intéresse...
Iarwain - Gné ?
Takeshi - Non rien !
Sortant de l'eau, je m'entoure d'une serviette, puis exécute une technique.
Iarwain - Qu'est-ce que tu fous ?
Takeshi - Yuugiri !
Je réapparais sur le toit de la station, au-dessus des bains des hommes. A ma gauche, la grande palissade séparant les deux zones, celle des hommes et celle des femmes.
*Niark, je vais me rincer l'œil un petit coup, ça fera de mal à personne...*
Avançant discrètement sur les tuiles, je parcours la courte distance me permettant de voir derrière la palissade.
*Wouah ! Là aussi, y a presque que des vieilles... Beurk...*
Je regarde un peu partout, à la recherche d'une vision un peu plus profitable, et j'entrevois, au milieu de l'eau, derrière une fine couche de vapeur, plusieurs jeunes filles.
*Cool ! Eh, mais... Y a même Tyrande dans la bande ! Alors, voyons à quoi ressemble notre coéquipière dans cette... Tenue...*
Tandis que je tente de regarder avec plus de détail le spectacle s'offrant à mes yeux lubriques, je glisse un peu, et me rattrape sur une tuile moins glissante.
*Merde, j'ai fais du bruit !*
Regardant de nouveau vers les jeunes demoiselles, je remarque bien vite qu'il en manque une.
*Mais, où est Tyrande ?*
Relevant la tête, je peux constater une paire de jambes, nues, surplombées d'une serviette, puis d'une paire d'épaules et de bras, et aussi d'une tête. Celle de Tyrande.
Takeshi - Euh, salut !
Tyrande - Que fais tu ici, à espionner les bains des femmes ?
Takeshi - Ben, en fait, euh...
*Gloups !*

Devant moi, s'étalent de nombreuses étagères, garnies de diverses potions et de livres sur les arts ninja.
Me servant dans la réserve de potions de chakra et de soin, je rempli une pleine sacoche de fioles de plusieurs couleurs, avant de faire le plein en parchemins d'invocations d'armes.
Je scelle Takekaze dans un sceau peint sur mon poignet, sous un bandeau noir.
Je fais de même avec une tenue d'hiver, afin d'affronter la neige du pays d'Heiki, que je scelle dans un parchemin.
Mettant tout cela dans un grand sac, je me dirige de nouveau vers l'entrée.
Une fois à l'extérieur, je prends la direction des portes du village.

*Il est temps de partir pour Koori...*

C'est avec un œil poché, et la lèvre inférieure ouverte, que je pénètre dans la chambre.
Iarwain - Merde, il t'es arrivé quoi ? T'as disparu quand on était aux bains, et depuis, je me suis demandé...
Takeshi - Laisse tomber... J'ai pas géré...
Iarwain - De quoi...
Takeshi - Elle m'a repéré...
Iarwain - Attends... Me dis pas que t'es allé matter les filles si ?
Takeshi - Et Tyrande m'a vu...
Iarwain - Mort de rire !
Iarwain, s'affalant sur son lit, explose de rire.
Takeshi - Ouais, bon ça va...
Iarwain - Si elle te voit, elle va encore te massacrer, non ?
Takeshi - Clair... Je vais dormir dehors, ce soir.
Iarwain - T'es sur ?
Takeshi - Ouais...
Un bruit de pas dans le couloir nous fait sursauter.
Takeshi - Elle arrive !
Iarwain - Vite planque-toi !
Je prends mon sac, puis sors par la fenêtre. Grimpant sur le toit, j'entends la porte s'ouvrir, et Tyrande crier. Mais je suis déjà parti.
Une fois en haut du complexe, je sors de mon sac un parchemin, et active un sceau. Une tenue chaude en sort, et je l'enfile.
Au loin, éclairées par la lune, brillent les neiges éternelles du Mont Fuji.
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 9 : Koori (Partie 2)

Message par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 19:39

Koori

Post à écrire ^^
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 10 : Examinateur (Partie 1)

Message par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 21:43

Ouverture de l'examen
Le soleil, perçant au-dessus des hautes montagnes rouges, à l'est, illumine peu à peu le village caché de Chikara.
Cette cité, récupérant lentement de la tempête nocturne, s'éveille en ce jour nouveau.
Les gens descendent dans les rues, les uns après les autres, chacun se dirigeant vers sa traditionnelle tâche quotidienne.
Néanmoins, au détour d'une rue, à plusieurs endroits du village caché du sable, de grandes affiches recouvrent les murs de pierre.
Sur celles-ci, il y a écrit :
Ouverture de l'Examen Chuunin
Dans le cadre du début imminent de l'examen, les Genin volontaires sont priés de se rendre au QG au plus vite afin de remplir le formulaire d'inscription.
Bonne chance, jeunes shinobis !


Au QG de Chikara, il est à peine 10h du matin, et c'est déjà l'affluence. De nombreux Genin, certains venus d'autres villages, et d'autres contrées, se pressent devant l'accueil afin de recevoir le formulaire d'inscription.
Sur ceux-ci, il est écrit :
Nom :
Prénom :
Age :
Village d'origine :
Groupe sanguin :
Affinitée(s) :
Grade/profession de la mère :
Grade/profession du père :

Veuillez signez ce document dans l'espace réservé ci-dessous, afin de nous autoriser à vous hospitaliser en cas de blessure grave :




Nous rappelons aux participants que les examinateurs, les officiers d'encadrements et le pays organisateur ne pourront en aucun cas être tenus pour responsables en cas de blessure incapacitante ou de décès.
Afin que cette considération soit bien prise en compte par la participant et sa famille, veuillez signez dans l'espace réservé ci-dessous, en remplissant les espaces (barrez les mentions inutiles) :

Je, soussigné M./Mme./Mlle......................., reconnais être pleinement conscient/inconscient des risques de l'évènement et certifie, en mon nom et celui de ma famille, à ne pas engager de poursuites envers les examinateurs, les officiers d'encadrements et le pays organisateur de l'examen en cas de blessure et/ou de mort.
Signature :





Non loin, dans l'ombre, un jeune Chuunin, vêtu d'un grand kimono noir, observe ceux qui seront bientôt confrontés à l'une des plus grande épreuves de leur vie.
*Mwahahahahahahahahaha.... Ça va chier !*

Annonce des participants
Alors que nous nous tenons sur un podium, surplombant la foule de Genin, venus des quatre villages.
Ceux de Koori restent à l'écart, certainement peu habitués à côtoyer des étrangers. Ceux du Yuukan sont moins isolationnistes.

*Bon maintenant que Iarwain a annoncé l'épreuve, c'est à moi !*
Takeshi - Jeunes Genin du Yuukan, accueillez comme il se doit vos homologues du nord d'Hokuto, les ninjas de Koori !
De nombreux applaudissements résonnent sur la place baignée par le soleil.
Takeshi - Maintenant, je vais donner la liste des participants, qui pourront entrer dans la compétition pour la première épreuve !
Certains retiennent leur souffle, craignant d'avoir été refusés, ayant rendu leur dossier trop tard.
Takeshi - Parmi les Genins de Chikara, sont sélectionnés : Kabutomouchi Kazan, Samashi Delze, Filia Julia, Shigori Ashinsawa, Utak Tokri, Tameiki Keitaro, Doburo Nomitaka, Haikori Musashi, et Danjou Komotai !
Les jeunes chikarates, en entendant leur nom, exultent.
Takeshi - Parmi les Genins de Mahou, sont sélectionnés : Gendo Haruisa, Aucun intérêt Kentaro, Menshin Sinyas, Hakadate Kaede, Jimbo Mikatogi, Dezu Yaoki, et Kairochi Maziko !
De nouveaux, des cris de joie. Mais une certaine appréhension de certains, après mention d'un certain Kentaro.
*Ben ouais, faut faire attention à ce qu'on marque, sur une feuille d'inscription !*
Takeshi - Parmi les Genins de Gensou, sont sélectionnés : Maboroshi Siddharta, Sabishii Ryoshi, Hayashi Rintaro, Horoshi Hakaima, Dozaku Kota, Ax Takami, Iromu Misoko, et Fayuma Djikai !
La réaction des Genins, en entendant le nom des Maboroshi, est impressionnante. Mais moi, c'est plus le nom de Sabishii que je retiens.
Takeshi - Et enfin, parmi les Genins de Koori, sont sélectionnés : Maru Orochi, Saki Kuro, Bayo Datte, Kimasu Itada, et Shaimase Ira !
De nouveau, tous les yuukaniens applaudissent les ninjas du pays d'Heiki.
*Cet exam'... Ça promets beaucoup de spectacle !*

Lancement de la deuxième épreuve
Après quelques minutes passées dans le Genjutsu, les Genins se réveillent enfin, ainsi que Iarwain. Certains sont totalement décontenancé, car un tel changement d'univers est dur à assimiler, à leur niveau.
Quelques-uns sont, eux, très sereins. En effet, ils savent qu'ils ont réussi l'épreuve. Mais les autres, ceux qui sont morts dans l'illusion, ou ceux qui ont perdus leur parchemin, sont prostrés, et ils ont du mal à accepter leur échec.
*La vache, c'est violent... Quand ils dormaient, ils étaient tous calme, et maintenant...*
Ira - Pas trop long pour vous ? Trois jours à maintenir un Genjutsu... Pas trop dur pour des chikarates ?
Takeshi - T'en fais pas pour nous ! Et puis, si tu avais autant d'intelligence que d'insolence, tu saurais qu'on fait ce qu'on veut avec un Genjutsu, et tu te douterais que vous n'avez perdu connaissance que douze minutes...
Ira - Quoi ? Même pas drôle...
Takeshi - Bon, comme vous devez vous en douter, l'épreuve est terminée.
Kentaro - Eh, je te reconnais, t'es le connard qui a fait sauté la falaise !
Itada - Jaloux de ma puissance ?
Takeshi - Fermez-là, vous deux, c'est moi qui parle !
Kuro - Alors c'est qui qui se fait refouler comme de la merde ?
*Bizarres, ces Kooriens...*
Takeshi - Alors Iarwain ?
Iarwain - Sont autorisés à participer à la seconde épreuve : Kaede, Haruisa, Ryoshi, Kentaro, Delze, Julia, Siddharta, Keitaro, Hakaima, Itada, Ira et enfin Koru, qui arrive premier avec quatre parchemins...
*Mais forts...*

Takeshi - Bon, les jeunes, je sais que vous sortez de trois jours de survie, mais on enchaine direct !
De nombreuses protestations s'élèvent, mais certains gardent leur calme.
Kaede - Pfff, c'est bon, la deuxième épreuve, c'est toujours un questionnaire... Pas trop fatiguant...
Takeshi - Désolé de te décevoir, mais je n'aime pas faire dans le classique... Donc vous allez avoir droit à une épreuve totalement inédite... Mais les règles en sont d'autant plus complexes, alors écoutez bien !
Marquant une pause, je prends une grande bouffée d'air. Puis je commence à leur expliquer les modalités de la seconde épreuve, avec une voix grave et claire.
Takeshi - Après cette épreuve virtuelle, votre condition physique n'est pas au top, mais toutes les blessures que vous y avez subi ont disparues. Et il est l'heure pour vous de montrer ce que vous valez, mais dans la réalité, cette fois...
Certains des Genins regardent leurs bras ou leurs jambes, vérifiant si ce que j'ai dis est vrai.
Takeshi - Vous allez donc êtres répartis en équipes, et vous vous affronterez pendant 24h. Je vais donc commencer par annoncer les équipes : Equipe rouge, constituée de Kentaro, Siddharta et Ryoshi ! Démarquez-vous et mettez vous en équipe !
Les trois Genins cités se place devant moi, séparés des autres. Il se jettent des regards interrogateurs, se demandant bien qui étaient ceux qui deviennent dès lors leurs équipiers.
Takeshi - Ensuite : Equipe bleue, constituée de Keitaro, Julia, et Kaede !
Les trois ninjas se séparent à leur tour des autres, et se placent à coté de l'équipe rouge.
Takeshi - Après : Equipe verte , constituée de Delze, Hakaima et Haruisa !
A leur tour, les trois prennent place aux cotés des deux autres équipes.
Takeshi - Enfin : Equipe rose, constituée de Synias, Kota et Shigori !
Ils sont dégoutés par la couleur qu'il vont devoir porter, mais ils s'avance néanmoins, sous les regard moqueur des autres concurrents.
Takeshi - Comme vous l'aurez sans doute remarqué, il ne reste que trois personnes, nos trois invités. Donc la dernière équipe, la noire, est constitué de Kuro, Ira et Itada !
Les jeunes ninjas de Koori, trop heureux de se retrouver ensembles, montrent de grands sourires.
Takeshi - Bon, pour le reste, je vous ai tout écrit sur des feuilles... Vous pensiez quand même pas que j'allais parler 6 heures ? Si ?

Sortant de derrière moi deux piles de feuilles, je tends une feuille de chaque à chacune des quatre équipes.
Sur la première, est inscrite le règlement de l'épreuve.

Règlement de l'épreuve n°2, par Takeshi Masumane :

Cadre :
Ruines d'une ancienne cité, non loin de Chikara, possibilité de rencontrer des monstres faibles, équipe de ninjas supérieurs formant une barrière circulaire autour d'un périmètre donné, se resserrant d'heure en heure.

Équipement spécifique :
Toutes les armes (katana, shurikens, parchemins, fumi, etc...) seront interdites. Les concurrents auront pour seul arme une sarbacane, pouvant tirer une fléchette emplie de peinture. Et leurs mains et jutsus, bien sûr. Ils auront tous, de plus, une radio, pour communiquer au sein de l'équipe...

Objectif :
Marquer l'examinateur dans le temps imparti, sans se faire marquer.

Règles :
- Les concurrents jouent par équipes de 3, et sont répartis à différents points de la cité.
- Chaque concurrent touché par une cartouche de peinture est éliminé, mais pas ses équipiers.
- Les concurrents ne possèdent au départ aucune munition, mais chaque réponse correcte peut leur en rapporter. (1 par réponse)
- Les concurrents ont autorisation de se tirer dessus, entre équipes; mais attention au nombre des munitions
- Le concurrent qui parviendra à toucher l'examinateur fait remporter l'épreuve à son équipe, même ceux qui ont été touché auparavant.
- Ceux qui n'ont pas été touché durant l'épreuve, et dont aucun membre de l'équipe n'a touché l'examinateur, seront classés neutres...
- Ceux qui ont été touché au cours de l'épreuve doivent en attendre la fin, à l'extérieur du périmètre.

Limite de temps :
24h
Et sur la deuxième, est notée une série de questions.

Questionnaire :

1
Taiyou no Kami ?

2
26-22-12-5 12-24-23 5-12 21-8-5-5-16-10-12 2-25-10-16-3-8-24-16-23-12-22-25 ?

3
Combien y a-t-il de K cachés dans Shinnen ?

4
Si F < K < S < D < R, alors R . F ? (Complétez par < ou >)

5
Si je vous dis Sennen, vous me répondez ?

6
Nom de la 7° porte ?

7
Nom du premier policier du Yuukan ?

8
Nom du Dôjutsu du clan Funamitsu ?

9
Selon les rumeurs, quelle est la puissance de l’homme le plus fort du monde ?

Takeshi - Bon, je l'avoue, j'ai quand même fait un questionnaire... Pour chaque bonne réponse, vous gagnez une cartouche de peinture... Bon, répondez-y vite, pendant que je me change, je vais mettre une tenue blanche...
Keitaro - Mais vous, vous pouvez répliquer ?
Takeshi - Bien sur !
Shigori - Et on peut se battre ? Contre les autres équipes ? Et contre vous ?
Takeshi - Evidemment, vous êtes justes privés de vos armes, mais pas de vos poings et de vos jutsus !

Après quelques minutes, je reviens auprès d'eux, et chaque équipe me remet sa feuille de questions, plus ou moins remplie.
Je distribue les munitions, puis les sarbacanes, après m'être assuré que tous laisse leurs armes derrière eux.
Je les guide ensuite vers l'arène, en dehors du village.
Une fois sur place, certains restent bouche bée devant le spectacle qui s'offre à eux.

Takeshi - Bienvenue ! Voici une arène spécialement conçue pour cette épreuve...
Les Genins - Wouah !
Takeshi - J'ai les moyens...
Devant nous, une immense barrière de chakra, aux reflets bleutés, se dresse. A sa base, tous les vingts mètres, se tient un ninja, concentré, maintenant l'intégrité de la barrière énergétique.
Au sein de l'arène, des centaines de bâtiments en ruine, des ruines anciennes, datant de bien avant la création du village.


Takeshi - Bon, comme il est écrit sur la feuille, vous allez être dispersés dans la cité, en équipe. Suivez les ninjas là-bas, ils vous guideront !
Tandis que les quatre équipes partent vers la barrière, Iarwain s'approche de moi.
Iarwain - T'as combien de munitions ?
Ouvrant une sacoche accrochée dans mon dos, j'en sors une pleine poignée.
Takeshi - Environ une cinquantaine... Pourquoi ?
Il jette un œil affligé sur toutes les cartouches de peinture que je tiens, puis sur la barrière, puis regarde Tyrande, restée en retrait.
Iarwain - Vraiment, t'en fais trop...
Je sors la sarbacane de la sacoche, puis charge une cartouche, et remets les autres au chaud.
Takeshi - Je sais... Yuugiri !
Et je disparait dans un souffle de vent.
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 10 : Examinateur (Partie 2)

Message par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 21:44

Au cœur de l'épreuve
L'épreuve vient de débuter, et je ne peux m'empêcher de sourire.
*J'ai fait bonne figure... Ils doivent se faire dessus à l'heure qu'il est... Bon, c'est pas tout ça, mais bon, faut que je bouge...*

Au bout de plusieurs heures, après avoir éliminé de nombreux participants, j'entends un bruit de pas léger non loin. Je me cache entre deux pans d'un mur prêt à tomber, et attends.
Dans la rue adjacente, un jeune homme, seul, marche, sur ses gardes. C'est Kuro, de Koori.
Je commence à établir une stratégie pour l'éliminer, mais je fais un faux mouvement, et donne un léger coup de coude dans le mur.
Celui-ci s'effondre littéralement, dans une explosion de poussière. Me voilà donc à découvert, en face du jeune Genin.

Kuro - Putain, t'as voulu me tuer ? Hein ? Sale bâtard de chikarate !
Takeshi - Surveille tes propos, jeune homme, ou il t'en coutera !
Kuro - C'est ce qu'on va voir...
*Il semble sûr de lui. C'est bon signe, il me sous-estime... Allez, je le défonce, et je rentre...*

Il ne cherche même pas à sortir sa sarbacane, au lieu de ça, il sort un parchemin de sa poche, et le déroule, puis compose des signes, et appose sa main dessus.
Le parchemin retombe au sol, tandis que le jeune Genin est armé jusqu'aux dents.

*La vache, c'est quoi ce mec ?*
Kuro - On avait dit pas d'arme ? Mais celles-qui sont scellées, pas de probs ? Hein ?
Takeshi - Effectivement...
A chacune de ses jambes, est accrochée une lame courte. Il porte dans le dos un sabre plutôt long, plus un dans chaque main.
Takeshi - Cinq sabres ? Tu nous ferais pas un petit complexe d'infériorité ?
Kuro - Ta gueule !
Takeshi - Visiblement, tu ne compte pas me toucher avec de la peinture...
Kuro - Exact, c'est plus marrant de te buter !
Takeshi - En ce cas...
Libérant à mon tour mon sabre, scellé jusqu'alors sous ma manche, je le brandis devant moi.

Sans crier gare, il se jette sur moi, sabres au clair, en hurlant.

Kuro - Shiiiiiiiiiiiiiiiiiiiineeeeeeeeeeeeeeee !
*Surement un mot de chez eux...*
Il fait pleuvoir sur moi une avalanche de coups avec ses deux sabres, de telle façon que j'ai du mal à le contrer. Je bloque alors ses lames, et effectue un bond en retrait. Je me saisi d'une des bandelettes accrochées à la garde de Takekaze, et invoque la troisième forme de mon arme.
J'ai alors moi aussi deux sabres en mains, plus un troisième dans le dos.

Kuro - Comme quoi je suis pas le seul qui complexe...
Takeshi - Héhé...
Cette fois-ci, c'est à mon tour de charger en premier. Deux sabres contre deux, les coups deviennent moins lourds mais très rapides. Nous nous bloquons mutuellement, dans une étreinte faite de métal et d'étincelles.
Il se recule alors, et plante ses sabres dans le sol rocheux. Puis il se saisit de ceux à ses cuisses, et il les accroche sur le haut de ses genoux. Ensuite il prend celui dans son dos, et l'accroche entre ses omoplates. Le sabre se dresse alors vers le ciel, dépassant largement au-dessus de Kuro. Puis il reprends de nouveaux ses deux sabres.


Takeshi - Merde... T'as l'air d'un hérisson... T'es sûr que c'est efficace ton truc ?
Kuro - Va te faire... Amènes-toi !
Je fais repasser Takekaze sous sa forme normale, bien décidé à passer aux choses sérieuses. Je concentre ensuite du chakra dans ma lame, et elle est alors parcourue d'éclairs pourpres.
Takeshi - Yuugiri !
Je reparais derrière lui, ce qui a pour effet de le surprendre. Mais il se ressaisit bien vite, et commence un enchainement très rapide. J'évite la majeure partie de ses coups, mais lorsque il envoie vers moi ses genoux, les lames qui y sont fixées menace dangereusement mon abdomen. Alors que je me dégage du corps-à-corps, il tente un salto avant, sa lame la plus longue passant très près de mon visage.
*Il est fort, trop fort, je vais devoir en finir.*

Je concentre du chakra dans la paume de ma main droite, puis m'élance vers lui. Alors qu'il tente de me toucher d'un coup d'estoc, je me baisse, puis me redresse, paume en avant, vers son plexus.
Le faisant décoller du sol, je le vois s'élever dans les airs, à quelques mètres, victime de l'onde de choc. Je saute à sa suite, et sors ma sarbacane. J'y introduis une cartouche, et dirige mon tir vers lui. Il fait de même.
Tous deux dans les airs, il est difficile de modifier notre course. Et je n'aurais jamais le temps de faire un Yuugiri.
Nous nous touchons l'un l'autre de nos cartouches, puis retombons lourdement sur le sol.
Deux Chuunins viennent se saisir de lui, inconscient.

*Il mérite sa victoire.*

La fin de l'examen
La dernière épreuve vient de finir, et les Genins se sont réunis dans l'arène. La nuit commence à tomber, et peu à peu, la tension monte.
Nous, les trois examinateurs, nous sommes regroupés dans une salle annexe, au cœur des méandres de l'arène, afin de délibérer.
Voilà bientôt trois heures que nous discutons sur les candidats encore en lice, ainsi que sur leurs capacités à devenir des Chuunins.

Tyrande - Bon, on est d'accord là-dessus ? On peut allez leur annoncer ?
Iarwain - Ouais...
Takeshi - C'est parti !

Tyrande, Iarwain et moi-même, nous nous levons quasi-simultanément. Le bruit léger des chaises glissant sur le sol résonne dans la petite salle, étriquée. Iarwain presse sur la poignée, et pousse la porte. Tandis que la lumière naturelle pénètre dans la pièce, les sons se propagent à sa suite.
La salle annexe, insonorisée, dissipe le bruit dans un sens comme dans l'autre.
Et maintenant que cette protection sonore n'est plus, nous pouvons entendre le souffle du vent dans l'arène.
Mais mis-à-part les sons de la nature, rien ne vient perturber le silence et la tension de ce moment.

Le public retient son souffle, car, heureux d'avoir pu assister à la dernière épreuve, il exige maintenant un verdict.
Les candidats, eux, se tiennent, raides, au centre du terrain de combat. Ils sont alignés, en quête d'un signe de notre retour.
Nous arpentons lentement le long couloir qui nous mène vers les gradins, puis vers l'estrade réservée aux examinateurs. Nous gravissons les marches une à une, ne nous pressant pas outre-mesure, afin de renforcer l'effet solennel de cet instant.

Une fois arrivés en haut, nous nous alignons le long de la balustrade, et fixons les Genins, intensément.
Mes deux collègues se tournent vers moi, et me relègue la tâche d'annoncer les résultats.
Je pivote sur moi-même, pour faire face au public réunit là. Ils viennent de partout.
Des ninjas comme de simples civils, venus des quartiers alentours, ou bien des villages de la région, que sont Mahou et Gensou. Mais il y en a aussi qui sont venus tout spécialement de Koori, afin de supporter leurs représentants.
Je sens tant de regards se poser sur moi, que je me sens galvanisé par toute cette empressement, cette volonté de savoir. Sans plus attendre, je me tourne à nouveau vers les jeunes ninjas, non sans avoir fait un léger sourire à Iarwain et Tyrande.


Takeshi - Ainsi s'achève l'examen de sélection des Chuunins !
De nombreuses personnes applaudissent dans les gradins, mais aucun des Genins ne moufte.
Takeshi - Au début de l'examen, vous étiez nombreux à avoir choisi votre voie. Celle du Shinobi ! Beaucoup se sont présentés afin de figurer sur la liste des rares élus à passer Chuunin, mais c'est une compétition sans merci. Preuve en est faite, au vu de votre nombre restreint.
Les Genins se regardent les uns les autres, certains tentant de compter.
Takeshi - Maintenant, vous n'êtes plus que huit. Deux tiers des sélectionnés n'ont pu surmonter les épreuves. Pour le public, je vais énoncer les noms de ceux qui prétendent encore au titre de Chuunin.
Me tournant vers les gradins, je prononce leur noms d'une voix forte.
Takeshi - Sont présents ici, pour Chikara : Tameiki Keitaro, Samashi Delze, Filia Julia, et Shigori Ashinsawa !
Tous ceux qui viennent du village même exultent, fiers que la majeure partie des candidats restants sont chikarates.
Takeshi - Pour Gensou : Maboroshi Siddharta et Horoshi Hakaima !
Les gensouards, toujours identiques à eux-même, applaudissent chaleureusement mais sans forcer.
Takeshi - Pour Mahou : Gendo Haruhisa !
Les mahousards, déçus qu'il ne subsiste qu'un seul de leurs candidats, n'en font pas moins de bruit pour autant, comme à leur habitude.
Takeshi - Et comme certains le savent, cette fois-ci, nous avons accueilli un village voisin, afin de renforcer nos liens. Il s'agit de Koori ! Et il leur reste également un sélectionné : Saki Kuro !
Très peu nombreux, les kooriens restent muets et impassibles, comme il semble être de coutume là-bas.
Takeshi - Malgré tout, tous ne réussiront pas à gagner leurs galons. Ainsi, permettez-moi désormais de donner les résultats.
Je pivote à nouveau vers les aspirants Chuunin. Mais le brouhaha incessant venant du public m'empêche de me concentrer.
Je concentre du chakra dans ma gorge et dans mes mains, et envoie une petite boule de Raiton dans les airs, qui va éclater dans un puissant bruit sec et mat, tout en m'écriant.

Takeshi - Silence !
Les spectateurs se taisent, et l'on recommence à entendre le souffle frais du vent, si rare en cette région.

Takeshi - Vous tous, présents ici, vous avez passé les épreuves que nous vous avons imposé, avec plus ou moins de réussite. Mais sachez que le simple fait d'être ici, que vous passiez Chuunin aujourd'hui ou non, doit être pour vous une grande fierté, et doit resté gravé dans vos mémoires.
Les jeunes, tous heureux et fiers, me fixent intensément.
Takeshi - Je vais annoncer vos noms, et l'un après l'autre, vous vous avancerez, afin d'écouter les commentaires sur votre cas, ainsi que le résultat.
Tous prêt à bouger à l'annonce de leur nom, ils se tiennent tous en position d'attente.
Takeshi - Saki Kuro !
Le jeune s'avance, et me regarde droit dans les yeux.
Takeshi - Tu as su, tout au long des épreuves, resté calme et serein, tout en passant avec brio tous les tests se présentant à toi. Bravo, jeune homme, tu es promu Chuunin !
Les rares kooriens applaudissent, mais modérément.
Takeshi - Horoshi Hakaima !
Prenant la place de Kuro, il attend le verdict.
Takeshi - Dans un aspect global, ta prestation est honorable, mais nous décelons de trop nombreuses fautes qui viennent entacher tes actions. Malgré un avis mitigé, tu es promu Chuunin ! Gendo Haruhisa !
Il s'avance.
Takeshi - Ton manque d'expérience s'est fait ressentir, et tu as fait souvent des fautes qui alourdissent ta prestation. Navré, mais d'une décision unanime, tu es recalé.
Les mahousards hurlent tout leur soul. Ils sont écœurés qu'aucun des leurs ne sont promu. Certains quittent le stade.
Takeshi - Tameiki Keitaro ! Bien que parfois tu fasse des erreurs énormes, et qu'il soit dur à certaines occasions de comprendre où tu veux en venir, ton expérience et ton mérite ont tranché, ainsi que ta détermination. Tu es promu !
Il saute partout, comme un gamin un jour d'anniversaire.
Takeshi - Samashi Delze ! Ta prestation est honorable, et tu a prouvé que tu a les compétences nécessaires à ce grade. Tu passe donc Chuunin !
Fier de lui, il retourne prendre place dans la ligne.
Takeshi - Filia Julia ! Tu es encore trop jeune et inexpérimentée pour prétendre au titre de Chuunin, mais tes performances sont honorables. Continue sur cette voie, et tu passeras Chuunin au prochain examen. En attendant, tu es recalée !
Déçue, la jeune demoiselle retourne dans le rang.
Takeshi - Maboroshi Siddharta ! De nombreuses compétences visibles, ainsi qu'une expérience faisant montre de tes capacités. Tu es promue Chuunin !
Les Gensouards applaudissent fièrement, mais ne sont pas étonné du passage d'une Maboroshi.
Takeshi - Et enfin, Shigori Ashinsawa ! Bravo à toi, tu as marqué les esprits, et l'équipe t'encourage à continuer sur cette voie. Tu passe avec brio, malgré ton évident manque d'expérience, car ta prestation fut intéressante et bien réalisée. Tu es promue !
Elle rejoint les autres, et tous se regardent. Ils sont passés tous les huit.
Takeshi - Et voilà ! Bravo à tous, et félicitation aux promus.

Tandis que je descends dans l'arène pour discuter avec Keitaro et Shigori, le jeune Kuro me coupe et m'adresse la parole.
Kuro - Eh ! Vous...
Takeshi - Oui ?
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 10 : Examinateur (Partie 3)

Message par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 21:45

Chikara attaqué
Takeshi - Oui ?
Kuro - Il faut que je vous parle, en privé...
Takeshi - Bien sûr...

Je l'accompagne donc vers un endroit à l'écart, et il se retourne vers moi, les yeux injectés de sang.
Il se met à me parler bizarrement, d'une voix où se mêlent colère et peur, excitation et douleur.

Kuro - Vous êtes mort... Tous... Vous allez mourir... Chikara va mourir...
*Hein ? C'est quoi l'embrouille ?*
Takeshi - De quoi tu parles ? Koori voudrait attaquer Chikara ?
Kuro - Mais qui vous parle de Koori ?

Il commence à rire, d'une voix rauque, et plus grave que d'habitude. Son visage devient une sorte de masse malléable, qui se modifie à chaque seconde.
Sur son front, se dessine le symbole du village de Chikara, et un gros trait tracé au Kunai traverse le bandeau de gauche à droite. Ses traits se modifient, et son corps devient plus trapu et plus grand.
Tandis que la transformation s'achève, il braque de nouveau ses yeux vers moi, et me fixe intensément.

Kuro - Ça fait du bien de retrouver son vrai corps... Enfin !
Takeshi - Mais qui es-tu ? Et d'où viens-tu ?
Kuro - T'es pas très malin, toi... Le symbole du village barré, c'est la marque d'Arasu ! Ahahah !

*Arasu ?*
Kuro - Tu ne comprends toujours pas ? Ceux de Koori sont morts ! On les a tués lors de leur voyage vers Chikara... Et on a pris leur place, sous de faux noms...
*Me disais bien que leurs noms étaient pourris...*
Takeshi - Et pourquoi avez-vous fait tout ça ?
Kuro - T'es plutôt long à la détente ! On attaque Chikara !

Sur ces mots, il s'élance vers moi, sortant ses sabres. Ce n'est pas la même personne que celle que j'ai affronté lors de la deuxième épreuve. J'invoque Takekaze et nous enchainons les passes d'arme, à une vitesse très éprouvante. Le bruit que provoquent les sabres en s'entrechoquant ameute d'autres personnes, dont des ninjas de Koori. Ou du moins, ceux qui se font passer pour ceux de Koori.
C'est alors qu'eux aussi entament un processus de transformation.

*Je vois... Un simple jutsu de transformation aurait pu être facilement détecté, alors ils ont usé d'une potion de polymorphisme.*
Les combats se multiplient au sein de l'arène et dans les gradins.
Takeshi - Pourquoi avoir fait ça ? Pourquoi attaquez-vous Chikara ? Dans quel but ?
Mes bras deviennent douloureux, ses coups sont lourds et rapides. Il me force à user de toutes mes capacités.
Kuro - Nous suivons les ordres d'Izanami !
*Izanami ? C'est qui ça ?*
Il insiste bien sur le dernier mot, et se jette sur moi avec l'énergie du désespoir, laissant une ouverture trop grande pour être calculée.
Je m'y engouffre, portant le sabre jusqu'à sa tête. Mais il pivote alors, ayant parfaitement anticipé. Et malgré une légère coupure concédée volontairement, il parvient à m'entailler profondément au niveau du bassin.

*Merde... C'est pas un bleu... Il est bien plus puissant que la dernière fois.*
Kuro - Tu croyais tout de même pas que ça allais être aussi simple que lorsque je me faisais passer pour un Genin ?
Riant de nouveau à pleins poumons, il prend une pose plutôt bizarre avec les pouces levés, la langue tirée et un œil fermé, puis repasse à l'assaut.

Le village de Chikara. D'habitude si paisible.
L'air y est chaud, de même que les gens, qui sont chaleureux. Un village si joyeux et calme, en temps normal.
Mais en ce jour, une vague de malveillance et de crime s'abat sur Chikara. Le village est attaqué, et nombreux sont ceux qui vont perdre la vie, ou la prendre.
Si nous nous attardons un peu du coté nord-est du village, nous pouvons voir une sorte d'agitation, un tumulte sans nom. La masse grouillante de gens présents dans l'arène fuient.
Approchons-nous.
De nombreuses personnes sont blessées sévèrement, ou tout du moins saignent abondamment. Ils se bousculent, et certains marchent sur des personnes tombées ça et là.
Au milieu de ces gens, des bandits assoiffés de sang se jettent sur de pauvres victimes, dans le seul et unique but d'étancher leur soif de massacre et de provoquer un maelström inqualifiable.
Regardons d'un peu plus près les murs de l'arène.
Au troisième niveau, là où se trouvent les gradins, un trou béant se tient en lieu et place du mur. Des envahisseurs ont percé ce trou dans le but d'avoir accès à l'extérieur de l'arène.
D'ailleurs, on peut les voir en train de l'escalader, afin de prendre place derrière le siège du Kage.
Suite à l'explosion provoquée par un Genin, le Kage de Chikara, Kenji Kuroda, à changé de place. Mais qu'à cela ne tienne.
Trois hommes, avec un bandeau frontal frappé du symbole de Chikara rayé, commence à installer des explosifs. Le fait de détruire le siège du Kage est plus un acte de persuasion qu'une réelle agression.


Iarwain - Repoussez-les ! Attention ! Derrière-toi !
Tyrande se retourne, et dans un réflexe, décoche une flèche dans l'abdomen d'un guerrier .
Tyrande - Merci !
Quant à moi, je continue à me battre face à celui qui se faisait nommer Kuro.
Kuro - Bordel, mais tu vas crever, oui ?
Takeshi - Et ta sœur ?
Kuro - Connard...

Les lames s'entrecroisent, et malgré le fait que j'ai ajouté du chakra Raiton à mon sabre, il ne semble pas dérangé outre-mesure.
Je passe sous sa garde, mais il dévie ma lame et plonge la sienne dans l'ouverture, vers ma cuisse. Prenant appui sur mon pied gauche, je tente une roulade. Mais il redresse un de ses sabres et l'envoie droit vers ma jambe. Il parvient à sectionner un tendon, au niveau du talon.

Kuro - J't'ai eu !
Takeshi - Chier !

Je retombe lourdement au sol, entrainé par mon élan. Ma cheville est en sang, et ça coule sans discontinuer.
Je me relève, appuyé uniquement sur ma jambe droite. Je me sers de mon sabre comme d'une béquille, afin de tenir debout.

Kuro - C'est fini ! Dans ton état, tu ne tiendras pas deux minutes.
Takeshi - Va te faire foutre ! Libération !

Je libère la deuxième forme de Takekaze, à savoir la lance et les protections d'avant-bras. M'appuyant sur la hampe de la lance, plantée dans le sol, je pointe mon adversaire du doigt.
Takeshi - On verra si t'es capable de me battre, microbe... C'est pas parce que tu te crois fort que tu l'es !
Kuro - Je te retourne le compliment !
Takeshi - Va chier !

Soudain, le son d'un cor résonne dans toute l'arène, et au-delà. Les murs vibrent sous la déflagration sonore. En entendant ce signal, les envahisseurs s'enfuient, comme s'il s'agissait d'une retraite.
Mais Kuro reste stoïque. Il ne bouge pas.

Kuro - Rien a foutre, je dois d'abord te tuer... C'est devenu une affaire personnelle, j'aime pas les gens qui me résistent.
Takeshi - Héhé... Alors tu dois me haïr !
Kuro - Ouais...

Tous sont partis, seul reste Kuro. Nombre de chikarates se trouvent encore présents, et certains observent mon combat.
Tandis qu'ils hésitent à intervenir, Kuro charge, toutes lames dehors.
Il en abat une vers ma tête, et je pars avec mon avant-bras. Mais une deuxième lame vient tout droit vers mon buste, et je comprend qu'il est trop tard.
Alors que mon dernier souffle est venu, une terrible déflagration envahit l'arène. Une explosion rase la tribune officielle, au niveau du siège du Kage. Un pan de mur entier se détache, et vient s'effondrer au milieu de l'arène, à cause d'une seconde esplosion.
Plusieurs personnes sont soufflés par la destruction de la tribune, et passent par dessus la balustrade, d'autres reçoivent des blocs de pierre dessus, et meurent sur le coup.
Moi, je me retrouve propulsé par Kuro contre une porte, qui vole en éclats sous l'impact. J'atterris dans une salle, où les parois se fissurent. Je roule sous une table, Et espère survivre. Mais rien n'est moins sûr.

L'explosion de l'arène ne fut rien d'autre qu'un signal, l'élément déclencheur d'une destruction en série.
Juste après l'effondrement de l'arène, c'est au tour du QG, vidé à l'occasion de la remise des diplômes, de voir une partie de sa structure partir en fumée.
Le mur ouest disparait, laissant derrière lui un bâtiment meurtri.
Plusieurs habitations également sont touchées. Ainsi que des bâtiments administratifs et militaires.
Dans le sud-est du village, également, là où se trouve le quartier résidentiel, de nombreuses demeures sont endommagées.
C'est le cas du domaine Masumane.
Mais revenons à l'arène, car nos héros sont encore là-bas.
De tous ceux qui étaient présents, peu sont morts. Les civils ont fuient dès le début de l'attaque, mais des Shinobis sont restés pour combattre.
Certains sont morts sous les coups des anciens chikarates, d'autres lors de la destruction de l'arène. Mais la plupart tiennent encore debout, au milieu des gravas.


*Merde... Où suis-je ?*
De la poussière et du sable rendent ma bouche crayeuse, et m'empêchent de déglutir. Je regarde autour de moi, mais il n'y a rien d'autre que des morceaux de roche, perdus dans un nuage de poussière.
Je tente de me relever, mais je me rappelle alors de mes blessures. Du sang s'écoule lentement de l'entaille, nette et profonde, que celui d'Arasu m'a infligé au bassin. Il en va de même pour la blessure au pied gauche, là où mon tendon fut sectionné. Dans un effort intense, je pose mon derrière sur une pierre, peu stable.

*Putain, ces connards nous ont bien eu ! Et je fais quoi, moi, maintenant ?*
Je tousse violemment, me causant une intense douleur au niveau de ma première entaille.
Dans une tentative désespérée de voir alentour, j'insuffle du chakra dans ma main, et le projette sous forme de vent vers ma droite. Le sable et la poussière s'écartent.
Je vois alors une pierre, et sous elle, la moitié d'un corps. Le reste se trouvant sûrement non loin.
Je détourne le regard, puis jette à nouveau un coup d'œil vers le cadavre. Mais déjà, la tempête reprend ses droits, et je n'y vois plus rien.
Sortant de mon kimono déchiré un parchemin, je fais apparaitre une fiole, et en bois le contenu.
Peu à peu, mes forces reviennent, grâce à la potion de chakra. Je sors une seconde fiole, que je bois aussi. Celle-ci me permet de cicatriser un peu, mais je ne vais pas devoir trop y toucher.

*C'est génial ces trucs ! Bon, maintenant, je dois tâcher de sortir d'ici !*
Prenant appui sur la roche, je me relève tant bien que mal, et marche dans une direction au hasard.
Dans la tempête omniprésente, je ne vois pas plus loin que le bout de mes bras. Mes pieds me sont cachés. Mais à un moment, alors que je marche prudemment, mon pied heurte quelque chose, ou quelqu'un.
En regardant plus attentivement, je perçois les contours d'une chevelure brune. Cette personne est assise, et médite, comme si de rien n'était.
Mais lorsque elle sent mon pied toucher son postérieur, cette personne se lève d'un bond.

Ombre - En voilà des manières ! La colline de Bouddha !

Alors que j'ouvre de nouveau les yeux, la tempête de poussière a disparu, de même que les débris de roche, et même Chikara n'est plus. Je suis seul, dans une immense prairie couverte de fleurs, toutes plus ravissantes les unes que les autres. Mais je ne suis pas seul. Je relève la tête, ôtant de mon esprit cette vision idyllique, et croise le regard d'une jeune fille.
Celle-ci me fixent depuis le sommet d'une colline.

*Je suis dans un Genjutsu, c'est la seul explication... Mais quelle sensation de plénitude, c'est incroyable... Je n'avais pas senti ça depuis... Misaki...*
Soudain, mon esprit redevient clair.
Takeshi - Qui es-tu ?
Jeune fille - Tu ne me reconnais pas ? Approche !

Je fais quelques pas en avant, et discerne enfin ses traits. C'est Maboroshi Siddharta.
Takeshi - Sors-moi de ce Genjutsu ! Immédiatement !
Siddharta - Tu n'es pas capable d'en sortir tout seul ?
Takeshi - Pas le temps de m'évertuer à sortir de cette illusion... Surtout que je risque fort de ne pas y arriver ! Je dois retourner auprès des miens, et sauver ceux qui peuvent l'être !
Siddharta - Tu as peur d'arriver en retard ? De tous les voir morts, parce que tu n'auras pu les sauver ? C'est bien ça ?
Takeshi - Oui !

Empli de fureur, de colère, d'impatience et d'amertume, je m'élance vers elle. Mais chaque pas que je fais m'éloigne un peu plus d'elle.
Takeshi - Putain de Gen !
Siddharta - Tu ne peux rien, ici... Tu es dans mon empire !
Takeshi - Pourquoi m'as tu amené ici ?
Siddharta - Pour deux raisons... La première, c'est que j'ai décelé en toi un potentiel... Une capacité, et une volonté, qui pourront m'être utiles en temps et en heure...
Takeshi - Et la deuxième ?
Siddharta - Je n'aime pas qu'on touche à mes fesses impunément, et je voulais t'en faire baver... Mais à voir tes blessures, autant physiques que mentales, je conçois que ce n'est pas nécessaire...
Takeshi - Laisse moi retourner aider les miens...
Siddharta - Ne te brusque pas, nous sommes dans mon illusion... Le temps s'écoule différemment. Lorsque nous reviendrons dans le monde normal, il ne se sera écoulé que quelques secondes... Tu as bien quelques secondes à me consacrer, non ?
Takeshi - Ouais, OK... Mais de quoi tu parle, quand tu me dis que je pourrais t'être utile ?
Siddharta - Nâga m'a parlé... Il m'a dit que tu serais l'un de ceux qui me suivront au-delà de la mort, afin de faire disparaitre la guerre de la surface de la Terre...
Takeshi - C'est une bien belle utopie, mais je n'y crois pas trop... Et c'est qui, ce Nâga ?
Siddharta - Il n'est pas question de lui... Mais de toi ! Seras-tu capable de me suivre, et de porter la bonne parole ?
Takeshi - Ton rôle d'apôtre, je trouve ça moyen...
Siddharta - Ecoute ! Nous allons à Arasu... Là-bas, nous formerons une organisation qui luttera pour imposer la paix, et ce, par tous les moyens nécessaires...
Takeshi - En gros, tu veux qu'on t'aide à dominer le monde ?
Siddharta - Vois-le comme tu veux... Je souhaite que tu m'aide à atteindre mes objectifs...
Takeshi - Et pour ça, on va à Arasu ? Tu sais où c'est ?
Siddharta - Non, mais... J'ai mes pistes...
Takeshi - Ouais, ça m'étonne pas, tout ce mystère, venant d'une Maboroshi...

*Arasu... C'est la meilleure chance que j'ai de le trouver, pour le moment...*
Takeshi - Je marche !
Siddharta - Parfait ! Au vu de ton tempérament, je te chargerais de gérer tout l'aspect militaire de l'organisation...
Takeshi - Ça me va... On part quand ?
Siddharta - Une fois tout ce bordel nettoyé...
Takeshi - OK...
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 10 : Examinateur (Partie 4)

Message par Takeshi Masumane le 13/1/2009, 21:46

Chikara sort de la tempête
La tempête fait de nouveau rage, et une fois de plus, je n'y vois pas bien loin.
Toujours face à moi, la jeune Maboroshi me fixe intensément.

Siddharta - Va, jeune guerrier, et sauve ceux qui peuvent l'être !
Je hoche la tête, puis repars. La potion de guérison à commencé à bien faire effet, et je peux à nouveau marcher à peu près normalement.
Soudain, je trébuche sur un corps, inerte. Je m'approche de son visage, pour savoir qui c'est.

Takeshi - Keitaro ? Réveilles-toi !
Il ouvre les yeux, et me regarde, hébété.
Keitaro - Où suis-je ?
Takeshi - Dans une sacrée merde... Allez, on sort !

Je le prend sur mon épaule, non sans une grimace de douleur, dû à ma blessure au bassin.
Je continue de le porter, et petit à petit, la poussière retombe enfin. Les contours de carnage se dessinent au fur et à mesure de ma progression.
Lorsque enfin, il est possible d'y voir clair, je pose Keitaro au sol, encore sous le choc, et grimpe sur un rocher. De là, je peux constater l'ampleur des dégâts.

Après avoir fait sauter plusieurs endroits de Chikara, et avoir assassiner des notables du village, les terroristes commencent à s'enfuir, vers les portes du village. Peut-être qu'ils tentent réellement de fuir, ou tout simplement de se regrouper devant l'un des rares endroits encore intacts, mais ce qui est sûr, c'est qu'ils se font rattraper par des équipes complètes d'ANBU, qui achèvent le travail commencé dans l'arène. Pratiquement tous les arasuites meurent sous les coups des troupes d'élites, et ceux qui ne trépassent pas, et sont encore en état de fuir, passent par dessus le mur d'enceinte, et fuient vers l'ouest.
Aucun n'est fait prisonnier, préférant la voie du suicide.
Alors que la poussière retombe peu à peu sur Chikara, c'est dans le sang et les débris que les habitants du village caché du désert voient le soleil disparaitre à l'horizon, derrière les falaises de granit.


Kage - Ça va ?
Chikarate - Oui, monsieur...
Kage - Comment vous sentez-vous ?
Gensouard - Bien, merci, monsieur...
Kage - Ça va ? Tes blessures cicatrisent ?
Takeshi - Ouais, je crois... On en est à combien de morts ?
Kage - Environ une cinquantaine, mais ça augmente toujours... Et ce ne sont pas que des chikarates... Il y a aussi des morts de Mahou et de Gensou, et plus encore de Koori...

*Koori ?*
Takeshi - Mais, ce n'était pas...
Soudain, un Jounin apparait aux cotés du Kage, et lui susurre quelques mots à l'oreille. Puis celui-ci repars.
Kage - Takeshi... Je... Suis désolé... Ton oncle est mort, et ton père est dans un état critique...
Takeshi - Que s'est-il passé ?
Kage - Nous ne savons pas encore, mais le domaine a été rasé.

*Le domaine Masumane ? Rasé ?*
Je me redresse d'un bond.
Kage - Attends !
Takeshi - Yuugiri !


Je reparais dans le salon de la demeure des Masumane, ou plutôt, ce qu'il en reste.
Les murs sont effondrés, et les débris s'étalent sur des centaines de mètres. Plus aucun bâtiment ne tient debout aux alentours.
Au milieu des décombres, des cadavres suintent un sang sombre et visqueux, déjà en train de coaguler.

Takeshi - L'attaque à dû commencer ici. Bien avant l'explosion de l'arène.
Autour de moi, de rares personnes de l'équipe médico-légale étudient les lieux.
Je m'approche d'un d'entre eux, qui me questionne.

Légiste - Qui êtes-vous, jeune homme ?
Takeshi - Masumane Takeshi, héritier du clan Masumane !
Légiste - Oh... Je vois... Je suis désolé, mais vous allez devoir quitter les lieux...
Takeshi - Où est mon père ?
Légiste - Qui ?
Takeshi - Masumane Ideshi !
Légiste - Il vient tout juste d'être transféré à l'hôpital, mais vous ne pourrez pas le voir...
Takeshi - Pourquoi ?
Légiste - Son état est trop... Grave... Nous préférons le garder en observation méticuleuse pour le moment.
Takeshi - Et merde !

Je commence à courir dans la direction de l'hôpital de Chikara.
Légiste - Attendez !
Takeshi - Yuugiri !


Lorsque je refais surface dans le hall d'accueil dudit hôpital, le réceptionniste me reconnais de suite.
Réceptionniste - Désolé, Masumane-sama, mais vous ne pouvez voir votre père...
Takeshi - Où est-il ?

Ma voix se fait insistante, et austère.
Réceptionniste - Désolé mais...
Takeshi - Où est-il ?
Réceptionniste - Mais vous...
Takeshi - Où est-il ?
Réceptionniste - Chambre d'observation intensive numéro trois, au deuxième étage !
Takeshi - Merci...

Je monte les marches quatre à quatre, et j'arrive enfin devant la fameuse salle. Un garde à l'entrée me bloque le passage, et sans trop réfléchir, je lui envoie un coup rapide dans les côtes, afin de le mettre hors combat.
Je lui prend ses clefs, et je pénètre dans la chambre.
Deux ANBU se tiennent là, et surveillent attentivement mon père. Tandis que je passe la porte, ils se retournent vers moi, et me fixent à travers leurs masques.

Takeshi - Sortez, j'ai à parler avec mon père...
ANBU - Vous avez trois minutes...

Sans broncher, ils sortent, et nous laissent seuls, moi et mon père.
Ideshi - Approche, mon fils...
Je fais quelques pas en direction du lit. Lorsque j'entrevois le visage de mon père, j'ai un haut le cœur. Il est défiguré. Une longue cicatrice traverse son visage, et laisse place à une brulure intense sur une bonne moitié du visage.
Etudiant d'un peu plus près les reliefs du drap, je peux discerner l'absence d'une jambe et d'un bras.

Takeshi - Qui t'as fait ça ?
Ideshi - C'est mon propre fils... Il est perdu... Tu ne dois pas lui en vouloir... Si ce qu'il m'a dit est vrai, je ne peux pas moi-même lui en vouloir...
Takeshi - Qu'est-ce qu'il t'a dit ?
Ideshi - Laisse, il n'est pas question de cela pour le moment... Tu dois le retrouver, et lui dire que je regrette, et que je le crois à présent. Tu dois le retrouver !

Il tousse du sang, marquant un peu le drap blanc qui le recouvre.
Takeshi - Mais toi ?
Ideshi - Retrouve ton frère... Pars vers Arasu... C'est ce qu'il souhaite... Oublies le reste... Va dans la salle du clan, c'est le seul endroit qu'il n'a pas détruit... A l'intérieur, il a laissé une arme qu'il a forgé spécialement pour toi...

Soudain, la porte s'ouvre, et le Kage entre.
Kage - Ideshi, mon ami... Comment vas-tu ?
Ideshi - Mal...
Kage - Takeshi... Je voulais te signaler que ton rôle de Sensei auprès de Tameiki et Shigori est annulé... Au lieu de cela, tu va diriger la team Yamitenshi...
Takeshi - Mais...
Kage - C'est un ordre ! Maintenant, sors.

Bousculant le Kage au passage, je sors en courant, passant devant les deux ANBU. Mais alors que je suis au bout du couloir, j'entends le Kage hurler.
Kage - Il est mort ! Son fils l'a tué ! Arrêtez-le !
*Quoi ?*
Les deux membres des forces spéciales commencent à peine à bouger, que par réflexe, je lance mon jutsu héréditaire à nouveau.


J'arrive au milieu des décombres.
Takeshi - Merde, c'est quoi cette histoire ? Mon père est mort ? Je ne peux revenir en arrière, je dois disparaître de Chikara...
Je mets un petit moment avant de retrouver où je suis exactement, le décor ayant changé de façon radicale. Je repère enfin ce qui était auparavant le pavillon du thé, puis je pénètre dans l'escalier souterrain. J'utilise une nouvelle fois mon sabre comme une torche, puis j'arrive en bas.
Là, dans l'autel de pierre, est planté un sabre énorme. Je m'en approche, puis le sors de la roche.
Autour de moi, la salle est ravagée, signe d'un combat récent. De nombreuses traces de sang recouvrent les murs.

*C'est ici qu'ils se sont affrontés, et que mon oncle est mort...*
Je tiens dans ma main une arme d'une masse incroyable, et son poids me fait plier le dos. Je dois insuffler du chakra dans mes muscles afin de pouvoir la porter.
*Ça me rappelle Kanazuchi... Ouais... Kanazuchi, voici ton nom !*
Je fais de nouveau le plein de potions, prenant tout ce qui n'est pas brisé. Je ne reviendrais pas avant longtemps, et je le sais.
Sortant du souterrain, sous une lune gibbeuse, je me dirige vers un endroit calme. Je dessine un sceau, afin de transporter plus aisément l'arme offerte par Idato, puis je vais voir ce qu'il reste de ma chambre. Je ramasse deux trois affaires, et me change. Sortant une cigarette d'un paquet déchiré trainant là, je l'allume.

*La lune est vraiment belle, ce soir...*
Je m'assoie alors, au milieu de ce qu'il reste de ma maison, observant le ciel, soufflant de temps à autre une fumée opaque et brillante.

Tandis que le jour se lève, je quitte le village, et je croise Keitaro.

Takeshi - Hé, Keitaro ! Attends !
Keitaro - Ha, salut Takeshi-sensei !
Takeshi - Heu... Justement, il faut que je te dise un truc...
Keitaro - Quoi ?
Takeshi - Je ne suis plus ton sensei, on m'a confié une autre mission.
Keitaro - Ha... D'accord...

Takeshi - Bon, je te laisse ! A une prochaine !
Keitaro - Bye !
Takeshi - Yuugiri !

Je me retrouve à l'extérieur du village, sur une crête, face au portes. Autour de moi, se tiennent, plusieurs personnes.
Iarwain - Qu'est-ce que tu viens faire là ?
Takeshi - La même chose que vous je présume... Vous attendez la jeune Maboroshi ?
Tyrande - Ouais...
Takeshi - Parfait... Elle arrive...

Nous nous tournons tous alors, en direction de celle qui nous mèneras vers Arasu.
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 11 : Désertion (Partie 1)

Message par Takeshi Masumane le 2/2/2009, 17:22

En route vers Arasu
Nous partons, tous les six, en direction du sud-est. Je reste en arrière avec Iarwain.
Iarwain - Mais attends, t'y crois toi ?
Takeshi - A quoi ?
Iarwain - Ben cette fille, là, elle était à l'examen, j'ai pas rêvé ?
Takeshi - Pas du tout, c'est bien elle... Et on l'a faite passer Chuunin d'ailleurs...
Iarwain - Mais attends, ça veut dire qu'on va être dans une organisation secrète à but pacifiste dans Arasu, menés par une Maboroshi ?
Takeshi - Ouais...
Iarwain - P'tain, si Shimaru l'apprend...
Takeshi - Shimaru ?
Iarwain - Laisse tomber, c'est un autre Mabo... Mais je pense pas que tu le rencontre un jour...
Takeshi - Ah...

Sur ces mots, nous arrêtons notre conversation, et je scrute celle qui nous guide. Elle est vêtue d'un sari fin, de couleur parme, qui lui sied à merveille. Sa longue chevelure sombre flotte légèrement.
Malgré son âge, il est assez plaisant de la regarder.

*Elle me fait penser à Misaki...*
Elle fait un geste ample du bras, montrant un collier de lourdes perles, contrastant avec ses mains fines. Je perçois aussi un tatouage, en forme de serpent.
Puis elle se retourne, et me regarde droit dans les yeux. Son regard est pénétrant, et empli de nombreux sentiments. Son visage, aux traits légers, impose une certaine sensation de sérénité.

*Elle est plutôt mignonne pour son âge...*
Iarwain - Alors, Takeshi ! Tu rêves ?
Je reprends soudain conscience de la réalité, et remarque que j'ai ralentit l'allure. Tout le monde est loin devant moi à présent.
*Merde... J'étais perdu dans ma contemp... Dans mes pensées, et me voilà à la traine...*
Takeshi - Désolé ! J'arrive !
Je leur lance un sourire sincère, et il rigolent tous.

Voilà bien plusieurs heures que nous marchons, et nous sortons enfin du désert. Sautant sur un rocher, je contemple l'étendue sableuse, s'étirant jusqu'à l'horizon.

*Adieu Chikara, car c'est peut-être bien la dernière fois que je foule ce désert...*
Je détache mon bandeau frontal, et le pose contre la pierre.
*Ce bandeau qui me vient de mon frère... Je le marque aujourd'hui du symbole des déserteurs... Et à jamais, je devrais fuir... Voici la voie que j'ai choisi, afin de retrouver mon frère, car je n'ai désormais plus que lui...*
Sortant un Kunaï de ma sacoche, je trace un trait profond d'un bout à l'autre de la plaque de fer frappée du signe de Chikara.
Je range le Kunaï, et regarde longuement le bandeau. Puis je l'attache de nouveau, mais autour de mon bras gauche.

Iarwain - T'es vraiment un poids mort !
La voix de Iarwain est lointaine. Une fois de plus, je me suis fait distancé.
Je regarde une dernière fois en arrière, tandis que le soleil se reflète sur le sol sableux.

Takeshi - Yuugiri !
Je réapparait au milieu du groupe, ce qui à pour effet de les surprendre.
Iarwain - Merde alors... Je m'y ferais jamais, à ce truc...
Hakaima - Sympa, comme capacité... J'avais jamais vu personne se téléporter, jusqu'à maintenant...
Takeshi - Héhé !
Abu - Allez, tout le monde, on repars...


Siddharta - Bon, on va passer la nuit ici...
Abu - Il devrait y avoir une auberge dans ce bled... Avec des bains...

Je m'approche rapidement d'Abu, et lui murmure à l'oreille.
Takeshi - Ils sont mixtes, les bains ?
Abu - Oui, pourquoi ?

*Génial !!!!!!*
Takeshi - Non non, pour rien.
Malgré mon air parfaitement stoïque, il me regarde d'un œil suspicieux.
Takeshi - Bon, on s'arrête ici !
Chihousou - T'as l'air motivé...
Takeshi - Ouais...

*On n'a qu'une seule fille dans le groupe, mais même si elle y va pas, il y aura bien quelques filles à mater... Niark !*
Nous pénétrons dans le village, mais tout semble désert. On cherche ladite auberge, et une fois à l'intérieur, personne.
Je m'avance vers le comptoir, et appuie sur la sonnette.
Quelqu'un se précipite vers nous.

Aubergiste - Bienvenue chez nous, voyageurs ! Ça fait bien longtemps qu'on a vu personne par ici...
Takeshi - Quoi ? Vous n'avez pas d'autres clients que nous ?
Aubergiste - Non... La région n'est pas très fréquentée...

*Merde...*
Aubergiste - Combien de chambres ?
Siddharta - Trois chambres avec deux lits, je vous prie. Et les meilleurs de votre établissement, je l'espère. Je suis une Maboroshi, tout de même !

Le réceptionniste hausse les sourcils, comme intéressé.
Aubergiste - Vous venez de la célèbre famille Maboroshi de Gensou ?
Siddharta - Oui...
Takeshi - Et moi des la famille Masumane de Chikara !
Iarwain - Tsss...
Aubergiste - Que de célébrités ce soir ! Vous aurez bien sûr nos meilleures chambres ! Maintenant, si vous voulez bien me suivre jusqu'à vos appartements...


La répartition des chambres fut vite faite. Siddharta avec Abu, Chihousou avec Hakaima, et Iarwain avec moi.
Takeshi - J'aurais préféré être avec Sidd'...
Iarwain - Tu dis ça pourquoi ? Parce que c'est une Mabo, parce que tu la trouve mignonne, ou juste parce que c'est une fille et que...
Takeshi - Un peu de tout ça...
Iarwain - Je vois le genre... Mais pourquoi ton œil est rouge ? Tu utilises ta pupille ?
Takeshi - Ouais...
Iarwain - Et tu surveilles quoi ?
Takeshi - Le couloir...
Iarwain - Pourquoi ?
Takeshi - Tu savais qu'il y a des bains mixtes, ici ?
Iarwain - Ah d'accord...

Soudain, je sursaute, car la porte de la première chambre s'ouvre. En sort un Abu simplement accoutré d'une serviette. En regardant bien par l'entrebâillement de la porte, je peux voir la jeune Chuunin en train de méditer.
*Fais chier... Pas pour cette fois... A moins que...*
Iarwain - C'était pas elle ?
Takeshi - Non...
Iarwain - A ton sourire, j'en déduis que tu as une idée makayavélique...
Takeshi - Makayavélique ?
Iarwain - Machiavélique si tu préfère...
Takeshi - En effet...


A l'heure du repas, toujours pas de mouvement de la part de Siddharta. Ni d'aucun autre. On a passé notre temps à discuter de nos motivations personnelles.
Pour moi c'est simple, retrouver mon frère.
Nous nous asseyons donc en silence autour de la table, et le réceptionniste nous apporte des plats en nombre. Un vrai festin.

Takeshi - Génial !
Nous mangeons tous, et tout, puis quand vient l'heure du dessert, le patron nous apporte une de ses liqueurs privées.
Aubergiste - Buvez, mes seigneurs...
Takeshi - Volontiers !
Siddharta - Non merci.

Les autres goûtent, et tous, y compris moi, faisons une moue dubitative.
Hakaima - Ça a un goût bizarre...
Aubergiste - C'est fait à partir d'un fruit local, c'est pour ça...

Tout en posant ma coupe, je mets en place mon stratagème. J'insuffle discrètement un peu de Fuuton dans ma main, et l'envoie vers la coupe pleine de Siddharta. Le contenu se verse sur elle.
Iarwain, comprenant, se prend la tête à deux mains.

Takeshi - Merde, désolé, j'ai dû la poser un peu fort, excuses-moi...
Siddharta - Il n'y a pas de mal...

L'aubergiste la regarde, et semble avoir un sourire discret.
Aubergiste - Si vous le souhaitez, vous pouvez profiter de nos bains, et vous pourrez par là même faire sécher vos habits.
Siddharta - D'accord...
Aubergiste - Suivez-moi.

Après qu'ils soient sortis, je me lève.
Takeshi - Bon, je suis crevé, je file...
Chihousou - Bonne nuit !


Dernière édition par Takeshi Masumane le 2/2/2009, 17:28, édité 2 fois
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 11 : Désertion (Partie 2)

Message par Takeshi Masumane le 2/2/2009, 17:23

L'auberge rouge
Une dizaine de minutes plus tard, je me déplace furtivement en direction des bains.
Je me déshabille tranquillement, comme si de rien n'était, puis entre.

Siddharta - Qui est là ?
Takeshi - C'est moi, Takeshi !
Siddharta - Mais qu'est-ce que tu fais là ?
Takeshi - C'est des bains mixtes, et j'avais envie de me relaxer un peu...

Elle me regarde d'un air sombre. Pas étonnant.
Avec toute la vapeur qu'il y a, je ne me presse pas pour pénétrer dans l'eau, et ne suis pas vraiment gêné.
Une fois à l'intérieur, je sens la chaleur et la torpeur m'envahir, mais j'ai mieux à faire que de dormir.

Takeshi - Dis-moi... Pourquoi toi, une Maboroshi, alors que tu as déjà tout, tu veux déserter ?
Siddharta - C'est à Arasu qu'est l'avenir de Kodomo no Asu...
Takeshi - Tu en es persuadée ?
Siddharta - Absolument !
Takeshi - Dans ce cas...

Mes paupière se font lourdes.
Takeshi - Je suis crevé, moi... Ça te dirais pas d'aller au lit ?
Siddharta - De quoi ?

Soudain, j'entends un bruit léger en provenance de la porte, et un sifflement s'approche. Un projectile fuse au travers de la vapeur, tout droit vers ma tête.
Je plonge pour éviter, et une vision magnifique s'offre à moi.

*Miam !*
Comprenant l'objet de ma contemplation, sa jambe se lève, pour se diriger droit vers mon visage.
Ce que je vois alors me plait tellement que ne bouge même pas. Je sors de l'eau en volant, et je m'écrase sur le sol. Je reprends alors conscience du danger, et me relève rapidement.

Takeshi - Qui est là ?
Ombre - Bienvenue à l'auberge rouge !
Takeshi - De quoi ?

De nouveaux projectiles en forme d'étoiles se dirigent vers moi. Je les évite, puis me téléporte vers mon ennemi. Mais à cause de la vapeur, je ne vois rien de nette.
Ombre - Vous allez mourir, voyageurs !
Takeshi - Je comprends pourquoi vous n'avez jamais de clients...
Ombre - C'est assez lucratif comme activité... Plus que de tenir une auberge paumée.
Takeshi - Je vois.

C'est alors qu'une explosion retentit, et un pan du mur au-dessus de nous s'effondre.
*Les autres !*
Iarwain, Chihousou et Hakaima atterrissent autour de moi, en formation de combat.
Iarwain - T'avais trop chaud, Take ?
Takeshi - Ta gueule ! En plus, je suis pas le seul à être dans le plus simple appareil...

Ils se tournent vers l'eau, et voient la tête de la jeune fille dépasser. Elle plonge immédiatement.
Hakaima - Vous deux, vous...
Takeshi - Rien du tout, on a été coupé !
Chihousou - Coupé ?
Takeshi - Laisse... On a à faire...


Tandis que Siddharta continue à nous observer depuis le bassin, mes trois compères exécutent des signes.
Iarwain - Kage Bunshin no jutsu !
Puis il disparait dans la vapeur, devenu invisible.
Hakaima - Dangan Mizu !
Utilisant l'eau du bassin pour sa technique, il envoie des bulles d'eau en direction de nos agresseurs, car d'autres ont rejoint celui qui m'a attaqué.
Quant à Chihousou, il lance des shurikens, et plusieurs disparaissent en chemin.

*Une sacrée brochette de tafioles... Tous en train de faire du Gen, ou du Nin de bas niveau...*
Takeshi - Yuugiri !
Je reparais dans les vestiaires, et enfile mon pantalon et mon maillot de corps, puis je passe mes bandelettes autour de mes poignets.
Je me retéléporte au cœur du combat, et crie à mes amis de se reculer.

Takeshi - Fuuton ! Asashi no jutsu !
J'envoie une déferlante de chakra Fuuton dans la direction des détrousseurs, et la vapeur se dissipe alors.
Ils sont cinq.

*En parlant de cinq, où est Abu ?*
Revenant à la réalité, je concentre un chakra peu habituel, du chakra Suiton. Puisant moi aussi dans le bassin, je fais s'élever une longue colonne d'eau, composée de milliers de petites aiguilles aqueuses.
Takeshi - Suiton ! Misuman'tan'ken !
Le jutsu s'en va tout droit vers les cinq hommes. Deux évitent, et les trois autres sont projetés contre le mur, de nombreuses traces sur le corps.
Mes trois comparses s'élancent chacun vers un d'entre eux, et moi, je me retrouve face aux deux autres.

Bandit 1 - Et bien, t'es plutôt bon, gamin... Pas étonnant, venant d'un Masumane...
Takeshi - Je suis désormais le chef du clan, alors tu ferais mieux de réfléchir avant de parler...
Bandit 2 - Sans blague ?
Takeshi - Héhé...

*J'y avais pas pensé, mais je suis l'héritier du clan, et mon père est mort.. Je suis le chef du clan Masumane...*
Takeshi - Libération, Kanazuchi !
*Il est plus que temps de tester ce sabre.*
Apparait alors dans ma main un sabre énorme, mesurant près de deux mètres, avec une forme assez atypique.
Bandit 1 - C'est quoi ce truc ? Pas un peu lourd pour toi, majesté ?
Takeshi - Et ta mère, elle est lourde ?
Bandit 1 - Va te faire...

Ils se lance vers moi, lames au clair, et semblent à l'aise avec une arme. C'est pas leur coup d'essai.
Je pare leurs attaques, et réplique à mon tour. Concentrant du Fuuton dans ma main gauche, j'en projette un contre le mur, puis me téléporte derrière l'autre, et le transperce de ma lame géante.
C'est alors que je sens son corps devenir plus lourd. En une fraction de seconde, ses muscles se sont relâchés, et il est mort.
Je me sens invincible, j'ai une poussée d'adrénaline, et je scelle à nouveau mon sabre. Puis je concentre du Raiton dans mon index droit, qui se met à briller, puis le pointe vers la tête de l'homme à terre. Il tousse, car visiblement le choc fut rude.

Takeshi - Akaden ! Akakyuudou !
Un fin éclair rouge part de mon doigt, et une fraction de seconde plus tard, traverse de part en part le torse du bandit.
*J'adore ça !*
Souhaitant à nouveau tester l'expérience, alors qu'il respire péniblement, je plante légèrement ma lame dans son thorax. Immédiatement, alors qu'il aurait dû hurler, il se détend, et s'affale contre le mur. Comme si son énergie s'était enfuie toute seule. Il est mort.
Je me sens pour une fois libre, et détendu.
Faisant le tour des bains, je vais aider mes comparses, et une fois que leur victime est à terre, je les achève d'un coup de lame.
Les autres me regardent, interloqués et dubitatifs. Ils me prennent pour un fou.
Soudain, des applaudissements résonnent un peu plus haut, et nous levons tous la tête. D'un regard assassin, je constate qu'Abu observais toute la scène.
Les autres le regarde d'un œil mauvais.

Abu - Bravo, vous venez de gagner ma confiance. Je ne vous croyais pas capables de vous battre, ni de protéger Siddharta-sama, mais me voilà convaincu.
Takeshi - Enfoiré, tu nous as emmené ici exprès ?
Abu - Oui...

Il saute par le trou dû à l'explosion, et atterri à coté de l'eau. D'ailleurs, il n'en reste plus beaucoup, et Siddharta tente des cacher sous corps dans un recoin de roche. Mais ce n'est pas très efficace, et c'est donc un bonheur pour mes yeux.
Abu - Siddharta-sama ?
Abu tend des vêtements propres et secs à la jeune fille, qui nous fait signe de nous retourner le temps qu'elle se change.
J'appose mon Dôjutsu dans mon dos, ce qui me permet d'y voir parfaitement.

*Miam !*

Le lendemain matin, nous reprenons la route. Après plusieurs heures de marches, nous arrivons en vue d'une chaine de montagnes assez imposante, plutôt verdoyante.
Un panneau de signalisation indique le village de Nobeoka.

Siddharta - C'est là que nous allons !
Chihousou - Et c'est encore loin Arasu ?
Abu - Juste après Nobeoka...
Chihousou - Ah d'accord...

Alors que nous approchons, les contours des montagnes se font plus précis, et le village apparait. Ses remparts culminent au-dessus de nos têtes, et quand nous approchons de la porte, quelqu'un nous interpelle.


Dernière édition par Takeshi Masumane le 2/2/2009, 17:28, édité 2 fois
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 11 : Désertion (Partie 3)

Message par Takeshi Masumane le 2/2/2009, 17:23

Arrivée à Nobeoka
Garde - Eh ! Vous !
Il saute, et atterrit au milieu de notre groupe.
Garde - Que venez vous faire dans le village de Nobeoka ?
Abu - Nous souhaitons passer la nuit ici, nous ne sommes que de simples voyageurs, en quête d'un logis.
Garde - Je pense que vous feriez mieux de rebrousser chemin, les jeunes. Ici, c'est pas pour les p'tits.

Avant qu'il ai pu réagir, je me tiens devant lui, une lame contre sa gorge.
Takeshi - On a beau être jeune, on est pas des enfants de cœur. Regarde.
Je lui montre mon bandeau de Chikara attaché à mon bras. Avec une longue balafre coupant net le symbole du village caché du désert.
Takeshi - Tu dois maintenant te douter pourquoi nous sommes ici. Alors, ouvre les portes.
Je scelle à nouveau Takekaze, et le regarde droit dans les yeux.
Garde - Très bien.
Il se recule, nous toise du regard, nous jauge, et siffle comme un oiseau. Les portes s'ouvrent, et nous pénétrons dans Nobeoka.
Le garde s'approche de moi, et me parle doucement.

Garde - Tes amis feraient mieux de faire comme toi, et de rayer leur bandeau. C'est mal vu, ici, un bandeau officiel. Qu'il les cachent en attendant.
Il s'éloigne, et je vais faire part de cela à mes comparses.
Il rangent tous leur bandeau, et décident de s'en occuper une fois arrivés à Arasu. Nous parcourons la grande rue principal du village, et tous les regards se tournent vers nous. Les gens semblent nous étudier consciencieusement.
Iarwain se penche vers moi.

Iarwain - Merde alors, on est comme des rats de laboratoire... Ils sont bizarres ici...
Takeshi - Preuve qu'on est au bon endroit.
Iarwain - Ouais...
Chihousou - Bon, faut se trouver une auberge, et un bar, pour glaner des infos, ce serait pas mal.
Abu - On a qu'à demander...

Abu se détache du groupe, et va parler au villageois. Mais il semble se faire remballer à chaque fois. Visiblement énervé, il use de ses pupilles sur un mec esseulé, et ça marche. Il revient vers nous.
Abu - C'est bon. J'ai des adresses. On va déjà aller poser des affaires à l'auberge. Suivez-moi !
*J'adore les pupilles des Maboroshi... On m'en avait déjà parlé, mais là, je trouve que c'est fort...*
J'observe le décor alentour, avec ses maisons, ses commerces, et les personnes qui gravitent autour de nous comme des mouches autour d'un pot de miel.
Soudain, j'aperçois un visage familier derrière le coin d'un mur. Je ralenti l'allure, et regarde plus attentivement. Le jeune homme disparait derrière le mur adjacent.

Takeshi - Abu, c'est quoi le nom de l'auberge ?
Abu - Ça s'appelle "Au dragon qui tousse".
Takeshi - J'ai à faire... Je vous retrouve là-bas...
Abu - OK !

Ils continuent leur route, et moi je me dirige vers la ruelle d'à coté, vers cette personne que je connais.

Takeshi - Enfin, je t'ai retrouvé ! Enfin, ma quête m'a mené à toi ! Idato !
Il est là, face à moi, de dos. Il se tient droit, comme refusant d'affronter mon regard.
Je compose des signes, et appose mon sceau de vision dans mon dos. Je me prépare à un combat imminent.

Takeshi - Regarde moi quand je te parle, Idato ! Aurais-tu oublié ton petit frère ?
TIdato - Non, Takeshi... Je ne t'ai jamais oublié...
Takeshi - Si je suis ici, c'est pour que tu me suive jusqu'au village, où tu sera jugé pour tes crimes. Tu as tué notre oncle, et notre père... Jamais je ne te le pardonnerais !

Il se retourne enfin, ses yeux sont emplis de larmes, et il semble surpris.
Idato - Père est mort ?
Takeshi - Oui, à l'hôpital, suite à ses blessures.
Idato - Je... Je ne voulais pas... Seul l'oncle devait mourir...
Takeshi - Tu as détruit le clan ! Et tu crois que je pourrais croire à ton petit manège ? Tu es un monstre !
Idato - Oui... Un monstre... Si tu tiens tant que ça à me faire entendre raison, tu devras me battre en duel...
Takeshi - Très bien... S'il n'y a plus que ça pour te faire revenir...

Je libère Takekaze, et me mets en position de combat.
Il sort à son tour un sabre d'un sceau, et se prépare à m'affronter.

Idato - Tu es trop faible pour ça, Takeshi... Tu le regretteras !
Takeshi - Je me suis entrainé comme un fou en attendant ce jour... Je ne suis plus le petit frère béat d'admiration que tu as autrefois connu !
Idato - Fais moi voir à quel point tu me hais !


Tandis que j'entame une course rapide vers lui, il se téléporte derrière moi, mais j'ai anticipé. Je glisse sur le sol, et envoie ma lame en arrière.
Il saute pour éviter, et je charge du chakra dans mon sabre. J'envoie une lame de Fuuton dans sa direction, qu'il esquive d'un mouvement souple.
Il charge ses mains de chakra, l'une s'entoure d'une aura blanchâtre, et l'autre d'éclairs rouges.

*Merde, il maitrise les mêmes jutsus que moi, mais au niveau supérieur... C'est la merde !*
Il concentre son énergie entre ses mains, et une boule d'énergie composée des deux éléments héréditaires du clan se forme. Il la projette vers moi, et je saute pour éviter l'attaque.
Le mur touché par le jutsu explose en petits éclats.
En l'air, je commence à exécuter la danse des lames. Des nombreuses ondes destructrices de chakra Fuuton filent vers Idato, et il les évite sans le moindre mal.
Comprenant que la situation est mal engagée, je change de style.
Transformant Takekaze, je me retrouve avec deux Tantôs entre les mains, plus un sabre dans le dos.
Effectuant un Yuugiri, je me retrouve juste devant lui, baissé, prêt à passer sous sa garde, mais c'est comme s'il avait ressenti mon déplacement, et je reçois un violent coup de pied dans l'épaule.
Je fais un roulé-boulé sur le sol terreux, et je me redresse. Il fonce sur moi, lame au clair, et nos armes se fracassent et s'entrecroisent. Je profite d'une ouverture pour redonner sa forme originelle à Takekaze, puis y concentre du chakra, afin de l'aiguiser.

*Je vais trancher son sabre !*
Abattant ma lame vers lui, je fait en sorte qu'il soit forcé de parer, ce qu'il fait. Mais au lieu de découper le métal, mon sabre reste bloqué contre le sien, comme si de rien n'était.
*Merde, son sabre est indestructible. Il est fait pour combattre des lames renforcées au chakra...*
Je fais un saut en retrait, et fais disparaitre mon sabre. Mon frère fait de même, et nous nous jetons au corps à corps.

Les coups s'enchainent. Je lance ma jambe gauche vers son bassin, mais elle rencontre son avant-bras, qui accompagne ma jambe. Profitant de l'élan, je pivote sur moi-même, et tente de frapper du plat du pied droit dans son dos.
Mais il disparait, et ressurgi à ma droite. Il tente un balayage, mais je saute pour esquiver. Continuant son mouvement, il m'atteint au niveau du plexus. Je suis projeté contre un mur, mais je concentre du chakra dans mes pieds, et je me réceptionne parallèlement au sol.
Je saute alors vers lui, et compose des signes. Du Fuuton vient se placer dans mes paumes, et une fois à son niveau, je relâche le tout. Une onde de choc le fait reculer de plusieurs mètres. Je fais une roulade à la réception, et recommence à courir vers lui.
J'envoie mon poing vers sa tête, mais il fait un bond, et s'appuie sur mon crane pour passer derrière moi. Je roule sur le sol, tandis que lui se redresse, et compose quelques signes.
Il se téléporte vers moi, la main pleine d'éclairs, et frappe. Je me téléporte à mon tour, et apparait sur un toit. Le pan de mur qu'il frappe à la place de mon corps éclate sous le choc.
J'attrape un Shuriken, puis le lance vers Idato, avant de me téléporter à nouveau à l'opposé, dans la fumée dû à l'effondrement du mur.
Je me cache derrière un morceau de pierre issu du mur, et sors une fiole de potion de chakra.

*Putain, je consomme trop, alors qu'il ne semble même pas gêné...*
Le toit sur lequel je me tenais viens d'être réduis en miette, car pensant que j'étais là-bas, à cause du Shuriken, il y a envoyé une boule d'énergie explosive.
Je me relève, voyant la forme de son corps, et je me concentre afin de pouvoir exécuter le même jutsu.

*Père m'a apprit !*
Je projette la petite boule que j'ai formé vers Idato, ce qui a pour effet de dissiper un peu le nuage de poussière sur le chemin. Il la reçoit en pleine tête, et celle-ci explose, avant que le reste du corps ne perte en fumée.
*Un clone !*
Je vois une forme sombre arriver dans mon dos, et me retourne. J'envoie un Shuriken, et le clone disparait. Toujours au cœur de la tourmente, je vois plusieurs formes se déplacer autour de moi.
*Il y en a trop... Trop de clones... Lequel est le vrai ?*
Je saute pour sortir de la fumée, et plusieurs clones sautent à ma suite. Ils foncent sur moi, chacun un Kunai dans la main. Je forme un bouclier de Raiton rouge, au moment où il sont sur moi, et tous éclatent en fumée.
C'est alors que je vois Idato sur un mur, observant la situation. Je tire un éclair dans sa direction, et il le prend de plein fouet, se transformant à son tour en nuage de fumée.

*Quoi, encore un ?*
Alors que j'atterris, je vois se dessiner les contour d'un corps dans la poussière, derrière moi, grâce à mon Dôjutsu. Mais je n'ai pas le temps de réagir, juste de me retourner et de mettre les bras en croix pour me protéger.
Une main atteint mes bras croisés, et je reçois une onde de choc de plein fouet. Je suis de nouveau projeté contre un mur, mais cette fois, je m'encastre dedans avec force. Le mur se fissure, et s'effondre sur moi. J'ai à peine le temps de me téléporter ailleurs, au milieu d'une cour, avant d'être écrasé.
Je me relève difficilement, et regarde mon frère droit dans les yeux. J'annule mon Dôjutsu, et mon œil redevient bleu.

Idato - Et bien, c'est vrai, petit frère, tu t'es amélioré...
Je me mets à genoux, et baisse la tête, les bras ballants.
Takeshi - J'abandonne. Tu as pu battre père, je ne suis pas taille face à toi...
Idato - Sage décision...
Takeshi - Fais ce que tu veux de ma vie.
Idato - Entendu ! Je t'ordonne de vivre !

Je relève les yeux, surpris de ces paroles.
Idato - Bon, avec le foutoir qu'on a mit, pleins de gens vont rappliquer, et j'ai pas envie de tabasser pleins de gens, aujourd'hui... On s'en va ! Suis-moi !
Je force sur mes jambes, et commence à courir à sa suite, de toit en toit, tout en buvant une potion régénératrice.

Tout les deux, assis, nous regardons les nuages. J'allume une cigarette, et en tend une autre à Idato.

Idato - C'est pas bien de fumer, petit frère...
Il prend néanmoins la cigarette, et l'allume.
Takeshi - Je sais...
Nous continuons à regarder le ciel, sans prononcer un mot.
Puis à un moment, il se tourne vers moi.

Idato - Tu es fort Takeshi. Bien plus fort que les jeunes de ton âge. Tu est bien plus fort que les autres Chuunins. Tu le sais ?
Takeshi - Oui... Mais ça ne me sert à rien... Je n'arrive pas à protéger les autres, et je n'ai pas pu te battre. Je suis faible !
Idato - Non... Je suis juste d'un niveau différent. Tu ne peux nous comparer... La vie est dure à Arasu, c'est "gagne ou crève".
Takeshi - Arasu... C'est là que je vais.
Idato - Je sais... Avec tes amis... Mais pourquoi ?
Takeshi - Nous allons former une organisation pacifiste... Mais je les ai d'abord suivi pour te retrouver. J'ai fini par vraiment adhérer à leur pensée.
Idato - Tu crois que c'est possible, d'offrir au monde la paix ? Alors que nous ne vivons que pour la guerre ?
Takeshi - Si nous devons vivre pour mourir, autant ne pas naitre...
Idato - Nous mourrons tous un jour, il s'agit juste de choisir sa mort.
Takeshi - Nous ne choisissons pas, nous faisons ce que nous ordonnent les gradés.
Idato - On nous a toujours élevé, nous, les Shinobis, pour que nous soyons prêt à nous battre et mourir... Et tu veux changer ça ?
Takeshi - Oui.
Idato - Tu veux que nous soyons tous heureux ? Tous libres ? Tous capables de choisir notre vie ?
Takeshi - Oui...
Idato - Alors je t'aiderais !
Takeshi - Quoi ?
Idato - Je vais me mettre à tes ordres... Je souhaite rejoindre ton organisation afin de donner un avenir à nos frères ninjas.
Takeshi - Très bien...
Idato - Je fais partie d'un gang d'Arasu, le gang de Shintoki... Nous contrôlons le nord du village. Et je serais ravi de te ramener des adhérents.
Takeshi - Parfait... Je te remercie Idato...
Le silence se fait de nouveau.
Takeshi - Idato... Pourquoi es-tu parti ? Pourquoi as-tu détruit le clan ?
Idato - Ah... Toutes ces questions... Je t'y répondrais en temps voulu, mais sache cela. Je ne souhaite pas la disparition de Chikara. Si j'ai fuis, c'est pour protéger le village...
Takeshi - Comment ?
Idato - L'oncle se servait de moi pour tuer des gens. Il conspirait contre Chikara, à ses propres fins. Et père l'a aidé...
Takeshi - Je n'ose y croire...
Idato - Quand je suis parti, il m'ont remplacé... Par toi...
Takeshi - Alors, quand je me réveillais couvert de sang, sans aucun souvenir...
Idato - Oui...
Takeshi - Mais les gens qu'ils m'ont fait tuer... Je n'avais pas la force de le faire...
Idato - Ils ont trouvé le moyen d'augmenter momentanément tes capacités. Ils l'ont fait avec moi. Et cette possibilité de faire accroitre tes capacités, tu l'as. Autrefois, j'avais sur moi un sceau, qui contenait une réserve d'énergie énorme. Je l'ai libérée, et depuis, je suis devenu bien plus puissant. Quand tu sauras toi aussi libérer ce sceau, tu seras aussi fort que moi...

Je ne crois pas encore à ce qu'il me dit, mais pourtant, tout se tient. Je commence à percevoir différemment ma vie d'avant.
Takeshi - Idato... Je t'offre Takekaze... Ou plutôt, je te le rends. C'est ton sabre, après tout... Et merci pour ton cadeau.
Idato - Merci à toi, petit frère. Au fait, tu as compris le pouvoir de l'arme que je t'ai donnée ?
Takeshi - Elle dissipe le chakra ?
Idato - Exact...
Takeshi - Bon, je vais rejoindre mes comparses... On se retrouve à Arasu ?
Idato - Oui... D'ailleurs, si tu cherche Arasu, va voir du coté du tunnel, au nord. Les réponses y seront.
Takeshi - De quoi ? Quel tunnel ?

Alors que je me retourne vers lui, il a disparu.
*Ravi de t'avoir de nouveau à mes cotés, grand frère...*


Dernière édition par Takeshi Masumane le 2/2/2009, 17:29, édité 1 fois
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 11 : Désertion (Partie 4)

Message par Takeshi Masumane le 2/2/2009, 17:24

Le tunnel
Je rentre dans l'auberge, celle où mes coéquipiers se sont arrêtés. Je demande les numéros de leurs chambres, et on ne m'en donne qu'un.
*Soit le tenancier est un con, soit il n'y a qu'une chambre... Ça ce serait cool...*
Je monte à l'étage, et passe la porte de la chambre en question. Je me retrouve face à mes amis, en position de combat.
Takeshi - Doucement les gars, ce n'est que moi !
Abu - On n'est jamais trop prudent...

*C'est un dortoir... Fun ! Si Sidd' dort avec nous, je vais la voir en petite tenue... Comme ça je l'aurais vu dans toute les tenues... Niark !*
Siddharta - On ne reste pas cette nuit...
*Noooooooonnnnnnnnn !!!*
Siddharta - On part dans une heure. On doit trouver Arasu.
Takeshi - Je sais comment y aller !
Hakaima - C'est ça que t'es parti faire ? Trouver Arasu ?
Takeshi - Non, mais j'ai eu des infos sûres...
Abu - Très bien... Takeshi, dans une heure, tu nous guideras là-bas. En attendant, on bouffe et on se prépare.
Iarwain - Si c'est pour encore se faire agresser, moi, je vais pas manger...
Chihousou - Clair...
Takeshi - Bon, je suis passé faire des courses. Si j'ai bien compris mes infos, on va devoir traverser une grotte, donc j'ai pris des torches à magnésium...
Chihousou - Malin...
Hakaima - J'aime pas les grottes...
Iarwain - Pas plus d'infos ?
Takeshi - Non... Désolé... Bon, ben moi, je vais manger un bout !
Abu - Rendez-vous dans une heure devant l'auberge !
Le groupe - Reçu !


Nous marchons vers le nord, et vers la grotte dont Idato m'a parlé. Une fois devant ce qui semble être l'entrée d'une cavité rocheuse, je m'arrête.
Siddharta - C'est là ?
Takeshi - Je crois...
Iarwain - Tu crois ?
Hakaima - Eh, regardez, il y a un panneau là-bas !

Le groupe s'approche du panneau de bois.
Chihousou - C'est écrit... " Vous qui cherchez le salut, tentez de trouver la lumière. La fin de votre fuite est au cœur de la lumière."
Iarwain - Zarb...
Chihousou - Et donc, on doit comprendre qu'Arasu est au bout du tunnel ?
Abu - Ouais, on dirait...
Siddharta - Allons-y !

J'allume une torche, et tends les autres à mes collègues. Nous pénétrons alors dans le tunnel. Derrière moi, une voix s'élève.
Voix - Bonne chance !
*Idato ?*
Mais il n'y a personne. Nous marchons donc vers les ombres, nous enfonçant alors définitivement dans les ténèbres.
Au bout de trente minutes de progression, nous arrivons dans un cul de sac.

Hakaima - C'est normal que le tunnel soit bouché ? C'est par là, pourtant !
Iarwain - Fais chier...
Takeshi - Attendez, je vais libérer le passage !
Iarwain - Take, pas de conneries...
Takeshi - T'inquiètes !

Je concentre du Fuuton dans ma main droite, et le libère vers le mur de roche. Un trou se forme, et la passage est dégagé.
Takeshi - Facile !
Soudain, les parois commencent à vibrer.
Hakaima - C'est quoi ce truc ? On dirait des yeux...
Chihousou - Où ça ?
Hakaima - Là... Et là... Et là aussi... Un peu partout en fait...

Nous levons nos torches de concert, et apercevons alors que les parois qui bougent sont en fait des chauve-souris, d'énormes chauve-souris.
Takeshi - Et merde...
Plusieurs s'envolent alors, vers nous.
Chihousou - Argh !
L'une d'elles vient de saisir la torche de Chihousou, et l'a gobée. Et il en va de même pour celle d'Abu.
Alors que nous commençons à tabasser les grosses bestioles, les murs vibrent de nouveau, mais cette fois, le sol aussi, un un grondement sourd s'élève.

Abu - Ça s'effondre !
Iarwain - Takeshi ! T'as merdé !
Takeshi - J'ai juste ouvert le passage...
Iarwain - Ouais, mais t'as aussi réveillé ces saloperies, et voilà que tout va nous tomber sur la gueule...
Abu - Courez !

Au milieu des bêtes volantes et des rochers qui tombent, nous courons comme des fous. Mais le sol devient vite glissant. Je regarde en bas, et remarque que je suis en train de faire du ski sur une épaisse couche de fientes gluantes.
Takeshi - Attention, ça glisse par ici...
Les autres se mettent à leur tour à dériver, emportés par l'élan, et pour couronner le tout, le chemin devient dangereusement pentu.
*C'est raide, merde !*
Hakaima - Faut s'arrêter !
Abu - Trop tard !

Nous tombons sur nos postérieurs pour la plupart, mais Iarwain, lui, glisse sur le ventre.
*Le pauvre.*
Alors que nous glissons, nous arrivons à une sorte de falaise, de laquelle nous sommes projetés dans une grande étendue d'eau. Nous refaisons surface, mais les torches se sont éteintes.
Hakaima - Bravo ! C'est qui qui à voulu tourner à droite, tout à l'heure ?
Chihousou - Moi...
Hakaima - Laissez-moi lui apprendre le sens de l'orientation ! Je vais lui mettre un ou deux membres à l'envers, pour qu'il sache dans quel sens aller !
Chihousou - Mais c'est pas ma faute, pouvait pas savoir...
Siddharta - Ça suffit tous les deux...

Siddharta prend enfin la parole.
Siddharta - On va arriver au bout ! On le doit, c'est notre destin. Mais pour ça, il nous faut rester groupés, et soudés !
Abu - Ouais !

Les autres se calment.
Abu - Bon, qui a de la lumière ?
Je concentre du chakra dans ma main, et celle-ci est parcourue de petits éclairs.
La lumière se fait, les parois devenant rougeâtres.

Abu - Fais gaffe à pas nous électrocuter, avec ton machin...
Takeshi - C'est bon, mais si on sortait de l'eau, je pourrais faire plus...
Iarwain - Takeshi la lanterne !
Takeshi - Rho, toi ça va, hein !

Et nous rions tous, pourtant conscient que la situation n'est pas en notre faveur.

Après avoir nagé un bon moment, nous touchons enfin à ce qui semble être une berge. Nous grimpons dessus, et je concentre du chakra partout dans mon corps. Un bouclier de Raiton se forme, et éclaire les environs avec puissance.
Nous nous trouvons en fait dans une cavité gigantesque, et il est dur de voir la voûte rocheuse.
Mais grâce à cela, nous voyons enfin un passage.

Takeshi - Allons par là...
Nous marchons, longtemps, très longtemps. Si bien qu'au bout des trois heures, nous marquons une pause.
Chihousou - C'est moi, où on monte et on descend sans arrêt ?
Hakaima - Sans parler de tous les virages qu'on prend...
Iarwain - Je crois qu'on est perdus...
Takeshi - Mais non, on est pas perdus... On est juste au milieu d'un système souterrains de passages, qui se croisent et s'entrecroisent, et nous avons juste du mal à nous repérer dans la quasi obscurité... Bon, d'accord, on est perdus...
Iarwain - Ah, tu vois !
Hakaima - Au fait Take, ça va, tu fatigue pas trop ?
Takeshi - J'ai l'impression que je vais m'effondrer, mais c'est bon...

Je sors une potion de chakra de ma sacoche.
Hakaima - Ça marche bien, ta potion ?
Takeshi - Ouais, ça me remonte à bloc...
Hakaima - Et c'est ta combientième ?
Takeshi - Euh... Huitième je crois...
Hakaima - Wouah... C'est chaud...
Chihousou - Ouais... Mais sans ça, on aurait un peu de mal, quand même...
Iarwain - Oui, c'est sûr qu'on s'en sort à merveille.
Chihousou - Rho, ta gueule...
Hakaima - Au fait, pourquoi on n'a pas demandé aux mecs de tout à l'heure ? Au lieu de les massacrer...
Iarwain - Ben, s'ils sont là, c'est bien parce qu'ils n'ont pas trouvés la sortie...
Chihousou - Pas faux...
Abu - Bon, on repars !

Brigand - Vous ne passerez pas !
Takeshi - On verra ça !
Chihousou - En avant !

En moins de cinq minutes, la trentaine de brigands se retrouve en train de mordre la poussière. Et une fois de plus, un mur nous fait face.
Hakaima - Mais merde ! On s'en sortira jamais !
Un des voleurs se relève. Et il ne semble pas particulièrement sale et pouilleux.
Takeshi - Pourquoi ceux de tout à l'heure ils étaient tout crade, et que ceux-là sont manucurés ?
Iarwain - Manucurés ?
Takeshi - C'est une image...
Chihousou - Peut-être qu'ils sont là depuis peu... Ou alors...
Takeshi - Ou alors ils connaissent la sortie.
Hakaima - Et, minus ! C'est où la sortie ?
Brigand - Vous ne sortirez jamais vivant d'ici !

Il recule, et disparait dans le mur.
Abu - Un jutsu ?
Takeshi - On va voir !

Je sors mon sabre géant, et tranche le mur en deux, aussitôt, l'illusion se dissipe, et la lumière envahit le tunnel. Nous sommes éblouis, et nous apercevons à peine les deux hommes qui nous font face. Ils semblent dépités.
Brigand 1 - Pourquoi les gens arrivent toujours à passer ?
Brigand 2 - Trop pourrie ta technique !
Brigand 1 - Ta gueule, toi tu sais même pas le faire !
Brigand 2 - Je m'abaisserais pas à ton niveau !

Et ils se jettent l'un sur l'autre, en se frappant.
Abu - Bon, si on sortait d'ici, nous ?
Iarwain - Ouais !

Nous passons à coté des deux idiots, toujours en train de sa battre. Nous sortons de la grotte, et enfin, nous voici arrivés.
Siddharta- Arasu...
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 12 : Kodomo no Asu (Partie 1)

Message par Takeshi Masumane le 23/2/2009, 18:24

Un endroit bizarre
Takeshi - Chef militaire ? C'est une grosse responsabilité...
Siddharta - Oui, mais... Tu semble le mieux placé pour ça.
Takeshi - Je le pense aussi... Avec mon caractère un peu tête brulé, ma vision belliqueuse, et mon attrait pour le combat... Surtout que je suis pas mauvais, à la fois pour me battre, comme pour mener des hommes...
Siddharta - Tu comprends maintenant pourquoi je t'ai choisi.

Siddharta est assise, en position de méditation. Moi je suis juste à coté d'elle, debout, adossé à un pilier. Elle ne me regarde pas, mais moi je profite de la vue plongeante, tout en gardant un sérieux extrême.
Takeshi - Très bien, je ferais...
Je me redresse, puis pose un genou à terre, et me frappe la paume de la main gauche avec le poing droit.
Takeshi - ... selon vos ordres, Siddharta-sama !
Puis, avant même qu'elle n'ai pu réagir, je tends le bras, prends sa main, et y dépose un léger baiser.
Elle semble surprise de ce geste, venant de ma part. Mais elle acquiesce d'un signe de tête, et je me relève, pour ensuite lui tourner le dos et repartir vers les rues d'Arasu.
Il fait encore jour, mais déjà le soleil va se cacher derrière les hauteurs.

*La nuit, l'heure pour se mettre en chasse...*
Après avoir passé la journée à commencer l'installation du QG, j'ai décidé de me lancer dans le recrutement, et la récolte d'infos. Et quel meilleur moment que la tombée de la nuit ?

Marchant à pas feutrés dans les rues, je passe devant de nombreux endroits sordides, mal éclairés, avec des gens louches pour en garder l'entrée.

*C'est bel et bien la ville du vice...*
Coïncidence surprenante, alors que je pense ça, mon regard se pose sur une enseigne. Il y est écrit "Vice City".
Trouvant la chose marrante, je me décide à y entrer.
Un homme sert de portier, et me regarde avec des yeux sombres.

Videur - T'es nouveau dans le coin ? Je t'ai jamais vu...
Il a un cheveu sur la langue. Ce qui est assez délirant, mais ça détruit l'effet du personnage.
Takeshi - Ouais, je viens d'arriver... Je peux entrer ?
Videur - Non, désolé, c'est pas possible...
Takeshi - Pourquoi ?
Videur - Ce soir, c'est pour les habitués...
Takeshi - Mais comment tu veux qu'on s'habitue, si tu nous laisse pas rentrer la première fois ?

Il semble réfléchir, exercice difficile pour lui, semble-t-il.
Videur - Bon, t'es sympa, tu m'as l'air sincère, alors je vais faire une ex... Ex... J'aime pas ce mot... Enfin, tu peux rentrer.
Takeshi - Merci !

Je n'attend pas la moindre réponse de sa part, je passe la porte, et pénètre dans une salle assez petite, et sombre.
Voix de vieille femme - Bienvenue au "Vice City". L'entrée est à douze ryos, et le vestiaire à trois.
La voix s'élève d'une petite ouverture dans le mur à ma droite. Il semble que ce soit le comptoir.
Takeshi - Voici quinze ryos !
Je les sors de ma sacoche, et dépose mon manteau pourpre au vestiaire. Puis je passe la porte, et me retrouve dans une salle tout aussi sombre, mais néanmoins, d'une taille gigantesque. Quelques néons parcourent le plafond, et donne une teinte bleutée à la salle. Le long des murs, s'alignent des portes surplombées d'une lumière verte ou rouge.
Et chacune de ces portes possède une petite vitre afin de voir ce qu'il y a à l'intérieur.
Je m'approche de l'une d'elle, et il y fait tout noir. Aucune lumière ne vient de l'intérieur, mais il y a des sons. Je colle mon oreille contre la vitre, et me parviennent des bruits de fouet, et des cris de plaisir.

*Waouh ! C'est quoi cet endroit ?*
Je continue vers une autre porte. Cette fois, l'intérieur est très bien éclairé, voire même trop. Et s'offre à mes yeux un champ de corps, nus, qui s'entremêlent. Au moins dix personnes.
*Je sais pas où je suis, mais ça devient intéressant.*
Je me retourne alors vers la grande salle. De nombreuses personnes sont assises dans des canapés, et boivent des boissons multicolores. Je m'avance donc vers le comptoir, et commande un "Sakézana rouge". Je ne m'y connais pas en cocktails, mais je tente le coup avec ça.
Je vais m'asseoir à l'écart, et m'étale dans un sofa.


Takeshi - Rho, t'es tout bleu !
Homme 1 - Mais non, c'est l'éclairage...
Homme 2 - Oh, un dodo rose...
Homme 3 - Salut chérie !
Homme 4 - J'ai une de ces envie de...

En moins d'une heure, beaucoup de gens sont venus s'asseoir près de moi, et la conversation a ainsi débutée. Mais tout s'est vite enchainé.
Beaucoup de cocktails, beaucoup de cigarettes, améliorées ou non, et beaucoup de tentations. Des filles à moitié dénudées se sont misent à danser devant moi, et depuis, je ne tiens plus.

Homme 1 - Alors, mon gars, que t'arrives-t-il ?
Takeshi - Je trouve ces demoiselles toutes très mignonnes... Et vu que je suis passablement éméché, j'accepterais toute les propositions...
Homme 1 - Il faut que tu sois déchiré pour accepter les propositions ?
Takeshi - Non, mais ça me permet de me justifier ! Héhé !
Homme 1 - Hé mes chéries ! Allez vous occuper de notre ami, dans la salle neuf, et faites lui découvrir "Vice City" !
Fille 1 - Oui, patron !

Je me tourne, au ralenti, vers l'homme assit à ma gauche. Je le vois double.
Takeshi - C'est toi le patron ?
Homme 1 - Ouais !
Takeshi - Bon ben, mes compliments pour l'endroit ! Allez, je ne vais pas faire attendre ces demoiselles...
Homme 1 - Bonne nuit !

Je me lève, et suis les quatre femmes dans une salle, portant le numéro neuf. La lumière est verte, et quand la porte s'ouvre, elle devient rouge. Nous pénétrons tous les cinq à l'intérieur, et il y règne une ambiance sereine. La salle est éclairée par des bougies.
Les filles se mettent aux quatre coins d'un lit, placé au centre de la pièce.
Je m'allonge, et elles m'attachent les poignets. Réagissant une dizaine de secondes plus tard, je leur demande pourquoi.

Fille 1 - On aime les trucs bien pervers... Ça te dérange d'être attaché ?
Takeshi - Non, mon corps est à vous !


Me voici attaché, et les quatre jeunes filles peu vêtues se trémoussent en gloussant.
Puis elles stoppent toute activité, et me fixent du regard, alors que je commençais à peine à profiter du spectacle.
Et elles se mettent à rire, puis se dirigent vers une porte, dissimulée derrière un rideau.
Je ne comprend rien à la situation, mon cerveau n'étant plus très bien irrigué.

Takeshi - Eh, les filles ! Où vous allez comme ça ? On a même pas commencé à s'amuser !
Le décor s'assombrit. Je regarde tout autour de moi, et rien ne bouge. Quand soudain, la porte s'ouvre à nouveau.
Takeshi - Ah, j'ai cru que vous m'aviez... M'aviez...
Un homme, seul, entre. C'est le patron des lieux.
Takeshi - Euh, pourquoi elles sont parties ?
Il me regarde de bas en haut, et esquisse un sourire.
Takeshi - Quoi ?
Je regarde à mon tour plus bas, et remarque que mes vêtements ont disparus.
Takeshi - Et merde... Désolé pour la tenue...
Homme 1 - Pas grave, ça m'arrange...
Takeshi - Gné ?

Il saisit une poignée, collé au mur, et fait glisser un tiroir, d'où il sort divers objets de torture.
Takeshi - Euh, j'ai pas signé pour ça...
Homme 1 - Pas grave, ça m'arrange...
Takeshi - Tu te répète...
Homme 1 - Bref !

Il s'avance vers moi, et se place juste au dessus. Ses cheveux blancs et raides contrastes avec le décor.
Homme 1 - Salut, je me nomme Kaen. Je ne veux pas savoir ton nom, je veux juste que tu me dises tout ce que tu sais à propos de Tsukiyo, et de son chef, Shimaru Maboroshi !
Takeshi - Euh, et c'est pour ça que je suis attaché ?
Kaen - Ben, oui !

Il fait une moue dubitative, et me regarde droit dans les yeux.
Kaen - Tu me dirais tout sans que j'ai à te torturer ? C'est pas marrant... Bon, dis moi tout de suite, et après je te torture.
Takeshi - Mais non, oh !
Kaen - Parle !
Takeshi - Nan !
Kaen - Très bien...

Il aiguise une lame, puis la place au-dessus d'une bougie. Lorsque la lame devient rougeoyante, il me l'appose sous les parties.
Je hurle, tandis que lui fait un grand sourire.

Takeshi - Connard !
Kaen - A ton service. Je continue ?


Au bout de vingt minutes qui ont paruent en être cent, il se penche à nouveau vers moi.
Kaen - Parle !
Takeshi - Mais puisque je te dis que j'en sais rien, je connais pas Tsutruc, et ce Maboroshi non plus...
Kaen - Ce maboroshi ?
Takeshi - Ouais, j'en connais une, c'est Siddharta, sûrement une cousine.
Kaen - Et où je peux la trouver ?
Takeshi - Va te faire ! Je suis un Masumane, je ne trahi personne !
Kaen - Masumane ? Tu es un parent d'Idato ?
Takeshi - Son frère !
Kaen - Ah merde... S'il apprend que je t'ai torturé, il va me saouler. Bon, je te libère, à condition que tu ne lui dise rien.
Takeshi - Tu connais Idato ?
Kaen - Oui, je fais partie du gang de Shintoki, moi aussi...
Takeshi - Ah... Bon, ben ouais, détache-moi, et on en reparle !

Il défait mes liens, et je me remet debout avec difficulté. Je m'appuie contre un mur, et le fixe du regard.
Takeshi - Rends-moi mes fringues !
Il tape dans ses mains, et une de filles de tout à l'heure me rapporte mes affaires. Elle à l'air horrifié par les cicatrices qui parcourent mon corps. Elle tarde trop à sortir au gout de Kaen, qui la pousse à l'extérieur.
Kaen - Désolé pour tout... Tu n'en parle pas à ton frère, OK ?
Takeshi - Tu parles, bien sûr que je vais lui en parler, mais avant, je vais te défoncer la gueule !
Kaen - Ton frère n'y est pas parvenu, tu n'y arriveras pas non plus !
Takeshi - Tu as battu... Idato ?
Kaen - Oui, il n'est que Jounin, et moi un Kounin confirmé. Il n'a rien pu faire...
Takeshi - Enfoiré...
Kaen - Bref ! Je te prierais de bien vouloir sortir de mon établissement... Je vais demander à Kaboki de te rembourser.
Takeshi - C'est la moindre des choses !

Et je sors de la pièce en claquant la porte, en marchant en zigzag, et en titubant à cause de la douleur.
Mon manteau m'est rendu, et mes quinze ryos aussi. Puis je m'éloigne de ce lieu de débauche.

Takeshi - C'est quoi cette ville ?

Iarwain - Ah, enfin de retour ! On commençais à croire que t'avais trouvé refuge dans une maison close...
Takeshi - J'aurais préféré...
Iarwain - Mais, t'as pas une coupure, là ?
Takeshi - Pas de questions, c'était pas une soirée intéressante. Du moins pas sur la fin...
Iarwain - Bon, ben, bonne nuit ! Tu veux pas manger avant ?
Takeshi - Non, merci !

L'air renfrogné, je me dirige vers mes appartements, non loin de ceux de Siddharta, et me décide à faire un détour.
Je pousse la porte de sa chambre, et moins de dix secondes plus tard, je traverse le couloir en sens inverse, en vol plané.
Abu sort de la pièce à ma suite, mais d'une façon plus conventionnelle.

Abu - Ne t'avise plus de revenir trainer dans sa chambre !
Takeshi - Tu me le paieras !

Sur ces bonnes paroles, emplies d'amitié et de considération, je me dirige cette fois vraiment vers ma chambre.
Une fois arrivé, je m'affale sur mon lit, me déshabille, et constate les dégats.

*Kaen, un jour, je te tuerais, je le jure !*
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 12 : Kodomo no Asu (Partie 2)

Message par Takeshi Masumane le 23/2/2009, 18:26

Les Shintoki
Idato - Alors, comment avance votre projet ?
Je me retourne, et Idato me fait face.
Takeshi - Tiens, te voilà... Ça avance... A petits pas, mais on s'en sortira.
Idato - Je vois.
Takeshi - Au fait, ton pote là, Kaen, c'est un sacré bâtard... Il m'a torturé pour avoir des infos sur un certain Shimaru...
Idato - Je connais le bonhomme... Ne t'en approche pas, il est... Disons... Un peu barge...
Takeshi - OK... Bref ! Si je me souviens bien, tu m'avais promit ton soutien. Je peux avoir plus de renseignements à ce sujet ?

Il presse un bouton sur son cou, et active sa connexion radio.
Idato - Venez, il est temps de faire les présentations.
Soudain, trois personnes arrive aux côtés d'Idato. Il se dressent face à moi, et me jaugent du regard.
Katsuo - C'est lui ton frère ?
Satsumi - Il te ressemble pas mal...
Mayuri - C'est pour lui qu'on va bosser maintenant ?
Idato - Oui...
Mayuri - Comme tu voudras... Je me nomme Mayuri, de Tsuchi.
Katsuo - Moi c'est Katsuo, du village de Ame.
Satsumi - Et moi, Satsumi, de Kusa.
Takeshi - Plutôt hétéroclite comme équipe... Je suis Takeshi, de Chikara.
Idato - Bien, maintenant que les présentations sont faites, on va écouter Takeshi.
Takeshi - Parfait. Comme vous devez le savoir, je suis le leader militaire d'une organisation nommée Kodomo no Asu, dont le but est de libérer le monde du joug de la guerre.
Mayuri - Un peu gros comme but, non ?
Katsuo - Sont tarés, les jeunes de nos jours...
Satsumi - Bref, écoutons-le...
Takeshi - Merci, Satsumi. Bien, sachez que je compte vous recruter pour faire partie de l'armée de Kodomo no Asu, à mes côtés. Rien ne vous y oblige, mais je souhaite vraiment votre présence. A l'heure actuelle, mon objectif est de recruter un maximum de gens pour l'organisation, et j'espère que vous m'y aiderez.
Idato - Sans problème Take... Soit, tout le monde est OK ?
Satsumi - Ça me va, tant que je reste avec toi, Idato...
Katsuo - Et voilà qu'elle remet ça... Je vous suis.
Mayuri - Pareil !
Takeshi - D'accord. Avant tout, je voudrais connaitre votre niveau et vos capacités.
Idato - Nous sommes tous les quatre des Jounin confirmés. De plus, notre équipe est rodée, chacun excellant dans un domaine, nous sommes complémentaires. Moi-même, je suis le leader, médecin et bretteur de l'équipe.
Satsumi - Je suis une experte en potions diverses, et en marionnette, en gros, la combattante de soutien.
Katsuo - Moi, je maitrise les sceaux, et surtout les explosifs ! Bref, avec moi, l'ambiance est électrique !
Mayuri - Quant à moi, je suis plus en retrait, je suis le stratège, et je maitrise bien le Genjutsu et les invocations.
Katsuo - Oui, t'es un peu la tapette du groupe...
Mayuri - Mais euh...
Katsuo - Malgré tout, faut dire que tu gère dans ton domaine, comme nous tous...
Idato - Maintenant que nous rejoignons Takeshi, je lui cède ma place de leader. Mais dis-moi, quelles sont tes capacités ? Je n'ai pas pu très bien juger lors de notre duel...
Takeshi - Je suis un Chuunin expérimenté, et je suis bon en tout, sauf en Genjutsu...
Katsuo - Haha, le mec pas trop sûr de lui...
Satsumi - Laisse-le parler, si il faut, il dit vrai !
Mayuri - On sait jamais sur qui on peut tomber... mais c'est valable dans les deux sens... Katsuo, montre-lui à quel point le monde est surprenant, même pour quelqu'un sûr de lui...
Katsuo - Avec joie, Mayu...
Satsumi - Ne lui fais pas de mal !
Idato - Laisse, Satsumi...


En moins de cinq minutes de discussion, me voilà face à un des futurs membres de mon armée. Cette jeune femme, aux traits taillés à la hache, se dresse devant moi. Elle ne bouge pas, semblant attendre une attaque de ma part.
*Bon, je sais juste qu'elle est forte en explosifs et en sceaux. Je vais entamer le combat à distance.*
Je concentre du chakra dans ma main droite, et lui envoie une décharge d'éclairs. Elle saute par dessus, et m'envoie une sorte de boule faite de terre. Celle-ci ne possède pas de mèche, mais arbore un petit sceau. Je saute en retrait, et la boule explose. L'onde me renvoie un peu plus loin que prévu, et je me rattrape tant bien que mal. Puis c'est une pluie de boule explosives qui tombe vers moi. Elles roulent sur le sol, mais ne semblent pas allumées. Je reste statique, quand soudain, Katsuo sort de la poussière provoquée par la première explosion. Ses doigts sont parcourus de petits éclairs.
*Elle aussi maitrise le Raiton...*
Katsuo envoie alors un petit éclair vers un des explosifs, et celui-ci éclate instantanément. Visiblement, c'est fait dans une matière instable. Elle réagit au chakra.
Je suis projeté sur ma gauche, surpris par l'explosion.

*Parfait, ça m'éloigne de la zone minée.*
Mais je me rends compte de mon erreur. Suite à l'explosion, plusieurs des petites bombes se sont envolées, à cause du souffle. Et certaines sont à mon niveau. J'entends un rire diabolique, et un éclair fuse vers moi. Cet éclair percute l'une des bombes, qui explose immédiatement.
Takeshi - Yuugiri !
Mais rien ne se passe. Alors que j'aurais dû me téléporter, je me retrouve coincé dans une sorte de boite faite de verre. L'explosion ne m'affecte donc pas, étant protégé dans cette boite.
*C'est quoi ce verre ?*
Alors que je retombe au sol, la boite se brise en petits éclats, qui se transforment instantanément en petits tas de sable.

Tandis que je me relève, encore marqué par le combat contre Idato, les tortures de Kaen, et les explosions, le nuage de poussière se dissipe.

Satsumi - Mais ça va pas, t'aurais pu lui faire du mal !
Katsuo - C'était le but, lui mettre un peu de plomb dans le crane.
Mayuri - T'as bien failli le faire, mais au sens propre...
Idato - Taisez-vous ! Takeshi, viens vers nous.

Je m'approche du groupe, à petits pas. Tous me fixent intensément, comme au début.
Idato - Petit frère... Ce que tu dois tirer comme leçon de cet affrontement, c'est que tu es encore faible... Face à nous tu ne fais pas le poids. Même pas en un contre un... Et il en va de même pour tes futurs adversaires... Et donc, tu dois t'entrainer, et devenir aussi fort que nous. Mais je sais que tu peux même faire mieux...
Mayuri - Ce minus... On a du mal à croire que c'est ton frère...
Idato - Mais ce ne sera pas facile... Tu souhaites devenir l'un des notre ? Tu veux nous diriger ? Tu veux être capable d'affronter n'importe qui ?
Takeshi - Oui !
Idato - Très bien... A compter d'aujourd'hui, je jure de t'entrainer dur, afin que tu sois apte à mener tes hommes au combat ! Mais avant cela, nous devons aller voir le chef du gang de Shintoki. Je suis certain qu'il sera ravi d'entendre parler de ton organisation...
Takeshi - Très bien...


Une fois arrivés devant la demeure principale des Shintoki, Idato se tourne vers moi.
Idato - Bon, il est clair que tu ne vas pas nous prendre sous ton commandement... Pas maintenant... Il s'agit pour l'instant de bosser en collaboration, de faire du donnant-donnant... C'est compris ?
Takeshi - Ouais, t'inquiètes.

Nous montons les marches, tous les cinq, puis pénétrons dans le bureau du chef du gang. Nous croisons un jeune homme qui semble se retirer d'une discussion avec le chef. Il salut Idato, qui me présente à cet étranger. Je ne connais pas son nom, mais il me semble d'un âge équivalent au mien, et plutôt sombre d'humeur.
Il fois la porte fermée, le chef prend la parole.

Boss Shintoki - Salut, les jeunes ! Qui est ce garçon ? Un nouveau ?
Idato - Mon frère, Takeshi.
Boss Shintoki - Ah, voilà une bonne nouvelle... Bien, je me présente. Je me nomme Shintoki Samanosuke, chef du gang de Shintoki. Je dirige cette région du village. Que puis-je faire pour toi, jeune homme ?
Takeshi - Et bien...

Je regarde Idato droit dans les yeux, et celui-ci me fais signe d'avancer, de la tête, avec un clin d'œil rassurant et un sourire encourageant.
*C'est toujours mon frère...*
Je m'avance, sortant du groupe, et fais face à Samanosuke.
Takeshi - Je suis Masumane Takeshi, de Chikara. Et je souhaiterais vous faire part d'une proposition d'alliance entre votre gang et mon organisation.
Il ne dit rien, gardant le silence, réservant ses commentaires pour la fin de ma plaidoirie.
Takeshi - Je suis membre d'une organisation nouvellement créée, du nom de Kodomo no Asu. Je n'en suis pas le dirigeant, mais je me permet de parler en son nom. Le contexte politico-social d'Arasu m'incite à venir quémander auprès de vous assistance et protection. Je conçois que notre organisation ne puisse vous être grandement bénéfique, mais en aucun cas notre association ne saurait vous être préjudiciable. En effet, je me porte garant des efforts qui seront fournis pour vous épauler dans votre quête, quelle qu'elle soit.
Boss Shintoki - C'est un ton bien formel, et des mots bien cherchés que tu emploies-là... Ça me plait ! Continues... Que veux-tu ? Et que m'offres-tu ?
Takeshi - Je souhaite un soutien de votre part, sur tous les plans que ce soit. Ainsi qu'une protection contre les autres gangs. Je conçois que nous n'ayons que peu de moyens pour le moment, mais nous ne saurions tarder à développer nos fonds, et ainsi prendre notre essor, de façon plus... Personnelle. En échange, vous obtiendrez mon apport particulier à n'importe quelle demande, et je pourrais bien évidemment me charger d'entrainer vos hommes, en compagnie des quatre personnes ici-présentes, si bien sûr vous m'aidez à trouver un terrain capable d'accueillir une telle charge.
Boss Shintoki - Parfait, tu es direct, et j'aime cette qualité-là.

Sans que j'ai pu percevoir le moindre mouvement, il se tient à un mètre au plus devant moi, les lames croisées devant ma gorge.
Boss Shintoki - Mais faudra faire gaffe à pas trop ouvrir ta gueule... J'aime pas ceux qui parlent trop.
Il relâche sa garde, et rengaine ses armes.
Boss Shintoki - Soit... Je comprends ta démarche. Très bien... Je me charge de te trouver un endroit pour entrainer qui tu souhaites. Dans l'enceinte du village, ou au dehors ?
Takeshi - Je préfèrerais à l'extérieur... Non loin, mais pas trop près non plus, de façon à entrainer quantité d'hommes, et faire de ce lieu une place forte, sans pour autant attirer les soupçons sur Arasu.
Boss Shintoki - Entendu... Mais avant toute chose, je souhaite rencontrer ton chef, et te confier une tâche. Tu es prêt ?
Takeshi - Sans problème ! Dites-moi tout, Samanosuke-sama !

Idato - Tu t'en es pas trop mal tiré, petit frère...
Katsuo - Tu parles, il faisait dans son froc !
Satsumi - Laisses-le un peu tranquille ! Shintoki-sama serait capable de faire fléchir n'importe lequel d'entre nous !
Katsuo - Ouais, sûrement, mais... Il faisait quand même dans son froc !
Mayuri - Katsuo, arrête un peu... C'est comme ça qu'on apprend... Les couilles en travers de la gorge, et le palpitant à fond.
Idato - Taisez-vous, notre cible va sortir. Takeshi, tiens-toi prêt.
Takeshi - Reçu
.
La liaison radio se remet à grésiller, et plus personne ne parle. Voilà bien deux heures que nous sommes en planque devant ce bistrot, à observer le va et vient des poivrots. La porte s'ouvre une nouvelle fois, et deux hommes en sortent. Il prennent la direction de l'est, et nous commençons à les suivre.
L'un d'eux correspond à la photo donnée par Boss Shintoki. Je me fais confirmer l'identification par Mayuri, déguisé en vendeur de journaux à la sauvette. Il fait un signe de tête, et Katsuo entame la marche. Elle s'arrête de temps à autre pour observer diverses choses au travers des vitrines.
Satsumi et Idato s'adaptent très bien à leur rôle, celui du couple amoureux. il s'embrassent à l'occasion, et gambadent en chantonnant, comme de vulgaires passants. Quant à moi, je suis habillé avec des guenilles, et je fais la manche.

Idato - Ne les collez pas trop, ils ne doivent se douter de rien !
Katsuo - T'en fais pas, on roxxe du poney ! C'est pas suivre deux boulets qui nous fait peur !
Idato - Justement, ne soyez pas trop confiants ! Mayuri, vends-les vraiment, tes putain de journaux ! Qu'on se fasse un peu de blé, pour le pourboire.
Katsuo - Dis plutôt que tu as mauvaise conscience, après avoir volé ses journaux à un pauvre type...
Idato - Et puis quoi encore ! C'est juste que... Rho fait chier ! Donnes-les, tes feuilles de choux ! Mais ne les perds pas de vue !
Mayuri - Quoi, les journaux ?
Idato - Non, les deux mecs, crétin !
Mayuri - Ah ouais... OK...
Idato - Takeshi, tu suis ?
Takeshi - Oui, oui... Une tite pièce, pour manger... Mais on est censé... La bonne action de la journée monsieur... Les chopper quand ? Merci, monsieur, qu'Izanami vous le rende !
Katsuo - Prends pas ton rôle trop à cœur, gamin, ou les prochaines fois, on saura d'avance quoi faire de toi dans les filatures...
Idato - Il faut attendre qu'ils quittent ce secteur, et on leur tombe dessus quand on aura identifié leur repaire.

La marche reprend, en silence. Les deux brigands nous font traverser plusieurs sous-secteurs du gang voisin, puis ils arrivent devant un grand bâtiment blanc.
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 12 : Kodomo no Asu (Partie 3)

Message par Takeshi Masumane le 23/2/2009, 18:27

Satsumi - C'est là ?
Katsuo - On dirait bien...
Idato - Tout le monde reste à sa place, on ne bouge qu'à mon signal !

Je suis assis à un carrefour, à une vingtaine de mètres du bâtiment en question. Mon visage n'est plus le même, grâce aux effets d'un Genjutsu que je me suis lancé sur moi-même.
*Les bases... Toujours les bases... Comme quoi, ce que j'ai appris à l'académie va peut-être devenir utiles...*
Mayuri est couché à coté de moi, sous la forme d'un chien noir.
Je ne parviens pas à repérer les autres, preuve que leur couverture est efficace.
Les deux hommes entrent dans la bâtisse. Au bout de dix minutes, l'un d'eux ressort. Celui de la photo.

Idato - Mayuri, Satsumi, vous le suivez, et vous découvrez qui est son contact ! Gardez votre radio branchée !
Mayuri - Mais je voulais être avec Katsuo, pour une fois !
Satsumi - Ahlala...

Je vois alors, sur les toits, bondir Satsumi. Malgré la détente dont elle fait preuve, elle reste très discrète. Mayuri marche derrière l'homme, toujours sous l'apparence d'un chien.
Idato - Katsuo, Takeshi, rejoignez-moi devant la porte !
Je me lève, et relâche mon illusion. Je reprends ma vrai forme, ainsi que mon vrai visage. Idato apparait en lieu et place d'un gros pot de fleurs, et Katsuo s'extrait du mur, dans lequel elle s'était camouflée.
Idato - Bon, visiblement, c'est là la planque de ces connards... Ici vivent les mecs du gang Bakoto, qui nous pourrissent la vie depuis quelques semaines. L'objectif est simple, on doit frapper fort.
Katsuo - Ouais, on a déjà été briefés !
Idato - Je sais, mais je veux que Takeshi soit certain de savoir dans quoi il s'engage. Ce que nous faisons, la plupart du temps, dans notre gang, c'est du terrorisme. On fait péter des trucs, dans diverses optiques.
Katsuo - Là, c'est pour montrer qu'on est pas des tapettes...
Idato - Exactement... Tu est sûr de vouloir t'engager à nos cotés, et de te lancer dans une aventure qui sera jalonnée par les sang de tes ennemis, celui de tes amis, et le tien ?
Takeshi - C'est quoi tout ce baratin ? C'est bon, on va juste tabasser des mecs et faire sauter un bâtiment... J'ai connu pire...
Katsuo - On voit que tu ne sais pas avec qui tu vas bosser. Reste en retrait et observe...
Takeshi - Hein ? C'est tout ?
Idato - Tu auras bien vite l'occasion de faire tes preuves. Katsuo, vas-y !
Katsuo - P'tain, ça va saigner ! J'adore !


La porte vole en éclats sous l'effet d'un jutsu d'Idato, et Katsuo entre en trombe. Je cours à sa suite dans la bâtisse récente, dépourvue d'aménagement intérieur. Ce n'est qu'un gros bloc vide.
Un homme d'une trentaine d'années arrive vers nous en hurlant. Katsuo le fait taire d'un geste du bras, l'envoyant percuter un mur. Plusieurs personnes se tiennent là, debout. Ils devaient sûrement discuter, mais il semblerait que notre entrée à été remarquée.
Katsuo met une main dans sa poche, et en sort une nouvelle petite bombe, mais celle-ci est de couleur blanche.

Katsuo - Protèges-toi les yeux !
Tandis qu'elle jette son explosif, je porte mes deux mains à mon visage. Au travers de mes doigt serrés, alors qu'un son sec et fort résonne, je perçois une lumière puissante et aveuglante. Comme un flash lumineux.
Je baisse les bras, et constate que les hommes présents se tiennent tous la tête, et plus particulièrement, semblent souffrir des yeux.
Idato se téléporte au milieu du groupe, et envoie une onde de choc avec ses mains. Les pauvres victimes sont projetées au sol comme de vulgaires sacs. Soudain, un brigand, jusque là caché, sort d'un coin et saute sur Idato, sabre en main. Ce dernier ne tente rien, ayant saisi la situation.
Sans que je l'ai vu se déplacer, Katsuo est venu se mettre entre Idato et son agresseur. D'un geste, elle dévie le bras armé, et d'un autre, appose sa main sur le front de l'homme.
Il semble sonné, mais en bonne santé. Malgré tout, un sceau s'est dessiné sur le haut de son visage.

Katsuo - Bye bye, fais de beaux rêves !
Elle frappe de nouveau au même endroit, et Idato la saisi par l'épaule. Il les téléporte auprès de moi, et tandis que je retourne mon regard vers l'homme, sa tête explose. Des gerbes de sang viennent éclabousser les murs.
Katsuo - Je suis trop fan de cette technique... Eh, Take, t'as pigé ?
Takeshi - De quoi ?

Elle tend la main vers moi, paume ouverte. Dessus est dessiné un sceau.
Katsuo - Lorsque je pose ma main sur un objet, celui-ci se voit gratifié d'un petit sceau de ma confection. Au moindre contact avec une source de chakra, ça fait boom !
*Je comprends mieux, pour les petites bombes de tout à l'heure...*
Katsuo - Héhé ! Bon, passons aux suivants...
Les deux s'avancent alors vers tous les hommes cloués au sol, la tête entre les mains. Idato en saisit un par le col, et le soulève au-dessus du sol.
Idato - Pour qui tu bosses ?
Homme - Crève !
Idato - Bon, je laisse tomber les questions faciles, t'as pas l'air coopératif... Je sais très bien que t'es un sous-fifre des Bakoto ! Dis-moi pourquoi vous vous attaquez aux ressources des Shintoki !

Pour toute réponse, l'interrogé crache au visage de mon frère. Sa main libre trace alors un arc de cercle pourpre, et sectionne l'homme au niveau du cou. Sa tête se détache du reste du corps, qui retombe lourdement. La tête ne tarde pas à suivre, et émet un léger gargouillis en heurtant le sol poussiéreux.
Les autres rassemblés là sont terrifiés. Ou plutôt terrorisés. C'est ça le terme exacte. Voici le but du terrorisme. Leur faire comprendre qu'ils ne peuvent rien face à nous, et que nous affronter n'est que pure folie.
Idato se saisit d'un autre, de la même façon. Mais même si celui-ci semble un brin plus bavard, il fini par subir un sort équivalent.

Idato - Bon, vous êtes encore cinq... Je vous torture un par un, ou je vous bute tous maintenant ?
Homme - Le riz !
Idato - Quoi ?

Il s'approche d'un des hommes prostrés, face contre terre.
Homme - C'est le riz... Dans les convois qu'on vise, c'est le riz qui est prioritaire... On doit faire tourner la maison, et nos rizières d'approvisionnement sont à sec... Le reste des convois, c'est juste du bénef !
Idato - Donc en fait, vous attaquez nos caravanes, et tuez nos gars, en nous privant de ressources, juste parce que vos fournisseur de riz ne vous filent plus rien ?
Homme - Ouais...
Idato - Très bien... Comme tu as parlé, je vais te laisser vivre... Mais comme tu as parlé, ton patron te tueras à ma place... Les autres, c'est trop tard ! Takeshi, fais-le sortir... Katsuo, place les sceaux.


Nous voilà en dehors du bâtiment. Je suis accroupi, mon genou contre la poitrine du bavard. Il se retrouve alors contraint de soutenir le spectacle du regard. Katsuo sort d'une poche de sa veste une nouvelle sorte de bombe. Celle-ci est bleue.
Katsuo - Regardes, Takeshi... Dans ce truc, j'ai concentré une forte dose de mon chakra... Mes bombes marchent par émission de chakra, donc il me suffit d'utiliser un truc comme ça pour toute les activer !
Finissant là son explication, elle jette la bombe de chakra sans regarder. Cette dernière passe la porte, et une forte lumière bleutée envahit alors l'intérieur de la bâtisse.
Katsuo - Cassons-nous !
Mon frère et moi utilisons ensemble la téléportation, chacun emmenant une personne. Nous arrivons sur un toit, et observons la fantastique explosion.
Des grandes trainées d'étincelles volent à travers le paysage, et des débris retombent aux alentours.

*A mon avis, tout le monde va savoir que les Shintoki sont passés par là...*
Idato - Maintenant qu'on a signé notre acte, on se casse... Takeshi, lâche-le...
Je retire ma jambe, et me redresse. Il se lève à reculons, tout en rechutant. Puis il déguerpi en quatrième vitesse, comme si le diable était à ses trousses. Je regarde Idato, et comprend qu'il y a un peu de ça dans la situation.

Idato - Vous l'avez toujours ? Il a retrouvé son contact ?
Mayuri - Non, mais il vient de rentrer en territoire Shintoki. Donc ça ne saurais tarder... Merde, je suis surveillé... Je lâche l'affaire ! Satsumi, tu suis toujours ?
Satsumi - Ouais !

Sautant de toit en toit, avec célérité, elle continue sa course folle. Mais bien vite, le poursuivi se rend compte de la chose. Satsumi est à son tour contrainte de stopper.
Katsuo - Merde, on fait quoi ? Faut pas le perdre !
Takeshi - Idato, emmène moi près de leur position !

Comprenant à peu près mon idée, il demande les coordonnées exactes à Mayuri, puis nous transporte juste à coté de lui.
Takeshi - Laissez-moi faire !
Je me téléporte alors au coin d'une rue adjacente, et compose des signes. Je prépare l'apposition de mon sceau de vision. Je traverse alors la ruelle en courant, et débouche face à l'homme. Je fais comme si je courais au hasard. Je le bouscule au passage, tout en posant ma main sur son dos. Le sceau se dessine, et je continue mon chemin.
Homme - Tu pourrais pas faire gaffe ? Crevard !
Une fois hors de son champ de vision, je reprends le contact radio.
Takeshi - Bon, on le suit à couvert... Pas la peine d'être vu, je vous annoncerais ses déplacements. Allez, faut rester à moins de cinquante mètres !

Plus tard, l'homme s'arrête devant un bar, qui selon Satsumi, appartient au gang. Idato soupçonne immédiatement le patron des lieux.
Idato - Merde, la porte est fermée... Bon, je vais tenter un truc...
Il saute vers le bar, et atterri devant la porte d'entrée. l envoie une onde de choc pour l'ouvrir, puis se téléporte à l'intérieur.
Idato - Je suis à couvert, mais je vois avec qui il parle. On a notre indic, on peut agir ! En formation serrée, dehors !
Très vite, les deux hommes sont éjectés par Idato à l'extérieur. Ils roulent sur le sol, et tentent de fuir. Mais nous sommes cinq ninjas sur-entrainés, et eux deux bouseux civils.
Idato - Salut, Maburashi ! Alors comme ça, tu donnes des infos aux Bakoto ? C'est pas bien ça...
Maburashi - Mais non, c'est pas ce que tu crois !
Homme - C'est qui ces mecs ? Tu les connais ?
Maburashi - Ils sont de mon gang ! Sauf lui...
Idato - Voici la dernière de nos recrues... Et ça tombe bien, tu libère une place !
Maburashi - Quoi ? Non !
Idato - Takeshi, à toi l'honneur
.
Je regarde vers les deux hommes, et concentre un peu de chakra dans ma main gauche. Je libère alors mon sabre géant, et les décapite tout deux d'un unique coup sec. Je range mon sabre, puis annule mon Dôjutsu.
- Propre, net, et sans bavure... Y'a pas à dire, c'est dur de croire que vous êtes frères...
Katsuo - Ouais, d'habitude, Idato fait plus dans le genre salace !
Satsumi - Mais non, c'est juste que ses méthodes sont plus...
Idato - Laisses, Satsumi, ils ont raison. Takeshi, je pense que tu as gagné ta place parmi nous. Ta mission est un succès.

Boss Shintoki - Bon travail, les jeunes... Depuis trop longtemps nos convois se faisaient attaquer... C'est une totale réussite !
Idato - Merci, Boss... Mais tout ça n'aurait pas été possible sans Takeshi. Sans lui, on aurait perdu la trace du contact.
Boss Shintoki - Très bien, je vois...

Il se lève, et s'approche de moi, en contournant son bureau.
Boss Shintoki - Jeune homme, tu as accompli la première partie de ton contrat. Je te considère donc désormais comme l'un des nôtres, et ton organisation obtient mon entière collaboration ! De plus, je pense t'avoir trouvé un lieu pour former ton armée. Mais en échange, tu fera toutes les missions que je te demande, et tu entraineras mes hommes aux cotés des tiens.
Takeshi - Avec plaisir, Samanosuke-sama ! Je suis votre obligé...
Boss Shintoki - Bien... Idato, mène le hors d'Arasu, au village de Kyotetsuka. J'y ai déjà envoyé mes directives. Vous pourrez vous charger de tout depuis là-bas. Ah, au fait, Takeshi... Je souhaiterais rencontrer ton patron...
Takeshi - C'est une demoiselle. Elle se nomme Maboroshi Siddharta.
Boss Shintoki - Maboroshi ? Très bien... Fais-lui parvenir le mot, et elle pourra choisir de l'heure et du lieu.
Takeshi - Compris, Boss !

L'utilisation improvisée de ce qualificatif si propre aux chefs de gang me valu un grand sourire de la part de Samanosuke.
Je repars vers le couloir, escorté par mes quatre nouveaux collaborateurs.
Une fois arrivés dans la rue, Idato m'explique la situation.

Idato - Bon, visiblement, le patron a entièrement confiance en toi... Ou plutôt, un peu plus que dans le reste de la population locale. Surement parce que tu viens juste d'arriver... Si j'ai bien compris, il te permet de t'installer dans le village extérieur principal du gang... C'est de là-bas que l'on reçoit toutes nos ressources. Donc t'as pas le droit de merder !
Takeshi - C'est pigé...
Idato - OK, bon je t'y emmène. Tu veux d'abord passer faire part de tout ça à ta chef ?
Takeshi - Ouais, c'est préférable...


Nous voilà tous cinq, devant le grand bâtiment qui servira de QG à Kodomo no Asu. Nous pénétrons à l'intérieur. Je croise déjà des personnes que je ne connais pas encore, et j'en déduis que le recrutement à dû commencer. Je cherche Siddharta, et fini par la trouver, en train de méditer, comme toujours, au centre du petit jardin central.
Siddharta - De retour ? Et je vois que tu as du monde avec toi...
Takeshi - J'ai de bonnes nouvelles, Siddharta-sama...

Je lui explique alors toute la situation. Elle semble plutôt contente de mes actions de la journée.
Siddharta - Donc ce village pourra nous servir de base avancée. De là-bas, il sera possible de prendre contact avec nos informateurs externes. C'est parfait... J'en parlerais à Chihousou, ça risque de l'intéresser. Donc tu me dis que je dois prendre contact avec le Boss Shintoki ? Très bien, je vais y réfléchir... Pour l'instant, va voir à quoi ressemble ce village.
Takeshi - Bien compris, Siddharta-sama, j'y vais de ce pas.

Nous sortons du bâtiment, et Idato me donne un petit coup de coude amical.
Idato - Si tu voyais ta tête quand tu la regardes...
Takeshi - Rho, ça va ! Bref, direction Kyotetsuka ! On passe par où ? Le tunnel ?
Katsuo - Et puis quoi encore ? C'est juste une épreuve pour entrer à Arasu...
Satsumi - Maintenant, on va te donner une carte qui va te permettre de t'y retrouver plus facilement.
Mayuri - De nombreux chemins traversent la montagne, il suffit de les connaître.
Idato - Suis-moi, on part vers le nord-est.
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Saison 12 : Kodomo no Asu (Partie 4)

Message par Takeshi Masumane le 23/2/2009, 18:29

Kyotetsuka
Une fois sur une crête rocheuse, je regarde en arrière. Le village d'Arasu, en pleine expansion perpétuelle, s'étend sous mes yeux. Un grand nombre de personnes vont et viennent en passant par les chemins discrets dans les montagnes. Beaucoup de convois, et de personnes qui rentrent de mission. Ou qui partent vers l'aventure.
Le chemin s'étale devant moi, fait de terre, et entouré de rochers. Nous commençons la descente. Direction nord-est, et derrière nous, le soleil débute sa course folle vers les crêtes des montagnes blanches.
La marche dure plusieurs heures, et quand nous arrivons aux pieds des montagnes, le ciel est presque déjà noir. Un croissant de lune éclaire un peu le paysage. Des grandes plaines s'étendent devant moi, et au loin, quelques lumières parsèment l'obscurité naissante.

Idato - C'est là-bas que nous allons.
Idato pointe du doigt l'un de ces conglomérats lumineux.
*Voici donc Kyotetsuka...*
La marche continue une bonne part de la nuit, et tandis que l'aube apparait à l'horizon, nous passons les portes du village.
Plusieurs gardes en armure légère nous arrêtent, et demandent un laisser-passer. Idato leur montre un papier, et nous désigne comme avec lui. Nous pouvons donc passer.
Les habitations du village sont plutôt resserrées, à fortiori dans le centre. Idato quitte le groupe pour aller s'entretenir avec le chef du village, et lui expliquer la situation. Les autres me font visiter la place.
Au terme de l'exploration matinale, nous arrivons devant un grand champ herbeux, laissé en jachère, entouré d'arbres. La surface est plutôt considérable, et semble parfaite pour accueillir une armée.

Takeshi - C'est ici que les soldats de Kodomo no Asu et ceux du Gang Shintoki pourront s'entrainer. Mais il va falloir fortifier la défense du village. Peut-être une ou deux barricades supplémentaires, surtout au nord et à l'est. Si les villages attaquent, ce sera de par là-bas.
Alors que les autres acquiescent de la tête, je perçois un mouvement dans les bois.
Takeshi - Vous avez vu ?
Satsumi - De quoi ?
Takeshi - Yuugiri !

Je me retrouve, seul, à la lisière des arbres. Les autres commence à courir dans ma direction.
Voix - Je dois te parler, seul à seul...
Takeshi - Qui êtes-vous ?
Voix - Les autres ne doivent pas me voir...

Je réfléchis quelques secondes au pour et au contre, puis me retourne.
Takeshi - C'est bon, les gens ! Je vais visiter ! Restez-là et attendez Idato. Si je ne suis pas de retour dans trente minutes, venez me chercher.
Puis je pivote sur mon axe, les trois autres ayant stoppés leur sprint. Je fais quelques pas en direction des arbres, puis pénètre d'un pas incertain et prudent dans les bois.

Voix - Merci de m'accorder cette entrevue.
Takeshi - Qui êtes-vous ? Je ne me répèterais pas trois fois !

L'homme mystérieux se tient devant moi, de dos. Il porte un long manteau avec une capuche. Il se retourne enfin, et dans la faible lumière matinale, je perçois les contours d'un masque. Un masque de l'ANBU.
*Merde, ils m'ont retrouvé !*
Je concentre du chakra dans mes mains.
Takeshi - Tu me veux quoi ?
ANBU - Je suis un chasseur de déserteur... Et toi...
Takeshi - Je suis un déserteur...
ANBU - Non, mais ton frère oui, et tu as sa confiance...
Takeshi - Je ne comprends rien... Vous dites que je ne suis pas un déserteur ?
ANBU - Non... Le Kage a refusé de t'ajouter au Bingo Book de Chikara. Chose qui m'a plutôt surpris, mais il m'a tout raconté...

Je suis complètement perdu. Je ne suis pas considéré comme un déserteur, car le Kage n'a pas voulu.
*C'est quoi cette histoire ?*
Takeshi - J'aimerais comprendre...
ANBU - Et bien... En réalité, Idato à dû t'expliquer le complot façonné par ton père et ton oncle.
Takeshi - Oui, et ?
ANBU - Le Kage en a pris connaissance grâce à Idato... Lors de l'attaque du village, ton frère a laissé une note à l'attention de Kuroda-sama. Et lorsque tu es parti de l'hôpital, tu te souviens ? Le Kage a hurlé que tu avais tué ton père...
Takeshi - Mais c'est faux !
ANBU - Je sais... Je faisais partie des deux qui gardaient la porte. Alors que tu fuyais, il nous a retenu. S'il a fait ça, c'est pour te forcer à retrouver Idato. C'est lui qui a tué ton père.
Takeshi - Quoi ?
ANBU - Il a conspiré contre le bon fonctionnement du village... Le Kage l'a puni avec justice.
Takeshi - Mais pourquoi il voulait que je déserte ?
ANBU - Pour que tu retrouve Idato ! Tu ne suis pas ? Il a juré de détruire le village, par pure vengeance ! Et vu sa puissance, il est dangereux... Personne n'a réussit à l'approcher assez, sans mourir dans l'instant. Et Kuroda-sama a pensé que tu pourrais remplir cette mission. Ainsi, je te le dis tout net. Le jour où tu tueras Idato, et que tu ramèneras sa tête à Chikara, tu pourras reprendre ta vie, à la tête du clan Masumane, avec le grade de Jounin...

Katsuo - Alors, tu faisais quoi ? Ça fait vingt minutes que t'es parti !
Satsumi - On commençais à s'inquiéter...
Mayuri - Je me suis même dit que tu t'étais fait choper...
Takeshi - Non, je visitais les bois...
Mayuri - Si tu le dis...
Satsumi - Ah, Idato !

Mon frère apparait devant nous, visiblement content de lui.
Idato - Bon, ben, tout est en règle ! Takeshi, tu peux disposer de ce village à ta guise, tant que le Boss et le chef du village sont au courant. Voilà ton laisser-passer pour le village, et voilà celui pour Arasu. Ainsi que la carte des montagnes. Ne la perds surtout pas, ou tu pourrais bien en subir les conséquences.
Son regard froid me glaçe le sang.
Takeshi - Compris, grand frère...
Idato - Bien ! Au fait, aujourd'hui devrait arriver la première vague de recrues. L'entrainement commencera quand tout le monde aura pu s'installer...
avatar
Takeshi Masumane
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 25
Localisation : Arasu / Kyotetsuka

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Arasu] Takeshi Masumane

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum