[Mahou] Enichi SHOONKI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Mahou] Enichi SHOONKI

Message par Invité le 13/4/2010, 10:41

Nom : Shôonki

Prénom : Enichi

Age : 18 ans

Village : Mahou

Description physique : Enichi mesure un mètre quatre-vingt cinq et pèse soixante cinq kilos. C’est donc un jeune homme fin et sec, sans pour autant être trop maigre. Il possède des traits fins et agréables et son visage est glabre. Il a des cheveux bruns, attachés en une longue queue qui lui descend jusqu’aux hanches. Ses yeux, qui sont d’un jaune fauve, lui donnent un air sauvage. Dans son dos, un énorme tatouage représentant un phénix renaissant de ses cendres.
Enichi porte en toute circonstance la tenue de combat de sa famille. Cette tenue est constituée d’un plastron sans manche en cuir souple, d’un pantalon en toile noire, avec des renforts sur les cuisses et une sacoche sur le côté gauche, ainsi qu’une paire de takis noirs à semelle souple. La panoplie se voit ajouter une paire de protection métallique mate, recouverte de cuir noir, sur les avant-bras. Pour terminer, il porte une cagoule ne laissant apparaître que les yeux et avec des renforts métalliques mats sur le front.

Description Psychologique : Enichi est un jeune homme qui ne se lie ni ne s’ouvre très facilement aux autres. Il n’en reste pas moins une personne joviale, qui n’hésite pas, malgré tout, à rendre service lorsque c’est nécessaire. Rancunier et adepte de l’expression « il faut battre le fer tant qu’il est encore chaud », il rend coup pour coup, lorsqu’on lui fait une crasse. Enichi est une personne plutôt réfléchie, qui n’agit jamais sur un coup de tête. Mais cela ne l’empêche pas de se fier à son instinct dans les situations délicates à négocier. Ce n’est pas une personne que l’on peut appeler tête de mule. Bien au contraire. Lorsqu’il voit qu’il a tort, il n’hésite pas à faire machine arrière.
Bien qu’il n’ait pas effectué beaucoup de missions, il privilégie la réussite à la survie de l’équipe. La vue du sang ne lui fait pas peur, mais il ne s’en réjouit pas non plus. Il n’hésite pas à user de violence pour atteindre ses objectifs.

Histoire : La famille Shôonki était, au temps où le village de Shinobi existait encore, une famille spécialisée dans l’assassinat et avait acquis une certaine réputation. Lors de la création du village de Mahou, cette famille l’intégra et réussit, grâce à son prestige, à obtenir des postes clés. Mais, au fil des années, se reposant sur un prestige ancien, la famille se mit à péricliter, tant sur l’art de l’assassinat que sur l’art du shinobi tout court.
Au bout de quelques générations, les postes qu’ils occupaient furent donnés à d’autres familles nettement plus méritantes. A partir de cet instant, la famille sombra dans l’anonymat le plus total. Et de nombreuses techniques furent perdues au fil du temps.
C’est dans ce contexte qu’est né Enichi. Troisième enfant et second fils de la famille, il a vécu une enfance paisible. Jusqu’à l’âge de dix ans, il a vécu comme n’importe quel enfant non ninja, puisque son père souhaitait qu’il connaisse les joies de l’insouciance avant de plonger dans le monde tourmenté des shinobis. A dix ans, son père et son grand-père commencèrent l’entraînement qu’ils avaient mis au point pour redorer le blason des Shôonki.
Ce n’était pas un entraînement très dur, mais il était pensé pour améliorer uniquement les capacités qui avaient leur utilité pour un ninja assassin. Pendant les trois années suivantes, Enichi renforça sa dextérité, sa souplesse, sa vitesse ainsi que sa précision, au détriment de sa force ou de son endurance.
A quatorze ans, Enichi intégra l’académie des ninjas de Mahou, pour y apprendre les bases du ninjutsu et du genjutsu, ainsi que les rudiments concernant le chakra. Si Enichi ne s’illustra pas à l’académie, il ne se retrouva pas non plus à la traîne. Il apprit donc à maîtriser son chakra, à se cloner, à se substituer et à se métamorphoser. Cette dernière technique alluma un petit voyant dans son esprit, car il en comprit rapidement l’intérêt pour le métier pratiqué par sa famille.
A sa sortie de l’académie, son diplôme de genin en poche, Enichi crut qu’il allait se joindre à une équipe. Mais ses mentors qu’étaient son père et son grand-père, lui apprirent que, malgré son titre, ils estimaient qu’il n’était pas prêt. S’ensuivit deux années d’entraînements supplémentaires, de mises en situations plus ou moins dangereuses et d’acquisition de deux jutsus familiaux.
Aujourd’hui, à dix-huit ans, Enichi vient enfin de finir son apprentissage. Il va donc pouvoir intégrer une équipe, effectuer des missions et tenter de passer chunin…

Objectif : Aider sa famille à redorer son blason.

Equipement : Enichi possède un ninjato de soixante-dix centimètres, accroché dans son dos. Ce ninjato possède une garde carrée, un fourreau pointu, une poignée creuse, pouvant dissimuler des parchemins, et une corde de un mètre, enroulée autour du fourreau. De plus, une sarbacane de trente centimètres est glissée dans un petit étui fixé à même le fourreau. Il possède trois kunais, accrochés à chacun de ses cuisses, cinq sembons dissimulés dans le cuir de chacune de ses protections d’avant-bras, deux bombes fumigènes, deux aveuglantes, un petit sac de poudre noire, quelques mèches, trois parchemins explosifs et dix fléchettes anesthésiantes dans sa sacoche.

Affinité : Ombre.

Répertoire : Enichi est un ninja qui est plutôt axé sur la vitesse et la précision de ses coups (tant au corps à corps qu’au lancer) plutôt que sur la force brute et la puissance. Les longs combats ont tendance à l’épuiser assez vite et il n’est pas nécessaire de faire pleuvoir une avalanche de coups pour venir à bout de lui. Sa vitesse et sa souplesse lui procure une esquive au dessus de la moyenne.
Son taijutsu est légèrement au dessus de la moyenne alors que son ninjutsu est plutôt commun. Quant-à son genjutsu, cela se limite à la métamorphose, son kiai étant complètement insignifiant. Sa maîtrise du chakra, elle, est dans la norme.
Les autres disciplines que sont le fuinjutsu, les invocations ou encore la médecine lui sont complètement étrangères.
Lors des combats, Enichi pèse le pour et le contre de ses actions, afin d'utiliser au mieux ses capacités avec des risques modérés. Il est plutôt du genre à venir au contact pour donner un coup ou deux puis à reprendre ses distances. Voire d'harceler à distance avec ses fléchettes et ses kunais. Même lorsque l'adversaire le presse, Enichi cherche toujours à garder ses distances. Il est pleinement conscient de ne pas être capable d'encaisser beaucoup de coups.

Bases de l’académie : le clone inconsistant, la substitution et la métamorphose sont connues et maîtrisées par Enichi, même s’il privilégie l’utilisation de la dernière technique.

Ninjutsu : Kage no Bêru (Voile d’Ombre)
Cette technique permet à l’utilisateur de créer un voile d’ombre dans une zone de deux mètres autour de lui. Cette zone donne l'impression d'être plongé dans une nuit sans lune. Cela diminue plus ou moins la précision des adversaires. En revanche, l’utilisateur n’est nullement gêné. Cette technique peut être utilisée une à deux fois par jour.

Ninjutsu : Kage no Mon (Portail d’Ombre)
Cette technique permet à l’utilisateur de disparaître dans une ombre et d’émerger d’une autre ombre dans un rayon de dix mètres autour de la première et dans le champ de vision de l'utilisateur. Les deux ombres doivent être suffisamment grandes pour que l’utilisateur puisse s’y fondre. Cette technique peut être utilisée une à deux fois pas jour et ne fonctionne pas systématiquement, car mal maîtrisée pour le moment.


Dernière édition par Enichi le 13/4/2010, 16:03, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Mahou] Enichi SHOONKI

Message par Iarwain le 13/4/2010, 11:32

Bienvenue !
Bon bah y'a pas grand-chose a dire, ca devrait etre rapide :
-Ne pas se fier a l'image (qui est tout sauf fin xD) j'imagine ?
-Pour l'histoire, ca me semble bon, mais combien d'annees d'entrainement ? Si tu rentres a l'academie a 14 ans, tu ressors a quel age ? Si en 3 ans, t'as fait que 2 techs, bon... bin dur quoi xD
-Pour l'affinite, j'imagine que tu sais qu'elle est soumise a l'appreciation modale vu que t'as l'air d'avoir lu les regles et tout, mais ca devrait aller pour toi;
-Le ninjustsu : la premiere technique, okay, le voile d'ombre est comment ? Genre noir super impenetrable ou juste obscur ? Puis bon, faut savoir que ca depend des gens, aussi, l'effet, hein ^^
-Le deuxieme ninjutsu : la teleportation se fait instantannement ? Faut-il que les deux ombres soient dans le champs de vision d'Enichi ? SI tu te souviens de l'emplacement d'une ombre, tu peux y retourner sans la voir ?

Au fond, la deuxieme technique est ptet un poil costaude, surtout sans temps de latence, mais apres sur l'abusayisme chui pas de bon conseil xD
Ca devrait passer quand meme, hein >.>

Pour finir, il reste des fautes (d'inattention ?) genre verbes pas accordes aux sujets, etc...
Et il manque le post RP, bien sur !

Voila voila ^^

_________________
Let's save Christmas !
avatar
Iarwain
Lord of Santa
Lord of Santa

Messages : 2106
Date d'inscription : 09/03/2008
Localisation : Laponie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Mahou] Enichi SHOONKI

Message par Invité le 13/4/2010, 11:37

J'avoue, l'image, c'est plus pour le style du bonhomme.
En ce qui concerne les techniques, je vais complèter les informations manquantes. Ainsi que préciser les infos sur l'histoire. Et le post RP arrive.

Merci pour les remarques.

Edit : Image modifiée pour que ça colle mieux.

Edit : Correction effectuée.


Dernière édition par Enichi le 13/4/2010, 14:19, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Mahou] Enichi SHOONKI

Message par Invité le 13/4/2010, 14:18

Enichi avançait prudemment, longeant les murs, se gardant bien de s’éloigner de la pénombre. Tous ses sens étaient en alerte, à l’affût du moindre signe, du moindre bruit qui aurait trahi la présence d’un ennemi. Ou d’un civil. La tension nerveuse du jeune ninja était à son paroxysme. Il faut dire, à sa décharge, qu’il s’agissait là de l’épreuve finale de son entraînement avec ses mentors. S’il parvenait à accomplir sa mission, il serait reconnu comme étant prêt. Dans le cas contraire, sa carrière s’arrêterait là, purement et simplement.
Il ne connaissait absolument pas l’endroit où il se trouvait. Il savait juste que sa mission consistait à entrer dans un domaine, trouver la chambre du propriétaire, éliminer ledit propriétaire et ressortir du domaine. Le tout, sans se faire repérer. Plus facile à dire qu’à faire. D’autant que le ciel était complètement dégagé et que la pleine lune illuminait la nuit. Mais, pour paraphraser son père, on ne choisit jamais son terrain, dans le monde de l’assassinat.
Enichi continuait d’évoluer dans les ruelles quasi désertes de Junkyo, la cité-état située un peu plus au nord de Mahou. C’était le terrain d’entraînement idéal, selon son grand-père. Ce n’était d’ailleurs pas la première fois que le jeune homme y mettait les pieds. Il connaissait pratiquement toutes les rues par cœur. Hormis ce secteur, comme de bien entendu. Néanmoins, parvint-il à se rapprocher aisément de la propriété en question, les rares badauds ne prêtant attention qu’à leur petite personne. La maison de la cible était entourée d’un mur, haut de près de trois mètres. Enichi envisagea, tout d’abord, d’adhérer au mur avec son chakra. Mais, à la réflexion, cela allait lui coûter en chakra et, qui plus est, informerait, quiconque le verrait, qu’il était un ninja. Il lui fallait trouver autre chose.
Il dégagea donc son ninjato de son dos, défit la corde qui était enroulée autour du fourreau et enfila la dragonne autour de sa cheville. Il prit une profonde inspiration puis, après s’être assuré que personne n’était aux alentours pour le surprendre, s’élança en direction du mur. Arrivé à quelques mètres de l’obstacle, il lança son ninjato au pied du mur. Le fourreau, pointu, s’enfonça aisément dans le sol, tandis que la garde, carrée, venait s’appuyer contre le mur, maintenant l’arme droite. Grâce à ce marchepied de soixante-dix centimètres, le mur ne se trouvait plus qu’à deux mètres trente. Enichi posa son pied gauche sur le haut du manche et, d’une simple pulsion, s’éleva. Ses mains prirent appui sur le faîte du mur, et d’un mouvement souple, il monta dessus. Se faisant, il attira le ninjato à lui, puis descendit dans la propriété. Ni vu, ni connu, il était entré. Première phase terminée. Mais le plus dur restait à faire.

Enichi prit le temps de regarder autour de lui. Il se trouvait dans un jardin, qui, en plein jour, devait être magnifique. Des bosquets un peu partout, des buissons ici et là, bref, un jardin idéal pour un ninja qui voulait avancer discrètement. Selon les informations qu’il avait en sa possession, la cible dormait au second étage. Enichi s’accroupit donc et ferma les yeux quelques instants. Il lui fallait trouver un moyen fiable et sûr d’atteindre la cible. Avancer jusqu’à la maison n’allait certainement pas poser de problèmes. Même s’il y avait des gardes, il y avait suffisamment d’endroits où se cacher. En revanche, arriver au pied de la bicoque, il serait complètement à découvert, quelle que soit la méthode d’escalade qu’il choisirait. Pas le choix. Il allait falloir entrer dans la maison par une des fenêtres du rez-de-chaussée. Peut-être par une fenêtre du premier étage, mais Enichi en doutait. Cela signifiait donc avancer en terrain complètement inconnu et à l’aveuglette. Le pied, quoi.
Enichi rouvrit les yeux et commença à avancer de buissons en buissons, de bosquet en bosquet. Il arriva sans mal, jusqu’au dernier bosquet et s’arrêta net. La maison était peinte en blanche ! Avec la lumière de la lune en prime, s’il s’approchait, il serait forcément repéré. Le jeune ninja en était encore à se demander ce qu’il allait bien pouvoir faire lorsqu’il vit une silhouette se détacher à une vingtaine de mètres. Ni une, ni deux, Enichi sortit une fléchette de sa sacoche et la sarbacane de son étui. La cible était un peu loin, aussi, attendit-il que cette dernière se rapproche un peu. Lorsqu’elle fut à une quinzaine de mètres, Enichi inspira un grand coup, approcha la sarbacane de sa bouche et souffla d’un seul coup. Ses yeux suivirent la fléchette qui vint se ficher dans le bras du gars. Enichi tiqua. Il avait visé le cou. Dans sa précipitation, il n’avait pas jaugé le vent. Heureusement pour lui, le produit agissait rapidement. Suffisamment pour empêcher la cible d’alerter ses comparses. Elle s’effondra sur elle-même. Enichi attendit encore dix secondes puis s’approcha. Il la tira sous le couvert d’un bosquet. Sans aucune hésitation, le jeune ninja pratiqua une métamorphose sur lui-même, puis il ligota le garde, avec des morceaux de la chemise de ce dernier. Il se dirigea alors vers la maison et entra par une porte de service. Deuxième phase terminée.

Il lui fallut un petit moment pour que ses yeux s’adaptent à cette nouvelle pénombre. En effet, il n’y avait que peu ou prou d’éclairage dans la maison, la plus part des fenêtres étant occultées. Ce qui contrastait fortement avec l’extérieur. Dès que ses yeux se furent habitués, Enichi avança prudemment de pièce en pièce, non sans avoir, au préalable rompu la métamorphose. Vu que le garde était affecté à la surveillance extérieure, il aurait été illogique de le retrouver à l’intérieur. Il avançait donc lentement, mais sûrement. Il ne pouvait se permettre de trop traîner, car, s’il y avait d’autres gardes, ils allaient finir par s’inquiéter de ne pas voir revenir leur compère. Il en était à traverser la cuisine, lorsqu’il entendit des voix. Il tendit l’oreille. Deux personnes. Des hommes. Qui se dirigeaient par ici. Enichi jeta un regard rapide autour de lui pour trouver une cachette fiable. Et n’en trouvant pas, monta sur une armoire et sauta au plafond. Il posa ses pieds sur l’une des poutres qui traversaient le plafond, tandis que ses mains prenaient appui sur une seconde poutre. Puis, usant de son chakra, il se fixa. La position n’était pas très confortable, mais rares étaient ceux qui passaient leur temps à regarder en l’air. Donc, Enichi se sentait en relative sécurité. Les deux hommes entrèrent, une bougie faisant office d’éclairage. Ils discutaient tranquillement des paris qu’ils faisaient et des sommes perdues ou gagnées. Sans se presser, ils traversèrent la cuisine pour aller dans le cellier « se siffler une bouteille du patron ». Dès qu’ils furent sortis, Enichi se laissa tomber souplement. Il jeta un regard vers le cellier et, suivant une idée qui venait d’émerger, il bloqua l’ouverture de la porte en fichant un kunai entre le bois de la porte et le bois du chambranle. Cela ne les empêcherait pas de sortir, mais cela les ralentirait très certainement. Enichi reprit sa progression lente et méthodique. Il sortit de la cuisine, traversa un long corridor et entra dans un vaste salon. L’une des fenêtres n’était pas occultée et laissait passer un rayon de lune qui illuminait d’une faible lueur la pièce. Dans un coin, assis sur un fauteuil, un homme était en train de lire, à la lumière vacillante d’une bougie. Enichi usa alors de la technique du Voile d’Ombre. Grâce à ce jutsu, il allait rendre la zone où il se trouvait suffisamment sombre pour se mouvoir facilement, sans pour autant trop dénoter avec le reste de la pièce. Il sortit à nouveau une fléchette et sa sarbacane. Ses mouvements étaient fluides. Il porta l’arme à sa bouche et souffla. La fléchette fila droit devant elle et se ficha directement dans le cou de l’homme. Enichi compta dix secondes et rompit son jutsu. Il alla jusqu’à l’homme et le ligota à l’aide d’une corde de rideau.
Enichi reprit sa progression et attint un escalier. En l’observant, il vit deux nouvelles, une bonne et une mauvaise. La bonne, c’était que l’escalier permettait d’aller directement au second étage. Gain de temps. La mauvaise, c’était que l’escalier était en vieux et en bois. Les marches risquaient de craquer à chacun de ses pas, révélant ainsi sa présence aux occupants. Enichi regarda tout autour de lui. Il porta regard sur la cage de l’escalier. Cela ne l’enchantait guère mais il ne voyait que deux solutions aussi risquées l’une que l’autre. La première consistait à adhérer au mur de la cage de l’escalier et de monter jusqu’au second étage. Consommation de chakra élevée pour un résultat sûr, mais il risquait de regretter plus tard ce manque de chakra. La seconde était de monter jusqu’au second étage en jouant les funambules sur la rambarde de l’escalier. Opération périlleuse, car nécessitant une concentration élevée et une excellente adresse. Et surtout, ça allait lui prendre du temps. Chose qu’il n’avait guère. Soudain, il se dirigea vers le rideau et en coupa quatre lanières. Il les utilisa pour fixer deux kunais à des pieds. Puis, il prit un kunais dans chaque main. L’entreprise était plutôt farfelue, mais ne coutait ni chakra ni temps. Il entreprit de jouer les hommes-araignées en grimpant le long de la cage d’escalier. Il utilisait les kunais pour se fixer à la paroi. Con ascension lui prit une bonne dizaine de minutes. Mais il parvint enfin au second étage. Phase trois, achevée.

Enichi avança prudemment, droit sur la seule porte qui s’offrait à lui. Il jeta un coup d’œil par la serrure, mais en vit rien. Il posa la main sur la poignée et sentit une certaine résistance. Il n’insista pas. Si jamais elle grinçait, tout tomberait à l’eau. Il s’approcha donc des gonds de la double porte. Il coinça un kunai entre chaque gond. Puis, il détacha la corde de son ninjato. Il la passa dans chaque kunai de manière à ce que la corde soit tendue et solidaire des kunais. Il planta profondément un quatrième kunai au plafond. Il passa la corde dans l’anneau. Puis il entreprit de tira lentement sur la corde. Son but était simple. Il voulait faire sortir la porte de ses gonds, afin de pénétrer dans la pièce. Cette entreprise lui prit à nouveau une dizaine de minutes, mais au bout de compte, il parvint à son objectif. Il pénétra lentement dans la pièce. Un grand lit à baldaquins trônait au centre et une respiration lente et régulière s’en échappait. La cible. Enichi dégaina son ninjato et effectua un bond, plongeant la lame là où se trouvait le cœur de la cible. Le sang gicla, mais, avec un bond en arrière, Enichi ne fut pas éclaboussé. Il nettoya son ninjato sur l’un des draps et le rengaina. Après s’être assuré que la cible était bien morte, il ressortit de la chambre. Contrat rempli.

En effectuant l’opération inverse, il remit la porte en place. Il ramassa tout son matériel. Il redescendit prestement, se laissant glisser le long de la rambarde, jusqu’au rez-de-chaussée. Il retourna dans le salon et délivra le garde, avant qu’il ne se réveille. Puis, il fonça dans la cuisine et retira son kunai. C’est ce moment que choisir les deux gardes pour sortir du cellier, passablement éméchés. Enichi se jeta derrière la porte, espérant fortement que les gars ne la refermeraient pas. Dans le cas contraire, un kunai dans chaque main était prêts à filer. A son grand soulagement, les gars sortirent de la cuisine sans plus se préoccuper des portes qu’ils laissaient grandes ouvertes. Enichi ressortit de la maison. Il se dirigea vers le lieu où il avait ligoté le premier garde. A sa grande stupeur, il n’y avait nulle trace de l’individu. Ni des liens qu’il aurait dû laisser s’il s’était libéré. Comprenant que quelque chose n’allait pas, Enichi prit le parti de ne pas s’attarder plus que ça. Il fonça vers le mur et effectua la même opération qu’à l’entrée. Il descendit dans la ruelle, non sans s’être assuré de l’absence d’individus dans les alentours. Il rallia alors le point de rendez-vous convenu avec ses mentors. Mission achevée.

Lorsqu’il pénétra dans la pièce principale d'une vielle cabane à la sortie de la ville, son père et son grand-père étaient assis à une table. Ils regardèrent le jeune ninja des pieds à la tête. Ils étaient exactement dans la même posture que lorsqu’Enichi était parti. Pourtant le jeune homme ne doutait pas un seul instant que ses deux mentors avaient épié les moindres de ses faits et gestes, évaluant la précision, la réflexion, le cheminement du jeune ninja.
Aucun mot ne fut échangé. Le père d’Enichi sortit de son le bandeau du village de Mahou et le tendit à son fils. Ce dernier le prit avec reconnaissance. Entrainement terminé.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Mahou] Enichi SHOONKI

Message par Chihousou le 13/4/2010, 15:37

Yo, salut, bienvenu et tout le tintouin comme quoi nous sommes heureux de t'accueillir dans la communauté *cotillons lancés dans les airs* (ça fait très secte communauté quand même...)

Tu as la chance, que dis-je, l'honneur que je m'occupe de ta fiche alors soit jouasse parce que ça fait longtemps.

Pour le début tout bon, pour la description psychologique je te rappelle que ton personnage est genin, n'a jamais fait de véritable mission, n'a jamais tué...donc la dernière phrase est un peu anticipée sur ce qu'il ressentira plus tard ou sur ce qu'il croit être?(par rapport à la violence, au meurtre, au sang...). Puis j'arrive pas à comprendre s'il privilégie la réussite de la mission à la survie de l'équipe ou l'inverse.

Histoire et objectif, pas de soucis.

Détail mais ton équipement ne change jamais? Tu prend toujours la même chose et exactement dans ces proportions? Soit(prononcer Souhate ou swat) mais souvent quand on parle d'équipement on insinue ce que t'utilise régulièrement en gros les armes dont tu sais te servir sans te tuer et tes armes fétiches(l'épée du grand père, la marmite de la mémé...). Enfin bon, fais gaffe aux proportions lors de tes rps.

Pour les trucs de combat, j'ai rien contre l'affinité, je te l'accorde. Dans le répertoire tu pourrais ajouter comment ton perso réagit dans des situations de crise(tous les compagnons morts, un combat qu'il n'a aucune chance de gagner...) ce qui peut être utile à savoir.
Pour les techniques, sur le papier ça me va(même si j'ajouterais qu'il t'est impossible de te téleporter deux fois de suite) mais comme t'as déjà un taïjutsu pas dégueux ça donne bon en taï, bon en nin, nul en gen. Donc limite l'un ou l'autre comme tu peux/veux(technique non maîtrisée, baisse de certaines caracs physiques...)

Pour le rp, quelques coquilles de ci de là mais rine de bien grave. J'aime beaucoup, le style est clair et fluide, en plus enfin un ninja pas bourrin ce qui change un peu. Bref, c'est tout bon. Juste en tant que genin, aucun QG ne te donnera de mission d'assassinat dans le style de celle-ci et les Cité-Etat(félicitation pour avoir été faire un tour dans le monde de shinen, c'est plus rare que ce qu'on pense) sont pas des coins où il est si facile d'entrer et où les ninjas sont monnaies courantes mais bon, je vois pas de soucis majeur.

Fais quelques rectifications en passant, moi je valide.
avatar
Chihousou
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 586
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Mahou] Enichi SHOONKI

Message par Invité le 13/4/2010, 16:03

Chihousou a écrit:ton personnage est genin, n'a jamais fait de véritable mission, n'a jamais tué...
D'une certaine manière, je suis d'accord. Sauf dans le cas où il accompagne son paternel en mission... C'est plutôt comme ça que je voyais la chose.
Chihousou a écrit:Puis j'arrive pas à comprendre s'il privilégie la réussite de la mission à la survie de l'équipe ou l'inverse.
Ah, je vais modifier la formulation pour que ce soit plus clair : l'équipe passe en second
Chihousou a écrit:Détail mais ton équipement ne change jamais? Tu prend toujours la même chose et exactement dans ces proportions? Soit(prononcer Souhate ou swat) mais souvent quand on parle d'équipement on insinue ce que t'utilise régulièrement en gros les armes dont tu sais te servir sans te tuer et tes armes fétiches(l'épée du grand père, la marmite de la mémé...). Enfin bon, fais gaffe aux proportions lors de tes rps.
C'est son équipement standrad, qui lui permet de faire fasse à toutes les situations ou presque. Je ne trouve pas très encombrant pour ma part. Mais j'ai peut être tord.
Chihousou a écrit:Pour les trucs de combat, j'ai rien contre l'affinité, je te l'accorde. Dans le répertoire tu pourrais ajouter comment ton perso réagit dans des situations de crise(tous les compagnons morts, un combat qu'il n'a aucune chance de gagner...) ce qui peut être utile à savoir.
Ok, je m'y attelle.

Chihousou a écrit:Pour les techniques, sur le papier ça me va(même si j'ajouterais qu'il t'est impossible de te téleporter deux fois de suite) mais comme t'as déjà un taïjutsu pas dégueux ça donne bon en taï, bon en nin, nul en gen. Donc limite l'un ou l'autre comme tu peux/veux(technique non maîtrisée, baisse de certaines caracs physiques...)
J'ai modifié. La première est bien maîtrisée et la seconde nettement moins. Et elles ne peuvent pas être utilisées souvent.

Chihousou a écrit:Juste en tant que genin, aucun QG ne te donnera de mission d'assassinat dans le style de celle-ci et les Cité-Etat(félicitation pour avoir été faire un tour dans le monde de shinen, c'est plus rare que ce qu'on pense) sont pas des coins où il est si facile d'entrer et où les ninjas sont monnaies courantes mais bon, je vois pas de soucis majeur.
Je suis parti du principe que le contrat avait été donné au paternel ou au paternel du paternel et qu'ils avaient décidé de laisser faire le jeunot pouir voir s'il était capable. Mais si ça pose problème, je change.

Edit : fait.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Mahou] Enichi SHOONKI

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum