06 - Les Informations sur Mahou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

06 - Les Informations sur Mahou

Message par Kentaro le 26/8/2010, 14:27




Sommaire
  1. L'Histoire de Mahou
    Couvre l'historique du village depuis sa création jusqu'à maintenant, ainsi que ses principales figures
  2. L'organisation de Mahou
    Décrit la façon dont Mahou est agencé
  3. Le Régime politique
    Expose la politique en vigueur au sein de Mahou, ainsi que l'organisation des ses mécanismes
  4. Les actuels figures politiques
    Contient la description du Mahoukage, de ses conseillers, et des principaux partis politiques
  5. L'Organisation militaire
    Présente les différents échelons militaires et leurs fonctions
  6. Le système judiciaire civile
    Détaille le clan moteur de la justice Mahousarde, ainsi que la façon dont sont menées les affaires
  7. Le système judiciaire militaire
    Rappelle le fonctionnement de la police militaire
  8. Le système éducatif
    Explicite la système de formation des jeunes, mais aussi des gradés
  9. Les protectorats
    Éclaire sur leur origine et fonctionnement, et décrit les trois plus anciens
  10. Le monde souterrain
    Précise le fonctionnement et la situation de la pègre


Dernière édition par Hrungnir le 26/8/2010, 14:38, édité 2 fois
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 06 - Les Informations sur Mahou

Message par Kentaro le 26/8/2010, 14:27

L'Histoire de Mahou

/!\ Ce qui suit est un copié-collé de l'ancien Topic, pour plus de commodité : l'histoire de Shinnen étant en cour de réorganisation, ce topic sera plus amplement détaillé lorsque tout sera terminé.

Le livre relatant l'histoire de Shinnen décrit Mahou ainsi:
* Le quatrième village fondé est Mahou (La magie). Deuxième village de « spécialistes », s’intéressant cette fois particulièrement au ninjutsu. Ils sont passés maître dans la manipulation de forme du chakra. Ils inventent des techniques telles que les Kage Bushin que chaque ninja peut apprendre, quelque soit son affinité… Ils sont également les meilleurs soigneurs. Le fondateur de Mahou est Imlot Yuushi ( Imlot le brave), qui s'était rendu célèbre en écrasant tous ses ennemis lors de la bataille fleurie entre Chikara et Shinobi. Vexé de n'avoir pas été préféré à son grand frère Lako pour le titre de Kage, il partit de Shinobi, fonda Mahou et se proclama Kage. Sa réputation était telle que nombre de ninjas le suivirent.

Histoire: Mahou et Chikara sont constamment en guerre, sauf lorsqu'ils s'allient pour lutter contre Korei. Nul ne sait les raisons de la haine ancestrale entre les adeptes du taijutsu et ceux du ninjutsu. Mahou s'est rendu célèbre en détruisant Korei à 2 reprises, la deuxième fois définitivement (semble-t-il).

Le village de Mahou est de loin le plus productif pour inventer de nouvelles techniques. On y trouve toutes les affinités à peu près également réparties.
Les ninjas de Mahou sont très hétéroclites. On trouve aussi bien des filous que des gens d'honneur dans le village.
Religion: Le pays est laïque, mais la plupart des habitants sont simplement athées.

La situation actuelle Aujourd'hui le village Mahou est une des trois grandes puissances Shinobis de Yuukan, au même titre que ses homologues spécialistes Chikara et Gensou. Tous trois entretiennent des relations de paix croissante, bien qu'il règne tout de même une certaine tension.
Le village (qui ne mérite plus tellement cette dénomination) fort d'environ 16500 habitants regroupe en son sein marchands, savants et shinobis, dans une parfaite harmonie, et continue de progresser au plan économique et militaire et constituant ainsi une puissance non négligeable.


Dernière édition par Hrungnir le 23/10/2010, 17:51, édité 2 fois
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 06 - Les Informations sur Mahou

Message par Kentaro le 26/8/2010, 14:28

L'organisation de Mahou

La composition de la ville: La cité ninja est constituée de facon ovale. On trouve la porte principale au nord, la porte annexe a l'est et la fondation de l'ex quartier des loisirs a aussi bénéficié d'une porte, afin d'accueillir les touristes, située elle au nord-ouest. A l'interieur du village, devant chaque porte on trouve une grande place d'ou partent de nombreuses rues, formant le réseau de Mahou. La ville se distingue des autres villages par la foret interieure qui la compose. En effet, Mahou est réputée pour son affinité avec la foret (la ville elle-même est entourée de plusieurs hectares de forêt) et le premier Kage de Mahou: Imlot le brave, décida de batir la ville au sein meme d'un grand bosquet. Celui ci fournissait un ombrage satisfaisant, une protection contre les intempéries, était composé de nombreux arbres fruitiers et utiles a la menuiserie, et offrait un camouflage utile en ces temps troublés. La ville s'est donc progressivement étendue autour de ce bosquet qui s'est de plus en plus éclairci au fil des années, mais qui est toujours impregné d'histoire.

Le QG : Le QG est le centre de commandement du village, en temps de paix comme en tant de guerre. C'est le centre du pouvoir, un symbole fort de chaque village, et probablement le bâtiment le plus important. Il est bâti au sud de la ville, non loin du quartier des ninjas et est l'un des premiers batiments historiques de la ville, inclus dans la foret interieure.
Le QG regroupe :
  • Les appartements du Kage et de sa famille directe, y compris son bureau, sa bibliothèque personnelle (sur laquelle court bon nombre de rumeurs au sujet de jutsus secrets et interdits qui font tant fantasmer les jeunes) et une salle d'entraînement.
  • Les baraquements des ANBU assignés par roulement à la protection du Kage, de ses proches, et, de façon général, assurant la protection du QG et des ses occupants. Ils bénéficient de tous le confort possible.
  • Le secteur administratif, qui occupe la plus large portion du QG, et où on y trouve des secteurs aussi variés les services des douanes, la direction des services sanitaires, etc, etc... Soit toutes les instances adminitratives constituant la mécanique bien huilé d'un village fonctionnel.
  • Le Centre de mission : C'est cette organisme qui a la charge du pan d'activité principal du village. C'est ici que sont deposés les demandes de mission, que sont tenus la liste et les stat's de réussite de chaque shinobi actif, que se décident la répartition des missions, que se font les briefings et débriefings.
  • Salles de réunion : Le QG dispose aussi d'un important réseau de salle de réunion, tant utilisé pour la planification ou le briefing des missions que par les différentes commisions du secteur administratifs. La plus grande et la plus prestigieuses se situe près des appartements du Kage et accueil le Conseil du Village.
  • La trésorerie : D'effroyables quantités d'argents circulent au QG, essentiellement par le biais de l'activité de mercenariat du village. Le QG dispose donc de salle pour stocker une certaine réserve de liquidité, nécessaire au bon déroulement des transactions.
  • Les geôles souterraines : Sous le Qg s'étend un impressionnant réseau de prison, sur plusieurs niveaux, et soumis à de très nombreux systèmes de sécurités. Elle est particulièrement méconnue de la population honnête, qui ne s'est jamais demandée où étaient stockés les malfaiteurs. Façonné par les plus grands experts du Dôton, les parois ont été traité pour qu'aucun autre expert esseulé ne puisse les modeler. On y emprisonne les malfaiteurs de droit commun, les shinobis punis par le tribunal militaire, ainsi que les accusés en attente de leur procès.

La bibliothèque : La bibliothèque est le nirvana des érudits en herbe. Immense, elle contient un nombre incalculable d'ouvrages, très communs ou parfois fort rare, couvrant à peu près l'ensemble des domaines de la connaissance humaine, de l'art de repeindre les papiers peints à la compréhension des principaux courants philosophiques du passé. Toutes ces connaissances ne sont pas sans danger, aussi existe-t-il différents secteurs au sein de la bibliothèque, demandant des niveaux d'accréditation différents et fort variés.
La bibliothèque est autonome, et inclut sa propre imprimerie et tout le nécessaire pour rénover où reproduire un livre, un parchemin, où n'importe quel dépositaire de connaissances.
On raconte qu'un immense et profond réseau de galerie s'étend jusque loin sous la terre, et que toutes les archives depuis la création du village y sont stockés.

L'hôpital : Délocalisé au Sud-est lors de sa reconstruction en XXXX, l'hôpital est le centre de soin général du village. on y trouve tant des shinobis-médecins que des médecins traditionnelles.
Sous le terme d'hôpital se cache en fait bien plus que cela : l'hôpital dispose généralement d'une école accueillant tous ceux qui souhaitent apprendre la médecine -shinobique et/ou classique- et n'ayant pas la chance d'être né dans un clan de médecin. L'activité de recherche y est aussi particulièrement développé et couvre tous les domaines, y compris l'appronfondissement de la connaissance des jutsus médicaux.
De plus, l'hôpital dispose de ses propres redoutes, serres et laboratoires qui lui permettent de produire la majeur partie des ses médicaments.
Enfin, une petite partie du secteur hospitalier est dédié aux vétérinaires et aux shinobis-vétérinaires.

L'académie : L'Académie est le point d'orgue de l'instruction d'un village. On y dispense un enseignement de base à la plupart des enfants du village selon leur âge. Mais l'académie est aussi, voire surtout, connu pour formé la jeune génération de ninja. Ceux-ci suivent donc un cursus spécial et aménagé, adapté à l'âge de chacun, qui les initie aux arts ninjas.
Sous l'impulsion successive de Lirao Kazama et de Matsuda Shingen, l'ancienne et le nouveau conseiller responsable de la formation des shinobis, l'Académie Ninja Mahousarde forme le nouveau fer de lance de l'armée de la feuille. Elle contient entre autres des salles de cours, de réunions, de sport et d'etudes, comprenant une petite bibliothèque adaptée aux recherches des étudiants. L'exterieur comporte des terrains d'entrainements, de tirs et une annexe-Arsenal comprenant bokens, shurikens, kunais, parchemins et combinaisons de protections. L'académie se situe pile au centre du village et est incluse dans le centre historique de Mahou, soit la foret interieure amenagée.
Outre la formation des jeunes, l'Académie à aussi la charge de guider les shinobis dans leur voie de prédilection, s'ils le veulent. Jouxtant à l'Académie se tient généralement un autre complexe de bâtiments, répondant au nom ronflant de Faculté, mais que tous les shinobis appellent malgré tout l'Académie, et où sont regroupé divers spécialistes en divers domaines, plus reconnus pour leus impressionnant savoir théorique que leur talent pratique, et qui se font une joie de transmettre ce qu'ils savent aux passionnés requérant leur service.
Ils offrent donc la possibilité à tous shinobis n'ayant pas l'expérience de tout un clan derrière eux de se spécialiser dans un domaine.

La Police Civile : La police civile dispose d'un vaste bâtiment dans le quartier Est, aisément accessible à la population et où sont formés et entraînés les futurs gardiens de la paix. La police civile possède son propre arsenal, ses archives judiciaires, ainsi que des baraquements pour les troupes de faction.
Attenant au bâtiment de la police se trouve le tribunal de justice civil, qui s'occupe de juger et de trancher dans les affaires civils et les petits délits.

La Police Militaire : La police militaire de Mahou est invisible au yeux de tous, hormis son propre personnel. Paradoxalement, elle s'est établi dans la sous-ville, ce qui lui offre la plus grande discrétion. Hormis le secteur détention, l'ensemble des instances de la police militaire, càd les sections espionnage et contre-espionnage, tortures et chasseurs de têtes, est regroupé au sein d'un complexe de bâtiments tentaculaires et parfaitement fondus dans le reste de sous-ville.

Les Centrales : L'infrastructure de production d'électricité de Mahou est particulièrement disparate, et majoritairement hors de la ville. Le village tire une partie de son énergie par la force hydraulique, au moyen de centrales -particulièrement bien surveillée- bâties au bord de la rivière, mais aussi par l'éolien, disposant de nombreuses éolienne au sommet de bâtiments et de certains arbres de la ville.

L'Arène : Edifiée sous le mandat du second Kage, l'Arène de Mahou a une capacité d'accueil de 2000 personnes, ce qui en fait un batiment incontournable, surtout dès que l'on entre par l'entrée principale de Mahou car elle se situe non loin des portes, au nord de l'Académie. Y sont organisés divers tournois et manifestations, concerts, expositions, défilés et compétitions.

Commerces : Ce quartier, le plus dynamique de la ville, comprend toute la partie Est de celui ci. Les marchandises y sortent et y rentrent grace a la porte spécialement prévue a cet effet (qui inclut une protection renforcée, ainsi qu'un service de douane spécialisé et chargé de detecter les produits de provenance ou de conception douteuse) De la place du commerce, qui deux fois par semaine accueille un grand marché, partent de nombreuses rues qui comprennent une multitude d'echoppes en tout genre. De la quincaillerie, a la boutique de vetements, en passant par une fromagerie ou une armurerie. D'ailleurs le quartier des commerces, sous la demande des forgerons et d'autres commercants requierant une source d'eau, bénéficie d'un cours d'eau, détourné de son lit originel plus en amont. Bien qu'une certaine concurrence existe, le quartier bruyant et animé reste très calme....hormis lors de bagarres généralisées dans des bars.

Les Quartiers Ninjas : Situés au sud de la ville et du QG, longeant la grande enceinte fortifiée, ils concentrent la plus importante garnison ninja du sud de Yuukan. C'est ici que sont régulièrement organisées des séances d'entrainements, de remises en forme ou de "décrassage" pour garder une armée régulière active. On trouve aussi un important arsenal militaire, prompt a équiper n'importe quel ninja en cas de guerre, en fonction de ses besoins et de ses aptitudes.

La sous-ville : Construite après la seconde guerre pour soulager la population et lui faire oublier les horreurs de la guerre, la création de la sous ville a nécessité des travaux considérables, financés par le second Kage. Il a fallu détruire une portion de la muraille au nord ouest, non loin des portes et reconstruire une nouvelle, de facon a former une excroissance a la ville déja présente. Elle contient de nombreuses attractions, d'hotels, de lieux de plaisirs et de débauche ainsi qu'une porte s'ouvrant sur l'exterieur. De fil en aiguille, ces quartiers ont concentré de plus en plus d'activité louche, et de puissantes bandes s'y sont taillés la part du lion. Avec la perte de ce quartier, le QG est devenu impuissant vis a vis des marchandises qui en sortent ou en rentrent mais l'actuel Mahoukage bataille ferme pour inverser la vapeur.

Les Résidences : Il y'a pas de quartier dédié aux résidences a Mahou, si bien qu'on en trouve un peu partout dans la ville, excepté dans des quartiers spécialisés tel le quartier des commerces ou celui des Ninjas. Généralement, les maisons sont individuelles et dotées de petits jardins. En revanche celle ci suivent globalement un modèle identique, soit des murs blancs, surmontés de toits plats en ardoise, qui font le bonheur des ninjas qui courent dessus. On trouve aussi quelques petits immeubles comprenant de grands appartements. Par souci de place et afin d'eviter des travaux d'agrandissement de la muraille d'enceinte, la ville a tendance a "monter" et on trouve donc beaucoup de batiments a étages. Il existe cependant quelques zones du village composées uniquement de résidences car la municipalité veille a gerer son urbanisme.
Cependant les clans importants forment un autre problème: Ils disposent de grands espaces qui leur sont uniquement dédiés dans lesquels ils peuvent presque tout se permettre: importation de savoirs-faire étrangers en matière d'architecture, de canalisations, d'agencements...ceux ci forment de vastes espaces généralement privés qui commencent a nuire a l'urbanisme croissant de la ville, qui aimerait profiter de ces terrains pour d'autres fonctions


Dernière édition par Hrungnir le 26/8/2010, 14:38, édité 1 fois
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 06 - Les Informations sur Mahou

Message par Kentaro le 26/8/2010, 14:29

Le Régime politique

1. Politique intérieur
L'actuel Mahoukage a à cœur la grandeur du village, et espère que Mahou acquiert un jour une puissance suffisante pour faire taire les revendications de Gensou et Chikara, et imposer l'hégémonie des shinobis de Mahou sur le Yuukan.
A cette fin, la nouvelle politique du village tranche avec l'ancienne, et met l'accent sur le recrutement et la formation des jeunes -par le biais de mécanismes divers et variés, ainsi que sur l'aguerrissement des troupes.
Dans la même optique, le Kage a entamée une lutte méthodique afin de circonvenir la sous-ville, qui sape la puissance de son armée. Cela passe non seulement par un durcissement de l'application des lois, mais aussi par un projet de rénovation urbaine de la sous-ville, afin d'y réguler les constructions et leur nature. De plus, le Mahoukage aurait procédé au renouvellement intégral des ANBU, fait avéré ou rumeur, il n'en reste pas moins que cela suffit à soustraire cette unité d'élite à la vindicte de Mégumi-sama, et leur permet de mener des opérations d'envergure contre la pègre.
Par ailleurs, si le Kage sait qu'il ne pourra pas transformer Mahou en cité exclusivement shinobique, à l'instar d'Heiki, il aimerait tout de même que la cité accueil moins de civil. Il a donc durci les modalités d'installation dans la ville, tout en offrant des avantages séduisants aux civils souhaitant s'installer à Takaoka, Nabari, Sendaï, ou des villages mineurs du premier cercle.

2. Politique extérieur
*Les protectorats : Contrairement à Hakodate, l'actuel Mahoukage n'a pas l'intention de laisser la bride au cou aux villages des protectorats, car ils sont vitaux pour la bonne santé et la puissance du village.
Bien que le premier et deuxième cercles ne posent aucun soucis, leur fidélité envers Mahou étant quasiment indéfectible, le MahouKage s'est donc lancé dans une politique de fidélisation, leur octroyant des avantages plus conséquents, tel que la formation de médecins et d'enseignants. Non seulement, cela permet de s'attirer la reconnaissance de ces villages, mais en plus, c'est un message fort à l'adresse des autres, dont le soutien est moins marqué. Par ailleurs, il manœuvre très serré afin d'insérer "naturellement" des shinobis dans le système politique des villages du premier cercle, afin d'y prendre le contrôle pour pouvoir les transformer en "succursales civiles" du village, et, à terme, ne former plus qu'une vaste communauté Mahousarde.
Par ailleurs, le Mahoukage est très vigilant quant à l'opinion des villages du troisièmes cercles, et s'emploie donc à leur démontrer l'importance de la protection de Mahou. Ainsi, si les villages faisant régulièrement appel aux services de protection du village font l'objet d'une surveillance constante, afin d'étouffer dans l'œuf tout assaut de bandits ou de migration de bêtes féroces avant même que les villageois ne s'en rendant compte, il n'en va pas de même pour les villages ayant tendances à dédaigner les services du village. Pour eux, le kage joue la carte de la guérison plutôt que de la prévention, n'éliminant les menaces qu'une fois qu'elles ont nui au village -sauf si, bien entendu, ledit village dépose auparavant une demande de mission en bonne et due forme pour que Mahou s'en occupe.
Enfin, par rapport aux villages du quatrième cercle, le Mahoukage applique une politique nettement plus dure et dangereuse, mais qui semble s'avérer plus payante. En effet, il emploie de façon plutôt agressive ses ANBU afin de mettre la pression sur ces villages, notamment en faisant régulièrement disparaître les convois qui ne bénéficie pas de la protection d'équipe Mahousarde, sous le couvert d'attaques de brigands.
*les 3 Villages : En tant que Villagiste forcené, l'alliance des 3 villages n'a pas les faveurs de l'actuel Mahoukage, qui voit même d'un très mauvais œil la présence d'autres forces que les siennes dans sa zone d'influence. Il met donc un point d'honneur à leur mettre de façon plus ou moins discrète des bâtons dans les roues, car d'éventuels réussites ou coup d'éclats de leurs parts pourrait saper la main-mise de Mahou dans le secteur, ce qu'il ne peut tolérer.

3. Le Kage
Le Mahoukage est élu pour 20 ans par le conseil du village, et est invariablement issu du corps des Kunins ou de l'ANBU. C'est donc un individu plus que capable, au passif impressionnant et aux qualités innombrables, comme il le sied à un homme qui va inspirer la future génération de shinobis.

A l'instar des autres Kage, le Mahoukage est la clef de voûte du village, sur de nombreux plan. C'est lui qui oriente la politique générale du village, tant de son orientation interne que de son essor externe.
Maître absolu de la chaîne militaire et diplomatique du village, le kage à la charge de diriger Mahou dans les méandres de l'histoire, veillant à son développement sans permettre qu'elle se vulnérabilise.

Comme tous les Kage, le Mahoukage est principalement pris par quatre fonctions :

_ L'équilibre militaire : Mahou est un village de ninja, dont l'essor dépend avant tout de ses troupes, ainsi que de la manière dont elles sont entraînées, déployées et utilisées.
Le Mahoukage supervise donc intégralement les opérations militaires, étant le seul à posséder un point de vue global sur l'étendu et la disposition des forces du village, ainsi que sur les menaces -avérées, ou éventuelles- qui pèsent dessus, et sur lesquels il faut constamment enquêter et tenir à l'œil. Bien qu'il soit secondé dans cette tâche par les kunins, qui détiennent chacun une pièce du puzzle, et les ANBU, dont certains sont devenu des experts quant à certaines menaces, à force d'avoir à les réguler/tenir à l'œil.

Par ailleurs, le Kage dispose d'un État-major, regroupant des Kunins, actifs ou retraités, des junins, dont la majorité sont en fait des ANBU, et des non-shinobis néanmoins calés dans l'art de la guerre. Cet État-major l'aide à gérér l'impressionnante machine de guerre que constitue l'armée des shinobis de Mahou.

_ La santé du village : Mahou est avant tout une ville, et négliger cet aspect ne peut que conduire à la catastrophe. S'il incombe donc au Kage de diriger la ville, il ne peut pas s'occuper de tous les aspects en personne, ni avoir connaissance des problèmes si on ne les lui remonte pas. Ainsi, afin de l'assister dans sa tâche, le Kage est soutenu par une panoplie de conseillers, aux compétences multiples, et en charge de telle ou telle facette du village. Néanmoins, le Kage est le seul à prendre les décisions d'envergures et à déterminer l'orientation de la politique du village.

_ L'approfondissement du Nîndo : clef de voûté de la puissance du village, le nîndo est vital pour les forces militaires. Le Kage se doit donc de maintenir une constante impulsion dans ce domaine, afin que le village reste à la pointe de la technique. Il se tient donc au sommet de la pyramide des chercheurs-théoriciens du village, dont il oriente les travaux. Bien entendu, le Kage ne s'intéresse guère au développement des jutsus personnels1 -une palanquée apparaissant et disparaissant à chaque génération de shinobi, les aléas de la guerre provoquant une sélection naturelle de ces techniques. Le Kage a la responsabilité de la création de Buryoku et de la formation de Buryokudoka.

_ Le partage de connaissance : Enfin, le Mahoukage est avant tout un maître dans de nombreux domaines, doublé d'un vétéran d'une vie au service du village et de ses innombrables missions. Traditionnellement, le Mahoukage publie avec régularité des traités sur l'art de la guerre, du nindô ou des jutsus, seul ou en collaboration avec d'autres experts, afin de répandre son expérience et son savoir au sein du village.

1 Ce qui ne veut pas dire que l'activité de recherche néglige les principes généraux des jutsus, la théorie, etc... Mais seulement les Jutsus en eux-même, ceux-ci se développant naturellement et massivement chez les shinobis.

4. Désignation et destitution du Kage
Lors du choix du Kage, un appel aux candidatures est lancé par le conseil aux Kunins et aux junins, ces derniers étant systématiquement écartés de la succession et ne servant que d'écran de fumée permettant une candidature officielle des membres de l'ANBU.
Chaque dossier est étudié avec minutie par le conseil, qui exerce une impitoyable sélection selon ses propres critères. Les "rescapés" sont ensuite longuement entendu par les conseillers, au cours d'une audition de plusieurs heures où ils sont chargés de détailler leur "programme".
Au terme de ces auditions, le conseil désignera publiquement le nouveau Mahoukage.

Marqué par la dépravation atteinte par l'ancien Kage, Tadaka Hakodate, la caste dirigeante de Mahou s'est doté d'un dispositif de sécurité pour destituer les Kage qui refusent de passer le flambeau lorsqu'ils ont fait leur temps. Ainsi, n'importe quel membre du conseil peut déposer une motion de censure à l'encontre du Mahoukage. Si celle-ci est soutenue par les 4/5ème du conseil, le Mahoukage est sommé d'abandonner son titre.
Les ANBU, garant du bien du village, sont chargés, le cas échéant, d'assurer la transition de façon musclé, définitive et discrète dans le cas de Kage réticent à abandonner sa charge.

5. Le Conseil
Le Conseil du village correspond au bras droit administratif du Mahoukage. Chaque conseiller joue un rôle précis dans la mécanique bien huilée du village, et sert d'intermédiaire entre ce dernier et le Kage. Ils répercutent et appliquent les décisions et les orientations du Kage, et font remonter les problèmes rencontrés sur des domaines précis, bien souvent avec plusieurs solutions clé en main à disposition du Kage, même si elles sont régulièrement discuté par l'ensemble du conseil. Les conseillers sont donc généralement des individus capables, à même de prendre des décisions et de trouver des solutions.


Dernière édition par Hrungnir le 26/8/2010, 14:39, édité 1 fois
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 06 - Les Informations sur Mahou

Message par Kentaro le 26/8/2010, 14:30

Les actuelles figures politiques

L'actuel Mahoukage:
Ken Nagotory, 34 ans, masculin, Kage
Ken Nagotory, l'actuel Mahoukage, a de qui tenir. Fils de Nobunaga et Tatsuki Nagotory, il a hérité de son père un sens aigüe de la stratégie, ainsi que d'excellents talents d'orateurs, et de sa mère, une fougue audacieuse et charismatique et un goût prononcé pour les jutsus médicaux et l'art du Ganseki.
Junin émérite -et probablement ANBU à ses heures- Ken Nagotory à maintes fois fait montre de ses capacités de meneur d'hommes et de son implacable volonté.

Dépositaire de la haine de ses parents contre les autres Villages Ninjas du Yuukan, Ken semble s'être fixé pour objectif de sortir Mahou de son marasme actuel et de le préparer à revendiquer l'hégémonie du Yuukan. Il a donc initié une politique dynamique et volontaire pour remettre le village sur ses rails, un véritable coup de fouet, nécessaire après le règne léthargique de son prédécesseur.

En leader né, Ken a su s'entourer d'éléments de valeurs (bien que ne partageant pas toujours ses opinions politiques) qui lui permettent de palier à ses points faibles. il fait en effet montre d'une impressionnante souplesse d'esprit qui lui permet de se remettre en cause pour évoluer constamment.
Très attaché à l'évolution de son village, Ken passe beaucoup de temps à rédiger des traités et des guides sur les différentes facettes du Nîndo, et enjoint aux gradés et aux spécialistes d'en faire de même, persuadé que la connaissance est la clé de la puissance.

Marié à Tsukihima Nagotory, paléographe et chroniqueuse à la bibliothèque de Mahou, et probable responsable de l'étrange particularité du Mahoukage à en savoir long sur le passé et les leçons à en tirer, le Mahoukage est l'heureux papa de deux filles et un garçon, qui logent tous au QG avec leurs grand-parents.

Les Conseillers de Mahou
En charge de la formation des shinobis et aspirants shinobis:
Matsuda Shingen, 58 ans, masculin, chunin.
Bien que Matsuda Shingen ne soit que chunin, il est incontestablement l'un des plus grands professeurs de Mahou et a formé bon nombre de Kunins et d'ANBU. Et même si sa puissance personnelle reste faible, bon nombre de shinobis expérimentés viennent quérir ses conseilles.
Vétéran de la dernière grande guerre, Matsuda a toujours mis un point d'honneur à former "de véritables shinobis" et a longtemps mené un combat d'arrière-garde désespéré pour empêcher le niveau des genins de sombrer.
Nommé conseiller par Ken Nagotory en personne -dont il a été l'un des mentors- Matsuda est plus que jamais déterminé à imposer ses vues à l'académie et aux professeurs, et s'est fixé 5 ans pour ramener Mahou à son plus haut niveau.
Sa rancune tenace envers "l'ennemi" en fait un soutien indéfectible des villagistes.

En charge de la défense de Mahou et de la gestion des armées:
Akira Tenaka, 38 ans, féminin, kunin.
Bien du monde a du mal à imaginer cette petite femme d'une quarantaine d'année, mère de 3 enfants, comme étant un kunin et, a fortiori, la chef des kunins.
C'est pourtant bien le cas puisqu'Akira occupe maintenant ce poste depuis près de 4 ans, qu'elle a obtenue par son sens exacerbé de la stratégie et par son charisme. Elle a donc été confortée dans son poste par Ken Nagotory.
Ayant perdu son mari et nombre de sa famille lors des guerres entre les 3 villages, Akira a la dent dure contre les rivaux de Mahou et n'aspire à rien tant que se venger et les écraser. C'est une villagiste de la première heure et une membre influente et virulent de l'U.E.M.

En charge de la police militaire:
Kaoru Meifang, 29 ans, féminin, ANBU
Kaoru Meifang s'est émancipée très tôt de l'influence du Qg en rejoignant les rangs de la police militaire dès l'âge de 19 ans, sitôt son grade de chunin en poche. Elle y gravit rapidement les échelons, jusqu'à pouvoir intégrer le corps des chasseurs de têtes à 23 ans. 2 ans plus tard, la jeune femme est repérée par l'ANBU, qui lui offre de rejoindre leur rang, où elle s'imposera rapidement comme un élément de valeur.
Sur la recommandation de son prédécesseur, Hirako, elle est nommé Chef de l'ANBU par Ken Nagotory; poste qu'elle cumule avec celui de chef des chasseurs de têtes.
Kaoru manœuvre de son mieux pour multiplier les liens entre les 2 groupes et tenter de former, à terme, une super-unité d'élite, dont la multiplicité des talents permettrait de rendre obsolète les "toutous" du Qg, à savoir les kunins.
Ses activités de l'ANBU l'ayant souvent amené à se frotter aux autres villages, Kaoru à de fortes tendances villagistes.

En charge de la diplomatie internationale:
Nobunaga Nagotory, 77 ans, masculin, civil
Stratège de génie ayant joué un rôle prépondérant dans la destruction de Korei, grand maître orateur, historien inégalable, fondateur et ancien meneur de l'U.E.M, maître archiviste de la Bibliothèque de Mahou, membre du conseil de guerre du Village et conseiller sous l'ancien kage, Nobunaga Nagotory est l'un des personnages phares de l'époque contemporaine de Mahou, ainsi qu'un membre particulièrement influent du village.
Marqué par le spectre de la guerre, il n'a jamais caché sa position, à savoir en finir une bonne fois pour toute avec Chikara et Gensou.
Désireux de laisser les coudées franches à son fils, l'actuel Kage, Nobunaga comptait abandonner le Conseil. C'était sans compter la clairvoyance et la détermination de l'intéressé, qui le nomma chef de la section diplomatie, estimant qu'aucun autre ne serait plus qualifié pour affronter cette charge dans les temps tendus à venir. En effet, bien que le Mahoukage compte durcir sa politique extérieur, quitte à jouer les antagonistes avec les autres villages, il ne souhaite pas entrer en conflit direct avec cex derniers avant que le village ne soit prêt. Et personne mieux que Nobunaga ne sera capable de mener cette tâche à bien.

En charge du bâtiment:
Tomiko Wakita, 44 ans, féminin, genin
Benjamine d'une famille de maçon, Tomiko pensait devenir Kunoichi et entre à l'age de 9 ans à l'académie. Malheureusement pour elle, le destin en décida autrement, avec le décès de son père et ses deux frères. Alors genin depuis 3 ans, Tomiko renonça à une vie d'aventure et repris l'affaire familiale, s'apercevant rapidement qu'en affutant sa maîtrise du Dôton, elle y ferait des miracles.
Au fil du temps, sa petite entreprise crût en taille et le sérieux de son activité lui valu le respect des autres artisans, toute activité confondu. Forte de sa notoriété, elle milita intensivement pour l'embauche des shinobis et, au grand damne du QG, est plus ou moins directement responsable de reconversion définitive d'une poignée de shionobi chaque année.
Cet état de fait la met constamment en bisbille avec Matsuda Shingen et Akira Tenaka et du coup, elle perd rarement une occasion de les contrer et soutient donc activement les progressistes, plus "ouvert d'esprit".

En charge du secteur médical:
Shizuo Sekihara, 26 ans, féminin, civile
Le fait que Shizuo Sekihara cumula la particularité d'être la première femme et la première civile à la tête du secteur hospitalier, et ce en dépit de son jeune âge, en dit long sur l'estime que lui porte ses paires médecins -qu'ils soient ou non shinobi- et sur ses talents d'administratrice.
En effet, outre un travail de recherche remarquable dans le domaine de la chirurgie de pointe, permettant ainsi de réduire la pression sur les shinobi-médecin, elle est aussi parvenue à redresser les finances du secteur hospitalier, en remaniant le fonctionnement de l'administration et en traquant impitoyablement les postes de dépenses inutiles.
Shizuo se bat pour maintenir Mahou à la pointe de la médecine, et pour permettre à davantage de civils d'exercer.
Particulièrement consciente des avancées considérables qui n'ont été possible que par la coopération des médecins de différents villages, Shizuo est une progressite convaincue et une pacifiste reconnue.

En charge de la police civile:
Yagami Mitsumata, 58 ans, masculin, civil
Yagami est l'incarnation vivante de l'archétype Mistumata. Intransigeant et volontaire, il gravit un à un tous les échelons de la police par la seule force de sa volonté, et est même parvenu à intégrer le GIGN sans savoir lancer le moindre jutsu, lacune qu'il n'a comblé que lorsqu'il s'est mis en tête de briguer le rang de Maître de la police.
En charge de la sécurité à Mahou et dans les proches protectorats, Yagami Mistumata prône une stricte autarcie, considérant qu'en vertu de la croissance actuelle, Mahou n'a pas besoin de s'ouvrir à l'extérieur. Il va sans dire qu'une telle position n'est pas dénuée d'arrière-pensés puisqu'un tel état de fait porterait un rude coup à la pègre.
Bien souvent en accord avec les prises de position de l'U.E.M, Yagami Mistumata possède de fortes tendances villagistes.

En charge de l'activité mercenariat:
Lirao Kazama, 29 ans, féminin, chunin
A l'étonnement général, Lirao Kazama est parvenue à se maintenir au conseil, grâce à l'appui des chefs de clans et de l'influence de Keishin Korove. En effet, déjà en charge des missions sous l'ancien Kage, Lirao a pris soin de favoriser les rejetons des clans importants, leur laissant les missions les plus glorieuses et évitant de leur donner celles trop dangereuses, ce dont les chefs lui savent gré.
Initialement progressite, à cause du Kage dépotent d'avant, il est probable que le dynamisme de Ken Nagotory l'aurait poussé à rejoindre les rangs des villagistes. Malheureusement, l'U.E.M a tenté d'accélérer le processus en la courtisan âprement, entraînant en réaction un regain d'attention de la part des progressistes pour leur protégée.
Courtisée par les deux grands partis, Lirao se sait en position de force et profite des uns et des autres pour manœuvrer à sa guise.
Il semble qu'elle n'ait pas renoncé à devenir Kage et compte palier à son manque de puissance brute en s'imposant comme une actrice politique majeure du village, alternative entre les deux stéréotypes.

En charge de l'économie:
Keishin Korove, 48 ans, masculin, Junin
Enorme épine dans l'U.E.M au conseil, l'ancien chargé de l'économie s'est retrouvé responsable de l'économie entériné dans ses fonctions par le Kage en personne, bien forcé de reconnaitre son talent inégalable en la matière.
En effet, dès la prise de fonction de Ken Nagotory et la refonte du conseil, l'U.E.M. fit jouer ses relations au maximum pour évincer le pénible conseiller des progressistes et faire élire l'un de ses propres poulains par les chefs de clan.
Malheureusement pour lui, ledit poulain s'avéra tenir plus du comptable psycho-rigide qu'autre chose et parvint à froisser la majorité des partenaires commerciaux de Mahou en quelques jours, qui réclamèrent à corps et à cris leur interlocuteur préféré, charmant, affable, charismatique et compréhensif : Keishin Korove.
Les choses s'amplifièrent et dégénèrent, et trois semaines après le début de son mandat, il semblait que le Mahoukage allait devoir faire face à sa première grande crise. Ce dernier réagit promptement en limogeant le conseiller pour incompétence -première occurrence dans l'histoire de Mahou- et somma les chefs de clan de désigner un nouveau conseiller. L'U.E.M. fut complètement pris de court par cette décision et Keishin Korove n'eut qu'à faire jouer son bagou naturelle et passer quelques accords pour récupérer son siège haut la main, faisant un joli pied de nez à l'U.E.M.
Moins d'une semaine plus tard, la crise économico-diplomatique n'était plus qu'un mauvais souvenir, et un arrangement profitable concernant le court de l'acier avec Nabari entérinait la position victorieuse de Keishin Korove.
Fort de son récent succès, Keishin a donc reprit ouvertement sa politique d'ouverture et propage les idées de son parti au sein du conseil et de la population, au grand damne de l'U.E.M. qui cherche toujours comment se débarrasser de ce conseiller apparemment inamovible.

En charge du secteur civil:
Fubuki Sôma, 31 ans, masculin, Junin
Shinobi sans histoire passé junin à 24 ans, Fubuki Sôma ne commença à faire parler de lui que lorsqu'il fit ses premières armes en gérant avec succès les comptoirs Mahousards dans des protectorats des troisièmes et quatrièmes cercles du village. Plutôt que d'arguer à la fonction de Kunin qui aurait été la prolongation de son poste de meneur d'hommes, il se fit l'allié des dirigeants des protectorats et pu ainsi profiter des enseignements de plusieurs professeurs en matière de politique urbaine. De sorte qu'après avoir quitté la gestion des protectorats, il se lança tout naturellement dans la politique de Mahou.
N'appartenant ni à l'U.E.M. ni aux progressistes mais à un tiers parti dont la force et la faiblesse est de n'être nullement concerné par ce qui se passe hors des murs du village (sauf lorsqu'il s'agit de taxer les importations concurrençant directement les locaux), Fubuki est toutefois fermement hostile à la guerre et se retrouve de fait souvent l'allié des progressistes. Si c'est en bonne partie de leur fait qu'il est initialement arrivé à ce poste, ces derniers ont eu la mauvaise surprise de découvrir que sa conception de l'économie penchait plus vers une version assouplie de l'autarcie de l'U.E.M. qui favoriserait les résidents du village et ceux des protectorats les plus proches.
Après avoir envisagé de ne pas se présenter en guise de protestation symbolique à la nomination du belliqueux Ken Nagotory, Fubuki Sôma s'entraine désormais à naviguer dans le nouveau contexte politique Mahousard afin de servir les intérêts des civils trop souvent laissés de coté. Avec des ennemis plus ou moins sérieux dans les deux camps, sa réélection témoigne néanmoins de son efficacité aux yeux des chefs de clan, qui apprécient tant son absence totale d'ambition personnelle, un élément rafraichissant, que sa côte auprès de la population civile qui sera toujours utile. Même si pour d'autres, ceci cumulé à son pacifisme exacerbé le rentre plus dans la catégorie des grands candides trop naïfs.

Les partis politique importants :

A Mahou, le paysage politique est particulièrement fourni, et il existe même des partis, regroupant même jusqu’à des clans, afin de faire valoir leur point de vu et tenter d’influencer la politique du village.
En règle générale, ces partis n’ont guère d’influence notable, hormis des propositions de lois ou de dispositifs secondaires, et leur impact sur la politique du Kage est pour ainsi dire complètement négligeable.

Néanmoins, le règne d’Hakodate et la stagnation politique auquel il a mené ont permis à deux grands partis de tirer leur épingle du jeu et d’acquérir un poids non négligeable dans les sphères décisionnels du village. Défendant des philosophies radicalement différentes, ces deux parties ne cessent de se mettre des bâtons dans les roues.
Pour le moment, leurs empoignades restent purement verbales, malgré leur virulence.

L’U.E.M

L’U.E.M est le parti qui se targue d’avoir mené le Kage au pouvoir et d’avoir remis Mahou sur les rails. En effet, Nagotory Nobunaga est l’un des anciens poids lourds du Conseil du Village, a fait parti de ceux qui ont œuvré à la ratification de la réforme du fonctionnement des instances supérieurs du village. Par ailleurs, l’actuel Kage, Nagotory Ken, a été un acteur majeur de l’U.E.M, même s’il a pris ses distances avec le parti depuis qu’il est au pouvoir.

Mené par l’implacable Aritomo Motoshige, l'U.E.M est l'un des plus vieux partis de Mahou. Fondé durant la seconde guerre par des shinobis belliqueux et avides de sang et de victoire, le parti continua d'exister à la fin de celle-ci, stimulé par ces mêmes ninjas déçus de la fin de la guerre, considérant que Mahou aurait du en sortir encore plus auréolé de gloire. Le parti est donc constitué majoritairement de ninjas vétérans, ainsi que leurs rejetons qui ont adhérés à leurs idées. Et ils sont soutenus de plus par des hommes influents et vénaux prêts a tout pour étendre leur influence, considérant qu'une guerre est le parfait moyen de se faire de l'argent.
Ils prônent un retour a une certaine autarcie, une fermeture des frontières aux étrangers, une domination plus nette des régions alentours et un enseignement ninja et militaire bien plus poussé, en vue d'un hypothétique affrontement.

Motoshige bénéficie actuellement du soutien de la plus grande part de l’opinion Mahousarde, écœuré par la morosité de l’ex-Kage, et favorable aux bouleversements engendré par la réforme du conseil et l’accession de Ken Nagotory au pouvoir.

Le parti progressiste


A sa tête l'influent Kikuta Haku qui prodigue un enseignement basé sur la tolérance et l'humilité. Durant la seconde guerre, il s'illustra comme combattant, obéissant sans broncher aux directives de ses supérieurs. Malgré cela il en est revenu totalement dégouté de la violence, contrairement a la grande majorité de ses compagnons d'armes qui revinrent triomphants et encore assoiffés de sang.
Ne voulant pas de nouveau risquer un tel affrontement sanglant, il croit que l'union et le commerce cesseront durablement les guerres et il a tenté de conclure (parfois dans le dos des autorités, ce qui ne lui vaut pas la sympathie de tous) des contrats et des accords d'alliances avec les autres villages et leurs protectorats. Il prône donc la non violence et la sympathie, en faisant un individu jovial et chaleureux.
Il tente principalement d'axer ses campagnes de sensibilisation vis a vis des jeunes qui ne sont pas aussi belliqueux que leurs ainés. De même, il effectue beaucoup de missions a l'extérieur de Mahou et de Yuukan même, ce qui en fait un homme sage et aguerri.

A ses cotés, on trouve en autres Keishin Korove qui tente d'officialiser le plus possible sa démarche au sein du conseil, mais aussi et surtout la majeure partie de la jeune population a Mahou. Ceux-ci, non traumatisés par la guerre prônent la mixité et suivent donc ce parti qui souhaite un cohabitation pacifique. C'est au fil de manifestations, de pétitions et de démarches d'affichages que le parti a fait valoir sa voix. Actuellement, ses revendications sont claires:
-Ouverture de Mahou au commerce extérieur
-Partenariat aigu avec les deux autres cités ninjas
-Tentatives de rapprochement avec la communauté Samurai
Seulement son parti bien qu'impliqué et structuré, rassemble peu d'individus importants, influents, riches ou gradés si bien qu'il a du mal a faire entendre ses revendications et a les faire exécuter.


Dernière édition par Hrungnir le 2/1/2011, 11:56, édité 2 fois
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 06 - Les Informations sur Mahou

Message par Kentaro le 26/8/2010, 14:31

L'Organisation militaire

1. L'armée
L'armée est la force vive du village, qui regroupe quasiment l'intégralité de ses combattants. Ceux-ci sont "mis à la disposition" d'autrui via les missions déposées au Qg, et souvent utilisés par le Qg lui-même pour remplir des objectifs nécessaire au bien du village. On distingue les grades suivants :
*L'Anbu : L'Anbu est la force cachée du village. Cette troupe composée d'éléments d'élites, fanatiquement loyaux au village, forment le commando ultime, et peuvent tout autant assurer le rôle d'éminence grise derrière le cour des évenements, sans que l'on puisse se douter de l'intervention de shinobi dans l'affaire, que de commando suprême, capable de remplir un objectif en un temps record, en laissant les traces nécessaire pour accuser ceux à qui ils veulent faire porter le chapeau.
Les ANBU sont particulièrement sectaire, et n'oeuvre qu'entre eux, ou seul. Ils ne font confiance à personne d'autres pour les assister dans leur mission. Ne répondant de leurs actes que devant le Kage, ils ne reçoivent pas de mission au sens propre où on l'entend, mais plutôt des problématiques qu'ils doivent résoudre de la manière qui leur semble la plus adaptée. Celles-ci leurs sont données par le Kage ou personne, ou bien par l'Etat-major. De plus, leur connaissance de la psychologie humaine et du langage corporelle font d'eux de parfaits gardes du corps, raison pour laquelle la sécurité du Kage leur à échut.
Lorsqu'ils sont "en civils", les ANBU se font passer pour junins comme les autres (bien que dans le haut du panier) et font même des missions en tant que junin.
*Les Kunins : Les kunins forment la force stratégique du village. Composé d'individus talentueux, ce sont tous des meneurs d'hommes et de fins stratèges.
Les Kunins sont capable de gérer de vastes cohortes de shinobis sur de longues périodes et des théatres d'opérations gigantesque. Ils savent non seulement comment diriger leur troupe au combat, mais aussi régler les mille et un détail qu'accompagnent un tel commandement, depuis la logistique aux voies de replis, en passant par le chronométrage des actions et les tactiques alternatives.
A l'instar de l'ANBU, les kunins ne reçoivent plus de mission à proprement parlé. L'Etat-major leur présente une situation, un panel de troupe -qui peut-être plus ou moins adapté en fonction des schémas de prédilection du kunin- et le kunin a carte blanche pour régler les problèmes de la façon qui lui semble la plus adaptée. Néanmoins, au contraire des ANBU, les kunins doivent répondre de leurs actes devant le Kage, mais aussi l'Etat-major, voir la police militaire.
Si certains kunins restent à disposition du QG, attendant d'être affecté à un projet, d'autres sont nommés à des postes fixes, que ce soit l'organisation de la défense du village ou bien la sécurité sur une partie précise du territoire.
*Les junins : Les junins forment les troupes d'élites du village, aux talents et capacités multiples. Ils sont généralement déployé sur les missions les plus difficiles.
*Les chunins : Les chunins sont les piliers du village. Ce sont des combattants capables, qui peuvent se charger sans problème des missions standard.
*Les genins : Si les genins ne sont ni aussi puissant que les chunins, ni aussi fiable, ils compensent leur inexpérience et leur éclectisme par le poids du nombre et sont capable de soutenir convenablement toute action militaire.

Rivalité entre ANBU et Kunin : Il existe une rivalité tacite et traditionnelle entre les ANBU et les Kunins. L'origine de cette rivalité, remontant à la création des deux groupes, est parfaitement flou, mais il semble que les divergences de philosphies y soient prépondérantes, les ANBU agissant seul ou en petit groupe entre eux, tandis que les kunins dirigent de vastes troupes écléticques pour arriver à leur fin. De plus, les deux groupes se voient parfaitement pouvoir remplir les missions proposées à leurs alter ego, et se considèrent souvent comme étant en compétition.
Cette rivalité est exacerbée par le fait que les ANBU peuvent s'enorgueillir de servir de garde personnel au Kage et n'ont de compte à rendre qu'à ce dernier; alors que les kunins ont parfois, lorsque la situation est grave, un ou deux ANBU sous leurs ordres.
Enfin, le fait qu'en mission, ANBU et Kunin de village différents s'opposent avec régularité ne fait rien pour calmer le jeu.
Il en découlent que la plupart des Kunins et des ANBU ne perdent pas une occasion de se mettre des bâtons dans les roues, notamment au sein du Conseil ou de l'Etat-major...

L'Etat-major : L'état-major est le plus haut organe décisionnel de l'armée et peut-être considéré comme une extension du Kage. Il s'occupe de gérer les problèmes mineurs, et de soutenir et conseiller le Maoukage dans la planification de manoeuvres et de stratégies militaires d'importance.

L'état-major, sous l'égide du Kage, regroupe une douzaine de personne choisie par ses soins. Outre le Mahoukage, on y retrouve donc des Kunins, dont quelques retraités, des maîtres en logistique, stratégie et/ou politique de tout rang et de tout horizon, y compris des civils, ainsi qu'une poignée de junin -la rumeur voulant qu'il s'y cache des ANBU.

2. La police militaire
La police militaire n'a pas pour rôle de faire respecter l'ordre dans la ville, ni même de se mêler des affaires civils1. Son champs d'action est le domaine militaire, et ce sont eux qui sont chargés de faire la lumière lors de dérapages en mission. Cette cellule est composée de spécialistes triés sur le volet dans des domaines aussi variés que complémentaire, tels que le rapt, la torture, l'extraction de souvenirs, etc... Même s'ils n'utilisent ces talents que pour les cas les plus graves et/ou les suspects les plus récalcitrants.
La branche la plus dangereuse de la police militaire regroupe les "Chasseurs de têtes", des shinobis qui se vouent exclusivement à la recherche et l'élimination des déserteurs. Agissant en dehors du circuit traditionnel, ils n'ont aucun grade, même si dans les faits, les membres sont au moins des junins expérimentés.

1Cela ne veut pas dire qu'il ne s'occupe pas des affaires des civils et seulement des affaires impliquant des shinobis, mais signifie plutôt que la police militaire n'interviens que dans le cas de crime commis par des shinobi en mission. Les crimes commis par des shinobis dans leur vie civile tombe sous la juridiction de la police, hormis s'ils sont commis à l'extérieur de Mahou, cf plus bas.

3. La police
La police est chargée de faire appliquer la loi à l'intérieur de la cité -mais aussi aux portes-, ainsi qu'à l'intérieur des protectorats du village.Pour ce faire, elle s'appuie sur un large effectif civil (dont certains sont des étudiants/genins recalés), bien équipé et entraîné, et capable de faire face à bon nombre de situations.
Néanmoins, la police compte aussi un groupe d'élite, le GIGN (Groupe d'Intervention des Gardiens Ninjas), composé d'éléments shinobis de haut niveau, à même de procéder à l'arrestation de leurs pairs qui auraient la mauvaise idée de résister en faisant usage de puissants jutsus.
Cette section d'élite est uniquement stationnée à Mahou, car il est considéré qu'un shinobi à l'extérieur est en mission, et tombe alors sous la juridiction militaire.

Autour de ce noyau dur de représentants de la loi gravite évidemment de nombreux corps de spécialités, qui comprennent notamment les légistes, les juges, etc...

La police est complètement indépendante de l'armée, ce qui explique que ses ouailles suivent une formation dispensée au Centre Judiciaire, qui diffère de celles des shinobis. Toutefois, des partenariats ont régulièrement lieu, et des shinobis sont régulièrement intégré de façon temporaire aux services de police pour une durée déterminée, le temps d'une enquête, etc... Certains shinobis se découvrent même une passion et abandonne l'armée pour se rejoindre la police. C'est à peu près le cas de tous les membres du GIGN.

4. Différence entre shinobi et civil
Être shinobi à Mahou permet de disposer d'un certains nombres d'avantages et d'obligations que n'ont pas les civils.
Avantage, liste non exhaustive : Pas d'imposition sur les revenus
Une prise en charge partiel des frais d'hôpitaux, et total lors des séquelles d'une mission, ainsi qu'une aide à la reconversion en cas de blessures lourdes empêchant de poursuivre l'activité de shinobi sur le terrain
Une réduction de 20% sur le matériel et l'équipement standard chez les marchands (selon une liste exhaustive établie par le Qg)
Une retraite assuré par le QG
Obligation, liste non exhaustive : Mobilisable sur un simple ordre du Qg (hormis les régimes spéciaux, tels que les médecins, qui bénéficie d'une plus grande latitude, et les policiers, mobilisable uniquement lors d'état d'urgence (ennemis aux portes de la ville, etc...))
Rendre compte de ses déplacements hors de la ville
Remplir un quota de mission annuelle (quota établi en fonction du grade du shinobi, le rang des missions effectuées influant sur leur impact sur ledit quota)

5. Relation entre shinobi et civil
Si "hiérarchiquement", les shinobis sont supérieurs aux civils, cela ne se ressent pas dans la cité, où tout un chacun est sur un pied d'égalité.


Dernière édition par Hrungnir le 26/8/2010, 14:39, édité 1 fois
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 06 - Les Informations sur Mahou

Message par Kentaro le 26/8/2010, 14:32

Le système judiciaire civile

Les Mitsumata
1. Historique
Pendant longtemps, Mahou ne fut qu'un village caché, peuplé de divers clans shinobiques. A l'époque, les crimes étaient choses rares, et se réglait de façon expéditive. Néanmoins, à mesure que le village évoluait, sa justice se modernisa et le village affecta des shinobis au maintien de la loi dans ces rues. Néanmoins, ces postes étaient plus vu comme une punition par les shinobis, qui préféraient majoritairement s'expérimenter sur le terrain, et les affectations durent subir des roulements réguliers pour éviter tout soucis.

La situation empira lorsque le village s'ouvrit aux civils, qui colonisèrent rapidement la ville. Les broutilles en tout genre se multiplièrent, les shinobis n'endossaient que contraints et forcés les rôles de gardien de la paix, et le QG enrageait de devoir affecter toujours plus de shinobi à ces postes de seconde zone alors qu'il en avait besoin plus que jamais sur les lignes de fronts.

C'est alors qu'un conseiller proposa un concept révolutionnaire : laisser le secteur de la justice à des non-shinobi. D'aucuns objectèrent que former des civils à la tâche serait aussi contraignant que d'y affecter des shinobi -eux aussi formés par le village-, mais le conseiller leur rappela l'existence d'un petit village, non loin de Mahou, qui ne produisait guère de biens utiles au village mais ne quémandait pas non plus sa protection. Car ce petit village était essentiellement peuplé de guerriers honorable, rompus au maniement des armes. Leur honnêteté, leur courage et leur honneur étant presque comparable à celui des samouraïs, ils faisaient des individus tout désigner pour le rôle de gardien de la paix.

Le Kage se rendit rapidement à ses arguments, et dépêcha une délégation au village pour y conclure des accords avec la famille régnante, les Mitsumata. Bien vite, un contingent de combattants aux ordres des Mitsumata débarqua à Mahou et prit rapidement ses fonctions.

Si les armes et les aptitudes des Mitsumata impressionnèrent de suite les civils, il en alla très différemment des shinobis, dont bons nombres décidèrent que ce n'était pas des types lambda qui allaient leur dicter ce qu'il était interdit de faire ou non. De nombreux incidents et rixes éclatèrent quelques jours après l'installation du contingent Mitsumata en ville, les shinobis n'hésitant pas à dégainer leur jutsu pour l'emporter. Bien loin de se sentir dépassé et de ne pas être à la hauteur, les Mitsumata répliquèrent par des tactiques de groupe, capable de venir à bout des adversaires coriaces, et les meilleurs lames Mitsumata se répartirent dans les différents groupes. Au termes de plusieurs déculottés mémorables, même les shinobis les plus butés comprirent que les Mistumata étaient plus que capable d'imposer la loi, y compris aux shinobis.

Au fil du temps, la population de Mahou crût tant et si bien que l'ensemble des Mitsumata fut nécessaire pour réguler la population, et qu'ils finirent par abandonner leur petit village pour prendre leur quartier à Mahou. Cela finit par ne plus être suffisant, l'accroissement de la population nécessitant toujours plus de bras, et l'évolution des lois et du système juridique nécessitant toujours plus de spécialistes. Les Mitsumatas se retrouvèrent rapidement dans l'obligation d'étoffer leurs rangs par tous les volontaires qui se présentaient, et c'est ainsi que la police s'ouvrit à l'extérieur.

Les Mitsumata constituent probablement le clan civil le plus important de Mahou, tant par leur position actuel -ceux-ci étant toujours la force prépondérante de la police Mahousarde- que par leur passé élogieux, et sont capable de négocier d'égal à égal avec les autres clans ninjas d'importance.

2. Uniforme
L'uniforme de police de Mahou découle directement de l'uniforme traditionnelle des Mitsumatas. Il est constitué d'un ample kimono azur, arborant dans un cartouche dorsale le kanji 艇 (justice). Le front des policiers est, par ailleurs, ceint d'un bandeau blanc sur lequel est brodé le signe du village, ainsi que le symbole des Mitsumata pour ceux qui appartiennent à ce clan. Enfin, tous les policiers portent un sifflet d'argent produisant un son strident, permettant d'appeler du renfort en un éclair.

Les gradés bénéficient en plus d'un pardessus cramoisi, ourlé de motifs divers, d'argent ou d'or selon leur grade.

Par ailleurs, chaque policier possède sa propre arme, parmi celles autorisées : le bâton, la lance, le tonfa, les gantelets cloutés ou le sabre.

Enfin, les policiers ne portent pas d'armure. En effet, l'entraînement qu'ils reçoivent au centre judiciaire implique l'initiation à la technique du Tekkai, une technique qui permet de raidir les muscles, les rendant -techniquement- plus dur que l'acier au prix de la mobilité. Les plus gradés au sein de la police sont capables de passer de l'état de Tekkai à l'état mobile à une très grande vitesse, les rendant particulièrement dangereux. Quant aux meilleurs, ils sont capables d'employer le Tekkai sur des parties précise de leur corps, se libérant ainsi de la contrainte à l'immobilisme. C'est en grande partie cet atout qui leur permet de mater du shinobi récalcitrant, leur tactique de groupe faisant le reste.

A noter que la quasi-totalité des gradés sont des Mitsumata. En effet, bien que la progression se fasse au mérite, le clan offre la possibilité aux éléments les plus méritant d'être adopté. Le gros de ses troupes étant recruté au sein de la population civile, ou chez les aspirants shinobis n'appartenant pas à des clans, cet honneur est très rarement rejeté.

3. Philosophie
La police Mahousarde est comme toute les polices, avec ses éléments vertueux et ses pourries en tout genre. La seule exception concernent les Mitsumata, aussi incorruptible qu'intransigeant avec la loi, l'appliquant à la lettre, sans se soucier de l'esprit ou des circonstances.

La police Mahousarde est divisé en unité de six à dix éléments, qui œuvrent en commun. Selon les circonstances et le meneur. Lors des patrouilles, les policiers peuvent être dispersé au sein de la foule ou, au contraire, regroupés. Ces unités sont habitué à se battre de concert, ce qui les rend redoutables.

Le Système Juridique Civile

1. Niveau d'inculpation
Mahou classe les criminels selon trois niveaux, en fonction du degré du/des crime(s) reprochés :
1 : Vol à la tire, coups et blessures légères, vandalisme, etc...
2 : Viol, blessures graves, vol avec effraction, chantage, corruption, malversation, etc...
3 : Meurtre, trahison, délit à grande échelle, suspicion de désertion1, etc...

1Cas particulier où un shinobi considéré comme un déserteur revient de son propre chef au village, et tombe donc sous la juridiction de la police civile, et non plus de la police militaire...

Bien entendu, il y a possibilité de moduler le niveau d'inculpation en fonction des circonstances, du nombres de délits, etc...
Ces niveaux d'inculpations définissent les protagonistes charger de juger l'affaire, ainsi que les peines maximales encourues.

2. Déroulement d'une affaire
Lorsqu'une personne est accusée d'un crime, la police mène son enquête et transmet le tout à sa hiérarchie, qui détermine le niveau d'inculpation et le juge qui sera en charge de l'affaire, et se charge de mettre l'accusé sous les verrous le temps que la sentence ou la relaxation soit prononcée.

Deux magistrats sont alors désignés, l'un par l'accusé -s'il n'a pas d'avis, la police se chargera de lui en désigner un- et un autre par l'accusateur -même chose que pour l'accusé. Dans le cas, récurent, où le rôle de l'accusateur est tenu par le village, c'est au juge désigner le second magistrat.

Ces deux magistrats sont impartiaux, et s'occupe aussi bien de la défense que de l'accusation. Ils sont chargés de réunir les preuves et témoins, tant à charge qu'à décharge, qu'ils souhaitent présenter au procès -bien qu'ils puissent tout à fait décider de se concentrer sur l'un ou l'autre aspect, ou se contenter de ce que la police à déjà trouver.

Au terme d'une semaine, le juge réunit les deux magistrats pour connaître la suite à donner aux évènements.
_ Si les deux magistrats se déclarent prêt, le procès a lieu dans la semaine qui suit.
_ Si les deux magistrats souhaitent un délai pour poursuivre leurs investigations, et ont obtenu un consensus sur le report de la prochaine réunion, celle-ci est donc repoussées. A la prochaine réunion, un nouveau report pourra être décidé.
_ Si les deux magistrats souhaitent un délai, mais ne sont pas d'accord sur sa durée, le juge est chargé de trancher en faveur de l'un ou l'autre, ou du compromis à adopter. A la prochaine réunion, un nouveau report pourra être décidé.
_ Si l'un des deux magistrats se déclare prêt et l'autre non, le juge tranche pour un report ou non. Dans le cas d'un report, il ne pourra y en avoir d'autres de demander à la prochaine réunion.

Le procès se déroule généralement en publique, sous l'œil du juge et des deux magistrats, et l'aide de deux greffiers, dont le rôle est de veiller au bon déroulement du procès.

Dans un premier temps, les charges retenus contre l'accusé sont détaillés. L'ensemble des preuves sont ensuite présentées, puis l'ensemble des témoins passe à la barre, y compris l'accusé. Tant les preuves que les témoins peuvent être discutées/interrogés par les magistrats, l'accusé et le juge.
A noter que l'accusé peut décider, au début du procès, de céder son droit de parole à quelqu'un de son choix -à l'exception, évidemment, les magistrats, les greffiers, et le juge, et seulement si ledit quelqu'un est d'accord. Il ne pourra alors plus prononcer un mot, hormis lorsque viendra son tour d'être interrogé.

Au terme des présentations, le juge, s'étant fait sa propre opinion de l'affaire, rend son jugement et décide de la sentence à appliquer, selon le niveau d'inculpation -qui peut-être revu au cours du procès.

Le jugement est définitif, il n'y a ni possibilité de faire appel, ni d'avoir recours à quoi que ce soit pour casser le jugement. Néanmoins, un procès peut-être réouvert à la demande d'un magistrat s'il possède de nouveaux éléments susceptibles de modifier la sentence. C'est au juge en charge de l'affaire de décider si ces éléments sont suffisant ou non pour permettre la réouverture d'un procès.

3. Type de magistrats/juges et habilitation
Le juge d'un procès, à qui la police remet l'affaire, ne doit avoir aucun lien ni avec la/les victimes, ni avec la/les accusés.

Juge et magistrat ne peuvent juger que des affaires dont le niveau d'inculpation est égal ou inférieur à leur niveau. Si, lors du procès, le niveau d'inculpation s'accroît, le juge et les magistrats sont dé-saisi de l'affaire, qui est remise à des personnes plus compétentes.

Les magistrats d'un procès doivent impérativement être d'un niveau inférieur au juge (ainsi, si le juge est Junin, les magistrats seront des chunins ou des Juge (de niveau 1)).
En plus des moyens mis à disposition par la police, les magistrats sont libre d'utiliser tous les moyens à leur disposition pour mener leur investigation. Le choix du magistrat peut donc être crucial dans une affaire.

Chunin...........................................................................................1
Juge (de niveau 1)...........................................................................1
Haut cadre de l'administration1/Chunin émérite2/Junin.............................2
Juge (de niveau 2)...........................................................................2
Chef de clan important/Junin émérite...................................................3
Kunin/Juge (de niveau 3)...................................................................3
Conseiller.......................................................................................3
Kage.............................................................................................3

1Regroupe aussi les hauts responsables des secteurs médicaux, archives, etc...
2Par "émérite", on entend des shinobi ayant prouvé leur probité et leur sagesse à la police, en aidant dans des affaires, ou en menant des procès avec brio.
A noter que la police possède une liste noire d'individus peu fiable à qui ils ne confieront jamais un procès...


4. Sentences
Les sentences sont liées au niveau d'inculpation de l'accusé. A noter qu'elles sont cumulative entre sentences de même niveau ou inférieur.

1er Niveau d'inculpation : Travaux d'intérêts généraux, amendes, dédommagements aux victimes...
2ème Niveau d'inculpation : Prison, mise à l'épreuve, confiscation de biens, abrogation de certains droits, interdiction de briguer certaines fonctions, commando de la mort1...
3ème Niveau d'inculpation : Exécution, dégradation, prison à perpétuité, don de la personne à la science...

1Cette sentence est réservée aux shinobis, et est alternative et exclusive : elle est proposée au shinobi à la place de la sentence qu'il encourt et signifie que le shinobi sera désigné volontaire pour une mission particulièrement dangereuse. S'il y survit, il aura accompli sa peine.

5. Cas d'accusés non-Mahousard
Toute personne accusée à Mahou est soumise à son système judiciaire, hormis Chikara et Gensou qui dispose d'un traité avec Mahou, en échange duquel elles se sont engagées à lui livrer tout accusé réfugié en leur sein.

Chikara :
1er Niveau d'inculpation : Jugement et punition de Mahou
2ème Niveau d'inculpation : Jugement de Mahou, mais la sentence est exécutée à Chikara
3ème Niveau d'inculpation : Juger et punit selon les critères de et à Chikara
Ces mesures ne couvrent que les shinobis chiakriottes, accusés.

Gensou :
Pour les niveaux 2&3 d'inculpation, Gensou a obtenu que l'un des magistrats soit Genosouard.
Cette mesure s'étend aux shinobis et aux civiles de Gensou, qu'ils soient accusés ou victimes.


Dernière édition par Hrungnir le 26/8/2010, 14:39, édité 1 fois
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 06 - Les Informations sur Mahou

Message par Kentaro le 26/8/2010, 14:32

Le système judiciaire militaire

Le système juridique militaire ne couvre que les crimes et bavures perpétrés par des shinobis en mission à l'extérieur du village et fonctionne de façon légèrement différentes du système civil.

Tout d'abord, l'enquête est menée de bout en bout par le service de police militaire, sans aucune interférence de qui que ce soit. Selon la gravité des faits, il se peut que l'accusé soit mis sous les verrous, mais la plupart du temps, la police militaire se contente de l'empêcher de quitter le village.

Une fois l'enquête terminée, le tribunal est réunis. Il se compose de l'accusé, de deux greffiers, et d'un jury constitué de 4 paires de l'accusé, 2 gradés et 1 kunin (ex: 4junins et 3 kunins pour un accusé Junin). Lorsqu'exceptionnellement, c'est un kunin qui se trouve sur le banc des accusés, le jury est composé du Kage et de 6 kunin.

Le procès suit le même cour que qu'un procès civil, l'exception notable étant l'absence de témoin produit, la police militaire se contentant de rapporter les dépositions/interrogatoires/expertises obtenus.

Les peines encourus sont très variables et dépendent tant des crimes que du jury.

Grade et responsabilité :Seuls les shinobis à partir du grade de chunin peuvent être déféré devant le tribunal militaire.
Les genins sont en effets couverts par leur inexpérience et le fait qu'il soit toujours en apprentissage. On considère donc que les genins en mission sont sous la responsabilité absolue des chunins, qui sont donc responsables -à tout point de vue- des agissements de leurs ouailles et devront, le cas échéant, payer les pots cassés à leur place.

A noter que les missions de faible niveau ne requérant que des genins se déroulant uniquement à Mahou même, elles tombent sous la juridiction de la policie civile qui se moque éperdument du grade des fauteurs de troubles.


Dernière édition par Hrungnir le 26/8/2010, 14:39, édité 1 fois
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 06 - Les Informations sur Mahou

Message par Kentaro le 26/8/2010, 14:33

Le système éducatif

1. Civil
Mahou se targue d'être un village civilisé, et l'éducation y est gratuite et obligatoire jusqu'à l'âge de douze ans. Pendant cette période, les enfants sont inscrits à l'académie et y suivent des cours élémentaires, afin de connaître les bases (lecture, écriture, calcul, etc...).

2. Études supérieurs et apprentissages
Une fois sortie de l'académie, les jeunes civils sont presque mûrs pour apprendre un métier. Au cours des années suivantes, ils passent l'essentiel de leurs temps en apprentissage, généralement pour prendre la suite de leurs parents, ou bien chez un ami de la famille.

Pour les corps de métier plus spécialisés (médecin, juriste, scientifique, etc...), la formation se poursuit au sein des différents Qg de ces corps. Ainsi, médecin, infirmier, scientifique... poursuivent leur formation dans le complexe hospitalier, tandis que juges, avocats le feront au Centre Judiciaire.

3. Ninja
Les jeunes représentant la puissance de demain, Mahou ne lésine pas sur les moyens pour former les étudiants ninjas. Ceux-ci peuvent être pris en charge très jeune, et suivent des cursus aménagés et étudiés pour s'adapter à chaque tranche d'âge, en fonction de leur avancement sur la voie du Nîndo.

La formation au sein de l'académie se fait en un minimum de trois ans pour les étudiants les plus âgés et matures, mais s'étalent généralement sur plus longtemps (voire bien plus longtemps) pour les plus jeunes. Elle s'articule autour d'un tronc commun, regroupant les mêmes bases que l'académie civile pour les plus jeunes, et comprenant l'initiation aux arts (maîtrise du chakra, initiation au Taï/Nin/Genjutsu, etc...) et à la culture ninja (histoire, stratégie, philosophie, etc...).
Par ailleurs, les étudiants sont amenés, au fil de leur cursus, à choisir différentes options, leur permettant d'approfondir un domaine (spécialité Taïjutsu ou stratégie, par exemple) ou d'en découvrir de nouveau (initiation au Kugutsu, à la médecine, etc...).

Par ailleurs, même si cette possibilité est souvent boudé par les genins au profits des missions, plus exaltantes et rentables, les genins peuvent revenir à l'académie pour suivre ces options, quand bien même ils ne seraient plus étudiants.

4. Spécialisation
A l'instar des civils, les shinobis ont la possibilité de suivre des carrières plus spécialisées. Dans le cas de spécification tel que la justice, la médecine, la recherche, etc... Ils sont, là aussi, formés au Qg de leur spécialité (Centre Judiciaire, Hôpital...).

Pour ceux souhaitant se spécialiser dans des domaines du Nîndo (Fuinjutsu, Genjutsu...), l'académie propose des cours supérieurs et approfondis, dispensés par des spécialistes en ces domaines.

Enfin, l'académie dispose de nombreux partenariats avec d'innombrables écoles et dôjos, et peux y rediriger des étudiants et des genins pour qu'ils y reçoivent l'enseignement dispensé. En échange, ces écoles et dôjos s'engagent à fournir des enseignants à mi-temps à l'académie.

5. Enseigner
Dans le cadre de la formation des genins, n'importe quel chunin peut enseigner à une équipe (ou la laisser apprendre sur le tas, ou lui pourrir copieusement la vie, cela dépendant de la motivation et de l'objectif du chunin).

Par contre, pour enseigner à la jeune génération, au sein des académies, les conditions sont un peu plus drastiques : un grade de chunin est toujours requis, quelque soit la matière enseignée. Par ailleurs, le prétendant au poste d'enseignant doit avoir passer avec succès le concours annuel du Qg, suivre une rapide formation sur le métier, et encadrer et former avec succès une classe d'étudiants -le succès étant laissé à l'appréciation d'un inspecteur qui passe régulièrement voir les progrès des élèves.

Dans le cas des enseignants "supérieurs", càd spécialisés, ceux-ci doivent avoir formés avec succès un genin. Ce succès sous-entend qu'au moins un des genins suivi activement par le professeur a pu obtenir le grade de chunin, qu'il pratique ou non la spécialité de son professeur; ceci permettant de juger des capacités du futur enseignant à enseigner à d'autres shinobis. Par ailleurs, il doit faire étalage de son savoir devant un collège d'autres enseignants supérieurs, qui détermineront si ses connaissances en la matière sont suffisantes.
Il n'est nullement question de puissance ou de capacité, mais bel et bien de connaissance et d'approfondissement théorique. Aussi, même un chunin peut arguer un tel poste, quant bien même il se retrouverait à enseigner sa discipline à des junins ou même des kunins.


Dernière édition par Hrungnir le 26/8/2010, 14:40, édité 1 fois
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 06 - Les Informations sur Mahou

Message par Kentaro le 26/8/2010, 14:33

Les protectorats

Origine et fonctionnement des protectorats
1. Origine des protectorats
Les protectorats remontent à la nuit des temps, depuis l'époque révolue de Shinobi et Himitsu. Car à l'origine, ces villages étaient uniquement composé de shinobis, et dépendaient de l'extérieur pour la totalité de leurs besoins. Ils firent donc monnayer leur service, que ce soit en nature ou en espèces sonnantes et trébuchantes. Bien vite, des relations privilégiées s'établirent entre les villages ninjas et les villages proches qui les entretenaient.

Lorsque Mahou s'érigea, Imlot reprit à son compte le système symbiotique en vigueur entre village caché et proches voisins, et impliqua massivement les plus proches village dans l'édification de la ville. En retour, il lança une vaste campagne de sécurisation des terres alentours, et proposa à ces mêmes villages des contrats de protection à tarifs réduits. A mesure que Mahou prospéra, de plus en plus de civils rejoignirent ses murs, augmentant les besoins du village, notamment en matières premières. De nouveaux pactes furent passés avec les villages proches, ceux-ci s'engageant à fournir en priorité le village, contre la promesse d'être traité en priorité pour les missions.

Petit à petit, Mahou est donc parvenu à se rendre irremplaçable au sein de ces villages, permettant la mise en place d'échanges intervillages en sécurisant les routes et escortant les convois, et allant jusqu'à assurer la sécurité dans certains villages. Mahou se place donc comme la pierre angulaire d'une communauté, qui ne peut s'épanouir qu'en bénéficiant de la protection du village ninja. Par le biais de cette communauté, Mahou peut tabler sur autarcie quasi-complète.

2. Principe de fonctionnement des protectorats
*Le premier cercle, les privilégiés : Ce sont les villages les plus proches de Mahou, qui bénéficient de sa protection depuis sa création, et qui ont activement œuvré à son édification. Mahou constitue leur principal partenaire commercial, et bon nombre de leurs populations à de la famille à Mahou, dont bien souvent des shinobis. Bien que ces villages soient politiquement autonomes, on peut quasiment les considérer comme des extensions de Mahou, qui leur fournit des forces de polices et des shinobis pour leur protection à l'intérieur et à l'extérieur du village. De plus, Mahou a nommé des intermédiaires shinobi dans les trois plus importants d'entre eux, assurant une très grande réactivité au besoin de ces villages et de ceux alentours. Ces intermédiaire se joignent au conseil une fois par mois, et œuvrent à maintenir la coopération et la bonne entente. Ils supervisent par ailleurs de petites troupes de shinobis stationnées dans les villages pour de courtes périodes, et activables de suite pour réaliser des missions.
*Le deuxième cercle, les protégés : Ces villages sont relativement proches de Mahou, et sont en relation avec le village depuis un peu plus d'un ou deux siècles, qui est leur partenaire commercial majoritaire. Ils bénéficient de la protection de Mahou, sous la forme de patrouilles sécurisant régulièrement les alentours et escortant leurs convois.
*Le troisième cercle, les nouveaux : Ces villages ne sont en rapport avec Mahou que depuis quelques générations, lorsque l'influence du village s'est étendu jusqu'à eux. Pour eux, Mahou est un partenaire commercial de poids, et une relative garantie, par le biais de pacte de protection et autres.
*Le quatrième cercle, les prochains : Ces villages se situent en bordure de la zone d'influence de Mahou, et ne sont en contact avec le village que depuis quelques années. Ils sont activement courtisés par le village ninja, qui convoitent tout autant les ressources qu'ils produisent, que les contrats et les missions qu'ils peuvent générer.

Les Protectorats les plus anciens

Takaoka est une ville située à une trentaine de kilomètres au nord ouest de Mahou. Créée il y a longtemps, bien qu’aucune date ne figure sur aucun document. Une légende prétend que Takaoka serait la première ville à avoir été créée dans Yuukan. Elle compte aujourd’hui un peu plus de 3 000 habitants.
Takaoka est une ville au commerce extrêmement florissant. Traitant dans tous les domaines, que ce soit dans l’alimentaire, l’utilitaire ou le militaire, cette ville est réputée comme extrêmement riche. Des rumeurs courent d’ailleurs à propos des transactions qui s’y déroulent. La plus folle d’entre elles est que la ville, bien que située dans le giron de Mahou, serait en fait à la solde d’une organisation criminelle. Aucun nom n’a jamais été avancé et aucune preuve n’a jamais été trouvée pour abonder dans ce sens. D’ailleurs les dirigeants ont toujours formellement démenti ce genre de « rumeurs infondées et blessantes ».
La population est divisée en deux castes, les Erai (supérieur) et les Meshita (inférieur). Bien que réfutant ce terme, les Erai représentent en fait les seigneurs marchands de la ville. Tandis que les Meshita regroupent tout le reste. Un Meshita devra toujours céder le passage ou sa place à un Erai. Et gare à celui qui ne saurait pas rester à sa place. Les Ryôken (chiens de chasse) sauront rapidement vous remettre dans le droit chemin, avec rudesse.
Takaoka est dirigée par un maire et un conseil municipal. Ce dernier est élu tout les cinq ans. Tout le monde peut s’y présenter. Ce qui fait, qu’en théorie, on peut avoir un maire soit Erai soit Mashita. Sachant que, lors des élections, la voix d’un Erai vaut celle de vingt Mashita, il n’est pas étonnant de ne voir que les Erai au pouvoir.
L’actuel maire de Takaoka est Nobutora Hirayama, l’une des dix fortunes de la ville. Les neuf autres fortunes composant le reste du conseil. Nobutora est un homme d’une cinquantaine d’années, même s’il en parait nettement plus, qui a bâti sa fortune sur le commerce de l’alimentation. On le dit avare, antipathique et aux capacités intellectuelles limitées. Il n’en reste pas moins le dirigeant légal de Takaoka.
Mahou garde des relations amicales avec Takaoka, car un arrangement a été établi entre les deux villes. Mahou forme les Ryôken aux bases de l’art ninja, afin qu’ils puissent mener leur mission de « bien public »et Takaoka s’engage à fournir à Mahou tout ce dont elle pourrait avoir besoin à des prix défiant toutes concurrence.


Nabari est une petite ville située à une vingtaine de kilomètres à l’est de Mahou. Créée il y a près de 300 ans, cette ville compte désormais près de 2 500 habitants, ce qui en fait la deuxième ville civile de la région de Mahou.
Nabari est situé non loin de collines, riches en minerais. Elle fait donc sa fortune en exploitant à outrance des mines de métaux, tel que le fer ou le cuivre. Nabari fournit donc toute la région en métaux de première nécessité. De ce fait, tous les dirigeants des villes alentours ferment les yeux sur le régime politique dictatorial.
En effet, Nabari est soumise à un système féodal, dans lequel le dirigeant prend le titre de Danshaku (baron). L’actuelle famille au pouvoir est la famille Kawashima, qui a pris le pouvoir, il y a 78 ans, au terme d’un putsch. Depuis que cette famille est au pouvoir, Nabari a connu déjà 7 dirigeants différents. La plupart d’entre eux (pour ne pas dire tous) sont morts de mort violente, due à un assassin, un poison…
L’actuel dirigeant se nomme Kai Kawashima. Il est âgé de 45 ans et c’est un homme robuste et un rustre. Il est entré en fonction, à la mort subite de son prédécesseur et oncle, il y a de ça 10 ans. Connaissant parfaitement l’histoire mouvementée de sa famille, Kai est devenu très soupçonneux, limite paranoïaque, vis-à-vis de son entourage proche. Il fait, par ailleurs, régulièrement appel aux services des assassins de Mahou, afin d’éliminer toutes les menaces éventuelles. Il a tellement bien fait le ménage, qu’aujourd’hui, il ne reste aucun parent ayant des liens de sang suffisamment important pour prétendre au trône, en cas de mort du dirigeant. Ni de descendance des lignées précédentes, éliminées par peur de représailles.


Sendaï plus qu’un village, est une petite communauté bûcheronne, située à une demi-douzaine de kilomètre au nord de Mahou.
Elle a été créée quasiment en même temps que Mahou. En effet, lors de la création de Mahou, un petit groupe de familles décida de s’installer en forêt afin de produire le bois nécessaire au village naissant du Ninjutsu. Bien que Mahou n’ait plus autant besoin de bois, ces familles décidèrent de rester sur place. Elles ont formées un hameau, qui compte, aujourd’hui, environ 500 âmes.
Politiquement indépendant, Sendaï dépend entièrement de Mahou en ce qui concerne la protection militaire. En effet, la faible population de Sendaï ne lui permet pas de mettre sur pied une force de protection digne de ce nom. Bien que de taille modeste, Sendaï est pourvu d’un dispensaire et d’une école, permettant ainsi une autonomie tant médicale que scolaire. Il n’est pourtant pas rare de voir arriver, à l’académie de Mahou, de jeunes enfants venant de ce village. La plus part d’entre eux n’apprennent que les rudiments de l’art ninja avant d’embrasser la carrière familiale, à savoir bûcheron. Mais il arrive que certains embrassent la voie du ninja.
Le dirigeant de Sendaï est désigné au cours d’un concours de bûcheron : celui qui sera capable d’abattre, le plus rapidement, un chêne d’au moins 1m50 de diamètre. Le dernier vainqueur de ce concours décennal se nomme Ando Sotaro.
Ando est un solide gaillard de 38 ans. Il mesure 1m85 et pèse 102 kilos. Peau blanche, cheveux noirs et yeux marrons, Ando est un type jovial, serviable, qui adore faire la fête. D’ailleurs, son embonpoint aurait tendance à montrer ses excès d’alcool et de nourriture. Mais ne vous fiez pas à la première impression qu’il dégage. Sous cette graisse, Ando cache une masse musculaire assez conséquente.


Dernière édition par Hrungnir le 26/8/2010, 14:40, édité 1 fois
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 06 - Les Informations sur Mahou

Message par Kentaro le 26/8/2010, 14:33

Le monde souterrain

La Mafia Mahousarde :

L'essentiel de l'économie de l'ombre de Mahou se cantonne dans un lieu nommé "la sous-ville". Situé au Nord-Ouest de la Cité, cet inextricable réseaux de ruelles tortueuses et d'impasses concentrent la majeure partie des activités louches qui se trament à Mahou, et est sous la coupe de la Mafia Mahousarde. Cette dernière, à grand renfort de corruption, de chantage, d'intimidation et de délation, est toujours parvenue à défendre son terrain.
La police, pour ne pas dire le QG, n'a guère de contrôle sur cette zone, et seuls quelques rares policiers osent s'aventurer dans le territoire de la sous-ville, et encore se contentent-ils essentiellement d'empêcher les plus gros dérapage.

Par bien des égards, la sous-ville constitue "une ville dans la ville", habité par une communauté à part, ravitaillée par les vols, les arrivages clandestins, les rançons et les taxes.

Installé depuis une éternité, la mafia Mahousarde est animé d'une mécanique simple et efficace, qui donne beaucoup de fil à retordre aux autorités. En effet, la mafia Mahousarde n'est pas une entité monolithique, avec un chef clairement défini, au sommet de la pyramide, mais s'apparente plus à une hydre aux multiples têtes, qui repoussent presque aussi vite qu'on les tranche. La mafia est donc entre les mains d'un groupuscule d'hommes et de femmes discrets, dont aucun ne possède suffisamment d'influence pour être qualifié d'"irremplaçable". Ainsi, malgré les coups de filets réguliers de la police, la mafia n'est jamais inquiété.

Au fils du temps, les autorités sont tout de même parvenu à identifier la structure globale de la mafia. Celle serait donc principalement constitués de deux guildes : L'une est la guilde des commerçants, en charge du trafic illégal, soit trafic d'être humains (vivants ou morts), d'organes, d'armes, de drogues, de parchemins, d'alcools et de substances diverses. Celle ci est en relation plus ou moins étroite avec les villages sous la protection de Mahou, ainsi que les deux autres villages ninjas, eux aussi disposant d'une économie de l'ombre développée.
La guilde du commerce est aussi appelée Bakuyo, et est supervisée par deux marchands vénaux: Himiko Kenkazi et Shusuei Hinamori.
La seconde guilde elle se nomme Senkaryu et est focalisée sur les vols, le rackets, le kidnapping, la prostitution et l'assassinat. Mais tout comme Bakuyo, elle dispose d'un chef a la tête de chacune de ses branches si bien qu'il parait impossible de démanteler tout le réseau d'un coup, même si elle est chapeauté par un certain Murai, impliqué dans de nombreuses affaires suspectes depuis qu'il a 15ans. Senkaryu est donc plutôt axée sur tout ce qui touche l'être humain (rançons, meurtres, vente ) et possède tout un panel de bars et de bordels de tous genre: pédophiles, a strip-tease et plus si affinités, et depuis peu, une boite nécrophile qui a un succès grandissant.
Évidemment, ces guildes sont épaulées par une foule d'espions, d'informateurs, de faussaires, de gorilles, d'hommes de main divers, du clergé, de gamins désœuvrées et de la totalité des fossoyeurs de Mahou.

Néanmoins, les enquêteurs en sont venus récemment à suspecter l'existence d'une personne qui pourrait expliquer la cohésion de la mafia Mahousarde. Leurs soupçons se sont posés sur une femme d'un certain age : Mégumi-Sama. Ayant trempée dans un nombre incommensurable d'affaires louches et ayant ainsi gagnée la confiance de ses pairs par sa grande expérience et son air affable qui en a trompée plus d'un, Mégumi-sama influencerait plus ou moins les actions des chefs des divers secteurs illégaux..

Leader présumé de la Mafia :

Nom : Megumi Nemuro
Surnom : Megumi-Sama, Mémégumi (mais elle ne sait pas qu'on l'appelle comme ca dans son dos)
Age: inconnu
Poids : inconnu
Taille : 1m62
Histoire : On ne sait pas grand chose au sujet de Megumi Nemuro, sinon qu'elle etait mariée a un riche armateur vivant sur la cote et ainsi elle put accumuler une fortune conséquente apres le meurtre de son cher époux, rendu inutile. Elle entera donc le commerce conjugal, prit toutes ses affaires et partit vers un village nommé Tsuruoka, petite plaque tournante de trafics illégaux non loin de Mahou. Grâce a son argent, elle se paya des gardes du corps ainsi que quelques personnes du milieu, qui purent l'y introduire. De plus elle apprit auprès de maitre apothicaires les secrets du poison. Ainsi durant quelques années, elle prit de l'importance dans la petite ville de Tsuruoka comme mécène et se perfectionna dans les arcanes du poison. Puis, au faite de sa puissance, disposant d'un réseau relationnel de plus en plus étendu et fidèle, elle migra vers Mahou afin d'y étendre son pouvoir.
Elle débarqua donc dans la nation du Ninjutsu, pleine d'adresses, de gens a contacter, épaulée par sa science des décoctions et son air affable.

Aux premiers contacts, cette bonne femme devint la risée de la mafia Mahousarde, seulement ceux qui riaient le plus furent progressivement pris de convulsions, de spasmes et la devise de Megumi-Sama devint "rire bien qui rira le dernier". Éliminant ainsi progressivement ses adversaires, elle prit leur place et monta dans la hiérarchie, parmi les plus influents parrains. Au départ elle prit une place majeure dans la guilde des assassins, en prodiguant a ceux d'excellents conseils au sujet des poisons, et en améliorant toujours plus son savoir. Puis elle s'allia avec la guilde des marchands, qu'elle appâta avec son argent pour obtenir des noms et des des adresses, qu'elle compléta avec les informations récupérées parmi les assassins. Donc progressivement elle se fit un nom dans le maillage du crime et de la corruption a Mahou.

Se servant grandement de son apparence pour s'immiscer ou les membres du milieu ne pouvaient généralement pas, sinon par la force, elle devint de plus une redoutable espionne, et une fantastique kidnappeuse d'enfants. Aucun d'entre eux ne résistaient a son charme, son sourire et ses bonbons qui annihilent toute volonté. Elle s'en servit d'ailleurs pour infiltrer le QG de Mahou et récupérer les fiches d'identité des Anbus, se faisant passer pour une brave secretaire administrative. Et c'est depuis ce coup d'éclat au sein même du QG qu'une très forte tension existe entre le monde de l'ombre et le gouvernement du village. Celui ci ne tolère pas que des pillards de bas étages puissent mettre la main sur des informations confidentielles, il envoie régulièrement la police et ses ninjas effectuer des descentes dans les divers bars, casinos et clubs de l'arrière ville, en faisant cependant très attention a ses forces spéciales, sachant que depuis que leur identité fut révélée, ils ne sont plus a l'abri d'une attaque durant leur période de civil.

Ainsi Megumi-Sama a grandement contribué a fédérer les différentes guildes de la pègre, qui autrefois s'ignoraient et se méprisaient, le tout dans un climat de cohabitation tendu. Depuis son arrivée et la pression qu'elle sut mettre envers le Kage et ses acolytes, elle est d'autant plus respectée et crainte, tout le monde connaissant sa redoutable hypocrisie et sa capacité a diluer du poison dans n'importe quoi, ou n'importe qui. En effet, a force d'expérimentations, Megumi Nemuro est devenue une vraie bombe, pouvant suer du poison par n'importe laquelle de ses pores, possédant des capsules de divers poisons (paralysants, influant sur la psyché ou mortels) sous chacun de ses ongles, et dotée d'une haleine fraiche qui peut selon sa volonté se transformer en un poison de son choix.
Aujourd'hui, Megumi-Sama est la doyenne du crime, avec un age estimé de 70ans, des cheveux blancs, tirés en un chignon serré. Son large châle couvre des épaules que jusqu'ici on a jamais vu trembler, et personne n'ose toucher son grand manteau qui suinte certainement divers mixtures toxiques que seule elle peut toucher.

La Situation Actuelle :

Avec son dynamisme naturelle, l'actuel Kage a entamé une guerre quasi-ouverte contre la pègre locale, tant l'idée que ses déchets osent saper la puissance de son village lui est insupportable. Dès sa prise de fonction, il a laissé filtrer la rumeur selon laquelle la majorité des ANBU avaient été remplacé, privant ainsi Mégumi-sama de son arme : vraie ou fausse, cette rumeur l'empêche de mener des représailles contre l'ANBU tant qu'elle n'aura pas pu mettre la main sur le nouveau listing. Le doute est trop important pour qu'elle puisse lancer des représailles contre un ANBU présumé, car en cas d'erreur, tous les anciens ANBU se sentiraient acculé et la dernière chose dont Mégumi-sama souhaite est un escadron d'assassin ayant fait de sa mort une affaire personnelle.

Parallèlement, Nagotory a donné sa bénédiction pour un projet de rénovation de la sous-ville. Celle-ci se voit donc constamment grignoter chaque jour, et les espaces nouvellement conquis sont rapidement colonisé par une population honnête, sous une protection renforcée de la police. Cette stratégie vise à étouffer la mafia, car si le nombre de gang et leurs effectifs ne varient pas, il n'en va pas de même pour le territoire qu'ils doivent se partager. Nul doute que d'ici peu, la légendaire cohésion de la mafia Mahousarde risque d'être mise à mal, et que de violents affrontements entre gangs, ainsi que contre les forces de l'ordre, soit à prévoir.
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 06 - Les Informations sur Mahou

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum