Académie de Chikara [RP]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Académie de Chikara [RP]

Message par Shigori SombreLune le 21/10/2008, 20:17

Assise sur la butte, à l'ombre du grand grenadier au feuillage agité par la légère brise du soir, je regarde les ombres s'étirer sur la ville. L'activité s'éteint peu à peu ; les lanternes commencent à s'allumer et partout les gens hument inconsciemment l'air nouveau, celui de la fin de journée.

Ce qui me plaît le plus dans ce spectacle étourdissant, c'est le jeu de lumière.

Toutes ces ombres qui se marient étroitement aux reflets dorés du sable, aux mini-tornades des grains qui s'affolent en tous sens comme des hommes d'affaires empressés... et les nuances qui s'enlacent étroitement, les dégradés sombres aux teints chauds et fauves qui s'embrassent - farouchement, passionnément, brutalement aussi.

Le soir à Chikara est magnifique...


-Shigori ?

Sa voix aussi est magnifique...

-O'Kane-sensei ?

Je ne me retourne pas : c'est lui qui vient à côté de moi, légèrement en retrait, et reste debout.

-Il faudra bien un jour que tu acceptes que, peut-être, tu ne reverras jamais Fitake.

J'inspire profondément et sourit d'un air absent.

-Je le reverrai, c'est sûr. Il faut juste que je devienne une ninja accomplie.
-Mais pourquoi ? Il a choisi sa voie ! reprit-il, la colère pesant dans ses paroles. Il a opté pour la vengeance et la haine ! Au lieu de servir son village, il s'en est allé servir ses propres pulsions. Abandonné par ses parents, il a abandonné sa petite soeur ! En sachant ce que cela faisait d'être délaissé !

Je m'apprêtais à ouvrir la bouche quand ma langue prit un goût de cendres. Que...?

-Tu sais, j'entraînais Fitake avant que l'on apprenne pour tes parents. C'était un brave gamin, chaleureux. Je n'étais pas encore son sensei - chuunin, en passe d'accéder au grade de jounin -, mais c'était tout comme. Il a changé du tout au tout. En mourrant, tes parents ont emporté Fitake avec eux. Il est devenu un fantôme, l'ombre de lui-même. Je t'accorde que sa force a considérablement crût, mais il se tournait toujours vers des techniques chaque fois plus dangereuses, s'avançant sur le chemin de l'interdit. Combien de fois l'ai-je surpris à me questionner, moi-même ou mes collègues, sur des genjutsus noirs ? La remarque m'interloqua (je croyais que Fitake, comme moi, ne maîtraisait pas le genjutsu !) mais O'Kane ne s'en aperçut pas. Il était plus cruel. Ce n'était plus Fitake. Alors, cesse de tout faire pour lui. Entraîne-toi pour toi-même.
-Mais... mais... bégayai-je. Il vint s'asseoir sur l'herbe, à côté de moi.
-Je sais, ce n'est pas facile. Mais tu mérites aussi de savoir : l'ignorance est plus légère que la connaissance, mais quand elle s'abat involontairement, c'est un marteau destructeur. Je préfère te voir souffrir que périr écrasée.
-O'Kane-sensei...
-Je t'avais dit de me rejoindre chez Jek. Viens, maintenant.

Je me levais, livide, encore plus remuée que je ne m'en aurai cru capable.

-Ca ira, hein ?

J’acquiesçais avec un faible sourire.


-Pas de problème. On se dépêche, j’ai faim !

Réglant son pas plus allongé sur le mien, il prit un air pensif.

-Tu sais, j’ai réfléchi à ce qui s’est passé cet après-midi. Au sujet du papier ajouta-t-il. J’ai l’impression que tu étais trop fatiguée pour ce test. On recommencera demain, d’accord ?
-Mais j’ai récupéré… on peut le refaire tout de suite ? fis-je en guettant sa réaction. Sa main se porta involontairement à la poche supérieure de son gilet, avant de retomber.
-Non. Demain, et ne tire pas cette tête. D’ailleurs, on en profitera pour réviser ce tokken que tu essaies tant de placer. C’est pas au point encore.
-Je sais bien grimaçai-je. Il faut que j’essaie aussi avec le genou, ça m’a l’air plus facile.
-Je ne suis pas sûr. Quand tu pratiques ton taijutsu, tu utilises surtout les jambes, parfois les bras. Si tu commences ton enchaînement avec Shoushitsu, tu auras du mal à placer un coup, alors que tu peux facilement frapper suite à Tokken. Bon, on y est ! Allez, entre.

Je pris place au comptoir en saluant le patron, Canthes, qui me sourit après avoir aperçu O’Kane, que je soupçonnais d’être un client plutôt régulier. Quoi qu’il en soit, je savais ce que j’avais à faire pendant cette soirée…

J’attaquais le premier bol avec un sourire féroce à peine perceptible.

O’Kane se mit à parler avec Canthes, le taquinant sur la qualité de ses nouilles qui avait baissé. L’homme au visage rond et rougeaud, perlant de sueur, mit un moment à saisir le degré avec lequel il devait prendre les commentaires de mon sensei.

Celui-ci changea de cible et passa une main sur mes cheveux, les ébouriffant.


-En tous cas, c’est moi qui fait les meilleures nouilles lança-t-il. Canthes explosa de rire tandis que je rougissais en esquissant un sourire.
-En parlant de nouilles, je reprendrai bien de ce Ramen au poisson…
-Sans problème, Shi-chan ! Allez, prends ce bol…

Et comme il tendait le bras pour saisir le récipient, je l’agrippai au col de la main gauche, le ramenait brutalement vers moi et lançai ma main droite farfouiller sur son gilet. Mon sensei lâcha le bol avec un « Hé ! » étranglé, le gilet comprimant sa trachée. Il chercha naturellement à desserrer ma prise ici, et écartai mon poignet alors même que je saisissais ce que je cherchais… les papiers de test !

Je voulu m’écarter, mon butin fourré dans ma tunique, quand il se leva aussi et se colla à moi, le visage tendu, une lueur de fierté spontanée faisant briller ses yeux d’un brun chaud.


-On ne t’a jamais appris à demander, Shi-chan ? fit-il avec un sourire forcé. J’allais répliquer que non, mais remisai ma mauvaise humeur au placard. J’avais les papiers, c’était tout ce qui comptait.

-Non, aucun souci, Canthes. Juste que madame fait sa mauvaise tête… prévint O’Kane en palpant mes poches. Où les as-tu mis, espèce de garçon manqué…

Je fis alors une chose que je devais toujours regretter. Je ne sais pas ce qui me prit ; simplement je considérai que j’avais droit à ces feuilles, que je les avais méritée. Et O’Kane voulait m’empêcher de les utiliser.

-Tokken !

Mon coup d’épaule fit valser O’Kane qui ne s’y attendait pas du tout. Et les papiers rugirent – ça, moi je ne m’y attendais pas.

J’avais fait affluer le chakra dans mon épaule de manière inconsciente, dans une pulsion pour repousser mon sensei. Et je l’avais en fait canalisé dans tout mon corps…

Les nombreuses feuilles de papier avaient détonné dans un craquement sec et puissant, des flammes crachant déjà cendres et fumée. O’Kane réagit immédiatement, en revenant vers moi si vite que je ne le vis pas, jetant les papiers enflammés au sol et les piétinant en jurant.

Moi, j’affichais un air béat.


-Le feu…
-Comme quoi fit O’Kane,il suffisait d’une nouille !

Canthes nous regardait comme si nous étions fous, moi absente et extatique, le visage de mon sensei se parant peu à peu d’un air jubilatoire malgré mon acte inconsidéré.

-Je ne sais pas ce qui se passe, mais je vous offre la prochaine…
avatar
Shigori SombreLune
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 59
Date d'inscription : 19/10/2008
Age : 27
Localisation : Puif !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Académie de Chikara [RP]

Message par Julia le 4/11/2008, 18:13

(C’est repris de mon texte RP de présentation, mais il est approfondit pour la période d’apprentissage de la technique.)

- Cet examen sera spécial, dit l’inspecteur, quand vous entrerez dans la salle, on vous demandera votre affinité et vous aurez une semaine pour apprendre la technique que l’on vous demandera, en rapport avec cette affinité.
J’étais stressée, mes techniques penchaient plus sur le taijustu, mais si il demandait l’affinité, sa sera sûrement du ninjustu.
- Julia Filia, cria l’inspecteur.
C’était à mon tour, je commençais déjà à passer à la vitesse supérieure.

- Qu’elle est ton affinité ? Me demanda t-il, d’un ton sec.
- Fuuton, répondis –je.
- La technique que tu dois apprendre sera inadou (consiste à planez pendant quelque seconde), dit-il.

-Allez viens Nayami (ma panthère), je vais m’entraînée, va te trouvez un petit coin pendant que je monte sur cette arbre.
Hop, en 2,3 mouvement j’arrive au sommet et je saute !
Go, je m’élance dans les air et … je me ramasse sur un caillou en bas
-Aie, aie !!!Ca fait mal!
Je remonte en concentrant mon chakra.
- Cette fois, on va prendre ça au sérieux, dis-je en gémissant.
- Inadou !!
Et je m’élançais.
-Mais, mais, mais… je plane !
Hélas, ça ne dura pas longtemps.
-Bon viens Nayami, on rentre.

Le lendemain, à l’académie le professeur nous permit de nous entraînez il nous amena dans un coin avec tous les éléments pour facilité notre travail :
- Je pense que vous avez tous essayé votre technique à apprendre hier, et avez tous constaté que ce n’est pas une mince affaire. Alors, tous au boulot !
Et je fis comme hier, je montais de l’arbre et je planais, bien sur j’étais couverte de blessures à la fin, mais ça, je m’en moquait

Et je continuais ça tous les jours, vers le dernier jours des élèves vinrent m’embêter
- Alors, toujours pas finis, on ne sait pas contrôler une technique,…. me dirent-ils
Et plein d’autre âneries. Hélas pour eux Nayami que leurs bavardages agaçait, sortit de ses buissons et… leur sauta dessus.
- A l’aide, à l’aide un fauve !! Criaient-ils.
- Ben alors on n’a peur d’une pauvre petite panthère, criais-je, en caressant Nayami.

Et c’est ainsi que je passais l’examen avec succès (et avec un petit séjour a l’hôpital pour soigner les effets négatifs de toutes ces blessures).
avatar
Julia
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 128
Date d'inscription : 29/10/2008
Localisation : Lance des bouteilles (vides) au bar.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Académie de Chikara [RP]

Message par Shigori SombreLune le 12/11/2008, 18:44

Hrp : j'inverse les couleurs de SHigori et O'Kane...

-Je l'ai vu venir, gros comme une maison.

J'étais à genoux devant la paroi d'argile, me tenant la main en gémissant, exténuée et à bout de souffle.

La surface poreuse laissait voir de nombreux cratères sur toute sa longueur, de plus en plus gros à mesure qu'on se déplaçait vers la gauche - fruit de plusieurs jours de travail acharné.


-Qu'est-ce qui a foiré cette fois ? Pourquoi j'arrive pas à le faire correctement ? fis-je en massant ma main éraflée et brûlée par endroits, assise sur la terre. O'Kane-sensei soupira en prenant dans sa main un brin d'herbe.

-Tu maîtrises beaucoup trop mal ton chakra, comme d'habitude, quoi lâcha-t-il. Déjà, il arrive que quand tu coures vers ta cible, ta paume s'éteigne toute seule, alors... Il sauta à bas de sa corniche et me rejoint.

-Tu dois laisser le feu courir sur ta peau, ça ne la calcinera pas, tu sais.

-Et ça, alors ? marmonnai-je en fronçant les sourcils et en levant ma main rougie. Il l'examina un instant.

-Tu t'es fait ça toute seule, Shi-chan. Quand l'argile fond, il tombe en goutte sur ta main. C'est rien.

-Ouais, ben c'est pas agréable quand même...

-Plus urgent, tu as l'air d'un guignol quand tu frappes la paroi. Donne des coups de taijutsu normaux, bon sang ! Le feu sert juste à amplifier leur force, pour l'instant. Tu n'arrives déjà pas à faire des enchaînements, alors contente-toi de refaire comme quand tu apprenais les techniques de base. Regarde.

Je vis ses doigts s'enflammer progressivement, suivant d'un oeil fasciné la facilité avec laquelle les étincelles léchèrent sa peau, avec une aisance toujours croissante et une force accrûe, jusqu'à ce qu'une flamme semble dévorer voracement toute sa main.

-Pas la peine de te presser, hein. Ca viendra avec le temps.

Il regarda ensuite la paroi d'un air sombre et courut sans accélération de chakra. Une fois devant le mur d'argile, il ramena le bras en arrière et flanqua un magistral coup de poing enflammé.

Des gerbes de terre liquide explosèrent dans tous les sens, comme des éclats brûlants et magmatiques, se dissolvant sous la chaleur même. Un énorme trou fumant béait devant mon sensei tout souriant, l'air d'un gosse ayant gagné un bonbon, les bords luisant d'argile coulant qui agrandirent rapidement la plaie.

-Un simple coup, essaie ça pour le moment.

J'hochai la tête en déglutissant, mais malgré toute ma volonté, je fus incapable de faire jaillir ne serait-ce qu’une flammèche.

-Moui, forcément, à force d’utiliser ton chakra comme un sagouin, tu n’en as plus… allez, on va aux bains.

Je notai le pluriel d’un sourcil arqué.

-On ? répétai-je. Il m’offrit un sourire de toutes ses dents.

-Moi aussi faut que je me délasse. Et Katon n’est pas ma première affinité.

-Ah bon ? Laquelle c’est alors ?

-Tu ne savais pas ? Il semblait réellement surpris. Doton.

Si je m’y attendais, à celle-là… l’art de la Terre.

-Allez, mauvais sujet. En route, et tire pas cette tête.

J’allai ramasser mes affaires et nous sortîmes de la carrière en direction des bains. Tout le long du trajet, lui qui d’habitude était un bavard impénitent, ne dit pas un mot.

-O’Kane-sensei ?

-M’hein ?

-Vous dîtes rien… alors que d’habitude, vous parlez tant que j’ai vraiment l’impression que vous adorez le son de votre propre voix.

Il se passa la main dans les cheveux, les ébouriffant.

-En fait, je réfléchis à la suite de ton entraînement.

-Hon hon ?

-L’argile, c’est beaucoup trop facile… on va aller à la carrière de pierre demain.

Avisant ma tête, il éclata de rire.

-Je paie, mais pas de Tokken cette fois, hein ? fit-il, mi-figue mi-raisin, faisant référence à la dernière fois où il m’avait emmené à la Nouille de Jek. Je ne pu m’empêcher de rougir à ce souvenir, quand j’avais utilisé le taijutsu sur O’Kane-sensei – de manière très puérile, je devais l’avouer.

En me déshabillant dans les vestiaires, je repensais à cette histoire de Katon. Et de chakra. Je l’utilisais de manière beaucoup trop expansive et désordonnée… Sa parallèle aux châteaux de sable m’avait paru fantaisiste mais pourtant assez réaliste.

Une fois dans l’eau, je me laissais aller à des pensées moins scolaires, appréciant la désertion des lieux (du côté femme en tous cas). La vapeur cachait partiellement le ciel, de ce même bleu qui nous était, aux Chikarates, familier : vif, libre et infini comme le désert dont il était le céleste reflet. Je me surpris à rêver d’immensités safran, battues par des vagues de sable sporadiques, dans un éternel bain de chaleur.


-Shigori ?

Je tressautais dans l’eau en regardant autour de moi. Rien du tout… retombant dans la somnolence que j’avais à peine quittée, je suivais des yeux les ondulations que j’avais causées.

-Shigori !

Cette fois-ci, je n’avais pas rêvé.

-Y’a quelqu’un ? He!

Toute relaxation m’avait quitté. Le sentiment dérangeant d’être épiée, dans l’eau qui plus est, me donnait la chair de poule. Je balayais la mince brume du regard, ne la trouvant plus si agréable, mais pouvant honteusement cacher quelqu’un. Sans cesser de regarder derrière moi, je sortis du bain pour aller me sécher et attendre O’Kane.

Quelle ne fut ma surprise en le voyant arriver, non du côté des vestiaires, mais de l’entrée des bains.


-Shi… Shi-chan ? bégaya-t-il. Je le regardais sans comprendre. Qu’avait-il été faire qu’il juge bon de m’envoyer aux bains pour que je n’y assiste pas ?

Ce n’était pas une simple mise à l’écart – je n’en aurais pas été vexée. Mais ça, ça relevait du mensonge…


-Bonsoir, O’Kane-sensei. L’eau est bonne dis-je en crachant presque les mots, alors que je m’étais efforcée de prendre un ton froid.

Je le bousculais en passant, ignorant son air penaud et désolé, direction mon appartement le quartier d’à côté.

La question me tarauda toute la soirée, me blessant profondément et faisant larmoyer mes yeux. Trahison…
avatar
Shigori SombreLune
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 59
Date d'inscription : 19/10/2008
Age : 27
Localisation : Puif !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Académie de Chikara [RP]

Message par Shigori SombreLune le 12/11/2008, 19:54

Le lever fut difficile.

Le soleil filtrait au travers des stores que je n'avais pas eu la force de baisser la veille, lardant mon parquet de barres dorées. Je me renfonçais dans mon oreiller, y cherchant la douceur d'il y avait à peine une minute.


-Mmmh...

Avec ces gestes lents et maladroits de qui n'a pas beaucoup dormi, j'entrepris de repousser peu à peu mes couvertures, accomplissant ce cérémonial intime qui était celui de l'éjection du lit et donc de se retrouver à nouveau le nez dans la réalité.

Mon froid avec O'Kane me revint en mémoire d'un seul coup, comme un poignard dans le dos.

J'avais honte de moi, mais pas question de s'excuser, voire d'aller à mon entraînement... En y repensant, je me souvenais de son mutisme en allant aux bains, qui était sans doute en relation avec son mensonge. Que me cachait-il donc ?

Au lieu d'avaler mon déjeuner à fond de train, je pris mon temps, goûtant la maigre consolation de ne pas être à la bourre. Je devais l'avouer, il y avait quelque chose d'anormal... à cette heure, je devrais être avec O'kane-sensei, en train de m'entraîner... pas occupée à beurrer une tartine !

Je regardais le pain grillé avec une moue dubitative, avant de mordre dedans. Oui, il y avait quelque chose d'anormal...

On frappa à la porte.

Je me levais en sursaut en criant
J'arrive ! puis me rendis compte que j'étais encore en pyjama. Je filais mettre un kimono, le nouais et saisis la poignée quand celle-ci tourna (à vide, bien sûr : la porte était verrouillée).

Je fronçais les sourcils.


-C'est bon, j'ou...

Un crachotement suraigu se fit entendre, juste avant que le panneau de bois n'explose en une volée d'échardes sifflantes. Interloquée, je regardais O'kane-sensei se dresser devant moi, l'air sombre et menaçant...

-Mais ça signifie quoi ça ?!
tempêtai-je devant ma porte réduite en charpie. Il y avait quelque chose d'effrayant dans ce visage fermé et taciturne.

-Shigori...


-Vous êtes saoûl ou quoi ?

Cette fois-ci, la peur perçait dans ma voix. Ce comportement n'était pas le sien...

Il s'avança en titubant, levant le poing. J'esquivais le coup mais il m'accula contre le mur, grimaçant un sourire de spectre. J'ouvris le panneau de la fenêtre, démolis le volet et me sauvais dehors. Et il me suivit...

Courant à toute allure, sautant d'un toit sur un autre, j'essayais de le semer mais peine perdue. Il se rapprochait toujours, m'obligeant à changer de direction pour ne pas le percuter. En fait, je m'étonnais de ce qu'il ne me rattrapait pas tout de suite.

Jusqu'à ce que je me retrouve sur un toit plat qui s'étendait sur plusieurs dizaines de mètres, le seul chemin bloqué par mon sensei.


-T'es foutue...

Prise de peur et de colère, je fonçais sur lui.

-Tokken !

Je m'aperçus de mon erreur quand il était trop tard. Je ne pouvais plus le surprendre avec cette technique, et il était mon maître en taijutsu, après tout... Aussi je restai là, stupéfaite, quand il fut projeté sur plusieurs mètres, se redressant d'un roulé-boulé en se massant là où je l'avais atteint.


-Raikyuu...

Je vis, ébahie, une balle d'énergie se former dans sa main. Alors, il m'avait menti là-dessus aussi... il maîtrisait Raiton, et non pas Doton. A moins qu'il ne puisse utiliser les trois ?!

Il projeta le globe lumineux, que je ne pus esquiver et m'atteint en plein ventre. Le même crachotement que tout à l'heure survint, tandis que les filaments électriques carbonisaient mes vêtements d'abord, ma peau ensuite.


-Hmpf !...

Folle de rage et de douleur, je fonçais sur lui de toute ma vitesse et de mon chakra. Je le contournais en une seconde.

-Kage Buyou !

Mon pied rencontra sa nuque avec la violence d’un coup de tonnerre. Il partit en avant, décollant du sol. Le mouvement me fit l’impression que mon ventre se déchirait.

-Omote Renge !

Je l’emprisonnais contre moi, à bras le corps, de toutes mes forces comme l’étreinte d’un boa assassin. J’y mis toute ma fougue, faisant craquer ses côtes. Je tournoyais sur moi-même, mais m’arrêtais très vite en ravivant la plaie qui me tenaillait.

Enfin, je l’envoyais crâne au sol d’une torsion furieuse. Il alla s’écraser avec fracas sur le toit, tandis que je retombais avec plus ou moins de souplesse.

O’kane se releva avec un sourire grinçant… et se laissa tomber au sol, se soutenant avec les mains.


-Sen… sensei ?

-Raiton ! Daishinso !

Le toit s’éventra sous l’énergie qui jaillit de ses mains et fonça vers moi, comme une lame de fond fine et saillante. J’eu à peine le temps d’esquiver qu’une seconde filait vers moi, traçant un second sillon destructeur. J’effectuai une esquive peu gracieuse et surtout désespérée, plaquée au sol.

Je vis alors O’kane dégainer un petit sabre et le tenir à deux mains, concentré.


-Aratameru Heiki !

Au début, rien ne se passa, et je me relevai prudemment. Puis, peu à peu, la lame vibra et chuinta dangereusement, blanchissant sous la chaleur. Et d’un seul coup, après une suprême vibration grondante, un filet électrique bleu-blanc la recouvrit. L’épée tanguait doucement entre ses mains ; il esquissa un sourire cruel.

Soudain, il disparut. J’écarquillais les yeux.

O’kane apparut devant moi, dans les airs, son épée meurtrière brandie. Je fermais les yeux…


-Doroku Kaeshi !

Un grand bruit mat retentit, le sol frémit. J’entrouvris un œil… pour voir l’énorme mur de terre qui me séparait désormais d’O’Kane… ou plutôt du premier. Car mon sensei se tenait à présent sur un autre toit, à vingt mètres de là. Il me lança un sourire engageant.

-Allez, viens ! Dépêche !

Je ne savais plus quoi faire. Qui… ?

Le mur s’émietta dans un écroulement sourd, révélant un homme aux mêmes traits qu’O’Kane… sans l’être. Son épée destructrice tremblant toujours dans ses mains jointes.


-Mais…

-Kekkai !

Un mur de terre s’éleva de part et d’autre de l’O’Kane épéiste pour l’emprisonner. Je me crus sauvée quand la terre siffla soudainement et fondit au contact de la sphère d’électricité qui entourait désormais l’imposteur. Celui-ci devait manifestement utiliser énormément de chakra pour cette technique car son visage était rouge, et il soufflait bruyamment. Sa barrière se dissipa d’ailleurs très vite… Je rejoins rapidement mon vrai sensei, secouée par ces assauts puissants.

-Allez, c’est rien Shi-chan… je vais lui mettre la raclée, tu vas voir.

Malgré qu'il n'avait pas l'air très frais non plus, je n’en doutais pas une seconde. Après tout, c'était mon sensei...
avatar
Shigori SombreLune
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 59
Date d'inscription : 19/10/2008
Age : 27
Localisation : Puif !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Académie de Chikara [RP]

Message par Shigori SombreLune le 13/11/2008, 21:26

L’imposteur eu un sourire de dérision et laissa tomber tout masque. Ses traits semblèrent devenir flous, oscillèrent un instant avant de reprendre une certaine cohérence. Il avait un visage buriné, comme une vallée hâlée de vieux cuir, couturée tel un vieux vêtement. Pourtant, il ne devait pas avoir plus de vingt-deux ans.

Son nez racé, ses yeux enfoncés sous des arcades proéminentes, une mâchoire dure… tout en lui exprimait une férocité féline et brusque. Il n’avait plus du tout la même carrure : plus élancé qu’O’kane, moins costaud que moi encore, il était très grand, voire dégingandé. Ses gestes saccadés, ses membres malingres… il avait le profil d’un éclair sans en avoir la grâce déchaînée.

Son épée paraissait presque trop épaisse pour lui, parcourue comme l’était la lame de réseaux argentés et comme acides.


-J’ai beau m’engueuler avec mon élève, je ne permets qu’on s’en prenne à elle, tu sais… déclara doucement mon sensei. Ce calme était effrayant, plein de sous-entendus violents et planants.

-Tu craques pour elle ? rétorqua l’homme. Sa voix me fit tressauter ; la même qui m’avait appelée, aux bains… ce « Shigori » traînant et insistant.

-Sensei ! C’est…

Quelque chose dans les yeux de l’agresseur me firent taire. Un éclat qui n’était ni menaçant ni suppliant ; c’était juste une lueur qui voulait dire « ça, c’est entre nous ». Sans vraie raison, j’attachais soudain une grande importance à cette première rencontre avec lui, sans yeux en fait… je savais à présent qu’il ne m’avait pas observée. Juste prononcé mon nom…

-Shigori SombreLune…

Le groupe nominal mit un instant à pénétrer mon esprit. Je crus qu’il s’était arrêté en pleine phrase. O’kane-sensei se raidit, et j’essayais de l’arrêter :

-Non… !

-Kai-Mon… murmura O’Kane.

Ses vêtements semblèrent flotter soudainement sous l’afflux brutal de chakra qui investit son corps. Dans un hurlement sifflant qui ripait hideusement mes oreilles, l’énergie perça à travers ses pores comme un flot impétueux et rageur.


-A mon tour de te montrer ce que je fais du taijutsu, Shi-chan grinça O’Kane-sensei d’une voix rauque de puissance. Je ne compris pas tout de suite qu’il faisait référence aux variantes que j’appliquais aux techniques de taijutsu pour les adapter à mon style.

Et dire qu’il me chambrait pour ça…


-Kage Buyõ !

Il était déjà face à l’homme. Sa jambe passa juste à côté de l’épée pour frapper le jeune homme au menton. O’kane semblait déjà dans les airs, attendant de le recevoir dans les bras… mais peut-être l’était-il.

-Ura renge.

Je ne compris pas ce qui se passait. Normalement, à ce stade, il aurait dû placer Omote Renge – la fleur de lotus… recto. Pourquoi à présent disait-il « verso » ? Il y avait une variante à cette technique ?

La pluie démente et infernale de coups de poing et de pied qu’encaissa – ou que subit – le shinobi fut terrifiante. Mon sensei parut s’acharner sur lui avec une vivacité démoniaque et une énergie totalement singulière, procurée par l’ouverture de la première porte… Kai-mon.

Malmené, brisé par l’avalanche implacable de frappes enchaînées, le ninja fut projeté vers le sol après un suprême coup de pied dans les abdominaux. Mais ce n’était pas encore la fin…
Les bandelettes qui enserraient les poignets de mon sensei se détendirent comme des serpents et filèrent saisir le corps chutant comme une étoile embrasée, le tirant à nouveau vers O’kane-sensei. Celui-ci ramena la main en arrière, ouverte, et dans un rugissement crépitant, celle-ci s’enflamma d’un brasier délirant.

La paume ardente percuta le torse déjà ensanglanté dans une grande déflagration. Les deux silhouettes chutèrent, l’une totalement écrasée de lassitude, terne en comparaison du flamboiement qui l’animait il y a avait quelques instants, et l’autre consumée, comme malmenée par un ouragan enflammé.

Une telle violence de la part de mon maître m’abattit au plus profond de moi-même. O’Kane-sensei, si sympathique, souriant et enjôleur, pouvoir tuer avec tant de puissance…
C’avait semblé si simple. Non, simple n’était pas le terme… mais… j’étais encore sous le choc. Là, sous mes yeux, un homme venait de mourir. Un homme qui avait encore de longues années à vivre devant lui, parce qu’il avait eu le malheur de s’en prendre à moi. Et je ne savais toujours pas pourquoi… sans doute ne le saurai-je jamais à présent.

Mais cela n’enlevait rien à l’aspect abominable de la chose. Une vie éteinte, une petite lumière étouffée… comme il y avait si longtemps (ce que me disait ma tête). Mon cœur, lui, susurrait que peu de temps me séparait de ce souvenir douloureux… Combien, à mon image, regretteraient cet homme mort ? Mort en agresseur… comme mes parents peut-être. En voulant assassiner… en voulant tuer, il avait fini tué… alors, la vie d’un ninja se résumait à ça ? Rien qu’à ça ?

Traquer, et vaincre en abattant ou périr en essayant…

Je ne sais pas trop si c’est lui qui me réconforta en me serrant de cet air si fatigué, mais je crois que nous en avions tous deux besoin…

~


-Shi-chan ?

Je remuais dans le lit pour me retourner vers mon sensei. Peu désireuse de dormir seule dans mon appartement, je m’étais réfugiée dans le sien. Après avoir bu un remontant et mangé frugalement, il m’avait envoyé au lit, se réservant une paillasse.

Il était à son aise, kimono ouvert et nu-pieds.


-Oui ?

Il hésita un instant avant de venir s’asseoir sur le bord moelleux.

-Ton ventre, ça va ?

Je suivis son regard et portai une main hésitante à ma blessure en serrant les dents. Il m’avait bandé maladroitement, en tremblant, éreinté, jusqu’à ce que je lui dise de poser ses fesses et de me laisser faire avant de me tuer de souffrance.

-Trop serré ?

-Non, c’est bon. Merci.

-Mouais. Sinon, comment ce type savait ton nom ? Vous vous connaissiez ?

-Non. Pas vraiment… je me demande plus pourquoi il m’a appelée Shigori “SombreLune”.

-Ah, ça… murmura-t-il dans un souffle. Puis, d’un geste, il m’intima de dormir. Je me rejetais docilement sur l’oreiller.
avatar
Shigori SombreLune
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 59
Date d'inscription : 19/10/2008
Age : 27
Localisation : Puif !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Académie de Chikara [RP]

Message par Shigori SombreLune le 21/11/2008, 18:03

J'étais à nouveau sur cette même colline, sous le même arbre. Assise en tailleur, je regardais la lune brillant dans le ciel. Je ne m'étais pas entraînée depuis six jours : je n'en avais pas le coeur. Je me posais toujours la même question : pourquoi cet homme m'a-t-il appelée Shigori SombreLune ? Ca ne voulait rien dire... rien du tout.

-Shi-chan ?

Je ne répondis pas. J'en voulais toujours à O'Kane-sensei de ses secrets. Il soupira devant mon mutisme et vint s'asseoir à côté de moi.


-Tu connais le clan Nara ?

La question me frappa comme un coup.

-Ceux qui utilisent les techniques des ombres ?

-La manipulation des ombres, oui corrigea mon senpai. Le clan Nara était associé au calme, à la réflexion. Mais il n'en est pas toujours vrai. Ce le fut particulièrement il y a cinq siècles. Enormément de ninjas du clan Nara étaient animés d'un dynamisme important, voire anormal dans cette famille. Trop brutaux, impulsifs, violents en fait. Il en découla une seconde branche : le clan Alindar.

O'Kane-sensei marqua une pause avant de continuer. Je l'écoutais avidement.

-Ces manipulateurs des ombres étaient de grands adeptes du taijutsu. Ils utilisaient leurs techniques avec une agressivité inouïe quand ils en avaient la force. Sinon, ils se contentaient d'offrir à leurs alliés des cibles totalement immobilisées, soumises à la fureur des ninjas du clan Alindar.


Je me représentais de tels combattants à l'esprit, comme des bêtes sauvages.

-Tu es issue de ce clan, Shi-chan.

Je clignais des yeux, pensant avoir mal entendu. Non, pas possible... moi... mais...

-Impossible : je n'ai jamais utilisé la manipulation des ombres. J'admets que la stratégie n'est pas forcément mon point fort, mais je ne suis pas du genre à foncer tête baissée. Vous vous trompez...

-Crois-tu ? Tu fais les deux, Shi-chan. Cette fois-là, chez Canthes, quand je t'ai refusé les papiers pour tester ton chakra, tu as agis comme une forcenée. Et pourtant, tu avais élaboré un plan... tu présentes les deux caractéristiques, celle du clan Nara et celle du clan Alindar.

Je me remémorais ces instants, cherchant une faille dans son discours. Je n'en trouvais aucune... il avait raison sur toute la ligne.

-Admettons ! Il n'en est pas moins vrai que je n'ai jamais utilisé l'ombre ! Je ne sais pas comment faire... et pour cause !

-Crois-tu ? répliqua doucement le shinobi. Il y avait tellement d'assurance, de confiance dans sa voix que j'en frissonnais. Il ne doutait pas un seul instant de ce qu'il avançait.

-C'est pas drôle. Ce ne sont que des bêtises...

-Non, Shi-chan. Tu as toujours eu du mal à t'en servir parce qu'ici il n'y a que peu d'ombres. A Chikara, le soleil est puissant, le ciel sans nuages. Mais ici, au coeur de la nuit, avec la lune pour transformer tous ces arbustes en ombres dansantes... c'est une autre histoire.

Un grand froid me traversa. Quelque part, je savais qu'O'Kane-sensei avait raison : un pouvoir se terrait en moi, prêt à se libérer, prêt à se déchaîner quand la grisaille régnait et que la pénombre se dévoilait.

Comme un animal qui ne demande qu'à ce qu'on lui ôte la muselière...


-Vas-y, Shi-chan. fit O'kane-sensei en se levant. Il déambula devant moi. Allez, montre-moi ce que tu peux faire avec une ombre. Trouve-les, utilise-les.

Il avait raison, une fois de plus... je sentais toutes ces ombres au sol qui bougeaient, qui n'attendaient que je ne leur tende la main. Elles frissonnaient dans l'herbe, accrochée aux arbres. Mais surtout, ma propre ombre, étirée, vibrante pour tous ceux qui savaient quoi déceler, désireuse de servir et de bouger, de se déformer... mon ombre qui m'appelait.

Cette nouvelle vision de la nuit était terrible, comme si j'étais dans un autre monde : celui de ténèbres vivantes et susurrantes, dont je ne pouvais m'échapper.

Déglutissant, je commençais à prendre contact avec mon ombre. Peu à peu, je m'aperçus qu'elle semblait avoir sa propre personnalité ; espiègle, joueuse, à la manière d'un chat qui voit une souris s'approcher de son museau. Comme un prédateur qui n'a plus qu'à sortir les griffes pour embrocher sa proie...

L'ombre trembla un instant puis s'immobilisa à nouveau. Je retentais de nouer un lien ; il était bien là... j'avais conscience de mon ombre, juste sous moi. Elle était vivante, pensante.

Plus qu'une ombre, beaucoup plus... Alors, il se passa quelque chose que je ne pu empêcher.

Comme si une cataracte me voilait auparavant les yeux, je vis réellement - j'avais cru voir la vraie nuit, mais je n'en avais que pénétré l'antichambre. Je ne pouvais plus distinguer le noir, car je ne voyais nulle noirceur. Tout n'était plus que nuances de gris et de blanc, avec des dégradés légèrement colorés. Craignant pour ma vue, je fermais les yeux... ce fut encore pire.

Paupières closes, je sentais les ombres qui semblaient se superposer comme de grandes taches lumineuses à mes prunelles : yeux fermés, je voyais mieux que jamais dans la nuit, bien que voir n'était pas le terme approprié.

Je ressentais le relief du paysage via les ombres sur un rayon d'une centaine de mètres ; j'aurai pu dessiner la typographie du terrain sans faire une erreur.

Et alors, tout s'évanouit ; les ombres, leur murmure, le pouvoir.

Par contraste, j'étais devenue aveugle. Tombant sur le flanc, j'hurlais en ouvrant grand les yeux, ne comprenant pas pourquoi d'un seul coup je ne savais plus rien de ce qui m'entourait.


-Shigori !

Les mains d'O'Kane me prirent par les épaules, le remord se faisant sentir dans la voix.

Je pleurais. Je pleurais ces ombres qui étaient parties, me laissant frappée de cécité dans la nuit...

Tournant un regard vert larmoyant vers la lune, je maudis le clan Nara, Alindar ou quel que soit le nom sous lequel se désignaient les manipulateurs des ombres. Pourtant, alors même que je proférais cela, je savais que seule j'étais maudite.

Maudite d'avoir hérité de pareil savoir.
avatar
Shigori SombreLune
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 59
Date d'inscription : 19/10/2008
Age : 27
Localisation : Puif !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Académie de Chikara [RP]

Message par T. Khasaarmoon le 3/12/2008, 02:07

"- Oy! Taoshun, bouges toi, c'est bientôt l'heure des cours"
Je poussai un grognement en m'étirant. Je n'avais pas très bien dormi. Enfin, il faut avouer que la pendrie de l'académie ce n'était ce qu'il y a avait de mieux pour dormir : il y faisait froid, pleins de tuyaux sortaient du mur et si on avait de la chance, on pouvait croiser quelques souris...
"- Et arrête de râler, sois déjà content d'avoir été accepté à l'académie" dit mon professeur.
"- Oui senseï, j'arrive" répondis-je sans la moindre motivation. J'entendis mon prof partir en gromelant :
"- Tss... entrer à l'académie à 15 ans, c'qui faut pas entendre !"

Comme mon maître l'avait prédit, la vie n'était pas facile. Cela faisait à peine quelques jours que j'étaitsarrivé à l'académie et j'étais déjà victime de railleries de mes jeunes camarades. Certes, je ne faisais rien pour que ça change, d'ailleurs j'en profitais même pour me tourner moi-même en dérision. Ceci me valut d'obtenir un surnom peu commun "Le Bouddha rieur". Ce qui me déplaisais le plus dans ce surnom, c'étais que mes principes étaient assimilés au bouddhisme alors que c'était faux. "- Ignorants "

"-Waaah! J'suis à la bourre ! Viiiiiiiiiiiiiiiite" Je courrus le plus vite possible vers la salle de classe, poussa les portes et fis irruption dans la salle. Tout le monde était déjà là et me fixait en riant. mon senseî s'approcha de moi avec un air grave... Moi, le jeune érudit, regardai en direction du tableau et compris...
"- Taoshun tu es doué mais... NE LAISSE PLUS TRAINER TES SLIPS DANS LA SALLE DE CLASSE !!"
"- Aaah ! Pardon ! Pardon ! Mais il fait sec ici, la pendrie c'est pas l'endroit idéal pour faire sècher ses vêtements, c'est tout humide!" dis-je en souriant!
Tous les élèves explosèrent de rire ! Le chuunin enragea :
"- Va à ta place et plus vite que ça ! Ce soir tu viendras me voir, t'es collé ! "

Je retournai à ma place habituelle, on entendait dans le fond de la salle des "C'qu'il est bète" ou encore "Il est bisarre ce gars!". Bien que je souriais toujours, j'étais un peu en colère contre moi même parce que je devrais travailler plus tard ce soir et ne pourrais pas beaucoup dormir



La journée passa comme toujours. J'étais très intéressé par les cours théoriques, autant que la pratique. Même si j'étais dans les premiers de la classe, mon professeur ne me faisait aucun compliment et ne me jettait même pas un regard. Quand tous les élèves furent partis, j'allai voir mon professeur comme il me avait demandé. Cette fois, ce dernier me regarda droit dans les yeux, un sourire de satisfaction à la bouche.
"- Très bien, allons dans la cour !".
Là bas il me fit faire porter plusieurs pierres lourdes, faire des pompes, etc... bref tout ce qu'il y avait de plus épuisant. Le chuunin me lança :
"- Alors on fait moins le malin à présent ! Regarde toi, t'as 15 ans et t'es moins musclé que certains de 12 ans ! Qu'espères tu devenir hein ?! "
"- Un yin...*pff* un yang...*pff* voilà ce qu'est le tao" répondis-je à bout de souffle. Mon sensei éclata de rire :
"- Qu'est-ce que tu racontes là !? T'es à Chikara, tout ce qui compte c'est la force physique, la puissance !!" Il ramassa une pierre, l'envoya en l'air et l'explosa d'un coup de poing. "- Tu vois, ça c'est de la puissance !"



*L'homme violent n'aura pas une mort naturelle... L'homme violent n'aura pas une mort naturelle...*
Après ma punition, pendant mon travail ménager et jusqu'à ce que je me couche, cette phrase me revenait sans cesse en tête. Je me remémorais le visage du ninja qui avait détruit cette pierre...
"Ce visage cache sa folie..."
*L'homme violent n'aura pas une mort naturelle...*




Le lendemain, je n'eu plus de problème de linge, ce fut une journée tout à fait banale. Comme il y avait peu de ménage, je décidai d'aller pratiquer ce que m'avait enseigné mon véritable maître.
"Ninpô ! Les piliers du matin !"
Pendant que je m'entraînais sous un soleil accablant, je me sentis soudain observé. Je baissai la tête et vis une jeune fille, plutôt frêle, de petite taille, d'une chevelure brune assez épaisse, me regardait. Pendant un instant, je me plongeai dans ces petits yeux noir qui me dévisageaient.
"- Hum... pardon d'avoir perturbé ton entraînement, mais ça m'intriguait alors..." Elle rougit. Je la regardais encore, puis répondit en affichant mon plus beau sourire :
"- Ce n'est rien ! J'avais fini de toute façon", je descendis de mes piliers, la dévisageai encore une fois, et lui dit " Nanako, c'est bien ça ?" Son visage s'illumina.
"- Oui c'est moi ! Mais... comment tu..."
"- Le livre d'appel trainait dans la salle, je l'ai feuilleté"


J'engageai donc la conversation avec Nanako. Bien qu'elle était réservée, je compris qu'elle était à l'académie parce que ses parents étaient eux même des shinobis. Apparement, elle avait une soeur qui était très doué dans les arts ninjas. DE mon côté, je lui racontais ce que j'avais appris des livres et de la philosophie. Lorque le soleil commença à se coucher, elle s'en alla me disant :
"- A bientôt Tao-kun! J'ai beaucoup apprécié de parler avec toi! Tu n'es pas si bisarre finalement !"
Je la saluai d'un geste de la main.

Je me rendis sur le mur de l'Ouest, pour regarder le soleil se coucher...
*Sempaï... aujourd'hui j'ai créé des liens avec quelqu'un*
avatar
T. Khasaarmoon
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 13
Date d'inscription : 02/12/2008
Age : 26
Localisation : Wudang

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Académie de Chikara [RP]

Message par T. Khasaarmoon le 4/12/2008, 00:49

Souvenirs, souvenirs... les bons et les mauvais...


Plusieurs semaines ont passé, Nanako et moi sommes devenus bons amis. Je lui appris les fondamentaux de musiques et des diverses pensées qui me sont chères. Quant à elle, elle me montra les endroits intéressants et ceux à éviter de Chikara. En outre, elle me trouva une autre lacune que le Genjustu… la cuisine. Evidemment, j’avais l’habitude de cuisiner chez maître Khasaarmoon, mais nous mangions tous les jours la même chose : riz, légumes et poisson, le tout mélangé. Je me dis que c’est parce que je m’étais accoutumé à ce repas que son goût ne me choquait plus. J’appris tant bien que mal à faire des repas plus variés, mais ma bête noir s’avérait être les gâteaux sablés de Chikara.
« -Mais c’est pourtant simple ! Comment tu fais pour qu’ils aient cet arrière goût à réveiller un mort ?! » S’exaspérait Nanako.
«- C’est le four de l’académie qui déconne, il est tout vieux et… et… »
« -T’es nul, c’est tout » me dit elle en tirant la langue.
Lorsqu’elle plaisantait, elle avait toujours ce regard malicieux comme un enfant qui cacherait quelque chose pour s’amuser. Parfois elle m’aidait à terminer le ménage, mais nous finissions souvent par nous jeter de l’eau l’un sur l’autre.



Nous avions pris l’habitude de rester ensemble pendant le sport et l’apprentissage du taijustu. Comme j’étais avancé, je lui expliquais comment combiner force et chakra : sans vouloir me vanter je me considérais déjà comme un spécialiste du Gyo. Un jour d’entrainement comme un autre, notre prof avait été sollicité par une personne de l’administration. C’est là que certaines fortes têtes de la classe commencèrent à s’exciter et à provoquer les plus faibles qu’eux. Malheureusement, Nanako en faisait parti. Peu concentré dans mon duel avec un étudiant médiocre qui fonçait toujours tête baissée, j’entendis ce crétin d’Iba et sa bande s’adresser violement à mon amie :
« - Alors, on veut devenir kunoichi ?! Laisse tomber, c’est pas pour les faibles et la guerre c’est fait pour les hommes ! Pigé ?! »
« - Hm… mais… mais… c’est pas vrai ! Laissez-moi tranquille… » elle fit un pas en arrière, mais Iba en profita pour la pousser et la fit tomber. Aussitôt, j’abandonnai mon combat et m’interposa entre eux :
« - Laisse tomber Iba » lui lançais-je. Cet imbécile et ses copains eurent un petit rire narquois.
« - Qu’esss t’as ?! Le bouddha rieur cherche la merde aujourd’hui ?! »
« - Faut lui donner une punition pour ça » reprit un de ses copains.
Je souris : « - En admettant que c’est toi que je cherche Iba, la merde ce ne serait pas toi ? »
A ce moment là, un des gros bras d’Iba m’attrapa par la manche, ce dernier profitant de cela pour me filer un coup de poing violent dans le ventre. Le deuxième coup s’apprêtait à venir, quand notre sensei l’arrêta.
« - Fini pour aujourd’hui ! Khasaarmoon, tu seras collé ! Que je ne t’y reprenne plus Iba »
Lui et ses copains partirent en ricanant.



Il faut savoir qu’Iba était le fils d’un assassin célèbre qui avait beaucoup d’autorité sur le village. Ainsi, il bénéficiait d’un traitement de faveur de la part des professeurs et en profitait autant qu’il pouvait. Il écoutait peu en cours et s’amusait à martyriser ceux dont la tête lui déplaisait. Un sale type, je l’évitais autant que je le pouvais. Après les multiples épreuves que le prof me fit faire pour ma punition, alors que je récupérais, il me dit :
« - Pourquoi t’as pas répliqué ? Son coup de poing était plutôt lent, t’aurais parfaitement pu le parer… »
« - Pas l’envie… si j’avais agit, il m’en aurait voulu et s’en prendrait sûrement à Nanako pour se venger… Il est bon de pratiquer le non agir, disait mon maître » répondis-je.
« Ah ! Des choses bien inutiles pour un shinobi… » me dit il d’un ton désespéré. Il se leva et commença à marcher. Sans se retourner il dit, « Je t’aime pas beaucoup, mais t’as des capacités Taoshun… alors utilise les et agis comme un homme » Puis il partit pour de bon. Je fus un peu étonné, venant de mon méchant professeur, ça devait être un compliment. Mais pourtant…



*Cela n’est pas de l’humanité…*
avatar
T. Khasaarmoon
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 13
Date d'inscription : 02/12/2008
Age : 26
Localisation : Wudang

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Académie de Chikara [RP]

Message par Sheinji le 7/12/2008, 19:43

Il ne vit pas le coup venir. Violente et magistrale, la gifle le projeta à terre, où il resta étourdi quelques secondes.

- Et moi, je te dis que tu n’iras pas là-bas, sombre crétin !

Calme, Sheinji contempla quelques instants son bourreau. Jeune homme athlétique, Ranpû Ogurô était le parfait stéréotype de la brute tyrannique. Ses yeux étincelaient de fureur.

- Je t’interdis d’y aller, tu m’entends ? Ou tu ne remettras plus jamais les pieds chez moi !

- Si je te dis que je m’en fous ? Laisse moi passer.

- La Bande est tout pour toi ! Tu irais où ?

L’enfant soupira, puis entreprit de se relever en essuyant le sang qui perlait à sa bouche. Orphelin, il voguait à droite et à gauche afin de trouver un logement, et volait pour se nourrir. Très vite, il était entré en contact avec la Bande, une petite organisation d’une quarantaine de membres dont le chef, qu’il avait actuellement sous les yeux, ouvrait les portes de son immense villa à tout ceux qui le demandaient, en échange d’une part des objets dérobés. Grâce aux dons constants de ses fidèles, Ranpû menait une existence tranquille et oisive. Il ne recourait jamais à la violence, sauf lorsqu’il était vraiment en colère. Comme aujourd’hui.

Iji reprit :

- Ma vie ne pourra pas se limiter à ta cabane. Je veux apprendre, découvrir, comprendre. Voyager. Hier, j’ai rencontré un jounin avec qui j’ai beaucoup parlé. J’ai pris une décision. Je vais me rendre à cet Académie, et je deviendrai ninja. Ensuite, je partirai.


Son interlocuteur le considéra un moment d’un air pensif, puis le gifla de nouveau et se mit à hurler :

- Tu crois vraiment que tu vaux plus que nous autre ? Que tu es promis à un destin glorieux ? Que tu deviendras un shinobi respecté ? Pauvre imbécile ingrat !

Ivre de fureur, il s’avança. Toujours à terre, l’orphelin crut qu’il allait le frapper à nouveau, mais capta un éclat argenté. Un couteau.

« Merde… »

Tout se passa alors très vite. La lame s’abattit en sifflant, et Sheinji sentit l’air se déplacer à sa joue. Un liquide écarlate goutta sur sa tunique. Il suffoqua, effrayé. Ses mains pâles alors se joignirent… Ogurô éclata d’un rire mauvais.

- Tu pries ? Tu n’as jamais cru en Dieu, il ne viendra sûrement pas sauver un mendiant comme toi !

Son poignard tomba de nouveau. Il y eut un bruit sourd. L’acier se ficha dans une planche de bois d’une épaisseur de cinq centimètres.

- Substitution.

Sheinji se mit à courir.


***


Sa blessure au visage était profonde, mais bien moins grave qu’il ne l’avait imaginé. Il fut satisfait de constater que, le fil du poignard étant parfaitement aiguisé, il ne conserverait aucune cicatrice. Il s’arrêta aux abords d’une fontaine pour tremper un linge dans l’eau et humidifier la plaie, puis il se remit en marche.

L’Académie Ninja de Chikara… Rien qu’en prononçant le nom, on sentait les majuscules. Dans les bas- quartiers de la ville ou les ruelles sombre s’entrecroisaient, ce bâtiment était une légende, une porte vers un autre monde. Iji sourit. Il allait bientôt franchir cette porte…

Il passait devant les gens sans les voir, sans rien retenir d’eux, et ils le lui rendaient bien. Le bruit incessant des pas martelant les dalles formaient une mélodie tourmentée et complexe. Toutes ces vies, tous ces chemins dont il ne soupçonnait même pas l’existence… Son sourire s’accentua.

Il était joyeux. Il avait échappé à la surveillance d’Ogurô, et savait que celui çi ne se risquerait pas à envoyer ses hommes dans un endroit aussi peuplé. Il n’avait plus qu’à rester hors de portée des sbires de ce gros lard jusqu’à ce qu’il oublie leur altercation -quelques semaines tout au plus, Ranpû étant intellectuellement très limité.- et le tour serait joué.

Peu à peu, la ville s’éclaircit ; les façades délabrées laissèrent la place aux murs solides et colorés, les buissons asthmatiques et les touffes d’herbe morte disparurent au profit de grands arbres longs et majestueux, qui dardaient leur feuillage pointu en direction des passants.

Iji courait désormais, impatient de commencer sa nouvelle vie. Atsurô, le juunin qui lui avait appris la substitution, avait peint un portait idéal de son expérience en tant que shinobi. Aventures trépidantes, longs voyages jamais monotones, progrès constant, satisfaction du travail bien fait, défi permanent… L’adolescent zigzaguant entre les avenues était loin de penser que tout serait aussi facile, mais se sentait irrésistiblement attiré par le statut qui s’ouvrait devant lui, et la destinée qu’elle impliquait. Il savait n’avoir rien à perdre exceptée la confiance factice d’un groupe de voleurs miteux, et se promit de tout faire pour progresser et s’arracher à l’étreinte soporifique et gluante de son quotidien.

Il obliqua vers le centre ; là étaient disposés les baraquements commerciaux et financiers. Il s’arrêta un instant pour jauger les produits alignés sur les étals divers, mais n’en trouva aucun qui put correspondre à ses goûts ou à la portée de sa bourse.

Enfin, il arriva a l’embouchure d’un boulevard spacieux, et crût retomber dans les quartiers pauvres en voyant la façade grise et froide qui le dominait de plusieurs mètres. Seules les inscriptions détonnaient de ce mélange de béton. Un frisson parcourut le corps de l’enfant ; il avait trouvé l’Académie ! Étrangement, au lieu de le révulser, la dureté métallique que dégageait l’ensemble le fit sourire. « Pas de fioritures, pensa t’il. De l’efficacité. »

Il salua le garde en faction devant la porte ; un colosse d’un mètre quatre vingt-dix à la face tanné par la pluie et couturé de cicatrices. Le soldat ne répondit pas, se contentant de l’observer.

L’enfant se retourna, inspira profondément, et poussa les portes.
avatar
Sheinji
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 642
Date d'inscription : 17/05/2008
Age : 23
Localisation : Là et bien là!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[b]Académie de Chikara[/b]

Message par Otarin le 14/12/2008, 19:53

Flash-back d'Otarin Rekaïshi

Otarin arriva devant l'académie, il suait à grosses goutes et se pencha en avant pour reprendre son souffle. Il venait de faire une série de pompes et quelques abdominaux.

Brusquement, il se releva. Quelque chose venait de briller dans son oeil droit. Il venait de voir le mouvement dépourvu de rapidité d'une personne. Genraï, son pire ennemi, se tenait là devant lui. C'était un garçon gros et plutôt grand dont le plus grand jeux était d'embêter Otarin.


-Tu devrais aller te laver, le nabot, lui lança-t-il.

-Occupe toi de tes fesses, rétorqua Otarin.

Le gros garçon ignora la remarque et continua:

-Remarque si tu préfère rester comme cela fait comme tu veux. Les cochons se lavent bien avec de la boue, alors pourquoi ne ferais tu pas pareil?

-Qu'est ce que tu insinue comme ça?

-Moi rien, fit-il d'un air moqueur.

Otarin ne pouvant se contenir se jeta sur lui. Genraï le projeta sur le sol d'un seul revers de main. Otarin était couvers de poussière. Là il était impossible de contredire Genraï: il fallait qu'il aille se laver et se changer.
Il se releva et partit en disant à l'autre:


-Moi au moins je ressemble à un ninja pas à un sumo.

Cette remarque n'ébranla pas le moins du monde Genraï:

-Tu rigole? Tu ne ressemble pas à un ninja tu ressemble à un cochon. Et un sumo ressemble plus à un ninja qu'un cochon, à moins que je ne me trompe.

Otarin arriva devant la maison de ses parents. Il aurait aimé ne pas revoir cette batisse mais la demeure de sa grand-mère était trop loin pour qu'il aille s'y doucher. Il entra et fila vers la salle de bains.

Il revint cinq minutes plus tard et se rendit compte de ce que Genraï lui avait fait. Il l'avait mis en retard et Denmari, le maitre ninja qui s'occupait de son niveau, n'aimait pas que l'on arrive en retard. Il allait avoir une punition sévère.


Il entra dans la salle.

-Otarin!vociféra son maitre. Qu'ai je déjà dit des millions de fois sur les retards?

-Qu'ils étaient séverement punis, se risqua le garçon sans insolence.

-Exactement. Et j'ai aussi dit que les motifs, mêmes valables, ne comptaient pas avec moi. Aussi vais-je te demander de venir à la fin du cours pour que je te fasse par de ta punition que tu vas sans doute adorer.

Il s'asseya au fond de la classe à côté d'un garçon dont il ne connaissait pas le nom. À vrai dire il n'en avait rien à faire.

Le cours passa lentement. Les théories que Denmari leur expliquait étaient d'un ennui. Mais Otarin était un bon élève (mis à par la pratique) et écouta tout ce que leur dit le maître. Il retenait toutes ces paroles mais, une fois énervé ( comme le matin même ) il oubliait tout.

À la fin du cours les élèves sortirent mais trois d'entre eux, dont Genraï, restèrent à la porte pour écouter la punition d'Otarin.


-Otarin, tu restera dans cette salle jusqu'à ce que tu maitrise correctement la substitution. C'est une punition difficile pour toi mais elle n'est pas sans intêret.

Sur ces mots il sortit de la salle et ferma la porte à clé, laissant Otarin seul face à son déséspoir.

Il ne commença qu'une demi-heure plus tard. Il sortit un kunaï et le lança à travers la salle ayant pour but d'apparaître en l'air, à la place de l'objet. Mais sans résultat car on entendit le kunaï tinter en atterissant sur le sol carrellé. Il recommença maintes et maintes fois sans plus de réussite. Il ne dormit pas de la nuit pour réussir le plus vite possible à maitriser la technique, ne se déséspérant jamais.

Soudain, vers les huit heures du matin, Otarin entendit un cliquètement provenant de la porte. Il concentra toute son attention sur la technique et lança le kunaï. La porte s'ouvrit sur Denmari qui eu juste le temps de voir Otarin avant qu'il ne se volatilise laissant place au kunaï, posé par terre. Otarin atterit à l'autre bout de la classe.


-Je vois que tu à réussi, le félicita son maitre. Tu vois la leçon aura porté ses fruits. As-tu dormi cette nuit?

-Non je suis resté éveillé pour réussir la technique, lui répondit le garçon.

-Alors tu est exempté de cours pour aujourd'hui. Aller vas te reposer, tu l'as bien mérité. Mais demain tache d'ètre à l'heure.

-Je le serait, lui promit-t-il.

La conversation s'arrêta là et Otarin sortit, content de lui.
avatar
Otarin
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1533
Date d'inscription : 08/12/2008
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur http://otarinrekaishi.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Académie de Chikara [RP]

Message par makito le 13/1/2009, 16:42

makito a écrit:RP - flashback
La demeure était sinistre, pour les gens du village, le clan avait été décimé, frappé par une malédiction. Le fait qu’un clan aussi puissant disparaissent spontanément avait découragé tout curieux de savoir ce qui avaient réellement pu se passer.
Iki se tenait face à la porte, il fit le tour de la bâtisse et escalada un mur. A l’intérieur, le temps s’était figé. La nature luxuriante avait plongé les lieux dans les ténèbres.

Iki s’avança dans cette jungle. Au bout d’une vingtaine de mètres, il s’arrêta et regarda autour de lui. De l’extérieur le jardin du clan ne paraissait pas immense et pourtant, à l’intérieur, Iki avaient du mal à en définir les contours. Sur sa droite, il vit le dojo familial délabré du clan Zelkova. Les portes étaient arrachées, des lianes sortaient par des ouvertures. Iki se tourna et vit à quelques mètres un arbre immense baigné de lumière. Trônant au milieu de ses larges racines noueuses, il était large d’une dizaine de mètre, le Zelkova était un arbre hors du commun.
Respecté et sanctifié par les hommes depuis toujours, pour beaucoup, cet arbre avait toujours existé. Durant des générations, le clan du même nom en fut le gardien. Mais depuis la disparition du clan, les villageois ne venaient plus offrir d’offrande, et pour eux l'arbre était lié à la disparition de la famille Zelkova.

Iki s’aventura au milieu des racines, bien décidé à ramener une branche de l’arbre maudit et ainsi prouver son courage à tous. Iki s’était avancé jusqu’au tronc, quand autour de lui le silence se fit. Les oiseaux s’étaient tus et tous bruits aussi infimes soient-ils s’étaient arrêtés.
Iki sentit qu’il y avait quelque chose de pas normal et avant même qu’il ai pu se mettre en garde, un violent choc le projeta contre le tronc. Il sentit plusieurs coups lui écraser les cottes avant qu’une main saisissent ses cheveux et viennent écraser son visage face au sol.
Iki perdit connaissance.
Dans son sommeil, il eut plusieurs visions étranges. Ces hallucinations colorés étaient enivrantes et lui rappelèrent la chaleur du soleil sur sa peau.
Iki ouvrit les yeux, la lumière était aveuglante. Au dessus de lui, en contre jour, vint se tenir une silhouette. Celle-ci fit volte face et s’éloigna.
Iki peina à reprendre conscience et fut surpris de pouvoir se mouvoir sans peine. A peine ce constat fait qu’il prit la fuite.
Après avoir couru au milieu des branches quelques instants, il heurta un des murs qu’il escalada à demi paniqué. Une fois dans la rue, il eut du mal à réaliser ce qui venait de lui arriver.



Une semaine plus tard, Iki escalada le mur du dojo au même endroit où il était venu la dernière fois. Il avait avec lui un panier remplis d’offrande qu’il déposa au pied des racines. Il reparti par la même route. Rien n’arriva.

La semaine suivante, il retourna déposer des offrandes. Au moment ou elles furent posées au sol, le silence se fit. Le corps d’Iki se contracta mais rien n’eu lieu. Il se retourna, prêt à repartir quand une voix lui demanda :

« Tu ne veux pas rester manger cette fois-ci ?»

Iki se retourna à demi-terrifié, s’attendant à rencontrer un esprit l’invitant à manger en sa présence. A quelques mètre de lui, il reconnu la silhouette qu’il avait vu auparavant. Celle-ci s’avanca dans la lumiere.
C’était un jeune homme au visage hirsute. Son kimono était déchiré par endroit et ses cheveux emmêlés tombaient sur sa nuque, alors qu’une barbe irrégulière venait barrer son visage. Iki le regarda plus attentivement et fut surpris par la jeunesse du visage de cet homme. Malgré un gabarit massif et une allure de vagabond, cet homme était encore un enfant.

Iki fit un pas en direction de l’étranger.

« je m’appelle Iki, Iki du clan Seiko… »
Le jeune homme passa une main derrière sa tête, le regard absent : « Makito, ca fait longtemps…»
Makito s’assit sur une racine et commença à manger le contenu du repas. Iki l’accompagna.
Pour une première rencontre, tout deux ne furent guère loquace ; se contentant de manger et marqueant de longues poses.

« je reviens la semaine prochaine si tu veux bien »
« oui tu peux »

La semaine suivante, Iki trouva Makito un peu plus en retrait du grand arbre. Accroupi près d’un feu, il préparai une boisson à base de plante.
Iki vint s’assoir et prit une tasse.
Le silence fut étrange.
- « Makito, la première fois que je suis venu, qu’est ce qui s’est passé »
- « ca arrive des fois »
- « Comment ça ? »
- « la rage, le sang, la peur, la lumière, tous ce mélange »
- « j’ai du mal à comprendre ce qui se passe ici, qu’est devenu ton clan ? »
Makito releva la tête, et pointa son doigt vers l’arbre, « ils sont là, ils n’ont pas bougé »
-« ils sont morts ? »
-«Non, ils ont donné leurs corps pour que survivre ce qu’ils avaient toujours protégés »
-« mais le protéger de quoi »
-« la folie des hommes….. »


Makito se releva et saisit un Naginata planté dans une racine.

« Ceci est l’arme de ma famille, elle fut transmit par le premier gardien de l’arbre. On dit que le manche est fait du bois du Zelkova. Je n’en connais pas toute les subtilités mais j’aime manier cette arme. »

Makito s’imobilisa. « C’est comment dehors ?»

« Comment ? »

« Oui, tu viens de dehors, moi ca fait des années que je ne suis sortis, explique moi ce que tu y fais. »

Iki raconta la vie de son clan, sa rencontre avec son sensei et comment il se préparait à passer l’examen genin. Makito semblait fort intéressé et lui posa beaucoup de question.

« si tu veux makito, je t’amène ce soir le rencontrer. Tu verras c’est un homme sage. Il va te plaire, il s’appelle Taka Menso »

A la nuit tombée, makito et Iki passèrent le mur du dojo et prirent la direction du domicile de Taka Menso.
------------------------------------------------------------------------------------------

4 Mois ont passés. Makito est devenu l’élève de Taka Menso. Aujourd’hui Makito doit passer sa dernière épreuve à l’éxamen chunin.
Malgré son retard sur les autres Makito a réussi toutes ces épreuves. Ne restait plus que l’évaluation du taijitsu.

Makito s’avance face à l’évaluateur et se met en garde. Celui-ci est un peu surpris face à un genin de sa taille.

Makito avanca d’un pas et décocha un keriage, le pied passe à coté du visage de l’éxaminateur qui l’esquiva une premiere fois, le pied redescendit sur celui-ci mais l’éxaminateur le bloque avec facilité et effectua une balayette sur le pied d’appui de makito. Celui-ci chuta mais parvint à prendre appuie pour ne pas tomber au sol.
En se relevant, makito s’aperçu que l’examinateur était sur lui et encaissa un coup de pied latéral qui le projetta
à quelques mètres de la.

L’évaluateur face à un élève de cet âge et passant l’éxamen si tard ne retint ses coups.

Les juges derrière leurs bureaux prirent des notes. Une certaine angoisse naquit en Makito à l’idée d’échouer. Les palpitations de son cœur s’accélérèrent.
Dans un coin Taka Menso observai son élève.
Makito se redressa et changea de garde. De profil, ses pas étaient plus resserrés et son corps semblait sautiller sur place.
Un sourire apparu sur le visage de Taka Menso quand Makito fit une feinte de coté pour envoyer un coup de pied au visage de l’évaluateur. Celui-ci esquiva en reculant son pied arrière. Au même moment, et avec une rapidité qui surprit tout le monde, makito pris appuie sur la jambe avant de l’examinateur et frappa au visage ce dernier. Celui-ci esquiva de justesse le poing de makito qui frola son visage.
Au même moment, la cloche sonnait la fin de l’évaluation. Makito salua l’examinateur qui en fit autant. Les juges semblaient agités autour de la table. Bien d’avantage que pour les autres évaluations. Taka Menso fut appelé à la table des juges qui s’entretinrent 5 minutes avec lui.

« - […]….. Taka, tu sais à quoi tu t’exposes avec un tel élève, tu en as à conscience ? »
« -Oui, bien sur, je sais très bien ce qui peut arriver, et c’est pour éviter qu’une telle chose arrive qu’il est important qu’il devienne shinobi !»
« Taka Menso à partir d’aujourd’hui tu seras le sensei du genin Makito, mais prend garde, il n’est pas …. » A ce moment, Taka Menso fit signe à makito, lui indiquant de le rejoindre à la table des juges.

Le juge principal de l’examen se redressa à demi gêné et s’adressa à Makito :
« Eleve Makito, à partir d’aujourd’hui, tu reçois le titre de genin et tu deviens officiellement disciple du jounin Taka Menso. »
« Travailles ton Tai, et écoute les conseils de ton Sensei et tu deviendras un grand shinobi »

Makito et Taka Menso saluèrent les juges puis sortirent annoncer la nouvelle à Iki.
avatar
makito
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 35
Date d'inscription : 04/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Académie de Chikara [RP]

Message par Gin Ren le 15/1/2009, 23:29

L’été venait à peine de commencer, le soleil pointé au zénith accompagné d’une chaleur accablante frappait le village de Chikara. Il était midi, et comme chaque jeudi, le marché avait lieu comme à son habitude place des commerces. Un peu plus loin, vers les portes du village, mes anciens avaient mis en place une piscine peu profonde afin de distraire les plus jeunes qui devaient être des enfants en bas âge ; ils avaient l’air de beaucoup s’amuser à en juger leurs fous rires sans fin. Cette ci bonne humeur donnait le sourire à un jounin qui passait par là pour se rendre au QG. Chikara était en période de "paix", les bureaucrates étaient tous absent et seul le Kage se trouvait dans ses appartements situés au QG. Personne ne semblait vraiment préoccupé par quoi que se soit. Quelques fonctionnaires étaient actif cas jours ci à cause de l’examen Chuunin qui avait eut lieu au village caché de la cascade, Gensou. Certains genins chikarates avaient été promu chuunin suite à l’examen et aujourd’hui, ils étaient de passage à l’académie à l’occasion d’une journée «Rencontre avec l’avenir ». Une journée qui avait pour but de donner une idée aux futurs genins, de ce qui les attendait pour certains. Un genin était posté sur un arbre, une jambe ballante et adossé contre le tronc, yeux fixés sur les étudiants. Il avait l’air pensif, enfaite, il rêvassait…

-(Gin)- Ah le bon vieux temps… Pas si vieux que ça après tout. *esquissa un sourire*

-(… )- Gin, je savais que je te trouverais ici !

-(Gin)- Rin, qu’est ce que tu fais là ? N’étais-tu pas censée être en mission ?

-(Rin)- Oui, la fameuse mission du chat de l’autre vieille. Comme à son habitude, ce satané chat s’était caché dans l’arbre creux, au milieu des terrains rocheux. Donc s’était assez rapide. *grimpant à l’arbre pour se poser près de Gin*

-(Gin)- Tu te souviens de notre examen académique ?

-(Rin)- Super le changement de sujet ! Bah oui pourquoi ?

-(Gin)- J’regarde ces jeunes là-bas et j’repensais à ça…

-(Rin)- Je ne sais pas trop ce qui te tracasse, tu as passé ce test avec mention…

-(Gin) *coupant la parole* - Je ne me pleins pas, j’y repense simplement. D’ailleurs je me souviens très
bien, ça c’est passé comme ça…

_____________________________________________________________________________________________________________


*Driiiiiiiiing*

La cloche venait de retentir et les jeunes étudiants formèrent une rangé. Ce jour là n’était pas un jour de cours ordinaire, c’était le test de fin de cycle. Parmi les futurs ninjas se trouvait un petit garçon aux cheveux argentés. Son regard porté dans le vide laissait penser qu’il rêvassait un peu. Perdu dans ses pensées, il fut pourtant bien vite ramené sur Terre avec l’apparition quelque peu brusque d’un chuunin.

-(Chuunin)- Bonjour à vous tous ! Comme vous le savez, aujourd’hui, vous allez passer le test de fin de cycle.

*Paressant plus relâcher* Mais bon les p’tits gars, ne vous inquiétez pas, on va bien se marrer. On va faire une série d’exercice afin de se mettre en condition ok ?

Après avoir malaxé leur chakra pendant une bonne dizaine de minutes, tout le monde était fin prêt pour l’exam. Le petit bonhomme à la chevelure d’argent passait dernier et cela ne le dérangeait aucunement. Après une heure d’attente s’était à son tour d’entré en salle…

-(Chuunin)- Bonjour, je ne me suis pas présenter tout à l’heure, moi c’est Syed.

-(Gin)- Moi c’est Gin…

-(Syed)- Okey, commençons tout de suite hein. Fais-moi un clone s’il te plait.

« Kage Bunshin no Jutsu » , dans une volute de fumée, un deuxième Gin avait fait son apparition. La réplique et l’original étaient identiques, sans défaut. Si le chuunin n’avait pas vu apparaître le clone, il aurait été impossible pour lui de savoir lequel était le vrai.

-(Syed)- Wow, beau travail ! Maintenant, je vais te lancer se shuriken en plastique, et tu devras uniquement utiliser la substitution pour l’esquiver.

-(Gin)- Non attendez…

Du point de vue de Syed, le vrai Gin se trouvait à droite et la copie, à gauche. Bien que le chuunin n’ait pas quitté des yeux l’étudiant, c’est le "vrai" Gin, qui se dissipa…

-(Syed)- Tu sais quoi garçon, j’suis blazé. T’as réussi à intervertir les place entre ton clone et toi, bien que je ne vous ais pas quitté des yeux… Félicitations. Cependant, il reste la dernière épreuve. Je te demande de prendre mon apparence. Tu te sens d’le faire ?

-(Gin)- Ouais, j’vais essayer. *Prenant position, et malaxant son chakra*

« Henge » , la fumée se dissipait et laisser découvrir un jeune homme. Il était brun et de taille moyenne, dans les 1m75. Il avait une assez bonne corpulence, une forme assez athlétique. Son teint était bronzé, surement dut à l’atmosphère de Chikara. Il portait le bandeau du village sur le front et avait aussi l’uniforme chuunin. Il porta alors son regard sur le visage du vrai chuunin et aperçut un sourire.

-(Syed)- Tu sais quoi ? J’ai vraiment l’impression d’me retrouver face à un miroir. J’peux déjà te dire que tu es admis garçon. Mes Félicitations. Maintenant appelles tes amis dehors s’il te plait, nous allons procéder à la remise des bandeaux.

-(Gin)- Compris.

Le reste de la journée c’est très bien passé, Gin était rentré chez lui et tout le monde l’attendait avec impatience. Son père était très fier de lui, ainsi que toute sa famille, voir même le clan, sauf peut être la famille Yao…
avatar
Gin Ren
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 39
Date d'inscription : 12/01/2009
Age : 26
Localisation : Contemple les étoiles...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Académie de Chikara [RP]

Message par Kimimaro le 26/3/2009, 20:42

Jour de l'examin

Namaki:J'ai hate que se sois mon tour!

Mazamo:Tu es bien seul!

Namaki:Pourquoi? Tu as peur? Tu es timide?

Mazamo:Non non.. Enfin si un peu...

Namaki:T'u sais, t'as pas a t'en faire, c'est facile ce genre de test et puis si tu réussis pas, il n'y a aucune honte! Tu pourras réssayez.

Examinateur:Concurrent suivant s'il vous plait!Mazamo Ratari!

Mazamo:C'est à moi de jouer!

Namaki:Donne toi à fond et réussi le test! J'ai pas envi d'être seul à réussir!

Mazamo:Pour sa, ne t'inquiète pas!


30 minutes plus tard


Namaki: A enfin alors comment ça a été? Vas y racontes!

Mazamo (avec une mauvais mine): Très mal j'ai perdu tous mes moyens devant l'examinateur, il y avait vraiment trop de monde qui me regardait! C'était horrible!

Namaki: Bon... Sa va être a moi je ne te décevrais pas, c'est promis!

20 minutes plus tard


Namaki:(a Mazamo) Je l'ai eu!!!

Mazamo: Ouais...pas étonnant venant d'un Hoshame...

Namaki: Allez! sois pas jaloux tu l'auras ton diplôme un jour ou l'autre!! J'en suis sur!

Mazamo: Oui.... Bon rentrons au monastère, sinon maître Wong va se facher!

Namaki: Oui, en route.

1heure plus tard

Maître Wong: Alors chers disciples, comment s'est passé cet examen?

Namaki(en même temps que son partenaire): Bien!

Mazamo(en même temps que son partenaire): Mal!

Maître Wong: Uh... J'en déduis que Namaki a eu son diplôme et que toi Mazamo tu n'as pas encore su vaincre la petite flamme incandescente de la timidité qui brûle en toi...

Bon! Je vous ait réservé à tout les deux un petit "entrainement"...

Namaki & Mazamo: Bien Maître!!

Arrivé a la salle d'entrainement intensif

Maître Wong: C'est un entrainement noté, il y a 4 étapes

1. Lancez de Shurikens

2. Nombres d'esquives (par permutation)

3. Nombres de clones restants après combat

4. Course sur les murs, 50 allez-retour (20 mètres de murs)

Commencons!

Les 2 Amis lancent tous leurs shurikens

Maître Wong: Mmmmmhhh... Vous avez tous les deux détruits 9 cibles sur 10

Sa vous fait donc a tous les 2 un score de 9/10


Namaki(a Mazamo): Hun hun hun... C'est la chance qui t'as fait gagné, la prochaine étape, je te battrais!

Mazamo: Pfff... Compte la dessus toi!

Maître Wong:Calmez votre fougue et préparez vous pour l'étape suivante

Namaki & Mazamo Oui Maître! Pardon Maître!

L'épreuve de permutation touche a sa fin

Namaki:Fu..fu.....fu...

Mazamo:Hu...hu...hu...

Maître Wong: Encore une égalité! 5 permutations chaucuns! Passons à l'étape suivante

Les deux Amis combattent et y laissent tous leurs clones

Maître Wong (regardant les 2 combattants allongés par terre) Eh bien tous vos clones sont mort a tous les 2.... On sa trancher sur la dernière étape, du moins, j'espère...

Namaki & Mazamo: (se regardant) Grrrrrrrrrr ( je le battrai)

Alors que les 2 rivaux sont a égalité au 49e tour Mazamo glisse a 10 mètres de l'arrivé car il n'a plus de réserve de chakra et s'écroule Namaki passent la ligne d'arrivé et remporte l'entrainement

Maître Wong: Bravo Namaki! Aide moi a transporter Mazamo a l'infirmerie

Namaki(en prennant Mazamo seul)Merci Maître. Laissez moi portez Mazamo jusqu.....*Blam*

C'est ainsi que les 2 rivaux passèrent 3 jours au lit


Fin (pour l'instant)
avatar
Kimimaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 24
Date d'inscription : 20/05/2008
Age : 108
Localisation : \→Here←/

Voir le profil de l'utilisateur http://www.michelin.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Académie de Chikara [RP]

Message par Kimimaro le 1/4/2009, 15:45

Namaki est avec Mazamo à la salle de repos du monastère


Namaki:(se réveillant)... Tu dors?

Mazamo:.....

Namaki: Psssssst!!! Mazamo! Tu dors?



Mazamo:....

Namaki(secouant Mazamo): Hey! Réveille toi!

Mazamo(encore endormi):ZzZz...*Hein quoi? Qu'y a t'il?

Namaki(doucement): Et bien voila pendant que tu dormais encore j'ai pensé aux parchemins que l'ont avait découverts dans la chambre de maître Wong, tu sais ceux qui raconte ses périples? J'aimerais que tu viennes avec moi pour....

Mazamo:(coupant son ami) Jamais! Je refuse! Tu ne te rapelle dont pas de ce que Maître Wong nous a dis?!?

Namaki:Oui mais...

Mazamo:(le coupant a nouveau) Non! Pas de "mais"! Tu sais très bien qu'il nous a dit que s'il apprenait que nous avont lu ces parchemins il nous renverrai du Monastère et nous ferai mettre en prison pour jeune ninjas désobéissants et ayants fais ce genre de bêtises. Je te le redis très peu pour moi!

Namaki:Mais si nous y allons maintenant Maître Wong ne nous surprendra pas il en a encore pour 1heure de réunion avec les anciens moines des monastères voisins.

Mazamo: Et si un moine nous vois? Que fera t-on?

Namaki: Mais on ne restera pas longtemps promis juste le temps de lire 2 parchemins et puis je suis sur que toi aussi sa t'intéresse de connaître l'histoire de maître Wong!!!

Après quelques instants de négociations et de délibérations

Mazamo(soupirant): Bon... je n'ais pas vraiment le choix allons-y mais dépèchons nous!

Namaki(criant): Super!!!! Allons-y!!!

Mazamo:Tu ne pourrais pas crier plus fort?!? Je pense que tous le monastère ne t'as pas encore entendu!

Namaki: Oups désolé!

Les amis arrivent dans la chambre de maître Wong puis, Namaki s'empare d'un rouleau qui était sous le lit du moine.

Il le déroule




Namaki:(enlevant de la poussière sur le livre)Maître Wong ne lis pas souvent ses récits d'aventures on dirait!

Mazamo(donnant une tape a Namaki):Moin fort imbécile! On risque de se faire repérer!! Bon lis maintenant!



Récit de Wong:


Il y a bien longtemps que ceci s'est produit et ces moments sont pourtant gravés dans ma mémoire...Bien que j'essaie de les effacers...

C'était un jour banal, ou je revenait de mission et que je partait avec mon équipe pour manger lorsque...

Asuky(arrivant en courant & pleurant toutes les larmes de son corps):
Wong! Wong! C'est Horrible!

Wong:Allons Asuky, qui a t'il?


Asuky(tombant a genoux):C'est...c'est.. C'est Tuyuro! Votre frère! Il.... Il... Il est mort! il s'est fait tué par un traître! Il donnait des informations sur des Anbus du village à des ennemis! Ton frère a voulu le tuer mais ils étaient trop...

Wong(s'éffondrant en larmes):Co...Co...Co..Com.Comment?
Tu plaisante?

Asuky:Non... désolé

Wong(enfilant son masque avec une lueur meutrière dans le regard):Je... Je le Vengerai; je le jure je vengerai mon frère!! Ou est-il allé?!?

Asuky(tentant de retenir Wong)!Il y a déjà 2 autres équipes Anbus parties tu sais ils....

Wong(le coupant):OU!!!!!!!!!!!

Asuky:Vers le nord ils sont une dizaine a peut près...

Wong:Allons-y!!!

Wong et son équipe se lancèrent a la poursuite des assasins et finirent par...

Moine:Eh! Tu as entendu il y a du bruit vers la bas!

Namaki & Mazamo:(se regardant)Zut! Partons vite!



Les 2 amis réussirent a partir et a retourner dans la salle de repos

Après le passage des moines, ils se dirent que dès que possible ils retourneraient lire la suite


A Suivre
avatar
Kimimaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 24
Date d'inscription : 20/05/2008
Age : 108
Localisation : \→Here←/

Voir le profil de l'utilisateur http://www.michelin.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Académie de Chikara [RP]

Message par Yoroi le 31/8/2009, 17:30

Le réveil sonnait depuis une bonne quinzaine de minutes, mais le corps de Yoroi était terriblement lourd. Précisons que ce jeune homme était bien plus nocturne que matinal... Au prix d'un grand effort, il parvint à éteindre son réveil. Prochain étape: se lever avant que Morphée ne refasse des siennes. Mais pourquoi l'Académie forçait-il ses élèves à se lever si tôt le matin? Certainement par sadisme …

(???) Allez feignasse, du nerf!

Sans crier gare, Yoroi se retrouva le nez face au sol de sa chambre.

(Yoroi) Merci frérot …

(Adato) Allez, va te préparer. Si ça continue, tu vas être en retard.

Tel un zombie, Yoroi alla se débarbouillé le visage. Cela faisait pratiquement 6 mois qu'il était entré à l'Académie. Aprés s'être lavé, Yoroi alla prendre son petit déjeuner. Il fut rapidement rejoint par son grand frére.

(Adato) Toujours la tête dans le coton?

(Yoroi) Comme tous les matins … L'air de Chikara va me réveiller sur la route, comme d'hab'.

(Adato, esquissant un petit sourire) Dis moi, ça avance avec l'autre fille? … Comment s'appelle t-elle déjà?

(Yoroi) Haruka?

(Adato) C'est ça!

(Yoroi) Mais non! C'est juste une amie!

(Adato) Ce n'est pas ce qu'exprime ton regard quand elle est prêt de toi...

(Yoroi) Tu m'espionnes maintenant?

(Adato)
Pas du tout... je suis juste passé par hasard devant l'Académie hier...

(Yoroi, terminant d'un trait son bol de lait) C'est ça... Bon je te laisse, ou je vais finir par être vraiment en retard.

Yoroi sortit de chez lui et traversa le quartier des Satsujin d'une traite. Heureusement, l'Académie des Ninjas n'étaient pas très loin de chez lui. Diz minutes plus tard, il fut arrivé à destination. Haruka l'attendait déjà.

(Haruka) Te voilà!

(Yoroi) Ouaip... Je ne suis pas en retard?

(Haruka) Juste à temps. Magne toi, les autres sont déjà rentré.

Les deux étudiants parvinrent à rattraper leur classe. Par chance, le professeur n'était pas encore arrivé. Yoroi remarqua que l'un des élèves regardait un peu trop Haruka à son goût... Le garçon avait des yeux bleus azur et des cheveux blancs maintenus en arrière par une queue de cheval.

Ce Colfud... je ne sais pas pourquoi mais je ne peux pas le supporter...

Le professeur arriva et les fit entrer. Ce dernier annonça que les quatre heures de la matinée se diviseront par deux heures de cours de ninjutsu et deux heures de genjutsu. L'après-midi sera constitué de deux heures de fuinjutsu et deux heures de Taijutsu. Après avoir annoncé le programme de la journée, le professeur commença son cours.

(Professeur)
Hier, nous avons vu comment un ninja se servait de son chakra. Pouvez vous me le rappelez?

Le garçon aux cheveux blancs leva la main.

(Professeur) Oui Ygoru?

(Ygoru) En malaxant son énergie physique et spirituelle.

(Professeur) Très bien. Aujourd'hui, nous allons voir ce qu'il se passe aprés la malaxation du chakra et, si ,ous avons le temps, nous verrons les différentes théories sur ce fonctionnement.

Le professeur se lança alors dans une longue explication basé sur des dessins complexes affichés au tableau. Deux heures plus tard, ils passèrent au Genjutsu... matière ou Yoroi était le plus mauvais. Le jeune homme fit de son mieux pour ne pas s'endormir... contrairement à Haruka qui faillit se faire pincer en émettant un puissant ronflement. L'heure du déjeuner arriva. Yoroi et Haruka s'assirent à une table avec leurs amis... quel ne fut la surprise du Satsujin lorsqu'il vit le Colfud s'approchait de leur table.

(Ygoru, désignant une place à côté de Haruka) Puis je m'asseoir ici?

(Haruka, en souriant) Bien sûr !

(Yoroi) Non...

(Haruka, se tournant vers Yoroi en lui lançant un regard noir) Et pourquoi?

Yoroi bafouilla quelque chose d'incompréhensible... Haruka en conclut qu'il n'y avait donc aucun problème. Suite au repas, Yoroi prit Haruka à part.

(Yoroi) Qu'est ce qu'il t'a pris? Tu sais très bien que je ne peux pas le saquer!

(Haruka) Je m'en fous, moi je l'aime bien... C'est un gentil garçon je trouve.

(Yoroi) Une mauviette oui...

(Haruka) J'ai entendu dire que les Colfud sont de puissants combattants...

(Yoroi) Les Satsujin sont bien meilleurs qu'eux …

(Haruka) Cela est encore à prouver...

(Yoroi) Quoi?

(Haruka) Je plaisante! Retournons en cours, vieux.

Et ce fut reparti pour deux heures de cours sur les origines du Fuinjutsu.

Ce que les cours peuvent être barbant … Vivement que nous commencions les apprentissage de technique.

Le moment tant attendu arriva enfin. Le professeur les mena au terrain d'entraînement de l'Académie et les plaça deux par deux pour un échauffement. Yoroi fut mis en équipe avec Ygoru, et Haruka avec une étudiante que la jeune fille ne pouvait pas supporter (vantarde et aguicheuse...oui, à treize ans c'est possible)

(Professeur) Ceci n'est qu'un échauffement, je ne veux pas de blessé … Vous êtes prêt? Allez y!

Je vais vous prouver que les Colfud ne sont rien face à la puissance des Satsujin!

Yoroi fonça sur son adversaire, qui esquiva sans difficulté l'attaque du jeune homme. En un retourné très souple, Yoroi tenta un coup de pied au visage de Ygoru, que ce dernier para. Prenant appui sur son ennemi, Yoroi parvint à frapper Ygoru à l'estomac. Le Colfud s'éloigna promptement, surprit par cet attaque non retenu.

(Ygoru) T'es pas bien? Le prof' a dit que ce n'était qu'un entraînement!

(Yoroi, prenant une pose faisant penser à un félin) Amusons nous un peu, ok?

Yoroi repassa à l'attaque. Ygoru esquiva et se décida à attaquer. Fidéle au style Nekoka, Yoroi esquiva une à une les attaques et attendit son heure... mais son adversaire était aussi rapide que lui. Dés que Yoroi tentait une contre-attaque, Ygoru la paraît ou l'esquivait. Sentant ses forces s'amenuirent, Yoroi s'éloigna de son adversaire.

(Yoroi) Le Ryuken ... plus puissant que ce que je pensais.

(Ygoru) Ton Nekoka n'est pas trop mal non plus, Satsujin …

Son regard … il me prend enfin au sérieux. Je crois que je vais l'apprécier ce mec finalement.

(Ygoru) Malheureusement, tu ne fais pas le poids.

Les mains du jeune homme s'illuminèrent d'une faible lumière bleuté, à la grande surprise de Yoroi.

Qu'est ce q..?

(Professeur) Qu'est ce qu'il te prends?

Yoroi et Ygoru sursautèrent et se tournèrent vers leur professeur. Ils furent tous deux stupéfait de constater que ce dernier leur tournait le dos.

(Professeur) J'avais dit pas de blessé! Ina, améne là à l'infirmerie!

(Ina) Oui monsieur!

Un attroupement s'était formé autour de leur professeur. Yoroi et Ygoru se frayérent un chemin en usant de leur coudes … et trouvérent Haruka en train de se faire enguirlandé par leur professeur. L'adversaire de Haruka pleurait à chaudes lames, le nez brisé. Yoroi pouffa discrétement. Connaissant le tempêrament de la jeune fille, cette dernière n'avait pas pu s'empêcher de pulvériser le visage de minette de son ''équipière''.

(Haruka) Elle m'a traité de pétasse … Venant d'une nana dans son genre, c'est un comble non?

(Professeur) Ce n'était pas une raison pour la frapper ainsi! Tu resteras une heure en colle ce soir!

(Haruka) Je m'en fous de toute façon … Mon parrain est en mission donc bon.

Son parrain? Qui est ce? En tout cas, notre combat a été masqué par les conneries de Haruka...

La journée se termina sans nouvel accident. Sur le chemin de retour, Yoroi s'interrogea sur l'étrange lueur émise par les mains de Ygoru. Etait-ce cela, la véritable puissance du ryuken? Yoroi eût le pressentiment qu'il finirait tôt ou tard par le savoir. Lorsqu'il rentra chez lui, Katerina lui apprit que son frére était en train de s'entrainer dans son jardin et qu'il sohaitait que son jeune frére le rejoignent avec son ken. Lorsqu'il arriva dans le jardin, Yoroi découvrit Adato en pleine concentration face à un mannequin. Adato sauta en l'air et redescendit rapidement vers le mannequin en hurlant:

Inazuma Tsurigi, Kuushu Tan'pu!

Le mannequin fut tranché net en deux.

(Yoroi) Woh! Apprends moi frérot!

(Adato, rangeant son katana) Notre père t'apprendras cette technique lorsqu'il te jugeras prêt …

(Yoroi) Euh ...c'est à dire?

(Adato) Je n'ai apprise cette technique qu'une fois mon grade genin en poche...

(Yoroi) Je vois … (montrant son Ken) Et je présumes que nous devons toujours nous entraîner avec des Ken?

(Adato) Hum... Etant donné que tu pratiques le Ken depuis tes 13 ans, je pense que dans un an notre pére acceptera que tu t'entraînes à lame réel dans peu de temps … Ce n'est qu'une question de taille.

(Yoroi) De taille?

(Adato) Disons qu'un katana est bien plus lourd qu'un sabre en bois … Grandis suffisamment pour pouvoir le porter et je pense que notre pére donnera son accord.

(Yoroi) Je vois …

(Adato, se munissant de son Ken) En attendant, entraînes toi!

Durant les échanges avec son frére, Yoroi constata qu'il était encore loin du niveau de son aîné. Adato Satsujin, la fierté du clan et de son pére Angelus, était véritablement un modèle à suivre.

Adato, un jour, je serai aussi fort que toi!
avatar
Yoroi
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 15
Date d'inscription : 21/07/2009
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Académie de Chikara [RP]

Message par Invité le 21/9/2009, 22:09

Shangoku arriva sur l'île de Chikara un matin assez frisqué... Cette terre lui parraissait à vu d'oeil très chaleureuse et conviviale, ce qui devait être vrai vu son niveau d'intelligence or-normes.
Il déclina son identité à un chuunin pour qu'il le laisse entrer à l'académie. Le Kimany passa et ouvrit l'immense porte du lieu d'apprentissage. Derrière elle, se trouvait une grande foule d'étudiants attendant devant une salle.
Shangoku marcha jusqu'à cette cohue et il vu se qu'était marquer devant la porte entrebaillée : examen de passage pour devenir Genin.
Ce que le Kimany éspérait le plus au monde se trouvait devant ses yeux. Il était remplit de stress. Dès que le moment fut arrivé pour lui de passer cet examen, il franchissa la porte. Déjà beaucoup de jeunes ninjas étaient assis sur leur chaise et l'examinateur fit signe aux nouveaux de s'asseoir à leur tour.

L'examinateur leur donna un document à remplir sur le thème du ninjutsu. La fiche contenait une grande masse de questions en tous genres sur ce thème.
Shangoku visionna la fiche et parut soudain perdu devant ce questionnaire. Le Kimany remplissa cette fiche avec bien de mal pendant une heure, le temps accordé pour remplir le questionnaire.
Cet exercice fini, l'examinateur leur déclina une mission qui devait être accomplie pour la semaine suivante : chaque étudiant devait savoir moyennement maîtriser une technique au choix concernant leur affinité.
L'examinateur libéra les élèves dix minutes plus tard.
Shangoku pensa que cette mission était faite pour lui! En plus, cela lui permettait de moyennement connaître une nouvelle technique Raiton dans son répertoire. Le Kimany se sentait voler des ailes.
Sur ce, il pensait même avoir réussi le questionnaire. Shangoku se répeta dans la tête jusqu'en sortant de l'académie que son examen était dans la poche!
Pour l'instant et même définitivement, Shangoku habitait à Chikara avec ses deux frères!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Académie de Chikara [RP]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum