[Marine] Loro : Miracle : 1/999 999 999

Aller en bas

[Marine] Loro : Miracle : 1/999 999 999

Message par Iarwain le 18/3/2012, 15:53

Nom : Sohal.

Prénom : Loromin.

Age : 23 ans.

Description physique :
Loromin est un homme-poisson, et plus précisement, il est apparenté à l’acanthurus sohal. A l’origine, ceci est un petit poisson d’au maximum 40 cm. Petit donc, ce qu’on ne peut pas vraiment dire de Loromin. En effet, le haut de son crâne humanoide atteint bien le mètre 98. A part ça, un front, un nez, des yeux noirs, une bouche et des branchies. Les yeux sont un petit peu trop écartés, et la bouche ne ferme jamais complètement, mais l’ensemble reste facilement apparenté à des critères humains. La peau de couleur bleue foncée est très discrète en milieu marin. Et atrocement voyante en milieu terrestre.
A première vue, Loromon semble mince et athlétique, mais, en habitué des mers plutôt chaudes, il cache soigneusement son arme secrète : un peu de graisse au ventre pour lui tenir chaud. La nuit par exemple. Fréquemment –pour ne pas dire en permanence- habillé de vêtements amples et légers, c’est-à-dire un short et un poncho à rayures d’une multitude de bleus différents, cette tenue est adaptée à tous les milieux et tient chaud la nuit. Elle permet du moins selon son propriétaire une agilité hors du commun (+6, vous dira-t-il). Les mains à cinq doigts palmés sont de taille raisonnable, les jambes longues et les pieds normaux, selon des critères humains.

Description psychologique :
Dès sa jeunesse, Loromin s’est vu rabaché par sa chère mère-poisson-poule un tas de dictons de grand-mère, pour la plupart bidons. Celui qui l’a marqué le plus durablement est celui-ci : « Pas chaud donne bobo. ». Alors forcément, Loromin les ressort dans presque toutes les situations, ce qui lui donne une apparence un peu sentencieuse, meme s’il pense bien faire. Et puis, les rimes sont si splendides… De plus, Loromin, tout grand dadais qu’il soit, n’est pas très intelligent. Cela combiné à un caractère rancunier fait de lui un faux-sournois, ce qui ne l’empêche pas d’être aimable avec les gens. Un type qui pense faire des sournoiserie, alors que tout le monde voit clair dans son « ptit jeu » comme le lui répétait sa très chère tante. Il mit d’ailleurs cela rapidement sur la connaissance qu’elle avait de lui et n’hésite donc pas face à des etrangers pour lesquels il est, d’après ses propres mots, impassible et impénétrable.
L’homme-poisson est également excessivement maladroit en milieu non-marin, capable de casser un peu tout, de se cogner un peu partout. Véritablement un cas extrême, cela change du tout au tout dès que son environnement devient marin. Il se deplace alors gracieusement, rapidement, la quintessence de la nage subaquatique…sauf quand il oublie de tourner ou qu’un rocher n’a pas changé de place en deux secondes.
Enfin, Loromin est un geek. Il abuse donc des expressions consacrées de type « gg ». Cela vient surtout d’un jeu très populaire dans certaines sphères marines : CamBelt&Dragons. Dans ce jeu, le personnage doit survivre dans Cam Belt, trouver le donjon sous-marin, puis y vaincre les troupes de « dragons » qui sont des monstres marins. Resultat : superstitions absurdes basées sur les vetements qu’il porte (ouais ! +3 en défense !) et autres objets qu’il rencontre.
En situation de combat, cela depend des fois. En effet, parfois, Loromin est très concentré et planifie tout comme sur un plateau de CamBelt&Dragons, ou bien il est complètement à côté de la plaque (la majorité des cas…) et sa maladresse habituelle est décuplée.
Pour finir, Loromin est très possessif. Sur à peu près tout. Ce qui lui appartient, son espace vital, les murs de sa chambre…Gare à celui qui s’immisce sans permission en ces lieux de perdition, car si au debut Loromin expliquera gentiment la chose, en cas de répétition, il peut devenir complètement hystérique.

Fruit du Démon : N’en a pas et n’en aura jamais.

Armes et Style de Combat :
Etant dépositaire de la puissance caractéristique de son espèce, Loromin ne se repose que sur ses poings, sa résistance et très rarement son intelligence en combat. Pas grand-chose à retenir dans ce domaine, si ce n’est que sa bientôt légendaire maladresse s’y retrouve décuplée.

Camp : Marine.

Style : Flottant

Grade : Lieutenant.

Capitaine :
Illia Ella Vidna est une jeune femme de 19 ans fraîchement issue de la Marine Académie qui a également failli gagner ‘’A la recherche de la nouvelle Marine !‘’ à une vingtaine de places près (et a également oublié de se présenter à son audition de MarineStar). Fine pour son mètre soixante-dix, Illia a de longs cheveux bleus très sombres, de même que ses yeux qui tirent parfois sur le violet. Elle possède toujours avec elle un long katana d’un mètre cinquante de longueur environ, dans son fourreau noir. Ici dans son uniforme de la Marine Académie, elle porte le plus souvent des kimonos à motifs floraux de couleurs sombres.
Illia Vidna a toujours la tête dans les nuages, et une seule passion, la poésie. Elle sacrifie donc tout à son art (sommeil, repas, etc…), ce qui explique qu’elle soit sortie dernière de sa promotion. Le regard perdu dans le lointain quand elle récite ou improvise des vers, elle est très susceptible de se fâcher si on a le malheur de l’interrompre. Rectification, elle se fâchera systématiquement, pour avoir gâché ‘’un moment magique‘’ et sa colère pourra aller de la simple engueulade à des violences peu ragoûtantes.
Très bonnes capacités de combat au katana.
Spoiler:

Sergent :Krighris, fils de Lirghris, fils de Trikris, possesseur du Fruit du Demon de l'Ours Kodiak.
Pour la forme humaine : 1,65m, noir de poil, musclé, hargneux, violent, colérique, stupide... Totalement obsédé par les légendes du peuple de son île d'origine, son rêve et son seul objectif est d'accéder à la postérité en devenant un Héros, ce qui le conduira à terme au Paradis des Héros. A un amour de jeunesse sur son île natale, il attend de devenir un Héros reconnu et célèbre pour rentrer l'épouser et qu'ils continuent leurs aventures ensemble (ou qu'elle reste au pays pendand qu'il fait "des trucs de Héros").
Forme intermediaire : 2,45m de haut (le kodiak fait jusqu'a 3m de haut), jambes courtes, silhouette trapues, bras avec longues griffes, tete mi-humaine mi-ursine avec machoire prognathe (pour mordre) -> adapte pour le combat sur place, debout, la marche bipede est lente et pataude, possibilite de se deplacer a quatre pattes sensiblement plus vite (a la course, de l'ordre de 30 km/h sachant qu'un ours court a 50 km/h en gros). Plutôt bon au combat, surtout dans sa forme intermédiaire.

Troupes aditionnelles : 19 fantassins d'élite (fusil, pistolet, sabre) et la division Hachépée (HP -> Homme-poisson) constituée de 6 membres. (proportions hommes-femmes et races a definir)


Histoire du personnage :
Rien de particulier à raconter, pensai-je. Enfance tranquille dans un village sous-marin d’East Blue dont le nom était tout sauf intéressant, avec une famille nombreuse, et des oncles, tantes et cousins à foison. Tout un groupe d’autres enfant-poissons avec qui s’amuser. Tout allait bien. Ensuite, vers douze ans à peu près…non, deux jours après mon treizième anniversaire,
j’ai ouvert la boite de CamBelt&Dragons et lu les règles du jeu. Je l’avais reçu pour mon anniversaire de la part d’un oncle éloigné un peu fou, Rork. Bref, après les réjouissances de ma naissance et de celle de trois autres cousines qui etaient nées en meme temps, j’avais lu la notice. J’avais ensuite été subjugué et fis mes premiers pas dans le jeu.
Sûrement l’événement majeur de ma vie. Avec ma naissance, même si ca compte vraisemblablement pas. J’étais vite devenu très bon à ce jeu, d’ailleurs. A partir de mes 18 ans, j’avais pu participer aux championnats de CamBelt&Dragons. J’imagine qu’un autre événement a eu des conséquences majeures sur mon existence, mais je dois dire qu’il est tellement récent que je n’en mesure toujours pas toutes les implications.
Au fait, j’parle tout seul mais chui pas fou. Bon, peut-être un petit peu…C’est simplement ma façon de voir les choses. Une adaptation de la réalité suivant le prisme de mes idées.
Mais voyez plutôt le truc dont je parlais…

Post RP :
Bon, cette fois-ci, c’est décidé, je gagne ! Nan mais c’est vrai, quoi, chacun son tour. C’est déjà ma quatrième edition des championnats de CamBelt&Dragons, et chui toujours pas arrivé en finale ! Franchement, c’est scandaleux. Une telle poisse…Mais cette fois-ci, c’est la bonne ! Ouais, j’vais tout déchirer !
Et c’est ce qui se passa, me permettant, sans trop de difficultés, d’arriver en final. Mes adversaires étaient Otto le Maquereau, Manon le Thon et Martin le Requin. C’était d’ailleurs ce dernier le plus dangereux. Pas parce qu’il était un requin, hein. Il était gros, large, mal rasé et avait une tête de mal luné. Sauf que ça faisait treize ans qu’il gagnait systématiquement. La malédiction est sur lui ! En plus, quatre est mon
chiffre porte-bonheur, j’ai mon poncho marin plus 17 en chance et mon short à
plus 11. Il a aucune chance.

La partie commença tranquillement, Otto et Manon furent vaincus respectivement par Martin et moi. J’étais largement plus costaud que Martin, sur le plateau de jeu. Celui qui s’en sortirait serait le premier à acceder à la salle des tresors du donjon de CamBelt&Dragons, vraisemblablement.
Le premier à y arriver pourrait prendre trois trésors parmi l’amoncellement. Si j’y arrivais, je prenais la conque des dragons, la pique maudite et l’etoile du Plantanran, qui couplée a mon pâté de crabe et la spatule magique déjà en ma possession me permettaient d’achever mon adversaire en trois tours. D’ailleurs, il devait avoir à peu prês la même stratégie que moi, vu que c’était la meilleure possibilité. S’il arrivait avant moi, je n’avais qu’à prier d’avoir de la chance. Il engagea alors la conversation :
« Je sais ce que tu planifies. »
« Moi aussi. Et alors ? »
« Je te propose de pimenter un peu la chose. »
« C’est-à-dire ? »
« Rajouter une gageure. »
« …Ca dépend. »
« Bien entendu. »
« Tu proposes ? »
« Si tu gagnes, je te donne les trois premières éditions collector de CamBelt&Dragons. Editions avec pièces en ivoire, en granite marin, et en corail, plateaux en ivoire, le tout sculpté et peint à la main. »

Un cadeau d’une inestimable valeur. Faut que je gagne !
« Et si je perds ? »
« Tu quittes le pays, et tu t’engages dans la Marine. »
« Et vous croyez que je vais accepter alors que ce n’est qu’une question de chance ? »
« En fait, tu as déjà perdu. »
« Mais non. »
« On verra. Tu acceptes ? »
« De partir à tout jamais sur un coup de chance ? Non. »
« Pas à tout jamais. Ca ne prendra pas très longtemps. Quand j’estimerais que tu seras prêt, tu pourras revenir, et alors tu me battras. Tu auras besoin de ça pour mieux percevoir le monde, et donc le plateau de jeu. »
« Vous pouvez aussi ne jamais me laisser revenir dans le but de rester champion jusqu'à la fin de vos jours. »
« J’ai subi la même chose que toi. Pour moi, cela a duré un peu plus de trois ans. Ca durera moins longtemps pour toi, je pense. »
« N’empêche que… »
« Oui, c’est toi qui prends le moins grand risque. Tu ne te rends peut-être pas totalement compte de ce que représentent les trois éditions collector que j’ai en ma posses… »
« Tu les garderas pas longtemps. J’accepte. J’vais te mettre ta raclée. »
« Donc c’est à moi de jouer, c’est ça ? »
« Oui. »
« J’utilise l’hélice de propulsion, je tire six fois aux dés. Quatre, trois, un, six, six cinq. »

La guigne….
« J’arrive donc dans la salle du trésors, dans laquelle je ramasse trois objets et j’enclenche automatiquement la porte du donjon. Tu ne peux donc plus sortir. »
« Aucune importance. Je tire mes dés, vois-tu, et je pars très loin, où tu ne peux plus me rattraper. »
« Erreur. J’utilise la flûte des brumes, qui me permet de réutiliser un objet, sur l’hélice de propulsion. Je te rattrape sans aucun soucis. Ensuite, j’utilise le Sang de la Dragonne, qui fait apparaître le Dragon Fantôme furieux, qui, suite à mon utilisation du Coquillage de
Disparition, se retrouve seul en tête à tête avec toi. »

Hein ? C’est quoi cette combinaison ? Mais je suis seul avec le Dragon Fantôme qui a son bonus de furie ? Chui foutu…A moins que…
« Oui mais j’utilise mon Bouclier de la Banquise couplé au médaillon des volcans qui, en plus de repousser le Dragon, lui inflige d’importants dégâts : les deux tiers de sa vie. »
« Bien joué. Mais ce n’est pas tout à fait fini. Le dragon t’attaque, tu survis, et l’ampute du quart de ses HP totaux. »
« Tu vois, tu n’as aucune chance ! »
« En effet, tu es beaucoup plus puissant que moi. Mais le dragon, lui… »

Quoi ?! Attaquer le dragon sans arme ?
« La surprise ébahie sur ton visage précède de peu les pleurs de la défaite ! Vois plutôt. Le dragon n’a plus que le cinquième de ses forces. Seulement, affaibli par sa propre furie que j’ai provoquée, il lui en reste encore moins, et c’est de cela que tu n’as pas totalement tenu compte. Je l’achève et monte de sept niveaux. »
« Ce…C’est…C’est pas vrai ! »
« Si. A ton tour. »
« Faut que je m’enfuis, pas vrai ? »
« Je te rattrape inévitablement. »
« C’est vrai. Bien, plus que le coup critique, alors… »
« C’est vrai. »
« Voilà, que les dés soient avec moi…Oui ! Deux dés sur trois affichent six, et le dernier, cinq. Tu as perdu ! A MOI LES EDITIONS COLLECTOR !! JE SUIS LE CHAMPION !!! »
« Faux. »
« Hein ? Mais tu vois bien que… »
« Tu as oublié quelque chose. Je suis équipé de la Broche des Cieux, qui m’accorde plus 777 en chance. Ce qui veut dire qu’il fallait tirer trois six pour me vaincre. »
« La…La…Cette broche…C’était un objet nullissime ! »
« Ca dépend des situations. C’est ça qu’il faut que tu apprennes, à envisager toutes les possibilités, même les plus extrêmes. Bien, je te laisse dire adieu à ta famille, puis il va falloir tenir ta promesse. »

Je restai interdit. Le choc émotionnel, sans doute. Il m’avait bien eu, et dans les grandes largeurs, Martin ! Mais je veux pas quitter la famille…
« Tu n’as pas le choix, Loromin. Dis-toi que c’est une formidable opportunité d’apprendre… »
« … »
« Je sais que tu t’en fous, d’apprendre. Je suis par là aussi, à ton age. Ce n’est qu’un mauvais moment à passer. Et encore, pas si horrible que ça… »

Quelques instants plus tard, je mettais la famille au courant, la ribambelle de tantes, d’oncles, et de cousins. Ma tante préférée me dit alors :
« On a toujours su que ça finirait comme ça. Depuis que Rork t’avait offert ce jeu. Il était lui-même fou. C’est normal, et inévitable. A chaque génération, il y en a toujours un pour aller faire des siennes et mourir jeune. Il est mort rapidement, en fait, même s’il a tenu plus longtemps que les autres. Cette fois, c’est toi, c’est dommage… »
« Mourir jeune ? Aucune chance ! »
« Nous verrons. Essaie de revenir, même si les chances sont quasi nulles. »
« Apparemment, je vais pas trop vous manquer… »
« On s’y attendait, nous avons déjà fait notre deuil, en partie du moins. »
« Sympa… »

Et c’est ainsi que je me retrouvai dans la Marine. Passionnant, hein ?

Passons au présent maintenant, dans l’équipage de cette Miiyu et de son Onion HeadVIII.

Enfin, ça, c’était y’a longtemps. Maintenant, je fais partie d’un nouveau projet de la Marine qui a crée un genre d’équipes de soutien. Y’paraît.

_________________
Let's save Christmas !
avatar
Iarwain
Lord of Santa
Lord of Santa

Messages : 2106
Date d'inscription : 09/03/2008
Localisation : Laponie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum