Les aventures de Hakken

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les aventures de Hakken

Message par PejoPearl le 28/11/2009, 15:22

Prologue - La mort d'un shinobi

La douleur était une notion que j'avais oublié, le combat faisait rage tandis que moi, lentement, je disparaissais.
Le plan de bataille avait été bancale et par malheur je m'étais retrouvé en premier ligne, erreur de débutant lorsque l'on veut survivre.
J'étais désormais allongé sur le sol, une plaie béante en travers du torse pendant que le reste de mes compagnons d'armes finissaient le travail ou finissaient leur vie.

Je n'avais ni amis, ni famille, je n'avais jamais cherché à en avoir, je n'aimais pas l'époque dans laquelle je vivais. Être le plus fort, avoir du succès, devenir quelqu'un d'important pour le village, tout cela étaient des notions que je trouvais absurdes. En effet, les personnes qui valaient quelque chose étaient mortes dès leur premier combat. C'est bien connu, les courageux mourraient les premiers, seul reste ceux qui viennent après la bataille. Ma mort n'aura pas de grande conséquences, juste un nom à barrer de la liste des combattants, pas besoin d'enterrement ou de condoléances, mon corps ira dans une fosse commune avec le drapeau du village comment cercueil, sur ce point j'étais un bon shinobi.

Le temps s'écoulait et les cris de guerres disparaissaient pour laisser place aux râles de mort, la bataille devait être fini. L'avons nous gagné? Je n'en sais rien, en tout cas moi j'ai perdu ma bataille... ma bataille contre la mort, et comme tout vaincu j'allais désormais être oublié.


Dernière édition par PejoPearl le 29/11/2009, 15:38, édité 2 fois
avatar
PejoPearl
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aventures de Hakken

Message par PejoPearl le 28/11/2009, 16:02

Le sentiment de soi

Ténèbres...
J'occupe une surface, j'en suis convaincu, cependant je ne comprend pas où je suis.
Tout est noir, je sens que j'existe mais rien ne me le prouve à part cette sensation continuelle d'exister. Je me sens prisonnier, je n'arrive pas à savoir ce que je suis ni qui je suis. Seule ma pensée est là.

[...]
Rien, quel est cet endroit? Où suis-je? Pourquoi ce vide?
Je ne suis pas et pourtant j'existe, je n'existe pas et pourtant je pense.

[...]
Rien, toujours rien, encore rien, c'est à en devenir fou. J'existe mais je n'arrive pas à m'empêcher d'exister. Pourquoi avoir une conscience lorsque qu'il n'y a rien pour la projeter dessus?
[...]
Je pense, encore, toujours, indéfiniment, je n'arrive pas à m'en empêcher.
Que suis-je?


Dernière édition par PejoPearl le 29/11/2009, 15:39, édité 1 fois
avatar
PejoPearl
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aventures de Hakken

Message par PejoPearl le 28/11/2009, 16:02

L'aurore

Des voix?

- Qu'en est-il de celui-là?
- Toujours rien, cela fait maintenant plus de 2 mois qu'on l'a retrouvé sur le champs de bataille. Il est vivant, c'est certain, cependant il est dans un état de sommeil interminable.
- ... 2 mois? Tant pis pour toi, il fallait se réveiller. Demande à ce qu'il soit tué, on ne peut se permettre d'occuper un lit pour un légume.
- Mais la date limite est de 3 mois. Il peut toujours revenir à lui.
- D'autres on besoin de nos soins. Il en a reçu, c'était à lui de se sauver.
- Très bien.

Il existe donc bien d'autres consciences, je ne suis plus seul. Mais pourquoi ne me remarquent-t-ils pas? Quelle est cette conscience qu'ils veulent tuer? Pourquoi ne m'entendent-ils pas?

Le lit de l'homme se mit à bouger.

Une nouvelle sensation? Je me sens en mouvement mais cependant je ne peux pas bouger, je suis coincé. Mais si je bouge c'est que je possède une enveloppe, pourquoi je ne la vois pas. Serait-ce ce qui m'emprisonne. Mon corps serait ma propre prison? Serais-je l'homme qui ne se réveille pas? Serais-je celui qu'ils veulent tuer? Non, non, non, pourquoi? Pourquoi suis-je prisonnier, pourquoi? Réveille-toi, réveille-toi, réveille-toi !...

L'infirmière crut voir le patient bouger
- Impossible, c'est un légume.
Nouveau spasme chez le patient.
- Il est vivant, il va se réveiller.
Elle courut voir le médecin

- Des spasmes? En es-tu sure?
- Certaine. Regardez, il recommence

Ça y est, je retrouve mon corps, je vais enfin pouvoir quitter ces maudites ténèbres.

Le patient ouvrit les yeux.

- Bonjour, je suis le médecin de service. Comment vous appelez-vous? De quel village venez-vous?
Qu'est-ce qu'il me raconte? Où suis-je? Qui suis-je?
- Il a l'air de comprendre ce que vous dite. Est-il capable de parler?
- Je n'en sais rien. En tout cas il n'en a pas l'air. Remet-le dans sa chambre et veille sur lui.


Dernière édition par PejoPearl le 29/11/2009, 20:02, édité 3 fois
avatar
PejoPearl
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aventures de Hakken

Message par PejoPearl le 29/11/2009, 14:45

Le réveil fut douloureux, il avait du mal à se tirer des ténèbres dans lesquels il avait été si longtemps enfermé.
L'une des voix qu'il l'avait réveillé communiquait avec lui, ses yeux le brulaient bien que ses paupières étaient à demi-fermée, il avait dû mal à les soulever.

- Clignez des yeux si vous me comprenez.
Elle est marrante elle, j'arrive tout juste à les ouvrir et elle veut déjà que je les referme.
- Je m'appelle Fumiyo, je suis une infirmière à l'hôpital de Minato. Mais pour l'instant, vous allez vous rendormir, vous en avez besoin. Il faut que votre corps reprenne un rythme normal.

- Pas ... déjà ...

Puis cette voix si douce, si calme, si apaisante, se mit à chanter. Une berceuse. Pour lui. Mais n'était il pas un adulte? Pourquoi lui chantait elle une berceuse? Ha le calme.
Puis il se détendit. S'endormit. Rejoignit le pays des rêves et des cauchemars.


Dernière édition par PejoPearl le 29/11/2009, 15:41, édité 2 fois
avatar
PejoPearl
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aventures de Hakken

Message par PejoPearl le 29/11/2009, 15:27

Il se réveilla surement en fin d'après-midi. Il ne pouvait le dire, la luminosité de la pièce où il était ne lui permettait pas d'en avoir la certitude. Il ne savait pas qui il était, ni ce qu'il faisait ici. Mais il savait qu'il était dans un hôpital dans un lieux nommé Minato.

Le silence était bien pesant... Soudain, il entendit la porte s'ouvrir et quelqu'un entra...


Il vit apparaitre Fumiyo, les bras chargés d'un plateau repas bien rempli. Enfin, il allait pouvoir se remplir l'estomac, absorber quelque chose. Ce qu'il vit le fit saliver d'avance: du poisson, des fruits et légumes et même du fromage. Une fois rassasié, il s'interrogea sur la femme qu'il l'avait regardé mangé sans souffler mot. Elle était fine, avec un jolie visage. Rien qu'en la voyant on pouvait lire sur son visage que c'était une femme réservée et timide.

- Merci grommela-t-il, gêné d'avoir dévorer sans retenus ce qu'elle lui avait apporté.
- Au plaisir. Comment vous sentez-vous?
- Je ne sais pas. Engourdi surtout.
- Pouvez-vous me dire qui vous êtes et d'où vous venez?
-... Non

Fumiyo parut surprise. Pourquoi ne voulait-il pas révéler son identité? Encore un de ces shinobis dont l'identité doit rester secrète?
Le patient remarqua son trouble.

- Je ne peux pas vous le dire car moi-même je l'ignore. Je n'ai aucun souvenirs, à part celui d'être resté enfermé dans mon propre corps pendant ce qu'il me semblait être une éternité.
-... Très bien, je dois vous laisser maintenant. Reposez-vous, je repasserais pour le diner.


Dès qu'elle fut sortit, il partit en quête de souvenirs. Il savait qu'il était devenu amnésique, mais il espérait pouvoir retrouver des éléments de son ancienne vie. Il espérait de toutes ces forces, mais il espérait en vain.


Pendant ce temps, Fumiyo alla voir le médecin. Elle lui fit part de ses impressions.

- Je ne pense pas qu'il soit sincère. Ce n'est pas la première fois qu'un shinobi dont l'identité est tenu secrète joue au pauvre amnésique.

- Tu as raison, cela expliquerait pourquoi aucun des trois villages n'a cherché à le récupérer. Il devait être en mission tenu secrète et c'est fait avoir. Vérifie qu'il ne nous fait pas faux bon. Nous devons découvrir de quel village il vient pour envoyer la note de frais. J'essayerais de voir vers quel affinité son chakra est. Cela devrait nous aider. Pendant ce temps, envoie une fiche de lui au trois villages les renseignant sur son aspect physique et là où on l'a ramassé. Si c'est un shinobi secret, cela ne fera pas plaisir au village dont il appartient mais tant pis pour eux. Ils savent très bien qu'on ne soigne pas leurs pions gratuitement.
- J'espère que le village viendra vite le récupérer, parce que cela m'étonnerais que ce soit lui qui crache le morceau.
- Nous verrons...
avatar
PejoPearl
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aventures de Hakken

Message par PejoPearl le 29/11/2009, 20:36

A la recherche de son identité

Les jours passèrent sans qu'il ne recouvre la mémoire. Même pas un souvenir, pas un nom, rien.
Parfois, cet absence d'identité le mettait dans des états démentielles et il avait fallu l'attacher à son lit plus d'une fois.
A part Fumiyo, il ne voyait presque personne. Le rares autres contacts humains qu'il avait étaient les infirmières qui remplaçaient Fumiyo quand elle ne travaillait pas.
Un jour celui à qu'il devait la vie vint le voir, accompagné de Fumiyo.

- Bonsoir ...? Excusez-moi je ne connais pas votre prénom. Le médecin essayait par cette ruse de lui faire cracher son nom, chose que les infirmières n'ont pas réussi à faire depuis qu'il s'était réveillé.
- C'est normal, je n'en ais pas, et c'est pas avec vos question-piège que je vais m'en rappeler. Je l'ai déjà dit, je ne me souviens de rien. C'est si difficile à comprendre?
- Vous êtes d'humeur massacrante aujourd'hui. Ce n'est pas comme ça que vous allez perdre vos sangles.
- ...
- Vous devez comprendre que je suis dans une situation délicate. Vous êtes un shinobi que l'on a retrouvé à l'agonie sur le champs de bataille. Vous aviez une énorme plaie au milieu du torse et vous vous vidiez de votre sang. Quand les gardes vous ont amené dans l'hôpital personne ne pensait que vous vous en sortiriez et pourtant vous voilà encore vivant. Je suis celui qui vous a tiré des griffes de la mort. Vos soins ont couté énormément d'argent. Le fonctionnement de l'hôpital est de sauver toutes vies, quel qu'elles soient et c'est pour cela que nous sommes réputés comme les meilleures médecins du continent. Cependant lorsque l'on soigne un shinobi, nous envoyons la note de frais au village à qui il appartient. En fait peu m'importe votre nom, dite moi d'où vous venez et vous pourrez quitter cet endroit pour regagner votre patrie.
- Vous perdez votre temps, je ne suis pas un shinobi qui cherche à garder son identité secrète. Je ne me souviens tout simplement de rien, maintenant j'aimerais qu'on arrête de me harceler sur mon identité, je n'en ais plus et je compte pas m'en inventer une pour vous faire plaisir.
-... J'ai envoyé votre signalement aux trois villages de Yuukan, vous ne tarderez pas à regagner votre ancienne vie.
- Et si personne ne vient me récupérer, comment on fait, on me renvoie sur le champs de bataille avec une plaie béante? Je ne sais même pas ce que sont les trois villages de Yuukan dont vous me parlez, je ne sais rien, pouvez vous comprendre cela docteur? Je ne sais rien !

Suite à ces mots, il s'emporta à nouveau dans une nouvelle rage incontrolable. Il n'allait pas se faire détacher tout de suite.

- Et s'il disais vrai, s'il ne se souvenait absolument de rien?
- C'est une possibilité. J'ai examiné son chakra, impossible d'en tirer de quel village il vient. Je n'ai reconnu aucune des transformations de chakra propre à un village.
- Que fait-on alors?
- Parle lui de Yuukan, des villages et des évènements qui ont eu lieu ces dernières années. Il se peut que cela lui évoque des souvenirs

Sur ces mots, le médecin s'en alla, emportant avec lui une panoplie d'insulte de la aprt de son patient.
Fumiyo s'assit dans un coin de la pièce attendant que le patient se calme.

- Vous avez fini?
- Non, je ne trouve juste plus de mots à crier sans avoir à me répéter
- Je reviendrais quand vous serez plus enclin à parler
- Mouais forcément..., vous ne pouvez pas m'abandonner, vous avez besoin de moi pour toucher votre salaire de la part de mon "village"

Il prononça ces mots sur un ton de dégout.

- Je ne suis pas infirmière pour l'argent
- Alors pourquoi l'êtes vous? Pour harceler vos patients amnésique?

En gage de réponse, elle s'en alla.
avatar
PejoPearl
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aventures de Hakken

Message par PejoPearl le 29/11/2009, 22:12

Une fois calmé, Fumiyo revint le voir.
Elle le trouva, le regard fixé sur le plafond.

- Le docteur a dit que vous m'avez retrouvé sur un champs de bataille.
- Je n'y étais pas mais en effet c'est là que l'on vous a retrouvé.
- Je n'avais pas d'uniforme, de tenue spécial qui pourrait dire pour quel village je combattais?

Il prononçait ces mots d'un ton las et ne détachât pas son regard du plafond.

- Non, ils n'ont rien trouvé. Ni uniforme, ni arme, ni armure. On ne sait pas d'où vous venez.
- Pourquoi cette bataille?
- Il existe trois village dans Yuukan qui se battent pour la souveraineté de la région, il existe une haine profonde entre ces trois puissances militaires. Vous étiez surement un shinobi d'un de ces villages.
- Pourquoi combattent-ils? Pourquoi cette haine?
- Nous avons ici à Minato la plus grande bibliothèque et pourtant personne ne connait les raisons de cette guerre. Ni même les villages en question. C'est comme si cette guerre était naît en même temps que Yuukan.
- Les livres ne parlent de rien à ce sujet?
- Je ne sais pas. Peut être, mais personne ne fouille dans le passé, la dernière personne qui ait essayé est tombé sur des documents qu'un des village tenait à garder caché. Il est mort dans des circonstances douteuses peu de temps après, depuis plus personne ne fouille dans la bibliothèque et les personne y travaillant refuse l'accès à certains documents pour éviter d'avoir à s'occuper de corps.
- Pourquoi ne pas poursuivre les recherches? La fin de cette guerre peut se trouver dans un de ces documents.
- On dirait que personne ne souhaite vraiment la fin de la guerre. On peut dire qu'elle fait partie du quotidien.
- Et c'est tout? Ça ne dérange personne de voir les hôpitaux et les cimetières remplient?
- Si, bien sur, mais que voulez-vous qu'on fasse? Aucun des villages ne s'arrêtera et fouiller dans les archives entraîne une mort "accidentelle".
- Vous avez dis que vous m'avez retrouvé sur un champs de bataille. Pourrais-je voir l'endroit?

Tout en formulant sa demande il avait détaché ses yeux du plafond pour les planter dans ceux de son infirmière.

- Oui pourquoi pas. Mais il faudra d'abord terminer votre rééducation. Et si nous retrouvons à quel village vous appartenez, vous pourrez faire ce que bon vous semble.
- Sinon?
- Je ne sais pas mais nous n'en sommes pas encore là. Nous allons commencez votre rééducation demain.
- Pourrais-je avoir de la lecture? J'aimerais en connaitre plus sur le monde actuel.
- C'est une bonne idée, je vais vous chercher des livres à la bibliothèque. Je vous les apporterez demain durant votre séance de rééducation. Pour le moment, je dois y aller

Elle quitta la chambre quand soudain elle crut entendre un "merci" depuis le lit.

- Pardon?
- Rien...
avatar
PejoPearl
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aventures de Hakken

Message par PejoPearl le 29/11/2009, 23:33

Comme elle lui avait promis, durant sa première séance de rééducation, Fumiyo lui apporta de la lecture. Elle s'étonna de le voir si enjoué. Suite à la première séance le docteur lui avait confié que la rééducation du patient ne serait pas trop longue, un mois tout au plus.


Les jours passèrent et Fumiyo du retourner plusieurs fois à la bibliothèque pour assouvir les besoins littéraires de son patient. Elle commençait peu à peu à bien s'entendre avec lui depuis que ses sautes d'humeur avaient cessées. Ils en étaient même passé à la phase du tutoiement.


Un jour le docteur la fit venir dans son bureau. Il lui apprit que l'homme qui occupait un lit depuis maintenant trois mois n'avait été répertorié dans aucun village. Il était toujours évident qu'il soit un shinobi mais de quel village, impossible de le savoir. Suite à la bataille son village avait du l'abandonner en le considérant comme mort et ainsi il fut oublier de tous. Cependant il était surprenant que personne ne le reconnaisse, c'est comme s'il n'avait jamais eu d'amis ou de parents. Il chargea Fumiyo d'aller transmettre l'information à son patient.


- Je suis désolée...
-... Personne ne m'a reconnu, personne ne cherche à me revoir...
- Non, il ne faut pas penser ça
- J'ai du être un sacré enfoiré pour que personne ne se souvienne de moi.
-...
- Peux-tu me laisser?
- Oui bien sur, je repasserais ce soir.

Cela lui faisait mal au cœur de l'abandonner dans cet état, mais que pouvait-elle faire à part tenter vainement de le réconforter?



- Comment a-t-il réagis?
- Pas très bien. En même temps comment réagirions-nous si personne ne se souvenait de nous?
- On se morfondrais.
- Eh ben c'est ce qu'il fait en ce moment.
- Laisse lui un peu de temps, il ira mieux quand il m'insultera.
- D'ailleurs, il m'a demandé s'il pouvait retourner à l'endroit où on l'a retrouvé.
- Et?
- Pourra-t-il sortir?
- Non, vu qu'aucun village ne va payer ses soins, c'est à lui de nous rembourser. Il devra travailler ici pendant un moment.
- Il n'acceptera pas.
- Tant pis pour lui mais il travaillera quand même. De toute façon où peut-il bien aller?

Le docteur esquissa un sourire. Remarquant cela, Fumiyo s'irrita. Elle lui tourna le dos et parti.


Le soir, quand elle revint dans la chambre elle trouva un lit vide avec une simple lettre dessus. Un profond sentiment de tristesse l'envahit.
avatar
PejoPearl
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aventures de Hakken

Message par PejoPearl le 2/12/2009, 18:56

Un des gardes de l'hôpital rentra dans la chambre, il y trouva une femme lisant une lettre et versant quelques larmes.

- Excusez-moi, je vous cherchais. Le patient occupant cette chambre est venu me voir il y a quelques heures, il voulait savoir où est ce qu'on l'avait retrouvé. Je lui ai indiqué la position et il y est surement parti. Je voulais savoir s'il avait l'autorisation de quitter l'hôpital.

Fumiyo tenta de ravaler ses larmes.

- Non il ne l'a pas. Suivez-moi.

Le garde et Fumiyo allèrent au bureau du docteur, ils l'informèrent de la fuite du patient. Il fut décidé que le garde ira le récupérer. Fumiyo insista longuement pour accompagner le garde et l'argument de la possibilité que le patient soit blessé l'emporta sur le refus catégorique du médecin. Ils partirent à cheval une demi-heure après que Fumiyo découvrait le lit vide.


L'évadé de l'hôpital n'avait pas réfléchi à sa petite escapade. Il était passé cherché des habits à la salle de rééducation et était parti sans rien d'autre. Le garde lui avait dit qu'il lui fallait 2 heures pour regagner la rivière et 3 autres heures de marches en direction du Sud pour regagner l'endroit de sa première mort. Dans son état, il comptait 6 heures de marche pour regagner l'endroit. d'après ces calculs il serait là-bas à l'aube. Il ne se préoccupé du retour, la preuve est qu'il n'avait rien emmené à manger...


Il faisait nuit sombre quand Fumiyo et le garde quittèrent Minato. Yuukan était un endroit hostile la nuit et Fumiyo s'inquiétait des mauvaises rencontres que pouvait faire le fugitif. Le cheval rejoignit la rivière en une heure, de là, il longea la rivière pendant encore une heure jusqu'à que le garde le fit s'arrêter. Un corps flottait à la surface de l'eau. Fumiyo cria.
avatar
PejoPearl
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aventures de Hakken

Message par PejoPearl le 2/12/2009, 20:00

Une groupe de marchands itinérants venait de rencontrer un homme solitaire, fait bizarre. Chose encore plus bizarre était qu'il voyageait sans armes, sans argents et sans nourritures avec des vêtements rudimentaires. Les marchands lui proposèrent de passer la nuit avec eux, ils partagèrent le feu et la nourriture. Le doyen des marchands entama une discussion avec le mystérieux voyageur

- Tu as de la chance qu'on passait par là, je me demande comment tu aurais fait face au froid.
- Que font des marchands debout en plein milieu de la nuit?
- Surement la même chose qu'un voyageur sans tenue de voyage.

Le marchand sourit, il était un homme âgé mais pas vieux, voyageant depuis sa naissance. Il était du genre à aider son prochain et à lui rendre service.

- Nous voyageons la nuit parce que c'est là qu'on a le moins de chance de faire de mauvaises rencontres. Certes c'est le moment où les brigands font la loi mais ils sont beaucoup moins coriace qu'un groupe de shinobi cherchant à faire fortune. Et puis les monstres de Yuukan pour la plupart dorment la nuit. Actuellement, nous faisons une pause pour reposer les bêtes et demain à l'aube, nous irons vers Minato, près d'un village, les risques de se faire attaquer son minime. A vous maintenant, que faites-vous si tard.
- Je cherche... J'étais en train d'aller vers un ancien champs de bataille pour y trouver des réponses.
- Vous cherchez un proche parmi les morts?
- On peut dire ça.
- Restez avec nous jusqu'à l'aurore, si vous venez de Minato vous devriez être épuisé. Nous vous donnerons une tenue de voyage adapté et un peu de viande pour finir votre route.
- Je n'ai pas d'argent.

Le vieille homme se mit à rigoler. Il lui expliqua que pour le moment il ne travaillait pas et que c'était un cadeau pour fidéliser la clientèle.


- Ce n'est pas lui, surement un shinobi de Chikara qui a du tomber sur un groupe de gensouards.

Fumiyo se détendit. Jamais elle n'aurait pensé que la mort d'une personne puisse la réjouir.

- Continuons notre chemin


Une heure et demi plus tard, Fumiyo et le garde virent un feu. Ils songèrent à l'éviter prudemment quand ils virent des chariots. Ils en déduirent que c'était un groupe de marchand et allèrent à leur rencontre afin de voir s'ils n'avaient pas croisé un homme solitaire. Leur vœu fut exaucé, le fugitif était parmi eux.
avatar
PejoPearl
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aventures de Hakken

Message par PejoPearl le 9/12/2009, 16:15

Les Marchands

- Te voilà enfin...

Fumiyo se sentait mal à l'aise, elle ne savait pas pourquoi mais le fait de se retrouver avec son patient à ce moment précis était une situation inconfortable.
Le garde était exaspéré de lui avoir couru après et surtout il se sentait coupable de cette fuite, en effet c'était lui qui lui avait dit comment se rendre à cet endroit. De plus l'homme à qui il s'adressait ne le regardait pas, il se contentait de regarder le bois brûler.
Fumiyo reconnu cette expression, c'était la même qu'il avait lorsqu'elle lui avait annoncé que personne ne se souvenait de lui ou pire, ne désirait le revoir.

- Tu nous auras donner bien des frayeurs
- ... Vous m'en voyez navré

Un silence s'installa, les marchands autour d'eux sentaient un vent glaciale atour de ces trois personnages. C'est Fumiyo qui brisa le silence tout en surmontant son mal à l'aise.

- Je comprend que ce soit important pour toi d'y retourner mais tu aurais dû me prévenir
- Je sais très bien que je vous ne m'aurez pas laissé partir, si je voulais y aller c'était mon unique chance

Nouvelle brise...

- Je ne sais pas de quoi vous parlez mais arrêtez de vous chamailler. Venez vous assoir au près du feu et réjouissez vous de vos retrouvailles.

Effectivement il ne comprenait pas trop la situation, l'homme assit ne considérait pas les deux arrivants comme quelque chose de réjouissant. Cependant le garde et Fumiyo s'assirent et la bonne humeur chaleureuse du vieux marchand permis de briser l'horrible sensation glacé qui régnait quelques moments plus tôt. Il fallu augmenter la taille du feu au fur et à mesure que des marchands s'asseyaient pour profiter de la présence de ces trois voyageurs. Contrairement à ce que l'on pouvait croire, le garde de Minato était quelqu'un de très ouvert et il prenait beaucoup de plaisir à parler avec les marchands. Fumiyo profita d'un éclat de rire générale pour parler discrètement à son patient.


- Tu tiens toujours à retourner là bas?
- J'ai besoin de savoir... Cependant plus je m'approche du but, moins mon envie guide mes pas
- Tu ne veux pas apprendre que tu es un shinobi?

Durant son séjour à l'hôpital et à travers ses lectures, Fumiyo avait remarqué qu'il nourrissait une haine pour les shinobis, enfin pas envers les shinobis mais plutôt envers la guerre des trois villages. Il n'arrivait pas à comprendre comment on pouvait en arriver là.

- Non effectivement, l'idée d'avoir été un pantin ne m'enchante guère. Surtout si je risque d'en redevenir un.


La nuit passait lentement tandis que la gaieté envahissait le camp des marchands. Certains se mirent même à danser, d'autres à chanter. Le garde de Minato était aux anges. Le vieux marchand s'approcha de Fumiyo et de son protégé.

- Alors, c'est fini vos querelles? On dirait que c'est plutôt la phase des déclarations désormais

Fumiyo rougissait, lui n'oscilla pas, le marchand se mit à rire.

- Allez, je vous taquine. Votre arrivé m'a vraiment mit de bonne humeur. Racontez moi un peu d'où vous venez, je ne connais même pas votre nom

Cette requête ne lui était pas adressé, mais Fumiyo sachant que l'homme assit à côté de lui ne voulait pas parler de son passé notamment car il ne s'en souvenait plus, surmonta sa timidité et commença à parler d'elle.

- Je m'appelle Fumiyo, je n'ai jamais connu mes parents. Ma mère est morte lorsqu'elle me donna la vie et mon père était mort bien avant ma naissance à ce que j'ai cru comprendre. Je viens de Torikae et évidemment n'ayant pas eu de parents je me suis trouvé tout d'abord dans l'orphelinat du village et ensuite à la rue. Un médecin de Minato de passage à Torikae me prit comme protégée, il est aujourd'hui mon supérieur à l'hôpital de Minato. Il m'a tout appris et je lui dois beaucoup.

Le patient de Fumiyo savait déjà qu'elle devait tout au docteur qui le soignait cependant il fut surpris d'apprendre qu'elle était orpheline. Il pensait qu'en dehors de l'hôpital elle avait une vie de famille, peut être même déjà des enfants. En fait cela expliquait son caractère, elle était réservée, timide et d'une extrême bonté, elle devait trouver dans son travail à l'hôpital ce qu'elle n'avait jamais pu connaitre, une famille. Finalement, le docteur ne méritait peut être pas tout les noms d'oiseaux qu'il a pu lui donner.

- Et vous. Quelle est l'histoire de votre groupe de marchands?
- Nous sommes un groupe de marchands, depuis toujours. Nous sommes tous des descendants de parents nomades à part quelques exceptions. Je ne peux pas vous en dire énormément sur notre passé car d'une génération à l'autre, l'histoire de nos ancêtres c'est perdu, nous nous contentons de nous dire que nous sommes nés marchands et que marchands nous resterons. Nous voyageons entre les différents villages du pays pour vendre nos articles et profiter de leur hospitalité, cependant nous sommes surement les seuls à connaitre certains endroits de Yuukan
- Vous égayez ma curiosité

Le marchand rit encore une nouvelle fois. Avant de raconter quelques unes de ses bonnes vieilles histoires il demanda à un des voyageurs qui accompagnaient leur groupe de marchand de bien vouloir vérifier les pièges à monstres.

- Très bien, j'y vais
avatar
PejoPearl
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aventures de Hakken

Message par PejoPearl le 9/12/2009, 16:39

- La carte de Yuukan comme vous avez pu la voir est très imprécise et parfois même, complètement fausse. Il existe bien d'autres villages et populations et villages que vous ne pouvez l'imaginer. Cependant aucun de ces villages n'a de réel forces militaires, voilà pourquoi ils cherchent à rester dans l'ombre. Moins il y a de personne au courant, moins de bandits ou pirates les attaqueront. Les articles que nous vendons, d'où viennent ils d'après vous?

Fumiyo était surprise, elle n'aurait jamais imaginé qu'il y ait d'autres villages.
Le vieux marchands attira l'attention de tout le monde.

- Attention les yeux, voilà l'une des nombreuses marchandises que nous venons d'acheter au dernier village que nous avons visité

Il lança un peu de poudre dans le feu, d'immenses lumières en jaillirent pour former plusieurs images. Tout le monde applaudit, les trois voyageurs venu de Minato étaient captivés par cette magie.
Les discussions reprirent.

Une lumière jaillit autour du camps des marchands et l'engloba dans sa totalité.

- Un sceau d'annulation de téléportation. On nous attaque !

La panique prit d'assaut le camp.
Il couru vers une des carrioles et en sorti un parchemin, il l'activa et une nouvelle lumière jaillit mais cette fois ce fut du parchemin. Elle aussi engloba le camp.
Le vieux marchand criait pour attirer l'attention

- Je viens d'activer notre sceau de protection, il devrait tenir bon jusqu'à l'arrivée des shinobis du village Gensou, je vais envoyer une fusée de détresse. Pendant ce temps, que les enfants aillent se réfugier dans les carrioles. Que tout ceux capable de tenir une arme aillent s'équiper, la fête est finie.

Le garde de Minato rejoignit ses deux compagnons.

- Nous sommes piégés avec eux. Leur sort est le notre, cependant si vous avez l'occasion de fuir, n'hésitez pas. Dès que vous le pouvez prenez un cheval et rejoignez Minato. Pour le moment nous sommes en sécurité, nos vies ne sont pas encore menacé mais si Gensou tarde trop alors nous devrons affronter les brigands, faute de pouvoir utiliser les parchemins de téléportation. Quoiqu'il arrive je défendrais ces marchands, par contre vous, vous devez vous enfuir.

Quand il finit de parler une fusée verte partie du ciel et perça le ciel, le signale de détresse était lancé.


L'homme qui était en charge de vérifier les pièges à monstres s'était retrouvé à l'extérieur du sceau de protection. Il jura. Que devait-il faire désormais?
avatar
PejoPearl
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aventures de Hakken

Message par PejoPearl le 9/12/2009, 17:11

L'envoi du signal de détresse avait rendu le chef des brigands furieux.
La situation n'était pas catastrophique mais il refusait de laisser filer sa proie qu'il avait temps traqué auparavant. Ce n'était certes pas judicieux mais il n'était pas sans ressources.
Les marchands étaient loin de tout, le village le plus proche était Gensou mais il était bien à une demi journée de marche. Évidemment les Gensouards arriveraient en moins d'une demi-heure, le temps de capter le signal, de monter une équipe de secours d'urgence et de venir par téléportation. De plus comme c'était un signal de détresse venant de marchands ils ne seraient pas aussi efficace que si cela venait d'un des leur. Le chef des brigands savait que les villages shinobis rappliquaient beaucoup plus vite quand un appel à l'aide était lancé par quelqu'un de leur village, il basait toute sa stratégie dessus.

Il s'empara de la fusée éclairante rouge qu'il avait "emprunté" à un Chikarate. De toutes façon flottant sur l'eau de la rivière avec une flèche dans le cœur, ce dernier n'en avait plus l'utilité.
Il alluma la fusée et sourit. Chikara devrait arriver d'ici trois bons quarts d'heure, c'était dans les temps.

Il alla voir le maitre jutsu de son groupe.

- Il te faut combien de temps pour venir à bout du sceau?
- Un peu moins d'une heure je pense

Bien, tout se passait bien, à l'aube un violent combat aura lieu. Cependant, cela l'ennuyait quand même cette histoire d'appel à l'aide.
Il apprit que l'espion censé lancer le signal d'attaque et détruire les fusées de détresses avait lamentablement échoué.
Tout d'abord, le signal d'attaque n'avait pas été lancé par lui mais par un des stupides marchands et qu'en plus son espion s'était retrouvé à l'extérieur du sceau de protection quand il avait été formé.
Il mit la main sur l'espion.

- Qu'est ce que c'est que cette histoire? Pourquoi n'es tu pas à l'intérieur de ce foutu sceau? Pourquoi es-tu ici à l'affut de la moindre de mes pulsions meurtrières? Tu as intérêt à me donner une bonne explication si tu ne veux pas subir le même sort que ces marchands.
- Calme toi. Ces imbéciles ont envoyé le signal d'attaque eux même pour impressionner des voyageurs venu de Minato. Ils l'ont fait quand je devais vérifier les pièges à monstres. J'ai essayé de regagner le camps le plus vite possible mais tu avais déjà lancé l'attaque et je me suis retrouvé dehors.
- Ahahaha, tu es pas vraiment doué pour un espion. Un mois que tu gagnes leur confiance pour que finalement ils t'abandonnent à la première occasion. A part cette erreur tu as fais du bon travail. J'ai encore une mission pour toi, cette fois l'échec est intolérable sinon s'en est fini de nous.
avatar
PejoPearl
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aventures de Hakken

Message par PejoPearl le 6/1/2010, 17:06

Le garde de Minato n'en croyait pas ses yeux. Comment un simple groupe de brigands avait-il pu se défaire de deux équipe d'intervention shinobi? La flamme d'espoir qu'il eut quand il vit arriver les gensouards arrivaient s'était complètement éteinte. Ces brigands n'étaient décidément pas des amateurs, loin de là.
Éliminer vingt shinobis pour des personnes comme eux étaient tout simplement impensable, ils avaient beau être une bonne cinquantaine, ils ne pouvaient absolument pas rivaliser contre des shinobis. Et pourtant, ils l'ont fait.
Le garde regardait autour de lui, tout le camp de marchands était en état d'alerte, leur unique chance de survie venait de se faire décimer sous leurs yeux. Au milieu du camp, le garde vit celui qu'il l'avait fait se retrouver ici même, comme le garde il était dépité. C'était impossible, ce qui venait de se passer était inimaginable.

______________________________

- Tout c'est déroulé comme prévu, tu as fait du bon travail cette fois.
- Quel exploit, dommage que si nous le répétions on nous enverrais au bout de la corde
- Encore que..., tu peux toujours aller t'en venter à Mahou

Les deux hommes se mirent à rire.
Fin stratège, le chef du groupe de brigand était un homme minutieux qui ne laissait jamais de détails au hasard. Il chercha le maitre jutsu renégat qu'il avait recruté quelques mois plus tôt. L'homme qu'il cherchait avait une blessure profonde sur la cuisse. En le rejoignant il brulât ce qui semblait être des appâts à monstre

- Remet-toi au travail!
- J'ai du mal, avec la douleur que me cause ma blessure me concentrer n'ait plus chose facile
- Ne serais-tu pas en train de me dire que cette égratignure va t'empêcher de m'ouvrir les portes de l'Eldorado?
- Il me faut juste un peu plus de temps, de toute façon ils ne peuvent plus rien contre nous

C'était trop tard, de la poudre était maintenant sur sa jambe, il vit la flamme y mettre feu.
Il criât à s'en déchirer la gorge.

- Voilà, maintenant tu n'as plus à te concentrer sur ta blessure. Fais ton boulot!

Les marchands n'avaient pas les poches vides. Pour le chef des brigands, rien ne devait empêcher cette opération de s'achever, après ce serait de douces vacances pour chacun d'eux.

______________________________

Le garde de Minato le fit sortir de ses rêveries. Il n'arrivait toujours pas à croire ce qu'il venait de voir. Comment peut-on en arriver à ce genre de chose? Par quelle stupidité le monde s'est retrouvé dans cet état? Il se remémora ce qu'il venait de voir, comme pour vérifier si ce n'était pas un rêve.

Ils avaient été attaqué, un sceau de défense avait été érigé autour du camp et une fusée de détresse avait été envoyé pour prévenir Gensou. Quelques instants plus tard, une autre fusée partit mais cette fois depuis la position des brigands. Dans un premier temps, personne ne s'en souciait, certains se demandaient si les brigands ne tenaient définitivement plus à vivre. Le calme avait regagné le camp et chacun se préparait à la suite des évènements.
Une équipe de Gensou arriva une vingtaine de minute plus tard, ils s'étaient fait attendre mais la situation n'avait rien de grave, maintenant qu'ils étaient là, le camp était sauvé. Cependant un second sceau de protection avait été déclenché depuis l'avant poste des brigands. Ils s'enfermaient eux même, leur fin était proche, tout était perdu pour eux. Cependant les choses se sont compliquées, le sceau de protection des brigands aurait dû être brisé en quelques instant, une dizaine de minute tout au plus. Cependant des monstres des plaines attaquèrent le groupe gensouard, les monstres semblaient enragés. Les gensouards n'eurent aucun soucies à les éliminer cependant le nombre important de ces monstres empêchait le groupe de se concentrer sur leur mission de sauvetage.
Soudain, quand le dernier monstre fut tué, une équipe chikarate arriva. Cela sonna le début de la fin. Les deux chefs d'équipe réglèrent le malentendu de façon rapide et plus ou moins amiable, cependant une énorme tension pesait sur le futur champs de bataille. A priori les chikarates avaient été dupé par un faux signal de détresse et étaient donc venu dans l'optique de tuer quiconque sur leur route, négocier avec eux n'avait pas du être chose facile pour le jouinin gensouard. Cependant il fut décidé que Chikara n'avait rien à faire ici et qu'il devait quitter les lieux en laissant le soin à Gensou de s'acquitter de sa mission.
Tout se passait bien lorsqu'un Shaken venant de l'escouade gensouarde tua un des chikarates. Les gensouards n'eurent pas le temps de comprendre que les chikarates fonçaient déjà venger leur équipier. Un violent combat s'engagea donc entre les deux fractions rivales. Lorsque le combat toucha à sa fin, les brigands en profitèrent pour tuer les survivants. Comprenant toute la ruse, les deux shinobis restant se défendirent du mieux qu'ils le purent, mais à deux blessés contre cinquante, ils réussirent juste à en blesser le plus possible. Des vingt-et-une personnes qui se battirent, seul un était encore vivant. En regardant bien, tout le camp des marchands reconnut l'un des leur, c'était celui qui avait lancé le Shaken, celui qui s'occupait des pièges à monstres depuis presqu'un mois, la personne qui les avait supplié de rejoindre leur groupe de marchands. Il était là, riant de ce qui venait de se passer avec ses vrai compagnons de voyage.
avatar
PejoPearl
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aventures de Hakken

Message par PejoPearl le 7/1/2010, 22:48

- Comment peut-on en arriver à de telles situations?
- Ben, c'est le monde dans lequel on vit, on y peut rien. Maintenant prend cette lance et fuis avec Fumiyo dès que tu le pourra! Le sceau ne tiendra plus longtemps
- Ce monde est pourri
- Tu philosopheras plus tard, contente toi de faire ce que je t'ai dis

Au contact de la lance, un sentiment étrange l'envahit. Il avait l'impression de déjà savoir comment s'en servir, c'était désormais limpide pour lui, il avait été l'un de ces stupides shinobis.


Le chef du groupe de marchand monta sur une charrette pour être vu de tous. Bien que la panique était présente dans chacun des condamnés, les esprits se calmèrent pour la dernière intervention du doyen.

- Mes chers amis. Inutile de vous faire un long discours sur nos chances de survie. Que ceux capable de se battre le fassent, cependant qu'ils ne se battent pas comme des bêtes non! Qu'ils se battent afin de laisser une chance aux personnes qu'ils chérissent de pouvoir s'enfuir. Minato n'est pas très loin, si nous réussissons à leur infliger suffisamment de pertes, ils ne pourront pas faire main mise sur notre bien le plus précieux, nos familles! Peu m'importe que la marchandise soit pillée ou que notre commerce s'arrête ici car il y a une chose qui restera immortel dans mes pensées et cette chose n'est autre que ma seconde famille dont chacun de vous en est membre. Je ne vous oublierais jamais et votre souvenir demeurera pour moi le plus précieux des biens parmi tout ceux que j'ai pu posséder. Ces brigands attendent que le sceau se brise et que vont-ils voir? Un groupe de marchand effrayé à l'idée de mourir? Non! Ils ne verront que la liberté et des hommes libres, ils verront que vous et moi sommes capable de tout! Pour nos êtres chères, pour les moments que nous avons partagés ensemble, mes amis, partageons ensemble ces derniers instants!

Un sentiment de rage envahit l'assemblée, chacun se prépara. Le camp était désormais prêt à faire son ultime voyage. Tout les chariots avaient été positionné face à la position des agresseurs. La tension montait, les assaillants étaient impatient certains criaient, frappaient leur bouclier avec leurs armes, tapaient le sol des pieds. Un tremblement de terre, voilà ce qu'on ressentait à l'intérieur du sceau. Plus un bruit ne se faisait entendre dans le camp, des gouttes de sueur perlaient sur les joues des braves marchands, le temps même semblait retenir sa monotone respiration. Soudainement la couleur rosée réconfortante qui englobait le camp se fissura et tomba comme de la glace, le sceau de protection venait de se briser. Ce fut le coup de canon du départ de la course entre les brigands sanguinaires; la récompense à l'arrivée était d'être le premier à faire couler le sang.
avatar
PejoPearl
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aventures de Hakken

Message par PejoPearl le 23/1/2010, 18:44

Comme il l'avait prévu l'assaut s'avérait lent et épineux. Un mur composé de chariots avait été érigé rendant l'assaut difficile. De l'autre côté les marchands utilisaient des lances pour maintenir les brigands à distance. Cependant les marchands étaient sans expériences des combats contrairement à ses hommes qui connaissaient bien leur travail. L'endurance sera la clé de cette bataille.
La hargne des marchands étonnaient tout de même le guerrier aguerri. A ce rythme les pertes risquaient d'être élevées même dans son camp. Mais bon, plus ils dépensaient de l'énergie à se prendre pour des combattants, plus vite le combat sera terminé.

- Les cavaliers sont en position, ils attendent votre signal.
- Du mouvement chez les marchands?
- Non, toujours rien
- Mais qu'est-ce qu'ils attendent? Chercheraient-ils à tous mourir ou sont-ils naïfs au point de croire en leur victoire.

Le chef s'avança et donna des instructions à ceux rester en retrait.

- Que le vrai combat commence!

______________________________

- Regardez bien la situation! Ils cherchent à nous avoir par la fatigue, vous n'avez aucune chance de gagner.
- Pourtant leurs assauts ont l'air de moins en moins soutenus, nous n'avons même pas encore perdu du terrain.
- Cela fait parti de leur tactique, ils cherchent à vous mettre en confiance avant de frapper un grand coup.
- Et moi je crois qu'ils nous ont sous-estimé
- Au moins laissez le reste du groupe s'enfuir
- Et si nous gagnions? Pourquoi leur faire courir le risque de se faire attaquer par d'autres brigands alors qu'ils sont en sécurité ici?

Le garde s'emporta

- Vous pensez vraiment que votre petite groupe de pécore va réussir là où une vingtaine de shinobi surentrainés ont échoué? Ils savent ce qu'ils font, ils le savent depuis le début! Cela doit faire des mois qu'ils vous surveillent attendant la meilleure opportunité pour attaquer, et le moment est venu. Maintenant écoutez moi bien, il faut qu'un petit groupe de vos soldats fassent diversion en s'enfuyant en direction de Minato, ensuite envoyez les fuyards dans la direction de Torikae, c'est leur seule chance de survie
- Je ne diminuerais pas notre défense de dix hommes, je n'enverrais pas nos familles s'enfuir et encore moins en direction de Torikae quand Minato est si proche. Rend-toi compte des âneries que tu profères. Si je t'écoutais, notre mur tomberais sous leur nombre, nos familles se feraient tué entre ici et Torikae et les dix personnes qui sont utiles ici se retrouverons bêtement à Minato. Maintenant, combats ou enfuies toi, mais je ne veux plus avoir à faire à toi. La fête est finie

La lame du garde était désormais sous la gorge du vieux marchand.

- Faites ce que je dis! Le ton de sa voie reflétait ses convictions, ni violences, ni menaces, ni doutes, juste un ordre.
- Allons mon garçon, tu crois vraiment que prendre ma vie est la bonne solution? Et puis comment je fais pour te croire alors que tu pourrais très bien faire parti des ennemies. Qui mes dis que tu ne cherches pas à envoyer nos familles dans un autre de leur guet-apens?

Trois lances entouraient maintenant le jeune garde.
La lame menaçant du garde retourna dans son fourreau.

- Faits ce qu'il te semble bon, mais je ne te laisserais pas mettre ce camps en péril avec tes stratégies douteuses. Maintenant hors de ma vue!

Le garde s'éclipsa, il n'en avait pas encore fini.
avatar
PejoPearl
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aventures de Hakken

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum