[Mahou] Hrungnir Thrudgelmir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Mahou] Hrungnir Thrudgelmir

Message par Kentaro le 21/5/2010, 23:25

Nom : Thrudgelmir
Prénom : Hrungnir
Âge : 18 ans
Village : Mahou

Affinité(s) : Gênes défaillants

Description Physique : Hrungnir mesure un mètre quatre-vingt-quinze. Il est large d’épaule et possède des muscles noueux. Il a le teint pâle, le visage carré et de longs cheveux d’un blond presque blanc qui lui descendent jusqu’au bas du dos. Ses yeux sont dorés et sont légèrement luminescent au repos. L’intensité de cet éclat est directement liée au chakra qu’il malaxe, et s’accroît donc lorsqu’il se bat.

Hrungnir exsude une assurance inébranlable par chacun des pores de sa peau, et qui transparait dans chacun de ses gestes. Son incommensurable confiance en lui est comme un sceau gravé sur son visage.

Il est torse nu, mais des lanières de cuirs cloutés sont enroulés le long de ses bras, jusqu’aux épaules, laissant ses doigts nus. Il porte en plus un large pantalon noir, avec une grosse ceinture cloutée, ainsi qu’une solide paire de bottes de cuir, à semelle d’acier. Il porte un ample manteau noir, en tissu, sans manches, qui descend jusqu’aux pieds et est renforcé par des lamelles de cuirs semi-rigide au niveau des épaules.

Description Psychologique : Hrungnir fait preuve d’une confiance en lui absolue, qui confine quasiment à l’arrogance. Il ne doute jamais et ne s’angoisse pas pour grand-chose.
Il fait preuve d’un calme olympien, ne s’inquiétant pas pour les choses qui lui échappent, et ne voyant aucune raison de s’inquiéter pour les choses sur lesquelles il peut influer.

Hrungnir croit fermement au Valhala, et est secrètement persuadé que ses parents l’y attendent. En conséquence, non seulement il ne craint pas de mourir au combat, mais en plus il le recherche ardemment. Il ne refuse jamais un combat, d’autant plus si l’adversaire est plus fort ou plus nombreux. Les mots retraite ou abandon n’ont jamais fait parti de son vocabulaire, et lui sont des concepts aussi étrangers qu’incompréhensibles : les lâches n’ont aucune chance d’accéder au Valhala.

L’autre raison pour laquelle Hrungnir adore se battre est bien plus prosaïque : depuis qu’il ne peut plus suivre l’entraînement de son maître, il s’ennuie ferme. Le combat est la seule chose capable de faire naître en lui une joie sauvage et une excitation sans borne. Il ne trouve pas vraiment de plaisir à autre chose.

Enfin, en tant que descendant des fiers guerriers nordiques et en tant que pratiquant des Arts Martiaux, rien n’insupporte autant Hrungnir que les gros nuls qui utilisent leurs techniques sur bien plus faibles qu’eux. Lui-même n’utilise jamais les siennes lors des simples rixes de bars auxquels il participe, et se fait fort de pourrir ceux qui ne partagent pas son point de vue.

En dehors de ces petites particularités, Hrungnir est un ripailleur qui n’aime rien tant que manger et boire –surtout si ça peut déboucher sur une petite rixe de bar. Il est plutôt d’humeur agréable –voire joyeuse, avant ou après un combat– et fait toujours montre d’un optimisme forcené. Bien qu’il bougonne et râle régulièrement, il ne s’énerve que rarement pour de bon, bien qu’alors il soit difficile de le calmer.

Bien qu’il ne soit pas plus bête qu’un autre, Hrungnir se prend rarement la tête et raisonne souvent de façon simple et pragmatique, notamment parce que cela à l’indéniable avantage d’aboutir à des solutions musclés pour bon nombre de problèmes.

Biographie : Hrungnir a été retrouvé parmi les décombres de ce qui fût un convoi en partance pour Koori par Kain, un junin de Mahou, retiré du service actif. L’ermite soigna le garçon et le garda avec lui, l’élevant et l’éduquant, et lui enseignant ses connaissances des Arts Martiaux du Roi-Démon.
Les années passèrent, et le gamin grandit paisiblement dans les montagnes. Malgré la vie d'ermite de son mentor, Hrungnir ne fut pas complètement coupé du monde, Kain faisant régulièrement le plein de provision dans le village voisin -dont il écartait les principales menaces.
Lorsque le jeune homme atteignit la majorité, Kain lui expliqua que sa vie loin du monde des hommes l'avait empêché d'acquérir «quelque chose» d'essentiel, qu'il devait découvrir et apprendre par lui-même, et qu'il ne pourrait pas apprendre en restant à ses côtés. Par ailleurs, ce «quelque chose» était vital pour qu'il puisse continuer à le guider sur la voie des Arts Martiaux du Roi-Démon. Kain confia alors à son protégé qu'il lui fallait rejoindre la civilisation pour obtenir ce «quelque chose». Malgré plusieurs questions, l'ancien shinobi refusa de dire la nature de ce «quelque chose», certifiant au jeune homme que lorsqu'il l'aurait trouvé, il le saurait tout de suite. N'ayant guère le choix, Hrungnir accepta, persuadé que tout cela ne serait l'affaire que de quelques jours.
Kain donna une lettre de recommandation à Hrungnir, à l'intention d'Ashitaka, l'un de ses anciens compagnons d'armes, et le jeune homme rejoignit l'escorte d'un marchand en route pour Mahou.
Sur place, Hrungnir fut accueilli par Ashitaka, qui le logea et l'introduit à l'académie, ou le jeune homme décrocha son diplôme de genin.
Après quelques missions sans grand intérêt, que Hrungnir foira lamentablement, peu motivé par les promenades de chiens et les désherbages de jardins, le belliqueux genin fut assigné aux troupes de renfort pour Arasu.

Projet d’avenir :
- Rejoindre le Valhala au terme d’un combat grandiose.
- Trouver ce qui lui manque, ce dont il n'a pas la moindre idée mais que Kain lui assuré que lorsqu'il l'aura trouvé, il le saura tout de suite. Une fois fait, retourner auprès de Kain pour poursuivre son entraînement.

Équipements :
Son poing dans ta gueule !
Hrungnir ne possède ni armes, ni projectile, ni parchemins explosifs, ni aucun équipement que ce soit.

Aptitude au combat :
Les capacités physiques de Hrungnir se situent légèrement au-dessus de la moyenne, hormis sa vitesse tout à fait banale. Sa résistance est par contre nettement supérieure à la moyenne.

Sa réserve de chakra est plutôt faible, mais ça ne le dérange absolument pas puisqu’il ne sait pas pratiquer le moindre jutsu. Il est incapable de marcher aux murs ou sur l’eau, mais sait sauter particulièrement haut, étant doué pour le renforcement physique.

Hrungnir est une quiche pour dissiper les Genjutsus, et sa stratégie se résume généralement à trouver et aplatir l’auteur. Mais il n’est pas plus mauvais qu’un autre pour les déceler, et est plutôt doué pour s’en accommoder quand il en est la cible. Il ne maîtrise pas les Kaï.

Hrungnir se bat constamment au feeling, sans planifier grand-chose à l’avance, ni se soucier particulièrement de son environnement. En ce sens, il est donc facile à piéger. Par extension, il est devenu un dur-à-cuir qui ne se laisse pas mettre facilement hors-jeu.

Au combat, Hrungnir ne connaît ni le doute, ni la peur. Il se bat à fond et profite au maximum du combat, peu lui importe qu’il l’emporte ou soit en train de se prendre la dérouillé de sa vie. Hrungnir ne connaît pas les mots retraite ou abandon et se bat jusqu’à ce que lui ou son adversaire soit vaincu. Il ne recule pas devant un ennemi plus puissant ou plus nombreux, persuadé au contraire que cela lui ouvrira les portes du Valhala.
Hrungnir ne cherche pas à se préserver outre mesure lors d’un combat, encore moins si cela lui donne l’occasion d’en placer une bien bonne dans la tronche de son adversaire.

Hrungnir a grandi dans la nature et a aiguisé ses sens à ce contact. Il est très observateur, et est plutôt doué pour suivre une piste.

Répertoire de Techniques :

Les Arts Martiaux du Roi-Démon
Âgée d'à peine quelques siècles, cette école pratique un style de Taïjutsu issu du Gôken Migite. Traditionnellement, les maîtres ne dispensent leur connaissance qu'à un disciple à la fois, ce qui explique qu'il n'y ait guère plus d'une poignée de pratiquant dans tout le Yuukan.

Sous sa forme basique, cet Art Martial se décompose de façon très simple : il utilise les jambes presqu'exclusivement pour le déplacement, de même qu'il n'utilise quasiment que les bras pour frapper. Bien que cette stratégie puisse sembler simpliste, elle reste néanmoins très efficace.

Sous sa forme plus poussée, les Arts Martiaux du Roi-Démon repose essentiellement sur la maîtrise du chakra interne, et une manipulation très précise du renforcement musculaire. C'est ce qui leur permet par la suite de pouvoir utiliser leurs techniques particulières.

Sous sa forme aboutie, les techniques de cet Art Martial exploite l'impact et les ondes de chocs qui en résultent. Par le biais de leurs aptitudes en renforcement, les pratiquants sont capables d'amplifier ou de concentrer à l'extrême l'impact de leurs coups, faisant d'eux des adversaires redoutables.

Les techniques des Arts Martiaux du Roi-démon demande donc du chakra pour être effectué convenablement. Néanmoins, ne nécessitant que du renforcement physiquement, le coût est moindre qu'un ninjutsu ou genjutsu de même niveau, bien que plus éprouvant pour l'organisme.

~Hormis le dôjutsu, toutes les techniques qui suivent sont des techniques. Bien que Hrungnir y ait recourt régulièrement au combat, ce ne sont pas ces techniques d'attaques basiques. Grosso-modo, sa réserve de chakra -et son aptitude physique- lui permettent d'utiliser une douzaine de fois ces techniques au cours d'un combat.~

L’œil flamboyant : Ce dôjutsu n’est plus qu’un vestige dégénéré hérité des temps anciens, sans plus de pouvoir. Il continue néanmoins de briller, avec une intensité reflétant directement la quantité de chakra brassé par Hrungnir.

Blocage : Hrungnir est parfaitement à l’aise face aux armes. S’il a ses deux mains libres et n’est pas pris au dépourvu face à une attaque "normal", il a de très bonne chance de parvenir à bloquer solidement l’arme entre ses deux mains.

Poing du Démon : Hrungnir frappe de façon a amplifié l’onde de choc de son attaque, augmentant la zone de dégâts de son coup. Ceux-ci restent néanmoins de « surface ». En fait, c’est comme si l’adversaire était frappé par un poing plus gros et plus violent [Genre par un gros marmule de 2m15 120kg, alors que Hrungnir n'a pas le gabarit associé].
Il n’y a pas de signe avant-coureur pour discriminer cette attaque d’une attaque lambda.
Cette attaque est exécutée sous la forme d’un coup de poing (tout type, sauf revers).

Charge Démoniaque : Hrungnir couvre en une fraction de seconde une distance de jusqu’à dix mètres.
Le départ doit être arrêté, sur une surface solide (ni eau, sable, boue, etc…) et Hrungnir ne peut progresser qu’en ligne droite, devant lui.
En cas de sol fragile (plancher d’un étage…), il existe un risque non négligeable de passer au travers au moment de déclencher la technique.
Bien qu’il ne puisse porter un coup dans le même mouvement, il peut tout de même arriver en position pour frapper.
Cette technique laisse un cratère d’une quinzaine de centimètres de diamètre au niveau du point de départ, avec une profonde empreinte du pied gauche au centre. Le déplacement provoque un bruit semblable au roulement du tonnerre.


Dernière édition par Hrungnir le 20/3/2011, 00:20, édité 6 fois
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Mahou] Hrungnir Thrudgelmir

Message par Kentaro le 21/5/2010, 23:26

Ci sera un jour un ch'tit descriptif des pnjs très récurent/important de Hrungnir. Normalement. Peut-être... Un jour...
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum