Gensou, village caché de la cascade [RP]

Page 1 sur 14 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Shimaru le 11/3/2008, 20:58

Voici le topic où vous devez poster tous vos RP lorsque que n'êtes pas en mission.

Gensou est un important village Shinobi se situant à l’est de Yuukan en particulier spécialisé dans le domaine tant redouté du Genjutsu. L’entrée est en réalité cachée par une gigantesque cascade, le village est traversé par plusieurs rivières plus ou moins grades et non loin de ce dernier se trouve un marais. Ce même marais est séparé en trois secteurs : le secteur déconseillé, le secteur interdit et le secteur oublié. Le symbole représentatif du village caché est une sorte de flèche ressemblant à une cascade.

avatar
Shimaru
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 1246
Date d'inscription : 05/03/2008
Age : 25
Localisation : Gensou

Voir le profil de l'utilisateur http://laplume-rp.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Elwinar le 14/3/2008, 21:12

[HRP : Comme j'avais pas encore fait beaucoup de RPs, je les remets tous ...]

Bon, maintenant que je suis officiellement genin, j'ai plus le choix, il va falloir que je fasse quelques missions. Peut-être qu'ils me mettront en équipe avec quelqu'un de sympa.
Sans me presser, je pris le chemin du bâtiment administratif dédié aux missions. Devant les tables de répartitions se tenaient déjà quelques ninja venus faire leurs comptes-rendus ou se faire attribuer une mission. J'attendis patiemment mon tour, puis me présentais devant le chuunin chargé de confier les missions de rang D. Celui ci me jaugeât rapidement du regard, tourna son regard vers la salle un instant puis revint à moi.

- Pas de coéquipier ni de Senseï ? demanda-t-il.
- A l'évidence non. Et à moins que vous n'ayez justement des équipiers à me proposer, j'aimerais avoir une mission, répliquais-je.
- C'est pas la peine de le prendre comme ça, reprit-il, j'observais, c'est tout. J'ai une mission de nounou pour toi, ajouta-t-il en fouillant dans ses papiers. Voila : le plus jeune fils de la famille Kamino aurait besoin de quelqu'un pour le surveiller aujourd'hui. Il est assez turbulent, pour ne pas dire hyperactif, tu risque d'en baver, dit-il avec un sourire satisfait. La demeure des Kamino se trouve vers l'ouest d'ici, deux rues après le bar de l'Ours Abreuvé. Je te souhaite bonne chance ...

Crevard, c'est juste pour me faire chier je suis sur. En plus ça va être une peste ce môme ...
Sans me presser, je me rendis sur place et observais les lieux. La demeure Kamino était située dans un vieux quartier résidentiel, les familles qui y habitaient étaient pour la plupart établies à Gensou depuis de très nombreuses générations, pour ne pas dire depuis sa fondation. Les murs peints en jaune ocre et surmontés de tuiles encadraient une grande porte en bois renforcée de bandes de fer et avec un imposant frappoir en bronze. Sur la largeur de la porte était inscrit le symbole de la famille en question.
On dirait que c'est bien là. Pfff, c'est super grand, je vais sûrement devoir courir après le gosse dans toute la maison.
Je frappais un coup à la porte, et attendit qu'on daigne venir m'ouvrir, ce qu'un homme d'une quarantaine d'années ne tarda pas à faire. Ses habits et son attitude le désignaient comme l'intendant de la maison, et il me fit signe d'entrer dans le hall d'accueil.

- Sans doutes êtes vous le ninja envoyé par l'académie pour vous occuper de Kares-san ? demanda-il.
- Oui, c'est moi.
- Vous êtes bien jeune pour remplir des missions seul, observa-t-il. Vous n'êtes peut-être pas sans savoir que le jeune maître est assez ... remuant.
- On m'a prévenu, oui.
- Eh bien, au moins vous ne pourrez pas dire que vous n'étiez pas prévenu. Il doit être quelque part dans les jardins, c'est par ici, dit-il en désignant du doigt une arche débouchant sur une vision d'arbres et d'herbe.

Après un rapide regard au reste des lieux, je me dirigeais vers ces fameux jardins, à la recherche de ce Kares ...

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un petit chemin de graviers serpentait dans tout le jardin, bordé de nombreux arbres ornés de fleurs odorantes et de bosquets d'arbustes aux feuilles vert tendre. Quelques oiseaux chantaient par endroits, et j'aperçus rapidement un ruisseau moyennement profond qui coulait le long du mur. Même en faisant deux fois le tour du jardin, je ne trouvais pas de trace du garçon, les lieux restant désespérément vides.
Dix contre un qu'il se planque ...
Sans me presser, je refaisais un tour de jardin en étant attentif au moindre mouvement et au moindre bruit. Il n'y avait aucune trace autre que les miennes sur le sentier, ce Kares devait donc se cacher dans les bosquets ou derrière les arbres. Je me rendis compte plusieurs fois que des oiseaux s'envolaient ou se taisaient sans raison apparente, et je ne tardais pas à repérer le garçon qui me suivait assez discrètement en se cachant du mieux qu'il pouvait. Maintenant que je savais qu'il me suivait, je pouvais percevoir chacun des bruits qui trahissaient sa présence.

- Je t'ai repéré, dis-je à son adresse.
- Pfff, c'était un coup de chance, répliqua le gamin en sortant de sa cachette. T'es le ninja qui doit jouer les nounous aujourd'hui ? Comment tu t'appelles ?
- Je m'appelle Elwinar, et c'est bien à moi de jouer les nounous aujourd'hui.
- Ca, c'est ce qu'on va voir, dit-il l'air mauvais en sortant de son dos un boken (ndla : un sabre en bois).

Sans attendre plus longtemps, il se jeta sur moi et tenta de m'assener un coup sur la tête. J'esquivais sans mal, et m'écartais un peu de lui. Il enchaîna par un coup de taille dans les côtes, que j'esquivais d'un bond, puis il essaya de m'atteindre aux jambes, malheureusement trop rapides pour lui. J'évitais ainsi ses coups pendant quelques minutes, repérant ses erreurs et maladresses, Sa garde était évidement pleine de trous, et je ne perdis pas de temps en fioritures : il tenta une attaque vers le haut, que j'esquivais d'un pas de coté, j'attrapais son bras droit avec l'une de mes mains, tandis que l'autre bloquait le sabre par le manche. Il me donna un coup de pied que je parais sans difficulté, et je sentis qu'il relâchait sa prise sur l'arme. J'en profitais pour lui retirer des mains, et lui posais la lame en bois sur le cou.

- J'ai gagné, alors calme-toi, dis-je.
- Ouais, ça va, c'est pas la peine de t'énerver, répondit-il.

Je pris le temps de l'observer. C'était un jeune garçon d'une dizaine d'années, aux cheveux blonds coiffés en queue de cheval. Ses yeux verts affichaient un air insolent, et il ne semblait pas capable de tenir en place. Il portait une tenue verte sombre, et semblait déterminé à se débarrasser de moi.
Pfff, la prochaine fois je reste chez moi ...
A peine l'eus-je lâché, qu'il partit en courant à travers le jardin, en criant : tu m'attraperas pas !
Ca va être long ...

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Quelques heures plus tard, je sortais enfin de la grande maison. La journée était finie, la mission aussi. Le sale môme était encore plus crevé que moi, et je décidais de passer la journée du lendemain à m'entraîner plutôt qu'a faire une mission. Le chuunin à qui je donnais mon compte-rendu de mission n'était pas le même que la première fois, et je compris à son air compatissant qu'une grande partie des genins avaient eu droit à un moment à ou un autre à cette mission. Je récupérais ma paie de fin de mission et rentrais chez moi.

- Alors, cette mission ? me demanda mon père quand j'arrivais. Comment ça c'est passé ?
- Pfff, baby-sitter pour un sale môme hyperactif, répondis-je.
- La mission bizut ?
- On dirait bien. De toute façon, une fois attaché à un arbre, il bougeait beaucoup moins le gosse, rétorquais-je.
- T'as pas fait ça quand même ? m'interrogeât-il.
- Si si, je l'ai fait. D'ailleurs il était pas content au début. Mais quand je lui ai dit qu'il pouvait aussi se retrouver pendu par les pieds, il a paru soudainement très satisfait de sa position, continuais-je avec un sourire narquois.

Sans lui laisser le temps de rajouter quelque chose, je me rendais dans ma chambre et m'allongeais sur mon lit.
Un peu de repos, ça fait du bien. Il était vraiment surexcité ce gamin.
Je passais le reste de la soirée le nez en l'air, et me levais le lendemain en pleine forme.

Je mangeais rapidement, puis me dirigeais vers l'un des terrains d'entraînement du village. Quelques ninjas étaient déjà présents, des équipe de genins dirigées par un chuunin, des groupes de juunin, quelques genins solitaires, et même un Anbu. J'avais rarement vu des Anbus ceux-ci semblaient toujours être en mission, a croire qu'ils ne se reposent jamais. Celui ci était dans sa tenue officielle d'Anbu, son masque représentant la face d'un oiseau.

Je pris un instant pour l'observer. Celui ci répétait les mouvements d'un style de combat que je ne connaissais pas et qui semblait simplet, mais qui devait être relativement efficace pour qu'un Anbu le pratique. J'allais frapper un mannequin, et me plaçais de façon à toujours avoir un oeil sur l'étrange ninja.
L'Unité Anbu se voit souvent confier des missions d'assassinat, d'escorte, ou d'autres encore plus dangereuses, elle n'a pas de temps à perdre avec des entraînement farfelus ... a quoi celui-ci peut-il bien servir ?
Je continuais de m'entraîner, écoutant d'une oreille distraite le senseï d'une équipe réprimander un de ses élèves :

- Je t'ai déjà dit de ne pas essayer de faire trop compliqué : une technique simple marchera plus souvent qu'un truc incompréhensible. Au lieu de faire des tours et des détours, va au plus court et frappe fort !

Les paroles du senseï me trottèrent dans la tête pendant que je continuais mon entraînement. C'était une des maximes que j'avais apprises pendant ma période à l'académie, et j'en comprenais la signification, mais il me semblait à cet instant qu'elle avait une autre importance.
Mais laquelle ?
La réponse me vint d'instinct, me faisant perdre le rythme de mon exercice. Le style de combat de cet Anbu reposait entièrement sur cette maxime ! Cela allait de soit, puisque celui ci se devait d'être toujours sur ses garde et qu'il lui était fortement déconseillé de gaspiller de l'énergie. Ce style était brusque, sans grâce, mais mortellement efficace ...
Shisubeki ...
Son nom me revint enfin ... pendant les cours de taïjutsu, senseï avait parlé d'un style utilisé et enseigné dans l'Anbu visant à tuer rapidement plutôt qu'a mettre hors-combat, mais il n'en avait pas dit plus.

Je portais de nouveau mon regard sur le ninja, qui continuait son entraînement avec application, puis arrêtais le mien et sortait de l'une de mes poches de quoi écrire. Je prenais autant de notes que possible sur les exercices de l'Anbu, y ajoutais mes propres réflexions quand à leur usage et inscrivait les recherches à mener par la suite.
On dirait bien que cet entraînement va être rentable ...
Une heure plus tard, l'Anbu quittait le terrain d'entraînement. J'en faisait de même, me rendant chez moi pour mettre de l'ordre dans mes notes.
avatar
Elwinar
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 21
Date d'inscription : 09/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Hakaima le 15/3/2008, 18:05

Le soleil brillait en cette belle journée quasi printanière, je savourais à pleine dent mon nouveau statut de genin me pavanant dans les rues n’oubliant pas de glisser dans toutes les conversations la phrase devenue mon hymne :

« Au fait tu sais quoi j’ai réussis mon examen de genin … »

Mais en quoi pouvait bien consister la vie d’un genin je n’avais pour l’instant pas envie de m’encombrer d’une mission je pensais plutôt mettre l’accent sur mon entraînement, question d’essayer d’apprendre une ou deux techniques « Kan’sei Mizu » et qui mieux que Mr Inuzaka pour me m’aider dans ma tache ; je me dirigea donc vers l’imposante demeure de la famille Inuzaka, la je vu accueillit par mon mentor qui dans sa nonchalance habituelle me lança :
« Tiens donc, qu’est tu venu chercher hakaima »

Arborant mon plus beau sourire et ne tarissant pas les louanges, je lui répondit :
« Bonjour monsieur, j’espère que vous vous portez bien … »

Mr Inuzaka ricana :
« Allons donc mon garçon je te connais depuis assez de temps maintenant pour savoir que tu a une requête a me soumettre »
« En effet monsieur je voulais vous demander de m’aider dans mon entraînement »


A ma grande surprise Mr Inuzaka ne répondit pas et me tourna le dos pour disparaître dans l’interminable couloir de la demeure, il revint quelques minutes plus tard portant sous le bras un vieux livre à la couverture azur qu’il me tendit :
« J’ai appris pour ton examens, je t’en félicite, c’est pourquoi je pense que tu devras te débrouiller tout seul dans ton entraînement, tu en as les capacités mon garçon voici le livre des techniques Kan’Sei Mizu, bien évidemment seul une infime partis y sont recensé, bonne chance mon garçon »

La porte de la demeure se referma brusquement puis se rouvrit aussitôt :
« Passe le bonjour a ta famille …. » et elle claqua de plus belle.

Je restais un peu perplexe quant à cette réaction, mais de la part de Mr Inuzaka rien ne m’étonnait vraiment.
Je courus pour rejoindre le village, rentrant chez moi, montant dans ma chambre pour examiner le précieux savoir renfermais dans ce livre, étrangement sur la quantité raisonnable de pages que contenait le livre seulement une dizaines était remplit, au rythme d’une pages par technique. Le livre était organisé de la manière suivante de la première à la dixiéme pages était noté des techniques Suiton connus ainsi que leur mode d’apprentissage, ensuite le livre était vide jusqu'à la moitie ou la une pages ou l’inscription « Kan’Sei Mizu » dominais comme pour ouvrir un nouveau chapitre, à la suite de cette dernière était recenser quelques techniques, cinq ou six tout au plus, propre au style du clan mais demandant néanmoins une excellente maîtrise du Suiton.

Pourquoi Mr Inuzaka lui aurait donné un livre quasiment vierge, qui mieux que lui pour répondre à ses questions, je sortis de la maison la journée était déjà bien entamé, rebelote je retournais à la demeure que j’avais quitté quelques heures plus tôt et arrivé a quelques mettre de cette dernière Mr Inuzaka m’attendais sur les marche menant a l’imposantes porte.

Je ralentis mon allure pour enfin arriver à sa hauteur :
« Tu en a mis du temps mon garçon, toutes ses cours a l’académie ne t’aurait pas ramollis la cervelle »

Ne prenant pas note de cette remarque je répondit dans un souffle :
« Ce livre ……. Il est …….Quasi vide ……… »
« Tu ne pensais tout de même pas que j’allais te mâcher tout le travail, Hakaima écoute je t’ai donné ce livre pour t’aider dans ton entraînement, mais c’est à toi de développer tes techniques ce livre renferme toutes les techniques Kan’sei Mizu que je connaisse a ce jour , mais c’est à toi de combler les pages manquantes, étant un descendant des Jin’ei Amefuri je pense que tu n’auras aucun mal a accomplir cette tâche lorsque tu auras un niveau de maîtrise suffisant »
« Mais je connais absolument rien mis a part les enseignement académique »
« Et alors …..Crois-tu que tes ancêtres ont tout trouvé dans un ramens surprise »
« Non, mais je croyais que …… »
« Cela suffit je crois en toi, ne me déçois pas, suis les premiers enseignement et ta voie se dessinera d’elle-même devant toi »
« Très bien…..merci monsieur »
« Je préfère sa !La prochaine fois que tu passeras me voir j’espère pouvoir avoir le joie de constater que tu auras appris au moins quelques techniques. Sur ce je te quitte mon garçon»


Et il me tourna le dos pour la deuxième fois aujourd’hui.

Retournant a Gensou en traînant les pied ressassant cette discutions dans ma tête, lorsque que je rejoins enfin ma chambre je voyais le crépuscule s’installer par ma fenêtre. J’ouvris le livre et l’examina une deuxième fois. C’était là, shotô kyôiku (enseignement primaire) je fis la lecture de ce chapitre puis me résolu à porter au lendemain le début de mon entraînement.
M’allongeant sur mon lit, la fatigue de cette journée éprouvante eu vite raison de moi, bientôt je fus pris dans sommeil de plomb.


Dernière édition par Hakaima le 2/4/2008, 13:00, édité 1 fois
avatar
Hakaima
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 566
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Kodomo no Asu...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par yan le 18/3/2008, 17:27

Alors avant de poster quoi que ce soit, je vais caser un résumé de mes précédents posts qui étaient sur l’ancien forum et que, avec l’ingéniosité qui me caractérise, je n’ai pas sauvegardé, aucun, eh oui… (stupide me direz-vous ? vous avez raison). Enfin bref, ceci est pour les nouveaux qui ne connaisse pas mon perso et pour tout ceux qui ne comprendrais pas certaine chose faisant référence aux anciens posts donc voilà.


l’histoire de mon perso sur le rp a commencé une année (sabbatique) après sa sortie de l’académie avec le titre de genin.
A ce moment-là, yan décide enfin de se consacrer sérieusement à sa carrière de ninja et va exécuter ses 2 premières mission, excédé par la facilité et le manque d’intérêt des missions, yan cesse de se présenter pour les missions et va s’entraîner tout seul et lors de ce premier entraînement, il rencontre celle qui deviendra sa senseï, kay-lynn, cette rencontre qui commencera par un combat. Kay-Lynn et yan ayant tout les deux un sale caractère, les débuts sont chaotiques mais ils finissent par bien s’entendre. Lors du premier entraînement, kay-lynn lui donne un indice important pour réaliser une technique qu’il galérait à faire, le « camouflage dans le brouillard ».
Puis, à la suite de plusieurs rudes entraînements, yan se retrouve blessé et provisoirement invalide. Convoqué par un jounin lui demandant de reprendre les missions, il négocie 2 mois de repos grâce à ses blessures et, profitant de ce sursit inespéré, il va commander de nouvelles armes à la forge du clan Marwais (petite pub pour le clan de cacau ^^) et acheter du nouveau matériel dans une boutique d’équipement avec sa senseï. Lassé d’être blessé, yan se rendit à l’hôpital de Gensou et se fit soigner en se faisant passer pour un ninja blessé en mission. Dés sa guérison, yan repris l’entraînement.
avatar
yan
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 55
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 26
Localisation : la ville rose, en train de dessiner, d'écouter de la zic, de faire la fête, de jouer de la gratte, d

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par yan le 18/3/2008, 17:29

cela faisait plus d’une semaine et demi que yan était rétabli, et depuis il s’entraînait chaque jour d’arrache-pied, mais sans senseï, étant donné qu’il n’avait pas revu kay-lynn depuis le jour de sa guérison, il avait même essayer de la chercher mais en vain. Aujourd’hui, yan s’exerçait au ninjutsu dans les marais, il était debout face à une mare, concentré, ses mains composèrent les signes nécessaires au lancement du sort et une brume se forma à partir d’un tout petit périmètre de la mare et la quantité de brume augmentait petit à petit formant au fur à mesure un brouillard conséquent. Yan serrait les dents et une veine palpitait sur son front : il avait peine à maintenir le chakra nécessaire pour former la brume. Brusquement ses jambes le lâchèrent et il tomba à genoux, comprenant qu’il n’en formerait pas plus, yan stoppa la production de brouillard et diffusa ses dernières ressources de chakra dans le brouillard pour l’étaler autour de lui. La brume s’étala sur un périmètre d’environ 8m de diamètre. Après l’avoir maintenu pendant un bon quart d’heure, yan relâcha son flux de chakra et s’allongea par terre pour se reposer

*c’est insuffisant ! ça sert à rien de former un brouillard si petit, l’adversaire saura que je suis dans ce nuage… pfff mon ninjutsu est trop faible pour que je puisse compter sur lui en combat et je ne parle même pas de mon genjutsu… tout ce qui me reste c’est le taijutsu, et encore, c’est pas du luxe*

après quelque minutes de repos yan se releva et fit quelques assouplissements, ensuite il empoigna son vieux katana et enchaîna plusieurs mouvements et frappa à plusieurs reprise un tronc d’arbre qu’il avait disposé là pour s’entraîner

*pfff… c’est très moyen comme entraînement, il faut trouver un truc qui me fasse progresser… réfléchissons…ah, j’ai trouvé*

yan s’approcha du tronc d’arbre et marqua à la craie quatre petite croix d’emplacement différents sur le tronc. Après cela, il repris son katana et après un bref temps de concentration, il frappa quatre fois sur le tronc. Immédiatement après il s’arrêta pour observer de près le tronc, plus précisément les impacts par rapport aux croix. Le premier impact était à seulement 4 centimètres de la première croix, le second, lui, était à 20 bon centimètres de la croix, le troisième avait entre 30 et 35 cm d’écart avec la troisième croix, et le dernier impact ratait sa cible d’au moins 50 cm, yan constata cette énorme erreur avec un grognement. Il réessayât plusieurs fois par la suite et arriva à une constatation évidente : la précision des coups allait décroissante au fur à mesure qu’il les enchaînait, le premier était toujours au alentours de la croix, il l’avait même touché, le second avait entre 15 et 25 cm d’écart, le troisième se plaçait à 30 ou 35 cm de la croix et le quatrième était toujours le plus éloigné, environ 40, 50, allant jusqu’à 55cm d’imprécision. Yan en tira une conclusion logique : la concentration qu’il avait au départ servait surtout à atteindre la première cible, ensuite, inconsciemment, il était beaucoup moins concentré pour les autres coups.

*la solution est simple : il faut que je me force à me concentrer sur les coups suivants pour qu’il soit tous aussi précis les uns que les autres… il faut que je garde ma concentration… putain ! je me met à parler comme les profs de l’académie, il faut que je j’arrête, je tourne mal !*

yan se concentra un long moment, puis prit une inspiration et frappa quatre fois le tronc. Il s’approcha pour observer les marques de katana et sourit : les impacts s’était considérablement rapprochés des croix, le second coup était maintenant à 5 cm de sa cible, le troisième, à 7 ou 8 et le quatrième semblait être à un peu plus de 10cm. Par contre le premier coup qui, auparavant, était toujours en-dessous des 5 ou 4 cm, se trouvait maintenant à 8 bons cm de la croix

*c’est fou ce que ça peut faire, un peu de concentration supplémentaire… mais il faut que je fasse gaffe au premier coup, à force de me concentrer sur les autres frappes je me concentre moins sur la première*

après quelque essai et à la grande satisfaction de yan, il parvint à placer tout ses coups à moins de 8 cm de leurs cibles, le premier coup restant le meilleur des quatre

*c’est normal que le premier soit le meilleur, vu que les autres coups sont enchaînés derrière, ils sont plus rapides donc moins précis. C’est le genre de truc qui viendra avec la pratique… enfin, j’espère*

yan rangea son katana et ses autres affaires. Il ressentait un sentiment de satisfaction pour cet entraînement, il avait bien progressé en taïjutsu et en ninjutsu, sa maîtrise de la technique du camouflage dans le brouillard s’améliorait lentement mais sûrement. Yan repensa à ses essais infructueux du début et se dit qu’il avait vraiment progressé. Alors qu’il allait refermer son sac et quitter les marais, il aperçut au fond du sac l’arme de poing que sa senseï lui avait fait acheter, il ne l’avait pas encore essayait. L’arme consistait en un dispositif composé de 2 lames qui était disposé sur un rail, lui même placé sur un plaque parfaitement adapté et attaché à l’avant-bras, lorsqu’on déclenchait le dispositif, les lames glissait le long du rail jusqu'au poignet, procurant ainsi un arme efficace. Yan prit l’engin et l’installa tant bien que mal sur son avant-bras, en plaçant la manche de sa veste sur l’appareil, le dispositif était invisible, yan réalisa alors pourquoi kay-lynn lui avait fait acheté ce truc et un sourire se peint sur son visage

*je comprend… avec ce truc, je ne serais jamais désarmé, même si on m’attaque par surprise en me prenant mes armes, j’aurais toujours un atout dans ma manche… un bon gros atout en fer forgé. C’est décidé, je garderais en permanence ce bidule sur moi !*

yan quitta les marais en direction de Gensou en se familiarisant avec le fonctionnement de sa nouvelle arme
avatar
yan
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 55
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 26
Localisation : la ville rose, en train de dessiner, d'écouter de la zic, de faire la fête, de jouer de la gratte, d

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Han-Ryu le 18/3/2008, 18:24

Bienvenue à tous, lecteurs et RPgistes!
Pour mon personnage Han-Ryu j'ai créer une fiche qui était cruélement courte car j'ai malencontreusement oublier de parler des techniques héréditaire fammiliales et du potensiel de mon personnage.C' est pour cela que je vous invite avant que je commence véritablement mon Rp de lire se qu'il va suivre:
C'est tout simplement un "prologue" parlant de Han dans sa vie passé, présente et future pour mieu comprendre se qu'il va suivre.

Han est un jeune homme de 16 ans qui vient d'être récemment admi en tant que Genin du village de Gensou. Son père (qui n'as pas encore de nom)est un éleveur spécialiser dans les rapaces et aussi jounin de Gensou. Sa mère Maya est ninja médical qui a un tempérament de cochon ( à les femmes...). Ils font tout trois parti de la Famille Vanda qui s'occupait autrefois de la récolte des plantes médicinales et de la confèction de médicaments et baumes pour le village de Gensou. Mais depuis deux génération cette vacation a disparu et fait peut à peut place à une vocation tout autres: Les jutsus ( ninjutsu et genjutsu ).Mais cette voie est encore floue par rapport à la famille.
Maya veut à tout pris que Han devienne ninja médicale comme tant-dis-ce que son pére lui veut qu'il devienne éleveur mais Han est en désacord total avec ses parents se qui n'est pas facile pour lui.Ce qu'il veut c'est connaître un maximum de jutsu et en inventer de nouveaux si possible....

voici les technique que Han inventeraplus tard:

Il apprendra plus tard à utiliser des fils de chackra pour manier son katana à distance mais selement au stade de chuunin
Quand il sera jounin il découvrira un parchemin qui appartenait à la famille Vanda qui pérmet de lié un pact avec Shiva (représentan la destruction et la création).Il n'invoquera pas le dieu lui même (heureusement) mais plutôt des status à son éffigie qui aiderons Han au combats.(il ne peut invoquer qe 2 typs de statues différentes; une petite pour envoyer des messages d'urgences au village et une moyenne pour le combat)
Il créra un Dojutsu lui permétant de voir aussi bien dans l'eau qu' à l'éxtèrieur et de voir dans le noir. il l' appellera "oeil de Nocturne"

Se sera évidemment les tecniques les plus puissantes mais il ne les apprandra pas du jour au landemain. De longs entraînement et combats l'attende avant d'advenir à ce qui a été mentioné et je rappelle que le Rp commence au rang Genin donc du temps s'écoulera avant de voir dans le noir...
avatar
Han-Ryu
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 19
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Sans aucun doute devant un ordinateur ou en train de dormir^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Chihousou le 18/3/2008, 22:45

Le grand jour était arrivé, aujourd’hui Chihousou allait passer l’épreuve du clan Masaka après plus d’un an d’entraînement afin d’aiguiser ses sens et d’atteindre le premier niveau de perception et après une nuit sans sommeil uniquement tournée vers la méditation pour atteindre un niveau de concentration extrême. Même si durant une bonne partie de la nuit il repensa à ses dernières années : l’arrivée à l’académie, la rencontre avec Kiyo et Kaze, son examen de genin réussi, ses débuts dans le genjutsu avec son sensei du clan et bien évidemment sa préparation à l’épreuve.
Mais il avait finalement réussi à se débarrasser de toutes ses pensées qui pouvaient le déstabiliser et il se préparait maintenant pour l’épreuve en prenant bien soin de prendre tout ce dont il aurait besoin pour survivre une fois abandonné à soi-même dans a nature et privé peu à peu de ses sens.
Une fois prêt il se dirigea vers la forêt du clan où se tenaient les membres du conseil du clan, et donc son père, ainsi que ceux qui comme lui allaient passer l’épreuve, tous plus jeunes que lui. Une fois arrivé face aux notables du clan il s’agenouilla en signe de respect et attendit qu’on lui permette de se relever, une éducation stricte et des règles qui le sont tout autant, voila la vie d’un membre du clan Masaka.
Avant de se lancer dans la forêt ceux qui allaient subirent l’épreuve furent emmenés dans l’armurerie du clan afin de choisir une arme qui avait appartenu à un membre important du clan et qu’ils pourraient garder une fois l’épreuve réussie. Chihousou vit les autres se lançaient vers les armes les plus impressionnantes : katanas, sabres, lances, arcs…Lui se tourna vers des armes plus discrètes et l’une d’elle attira son intention : deux bracelets faits à partir d’un cuir de haute qualité et de métal, il saisit les bracelets et les mit à ses poignets. Il sentit quelque chose de bizarre et toucha le dessous du bracelet, à ce moment là deux lames jaillirent du dessus, il ne les avait pas remarqué jusque là, parfaitement dissimulées entre le cuir et le métal, très fines et plutôt courtes mais il le comprit, ces lames étaient faites pour lui, il ne savait pas pourquoi il devaient les prendre mais il le savait.

Plus tard, il se trouvait enfin dans la forêt, l’épreuve avait finalement débuté mais lui ne pensait qu’aux dernière paroles de son père « Réussi et surtout ne me fait pas honte, Chihousou. ». Il avait l’habitude du mépris de son père mais il avait espéré que pour une fois il allait lui dire un quelconque encouragement ou même se raire, ça lui aurait fait des vacances au moins. Mais Chihousou fit disparaître ces paroles le plus vite possible de son esprit, e début de l’épreuve était facile, il avait encore tous ses sens et évoluer dans la forêt ne lui posait aucun problèmes. Il le savait comme tous ceux qui avaient participé à l’épreuve, son plus grand allié était le calme, si l’on commencer à perdre son sang-froid la qualité des sens diminuerait or pour atteindre « le toucher parfait » il faut avoir les sens les plus développés possibles.
L’épreuve durait plusieurs semaines au cours desquels il perdrait tour à tour sa vue, son odorat et son toucher afin de forcer son corps à développé le toucher et atteindre un niveau proche du toucher parfait mais moins efficace. A la fin de l’épreuve ceux qui auront tenu jusqu’au bout comprendrons comment atteindre quand ils le souhaitent ce niveau de la perception. En éliminant un à un les sens l’épreuve devenait de plus en plus dur forçant ainsi les participants à repousser leurs limites physique, mentales et sensorielles car depuis toujours le clan Masaka avait développé ses sens mais aussi ses autres qualités car elles étaient nécessaires à un shinobi, mais aussi parce qu’arrivé à un certain point les sens ne peuvent plus se développer même pour un membre du clan Masaka car sans les qualités physiques et mentales nécessaires en plus des qualités du clan il serait impossible de développer le toucher, base de la perception, ou sinon à un niveau minime comparé à la perception de niveau deux.
Et c’est là le réel but de cette épreuve, ce n’est pas de réellement développer a perception mais de donner les clés permettant de l’atteindre et pour cela le corps et l’esprit doivent être préparés. L’entraînement Masaka lui avait dans cette optique, permis de devenir encore plus calme dans son esprit qu’il ne l’était avant, capable dorénavant d’éliminer de son esprit tout ce qui n‘y avait pas sa place à ce moment là.

Le début de l’épreuve fut donc sans difficultés, et au bout d’une semaine un shinobi vint lui « retiré» la vue à l’aide d’un sceaux spécial créer par le clan Masaka. C’est au bout de quelques heures sans la vue qu’il compris le fonctionnement de son cerveau pour ce qui est des sens et le principe de l’épreuve.

« Je suis comme un aveugle, ma vue ne fonctionne plus mais mes autres sens marchent mieux que jamais. Un sens qui disparaît est compensé par une amélioration des autres sens, actuellement mon ouïe marche presque aussi bien que lorsque je me concentre afin de mieux entendre, se séparer d’un sens marche comme un raccourci. Donc si je comprends bien comme il est presque impossible de faire un travail spécifique pour entraîner son toucher alors le seul moyen est de se priver des autres sens lentement afin de s’habituer à s’en servir plus que d’habitude. »

C’est ainsi qu’il sentit son toucher s’améliorer au cours des jours puis des trois premières semaines de l’épreuve jusqu’à ce qu’un nouveau ninja du clan vienne pour lui retirer l’ouïe, le dernier sens qui lui rester mis à part le toucher.
avatar
Chihousou
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 586
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Han-Ryu le 19/3/2008, 13:01

...Je commence...^^

Il y avait une trentaine de shinobis et kunoichi .Les Sensei les appelaient un par un pour leur remettre leur bandeau; signe du passage au rang de Genin. Il faisait beau et les rayon du soleil reflétaient sur l'eau et c'était beau. Mais moi j'étais stressé car je pensais ne pas avoir le droit au bandeau du fait que la dernniére épreuves se soit mal passé ( à cause de mon Taijutsu minable...).Mes parents me maudirons si je ne l'ai pas, surtout ma mère....Mais j'entendit vaguement mon nom mais je n"était pas certain....

Sensei: Vanda Han-Ryu....VANDA HAN-RYU!

Han-Ryu: Oui... je suis là!

Sensei: Voici ton bandeau! Bravo et bonne continuation....

Sa y est je l'ai! Soudain un sentiment de joie et de supériorité me gagna mais je n'osais parlé. C'est à se moment que je décidais d'allé cher moi près du Temple de Gensou pour aller annoncer la nouvelle à mes parents.
Apres un petit car d'heure de marche je franchi le seuil de ma maison. Je quitte mes chaussures et les laisse à l'entrée, ouvre la porte, entre doucement, je referme la porte doucement et.....personne!

Han-Ryu: Quelle accueille de folie...Tant pis je vais aller dans ma chambre.

A peine avoir fait un pas que ma mère fit une entrée fracassante et surtout effrayante, et me dit

Maya: ALORS FISTON!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Montre moi ton bandeau !!!!!

Aussi contente qu'une gamine ma mère me titillait pour pouvoir voir mon bandeau. Mais j'eu une idée que je vais regretté un peut plus tard, c'est à dire de lui faire croire que j'en ai pas eu.....

Han-Ryu: Maman t'emballe pas....tu peut attendre la fonte des neiges pour que je réussisse cette examen....je l’ais pas eu.....

Puis un sentiment de désastre s'abattit sur Maya, la mère de Han

Maya: QUOI???????????????????????!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! TU RIGOLE J'ESPERE ?...

J'ai crut un instant qu'elle allait me réduire en bouillie en me foutant un grand coup de poing dans la figure mais je me suis empressé de mettre mon bandeau au front.

Maya: Petit con!

Elle me mit une gifle dont je m'en souviendrais toute ma vie mais j’étais content d'avoir fait cette petite blague.....

Quelques heures passa et mon père rentra. J’étais dans ma chambre à l'étage mais la première chose que j’entendis c'est mon père posant la question suivante:

Père de Han: Où est mon fiston? Montre moi ton bandeau!

Je descendit les marche et mon père me fit:

Père de Han: Mais qu'est ce qui est arriver à ta joue ?

Han-Ryu: Tu voulait voir mon bandeau qui se trouve sur mon front ou ma joue qui a doublé de volume?

Père de Han: Je ne sais pas se que tu à fait à ta mère mais tu à dut la chercher....

Han-Ryu: T'inquiète pas pour sa demain je vais voir pour faire une mission se sera sans doute moins dangereux que maman....

Père de Han: D'accord....
avatar
Han-Ryu
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 19
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Sans aucun doute devant un ordinateur ou en train de dormir^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Rakko le 19/3/2008, 18:42

Après que mon père fut parti, je m’endormis sur le champ.

Le lendemain, vers le lever du soleil (Et oui, on avait pas de montre, impossible de dire l’heure), je reçu un messager. Ce messager était un animal, difficile de vous dire à quel animal il ressemblait le plus, je n’y arriverai pas. C’était un oiseau, arborant une coupe afro, possédant un ustensile de raclette dans la main et possédant une sacoche (normal c’est un messager).
L’oiseau s’approcha de moi, et ouvrit le bec pour sortir un son cataclysmique :

Oiseau : Bwahahahaha
Moi : Tu dois sûrement être le messager ?
Oiseau : Je suis effectivement le messager des Koroves, ceux-ci m’appellent lorsqu’ils ont du courrier à faire transmettre.
Moi : Donc tu as du courrier pour moi ?
Oiseau : Effectivement, ce n’était pas dur à deviner.
Moi : Ben passe-le moi alors.

L’oiseau sortit de sa sacoche une lettre, j’ai de suite compris de qui elle venait. C’était une lettre de mon cousin, il avait pris l’habitude de m’écrire régulièrement, mais je n’avais pas eu de ses nouvelles depuis longtemps. J’ouvris la lettre et d’un seul coup, une odeur infeste se propagea dans la cabane.

Moi : Beurk, ça pu le fromage !
Oiseau : Effectivement, les lettres précédentes étaient transmises à ton père, il voulait sans cesse vérifier l’odeur et l’enlevait. Mais maintenant tu es bien assez grand pour supporter ça, et puis il va bien falloir que tu t’y habitues.
Moi : Que veux-tu dire par ‘il va bien falloir’ ?
Oiseau : Lis cette lettre ! Tu verras bien

L’oiseau partit en direction du Nord (enfin, je dis ça moi…)

Je me retrouvais seul dans ma cabane, la lettre dans mes mains. Je l’ouvris et commença à la lire.

Lettre a écrit:
Salut cousin !

Je t‘écris pour te dire que je vais venir dans ton village de geeks pendant un petit temps. Je squatterai donc chez toi. On se fera des raclettes-party et on massacrera du geeks Gensouards. J’ai hâte de venir !

Cette lettre me fit sourire, mon cousin allait me rendre une petite visite ! Trop cool !

Je pris ma veste et je fermai la porte d’entrée de ma cabane. Je me dirigeai ensuite vers ma maison pour montrer ma lettre à mon père et préparer la venue de Makaya.

J’ouvris la porte de chez moi, mon père surprit, s’exclama :

Père : Rakko, qu’est-ce que tu fous ici, tu devrais t’entraîner !
Moi : Papa ! Lis !

Mon père saisit la lettre puis la lu, il sourit.

Père : Ce gugus va venir ici, et bien ça promet !
Mère : Je vais préparer une chambre pour lui
Père : Je sens qu’il va mettre le bordel ici, il faut que je parle à mon frère.
Moi : Mais non, t’es con ou quoi ! C’est mon cousin, il sera sage !

Mon père me mit un TKR dans la tête.

Père : Pas de grossièreté chez moi !

Je partis dans ma chambre, fouillant l’horizon, dans l’espoir d’apercevoir une silhouette avec une coupe afro, mon cousin.
avatar
Rakko
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 81
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 24
Localisation : Paradis Afro

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Simbule le 19/3/2008, 22:19

J'avais été nommée genin lors de mon premier examen, j'étais contente et mon "parrain" le sera également: l'une de ses protégées qui obtient un peu plus de pouvoir et qui montre qu'elle pourra aller plus loin. Je retournais donc dans les égouts de Gensou où se trouvait la planque de notre parrain adoré. Connaissant les lieux, il ne m'avait pas fallu longtemps pour arriver dans la planque du parrain...

Parrain: ... et essaye de ne plus te faire prendre.

La petite fille qui était devant lui parti en courant, les larmes aux yeux. Je me présentais donc devant mon parrain mettant un genou à terre et baissant la tête.

Moi: Cher parrain, j'ai une excellente nouvelle pour vous, je suis enfin passée genin.
Parrain: C'est en effet une excellente nouvelle, tu va pouvoir commencer à me servir dignement. Nous allons commencer simplement par quelques directives qui pourront se compléter plus tard.
Moi: Je vous écoute.
Parrain: Tu va entrer dans une équipe de shinobi et par leur intermédiaire tu va t'arranger pour trouver des missions pendant lesquelles tu pourra exercer tes talents.
Moi: Bien, désirez vous autre chose?
Parrain: Non, tu peux te retirer.

Je le laissais et m'en retournais à la surface. J'avais beaucoup d'estime pour mon parrain malgré le fait que je ne sache rien de lui. Enfin... rien... rien d'autre que le fait qu'il m'ait éduquer pendant près de 18 ans... En ressortant des égouts, la nuit commençait à tomber et je me suis rendue au QG. Une fois sur place j'ai rempli un papier m'indiquant libre pour faire partie d'une équipe et surtout indiquant combien j'étais motivée. Cela fait, je ressortais du QG, la nuit était enfin la, mon vrai travail allait commencer. Je me dirigeais vers l'une des rares maisons dans Gensou à ne pas être habitée par un shinobi. Cette maison était habitée par un riche marchand et je m'étais promise de ne pas voler plus que ce que je pouvais transporter et revendre. Ce marchand, cela faisait une semaine que je le travaillais au corps, pas de trop près bien qu'il aurait bien voulu. Il m'avait finalement confié le double de ses clés de maison sans se soucier de l'utilisation que j'en ferai. J'entrais donc par la porte principale et, la déveine aidant, je tombais nez à nez avec ce marchand. Il s'endormit aussitôt aidé par un de mes jutsus. Je le transportais dans sa chambre et je le mis en tenue de nuit. Il m'avait parlé d'une clé permettant d'ouvrir sa caverne en dehors de sa maison, légèrement en retrait de la ville. Après une bonne heure de recherche, je pus enfin mettre la main sur cette fameuse clé, me promettant de tout vider pour le compte de mon parrain. Sur place pendant la recherche, j'ai trouvé plusieurs bijoux ayant visiblement une grande valeur, une toile d'artiste célèbre représentant une femme nue croquant dans une pomme avec un serpent à ses côté et un homme ayant l'air triste se dirigeant vers elle. Je me suis ensuite rendue à l'espèce de planque qu'il avait constituée avec sa fortune et je me servais de la clé...

La clé fonctionnait à merveille et la porte s'ouvrait. Je déposais les objets trouvé chez le marchand et refermait la porte à clé en sortant, il ne me restait pas beaucoup de temps pour préparer mon alibi. Je me suis à nouveau rendu chez le marchand mettant tout le bas en place comme si l'on avait bien bu puis je me suis mise en tenue de nuit et me suis couchée à ses côtés, attendant son réveil...

A son réveil, le marchand trop heureux de me voir à ses côtés, mais déçu de ne se souvenir de rien, me posa plein de question sur ce que l'on avait fait la veille, mes réponses étaient simple: "je ne sais plus" "je ne sais pas"...

A force d'être questionnée, je me suis excusée et je suis partie rejoindre quelques "collègues" eux aussi sous la tutelle du parrain.


Collègue 1: Alors qu'est ce que t'as réussi à voler cette nuit?
Collègue 2: Dis tu n'es pas venue les mains vide, n'est ce pas?
Collègue 3: Tu sais pourtant ce qui arrive en cas d'échec.
Moi: J'ai réussi mon plus gros coup. Suivez moi.

Je leur racontais ma nuit pendant que je les menais à notre nouvelle mine de trésor, arrivés sur place, ils firent quelques jutsus et le butin s'enterra puis on sentait le sol vibrer d'un déplacement à chacun de nos pas. Juste au moment ou je me séparais d'eux, un chuunin vint me chercher pour m'interroger visiblement...
avatar
Simbule
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 63
Date d'inscription : 14/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Chihousou le 21/3/2008, 00:13

Cela faisait maintenant deux jours qu’il était privé de l’ouie, de la vue et de l’odorat. Et même si son toucher s’améliorait rapidement il était toujours trop faible pour lui permettre de se diriger dans la forêt, il lui permettait d’avancer sans que sa tête rencontre toutes les branches à sa hauteur mais pas encore suffisamment pour atteindre ou même s’approcher du « toucher parfait ».
Mais ce qui lui déplaisait le plus était que mis à part ses pieds, ses bras et son visage, les autres parties de son corps ne semblaient pas se servir du toucher et c’est tout juste si Chihousou sentait leurs présences quand ils n’étaient pas toucher par un arbre ou autre.
Ce qu’il aimait le moins dans cet état était surtout le fait qu’il n’entendait strictement rien, lui qui depuis toujours s’était habitué à presque tout entendre. Il se rappelait encore des paroles de son frère lorsqu’il était jeune, ces paroles qui avaient fait naître en lui pour la première fois un sentiment de fierté, le fait d’avoir enfin quelque chose d’exceptionnel, il s’en souvenait parfaitement :


(Shigeru) : Tu sais ptit frère, je crois que père se trompe. Ce n’est pas de moi qu’il devrait être fière mais de toi.
(Chihousou) : Non, il a raison, tu est le meilleur shinobi Masaka qu’on est vu depuis bien des générations. Alors que moi…
(Shigeru) : Alors que toi tu as l’ouie la plus fine de tout le clan. Et je ne dis pas ça pour te faire plaisir. A ton âge je n’étais pas capable d’entendre la moitié de ce que toi tu entends. Et pour ce qui est des arts ninjas…tu as plus de potentiel que tu ne le crois. *Souris* Et ne t’inquiète pas, un jour tu seras toi aussi un shinobi, je ferais tout ce qui est possible pour que tu réalise ton rêve, je te le promet…

Ces paroles étaient gravées en Chihousou et le resterait à jamais car son frère avait tenu sa promesse, il avait disparu ce qui avait permis à Chihousou de devenir shinobi et il en était sur, son frère était en vie ce sont ces paroles qui ne le faisait pas douter. Et c’est pour cette raison qu’il réussirait cette épreuve, il deviendrai un grand shinobi pour permettre à son frère de revenir sans que lui ne perde ses des droits d’être ninja auprès du clan.
« Arrête de penser à tous ça et concentre toi bon sang …Mais oui, c’est ça ! Se concentrer et se calmer, c’est comme quand j’essaie de pousser mon ouie au maximum, si je me concentre sur mes membres j’arriverais certainement à augmenter la qualité de mon toucher. D’abord se calmer, ne penser à rien, visualiser son corps dans l’espace, sentir le vent sur sa peau… »

Chihousou continua à se concentrer et se força à se calmer pendant plusieurs minutes avant de réussir à réellement ressentir ce qui l’entourait, il n’avait pas encore atteint le niveau deux de la perception mais c’était déjà beaucoup mieux. Cependant même ainsi il avançait lentement ayant du mal à se concentrer sur son toucher tout en se concentrant pour marcher (avant de rire marcher dans la foret sans voir ni entendre et on verra si c’est toujours aussi drôle).

Il se força a continuer dans cette voie : se concentrer énormément pour avancer lentement. Mais Chihousou sentait son toucher devenir de meilleure qualité de jours en jours et même si le toucher parfait lui semblait encore éloigné, il avait désormais de moins en moins de problème à se déplacer, lentement certes mais efficacement. Cela faisait donc plusieurs jours que Chihousou avançait d’un pas lent mais sur.
Mais alors qu’il marchait, il ressentit des vibrations dans le sol puis quelque chose de puissant vint lui frapper le mollet. Il se retrouva par terre avec son mollet droit sérieusement entaillé et qui commençait à saigner. Il réussi à se lever tant bien que mal malgré sa douleur au mollet quand il sentit à nouveau cette chose dure contre sa jambe, par réflexe il bondit loin de « ça » et cette fois-ci il ne se retrouva qu’avec une légère entaille. Quelque chose l’attaquai, certainement un animal, et il n’arrivait pas à déterminer d’où venait l’attaque si ce n’est qu'au dernier moment quand cela le frappai. Il se tourna vers l’endroit d’où il avait bondit s’attendant d’un moment à l’autre un nouvel assaut.
Il sentait son cœur s’accélérer et l’adrénaline lui montant au cerveau. Cependant il devait garder son calme, il avait des sceaux sur tous ses sens excepté le toucher, il devait se concentrer pour éviter plus efficacement les futures attaques. A peine avait-il pensé cela qu’il se retrouva de nouveau à terre sous l’effet d’un coup de son mystérieux assaillant. Ses blessures lui faisait un mal de chien mais le fait qu’elles n’étaient qu’au niveau de ses jambes lui indiquait que son adversaire était de petite taille, s’il pouvait voir il aurait sauté en haut d’un arbre ou plutôt il l’aurait exploser mais là il ne pouvait que subir ses attaques.
Et ça l’enragé à un tel point qu’il poussa un cri de rage, chose exceptionnelle pour lui, un cri qu’il ne pouvait même pas entendre mais qu’il sentit passer de ses poumons à sa gorge puis sortir de sa bouche, il sentit chacune des particules d’air de son cri passer dans son corps, il les sentit s’étendre pour rencontrer celles à l’extérieur et continuer leur chemin.
Puis tout changea, l’héritier du clan Masaka commença à sentir chacune des particules de son corps, il sentit le sang coulait dans ses veines, chacunes des impulsions électriques émises par son cerveau. Tout, il sentait tout, ensuite il sentit les particules d’air qui l’entourait puis celles à côté puis leurs voisines et ainsi de suite. Enfin son esprit s’éveilla au toucher parfait, le second niveau de perception du clan Masaka. Son cerveau se mit à créer une carte virtuelle de ce qui entouré Chihousou grâce aux informations données par ses mains, son visage et tout son corps.

Ce fut comme s’il entrait dans un autre monde, tout bougé constamment mais certaines choses étaient immobiles où leurs mouvements étaient plus lents, plus saccadés. Puis il vit une masse informe dont les mouvements étaient totalement différents, ils semblaient lourds, lents et contraire à l’harmonie qui l’entourait. Il comprit vite que c’était son agresseur, un petit sanglier à peine adulte certainement, celui-ci le chargea et il n’eut aucun mal a esquivé, tout lui semblait si facile. Il pouvait prévoir les mouvements du sanglier légèrement à l‘avance grâce aux changements dans les mouvements de l’air.
A l’assaut suivant il fit jaillir les lames de son poignet droit et frappa au niveau de ce qui semblait être le coup de l’animal, celui-ci marcha encore un peu avant de s’effondrer, mort.
Puis d’un seul coup Chihousou sentit une grande fatigue l’envahir alors qu’il n’avait fait que peu d’efforts, la carte virtuelle qu’il avait créer commença à s’estompait et il se sentit tombé même s’il ne sentit pas la fin de sa chute.

Il était dans le vide, un vide infini, il ne sentait plus son corps, il n’entendait ni ne voyait rien, aucunes odeurs ne lui parvenaient et il ne sentait pas le goût de sa salive. A vrai dire il s’y attendait un peu, après avoir utilisait le toucher parfait c’est ce qui devait se passer, perdre tous ses sens pendant un temps. Il avait juste pensait qu’il aurait put garder l’état de perception plus longtemps mais au moins il l’avait atteint ce qui est déjà bien en soi. Cependant il ne s’attendait pas à ça, il avait l’impression de flottait et ce n’était pas si désagréable comme sensation mais il savait que son corps était sans défense, on pourrait lui enfonçait une épée dans le corps qu’il ne le saurait même pas et cette idée lui faisait peur : il ne savait absolument pas ce que l’on faisait de son corps. Malheureusement il n y ‘avait rien à faire alors il décida de se laisser aller à ses pensées…

Quant il sortit de son inconscience, si l’on pouvait appelé cela comme ça, il avait recouvrait la vue ainsi que tous ses sens, il n’était plus dans la forêt mais dans une maison. Celle-ci semblait appartenir au clan et une femme lisait à côté de lui avant de voir qu’il était réveillait. Cette femme était Ariora, celle qui l’avait entraîné comme il se doit avant qu’il ne passe l’épreuve comme le voulait la tradition. C’était une femme difficile à décrire car elle utilisé constamment un genjutsu sur elle-même empêchant quiconque de la voir clairement, son corps et son visage changeant tout le temps, ses traits ne paraissaient pas stables.

(Ariora) : Salut Chihousou, enfin réveillé ?
(Chihousou) : Pourquoi je suis plus dans la forêt ?
(Ariora) : On avait plus besoin de t’y laisser, tu as atteint le second niveau, même si c’était bref. Donc tu as réussi l’épreuve, le shinobi qui te surveillait t’as ramené ici dès que tu es tombé inconscient. Drôle de sensation d’ailleurs, n’est-ce pas ? C’est toujours comme ça la première fois.
(Chihousou) : Donc si je comprend bien je suis enfin un vrai ninja du clan Masaka ?
(Ariora) : Exactement. Félicitation !
(Chihousou) : Et j’ai dormi combien de temps ?
(Ariora) : Environ trois heures. Ne sois pas surpris c’est la première fois que tu te sers du toucher parfait, ton cerveau doit emmagasiner énormément d’informations lorsque tu es à ce stade. D’ailleurs tu vas de voir t’entraîner un moment encore avant de faire durer ce niveau plus longtemps et avant de ne rester que quelques minutes sans sens.
(Chihousou) : Ca veut dire que vous serez encore ma sensei ?
(Ariora) : C’est ça. Des que tu ne seras pas en mission je t’entraînerais à contrôler le toucher parfait mais aussi aux arts ninjas comme un véritable sensei shinobi. Mais maintenant dors, tu dois être exténué après un peu plus d’un mois dans la forêt.


C’est donc sur de son avenir à court terme que Chihousou se laissa tomber dans les bras de Morphée pour un véritable sommeil cette fois-ci…
avatar
Chihousou
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 586
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Chihousou le 22/3/2008, 17:18

(____)Depuis maintenant une semaine Chihousous avait repris l’entraînement, ses jambes le faisaient encore souffrir mais la douleur était supportable. Ariora lui faisait subir un entraînement spécial afin qu’il recouvre plus rapidement toute l’acuité de ses sens car depuis qu’il avait réussi à atteindre le toucher parfait son ouie et son odorat lui semblaient être tout juste « normal », pas comme ils étaient avant : digne du clan Masaka.
C’était selon son sensei un effet secondaire normal, même si la première fois ses sens seraient atténués pour plus longtemps. Ensuite quand son corps s’habituerais à bloquer ses sens afin de « booster » son toucher à ce moment là il n’aurait pas à subir ces problèmes de perte momentanée de l’efficacité de ses sens. Du coup pour l’instant son entraînement était uniquement basé sur la concentration, afin de forcer ses sens à retrouver leur niveau, ainsi qu’un travail d’endurance pour améliorer ses facultés de récupération.

Cependant Ariora était actuellement en mission d’espionnage pour le Kage et Chihousou pouvait donc s’entraîner de la façon qu’il voulait. Il avait alors décider les périodes de méditations mais avait remplacé une partie du travail d’endurance par des heures à la bibliothèque où il étudiait le genjutsu.
Mais un jour qu’il se dirigeait vers la bibliothèque il eut une surprise de taille.


( ???) : Yo Chi’ !

« Chi’? Je ne connais qu’une seule personne qui m’appelle par ce nom. »

(Chihousou) : Sa va Kiyo?
(Kiyo) : Je savais que tu allais me reconnaître, Kaze-sensei avait parié le contraire mais bon au moins j’ai gagné un repas.*rire*


Kiyo avait changé, cela faisait près d’un an qu’ils ne s’étaient pas vus et Chihousou était plutôt surpris pas les changements qui s’étaient opérés chez son ami. Il avait grandit et ne pouvait plus être considéré comme le plus petit, à vrai dire il était même devenu impressionnant, ses muscles étaient fins mais respiraient la puissance comme le pratiquant de taijutsu intensif qu’il était devenu mais désormais on pouvait voir de nombreuses cicatrices sur ses bras ainsi qu’une cicatrice impressionnante qui partait de son oreille droite jusqu’à sa bouche. Il était devenu un véritable shinobi.

(Kiyo) : Au fait, t’aller où là ?
(Chihousou) : A la bibliothèque, je me renseigne sur le genjutsu.
(Kiyo) : Pouah ! Des livres et des livres, quel horrible endroit ! Tu préfèrerais un petit combat amical voir lequel de nous deux à le plus progressé ? Et puis je dois toujours t’éclater, non ?
(Chihousou) : Arrête de me faire rire, j’ai mal aux côtes. Bien sur que j’accepte, c’est pas parce que t’as pris quelques centimètres qu’il faut te la jouer.
(Kiyo) : Je savais que t’allais accepter.*Sourit*


(____)Tous deux se dirigèrent donc vers le terrain d’entraînement à tout allure afin de voir lequel d’entre eux avait le plus progressé durant l’année qui s’était écoulée. Ils leur étaient arrivés de se voir en coup de vent quand Kiyo revenait de mission ou quand Chihousou avait du temps libre mais ils n’avaient jamais pu tester leurs capacités l’un contre l’autre depuis l’Académie.
Une chance pour eux, le terrain d’entraînement semblait désert, tout juste quelques académiciens travaillant leurs jutsus à l’approche des examens.
Un signe de tête de Kiyo indiqua à l’héritier de Masaka que celui-ci souhaitait se battre près des bois, un peu plus loin afin de ne pas être dérangés par les futurs genins.

Ils se mirent face à face, pas un mot n’avait été échangé. Le vent soufflait à leurs oreilles, il n y’avait aucun signal pour indiquer le début du combat, tous deux se mirent en position. Chihousou remarqua la position bizarre de son ami, une main très proche du sol, un pied en arrière, il semblait en déséquilibre et pourtant il avait l’air sur de sa position.
Puis d’un coup il attaqua en s’appuyant sur sa main et sa jambe afin d’aller plus vite et il avait très vite, Chihousou ne put que protéger son visage avec ses deux bras. Mais au moment de le frapper Kiyo mis son autre main au sol se retrouvant ainsi à l’envers et fit tourner son corps pour frapper Chihousou de côté avec sa jambe droite et celui-ci fut éjecté loin de là.
« C’était quoi ça ? Non seulement il est plus rapide qu’avant mais il a aussi gagné en agilité et en force. Le combat risque d’être intéressant. »


(Kiyo) : Alors mon nouveau style te plait Chi’ ?

(____)A peine avait il prononcé ces mots qu’il attaqua de nouveau et couvrit en quelques secondes la distance qui séparée les deux protagonistes. De nouveau il s’appuya sur ses mains afin de frapper avec ses pieds et ses jambes mais cette fois Chihousou s’y attendait et réussi à esquiver la plupart des attaques cependant il était totalement dominé et Kiyo ne lui laissait pas le temps de contre-attaquer, le harcelant sans relâche il parvint une nouvelle fois à percer se défense. De nouveau le Masaka se retrouva à terre.
Malgré tout en se relevant Chihousou remarqua que son adversaire commençait à s’essouffler, apparement ce style de combat, bien qu’efficace, le fatiguer très vite. C’était le moment de contre-attaquer et Chihousou le savait. Il n’avait aucunes chances au taijutsu cependant pour gagner le combat il devrait toucher son adversaire, la seule solution était donc un ninjutsu pour empêcher Kiyo d’attaquer ne serait-ce que quelques secondes.
Il fit donc quelques signes avant de crier : « Fûton : Shippuu Kireru no Jutsu »
Une décharge de chakra fûton se dirigea donc vers Kiyo qui fut obligé d’esquiver pour ne pas être blessé, durant ce laps de temps Chihousou s’était dirigé vers lui à tout vitesse et lui asséna un violent coup de pied dans l’estomac. Il en avait profité pour lancer Kan'jouame, pour inhiber l’ouie de son adversaire car Chi’ avait déjà un plan en tête et la première partie était en cours d’execution.

Au moment où Kiyo se releva il ne put entendre le cri des autres ninjas qui s’entrainaient au moment où lui et Chihousou étaient arrivés et qui maintenant regardaient le combat avec attention en encourageant leur favori car depuis le coup de son ami il n’entendait presque plus rien et vit son opposant disparaître en utilisant le genjutsu Dissimulation. C’est pour cette raison qu’il ne put le coup de genou qui vint lui frapper le menton.

Chihousou avait mis toute sa puissance dans cette attaque car après avoir utilisé la quasi-totalité de son chakra il ne lui restait que peu d’option. C’est donc avec soulagement qu’il vit son ami toucher le sol avec une certaine violence.
Il se laissa aussi tomber sur le sol, épuisé.


(Kiyo) : Toi non plus t’en peut plus ?
(Chihousou) : Tu dors pas ?
(Kiyo) : Je suis un peu sonné mais ça peut aller. Tu m’as fait quoi j’entendais presque plus rien après ton coup.
(Chihousou) : Kan'jouame, c’est un genjutsu qui inhibe l’un des sens de celui qui le subit. Je m’en sers bien même s’il use un peu trop de chakra à mon goût.
(Kiyo) : C’est vrai t’as l’air sur les rotules mon pauvre. Quoi que je suis pas très en forme non plus. On dit match nul ?
(Chihousou) : Ok.


(____)Les deux amis continuèrent à parler de tout et rien et surtout de l’année qui s’était écoulée. La déception de Kiyo quand on lui a appris que son ami ne pourrait pas faire de son équipe alors que Kaze-sensei en avait fait la demande, la découverte de son nouveau style de combat ainsi que les divers entraînements de Chi’ et sa sensei Ariora.
Puis ils virent un shinobi se dirigeait vers eux, de taille moyenne, les cheveux noirs et long coiffés en « annanas ». Il les regarda le sourire aux lèvres.


(Kaze) : Content de te revoir Chihousou. J’espère que t’as éclaté ce frimeur de Kiyo qui se pavane d’être mon élève ?
(Chihousou) : Désolé sempaï, match nul.
(Kiyo) : Commenct ça frimeur ? Et puis d’où j’me pavane ?
(Kaze) : La ferme triple buse ! Tu reviens juste de mission et tu te lance déjà dans un combat, t’es stupide ou quoi ?
(Kiyo) : Désolé sensei.
(Kaze) : C’est pas grave, je m’attendais pas à ce que tu restes les bras croisés de toutes façons. Je propose de vous inviter à dîner pour fêter nos retrouvailles. Ca vous tente ?
(Kiyo) : *Se lève d’un bond* Ca c’est un bon sensei.
(Chihousou) : T’étais pas sensé être exténué?
(Kiyo) : Maintenant que tu le dis *Retombe sur le dos* J’en peux plus, va falloir me porter les gars.*Sourit*
(Kaze) : Bien sur et c’est à ce moment là que tu te réveille !


(____)Tous trois passèrent donc la soirée à manger et à parler de nouveau de tout et de rien et à se remémorer leurs vieux souvenirs. Avant qu’ils se quittent Kaze avait annoncé à Chihousou qu’il devrait aller au QG car maintenant qu’il n’avait plus de réelles obligations auprès de son clan, il devrait passer plus de temps en mission surtout s’il souhaitait passer chuunin un jour.
A la fin de cette journée cependant Chihousou repensait surtout à son combat avec Kiyo, ils s’étaient quittés il y’a un an et son ami avait beaucoup plus progressé que lui. Lui avait était obligé d’utiliser une bonne partie de sa panoplie de combat alors que son ami n’avait pas utilisé de véritables techniques et aurait certainement put gagner alors qu’il revenait tout juste de mission.
« Je dois encore progresser. Même si mes sens sont bien meilleurs qu’avant ils ne peuvent me permettre de gagner un combat. On était au même niveau avant mais aujourd’hui il me surpasse en un contre un et il a plus d’expérience grâce aux missions. Mais dorénavant je me consacrerais au genjutsu et ninjutsu et puis quand elle reviendra je sui sur Ariora-sensei pourra m’aider. »


HRP: Le style de combat qu'utilise Kiyo pourrait s'assimiler à une sorte de capoeira à la sauce ninja, ça vous aidera peut-être à visualiser sa façon de se battre.


Dernière édition par Chihousou le 24/3/2008, 20:39, édité 1 fois
avatar
Chihousou
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 586
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Elwinar le 23/3/2008, 13:14

De retour chez moi, je cherchais dans mes livres toutes les informations que je pus sur ce style de combat dont le nom m'était revenu sur le terrain d'entraînement. Shisubeki était apparemment un nom donné à un style de combat dont le but était de tuer vite et bien, en visant en priorité les points vitaux, mais rien de plus n'était mentionné. Un passage à la bibliothèque s'imposait.

Je sortis rapidement de chez moi, me dirigeant vers le bâtiment qui abritait la collection d'ouvrages de gensou, une imposante bâtisse au toit couvert de tuiles rouges, et entrais par l'accueil en saluant la bibliothécaire, une femme d'une trentaine d'années. Je déambulais un instant parmi les rayons, puis je cherchais les ouvrages avancés de taïjutsu. J'en repérais un qui traitait en partie du Shisubeki, mais les quelques explications qu'il contenait me paraissaient obscures. Je trouvais tout de même un traité sur ce style compréhensible en partie.

Je me dirigeais ensuite vers les rayons de médecines et d'anatomie, et sélectionnais un livre traitant des points vitaux du corps humain. Ces deux livres en main, j'allais au QG pour m'inscrire sur la liste des genins sans équipe, pour le cas où d'autres aient besoin de former un groupe. Je me rendais ensuite dans un coin tranquille pour étudier les deux livres. Le traité de Shisubeki décrivait quelques exercices de combat à mains nues et aux armes blanches, pour améliorer la précision et la vitesse des coups.
Ca a l'air d'être efficace dit comme ça, mais ça doit être quand même plus galère

Je me dirigeais vers un mur sur lequel je traçais les contours d'un homme, et je m'aidais du livre de médecine pour y repérer les points sensibles. Je m'exerçais ensuite à lancer des shurikens dessus, d'abord un par un puis deux par deux, de façon statique puis en mouvement sous différents angles. Je m'entraînais ensuite à retenir les noms des points importants, leurs emplacements et la façon la plus rapide de les toucher, puis je pratiquais un exercice de kata décrit dans le livre. J'essayais ensuite de combiner les mouvements appris avec mon Shunshin no jutsu. Le résultat n'était pas transcendant, mais pouvait néanmoins se révéler fort utile dans l'optique d'un combat. Je continuais encore quelques temps mon entraînement, puis je rentrais en fin d'après-midi.

- Tu tombes bien, me dit mon père quand j'arrivais. Nous t'attendions, un chuunin veut te voir, au sujet de ta mission d'hier.
- Comment ça ? demandais-je. - Va le voir, il t'expliquera lui même.

Pfff, si c'est le même qui m'a filé cette mission, je l'explose.
Heureusement pour lui, le chuunin en question était un homme d'une quarantaine d'années que je ne connaissais pas. Il me vit arriver avec un petit sourire, et je m'assit en face de lui en attendant qu'il parle.

- Dis-moi, commença-t-il, comment s'est passé ta mission hier ?
- Sans aucun problème, répondis-je. - Tu peux donc m'expliquer pourquoi nous avons reçu une plainte de la part du client ?
- ... répondis-je avec une grande éloquence.
- Nous avons reçu une plainte de la part des parents du jeune Kares, affirmant que tu l'as maltraité.
- Je l'ai juste ligoté à un arbre, rétorquais-je. Si il avait pas essayé de m'assommer avec son bâton, ça se serait sûrement mieux passé pour lui.
- Il n'empêche que c'est une faute. La plainte a été retenue, et une amande t'es infligée, que tu payeras en faisant une mission supplémentaire cette nuit même. - Cette nuit ? Ca peut pas attendre ?
- Non, répondit le chuunin. Ta mission consistera à attraper le voleur qui dévalise les magasins de la rue commerçante la nuit. C'est une mission de rang C, et tu as intérêt à la réussir.
- Pfff, c'est lourd. Vous devriez plutôt dire aux veilleurs de nuit de faire mieux leur boulot ...
avatar
Elwinar
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 21
Date d'inscription : 09/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Chihousou le 24/3/2008, 18:00

(____)Chihousou avait bien réfléchi depuis sa discussion avec Kaze-sempai et il avait décidé d’aller au QG afin de trouver une mission ainsi que l‘équipe qui va avec. Cependant il devait faire un léger détour car le matin même son père lui avait subtilement indiqué que maintenant qu’il était un genin accepté du clan il serait temps de laisser son paternel tranquille afin qu’il puisse préparer en paix divers plan pour devenir le membre le plus influant du clan puis du village. Et comme « papounet » avait tout préparé Chihousou se retrouva avec les clés d’une vieille maison du clan proche de la cascade du village et loin du reste du clan où « gentil papa » avait déjà envoyé son grand frère quand celui-ci eut seize ans.

(____)Après avoir longuement marché dans le village caché de la cascade, l’héritier du clan Masaka se retrouva devant la vieille bâtisse proche donc de la cascade et entourée d’un petit bois, pas trop loin des rues animées de Gensou mais assez éloignée pour être au calme. C’était une vieille maison faite de bois et de pierres, de taille moyenne encore en bon état. Une fois à l’intérieur Chihousou vit que l’endroit devait être entretenue régulièrement, pas de toiles d’araignées et peu de poussière, il n’était venu ici qu’une seule fois auparavant, à l’époque son frère y vivait et la décoration n’avait pas changé depuis cet instant, c’était sobre et l’agencement des divers meubles respirait l’harmonie, Shigeru avait toujours cru et respecté le feng-shui.

(____)Plus tard après avoir fait un tour de la maison plus poussé, découvrant ainsi un magnifique bassin dans le jardin dont l’eau provient directement de la cascade de Gensou, Chihousou se décidait enfin à me diriger vers le Quartier Général.
Une fois arrivé devant l’imposant bâtiment il se dirigea vers le bureau se chargeant des équipes et des missions. Une fois là bas, il alla directement vers le chuunin qui semblait s’occupait des différents dossiers.


(Chihousou) : Excusez-moi, je viens afin de trouver une mission, qu’est qui faut que je fasse ?
(Chuunin) : Donnez-moi votre nom, votre grade et votre équipe si vous en avez une s’il bous plait.
(Chihousou) : Chihousou Masaka, genin, pas d’équipe.
(Chuunin) : Un sensei ?
(Chihousou) : Ariora-sensei.
(Chuunin) : Ok, on va chercher les missions que vous êtes susceptibles d’effectuer. Vous n’aurez qu’à repasser d’ici quelques temps voir ce qu’on à trouver pour vous.

(____)Il avait fait ce que lui avait conseillé Kaze, maintenant il n’avait plus qu’à attendre, il en profita aussi pour demander s’il pouvait avoir des nouvelles d’Ariora-sensei cependant le chuunin refusa de divulguer la moindre information.
Après tout ça, le Masaka se rendit au terrain d’entraînement, en effet depuis son combat avec Kiyo il n’avait fait que des recherches sur le genjutsu et il lui semblait qu’il fallait peut être travaillé son taijutsu ainsi que son ninjutsu.
Une fois au lieu où s’entraîne la plupart des shinobi de Gensou, il fut frappé par l’activité débordante de l’endroit, il était resté seul si souvent depuis plusieurs jours que ce changement le choqué au plus haut point. Partout des ninjas plus ou moins doués travaillaient leurs jutsus ou s’affrontaient dans des combats amicaux. Lui se dirigea vers l’un des arbres, il avait décidé de commencer par un simple échauffement avec des exercices de contrôle du chakra.
Arrivé au niveau de l’arbre et après quelques échauffements musculaires, Chihousou concentra son chakra au niveau de ses pieds et grimpa sans difficulté l’arbre, rapidement d’abord puis en marchant lentement ensuite.


(____)Après cet exercice presque simpliste il décidât de s’entraîner au contrôle de son affinité : le fûton. D’abord Kaze no tsurugi, il ne l’avait jamais essayais avec ses nouvelles lames, il se mit donc face à un rocher de grande taille, à un peu plus de deux mètres et fit sortir les lames de ses brassards. Il concentra son chakra avant de le transformer en chakra fûton puis le faire passer dans ses lames et lança son jutsu. La technique fonctionna parfaitement, le rocher qu’il avait choisi avait dorénavant une belle entaille. Satisfait de ce premier essai, il continua avec des doses de chakra et des distances de plus en plus importantes, jusqu’à environ cinq mètres de la cibles il n’avait aucun problèmes de visée et l’entaille était parfaite jusqu’à une certaine dose de chakra, au-delà le résultat était beaucoup moins probant, peu importe la quantité de chakra. Il continua son entraînement avec le maximum de chakra qu’il pouvait utiliser pour la meilleure efficacité ainsi qu’à une distance légèrement plus longue que cinq mètres. Au bout de plusieurs minutes, il sentit la fatigue l’envahir et décida de faire une pause. Il était content de lui car même si avec cette quantité de chakra il réussissait à entailler le rocher, les dégâts causaient auraient dut être plus important.

(____)Après s’être longuement reposé et avoir observé les autres shinobis présents, Chihousou décidât qu’il en avait assez fait et quitta le terrain d’entraînement. Le soleil était en train de se coucher sur Gensou et il se rendit compte qu’il n y’avait aucune affaire lui appartenant à son nouveau logis. Il fut donc obligé de passer par la maison paternelle avant de rentrer chez lui, par chance il ne rencontra ni son père ni sa mère et eut tout le temps nécessaire pour récupérer tout ce qui lui appartenait, au final tout juste un sac et pas vraiment plein.
Il ne sait pas pourquoi mais en voyant le peu d’affaires emmagasinées dans cette maison durant près de dix-sept années ne représentait rien pour lui et il compris que finalement cette nouvelle maison lui offrait un nouveau départ, le début d’une vie dont il serait le seul maître, une vie régit uniquement par sa volonté et sa détermination, une vie dont il choisirais lui-même le chemin et se forgerais sa propre destiné.

(____)C’est donc d’un œil nouveau qu’il voyait cette vielle bâtisse de bois et de pierre qui se dressait fièrement devant lui. Et il en fut d’autant plus convaincu lorsqu’en rangeant ses affaires dans sa nouvelle chambre il trouva un drôle de carnet. Ce carnet aurait put paraître normal mais sur sa couverture y était apposé un sceau complexe avec en son centre les contours d’une main, à part ce sceau la seule chose que Chihousou remarqua fut l’étiquette sur laquelle était inscrite un nom ou plus précisément le nom de son frère : « Shigeru Masaka ». Intrigué, il décidât de mettre sa main sur l’empreinte, rien ne se passa, le contraire l’aurait étonné. Il tenta d’ouvrir ce carnet et celui-ci, à sa grande surprise, n’opposa aucune résistance, cependant à l’intérieur toutes les pages sont blanches excepté la première recouverte d’un petit texte.

(____)Sur ces pages seront inscrit mes pensées, mes désirs, mes rêves et mes secrets. Tout cela à ton intention, tout ce qui se passeras depuis mon départ je l’ai déjà prévu. Un génie, c’est ce que je suis d’après les autres, une bénédiction pour beaucoup et une malédiction pour moi. Tout comprendre, les souffrances et la douleur d’autrui, je les sens dans mes veines comme si c’étaient les miennes, c’est pour cela que je suis parti car tes souffrances me rendaient malade et pourtant quand j’étais avec toi je me sentais presque normal alors j’ai compris. Pour me soigner je devais t’aider d’abord à réaliser tes rêves y compris ceux dont tu ne te doutes même pas et la seule solution était mon départ.
Mais sache que je t’ai toujours suivi, dans chacune des marches construisant ton destin et mon sauvetage, sache que je suis à tes côtés et le seraient jusqu’à la fin, plus proche que tu ne l’imagineras jamais. Mon plan est parfait car je sais que tu réussiras là où moi j’ai échoué, ne me demande pas pourquoi, je le sais c’est tout et si tu lis ses lignes sait que j’avais raison pour le début alors pourquoi pas pour la suite ?
Ensuite saches que dans ce carnet tu trouveras mes idées d’entraînement, de techniques que j’ai mises au point, je sais qu’elles te serviront mais encore faut-il que tu découvres comment défaire chaque sceaux que j’ai fait pour protéger mes secrets car si tu n’en est pas capable alors peut-être me serait-je trompé.
Pour finir, j’espère que tu as rencontré Kaze car il pourrait t’être d’une grande aide dans ce qui se profile devant toi mais surtout je dois te dire que peu importe ce que tu penses de moi aujourd’hui n’oublie jamais une chose : nous sommes liés par le sang qui coulent dans nos veines et nos destins sont indissociables et surtout dis-toi bien que je t’aime petit frère et que même si tu ne le voit pas chaque chose que j’ai entrepris était dans le but de nous réunir pour ne plus jamais être séparé.
(____)Ton frère, Shigeru
Ps : Tu verras la maison est très bien équipée
.

(____) « Qu’est-ce que c’est que ça ? Alors tout était prévu, et moi qui croyais être enfin libre de mes actes, apparemment je me suis planté. Et puis c’est quoi « ce qui se profile devant toi », pourquoi aurais-je besoin de Kaze ? Pourquoi m’offre-t-il ses techniques ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi… ? Cependant, même si ça ne me plaît pas de savoir que tout était prévu, je dois avouer que j’ai hâte de découvrir les techniques que mon frère à laisser à mon intention mais cela voudrait dire que j’accepte que mon destin n’est pas entre mes mains : que je ne suis pas libre. »

(____)Chihousou réfléchit longuement à la question et il ne trouvait pas de réponses satisfaisantes. Certes il souhaitait retrouver son frère mais s’il décidait de se fier à ce carnet ce serait au détriment de sa liberté et s’il ne suivait pas les conseils de ce carnet, pourrait-il retrouver son frère ?
Pour se libérer l’esprit il décida d’explorer la maison, il n’avait pas vu grand-chose d’elle : le salon et la cuisine qui prenaient tout le rez-de-chaussée, sa chambre ainsi qu’une autre et la salle de bain était au premier étage, mais il y’avait encore un grenier ainsi qu’une cave à explorer. Etant au premier étage il décida de commencer par le grenier cependant comme pour le carnet, un sceau était apposé sur la trappe, interdisant l’accès à cette pièce.
N’ayant aucune envie de s’attarder sur ce nouveau sceau, il descendit les escaliers pour se retrouver devant la porte de la cave, une porte massive faite de pierre mais qui ne semblait pas verrouiller. Chihousou descendit l’escalier et se retrouva dans une salle…obscure, il remonta donc pour trouver des allumettes et une torche.
Une fois avoir allumé la salle il fut plus que surpris en découvrant ce qu’elle garder en son sein. Déjà la salle était immense, plus grande que la maison, elle devait s’étendre sur toute la surface du terrain, adossés au murs on pouvait voir à droite des armoires contenant diverses armes (arcs, sabres, lances, couteau mais aussi kunaï, shuriken…) et à gauche une immense bibliothèque contenant des ouvrages traitant de toutes les techniques ninjas : sceaux, jutsu médicaux, invocations et bien évidemment ninjutsu, taijutsu et genjutsu. Et pour clore le tout au fond de la salle était installés divers mannequins, cibles et même un sorte de source souterraine pour s’entraîner au contrôle du chakra et dont on pouvait régler le débit.
C’est simple, cet endroit était une vraie mine d’or pour un shinobi


(____)« Ici je pourrais devenir fort, suffisamment pour pouvoir choisir mon destin. Si en plus je découvre les secrets du carnet alors plus personne ne pourra plus jamais me dictait ma conduite »
C’est ainsi que Chihousou pris la décision de suivre les conseils du carnet laisser par son frère, il ne savait pas ce que Shigeru attendait de lui mais s’il devenait assez puissant alors il pourrait suivre sa propre voie et faire face à n’importe quoi pour retrouver son frère et faire qu’ils soient enfin réunis. Il choisit cependant de rendre visite à Kaze deain pour voir si celui-ci ne pouvait pas l’aider à en savoir plus.


Dernière édition par Chihousou le 24/3/2008, 20:43, édité 1 fois
avatar
Chihousou
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 586
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Elwinar le 24/3/2008, 19:04

C'est ainsi que je me retrouvais aux alentours de minuit perché sur un des toits les plus hauts de la rue commerçante de Gensou, entouré d'un genjustu de dissimulation qui me confondait avec un mur que je peinais à maintenir depuis maintenant plus d'une heure. La lune jetait un peu partout un éclat argenté, mais nulle ombre suspecte de venait troubler la tranquillité de la rue. Je soupirais un instant, puis me résignais à attendre encore jusqu'au petit jour.

Avec l'aide de quelques marchands, j'avais tendu des pièges sonores pour repérer plus facilement les indiscrets, un son de cloche devant m'avertir de la présence de l'un d'eux avec différents tons selon la localisation de l'endroit. J'avais aussi préparé un endroit où je pourrais capturer l'éventuel voleur à l'aide de pièges. Il y avait eu quelques fausses alertes depuis le début de la soirée, mais je ne perdais pas espoir en cette solution. J'écoutais attentivement, fermant légèrement le yeux.
Toujours rien de ce coté ...

Je reportais mon attention sur la rue, juste à temps pour voir une silhouette traverser discrètement la rue, puis se coller à un mur en vérifiant que personne ne la voyait. La silhouette promena son regard un peu partout, et j'arrêtais même de respirer quand celui-ci se posa sur moi, mais elle ne me vit pas et continua son inspection. Elle reprit son avancée, et s'approcha d'une porte que je reconnaissais comme celle d'un joaillier assez connu qui m'avait promit monts et fortunes si j'arrivais à attraper le voleur cette nuit.

La silhouette se pencha sur la poignée, pendant que je m'approchais discrètement de l'endroit. Je la voyais composer quelques signes avec les mains, et je reconnus une technique ninja enseignée à l'académie permettant d'ouvrir les serrures. A la taille du voleur, ce ne devait pas être un ninja très vieux, sûrement un élève de l'académie, ce qui signifiait qu'il tenterait peut-être de me combattre. Il rentrait dans le bâtiment, laissant la porte légèrement entrouverte derrière lui.

J'en profitais pour m'approcher à mon tour de la porte, tendant un petit piège qui devrait l'occuper le temps que je l'assomme ou au moins que je le bloque, composé d'un fil ninja placé en bas de la porte, qui se tendrait quand celle-ci serait ouverte, le faisant trébucher. Je retournais ensuite me cacher non loin, négligeant cette fois ci de mettre un genjutsu en place. Quelques minutes d'attentes pendant lesquelles aucune bruit ne filtra ni de mon coté ni de la boutique, je commençais à craindre que le voleur ne se soit déjà enfui par un toit, quand celui ci ressortit de la boutique, un sac à la main, en se prenant les pieds dans le fil.

Il trébucha, et je profitais de l'instant pour bondir, récupérant le sac de la main gauche tout en lui assenant un coup de poing sur le crâne pour l'assommer, qui malheureusement ne remplit pas son office, mais sonnant quelques peu le voleur. La voleuse, devrais-je plutôt dire, puisque le monte-en-l'air en question se révélait être une jeune fille arborant un air méchant tout en me foudroyant du regard.

- Rend moi ça, dit-elle d'un ton menaçant.
- Et pourquoi cela ? rétorquais-je en commençant à reculer. C'est donc une voleuse apprentie ninja que l'on m'a demandé de capturer. Je n'en espérais pas tant pour une mission comme celle-ci ...
- Rend moi ce sac ou je viens le chercher moi même, reprit-elle en s'avançant vers moi.
- Bien sûr, c'est très convainquant comme menace, la titillais-je.

Elle se mit à courir vers moi, dégainant un shuriken que j'esquivais sans mal, et je partis en direction de la zone piégée en courant, poursuivit par la voleuse ...
avatar
Elwinar
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 21
Date d'inscription : 09/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Hakaima le 26/3/2008, 17:04

8 h 30 du matin je me levais non sans difficulté, le soleil éclairais ma chambre de sa chaleur matinal, la journée s’annonçais radieuse. L’examen chuunin se profilé a l’horizon mais je n’était pas encore décidé a y participé.
Je pris mon petit déjeuner puis sortis pour me diriger vers le stade de l’académie sans oublier de prendre avec moi le livre de Mr Inuzaka bien décidé a commencer sérieusement mon entraînement, .
Arrivé a destination l’espace était désert. Je pris le temps de relire le livre avant de commencer :

« Alors, sa non, bien trop compliqué ; alors celui la, non trop difficile »

A mon grand regret l’intégralité des techniques Kan’sei Mizu étaient bien trop difficile à maîtriser qu’a cela ne tienne il y aurait bien une technique dans ce livre a ma porté.
Après une longue et difficile sélection je decidais de porter mon dévolu sur une technique Suiton de base appelé « Dangan Mizu (Balle d’eau) »

D’après la lecture rien de bien compliqué, cette technique consisté a concentré un volume d’eau en une sphère (plus le volume d’eau compressé était grand plus puissante serai la technique) et ensuite de la lancé sur un adversaire, vraiment rien de bien compliqué.
Je me dirigeais vers le point d’eau le plus proche, qui s’avérait être une petite marre juste a coté de l’académie pour y expérimenté ma technique, selon les instructions il fallait décomposer en deux étapes l’apprentissage de la technique. D’une part il fallait concentré un volume d’eau plus ou moins grand et ensuite réussir à le lancer sans que celle-ci ne se décompose, rien de bien compliqué selon les écrits.

Après la théorie la pratique, je me concentrais intensément, malaxant délicatement mon chakra pour pouvoir ressentir son cheminement, puis faisant une suite de signe je prononcais :

« Ninpô : Dangan Mizu »

Une petite masse liquide s’extirpa de la marre pour se stabilisé dans les air, je me concentrais sur cette dernière pour essayer de la comprimé mais rien ne se passait, la masse onduler légèrement mais resté informe, lorsque soudain contrôlant mal mon flux de chakra je fis exploser cette dernière, je me retrouvé trempé de la tête au pied, me faire éclabousser par ma propre technique était vraiment humiliant, j’espérais que personne ne m’avait remarquer, après une brève pose ,je décidais de retentais ma chance.
Reformant les signe je réitérais ma technique :

« Ninpô : Dangan Mizu »

Une masse de taille égale, voir légèrement plus grande, s’éleva encore une fois de la surface de l’eau, ma concentration était complète, je fixais la masse fermant mes mains autour de cette dernière pour former une sphère, le liquide ondula puis se mit a réduire de volume lentement, je fus étonné de voir un tel spectacle, mais mon moment de relâchement me valut une nouvelle douche, mais qu’a cela ne tienne j’étais sur la bonne voie.

Les heures passait je recommençais sans cesse le volume devenais de plus en plus petit au fur et a mesure de mes essais jusqu'à ce que j’obtienne enfin un petite sphère de la taille d’un ballon, j’étais très heureux d’être arrivé a ce résultat, la première étape était un succès, ne restais plus qu’a projeter mon œuvre sur un objet.
Examinant les alentours mon attention fut retenu par un arbreà une quinzaine mètre, restant concentré pour conserver l’état sphérique de la masse liquide je projetais cette dernière en direction de la cible mais au bout de cinq ou six mètres la sphère se disloqua comme si l’on avait jetait de l’eau avec un sot, quelque chose ne devait pas tourner rond, échouer si prés du but.
Cet échec ne me découragea pas pour autant, reformant une énième fois les signes :

« Ninpô : Dangan Mizu »

Cette fois la sphère se forma quasi instantanément entre mes mains à partir de l’eau de la marre, la première phase était vraiment au point, ne restais plus qu’a maîtriser la seconde.
Visant l’arbre, évaluant la distance qui nous séparer, je lançais une nouvelles fois ma technique qui ne parcouru guère plus de distance avant de s’éparpillais, peut être le problème était dû a la quantité de chakra déployé, trop faible peut être pour pouvoir garder la forme mais pas trop forte pour ne pas me retrouvé encore une fois éclaboussé, il fallais trouvé un juste équilibre dans le dosage, après de nombreux essais qui se rapproché de plus en plus de la cible vint l’essai gagnant, ma technique frappa de plein fouet l’arbre, ses feuilles frémirent sous l’impact, tout était une question de dosage, mais par soucis de perfectionnisme je décidais de retentais ma chance pour me prouver que ma réussite n’était pas une question de chance.

« Ninpô : Dangan Mizu »


Ma technique frappa une nouvelle fois le tronc et fit même cette fois tomber quelques feuilles verte de l’arbre, j’étais euphorique j’avais réussit à maîtriser en une seule journée les bases de ma première techniques Suiton ne restais plus maintenant qu’a peaufiné mon geste et elle serai au point.
Le reste de l’après-midi ne fut que répétition.

La journée était déjà bien entamé et le soleil commençais à chatouiller le haut des montagnes de plus j’avais utilisé beaucoup plus de chakra aujourd’hui que je n’en avait jamais utilisé en une seule journée, je me laissais tomber à la renverse sur le sol qui me parut
Je regardais l’arbre qui avait subit depuis toute l’après midi les assaut répété de ma technique, le tronc était a présent dépourvu d’écorce et les feuille était tombé en masse autour de ce dernier, je souris fier de ma prestation et décidais de rentrer chez moi prendre un repos bien mérité.
avatar
Hakaima
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 566
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Kodomo no Asu...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Han-Ryu le 26/3/2008, 18:38

...
Le lendemain, Han décida d'aller aux sources d'eaux chaudes pour aller s'entraîner tranquillement au ninjutsu. Apres ce qu'il c'est passé la veille, il ne préfère pas voir ces parents de la journée.

Han-Ryu : Faire une mission…Non j’ai trop la flemme

Han traversa près de la moitié de Gensou pour aller aux bains car il habite entre le temple et la zone commerciale, lieu asser tranquille (sauf quand Maya hurle sauvagement...).

Han-Ryu : Bonjour une entrée s’il vous plait.

Gérante des bains : Voila monsieur, 10 Ryos s’il vous plait…

Han se changea et commença à marcher tranquillement sur l’eau. Ceci est un bon entraînement pour pouvoir concentré son chackra dans une zone précise se son corps.
Peut de personnes étaient présente se matin mais le peut de personne étant ici, regardaient Han. mais ceci ne dérangea pas du tout han bien au contraire…

Han-Ryu : Bon je vais accélérer le rythme ….

Han se mit à courir à la surface de l’eau et troubla la tranquillité de celle-ci .Il fit des tours complet de bassin et il se dit :

Han-Ryu : Mais sa me sert à rien !

Une seconde après avoir rouspéter, une chose projeta Han et le fit tomber à l’eau. Il se releva pour remonter à la surface et regarda autour de lui….

Un vieil homme asser baraquer pour son age interpella Han mais quelque chose lui dit qu’il connaît beaucoup au niveau art ninja….

Vieil inconnu : Si tu compte t’entraîner au ninjutsu comme sa, Gensou a le temps de changer 100 fois de Kage !

Han-Ryu : Qui êtes vous ? Et que me voulez vous ?

Vieil inconnu : Pas la peine de m’agresser de la sorte jeune homme, je cherchait juste à t’aider dans ton entraînement, mais si tu ne veut pas que j’insiste….

Han-Ryu ; Vous voulez m’aidez ? Et je n’ais jamais dis que je ne voulais pas !

Vieil inconnu : Bien ! Pour commencer continu à faire se que tu était en train de faire mais cette fois si je vais faire jaillir des jets d’eau que tu devra éviter .Ceci t’entraînera en esquive et améliorera ton instinct.

Han-Ryu : Mais je veut m’entraîner au ninjutsu….

Vieil inconnu : TAIT TOI !!!! Et ais confiance en moi ! Si t ne connaît que du ninjutsu cela ne t’aidera pas beaucoup dans certaines missions !
Han-Ryu : D’accord mais pourquoi faites vous cela ? Pour moi ?

Vieil inconnu : Je suis à la retraite et je m’ennuis tu sais ! En plus tu me rappelle un de mes anciens élève que j’avais il y a fort longtemps…

Han-Ryu : Et qui était-ce ?

Vieil inconnu : TAIT TOI !!!! On commence l’entraînement !

Une magnifique journée d’entraînement attendra Han qui, après avoir rencontrer cette personne encore inconnu à nos yeux, se ramassa plusieurs fois un jet d’eau puissant à la figure. Un entraînement qui mêle à la fois ninjutsu et Taijutsu. Quel ironie du sort pour Han ! Il n’est pas très doué en Taijutsu mais se perfectionner et surtout se ré entraîner dans cette voies ne luis sera que favorable.

2 heures passèrent

Vieil inconnu : Alors tu est épuisé ?

Han-Ryu : (soupir) Comment vous appelé vous ? (Soupir)

Vieil inconnu : TAIT TOI !!!! Ce n’est pas la question !!!!! Est tu épuisé ?!

Han-Ryu : OUI !!! Et j’ais faim !

Vieil inconnu : Bien On se rejoint fasse au bâtiment il est midi passer et je t’invite au restaurant il faut qu’on se parle

Han-Ryu : Hein….

Puis l’homme disparu soudainement dans un nuage de vapeur …

Il est midi et demi et Han sort du bâtiment et rejoint son « entraîneur »

Han-Ryu : Alors ? On mange où ?

Vieil inconnu : TAIT TOI !!!! (Et oui encore…) Tu es en retard ! Une vrai Kunoichie pour te changer ! Voir pire ! Même une kunoichie met moins de temps ! Heureusement qu’on n’est pas en mission !

Han-Ryu : (quel rabat-joie….) Je ne me téléporte pas moi !

Vieil inconnu : TAIT TOI !!! et suis moi !....

Apres quelques minutes de marche dans un silence plus que morbide, Han et le vieil homme entrent dans un restaurant bien fréquenter de la rue….Ils prirent une table et s’installèrent.


Vieil inconnu : Tout d’abord, donne mois ton nom que je sache comment t’appelé

Han-Ryu : Et bien c’est peut être temps !

Vieil inconnu : TAIT TOI !!! Et répond à ma question !

Han-Ryu : Je m’appelle Han-Ryu Vanda ! Mais appelé moi Han !

Vieil inconnu : (Vanda ?...) D’accord...
avatar
Han-Ryu
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 19
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Sans aucun doute devant un ordinateur ou en train de dormir^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La quête des 7 sabreurs renégats : Prologue

Message par Invité le 29/3/2008, 00:25

Nous arrivâmes enfin à Gensou, devant une grande cascade, que je n’avais jamais vu auparavant. Selon moi, ce devait être la porte principale, la porte Sud, puisqu’à l’aller, nous avions pris la porte Est. Nos dodos accélérèrent sans que l’on leur demande, sûrement l’habitude, puis sautèrent au dessus du petit vide ou s’affalait la géante chute d’eau, puis s’engouffrèrent dans une puissante masse aquatique. Quand j’ouvris les yeux que j’avais préalablement fermés, je vis les énormes portes du village, surveillées par des gardes. Seiichi parti en tête avec son dodo, et nous le suivîmes au trot. Nous nous arrêtâmes dans une écurie, et pendant que Seiichi vendait son dodo au prix le plus élevé possible, Keiji rendait le sien, récupérant en même temps une bourse de caution. Puis, argent en poche, Seiichi vint vers moi.

Seiichi : Tu te rappelles des katas que je t’ai appris ?
Moi : Oui, pourquoi ?
Seiichi : Tu vas aller dans le bar "No-Suiton Bar" et demander Yuukio Wutoomi et lui proposer de sortir pour un combat.
Moi : Pardon ?!!
Seiichi : Premièrement, ne laisse pas apercevoir tes émotions sur ton visage, et retiens bien ce conseil, il te servira beaucoup dans ta vie. Deuxièmement, reste toujours calme, quelque soit la situation... surtout avec tes yeux. Troisièmement, avant le combat, tu lui diras que tu veux lui montrer quelques katas pour l’impressionner et tu lui montreras ce que je t’ai appris. Il ne se battra pas avec toi par la suite, mais remarquera que je t’envoie. Aussi, montre lui le katana Akezumi !
Moi : J’arrive pas à le croire...
Seiichi : Tu vas devoir. Je dois te dire quelque chose d’important... C’est moi qui t’aie confié à Keiji, car je connaissais tes parents, qui faisaient parti d’un clan de grands sabreurs. Je crois que tes parents sont toujours en vie...
Moi : Sérieux ? La classe... Et ils sont devenus quoi mes parents ?
Seiichi : Ton père est ivrogne et ta mère, une catin.
Moi : Et merde...

Seiichi : Soit. C’est grâce à ça que je connais tes facultés. Enfin bref, tu vas voir Yuukio et tu fais ce que je t’ai dis !
Moi : Ok, j’exécute !

Je partis donc dans ce bar, que je connaissais déjà, celui dont s’occupait une genin du nom d’Evaline, une super bombe sex’. Après 10 minutes de trajet, j’arrivai à destination et vis la porte du bar grande ouverte. Ca sentait l’alcool, le tabac et la merde à plein nez, cette odeur me donnait la nausée... aux autres aussi d’ailleurs :

Moi : Bonjour !!! Je recherche Yuukio Wutoomi !!!!
Ivrogne 1 : Mais fermes ta gueule fils de [censuré...]

Je gardai mon calme, suivant les dires de Seiichi, jusqu’à ce que j’entende une voix venant de ma gauche.

Yuukio : C’est moi, en personne...
Moi : Je vous défie dans un combat au sabre !
Ivrognes, à l’unisson : WOOOOH ! C’est qu’il est courageux le jeune homme !
Ivrogne 2 : Applaudissons le !!!

Ils m’applaudirent tous, d’un ton ironique et extrêmement déplaisant. Quant à Yuukio, ayant l’air complètement sobre, il se leva et passa lentement à côté de moi, ne m’adressant même pas un regard, cigarette à la bouche. Il se mit devant le bar, pendant que tous les ivrognes se pressaient en dehors, espérant voir un magnifique spectacle de massacre sanglant. Je pris l’initiative de dégainer mon katana « normal » et lui dis à haute voix.

Moi : Avant cela, je tiens à te montrer un aperçu de ma puissance...
Ivrogne : Mais ta gueule et court vers la mort espèce de baisé de la vie !

Ne prenant pas compte de ces injures, j’effectuai d’abord la première botte que Seiichi m’avait apprise. Une fois fini, je regardai Yuukio, et celui-ci n’avait pas l’air surpris, je décidai donc d’enchaîner avec la 2e, puis lui jetai un autre regard... Yuukio avait toujours cette attitude décontract. Je rangeai alors mon katana, et sorti le katana harpon Akezumi, et toute la foule recula d’une dizaine de mètre, certains courant même se cacher dans les toilettes du bar. Yuukio, lui, rengaina son arme et avança vers moi.

Yuukio : Alors c’est toi le nouveau numéro 1...
Moi : Euh pardon ?
Yuukio : Ce katana... tu es bien le descendant de Akezumi, non ?
Moi : Pas du tout... Je suis Maboroshi Ryuuzaki, anciennement Noyaku Ryuuzaki...
Yuukio : Noyaku ?!!
Moi : Enfin un signe d’étonnement, je désespérai... Euh, pourquoi avoir répété Noyaku au lieu de Maboroshi ?
Yuukio : Je comprends... c’est Seiichi qui t’envoies... suis moi !

Yuukio m’emmena dans une sorte d’atelier... pour ne pas dire « dojo en mauvais état » et entre ouvra la porte.

Yuukio : N’ouvre pas plus, sinon la porte s’effondre...
Moi : Euh... je suis sensé répondre ?
Yuukio : Ce n’est pas nécessaire, entre...

Nous pénétrâmes dans un dojo dont le sol était parqué, les parois moussées et les porte-armes vidés. Il enleva soigneusement un peu de mousse d’une paroi, et une petite entrée murale apparue devant mes yeux ébahis. Il me fit signe de ramper à l’intérieur, m’indiquant qu’il allait refermer ce passage. Je me pressai de pénétrer dans ce trou et découvris ensuite, une grande salle rocheuse et visiblement humide, avec en son centre, une table recouverte d’un grand parchemin. Yuukio arriva immédiatement après moi, et se dirigea vers le parchemin, me bousculant un peu.

Yuukio : Lis ce rouleau, tu comprendras tout... et je pense que si Seiichi t’a envoyé, c’est à cause de ton ancien nom et de ton katana...
Moi : Qu’est-ce que mon nom fout la dedans ?
Yuukio : Comme tu le vois, j’ai à peu près 15 ans de moins que Seiichi, mais malgré ça, je suis quand même très vieux... trop vieux... Et tous ceux de mon âge connaissent le compétence des Noyaku, étant extrêmement redoutable...
Moi : Ah... vous aussi...
Yuukio : Oui, et maintenant, tais toi et lis !

C’est vrai qu’après une petite analyse visuelle, je vis que Yuukio n’était pas très jeune... Il était mal rasé, vêtu d’un kimono grisâtre, sûrement anciennement blanc, et avait les yeux noirs opaques, ainsi que des cheveux... des cheveux... spéciaux, entre gris et noir offrant certaines mèches blanches, d’autres grises, d’autres noires...
Puis je détournai mes yeux vers ce fameux écriteau, et vis une liste de noms... 7 précisément.


Liste des 7 élèves renégats de l’école Yamshi Gowo no Wu

Moi : Mais c’est quoi ce nom de merde ? Ca veut rien dire du tout...
Yuukio, m’adressant un sourire idiot : Je sais, mais ça faisait classe...

Je repris...

Liste des 7 élèves renégats de l’école Yamshi Gowo no Wu

7e Hakuryoku Masatsura : Le septième élève renégat de l’école Yamshi Gowo no Wu, et par conséquent, le plus faible de tous. Malgré une très bonne maîtrise du sabre et une puissance sans égal, ce jeune homme de 23 ans faisant environ 106 kilos est très lent, son point faible. Son manque de fluidité le rendant inefficace contre les adversaires extrêmement rapide, il comble ce manque par sa capacité spéciale qu’il mit lui seul au point. Un rayon de chakra partant de la partie avant de son épée imposante, faisant la même largeur [5 cm] et pouvant s’allonger à souhait. Une fois cette attaque lancée, il est apparemment difficile pour Masatsura de l’arrêter immédiatement, détail à prendre en considération. [Classé rang D+]

Localité : Quelque part dans Suiteki.


6e Noyaku Suki : La plus jeune de tous, et sixième élève renégat la plus puissante. Contrairement aux autres, elle devint sabreuse par excellence à seulement 9 ans, et a maintenant environ 16. Sa vitesse, alliée à sa capacité oculaire l’avantage grandement, malgré son manque de force brut, et ça coquetterie naturelle. Cependant, elle mit au point une technique très spéciale, en effet, sa technique consiste à bouger ses pieds très rapidement [vitesse trop élevée pour pouvoir la calculer] grâce a un flux de chakra, sans avoir besoin de le montrer, lui procurant alors une capacité de téléportation à quelques mètres aux alentours [un rayon 7 mètres]. La seule manière de pouvoir la battre et de l’immobiliser, détail à prendre en considération. [Classé rang C+]

Localité : Quelque part dans Suiteki. Attention, adversaire proche de Hakuryoku Masatsura, veiller à ne pas se battre contre les deux en même temps à cause de leurs compétences se complétant.


5e Ryuurei Miki : Plus vieux que Suki d’un an à peine, mais ayant une expérience égalant 5 ans de plus qu’elle. Ce jeune bretteur se bat d’une manière extrêmement distinguée, avec une rapière, et faisant toute sorte de tours et autres acrobaties élégantes. Cet élève extrêmement souple sera dur à toucher, même à effleurer grâce à sa flexibilité sans pareil. Quant à sa faculté spéciale, elle consiste à alléger sa lame à souhait. Faculté peu impressionnante mais se révélant redoutable en moment de duel de force à lame croisée. [Classé rang B-]

Localité : Contrées de Nagame.


4e Karei Reina : La plus belle de toutes les filles dans l’histoire de l’école Yamshi Gowo no Wu, mais aussi la plus forte. Ayant deux ans de plus que Suki, elle ne commença le kendo que bien plus tard. Elle maîtrise trente fois mieux le katana que Miki, a une force presque égal a celle de Masatsura, une vitesse pratiquement aussi élevée que Suki, et un sourire autant ravageur que celui du sirène. Elle réussi jadis l’impossible avant de s’enfuir pour les contrées de glaciale d’Hokuto. En effet, elle vola un sabre appartenant aux Maboroshi, permettant d’attirer l’eau, et ajouta à celui-ci une pierre Suishou Koori. Cette modification apporte désormais à cette arme de glacer tout ce que la lame touche, après don de chakra. [Classé rang A]

Localité : Voguant dans les plaines enneigées d’Heiki.


3e Terekineshisu Yukimichi : Elève le plus silencieux et concentré de l’école Yamshi Gowo no Wu. Peu d’informations ont été fournies sur cet étrange homme d’environ 25 ans, mais une grande maîtrise de l’arme blanche démontrée. Ce jeune garçon assez bizarre se bat constamment avec un masque sur la bouche, un bandeau lui cachant le nez et les yeux, et un autre lui cachant la plante des cheveux. Des rumeurs disent qu’il est capable de voir à travers le tissu, par conséquent aussi celui devant ses yeux, et d’autres disent que c’est du bandage bon marché, avec des coutures assez fines et bâclées. La technique qu’il mit au point est sans doute la plus étrange, car elle lui permet de se battre avec ses 7 katanas en même temps. Il les manie grâce à la télékinésie selon d’autres rumeurs, mais c’est sûrement du à un importation de son chakra sur les lames, lui permettant de les diriger sans les toucher. Cette technique lui permet de ne pas s’essouffler en mouvement, d’avoir une grande rapidité et facilité de réaction, d’avoir une défense difficilement pénétrable, une attaque difficilement parable, et d’être toujours propre, sans aucun pli sur sa veste ni tache de bout ou coupure. [Classé rang S]

Localité : Contrées de Nagame.


2e Wankyoku Jin : Elève... voir Co-professeur de l’école Yamshi Gowo no Wu. Demi-frère caché de Nami Akezumi, et presque aussi puissant. Pour un garçon de 20 ans, Jin a toujours un visage très fin, est imberbe et a des cheveux blancs ébouriffés retombant au niveau de son visage. Ses talents... il est rapide, doté d’une force assez important, surtout quand on voit la faible circonférence de son bras dont la musculature est assez bien développé, et il a mis au point une technique très étrange, autant complexe a maîtriser qu’à éviter. Sa technique consiste à introduire du chakra dans sa lame, pour que pendant qu’il lance un coup, celle-ci se déforme et empêche aux adversaires de prévoir ou se dirige la lame, par conséquent, les empêche d’esquiver. Cette technique, malgré la difficulté de l’apprentissage et de l’utilisation, est parfaitement utilisée par Jin, et lui a permit jusqu’ici de gagner tous ces combats.
Derrières ses mèches blanches, Jin était secrètement jaloux de son frère, surtout de sa place de n°1 des élèves de l’école, donc, après la fuite des 7 renégats, celui-ci se dirigea dans la propriété de Akezumi, et lui trancha la tête au cours d’un combat sanglant et effroyable, transgressant « l’accord des 7 sabreurs renégats ». Pour ne pas être poursuivi par les 5 autres sabreurs, Jin mit tout sur le dos des guerriers, et revint à sa propriété, serin, peu de gens, aujourd’hui, connaissent la vérité. [Classé rang S]

Localité : Plaines de Yuukan


1er Nami Akezumi : Elève surpassant de loin Yuukio Wutoomi, c’est lui qui écrit jadis « l’accord des sabreurs 7 renégats » les entraînant à déserter. Demi-frère de Wankyoku Jin, cependant, il ne lui accorda jamais de gestes affectueux ou autres mots gentils à son égard, le méprisant du plus au point.
En publique, Akezumi portait toujours un masque peint de formes complexes, avec du sang selon des rumeurs. Rares sont ceux qui connaissaient son visage, car il ne l’enlevait qu’en présence des 7 renégats et de son professeur seulement. Si une autre personne était présente, alors il le gardait fixé sur sa face. Après sa fuite à Hokuto, il décida d’enlever son masque et de le fixer à son épaule pour le reste de ses jours, pour qu’on ne le reconnaisse. Son stratagème marcha bien, puisque ne le connaissant de vue ni d’Adam ni d’Eve, tout le monde le prit pour un Samurai errant dans la région glaciale d’Hokuto.
Sa technique alliée à son aisance naturelle du katana le classa en première position des renégats. En effet, sa faculté spéciale consiste à imprégner le harpon en forme de croisant de lune, se trouvant au bout du manche de son katana, de chakra, et la matière entrant en contact avec harpon avant 10 secondes après, explosait. Sur un corps, ce n’était que le membre touché. La puissance de l’explosion dépendant de la quantité de chakra livrée, mais avant de pouvoir réaliser cet exploit, une très grande connaissance et maîtrise du chakra est requise.
[Classé rang S]

Localité : Mort.

Accord des 7 sabreurs renégats

Sur l’honneur, nous nous engageons ici, Hakuryoku Masatsura, Noyaku Suki, Ryuurei Miki, Karei Reina, Terekineshisu Yukimichi, Wankyoku Jin, Nami Akezumi, à déserter l’école Yamshi Gowo no Wu de Wutoomi Yuukio, et mettre nos capacités au service du pillage et de la destruction. Nous nous engageons aussi de ne pas tuer volontairement ou involontairement un des 7 renégats cités ci-dessus, sous peine d’être poursuivi et tué par les 5 autres. Nous nous engageons également de ne point divulguer d’informations sur les positions d’un ou de plusieurs renégats de cités ci-dessus, et de porter constamment un parchemin expliquant comment maîtriser sa propre technique spéciale, en récompense de celui qui nous tuera. De plus, nous nous engageons à s’auto incinérer si nous sentons notre mort venir, pour ne pas qu’un homme n’ayant commis aucun n’exploit vienne prendre possession du parchemin.

Hakuryoku Masatsura
Noyaku Suki
Ryuurei Miki
Karei Reina
Terekineshisu Yukimichi
Wankyoku Jin
Nami Akezumi


Dernière édition par Ryuuzaki le 30/3/2008, 18:05, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La quête des 7 sabreurs renégats : Prologue 2

Message par Invité le 29/3/2008, 00:25

Moi : Noyaku...
Yuukio : Oui, c’est bien ta sœur.
Moi : Emmenez moi à elle, s’il vous plait monsieur Wutoomi !
Yuukio, l’air gêné : Appelle moi plûtot Yuukio, ou Wu car Wutoomi me vieilli... Et puis tu as vu où elle se trouvait...
Moi : Suiteki...
Yuukio : Exact ! Une fois que tu seras devenu un peu plus puissant, tu partiras à sa recherche... Je pense que si tu lui expliques qui tu es, elle ne te fera rien...
Moi : Comment pouvez vous savoir ça ?!!!!!
Yuukio : Parce qu’elle était jadis mon élève, et en plus d’être la plus jeune de tous, elle était aussi la plus sensible. Si elle n’avait pas acquis ce talent au sabre, elle n’aurait pas fait parti des 7 sabreurs... Akezumi n’aurait jamais accepté.
Moi : Ca ne prouve rien...
Yuukio : Au contraire ! Elle a hésité à faire parti des 7 renégats car elle en voulait pas déserter et rester au près des gens qu’elle aime, mais elle fut convertie. J’ai un espion qui la surveillait, et elle le découvrit 2 heures après son installation... Tu sais ce qu’elle lui fit ?
Moi : Non, je ne vois pas comment je ferais pour savoir...
Yuukio : Elle parti le voir, lui fit un câlin et lui chuchota « Si dans une heure, tu continues de m’épier, je couperai ton tuyau d’arrosage masculin en petits morceaux avec une telle puissance que même en l’ayant déjà coupé, tu continueras de ressentir la douleur à chaque coup. ».
Moi, choqué : Et il est resté ?
Yuukio : Il est en ce moment aux urgences pour se faire greffer un autre sexe... ça répond à ta question ?
Moi, deux fois plus choqué : Putain... Moi j’aurai cavalé en retraite...
Yuukio, toujours aussi calme : J’aurai fait la même chose...

Moi : Au faite, de quand date ce parchemin, comment avez-vous eu ces infos, et qu’attendez vous de moi ?
Yuukio : Je renouvelle ce parchemin chaque année, en prenant soin d’allier à chaque version, la version originale de l’accord. J’ai ces infos grâce à mes espions... qui sont tous plus compétents que le “sans sexe“... Et ce que j’attends de toi ? J’attends de toi que tu tues tous les renégats et que tu m’apportes leurs manuscrits, où sont expliquées leurs techniques... Pourras tu exécuter cette quête...
Moi : Faut voir... vous payez en liquide ou en lingots ?...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Hors Quête : L'épreuve de Sanzo

Message par Invité le 30/3/2008, 13:53

Yuukio : Quoi ?! Tu veux que je te paie en plus ?!!!!
Moi : Bah... c’est un peu vous qui avez besoin de moi...
Yuukio : in’ generation... Soit, je te paie seulement 10 ryos par parhemin.
Moi : Vous rigolez n’est-ce pas ?
Yuukio : Tu crois que j’ai l’air de rire ? En plus, je n’ai même pas assez pour rénover ce dojo...
Moi : Ca coûte combien une rénovation ?
Yuukio : Bah... environ... 25 000 ryos...
Moi : QUOI ?! Vous avez combien ?
Yuukio : Bah pratiquement 20 000, mais c’est dur tu sais...
Moi : Spèce de sale radin, je veux 500 ryos par parchemin !
Yuukio : Hors de...
Moi : Merci l’vieux !

Puis je me faufilai à toute vitesse dans le trou de la sortie, après avoir mis la main sur le rouleau où gisaient les noms des 7 sabreurs. Après être parti tel une fusée et avoir fait tomber la porte en la poussant trop rapidement, j’errai dans la rue, regardant de plus près le profil de Suki... Elle devait être si gentille, et si belle... j’aurai sûrement préféré la connaître avant et dans d’autres circonstances. Pendant que je me perdais dans mes pensées, une voix retenti, criant mon prénom. Intrigué et surtout hors de la lune, je me retournai pour finalement faire face à Sanzo, un Maboroshi.

Sanzo : Alors Ryuu ! Ca fait un bail !!
Moi : Euh... juste une semaine...
Sanzo : En effet... bref, tout ça pour dire que je vois que tu as un nouveau katana, des nouveaux habits, une nouvelle coupe de cheveux... c’est le ravalement dis donc (rires).
Moi, assez embarrassé : Euh oui, on peut dire ça comme ça...
Sanzo, s’arrêtant de rire, me voyant embarrassé : Bon sinon, tu viens faire un tour dans la salle d’épreuve ? Histoire de voir si tu as progressé durant ton voyage.
Moi : Ok, c’est parti...

Nous allâmes donc au temple Maboroshi, et quand nous fîmes à l’intérieur, nous nous pénétrâmes dans la salle d’épreuve. C’était toujours le même parquet, les mêmes cloisons, le même éclairage... Rien n’avait changé, comme si personne n’était re-rentré depuis. Sanzo me tendit un pantalon.

Moi : Pas la peine... je connais la musique.

Je touchai à peine le pantalon, que je fus pris dans un genjutsu, comme je l’avais prédis. Sanzo avait disparu, mais je savais qu’il se trouvait toujours à mes côtés... je commençai donc le parcours sans me changer. J’avais préalablement enlevé mes chaussures à l’entrée, et le bruit que conféraient les chaussettes frappant contre le parquet sec était toujours aussi mélodieux à mon goût, la mélodie du danger, de la fuite. Un premier piège s’ouvra devant moi, le parquet. Les planches de bois s’écartèrent, créant un trou d’environ 1 mètre de diamètre. Je sautai sur le mur gauche, comme la première fois, puis pris appui sur celui-ci et me projetai vers la droite, où continuait le couloir. Je couru à la même vitesse pendant 5 minutes à peu près, évitant les trous, jusqu’à ce qu’une nouvelle série de piège s’offrit à moi. Le mur à 10 mètres de moi s’ouvra, laissant place à 6 kunais aiguisés prêts à être propulsés en ma direction. A ce moment, j’eus un déclic : je m’arrêtai, dégainai mon katana normal et me mis en garde, attendant les kunais de pied ferme. Dix secondes après, les kunais furent enfin tirés, et quand ils entrèrent dans cercle d’action, je criai haut et fort.

Moi : Kenjutsu : Le reflet lunaire !

Je bougeai ma lame très rapidement, balayant les 6 kunais avec quelques dixièmes de secondes de différence, puis repris ma course vers la fin du parcours. La trappe plafonnière apparue d’elle-même, et je ne fis que m’appuyer sur le mur où avait été précédemment tirés les kunais, puis me faufilai dans le trou menant à l’étage supérieur. A partir de maintenant, je me rappelai clairement de ce qui allait se passer, je commençai donc déjà à sprinter vers le mur en face de moi, puis celui-ci coulissa pour laisser paraître une flopée de kunais, environ 40, tous postés sur moi. Après avoir pris une grande vitesse, je me jetai au sol, pieds en avant, et retomba à l’étage inférieur juste devant le mur où étaient postés les armes ninjas. Je retombai sur mes deux pieds, une main au sol, puis repris ma course, la fin était là, devant moi.

Je sorti de ce parcours piégé et fus directement face à face avec une salamandre d’environ de même taille que moi, voire plus. Je levai les yeux lentement vers son crâne, avec une petite appréhension. Quand je la vis sourire, levant son poing, je couru vers la droite, avec pour but de m’éloigner d’elle. N’ayant pas prévu ça, la salamandre fut d’abord surprise, mais revint vite vers moi. Le temps qu’elle s’approche, j’avais déjà le katana Akezumi en main, et m’élançai vers elle. Je la frappai au coup, mais une énorme cuirasse sembla la protéger. Cette défense n’eut pas le temps de m’étonner que je fus déjà collé au mur, la main de la salamandre sur ma gorge.

Pendant que je m’étouffai, inconsciemment, ma main gauche rejoignit ma droite sur le manche de mon katana.


Moi : Kyôfugan

Je réalisai que la bête avait subit un petit rafistolage à la jambe droite, d’où l’absence de coup de pieds.

Moi : Kenjutsu : Le reflet lunaire !

Je maniai rapidement mon katana vers le bras de l’amphibien et le lui coupai. Pendant que le sang effusait sur mon visage, la bête créa un cri sortant du plus profond de ses entrailles. Je retombai lentement, mais m’accroupis rapidement pour ensuite lui couper les deux jambes. La bête cria toujours plus fort, s’effondrant au sol, pendant ce temps, je restai statique, choqué par mes actes... par tout ce sang... Je n’arrivai plus à bouger... A ce moment, Sanzo mit fin à son genjutsu et alla voir d’abord si je n’étais pas blessé, puis il alla examiner la salamandre..

Je désactivai mon dojutsu, et essuyai de ma main gauche le sang marquant mon visage. Puis Sanzo ouvrit une porte, menant à une salle de repos, par laquelle j’entrai pour débouler sur la salle de bain, et me lavai le visage avec un gant grainé. Quand je fus propre, j’allai rejoindre Sanzo pour m’excuser.


Moi : Désolé Sanzo, je ne sais pas ce qu’il m’a pris…
Sanzo : Pas grave, tu sais ce n’était pas une invocation, simplement une salamandre géante. Suite à un test sur les pilules militaires, cette salamandre a subitement grossi et a développé une grande envie de meurtre.
Moi : C’est pour ça que vous la gardez enfermé ?
Sanzo : Oui. Et puis, les membres que tu lui as coupés repousseront, sauf la jambe droite, ayant été précédemment coupé avec une épée scellée… mais sa jambe est facilement recollable.
Moi :Ca me rassure un peu, je n’ai pas vraiment créé de gros dégâts… Bon ce n’est pas tout mais je dois retourner chez moi, il se fait tard…
Sanzo : D’accord Ryuuzaki-kun, bye !

J’ouvris la fenêtre la plus proche de moi, et passai par là. J’atterris sur une motte d’herbe, puis me mis à courir en direction de la maison de Keiji. Le crépuscule était déjà au rendez-vous, et éclairait d’une faible lumière dorée, mon visage, créant un reflet sur mes yeux argentés. J’arrivai plus vite que d’habitude chez Keiji, et à peine rentré, je pris une douche et parti me coucher... Une longue quête allait bientôt commencer pour moi... une longue et rude quête. Mais j’étais quand même content, je jubilai à l’idée de rencontrer enfin ma sœur, un membre de ma famille dont leurs visages avaient étés effacés de ma mémoire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par yan le 30/3/2008, 19:44

yan était assis sur le toit d’une échoppe bordant les Grandes Allées de Gensou et ruminait sa colère, et pour cause, sa senseï, après environs 3 semaines d’absence lui avait donné rendez-vous ici à 7h00 du matin et il était presque 9h00. Or si yan était extrêmement rigoureux sur quelque chose, c’était sur ses heures de sommeil et de détente, et là il venait de perdre au moins 2h qui auraient pu être employé à des activités plus attrayante (dans ce cas là, dormir), mais étant de nature feignante, yan n’avait pas fait l’effort de rentrer chez lui. Histoire de se défouler, yan fit les gros yeux à un gamin qui le fixait et cria sur un passant qui le regardait de travers

*si kay-senseï vient, je vais lui faire un scandale ! me faire lever aux aurores et me faire attendre pendant 2 heures, ça frise la tentative d’homicide préméditée !*

yan adressa un sourire enjôleur à une jeune fille qui passait par là et répondit d’un clin d’œil au signe de main qu’elle lui adressa en réponse. A ce moment-là, la grande horloge hydraulique (logique pour le village de l’eau) sonna 9h00, yan renonça définitivement à espérer voir sa senseï arriver au rendez-vous et se leva lentement en s’étirant. Alors qu’il se demandait s’il rentrait chez lui ou s’il rejoignait la jeune fille qui s’éloignait lentement, quelqu’un se matérialisa devant lui. D’abord surpris, yan reconnut ensuite kay-lynn, sa senseï, qui se tenait devant lui les bras grand ouvert avec un air théâtral et un grand sourire. Yan prit d’abord un air renfrogné puis sans crier gare, assena un reecom kick retentissant dans le ventre de sa senseï qui se vit éjecter du toit par la puissance du coup. Elle se réceptionna au milieu des passants, attrapa le bras de yan qui revenait à la charge et le maîtrisa rapidement

kay-lynn- mais ça va pas de m’attaquer par surprise comme ça !! tu m’as fait mal au ventre !
yan- voilà ce qui arrive quand on se moque du monde !! ça fait 2h que je t’attends ! quand on donne rendez-vous à 7h00, on vient à 7h00, merde !
kay-lynn- j’ai marqué à 7h00 ? j’aurais juré avoir mis 9…
yan- la prochaine fois je viendrais 2h après l’heure fixée. Euh… tu peux me lâcher maintenant, s’il te plaît
kay-lynn- ah oui pardon. Bon, blague mise à part, marchons un peu et revenons-en au pourquoi de ce rendez-vous. Je t’ai fait venir ici pour que nous prévoyons les objectifs d’entraînement : pour commencer, je vais te fixer un objectif à court terme, l’examen chunin !
yan- le quoi ?
kay-lynn- l’examen pour passer chunin, banane ! d’après certaine rumeurs, le prochain exam aura lieu bientôt, je ne sais pas encore exactement quand, ni où, mais ce que je sais c’est que tu vas y participer
yan- mais pourquoi ? c’est pas un peu tôt pour moi ?
kay-lynn- pour 2 raisons, la première étant que ça te permettra de mettre ton apprentissage en pratique et la seconde que cela t’apportera une expérience que tu n’acquis pas en t’entraînant
yan- pourquoi pas après tout ? en plus si je passe chunin, je serais mieux payé donc plus de fric donc plus de fêtes, plus d’alcool, plus de…
kay-lynn- commence pas à te faire des illusions mon petit, le retour à la réalité en sera d’autant plus douloureux. Mais pour te préparer à l’examen, je t’ai préparé un programme d’entraînement en béton armé ! Au programme, ninjutsu appliqué et taïjutsu intensif, tu vas voir qu’avec ça tu vas être fin prêt pour l’examen !

*aïe aïe aïe ça promet, je vais en baver !*

kay-lynn- je t’explique : en ninjutsu, on va travailler ta maîtrise du chakra et la technique du « camouflage dans le brouillard »…
yan- tu sais, cette technique, je la maîtrise quasiment : j’arrive à faire une brume assez grande pour me cacher dedans…
kay-lynn- tant mieux !! on ira plus vite comme ça, mais ce que l’on travaillera le plus c’est le taïjutsu, on va développer ta maîtrise du combat à deux katanas et on travaillera ta souplesse et ton agilité, tu veux savoir pourquoi ? de toutes façon je vais te le dire : tu a un don instinctif pour l’esquive et on va tout miser sur ça, ok ? je vais faire de toi un combattant totalement imprévisible, un homme capable des mouvements les plus spectaculaires, des esquives les plus incroyables et des gestes les plus imprévisibles !

yan regardait sa senseï avec un air d’appréhension à la limite de la peur, l’enthousiasme dont faisait preuve kay-lynn l’inquiétait beaucoup, il savait d’expérience que ça ne présageait rien de bon… pour lui du moins. Malgré tout il se surprit à sourire devant l’enthousiasme débordant de sa senseï qui continuait à débiter des mots tellement rapidement que yan n’arrivait plus à suivre

kay-lynn- eh oh tu m’écoute ? je te disais que dès que tu seras entré en possession des tes nouveaux katanas, on iras s’entraîner avec, ok ?
yan- normalement je devrais les avoir d’ici très peu de temps
kay-lynn- dans tout les cas je te donne rendez-vous cet après-midi à 14h au terrain d’entraînement habituel, on va commencer les entraînements
yan sarcastique- faut-il que je vienne avec 2h de retard cette fois-ci ?
kay-lynn- fais pas l’insolent tu veux ? je déteste ça, et j’ai dit 14h donc c’est 14h et ne t’avise pas d’être en retard, je suis assez peu patiente
yan avec un grand sourire- ne t’inquiète pas je ménagerais ta patience autant que toi la mienne

il sauta sur le toit et s’éloigna sans attendre la réponse de sa senseï qui le regardait partir d’un air scandalisé. Yan se dirigea vers chez lui en passant par les toits. Après être accidentellement rentré dans un ramoneur qui était passé par là et avoir été coursé par un grand oiseau qui n’avait pas apprécié que son nid ai été renversé par yan, il arriva chez lui

*c’est fou le monde qu’il y a sur les toits ces temps-ci*

yan atterrit sur le toit de son bâtiment, ce qui était plus pratique pour lui étant donné qu’il habitait au dernier étage. En arrivant sur son palier il remarqua que sa porte était grande ouverte et il entendait des bruits de pas à l’intérieur, yan sortit un kunai, plus pratique pour se battre dans un appart aussi petit que le sien et avança prudemment dans le petit appartement, yan vit une silhouette massive au milieu du salon-salle à manger-cuisine, l’intrus regardait de tout les cotés comme s’il cherchait quelqu’un. Yan analysa rapidement la situation : l’homme était apparemment très costaud et il avait un grand sac susceptible de contenir des armes, mais d’un autre coté yan avait l’avantage de la surprise et l’homme semblait être seul et ne ressemblait ni à un ninja ni à un samouraï. Yan s’avança dans son dos et posa la pointe de son kunai sur la nuque de l’intrus

yan menaçant- lâche ce sac, lève lentement les mains et ne tente rien de stupide, sauf si tu tiens à ce que ta nuque soit transformée en gruyère…
homme- yan kaeshi ? je suis M.Marwais, j’amène vos sabres et je serais bien tenté d’augmenter votre note si vous continuer à me chatouiller le cou avec ce cure-dent

yan recula et reconnu le forgeron lorsqu’il se retourna, aussitôt yan l’invita à s’asseoir après avoir débarrassé un bout du divan des différents emballages, bouteille ou habits qui le jonchait

yan- bon ben excusez moi, j’ai cru que quelqu’un de malintentionné s’était introduit chez moi, vous voulez boire un truc ?
M.Marwais- non, merci, dire que j’étais venu en personne faire la livraison… enfin, vos sabres sont dans le sac, tenez il le lui tendit

yan sortit lentement les trois sabres du sac et les contempla avec révérence, les armes reposait dans leurs fourreaux noirs marqués de signes rouges, des cordelettes rouges de décoration s’enroulait autour des fourreaux. La garde des armes était noire et décorée de symboles rouges sang. La poignée était rouge et noire et le pommeau noir avec une perle rouge incrustée. Yan en avait le souffle coupé devant tant de perfection. Alors il sortit l’arme de son fourreau. Même en tant que récent connaisseur en matière de katana, yan vit que le lame était une oeuvre de grande qualité. Après avoir exécuté quelques mouvements, il se tourna vers le forgeron

yan- je n’ai pas l’habitude de faire des compliments mais là c’est un travail magnifique que vous avez accomplit, mais comment avez-vous fait pour qu’ils soient aussi légers ? je n’en ai encore jamais vu d’aussi légers
M.Marwais- hmf… secret professionnel, un bon artisan ne révèle pas ses secrets comme ça. Par ailleurs j’ai quelque chose d’important à vous dire

M.Marwais regarda yan droit dans les yeux, yan remarqua alors que le forgeron avait les yeux étrangement blancs

M.Marwais- ces sabres… je me suis vraiment appliqué à les faire et je les ai très bien fait, j’ai même hésité à les garder pour moi… en tout cas ce sont de très bons katanas alors vous avez intérêt à bien vous en servir, utiliser un katana comme un bourrin, c’est tuer sa qualité…

il s’arrêta un instant, prit un des trois sabres et le fit tourner dans sa main

M.Marwais- tout ça pour vous dire que vous devez vous montrer à la hauteur de ces armes, vous améliorez toujours plus pour qu’elles resplendissent… je vous les laisse parce que j’ai la faiblesse de croire que vous pouvez leurs faire honneur et aussi parce que vous devez être un des rares jeunes ninja à connaître encore, ne serais-ce que l’existence du combat à deux katanas. Maintenant si ça ne vous dérange pas je vais encaisser et repartir, j’ai d’autres choses à faire…
yan- euh…oui, bien sûr, je vais chercher l’argent

après avoir payé et salué le forgeron, yan le regarda s’éloigner dans la rue. Yan restait perplexe devant ce personnage atypique, le forgeron semblait bourru et réservé mais il avait malgré tout parlé longuement à propos des katanas. Il en parlait en vrai connaisseur et amateur. Yan reporta son attention sur ces nouvelles armes et se promit d’aller les essayer dès que possible
avatar
yan
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 55
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 26
Localisation : la ville rose, en train de dessiner, d'écouter de la zic, de faire la fête, de jouer de la gratte, d

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hors Quête : L'histoire du Clan Noyaku

Message par Invité le 31/3/2008, 00:13

Après avoir passé une bonne nuit, je me réveillai complètement relaxé et apaisé. Je sorti tardivement de mes draps blancs pour me laver de cette nuit calme et reposante. Deux bonnes heures après, je parti au QG pour me trouver une équipe de genins... j’étais décidément de bonne humeur. Arrivé au QG, j’interrogeai la dame de l’accueil, qui était plutôt agée.

Moi, accompagné d’un sourire charmeur : Bonjour belle rose fleurissante... pouvez-vous m’indiquer le nom d’une bonne équipe de genin, ainsi que le votre ?
Dame : Il y a une équipe composée de Mizu Chiraku et Marwais Cacaunoy... Elle à l’air pas mal cette team... Et moi c’est Jacline... me dit-elle, me faisant un clin d’œil
Moi : [Cacaunoy ? Ce ne serait pas la fille que j’ai combattue à Chikara ? Tant mieux alors] Très bien, je prends ! Inscrivez mon nom s’il vous plaît.
Dame : Très bien, je vous inscrit, Mizu Chiraku recevra cette lettre une fois qu’il sera rentré de mission. Au faite, l’examen chuunin approche, je t’inscris si tu veux mon chou. Sinon, je suis toujours célibataire si ça t’intéresse. Me faisant un autre clin d’œil.
Moi, prenant un peu d’écart : Euh oui, inscris moi... et... je ne t’ai pas dis la vérité... Je suis marié, et j’ai 4 enfants, et je renonce à tromper ma compagne...
Dame : QUOI ?! MARIÉ ! DÉGAGES DE LA SALE TYPE !
Moi : Je comprends votre fureur...

Elle me jeta soudain un dictionnaire littéraire, doté de 3 parties pour les différentes langues, devant peser environ 3 kilos. Je me baissai instinctivement, mais ayant un mauvais instinct, je me pris le dictionnaire sur le pied. Je parti en injuriant la vieille dame, elle fit de même. Mais malgré cette étape quelque peu douloureuse, ma journée n’était toujours pas niquée.

Je parti aux bains, après être passé voler des glaçons chez le poissonnier pour refroidir mon pied gauche. Arrivé à destination, je me dirigeai vers le côté « femme », et vis un genin camouflé dans le brouillard. Après un henge moyennement réussi [femme à barbe] je feins un visage horrifié en désignant le jeune pervers. Une fille se distinguant des autres par sa masse musculaire prit le garçon par le cou et l’envoya valser à l’extérieur en le faisant passer par-dessus la barrière en bois, après lui avoir infligé une rafale de coups de poings. Apeuré, je pris la fuite discrètement, pour ne pas finir dans le même état... mais au moment où je passais la porte, ma technique pris fin... assez hors du commun. Une fille poussa un cri strident, me brisant les tympans, puis, quand elle fut tût, je poussai un soupir de soulagement en voyant que sa réaction était du à une retrouvaille... plus de peur que de mal... quoique mes oreilles.

Je sorti des bains après m’être rhabillé puis je me redirigeai vers le QG, où j’étais précédemment allé, mais cette fois-ci, mon intérêt était tout autre. Je marchai une dizaine de minutes avant d’arriver au bâtiment le plus grand du village, doté de plusieurs étages. J’escaladai la cloison murale, jusqu’au deuxième étage, puis ouvris la fenêtre à l’aide de mon katana et d’un geste très délicat de la main gauche. J’entrai, vérifiant que personne n’était là, et m’approchai de la porte. Avant d’empoigner la poignée de la porte, je senti deux doigts dans mon dos, et entendis une voix faible et tremblante.


Voix : Bouges pas sinon je te perce avec mon tanto !
Moi : Enlèves tes doigts petit, qui que tu sois...
Voix : Mais... Mais ce n’est pas mes doigts ! C’est une lame, une dure lame... euh lame dure !

La personne logée derrière moi n’eut pas le temps de faire quoique ce soit que je me retournai rapidement, dégainant mon katana et lui touchant les doigts avec. En le regardant, je vis un petit garçon d’une dizaine d’année terrifié par mon geste. J’essayai alors de le rassurer.

Moi : Ne t’inquiètes pas, je ne suis pas un brigand ou autre méchant. Je veux juste voir le dossier sur ma sœur qui est partie de la maison et qui me manque à présent.
Garçon : D’a... d’accord ! F... F... Fais comme tu veux !!!!

Le garçon avait les yeux grands ouverts, ça ne m’étonnerait pas qu’il aille cafter. Je me dépêchai d’aller dans la salle des archives des shinobis, et allai dans le rayon “ N “ comme Noyaku. Dans ce rayon, il y avait de nombreux tiroirs coulissants, j’ouvris le tiroir “ O “ du rayon “ N “comme NOyaku, et vis directement Noyaku, composé de 52 dossiers regroupé en un bloc. Je le pris tous avec moi et retournai à la maison de Keiji pour mieux l’examiner. Je repassai donc par la fenêtre, en cherchant du regard le jeune garçon... il n’était plus là, évidemment. Je rentrai donc en courant, et me pressai d’aller dans ma chambre. Je lâchais le bloc de dossiers sur la grande table située au centre, et pris soigneusement les dossiers un par un.

Noyaku Mabuchi

Nom : Noyaku
Prénom : Mabuchi
Date de naissance : Inconnue à ce jour.
Lieu : Gensougakure
Descendance : Kumiko & Michihiro

Mabuchi, vieux fou du clan Noyaku, cet homme est malgré tout redoutable de par sa pratique au sabre. Ancien chef de l’Anbu à 29 ans, Mabuchi fut accusé de traîtrise envers ses coéquipiers, et viré de son post. Il échappa cependant à la peine judiciaire pour manque de preuves. Depuis, ce jour, il devint devin, et raconta des sornettes à tous les habitants, leurs disant à tous qu’ils étaient nés pour sauver le monde.

Mabuchi disparu cependant avec le reste de son clan suite à l’attaque des samurais, mais ce raid sur la propriété Noyaku fut masqué par une rumeur accusant les chikariens.

Moi : [Rien que ça, m’informe un peu plus sur le passé de mon Clan...]

Noyaku Isubame

Nom : Noyaku
Prénom : Isubame
Date de naissance : Inconnue à ce jour
Lieu : Gensougakure
Descendance : Kumiko

Isubame, vieille folle sénile aussi déjantée que son mari, Mabuchi, ayant toujours été diseuse de bonne aventure, mais une vraie. Isubame a toujours été capable de prévoir l’avenir, ce qui a rendu sa famille assez aisée. Malgré l’influence que lui portait son mari, elle n’a jamais voulu être enrôlée chez les shinobis de peur d’amener le mal et le désespoir dans sa famille.

Isubame disparue cependant avec le reste de son clan suite à l’attaque des samurais, mais ce raid sur la propriété Noyaku fut masqué par une rumeur accusant les chikariens.

Moi : [Elle pouvait réellement voir l’avenir ? Est-ce grâce au Kyôfugan ?]

Noyaku Kumiko

Nom : Noyaku
Prénom : Kumiko
Date de naissance : Inconnue à ce jour
Lieu : Gensougakure
Descendance : Jiro, Suki, Ryuuzaki & Akira

Kumiko, fille de Mabuchi et Isubame, est sûrement la plus calme de tout le clan. Son sang froid et sa persévérance l’ayant tiré de nombreuse situation périlleuse dans ses missions de shinobi, elle n’échappa pas au charme de Kane qui devint par la suite son mari. Comme sa mère, elle était capable de connaître l’avenir, et utilisait ce don pour gagner ses combats. Malgré une beauté surprenante, Kumiko était dotée d’une force hors du commun, capable de faire plier un ours.

Kumiko disparue cependant avec le reste de son clan suite à l’attaque des samurais, mais ce raid sur la propriété Noyaku fut masqué par une rumeur accusant les chikariens

Moi : Ma... Ma... Ma maman...

Je fis à la fois troublé de cette découverte, et ému. J’étais sûrement ravi de savoir que ma mère était belle et non pas un thon à faire froncer les sourcils.

Noyaku Kane

Nom : Noyaku
Prénom : Kane
Date de naissance : Inconnue à ce jour
Lieu : Gensougakure
Descendance : Jiro, Suki, Ryuuzaki & Akira

Kane, mari de la belle Noyaku Kumiko, et ancien lieutenant de l’ANBU racine. Homme de confiance, malgré son poste, il fut maintes fois sollicité pour des missions sur le compte du Kage, de cette manière il rencontra Kumiko. Il fut cependant longtemps soupçonné d’avoir trahi le Clan Noyaku, en engageant des samurais pour les décimer à cause de son absence pendant le crime. Il promenait 2 de ses 4 enfants aux commerces de Gensou, Suki et Akira.

Après un long combat judiciaire, perdu par Kane, il décida de mettre fin à ses jours en se pendant dans sa cellule de prison avec la technique du lit vertical.

A la vue ce dossier, je fis quelque peu choqué par cette fiche. Je fis une pause durant cinq minutes puis repris la lecture de la fiche suivante.

Noyaku Jiro

Nom : Noyaku
Prénom : Jiro
Date de naissance : Inconnue à ce jour
Lieu : Gensougakure
Descendance : Aucune

Jiro, enfant de Kumiko et Kane. Le destin tragique de cet enfant le mena au cimetière très jeune (environ 6 ans) avant qu’il n’ait pu faire quoique ce soit lui permettant de rester dans les mémoires de chacun.

Jiro mourra dans l’attaque des Samurais sur la propriété de son Clan, où il reposait à ce moment avec sa mère.

Moi : C’est vraiment horrible... Je ne peux pas croire que l’on puisse tuer un enfant de 6 ans à peine.

Noyaku Suki

Nom : Noyaku
Prénom : Suki
Date de naissance : Inconnue à ce jour
Lieu : Gensougakure
Descendance : Aucune

Suki, enfant de Kumiko et Kane et rescapée de son Clan. Elle fut aux commerces avec son père et son frère Akira pendant le meurtre de son Clan, puis fut vite placée en maison d’accueil suite à la mort prématurée de son père. Elle fut enrôlée chez les shinobis à l’âge de 9 ans et se perfectionna au Kenjutsu sous l’institution de Yuukio Wutoomi de l’école Yamshi Gowo no Wu. Elle trahi ensuite Gensou en désertant le village, allant dans d’autres contrées. Sa position nous est encore inconnue.

Moi : [Yuukio n’a pas voulu donner son parchemin aux autorités...]

Noyaku Ryuuzaki

Nom : Noyaku
Prénom : Suki
Date de naissance : Inconnue à ce jour
Lieu : Gensougakure
Descendance : Aucune

Ryuuzaki, enfant de Kumiko et Kane et rescapé de son Clan. Il fut sauvé de justesse par Udo Seiichi qui l’emmena se baigner dans la rivière passant par Gensou. Quand ils virent les décombres, Seiichi confia Ryuuzaki à son élève le plus fiable, le plus sérieux, et le plus aisé financièrement, du nom de Tanyaki Keiji. Il ne fut jamais mit en contact avec Suki et Akira.

Moi : [Alors c’est comme ça que ça s’est passé...]

Noyaku Akira

Nom : Noyaku
Prénom : Akira
Date de naissance : Inconnue à ce jour
Lieu : Gensougakure
Descendance : Aucune

Akira, dernier enfant de Kumiko et Kane et rescapé de son Clan. Il était en promenade avec son père et sa sœur au moment où son Clan se fut décimé. Après le suicide de son père, il fut placé avec sa sœur Suki en famille d’accueil, puis adopté par une famille bourge habitant la région de Suiteki. Après son départ pour Suiteki, nous n’eûmes aucunes nouvelles de lui.

Moi : [Je suis maintenant certain que je ne fus pas le seul rescapé... Maintenant, il faut que je retrouve mon frère et ma sœur, ce qui ne va pas être de la tarte... Mais quand j’y pense, Suki est dans la région de Suiteki... Essayerait-elle de retrouver Akira ? Peu importe, il faut que je trouve les deux !]

Je jetai un rapide regard sur les autres dossiers, qui étaient apparemment sur les autres personnes du Clan. Après ces huit premières personnes, les autres n’étaient pas de ma famille proche, et m’intéressaient donc peu. Je vis à la fin, une fiche descriptive du Clan, je décidai donc d’y jeter un coup d’œil.

Clan Noyaku

Fondateur : Ushinoya Kurikae

Particularité : Les pupilles argentées [=> Gin’irogan] Permettant de voir avec plus de précision, en fonction de l’adrénaline de l’utilisateur. Au niveau 2, on peut connaître l’avenir et le passé pour les utilisatrices et provoquer un trouble de la vision voire une cécité temporaire chez l’ennemi pour les utilisateurs. Les yeux ne changent cependant pas de couleur entre l’activation et le repos.

Nombre de membres : Ce Clan arbore une cinquantaine de membres, en comptant les membres par mariage. Etant un clan très puissant, les maris venant d’autres Clan étaient poussés à changer de Clan pour pouvoir espérer avoir une compagne Noyaku.

Histoire : Ce Clan anciennement très puissant vivait au alentours de Gensou, entre le village et les montagnes vertes dans une très grande propriété comparable à 1/4 d’un village normalement peuplé. Les affaires étaient plutôt bonnes grâces à toutes les prédictions des femmes originaires Clan grâce au Gin’irogan. La majorité des shinobis de ce Clan, des deux sexes, connaissait une gloire guerrière, mais malgré ça, ce Clan détenait une beaucoup moins grande influence politique sur Gensou que le Clan Maboroshi. Quand ce Clan commençait à prendre de l’ampleur autant financièrement que politiquement, des Samurais attaquèrent leur propriété sous le commandement d’un Makkuro et décimèrent hommes et enfants, violèrent les femmes, et pillèrent les ressources. Seuls quelques membres furent sauvés et l’on accusât rapidement l’un des rescapé, le seul adulte restant, et aussi lieutenant de l’ANBU racine, Noyaku Kane, d’avoir trahi le Clan et fait appel à une section de Samurais pour détruire ce Clan jusqu’au bout, qui commençait à devenir influent sur Gensou. On en conclu finalement que Kane fut coupable et le mit en prison afin de clore rapidement l’affaire. Le coupable en question se suicida, mais les soupçons sur le nouveau lieutenant de l’ANBU racine remplaçant Kane et menant l’enquête naissent peu à peu au vu d’une résolution bâclée.
Cinq ans après cette affaire, Neki Akihide, le remplaçant de Kane en tant que lieutement de l’ANBU racine, parti dans la région de Suiteki pour des raisons nous étant encore inconnues.

Moi : [Et merde ! Ce n’est pas une coïncidence si 2 Noyaku sont à Suiteki, et que celui qui est susceptible de les avoir tous tuer y va ! C’est décidé, je pars coute que coute dans une semaine pour Suiteki !]
Mais maintenant que j'y pense, mon dojutsu s'appelle comment déjà ? Euh le Gi... Gin'irogan... ok... ça sonne tout de suite moins bien Rolling Eyes

Je rangeai tout les dossiers dans le bloc, puis parti me coucher. Une longue nuit de sommeil m’attendait, sans compter que le lendemain, je devrai reposer le bloc à sa place, en espérant ne pas trouver l’autre gamin pleurnicheur et cafteur...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Hakaima le 4/4/2008, 14:44

Le matin venait de se lever et Hakaima décida de descendre pour se faire une bonne chicorée, il s’assis à la table et se plongea dans ses pensées :

« Pfieuuuu …… y’en a marre de toutes ses journées à passer a s’entraîner… »

Mais il fut interrompu par l’arriver impromptu de Mr Inuzaka :

« Tiens, mon garçon tu tombe à pic, serais tu d’accord pour venir me donner un petit coup de main, j’ai beaucoup a faire et bien sûr tu en seras récompenser ne t’inquiète pas ?! «

Hakaima jeta un regard vers son mentors, se remettant du choc qu’un tel flot de paroles pouvait provoquer 10 minutes seulement après son réveil, encore engourdit il répondit :


« Désolé mais j’ai beaucoup a faire peut-être……. »
« Croit –tu vraiment que c’était un choix mon garçon !!! »


Mr Inuzaka saisit Hakaima par le bras et l’entraînât hors de la maison, ce dernier eu a peine le temps de jeter un dernier regard vers la table et de lancer au dernier instant :

« Mais…..MAIS …MA CHICORE !!!!!! »

Ils traversèrent la ville à une tel allure que le pauvre Hakaima avait l’impression de flotter a quelques centimètre au dessus du sol bientôt, ils rejoignirent la demeure de Mr Inuzaka et ils ne s’arrêtèrent qu’une fois arrivé dans le hall de l’imposante bâtisse, il avait beau avoir vu des milliers de fois cette endroit à chaque visite l’architecture de cette maison le fasciné.

Le hall d’entré était immense et la hauteur de plafond était tel que l’on se serait cru dans une volière, en face de l’imposante porte d’entrer prônait un énorme escalier diviser en deux qui menait a l’étage supérieur. Des statuts ornés le hall représentant des guerriers en armure, plus haut sur les murs était accroché des portraits de personne dont Hakaima se fiché éperdument de savoir de qui il s’agissait, sûrement pensait-il, il devait s’agir des ancêtre de Mr Inuzaka,
Le tout formé un ensemble plutôt homogène qui respirer la tranquillité.

Mais ce n’était pas le moment de traîner déjà il se faisait rappeler à l’ordre :

« Active mon garçon ont n’a pas toutes la journée !! »

D’un signe du bras il l’invitât à le rejoindre et Hakaima se pressa au coté de Mr Inuzaka, Ils gravirent l’immense escalier et bifurquèrent a droite au sommet de ce dernier, ils empruntèrent un étroit corridor qui menait vers une unique porte ou ils s’engouffrèrent sans réfléchir.

La pièce était plutôt lumineuse et débordé de millions d’objet en tout genre, il reconnus parmi tout ce bazar quelque ustensile de cuisine et autre kimono, mais dans un tel fouillis tout se confondait en une immense montagne d’objet posait là négligeament.

« Alors voilà nous y sommes … » reprit Mr Inuzaka avec un large sourire
« Heuu …peut être je vais dire une bêtise mais qu’est-ce que je suis censé faire ici ? » demanda Hakaima perplexe
« Décidément tu est plutôt long à la détente mon garçon, et bien c’est simple tu va me ranger tout ce bazar »
« QUOI !!!! »
« Ne sois pas si offusqué, je n’est pas le temps de le faire moi-même tu peux bien me dépanner »


Mr Inuzaka n’avait pas pour habitude de se confondre en explication, il se serait plutôt contenté a l’ordinaire d’un « range moi tout sa et que sa brille !!! »
Profitant de se moment de relâchement Hakaima tenta de négocier sa « liberté » :

« Mais vous savez je dois me consacrer à mon entraînement, et puis mon temps et tout aussi précieux que la votre »

Décidément il n’était pas un négociateur talentueux, car les sourcils de Mr Inuzaka se froncèrent :

« Mais tu n’as qu’à considérer ça comme un entraînement, l’endurance mon garçon et une des qualité principale d’un ninja et comme je pensais déjà te l’avoir dit plus tôt ………… CE N’EST PAS UN CHOIX !!!!!!!! »

A ces mots Hakaima se racla le fond de la gorge et consentit à exécuter la tâche :

« Désole monsieur, donc quel est le programme »

Le sourire revint sur le visage de Mr Inuzaka et il lui expliqua la démarche :

« Alors rien de plus simple, tu vois la fenêtre là-bas, tout ce qui semble cassé ou pourri tu balance, et le reste tu met dans un coin et tu trieras ensuite… des questions ?! »
« Heu… y’a personne en dessous de la fenêtre »
« Espérons !!! »


Puis la petite porte de la salle claqua et Hakaima s’aperçu, en même temps que ce bruit, que Mr Inuzaka c’était éclipsé.

« RAaaa j’en ai marre de toutes ces corvées comme si c’était le boulot d’un shinobi de ranger les merde d’un vieillard sénile «

La porte se ré ouvrit soudainement et un mocassin me frappa en plein visage :

« Vieillard sénile, attention mon garçon le vieillard a encore de bonne oreille »
Puis un nouveau claquement se fit entendre

Hakaima se releva en poussant quelque jurons au passage :

« Mais il est pas humain ce gars….. donc voyons par ou commencer »


Il jeta un coup d’œil autour de lui, la pièce n’était pas si grande mais elle débordait vraiment d’objet, jamais il n’aurais cru qu’autant d’objet pouvait être contenu ici.
Il plongea littéralement dans la montagne et commença l’exploration, les trois quarts des objets étaient bons à jeter. Tel un chien creusant un trou il envoyait ces dernier valser par la fenêtre, au bout de plusieurs heures le tas avait considérablement diminuer, ne rester plus maintenant qu’a trier le reste, mais avant toute chose une pause s’imposait :

« Pfieuuu…… j’en peut plus, endurance tu parle c’est carrément de la torture son truc »

Mais il fut dérangeait dans ses pensées par la vue d’un objet brillant se distinguant des autre au milieu du tas.
Il s’approchât et vit qu’il s’agissait de la tsuka ( manche) d’un katana il l’empoigna et extirpa l’objet hors du tas, à sa grade surprise il s’agissait bel et bien d’une magnifique Katana finement travaillé, sa tsuka était noire et un fil d’or courait le long de cette dernière et sur la lame était graver les kanji Dan’kestu, Haii et Renchishin signifiant honneur, unité et respect, mais son attention fut particulièrement attiré par le Tsuba (garde de la lame) en or du katana de style Marugata (ronde) qui avait était particulièrement soigné, l’on pouvait distingué sur cette dernière un symbole qu’Hakaima reconnu instantanément, il s’agissait d’un cercle dans lequel était enfermer le Kanji ombre et une représentation symbolique de l’eau autrement dit le symbole du clan des Jin’ei Amefuri.

Il déposa délicatement son trésor dans un coin de la pièce et continua le tri du reste des objets, qu’il bâcla volontairement pour pouvoir admirer sa trouvaille, mais qui aurait cru qu’un vulgaire tas d’objet pouvait non seulement contenir un katana de cette facture mais il y dénicha également un saya (fourreau) lui aussi finement orné.

Il n’eu besoin que d’une demi heure pour finir de trier, à bout de souffle il s’affalât prés de sa trouvaille et examina l’arme avec attention.

Le saya était d’un noir de jais et plutôt simple en apparence mais en l’examinant de plus près l’on pouvait constater que des reliefs étaient présents sur ce dernier représentant encore une fois les trois kanji similaire a ceux de la lame. Comme il le pensait la lame entra dans la saya sans un bruit de frottement.
Mais mon expertise fut interrompue par l’arriver de Mr Inuzaka, qui regarda d’un air satisfait la pièce avant de prendre la parole :

« Et bien, ma foi tu t’es très bien débrouillais mon garçon »

Il se dirigea vers la fenêtre et regarda sous celle-ci avec un rictus évocateur, en effet tous les objets jetés c’était entassé pour bientôt former un énorme tas dans la cour.

« ARff comment je vais me débarrasser de tout sa maintenant »

Mais son monologue fut interrompu quand il remarqua le katana que je tenais entre les mains

« Hooooo… en voila une trouvaille, sait tu ce que tu tiens la mon garçon ?! »

Il s’approcha de moi pour mieux examiner l’objet

« Ha oui très intéressant…. Tu a retrouvé un bien inestimable à mes yeux mon garçon, tu as du remarquer quelque chose non ? »
« En effet, pourquoi y a-t-il le symbole du clan sur sa tsuba ?! »


Il paraissait content de ma réponse et continua :

« Vois-tu ce katana appartenait à Ikaru Horoshi, le fondateur du clan des Jin’ei Amefuri »


Il semblait emplit de fierté à la narration de ses mots puis il continua son récit :

« Ce katana n’est pas une simple arme tu sais, elle est porteuse de toute l’histoire du clan, certain parchemin du clan mentionne même ce dernier, en effet l’histoire veut que toutes les âmes des ancêtres du clan soit enfermer dans ce katana pour que jamais ne meurt le savoir du clan, mais ce n’est qu’une vieille légende »

Il sourit lors de cette dernière phrase comme pour mystifier ses dires. Hakaima lui rendit son sourire et prit à son tour la parole :

« C’est vraiment une très belle arme »
« Je te l’ai déjà dit, le qualifié d’arme serait une honte, ce n’est pas pour rien que les ancêtre l’on baptisé Chinkonkyoku (requiem) »
« Désolé donc je peut m’en aller maintenant mon travail ici est finit »
« En effet tu as finit mais croit tu vraiment que c’était innocent de ma part de te faire ranger cette pièce Hakaima ?! »
« Qu’entendez-vous par là »


Mr Inuzaka posa une main sur son front et continua :

« Décidément tu est vraiment lent mon pauvre petit, je t’ai fait rangé cette pièce dans le seul but que tu trouve le Chinkonkyoku, car l’histoire veut que cette lame ne soit exclusivement détenus que par un membre du Clan, normalement tu aurait du me défier et me vaincre pour que je m’en défasse mais vu ton niveau minable tu en serait incapable»

Hakaima, comme il en avait maintenant l’habitude prit sur lui pour ne pas rétorquer a cette attaque gratuite de la part de son mentor.

« Donc voila mon garçon cette lame est tienne surtout garde la et veille sur elle autant que sur ta propre vie »
« J’en prendrai grand soin merci monsieur »


Mr Inuzaka lui tendit le Chinkonkyoku qu’il pris délicatement :

« Voila mon garçon maintenant DU BALAIS J’AI A FAIRE !!!!!!! »

Il poussa Hakaima en direction de la sortie et sans même le remercier ou lui souhaiter la bonne soirée il claqua la porte, décidément le claquage de porte était un art chez Mr Inuzaka, mais qu’a cela ne tienne le cadeau que venait de lui faire Mr Inuzaka valait bien tout les remerciement.
Hakaima reprit la direction du village serrant entre ses mains la première relique qui le rattaché à son clan.
avatar
Hakaima
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 566
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Kodomo no Asu...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par yan le 6/4/2008, 00:08

yan se trouvait sur son terrain d’entraînement et ne se lassait pas des ses nouvelles armes. Il était venu au terrain une demi-heure avant l’heure fixé par sa senseï pour essayer ses nouveaux katanas, il s’était rapidement habitué à leur poids bien en dessous de la moyenne. Même après avoir frappé quelque dizaines de fois sur un tronc, leurs lames ne portaient pas la moindre marque ni la moindre trace. Alors qu’il s’entraînait à la précision grâce à l’exercice qu’il avait inventé, kay-lynn et un inconnu apparurent juste derrière le tronc d’arbres qu’il s’entraînait à frapper

kay-lynn- yo ! tu es en avance je vois… ah tu as reçu tes katanas, tant mieux car je comptait baser l’entraînement sur ça. Au fait je te présente un ancien coéquipier en désignant l’inconnu tseki hirasu, qui a accepté de venir ici pour m’assister dans ton entraînement.
tseki entre ses dents- …comme si j’avais eu le choix…
kay-lynn- pardon ?
tseki- non, non rien…
kay-lynn- tseki est un manieur de katana expérimenté, étant donné que je ne connais rien au maniement du katana, j’ai cherché quelqu’un qui pourrait m’aider à t’entraîner, par contre impossible de trouver un combattant à deux katanas, à croire que ce style de combat à disparu…
tseki- ce sont tes katanas ? ils sont magnifiques, je peux ? il tendit la main

yan lui remit le katana, il exécuta alors une série de mouvement extrêmement rapidement, puis il frappa le tronc sur lequel yan était en train de s’entraîner et frappa les quatre croix si rapidement que yan vit à peine les coups passer. Et lorsqu’il regarda les croix, il vit que chaque coup avait touché sa cible

tseki impressionné- ils sont particulièrement légers, tu as là de bien belles armes, petit, surtout pour un genin
kay-lynn- vous allez commencer tout de suite l’entraînement au katana pendant que je prépare la suite

yan et tseki se dévisagèrent durant quelques instants

tseki- …bien, on va commencer par faire une simulation, histoire de te tester un peu, prends tes deux katanas et attaque-moi !

yan prit ses armes et se posta devant tseki, qui se mis en garde avec un seul katana. Yan nota qu’il était gaucher et décida de passer à l’attaque : il fonça vers tseki et fit un croisé, seul mouvement spécifique au combat à 2 katanas qu’il savait faire, mouvement qui consistait à croiser ses bras armés de katana et de porter 2 coups de katana transversal en décroisant les bras. Alors qu’il décroisait les bras, tseki para successivement et violemment les deux katana qui arrivait sur lui. Ce qui eu pour effet de jeter yan à terre, il se releva promptement et se fendit en direction de la poitrine de tseki qui écarta la lame sans trop de problème, yan enchaîna en lui portant un coup avec l’autre katana, tseki tourna sur lui-même et frappa le sabre de yan, le lui arrachant des mains. Yan porta sans attendre un autre coup à la tête, espérant profiter de l’étourdissement passager, provoqué par la rotation. En effet, tseki eut l’air surpris, à peu près une seconde avant de parer l’attaque et de désarmer yan d’un tour de katana. Il posa sa lame sur la gorge de yan.

tseki- là, tu es mort
yan haletant- …hh…vous avez…hh… tout fait pour…
tseki- j’ai analysé ton niveau, on va pouvoir passer à l’apprentissage, va ramasser tes katana
yan sceptique- en seulement quelques échanges de coups vous évaluez mon niveau ? ça me paraît peu crédible, ne vous fiez pas aux premières impressions…
tseki- ce qui compte ce n’est pas la longueur de l’analyse, c’est son exactitude. Maintenant assieds-toi et écoutes-moi

yan vint se placer devant tseki mais ne s’assit pas

tseki- je n’y connais pas grand chose en combat à 2 katanas, mais je sais un truc que m’a dit un ninja qui pratiquait ce style de combat, malheureusement il est mort en mission depuis : le principe de base du combat à 2 katanas c’est de parer, bloquer ou feinter avec un sabre et de frapper avec l’autre, donc c’est un style de combat de contre-attaque. Or je ne t’ai pas vu pratiquer ça comme ça, comment tu l’expliques ?

*il commence à me les briser sérieux ce gusse ! il devrait m’apprendre des trucs plutôt que de jouer à l’inquisiteur*

yan- je débute… et puis c’est dans les erreurs que l’on apprend, non ?
tseki- mouais… mais des erreurs, ça reste des erreurs, et c’est ce que l’on doit éviter. Bon, premier exercice : combat à la main gauche, second exercice : coordination des deux bras armés, et on en resteras là pour aujourd’hui
yan- c’est quoi, cette histoire de bras gauche ?
tseki- au combat à 2 katanas, les deux bras doivent aussi efficaces l’un que l’autre, logique, non ? d’ailleurs beaucoup de combattant à 2 katanas sont ambidextre, paraît-il
yan-mouais…ok
tseki- nous allons donc exercer ton bras gauche, pour commencer je vais attacher ton bras droit et tu vas combattre avec ton seul bras gauche

il attacha donc le bras fort de yan derrière son dos et ils commencèrent par faire des fondamentaux, yan parant les attaques lentes de tseki, ensuite, yan s’entraîna sans relâche durant trois quarts-d’heure à frapper sur un tronc d’arbre. Il ne s’interrompit pas lorsque la pluie commença à tomber à seau, il ne s’interrompit pas quand ses cheveux mouillés tombèrent sur ses yeux, il ne s’interrompit pas lorsque ses muscles lui criait de le faire, il ne s’interrompit pas non plus quand du sang commença à couler le long de sa main enserrant durement la poignée du katana

tseki- tu peux arrêter maintenant, yan !

yan lâcha son katana et s’écroula par terre. Il enleva son gant gauche et contempla sa paume meurtrie et entachée de sang que la pluie eut vite fait de laver, il se releva péniblement et se dirigea vers l’arbre sous lequel tseki et kay-lynn, venue le rejoindre, s’étaient abrités. Il vint s’asseoir contre le tronc de l’arbre et leva les yeux vers les deux jounin qui le regardait en silence

kay-lynn- et moi qui te prenait pour un flemmard irrécupérable…
yan se força à sourire- je suis quelqu’un plein de surprises…
kay-lynn- on va interrompre l’entraînement avant que tu ne claques sous nos yeux, tseki je te remercie d’être venu mais on reprendra demain, et nous deux on va aller se boire un bon truc dans le bar le plus proche, ok ?
yan- tant que tu paies l’addition, ça me va

ils sortirent tout les trois de la zone d’entraînement et au moment de partir, tseki se retourna vers yan

tseki- j’oubliais… dans la vie courante, essaies de te servir au maximum de ta main gauche, c’est pour travailler son habileté il partit
kay-lynn- je te propose d’aller à la Taverne des Marais, il font de supers alcools là-bas, ça va te réchauffer
yan- j’espère, parce que là il me faut au minimum du 40°
kay-lynn- et dire que tu n’est pas sensé boire d’alcool avant 18 ans…
avatar
yan
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 55
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 26
Localisation : la ville rose, en train de dessiner, d'écouter de la zic, de faire la fête, de jouer de la gratte, d

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Hayamaru le 6/4/2008, 13:05

Ce matin, je me réveilla dans un hôtel de Gensou. Il devait être à peu près huit heures, et je me décida enfin à me lever. J'ouvris la fenêtre tout en me décrochant la mâchoire d'un large baîllement. Un souffle d'air froid rentra dans la chambre et je me retrouva nez à nez avec un fin brouillard, qui m'empêchait toutefois de voir plus loin que l'autre côté de la rue. Alors c'est ça, le brouillard...C'est la première fois que j'en vois... J'étais littéralement fasciné par cette brume si légère, mais qui me semblait si oppressante. Elle m'empêchait de voir, d'entendre, aussi, il me semblait – la rue me paraissait si calme, comme si elle était encore endormie – et, je le sentais sur ma peau, elle était glacée. Les meilleurs ninjas de ensou peuvent faire apparaître un brouillard lorsqu'ils combattent; pour se cacher et attaquer discrètement, perturber l'ennemi ou même fuir facilement. Quel fantastique avantage !
A ce moment, Harue rentra dans la chambre.
Harue – Qu'est-ce que tu fais planté là devant la fenêtre ? Tu vas avoir froid.
Moitoujours à la fenêtre – Rien. C'est juste que c'est la première fois que je vois du brouillard. Je suppose que j'ai la même réaction qu'un enfant qui voit la mer pour la première fois.
Je quitte mon observatoire. Je prends ma veste accrochée au mur et l'enfile par-dessus mon haut sans manche. Je pose mon chapeau de paille blanc sur ma tête et revient près de la fenêtre, puis siffle dehors. Après une dizaine de secondes, un cri strident d'oiseau de proie retentit et Yamanekogan, le faucon invoqué par mon sensei (resté au village), s'engouffre dans la pièce et se pose sur mon épaule.
Moi – Harue, je vais essayer de glaner des informations sur Ryuuzaki, en ville. Tu cherchera de ton côté ?
Harue – Ok. Avant de partir, je voudrais te parler de l'examen Chuunin. Celui-ci se passera à Gensou dans 2 ou 3 mois. Souhaiterais-tu t'inscrire ? Il faudra en parler à ton senseï officiel.
Moi – Si tu le dis... Mais attends ! Ca veut dire que je vais rester à Gensou aussi longtemps ?
Harue – Quoi ?! Imbécile ! Tu vas pas rester dans un hôtel pendant 2 mois !!! A mes frais en plus !!!
Moi – T'inquiète, si on retrouve Ryuu, il m'invitera chez lui. Tu pourras repartir si tu veux. Mais j'aimerais quand même m'entraîner sérieusement avant. Bon, on verra plus tard ! J'y vais !
Je saute par la fenêtre. Dans la rue où baigne une atmosphère froide, humide et calme, les premiers commerces sont déjà ouverts. Je longe la rue, puis m'arrête devant : Le paradis des assassins. Je rentre, par simple curiosité. Sur le mur de gauche, sont alignées des armes, des pièges et autres dispositifs qui me sont pour la plupart inconnus. A droite, des tenues spéciales et de l'équipement. Les seules armes m'intéressant étant les sabres, et comme j'en possède deux déjà parfaits, je jette mon dévolu sur le mur de droite. Il y a des tenues d'apparences classiques, mais ayant été modifiées pour pouvoir insérer des armes cachées, et d'autres choses, des tenues d'infiltrations, des combinaisons noires faisant penser à des assassins (normal, ca serait pas vendu ici, sinon !) et une cape. Grise foncée. Avec une capuche, naturellement On dirait qu'elle a été fabriquée dans la même gamme de vêtements que ce que je porte déjà ! Je la décroche, la présente au vendeur qui est au guichet au fond du magasin.
Vendeur – Qu'est-ce que tu fais ici, gamin ? Hein ? Une cape ? Bon, ça va, du moment que ce n'est que ça... Ca fera 2000 ryos !
MoiLevant un sourcil et regardant l'homme d'un drôle d'air – Hum... Euh, vous savez, ce n'est pas parce que je suis « un gamin » que je suis assez con pour me faire arnaquer ! Je peux savoir pourquoi y'a une étiquette marquée 500 ryos ?
Je pose cette même somme sur le comptoir
Vendeur – Pas mal. Bon, allez, va t'en !
Je sors dehors et enfile aussitôt ma nouvelle acquisition. Wah ! La classe ! Je la porterais tout le temps, maintenant !(résultat) Je grimpe sur le toit le plus proche, et file vers le quartier général de Gensou. Arrivé devant les portes, je me remémore mon premier duel dans lequel Ryuu avait fracassé celles du QG de Chikara. Je donne un violent coup de pied dans la porte qui s'ouvre à la volée, et je me dirige immédiatement vers le bureau le plus proche. Beaucoup de regards sont tournés vers moi. Qu'est-ce qu'un ninja de Chikara viendrait foutre dans le QG d'un autre village ?!
Moi – Bonjour. Pouvez-vous me donnez des informations sur Maboroshi Ryuuzaki, genin de ce village ?
Ca, au moins, c'est direct... L'homme me regarde, méfiant.
Homme – Vous souhaitez avoir des informations sur un ninja faisant partie du plus grand clan du village ? Je ne sais pas si je dois...
Moi – Bon, écoutez, je le connais. C'est même mon meilleur ami. Il est venu à Chikara pendant une semaine et est rentré à Gensou hier.
Une femme se retourne vers moi.
Femme – Maboroshi Ryuuzaki, vous dites ? Il s'est inscrit dans une équipe hier après-midi.
Moi – Ha bon ? Bon, alors, vous me donnez mes infos, oui ou non ?
Femme – Vous parlez comme lui. Je suis sûr que vous le connaissez.
Moi – Vous, il a essayé de vous draguez ! J'en suis sûr !
J'ai à peine le temps de prendre le papier que me tends l'homme avant de recevoir une gifle magistrale de la part de la femme. Je me relève et sors de la salle en courant. Elle est folle ! En tout cas, ça veut dire que j'avais raison ! Je regarde le papier. Une fiche avec toutes les informations personnelles de Ryuuzaki. Je regarde l'adresse et me dirige vers elle, tout en demandant des informations à des passants. Pfff... C'est chiant de pas connaître le coin... Après deux heures de marche, et ayant l'ipression d'avoir tourné en rond plusieurs fois, j'arrive à l'endroit indiqué. Enfin ! J'abaisse ma capuche, sors le parchemin marqué du kanji « wakizashi » et le glisse dans la large manche gauche de ma veste (résultat). Je me camoufle, et grimpe sur le toit. Puis j'attends. Un quart d'heure après, j'entends du mouvement à l'intérieur de la maison. Ce débile vient juste de se réveiller... J'entends du bruit de vaiselle cassée. Mais quel débile... Une demi-heure plus tard, un type aux cheveux blancs sort de la maison. Voilà ma cible... Je me lève; et saute à terre, cinq mètres dans son dos, alors qu'il ferme la porte à clé. Je stope mon jutsu. Ryuuzaki se retourne lentement.
Ryuuportant la main à la garde d'un de ses katanas – T'es qui, toi ?
J'esquisse un sourire sous mon visage masqué. Il dégaina son arme, la plaça au niveau de son bassin, lame vers le bas. C'est pas la peine, mon vieux ! Je le connais ton truc ! Il fit deux feintes de mouvement en bougeant son pied avant de quelques centimètres . Il fit un tour en plaçant son katana derrière son dos, se baissa et essaya de me trancher au niveau des jambes. Je sauta par-dessus. J'avais prévu son mouvement dès le début, car je l'avais observé durant son entraînement. Il fit une roulade vers ma gauche et arriva derrière moi se redressa et enfonca son katana au niveau de mon foie. Je l'esquiva avec une facilité qui me surpris moi-même. J'ai moi-même travaillé cet enchaînement, il ne peut pas s'en servir contre moi ! Il fut visiblement surpris de me voir éviter son attaque.
Moi – Et maintenant, finisons-en !!!
Je sors ma main gauche, contenant le parchemin d'invocation, de ma manche. Un nuage de fumée apparaît brutalement, nous envellopant tous les deux. Je dégaine ma courte lame et assène un coup direct qu'il bloque. Je le repousse brutalement et avance rapidement de 3 pas. A ce moment, la fumée se dissipe : ma lame se trouve sous sa gorge.
Ryuu – Comment cela se fait-t'il que tu connaisses ces mouvements ?
Moi – Hum...
Je saisis son katana spécial, déserre mon étreinte et me prépare à m'enfuir avec. Je n'ai pas le temps.
Ryuuhurlant de rage – TOUCHE PAS A CA !!!
Il m'assène un kick violent m'envoyant valser contre le mur de l'autre côté de la rue. Je lâche les 2 sabres au moment où je heurte le mur. Il se précipite vers moi avec une grande vitesse. Le katana fonce droit vers ma tête. Je penche la tête à gauche. La lame arrache ma capuche. Je suis bloqué. Une voix retentit au-dessus de nous. Le vieux.
Vieil homme – Alors comme ça c'est toi qui nous suivait depuis que nous avons quitté Chikara ? Nous allons te remettre aux services spéciaux. Je ne pensais pas que tu avait de mauvaises intentions, au début du moins.
Ryuu – Ho p****n ! Qu'est-ce que tu fous là Haya ?! - Levant la tête vers l'homme – Pas la peine, Seichii, c'est un ami.
Il retire son épée du mur et m'aide à me relever.
Ryuu – Mais bordel, qu'est-ce que tu fais à Gensou ? Pourquoi t'es venu ?
Je le regarde sans lui répondre. Soudainement, je lui assène un revers de mon bras droit.
Moi – T'aurais quand même pu venir me dire au revoir. Allez, relève-toi.
Ryuu – Bon, Seichii, je suis désolé mais on va repousser l'entraînement. Viens, Haya.
Nous rerentrâmes dans la maison de Ryuuzaki.
Ryuu – Bon, puisque tu es là, je vais être direct.
Il me tendit un parchemin. Le peu qu'il déplia me permit de lire : "Liste des 7 élèves renégats de l’école Yamshi Gowo no Wu".
Ryuu – Veux tu m'aider dans ma quête que je commence dans 3 jours ?
avatar
Hayamaru
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2069
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 24
Localisation : Entre ciel et mer

Voir le profil de l'utilisateur http://laplume-rp.1fr1.net/fiches-validees-f16/valide-daihoshi-h

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gensou, village caché de la cascade [RP]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 14 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum