Mahou Gakure [RP]

Page 1 sur 11 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mahou Gakure [RP]

Message par Makaya le 12/3/2008, 16:48

Depuis sa reconstruction apres la guerre qui déchira Shinnen entre les nations ninjas, le village de Mahou jouit d'une excellente organisation concernant sa construction et son amenagement. Les batiments bien agencés se jouxtent de facon intelligente -Hôpital et Morgue- et tout le village suit une logique en quartier appreciée de tous. Il faut dire que le gerant de la ville, qui est en meme temps le bras droit du Kage, n'est autre qu'un Korove.
Le village en lui meme se trouve au milieu d'une vaste foret clairsemée et peu hostile, dans laquelle s'entrainent de nombreux ninjas sous l'oeil attentif des plus gradés qui guettent les environs. Cependant plus loin, une autre foret se distincte du fait qu'elle est sombre, peu accueillante, et qu'a juste titre, elle renferme en son sein moult etablissements illicites (entrepots de Sake, maisons closes, casinos...) et personnes peu frequentables.
Enfin Mahou beneficie d'un ecosysteme favorable, grace a l'anticylone Amaterasu qui fait profiter toute la population d'un climat doux (il faut dire que le village est réputé pour sa maitrise dans le Ninjutsu et que les jutsus climatiques sont une specialité.)

Si vous arrivez pour la premiere fois dans le village, vous franchirez les lourdes portes gardées nuit et jour par l'elite des alcooliques, vous verrez un peu plus haut le toit de l'imposant Quartier General, se trouvant non loin de l'Académie, elle meme se trouvant non loin du cimetiere, toujours avec ce principe d'aisance a deambuler dans la ville...Mais surtout, vous aurez le droit au Reecom Kick rituel.

Bon séjour!!


avatar
Makaya
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 1561
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27
Localisation : Huum...des gencives de porc.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/tigersharksnantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Tyrande le 13/3/2008, 01:26

Ryo m'avait proposer un combat afin de lui montrer mes nouvelles capacités. J'avais accepter sans hésiter juste en essayant de paraitre aimable car, sans que je sache vraiment pourquoi, ma rencontre avec asuka m'avait énervée au plus haut point. C'est donc sereine que je m'endormis en m'imaginant Ryo se placer tout contre moi comme il l'avait fait avec cette asuka de malheur.

Le lendemain, je m'étais levée très tôt afin de préparer mon arsenal, il m'avait demander de me battre sérieusement et je vérifiais que chaque parchemin était en quantité suffisante: les parchemins explosifs, les parchemins explosifs améliorés. je vérifiais aussi la quantité de flèches dans un carquois et me préparais mentalement au combat en commençant par une petite méditation, il parait que ça ne fait pas de mal, alors on va essayer... Il était donc environ midi lorsque je rejoignis Ryo qui semblait s'être préparer à m'affronter lui aussi.


- Tu es prête?
- Oui!

Ce manque d'hésitation dans ma réponse paru le déstabiliser quelque peu, mais je ne saurais dire s'il s'agissait vraiment de déstabilisation ou de mon imagination. Il se prépara immédiatement au combat et je fis de même en plaçant déjà une flèche sur la corde de mon arc et en commençant à tirer dessus afin de la tendre. Il ne bougea pas et je fus donc la première à attaquer en tirant une simple flèche qu'il dévia. J'en tira une autre et fut surpris par l'aisance avec laquelle il put l'éviter, elle était pourtant bien placée. Je chargeai alors une flèche explosive à mon arc et tirai vers les pieds de mon adversaire... Qui ne put éviter et se transforma en une fumée grisâtre.

" Un clone... Mais quand....? Et ou... ?" Je ne pu achever ma phrase que j'eus la réponse: il venait de me mettre un coup de pied dans le dos m'envoyant manger la poussière quelques mètre plus loin. Me ressaisissant le plus vite que je pouvais, je tirai une flèche entre moi et Ryo, flèche explosive pour l'empêcher d'approcher plus vu qu'il chargeait déjà. Très vite, un énorme goukakyou vint vers moi, si grand que je ne savais l'éviter. Je me mis donc de manière à subir le moins de dégâts possibles sur les points vitaux, c'est alors qu'une question vint à mon esprit...

"Depuis quand il sait faire un gou... et m**** il a fait comme à l'examen! Un genjutsu!" Je laissai la boule passer au travers de moi et cherchai mon adversaire qui s'était probablement rendu à nouveau invisible. A ma grande surprise, c'est en réalité une dizaine d'adversaire qui m'attendaient ou plus précisément qui me chargeaient dessus. Je devais réagir promptement si je ne voulais pas finir sous le pied de ces adversaires... Je dégainai une flèche et y insuffla du chakra afin de la kagebuchiné. Plus de la moitié des clones furent touchés mais je n'avais pas le temps de recommencer pour détruire les restant: il me restait à peine le temps de tirer une flèche. Je tirai donc une flèche en prenant le risque d'être balayée par l'explosion due à la note explosive et détruisit tous les clones restant en ne me faisant que des éraflures. Ryo apparu alors dans mon dos et détruisit mon carquois avant de redisparaitre. Je pris plusieurs morceaux de flèches en main sans me soucier de quels morceau j'avais.

" Mais... Elle ne va quand même pas tirer ces petits morceau?"


- Tu as dis quelque chose?

Seul le silence me répondit pourtant j'étais sur de l'avoir entendu. J'utilisais ma technique de réparation de flèche sur chacun des morceau tirant la flèche en résultant immédiatement. Après quelques tirs je vis Ryo apparaitre derrière moi et me donner un coup de pied à la tête, je n'eus pas le temps d'esquiver et tomba légèrement sonnée. Le combat était terminé, il fallait nous reposer. Nous discutâmes longtemps de notre combat puis j'allai me coucher, prétextant la fatigue.

Le lendemain du combat d'entrainement avec Ryo, j'avais passé la journée enfermée dans ma chambre. Cette chambre qui n'était pourtant pas très grande ni même réellement à moi, elle m'était plutôt prêtée par les membres du clan de Ryo, J'y avais passer la journée à réfléchir aux derniers évènement: l'examen chuunin avec l'intervention d'Hone-Hagane, la mission dont Narutorudy avait été le chef avec cette organisation bizarre. L'un des évènement qui me tracassait était la discussion faite par le frère de Jade. Il avait dit avoir trouvé le moyen de ressusciter sa soeur, mais quel était ce moyen? Serait-il légal? Serait-il sans danger autant pour elle que pour moi? Je me torturais les méninges à vouloir tenter d'y trouver une réponse. Je trouvai cependant plusieurs solutions mais aucune ne me satisfaisait assez que pour me permettre d'accepter de le faire. De plus je n'avais plus aucune nouvelle de lui depuis notre rencontre pendant le départ de l'examen et j'espérais juste qu'il n'étais pas encore trop tard. Je souhaitais voir celle qui m'avait sauvée revenir parmi les vivants mais je voulais que cela se passe sans contrepartie. Ou, plus précisément, sans contrepartie entrainant la mort d'une autre personne. J'avais pensé aussi à mes parents qui bizarrement me manquaient et envers lesquels j'eus une pensée honteuse, pour avoir été recalée à l'examen chuunin en me disant qu'ils avaient peu être raison à près tout. Ma pensée principale s'était tout de même dirigée vers Ryo qui malgré son aide, n'avait eu en retour qu'un pitoyable échec. Il fallait bien avouer que j'avais un évènement qui était venu troubler mon examen me rendant plus pensive que je ne l'aurais voulu, cette phrase prononcée si innocemment: "j'ai enfin trouvé le moyen de faire revenir ma soeur." Sa cause était juste et cela m'attristait presque de ne pas pouvoir lui faire confiance quand à ma vie. Malgré cela, je restais persuadée qu'un jour Ryo se rendrait compte de ses sentiments envers moi et qu'il me le montrerai de manière efficace et directe. Je finis par m'endormir sur cette idée...


"... Mais où suis-je? cette salle est... pittoresque." En effet cette salle semblait être une cellule venue de l'ancien temps: grossièrement taillée dans la roche, la seule issue était bloquée par des barreau qui contrastaient avec l'ancienneté de la grotte. Il y avais aussi quelques trous trop petit pour passer ne fut ce qu'un parchemin roulé. De temps à autre, un homme encapuchonné venait m'apporter de la nourriture et un peu d'eau. Je ne sais pas combien de temps j'y suis restée mais il fallu un moment avant que je ne m'effondre comme assommée par une force invisible...

Je me réveillai plus tard dans un endroit que je ne connaissais pas et avec une douleur à la tête. Plus je reprenais conscience et plus ce que je voyais ou comprenais me terrifiait... J'étais couchée sur une sorte d'autel et attachée bras et jambes écartés comme si on voulait me torturer, je me trouvais dans ce qui semblait être une grotte et donc probablement loin de toute civilisation. Je sentais un liquide chaud s'écouler lentement de mon bras droit et en y regardant de plus près il s'agissait d'une blessure faite par un objet pointu m'ayant probablement rater de peu. Mes vêtements étaient en partie déchirés mettant ainsi à nu ma poitrine sous laquelle un sceau que je ne pus distingué avait été tracé. Les manches de ma chemise étaient déchirés aussi ainsi que le bas de ma jupe. En y regardant plus attentivement, on pouvait voir que ces deux dernières déchirures étaient du à des accrochages.[/i]

- Tu es enfin réveillée?
- Qui...
- Allons, tu sais qui je suis, du plus profond de ton être...
- Encore toi...
- Et oui c'est bien moi et cette fois tu n'as plus le choix je vais effectuer le rituel permettant de me ramener ma soeur.

- "Jin'sei torimodosu nazenaraba neko!" ( = récupérer la vie pour le chat)

Cette dernière phrase qu'il venait de prononcer avait été prononcée avec un voix qui semblait ne pas être la sienne, la voix semblait venir d'outre-tombe. Dès qu'il l'eut prononcée, une horrible douleur au niveau de la poitrine m'arracha un cri et je ferma les yeux. Cette douleur ne s'arrêta pas pour autant, au contraire elle s'intensifia et je sentis une ouverture se faire dessous de la poitrine à l'endroit ou était apposé le sceau. Je commençait à perdre beaucoup de sang à ce niveau... La douleur se faisait de plus en plus grande et je sentis un mouvement à l'endroit de la blessure. C'est alors que je rouvris les yeux, non sans difficulté, et une lumière rouge semblant venir du sol et s'élever vers le plafond m'entourait en un cercle dont mes mains et mes pieds faisaient partie intégrante. Dans ce cercle lumineux se trouvaient diverses images de ma vie qui défilaient... J'eus quelques flash d'une vie que je ne connaissais pas...

Ces flash se déroulaient à la première personne et je ne pouvais donc pas voir si c'était bien moi... Était ce vraiment la vie de quelqu'un d'autre? Ou était ce la mienne, un passage dont j'aurai tout oublié... Je vis une famille que je connaissais pourtant sans parvenir à me rappeler de qui il s'agissait, la femme me regardait avec amour et tenait dans la main une bouteille sur laquelle il faisait marquer "Loreliane"... Mais ou avais je donc entendu ce mot la, cela aurait pu être sur une bouteille tout simplement, mais, sans savoir pourquoi, je me disais que ce n'étais pas ça... Je vis également Ryo mais avec un sentiment d'inconnu, preuve que ce n'étais pas ma vie puisqu'il semblait avoir l'âge d'aujourd'hui... Je me vis ensuite moi, attaquée par quelques araignées géantes. Je vis Ryo courir au devant de moi afin de m'aider, même s'il était visible que c'était trop tard... Je me vis morte et les mains de la personne par qui je voyais se placèrent sur ma poitrine non pas par geste obscène mais plutôt dans un geste médical... La dernière image était floue et je senti un énorme sentiment de peur, peur de la mort...

Ensuite je revis toute ma vie défiler devant mes yeux se mêlant avec la vie de quelqu'un d'autre que je ne connaissais pas, visiblement la même personne qu'au début...


Une jeune fille s'entaillant la main avec un couteau et tentant de soigner cette blessure... Nouveau jour, nouvelle entaille, mais soignée immédiatement cette fois, donc nouvel entrainement: endurcir les os qu'elle faisait sortir de son corps. Plusieurs jours s'enchainent et tous se ressemblent, au final la voila capable de soigner une coupure faible et ses os brisent de la roche sans s'émousser. La voila qui va au quartier général de Mahou pour entrer dans une équipe mais l'équipe qu'on lui assigna n'était pas disponible pour le moment et elle apprit qu'elle devrait probablement obtenir de meilleurs soins. Elle se rendit donc à la bibliothèque pour en apprendre plus sur les jutsus de soins et elle en vit plusieurs qui l'intéressaient. Il ne lui fallut pas longtemps pour apprendre que pour s'entrainer elle devrait faire ses preuves dans un groupe d'étudiant en jutsus médicaux. Elle fit ses preuves afin de pouvoir s'entrainer plus vite qu'au rythme d'une classe. Sous la tutelle d'un jounin elle pu soigner de plus grosses blessures, plus facilement, elle apprit aussi des nouveaux jutsus médicaux. Lors des jours de congé de ce jounin elle s'entrainait à la maitrise des os tout en pensant:

" M'entrainer à me battre alors que je veux arrêter les guerres quelle ironie... mais si je ne veux pas devenir un boulet pour mon équipe, pour mon rêve et pour ma famille il me faut bien savoir me battre aussi "

Ces pensées furent interrompue une fois par un bruit dans les fourrés derrière elle, elle se retourna et se prépara à l'action. Il s'agissait en fait de son frère qui venait la tuer. Il y eu un échange de coups d'os et Hone-Hagane fut battu son ventre percer de toute part. Il prit la fuite en menaçant sa soeur et la jeune fille rentra à Mahou..

Quelques jours après cet incident, celle jeune fille fit la connaissance d'une dénommée Miiyu, qu'il me semblait reconnaitre. Elle put voir plusieurs de ses techniques et montra les siennes. Elles discutèrent ainsi toute une journée et le lendemain fut signe d'entrainement pour la petite fille. Deux jours plus tard qui étaient aussi des jours d'entrainements, un combat organisé par le jounin médecin eut lieu entre elle et Gary Toppeur...

Ce dernier semblait avoir 16 ou 17 ans et avais les cheveux ébourrifé et noirs. il avait des lunettes , une drôle de cicatrice sur le front et un bâton bizarre a la ceinture. Il était habillé dans une sorte de robe noire dont je n'avais jamais vu le style par ici. Il y eut une petite discussion ou la petite fille insulta Gary sans lui adresser la parole directement et elle fonça sur ce travesti de Gary Toppeur. Un combat s'ensuivit donc et Garry y montra un talent rare: il fit un goukakyou sans faire de signe... Et la petite retourna s'entrainer. Il y eut bien quelques problèmes causés par Gary mais la demoiselle s'en tira très bien.


Dernière édition par Tyrande le 13/3/2008, 01:42, édité 1 fois
avatar
Tyrande
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 275
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 28
Localisation : Perdue dans un monde de shinobis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Tyrande le 13/3/2008, 01:30

Il y eut un changement de décor et je me revit moi, au moment où je fus virée du clan par mon père, en rentrant d'une mission. Je m'étais donc rendue dans la forêt au sud de yuukan pou tenter de trouver le village caché de Mahou et surtout y retrouver mon ami d'enfance: Ryo. J'avais donc commencer l'exploration de la forêt revenant toujours à mon point de départ dans la forêt pour dormir car je m'était construit une cabane de fortune.

Après une nuit dans la forêt, J'avais commencé à parcourir cette forêt dans l'espoir de trouver mahou ou de rencontrer mon vieil ami, Ryosuke. Je vit plusieurs animaux différents : écureuils, loups, etc., mais ce fut lorsque j'arrivai à cette clairière que je fus émerveillée. Cette clairière n'était pas d'une grandeur fabuleuse, mais elle avait tout de même une taille modeste. Au centre de cette clairière se trouvait une source d'eau dans laquelle se baignait diverses créatures.

Au centre même de cette source se trouvait une créature dont la beauté est telle que les mots manquent pour la décrire. Elle semble à la fois captivante et dangereuse en raison des sentiments qu'elle inspire. Elle a de longs cheveux cuivrés, une peau approchant la perfection, de grand yeux et de longues oreilles. Je n'avais jamais vu une telle créature mais d'après ce que je connaissais des légende, il s'agissait d'une nymphe. Autour de cette magnifique créature dansaient plusieurs créatures de très petite taille (environ 75 centimètres) avec des oreilles pointues et des ailes de libellules dans le dos. Toujours d'après les légendes, j'en conclut qu'il s'agissait là de pixies.

J'observai la scène pendant une bonne heure avant qu'arrive cet évènement perturbateur, l'une des pixie voulut partir de la clairière et se dirigea vers la forêt lorsqu'elle fut stoppée par une sorte de mur collant mais invisible pour moi. C'est alors que je me rendit compte que toute la clairière semblait avoir été cernée par des araignées à la vue des toiles qui se trouvaient derrière elle. C'est à ce moment là que je vu cette créature. Une abomination, cette créature ressemblait à une grosse araignée mais avait 2 bras humain et une tête humaine et s'appelait, d'après les légendes toujours, arachnéa. Je repensai à ce que lui avait appris son sensei pour son art du tir à l'arc...

A nouveau un changement de plan et on revenais sur cette petite fille. Mais qui était elle? ... Son groupe était enfin de retour et parmi eux se trouvais mon Ryo. Après une courte présentation et une beuverie organisée par la cousine jounin de Ryo, Il y eut un peu d'ambiance dans le bar choisit par Mia, la cousine.

La soirée était déjà entamée depuis un long moment quand la petite fille ressentis le besoin d'aller aux toilettes. elle se leva et Ryosuke voyant qu'elle tenais à peine debout se leva afin de l'aider. Sa cousine, Mia, lui fit un croc-en-jambe et il se cassa la figure tout en tentant de se rattraper à ses cheveux... La s'en fut terminer de toutes ces belles couleurs qui tournoyaient devant les yeux de la petite et en se retournant pour voir quel monstre était à l'origine de ce massacre (HRP: je parle de la personne qui lui a tirer les cheveux pour ceux qui n'auraient pas compris :HRP) elle vit un dragon qui se tenait sur 2 pattes et qui avait l'air de vouloir s'excuser.

Son sang ne fit pas un tour que déjà elle avais sauter à la gorge de l'animal sa lame d'os à la main. L'instant d'après à la place du dragon se trouvait un gigantesque bol de ramen (HRP: animal/dragon = Ryosuke, gigantesque bol de ramen = table renversée). Elle vis ensuite, en se retournant, tout un tas de dragon qui éclataient comme des bulles de savon tandis qu'elle tentais de les tuer... Le dragon était donc un dragon ninja.... Ce fut Mia qui arrêta la bagarre.

Nouveau changement de plan mais cette fois ci on revoyait mon maitre qui m'avait appris le tir à l'arc...


- Donc à partir d'aujourd'hui je vais t'apprendre l'art du kyudo (= art du tir à l'arc). Ce sera dur mais tu devras tenter de te surpasser en toute occasion, d'accord? (sensei)
Oui sensei !


Ce sensei était la seule personne du village de Chikara à croire en moi, cette pauvre incompétente incapable de faire le moindre jutsu.

- Un bon tir se caractérise par 8 points: le premier c'est l'Ashibumi, l'enracinement des pieds. Donc tu place tes pieds comme ça ...

Il me montra alors comment faire. Je tentai d'exécuter ce que mon sensei venait de me montrer mais n'y arrivai pas correctement et mon sensei me corrigea mes défaut en me disant de travailler cette pose un peu chaque jour jusqu'à ce que je n'ai plus rien a corriger, puis il m'expliqua chaque autre point pour réussir un tir.

- Il y a ensuite le Dozukiri, l'affermissement du corps. Cette posture est étudiée pour trouver le maximum de stabilité dans les quatre directions : avant arrière et latéralement. De plus, cette mise en place du corps est nécessaire à l’ouverture maximale de l’arc avant le lâché. donc tu fais comme ceci... *il lui montra* Puis il y a le Yugamae, la façon de tenir et de brandir son arc, ensuite c'est le mouvement du bras pour se placer correctement face a sa cible qui se fait en trois temps: l'uchiokoshi, monter les bras et l'arc, l'hikiwake, descendre les bras et tirer sur la flèche et le kai, se met en une sorte de symbiose entre son coeur, son corps , son esprit, sa flèche, son arc et sa cible. Vient ensuite le hanare, moment de tirer et le zanshin pour finir, le mouvement pour rabaisser l'arc tout en pouvant remettre une flèche directement.

Après cela, je passai trois ans à m'entrainer avec lui avant qu'il ne doivent partir pour gensou où il fut tuer en chemin par un monstre. Sortant de mes pensées je me rendis compte que l'une des pixies étaient en danger et je me concentrai pour le tir lorsque les arbres se mirent à bouger. Après une pseudo discution avec l'un d'eux, je pus repartir. En repartant je fut poursuivie par plusieurs araignées géantes...

Encore un changement de plan pour revenir sur cette petite fille... Cela se passait dans la forêt, un cri retentit et tout le monde se dirigea vers l'origine de ce cri. C'est alors que je me vis mourir une nouvelle fois, avec Ryo qui courrait comme pour me sauver la petite fille qui le suivait pour le défendre et dans l'optique de me soigner...

Il y eut un nouveau changement de décor et je vis la petite fille s'écrouler sur moi... C'est donc ainsi que cela s'était passé. C'est à cause de mon inexpérience qu'elle est morte... Ryo était là lui aussi et venait vers moi. Après une longue explication des deux parties ainsi qu'une légère présentation, la jounin accompagnant Ryo déclara que l'on devait retourné au village pour enterrer cette pauvre Jade...

Nous nous dirigeâmes directement vers le quartier général afin de leur expliquer la situation. Le mahoukage fit dépêcher un ninja messager vers leur employeur afin de le mettre au courant de la situation actuelle. ensuite nous avons reçu l'ordre de nous rendre chez jade afin de prévenir sa famille.

Par la suite nous avons fais ses funérailles qui, par la volonté de Jade, se trouvaient être une incinération. Après avoir assister à l'incinération du corps nous sommes aller sur la stelle des héro du village où elle avait à présent droit à avoir son nom. Il faut dire que Mia, la jounin, avait légèrement forcé la main au kage pour obtenir cela. Tout ceci nous avait pris deux jours et nous étions par la suite repartis en direction d'un petit village appelé Mimpeth où nous devions trouver un homme assez âgé afin de l'escorter jusqu'à Taisen ... Il y eut un combat en chemin pendant lequel je perdis un moment le fil de la réalité pour m'accrocher à celui des souvenir...

"Je venais d'apprendre une nouvelle fois que je ne deviendrai jamais genin avec ce niveau de maitrise de chakra. Je ne savais toujours faire aucun jutsu alors que les enfant de ma classe qui avaient tous, au plus 9 ans, y arrivaient sans trop de difficultés. j'avais alors 15 ans et sortit de la salle de cours en pleurant suivie par les moqueries des élèves et du professeur... Je courrait comme pour échapper à ces rires et je bouscula une jeune fille qui avait environ mon âge et accompagnée du directeur, en tout cas avec le peu que je pu voir et je couru vers la sortie de l'académie avec, à présent, les cris du directeur me demandant d'aller près de lui. Ce que je ne fis pas et une fois sortie de l'enceinte de l'académie je fondis en larme de plus belle. Peu de temps après, la jeune fille que j'avais bousculer vint me trouver.

Hey, ca va ?
ca se voit non? *pleure toujours et tente de sécher ses larmes*
Mouais....Tu t'appelle comment?
Tyrande
Tyrande...C'est quoi leur problème ?
Comme si tu ne le savais pas tu viens pour te foutre de moi comme tout le monde *seche ses larmes*
Wow calmos! Je les connais pas tes problème moi ! Je suis nouvelle en plus..
ah? désolée j'ai perdu mon sang froid, en fait je ne sais faire aucun ninjutsu ou genjutsu, je ne maitrise pas assez mon chakra mon contrer un genjutsu et je suis absolument nulle en taijutsu enfin voila quoi ...
Je connais ca tu sais... Je suis pas foutu de faire le moindre truc. Bon, je t'avouerai que en baston je me débrouille pas mal mais pour le reste... je me débrouille en fait! Tu dois bien être douée dans quelque chose non ?
Je tire à l'arc correctement et je sais écrire et reconnaitre les notes et les parchemins en tout genre
Bah tu vois tu es pas sans talent! Et contrairement à ce que pensent surement tout ces petit merdeux, ce n'est pas ça qui t'empêchera de devenir quelqu'un tu sais! ... aller relève toi !

Elle m'attrapa par les épaules et me releva. Je lui fis alors un grand sourire en partie forcé.

Tu es gentille, tu t'appelle comment?
Dieu, me répondit elle avec un immense sourire mais tu peux aussi m'appeller Lisa.
D'accord lisa. ... Tu as bien dis qu'a pars en combat tu étais plus ou moins nulle?
Exact mais je sais que je finirais pas y arriver et au pire je trouverai bien quelque chose à faire pour emmerder tout ces pisseux !Héhéhé... Dit tu as quel age ?
15 ans et toi?
17 ! Tu vois je suis encore plus désespéré que toi MWAHAHAHAHA!

Un petit rire s'échappa de moi.

Tu commences seulement a 17 ans?
Ouais... J'avais des choses à faire avant... Enfin bon!

Elle s'étira et m'attrapa par les épaules.

Dit tu veux me faire plaisir ?
C'est a dire?
Ne laisse plus jamais des gens comme cela te rabaisser, il ne sont pas mieux que toi. On à tous un talent cacher , suffit de chercher un peu.
Dans ce cas le mien est bien enfoui.
Tu verra, un jour ou l'autre, tu le trouveras.
Je l'espere
T'inquiète pas pour ça ma grande...Mon petit doigt me dit que tu y arrivera! ... Bon! C'est pas tout mais je devrais peut être y aller à ses cours à la con. Tu viens ?
Je crois que je ne retournerai plus jamais dans cette académie... va aux cours et en échange de ma promesse de ne plus me laisser "emmerder" réussi a devenir une genin
Héhé t'inquiète pas, je laisserai pas un de ces petit con réussir un truc mieux que moi...

Un rire s'échappa de moi cette fois encore.

Bonne chance dans ce cas
Bonne chance à toi aussi.

Elle tendit une main que je serra. Ensuite, le tonnerre gronda.

Tss on dirais qu'il va nous tomber un de ces truc sur la gueule, je ferai bien de rentrer.
Oui
Et puis qui sait ? On se reverra peut etre un jour..
Peut etre oui.
C'est bizarre mais j'ai même déja l'impression de t'avoir déja vu..
C'est possible après tout nous sommes de chikara toute les deux

Le tonnere gronda plus fort encore...

Ah j'y vais, a bientot Tyrande!
A bientot lisa.

Lisa s'éloigna, les mains dans les poches, sans se presser de retourner à l'academie tandis que je resta là, un bon moment, meme apres que la pluie aie commencer a tomber


Dernière édition par Tyrande le 13/3/2008, 01:39, édité 1 fois
avatar
Tyrande
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 275
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 28
Localisation : Perdue dans un monde de shinobis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Tyrande le 13/3/2008, 01:32

Je repris mes esprit et demandai à Mia de pouvoir superviser cette attaque. Elle accepta et les autres me firent un rapide résumé de leurs techniques favorites et donc de leur talent. Je leur exposa mon plan qui fut réalisé à la perfection, éliminant ces ennemis. Il n'y eut qu'un probleme, c'est un engin inconnu qui explosa manquant de tuer Dragonight dans la foulée, celui ci se substitua à temps, heureusement. Le vieil homme était en fait celui que nous devions escorter, cela tombait donc bien. Nous nous rendîmes à Taisen mais, en chemin, nous devions passer par des marécages. Dans ces marécages, plusieurs évènements se produisirent tel qu'un homme tombant du ciel, un certain mayura, Ryo qui chuta dans l'une des mares alors que des lézards raiton se chargèrent de tenter de le tuer, moi qui avait cueuilli une plante et préparer une potion pour le remettre d'aplomb, une rencontre avec le frère de Jade qui m'apprit qu'elle était en moi à présent. Nous arrivions donc à Taisen où nous allions combattre quelque peu. Une fois les combats finis, nous repartions pour Mahou. Lorsque le soir arriva, nous nous arrêtâmes dans une auberge et, alors que les autres buvaient à l'intérieur, je sortis prendre l'air et réfléchir aux propos de ce fameux frère... Au bout d'un certain temps, Ryosuke vint voir pourquoi je ne restais pas avec tout le monde et la je fondis en larmes dans ses bras. Il lui fallu tout de même le temps avant de me prendre réellement dans ses bras mais cela me convenait. Je ne saurais dire combien de temps je resta là tout ce que je sais c'est que quand j'ai arrêté de pleurer, Ryo dormait... Il s'était assis contre le mur de l'auberge et j'étais dans ses bras. Je me souviens avoir pleurer sans arrêt et une fois que j'ai arrêté, j'ai réveillé Ryo et nous sommes aller dormir chacun dans sa chambre...

Le lendemain, Kabuki et Mia nous chariaient en disant que nous étions amoureux l'un de l'autre. Ryosuke les laissa faire tandis que moi je leur maintenais le contraire. Dragonight tenta à un moment de me faire plaisir mais je n'avais pas le coeur à cela et tenta de lui faire comprendre gentiment... Nous arriveâmes enfin en vue de Mahou quelques heures plus tard.

Nous étions donc arrivés à Mahou... nous nous sommes séparer presque immédiatement: Ryosuke est parti de son coté sans prendre la peine de nous dire au revoir correctement, Dragonight parti en murmurant à peine un "Au revoir, enfin du repos" auquel je répondit simplement que je me foutais largement de sa vie... C'est vrai quoi, il est bien gentil mais tout le monde a quelque chose à faire, moi en l'occurrence c'est trouver un toit pour dormir... Je me rendit donc au QG de Mahou afin de parler au mahoukage de mon problème. Sa secrétaire me fit entrer dans le bureau seulement voila, Il était occupé avec Mia... Il me reçut quand même, en maudissant sa secrétaire. Je lui expliqua donc mon problème et à ma grande surprise de la part de cette chef d'équipe tyrannique, elle me proposa d'emménager dans le domaine clanique...

C'est ainsi qu'il fut décider que j'irais vivre dans le domaine du clan Soma... Je sortis de la pièce un moment, le temps que Mia termine de régler les détails de notre mission en fait. Lorsqu'elle sortit elle me tendis une bourse contenant un paquet de ryos, je décidai alors de les compter et les dépenser plus tard... On arriva au domaine Soma...

Le domaine compte sept bâtiments de bois de un ou deux étages, reliés entre eux par des petites allées qui serpentent au milieu de jardins et de cours. L'architecture du domaine comporte de nombreux panneaux aussi bien pour les murs extérieurs que pour les murs intérieurs. Les murs extérieurs sont principalement composés de panneaux coulissant que les membres du clan ouvrent ou ferment en fonction du temps; ils servent aussi bien de fenêtres que de portes. Les murs intérieurs sont tous des panneaux coulissants, faits de bois solide, de treillis ou de papiers encadrés dans un panneau grillagé. Les sols sont souvent surélevés et l'on peut entreposer des affaires dessous. Les toits de chaume ou de bardeaux sont inclinés ce qui permet de gagner de la place dans les combles. Un bassin sacré alimenté par une fontaine en forme de tigre fournit de l'eau fraiche aux membres du clan.

Lorsqu'on vient de la ville le premier bâtiment se trouve être le temple. Ce bâtiment de deux étages, un peu plus décoré que les autres, contient différentes petites chapelles que viennent visiter les gens de la région et les pèlerins, en y laissant leurs donations pour le clan. Le temple contient un grand autel avec une statue de tigre en argent posée dessus, il est parsemé de colonnes et est éclairer faiblement. Lorsqu'on sort du temple, il y a une mare surplombée d'un pont, la mare fait entre neuf et dix-huit mètres de large pour un peu moins de 30 mètres de long. Le pont traverse la mare dans sa largeur et mesure une dizaine de mètres. De chaque coté de la mare se trouve un bâtiment, à droite c'est le "Hall de l'inspiration" endroit où l'on célèbre une sorte de dieu d'après ce que j'en ai compris... Mia m'a parlé de dieu, de kirin et autres bêtises que j'ai pas comprises. A gauche du temple se trouve le "Hall de la contemplation", endroit où les membres du clan effectuent diverses cérémonies... En face du temple, de l'autre coté du pont, se trouve la salle d'entrainement du clan que certains appellent même "Hall des prouesses"... Une fois ce "hall" traversé, on arrive dans un magnifique jardin. Ce jardin parfaitement entretenu est l'endroit idéal pour faire une "promenade méditative". De chaque côté de ce jardin somptueux se trouve une sorte de bibliothèque-archive, on y retrouve tous les documents du clan. Il ne reste qu'un seul bâtiment qui se trouve en face de la salle d'entrainement: le bâtiment dans lequel les membres du clan vivent. Dans ce bâtiment se trouvent les cuisines, l'entrepôt à nourriture, la sale à manger et les quartiers de chaque membre. Ce bâtiment est à deux étages et il y a un jardin de pierre d'un coté et une fontaine de l'autre...

Après quelques courses en ville, Le fère de Jade vint pour me courtiser cette fois mais Ryo le vit et tenta de le faire disparaitre à jamais de ma vie. Malheureusement, Ryo fit lourdement blessé au cours de ce cobat et Hone-Hagane prit la fuite. Il dut aller à l'hopital et quatre jours après que le médecin ait dit que Ryo allait s'en sortir, et ne l'ayant pas encore vu se réveiller, j'étais sortie faire un tour et à mon retour Ryo n'étais plus la.

Après un petit entrainement, j'avais inviter Ryo à prendre un pic nic dans le domaine mais il se montre tel un rustre au cours de ce pic nic et cela me mit en colère au point de le gifler. Mais l'examen chuunin approchait et alors que j'étais retournée m'entrainer, Ryo vint me superviser cet entrainement, m'apprenant quelques jutsus. Je m'inscrit à l'examen bien que cela fut trop prématuré et que cela se solda par un échec pur et simple. A la fin de l'examen je revit Lisa et j'appris à connaitre Miiyu dont le style de combat m'avait interpeller. Je prit ensuite quelques jours à m'entrainer avant de repartir en mission avec NarutoRudy et quelques autres cette fois. Mais mon Ryo faisait bien partie de l'équipe.

La souffrance me rappela à la réalité en me tirailllant toujours et me faisant remarquer que je n'avais pas arrêter de crier jusque là.


- "Aratameru neko nin'gen!'" ( = changer le chat en personne)

A ce moment, je sentis ma voix s'éteindre doucement, je me sentais faiblir, défaillir. J'étais là, sur un autel, avec mes vêtements déchirés laissant ainsi voir ma poitrine, avec un trou juste en dessous de celle-ci, et surtout avec du sang un peu partout...

- Ryo...

"Je vais... mourir ici... Ma... dernière... pensée... pour toi... Mon Ryo..." La dernière image que je vis fut un chat sortant de mon ventre dans une lumière noire... Ce chat avait quelque chose de spécial, on aurait dit qu'il pleurait en me regardant...
avatar
Tyrande
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 275
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 28
Localisation : Perdue dans un monde de shinobis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Ryosuke le 13/3/2008, 22:03

Ptite précision, ce rp se passe avant celui de Tyrande ici dessus...

Mission enfin terminée. Enfin, je ne la considérerais finie que quand j'aurais totalement récupéré, et mon bras ne sera bon que dans deux jours. En attendant, je ne dois pas l'utiliser pour que les sceaux appliqués par les médecins agissent au mieux. Et en plus, ils ont insisté pour que je reste ici pour la nuit... enfin, au moins ici, je suis tranquille. A l'abri du chef de mission hyperactif, du mercenaire psychotique se gonflant avec des drogues-parchemins, du duo mortel Dragonight et Nekotto... et de Tyrande, même si elle avait vraiment insisté pour rester ici. Enfin, elle allait pas veiller toute une nuit et dormir sur une chaise alors qu'elle était déjà exténuée à cause de cette marche. D'ailleurs, moi aussi j'étais complètement cassé hier soir. Cette fichue marche à n'en plus finir, après un combat où je n'ai fait que valdinguer dans tous les sens... fichue mission, même si j'ai pû faire des rencontres intéressantes. Iarwain notamment, avec qui j'ai pû m'entrainer au genjutsu. Pour expliquer des choses aux autres, cela nécessite une connaissance pousée et une bonne technique... ce que j'ai été forcé d'acquérir en catastrophe. A ce stade, l'élève profite autant que le maître qui consolide ses connaissances. Et c'est vrai que je maîtrise mieux ce genjutsu maintenant. Et NarutoRudy qui nous a montré son rasengan... une nouvelle technique, il ne perd pas de temps celui là (HRP C'est justement ce qu'on te reproche Razz ). La même technique qu'Asuka... c'est efficace, même si je n'aime pas ce truc. Non pas parce que NR le maîtrise bien sûr, mais parce que j'ai l'impression que quelque chose manque à cette technique. Son défaut, c'est de ne fonctionner qu'à très courte portée et donc d'être facilement évitée, d'autant plus que l'attaquant n'a pas d'autres options que de foncer sur la cible. Le chakra de la sphère se disperse certainement au bout d'un moment... donc soit gaspillage, soit perte d'efficacité. Il manque un truc... simplement, il me faut le trouver. Ca arrivera... j'ai toujours trouvé ce que je cherchais.


Le soleil commençait à se lever. J'avais dû m'endormir très tôt pour me réveiller avant lui aujourd'hui, bien que je sois généralement matinal. Le village était encore calme, bien que les habitants n'allaient certainement plus tarder à se réveiller et s'agiter. Je regardais sans un geste l'aurore naissante et ses reflets flamboyants sur les nuages qui erraient ça et là dans le ciel... pour le moment, j'étais parfaitement tranquille, sans avoir à me soucier de quoi que ce soit. Confortablement placé dans ce lit, seul et dans le silence total, je pouvais complètement me relâcher, ne pas avoir à surveiller les environs et les autres. Et mieux vallait en profiter, car cela ne durerait pas bien longtemps. Seul inconvénient à ce tableau, c'était que j'étais dans un hopital. Non pas que j'y fus mal installé, mais cet endroit empeste la mort et la maladie. Mais c'est bien la fonction de ce lieu après tout, rassembler les malades graves, les blessés et les moribond pour justement remédier à leur état. Pourtant, je ne comprend pas comment on peut passer son temps à soigner les gens sans devenir fou. C'est peut être pour celà que je ne me suis jamais penché sur les utilisations médicales du chakra. J'ai lu des livres sur un peu tout, même sur une branche des sceaux, les runes. A chikara, j'ai réussi à accéder à un ouvrage sur les verrous de l'esprit, bien qu'il se contente d'exposer les grands principe ainsi que le caractère historique de la chose, sans donner la moindre idée technique. Parfaitement normal, on ne met pas une telle puissance et un tel danger à la portée de genin. J'ai même eu affaire à des marionnettes par l'intermédiaire d'Asuka qui en emploie une.

Mais le ninjutsu médical, pourtant bien plus simple d'accès, je n'y ai pas touché. Devoir sauver des vies... avoir la possibilité de le faire, et cepandant échouer. Que l'on me laisse tranquille et tout le monde sera content. En effet, je refuse d'avoir à assumer ce genre d'échec. Je suis faible, lâche ou un simple fuyard? Peut-être bien, mais j'ai le mérite de le reconnaitre et ça me va très bien.

Faudrait juste que je trouve un médecin. Une personne compétante avec qui me lier pour s'occuper des soins en mission. J'ai bien vu pendant celle-ci que de bons coéquipiers changent toute la donne. Un combat perdu d'avance contre un monstre berserker qui a jonglé avec moi, et pourtant on s'en est tous pas trop mal tirés. A chaque membre d'un groupe sa fonction. Je me demande si quelque part dans cet hopital, il y aurait quelqu'un susceptible de bien s'entendre avec moi... bah, les contacts utiles auront lieux avec le temps et l'expérience. Chaque chose en son temps... repose toi.


Du repos, j'en pris pendant deux jours. Aucune activité liée aux arts ninjas, pas même de la lecture. Un grand tour d'horizon du village, une visite à Kabuki histoire de savoir ce qu'il advenait de lui maintenant, car c'était bien ma seule implication dans cette mission, et pas grand chose d'autre. Si, j'ai dû endurer une Tyrande frustrée de ne pas avoir pû rester à l'hopital et surtout du fait que j'en sois partis sans prévenir personne d'où j'allais. Enfin, elle s'est assurément vengée en m'infligeant l'insupportable attente du "lèche vitrine" dans les différentes boutiques du village. Fait étrange, j'ai également rendu visite à Dragonight, une fois le jour de ma sortie (ou de ma fuite), et une fois deux jours après, sachant que ma cousine lui menait la vie dure. Peut être que je finis par apprécier cet étrange personage... déjà suffisemment pour avoir pitié de lui (HRP fallait bien ne pas trop rêver hein ^^). Je pouvais lui accorder tout un après midi sans elle, simplement en sollicitant un entrainement. A contrecoeur, elle finit par obéir. Faut dire qu'elle ne m'avait pas martyrisé depuis un bon moment aussi, ça commençait probablement à lui manquer...

Ryosuke
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2308
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Ryosuke le 13/3/2008, 22:03

-------------------------------------------------------------------------------------------

AieAieAie, je vais encore être en retard! Et Mia ne va pas du tout aimer... déjà que la dernière fois elle était exaspérée et au bord de la crise de nerfs. Asuka ma grande, fini en vitesse de réparer les dégats et cours!

J'avais été chargée de transporter de la paperrasse destiné au byakko, mais comme je n'en rate jamais une, il a fallu que je renverse tout ça maintenant. J'étais déjà pas en avance pour arriver à l'entrainement, et avec ce contretemps je passais carrément en retard. Et ce n'était pas fini... sous l'émotion, je ramassais tout frénétiquement et un peu maladroitement.

Mon dieu, Mia va hurler... je vais forcément y passer, et ça va faire mal. Je devrais me trouver une excuse... idiote, t'en as une, on t'as chargé de faire le facteur non?

(?) Un coup de main?
(Asuka) Euh... merci.

Une fille d'environ mon âge s'était rapprochée pour me donner un coup de main.Alors que nous étions toutes les deux penchées sur les documents renversés, je l'observais à la dérobée. De longs cheveux noirs, mais surtout... des yeux rouges. Ca doit donc être elle non? J'hésite... si je me trompe, j'aurais l'air bête.

(?) Tiens, voilà. Fais plus attention la prochaine fois.
(Asuka) Oui oui, merci. Hum... tu t'appelles bien Tyrande non?
(Tyrande) Euh... oui. On s'est déjà vu quelque part?
-Non, mais j'ai déjà entendu parler de toi. Par Mia surtout.
-Mia... la cousine de Ryo?
-Oui. Qui va d'ailleurs me passer un savon si je ne me dépèche pas. On a un entrainement de prévu...
-Mia... je ne la connais pas vraiment, mais elle ne m'inspire pas confiance. Presque peur plutôt.
-Oh, on peut lui faire confiance. Même si elle est aussi assez effrayante quand elle s'y met. D'après Ryo, tu n'as pas encore tout vu...
-Ryo? Il t'as parlé de moi?
-Un peu oui... Mia nous entraîne tous les deux depuis un bon moment déjà. Elle dit qu'on se complète bien.

Son doux visage évolua lentement pour laisser place à un regard beaucoup plus sombre. Apparemment, j'avais touché un point sensible là...

(Tyrande) J'ai pu constater que Mia dit très souvent des conneries, il ne faut pas l'écouter.
-Euh... oui, si on veut.

Vraiment sensible. Cepandant, elle repris une certaine contenance et son visage se radoucit -ou plutôt, devenait plus neutre.

(Tyrande) J'aimerais bien voir un de vos entrainements...
-Ah... euh... moi, ça ne me pose pas de problème... reste à voir avec Mia et Ryo...
-Très bien...

Elle me suivit silencieusement durant tout le trajet, mais je la sentais bouillir intérieurement, comme si elle irradiait de chaleur... Asuka ma grande, t'es décidément vraiment pas douée. Un peu plus tard, nous arrivâmes dans la salle d'entrainement: j'étais soulagée de ne plus sentir ses yeux fixés sur ma nuque. Ce qui dominait la salle, c'était le regard autoritaire et frustré de Mia: en plus de mon retard, il semblerait qu'elle n'ait pas pu prodiguer des conseils d'entrainements à un autre de ses élèves car il était actuelleemnt en convalescence à l'hopital. Elle semblait avoir pris son mal en patience en infligeant un échauffement contraignant à Ryo, mais il semblait s'en accomoder assez bien. Quoi qu'en fait on ne pouvait pas vraiment savoir avec lui. Quoi qu'il en soit, il faisait actuellement des exercices d'assouplissements. Mia lui avait certainement dit d'y aller à fond sur moi aujourd'hui...

(Mia) Tu en as mis du temps... j'espère que tu es prêtepour ce qu'on avait prévu au moins?
(Asuka) Oui oui, tout est bon. Me suis échauffée avant de venir, et Boris est prèt également.
-Bien, on va pouvoir commencer directement... tiens, mais qui voilà... Tyrande c'est ça?
(Tyrande) Salut... ça ne vous dérange pas si je vous regarde aujourd'hui?
(Mia) Non, pas du tout... tu n'as rien d'autre à faire?
-Je suis curieuse, voilà tout. Et je pourrais peut être apprendre en vous regardant.
-Si tu veux...
(Ryosuke) Hum... quand vous voulez.

Il m'attendait et avait apparement hâte de commencer le combat d'entrainement. Vite, amener Boris pour qu'on puisse commencer. Je posai mon parchemin au sol et relachais le sceau qui le contenait. Dans un épais brouillard, il apparut subitement. Un colosse d'environ deux mètres, très large et robuste. Vêtu d'un poncho à sa taille, ses cheveux formaient une longue natte qui lui arrivait au niveaux des reins. Au bout de cette natte se trouvait une petite boule faite d'un minéraux particulièrement résistant. Il semblait avoir pour seule arme un naginata. Boris, mon pantin de prédilection... Mia voulait que l'on sorte le grand jeu aujourd'hui. je retirais les gants de cuir qui me protégeaient habituellement les mains pour être parfaitement à l'aise, et les reliais à Boris pour en prendre le contrôle. Après lui avoir fait faire quelques gestes, je reculais et le mis entre Ryo et moi. Ca allait pouvoir commencer.

(Mia) Comme on a dit, on va faire une succesion de combats de une minute chacun, afin que Ryo puisse tenir le rythme. Asuka, il va devoir essayer de t'atteindre avant la fin de ce compte à rebours, donc tu sais quoi faire. Pour aujourd'hui, on va faire la synthèse d'un peu tout ce qu'on a déjà vu, donc vous pouvez utiliser tout votre éventail de techniques. Amusez vous bien.


Dès qu'elle avait dit que tous les coups étaient permis, le combat avait déjà commencé. J'avais aussitôt employé du genjutsu pour me rendre invisible, et nul doute que Ryo avait fait de même, laissant un mirage à sa place. Je me déplaçais afin qu'il perde toute trace de moi, ce qui ne lui laissait plus qu'une solution: attaquer Boris. En un éclair, il il fondit dessus d'un coup de pied sauté à la tête, mais ce coup ne fit même pas vibrer les fils qui nous reliaient. Je répondais d'une série de coups de naginata qu'il esquiva assez aisément jusqu'à ce que l'un d'eux le fauche. Il se rattrappa au mur et reprit l'assaut, comptant certainement les secondes dans un coin de sa tête. Mais ce n'était pas en faisant ça qu'il gagnerait... Boris, charge!

Il évita un autre de mes coups et profita de l'élan de ma marionnette tenter une projection: mais Boris était bien trop lourd pour lui et il finit à nouveau à terre. Je lui assenais un terrible coup horizontal mais compris après que j'avais attaqué une simple illusion. Ryosuke émergea du néant et me désarma... enfin, m'enleva une arme. Boris est plein de ressources. Je lui fis executer un enchainement de coups de poings puissants, cherchant uniquement à gagner du temps. Mon pantin était particulièrement lent et n'avait que très peu de chances de le toucher, mais la violence de ses coups était un risque qui occupait suffisemment mon adversaire. Mais Ryo est habitué au combats de taijutsu, c'est pourquoi j'ai opéré un petit changement. Simultanément, je levais mes auriculaires d'un coup sec et les avant-bras de ma marionnette fusèrent sur Ryo, lui coupant le souffle et laissant apparaître deux longues lames. Pour ne pas trop endommager mon adversaire, je les recouvrais d'une épaisse couche de chakra, le faisant passer à travers mes fils. Ainsi, il n'y avait aucun risque de coupure.

Cela continua un petit moment, Ryosuke esquivant péniblement mes coups et se retrouvant forcer d'en parer la plupart. Subitement, il bondit sur mon pantin, lui atterit dessus et repris une impulsion pour s'en éloigner le plus possible. Je ressentais toutes les vibrations à travers les fils, et mes doigts dansaient pour permettre à Boris de contrattaquer. D'un large coup, il balaya Ryo... ou plutôt coupa en deux un simple mirage.

Dans le même temps, je sentis deux mains se refermer sur mes coudes, et exercer dessus une très légère pression vers l'extérieur, signifiant qu'il venait de me tordre les coudes. Nous réapparûmes en même temps, lui juste derrière moi, et murmurant dans mon oreille:

(Ryo) Cinquante-six secondes je pense... ou cinquante-sept.
(Asuka) Quand... et comment t'as fait pour me trouver?
(Ryo) Par magie?
(Mia) Une minute et une seconde Ryo... c'est pas vraiment ça pour ton horloge interne. Mais je suis curieuse moi aussi, j'aimerais comprendre... pendant que tu as combattu le pantin, tu cherchais les points d'accroches des fils, ça ok. Tu t'es dissimulé juste après avoir escaladé le colosse, d'accord. Mais en moins de quatres secondes tu étais déjà derrière elle, pile au bon endroit sans tatonner... tu m'expliques?
(Ryo) Euh... tu as tout dis non?
(Mia) Ne joue pas à ça...
(Asuka) J'aimerais bien savoir aussi.
(Ryo) Pour trouver la direction, j'ai bien dû tripotter Boris (HRP: NR, Dragonight, cadeau là Laughing ). Pour la distance, c'est toujours la même: sept pas de course.

Un petit silence s'installa. Comment ça "sept pas de course"?

(Asuka) Répète?
(Ryo) Tu te tiens toujours à la même distance de tes pantins...
-Comment ça? Tu veux dire que...

Un autre silence géné. Plus long cette fois.

(Mia) Bordel... comment tu fais pour remarquer des trcs pareils? Tu te prends vraiment la tête...
(Ryo)...... je me prends pas la tête....

Comment il fait pour remarquer ces trucs? Il ne m'a vu utiliser des pantins que quatre fois jusqu'à aujourd'hui...

(Asuka) Euh... Ryo?
(Ryo) Hum... autre chose?
-Non... mais tu peux me lâcher dis?

Depuis tout à l'heure, il n'avait pas changé de position, toujours sa tête juste derrière mes cheveux blonds et bouclés et ses bras qui ensrraient mes coudes. Il le faisait cepandant si doucement que je ne le sentais presque pas... comme peut être aussi rude que doux.
Et le regard de Tyrande qui se faisait de plus en plus aggressif...

(Ryo)... désolé.
(Mia) Bon, replacez vous, on va recommencer. Cette fois, deux minutes, et c'est à Boris... enfin, Asuka de jouer le rôle agressif. Ryo, tu survis comme tu peux mais tu n'as pas le droit de t'en prendre à elle, et pas de genjutsu pour toi, et toi uniquement.
-Génial...
-Des commentaires?
-Jamais voyons...
-Je préfère ça. Ca serait bête que tu perdes la face devant nous trois, n'est ce pas? Allez y!

Nous trois... c'est seulement sur Tyrande qu'elle a voulu insister.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bien plus tard dans la journée

Fichu entrainement... On a du faire une bonne trentaine de combats en tous, en comptant ceux où Mia s'est joint à la partie. Son pantin géant est bon pour la réparation maintenant... m'enfin, c'était ça ou je retournais à l'hopital pour quelques jours, donc bon. Puis on a repris les duels Asuka et moi... moi qui ne pouvais pas utiliser de genjutsu, ou uniquement mes jambes, ou me déplacer uniquement en marchant sur les mains (elle me l'a mit deux fois celui là... je devais avoir l'air marrant tiens).

(Tyrande) Tu t'en es plutôt bien tiré malgré tous les handicaps que Mia t'as filé...
(Ryo) Oh oui... surtout quand Asuka m'a fait disparaître la vue et l'ouie avec une technique, J'ai ensuite passé une minute écrasé par un colosse de bois.
-Euh... bon, à part ce combat là tu t'es très bien battu. Surtout le premier.
-Et je n'arrive pas à dissiper son genjutsu sur mon oreille droite... je n'entendrais plus rien de ce coté tant qu'il ne partira pas de lui même. D'après Mia, au moins un jour. M'enfin, d'Asuka ça ne m'étonnerais pas que cela dure deux-trois jours de plus. Tyrande?

Hum... elle est bizarre. Enfin, plus que d'habitude. Quelque chose qui cloche... tiens, d'ailleurs...

(Ryo) Je me demandais... t'as l'air d'avoir bien progressé depuis l'examen chunin. Même si tu l'as raté, ce n'est qu'un passage de grade... il y en aura d'autres.

J'adore la finesse avec laquelle j'apporte les mauvais souvenirs, camouflés derrière des compliments. Je suis odieux sans le vouloir ou quoi? Enfin, ce qui ne tue pas rend plus fort... elle va finir par tous nous pulvériser dans ce cas.

(Ryo) Dommage que tu ais refusé de vraiment me combattre, tu serais passée...
(Tyrande) Mais toi tu l'as fait sans te poser de question... on se demande parfois si tu as un coeur.

Quel magnifique jeu de mot, qui s'applique si bien dans mon cas. Mais si, j'en ai un... auquel mes pensées reviennent souvent. Trop souvent.

(Ryo) Le coeur n'est qu'un muscle qui pompe du sang non? Pas des sentiments dans le genre de l'amitié ou de l'indifférence. Bref, j'ai bien envie de voir ce que tu peux faire en combat. Mais seulement si tu attaques vraiment. Si c'est pour faire comme l'autre fois, c'est inutile... hum?
(Tyrande) D'accord...
(Ryo) Au fait... remarque que je ne t'avais pas blessée quand même.

Rien à faire, elle avait beau se forcer de sourire, rien n'y faisait. Bah... ça ne dura pas plus d'une demie heure de toute manière. Quelle comédie...

Ryosuke
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2308
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Rex_Dhure le 20/3/2008, 02:22

[hrp] Ca y est le temps de l'académie est fini, maintenant s'ouvre une longue ou courte vie pour Rex, il va passer un petit entrainement dans la forêt avec deux utilisateurs de Kage no jutsu (technique d'ombres), dont voici le préambule.Suivrons deux mois de ballade en forêt et entrainement intensif sous la tutelle de ses deux ainés. J'aimerais après cet entrainement rencontrer une équipe ou un senseï afin de pouvoir approfondir le RP [/hrp]

Rex sortait de l'Académie. Il venait juste de recevoir son diplôme de Gennin, il avait finalement réussi. C'en était fini des journées interminables passées sur les bancs enfermés entre quatre murs.
Sa joie était immense. Il avait réussi à obtenir son examen sans redoubler une seule fois. De plus il s'en était bien sorti au final sur les épreuves de Ninjutsu. Contrairement au Taijutsu malheureusement. Il n'avait pas réussi son illusion. Enfin bon ça y est je l' ai. Je vais enfin pouvoir participer à des missions. Néanmoins les paroles de leur Senseï lui revinrent en tête.


Profitez des vacances pour travailler votre chakra avant de commencer d'éventuelles missions. Vous recevrez plus de nouvelles quand à vos affectations pour ce qui concerne les équipes et les chefs d'équipes attitrés.

Pourquoi leur avait-il conseiller d'attendre? Mais surtout ce qui intriguais Rex, c'était la remarque sur le chakra. Qu'entendais-t-il par là? Travailler la quantité? Ou son affinité particulière? Ou encore les invocations?

Rex fronça les sourcils et se dit qu'il aurait tout le temps de penser à ça plus tard. Il attrapa son casque, enclencha la touche Power de son baladeur et se mit en route du domicile familial d'un pas hâté pressé qu'il était d'annoncer la nouvelle à ses parents. Les premiers sons électroniques commencèrent à résonner dans les écouteurs du casque, puis la mélodie s'emballa. Rex entrainé par le rythme accéléra le pas et n'entendit pas l'un de ses camarades l'appeler. Celui ci couru afin de le rattraper. Arrivé à son niveau il saisit Rex par le bras. Rex surpris sursauta et pivota en saisissant le bras de son agresseur. Il s'arrêta en plein geste lorsqu'il reconnu la manche de son ami. Il lâcha sa prise et ôta ses écouteurs.


Ho! Pardon, excuse moi, j'étais dans mes pensées.

Y'a pas de mal! Je voulais te proposer d'aller boire un verre un peu plus tard pour fêter ça avec les autres.

Oui pourquoi pas...Ou se retrouve-t-on?


Ils s'organisèrent pour se retrouver un peu plus tard puis se séparèrent afin d'aller prévenir leurs parents de la bonne nouvelle.
Rex remit ses écouteurs diminua le volume puis se remit au pas de course, toujours en direction de la maison.

Trois quart d'heure plus tard Rex poussa la porte de la maison dans un énorme cri de joie qui fit peur à sa mère, qui sous le choc échappa le vase qu'elle tenait dans les mains. L'objet décoratif se brisa sous la violence de l'impact.


J'AI REUSSI !!! hurla-t-il dans la baraque.

Bon sang Rex! Combien de fois je t'ai dit de ne pas entrer comme ça. Lui répondit sa mère un peu agacée par la perte de son vase.
Alors comme ça tu as réussi, félicitations mon grand. Elle fit le tour de la pièce pour administrer à son fils une douce chaleureuse étreinte. Etreinte dont Rex ne mit pas longtemps a essayé de se dégager.

Tu ne mets pas ton bandeau?lui demanda-t-elle

Père est-il là? demanda Rex, ignorant la question

Oui, il est dans son atelier. Tu peux y aller, je pense que cela ne le dérangera pas outre mesure répondit Ala, toujours souriante

Ok je cours lui annoncer la nouvelle. s'exclama Rex

Rex sortit par la porte de la cuisine, et passa devant les fenêtres de celle ci. Il longea la façade et la contourna sur la droite. Il arriva devant l'atelier de son père. Celui n'était pas immense mais était équipés pour toutes sortes de préparations. Rex avait le pas souple et léger, il ouvrit la porte en douceur en prononçant : Père?

Il n'avait pas fini la deuxième syllable qu'il se sentit figé, incapable d'effectuer le moindre mouvement. Son père était assis devant une paillasse, figé lui aussi.

Je t'ai encore eu! s'exclama alors son père en levant les yeux vers Rex., le visage rieur.
Alors quel est le résultat? demanda-t-il en relachant son étreinte sur son fils.

C'était l'un des petits jeux de son père. Quand on entrait dans son atelier, on se fesait généralement toujours prendre dans son Kagemane. Il disait que c'était pour éveiller l'esprit et le garder constamment vigilant.

J'ai réussi. J'ai eu mon diplôme. dit-il un large sourire barrant son visage.

Ah, c'est bien fils, je suis fier. Il se leva et donna une accolade brève à son fils.
Et tes amis alors?

Ils ont réussi eux aussi. On devrait recevoir les attributions d'équipes durant l'été.
Je vais voir grand-père pour lui annoncer la nouvelle.


Attend un peu, veux-tu? Je dois te parler.

Rex s'arreta net, coupé dans son élan. Me parler...mais me parler de quoi, s'interrogeait Rex

Cela concerne grand-père également. Je pensais que cet été nous pourrions passer quelques temps ensembe dans la forêt maintenant que tu es gennin. Tu vas avoir besoin de t'entrainer et je voudrais te montrer quelques potions et plantes.

Rex ne sut que répondre...Il resta debout la bouche grande ouverte...Aucun son n'arrivait à sortir. Il cligna des yeux et soudain un surpuissant « Génial! » retentit dans l'officine de Rolor, le père de Rex. Son père reprit calmement mais suffisament haut pour surpasser les clameurs de Rex.

Je comptais partir d'ici deux semaines. Le temps de finir les commandes reçues. Donc pendant ce temps là, j'aimerais que tu travailles ton malaxage tout les jours ainsi que de la méditation.

Bien père. Je m'y mettrais tout les matins, euh enfin à partir de midi, dit-il en se grattant l'arrière de la tête, l'air hébété du garnement rapportant une bétise.

Tandis que son père se remettait à ses ustensiles de laborantin, Rex lui glissa un petit « A plus Tard » puis sortit tranquillement de l'atelier, et se dirigea vers l'appartement de son grand-père, non sans oublier de passer en mode baladeur.

Rex était heureux de la nouvelle annoncée par son père. Surtout que ces derniers temps, son grand-père semblait plutôt calme. Il n'avait pas eu de grosses crises depuis quelques mois déjà. Peut-être que cet entrainement avait été prévu depuis longtemps par son père, et qu'il ait prévenu le grand-père. Et ce dernier doit être réjoui de pouvoir passer deux mois en pleine forêt et en famille avec son fils et son petit-fils. En tout cas Rex lui était au paradis. Il allait enfin pouvoir apprendre des aïeux.

Il remarqua qu'il était déjà arrivé devant l'immeuble de son grand-père lorsqu'il leva la tête. C'est fou comme le temps passe vite quand on a l'esprit occupé. Il éteignit son baladeur et appuya sur la sonnette répondant au doux nom de « Dhure Alex ». Il entendit des grésillements à l'autre bout de la ligne...


C'est Rex grand-père. Je suis venu t'annoncer une nouvelle.

Bzz...La porte du hall s'ouvrit dans un bruit de serrure électrique. Le genre de bruit que Rex n'aimait pas vraiment entendre. Rex gravit les marches jusqu'à l'appartement de son ailleul. Il monta la dernière marche et frappa à la porte une fois sur le péron.

Salut grand-père! tonitrua Rex d'un ton joyeux en entrant la dedans comme un ouragan.
Ca y est j'ai eu mon diplôme de gennin grand-père. Et sur ce, il sortit son bandeau de sa poche. Il s'était promis de le montrer à son grand-père en premier. Lui et personne d'autre. C'est pour ça qu'il était passé en coup de vent chez lui. Enfin surtout la raison de son non-attardement. Il sortit donc le bandeau et le passa autour du cou et y fit un noeud réglementaire. Le genre de noeud qu'on apprend à l'académie. Cours qui bizarrement avais intéressé Rex au plus haut point.

Ah mon petit, je suis heureux...tu ne peux pas t'imaginer...dit alors son grand-père les larmes aux bords des yeux, tant la joie l'envahissait.

Et j'ai appris que vous m'emmeniez en forêt père et toi...

Ah tiens donc, tu es déjà au courant? Et bien oui, cela avait été prévu dès ta naissance...Bien que ton père ait eu des doutes par moment avec mes crises...Mais bon je vais mieux, donc nous pourrons en profiter.
Dit-il dans un grand sourire bienveillant.

Rex était toujours aussi stupéfait par la lucidité de son grand père sur ses crises et autres facettes. Il ne se faisait aucune illusions, il se savait malade mais en dehors des crises il était totalement apte à analyser les situations. Ils restèrent à discuter ainsi de choses et d'autres pendant quelques temps. Puis Rex perçu les tintements de l'horloge. Déjà dix-sept heures. L'heure d'aller rejoindre ses camarades de promos pour fêter les diplômés.

Grand-père je dois te laisser. Je vais rejoindre mes copains de l'académie pour feter ça.

Bien vas-y mon petit cours donc. On se reverra bientôt. Je passerais vous voir dans la semaine.
Passe le bonjour à tes parents.

Pas de problèmes, grand-père, je leur transmettrai.


Puis il embrassa son ailleul et fila à son rendez vous.


Dernière édition par Rex_Dhure le 23/3/2008, 21:23, édité 1 fois
avatar
Rex_Dhure
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 20
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Shadowar le 21/3/2008, 09:14

Shadowar arriva dans la rue principale, bandeau sur le front, joie au cœur et enthousiasme dans les yeux. Il se promenait devant les commerces en arborant fièrement sa marque frontale. Il avait avec lui son katana, le Harusame, sur son flanc gauche et portait un kimono rouge foncé avec, brodé au dos, une feuille d'érable noire, symbole de son clan. Il passa devant le marchand de ramen à emporter.

Shadowar - Bonjour, comment allez-vous ?
Marchand - Très bien et vous ? Que voulez vous aujourd'hui jeune genin ?
Shadowar - Tranquille. Un bol de ramen à emporté s'il vous plait.
Marchand - Ça roule !
(5 minutes plus tard)
Marchand - Et voilà ! C'est gratuit cette fois. Bonne journée !
Shadowar - Merci. Vous aussi, au revoir.

Notre ami avança confiant entre les petites échoppes. On pouvait entendre toutes sortes de bruit : le fer forgé par l’artisan, le poisson crépitant sur le feu, et bien d’autres. Shadowar ouvrit son paquet et mangea tranquillement. Il arriva devant l’Académie mais, en regardant le tableau d’affichage, il se souvint de l’absence de ses professeurs. Shadowar retourna donc chez lui, sabre à la ceinture et bandeau au front. Un grand homme le bouscula dans une petite traverse. Notre ami se releva et lui dit :

Shadowar – Hep, toi là. Tu pourrais t’excuser, non ?
Grand homme – Un insecte me parle, c’est la meilleure.
Shadowar – Tu vas voir qui est un insecte.

Shadowar sortit son sabre mais, l’utilisation d’arme blanche était interdite sur la voie publique. Il ramassa donc un bâton de bois et se mit en garde. Le géant se prépara et fonça sur lui. Habitué par ce genre d’attaque, Shadowar n’eut aucune peine à l’éviter et à contre-attaquer. L’homme se releva et lui fit :

Grand homme – Tu es fort. Qui est tu ?
Shadowar – Moi, je suis Shadowar, genin de Mahou.
Grand homme – Quoi ? Un…un ninja !

Sur ces mots, le géant s’enfuit en courant. Shadowar reposa le bâton et continua sa route comme si de rien était. En arrivant devant le forgeron, notre ami admira ce travail minutieux et fatiguant. Les sabres exposés brillaient de tous leurs éclats. Un ninja de rang supérieur se montra devant Shadowar et lui remit une lettre.

A tous les ninjas,
un bandit a été repéré dans le village. Si vous le croisez, allez faire une déposition ou essayer de l’arrêter. Une récompense attend sa tête. Un portait vous est donné ci-dessous.

En voyant le visage, Shadowar se souvint du géant croisé dans la ruelle. Il se mit à courir à travers la ville dans l'espoir de le retrouver. Lorsqu’il arriva devant les portes du village, notre ami vit le hors-la-loi et se mit devant lui.

Grand homme – Pousse toi de mon chemin.
Shadowar – Certainement pas.
Grand homme – Alors crève !

Le géant sortit une grande massue. Shadowar pensa que s’il utilisait son sabre, il aurait droit à la légitime défense. Le bandit fonça étonnamment rapidement, Shadowar l’esquiva et contre-attaqua mais l’ennemi n’eut aucun mal à stopper la lame dans sa main. Notre ami rengaina son sabre et se mit dans la position du Hienken. Le géant attaqua mais quelle ne fut pas sa surprise lorsque le sabre de Shadowar le trancha à la hauteur de son torse. L’homme tomba, inconscient. Le ninja le ramassa et l’amena au poste de police. Le chef des forces de l’ordre remit à Shadowar, un petit sabre, un kodachi, et une centaine de ryos. Le genin rentra chez lui, heureux comme jamais.
avatar
Shadowar
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 11
Date d'inscription : 15/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Jackie Takahara le 22/3/2008, 15:29

Nous en avions enfin fini avec cette mission à la noix!… Au sortir de la grotte, tout le monde était soit légèrement blessé, soit à court de chakra(juste pour Iarwain), soit complètement gonflé par cette mission. Pour ma part, j’étais blasé car habitué aux missions interminables qui finalement n’avaient pas grand but… Il fallait dire, aussi, que je n’avais pas saisi grand chose de l’interrogatoire du chef ennemi, donc la finalité de tout ça m’était bien loin.
Nous étions donc revenus à Mahou, et avions tous foncé au QG afin de recevoir notre récompense pour cette mission. Je pris rapidement mes menues liasses de billets(quand même, 10 000 ryôs chacun, ça en fait d’la pute de luxe, Guy Saint-Hilaire!) et saluai NarutoRudy, puis mes coéquipiers d’un instant Gensouyards et Chikariotes, qui s’en allaient pour l’un faire le rapport de mission à l’ANBU ayant commandité la mission, et pour les autres chercher quelqu’un pour les ramener dans leurs pénates… Nos amis Genins, ainsi que Ryosuke(car il suivit Tyrande…) repartirent également, sans doute pour rejoindre leur sensei, ou rentrer chez eux.

Je restai donc seul au QG avec Iarwain, ne sachant que faire… C’était alors que, cinq minutes après avoir quitté nos coéquipiers, j’allais caser le traditionnel et si banal « Bon, et maintenant, on fait quoi?… » qu’un jeune fonctionnaire vint à notre rencontre, nous interpellant d’une voix solennelle.


« Vous êtes bien Iarwain Fujibayashi et Jackie Takahara?… , nous demanda-t-il.

- Euh… Ca dépend pour quoi… , répondis-je avec un brin de cynisme, montrant que j’en avais ras le c*l des missions à la noix.

- Le Kagay vous convoque dans son bureau pour une affaire… hum pas de la plus haute importance, mais qui mobilise quand même grandement Son attention! » , dit-il avec révérence.


Je me retins de pouffer en voyant l’air très grave qu’affichait le coursier pour une affaire qui n’avait pas l’air primordiale(doux euphémisme…), surtout lorsque l’on connaissait le goût général du Kage pour les missions ne servant à rien d’autre qu’à occuper continuellement les shinobis les moins gradés… Iarwain et moi le suivîmes après nous être lancé un regard désespéré et, au bout d’un détour de couloirs pendant trois bonnes minutes, le messager nous fit entrer dans le bureau du Kage après avoir frappé. J’entrai en premier, croisant NarutoRudy qui, semblait-il, venait de faire son rapport au chef du village. Il me fit un grand sourire et partit, accompagné du messager, nous laissant tous trois seuls : Iarwain, le Kage et moi-même. Bizarrement, il me semblait que notre chef avait glissé quelques mots à l’oreille de son envoyé avant, justement, de le renvoyer…


« Jeunes gens, félicitations! Je tiens à louer le courage et la détermination dont vous avez fait preuve au cours de votre dernière mission!! Grâce à vous, le village saura progresser dans une enquête de la plus haute importance! , nous dit-il avec presque autant de solennité que son coursier

- Merci, Monsieur. Mais juste une question…

- Merci. Simplement merci…
, m’interrompit Iarwain d’un regard noir

- Bien. Donc, trêve de louanges à n’en plus finir : je vous ai tous deux convoqués pour vous confier une mission… délicate, disons. En fait… Il vaudrait mieux attendre que… , commença-t-il avant d’être interrompu par un toquement venant de la porte. Ah je pense que… voilà… hum le sujet de votre mission. […] ENTREZ! »


La porte s’ouvrit dans un léger grincement, et en surgit avec fracas et panache une… une kunoichi, puisqu’il fallait l’appeler ainsi… Elle avait l’air d’avoir à peu près l’âge de Iarwain, ou un peu plus… Bref, elle était de notre âge. Elle était de taille moyenne, pour une jeune fille et était assez bien formée apparemment, mais alors… Pas DU TOUT mise en valeur par des vêtements rapiécés de toutes parts et aux couleurs tellement ternies qu’on les aurait dits datant au moins de la première guerre du Yuukan… Ses cheveux étaient au moins aussi ternes que ses fringues, et lui tombaient néglieamment sur les épaules. Elle ne prit pas la parole et resta plantée sur le pas de la porte pendant une bonne minute, avant d’entrer dans le bureau.


« Jeunes gens, je vous présente… hmmmmmm… Onigiri. Elle n’a pas donné d’autre nom, alors vous devrez vous en contenter. C’est une des Genin de la promotion d’il y a quelques mois, et… comment dire?… euh elle aurait besoin de précepteurs d’un genre particulier, et donc… , commença le Kage.

- Dites surtout que personne n’a voulu de moi! , l’interrompit la jeune fille avec brutalité.

- QUOI QU’IL EN SOIT , reprit le chef du village avec fermeté. Chers Jackie et Iarwain, vous avez pour mission d’entraîner Onigiri aussi longtemps qu’il sera nécessaire de le faire… En d’autres termes : vous serez ses senseis.

- QUOI?! , hurlai-je en même temps que mon ami Chuunin Attendez, répétez donc ça sans rire, je vous prie…

- Je ne plaisante pas : vous avez pour ordre de former Onigiri à son métier de kunoichi, et la mission commence…
Il regarda sa montre Oh! La mission a commencé il y a cinq minutes! Eh bien, je ne vous retiens pas plus longtemps… Au revoir, et bonne chance pour votre mission!



Ce furent les derniers mots qu’il prononça, car nous le vîmes tous former avec ses mains le kanji du Tigre, avant d’être expulsés avec force et fracas du bureau, pour aterrir avec brutalité sur le mur du couloir, pendant que la porte du bureau se refermait toute seule. Je fus aussi ébahi que mes deux compagnons, et nous restâmes tous sans voix pendant deux minutes environ…


[hrp : oui c’est tout pourri comme RP, par rapport à l’attente^^ mais de 1) j’avais pas l’inspi ni le temps ; de 2) comme dirait Makaya, je vous emme**e Razz ]
avatar
Jackie Takahara
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 242
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par NarutoRudy le 22/3/2008, 15:49



Le Zénith, qu’est-ce que c’était que cette mystérieuse organisation ? Tous ces adversaires que l’on avait affrontés, Goku, les autres… Et ce drôle de type que l’on avait capturé et emmené à Mahou, pour un interrogatoire. Qu’est-ce qui pouvait bien se cacher derrière tout ça, et qui ? Peut-être que Shinrei pourrait réponde à toutes ces questions, à près tout il est haut placer dans la hiérarchie du village.

A peine rentrer de la mission et déjà tant préoccuper… Remarque, mon combat avec le dernier mercenaire m’avait pas mal épuisé, et durant tout les jours de marche du retour, je n’avais pas pu me reposer convenablement, j’ai même du puiser dans le restant de mes forces. Un petit séjour à l’hôpital pour un bilan me fera le plus grand bien. Mais avant cela, je dois aller rendre visite à ma famille et à ma Sakura. Ils m’ont énormément manqué durant le voyage.

Donc, nous sommes rentrés il y a environ deux heures, il me reste la fin d’après-midi pour faire tout cela. Mais avant tout, je dois aller dire au revoir à mes coéquipiers et les remercier pour la mission. Il me semble qu’ils avaient tous décidé de se rassembler devant les portes du village, une dernière fois, après je n’avais aucune idée de leurs intentions. Je me devais donc de me rendre là-bas pour les remercier de tout ce qu’ils ont accompli durant cette mission. La porte du village était assez loin du Quartier Général, et leur rendez-vous était dans quinze minutes. Bien, je vais essayer d’y être mais dans mon état, je ne pourrai pas trop forcer. Je vais utiliser le mieux possible mon chakra pour essayer d’aller le plus vite possible dans mon état. Le concentrer, le concentrer, le concentrer… C’est parti ! Mon chakra était concentré dans mes pieds, mais je sentais qu’avec l’accumulation de la fatigue et des blessures, même si une semaine c’était passé depuis mes combats, je perdais encore du chakra dans ce simple petit acte. J’avais vraiment besoin d’aller à l’hôpital pour une remise en forme. Mais ce n’était pas encore pour tout de suite. Je continuais d’avancer, dans un rythme largement inférieur à la normal, mais j’avançais.

Soudain, pendant ma course, je me sentis faible et je tombai, face contre terre avec le peu de vitesse que j’avais accumulé. Malgré tout, cela me causait encore un peu plus de dégâts, et cela n’était pas négligeable. Je n’arrivais pas à me relever et il ne me restait plus que quelques minutes avant que le rendez-vous n’ait lieu. Merde, mais qu’est-ce que je peux faire pour repartir ? Je ne peux pas rester là, cette dernière réunion, je dois les remercier pour tout, ils ont mis leur vie en jeu à chaque instant et n’ont pas abandonné. Je dois faire de même. Sous un excès de courage, je parvins à me relever durement. Mais je savais très bien que je n’arriverais pas à aller à toute vitesse pour arriver à temps. Réfléchi, trouve un moyen d’y arriver, analyse autour de toi… Le décor, était pour le moins peuplé. Beaucoup de personnes étaient dans la ruelle mais aucun ne pourrait m’emmener à temps. Regarde mieux, réfléchi… Cette carriole là-bas, peut-être que si je me débrouille bien, et que je monte dessus discrètement… Elle démarre ! Voilà, c’est ma dernière chance ! Je concentrai avec difficulté une partie de chakra dans mes jambes, et je pris impulsion lorsque la carriole passait à proximité. C’était risqué, je pouvais me faire écraser ou bien me prendre un coup de sabot si je loupais mon impulsion, mais je devais tenter le coup.

Heureusement, je réussi à réaliser convenablement mon saut, esquivant les chevaux. Cependant, lorsque j’étais en l’air, je pris un kunaï auquel j’attachai un câble, qui s’enroula autour de l’arrière de la calèche. L’idée me parut bonne sur le moment mais je n’avais pas prévu que cela effraierai tout de même les chevaux et qu’ils accélèreraient leur course. L’élan m’entraîna donc et j’étais destiné à me scratcher violemment sur le sol. Je ne pouvais pas me le permettre, cela signifiait la fin pour moi. Malheureusement, je ne parvins pas à concentrer convenablement mon chakra, ne me permettant pas de me réceptionner. A ce moment précis, un chevreuil traversa la route, forçant les chevaux à stopper leur course pour ne pas l’écraser. Avec l’élan, je parvins de justesse à atterrir dans la calèche, me permettant ainsi de continuer ma course. J’avais vraiment eu de la chance. Malgré tout, j’étais sonné et j’avais vraiment du mal à manipuler mon chakra. Les chevaux reprirent leur course, et passèrent au niveau des portes. Quelle chance ! Seulement, ils ne s’arrêtèrent pas. Je pris donc mon courage à deux mains et je sautai, pendant leur course et à pleine vitesse. « Aie », que j’avais prononcé avant de « mal » me réceptionner. Je m’écrasai avec peu de violence malgré tout, j’avais réussi à ralentir un peu ma chut avec du chakra.

Ouch… Cela fait mal… Alors l’inventaire des bobos supplémentaires : des égratignures par ci par là… Cela devrait aller… Mais, vais-je me relever ? Je ne m’en sens pas vraiment capable, il me faut un peu de repos. Je m’allongeai donc, sur le sol, devant la porte. Et c’est à ce moment que les autres commencèrent à arriver, il fallait que je fasse semblant d’aller bien. Prendre une pose naturelle. Yneve arriva alors. Elle était la première à arrivée sur place. Elle inspecta mes blessures et compris tout de suite que je n’étais pas apte à bouger. Elle me proposa donc de m’aider à me relever, afin que les autres ne remarque pas à quel point j’étais blessé. Je ne pus qu’accepter. Elle me prit alors la main, enroula mon bras autour de son coup puis me suréleva. Je mis quelques secondes à m’adapter mais je parvins ensuite à tenir sur mes jambes.


(Moi) Merci beaucoup Yneve, c’est très gentil de ta part.

(Yneve) Ce n’est rien, nous sommes devenus amis durant cette mission.

(Moi) Bien sûr ! Je t’apprécie beaucoup tu sais.

(Yneve, rougissant) Merci beaucoup. C’est bien dommage que l’on doive se quitter.

(Moi) Et bien tu sais, je pourrai passer dans quelques temps à Chikara. Durant mon entraînement, je passerai là-bas pour te dire bonjour, et si tu veux je t’entraînerai.

(Yneve) Avec plaisir !

Tous les autres membres de « mon » ancienne équipe arrivèrent un à un. Une fois tout le monde présent, je fis un petit discours, les remerciant tous, puis chacun se dit alors au revoir et reparti suivre sa voix. De mon côté, je devais reprendre les activités que j’avais prévu. C'est-à-dire que je devais aller prévenir les personnes qui me sont chers de mon retour et de ce que j’avais prévu. Tout d’abord, mes parents, je devais les prévenir de mon petit séjour à l’hôpital en toute logique en premier, depuis le temps que j’étais parti, j’avais du beaucoup leur manquer. Je pris donc la direction de chez moi. Dans mon état, je ne pus aller très vite, boitant dans un premier temps suite à ma chute un peu plus tôt. Ceci me permit donc, durant le trajet, d’observer attentivement le village. Bizarrement, rien n’avait changé depuis que nous étions partis il y a un mois. Ah si, les Genin étaient partis à un tournoi. Ah, les Genin quelle nostalgie. C’était le bon vieux temps… L’époque où ce bon vieux Lince et moi faisions tout un tas d’aventure ensemble, Yuki et autre. Je suis sur que s’il a participé à ce tournoi, il a une grande chance de le remporter ! N’empêche il me manque ce bon vieux Lince, vivement qu’il soit Chûnin que l’on refasse des missions ensemble, où même avant, à son retour du tournoi !

Mise à part la désertion des Genin, le village était toujours aussi paisible. Le calme, le vent tiède soufflant doucement dans nos cheveux. Nan mais qu’est-ce que je raconte… Quelque chose manque par ici… L’agitation du village… Makaya ! Mais où est donc passé mon senpai Chûnin ?! Je n’arrive pas à croire que le village soit si peu animé, qu’il y est si eu d’ambiance. Mais où pouvait-il bien être ? Il me manque beaucoup lui aussi, je trouve le village plutôt triste sans son charisme. Il faudra que je le revoie rapidement ! Toutes ces pensées me firent oublier la notion du temps, en effet j’étais déjà arrivé chez moi.

Ma maison, ah cela faisait tellement longtemps que je n’avais pas mis les pieds chez moi. Je ressentais une grosse nostalgie à l’idée de remettre les pieds chez moi. Mes parents avaient-ils changé ? Nan !!! Ils étaient déjà parfaits. En revanche, avaient-ils aménagée la maison ? Peut-être bien, je me souviens avoir entendu mon père parler de refaire une chambre. Sans plus retarder mon arrivée chez moi, je m’avançais de ce pas vers la porte de la battisse qui n’était autre que mon chez moi. J’ouvris la porte, délicatement avec une certaine anxiété, me permettant donc de découvrir la maison qui n’avait pas changé. « Je suis rentré ! », m’exclamais-je. Un petit moment de silence se fit entendre avant qu’une voix ne vienne le troubler. Cette voix était douce, efféminée et emplie de gentillesse. Ma mère était à la maison. Elle se précipita devant moi, et dans un élan de stupéfaction et de joie se jeta sur moi.


(Moi) Maman ! Tu m’as manqué.

(Kushina) Mon petit NarutoRudy, cela fait si longtemps que l’on ne s’est pas vu. Comment vas-tu ? D’où te viennent toutes ces blessures ?

(Moi) Je vais bien, ne t’inquiète pas. Je venais juste vous dire bonjour à toi et à papa. Je suis rentré il n’y a pas très longtemps et je vais aller me reposer à l’hôpital. Cela ne te dérange pas ?

(Kushina) Non, bien entendu. Veux-tu parler à ton père ? Il se trouve dans le fond du jardin.

(Moi) Bien sûr ! J’ai très envie de lui parler !

(Kushina) Je vais le chercher de suite.

(Moi) Merci maman.

Ma mère, toujours aussi gentille avec l’âge et le temps. Elle ne changera jamais et bien heureusement. Elle a un cœur en or. Maintenant, je vais enfin revoir mon père, qui me ressemble énormément. Energique, gentil, bienveillant, son physique est proche du mien. Il est blond aux yeux bleus. Quand à ma mère, en fait je tiens plus du côté de mon père que du sien physiquement. Ma mère étant rousse, je suis donc plus proche de mon père. En pensant à lui, le voilà qui arrive en courant.

(Moi) Papa !

(Minato) Mon fils ! Cela faisait longtemps que je ne t’avais pas vu ! Tu m’as l’air assez abîmer, des batailles hein ?

(Moi) Yep. J’ai donné tout ce que j’avais, pour te rendre fier de moi et te faire honneur !

(Minato) Tu es bien mon fils ! Mais au fait, t’as mère m’a dit que tu passerais la nuit à l’hôpital et peut-être même un petit séjour là-bas, rétabli toi vite !

(Moi) Merci beaucoup. J’ai été très content de vous revoir, père, mère. A très bientôt !

Je sortis alors de ma maison. Cela m’avait fait énormément plaisir de revoir mes parents, et malgré que je doive déjà repartir, je ressens que nos liens sont toujours aussi forts. Père, un jour je te surpasserai ! Je te prouverai ma valeur et je te battrai. Mais avant cela, il me reste beaucoup de chemin à faire, et si je ne veux pas mourir, je ferai mieux d’aller voir Sakura. Je repris donc ma marche en direction du foyer de Sakura. Cela faisait longtemps que je ne l’avais pas vu, et elle devait toujours être autant resplendissante. Pour me faire pardonner du temps que j’ai mis durant cette mission, un petit cadeau ne ferait pas de mal. Hum, Sakura, je suis sur qu’elle aime les fleurs, un beau bouquet, voilà une bonne idée.

Afin de faire plaisir à l’être aimé, je me dirigeais vers la boutique de fleur de Mahou. Je ne boitais quasiment plus, c’était déjà ça. Il était seize heures de l’après-midi. Pour bien faire, il fallait que je sois admis à l’hôpital aux alentours des dix-huit heures trente, de la sorte à avoir un repas. Mais je ne pouvais pas presser le pas. Tant pis, les sentiments d’abord. J’avançais donc lentement mais sûrement vers la boutique de fleur. Pendant le trajet, j’avais réfléchi à la quelle plante je pourrais lui offrir. Hum, la rose est symbole de l’amour. Donc déjà une rose mais je voudrais lui offrir quelque chose d’original. Hum, des fleurs de cerisiers ! Voilà, les deux formeront une très belle combinaison harmonieuse. L’amour et la beauté, tout ce qu’il y a chez ma Saku Saku. Je marchais donc, souffrant un peu des jambes et finit par arriver à la boutique. La marchande était très mignonne. Blonde aux yeux bleus, avec les cheveux assez longs, elle s’appelait Hina. Mais comparer à ma Sakura, elle ne valait rien à mes yeux. Je lui achetai néanmoins les fleurs avec un grand sourire puis je repris la direction de chez ma chérie qui n’habitait pas très loin de la boutique.

Je devais faire de mon mieux pour ne pas montrer mes blessures, car je ne voulais pas que Sakura s’inquiète pour moi. Je ralentis donc le pas mais marcher un peu mieux. Finalement à force de me forcer à marcher correctement, cela me faisait vraiment mal mais j’y arrivais plutôt bien. J’arrivais finalement chez Sakura. Je m’approchai doucement de l’entrée de sa maison, et lorsque je m’apprêtais à sonner, elle ouvrit la porte et me sauta dans les bras. Je concentrai toutes mes forces pour ne pas tomber, et j’y parvins, non pas sans mal. Elle m’embrassa ensuite et se rendit très rapidement compte de mes blessures. Mais elle s’en rendit compte d’une manière plutôt étrange. En effet, elle connaissait exactement mes dégâts et leurs impacts, mais d’une telle manière que seul un ninja médecin pourrait s’en rendre compte. Se pourrait-il que ?


(Moi) Ma chérie, serais-tu devenue ninja médecin ?

(Sakura) Oui… J’ai fait cela pour partir avec toi en mission.

(Moi) Pou moi ?

(Sakura) Bien sûr ! Je t’aime !

(Moi) Je t’aime du plus profond de mon cœur, merci…

(Sakura) Entre donc à la maison, je vais t’effectuer quelques soins.

(Moi) Hu, tu connais déjà des soins, tu es vraiment douée.

(Sakura, rougissant) Merci mon chéri. Entre vite.

J’entrais donc péniblement, car il fallait monter des marches pour arriver à la chambre de Sakura. Sa chambre n’avait pas changé. Toujours aussi belle, et comportant des photos de moi. Je l’aime réellement ma chérie. Elle me fit ensuite m’allonger sur son lit. Puis elle s’appuya sur moi, et effectua un massage. Elle se rendit compte que j’avais quelques fractures et que mes muscles étaient tendus. Elle fit ensuite quelques sceaux, puis une lueur verdâtre clair apparue alors de ces mains puis elle effectua divers mouvements sur mon corps. Durant sa technique, je me sentis relativement bien et je ressentais les effets bonifaces de sa technique. Grâce à celle-ci, les diverses douleurs de mon corps disparaissaient petit à petit. Lorsque Sakura finit sa technique, la plupart de mes muscles étaient décontractés, mes blessures physiques extérieures étaient en partie guéries et mes fractures, pour certaines, étaient réparées. Néanmoins, il subsidiait quelques autres douleurs qu’elle n’avait pas pu supprimer, mais quand je vois la qualité des soins qu’elle m’avait appliqué après seulement un mois d’entraînement m’impressionner. Elle est réellement forte. Je la remerciais alors, puis je l’embrassai et je dus partir à l’hôpital.

Grâce à elle, je pouvais remarcher normalement et même, je pouvais courir, même si ce n’était pas très rapide. Je me dépêchai donc d’arriver à l’hôpital, où une infirmière m’examina et m’expliqua qu’un médecin devait effectuer quelques techniques afin de soigner mes multiples blessures restantes. Elle m’emmena alors dans une chambre qui m’était réservé, et où le médecin devrait s’occuper de me soigner. Elle me laissa ensuite seul dans la chambre. Je me couchais sur le lit, me retrouvant en tee-shirt et en caleçon. Je m’étais aussi habillé avec la chemisette réservée aux patients. Ma chambre était une chambre avec un lit seul. J’avais eu la chance de tomber dans une chambre solo. Mon lit était extrêmement confortable et la pièce était d’un blanc éclatant, avec une petite pièce comportant une douche et des toilettes.


Dernière édition par NarutoRudy le 22/3/2008, 15:57, édité 2 fois
avatar
NarutoRudy
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 202
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 26
Localisation : Bourgogne !!!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par NarutoRudy le 22/3/2008, 15:52

Cela faisait déjà quinze minutes que j’attendais le médecin dans la chambre. J’avais eu déjà le temps de penser à énormément de chose, et quelque chose revint me tracasser l’esprit : le Zénith. Le boss que l’on avait affronté était bien trop fort. Si ce qu’il a dit était vrai, alors nos villages auraient de quoi se faire des soucis. Si des types beaucoup plus puissant que lui attaquaient nos villages, aurions nous la puissance militaire nécessaire pour les surclasser et protéger notre pays ? En tout cas, quitte à mourir je ne les laisserai pas faire et je ne les laisserai jamais faire de mal à mes amis ! Mais pour les battre, j’ai besoin de m’entraîner, et pas qu’un peu. Il faut que je devienne beaucoup plus puisant pour protéger tout le monde ! Je vais m’entraîner dans ce but.

Le médecin entra à ce moment dans la chambre. Il était habillé avec une blouse blanche et avait un masque au niveau de la bouche. Lorsqu’il m’adressa la parole, je décernai chez lui un caractère plutôt trempé mais juste. Il m’expliqua ensuite qu’il allait m’endormir pour m’effectuer tourtes les opérations dont j’avais besoin. Il posa alors sa main sur mon front et je m’endormis subitement, comme attirer vers un lueur blanche, mais si apaisante et bonifiant. J’étais donc dans un profond sommeil. Pendant ce temps, le docteur appliqua ses ninjutsus médicaux sur moi.

Le lendemain, aux alentours de midi, je me réveillai, mon corps entouré à beaucoup d’endroits de bandelettes. J’avais donc bel et bien subit énormément de dégâts durant mes combats. Ce qui m’étonnait néanmoins, c’est le fait d’avoir réussi à tenir tout le voyage du retour. Peut-être n’avais-je pas réellement forcé ? M’enfin bon, l’essentiel est que j’ai réussi à tenir le coup. Je regardais le réveil situé sur la petite commode à la droite de mon lit pour voir quelle heure il se trouvait être. Mais mon regard fut détourné par la vase situé à côté de ce réveil. En effet, des fleurs y avaient été déposées. J’en conclue que ma Sakura est passée me rendre visite pendant mon sommeil hein ? Je l’aime vraiment… Mais malgré tout, je ne peux pas rester là à ne rien faire, ce n’est pas dans ma nature. Il faut que j’aille m’entraîner pour devenir plus fort. J’essayais de me relever, mais malgré tout une douleur me rappelée à l’ordre, j’étais encore en convalescence. Fait chier, je ne suis d’aucune utilité à personne coincé dans ce lit. Moi qui voulait venir à l’hôpital, me voilà bien avancer maintenant.

Je n’avais rien d’autre à faire que de regarder le ciel bleu, magnifique par cette journée au travers de la fenêtre. Les nuages semblaient défilés à toute vitesse. Quelle belle journée en prévision, mais voilà, je suis obligé de rester cloîtrer dans cette chambre.

Ah moins que… J’observais alors la fenêtre puis la porte ? M’enfuir, cela parait si facile. J’essayai de me lever mais ma douleur me rappela une nouvelle fois à l’ordre. Fait chier, dans mon état, je ne pourrai pas aller très loin. Et puis il faut que j’aille pisser, chiotte alors. Je me levais donc péniblement, malgré que je sente que toutes mes blessures étaient guéries, sans doute l’après coup des opérations. Et puis, il fallait bien que je récupère totalement. J’avançais donc vers les toilettes. Une fois rentré dans la pièce, je commençais à faire ce que j’avais à faire quand un mini tremblement de terre se fit ressentir. Je me dépêchais alors de finir, de tout remballer et d’aller voir ce que c’était par l’intermédiaire de la fenêtre de ma chambre. J’aperçus alors Shinrei, monter sur le dos d’une grenouille. Il entra par l’intermédiaire de la fenêtre dans la chambre puis me parla.


(Shinrei) Yo ! Tu t’es encore mis dans un sale état d’après ce que je vois.

(Moi) Ouais, je me suis battu contre des types louches.

(Shinrei) Des membres du Zénith, n’est-ce pas ? J’ai lu ton rapport.

(Moi) Vous savez des choses sur eux ?!

(Shinrei) Eh bien, tout ce que je sais, c’est que c’est une organisation maléfique qui sévit à travers le Yuukan. De plus, je sais aussi que une équipe appelée « Tsukiyo » est à la traque de cette organisation. Les ninjas constituant cette équipe viennent de nos trois villages ninja, j’entends Mahou, Gensou et Chikara.

(Moi) Des ninjas de notre village en font partis ?! Je vois, ils doivent être extrêmement forts… Je vais devoir les surpasser… Que savez-vous d’autres ?

(Shinrei) Malheureusement rien de plus. Cependant, le fait que toi et tes petits amis ayez disloqué la branche financière n’a pas du leur plaire et il se pourrait qu’ils veuillent t’éliminer et qu’ils vont te traquer. C’est pour cela qu’en ce qui concerne le fait que tu doives devenir plus fort, je vais te prendre avec moi pour un long voyage. Je vais t’entraîner et par la même occasion chercher quelques informations si et là sur quelques sujets. A ta sortie de l’hôpital, soit prêt.

(Moi) Ossu !

Shinrei qui s’était assis sur mon lit pour me parler, se releva lentement, puis repassa par là où il était venu, c'est-à-dire la fenêtre. Il remonta ensuite sur sa grenouille puis dans un bon d’une énorme hauteur, il s’en alla. Bien, donc je n’ai plus qu’à me reposer convenablement, puis une fois totalement remis, mon grand voyage commencera. Je me rallongeais alors dans mon lit, et dans un ennui mortel, je repensais à tout ce qu’il m’était arrivé jusqu’ici. A ma naissance, j’étais un enfant normal, j’ai grandi dans une très bonne atmosphère avec ma famille, mais à l’extérieur, suite à notre « culte » autour du « renard », nous n’étions pas très apprécié. En effet, les gens avaient peur de nous, même si ce n’était pas tout le monde mais en général. Chaque membre de ma famille devait se faire une place dans le village, et prouver sa valeur. Mon père avait accompli des exploits. C’est un grand ninja.

En ce qui me concerne, pour le moment, je n’ai pas encore prouvé ma valeur à tout le monde, mais je la prouverai en devenant le futur MahouKage ! Et puis, même si j’ai mal débuter, je me rattrape plutôt bien maintenant. A l’académie, j’étais ce que l’on peut qualifier de cancre. Tout ce que je tentais, je ne le réussissais pas ou plutôt, je faisais exprès de le louper en rendant la situation comique afin que tout le monde m’apprécie. Puis un jour, l’examen Genin arriva, et je me rendis compte que je ne l’aurai jamais avec les performances que j’avais car j’étais trop en retard à cause de mes idioties. Il fallait donc que je remonte le niveau. Je m’appliquai alors à rattraper tout mon retard en m’entraînant jour et nuit chez moi, aux techniques de l’académie. Puis en farfouillant un soir, pendant un pause, je tomba sur un livre de technique de mon père dans laquelle je découvris le Kage Bunshin no Jutsu, c’est d’ailleurs comme ça que je l’appris. Vint ensuite l’examen que je réussis avec brio en appliquant cette technique.

Ah, en y repensant, si je n’avais pas appris cette technique, qu’est-ce qu’il serait advenu de moi ? Je n’en sais rien, mais en tout cas, je dois beaucoup à cette technique. Après l’examen, je rencontrais alors Lince, qui par la suite devint mon ami et mon compare. Nous nous entendions très bien. Arriva ensuite notre première mission commune, et ma première mission tout court : celle du village de Yuki. Ah quelle mission quand j’y repense. C’est dans celle-ci où j’ai fait la connaissance de la plupart de mes compares actuel. Ryosuke, Fuzzy, Iarwain, … Et puis il y avait aussi Lince et Meijin. Ah ce bon vieux Meijin, il faisait tout pour être asocial mais avait en réalité un bon fond. Cela fait vraiment longtemps que je ne l’ai pas vu, mais je suis sur qu’il va très bien ! Mais le plus important, c’est que je rencontrai à Yuki l’homme qui devint mon senpai, c’est homme doté d’un charisme et toujours prêt à faire des conneries, j’ai nommé : Makaya.

Puis Yuki se termina, et je revins au village, fier de mes nouveaux amis. Je savais à ce moment que l’examen Chûnin se rapprochait. Je m’entraînais alors et découvrais mon affinité, que je développai. Après cela, quelques missions se succédèrent mais ce n’était pas le plus important. En effet, l’évènement le plus important pour moi fut ma rencontre avec Shinrei. Grâce à lui, je parvins devenir plus fort et à commencé l’apprentissage de ma technique familiale, où plus communément appelée « Mode Renard ». Puis après tout cela, le grand examen eut lieu. Après de multiples épreuves aussi compliquées les unes que les autres, et surtout après un formidable combat face à mon nouvel ami Gensouard, Izyroth, que je battis avec beaucoup de mal, les résultats de cet examen furent prononcés et il en ressortit que je devins Chûnin. Déjà tant de chemin de parcouru. Quelle ne fut pas ma joie à ce moment. Mais elle fut de courte durée.

En effet, peu de temps après ma promotion, je découvris cette organisation qui vouait prendre possession du Yuukan par un coup d’état financier. C’est pour cela que j’ai formée une équipe et que nous nous sommes attaqués et que nous avons disloqué la branche financière du Zénith. Cela parait donc logique qu’ils m’en veuillent mais bon, maintenant, j’apprends que cette organisation est traquée par des types supra puissants. De plus, j’apprends aussi que je vais m’entraîner avec Shinrei au cour d’un long voyage initiatique. Tant de choses me sont arrivés en si peu de temps. Me remémorer tout ça m’avait fait du bien, et puis cela m’avait permis de passer le temps. Une après-midi venait de s’écouler. L’infirmière passa en fin de celle-ci et m’expliqua que je pourrais repartir deux jours plus tard. Ces deux jours me parurent extrêmement longs. Durant ceux-ci, je n’avais fait que penser, mais c’est vrai qu’imaginé mon futur entraînement ne m’avait pas déplu. Et puis, prendre un peu de repos et du temps pour me poser m’a fait le plus grand bien.

Les deux jours s’étaient donc écoulés. J’étais de nouveau sur pied et en pleine forme. Le matin du deuxième, je rentrai donc chez moi, prenant bien soin d’observer une dernière fois le village avant de partir pour mon long village. Mais, je ne devais pas faire que l’observer, je devais aussi dire au revoir à tous mes amis. Et surtout, oh oui surtout dire au revoir à ma Sakura. L’idée de la laisser derrière ne me plaisait pas. J’aurai tellement aimé l’emmener avec moi mais si jamais il lui arrivait quelque chose à cause du Zénith, je ne me le pardonnerai pas et je ne sais pas ce qu’il m’arriverait. J’allai onc en direction du Quartier Général signaler notre départ et demander des informations sur la situation géographique de mes différents amis. J’appris que chacun étaient occupés et qu’aucun d’entres eux ne pouvaient me voir. Tant pis, je demandais juste que l’on signale mon départ à quelques personnes comme Fuzzy, Iarwain, ou même Ryosuke et d’autres. La gentille demoiselle de l’accueil acquiesça avec un grand sourire. Ah, l’esprit Mahousard, ils sont tous gentils dans ce village. J’observais une dernière fois le Quartier Général de mon village, avant de me retourner en direction de ma bien aimée. Ah, si seulement je pouvais toujours l’avoir avec moi. Je marchais avec anxiété et peur de lui dire que je partais dans la direction de sa maison. Les secondes me paraissaient être des heures. Je marchais donc, me demandant comment j’allai devoir lui annoncer cela, puis j’arrivais à un croisement. Si je prenais à gauche, j’irai chez Sakura, si je prenais à droite, j’irai chez moi. Nan, je ne peux pas lui dire au revoir tout de suite, je ne veux pas lui faire de peine maintenant.

Je pris donc la direction de ma maison, où je devais déjà annoncer mon départ à mes parents alors que je venais à peine de rentrer. Bizarrement, cela me faisait moins mal de devoir le dire à mes parents qu’à ma chérie, sans doute que je savais qu’un jour je ne vivrais plus chez eux et que de l’autre côté je souhaitais construire ma vie avec Sakura. J’arrivais donc devant la grande bâtisse qui me servait de domicile familial. J’entrai, avec tout de même une certaine anxiété puis j’expliquai la situation à mes parents. Tout les deux comprirent très bien ma situation et acceptèrent que je parte avec Shinrei, celui-ci étant en réalité un très bon ami de mon père, en fait c’était même son sensei et mon père est finalement devenu plus fort que lui… On ne me dit décidément jamais rien dans cette maison, sans doute car je ne suis jamais là. L’annonce du côté de mes parents était donc faîte, il me restait à le dire à Sakura. Mais avant cela, je devais préparer mes affaires. Je montais donc l’escalier, m’emmenant à ma chambre. Je franchis alors la porte. Tout était comme avant mon départ pour ma mission, car en effet malgré mon retour d’il y a quatre jours, je n’y avais toujours pas remis les pieds. Je fouillai dans mon armoire pour prendre un costume de rechange, puis je fis l’inventaire de mon matériel.

Je m’aperçus qu’il me manquait un peu de chaque matériel. Ce n’était pas bien grave, je n’avais qu’à descendre à l’armurerie de la famille. Je regardais ensuite l’argent que j’avais sur moi. Je possédais cinq cents ryos. Pas mal tout ça, mais comme je ne connaissais pas la durée de mon voyage, vaudrait mieux prévoir un peu plus… J’observais donc ma tirelire, présente sur la commode à côté de mon lit. Je la pris alors délicatement dans mes mains et je me rendis compte que celle-ci était toujours aussi remplie. Je retirais alors de mon petit cochon quelques deux mille cinq cents ryos, et en laisser tout autant dedans. Comme quoi, sa servait d’économiser l’argent des mission eheh. Bien maintenant l’armurerie. Je pris mon sac dans lequel j’avais préparé quelques affaires, puis je descendis dans le sous-sol de la maison, l’a où était entreposé toutes les armes de la famille. Dans celle-ci, je pris quelques kunaïs, shurikens, notes explosives et fumigènes. Yosha ! Tout est prêt, il ne reste plus qu’à aller prévenir Sakura…

Je remontais alors dans la salle à manger de ma maison où m’attendait Shinrei ainsi que mes parents. Il était là pour moi. Je dis donc au revoir à mes parents puis je partis, accompagner de Shinrei. Nous arrivions alors lui et moi au croisement auquel je m’étais stoppé un peu plus tôt. Je lui expliquai alors avec passion que je devais aller expliquer à Sakura mon départ… Il me proposa alors de l’emmener ! J’étais surpris, mais si heureux. Cependant, je repensais au Zénith et aux raisons qui m’empêchaient de l’emmener avec moi.


Dernière édition par NarutoRudy le 22/3/2008, 16:02, édité 3 fois
avatar
NarutoRudy
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 202
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 26
Localisation : Bourgogne !!!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par NarutoRudy le 22/3/2008, 15:57

(Moi) C’est très gentil de votre part, mais si jamais le Zénith venait à s’en prendre à elle…

(Shinrei) C’est justement pour devenir plus fort et protéger Sakura que tu viens avec moi non ? Alors prends là avec toi, et si jamais quelque chose devait nous arriver, je la protègerai de ma vie tout comme je te protègerai.

(Moi) Merci… Merci beaucoup…

Shinrei avait sans doute raison. Je deviendrai fort pour protéger Sakura et tout le monde ! Je me mis donc à courir en direction de chez ma bien aimée, un grand sourire à la bouche. Ah tiens, courir sans blessures, que c’est agréable. Oh mais et son entraînement ? Peut-être que… Oui, je pense que si elle possède un livre contenant toutes les techniques de médecine ninja expliquées en détails, elle est tellement douée qu’elle pourra étudier avec moi. Ouais, ça doit être possible, elle en sera capable. Je courais, courais et courais pour finalement arriver devant chez elle. Un battement d’excitation au cœur, je franchissais le seuil de son palier puis je toquai à la porte. Le temps de latence me paraissait être des heures, accepterait-elle de venir avec moi ? Avec nous ? Oui ? Non ? Sans doute ? Peut-être ? Qu’elle sera sa réponse ? Et bien je le saurai quand elle ouvrira sa porte, ce qu’elle fit de suite.

Ma première phrase fut… Non, plutôt mon premier mot fut « Veux », car après celui-ci je me bloqua net du à un stress, provoquer par la peur de sa réponse. Débloque toi ! Débloque toi !


(Sakura) Qu’y a-t-il mon chéri ?

(Moi) Ma chérie, tu es devenue une superbe femme ninja et médecin, qui plus est très forte. De plus, tu coptes énormément à mes yeux. Je voulais te dire que je vais partir en voyage avec mon senseï Shinrei pour un long moment, et… Je voulais savoir si tu accepterais de nous accompagner. Sans ta présence, je me sentirai si seule, tu me manquerais énormément…

(Sakura) Je… J’accepte ! Sans toi, la vie est monotone, mais qu’est-ce que je dois faire de mon entraînement ?

(Moi) Tu ne peux demander un livre d’enseignement de technique à ton senseï ?

(Sakura) Bien sûr, je ferai tout pour toi.

(Moi) Tout comme moi ma chérie. Mais laisse moi faire, je vais envoyer un clone chercher ce livre pour toi. Kage Bunshin no Jutsu.

Un clone apparu à mes côtés. Je lui demanda d’aller chercher un livre d’enseignement médecin à l’hôpital, là ou s’entraînait généralement ma chérie. Durant ce temps, Sakura me fit entrer chez elle, et nous expliquâmes à ses parents son choix et je donnai des détails quand au voyage. Après avoir convaincu, non sans difficultés ses parents, nous prîmes le temps de préparer ses affaires. Le temps que nous fassions cela, mon clone était revenu, avec le livre. Je récupérai donc le livre puis fis disparaître mon clone qui n’était dorénavant plus d’aucune utilité. Lorsque le sac de ma dulcinée fut prêt, nous descendîmes les escaliers, menant de sa chambre au salon, où se trouvaient les parents de Sakura. Ensemble, nous leurs disions au revoir, puis nous partions, rejoindre Shinrei main dans la main. J’avais un énorme sourire sur ma bouche, la joie se ressentait au travers de celui-ci. Après quelques minutes de marches, nous arrivions au fameux croisement de tout à l’heure, où Shinrei nous attendait. Après une brève retrouvaille entre mes deux compagnons, nous prîmes le chemin de sorti du village. Etonnement, je ne croisai personne que je connaissais particulièrement, cela me rendait un peu triste et nostalgique, tous ces moments vécus, j’aurai aimé dire au revoir à mes amis.

Mais malgré tout, cette nostalgie fut de courte durée car interrompue par un kunaï se plantant juste devant moi, à à peine deux mètres. Qui était-ce ? Déjà un nouvel ennemi ? Heureusement, je suis guéri depuis grâce à mon séjour à l’hôpital. Je regardai donc autour de moi afin de tenter de découvrir la géo localisation de celui ou celle qui venait de me lancer ce kunaï. Je ne voyais personne, mais qui était-ce ? Une voix vint alors troubler ma recherche : « Tu ne pensais pas quitter le village sans me dire au revoir j’espère ? » Cette voix qui venait de derrière moi, elle m’était familière, je connaissais son possesseur. Cette façon de parler, cette assurance, cela ne pouvait être autre que Lince ! Je me retournais alors, ce qui me permis d’observer un homme apparaissant petit à petit. Cet homme était bien Lince ! Cela faisait si longtemps que l’on ne s’était pas vu lui et moi. Je m’approchais donc de lui pour lui dire bonjour, il fit de même pour moi.


(Moi) Cela faisait longtemps mon ami !

(Lince) Comme tu dis, depuis l’examen des Chûnin je crois.

(Moi) Exact ! Je n’étais pas au village, à peine devenu Chûnin que j’étais déjà devenu chef d’équipe pour démanteler une organisation !

(Lince) Et moi qui ai été recalé, et bien j’ai participé à un tournoi inter-genin des trois villages ninjas.

(Moi) Je suis sûr que tu les as démonté ! Et en ce qui concerne le grade Chûnin, ne t’inquiètes pas, tu n’as pas eu de chance la première fois, car tu méritais d’être promu. Je suis sûr qu’au prochain examen tu seras promu Chûnin !

(Lince) Merci, je l’espère aussi ! Mais ne t’inquiètes pas, je ne compte pas me laisser dépasser par toi. Je vais vite redevenir aussi fort que toi.

(Moi) Je t’attends de pied ferme ! De plus, je pars m’entraîner pour un long moment.

(Lince) C’est donc pour cela que tu t’apprêtais à partir ?

(Moi) Oui mais ce n’est pas tout, je dois m’informer sur autre chose… Bref, soit prêt à, mon retour !

(Lince) Tu seras revenu pour le prochain examen ?

(Moi) Je ne sais pas, tout dépendra de mon apprentissage, mais soit prêt à mon retour ! Moi, je le serai et je donnerai tout contre toi !

(Lince) Ne t’inquiètes donc pas pour moi, mon cher rival ! J’espère juste que tu me verras durant l’examen, pour que tu constates par toit même mes progrès !

(Moi) Hum ! Je n’ai pas besoin de ça pour savoir que tu es fort.

(Sakura) NarutoRudy ! On y va !

(Moi) A ma chérie m’appelle, je dois y aller. A très bientôt, mon ami.

(Lince) Elle est mignonne mon chanceux, à la prochaine mon ami et reviens plus fort que jamais !

(Moi) Ossu !

Lince, mon ami, mon rival, le seul que j’aurai eu la chance de voir avant de partir. Tant pis pour les autres, on se reverra dans quelques temps, les amis. Je vous le promets, je reviendrai plus fort et je vous protègerai tous ! Je me retournais alors une dernière fois, vers les visages des précédents MahouKage, encrés dans une énorme falaise derrière le bureau du MahouKage actuel. Une pensée de défi m’envahit. « Regardez moi tous ! Je vous surpasserai ! ». Même si cela sera dur, même si je devrai y mettre toutes mes tripes, je vous surpasserai, et je deviendrai le plus grand de tous les MahouKage ! Je me retournai alors, vers la sortie du village puis je rejoignais mes amis, ma « famille » qui se trouvaient juste devant moi. Nous avancions, puis nous franchissions les portes du village pour un long voyage. « Au revoir tout le monde ! »

Un tas d’évènement depuis ma promotion Genin s’étaient produits, mais tout ne fait que de commencer réellement !
avatar
NarutoRudy
Combattant Confirmé
Combattant Confirmé

Messages : 202
Date d'inscription : 09/03/2008
Age : 26
Localisation : Bourgogne !!!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Ryosuke le 22/3/2008, 20:37

Dans un coin de sa chambre, sur un bureau, étaient entassés un tas de feuilles recouvertes de textes brouillonnés, de schémas, de graphiques. Certaines étaient déchirés par endroits, d'autres simplement froissées, mais toutes avaient été manipulé par un utilisateur rude. La même écriture les recouvraient toutes, et quelques unes étaient tombées au sol.


Sur celle du dessus, on pouvait lire:

Kage Bunshin: Clonage consistant, aide au combat et à la distraction. Beaucoup de monde la maîtrise d'après ce que j'ai eu l'occasion de constater. Mon record de clones, un peu plus d'une vingtaine. Record connu, plus d'une centaine, NR en mauvais état après. Etrangement, plus j'apprends à maîtriser mon chakra, moins je maîtrise cette technique. Un blocage? Ça n'est pas courant qu'une technique me résiste bien longtemps. Celle ci m'échappe pourtant. Qu'importe, bien qu'ils soient utiles, les bunshin simples ont également leurs avantages, et correspondent mieux à mes bottes. Il serait cependant intéressant que je comprenne ce qui cloche. Manque d'entrainement? De capacités?

Nekotto... un type étrange. Impression qu'il joue un double jeu, et qu'il est rongé par cupidité. L'autre jour, ascension, s'est jeté sur le billet... en pleine montagne... si cupide qu'il en devient idiot. Même chose pour la mare. Et pire que tout, il a créé des liens avec Dragonight... soit il a radicalement changé depuis le dernier examen, soit il nous a bien bernés. Heureusement qu'il n'entendra jamais parler de la branche "Seiryuu" du clan, sinon...


Sur une autre feuille, presque en bon état. La seconde moitié du texte est d'une couleur différente, probablement un rajout postérieur:

Rasengan: Semble consister à concentrer son chakra sous forme sphérique et le faire tourbillonner pour lui donner vitesse et puissance. Probablement dur de maintenir le chakra en place. Choc violent, mais gaspille trop de chakra. Je suis parvenu à en créer un et à le maîtriser, après environ une quarantaine de minutes, mais il manque vraiment trop de puissance. Inutile donc, dois retourner sur l'eau. Dois m'entrainer à ceci, avant d'envisager de maximiser ceci. Réduire la surface me semblera être un bon moyen. A tester, et envisager autre chose.
Utilisateurs observés: Asuka, NR.

Genjutsu mentaux: Rien à faire, peux pas m'en servir. Trop difficile d'implanter tout le chakra correctement comme il faut en un simple contact. A distance, c'est une vrai blague. Ai trouvé un truc pour contourner ce problème dans un bouquin du clan, mais je ne retrouve pas la page... peut être plus tard.


Cette feuille ci est en piteux état, et on peut difficilement la lire:

Botte Permutation/Doton: Ne marche généralement qu'une fois. Idée m'étant venue en regardant deux genin se battre à l'arène de Chikara contre un type plus forts qu'eux, pendant l'examen chunin précédant le mien. Requiert un élément lourd de forme semblable à la mienne, comme par exemple les reste d'une technique Doton. A fonctionné sur le chunin Ishima, mais pas contre Hishuiro. En fait, la plupart de mes bottes ne marchent qu'une fois...


D'un geste rapide, Ryosuke ramassa ses documents et, après les avoir négligemment rassemblés, les déposa dans un tiroir. Si ces papiers étaient lus par quelqu'un d'autre que lui, il n'apprécierait pas spécialement. C'était un peu comme un journal intime, à l'état de brouillon anarchique. En plus de lui servir de support pour réfléchir à tout et n'importe quoi, il se déversait un peu dedans. Cependant, l'acquisition d'un livre serait préférable... ne serait-ce que pour organiser ses stratégies et ne pas en perdre au fin fond d'un tiroir. Mais cela était loin d'être sa préoccupation principale, car Mia ne semblait avoir apprécié qu'il encaisse l'entrainement de la veille sans se plaindre une seule fois ni montrer aucun signe d'agacement. un autre, plus difficile d'après elle, l'attendait le lendemain, apparemment des séries de combats avec Dragonight. Inquiétant? Oui et non. Ils se connaissaient tous les deux... enfin, connaissaient chacun le style de combat de l'autre, et c'était déjà ça. Pour profiter des informations sur un adversaire, Ryosuke était généralement très bon, et avait déjà préparé quelques bottes au cas où il aurait à affronter un adversaire du type de Dragonight. D'un autre coté, Drago n'était pas stupide non plus et devait s'être préparé... ce qui amenait le deuxième point sombre, sa préparation. Mia a beau être d'aussi bonne compagnie qu'un serpent venimeux, elle est aussi un excellent professeur. Et a passé ces derniers jours à entrainer Dragonight... aux dernières nouvelles, il commençait à maîtriser le suiton et avait parlé de deux trolls à invoquer. Des trolls? Non, pas des trolls... quelque chose comme ça. Mais ces nouvelles dataient d'avant cet entrainement.

Maintenant, ça allait être un peu plus délicat. Enfin, nous verrions bien. Tout en ruminant au sujet de ces entrainements particuliers pendant lesquels il se retrouvait forcé de se plier à des règles stupides, Ryosuke se dirigeait vers la sortie du village, sans vraiment avoir de destination. Un endroit pour s'entrainer, avec proximité d'eau, lui suffirait largement. Il passa les portes du village sans aucun soucis avec les gardes, ce qui n'était pas du tout le cas quand il était genin. L'ombre d'un sourire passa sur son visage, satisfait de sa nouvelle position. En espérant que ce soit sa dernière... être junin et surchargé de responsabilités, être un des meilleurs éléments et ne jamais pouvoir faillir ou faire ce qu'il veut... non merci.

Après un quart d'heure de marche dans la forêt, il s'arrêta dans une clairière au bord d'une falaise de laquelle tombait avec fracas une chute d'eau. Tout ce dont il avait besoin était ici: de l'eau, des arbres, des rochers. Il commença son entrainement sur les rochers pour s'échauffer, marchant sur la paroi verticale tout d'abords lentement, puis en courant presque.


"Tout parfait... synchronisation, dosage... et aucune perte. Heureusement, depuis le temps que je le fais... maintenant, plus de surface..."

Il se plaqua alors à la paroi et se rapprocha de la cascade avant de s'arrêter lorsque la roche devenait plus humide et affaiblie par l'érosion. Dos contre la roche, les mains agrippés à de solides prises, il concentra alors son chakra dans son dos pour adhérer au mur, puis...


"Respire un bon coup... ok... hop on lâche tout..."

Sans être vraiment surpris, Ryosuke tomba en chute libre pour se réceptionner agilement au sol, sans dommage malgré la chute de caillasse après lui. Envoyer son chakra dans ses pieds pour adhérer à une surface solide est peut être un bon exercice pour le maîtriser, mais ici, la paroie était bien plus instable, il fallait donc répartir le chakra sur une plus grande surface et en y mettant moins de puissance. Moins facile... laissant échapper un soupir, il remonta... pour subir un nouvel échec.

Il répéta la manœuvre pendant une bonne demie heure sans vraiment avoir l'impression de progresser, avant de passer à un exercice moins fatiguant: du genjutsu. Pas de genjutsu de zone, de camouflage ou interne: ceux là, il était contraint d'avoir un partenaire d'entrainement ou un guide pour pouvoir prétendre progresser convenablement. Il allait s'entrainer à ce qu'il appelait généralement des "mirages", et que les ouvrages connaissaient sous le nom de Mukei: une variante de genjutsu non mental visant en quelque sorte à créer des hologrammes mouvants, comme par exemple ses habituelles boules de feu imaginaires.


"Bon, la forme ça y est... du moins pour les petits projectiles et les flammes. Objectifs de la séance, griller moins de chakra pour les mirages et peut être en faire des plus gros... c'est pas avec des kunai fantômes que je vais durer bien longtemps face au maître corbeau... mais lui, il ne sera pas du tout affecté par ceci. Quand je lui rendrais visite à gensou, il me faudra quelque chose pour lui... et ses yeux."

Il recommença à nouveau par ses bases, c'est à dire la déflagration pure et simple, avant de modéliser des objets plus précis en mouvement: d'abord des kunai, puis des shuriken, plus petits mais au mouvement plus complexe, avant de tenter de créer des oiseaux crédibles et finissant dans un élan d'audace par simuler un véritable éboulement de la falaise... il ne fut pas surpris, ce fut également un fiasco total: si les projectiles étaient parfaits comme à l'accoutumée, ses cinquante premiers oiseaux battaient des ailes n'importe comment en plus de ne pas avoir de bec digne de ce nom, et les rochers avaient l'air de gruyères tombant avec une lenteur ridicule. A force de persévérance et heureux que personne n'ait aperçu ses poulets volants, il parvint à devenir maître des volatiles, ses pensées se dirigeant parfois vers Kezachi de gensou avec une pointe d'ironie. Pas vraiment satisfait mais pas mécontent non plus, il retenta deux fois l'exercice de la paroi, sans succès. Finalement, il marcha à pas lents vers le centre de l'étang, au pied de la cascade, après s'être mit torse nu. Voilà comment il avait conçu la chose: ce qu'il lui manquait pour faire un rasengan convenable, c'était de la puissance. Ce qu'il faut pour marcher sur l'eau, c'est également de la puissance. Ainsi, son perfectionnement ici lui permettrait peut être de parvenir à copier honorablement la technique du babouin orange...

"Pourtant je marche très bien sur l'eau... alors quoi? Y'a pas de problème ici que je peux régler, donc rien à apporter pour l'autre..."

Tout en réfléchissant, il s'assit négligemment sur l'eau, modifiant l'expulsion de chakra inconsciemment à cause de l'habitude. Au bout de deux minutes de réflexion, son regard devint vitreux.

"Minute là... ce que je viens de faire... je suis assis, pas debout...et le chakra j'en fait quoi? Expulsé par ce qui est au contact de l'eau. Ici je réussi la surface, ce que je n'arrivais pas en haut... comment je fais?

Non attend, c'est pas le bon truc auquel tu penses. Pas le moment de s'attarder sur sa nullité quand on tient une piste On recommence...

Je suis assis, pas debout... et le chakra j'en fait quoi? Expulsé par ce qui est au contact de l'eau. Cependant, expulsé moins violemment que quand je suis debout. Sinon, je gaspille du chakra inutilement et je perd de l'équilibre..."

Pour bien ressentir la quantité de chakra qu'il dégageait, Ryosuke se leva et se rassit à maintes reprises, les yeux clos et pleinement concentré sur l'expulsion

"Donc, pour une surface plus importante, la puissance doit être moindre. Ca veut dire que moins la surface est élevée, plus le chakra doit être expulsé violemment, même si c'est pas vraiment proportionnel... ça me fait un bon moyen d'entrainer la puissance alors. Enfin, on verra pour une autre fois..."

Le jeune chunin resta assis au centre de l'étang un bon moment, laissant vagabonder ses pensées sur tout et n'importe quoi, shinobi exclu: se détacher de toutes ces histoires ennuyeuses d'entrainement perpétuel et de mission à faire en devoir du village... trop de prises de tête, mais on ne lui laissait pas vraiment le choix. Il partit une heure plus tard, en direction du village. Autant se reposer à fond désormais, car dans l'après midi, une séance de torture l'attendait, sous la direction de Mia...

Ryosuke
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2308
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Iarwain le 26/3/2008, 17:07

La mission de NarutoRudy s’était terminé par un succès total : personne n’était mort ou n’allait finir tétraplégique, impotent et impuissant. J’avais soigné tout le monde avec ma réserve de chakra presque gonflée à bloc malgré les effets secondaires de la pillule. J’en étais quitte pour une migraine et un peu de fatigue après un évanouissement d’une trentaine de minutes environ. En gros, il fallait eviter de les utiliser en plein combat. C’est élémentaire.

Pendant tout le trajet du retour, je n’avais cessé de cogiter. Ce Wiar, qui semblait enfoui au plus profond de moi, m’offrait la capacite de peut-être améliorer les connaissances mondiales en médecine, et de me battre peut-être enfin convenablement. C’est-à-dire ne pas me faire poutrer par n’importe quel étudiant a l’académie. J’avais indéniablement négligé le côté offensif du combat, privilégiant la période après l’affrontement. Et c’était mal.

Peut-être que, finalement, il valait mieux céder aux offres que je recevais sans cesse de Wiar, dans mes songes, mes cauchemards, et mes pensées. Non ! Je devais résister ! Tout le clan m’avais mis en garde contre ces pratiques honteuses et mauvaises ! Mais si tout le clan se trompait ? Si toute l’histoire du clan n’était qu’une erreur ? Et nos prétendus talents en medecine, s’ils n’étaient qu’un leur fallacieux cachant des pouvoirs encore insoupconnés ? Cela ne se peut. Quelqu’un aura nécessairement déjà effectué ces recherches…Mais la médecine est délaissée par les ninjas des dernières décennies. Ainsi, personne n’en aurait eu les capacités…Il faut que j’en ai le cœur net ! Dès mon retour, j’irais à la bibliothèque de Mahou.

En effet, à mon arrivée dans mon village natal, j’encaissai ma paie et me dirigeai immediatement vers le concentre pu de savoir : la bibliotheque. La bibliothécaire, une vieille fille d’une cinquantaine d’années, vrillait chaque personne d’un regard glacial et menaçant. Nous étions dans son royaume.
Je me rendis à la zone disponible pour les chuunins. A mon avis, personne ne serait assez bête pour mettre de tels ouvrages en possession et à la portée de genins. Je courus presque, sans bruit évidemment, car dans une bibliothèque, il ne faut jamais faire de bruit, vers la section reservée à l’histoire de Shinnen, et surtout de Mahou.
Après quelques recherches de plusieurs heures, je decouvris l’histoire d’un shinobi, nommé Kurosaki Ichigo, qui avait approfondi sa connaissance des arts nécromantiques jusqu'à pouvoir faire apparaître des armées. Il s’était finalement fait démolir le protrait par le second Mahoukage, et tout ce qui avait rapport à lui avait été détruit ou scélé à tout jamais.
Ca ne m’aidait pas. On ne trouverait donc aucun ouvrage de ce type chez les jounins, ou même dans la section reservée aux ANBUS. Seul le Kage pouvait avoir gardé en sa possession de tels ouvrages. Enfin, ses prédecesseurs les avaient stockés, et lui les avait récupérés.

En y repensant apres coup, je m’était rendu compte que j’acceptais déjà l’idée de travailler ces techniques interdites. J’avais tenté de lutter contre la tentation pendant tout le trajet, mais mon subconscient, qui prenait la forme de Wiar, m’avait vaincu à la fin du voyage. J’étais harrassé de fatigue, je ne dormais que les quelques heures précédant l’aube en général, et encore, j’étais alors assailli en rêves par ce qui m’avait taraudé tout le reste de la nuit. Et tout cela s’en ressentait fortement sur mon aspect physique : énormes cernes et inattention étaient les symptômes les plus visibles.

Finalement, mon esprit avait accepté ce que ma volonté refusait. Mais ma volonté avait été vaincu, et j’aspirais presque plus que tout à retrouver le sommeil profond et tranquille des années, mois, semaines et jours précédant le combat avec Wiar. Plus que le combat, c’était mes brefs dialogues avec lui qui m’avaient perturbés au point de souffrir d’insomnies.

Je devais donc trouver des traces de ce Kurosaki Ichigo. Il avait sûrement des disciples. Les méchants ont toujours des disciples, et ils laissent toujours des ouvrages malefiques qui, attirant des crétins grace à l’hypothétique gain de pouvoir qu’ils offraient, permettaient au mal de revenir en force pour causer le chaos et l’apocalypse. Que fais-je ? Pourquoi est-ce que je me classe moi-même dans le paquet des crétins assoiffés de pouvoir ? Non, je vais penser comme tous les autres crétins avant moi : j’arriverais à garder le contrôle. Et si j’échoue ? Non seulement j’aurais l’air fin, mais en plus, j’aurais mis le bazar. De toute façon, soit je mourrais pendant le combat contre la personne qui m’arrêtera, soit je serais exécuté, soit je resterais à vie derrière des barreaux, devenant fou, encore plus fou que ce qui aura causé ma chute.

Je n’arriverais à rien dans cette bibliothèque. Et il se fait tard. Je vais devoir rentrer chez moi. Mais si je rentre chez moi, je devrais me coucher. Et si je ne m’occupe pas pleinement l’esprit, je deviendrais fou à force de penser. Donc, je vais essayer de m’occuper. Comme si c’était un vrai choix !
En fait, il n’était pas si tard que ca, mais les dernières lueurs du jou commençaient à disparaître. Il devait être aux alentours de six ou sept heure du soir. Une heure malgré tout convenable pour rendre visite à une connaissance qui pourrait m’aider…

J’avais pensé à payer quelqu’un pour fouiller le bureau du kage, mais d’une le prix serait astronomique, et de deux, personne ne serait assez fou pour le faire, sauf Makaya, mais Makaya n’était pas la. Mais Makaya avait de la famille. Makaya avait même de la famille haut placé. Très haut placé même. Trop haut…Quoiqu’il en soit, le bras droit du Kage était la seule solution possible à mon problème.
L’idee de la visite de courtoisie avait surgi dans mon esprit après l’imagination du cambriolage du bureau du kage. De fil en aiguille, j’avais entrevu ma seule chance.

La demeure des Korove était comme toujours, grande et impressionnante. Le clan avait nettoyé les debris que le tremblement de terre avait causé. Ils avaient eu le temps en même temps. Je ne passais par ce quartier que quand j’y étais forcé. Il ne m’avait jamais inspiré confiance, ce quartier. De toute facon, cela n’avait pour le moment pas d’importance. L’important, c’était de pouvoir parler à Keishin Korove et d’essayer d’obtenir par n’importe quel moyen un livre de techniques de necromancie. Pour pouvoir dormir. Excuse à demi-bidon evidemment.

Etonnament, il fut facile de demander à parler à Keishin. Je suis entré dans la maison, j’ai été accueilli et introduit dans un petit salon où le bras droit du kage m’a rejoint une dizaine de minutes plus tard.
Le moment fatidique était arrivé.


(Moi) Je suis Iarwain Fujibayashi. Je suis un am….une connaissance de Makaya…*baille*. Je viens car j’ai un petit service à vous demander.
(Keishin) Tu connais sans doute un peu l’histoire de notre clan...
(Moi) L’histoire de votre clan ?*baille* Et bien, vous venez…d’une île lointaine. Et vous êtes venus puis restés ici.
(Keishin) Nous sommes des marchands depuis toujours. Par conséquent, apprends que tout à un prix. Le service que tu me demandes, je te le ferais payer au prix fort, je te préviens.
Aie…Ca se corse. Et en plus, j’arrête pas de bailler…
(Moi) Et bien, en fait, c’est un gros service…*étouffe un baillement*
(Keishin) Grouille-toi, j’ai pas que ça à foutre, je vais rater le passage de Mizore-chan aux bains !
(Moi) Auriez-vous un livre de Kurosaki Ichigo en votre possession…et si oui, *baille*, accepteriez-vous de me le prêter ?
(Keishin, surpris) C’est un livre de nécromancie que tu demandes là, et pas de la gnognotte…Je ne sais pas si c’est vraiment prudent gamin…
(Moi) Vous avez dit que tout avait un prix, et pour la prudence…je me débrouillerais.
(Keishin) Effectivement, mais je ne sais pas si le prix ne sera pas trop fort pour toi…
(Moi) Dites toujours. *étouffe un baillement*
(Keishin) Je te donne ce livre si, sachant que Makaya a récemment été promu juunin, tu me promets de lui latter les couilles quand tu le verras. Et aussi, ne perds pas ce bouquin, quelqu’un pourrait tomber dessus et je prendrais tout dans ma gueule…
(Moi, des étoiles dans les yeux) Merci m’sieur Korove !
(Keishin) J’espère que tu sais ce que tu fais, gamin…

Il est vraiment idiot ce type ou quoi ? Un livre qui peut causer la destruction du monde, il le refile cash a un gamin de 16 ans qui lui demande…Et tout ça contre le lattage de son fiston…On voit bien que les Korove ne sont pas d’ici, ils n’ont vraiment pas les mêmes points de vue. Mais une promesse est une promesse, je l’honorerais !
Maintenant que j’ai le bouquin, à la maison ! Il est temps de revoir mon clan. Celui-ci m’accueillit comme d’habitude à bras ouvert, la routine a recommencé : dîner, un peu de discussion et au lit. Etonnament, j’ai dormi d’un sommeil sans rêve et profond.
En me levant le lendemain matin, je me sentais reposé. Pas au maximum de mes capacités, mais relativement en forme par rapport aux derniers jours de calvaire que j’avais vécu.

Je ne pouvais montrer ce bouquin à personne. En tout cas, aucune personne de ma connaissance sans la faire sauter au plafond. Et je ne pouvais pas non plus m’entraîner chez moi, au vu et au su de tous. Je devais donc partir. M’isoler quelques temps pour pouvoir progresser en paix.
avatar
Iarwain
Lord of Santa
Lord of Santa

Messages : 2106
Date d'inscription : 09/03/2008
Localisation : Laponie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Iarwain le 26/3/2008, 17:07

Une fois la décision prise, j’informai ma famille, puis le bureau d‘affectation des missions, que je partirais pour une durée encore indéterminée pour m’entrainer. Etrangement, ce dessein ne gêna personne.
Par curiosité, j’avais ouvert la première page de l’ouvrage de Kurosaki. Après un bref prologue, celui-ci expliquait que la necromancie de haut niveau demandait une dose conséquente de chakra. Il avait donc cherché puis trouve, sûrement en le volant à quelqu’un, un sceau qui possédait le pouvoir de stocker le chakra, de le mettre en réserve, et ce en quantité très importante, pour pouvoir le réutiliser ensuite en cas de besoin.
Avant de partir, je me rendis donc chez un tatoueur et lui demandai de me faire le sceau sur l’épaule gauche. Ce qu’il fit. Et il me prit 500 ryos ! C’était vraiment tres cher, mais ça en valait la peine.

Je passai tranquillement les portes du village, en lisant le livre, ne rencontrant personne de ma connaissance. D’après le Maître Nécromancien, il fallait se concentrer sur la surface de la peau de l’endroit où se trouvait le sceau, puis y larguer du chakra. Cependant, impossible de savoir si le chakra allait dans le sceau ou dans l’air environnant. Il était donc nécessaire d’essayer ensuite de sortir le chakra du sceau pour savoir si l’opération avait été couronnée de succès ou non.
Pendant ce temps, je continuais de marcher dans les bois autour de Mahou jusqu'à trouver le lieu parfait : une petite clairière avec un petit ruisseau qui coulait au milieu. Evidemment, je pourrais me faire prendre en embuscade, mais je ne voyais pas qui prendrait cette peine.
Mon entrainement pour maîtriser le sceau continuait, et je sentais une différence très vague et ténue quand j’expulsais le chakra dans l’air et quand mon sceau le mettait en réserve. Il était environ midi quand j’avais trouvé la clairière. Au crépuscule, je maitrisai relativement bien le sceau.
J’explorai alors les environs et tombai sur un hameau au milieu de la forêt. Je pourrais au pire survivre là-bas, dans la petite auberge, avec les quelques économies que j’avais emmenées.
De toute facon, il faudra que je me débrouille seul. Les bois étaient giboyeux, autant en lapins de garenne qu’en oiseaux gras. L’obscurite tombait. Je n’aurais pas d’oiseau pour mon dîner, mais peut-être qu’un lapin égaré passerait à ma portée…Ce qui arriva après une demi-heure d’attente près de la colline où la colonie vivait. Après l’avoir vidé de ses intestins, je le piquai sur une branche au-dessus d’un feu que j’avais allumé quelques instants plus tôt puis continuai de stocker mon chakra, retournant de temps à autre le lapin pour qu’il cuise uniformément.
Finalement, le repas fut prêt, et je mangeai la bête sans y penser. Ensuite, je me couchai, pour dormir, en espérant que tout comme la nuit précédente, mon sommeil serait paisible.

Ce ne fut pas le cas, et mes cernes, qui s’étaient vaguement estompées, étaient revenues de plus belle. Ne serais-je donc plus jamais en paix avec moi-même ? A cette question hautement phylosophique car sans réponse, je tressaillis. Comme je n’avais presque pas dormi, je m’étais leve a l’aube, pour accueillir tous les gibiers sur mon feu. J’allais me contenter de vivre à la dur avec ce que j’attraperais.
Ce matin-là, je capturai deux lapins téméraires et une pintade. Je tordis rapidement le coup aux bestioles, les attachai a une branche, hors de portée des rongeurs, puis repris l’ouvrage de Kurosaki-sensei.

Tout d’abord, il fallait des cadavres. J’étais obligé d’aller en chercher. Heureusement que le village tout proche avait son propre cimetière, où personne n’allait jamais. Je me rendis invisible puis pénetrai le dernier refuge des morts, tout en remerciant silencieusement Soma Ryosuke pour son aide admirable. Je me mis alors à creuser, tout en priant pour que personne n’ait la malheureuse idée d’aller visiter un proche défunt.
Cela n’arriva pas. Je pus déterrer le corps et l’emmener a mon campement, où je commençai l’entrainement. L’odeur était épouvantable, mon ami était à moitié putréfié mais au moins il n’attirait pas les mouches. Je crois que je n’aurais pas supporter.
Le livre disait d’injecter les deux energies, le dosage de l’énergie spirituelle étant capital. En effet, l’esprit étant parti, il fallait le renouveler. Enfin, c’était comme ça que je le percevais personnellement.

Apparemment, j’avais trouvé le bon dosage pour l’énergie corporelle puisque le corps tressaillait, mais pas pour l’énergie spirituelle : le cadavre était un vrai legume. Le travail de recherche de dosage continua tout le reste de la journée, alors que je tentais progressivement d’ajouter de l’énergie spirituelle. Il ne se passa rien, si ce n’est que j’utilisai tout le chakra à ma disposition, ainsi que la faible quantité qui s’était mise dans le sceau.

C’était l’échec pour cette première journée. Je n’avais quasiment pas avancé, et j’étais totalement à sec, ma dernière tentative me vidant totalement. Je fis un sort à l’oiseau, qui me procura un bon repas, riche et lourd. La chair grillée était croustillante à souhait et je m’imaginai en train de construire un restaurant qui aurait la forme d’un poisson, voguerait sur les mers et s’appellerait…le Tarabie.
C’était agréable de se changer les idées. Je me couchai rapidement ensuite et attendis l’aube, à part les quelques heures où j’ai dormi de mon désormais habituel sommeil troublé.

Le lendemain matin, je fis chauffer un petit morceau de viande, puis jetai le deuxième lapin qui pourrissait sur sa branche. Je pris déjà la décision d’aller à la taverne du village voisin pour me renseigner sur ce qui arrivait dans le vaste monde pendant mon exil. Mon entrainement reprit. Et je n’arrivais toujours pas à donner vie d’une certaine façon au cadavre qui empuantissait vraiment mon campement. Enfin, c’était le cas jusqu’au moment de midi environ.
Je me concentrai une fois de plus pour tenter de donner vie à ce connard de macchabée quand je vis une forme brune du coin de l’œil. Comme un idiot, je relâchai tout le chakra que j’avais accumulé dans le zombie au lieu de me le garder pour moi. Je tournai alors la tête pour voir un ours brun d’au moins deux mètres de haut. Il etait énorme et gigantesque, encore plus impressionnant debout.
Il voulait certainnement mon cadavre. Il avait qu’à aller les déterrer au cimetière non mais ! Le truc, c’était que moi j’étais assis avec aucune arme à portée, alors que l’ours lui était debout, me toisant de ses 2m50 et préparant son bras pour m’arracher la tête d’un coup de patte.
Je vis alors la patte griffue se diriger à toute allure vers mon visage, et un corps puant avec des lambeaux de chairs s’écraser sur moi. Le zombie s’était animé et m’avait héroiquement sauvé la vie, au péril de la sienne. Cela avait marché ! Mais ce n’était pas le moment d’analyser ce qui s’était passé. Il fallait que je sauve ma propre vie !

Le combat reprit donc entre moi et l’ours, avec le zombi qui se jetait dans les pattes de la bête quoiqu’il advienne pour me protéger et m’aider. D’ailleurs, il avait beau se faire dégommer perpétuellement par le nounours géant, il revenait à chaque fois à l’assaut. Il semblait qu’il était indestructible. Pendant que mon zombi me protégeait, je réflechissai à un truc : si j’attrapai l’ours sans trop l’abîmer, lui devrait pouvoir me servir de créature invoquée. Et en plus, il a l’air costaud…
Bon, mon soldat est en train de se faire très amoché, il serait temps que j’aille l’aider. Je saisis alors le moment opportun puis sautai sur le dos de l’ours en lui assenant une grosse décharge sur la nuque, le mettant hors-circuit jusqu'à ce que je décide de faire appel à lui, du moins si je réussissai mon coup.

Avant d’essayer de perdre mon chakra sur cet ours qui m’a interrompu au bon moment, il fallait que j’analyse ce qui était arrivé. Donc je malaxais mon chakra, pour la xième fois, et j’avais fini de doser l’énergie corporelle. J’étais en plein malaxage de l’énergie spirituelle, et j’avais tout lâché au bon moment. Il faudrait que je retrouve ce bon moment. Je cherchai le reste de l’après-midi le bon dosage pour finalement le trouver juste avant d’abandonner. J’étais heureux.

Comme prévu le matin-même, je me rendis à la taverne du hameau auprès duquel j’avais élu domicile. J’y commandais un lait de chèvre et écoutai les rumeurs qui passaient par ici. Pas grand-chose aujourd’hui, comme tout le reste de la semaine précédente semble-t-il. Les gens s’ennuyaient, ne faisaient rien de bien particulier. Alors que je buvais tranquillement ma chopine, une idée me fracassa l’esprit. Pourquoi n’y avais-je pas pensé plus tôt ?

Je payai puis courut presque à mon campement. La nuit tombait, et je n’avais rien à manger. D’abord, le repas. Je tentai d’attraper du poisson dans le petit ruisseau qui passai dans la clairiere, mais ne réussit qu’à mouiller mes vêtements déjà sales. Tant pis, je pourrais me passer de repas…J’espérais.

J’espérais survivre le ventre vide, et j’espérais que mon idee marcherait. Je pris un parchemin dans mon sac. C’était un de ceux qui stockent des objets. Je les avais accumulés depuis toujours, ne les utilisant jamais. Et ça me serait vraisemblablement utile maintenant. Tout d’abord, le macchabée. Il rentra tout de suite dans une addition de trois parchemins que je collai ensemble pour plus de facilité. Pour l’ours, ce serait sûrement plus dur. En effet, il fallut six parchemins pour en venir à bout. Il m’en restait donc six. Soit un autre ours, soit deux autres cadavres.

Maintenant, il ne me restait plus qu’à attendre l’aube, tâche ardue à laquelle je me mis après avoir vidé le reste de mon chakra dans le sceau. Je dormis six heures environ cette nuit-là. Je n’avais plus l’habitude de dormir autant, avais-je pensé ironiquement.
La journée se passa tranquillement entre chasse relativement réussite, pêche ratée et mise en réserve de chakra. En fin d’après-midi, je retournai à la taverne pour y déguster un lait de chèvre et écouter les gens parler. La nuit fut cette fois-ci rude, car en me levant, j’ai eu l’impression de ne pas avoir fermé l’œil de la nuit. Ce n’était bien sûr pas le cas, mais l’impression était déjà suffisamment handicapante pour que je ne m’appesantisse pas sur le sujet.
La quatrième journée se passa tout comme la précédente, c’est-à-dire pas grand-chose. A part peut-être un événement intéressant qui eut lieu a la taverne. Ce n’était pas une bagarre, pas dans cet endroit tranquille. Un colporteur apprit à tout le monde que deux shinobis, des certains Nimaru et Tamaniro avaient resolu une énigme à laquelle la plupart des scientifiques n’avaient pas trouvé d’explication.

J’avais décidé de rentrer à Mahou histoire de revoir mes camarades comme Fuzzy et de pouvoir à nouveau manger convenablement. Et dùavoir un bon lit, même si je ne dormais pas beaucoup. Sur le chemin du retour, dans un petit village, j’appris que dans d’étranges ruines à l’ouest étaient apparus des morts-vivants. Mais ce n’était qu’une rumeur. Je mis une heure pour faire le lien entre les deux nouvelles stars et l’affaire des ruines. S’ils continuaient leurs resolutions d’énigmes, ils s’intéresseraient sûrement à ce phénomène. Et par conséquent,…

La décision était prise. Je rejoindrais les deux nouvelles superstars. En rentrant au campement, je stockai mon chakra puis me couchai afin de me reposer. Je me reposai environ cinq heures, fit mes bagages et demi- tour, pour partir vers Gensou, car c’est de là que les ninjas semblaient venir. En espérant que je les rencontrerais. De plus, Mahou ne m’offrait rien de bien attrayant pour le moment.

Je marchai deux jours et demi, traversant des villages et stockant le plus de chakra possible dans mon sceau. Il m’éviterait de plus d’avoir à utiliser les pillules de chakra qui avaient décidement trop d’effets negatifs. En même temps que je traversais un village, je rendais une petite visite à son cimetière histoire de trouver un corps pas trop pourri. J’en trouvai deux de plus, soit assez pour utiliser tous mes parchemins.
J’avais un nouvel objectif : m’incruster d’une manière ou d’une autre dans le groupe de Simaru et Kamaniro. Au fur et à mesure de mon trajet, et à mesure que je me rapprochait de Gensou, les noms changeaient pour devenir finalement Maboroshi Shimaru, l’examinateur de l’examen chuunin que j’avais raté, et Kamashiro, genin qui avait réussi le suscité examen et avait été examinateur à celui que j’avais réussi. Ils étaient apparemment tous les deux juunins.
J’arrivai enfin à Gensou, prêt à réussir mon incruste !
avatar
Iarwain
Lord of Santa
Lord of Santa

Messages : 2106
Date d'inscription : 09/03/2008
Localisation : Laponie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Allen' le 26/3/2008, 17:27

Je me réveillais, tranquille en ayant fini ma mission. J'avais accumulé les tensions et pour me détendre, je décidais de prendre un bon bain chaud. Je passais la tête sous l'eau et me reposais tranquillement en réfléchissant. En réfléchissant aux derniers mois, aux futurs mois, à mon avenir.
*Je n'avais pas réellement de but, sauf celui de survivre et de vivre ma vie. Je me démarquais des autres par mon style de combat et mon dôjutsu et pourtant, j'essayais de rentrer dans le moule. Mais qu'est ce que je voulais devenir et faire ? Nos rencontres forgent notre caractère. Depuis plusieurs mois, j'avais rencontré de nombreuses personnes chacune m'apportant une petite part de ce que j' étais. Je devais rencontrer de nouvelles personnes, voyager, découvrir des choses, me faire connaître. Me faire connaître, mais comment ? Par ma différence ! Mon style de combat allait m'aider à me démarquer au lieu de vouloir être un être commun !*

Je finissais de me reposer et sortais de mon bain. Je séchais mes cheveux et regardais ma tête. J'étais le portrait craché d'un de ces Hyûugas sur la peinture, il me faudrait un jour leur rendre visite, mais pas maintenant ! Je m'habillais, mettais mon kimono blanc et sortais mon livre-copie, du livre de l'entrainement des Hyûugas.

Ce livre m'interpellait,il avait été copié par mes ancêtres, avant qu'ils soient bannis de Chikara, n'était visible qu'avec un Byogen ou(et) un Byakugan. Enfin, il semblait se remplir au fur et à mesure de mon amélioration sur la voie du contrôle de chakra. Je feuilletais régulièrement ce livre pour apercevoir ses changements. Je maitrisais maintenant toutes les sortes de chakra révélées, mais aucune autre ne semblait apparaître. Mais vers la fin, une feuille était apparue. Elle n'avait pas le même style d'écriture que les autres. Elle était griffonnée et très brouillon, pour contraster avec la parfaite calligraphie du pinceau ayant recopié les autres pages.

Améliorer son Byogen


Depuis peu, je me pose une question, est-il possible de conférer grâce au chakra les propriétés du Byakugan au Byogen? Je vais traiter les avantages du Byakugan en plusieurs points:
La vision accrue, voir à plusieurs kilomètres. Il est possible d'utiliser le En comme décrit précédemment, pour "voir" plus loin, et une grande maîtrise du En permettrait d'approcher le Byakugan en ce point.
Les degrés de vision. Le byakugan est capable de voir à environ 355° degrés autour de lui. Là aussi, une utilisation du En couplée au Byogen permettrait d'attendre cette vision.
La vision à travers les objets, selon mes recherches, il serait possible de créer une fine couche de chakra sur l'oeil ou dans l'oeil, sous forme de rétine et ainsi en modifiant la forme de la rétine, de voir à travers les objets en modifiant notre vision de leur opacité.
Le maintient du Byakugan activé sans consommation, il est possible de maintenir son oeil activé sans chakra grâce à ce sceau. Le sceau récupèrerait le chakra utilisé lors de l'activation et le ré-utiliserait indéfiniment pour garder le Byogen activé.

Voilà mes seules découvertes pour le moment. Ci-joint une copie du sceau à appliquer dans l'iris:

Le sceau est à tracer tout autour de l'oeil en passant sur les lèvres, sur le nez,sur tout le visage. Une fois le sceau appliqué et utilisé, il se rétractera dans l'iris pour devenir invisible.



Donc, il est possible d'améliorer son Byogen ? Cette page m'intérressait beaucoup. Je prenais le livre avec moi et me rendais à la bibliothèque de Mahou, dans l'espoir de trouver un ouvrage sur les différents sceaux. J'entrais dans la librairies et me rendais dans la partie "Techniques Ninjas". Il y avait de très nombreux ouvrages et peu après "Ficelage d'un ennemi en 14 leçons" je tombais sur "Fuinjutsu". J'ouvrais le livre et commençais à lire. Mais ces sceaux étant trop basiques comparé au mien, je regardais à la fin. Mais, même à la fin, les sceaux n'atteignaient pas la taille minuscule et pourtant extrêmement compliqué du mien.
Je m'approchais du comptoir et je demandais à la bibliothécaire son aide.

"Bonjour madame, il se trouve que j'ai un problème, je cherche un livre pour appliquer un sceau, le seul livre présent ici n'est pas au niveau de mon sceau. (Allen)"
"Pourriez vous me montrer votre sceau? (Bibliothécaire)"
"En fait, c'est impossible, mais je peux le dessiner, avez vous une feuille? (Allen)"


Je dessinais le sceau et au fur et à mesure de l'avancement du projet, les yeux de la femme s'écarquillaient.

"C'est un sceau pour retenir et utiliser du chakra ça! C'est un sceau très complexe, à réaliser avec quelqu'un connaissant bien les sceaux jeune homme! Le seul livre traitant du sujet à ce jour se trouve dans la partie "Technique" de Gensou, tout en haut, parmi les techniques les plus compliqués et immaîtrisable seul. (Bibliothécaire)"
"Merci beaucoup, à bientôt! (Allen)"


Mon sceau était donc trop difficile à appliquer seul... Je devais trouver un maître de Fuinjutsu. Mais d'abord, j'allais me rendre à Gensou et recopier le livre sinon, l'acheter.
Je rentrais chez moi, préparais mes affaires, avec mes kunaïs, mes pilules de chakra, mes kimonos et mon livre. Je plaçais mon bandeau de Mahou bien en vue, contrairement à mon habitude, pour pouvoir rentrer dans Gensou sans histoire.
Je commençais à marcher en concentrant mon chakra et en formant une petite pellicule sur mon oeil droit et fermais le gauche. J'essayais de fondre cette pellicule dans mon oeil, sous son épaisseur maximale de manière à ne plus rien voir à droite et à voir à gauche. Arrivé à un certain endroit, le chakra cachait une partie de l'oeil qui devait me permettre de voir les formes. Ainsi, je ne voyais rien avec mon oeil droit, j'étais comme aveugle. Maintenant, je rétrécissais l'épaisseur de la couche de chakra et je commençais à apercevoir des formes de plus en plus visible. Cette partie de l'oeil devait toucher à l'opacité de la vue ! Je pouvais ainsi jouer et voir à travers les choses. Toutefois, pour l'instant, je ne pouvais faire disparaître que tout le paysage peu à peu. J'essayais de concentrer le chakra de la rétine de mon oeil droit sur la vision d'un arbre en particulier et en baissant l'épaisseur de la couche de chakra, l'arbre disparaissait, mais aussi ce qui se trouve derrière ! Il y avait un problème quelque part mais où ? Comment faire pour baisser l'opacité de ma vision de l'arbre sans baisser l'opacité la vision de ce qu'il y a derrière ? Je marchais en me posant cette question. Et, vers la moitié du trajet, je compris, il fallait jouer sur l'opacité des deux yeux ! Cette technique n'était pas aussi simple, jouer sur l'opacité des deux yeux en parallèles, indifféremment l'un de l'autre, c'était d'un niveau difficile ! Au bout d'une demi-heure, je pouvais faire disparaître un arbre de mon champ de vision et voir partiellement ce qu'il cachait. Par un heureux hasard, un convoit de marchands passa sur ma route. Il allait très vite, car il était en retard pour la grande vente se déroulant dans un petit village que je ne connaissais pas. Je montais à l'arrière parmi tout les vendeurs, et laissait le chariot m'emporter à quelques cinq kilomètres de Gensou.

J'apercevais enfin les portes de Gensou et je rentrais dans la cité d'eau sans problème. J'essayais mon nouveau pouvoir pour trouver la bibliothèque. Après être rentré dans deux mauvaises maisons, je trouvais ce que je cherchais. Je me rendais à la section "Techniques" et je regardais tout en haut. Le livre était là, au milieu de nombreux autres livres inintéressants à mes yeux. Je le prenais, et commençais à le feuilleter. Il ne concernait que les applications ardues de sceaux. Je m'approchais du comptoir une fois encore:

"Bonjour Madame ! Je voulais savoir si cet exemplaire était à vendre.(Allen)"
"Non, il n'est pas à vendre, mais laissez le moi, et repassez dans une heure, je le donne au scribe qui vous le recopiera en deux heures environ. (Bibliothécaire)"
"Merci bien!"


Je quittais la pièce et me baladais dans Gensou, usant encore et encore de mon talent. Au boût des deux heures, j'arrivais à voir à travers le tronc, en le faisant disparaître, mais en laissant les feuilles visibles. Cette technique était réellement étonnante, car il fallait doser son chakra directement dans ses yeux, chacun différemment et pourtant, relié ensemble. La maîtrise de cette technique était le contraire des autres. On passait d'un grand espace à rendre invisible à un plus petit et ainsi de suite, contrairement au boules de Katon devenant de plus en plus grandes. Décidement, le chakra cachait encore de nombreux secrets!
Je retournais à la bibliothèque et payais le scribe pour sa copie et ses schémas, quand un homme m'aborda.
avatar
Allen'
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 415
Date d'inscription : 08/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Dragonight.Bug le 26/3/2008, 18:01

I-Dur réveil :

Mort ? J’étais mort ? Les derniers souvenirs qu’il me restait étaient ceux de l’attaque de ce monstre…Tiens de la lumière… Il fait jour au paradis ? Je cligne de l’œil… Bizarre… Tout est blanc… Le flou de ma vision se dissipe… Des murs ? Des murs immaculés… Quelle blancheur… Oh un ange… Tiens il se penche vers moi… « DRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAGOOOOOOOOOO !!!!!!!!!!!!!!!! »

Alinéa (____)(Dragonight) –NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN !

Alinéa (____)(Mia) –Si c’est bien moi…

Alinéa (____)(Dragonight) –Putain mon rêve était si beau…

Alinéa (____)(Mia) –Quoi ? T’étais dans un harem ?

Alinéa (____)(Dragonight) –Vous ramenez toujours tout au… Hum bref… Ca fait combien de temps que je suis là ?

Alinéa (____)(Mia) –Deux jours.

Alinéa (____)(Dragonight) –Deux jours ? Deux jours de repos ? Deux jours que de sommeil ? Ô bénis soient ces jours…

Alinéa (____)(Mia) –Ouais bon ce n’est pas tout ça mon grand mais tu sors dans 2 jours et on part directos en tête à tête.

Alinéa (____)(Dragonight) –NAN ! Laisse-moi en paix. Je veux me reposer… Je veux mourir !

Alinéa (____)(Mia) –Hop hop hop mon grand ce n’est pas ce que dit ton corps…

Alinéa (____)(Dragonight) –Merde !

Alinéa (____)(Mia) –Quoique c’est vrai avec le décolleté que je porte…

Alinéa (____)(Dragonight pensée) –Tiens, c’est vrai que je ne l’avais jamais vu avec cette tenue… Craquante on en mangerait…

Alinéa (____)(Mia) –Hum… Je te plais ?

Alinéa (____)(Dragonight) –Allez chier immonde sorcière…

J’entendis tout à coup un biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip et une infirmière accouru elle me transporta dans une salle et tout redevint blanc…
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

II- Un recommencement ?

Cette fois je sais que je suis vivant on me refera pas le coup… Les mêmes murs, tout est à sa place… Je me retourne est-ce que Mia est là ? Non… Je respire… Tiens je n’avais pas remarqué ces paquets ; De la part d’Yneve : Des pommes génial en plus des granny smiths. Bon rétablissement, Tyrande : cool une statuette pour personnes non-enfants. A mon frère jumeau, Nekotto : Un fouet extra. Soigne-toi bien, Fuzzy : Un kimono super immaculé chouette il m’en fallait un. …., Ryo : Je n’y crois pas… Il me l’a laissé ? Je l’aime… Mon parcho Katon… Merci…

Tiens le dernier paquet : A très bientôt, je m’en vais pour un moment, NarutoRudy : ah, nos gains de mission… Trop sympa…
Alinéa (____)( ???) –Mr Dragonight ?

Alinéa (____)(Dragonight) –Euh oui ?

Alinéa (____)( ???) –C’est pour votre piqure… Je suis l’infirmière qui se charge de vous… Je me prénomme Ami

Alinéa (____)(Dragonight) –Enchanté…Je vous en prie allez-y.

Alinéa (____)(Ami) –Merci. Voilà… Attention ça va piquer un peu… C’est fait... Vous savez vous l’avez échappé belle hier quelqu’un avait injecté un sérum provoquant un arrêt cardiaque… Mais bon vous savez avec les ninjas on ne peut jamais savoir qui est le coupable…

Alinéa (____)(Dragonight grinçant des dents) –Oh si je le sais…

Alinéa (____)(Ami) –Pour rappel vous sortez demain… J’espère que vous vous sentez mieux…A plus tard

Alinéa (____)(Dragonight pensée) –Trop craquante… Super gentille… douce… pas comme les deux autres que je me coltine. Faudra que je pense à l’inviter à boire un verre un jour… Bon c’est pas tout ça mais faudrait que je me repose moi….

---------------------------------------------------------------------------------------------------

III- Tant qu’on y est….

Rebelote… Un nouveau réveil. Tiens c’est plus rapide cette fois…

Alinéa (____)( ???) –DRAGOOOOOOOOOOOOOOOOOOO !!!!!

Alinéa (____)(Dragonight) –AHHHHHHHHHHHHHH

Alinéa (____)( ???) –Je t’ai manqué ?

Alinéa (____)(Dragonight) –Crèves charogne !

Alinéa (____)( ???) –Roh j’ai bien senti que tu aimais ça quand tu dormais…

Alinéa (____)(Dragonight) –Mai, tu n’as pas osé…

Alinéa (____)(Mai) –Nan mais tu crois vraiment que ça me gène de le faire avec un mourant ?

Alinéa (____)(Dragonight) –Nympho…

Alinéa (____)(Mai) –Roh ça va hein. Bon je viens te chercher on sort de l’hosto…

Alinéa (____)(Dragonight) –Ah mais nan ! Je n’ai pas envie moi ! Je suis bien ici ! Laissez-moi tranquille…

Alinéa (____)(Mai) –Tu sais moi ça me dérangerait pas avec tout ce qu’on te fait ingurgité je peux faire de toi ce que je veux sans que tu t’en rendes compte quand tu dors… D’ailleurs ça me fait pense à hier j’ai…

Alinéa (____)(Dragonight) –STOP ! Je veux bien sortir mais épargne moi les détails de ce que tu as fait de mon corps.

Alinéa (____)(Mai) –Aller debout ! On s’en va… Et habille-toi.

Alinéa (____)(Dragonight) –Deux secondes, et si tu pouvais sortir aussi sa m’arrangerait.

Alinéa (____)(Mai) –Voyons je te connais dans tes moindres détails.

Alinéa (____)(Dragonight) –DU BALAI !!!!!!

J’étais enfin seul… Rah pourquoi je devais subir ça ? Je dois être le shinobi le plus malheureux du monde… Franchement pas de bol quoi, je tombe sur deux tarées. Qu’est-ce que j’ai fait pour subir ça ?

Alinéa (____)( ???) –Mr Drag… AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHH

Alinéa (____)(Dragonight) –Et merde.

Je remontais mon pantalon et me penchais vers la pauvre infirmière qui s’était évanouie sous le choc de mon superbe corps qui semblait sculpté dans du marbre tel une statue d’appol… Euh bref, je me penchais donc vers elle et lui versais un peu d’eau sur le visage pour la réveiller. Je la couchai sur le lit et je me penchai vers elle… Qu’elle est belle. Ses longs cheveux noirs étaient doux… Extrêmement doux. Son visage luisait en quelque sorte… Une créature sortie des rêves… Sa main… sa main ne portait pas de bague ?! HOURRAAAAAAAAAAAAA ! Euh faudrait peut-être penser à la réveiller aussi…

Alinéa (____)(Dragonight) –Mademoiselle ! Mademoiselle ! Ah vous reprenez enfin connaissance !

Alinéa (____)(Ami) –KYYYYYYYYYYYAAAAAAAAAAAA !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Mon héros ! Je t’aime…

Alinéa (____)(Dragonight) –Hein ? Que ? Euh… C’est sympa mais… Ah non pas encore ? Ami ! Ami ! C’est pas vrai elle est retombée dans les pommes…

Alinéa (____)( ???) –Lâchez cette jeune fille !

Je me retournai et me retrouvai en face de l’incarnation de Satane, le féminin de Satan. Une femme énorme qui fait facilement 2m50 pour un poids d’environ 65 kilos. Une anorexique. Elle avait un visage froid, des yeux perçants tel l’aigle foudroyant du regard sa proie. Je sentais que je ne pourrai pas la dérider et ça avait le don de me mettre en boule dès que je voyais quelqu’un qui avait l’air de ne pas avoir rit depuis un siècle.

Alinéa (____)(Dragonight) –D’abord qui êtes vous ? Ensuite qu’est-ce qu’elle a ? Et enfin NAN je ne la lâcherai pas !

Alinéa (____)(Satane) –Je suis la directrice de l’établissement et il se trouve que la personne dans vos bras est ma nièce… Secundo elle est atteinte d’une maladie rare qui la fait s’évanouir automatiquement à la vue d’un membre inférieur du corps… Et s’ensuit une divagation, une rechute dans le coma pour revenir environ 5 minutes après… Vous pouvez la lâcher elle se réveille.

Alinéa (____)(Dragonight pensée) –Putain, il fallait que je tombe amoureux de la seule fille au monde qui ne peut avoir de rapport autre qu’amoureux avec moi…

Alinéa (____)(Ami) –Oh euh… Qu’est-ce que je fais ici ? Ah oui, Mr Dragonight c’est aujourd’hui que vous sortez et je voulais vous donner quelque chose.

Alinéa (____)(Dragonight) –Ah ?

Alinéa (____)(Ami) –Euh oui. Ma tante pouvez-vous sortir ?

Alinéa (____)(Satane) –Ah non. Il va encore en profiter pour…

Alinéa (____)(Ami) –Je vous en prie… Ce n’était pas fait exprès après tout.

Alinéa (____)(Satane) –Mais je… Bon d’accord.

Enfin elle était partie. L’atmosphère s’était tout à coup détendue et Ami se pencha vers moi.

Alinéa (____)(Ami) –Tenez un cadeau ! J’espère que vous aimez.

Oh mon dieu ! Sublime absolument génial… Des vêtements. Enfin des vrais pas les loques que je porte généralement.

Alinéa (____)(Dragonight) –Mais c’est trop je ne peux accepter.

Alinéa (____)(Ami) –Mais si. Faîtes moi plaisir… Essayez-les ! Ne vous inquiétez-pas je ne me retournerai pas après tout c’est assez gênant de tomber dans les pommes tout le temps.

Je retirai mes habits et mit les nouveaux. Ils mallaient comme un gant à vrai dire on aurait dit qu’ils étaient faits sur mesure.
Alinéa (____)(Ami) –J’espère que vous aimez.

Alinéa (____)(Dragonight) –Bien sur ! Merci du fond du cœur. Mais…

Alinéa (____)(Ami) –Vous pensez aux combats ? N’ayez pas peur mon père est un couturier de grande renommé chez les shinobis. Et il a prit la liberté d’utiliser la même matière que celle de vos habits tout en les renforçant. Ils sont moins faciles à déchirer et tout aussi résistants aux flammes. D’ailleurs il a été surpris de voir que vous portiez des affaires aussi impressionnantes par leurs capacités que par leur état.

Alinéa (____)(Dragonight) –Disons que comme je vis seul j’ai un peu de mal à me débrouiller surtout que je suis continuellement en mission ces derniers temps.

Alinéa (____)(Ami) –Alors je passerai de temps en temps vous voir histoire de faire un peu le ménage.
Quelle était jolie… Un sourire à vous faire craquer… De grands yeux noirs profonds… Elle dégage comme une chaleur maternelle. Je me sens tout drôle… Mes mains tremblent, mon cœur bat si fort… Je transpire…

Alinéa (____)( ???) –HISTERIA-KICK !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Un magnifique genou vint s’enfoncer directement dans ma mâchoire, je volais. Enfin je traversai la pièce pour m’encastrer dans le mur… Cette vision… Oh non !

Alinéa (____)(Mai) –On sort direction entrainement et je t’y reprendrai à faire les yeux doux à cette demoiselle.

Alinéa (____)( ???) –DEMON-PUNCH !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Cette fois c’est le sol que je vis de près… Apparemment j’étais au dessus d’un bloc opératoire vu que j’eus une magnifique vu sur les intestins d’une personne allongée sur une table. Les infirmières s’évanouirent (une manie ici) et le médecin entreprit de m’envoyer quelques scalpels en pleine face que j’évitais tant bien que mal. Une main puissante me retira du sol et je fus transporter de force par Mai en dehors de l’hôpital. Elle invoqua une espèce d’oiseau sur le dos duquel nous partîmes en pleine forêt. Bien sur j’étais ligoter et bâillonner sinon je en me serai jamais laisser faire mais rien que la vue du saut sans élastique que je ferai si je l’ennui me faisait déjà hésiter à faire quoique ce soit. Finalement nous nous retrouvâmes rapidement dans une sorte de clairière en plein cœur de la forêt où un cabanon trônait. Mai me retira mes liens et me poussa dans la pièce… J’eus le cœur serré. Des bras m’empoignèrent. J’étouffai par la force du câlin-ultime-de-la-mort-qui-tue et un cri rempli la salle.

Alinéa (____)( ???) –Comme on se retrouve mon Drago près pour ton entrainement ?

Alinéa (____)(Dragonight) –ASSASSIN !!!!!!!!!!!!!!!!!
avatar
Dragonight.Bug
Nouveau Membre
Nouveau Membre

Messages : 206
Date d'inscription : 10/03/2008
Age : 25
Localisation : En compagnie de son fidèle chevalier Ryosuke

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Ryosuke le 28/3/2008, 00:49

Bon, dans pas longtemps on y est... une demie heure avant de devoir se rendre à l'échafaud -euh non, à l'entrainement. On va voir si la blague que j'ai prévue pour Dragonight va marcher... bah, au pire ça rate et je me retrouve obligé de lui tordre les bras. Il n'appréciera pas vraiment, mais après passage et séjour à l'hôpital il sera comme neuf après tout... ou alors, je me contente de le désarmer, et c'est fini. Lui, qu'est ce qu'il peut me faire? Du feu? Il ne me verra pas approcher et saura encore moins où je serais... Des coups de sabre? Même scénario... bon, par contre s'il est désormais bon en suiton ça sera moins bon. Mais de toute manière... je verrais bien.

Le rendez vous était dans la forêt de Mahou, pas bien loin de là où j'avais l'habitude de dormir/m'entrainer. Mia était là, et juste derrière elle... non... Dragonight? Il avait troqué ses vêtements rapiécés contre quelque chose d'un peu plus... habillé. Ce qui signifie qu'il portait autre chose qu'un pantalon et un foulard. Après un petit discours encourageant de Mia (des menaces, effectivement, nous nous mîmes en position sans broncher.

Ca commence enfin... je restais immobile, laissant Dragonight douter. Etais-je le vrai Ryo, ou un clone laissé là en diversion pendant que l'autre était déjà dans son dos près à frapper? Il se tenait sur ses gardes et restait parfaitement attentif à tout ce qui se passait dans son périmètre... ce qui ne l'empêcha pas d'être surpris par une attaque fulgurante sur sa gauche. Il réagit cependant très rapidement et trancha mon mirage en deux: illusion plutôt instructive, si ça avait été moi... je dois faire attention comme prévu.

Nous restions à nous regarder encore un moment, lui sentant le danger, moi ajoutant ses réflexes améliorés à ce que je connaissais de lui. Puis finalement vint l'attaque, il se rapprocha de moi en courant, épées désormais enflammées en avant. Que faire? Trop d'options... j'enchainai plusieurs bonds en arrière pour finalement me retrouver au pied d'un arbre, attendant que Drago se rapproche. La présence du tronc dans sa trajectoire le stoppa net dans sa charge et une de ses épées resta planté dedans. J'étais déjà dans son dos, mais il avait prévu la manoeuvre et se désintéressa de son arme pour m'attaquer. J'évitais aisément ses coups trop prévisibles, cherchant une faille dans ses mouvements. Avant d'en trouver une facilement exploitable, je fus contraint de permuter avec un morceau de bois environnant.

Nouvelle position, trois mètres au dessus d'un Dragonight complètement désorienté. Profitant de cela, j'utilisais de légers genjutsus pour créer des bruits de courses tout autour de lui pour faire monter sa tension encore un peu. Un coup à gauche... puis derrière lui... il stresse assez facilement le Drago en fait. En tout cas il en avait eu assez après une trentaine de secondes et avait choisit de prendre de la distance pour m'attirer dans une clairière complètement dégagée. Forcément, je le suivis toujours dissimulé dans les arbres et l'étudiais tranquillement. J'aurais moins de possibilités sur ce terrain... mais ne ferais aucun bruit en marchant sur ces herbes.


(Drago) Bon, où c'est qu'il est maintenant? Ryyyyoooo? Allez... Un gamin demande à son père :
- Papa, le mot "chat", ça prend un 't' à la fin ?
- Cela dépend si c'est l'animal il y a bien un "t" mais si c'est le trou d'une aiguille, ça prend un 's'. Un instant plus tard, le gamin demande :
- Papa, le cha des dames, ça s'écrit comment ? Le père répond :
- Eh bien, ça dépend si on le caresse ou si on l'enfile.

Comme si j'allais répondre... quel idiot... utilisant mon camouflage, je m'approchais tout doucement de lui, arrivant par sa gauche. Il continuait à parler seul, masquant ainsi le peu de bruit que je pouvais faire... très bien.

(Drago) Un type rêve et appelle Thérèse ! Thérèse ! Au réveil, sa femme lui demande qui est cette Thérèse. Il dit que c'est un cheval sur lequel il avait parié hier aux courses et qu'il l'encourageait de la voix. Le soir, sa femme lui dit :
- Tu sais, y a ton cheval qui a téléphoné !

(Ryo) Tssss.............

Oh nan... merde, je l'ai laissé échapper celui là. Euh... il se tourne dans ma direction et... COMPOSE DES SIGNES???

(Drago) Katon: Goukakyuu!

Je aussitôt fis volte face et me précipitais le plus loin possible avant de me jeter au sol, évitant ainsi de très peu le torrent de flammes soufflées par Drago. C'était vraiment pas agréable de sentir une haleine dépassant allègrement les cent degré... enfin, de mon coté je tentais bien de lui retourner un bras. Lorsque le déluge s'arrêta, je me relevais aussitôt pour me retrouver nez à nez avec Drago. Un tout petit Drago. Et tout rouge.

(Ryo) Toi... t'es un mini Drago explosif c'est ça?
(MiniDraco) Je sais pas... t'es sûr?

Retour en position à plat ventre, la tête sous les bras et cette fois ci pret à encaisser le choc... ça va plus tarder, je sens le minidraco s'agiter... plus tarder...

Bon, ça tarde là.


(Ryo) Bon, tu exploses oui?
(MiniDraco) Je me demandais... pourquoi je devrais le faire? Pour obéir à l'autre moi?
(Ryo, blasé) Hein?
(MiniDraco) Que suis-je? Pourquoi suis-je là? Ai-je une fonction profonde dans ce vaste monde ou suis-je simplement sensé partir en fumée dans une débauche de feu d'artifice?
(Ryo).......... toi t'es bien un clone de Dragonight.
(MiniDraco) Effectivement, cela fait une question de moins. Mon créateur est Dragonight, chunin de mahou et auteur du best seller du mois dernier. Mais qu'est ce qui te permet d'affirmer que sa personnalité et tout ce qui fait Dragonight détermine ce que moi je suis? Non, je suis sûr que je peux être indépendant de mon créateur, et être libre!
(Ryo) Je préfèrerais qu'il explose directement celui là...
(MiniDraco) Je refuse de faire ceci. Ma durée de vie est inférieure à celle d'un papillon, mais comme eux je vais prendre mon envol et parcourir le peu de monde que je pourrais, me régalant de sa beauté. Adieu Ryosuke, ce fut un plaisir de te voir!
(Ryo) Euh... d'accord, si tu veux.
(Mia, venant à ma rencontre) C'était quoi ce truc?
(Ryo) un simple clone de Drago... ne te pose pas de question, ça t'éviteras d'avoir des réponses.

Bon, c'est pas tout mais... où c'est qu'il était passé le Dragonight? Plus dans la clairière en tout cas, et il ne maîtrise pas les techniques de camouflages. Donc pas ici tout simplement. Donc s'il est pas dans ce coin, il est au delà. Mais c'est la forêt... a moins que... nan. Nan, c'est impossible ça.

Dragonight serait capable de monter un piège?

Particulièrement intrigué, je m'enfonçais dans les bois en me demandant sur quoi j'allais tomber. Il s'est entrainé, oké. Physiquement il est bien plus fort, d'accord. Qu'il ait décidé de désormais il s'habillerait, je comprenais. Mais quelque chose d'aussi peu direct qu'un piège venant du poète pervers... non.

Et effectivement ce ne fut pas le cas. J'arrivais juste à temps pour voir Drago retirer son arme de l'arbre et la brandir en l'air, un peu comme Arthur, désormais roi de son angleterre de bouseux, l'avait fait avec son excalibur sous mes yeux quelques mois auparavant. Enfin, techniquement c'était moi qui l'avais retirée... euh... Ryo? Tu divagues encore là...

Retour sur Dragonight, toujours en train de garder sa posture étrange. Il ne m'avait pas vu... j'en profitais pour devenir invisible, et commençais à me rapprocher en décrivant des cercles tout autour de lui. Nous étions de retour dans la forêt, avec tous les arbres... je mettais lentement mon piège en place, puis réapparu en face de lui, à une distance raisonnable.


(Drago) T'as même pas une égratignure à cause du clone?
(Ryo) Hum... en fait il a...*Nan, vaut mieux pas qu'il sache en fait*...
(Drago) Alors?
(Ryo) Y'a pas que toi qui as progressé...
(Mia) Quand vous voulez... vite de préférence, à moins que vous vouliez que je m'en mêle?

Nan, vraiment pas. Nous nous élancions tous les deux l'un vers l'autre. Il maniait ses deux armes beaucoup plus vite qu'avant...

Une faille dans... dans dix secondes, je tente ma chance. Pour lui faire quoi? Juste reculer dans mon piège. Ca peut marcher...
D'un coup de pied, je le désarçonnais puis enchainais sur un clone inconsistant dont les mouvements étaient superposés aux miens: il n'était donc pas visible. je l'obligeais à reculer sous mes coups tout en évitant chacun des siens, mais bien plus difficilement avec la fatigue qui commençait à bien se faire sentir.
Nous y étions presque... sans qu'il ne puisse s'en apercevoir, j'utilisais à nouveau mon camouflage alors que mon image bondissait par dessus lui. Il se retourna aussitôt, me laissant le champ libre pour le frapper de dos. Cependant trop risqué au niveau des représailles, c'est pourquoi j'utilisais la technique favorite de NarutoRudy. En entendant le bruit, il comprit et se retourna sabre levé.

Trop tard pour lui... la sphère était déjà prête et s'abattit sur la poitrine de Drago. Enfin, pour l'effet que ça avait produit... l'onde de choc ne lui avait causé aucun dommage, même s'il avait été un peu secoué et que les flammes de ses armes avaient étés soufflées. Plus intéressant, il avait été suffisamment repoussé en arrière pour s'empêtrer et tomber à la renverse dans les fils que j'avais placé là juste avant de reprendre le combat. Plus il remuait, plus les fils lui retombaient dessus: en une dizaine de secondes, il était momifié sur une seconde couche. Je posais ma main sur son ventre et la maintenant un bien trop long moment, lui injectant successivement deux genjutsus lui coupant la vue, puis l'ouie. Il avait beau remuer comme un dément, ça ne servait à rien. je m'écartais, cherchant notre examinatrice du regard.


(Ryo) Pfiou... c'est fini. Mia, t'as vu?
(Mia) Je vois bien... mais toi tu ferais mieux de regarder derrière toi par contre.
(Ryo) Hum?
(Drago) Katon: Goukakyuu!

Bordel, il a fait quoi lui? Je me jetais derrière un arbre qui pris le choc à ma place, puis m'en éloignais précipitamment parce qu'il commençait à s'embrasser. Vite, repasser invisible et lui tordre le bras: c'est bourrin, mais simple et efficace.

(Drago) Encore invisible? Bon, écoute ça: Une blonde fait l'amour avec un mec. Au bout d'un moment elle lui demande:
- T'as pas le sida au moins ?
- Mais non !"
Ils continuent puis la blonde redemande:
- T'es vraiment sûr que t'as pas le sida ?
- Mais je te dis que non ! Et puis pourquoi cette question ?
- Parce que ca me ferais chier de le choper une deuxième fois !


Nan, pas une deuxième fois.

(Drago) Bon ok, j'avais eu de la chance on va dire...

Il pointa ses deux sabres devant lui puis les agita stupidement dans tous les sens. S'il comptait me faire barrage, c'était vraiment désespéré... malgré mon épuisement, j'étais presque sur lui..

(Drago) Touken no hi!

Fwoosh... ses épées s'enflammèrent comme d'habitude, mais avaient maintenant triplé de taille! Surpris, je ne réagis pas pour éviter et me fis toucher: résultat, une vilaine brûlure sur le bras droit. Et la fin du combat, car j'étais mort de fatigue et ne pouvais plus continuer.

(Ryo) Pfiouu... c'était quoi ça? Un fouet de feu?
(Drago) Si on veut... il s'est passé quoi tout à l'heure?
(Ryo) J'en sais rien moi... c'était toi le cobaye.
(Drago) J'aime pas cette façon de voir les choses... bah d''un coup, trou noir je voyais plus rien, mais tout est revenu... et les fils, partis. D'ailleurs comment ça se fait?
(Ryo) Les fils étaient à base de chakra...
(Drago) Tu fais ça toi?
(Ryo) J'ai essayé d'apprendre à me servir des marionnettes... pas très réussit... mais j'ai trouvé des trucs utiles.
(Drago) Ah...

Pour le genjutsu, j'ai du tout simplement foirer ma manipulation... le premier réussit, mais le deuxième l'a annulé au lieu de s'y combiner. Besoin d'entrainement quoi... encore et encore. Fatiguant.

(Drago) Eh, Ryo... écoute -
(Ryo) A la prochaine blague que j'entends aujourd'hui, je te fais avaler ta langue.
(Drago) Nan, derrière toi... LE FEU!!

Je me retournais pour comprendre ce qu'il disait: cet abruti avait déclenché un mini feu de forêt... heureusement que le bois du coin est plutôt humide, sinon on aurait cramé le village au passage. M'enfin, au moins on peut compter sur Dragonight: j'étais écroulé de fatigue, il m'a bien aidé à me mettre hors de danger. Mia? Comme si elle m'aurait aidé...

Ryosuke
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2308
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Ludwig Boul'mich le 29/3/2008, 16:15

Ludwig fut réveillé par l’ascension du soleil. Il repoussa machinalement ses couvertures et mit en marche sa boite violette. Une musique rock commença à emplir toute la chambre, tandis que Ludwig enfilait ses chaussettes. Ceci fait, le Boul’mich alla se regarder dans le miroir qui était accroché à la porte. C’était bien lui, sourire rassurant, yeux de cocker et cheveux en bataille. Il entreprit de démêler sa chevelure bicolore tout en chantonnant :

« Look in my eyeeeeeees…. What do you seeeeeeee ? The cult of Personnaaaaaaaalityyy… »

Une fois frais et dispo, il sortit de chez lui et entreprit son footing matinal. Alors que son souffle commençait à s’épuiser, il vit passer un homme âgé de la soixantaine passer sur son côté, en lui faisant un clin d’œil. Ludwig, incrédule, se retourna, et reconnut immédiatement le logo dessiné sur le dos du manteau de l’homme, le même que sur le manteau de la personne qui l’avait attaqué la veille même.

A peine Ludwig eut-il eu cette prise de conscience, que la silhouette de l’homme se brouilla, puis disparut. Ludwig bouillait déjà de rage, le papy revenait le provoquer en plus ! Alarmé, il regarda sur sa gauche et sur sa droite et reconnut le schnock qui le jaugeait depuis un toit, hilare. Ludwig bondit et sauta sur un stand et s’en servit comme tremplin pour atteindre le toit où se trouvait le vieil homme. On assista alors à une scène digne des plus grands films de Western. Chacun regardait l’autre de façon intense. Le vieillard prit finalement la parole.


« So, qu’est ce que tu es going to faire ?

-I gonna kick… Hé ! Mais comment tu speakes ! T’es un…

-Oui, Ludwig, un Boul’mich.

-Par la boule disco et les platform shoes de Maman ! Alors pourquoi tu m’as attaqué hier ?

-Pour te tester.

-Pour me tester ? T’es qui pour prétendre faire ça ?

-Je suis le premier Boul’mich à jamais avoir été un ninja. Et ton talent est une insulte à ton nom ! Aussi, je vais t’entraîner, et je vais te dire un truc… Tu vas sûrement pas aimer ça.

-Et au nom de quoi je te croirais, papy ? »


A peine Ludwig avait-il fini sa phrase que le vieillard bondissait dans son dos et lui décochait un coup sur la nuque, du plat de la main gauche. Ludwig s’effondra.

Le Boul’mich rouvrit les yeux une heure plus tard. Il se trouvait dans une salle circulaire, semblable à une grotte taillée dans la roche. En tentant de se relever Ludwig sentit une affreuse brûlure dans son dos. Se redressant avec difficulté, il s’aperçut que le vieillard le jaugeait de façon assez prétentieuse, au milieu de la pièce. Le jeune Boul’mich se mit aussitôt sur ses gardes. Et il eut bien raison. En effet, à peine avait-il fait quelques pas au milieu du cercle que le papy se ruait sur lui en poussant un cri assez étonnant pour son âge. Le vieil homme balança son pied en avant. Ludwig s’esquiva au dernier moment. Le papy retomba sur ses pieds immédiatement, et enchaîna les attaques incessamment. Ludwig les esquivait avec plus ou moins de facilité, la vitesse du vieil homme laissant à désirer, mais il savait qu’il était en mauvaise posture face à au vieil homme qui ne semblait pas s’essouffler le moins du monde. Ludwig fut tiré de sa réflexion par un cri du papy. Celui-ci s’apprêtait à lui envoyer un coup de pied bien plus puissant. Après effectué un side walk sur le côté pour éviter ledit coup de pied, Ludwig pivota et profita de l’ouverture et entama les seules techniques qu’il connaissait.

Il sauta d’abord en avant et envoya son pied sur la nuque du papy. Celle-ci le prit de plein fouet, sans pour autant faire tomber le vieil homme.


« Brush ! »

En continuant dans sa lancée, Ludwig se retrouva en l’air, son dos faisant face au papy. Il envoya immédiatement son pied droit en arrière.

« Back Brush ! »

Ludwig voulut retirer son pied après qu’il eut touché sa cible, mais il se retrouva bloqué. Le jeune Boul’mich tomba contre le sol, tandis que le papy tenait son pied fermement contre son ventre.

« Pathétique… Tu ne sais même pas effectuer le Brush dans les règles d’un ninja ! »

Aussitôt le vieillard se servit de la jambe de Ludwig pour le propulser en l’air. Il le suivit ensuite avec un saut, et une fois arrivé à sa hauteur, à quelques mètres au dessus du sol, il lui envoya son pied entre les côtes. Ludwig en eut le souffle coupé. Le papy s’appuya ensuite sur sa tête pour passer derrière lui, et lui envoya son talon sur l’omoplate. Ludwig tomba sur le sol, qui n’était qu’à quelques centimètres au dessous de lui maintenant. Il ne pouvait plus se relever. Alors que ses yeux voulaient se fermer, Ludwig se força à les garder ouverts, par orgueil peut-être. Le vieil homme le regardait de haut maintenant.

« Hé hé… Moi aussi j’ai pensé du premier coup aux brushes et aux back brushes, mais je crois que je les ai un peu plus développés… C’est dommage petit… »
avatar
Ludwig Boul'mich
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 9
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Ryosuke le 9/4/2008, 22:58

Ca faisait six jours que Tyrande avait disparu sans laisser aucune trace... mais vraiment aucune hein... je n'avais pas la moindre idée de ce qu'elle était partie faire, une mission (les administrations du village m'avaient assuré que non après que j'ai consulté personnellement les missions affectées ces trois dernières semaines), rendre visite à quelqu'un (j'ai fait le village dans tous les sens, bien emmerdé par le fait que le clonage consistant et moi ça ne faisait qu'un et pas deux...), me faire la tête pour une raison inconnue (tous les endroits où elle avait l'habitude d'aller bouder avaient étés passés au peigne fin), aller retrouver un ninja beau, fort et séduisant (qu'est ce que ça vient faire dans ma tête s't'idée?), ou quelque chose de plus grave... et maintenant, il faisait nuit, j'étais planté au beau milieu d'un petit parc en train de refaire mentalement le plan du village pour la quarante cinquième fois.


-Bonjour... t'as des problèmes toi on dirait. Parler tout seul à voix haute... ouais, tu dois être désespéré.
-......... répète? Non, je rêve... t'es un rat, tu parles pas.
-Ah oui c'est vrai, désolé... j'avais oublié.
-Tu parles?
-Nan je parle pas, tu es actuellement sujet à un genjutsu lancé par ton meilleur ami.
-Bizarre... un rat qui parle, c'est pas courant... encore moins un rat ironique.
-Peut être que les rats n'ont jamais rien eu à te dire...
-J'aurais été snobé par les rats toute ma vie?
-On dirait bien. Mais donc, t'as des problèmes le prêtre?
-Ca concerne un rat?... Eh, comment sais tu que je... c'est pas "prêtre", rongeur.
-Tu seras le prêtre, rien d'autre. Comment je le sais? Eh bien, il se trouve que... non, en fait non. Je le sais, c'est tout. T'as juste à savoir que je sais plein de choses sur ce qu'il se passe ici.
-Ben voyons...
-Crois ce que tu veux... moi qui pensais pouvoir être sympa avec toi et t'aider à retrouver ce que tu cherches...
-C'est juste pour me faire regretter mes paroles ça, hein?
-Absolument pas voyons... mais je me disais qu'on pourrait peut être, disons... conclure un accord, donnant-donnant. Mais puisque tu ne veux pas après tout, eh bien tant pis...
-Calme le rongeur... qu'est ce que tu propose exactement?
-Tout de suite plus agréable hein? Ben je sais pas moi, tu à l'air de chercher quelqu'un, je peux t'aider à le retrouver... en échange, toi tu me rend aussi un petit service... rien de bien méchant bien sûr.
-Passer un marché avec un rongeur...mouais. Et comment tu pourrais faire ça? Et quel genre de service?
-Le comment de la chose, tu seras aux premières loges pour y assister le prêtre... quand au service, je n'en ai aucune idée. Mais mieux vaut avoir un humain sous la main que de ne pas en avoir en cas de besoin. T'inquiètes pas, ce sera pas bien méchant... parole de rat!
-Parole de rat... ça m'avance bien tiens.

Du haut de son petit promontoire, il se jeta alors sur ma main et mordit mollement. Je réagis trop tard et m'écartais, un mince filet de sang coulant entre mes doigts.

-Sale bête... pourquoi?
-Le prêtre, tu ne me prends pas au sérieux et ça se voit bien. Réfléchis... tu sais ce que peut impliquer une de mes morsures?

Je restais immobile à le regarder, mes pensées s'acheminant lentement à là où il voulait en venir. Je doutais franchement que ce type... ce truc puisse m'être d'une quelconque utilité, en effet. Je perdais du temps. Mais les rats... hum. De la légère entaille qu'il m'avait infligé, je ressentais de petits picotements. Non, c'est juste dans ma tête. Psychologique... et pourtant, doit bien y avoir une raison...

-Tu sais, il parait qu'on peut vous transmettre des maladies vraiment sympa... je crois que sur le marché des plus grands vecteurs de dévastation, on a longtemps eu la première place grâce à... comment ça s'appelle déjà... la peste noire?

Mes yeux s'écarquillèrent lentement, ce qui lui suggérait le doute qui se nichait confortablement dans mon esprit. Nan... là il se fout de moi... enfin je crois... et pourtant, s'il dit vrai...

-Fais pas cette tête, t'as strictement rien du tout haha. Juste qu'il faudra à l'avenir que tu me traite avec plus de respect, compris?
-D'accord, rongeur... t'es sérieux.
-Pas rongeur, utilise mon nom: Siegfried.
-D'accord rong... Siegfried.
-Bien, c'est mieux comme ça... et toi, c'est comment le prêtre?
-Ryosuke... juste Ryosuke, pas de prêtre.
-Moi je t'appellerais comme je veux.

Il se remit à quatre pattes puis, d'un simple bond, grimpa sur mon bras. je pouvais sentir ses petits doigts griffus parcourir ma manche jusqu'à mon épaule... si près de mon cou... s'il me mord...

-Du calme, je vais rien te faire... bon, on va considérer que le marché est conclu: c'est quoi ton problème exactement?
-Je cherche quelqu'un... une amie.
-Ca j'avais compris... il lui est arrivé quoi, elle a disparue d'un coup comme ça? Elle est partie? T'as aucune info ni rien? Pas d'odeur?
-J'en sais strictement rien, elle a disparu du jour au lendemain sans crier gare, mais... comment ça "pas d'odeur"?
-Ben oui, t'as pas de chien? Si tu me procurais un truc qui lui appartient, je pourrais faire des recherches à partir de ça.
-De quoi t'aurais besoin par exemple, rong... Siegfried?
-N'importe quoi, un objet qu'elle utilise souvent, un vêtement, des trucs comme ça quoi. Si tu m'emmenais où elle habite par exemple, y'aurait largement de quoi faire.
-Si tu veux...

Je me dirigeais donc en direction du temple, Siegfried bien installé sur mon épaule droite, en me demandant si je n'étais pas en train de me faire avoir. Bah, des animaux qui parlent, ça passe à la rigueur, vu que les bestioles invoquées peuvent le faire... mais est ce que je ne perdais pas mon temps? D'un autre coté, j'avais enfin un moyen d'avancer dans mes recherches...
Le rongeur s'agita lorsque nous passions à coté d'une ruelle, et me fit signe qu'il voulait que je m'y rende. L'allée étroite était complètement déserte, si l'on exceptait les poubelles déposées négligemment à terre. Enfin, déserte... c'est du moins ce que je pensais.

(Sieg) Hop les gars, arrêtez de vous remplir la bedaine et ramenez vos museaux ici!

Quelques couinements en guise de réponse, ainsi qu'une autre voix. Pourtant, toujours personne.

(?) Qui c'est qui nous cause comme ça? Tu te prends pour qui toi?

En guise de réponse, d'autres couinements émergèrent du vide. En plus, ça s'agitait à l'intérieur du sac poubelle... d'autre bestioles à l'intérieur?

(Rat) Hein quoi? oups, excusez moi Siegfried, je n'avais pas reconnu votre voix. Que pouvons nous pour vous?
(Ryo) Les autres rats te vouvoient?
(Sieg) Suivez nous simplement, je risque d'avoir besoin de vos services les gars. Par contre, vous feriez mieux d'aller vous lavez dans la fontaine à l'autre coin de la rue: on va rendre visite à une demoiselle. Ne vous en faîtes pas, j'ai dominé ce bonhomme là, il ne peut rien contre vous.

Du sac sortirent aussitôt une demie douzaine de rongeurs qui s'alignèrent d'une façon évoquant le garde-à-vous. Comme s'ils obéissaient à Siegfried... moi même, je n'avais pas vraiment aimé la façon dont il avait dit "j'ai dominé ce bonhomme là", mais fallait bien reconnaître que j'avais besoin de lui... sale bête. Dans l'obscurité d'un ciel sans lune, nous poursuivîmes notre chemin après avoir fait une halte afin que ces rongeurs fassent un brin de toilette en chantant sous un jet de la fontaine... enfin, un seul d'entre eux était capable de parler apparemment. Je suis sûr qu'en plein jour ça aurait fait du bruit ça... quoi qu'il en soit, nous arrivâmes au domaine Soma sans rencontrer âme qui vive en cette heure tardive (heureusement d'ailleurs, je me vois mal expliquer à qui que ce soit que je suis accompagné de 7 rats...). Sans perdre un instant (toujours façon de parler, ils ont insisté pour aller jouer dans les jardins), nous nous rendions à sa chambre. Et une fois à l'intérieur... ce fut le carnage.

(Sieg) Les gars, faîtes votre boulot! On cherche des preuves, des indices, des traces, du sang, une lettre de confession du suicidé, l'arme du crime, la drogue de contrebande, tout ce qui peut nous aider à résoudre cette enquête!
(Ryo) Euh... c'est juste retrouver quelqu'un tu sais?
(Sieg) Ca c'est ce que le meurtrier veut que tu croies.
(Ryo) Mais y'a pas de... enfin... nan... quand même pas...

Alors que le rongeur faisait naître la panique en moi, ses congénères s'étaient éparpillés dans la salle bien rangée. Deux d'entre eux s'étaient réfugiés dans le lit, plus pour flemmarder dans le noir et la chaleur qu'autre chose... ou pour s'imprégner de l'odeur... heureusement qu'ils s'étaient lavés, sinon ce serait leur odeur qui imprégnerait la salle. Un autre fouineur se baladait sur les étagères, fourrant son nez un peu partout, tandis que les autres...

(Rat) Yeah, chef, venez voir! J'ai trouvé un truc fabuleux! C'est encore mieux que la cave à vin du Kage!
(Sieg) Vrai? Qu'est ce que c'est?

...les autres avaient réussi à ouvrir un tiroir, et s'étaient enfoncés dedans dans un orchestres de couinements prolongés. Celui qui avait pris la parole émergea, et d'un air victorieux, brandit une fine lingerie féminine qu'il jeta à terre de sa petite patte, avant de retourner se rouler paresseusement dans les autres sous vêtements.

(Sieg) Bien... avec ça, on va pouvoir pister cette fille jusqu'à l'autre bout du Yuukan si on veut... hume moi donc cette odeur Ryo...
(Ryo) Siegfried... t'es mort.
(Sieg) Mais naaan, grâce à ça on va te la retrouver ta copine. Allez les gars, faîtes le ménage, on embarque la pièce à conviction et ce soir on organise une battue avec les autres! Une fois qu'on en aura fini avec ça, nous irons festoyer des meilleurs mets fromagés dans les cuisines des Korove. Le grand Siegfried est généreux dans la victoire, qu'on se le dise bwahaha...
(Ryo) Euh...

Bon, on reprend dans l'ordre: "les autres", ça veut dire qu'ils sont nombreux... "les cuisines des Korove", c'est pas une surprise. "Le grand Siegfried" par contre... nan, je ne veux pas savoir.

(Sieg) Prêtre, on se retrouve devant ce temple demain soir: je viendrais te chercher avec les informations que tu désire. Repose toi bien d'ici là!
(Ryo) ..................


Dernière édition par Ryosuke le 9/4/2008, 23:39, édité 1 fois

Ryosuke
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2308
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Ryosuke le 9/4/2008, 22:59

Le lendemain, même heure même endroit, je retrouvais Siegfried, l'esprit embrumé par une horde de questions et de craintes mêlées ensemble dans un résultat parfaitement chaotique. Il était accompagné d'un autre rat, apparement incapable de parler autrement que par couinements. Siegfried me fit savoir qu'ils l'avaient retrouvée... un endroit hors du village, presque inhabité et vraiment pas normal. Une sorte de caverne aménagée... je ne dis pas un mot pendant tout le trajet, l'esprit tourné vers les plus sombres pronostics. Je sortis du village sans aucun problème, loué soit mon grade. Nous nous dirigions là bas à pleine vitesse, ces rats pouvant se déplacer aussi vite que moi. Nous nous séparâmes dans des adieux emplis d'émotions, aux protagonistes larmoyants:

(Sieg) Nous y voilà le prêtre... fais ton boulot, et souviens toi que tu n'as pas le droit de mourrir.
(Ryo) Mouais... que d'attention...
(Sieg) Un jour, je viendrais te chercher pour que tu fasses ton boulot... si tu veux me recontacter, il te suffira de dire mon nom à un des miens... et d'espérer qu'il fasse partie de mes contact, sans quoi ce sera en vain. Eh, reviens!!

Trop tard rongeur, j'étais déjà parti... et m'enfonçais dans la grotte. Long couloir délabré, des torches éclairant le chemin à intervalles réguliers... quelques couloirs à gauche et à droite qui aboutissaient à des impasses... je m'enfonçais dans le tunnel qui ressemblait plus à un vieux complexe abandonné.Bon, voilà encore autre chose... un mur s'était formé derrière moi. Apparemment le locataire ne voulait pas que je rentre... et maintenant?

(?) Evidemment, le chienchien se ramène... encore qu'il a du se perdre en route pour arriver aussi tardivement.
(Ryo) Euh... ouais. Qu'est ce que c'est ici?
-Tu m'as oublié? Ce n'est pas très correct... la dernière fois, je t'ai pourtant envoyé droit à l'hosto...

Voyons voir... veste de kimono de combat blanche... pantalon bleu, fait d'un tissu léger... nan, ce type ne me disait vraiment rien.

-Trouve autre chose pour te distinguer, ça m'est arrivé trop souvent ça...
-Bien... si je te tue, ça suffirait tu crois?

Droit au but hein? Si c'est ce qu'il désire... je me mis en posture défensive, histoire de l'inciter à se rapprocher. Plus je le verrais évoluer, plus ses chances diminueraient.

(Ryo) Me tuer? Correct, ça devrait suffire... mais j'aurais quelques questions à te poser après. Je crois que toute cette histoire m'échappe complètement...
-Puisque c'est comme ça... j'ai déjà gagné une fois, je t'aurais la seconde!

Idiot... qui que tu sois, même si tu m'as battu, ça veut rien dire. Au contraire, ça va me permettre de voir si je suis moins mauvais qu'avant...
Effectivement, ça se présentait plutôt bien pour moi. Il avait aussitôt foncé sur moi pour tenter de me découper avec une lame dans chaque main, dans un style proche de celui de Dragonight.... en beaucoup moins bon et uniquement offensif. J'esquivais tout ses coups ou les déviais de mes mains, les laissant me frôler. Pour l'instant, je l'observais simplement. Ce type me laissait des ouvertures béantes pour attaquer. En contrepartie, il cognait comme un sourd avec ses deux armes, et comme il ne se préoccupait pas de sa sécurité, c'était très dangereux même s'il était vraiment médiocre avec ces armes. En fait, c'était plus un inconvénient qu'un avantage pour moi... plus quelqu'un est bon dans un domaine, plus il est facile de deviner ce qu'il va faire. Ce qui est parfait est prévisible...

-T'esquives bien... vraiment très rapide...
-En effet... si rapide que je suis déjà derrière toi.

J'utilisai mon jutsu de camouflage et créai simultanément une image de moi même dans son dos, faisant mine de le provoquer. Il se retourna aussitôt et trancha mon mirage... avant de hurler de douleur lorsque je lui retournais le bras dans un sinistre craquement. Si facile...

(Ryo) Voyons voir tes possibilités actuelles... avec un bras dans cet état, tu n'es plus en mesure de t'en servir. Rien que de le garder immobile te fais mal... tu te vois manier un sabre ou composer les signes d'un jutsu?
-CREVE!

Quel abruti... il se jetait sur moi pour tenter de m'avoir avec son deuxième sabre. Je fermais les yeux pour utiliser un genjutsu, Bakudan'Akari, causant une brève explosion lumineuse afin de le perturber. Il y avait assisté à bout portant et était donc complètement aveuglé pour une poignée de secondes... j'eus largement le temps de lui asséner un coup de pied dans la rotule gauche, pas d'une force élevée mais placé de manière à lui déboiter l'articulation. Une jambe en moins, un bras de moins. Ce type était désormais hors course et se tordait de douleur sur le sol.

(Ryo) Bon, je crois bien que c'est fini là non? Finalement tu n'auras pas pu me tuer...
-.......
-Je vais te laisser mijoter un moment... où est elle?

Il n'était vraiment pas malin... et s'obstinait à garder le silence, ou tout du moins à grommeller des paroles incompréhensibles... comme si je n'avais que ça à faire. Pour bien lui faire comprendre que je n'avais pas que ça à faire, je shootais mollement à plusieurs reprises dans son genou handicapé...

-Poursuis au fond...

Voilà, ce n'était pas bien difficile après tout... quand à savoir comment sortir d'ici maintenant que l'entrée était verrouillée... bah, je n'aurais qu'à m'arranger avec l'autre bonhomme. Ce que j'ignorais, ou plutôt avais oublié, c'est que ce bonhomme avait des capacités héréditaires... les membres de sa famille, en plus d'être tournés vers le ninjutsu médical, avaient la possibilité de manipuler leur masse osseuse à volonté. Vous ne serez donc pas aussi surpris que moi lorsque vous apprendrez qu'il avait réparé son squelette et qu'il n'était vraiment pas content. Seul un réflexe fulgurant me sauva d'une mort par empalement... et j'étais surpris par ma propre réactivité.

-Pas encore fini... le prêtre.
-Vous vous êtes passés le mot?

Comme seule réponse, une salve de javelines à base d'os. Etrange comme je me rappelais de ce type à présent. Je l'avais juste vu une fois, planté à courtiser Tyrande et surtout au beau milieu d'un endroit sacré pour mon clan où il n'avait strictement rien à faire. Et il avait pas aimé que je le lui fasse comprendre... et maintenant, il enlevait les filles juste pour me faire venir? Bizarre ce type... Mais bizarre ou pas, ça ne l'empêchait pas d'être vraiment dangereux: il avait compris que je ne l'attaquerais que de près et avait recouvert son corps d'une couche d'os. Le tout très léger si l'on considérait les acrobaties qu'il effectuait pendant notre combat, et très solide si j'en jugeais à la douleur que ressentis en lui assénant un coup de pied dans les cotes. Tout en renforçant mon corps au chakra pour compenser la fatigue qui montait progressivement, j'occupais la moitié de mon esprit à finir de l'étudier et pouvoir prévoir ses prochains mouvements (nous étions désormais au corps à corps), l'autre cherchant une solution pour en finir.

Mais c'était vraiment pas gagné... les rares fois où j'arrivais à le blesser à l'aide de luxations, de blocages et de prises, il se soignait aussitôt et revenait comme si de rien n'était. Je pouvais bien utiliser un genjutsu pour le perturber et me laisser le temps de prendre l'offensive, mais s'il se soignait aussitôt ça ne rimait à rien d'autre qu'une perte de chakra pour moi...

Erreur, pour nous deux. Ce combat risquait surtout de finir par la défaite du premier à cour de chakra. Et là, j'étais avantagé... à moins qu'il ne soit vraiment monstrueux. Et ça, j'avais sur le coup pas mal de raisons de le penser. Eh bien, je n'avais qu'à l'obliger à se délester de son chakra... la première chose qui me vint à l'esprit fut les illusions.

(Ryo) D'accord, à ce rythme tu vas gagner... on va donc passer au genjutsu. J'espère que t'es bon pour dissiper les illusions mentales, parce que tu es maintenant... aveugle.

Le noir envahit progressivement le champ de vision de mon adversaire tandis que je lui parlais, et le résultat fut assez amusant à observer. Je restais éloigné de lui sans plus faire le moindre mouvement pouvant révéler ma présence, et l'entendis ricaner d'un air dédaigneux avec d'utiliser un Kai. Technique qu'il réitéra à deux reprises sans obtenir aucun résultat. J'employais alors un autre genjutsu pour faire surgir ma voix dans son dos et le destabiliser encore un peu plus.

(Ryo) Laisse tomber... ce genjutsu est si puissant que tu ne pourras pas t'en défaire, quelque soit la quantité de chakra que tu emploieras...

Tout en m'injuriant chaudement, il fit volte face et l'air siffla sous les coups furieux de ses lames d'os. Il attendit encore un instant, pestant contre moi, puis son ricanement se fit à nouveau entendre. Je cru un moment qu'il avait trouvé la faille, mais fus surpris d'entendre sa respiration devenir saccadée avant de se calmer une trentaine de secondes plus tard.

-Je comprends mieux maintenant... Kai!
(Ryo, plutôt amusé) C'est... du sang? Tu t'es carrément blessé pour ça?

Victime de la désinformation... je lui avais annoncé genjutsu mental, il avait répliqué par Kai intérieur... à trois reprises. En vérité, j'avais utilisé une illusion sur le décor, déjà très peu éclairé... cela, il ne l'avait compris qu'en se blessant la jambe, si j'en croyais les tâches de sang visible sur ses vêtements. Et il s'était guéri à nouveau... moyennant une bonne perte de chakra.

-Ordure... tu te fous de ma gueule hein? Ame Hone No Jutsu!

Une multitude de pics osseux fusèrent de toutes parts de son corps et restèrent à léviter tout autour de lui. Chacun de ces pics étaient des projectiles potentiellement mortels s'ils me touchaient un point vital... et je n'avais que modérément envie de finir comme la dernière fois en pelote d'épingle. Trop nombreux pour les éviter bien longtemps ou leur échapper, aucun élément avec lequel permuter dans le coin... seule solution présente à mon esprit: les bloquer. Mais ça non plus je ne le pouvais pas... avant que je trouve une parade, les projectiles me plongèrent dessus et je dus me servir de toute mon agilité pour leur échapper (ça veut dire sauter dans tous les sens, courir au plafond et sur les murs, et me tordre dans des acrobaties pas possibles). Au passage, je remarquais que mon adversaire restait immobile à garder son symbole des doigts... donc l'attaquer mettrait fin à ce jutsu? Ca pouvait valoir le coup... je me frayais un chemin vers lui à travers l'essaim de javelines volantes, dont une demie douzaine me transperça le dos et le bras gauche. Réprimant la douleur au recours d'un genjutsu anesthésiant, j'étais presque sur lui, près à cogner...

-Kage Bunsin

... et finis ma course en m'écrasant de manière fort peu élégante sur un mur, alors que mon adversaire qui était désormais deux m'avaient chacun évité d'un saut périlleux, l'un à gauche l'autre à droite. Pourtant, je ne pouvais m'empêcher de penser qe cette technique avait radicalement diminué ses réserves de chakra... je me rapprochais de la fin, mais encore fallait-il que je tienne jusque là. Et la suite ne me fit pas plaisir du tout.

-Raiton: Dengeki no Jutsu!

Deux boules de foudre m'atteignirent en même temps, et c'était vraiment pas agréable même si elles n'étaient pas assez intenses pour me brûler sévèrement. Le temps que mon cerveau redémarre, les deux autres préparaient une autre salve que j'évitais cette fois ci. J'enjambais une des javelines de tout à l'heure qui gisaient maintenant à terre, inertes, et devins invisible, laissant un double de moi même écroulé au sol. Cette fois ci, ils mirent une dose conséquente de chakra dans leurs jutsus respectifs et le sol vola en éclat. J'en profitais pour arriver dans le dos des deux types, sachant qu'il suffisait d'un simple coup de poing un tant soit peu renforcé au chakra pour pulvériser le clone. Dommage pour moi, les deux étaient recouverts d'une carapace de calcium, donc ça marcherait pas. Temps pour moi d'expérimenter un nouveau jouet, durcir le chakra.

Je concentrais une forte quantité de chakra dans mon index afin de le renforcer au maximum. j'avais déjà remarqué pendant les entrainements que quand je concentrais suffisement de chakra sur une zone, cette dernière devenait solide. A ce moment, j'ignorais que ce que je faisais découlait de ce que les Hyuugas appelaient "zetsu". Quoi qu'il en soit, mon doigt était devenu aussi perçant qu'une aiguille et extrêmement résistant, et je réussis à enfoncer la première phalange dans la chair de mon adversaire. C'était le clone, qui partit en fumée. J'avais perdu pas mal de chakra rien que pour ça d'ailleurs.
Le vrai avait eu le temps de réagir et je fus contraint de parer son coup et d'encaisser le choc. Le manque de chakra commençait à se faire sentir de son coté, il transpirait déjà bien et la fatigue ne ferait qu'empirer... son armure devait être gourmande elle aussi. J'étais largement avantagé sur ce point là... restait à tenir encore deux minutes grand max. Une autre explosion lumineuse me permit de gagner suffisement de temps pour lui faire une balayette et de créer des fils de chakra à même sa carapace en posant mes doigts sur les points d'accroche, que j'allongeais jusqu'à les déposer sur un mur. Le temps qu'il les tranche tous, j'avais créé dix autre points d'attache un peu partout, les murs, le sol, le plafond, chacun reliés à un de mes doigts. Nous poursuivîmes le combat au corps à corps, lui utilisant ses lames d'os que j'avais désormais bien plus de mal à éviter sous l'effet de la fatigue, moi tissant progressivement une toile de chakra qui l'entravait de plus en plus.

Après une vingtaine de coups de sa part, dont le quart avait touché, je me rendis compte que ce que je faisais ne servait en fait à rien. Fils vraiment pas assez résistants... ils se brisaient tous au fur et à mesure. Puis une autre entaille sur mon bras droit, bien plus sévère celle là. J'évitais de justesse un dernier coup d'épée avant de déguster un magnifique coup de pied dans la face et de m'écrouler. Je n'avais même pas employé le tiers de mon chakra et j'étais mort...


Dernière édition par Ryosuke le 9/4/2008, 23:37, édité 1 fois

Ryosuke
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2308
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Ryosuke le 9/4/2008, 22:59

En effet, cet abruti qui avait un lien avec la disparition de Tyrande poussa une dernière fois son petit ricanement lorsqu'une quinzaine de ses projectiles s'enfoncèrent enfin profondément sur tout le corps de son adversaire. Il resta méfiant un bon moment, mais la vue du corps inerte et du sang qui coulait sur le sol le rassurèrent.

(Ryo) Ok, tu m'as tué. Maintenant j'essaierais de me souvenir de toi... heureux?

Il ne comprit tout de suite ce qu'il s'était passé... seule l'utilisation d'un autre Kai lui permit de comprendre ce qu'il en était. Je suis pas mauvais du tout en genjutsu, mais je suis vraiment très lent pour saboter les flux de chakra de mes cibles, en plus de ne pas du tout y arriver à distance. Cependant, j'ai pu remarquer pendant les entrainements de Mia que si je crée un lien entre mon adversaire et moi (un fil de chakra par exemple), je peux le faire à distance. Enfin, j'ai pu remarquer... c'est plutôt elle qui me l'a appris. Mais pour le moment, je ne pouvais transmettre que des genjutsu de très faible niveau avec ce procédé.

-Tu n'est pas le seul capable de faire des surprises.

Du plafond jaillit aussitôt une stalactite de calcium, qui s'effondra sur ce qui s'avéra être un autre mirage... surprenant n'est-ce pas? Fermement décidé à gagner le plus de temps possible afin de préparer la dernière possibilité qu'il me restait en stock, je créais négligemment plein d'illusions de zones, faisant apparaître au décor tout ce qu'il me passa dans l'esprit... mon adversaire fut donc tour à tour confronté à:

-Une araignée géante, qui ressemblait fortement à celle de la forêt de Mahou que...
-Mayura Hitsugochi, un ancien coéquipier avait fait fondre en urinant dessus. Il fallait également savoir que Mayura avait pour ancètre...
-Un Yéti Noir... ce qui était sensé expliquer son penchant pour la viande humaine. Au Yéti noir j'associais ensuite...
-Le Babouin Orange, également connu dans ce village sous le nom de NarutoRudy, ou surnom de NR pour les flemmards. NR était un de mes coéquipiers récurrents, au même titre que...
-Dragonight, l'enturbanné pervers désormais vêtu convenablement. Il me semblait d'ailleurs avoir déjà vu...
-http://www.dreamparadox.net/forum/download/file.php?avatar=65_1194986770.jpg
Ceci
dans un de ses bouquins... choses horrible n'est-ce pas?

Je créais des illusions aussi vite que mon adversaire les détruisait, ce qui faisait que l'on avançait pas vraiment. Mais elles me permettaient de rester camouflé dans la confusion. Ce duel grotesque s'acheva sur la vision d'une vingtaine de petits Makaya courant dans tous les sens et s'écriant " IARWAIN BURN IN HELL HERETIQUE!", des tentacules émergeant ça et là de leurs touffes. Ce dernier genjutsu de zone était particulièrement chargé de chakra et donc résistant, et l'autre type était contraint de les pourchasser et de les éliminer un à un. J'avais chargé suffisement de chakra dans mes deux bras... presque tout. Un puissant halo d'un bleu particulièrement pale les entourait...

(Ryo) On va faire une petite expérience... à quel point vais-je te démolir?
-Tu te prends de haut désormais...
-A toi de venir vérifier si j'ai raison.

Un grand katana d'os surgit de ses mains, et c'est en le brandissant qu'il me fonçait dessus. D'un simple coup de poing, je le fis voler en éclat. Trois autres employés à pleine puissance parvinrent à réduire la carapace en miette, son corps subissant également de lourds dommages tandis qu'il s'écroulait au sol. Je le relevais et le plaqua au mur, avant d'entreprendre de le démonter méthodiquement, tous les os y passant les uns après les autres. D'abord les bras, qui pendaient maintenant en très piteux état le long de son corps, sans qu'on puisse distinguer l'envers de l'endroit. Ensuite le torse et la tête... cette dernière étant pulvérisée dès le premier coup..... c'est fragile ces bébêtes là...

A ce moment là, je compris que je venais de faire la plus grosse connerie qu'un membre du clan Soma pouvait envisager de faire dans sa vie... au yeux de mon clan, de jeune ascète irréprochable, j'étais passé blasphémateur ayant commis le pire sacrilège, et accessoirement à neutraliser au plus vite... ou à éliminer.

Ryosuke
Combattant Expert
Combattant Expert

Messages : 2308
Date d'inscription : 10/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Takeshi Hameki le 12/4/2008, 02:32

Takeshi ce leva en s’étirant de son lit le réveil était entrain de marquer 7 heure du matin il avait décidé
de s’entraîner et de créer et travaillé, avec l’aide de son père , de nouvelle
technique en l’approche de l’examen Chuunin numéro 4 . A 7 : 15 il prit un
excellent petit-déjeuner avec des crêpes et des toasts avec de la confiture de
framboise . Apres ce petit-déjeuner copieux Takeshi se prépara pour l’entraînement
il prit : Kunai , Shuriken , gants , parchemin , poche … Il s’habilla
rapidement puis sorti de la petite maison familiale pour aller dans un terrain
vague qui se trouvait près de chez lui . Arrivé las bas il commença a malaxer
son chakra en se relaxant , après il s’entraîna au Taijutsu en faisant des
pompes avec un seul doigt . Il continua ainsi durant une heure jusqu'à ce que
son père arrive et pose un parchemin sur le sol :



-
Bonjour Takeshi ^^ Aujourd’hui je vais t’apprendre une
technique .



-
Oooh . Une
nouvelle technique je me demande la quelle ça sera. Oula je suis trop excité .



-
Du calme ^^’ Donc la première technique que je t’apprendrais
c’est le Kuchiyose No jutsu , une technique ou tu invoque un animal .



-
Waaah ! Suuuuper ! Que faut-il faire ?



-
La première des choses tu dois choisir l’animal que tu
veux invoquer en écrivant ton nom avec ton sang dans ce parchemin que j'ai apporté expres pour toi . Il t'apprendra a invoquer des aigles .




Et après 5 minutes de réflexion il saigna son pouce en le mordillant et il ecrit son nom dans le parchemin de l’aigle . Son père sourie puis coupa a son tour son pouce et
rapidement il effectua 4 signes puis posa sa main sur le sol et fit apparaître ,
au grand émerveillement de Takeshi , un Aigle de la même taille que lui .
Takeshi se concentra sur les mouvements de son père :



-
Tigre,Chien , Sanglier , Buffle . KUCHIYOSE NO JUTSU !





Puis … au lieux d’un aigle ,attendue
par tout le monde , cet un œuf qui fit son apparition . Quand le ninja de Mahou
regarda sa technique il s’effondra par terre . IL ne savait pas pourquoi ça n’avait
pas marcher . Il ressaya cette fois en concentrant plus son chakra mais on
revis un œuf mais cette fois il avais des pattes qui sortait de l’œuf en
courant et sautant partout . Fatigué il prit une pause au bains publiques ou il
prit un long et magnifique bain qui l’avait fortement réconforté , surtout que
dans les bains il avait un trou qui laissait voir les bains des femmes et cela était
un spectacle incroyable ( xD) . Apres s’être si bien reposé il reprit l’entraînement
et cette fois ci bien déterminé :



-
Tigre , Chien , Sanglier , Buffle . KUCHIYOSE NO JUTSU !



Aprés cela il réussi a faire apparaître
un aigle de taille suffisament grande pour monter sur son bras et voler prés de lui . Plus
tard il appris a invoquer des aige plus petits capables de se cacher sous les doigts de l main de Takeshi . Alors il souri a son père et décida d’appeler l’aigle de taille moyenne :
Waashi-Shuudan .Son père lui expliqua qu’il avait des invocations bien plus grandes que
ceux la mais que a son niveau cela était plus que suffisant . Takeshi est reparti
chez lui et parti directement se coucher tombant comme un feuille morte sur son
lit , trés trés fatigué .


Dernière édition par Takeshi Hameki le 12/4/2008, 14:27, édité 1 fois
avatar
Takeshi Hameki
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 49
Date d'inscription : 08/04/2008
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Kentaro le 13/4/2008, 11:59

____Kentaro sortait enfin de l’hôpital. Sa journée était finie et il avait enfin un peu de temps libre pour lui. Il s’engagea dans le dédale de ruelle de Mahou, direction la librairie. Il avait commandé un nouveau livre « Symptômes et Thérapies des maladies liés aux dégénérescences musculaires » et avais promis de venir le prendre aux alentours de six heures, ce qui lui laissait encore un peu de temps avant d’aller voir le libraire.
____Alors qu’il flânait tranquillement, perdu dans ses pensés, une ombre le dépassa à toutes vitesses, s’arrêtant à une dizaine de mètres de lui. C’était un adolescent d’à peine quinze ans, vêtu de couleurs sombres, les yeux bleus et les cheveux noirs, en bataille. Il arborait fièrement le bandeau de Mahou sur son front.

??? : « T’as vu ? T’as vu ? Je suis sorti !
Kentaro : _ T’es qui toi ? Puis qu’est-ce que tu m’veux ?
??? : _ … Tu me reconnais pas ?
Kentaro : _ Une tronche de cake comme ça, ça ne s’oublie pas facilement, j’le saurai si je t’avais déjà vu !
??? : _ La camisole de force et les sangles de cuirs ?
Kentaro : _ T’es un échappé de l’asile ?
??? : _ Nan mais je rêve ! Tu m’as torturé hier et tu ne t’en souviens même plus ?!
Kentaro : _ Ben… Non.
??? : _ Le patient récalcitrant de la chambre 319 ! La blessure dans le dos ! La tentative d’escapade ! C’est moi !
Kentaro : _ Le patient récalcitrant de… Nan, ça me dit absolument rien. Bon, allez, aboule les papiers !
??? : _ Hein ? Quels papiers ?
Kentaro : _ Si t’es un patient de l’hôpital, ‘te faut une autorisation de sortie pour le quitter. T’as trois secondes pour me la montrer, après je te ramène manu militari à l’hôpital !
??? : _ Mais c’est ce que j’essaye de t’expliquer depuis tout à l’heure ! Je me suis enfui ! T’es sangles et ta foutue camisole ne peuvent avoir raison d’un shinobi de mon talent !
Kentaro : _ Ah ouais… Te briser une jambe ou te casser le dos sont les seules options qu’il me reste, alors.
??? : _ T’es sérieux ?
Kentaro : _ Puisqu’il n’y a que ça pour t’obliger à garder le lit.
??? : _ Je ne me laisserai pas faire ! »

____Le jeune shinobi chargea Kentaro à pleine vitesse. Celui-ci fléchit sur ses jambes, prêt à réceptionner son patient, mais fut feinté par son adversaire et se mangea un direct du droit en pleine tronche. Kentaro riposta par une rafale de coup de poing que son adversaire parvint à esquiver. Le jeune shinobi profita de ses mouvements d’esquives pour modifier son style de combat et commença à enchaîner les coups de pieds, forçant Kentaro à se placer sur la défensive et à reculer. Dans le même temps, il composa les signes d’un jutsu puis appuya sa paume droite sur le torse du médecin avec un sourire victorieux.

??? : « Fûton, tsûretsu na toppû (« Bourrasque cinglante ») »

____Une violente rafale de vents tourbillonnants pris naissance au bout de la main du shinobi et repoussa brusquement Kentaro, l’envoyant se fracasser contre un mur proche. Le médecin s’arracha des décombres en titubant puis s’effondra en arrière, visiblement inconscient.

??? : « Pfff… Minable, c’est facile de s’en prendre en traître à des victimes vulnérables ! Mais face à un vrai shinobi, tu ne peux rien ! T’as de la chance que je sois d’humeur magnanime ! J’te laisse ! »

____Dans une brusque accélération, le jeune genin repartit aussi vite qu’il était arrivé. Kentaro ouvrit les yeux et se releva, époussetant ses vêtements.

Kentaro : « Miyoshi Fukiareru… Genin depuis trois mois, accepté à l’hôpital il y a quatre jours pour une entaille de profondeur moyenne faites au sabre au cours d’un entraînement dans la clairière 24, au Nord. Installé en chambre 319. A tenté de s’échapper hier, sans succès. Affinité : fûton. Arme de prédilection : pieds et poings. Habite à deux pâtés de maison du QG, en direction de l’ouest. S’entraîne sous la tutelle de Katagiri-senseï, actuellement en mission, ce qui lui laisse les coudées franches … Je n’oublie pas aussi vite que ça un patient. Ahlala… cet idiot a failli me mettre en retard pour mon rendez-vous chez le libraire. Bon, je vais chercher mon bouquin et je le ramène à la maison, puis je m’occupe de mon patient. ‘Vais lui apprendre à me balancer dans un mur ! … Ah zut, non, foutu serment ! … En même temps, papa n’en saura rien, non ? Ouais, mais il a une tronche à aller cafarder, c’t abruti ! … Ok, je le ramène « en douceur » à l’hôpital. »

____Un sourire sadique vint flotter sur les lèvres de Kentaro alors qu’il se dépêchait de se rendre chez le libraire.
____Vingt minutes plus tard, il s’approchait furtivement du terrain d’entraînement de son patient en cavale. Ce dernier s’exerçait au maniement du katana avec son partenaire, un gamin du même âge, vêtu de la même façon, aux cheveux courts et blonds. Kentaro se décida attendre patiemment que l’entraînement prenne fin pour tomber sur Miyoshi lorsqu’il serait seul, espérant qu’aucun des deux idiots ne se blesse à force d’agiter leurs sabres dans tous les sens et supportant stoïquement leurs discussions sans intérêt. Ou presque…

Blondinet : « T’en as mis, quand même, du temps à revenir ! J’ai cru que t’allais rester à paresser comme une feignasse à l’hôpital.
Miyoshi : _ J’aurais bien voulu partir plutôt, mais y’a un sadique qui m’a forcé à rester…

Sadique ? !

Blondinet : _ Sont vraiment nazes, à l’hôpital ! Il devrait savoir qu’on est plus résistants que la moyenne.

Naze ?!

Miyoshi : _ En plus, je suis tombé sur un dingue qui m’a pris en traître et m’a enchaîné à mon lit…

Dingue ?!

Miyoshi : … Mais je lui ai donné une bonne leçon en sortant ! Après tout, c’est un shinobi-médecin ! Il nous arrive pas à la chevil… *VLAN* Aïïeuuuh ! »

____Kentaro n’avait pas pu supporter plus longtemps les dires des deux genins et avait balancé sa trousse de dissection à la tronche de Miyoshi.

Kentaro : « Ok, les deux nuls, j’vais vous montrer si je vous arrive pas à la cheville !!
Miyoshi : _ Ta correction de tout à l’heure t’a pas suffi ?
Kentaro : _ Tu plaisantes ? ça m’a à peine chatouiller ! Maintenant, je te ramène à l’hôpital ! Et toi, le blondinet, si tu veux pas non plus avoir à y aller, tu t’excuses tout de suite et tu te barres !
Blondinet : _ Toi, grande gueule, t’as besoin d’une bonne leçon !
Kentaro : _ Et toi, d’un chirurgien esthétique quand j’en aurai fini !
Miyoshi : _ T’as même pas été foutu de me toucher une seule fois, tout à l’heure, qu’est-ce que t’espère, maintenant, à deux contre un ?
Kentaro : _ Pas besoin d’être shinobi pour botter le cul de deux merdeux comme vous ! Finissons-en maintenant ! »

____Kentaro se jeta sur les deux genins sans plus s’inquiéter de leurs katanas. Blondinet tenta un coup d’estoc que Kentaro esquiva en se décalant sur le côté et Miyoshi en profita pour placer une vicieuse attaque de flanc qui arracha une bonne partie de la veste du médecin, sans entailler la chair. Kentaro pivota, faucha une jambe au passage, tout en sortant une seringue et la plantant dans la cuisse du genin encore debout. Blondinet s’effondra instantanément.

Kentaro : « Ah merde ! C’est pas le bon…
Miyoshi : _ Qu’est-ce que tu lui as fait ?!
Kentaro : _ Une bonne dose d’un puissant calmant… ‘Va pas se relever de sitôt, lui.
Miyoshi : _ Mais c’est un truc déloyal, ça !
Kentaro : _ Et alors ? On est pas des samouraïs, non plus ! Le hic, c’est que pour toi, j’ai plus rien en stock… Soit tu me suis de ton plein gré, soit je te cogne. Alors ?
Miyoshi : _ Devine… Fûton, tsûretsu na toppû (« Bourrasque cinglante ») »

____Kentaro se mangea à nouveau une puissante rafale de vent qui le projeta plusieurs mètres en arrière.

Kentaro : « ‘Tain ! Là, ça va chier ! C’est à la morgue que je vais t’amener, oui ! »

____Le jeune médecin se releva, complètement hors de lui et chargea aveuglément Miyoshi. Le genin arma une puissante attaque mais le bras de Kentaro jaillit et bloqua le poignet avant de lui administrer un bon coup de boule dans la figure. Miyoshi recula en chancelant, feinta puis se fendit pour planter son sabre dans le torse de son assaillant. Kentaro se décala sur le côté, saisissant une fois de plus le poignet de son adversaire, le tordit pour orienter la paume vers le ciel et pivota avant d’abattre brusquement le bras sur son épaule, brisant net le coude de Miyoshi.

Kentaro : « Bravo… T’en avais pour quelques jours de convalescence, maintenant ça va être un bon mois. Et je te parle même pas de la rééducation. T’es content de toi, j’espère ?
Miyoshi : _ Je ne suis pas encore battu !
Kentaro : _ Si. »

____Le médecin recula, administrant un puissant coup de coude dans le plexus solaire de son adversaire, lui coupant la respiration. Puis il tournoya sur lui-même et abattit sa main en couperet sur la nuque de Miyoshi, lui faisant perdre conscience.

Kentaro : « Voilà, voilà… Et maintenant, comment je ramène ces deux zigotos à l’hôpital. »

____Perdu dans ses pensées, Kentaro n’entendit pas une troisième personne arriver. Elle portait une large robe noire et une sacoche de cuir en bandoulière. Elle avait les cheveux d’un noir de jais et la peau assez claire. Et elle ne paraissait pas avoir plus de la trentaine. Pourtant, aussi dissemblable qu’elle était de Kentaro, cette personne n’était autre que sa mère, Shizuyo Satokira.

Shizuyo : « Tu as besoin d’un coup de main, peut-être ?
Kentaro : _ Maman ?! Qu’est-ce que tu fais là ? ça fait combien de temps que t’es dans le coin ?
Shizuyo : _ J’étais en train de cueillir des herbes médicinales et je passais dans le coin. Joli coup de tête, ma foi.
Kentaro : _ Bah, il l’avait bien cherché ! Quand on me cherche, on me trouve !
Shizuyon , secouant tristement la tête : _ Kentaro, Kentaro… Tu te souviens de ton dix-huitième anniversaire ?
Kentaro : _ Pas trop mal, ouais, pourquoi ?
Shizuyo : _ Tu te souviens du soir de ton anniversaire ?
Kentaro : _ Ouais, t’avais invité toute ta famille de Gensou, y’avais même des tas de gens que je connaissais pas.
Shizuyo : _ De la soirée, plus précisément.
Kentaro : _ Y’avait un super repas et j’ai passé tout mon temps à faire le con avec les cousins gensouards.
Shizuyo : _ Et après le repas ?
Kentaro : _ Ah oui, y’avais les cadeaux ! C’était génial !
Shizuyo : _ Alors après les cadeaux ?
Kentaro : _ On est tous aller se coucher.
Shizuyo : _ Après les cadeaux et avant d’aller te coucher.
Kentaro : _ Nan, je vois pas…
Shizuyo : _ Vraiment ?
Kentaro : _ J’ai comme un trou de mémoire.
Shizuyo : _ Tu veux que ton père t’aide à t’en rappeler ?
Kentaro : _ Nan, ça va aller. Je me souviens parfaitement…
Shizuyo : _ Bien, alors fais moi part de ton extraordinaire mémoire.
Kentaro : _ Je suis sûr que tu t’en souviens aussi parfaitement, pas vrai ? Bon, on y va ?
Shizuyo : _ J’insiste.
Kentaro : _ J’ai injecté un poison virulent au blondinet… Si on ne se dépêche pas…
Shizuyo : _ Je m’en occuperai lorsqu’il agonisera.
Kentaro : _ C’est bon, c’est bon… Dans la nuit, papa m’a fait prêté le serment des Satokira. On peut s’arrêter là, dans l’introspection ?
Shizuyo : _ Pas avant que tu ne m’ais rappelé en quoi consiste ce serment.
Kentaro : _ Je ne dois pas faire de mal à quiconque, en gros.
Shizuyo : _ Biiieen… Et qu’est-ce que tu as fait à ces deux genins ?
Kentaro : _ Hé ! Le blondinet a rien senti !
Shizuyo : _ …
Kentaro : _ D’accord, j’ai prêté serment, j’aurai pas du les fritter, c’est mal, je recommencerai plus. Promis juré ! Heu… Tu vas pas en parler à papa, hein ? S’il te plaît ?
Shizuyo : _ Peut-être que non, peut-être que si. D’abord on s’occupe de tes deux victimes, ensuite j’aviserai. »

____Shizuyo s’approcha du blondinet, retira la seringue encore planté dans la cuisse, l’examina un instant puis farfouilla dans sa sacoche et en ressortit une petite fiole qu’elle fit boire au pauvre genin. Pendant ce temps, Kentaro s’était occupé de fixer des attelles au bras de sa seconde victime et le chargea sur son dos.

Shizuyo : « Moi aussi, après avoir prêté le serment, il m’a fallu plusieurs mois pour parvenir à le respecter à la lettre. Tu dois tenir ça de moi, donc je ne dirai rien à ton père pour cette fois-ci. Par contre, je veux que tu me promettes de faire de sérieux efforts pour te contrôler.
Kentaro : _ Ouais, je vais essayer…
Shizuyo : _ Pardon ?
Kentaro : _ J’ai dit, « ouais, je vais y arriver ».
Shizuyo : _ J’aime mieux ça. »

____Le blondinet fut secoué d’un spasme puis ouvrit lentement les yeux. Avec des gestes imprécis et l’aide de Shizuyo, il parvint à se remettre debout.

Shizuyo : « Je raccompagne ce jeune homme chez lui. Ramène ton patient à l’hôpital. Et sache que je vais demander à ce que tu sois son médecin attitré pour toute sa convalescence, y compris la rééducation.
Kentaro : _ Quoi ?!
Shizuyo : _ Il ne fallait pas l’endommager aveuglément.
Kentaro : _ Ou alors en finir pour de bon.
Shizuyo , regard assassin en direction de son fils : _ Plaît-il ?
Kentaro : _ C’est bon, je rigolais, je vais pas le faire non plus !
Shizuyo : _ Avec toi, je m’attends au pire…
Kentaro : _ Merci, c’est gentil… »
avatar
Kentaro
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 2047
Date d'inscription : 14/03/2008
Localisation : Muahaha !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Takeshi Hameki le 14/4/2008, 18:19

Takeshi avait réussi a invoquer des aigles le dernier jour d’entraînement mais en vue de l’examen qui s’approche a grand pas il devait s’entraîner beaucoup plus dur et il décida de apprendre une technique qui lui permettrai d’attaquer a longue distance . Il parti dans le petit terrain vague ou il s’entraîne et il y plaça des épouvantails et quelques sacs de farine rempli avec des pierres pour arriver a un poids humain oscillant les 80 kilos . Il savait dors et déjà que sa technique devait comprendre du Chakra Fuuton et la possibilité de l’utiliser a longue distance . Il se concentra et essaya quelques signes pour malaxer son chakra :
- Bon allez concentration. -Je pense que avec trois signes ça sera suffisant . Chien , Buffle, Sanglier !

Apres cela un léger aura ressemblant a du vent apparu sur Takeshi mais cela était tout. Il se concentra a nouveau mais cette fois il utilisa trois signes différent qui était : Cheval , Rat , Sanglier . Alors il sentit le même aura mais cette fois 10X plus puissant mais comme il na pas était le suffisamment rapide il n’utilisa pas ce chakra . Alors il pensa que si il expulsais ce chakra par les mains il arriverais sûrement a faire une technique . Alors il répéta ses mouvements :
- Bon maintenant je suis prêt : Cheval , Rat , Sanglier ! YAAAAAAAAH !

L’aura de chakra Fuuton était plus puissants que avant et Takeshi sentait son chakra comme si il passait a travers ses veines et que il devait absolument s’en débarrasser alors il unis ses paumes le recula pour former une boule de chakra Fuuton sur ses mains puis quand il épuisa tout le chakra qu’il avait a ce moment il rapprocha ses paumes tout en lâchant le chakra tout en criant avec beaucoup d’énergie :
- Kaze Bakushatsu no Jutsu ! L’explosion du vent !
Et alors de ses mains sorti une énorme explosion de vent qui quand il toucha les sacs de farine , il explosa tous sans exception . Apres avoir effectué cette technique il se sentit très affaibli et pour se ressourcer il parti boire un vers de Saka ( Dérivée du Saké sans alcool mais qui néanmoins donne le même goût et la même sensation ) et il partit se coucher devant un arbre . Trois jour plus tôt il continua a s’entraîner et malaxer son Chakra pour ne plus être aussi fatigué après sa technique . Il l’effectua ce jour la plusieurs fois de suite mais cette fois il limitais sa quantité de chakra sans pour autant perdre de la puissance . Apres une semaine d’entraînement il arriva a contrôler cette technique sans problème .
avatar
Takeshi Hameki
Combattant Débutant
Combattant Débutant

Messages : 49
Date d'inscription : 08/04/2008
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mahou Gakure [RP]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 11 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum